Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discours et événement

 | 
Jacques Guilhaumou

Chapitre I. Le « tournant linguistique » de l’histoire conceptuelle1

Texte intégral

Une spécificité française…

  • 1 Ce chapitre réunit, avec des rajouts et des remaniements, deux articles publiés dans des revues d’ (...)
  • 2 L’ampleur de ce renouveau de l’histoire intellectuelle au cours des années 80 est précisé par Geof (...)
  • 3 Voir la critique par Peter Schöttler (1997) de l’analyse faite du « linguistic turn » par Gérard N (...)
  • 4 La référence principale est l’ouvrage d’Hayden White (1973), dont Roger Chartier (1998, p. 108-125 (...)
  • 5 Nous abordons la question du contexte dans le second point de ce chapitre, à propos de l’ouvrage r (...)

1L’histoire langagière des concepts n’a pas cessé de prendre de l’importance dans le monde germanique et anglophone depuis une trentaine d’années. Associée au « tournant linguistique » de l’histoire intellectuelle, elle conserve cependant une forte spécificité2. Son faible impact historiographique en France tient au fait que les chercheurs français, à la différence de leurs collègues allemands3, ont tendance à dramatiser le problème de l’impact du « linguistic turn » dans la recherche historique. Focalisant leur attention sur « le tournant linguistique » à l’américaine d’Hayden White qui semble ne voir dans le discours de l’historien qu’une expression parmi d’autres de l’invention fictionnelle4, ils craignent son pouvoir de subversion des règles du métier d’historien. Reste que l’histoire des concepts n’est concernée que marginalement par ce débat, dans la mesure où elle s’interroge en permanence sur la connexion empirique entre la réalité et le discours, donc sur le rôle du contexte dans ses modes de compréhension et d’explication des phénomènes conceptuels5.

2Cette spécificité française, surtout attestée dans le domaine de l’histoire contemporaine, tient également au fait qu’il existe en France des orientations tout à fait distinctes en matière d’étude des concepts socio-politiques, et de surcroît une absence d’intérêt commun pour le rôle du langage dans la formation des concepts (Noiriel, 1998).

… par le fait d’un paysage non unifié

3Pour sa part, l’histoire conceptuelle du politique inscrite dans la lignée de l’œuvre de François Furet – surtout présente dans l’histoire conceptuelle de la politique de Pierre Rosanvallon (1992, 1998, 2000, 2004) et autour de la revue Le Débat avec Marcel Gauchet – étudie la formation et l’évolution des rationalités politiques sur la base d’une description des systèmes de représentations qui les structurent, et par leur prise au sérieux. Ainsi Pierre Rosanvallon précise qu’il est nécessaire, dans cette perspective, de tenir compte des représentations « actives » qui orientent pragmatiquement l’action, qui ouvrent le champ du pensable, à condition de les insérer dans une histoire conceptuelle (2000, 34). Cependant, au-delà de la prise de conscience de l’abus des mots dans l’historicité de leurs usages, l’histoire des pratiques langagières n’est ici qu’un aspect de l’histoire réflexive des représentations d’une société sur elle-même et n’a donc pas de valeur méthodologique particulière.

  • 6 Cependant Maurice Tournier (1998) conclut en faveur d’une linguistique des historiens : « Imaginer (...)

4À l’inverse, l’histoire du discours et la socio-histoire des mots politiques, initiées successivement par Régine Robin (1973) et Maurice Tournier (1997) au sein de la tradition linguistique, puis largement reconnues par la présentation de leurs résultats dans la revue Mots, nous ont permis d’associer l’analyse de discours du côté de l’histoire au « tournant linguistique » (Guilhaumou, 1993), de l’insérer dans le vaste champ d’étude de l’analyse de discours (Charaudeau, Maingueneau, 2002). Cependant, du fait même de l’importance accordée aux méthodologies linguistiques et lexicométriques, l’analyse de discours et la lexicologie historique éprouvent parfois des difficultés à accorder un statut social à part entière aux pratiques langagières, au-delà des considérations sur les stratégies dis-cursives et de la focalisation sur les faits d’étymologie sociale6. Les historiens du discours s’efforcent donc de maintenir une dimension critique de l’analyse de discours, donc de la problématiser dans le champ de l’histoire des pratiques langagières tout en conservant une relation forte à la matérialité de la langue.

  • 7 Voir par exemple l’étude de Gérard Noiriel (1995).

5Reste enfin une socio-histoire du langage conceptuel encore peu répandue7, mais qui s’efforce, avec la revue Genèses, de montrer que l’analyse de discours et l’histoire des représentations peuvent s’associer dans une perspective d’histoire sociale. L’accent est mis en dernier lieu sur les déterminations pratiques qui pèsent sur la construction des significations, sans nullement négliger les ressources propres du langage des acteurs producteurs de ces significations.

Un espace de rencontre

  • 8 Précisons d’emblée que le terrain d’entente n’est pas a priori le tournant langagier, comme peut l (...)
  • 9 Voir Les volumes 1 (1997) et suivants de cette revue publiée par l’Université de Jyväskylä, sous l (...)

6Ainsi des rapprochements, encore peu perceptibles pour beaucoup de chercheurs français, se précisent depuis quelques années, et au détour de rencontres entre chercheurs allemands, anglais, américains, danois, espagnols, français, finlandais, hollandais, italiens, russes, étendues peu à peu à l’ensemble des chercheurs soucieux de trouver un terrain commun d’entente en matière d’histoire des concepts socio-politiques8. Un réseau international intitulé « History of Political and Social Concepts Group » s’est ainsi mis en place : il comprend actuellement plus d’une centaine de correspondants. La réunion fondatrice s’est tenue à Londres (Institut Finlandais) en juin 1998, à l’initiative de Melvin Richter (New York) et de Kari Palonen (Jyväskylä), coresponsables du réseau. Elle a permis, par ailleurs, à Quentin Skinner et Reinhardt Koselleck, présents à cette réunion, de confronter leurs points de vue. Les réunions suivantes se sont tenues en France au Laboratoire de lexicologie et de lexicométrie politique de l’ENS de Fontenay/Saint-Cloud (octobre 1999) autour de la question de l’abus des mots, puis au Danemark à l’Institut de Science politique de Copenhague (octobre 2000) autour du concept de démocratie, en Finlande à l’Université de Tampere (juin 2001) sur le thème de la rhétorique et du changement conceptuel, puis à Amsterdam à l’Institut Huizinga (juin 2002) autour des concepts de république, modernité et citoyenneté, à Bilbao à l’Université de Vitoria (juin 2003) autour des concepts d’opinion publique, d’intellectuel et de citoyenneté, à Rio de Janeiro (juin 2004) sur les concepts de nation et civilisation, enfin à New-York (2005) sur les problèmes de traduction. Ce réseau dispose de circulaires régulières, d’une Newsletter et d’une publication électronique. Une partie des débats sont publiés dans la revue The Finnish Yearbook of Political Thought9

7Notre objectif présent est d’analyser les tenants et les aboutissants d’une telle rencontre, tout en marquant la spécificité de l’orientation récente d’historiens linguistes français vers l’histoire conceptuelle sur la base de leur tradition propre. À ce titre, nous devons d’abord préciser comment nous définissons et appréhendons de manière très générale l’histoire des concepts, au regard des débats effectifs et des traductions disponibles en français, heureusement de plus en plus nombreuses depuis quelques années.

8De notre point de vue, il s’agit d’un domaine de recherche qui s’intéresse au contexte historique de signification des concepts majeurs du vocabulaire socio-politique du Moyen-Âge à nos jours, sans pour autant le réduire à de simples considérations lexicologiques dans la mesure où ces concepts sont appréhendés au sein de relations sémantiques multiples et plus largement d’une interaction sociale à caractère langagier. L’histoire des concepts prend donc en compte les significations et les usages d’un langage spécifique dans une situation spécifique à l’intérieur desquelles les concepts sont développés par des auteurs, des acteurs et des orateurs spécifiques.

A- Aperçu sur l’histoire des concepts

  • 10 L’étude comparative de ces deux courants de recherche par Melvin Richter (1995) est à l’origine de (...)
  • 11 Par exemple, nous devons à Sandro Chignola toute une série de précisions sur l’histoire des concep (...)

9Deux courants dominent actuellement l’ensemble du champ de l’histoire des concepts, l’histoire sémantique autour de Reinhart Koselleck et l’histoire du discours autour de John G. A. Pocock et Quentin Skinner10. Nous en proposons seulement une caractérisation d’ensemble dans la mesure où leur présentation détaillée est au centre actuellement d’un nombre grandissant de publications en anglais, allemand, espagnol et italien11.

1- La Begriffsgeschichte revisitée

Koselleck et la temporisation des concepts

  • 12 Voir la bibliographie.

10Le premier courant se situe en Allemagne, autour de Reinhart Koselleck et de la Begriffsgeschichte, auteur majeur dont plusieurs ouvrages ont été traduits en français12. Ce chercheur de réputation internationale, en assurant la direction intellectuelle de la vaste entreprise menée à bien du Geschichtliche Grundbegriffe : Historisches Lexikon zur politisch-sozialer Sprache in Deutschland (Les concepts fondamentaux en histoire : Dictionnaire historique du langage politique et social en Allemagne), en collaboration avec Otto Brunner et Werner Conze (1972-1997), a mis au point une méthodologie spécifique, la sémantique historique des concepts qui s’est amplifiée et diversifiée jusqu’à nos jours (Bödeker, 1998).

11Dans une telle perspective, Koselleck insiste à juste titre sur la nécessité de prendre en compte le langage en acte dans tout processus de compréhension historique. En résumé, la dimension historique du fait social relève en grande part de ses conditions langagières d’apparition sans s’y confondre. Koselleck pose donc un préalable à la recherche historique : appréhender la manière proprement langagière dont les ressources déployées par les acteurs historiques ont une portée conceptuelle en matière de connaissance historique. Alors, il convient, avant même de thématiser les pratiques langagières comme objet de l’histoire, de « poser de manière langagière » le caractère autoréflexif du langage ainsi mis en valeur.

12Prenant en compte les ressources réflexives des « grands auteurs », leurs horizons de pensée et les champs d’expérimentation de leurs discours par les acteurs qui s’en inspirent, Koselleck met tout particulièrement l’accent sur la période 1750-1850, désignée par l’expression de Sattelzeit, en matière de changement du langage politique et social, avec la Révolution française à son zénith (Reinalter, 1998). Ici s’opère le couplage entre le « seuil d’une époque » et « la conscience d’une époque ». Le monde de l’expérience se sécularise tout en s’associant étroitement au monde des connaissances ; il s’inscrit dans l’horizon d’attente d’un avenir à programmer. L’événement participe alors d’une temporalité spécifique sur la base de la conscience qu’ont les hommes des Lumières de vivre une période de transition. Travail néologique, nouvelles expressions, politisation des concepts, temporalisation de l’histoire, mise en argument des concepts dans le mouvement historique, réalisations d’attentes dans des expérimentations conceptuelles localisées, etc., s’entrecroisent au cours de cette période de changement fondamental pour lui donner un caractère de rupture sur la longue durée prise en compte dans cette entreprise dictionnairique.

  • 13 Voir en particulier le chapitre IV du présent ouvrage sur l’idée de progrès.

13Considérant que « définir ce que représente le temps de l’histoire est, de toutes les questions posées par la science historique, l’une des plus difficiles à résoudre » (1990, 9), Koselleck positionne le problème de la temporalisation des concepts (1988b, 1997a) au centre de l’entreprise collective qu’il impulse et de sa réflexion personnelle et continue sur la temporalité (2000). C’est bien au cours de la seconde moitié du 18ème siècle qu’une nouvelle expérience du temps historique s’impose en Europe. La référence à un temps propre devient un élément central de l’usage et de la signification des concepts. L’immanence du temps s’incarne alors dans une forme linguistique, « L’Histoire », qui tend à devenir un concept réflexif, donc indépendant d’un objet et/ou d’un sujet précis. D’autres concepts apparaissent, en particulier ceux de « mouvement » et de « révolution » (« un concept de perspective relevant de la philosophie de l’histoire » précise Koselleck), et constituent une trame historique dans laquelle s’installe une tension temporelle entre le champ d’expérimentation de l’action humaine et son horizon d’attente. Koselleck en conclut que la temporalisation des concepts s’étend non seulement aux concepts qui thématisent le temps historique, mais aussi aux concepts socio-politiques qui marquent la volonté et la possibilité d’un changement, par exemple ceux de « progrès » et d’« émancipation », « concepts d’avenir » à valeur d’orientation du mouvement historique où la distance temporelle entre le contenu d’expérience et l’horizon d’attente est maximale13.

Une orientation pragmatique

  • 14 Voir les mises au point de Peter Schöttler (1988) et de Rolf Reichardt (1998) qui fournissent un n (...)
  • 15 Respectivement Chartier (1986), Benrekassa (1996), Guilhaumou (2000a).

14Cependant la non-prise en compte de diverses séries imprimées (journaux, pamphlets, autobiographies, etc.) et la limitation des considérations linguistiques au champ de « l’histoire sémantique » devaient inciter des chercheurs proches de Koselleck à proposer une nouvelle entreprise dictionnairique, toujours en cours, le Handbuch politish-sozialer Grundbegriffe in Frankreich, 1680-1820 (Manuel des concepts politiques et sociaux fondamentaux en France de 1680 à 1820) sous la direction de Hans-Jürgen Lüsebrink, Rolf Reichardt et Eberhard Schmitt (1985-2000). À notre plus grand profit, cette entreprise a noué un dialogue permanent14 avec des courants français de recherche, tels que l’histoire sociale des mentalités, surtout dans sa dimension iconique (Michel Vovelle), l’histoire des savoirs et des représentations (Georges Benrekassa, Roger Chartier), l’analyse du discours du côté de l’histoire (Jacques Guilhaumou, Régine Robin) et la lexicométrie politique (Maurice Tournier). Une partie de ces chercheurs ont publié en son sein15, soulignant ainsi la proximité de leurs préoccupations avec celles de ce Manuel.

  • 16 Voir la mise au point la plus récente de Reichardt (1998b).

15Ainsi, l’accent est mis sur une histoire pragmatique et culturelle des concepts qui associe de plus en plus les sources iconographiques aux textes. À ce titre, les concepts ne sont pas appréhendés uniquement dans leur résonance discursive, mais aussi dans leur dimension corporelle et leur charge émotionnelle sur la base des sources visuelles. La dimension réflexive des concepts dans leur historicité même s’en trouve renforcée : il ne s’agit donc pas de construire une sémiologie du concept, mais d’en appréhender la vision que les contemporains en ont par leur conscience collective sur la base d’une combinaison d’éléments verbaux et iconiques. Le « jeu de la Révolution française », dont l’usage est attesté au cours des événements révolutionnaires, hérite certes du classique jeu de l’oie dans sa forme, mais matérialise, en isolant des termes singuliers par des représentations visuelles, les nouveaux concepts-clés de l’humanité agissante. Point de vue synthétique, il éclaire l’entreprise du Handbuch sous un jour particulier : son objectif n’est pas de proposer une standardisation pragmatique du format Dictionnaire, mais de rendre visible une dynamique conceptuelle diversifiée où l’omni-présence de l’ambiguïté, de l’équivoque et de configurations antithétiques interdisent toute construction conceptuelle statique16. Ainsi chaque fascicule comprend l’analyse de plusieurs entrées lexicales sans lien alphabétique, mais situées à l’horizon d’une mise en réseau des concepts dans un schème conceptuel général, métaphorisé par les cases du jeu révolutionnaire de l’oie.

  • 17 Le débat sur la pertinence du « format lexical », c’est-à-dire sur le choix de la forme dictionnai (...)
  • 18 Voir la mise en place du projet, et la présentation de premiers résultats dans Lüsebrink, Reichard (...)

16Le Handbuch, Dictionnaire de sémantique historique, pose donc la question de la pertinence du choix du « format lexical »17 : dans quelle mesure un inventaire alphabétique peut-il permettre de configurer significativement un vocabulaire-ressource du langage politico-social à un moment donné ? De fait, le choix d’une période plus courte, le 18e siècle français, fortement marquée par des phénomènes de rupture discursive permet de mieux cibler le moment historique et son continuum mémoriel. Il s’avère ainsi complémentaire d’un travail monographique, comme le démontre l’étude exemplaire de Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt (1990) sur la « Prise de la Bastille ». Enfin, ces deux auteurs se sont également proposés d’étendre l’histoire des concepts au champ des transferts culturels pour la période 1770-182018. L’enquête collective (1997) qu’ils ont ainsi impulsée sur une vaste base archivistique, et en complément du Handbuch, permet désormais d’appréhender avec exactitude les espaces du transfert des nouveaux concepts socio-politiques de la France vers l’Allemagne (Middel, 1999). C’est ainsi que nous pouvons suivre les voies du transfert et de l’appropriation de la notion de « révolution », élément central de la temporalisation des concepts si chère à Reinhard Koselleck (Reichardt, 1997). Au delà des débats qu’elle suscite, l’histoire des concepts en Allemagne relève d’un projet d’ensemble foncièrement unitaire.

2- Des actes de langage au contexte rhétorique : « l’école de Cambridge »

Une histoire du discours

  • 19 John Greville Agard Pocock est professeur d’Histoire à la Johns Hopkins University de Baltimore. S (...)
  • 20 Une bibliographie des premiers travaux de Quentin Skinner, professeur de science politique à l’Uni (...)

17Du « format lexical » à la monographie, nous débouchons insensiblement sur le second courant majeur de l’histoire des concepts, « l’école de Cambridge » autour de John G. A. Pocock19 et surtout de Quentin Skinner20. Contentons nous d’abord d’en tracer les éléments majeurs à grands traits, dans la mesure où nous revenons par la suite, de manière plus problématique, sur la question centrale du contexte d’abord simplement esquissée.

  • 21 À vrai dire, des historiens français, soucieux de confronter l’histoire intellectuelle anglophone (...)

18Nous sommes confronté sur le terrain anglophone à une histoire du discours centrée sur les langages politiques dont l’intérêt majeur pour la dimension textuelle n’entache pas la nouveauté méthodologique21 que Pocock précise dans les termes suivants :

  • 22 « Il nous semble que l’histoire du langage politique et du discours peut être mieux écrite si nous (...)

19« It seems to us that history of political language and discourse can better be written if we focus our attention on the acts of articulation and conceptualisation performed by thinkers as agents in the world of speech, and on the matrice of language and rhetoric within which they are constrained to speak but which they modify by the speech-acts they perform »22.

20En effet il s’agit de montrer, d’une étude à l’autre, que les auteurs considérés ne se contentent pas de conceptualiser dans une situation spécifique, mais qu’en écrivant, ils investissent le contexte dans leur mouvement argumentatif par des actes de langage : ils disent donc quelque chose au sens performatif du dire, ils sont agissants.

  • 23 Pour une vue d’ensemble du trajet intellectuel de Quentin Skinner, voir Palonen (2003).
  • 24 Les fondements de la pensée politique moderne, préface (1978, 2001, 8).
  • 25 Voir la présentation de son itinéraire intellectuel dans « Quentin Skinner. On encountering the Pa (...)

21Dans son premier travail de grande ampleur (1978), récemment traduit en français (2001), Skinner, à l’égal de Koselleck, souligne d’abord l’importance de la sémantique historique dans le travail de l’historien23. Il précise à ce propos « que le meilleur signe de l’appropriation consciente par une société d’un nouveau concept se trouve dans la formation d’un nouveau vocabulaire, dont les termes permettent d’articuler et de commenter ce concept »24. Puis, s’intéressant à la manière dont l’acteur et/ou l’auteur justifie ce qu’il fait tout en faisant ce qu’il veut faire, il en vient à baliser l’histoire des concepts à partir du vocabulaire normatif d’une époque donnée, c’est-à-dire, en termes langagiers, sur la base du contexte d’« actions linguistiques », définies comme le moment où le potentiel normatif des concepts est pris dans l’action politique. Il s’agit alors de caractériser l’acte que commettaient les auteurs en écrivant leurs œuvres, tant mineures que majeures, c’est-à-dire là encore en termes langagiers, de prendre en compte l’usage argumentatif de concepts appréhendés dans leur force illocutionnaire, donc en tant qu’actes de langage. Ce qui intéresse Skinner, c’est d’étudier des textes à partir de contextes qui lui permettent d’identifier ce que les auteurs de ces textes ont fait en écrivant comme ils l’ont fait (« what their authors were doing in writing as they wrote »). Plus précisément, il s’agit d’abord, dans la lignée de Wittgenstein, de décrire l’usage des mots par ces auteurs dans le fait même de les associer à ce que disent les acteurs de l’histoire au moment où ils agissent. Puis, avec Austin, ces usages apparaissent comme autant d’actes de langage à forte valeur argumentative dont la caractérisation historique permet d’évaluer la signification des concepts25.

22Quentin Skinner a approfondi sa démarche en s’orientant plus récemment vers l’étude du changement conceptuel dans une perspective rhétorique. C’est ainsi qu’il présente l’œuvre de Hobbes (1996) non pas à travers l’exposition statique d’un ensemble de concepts abstraits, mais à travers les catégories hobiennes inscrites au sein de la chaîne argumentative que le contexte contribue à mettre en mouvement. Il analyse donc, dans la lignée des réflexions d’Austin et de Wittgenstein, leur dimension d’action langagière à partir d’une description minutieuse d’un contexte rhétorique, culturel et politique. Ainsi il valorise des lignes d’arguments, et leur mouvement, utilisés par Hobbes lui-même pour réactiver tel ou tel élément du contexte avec pour but d’introduire un changement, en particulier stylistique et rhétorique, dans les débats anglais du XVIIe siècle. Il met ainsi l’accent sur la culture rhétorique de l’humanisme renaissant, et la manière dont elle occupe une position contextuelle majeure dans l’évolution de la position de Hobbes en matière de construction d’une « société civile », et donc dans son choix final d’une union intime entre raison et rhétorique.

Un abord contextualiste

  • 26 Cf. Pocock (1971), et plus particulièrement l’étude sur « Languages and their implications. The Tr (...)

23Cependant le contextualisme de Skinner ne se confond pas avec celui de John Pocock26. C’est ainsi que le « moment machiavélien » est identifié de manière paradigmatique sur la base de certains vocabulaires conceptuels mis à disposition par les contemporains de la Renaissance pour tenir un discours sur les systèmes politiques et leur changement (Pocock, 1975). Il s’agit alors, à partir de la formation du républicanisme florentin, d’identifier la traduction d’un modèle d’idéal civique de la personnalité dans le langage de l’humanisme civique, véritable paradigme civique opératoire pour près de deux siècles. Les usages de ce langage civique ont donc une valeur heuristique pour les investigations historiques menées tant dans la République florentine du XVIe siècle que dans l’Angleterre du XVIIe siècle et l’Amérique de l’Indépendance. Le point de vue contextualiste de Pocock consiste donc dans la recherche du sens d’un texte à l’intérieur d’un paradigme langagier déterminé.

  • 27 En partant une fois de plus de « Hobbes on Representation » (2005).
  • 28 Voir en particulier Skinner (1988).

24Nous verrons plus loin, et de manière plus précise, que Quentin Skinner s’avère plutôt « conventionaliste » dans la mesure où il s’efforce de comprendre le sens d’un texte sur la base d’une reconstitution minutieuse du contexte des débats et des conventions linguistiques dans lesquels ce texte s’inscrit. C’est en ces termes qu’il mène actuellement une vaste recherche historique sur le concept de représentation27. Bref, il peut être caractérisé comme un contextualiste conventionaliste. De fait il reproche à Pocock de s’en tenir trop strictement aux traditions langagières, oubliant ainsi de prendre en compte les conventions linguistiques, en particulier rhétoriques, qui sont à l’origine de la force illocutoire propre à dynamiser l’intervention de l’auteur en faveur de l’action publique28.

25Cependant ces deux auteurs anglophones participent d’un même renouveau de l’histoire intellectuelle du côté de l’histoire des concepts dans les années 1970. Pocock le précise dès sa mise au point de 1981 sur son ouvrage majeur relatif au « moment machiavélien » et Skinner insiste encore récemment sur leur grande proximité théorique dans les années 1970 (2002c, 49).

B- Le contexte historique en débat

  • 29 L’un des points de départ de la nouvelle histoire intellectuelle est l’ouvrage collectif sous la d (...)
  • 30 Voir la Postface.

26L’histoire des concepts, qui se veut à la fois en rupture et en continuité avec l’histoire des idées, prend en compte la place qu’occupent les textes d’auteurs au sein de traditions, de normes et de conventions associées à des contextes larges. Distincte de la nouvelle histoire intellectuelle29, elle s’inscrit, nous avons d’emblée insisté sur ce point, dans le « tournant langagier » (linguistic turn ») par l’importance qu’elle accorde aux paradigmes discursifs et aux langages performatifs qui confèrent valeur d’acte aux arguments des auteurs. Foncièrement contextualiste, elle n’est donc pas partie prenante dans le débat sur le caractère fictionnel ou non de toute opération historiographique, au titre d’une problématisation constante de la connexion empirique entre réalité et discours30. Nous souhaitons maintenant préciser l’apport problématique de l’histoire des concepts, en particulier sur cette question cruciale du contexte, à partir du bilan critique proposé récemment par Mark Bevir (1999).

  • 31 Quentin Skinner s’en est expliqué en 1997 devant un public français dans la conclusion (« La liber (...)
  • 32 Dans notre présent propos, nous avons tenu compte, hormis son ouvrage principal, d’un texte plus r (...)

27C’est à la fin des années 1960 qu’un Centre d’études de la pensée politique se met en place à l’Université de Cambridge dans le but de valoriser le contexte historique des œuvres majeures et mineures de la pensée politique. Nous avons déjà situé John Pocock en première ligne de ce nouveau courant intellectuel. Mais c’est à Quentin Skinner que nous devons le développement le plus spectaculaire de ce point de vue novateur31. Ces deux chercheurs ont ainsi élaboré conjointement un programme de refondation de la pensée politique à partir d’une histoire du discours. Le principal mérite du travail de Mark Bevir consiste alors dans une présentation raisonnée et critique des positions de l’école de Cambridge32.

1- La démarche pionnière de John Pocock

Un contexte langagier

28Dans un premier temps, John Pocock marque son influence sur toute une génération d’historiens de la théorie politique soucieux de l’histoire politique elle-même par sa proposition d’aller au-delà de la connaissance des textes canoniques en menant une vaste enquête sur les discours politiques dont les sociétés se servent pour parler d’elles-mêmes. C’est ainsi qu’il précise, dans son célèbre ouvrage sur le « moment machiavélien » : « Le présent travail est conçu de telle sorte que notre souci est d'identifier certains vocabulaires conceptuels alors disponibles pour tenir un discours sur les systèmes politiques considérés dans leur particularité, que notre souci est d'explorer leurs limitations et leurs implications, de considérer comment elles opéraient, et d'examiner les processus par lesquels ces systèmes conceptuels, leurs usages et leurs implications, ont changé au fil du temps » (1975/1997, p. 64). Dans ce nouvel espace d’analyse doctrinale, la signification (meaning) d’un énoncé (utterance) n’est appréhendable que dans le contexte du discours et/ou du débat associé à cet énoncé. Nous pouvons alors parler d’un contextualisme langagier (linguistic contextualism).

  • 33 « Notes méthodologiques », in Pocock (1985/1998), p. 27.

29À ce propos, Pocock souligne, dans ses notes méthodologiques à une édition d’essais (1985/1998), le rôle pionnier de Skinner dans la rencontre entre les philosophes du langage, Austin principalement, et les historiens de la pensée politique. Cependant, nous le verrons un peu plus loin, il critique tout autant la manière dont Skinner privilégie les intentions exprimées par les auteurs à l’intérieur de leurs textes, ce qu’ils font quand ils écrivent. Ce que Pocock retient principalement de la rencontre avec la philosophie analytique, c’est l’importance du contexte langagier dans lequel l’auteur déploie des actes de langage qui jouent à leur tour sur ce contexte pour le modifier. Ainsi il peut préciser que l’historien du discours s’oriente d’abord vers « l’étude des contextes dans lesquels le langage a été utilisé et celle des actes de langage et d’énonciation effectués dans et agissant sur le contexte donné par la combinaison du langage et des contextes dans lesquels il se situait préalablement ». Puis il observe « la parole dans son action sur la langue, c’est-à-dire sur les conventions et les présupposés du langage ». En fin de compte, dans une version du « lingustic turn » qui utilise le mot langage dans un sens plus général et métaphorique que technique et localisé disciplinairement, « le langage donne accès à l’historien tant aux actes de langage qu’à leur contexte »33.

30Pour Pocock, le langage est donc avant tout référentiel : il apparaît comme un sujet préétabli du discours politique. Il ne se confond donc pas avec le potentiel énonciatif des actes de langage. Au contraire, il permet d’en limiter la dimension novatrice. Il oriente ainsi le contexte dans lequel il est observable. Qui plus est, le langage est pour lui fondamentalement historique en ce sens qu’il inclut et engendre les structures sociales, les valeurs communes, les modes généraux de pensée, etc., pour chaque période historique. Il est aussi au centre d’un espace interrelationnel dans la mesure où il inclut une multiplicité d’idiomes et de sujets. Bref il est responsable de « la persistance de certains paradigmes dans des séquences historiques » comme le montre son ouvrage sur « le moment machiavélien ». En ce sens, Pocock est plutôt contextualiste que conventionnaliste, ce second terme servant à Mark Bevir pour désigner plus spécifiquement la démarche de Skinner en histoire des concepts.

Le paradigme de l’humanisme civique

31Donc, proche d’une réflexion structurale, John Pocock prête toute son attention à la manière dont la signification d’un texte dérive d’un paradigme discursif. Il convient donc d’évoquer son exemple célèbre du paradigme de l’humanisme civique apparu dans le contexte florentin du début du XVIe siècle, et qui prend valeur de modèle d’idéal civique de la personnalité en perdurant dans le monde anglophone des temps modernes. Ainsi son ouvrage sur « le moment machiavélien » est devenu au fil du temps un classique de l'histoire des idées et des discours politiques. De fait, il propose un étude très documentée de la formation du républicanisme florentin, et de la transmission de son potentiel novateur, tout particulièrement en matière de vocabulaire, dans l'univers culturel et politique de langue anglaise des XVIIe et XVIIIe siècles.

32Le « moment machiavélien » procède en premier lieu du vocabulaire et des arguments d'un humanisme civique apparu sous la pression des péripéties florentines des années 1494 à 1530, en combinant la pensée aristotélicienne et la pensée machiavélienne au sujet de « l'être politique ». Ainsi, tout commence, avec la philosophie médiévale, par une minorisation du récit des circonstances, reprise d'Aristote, qui empêche de donner sens à l'événement singulier, de lui conférer une valeur universelle. Au regard des universaux, le particulier n'est que circonstanciel, la « fortuna » est tout au plus providence, si elle est associée à la foi. C'est par l'action propre à la « Vita activa », au « Vivere civile » que la pensée florentine peut affirmer l'universel. Certes il n'est pas encore question de valoriser la dimension universelle de la singularité événementielle en tant que telle. Mais la rencontre au sein même de « l'être politique » du particulier et de l'universel s'avère désormais chose possible.

33L'humanisme civique originel nous confronte alors avec l'émergence d'un agent politique, Le Prince, et ses « associés » le citoyen, le rhétoricien et le législateur-prophète, apte à innover par la maîtrise d'un pouvoir en adéquation avec ses qualités morales, et capable par là même de développer une stratégie d'émancipation située au plus près des circonstances.

34Pour autant, les idées de l'humanisme civique, leur expansion hors du contexte florentin, ne rendent pas inopérante la pensée politique aristotélicienne. Au contraire, elles en maintiennent, par leur combinaison propre de l'apport d'Aristote et de Machiavel, les potentialités, surtout en matière de gouvernement mixte. De fait, avec le cas anglais du XVIIe siècle, la question principale est de savoir comment des éléments de la pensée civique peuvent s'incorporer dans le paradigme dominant de la pensée monarchique, avant même que la guerre civile épuise le radicalisme puritain et laisse ainsi place à une vision de l'Angleterre comme république classique. Au fil des réponses puisées par l'auteur dans les ouvrages de l'époque se fait jour l'idée d'un partage du pouvoir dans une constitution mixte et une république des vertus, exprimable à travers la double métaphore de la monarchie descendante et du vœu ascendant des sujets. Le leader révolutionnaire John Pym ne dit pas autre chose lorsqu'il parle d'« échange réciproque de soutiens ». Enfin ce mouvement d'anglicisation de la République trouve son point d'aboutissement dans la pensée d'Harrington sur l'individu politique, seul véritable défenseur de la vertu civique. Ce nouveau paradigme harringtonien s'inscrit au sein de la tradition de l'humanisme civique dans la mesure où il élabore l'image d'une société libre et non corrompue, avec l'appui d'un vocabulaire fort proche de celui de la « virtù » et de la « fortuna » de Machiavel.

  • 34 Il conviendrait également de prendre en compte ses travaux plus récents (1999-2003) sur la grande (...)

35Insistons ici sur le fait que, dans la démarche de Pocock, idées et vocabulaires, pensée et discours marchent de pair. Il ne s'agit donc pas de marquer une filiation intellectuelle au sens strict, mais plutôt de mettre en évidence l'opérativité d'un paradigme civique par une manière propre de poser des limites et des implications dans un système donné, puis de les repousser et de les faire fructifier dans un autre système, en s'en tenant toujours au vocabulaire attesté dans les ouvrages de théorie de la pratique politique du moment considéré34.

2- Le conventionnalisme de Skinner : le cas hobbien

L’action langagière

36Quentin Skinner se démarque du travail paradigmatique et référentiel de Pocock en insistant sur le rôle des normes du débat et des conventions langagières dans la compréhension de la signification d’un texte. C’est ainsi qu’il souligne de nouveau, dans un dialogue récent (2002c), que, là où Pocock s’intéresse au pouvoir du langage de contrainte de notre pensée, il prend plus en compte le langage comme une ressource à déployer. Il est donc compréhensible que Mark Bevir mette l’accent sur les critiques réciproques de ces deux auteurs.

37Ainsi Skinner (1988) reproche à Pocock de s’en tenir à la seule filiation « passéiste » entre une tradition de discours, un paradigme langagier, et ses manifestations, en particuliers lexicales, chez tel ou tel auteur. Pocock (1985) rétorque par avance que l’intentionnalisme de Skinner – la part réflexive accordée aux auteurs/acteurs dans la compréhension d’un contexte – lui interdit d’appréhender les structures sous-jacentes aux textes, leur influence, et par là même lui dissimule l’unité de l’histoire.

38Reste qu’actuellement la position la plus avancée et la plus appréciée est celle de Quentin Skinner, Professeur d’histoire moderne à l’Université de Cambridge et dont la notoriété ne cesse de croître. Nous pouvons résumer plus avant sa position dans les termes suivants : la signification des textes, en tant que configurations d’idées en contexte, proviennent de la manière dont les auteurs expriment leurs intentions en accord avec les conventions et les normes langagières qui gouvernent leur manière d’intervenir. À notre avis, son étude la plus convaincante en la matière est sa synthèse récente sur la relation entre raison et rhétorique chez Hobbes (1996), fruit de très nombreuses années de travail à la fois sur les textes de cet auteur majeur et sur le contexte discursif de son trajet intellectuel.

39Quentin Skinner nous propose une histoire des concepts reformulée à l'aide d'une description de leur mise en argument sur une base contextuelle strictement délimitée. Ainsi, fidèle à sa manière de décrire ce qu'un théoricien fait avec des concepts, donc quels sont leurs usages en tant qu'argument, il ne s'intéresse pas à Hobbes, comme auteur d'un système philosophique, mais s'efforce d'élucider la contribution de ce philosophe majeur aux débats, issus de la culture de la Renaissance, sur la nature des sciences morales, sur la conception de la « scienta civilis », ou « science civile ». Il remarque, à ce propos, que le point de vue strictement philosophique sur tel ou tel auteur, en l’occurrence Hobbes, tend à mettre l’accent sur un seul aspect conceptuel, par exemple le concept de « political obligation » chez Hobbes, rendant ainsi peu crédible historiquement son approche.

  • 35 Voir le dossier « Aux origines de la politique moderne : Hobbes » avec Hans Blom, Quentin Skinner (...)

40Sa démarche en histoire intellectuelle est donc foncièrement historique et contextuelle. Il s'agit d'abord de replacer les textes de Hobbes, appréhendés dans leur diversité maximale, au sein d'un type de contexte, ce qui permet ensuite au chercheur d'identifier leur valeur d'acte d'écriture à travers l'héritage culturel dénié et/ou mis en pratique tout au long d'un trajet intellectuel complexe. Dans son débat avec le philosophe Yves Charles Zarka35, spécialiste de Hobbes, Quentin Skinner précise qu’historien, et non pas philosophe, il n'étudie pas à proprement parler, les propositions abstraites d'Hobbes, mais les décrit au sein de la chaîne argumentative qu'elles contribuent à mettre en mouvement. Il analyse – dans la lignée des réflexions d'Austin et de Wittgenstein sur le langage dont nous avons déjà souligné l’importance dans sa démarche d’ensemble – la dimension d'action langagière des concepts hobbiens à partir de leur contexte culturel et historique. Rappelons que de Wittgenstein, il retient son attention portée au jeu des mots, et d’Austin, dans la continuité, l’insistance sur le rôle de l’usage des mots dans la manière de faire les choses.

41Ainsi les débats sur le concept de « scienta civilis », Skinner les appréhende dans leur dimension d’« action linguistique », c’est-à-dire en précisant ce qu’un auteur fait en écrivant des textes comme il l’a fait, ce qu’un orateur fait en employant des concepts qui ont un usage contextualisable. C’est ainsi qu’il valorise plus les lignes d'arguments, leur mouvement, utilisées par Hobbes pour réactiver tel ou tel élément du contexte dans l'objectif d'introduire un changement, en particulier stylistique, dans les débats du XVIIe siècle, que la doctrine hobbienne proprement dite.

42À ce titre, le contexte, exploré en premier lieu, devient partie intégrante du texte de Hobbes qu'il analyse, dans une seconde partie, tout au long d'un trajet intellectuel dont l'intelligibilité procède du point de vue contextuel adopté. Ainsi se précise le but du chercheur : rendre familier aux lecteurs de Hobbes ce qui ne lui est pas immédiatement intelligible, faute d'une connaissance contextuelle investie dans le geste même de lecture. Qui plus est, en manifestant la nouveauté du style de Hobbes, et de sa stratégie argumentative, Quentin Skinner définit son propre style intellectuel. Une telle proximité présuppose une continuité critique et interprétative entre les arguments issus des jugements de Hobbes et les propres jugements de savoir du chercheur.

43Quel est donc ce contexte non totalisant, mais propre à renouveler l'interprétation des textes de Hobbes à l'aide de la réflexivité même de ce philosophe ? En quoi constitue-t-il un point de vue susceptible de nous rendre plus familier la « science civile » de Hobbes ? De fait, la première partie de cet ouvrage s'étend longuement sur les multiples caractéristiques de la culture rhétorique de l'humanisme de la Renaissance. Il serait fastidieux de décrire ici les divers éléments d'un art rhétorique appréhendé dans toute son ampleur, c'est-à-dire non réduit, comme au XIXe siècle, à l'énumération des figures. Nous constaterons seulement que cette réévaluation contextuelle du rôle de la tradition rhétorique dans l'œuvre de Hobbes permet une étude précise, dans la seconde partie de l’ouvrage de Skinner, de la manière dont ses propositions pour une « science civile » sont co-présentes à des effets rhétoriques susceptibles d'en augmenter l'intelligibilité.

44Notons également que la culture rhétorique de la Renaissance s'autorise du lien entre citoyen et humaniste. À ce titre, et au-delà de l'instauration de la centralité de la rhétorique et de la grammaire, une politique de l'éloquence avec, en son centre, la figure de l'individu vertueux, raisonnable et savant, valorise un orateur dont la capacité à délibérer se mesure à la qualité de son éloquence.

La redescription rhétorique

45Ainsi Hobbes ne cessera de se confronter, en positif ou en négatif, à cette figure majeure du citoyen adepte de la science et/ou de l'éloquence, au nom de sentiments humanistes. C'est pourquoi Quentin Skinner insiste sur l'importance de l'usage de techniques rhétoriques de redescription lorsque Hobbes s'efforce, dans la perspective de la formation d'une « science civile », de décrire des actions et des états d'affaires dans la dynamique même de leur mise en argument par une force rhétorique apte à en assurer une interprétation « heureuse » auprès du lecteur.

46C'est ainsi qu'une autre donnée rhétorique mérite toute notre attention, sans préjuger pour autant de la diversité de la première partie de cet ouvrage : la manière propre à la rhétorique de créer une scène fictive par le déploiement d'une argumentation imagée, surtout métaphorique. Ici se met en place un espace où le philosophe attaché à la figure de l'orateur humaniste peut déployer l'action qu'il veut décrire à l'aide d'images composites d'objets. Le lecteur peut donc « voir » les nouveaux arguments mis en mouvement, et par là même s'y impliquer comme spectateur, voire même se définir comme protagoniste de la « science civile » ainsi mise en acte.

47Cependant Quentin Skinner montre également que cette alliance entre raison et rhétorique, au nom de la « science civile », n'est que le résultat d'un trajet intellectuel fort complexe, donc difficile à résumer sans le simplifier à l'extrême. Dans les années 1590, au cours de son éducation, Hobbes s'imprègne de culture humaniste, donc de rhétorique classique. Mais en quête de scientificité, il rompt avec les disciplines humanistes au cours des années 1630. Adoptant une position minimaliste en matière de rhétorique, son ouvrage De Cive (1642) est marqué du refus d'accommoder les arguments rationnels avec les lieux communs. À la recherche d'une « science des vertus », il instaure alors la démarche suivante : d'abord définir les termes utilisés dans la description des actions et des états d'affaires, puis s'assurer de la conformité de ces définitions à leur usage, c'est-à-dire trouver des critères empiriques d'identification de chaque vertu à l'abri de la passion, permettant ainsi de tester scientifiquement chaque définition de manière à pouvoir classer telle ou telle action du côté des vertus ou des vices. Il s'agit bien de régler les ambiguïtés morales suscitées par l'usage unilatéral de la rhétorique, de s'en tenir à la seule autorité rationnelle de l'argument. En fin de compte, toute action vertueuse est évaluée ici à partir de ses effets empiriques propres à garantir la paix.

48Bref Hobbes propose d'abord une « science civile » basée sur les lois de la nature et l'impératif moral de la conservation de la paix. Cependant il se heurte très vite, en pleine période de guerre civile, à d'autres effets plus puissants que le seul mouvement de la raison. Ainsi, après avoir affirmé que le philosophe doit se passer de la rhétorique, il revient sur cette affirmation au titre de la nécessaire complémentarité entre la raison et l'éloquence. Le Léviathan (1651), écrit dans le contexte de « l'âge de l'éloquence » (Marc Fumaroli) en France où Hobbes séjourne pendant les années 1640, constitue son œuvre la plus achevée en matière de réévaluation de la rhétorique. Appréhendé sous cet angle, cet ouvrage majeur anticipe, nous semble-t-il, le courant neo-ciceronien et son corollaire, le retour en force d'une rhétorique maximaliste dans le but de s'opposer à l'éloquence enthousiaste qui restreint la rhétorique à la maîtrise du style, du geste et de la voix sur la base du jeu politico-religieux des intérêts individuels. Ainsi, à l'encontre de la corruption morale introduite par les intérêts personnels dans l'interprétation des textes, la mise en pratique de la rhétorique dans le mouvement même des arguments chez Hobbes permet non seulement de valoriser les vérités rationnelles par des règles d'usage partagées au sein de la communauté des citoyens, mais aussi d'orienter le lecteur vers une position active en tant que spectateur engagé par la force rhétorique des arguments sur la voie des vertus publiques.

49En fin de compte, Skinner associe la description réflexive d'un trajet intellectuel, sa mise en contexte, à un changement de notre propre regard sur des textes philosophiques dont nous minimisons en général la dimension historique. En proposant une manière historienne de voir de grands textes philosophiques par la mise en acte d'un point de vue contextuel dans le mouvement de leurs arguments, il nous introduit à une façon de décrire des formes d'expérimentation historique et langagière assumée par le chercheur, l'auteur, et mieux encore le lecteur. En effet, ce dernier se familiarise avec le texte de Hobbes en tant que spectateur d'une action morale à laquelle il adhère du point de vue de sa redescription rhétorique. Et, dans le même temps, il adhère au style de Skinner par sa capacité à lui rendre de nouveau familier un des textes fondateurs du style empirique en matière de théorie de la société civile.

  • 36 Ibid. p. 110-111.
  • 37 2002a, p. 50. Le processus d’interprétation est sans fin. Les textes que nous étudions modifient c (...)

50Cependant, le philosophe Yves-Charles Zarka, lecteur de Skinner, s’interdit de se laisser prendre à une telle lecture historiciste de Hobbes par le fait de « la reconduction contextualiste » du contenu des ouvrages de ce grand penseur, c’est-à-dire de la réduction du sens d’une œuvre au contexte immédiat de son élaboration. Il dénie ainsi toute scientificité au travail de Skinner, qui n’a pas su définir un lieu d’où le philosophe-interprète mène son travail d’interprétation. Il y perçoit « une erreur méthodologique » qui tend à aligner les œuvres de Hobbes avec n’importe quelle production imprimée des années 164036. L’historien ne peut guère adhérer à un tel impérialisme de l’observatoire du philosophe, tout en ne revendiquant pas, pour lui-même, la vérité historique. Quentin Skinner note en effet, dans ses remarques méthodologiques les plus récentes (2002), que notre approche des discours se situe à l’horizon de notre culture, qui leur donne ou non de l’importance. Ainsi, « The process of interprétation is a never-ending one. The texts we study continually alter their contours as we put them in new contexts and relate them to different texts. There is always something new to be learned »37. Il convient donc, comme le fait Mark Bevir, de réinterroger la capacité heuristique de l’histoire des concepts.

3- L’apport critique de Mark Bevir

Le point de vue des individus particuliers

51Mark Bevir ne s’engage pas sur le terrain de cette critique radicale du philosophe français vis-à-vis de l’engagement de l’historien sur le terrain des grandes œuvres philosophiques et de leur contexte. Il ne conteste pas, dans le cas présent, la dimension heuristique de la démarche contextualiste des historiens anglophones du discours. Mais il considère que cette démarche ne peut, à vrai dire, constituer « une logique de découverte » à elle seule, donc se présenter comme une méthode réutilisable dans d’autres contextes avec pour objectif d’accéder à une explication d’ensemble. Reprenons, chapitre par chapitre, les éléments de son argumentation, la série des propositions qui lui permettent d’énoncer in fine sa propre position, sans jamais, à vrai dire, entrer dans un cas concret.

52Après avoir défini sa démarche analytique à distance tant du positivisme que du « tout langage », Mark Bevir aborde le problème crucial, en histoire des concepts, de la signification. Il part de la proposition suivante : les significations sont d’abord des significations d’énoncés particuliers tenus pas des individus particuliers. À l’identique de Skinner, il accorde ainsi toute sa signification aux intentions de la personne, à sa réflexivité, mais il récuse la version « forte » de l’intentionnalisme, c’est-à-dire l’accent mis exclusivement sur la réflexivité des auteurs y compris en contexte, mais toujours hors de l’interaction des points de vue individuels. Il adopte alors une version « faible » de l’intentionalisme qui prend en compte les significations accordées conjointement par l’auteur et le lecteur, ce dernier étant aussi bien dans l’actualité que contemporain de l’auteur. Nous aboutissons alors à une nouvelle proposition : la signification d’une œuvre dérive d’un point de vue individuel.

53Il s’agit bien de circonscrire les intentions des individus dans les significations historiques engendrées par les points de vue individuels qui font quelque part totalité, d’où un « holisme sémantique » sur lequel nous allons revenir. Mais constatons d’abord que Mark Bevir se dissocie aussi de Pocock et de son scepticisme phénoménologique relatif au fait qu’un individu puisse avoir connaissance des significations historiques qu’il engendre par son rejet des traditions discursives. Mais, répétons-le, il se démarque tout autant de Skinner en considérant prioritairement le réseau des significations historiques conceptualisées, donc abstraitement construites à partir des points de vue individuels. Mark Bevir en vient ainsi à intervenir, dans un troisième temps, sur la question de l’objectivité.

54Si l’historien (des idées) découvre bien des objets historiques, ce n’est pas vraiment sur le mode de faits empiriques perçus dans une réalité objective externe aux individus, mais bien, par opposition à tout ancrage fondamentaliste, dans le lien à une pratique sociale intersubjective. Tout devient alors affaire de comparaison entre points de vue sur des critères de compréhensivité, de consistance, de progressivité et d’ouverture. Il s’agit alors de reconstituer une cohérence de points de vue, de théories, y compris rivaux et radicalement différents. À l’historien de défendre aussi, avec les auteurs, son point de vue, de l’insérer dans le débat, de lui donner consistance dans le réseau des croyances.

55Mark Bevir aborde alors le cœur de sa démarche, le « tournant anthropologique » où l’objectivité relève de la comparaison entre théories individuelles, et non d’une traduction abstraite de la réalité immédiate, selon le schéma classique de la perception du donné. Il affirme alors une autre proposition : les significations historiques consistent dans des points de vue individuels. Il introduit par là même, dans un nouveau chapitre, la catégorie de « réseau de croyances » (web of beliefs). Ainsi, les croyances relèvent de la manière d’exprimer les propositions que les personnes pensent être vraies. Mark Bevir peut en déduire encore une nouvelle proposition : un point de vue individuel consiste dans des croyances exprimées. Il met ainsi l’accent sur les croyances sincères, consistantes et rationnelles. À ce titre l’historien des idées et des concepts doit considérer les croyances exprimées en tant que croyances sincères, consistantes et rationnelles.

  • 38 Voir le chapitre introductif.

56Jusque là, Mark Bevir défend une approche herméneutique de la signification, quelque peu différente des approches sémantique et linguistique qui accordent une place centrale à l’élucidation des conditions de possibilité langagières des phénomènes historiques, du coté des chercheurs allemands38, et à la compréhension des usages conventionnels des discours, du côté des chercheurs anglophones en histoire des concepts. Puis il continue sa réflexion autour du problème crucial de la signification d’une œuvre dans la perspective de l’articulation du synchronique au diachronique. Reprenant la question de l’héritage en histoire des idées, il considère que des individus héritant socialement d’une tradition ne sont pas pris, lorsqu’ils énoncent leurs objectifs ultimes, dans les limites de cette tradition : ils peuvent l’étendre, la modifier, la rejeter même. D’un point de vue synchronique, il existe alors un lien entre réseaux individuels de croyances et réseaux de croyances hérités dans la mesure où se profile une diachronie définie par la manière dont ces réseaux se détachent de leurs traditions. Donc les réseaux de croyances sont ici abordés en tant que processus de socialisation et à l’horizon d’un holisme sémantique.

  • 39 Voir Paperman, Ogien éds (1995).
  • 40 Ses premiers travaux (1996, 1997) s’inscrivent plus spécifiquement dans le champ de l’analyse de d (...)

57Mark Bevir s’intéresse alors aux dilemmes suscités par les nouvelles croyances associées à un réseau interconnecté, et non à une hiérarchie. Il formule une nouvelle proposition : un ancien réseau de croyances se transforme en un nouveau réseau de croyances par le fait d’un dilemme. Il postule ainsi des connexions entre les croyances. Lorsque des individus adoptent une nouvelle croyance, ils doivent modifier les croyances existantes, et ces croyances ne leur donnent pas le mode d’emploi pour le faire ; ils doivent donc s’efforcer d’avoir des croyances sincères, rationnelles et conscientes, qui peuvent par là même faire consistance dans leurs interrelations. Mark Bevir s’intéresse aussi aux distorsions entre croyances passées et actuelles qui suscitent déception et irrationalité. Il parle de « pro-attitude » dans la manière illégitime de fonder une croyance au point de convoquer ici Freud et la psychanalyse. Il peut alors prendre en compte l’émotion, le désir producteur de sentiment. Il élargit ainsi les connexions entre croyances du rationnel « pur » à l’émotif, étendant par là même les raisons pratiques aux normes émotionnels, à l’égal des sociologues des émotions situés dans la mouvance de l’ethnométhodologie39 dont s’inspire une historienne française, Sophie Wahnich, dans ses travaux actuels, en histoire des concepts, sur les émotions comme modalité spécifique de jugements, c’est-à-dire comme arguments des acteurs de l’histoire40.

58Foncièrement anti-fondationiste, Mark Bevir en vient donc à proposer une grammaire des concepts à partir d’une mise en réseau particulièrement consistante d’une théorie intentionnelle « faible » de la signification, d’un concept anthropologique d’objectivité et d’un espace agencé par les individus de façon consciente et rationnelle. Objectivité et explication sont indissociables du réseau : l’objectivité apparaît dans la comparaisons entre les éléments rivaux du réseau. Il est donc question de « réseaux interconnectés de croyances » où l’individu gagne en indépendance sur la base suivante : « Les individus peuvent exercer leur raison et avoir leurs expériences seulement dans le contexte de leurs réseaux existants de croyance, qui influencent le contenu de leur raison et de leur expérience. Par conséquent, les historiens peuvent commencer à expliquer pourquoi quelqu’un détient une croyance particulière, en la liant avec d’autres croyances. Il peuvent l’expliquer en montrant comment elle s’ajoute à un réseau interconnecté de croyances qui font sens pour elle » (1999, 312).

Une raison locale

  • 41 Plus précisément, Hayden White (1973, 1987) considère que « les narrations ne consistent pas uniqu (...)

59Certes Mark Bevir concède aux tenants du tournant langagier, dont procèdent les courants les plus novateurs de l’histoire des concepts, que l’explication historique est bien d’ordre narratif. Il faut rappeler ici le débat qui opposent les historiens français, en particulier Gérard Noiriel (1996) et Roger Chartier (1998), attachés à l’appréhension de la réalité par la méthode historiographique, aux « narrativistes » américains, tels qu’Hayden White (1973, 1987), qui conteste l’hégémonie du régime de vérité propre à l’histoire41, tout en précisant immédiatement que ce débat est décentré par rapport à une histoire des concepts, certes préoccupée d’histoire et d’action linguistiques, mais qui pose en permanence la question de la connexion empirique entre réalité et discours.

60S’inscrivant dans le champ de l’histoire des concepts, Mark Bevir ne considère donc pas l’explication historique comme une construction fictionnelle : si elle ne relève pas fondamentalement, d’une structure subjective apte à comprendre le passé, elle nous renvoie avant tout à un espace où les points de vue individuels agencent les connexions entre croyances héritées et/ou nouvelles, sans a priori aucun sur des structures qui s’imposeraient aux individus.

61Mark Bevir peut alors s’affirmer le partisan d’un idéalisme moderne tant contre les positivistes que contre les narrativistes exclusifs. Dans la lignée de Hegel, Croce, Collingwood et bien d’autres, s’il affirme que l’histoire conceptuelle des idées est commune à toutes les sciences humaines, pour autant elle ne peut s’établir que sur une « raison locale » proche des individus, et donc à l’encontre de toute fondation sur la raison pure. L’idée d’un raisonnement local s’impose alors dans cette démarche privilégiant l’accès à la connaissance objective par une comparaison des états de théories agencées dans une interconnexion entre points de vue individuels qui ne présuppose pas l’autonomie de l’individu. Il n’existe donc pas de vérités définitives, et pourtant les significations font un tout dans la mesure où elles sont le perpétuel produit d’agencements individuels, mais sans pour autant s’hypostasier en se séparant par l’effet de leur logique propre. Et il conclut :

62« Jusqu’à présent, j’ai défendu l’idée d’un raisonnement local, en argumentant du fait que les significations historiques dérivent des croyances des individus actuels plutôt que d’une structure sociale, et que le processus d’imputation des croyances aux personnes donne forme à une norme au service d’une rationalité considérée comme cohérente » (1999, 315).

63En fin de compte Mark Bevir distingue la manière de comprendre les énoncés par leur insertion dans des paradigmes et des langages référés à des structures sociales et sa propre façon d’expliquer historiquement la rationalité des croyances au sein de réseaux interconnectés qui peuvent concerner aussi bien une raison locale, un désir exprimé par un sentiment qu’un dilemme suscité par le rapport à la tradition. Autant l’existence présupposée d’une structure sociale, y compris dans sa dimension subjective et discursive, introduit des normes qui régissent les usages énonciatifs, autant les traditions pèsent sur les nouvelles croyances, et pourtant elles n’en sont pas constitutives, ne les limitent pas. Le travail d’ajustement individuel des croyances énoncées s’inscrit dans des réseaux interconnectés, des hypertextes en quelque sorte, nous introduisant à l’objectivité des faits historiques selon divers points de vue. Ce travail explicatif relève donc d’un processus fluctuant de socialisation où les croyances se modifient constamment sous l’action de la capacité propre de chaque individu à les agencer. Ressources et créativité de l’individu sont ainsi mises au premier plan du travail d’explication historique.

  • 42 Accusé de se laisser aller à « une manie d’antiquaire universitaire », Skinner précise que « L’acc (...)
  • 43 « Logic and Rhetoric in the History of Political Thought ? Comments on Mark Bevir », Third Europea (...)

64Partant d’une histoire conceptuelle, élargie au social, des idées, et désormais bien connue dans le monde anglophone, Mark Bevir en conteste la valeur de procédure de découverte, et propose une autre démarche, plus propice selon lui à l’émergence d’une logique de découverte, où il s’attache à une manière de faire l’histoire des idées qui puisse vraiment faire rupture avec le côté antiquaire – retrouver des richesses cachées dans les textes et les répertorier –, certes contesté par Skinner42, de l’histoire des concepts. Skinner pourrait lui rétorquer, comme le suggère Kari Palonen43, qu’il revient à la conception platonicienne de la signification, en ignorant la nouveauté radicale du point de vue de l’histoire des concepts sur « l’action linguistique ». Le fait que la signification d’une proposition n’équivaut pas à une simple adéquation entre le mot et la chose, mais procède d’une mise en argument échapperait ainsi à la sagacité de Mark Bevir par défaut de discussion, dans son livre, autour d’un cas discursif précis.

*

65Dans le contexte français, où l’histoire anglophone des concepts commence à peine sa percée avec la traduction récente, donc tardive de Pocock et, de façon très partielle, de Skinner, il n’est pas aisé d’apprécier l’apport de l’ouvrage de Mark Bevir, et d’un débat très avancé au loin sur des agencements aventurés aux yeux des chercheurs français. Pourtant, son auteur marque bien en fin de compte les limites d’une nouvelle histoire sociale qui voudrait reconstituer une théorie générale de l’évolution sociale sur le terrain d’un contextualisme moderne, donc qui prendrait en compte la dimension discursive, sémantique et pragmatique des faits sociaux sans s’attarder sur la question anthropologique des points de vue individuels et des réseaux de croyances qu’ils suscitent.

66Il commence à être admis, dans la communauté des historiens, que la société s’analyse en tant que catégorie réflexive de la pratique sociale, que les liens sociaux se constituent dans des usages, donc que la compréhension historique procède d’une rationalité procédurale (Lepetit, 1995). Mais il est moins souvent précisé que les individus exercent leurs jugements en mobilisant des ressources interprétatives dans un contexte formé de réseaux existants de croyance, dont la consistance est le fait des mêmes individus dans leurs interrelations. Ainsi se pose la question de la rationalité propre de l’individu au sein « d’une configuration de points en évolution constante, sensible en même temps aux mouvements de chacune des ses composantes, à leurs structurations locales, et aux dynamiques que ces structurations engendrent » (Gribaudi, 1996 : 139).

67À ce titre, la connaissance objective des réalités historiques relève d’un processus permanent de comparaison et de critique entre les différentes « théories » tant des acteurs de l’histoire que des principaux tenants de l’historiographie.

C- L’histoire linguistique des usages conceptuels

  • 44 Voir le chapitre introductif. Ce laboratoire est devenu, au cours des années 1990, l’UMR « Analyse (...)

68Nous l’avons déjà précisé, il n’existe pas véritablement en France de courants en histoire des concepts aussi nettement constitués qu’en Angleterre et en Allemagne, pour s’en tenir à l’espace européen. Cependant, la riche expérience, depuis les années 1970, du laboratoire de lexicologie politique de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, associé au champ de l’analyse de discours du côté de l’histoire44 débouche actuellement sur une histoire linguistique des usages conceptuels dont nous souhaitons présenter les caractéristiques majeures.

69Deux projets français, emboîtés l’un dans l’autre, concernent donc le champ de l’histoire des concepts. Ils s’inscrivent à mi-chemin de l’enquête monographique et de l’élaboration d’un Dictionnaire des usages socio-politiques du français contemporain.

1. Dictionnaires et monographies

Des projets emboîtés

70Le plus ambitieux des deux demeure à l’état de prototype thématique d’un tel Dictionnaire des mots socio-politiques pour l’ensemble de la période contemporaine. L’ouvrage collectif sur In/égalité/s, élaboré sous la direction de Pierre Fiala (1999), en donne les orientations majeures. Il résulte d’un travail transversal à l’ensemble des équipes du Laboratoire « Analyse de corpus » sur la période 18ème-20ème siècles, avec l’apport de la banque de données Frantext (Institut National de la Langue Française) et de la textothèque de ce laboratoire. Il s’agit donc d’un travail sur un corpus de textes qui nous confronte avec une description des usages dans des discours diversifiés et une approche partiellement quantitative selon les méthodes lexicométriques d’analyses lexicales et discursives.

71La démarche d’analyse sur des corpus diachroniques très divers part du principe d’une dispersion très forte et de la nature composite du discours socio-politique, qui concerne aussi bien des pratiques langagières décrites tant dans l’archive que dans l’imprimé que des textes de grands auteurs, sans oublier les produits actuels de la communication médiatique. Par ailleurs, le propos des chercheurs français met l’accent sur le peu d’attention en général, dans l’histoire conceptuelle du politique, pour les propriétés linguistiques des mots, leurs variations morphologiques et sémantiques en deçà de considérations langagières générales. Nous pouvons alors parler d’un essai de description diachronique d’un terme (et de sa famille morphologique) caractéristique des discours politiques contemporains, en l’occurrence le terme d’égalité.

72Reste que la dizaine d’analyses des variations, déplacements et substitutions proposées autour de ce thème demeurent monographiques, et qui plus est ne prennent pas vraiment en compte le contexte au sens large. Il s’agit donc d’un projet limité, tout du moins à travers ce prototype thématique, qui présente essentiellement l’intérêt de nous donner un éventail assez complet des méthodes d’analyse linguistique et discursive sur des corpus diversifiés de discours politiques. La question de la mise en œuvre d’un Dictionnaire contextuel, qui allierait l’analyse discursive des concepts, la prise en compte de la diversité des usages et de la multiplicité des pratiques langagières, la description de leurs propriétés linguistiques et de leurs variations historiques à la systématicité lexicale de la démarche dictionnairique demeure ici en suspens.

73Une autre solution, le Dictionnaire des fréquences, si elle s’applique à de très grands corpus, peut s’avérer très productive dans une perspective contextualiste sur une base quantitative : elle associe en effet l’analyse du champ lexical d’une notion-concept, de ses spécificités à l’étude de son réseau sémantique. Cependant une seule expérimentation a été effectuée en ce domaine ; elle concerne le corpus des résolutions des congrès fédéraux tenus par quatre organisations syndicales, la CGT, la CFDT, FO et la CFTC entre 1971 et 1990 (Hetzel et alii, 1998).

74Le second projet, mis en place dans la conjoncture du bicentenaire de la Révolution française, est beaucoup plus resserré chronologiquement, mais se concrétise à travers une série de publications. Il s’agit du Dictionnaire des usages socio-politiques du français (1770-1815), constitué à l’initiative de l’équipe « 18e et Révolution française », dont nous assurons actuellement la direction avec Raymonde Monnier et Marie-France Piguet. Huit fascicules ont déjà été publiés. Le premier volume est paru en 1985, au même moment que le premier fascicule du Handbuch, sans pour autant vouloir rivaliser avec cette vaste entreprise allemande.

75Fruit d’une collaboration entre historiens, lexicologues et linguistes, ce Dictionnaire accorde une place prépondérante à la présentation de résultats discursifs, donc à la recension et l’interprétation d’usages en contexte. S’adressant pour une part à la communauté des historiens de la période révolutionnaire, il ne s’en tient pas au « format lexical », voir refuse toute nomenclature a priori, au profit d’une approche aussi diversifiée que possible des pratiques langagières. Nous sommes donc bien là dans l’espace de l’histoire langagière des concepts, à l’égal de l’histoire des concepts prise dans le « tournant linguistique ». C’est pourquoi la perspective ouverte par ce projet débouche actuellement sur une réflexion autour de ce que nous appelons désormais l’histoire linguistique des usages conceptuels.

Un dictionnaire des usages socio-politiques de la période révolutionnaire

  • 45 Hormis Hans Erich Bödeker, Reinhart Koselleck, Hans Jürgen Lüsebrink, Rolf Reichardt déjà cités, i (...)
  • 46 Voir l’introduction.

76D’abord, et en liaison avec les chercheurs allemands soucieux de sémantique historique, de pragmatique historique de texte et de sociolinguistique historique45, cette entreprise s’appuie sur un point de vue herméneutique qui considère l’analyse des conditions langagières d’apparition des formes discursives comme un accès privilégié à leur compréhension historique. Dans les termes de l’analyse de discours, une fois inséré, par la lecture d’archives, dans une configuration discursive, l’énoncé ainsi attesté est appréhendé dans sa mise en acte, par la concrétisation d’usages de notions, d’arguments dans un continuum entre le contexte, les ressources et les thèmes du discours socio-politique46. L’histoire linguistique des usages conceptuels est donc aussi une histoire pragmatique dans la mesure où elle accorde, à l’exemple de Skinner, une grande importance aux actes de langage constitutifs d’usages performatifs de notions socio-politiques, et aux ressources qui s’y déploient.

77Cependant, d’un fascicule à l’autre du Dictionnaire des usages socio-politiques, nous passons d’un intérêt dominant pour l’usage de mots désignants et/ou instituants du discours révolutionnaire – tels que aristocrates, sans-culottes, suspects, patriotes etc. d’une part et terreur, liberté, anarchie, etc. d’autre part – à une ouverture vers des configurations discursives plus diversifiées, par le fait de la lecture d’archives, du recours aux banques de données, et des problématiques plus élaborées, au point de rencontrer des questions proprement langagières de l’histoire des concepts, en particulier celles de l’abus et du pouvoir des mots. Il ne s’agit plus seulement d’enrichir l’approche lexicologique classique en décrivant des usages de mots dans des événements discursifs, mais de considérer la dimension de conscience linguistique, voire le statut cognitif, de notions appréhendées au sein de pratiques langagières diversifiées.

78De fait les choix méthodologiques des huit volumes publiés ou en cours de publication peuvent être regroupés en trois volets. Deux volumes (I-1985 et IV-1989) concernent très classiquement une série de désignants socio-politiques (sans-culottes, aristocrates, anarchistes, etc.) tout à fait courants dans le discours révolutionnaire, mais sujets à des retournements/réélaborations situés ici précisément dans leur contexte discursif. Les désignants socio-politiques concernent ainsi une ressource lexicale peu homogène sémantiquement, mais dont la valeur autodésignante et la forte prise en charge énonciative permettent d’en situer assez précisément le contexte et les conditions d’émergence. C’est pourquoi l’étude des désignants socio-politiques a fait l’objet, depuis lors, de véritables monographies lexicales. Il est ainsi possible de décrire les premiers usages d’anarchistes en 1791, donc en deçà de l’histoire de l’anarchie (Deleplace, 2000), de même que l’émergence de révolutionnaires dans l’autodésignation n’a rien d’immédiat dans la « Révolution de 1789 », mais passe par l’invention préalable de contre-révolutionnaires et le renvoi, par là même, de l’appropriation positive de révolutionnaires aux discours de l’année 1792 (Steuckardt, 2000, 2002).

79Deux autres volumes (III-1998 et V-1991) s’intéressent de façon partielle aux outils linguistiques, essentiellement les Dictionnaires, et à la conscience linguistique de l’époque. Cependant les études présentées, d’une grande diversité méthodologique, s’insèrent dans le champ plus large de l’histoire des idées et des théories linguistiques, l’histoire de la rhétorique incluse (Auroux, 1989-1999). Elles renvoient donc à une multiplicité de travaux dont la diversité et les liens avec l’étude des discours politiques a été mise en valeur par les travaux récents (Schlieben-Lange, 1996 ; Négrel, Sermain, 2002).

80Trois autres volumes (II-1987 et VI-1999, VII-2003), parcourent un trajet significatif des notions-concepts vers les notions pratiques et les notions théoriques. Ils se situent au cœur de ce Dictionnaire des usages.

  • 47 Maurice Tournier, « Le label, entre usage et concept », in J. Guilhaumou, R. Monnier (2003), p. 8.

81Certes, avec les notions-concepts, il ne s’agissait au départ, dans la conjoncture du bicentenaire de la Révolution française, que de restituer, par le retour à l’archive et au contexte discursif, la portée conceptuelle, au sein même des événements révolutionnaires, de notions toujours citées par les historiens, mais particulièrement mal connues dans leur réalité langagière, c’est-à-dire leur mise en argument dans des trajets discursifs. Si le choix inaugural de la série lexicale terreur, république, liberté, tyrannie, etc. dans le second fascicule relève d’une certaine conformité historiographique, reste que ces notions-concepts constitutives du « nouvel ordre des choses » sont présentement appréhendées plus dans leur émergence discursive que dans leur résonance doctrinale. Actuellement, au contact de l’histoire des concepts, l’étude des notions-concepts a pris une ampleur considérable comme en témoigne notre récente publication, en collaboration avec Raymonde Monnier (2003). Lumières, constitution, république, liberté de la presse, citoyenneté, espace public, liberté de la femme, individualité, nation, extrême centre, ces notions y sont interrogées comme autant d’usages conceptuels ou de concepts en usage, donc prises dans « un maquis de notions marquées et démarquées et d’utilisations plus ou moins théorisées »47.

82Plus avant les deux autres volumes proposent, au sein d’un tel espace notionnel, une partition entre les notions pratiques et les notions théoriques. Si la notion pratique procède de configurations discursives appréhendables dans un trajet complexe d’un référent de réalité à la notion elle-même, la notion théorique nous fait passer, par abstraction, un seuil à partir duquel se précise des choix lexicaux en relation avec une volonté déclarée de démarquer scientifiquement une notion. Pour autant, une notion théorique est tout aussi appréhendable dans ses usages empiriques dans la mesure où elle n’est pas dissociée, certes dans son extension et non dans son référent empirique, d’un programme d’actions.

  • 48 Ce que les ethnométhodologues appellent « la réflexivité des descriptions sociales », c’est-à-dire (...)

83Le sixième volume, relatif aux notions pratiques, permet ainsi de caractériser le champ discursif de notions mises en acte dans une étroite relation aux objets et aux circonstances. Nous retrouvons des notions (humanité, loi, harmonie etc.) héritées de la tradition des Lumières, mais dont la diversification dans l’événement même leur donne une dimension pratique définissable à partir des seules ressources textuelles attestées. Nous entrons ainsi dans l’univers de la rationalité de l’action, de « l’action qui convient » au sens sociologique (Thevenot, 1990). Ainsi le champ sémantique d’une notion pratique ne peut rendre compte de sa valeur conceptuelle dans le seul cheminement du mot, elle doit considérer une diversité d’usages de termes appréhendés dans les mêmes circonstances, proches du même objet, donc présent dans les mêmes actions. Nous nous rapprochons ainsi singulièrement de l’histoire sémantique, à la différence près d’une attention prononcée à « l’action qui convient ». En effet, dans une perspective proche de l’ethnométhodologie48, mais étendue du discours ordinaire au discours socio-politique, il est désormais possible de rendre compte de la manière dont les notions s’organisent en faisant réflexivement sens dans leur contexte propre, qui structure en outre les expérimentations et les attentes des acteurs concernés par l’usage de ces notions pratiques. Nous sommes finalement projeté dans le monde de notions pratiquement réalisées au sein de processus constitués par les membres d’une société, tout en conservant leur valeur de connaissance des mécanismes socio-politiques.

84Le septième volume concerne principalement le domaine de l’économie politique naissante (division du travail, langue de l’économie politique, production, socialisme), à côté de notions plus conjoncturelles (charlatanisme, grande nation), mais s’y intéresse au titre d’une distinction problématisée entre notions pratiques et notions théoriques. La question posée est alors la suivante : peut-on considérer qu’une notion théorique équivaut à un référent relativement stable dans le nom d’un concept, ouvrant ainsi la possibilité de l’émergence d’une nouvelle science, à l’exemple de la « science nouvelle » de l’économie politique par les Physiocrates et de « la nouvelle langue politique » de « la science politique » avec Sieyès ? Il apparaît ainsi que le contexte de découverte d’une théorie n’est pas dissociable de son contexte social de justification, ne serait-ce que dans le fait fréquent de son auto-désignation comme science par ceux qui la découvrent. Au sein du monde notionnel du 18e siècle, il est concevable de décrire un seuil de théorisation, par le fait de l’abstraction et de la typification, à l’aide de formes particulières de lexicalisation. Les membres de la société civile montrent alors leur capacité à démarquer la vraie science de la fausse science par un acte discursif défini, reconnu, intelligible, constitué, donc descriptible.

85Enfin le huitième volume s’inscrit de façon résolue, dans une perspective d’histoire langagière des concepts, en s’intéressant, de manière globale, tout autant au désignant patriote et son dérivé patriotisme qu’à la notion de patrie, appréhendée à la fois dans sa dimension théorique et ses effets pratiques. Il s’agit bien ici d’explorer les conditions langagières de formation du concept de patrie à partir de normes et de traditions éthiques, esthétiques et rhétoriques qui lui donnent valeur d’argument.

2. Les questions en débat de l’historien linguiste

86Cependant l’apport de l’histoire linguistique ne se résume pas à des analyses en corpus et des mises en contexte de monographies lexicales. Désormais l’historien linguiste participe de manière spécifique à certains débats qui animent la communauté scientifique.

Une dimension anthropologique

  • 49 Voir le chapitre suivant.

87Au terme de ce trajet notionnel au sein des usages conceptuels, il apparaît qu’une notion-concept est attestée dans une situation précise d’échange des ressources disponibles pour la rendre intelligible. La médiation des observateurs, spectateurs et acteurs dans l’argumentaire de cette notion introduit un co-partage de la responsabilité de l’usage des mots en société, et donc une volonté d’en clarifier l’emploi social. C’est pourquoi la question du contrôle sémiotique de « l’abus des mots », très présente au 18ème siècle sous l’influence de John Locke49, devient un véritable enjeu méthodologique. Compte tenu du sérieux de la parole des acteurs, donc de la réalité de son impact et de la croyance dans son intelligibilité, l’accent est mis tant historiquement que présentement sur la nécessité de ne pas laisser se développer un usage abusif des mots qui risque de rendre particulièrement instable l’espace commun de communication au sein d’une société.

  • 50 Voir la postface.
  • 51 En particulier Roger Chartier (1998). Nous revenons sur cette question de la connexion empirique e (...)

88Ainsi l’histoire des concepts est partie prenante dans le perpétuel travail de négociation, d’ajustement que la connexion empirique de la réalité au discours nous impose50. Si elle admet bien l’existence de lignes de résistance du réel à toute interprétation purement textuelle, voire fictionnelle, de la réalité, il s’agit de lignes de tendance du réel toujours susceptibles d’être négociées par des auteurs, des acteurs, des orateurs et des spectateurs qui disposent de possibilités langagières ayant valeur de ressources interprétatives diversifiées, donc suffisantes pour comprendre le réel. Ainsi se dégage une volonté commune des divers courants de l’histoire conceptuelle, y compris l’histoire linguistique des usages conceptuels, de travailler le lien empirique entre l’action concrète et le discours, de ne pas les dissocier de façon artificielle au titre d’une recherche de stratégies qualifiées aussi vite d’illusoires. Nous sommes donc loin, nous semble-t-il, des inquiétudes des historiens français sur les risques, en adoptant le « tournant linguistique », de détruire le régime de vérité propre au métier d’historien51.

89Qui plus est, les développements actuels de l’histoire des concepts tendent à combler le retard du champ français de la recherche en la matière. À prendre en compte, comme nous l’avons fait, les travaux en histoire des concepts, il apparaît que ce domaine de recherche s’intéresse à la manière dont les notions-concepts se déploient dans leur historicité selon des expérimentations et des attentes diversifiées, à travers des usages et des significations multiples, et à partir d’arguments spécifiques tout en marquant soit des ruptures, soit des continuités dans les manières de dire des acteurs, mais aussi dans les manières d’agir du côté des acteurs et des spectateurs. Ce domaine en pleine expansion apparaît tout aussi apte à configurer les significations historiques des concepts autour d’agents rationnels appréhendés dans leur activité sociale la plus large possible, c’est-à-dire tant dans la part la plus abstraite de leur production intellectuelle que dans la dimension anthropologique de leur effort de conceptualisation.

  • 52 Titre d’un essai traduit en français, Paris, Seuil, 2000.

90L’exemple le plus significatif est sans doute celui du débat actuel autour du concept de liberté. Quentin Skinner mène depuis plusieurs années une réflexion approfondie sur « la liberté avant le libéralisme »52. Il s’efforce de montrer comment, dans certaines périodes historiques et tout particulièrement la Révolution anglaise, se réactive une conception néo-romaine de la liberté distincte des postulats du libéralisme classique :

  • 53 La liberté avant le libéralisme, Paris, Ibid., p. 55.

91« Qu’est-ce donc qui sépare la conception néo-romaine de la liberté de celle des libéraux ? Ce que les auteurs néo-romains rejettent avant la lettre est le postulat clé du libéralisme classique selon lequel la force ou la menace coercitive de la force constituent les seules formes de contrainte qui interviennent sur la liberté individuelle. Les auteurs néo-romains soutiennent en revanche que vivre dans une condition de dépendance constitue en soi une source et une forme de contrainte »53.

  • 54 Il précise son argumentaire dans son étude traduite en français, « Un troisième concept de liberté (...)

92Ainsi, Quentin Skinner isole un concept de liberté politique, dont l’effectivité n’est attestée que dans un État libre : le citoyen a conscience de sa liberté vis-à-vis de la volonté d’autrui, et se trouve donc de facto dans une situation de non-ingérence, c’est-à-dire où ne pèse sur lui aucune menace d’ingérence54.

  • 55 Ibid.

93Un lien s’établit alors avec la manière dont un certain nombre de chercheurs, en particulier français, s’interrogent sur les libéralismes politiques au temps des Lumières et de la Révolution françaises. La participation récente de Skinner à un numéro spécial de revue intitulé « Les libéralismes au regard de l’histoire » souligne bien cette parenté en montrant, côté français, à la fois les limites du libéralisme classique, avec l’exemple des Physiocrates, et les ouvertures des libéralismes politiques, tant sous leur forme républicaine que sous leurs modalités constituante (Sieyès) et égalitaire (Robespierre)55.

  • 56 D’après les récents travaux de Sophie Wahnich (1997b, 1999) sur l’émotion comme argument du discou (...)

94Prenons enfin un second exemple, très présent dans l’espace français, celui du concept de souveraineté. La première étape contiste à prendre au sérieux les représentations qui organisent le cadre intellectuel dans lequel se déploie l’idée de souveraineté, représentations actives qui orientent le champ des possibles de la souveraineté du peuple (Rosanvallon, 2000) Puis, une approche à la fois critique et réflexive d’un concept présent au premier plan de la Révolution française, après avoir insisté sur le caractère particulièrement abstrait de l’idée de souveraineté, s’intéresse principalement au problème de la localisation de la souveraineté en explicitant les diverses réponses historiquement attestées au questionnement sociopolitique suivant : « Qui est effectivement souverain ? » (Jaume, 1989). Alors une étude localisée de la mise en acte du concept de souveraineté permet d’en appréhender la dimension argumentative dans le parcours visible et conscient d’un investissement contextuel précis (Guilhaumou, 1994a). Plus avant, ce concept apparaît comme un répertoire singulier d’arguments où la part réflexive des croyances et des émotions est incontournable : elle permet en effet de répondre d’une manière particulièrement intelligible à la question initiale : « Quel est le détenteur du pouvoir souverain ? »56.

95Dans une telle perspective, l’histoire des concepts s’ouvre largement à un champ anthropologique où l’approche conceptuelle de la rationalité du jugement des acteurs est indissociable d’une réflexion sur les fondements cognitifs et moraux de l’individuation pratique. Si l’histoire sémantique a prouvé sa capacité à rendre compte de la formation historique de l’identité sociale et nationale, elle s’avère désormais également capable d’analyser la formation de l’identité moderne sur la base métaphysique des « sources du moi » (Taylor, 1989). Elle combat ainsi la réduction ordinaire de la métaphysique politique de l’individu empirique à ses déterminations par le contexte social. La prise en compte de la réciprocité individuelle, posée dans son principe et concrétisée dans sa part de sympathie, d’enthousiasme et d’émotion, interdit alors toute approche objectiviste des faits. Considérer historiquement les concepts spécifiques de la subjectivité individuelle, en tant qu’instance fondatrice de l’agir, du parler et du savoir, pourrait bien devenir l’une des préoccupations essentielles de l’histoire des concepts.

  • 57 Voir, du côté de la sociologie des raisons pratiques, les 14 volumes de la collection « Raisons pr (...)

96D’objet en objet, de concept en concept, d’événement en événement, il est donc désormais question de l’agencement conscient et rationnel des actions individuelles étendu aux raisons pratiques, aux croyances et aux émotions. Des individus, au-delà de tout paradigme langagier et de toute convention discursive, développent activement leur faculté de connaître par l’exercice local de leur raison, enrichissant ainsi leurs réseaux de croyances communes. L’expression des besoins, des désirs, des sympathies, des enthousiasmes, des émotions fait désormais partie intégrante de la signification historique des concepts. Ainsi s’opère un rapprochement plein de promesses entre l’histoire des concepts, en particulier dans sa version allemande (Koselleck), et la sociologie des raisons pratiques lorsque les historiens et les sociologues s’intéressent conjointement à l’opérativité historique et à l’individuation pratique des concepts57. Mais encore faut-il préciser, dans une perspective d’histoire des concepts, ce qu’il en est de la dimension intentionnelle de telles actions, et le débat qui s’ensuit.

Autour de l’intentionnalité

  • 58 Selon G.E.M. Anscombre (2002), une action est intentionnelle sous la description que nous en donno (...)
  • 59 Pour l’historien linguiste, il s’agit d’abord de considérer l’existence d’une langue empirique, d’ (...)

97La question posée par l’historien du discours à la pensée en acte des auteurs/acteurs, n’est pas comment disent-ils ce qu’ils font, au titre d’une stratégie discursive que l’analyste devrait rendre explicite, mais pourquoi le font-ils, et présentement pour des raisons particulières qui s’expriment dans des croyances sincères, rationnelles et consistantes. L’intentionnalité renvoie ici au fait qu’une action n’est intelligible que sous la description discursive que l’auteur/acteur en donne58. Il s’agit donc de considérer la capacité signifiante dont dispose l’acteur/auteur pour réaliser un état d’hyper-langue59, étroitement lié à un état de choses du monde, et par là même de considérer son aptitude à produire des discours aux significations historiques particulières.

98Un tel débat sur l’intentionnalité a été introduit en histoire des concepts par Quentin Skinner, repris par Mark Bevir (2002), puis amplifié par le dialogue instauré entre ces deux auteurs.

99Quentin Skinner précise d’abord que le problème principal, en histoire des concepts, n’est pas de connaître la signification de ce qu’un auteur a dit et a fait. La question posée se décline plutôt en deux temps, intimement liés : 1o Qu’est-ce que l’auteur a fait en disant ce qu’il dit ? Quelle est la signification de cette action linguistique (linguistic action) ? 2o Qu’est-ce que l’auteur a voulu signifier en écrivant d’une façon particulière ? Quelles sont ses intentions en exprimant cette chose particulière ? Il s’agit donc d’établir un lien entre les significations (générales) et les intentions (particulières) de l’auteur/acteur dans l’acte d’interprétation : ainsi le rôle de l’historien du discours consiste à mettre en valeur les intentions de l’auteur dans le fait même d’écrire ce qu’il écrit, sans pour autant conférer à ces intentions une valeur finale dans l’interprétation, par exemple sous la forme d’une prise de conscience d’un contenu finalisé de pensée par l’auteur lui-même.

100À ce titre, les intentions d’un auteur doivent avoir un caractère conventionnel, réglé pour pouvoir être intelligibles, donc ouvertes à la compréhension historique. Situés hors de toute prétention à la maîtrise du savoir, donc de tout privilège de la conscience, ces états intentionnels, permettent, par leur capacité à rendre possible la réalisation d’un état de choses, de positionner un argument en contexte, c’est-à-dire de façon particulière : ils contribuent donc à un traitement adéquat d’un état de choses appréhendé sous la description discursive que l’auteur en donne. L’auteur se voit ainsi conférer une certaine force illocutionnaire, par sa capacité à « performer » un acte dans sa façon même de faire ce qu’il dit, c’est-à-dire à s’insérer dans une « action linguistique » qui, en plus qu’elle dit quelque chose, produit quelque chose en le disant. Skinner ouvre ainsi une perspective de recherche sur le changement conceptuel dans l’histoire qui révoque tout surplomb de la pensée sur l’action au profit d’un déploiement de la pensée, aussi abstraite soit-elle, dans le champ même de l’action. Plus précisément, il aborde l’histoire des concepts dans les termes d’une action linguistique qui donne au discours politique une place essentielle dans la théorisation du politique (Palonen, 2003).

101Pour aller plus avant dans les termes de la philosophie analytique (Austin 1962/1970), les intentions d’un auteur marquent le lien entre la dimension créative, donc non instrumentale, du langage, et la performativité attachée à des actes particuliers de langage. Il apparaît ainsi que les significations d’un texte ne peuvent se confondre d’emblée avec les intentions de son auteur, aussi « conscientisées » soient-elles : encore faut-il identifier ce que telle ou telle intention signifie pour un auteur dans un contexte donné, ce qu’il en est donc de leur degré de réflexivité dans un univers langagier normé. Plus précisément, l’historien du discours balise l’histoire des concepts à partir du vocabulaire normatif d’une époque donnée, c’est-à-dire à l’aide du contexte multiforme d’actions linguistiques définies par le fait même que le potentiel normatif des concepts est pris dans l’action politique. Il s’agit, en fin de compte, d’étudier la manière dont les règles rhétoriques et les conventions sociales ont force illocutoire dans l’usage argumentatif des concepts.

102À ce titre, la question de l’intentionnalité ne peut se réduire à la seule considération de l’état d’un sujet psychologiquement conscient de ses actes, elle concerne, tout autant si ce n’est plus, la manière dont l’individu s’insère dans le monde qui l’entoure. Ainsi, Laurence Kaufmann remarque, à propos de son travail de thèse sur le concept d’opinion publique (2001) que, si l’on met à l’écart une intentionnalité de l’esprit réduite à un trait psychologique, il est possible de considérer, dans la lignée de Wittgenstein, qu’il existe aussi une « intentionnalité collective » (2002, 72). Ici, précise Laurence Kaufmann, les faits intentionnels, par-delà leurs différences individuelles, établissent une relation réelle qui leur donne « prise » sur le monde et les engage de facto vis-à-vis de leurs semblables. Elle renvoie non à l’intériorité d’un sujet conscient, mais à l’extériorité des significations communes. L’usage impersonnel et public de ces dernières préserve la dimension intentionnelle qui permet à un sujet de renvoyer à une chose du monde tout en garantissant l'identification, par autrui, de « ce à propos de quoi » il est susceptible de parler, penser ou croire. Cela justifie du coup une approche qui ne vise pas à reconstituer le sens subjectif visé par tel ou tel auteur mais vise plutôt le sens objectif qui émerge dans le social.

103Dans la mesure où l’analyse de Mark Bevir permet d’approfondir ce débat sur l’intentionnalité, et sans revenir aux thèses de son ouvrage que nous avons présentées précédemment, nous souhaitons infléchir ses propositions dans un sens plus linguistique. À ce titre, nous pensons pouvoir affirmer que toutes nos expériences (langagières) – de l’expression des croyances à la production des concepts – sont porteuses de théories liées à un état de choses du monde, présentement à un état d’hyperlangue. À ce titre, elles relèvent d’états intentionnels qui constituent autant de référents des discours, donc de classes d’objets à partir desquelles sont produites les significations.

104Ainsi ce sont bien les croyances qui font réseau, au sein de l’intercommunication humaine, sur la base de l’activité des individus eux-mêmes. Précisons que les croyances exprimées ne trouvent pas leurs justifications de l’intérieur du texte comme l’affirment les historiens narrativistes, mais n’acquièrent de signification que si des individus empiriques inscrivent préalablement les objets du monde auxquels ils prêtent une forme signifiante dans ces croyances. À l’encontre de tout pantextualisme, mais aussi à distance de tout surplomb analytique, il s’agit d’affirmer que les textes n’expriment pas seuls les croyances, donc que la représentation des croyances est seconde par rapport à leur existence signifiante, matérielle. Il convient d’abord d’appréhender la manière dont un état d’hyperlangue – avec ses règles d’usage, ses outils normatifs, son espace intercommunicatif – met à notre disposition, à un moment historiquement donné, des choses matérielles perçues, par la médiation des signes, dans toute conscience individuelle comme des objets situés hors du texte. Ainsi les historiens des concepts n’attribuent pas exclusivement des croyances aux acteurs sur la base de leur seule production textuelle, donc de leurs discours : ils mettent d’abord ces croyances en réseau à partir d’objets historiquement et intentionnellement signifiants, c’est-à-dire en multipliant, certes sur la base de la consistance propre du matériau textuel, les inférences sur de tels ou tels états intentionnels qui nous orientent vers la meilleure compréhension possible des arguments déployés dans les discours en acte.

105La quête de « la connexion empirique entre la réalité et le discours » (Koselleck) confère une dimension cognitive à l’interrogation conceptuelle de l’historien du discours, donc ancre sa réflexion dans l’agencement empirique du monde, et permet alors de circonscrire les conditions langagières d’apparition de la compréhension historique du monde, à vrai dire plutôt récente dans l’histoire de l’humanité. L’analyse des « actions linguistiques » (Skinner) restitue l’état du monde sous la forme de règles et de conventions, y compris rhétoriques, qui régulent le processus de signification, sans se confondre avec lui. Par là même, elle nous interpelle sur les usages, les normes et les conventions du « langage naturel » des auteurs, et donc sur ce qu’ils nous font comprendre, sous une description conceptuelle, de l’histoire. Enfin la prise en considération de la réflexivité des acteurs dans la part locale, voire contingente des événements historiques permet aussi d’appréhender, dans l’archive, « la délocalisation tendancielle du sujet énonciateur (monarque, porte-parole ou représentant) » (Pêcheux), et par là même la capacité de l’acteur à agencer des configurations significatives de mots et d’énoncés autour d’intrigues. Ainsi se précise, à partir du triple apport de l’histoire sémantique, de l’histoire du discours et de l’histoire linguistique, ce qu’il en est de « l’art créatif d’interprétation » qui permet d’appréhender la production conceptuelle des individus auteurs/acteurs dans leur dimension à la fois empirique et historique. Tel est, nous semble-t-il, l’objet central de l’histoire langagière des concepts.

Notes

1 Ce chapitre réunit, avec des rajouts et des remaniements, deux articles publiés dans des revues d’histoire, Genèses (2000c) et Annales (2001b) qui marquent bien la nouvelle manière d’ancrer nos recherches discursives dans le domaine de l’histoire.

2 L’ampleur de ce renouveau de l’histoire intellectuelle au cours des années 80 est précisé par Geoff Eley (1992). Or l’histoire langagière des concepts est abordée marginalement dans l’article d’Eley. Ce qui n’est pas le cas dans le récent ouvrage de François Dosse (2003), qui marque donc une évolution sensible de la perception française des travaux en histoire intellectuelle.

3 Voir la critique par Peter Schöttler (1997) de l’analyse faite du « linguistic turn » par Gérard Noiriel (1996). À vrai dire, Gérard Noiriel s’en prend plus aux assertions des partisans du « tournant linguistique » sur « l’évanouissement » de la réalité au profit du langage qu’aux résultats des recherches empiriques.

4 La référence principale est l’ouvrage d’Hayden White (1973), dont Roger Chartier (1998, p. 108-125) fait une minutieuse critique.

5 Nous abordons la question du contexte dans le second point de ce chapitre, à propos de l’ouvrage récent de Mark Bevir (1999). Quant au vaste problème de la connexion empirique entre la réalité et le discours, il est l’objet de la postface.

6 Cependant Maurice Tournier (1998) conclut en faveur d’une linguistique des historiens : « Imaginer une histoire générale des usages linguistiques, vue du côté des historiens, cette fois, et non des linguistes et imaginer des histoires particulières (dont certaines ont pris le départ) : pour exemples, celles des institutions linguistiques, celles des performatifs historiques, ou plus largement des événements langagiers ». Nous nous inscrivons pleinement dans cette perspective d’ouverture.

7 Voir par exemple l’étude de Gérard Noiriel (1995).

8 Précisons d’emblée que le terrain d’entente n’est pas a priori le tournant langagier, comme peut le laisser croire notre présentation, dans la mesure où une part notable des travaux des chercheurs de ce réseau s’inscrit dans une perspective plutôt politiste. Pour une vue d’ensemble, en particulier sur le plan bibliographique, de l’articulation entre les recherches en histoire des concepts et les objectifs de ce réseau, voir l’excellente présentation de Javier Fernández Sebastián (2002).

9 Voir Les volumes 1 (1997) et suivants de cette revue publiée par l’Université de Jyväskylä, sous la responsabilité de Kari Palonen, l’un des principaux animateurs du réseau ; ces volumes présentent une partie particulièrement intéressante des débats, en particulier londoniens, autour des travaux de Reinhart Koselleck et Quentin Skinner. Elle a changé de nom en 2003, et s’intitule désormais : Redescriptions. Yearbook for Political Thought and Conceptual History.

10 L’étude comparative de ces deux courants de recherche par Melvin Richter (1995) est à l’origine de la formation du réseau international en histoire des concepts. Voir également la série d’échanges entre Pocock, Skinner et Richter dans H. Lehmann and M. Richter eds.(1996). Kari Palonen (1999) propose également une comparaison très précise des points de vue de Koselleck et Skinner.

11 Par exemple, nous devons à Sandro Chignola toute une série de précisions sur l’histoire des concepts associée à sa réception en Italie dans la revue Filosofia politica (1/1990, 1/1997, 3/1999). L’importance de l’histoire des concepts en Italie est perceptible dans le simple fait que, parmi les cinq membres du comité international de cette revue, nous trouvons Reinhart Koselleck, John G. A. Pocock et Quentin Skinner.

12 Voir la bibliographie.

13 Voir en particulier le chapitre IV du présent ouvrage sur l’idée de progrès.

14 Voir les mises au point de Peter Schöttler (1988) et de Rolf Reichardt (1998) qui fournissent un nombre impressionnant de références bibliographiques dans les domaines concernés par leur propos.

15 Respectivement Chartier (1986), Benrekassa (1996), Guilhaumou (2000a).

16 Voir la mise au point la plus récente de Reichardt (1998b).

17 Le débat sur la pertinence du « format lexical », c’est-à-dire sur le choix de la forme dictionnaire est au centre du débat entre Koselleck et Skinner, ce dernier privilégiant l’approche monographique.

18 Voir la mise en place du projet, et la présentation de premiers résultats dans Lüsebrink, Reichardt (1994).

19 John Greville Agard Pocock est professeur d’Histoire à la Johns Hopkins University de Baltimore. Son travail le plus connu porte sur l’histoire de l’humanisme civique de Machiavel à Burke, mais il a abordé d’autres sujets importants relatifs à la conscience historique des nations européennes en histoire des concepts, en particulier autour du concept de Constitution dans l’Angleterre du 17e siècle. Voir la bibliographie générale.

20 Une bibliographie des premiers travaux de Quentin Skinner, professeur de science politique à l’Université de Cambridge, se trouve dans Tully (1988). Skinner dirige la collection « Ideas in Context » à Cambridge University Press qui comprend actuellement plus de quarante titres et anime un programme de recherche sur The Early Modern European Republicanism. Il vient également de publier, chez le même éditeur, une présentation d’ensemble de ses travaux sur la base de trois volumes d’articles intitulés Visions of Politics (2002).

21 À vrai dire, des historiens français, soucieux de confronter l’histoire intellectuelle anglophone à l’histoire socio-culturelle, n’hésite pas à ramener ce courant de recherche à son intérêt pratique dans les recherches empiriques, au détriment de son apport théorique sur la question des activités langagières et de leur contexte. Voir sur ce point le diagnostic historiographique de Julien Vincent dans « Concepts et contextes de l’histoire intellectuelle britannique : l’École de Cambridge à l’épreuve », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2003, certes en appui sur les résultats empiriques des travaux de « l’école de Sussex », moins connue au plan international.

22 « Il nous semble que l’histoire du langage politique et du discours peut être mieux écrite si nous focalisons notre attention sur les actes d’articulation et de conceptualisation accomplis par les penseurs en tant qu’agents dans le monde du langage, et sur la matrice langagière et rhétorique dans laquelle ils sont contraints de parler, mais qu’ils modifient par les actes de langage qu’ils accomplissent. », ‘Review article’, Journal of Modern History, 53, 1981, p. 50.

23 Pour une vue d’ensemble du trajet intellectuel de Quentin Skinner, voir Palonen (2003).

24 Les fondements de la pensée politique moderne, préface (1978, 2001, 8).

25 Voir la présentation de son itinéraire intellectuel dans « Quentin Skinner. On encountering the Past », Finnish Yearbook of Political Thought, v. 6, p. 34-63, et ci-après le débat sur la question de l’intentionnalité.

26 Cf. Pocock (1971), et plus particulièrement l’étude sur « Languages and their implications. The Transformation of the Study of Political Thought ». Nous revenons plus en détail, dans la suite de notre propos, sur le contextualisme de « l’école de Cambridge », à partir des critiques de Mark Bevir (1999).

27 En partant une fois de plus de « Hobbes on Representation » (2005).

28 Voir en particulier Skinner (1988).

29 L’un des points de départ de la nouvelle histoire intellectuelle est l’ouvrage collectif sous la direction de LaCapra et Kaplan (1982). Voir à ce propos le forum « A New Intellectual History ? » de l’American Historical Review d’avril 1992 et Eley (1992). Sur les liens « historiques » entre l’histoire intellectuelle et l’histoire des concepts, voir Dosse (2003).

30 Voir la Postface.

31 Quentin Skinner s’en est expliqué en 1997 devant un public français dans la conclusion (« La liberté et l’historien ») d’une série de conférences traduite en français (2000). Pour de plus amples précisions sur les problèmes de méthode relatifs aux travaux de Skinner, voir J. Tully ed. (1988).

32 Dans notre présent propos, nous avons tenu compte, hormis son ouvrage principal, d’un texte plus récent de Mark Bevir (2002). Précisons également que l’étude comparative des courants allemand et anglophone de l’histoire des concepts a déjà été menée par Melvin Richter (1995). Voir le débat autour de cet ouvrage dans History of European Ideas, Vol. 25, No 1-2, p. 1-38.

33 « Notes méthodologiques », in Pocock (1985/1998), p. 27.

34 Il conviendrait également de prendre en compte ses travaux plus récents (1999-2003) sur la grande figure de l’historien Edward Gibbon dans sa relation avec le monde intellectuel des historiens des Lumières, en regard d’une interrogation sur ce qu’il en est de l’écriture de l’histoire au 18e siècle.

35 Voir le dossier « Aux origines de la politique moderne : Hobbes » avec Hans Blom, Quentin Skinner et Yves Charles Zarka dans Le Débat, No 96, 1997. L’intégralité du débat a été publiée par Hans Blom dans Y. Zarka et Q. Skinner, Thomas Hobbes ; The Amsterdam Debate, Hildesheim, Georg Olms, 2001.

36 Ibid. p. 110-111.

37 2002a, p. 50. Le processus d’interprétation est sans fin. Les textes que nous étudions modifient continuellement leurs contours au fur et à mesure que nous les mettons dans des nouveaux contextes et que nous les relions à d’autres textes. Nous avons toujours quelque chose de nouveau à apprendre.

38 Voir le chapitre introductif.

39 Voir Paperman, Ogien éds (1995).

40 Ses premiers travaux (1996, 1997) s’inscrivent plus spécifiquement dans le champ de l’analyse de discours. Une mise au point plus récente (1999) met l’accent sur les émotions sous l’argument de souveraineté.

41 Plus précisément, Hayden White (1973, 1987) considère que « les narrations ne consistent pas uniquement en des énoncés factuels (des propositions existentielles singulières) et des arguments : elles sont composées aussi d’éléments poétiques et rhétoriques grâce auxquels ce qui autrement ne serait qu’une liste de fait est transformé en histoire », texte cité et traduit par Roger Chartier (1998, 121). Une telle dissociation entre arguments et éléments rhétoriques est tout aussi contradictoire avec la manière dont Skinner aborde la question de la rhétorique dans son ouvrage sur Hobbes présenté ci-dessus.

42 Accusé de se laisser aller à « une manie d’antiquaire universitaire », Skinner précise que « L’accusation de la manie d’antiquaire est de celles qui me trouble profondément et à laquelle tous les historiens professionnels devraient selon moi se préparer à répondre », et ajoute que « les historiens des idées peuvent espérer produire quelque chose qui transcende la manie d’antiquaire s’ils font simplement leur travail. Il leur suffit de découvrir les richesses souvent négligées de notre héritage intellectuel et de les exposer à nouveau à notre regard », (2000, 71 et 76).

43 « Logic and Rhetoric in the History of Political Thought ? Comments on Mark Bevir », Third European Social Science History Conference, Amsterdam, 12-15 April 2000. Texte repris dans un dossier sur l’ouvrage de Mark Bevir publié dans Rethinking History, V. 4 : 3, 2000.

44 Voir le chapitre introductif. Ce laboratoire est devenu, au cours des années 1990, l’UMR « Analyse de corpus. Lexicométrie et textes politiques », puis, avec la délocalisation de l’ENS-LSH à Lyon, l’UMR « Analyse de corpus : linguistique, usages et traitement », où la part de l’analyse du discours politique s’avère décroissante, à vrai dire au profit, sur le même site, d’un laboratoire récemment créé, l’UMR « Triangle. Discours, action, pensée politique et économique ».

45 Hormis Hans Erich Bödeker, Reinhart Koselleck, Hans Jürgen Lüsebrink, Rolf Reichardt déjà cités, il s’agit aussi de Brigitte Schlieben-Lange, historienne des idées linguistiques, spécialiste des Idéologues.

46 Voir l’introduction.

47 Maurice Tournier, « Le label, entre usage et concept », in J. Guilhaumou, R. Monnier (2003), p. 8.

48 Ce que les ethnométhodologues appellent « la réflexivité des descriptions sociales », c’est-à-dire le fait qu’un langage descriptif d’un membre d’une société est à la fois une activité sociale pratique et une activité de connaissance concertée, a fortement influencé les recherches en histoire du discours sur archives depuis les années 80. Voir le chapitre introductif.

49 Voir le chapitre suivant.

50 Voir la postface.

51 En particulier Roger Chartier (1998). Nous revenons sur cette question de la connexion empirique entre la réalité et le discours dans la Postface.

52 Titre d’un essai traduit en français, Paris, Seuil, 2000.

53 La liberté avant le libéralisme, Paris, Ibid., p. 55.

54 Il précise son argumentaire dans son étude traduite en français, « Un troisième concept de liberté au-delà de Isaiah Berlin et du libéralisme anglais », in F. Gauthier et J. Guilhaumou éds (2002).

55 Ibid.

56 D’après les récents travaux de Sophie Wahnich (1997b, 1999) sur l’émotion comme argument du discours politique.

57 Voir, du côté de la sociologie des raisons pratiques, les 14 volumes de la collection « Raisons pratiques » publiés par les Éditions des Hautes Études en Sciences sociales, et tout particulièrement le volume paru en 2003 sur L’invention de la société. Nominalisme politique et science sociale au 18e siècle, sous la direction de Laurence Kaufmann et de nous-même.

58 Selon G.E.M. Anscombre (2002), une action est intentionnelle sous la description que nous en donnons, étant entendu qu’un état intentionnel équivaut à des représentations qui se référent à des objets ou des états de chose du monde extérieur.

59 Pour l’historien linguiste, il s’agit d’abord de considérer l’existence d’une langue empirique, d’un état de langue à un moment historique précis et au sein de l’espace/temps de communication, hyperlangue (Auroux, 1998) où se mettent en place des schèmes de pensée, introduisant des possibles en langue, et justifiant ainsi l’usage de règles et de conventions, avant d’en venir au produit de ces schèmes sémiotiques, les discours eux-mêmes. Ainsi l’existence de la langue empirique renvoie à des blocs de réalité, au sein du continuum de l’espace-temps, irréductible à un seul système de propositions générales : elle procède d’éléments linguistiques appréhendables dans leurs relations spatio-temporelles, c’est-à-dire déterminés par un espace empirique d’intercommunication. D’un bloc d’une telle réalité linguistique à une autre, il est toujours question de comparaison, de réflexion, d’abstraction, de figuration etc., sur la base du matériel empirique disponible. En d’autres termes, la langue empirique est composée d’états et de sujets cognitifs fixant le possible en langue, et donnant des instructions qui permettent aux sujets de la communication discursive de s’identifier au sein de telle ou telle pratique langagière. Ainsi, comme le précise par ailleurs Ferdinand de Saussure dans ses manuscrits récemment édités, « la langue ne fait préalablement que réaliser des concepts isolés, qui attendent d’être mis en rapport entre eux pour qu’il y ait signification de pensée » (2003, p. 277). Voir le chapitre suivant.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540