Version classiqueVersion mobile

Le crime, le châtiment et les écossais

 | 
Jean Berton
, 
Bill Findlay

IV – Confessing and Punishing / L’aveu et la punition

Les prisons édimbourgeoises : témoins de la spécificité et de l’évolution du châtiment écossais à l’époque victorienne (1837-1901)

Émilie Berthillot

Texte intégral

1Au XIXème siècle, face à la poussée de la criminalité, la sévérité des juges britanniques s’abat sur ceux qui enfreignent la loi mais, bien que des exécutions publiques se tiennent toujours devant les prisons, une peine d’emprisonnement semble clémente comparée aux tortures infligées aux siècles précédents. La société victorienne est influencée par les penseurs comme John Howard, Elizabeth Fry ou Jérémy Bentham qui, grâce à leurs réformes pénales et carcérales, transforment le châtiment corporel en une peine d’enfermement visant à transformer le criminel et à le réformer pour racheter ses fautes à l’aide de la religion et de l’éducation. Les bâtiments carcéraux dessinés par Jérémy Bentham ou Robert Adam jouent un rôle prépondérant dans cette rédemption.

  • 1 Le gouvernement britannique reconnaît officiellement les « Bridewells or Houses of correction » ave (...)

2 Cet article se propose de montrer l’évolution du châtiment écossais vers plus d’équité et de compassion avec le remplacement de the Old Tolbooth par Calton Jail, mais aussi de déterminer sa spécificité par rapport au modèle londonien. Suite à l’étude des châtiments corporels infligés devant et à l’intérieur de la prison de Tolbooth, l’utilitarisme chrétien, l’une des nouvelles pensées humanistes du XIXème siècle est analysé. A travers les exemples de Calton Jail et de la maison de correction1 d’Édimbourg, la spécificité architecturale du style ‘château’ des bâtiments carcéraux et son adéquation avec les réformes carcérales britanniques du XIXème siècle sont présentées. Enfin, l’étude de la vie du prisonnier John Laurie (arrêté à Édimbourg pour meurtre en 1829) adopte un point de vue interne à la prison et illustre par là-même les applications concrètes des réformes pénales et carcérales et leurs impacts sur la vie des détenus.

The Old Tolbooth d’Édimbourg

3Au XVIIIème siècle, le châtiment pour avoir enfreint la loi doit avant tout laisser des traces physiques sur le corps du condamné (Becarria, x). En Écosse, les criminels sont jugés dans les Borghs, sorte de cours dans lesquelles ils peuvent se défendre contre les accusations portées contre eux, mais les sentences rendues sont généralement de violents sévices corporels comme l’ablation des oreilles, des coups de fouet, la peine de mort sur le bûcher, par pendaison ou noyade dans les lochs environnants :

There were the stocks, the Cross, the cutting off the ears, scourging, ducking and drowning in the North Loch, banishment from the town, hanging and burning at the stake, etc. ; with such a number of rough-and-ready modes of punishments for all kinds of transgressors, male and female, there was no necessity for maintaining large prisons at the public expense
Miller, 370.

  • 2 Cesare Beccaria (1738-1794) est célèbre pour avoir écrit Des délits et des peines, violente charge (...)
  • 3 L’omniprésence de ce bâtiment dans le paysage édimbourgeois est attestée par sa description dans le (...)

4Selon Cesare Beccaria2, la violence du châtiment exercé sur le corps du criminel vise à dissuader ce dernier de récidiver mais sert aussi d’exemple pour le reste de la population (Hamblin Smith, 98). La prison Tolbooth (1480-1817) et son échafaud, construits dans la rue principale d’Édimbourg, renvoient tout à fait à la nécessité de dissuader par la terreur3. La torture et les exécutions y sont fréquentes, parfois même des parties du corps des victimes sont exposées à l’entrée en guise d’avertissement :

Attached to the west gable, was a protruding platform equipped with gallows to allow Edinburgh’s citizens a first rate view of public hangings. Spikes were fixed into the stone of the jail’s upper reaches to display the various body parts of those punished with the heaviest penalties. Included in this unenviable roster was James Graham, 1st Marquis of Montrose, whose head was exhibited atop the Old Tolbooth for over ten years from 1650 to 1661
McLean, The Scotsman, 2013.

5Plusieurs fois rénovée (1554, 1561 et 1640), la Tolbooth ainsi que les bâtiments résidentiels de Luckenbooths sont démolis en 1817 pour répondre à l’évolution des méthodes du châtiment et à l’expansion de la ville d’Édimbourg (Fife, 2016, 21).

6À la fin du XVIIIème, la spécificité du châtiment écossais dénote une vision économique et utilitaire de celui-ci qui vise à punir ses criminels à moindre coût et de manière violente afin de les dissuader de reproduire leurs méfaits. De surcroît, le nombre de plaintes des magistrats et sheriffs des villes qui requièrent des lieux spécifiques pour pouvoir enfermer les criminels (parfois détenus dans leurs propres maisons) dévoile le fait que l’Écosse manque d’institutions carcérales (Miller, 371). Toutefois, le XIXème siècle et ses nouvelles pensées humanistes adoptent une nouvelle approche du châtiment, construisent de nombreux pénitenciers et redéfinissent le rôle de la prison dans la réforme du criminel.

Les nouvelles pensées humanistes

7Le XIXème siècle est un siècle de changements et de bouleversements des pensées en Europe. Grâce au rationalisme, les philosophes Elizabeth Fry et Mary Carpenter et les penseurs, à l’instar de Robert Dees ou David Garland, souhaitent réformer la société victorienne afin de la rendre plus humaine.

  • 4 John Howard (1727-1790) est habituellement présenté comme un grand réformateur des pratiques pénale (...)
  • 5 Selon les extraits de jugements rendus par la Cour de Glasgow, 47 personnes sont exécutées entre 17 (...)

8J. Howard4 et E. Fry développent leur mouvement de pensée appelé l’utilitarisme chrétien et militent pour la fin des exécutions publiques qu’ils considèrent comme contre-productives5 (Carroll-Burke, 35). Aidés par l’influence de la religion chrétienne où la notion de rachat est un maître mot, Howard et Fry souhaitent, grâce à l’évangélisme, éloigner les pauvres du vice et du péché, et sauver leur âme en leur inculquant la morale chrétienne, l’habitude du travail, l’obéissance et la déférence.

9Le vent des réformes souffle aussi à l’intérieur des bâtiments carcéraux. J. Howard préconise l’amélioration des conditions de vie des prisonniers (tous regroupés dans une seule pièce jusqu’alors) notamment les séparations entre les sexes ainsi qu’entre les créanciers, les criminels et les petits délinquants afin d’éviter les associations de malfaiteurs et la corruption (Cooke, 20-50). De plus, afin de résoudre les problèmes liés à la surpopulation et au manque d’hygiène qui amènent des fièvres et des maladies tuant plus, au XVIIIème siècle, que les pendaisons elles-mêmes, le gouvernement envoie des « visiting committees » pour inspecter les prisons des îles britanniques (Carroll-Burke, 35). Le 5 septembre 1818, E. Fry et son frère, John Gurney, visitent la maison de correction d’Édimbourg ainsi que Calton Jail. Leur rapport loue la conformité des bâtiments avec les modèles de pénitenciers victoriens, mais déplore le manque d’espaces réservés aux travaux forcés (Fife, 2016, 27).

10Toute la nouveauté du XIXème siècle est celle du savant mélange et de l’équilibre entre surveiller pour contrôler, mais aussi surveiller pour guérir l’âme du prisonnier afin de l’emmener vers une rédemption possible ; or, les nouveaux pénitenciers comme Calton Jail s’inscrivent pleinement dans le processus de guérison du détenu.

La nouvelle prison de Calton

11Le 14 septembre 1817, la prison de Calton Jail accueille des prisonniers transférés depuis la Tolbooth. Ce nouveau pénitencier respecte les nouvelles lois de construction et de fonctionnement imposées par le modèle londonien, mais la population édimbourgeoise peine à l’accepter.

  • 6 Henry Thomas Cockburn, Lord Cockburn (1779-1854) défend les prisonniers écossais accusés de crimes (...)

12Déjà en 1795, le site choisi pour la construction de la maison de correction d’Édimbourg sur les hauteurs de Calton Hill avait été très décrié par les journaux comme le Caledonian Mercurey : « Why should the Bridewell be built on Calton Hill ? It is certainly revolting the order of things by putting a rogue above a gentleman (Fife, 2016, 14) ». Selon Lord Cockburn6, les mêmes réactions de mécontentement se font entendre lors de la construction de Calton Jail : « It had been a piece of undoubted bad taste to give so glorious an eminence to a prison [voir http://www.gov.scot] ». Ces critiques soulignent le fait que les prisonniers, issus des classes sociales les plus basses, se retrouvent géographiquement au-dessus des gentils hommes, ce qui remet en cause l’ordre social établi.

13Pourtant, il semble important de noter que le lieu répond aux critères recommandés par les réformateurs chargés de visiter et d’évaluer les prisons britanniques. En haut d’une colline, le site permet une meilleure ventilation de l’ensemble pour éviter la propagation des maladies. Lors des exécutions toujours régulières, la population se rassemble hors du centre-ville et l’isolement du bâtiment le rend moins propice aux évasions que l’ancienne Tolbooth (Fife, 2016, 138), mais le choix du lieu de construction répond aussi à des critères financiers [il permettra de regrouper les deux centres de détention (la maison de correction et la prison) en 1840] et politiques puisque l’Écosse a besoin d’une prison nationale (en complément de ses prisons locales) (Fife, 2016, 20).

  • 7 http://www.scran.ac.uk/ada/documents/images/ada017b_l.jpg
  • 8 The A to Z Victorian London, London Topographical Society Publication no. 136, 1987, Public Record (...)

14En outre, la ville d’Édimbourg (carte de gauche7, 1806) s’inspire du modèle londonien (carte de droite8) qui regroupe les infrastructures (prisons, hôpitaux, workhouses) chargées de traiter les personnes aux comportements déviants (criminels, pauvres, malades mentaux) :

The Calton Prison is situated on the South Side of the Calton Hill […] On the west side is an old burying ground. […] The Bridewell was the first prison building erected on this site, about 1792 and the Town agreed to give 6 acres for the purpose ; it appears to have cost nearly £12,000 which the Government contributed
Fife, 2016, 24.

15La nouvelle prison de Calton Jail respecte aussi la loi de 1810 qui impose aux prisons une cour pour l’exercice en plein air, équipée de toilettes et d’une pompe à eau, ainsi que les constructions d’une chapelle tenue par un ministre presbytérien et d’une infirmerie gérée par un chirurgien. La séparation des détenus, vêtus d’uniformes, est respectée aussi bien dans la prison que dans la maison de correction d’Édimbourg. En ce qui concerne la vie quotidienne des détenus au XIXème siècle, deviennent aussi obligatoires dans les prisons, le chauffage, des lits avec des montants en fer et des paillasses (Carroll-Burke, 47). Toutefois, dans la pratique, l’application de cette loi est longue et difficile ; peu de changements notoires sont constatés dans la première moitié du XIXème siècle (Carroll-Burke, 48-50). Ce n’est qu’en 1854 que le gouvernement applique véritablement les réformes en Écosse et définit des règles très strictes quant à la construction de pénitenciers pour répondre aux conditions sanitaires :

No building shall be legalized as a place of confinement, or allowed to remain in use as a legal Prison, which is not dry, and which does not contain a provision for warming, and for the abode of a resident Keeper and Matron, and, generally, which is not built with a due regard to security, health, and the prevention of communication from the outside
Rules for Prisons in Scotland, 1854, 1.

16Au XIXème siècle, le passage de la vieille prison de Tolbooth à celle de Calton correspond à l’évolution de la ville d’Édimbourg qui, d’un point de vue géographique, s’élargit. Toutefois, la construction de la nouvelle prison illustre aussi le poids grandissant, dans la société édimbourgeoise, des classes sociales moyennes qui, influencées par les réformateurs victoriens et les nouvelles pensées, souhaitent appliquer les nouvelles lois britanniques prônant un traitement plus juste des prisonniers (Fife, 2016, 9). Cependant, les freins (ressentiments de la population, manque de fonds pour la construction de bâtiment sain et de cellules individuelles) sont nombreux et des solutions doivent être trouvées pour adapter les réformes carcérales britanniques à la ville d’Édimbourg.

La spécificité architecturale écossaise

  • 9 Jérémy Bentham (1748-1832) applique la théorie de l’utilitarisme aux systèmes carcéraux. Pour lui, (...)

17Le XIXème siècle voit la naissance d’un nouveau type de bâtiment carcéral : le ‘panoptique’, proposé au gouvernement britannique pour £23,000 par J. Bentham9 (Mill et Bentham, 3-10). L’originalité du bâtiment réside dans le fait que les gardiens, placés en son centre, peuvent surveiller toutes les cellules depuis la tour centrale. Tout en conservant la rentabilité et l’effet rédempteur du bâtiment, à Édimbourg, Robert Adam adapte le panoptique au château.

  • 10 Remarque : Les nouveaux pénitenciers de Londres comme Pentonville Prison ou Millbank Penitenciary s (...)

18Un bâtiment panoptique est constitué d’une tour centrale en forme de cercle d’où partent des couloirs pour aller vers les cellules. Chaque cellule est reliée au centre sans aucune connexion possible avec les cellules voisines. Ainsi, le prisonnier est en total isolement et ne peut pas savoir à quel moment il est surveillé. Selon J. Bentham, l’objet premier du système n’est pas la surveillance elle-même, mais plutôt le sentiment d’être surveillé (Carroll-Burke, 37). La rentabilité de ce système se situe dans une surveillance accrue et plus efficace des prisonniers couplée avec un nombre de gardiens moindre10. De plus, la lumière joue un rôle prépondérant car elle représente la lumière de Dieu et la voie vers la rédemption. C’est pourquoi la tour centrale a un toit de verre sur lequel ouvrent toutes les fenêtres des cellules ; des éléments respectés par le manuel de construction de la prison de Glasgow (Cleland, 70).

  • 11 The prestigious architect Robert Adam was given the task of designing a bridewell for Edinburgh in (...)

19Mais Robert Adam adapte l’architecture des bâtiments carcéraux et crée le style ‘château’11.

  • 12 Schémas élaborés par mes soins.

20Les schémas12 de la maison de correction d’Édimbourg, construite à partir de 1792 par R. Adam, sont l’application directe du panoptique de Bentham. Sur le plan, l’asile de l’aile est, l’infirmerie de l’aile ouest ainsi que la prison panoptique au centre se distinguent clairement. Les cours intérieures sont toutes indépendantes et correspondent chacune à un type de détenus (fous, femmes, criminels, personnes endettées). Le quatrième bloc, rectangulaire, proche de l’entrée, abrite, quant à lui, la maison du directeur de la prison. À l’intérieur, l’escalier en colimaçon dévoile l’opposition entre les formes courbes des cellules et la droiture de la colonne centrale de surveillance. Cette tour ronde est percée de fenêtres faisant face aux cellules des prisonniers qui ont le sentiment d’être sous une surveillance constante. Enfin, les balcons des cellules, lieux de travail ou d’écoute des sermons religieux, ouvrent sur la tour centrale au toit de verre [ibid.].

  • 13 http://www.scran.ac.uk/ada/documents/castle_style/bridewell/bridewell_castle_style_as_built.htm [Im (...)

21La maison de correction d’Édimbourg13 répond donc pleinement au panoptique et aux nouvelles réformes carcérales du XIXème siècle tout en conservant une touche écossaise qui allie l’ancien avec le moderne.

22En 1840, la maison de correction et Calton Jail fusionnent afin de ne conserver qu’un directeur, un chirurgien, un enseignant et un ministre presbytérien. Calton Jail devient alors Calton Prison, un changement de nom qui correspond, à la mise en place de réformes carcérales uniformisées et individualisées, et à l’évolution du châtiment en Écosse, mais aussi dans toutes les îles britanniques. La transition entre la prison de la Tolbooth et le pénitencier de Calton Hill, un panoptique londonien de style ‘château’ écossais, est donc finalisée.

Depuis l’intérieur de la prison

23À son arrivée en prison, le détenu est tout d’abord enfermé en cellule d’isolement, afin de méditer sur ses actions et leurs conséquences et de limiter les associations avec les autres prisonniers. Puis, le prisonnier est affecté aux travaux forcés qui symbolisent l’apprentissage et le goût du travail qu’il faudra fournir de retour dans la société. Dans les nouveaux pénitenciers du XIXème siècle, une surveillance individuelle accrue des prisonniers est opérée comme le dévoile la précision des extraits de registres de la prison de Calton qui détaillent, non seulement la description physique du détenu et celle de son crime, mais aussi son comportement et ses fréquentations tout en cherchant à savoir s’il sait lire et écrire (Edinburgh Calton Prison, Register of Criminal Prisoners 1850-1851, HH 21/5/9). Pendant sa détention, la prison doit aider le détenu à se réformer et à évoluer vers la rédemption ; et la religion, l’éducation et le travail jouent un rôle clé dans ce retour vers le droit chemin.

  • 14 “Every prisoner sentenced to three months’ confinement, or upwards, and who is unable to read and w (...)

24Les penseurs du XIXème siècle comme Elizabeth Fry ou John Howard accordent aux religieux un poids capital dans le traitement et la guérison des prisonniers. De fait, la loi (Scotland) Act de 1877 impose aux directeurs de prisons de permettre à chacun des détenus d’accéder à l’instruction religieuse (Rules for Prisons in Scotland, 1877, 21). Pour cela, le ministre presbytérien donne un service religieux au moins une fois par semaine, il accompagne les détenus moralement pendant leur détention mais aussi à leur sortie de prison. Son rôle est prépondérant car sa mission est aussi éducative (Rules for Prisons in Scotland, 1877, 23). Grâce à ses rencontres hebdomadaires avec les détenus, ce dernier évalue, sous forme de tableaux, le niveau de connaissances de chacun d’entre eux à leur arrivée (Rules for Prisons in Scotland, 1854, 15). En 1854, le conseil d’administration des prisons en Écosse a pour l’objectif d’amener les prisonniers à savoir lire, écrire et compter14. À la prison de Calton, afin d’alléger les charges de l’aumônier jugées trop lourdes, les charges d’éducation sont confiées à un enseignant à partir de 1868 (Fife, 2016, 30). Ceci montre l’importance de la religion et l’éducation dans le système carcéral écossais.

  • 15 “[…] in 1898, Bailie Cook Rennie said he had visited Calton Prison during that year : ‘It was in sp (...)

25Néanmoins, l’évolution des conditions de vie des prisonniers, considérées comme luxueuses, est source de vifs ressentiments par la population15. En effet, bien que les conditions s’améliorent pour les prisonniers, elles ne doivent pas dépasser certaines limites car l’emprisonnement a pour but de punir un acte illégal. En outre, Hamblin Smith soutient que cet acharnement contre les criminels cache aussi la nécessité pour la société victorienne de punir afin de ne pas succomber elle-même à la tentation du crime (Hamblin Smith, 79). Cette réaction n’est pas propre à la ville d’Édimbourg ; les populations dublinoise et londonienne réagissent de manière similaire et considèrent leurs gouvernements trop laxistes envers les criminels ; une magnanimité illustrée par l’expression « the pampering of prisoners » (Carroll-Burke, 219).

  • 16 Dès 1834, les lois sur la pauvreté envoient les pauvres comme les orphelins, les veuves, les vieux, (...)
  • 17 Les régimes alimentaires des prisonniers sont proposés par les conseils d’administrations des priso (...)

26Ces masses populaires, souvent issues des classes sociales pauvres, comparent leurs conditions de vie et régimes alimentaires à ceux des détenus et en concluent que les prisonniers vivent mieux que les travailleurs des « workhouses »16. En effet, la ration officielle des prisons est en moyenne de 8,176 kg (292 oz) de nourriture par semaine alors que dans les nombreuses « workhouses », elle oscille entre 3,884 kg (137 oz) et 5,160 kg (182 oz) (idem, 22). À la prison de Peterhead, le régime alimentaire de John Laurie (transféré depuis la prison d’Édimbourg), établi par le chirurgien de ladite prison17, détaille la composition du petit-déjeuner du détenu : du thé, 28g (1 oz) de beurre et 224g (8 oz) de pain et d’œufs ; ce repas est de fait plus copieux que celui des workhouses uniquement composé de 168g de pain. De plus, en fin de journée, les gardiens notent scrupuleusement dans les registres la quantité journalière de nourriture ingérée par le détenu (Prisoner’s Records : John Laurie, HH 15/1). Or, ces obligations administratives sont considérées comme une attention trop importante apportée aux criminels et délinquants.

Le cas John Laurie

27Si les accès à l’éducation et à la religion peuvent être considérés comme des privilèges lui rendant la vie meilleure, les travaux forcés sont pénibles et fastidieux. John Laurie se lève vers 4h30 et se couche vers 21h, le règlement imposant à chaque détenu de travailler au moins 10 heures par jour (Rules for Prisons in Scotland, 1854 : 25). À partir de 1840, les bâtiments de Calton Prison sont modifiés et prennent en compte les recommandations de J. Gurney et d’E. Fry quant à la nécessité de construire des lieux spécifiques aux travaux d’intérieur :

[…] Inmates were put to work instead of lying idle all day. This initially included oakum picking, which was a task sometimes used as a punishment for disobedient prisoners. […] There was also stocking weaving, with seventeen looms in operation in 1843. Other employment included mat making, shoe making, tailoring, knitting, sewing, and stone breaking .
Fife, 2016, 29

28À leur sortie, l’argent accordé aux prisonniers en fonction de leur ardeur au travail est laissé au bon vouloir du directeur de la prison, qui peut aussi récompenser avec de l’argent, des vêtements ou des outils un prisonnier qui s’est distingué par un bon comportement (Rules for Prisons in Scotland, 1854, 27-28). La somme d’argent allouée au prisonnier a pour but de l’aider à se réinsérer et redémarrer sa vie une fois sorti de prison, mais elle reste faible pour ne pas être considérée comme un privilège : entre janvier et juin 1894, le pécule de John Laurie passe de 39s 2d à 42s 10d (Prisoner’s Records : John Laurie, HH 15/1).

  • 18 En Écosse, les avantages peuvent être en nature (vêtements, outils), mais les détenus irlandais son (...)
  • 19 “Major misconduct offences and their punishment - Willful damage to his shoes. Prison property viz (...)

29Le système carcéral écossais se rapproche du système irlandais dans le sens où tous deux récompensent l’abnégation des détenus face à la discipline de la prison, leur attitude face à l’instruction et leur ardeur au travail18. Le modèle anglais, quant à lui, n’octroie des points et de l’argent à ses détenus qu’en fonction de leur quantité de travail. Ainsi, contrairement à la société anglaise victorienne qui cible l’oisiveté, la société écossaise accorde plus de poids à l’éducation et au respect du règlement, tout comme la société irlandaise. En effet, la prison est aussi un lieu de recadrage et d’apprentissage des règles, mais contrairement aux punitions en cours dans les pénitenciers anglais, Calton Prison a très peu recours aux coups de fouet. Ses gardiens sanctionnent le mauvais comportement des détenus par un travail additionnel comme le tour de manivelle dont l’unique but est celui de fatiguer celui qui le fait fonctionner (Fife, 2016, 29). Selon la loi de 1854, la sanction du tour de manivelle est effectuée dans les cellules et le nombre de tours, fixé par le chirurgien en fonction du sexe, de l’âge et de la force du prisonnier, ne dépasse jamais 14 000 pour un homme et 12 000 pour une femme (Rules for Prisons in Scotland, 1854, 26). La comparaison avec les registres de Mountjoy (Dublin)19, permet de différencier le système carcéral irlandais dont les punitions touchent les intérêts personnels du prisonnier (régime alimentaire et argent) plutôt que le travail, du système écossais (Prison de Calton) qui a recours au travail comme châtiment rédempteur et qui de ce fait, se rapproche du fonctionnement carcéral anglais.

  • 20 “Any prisoner, whether criminal or civil, who disobeys any rule of the Prison, or any order of an o (...)

30Les punitions sont établies par le conseil d’administration des prisons écossaises qui interdit les châtiments corporels20. Or, le dossier de John Laurie liste plusieurs petites punitions comme dix jours au pain et à l’eau, quatorze jours d’isolement ou encore de simples réprimandes. Après sa tentative d’évasion, John Laurie reçoit un châtiment corporel de trente coups de bâtons, porte des chaînes aux pieds pendant six mois, est rétrogradé dans la classe de probation (il gagne donc moins d’argent lors de ses travaux forcés) et porte un uniforme spécial. De plus, son dossier médical le déclare apte au port de menottes, de chaînes et de la tenue en toile, ce qui sous-entend que la pratique est courante. Ces punitions datent de 1890 alors que la loi interdisant les chaînes et les coups de fouet fut adoptée en 1854, le règlement n’est donc pas toujours respecté par les geôliers malgré une évolution théorique, médicale et humaine (Prisoner’s Records : John Laurie, HH 15/1). De plus, ces exemples prouvent que les prisons écossaises jouent aussi avec le régime alimentaire de ces prisonniers pour punir les récalcitrants tout en ayant recours aux punitions corporelles si nécessaire (isolement, coups de bâtons et jeûne) bien que la violence de ces dernières soit sans comparaison avec les sévices corporels des siècles précédents.

31En conclusion, cet article essaie de montrer l’évolution de la forme de châtiment réservé aux criminels écossais tout au long du XIXème siècle. Dans l’ensemble, Édimbourg applique les réformes définies par le gouvernement central et la nouvelle prison de Calton en est un parfait exemple. Toutefois, la ville se singularise en adaptant, à son héritage culturel et historique, la construction des pénitenciers de style ‘château’ comme sa maison de correction par exemple. Dans la lutte contre le crime, les prisons ne sont pas les seules institutions à évoluer. En effet, bien que le peuple soit réfractaire aux changements pénaux et à l’évolution du châtiment, les magistrats édimbourgeois se basent sur des faits de plus en plus détaillés grâce à des forces de police spécialisées, mieux équipées et plus efficaces qui cherchent à rendre une justice plus équitable (Constabulary Inspector : Report on Annual Inspection, Edinburgh City Police, 1887, Police Report Files 1887- 1930, HH4/1) ; cette précision est d’autant plus importante en Écosse où l’existence du verdict « non prouvé » témoigne du poids donné aux preuves dans l’inculpation d’un criminel. Les peines de prison essaient d’appliquer une sentence propre à chaque criminel en fonction de son crime et de sa personnalité. Ainsi, tout en étant plus uniforme, le système carcéral devient aussi plus individualisé comme le dévoilent les nombreuses fiches résumant la vie carcérale de John Laurie (régime alimentaire personnalisé, points gagnés au travail, suivi médical).

  • 21 Peut-être que cette misogynie reflétait l’influence de celle du réformateur, John Knox, virulent op (...)

32L’individualisation du châtiment offre au prisonnier un statut car sa personne est au centre de son emprisonnement. Le prisonnier joue donc lui aussi un rôle dans la société, un rôle contre lequel elle doit agir et punir. Le détenu est défini socialement : son crime, son mode opératoire et sa vie prennent de l’importance et sont analysées par la société pour appliquer une peine juste. Pour Michel Foucault, la naissance de la prison en tant qu’institution crée la naissance du statut de prisonnier. Cependant, en Écosse, la mise en place des réformes est lente et les différentes lettres envoyées aux éditeurs du Scotsman en 1857 et 1891 (Wilson, 41) dénoncent de nombreuses disparités dans les peines, les femmes étant jugées plus sévèrement21. Cette évolution est aussi incomplète dans les pénitenciers car si certaines améliorations semblent avérées, que dire des sanctions ou punitions de John Laurie forcé de porter des chaînes pendant six mois après avoir reçu des coups de bâtons ?

33Néanmoins, au XXIème siècle, c’est précisément l’uniformité du traitement du prisonnier, considérée, au XIXème siècle, comme avant-gardiste et juste, que Jenni Fagan critique dans son roman The Panopticon dans lequel une jeune fille, Anais Hendricks, âgée de 15 ans, est enfermée dans une ancienne prison panoptique restaurée en maison de redressement pour jeunes délinquants. L’auteure dénigre un système carcéral britannique basé sur la rentabilité qui néglige l’effet psychologique désastreux de l’isolement lié au modèle panoptique sur de jeunes délinquants. La prison, en tant qu’institution, est donc bien tout à la fois un marqueur de son temps et un vecteur des pensées et des préceptes de sa société.

Bibliographie

Bibliographie

Sources premières

A Bill for regulating the Police of the City of Edinburgh and adjoining district, 1832 ; and for Watching, Lighting, and Cleansing the Streets of the said City and Districts ; for better Paving, Improving, and Regulating the Streets and Footpaths of the same ; and removing the preventing Nuisances and Obstructions therein ; and for other purposes relating thereto, Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

Account of the trial of John Skelton, which came on before the High Court of Justiciary at Edinburgh, on Monday the 2nd of March, 1812, for rioting and robbery on the streets of Edinburgh on New Year’s morning last, and who is to be executed, Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

Account of Trials and Sentences, Glasgow, April 18th 1822, Broadside printed by W. Carse of Glasgow, L.C. Fol 73 (029), Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

Constabulary Inspector : Report on Annual Inspection, Edinburgh City Police, 1887, Police Report Files 1887-1930, HH 4/1, Archives nationales d’Édimbourg.

Correspondence, Papers and Minutes concerning the Rules and Regulations and Establishment for Police Forces in Scotland following on the Act 20 and 21 Vic. C. 72, Home Office Miscellaneous Records 1790-1886, HH 22/1, Archives nationales d’Édimbourg.

Drunkenness in Scottish Police Forces 1899-1911, Police Service General Files 1871-1977, HH 55/286, Archives nationales d’Édimbourg.

Dublin : Mountjoy Gaol Registers, no. 17 ; 1857-1863, Male convict classification, Books Nos. 797-1905 ; volumes 16-7-10, Prisons 1/11/17, Archives nationales de Dublin.

Edinburgh Calton Prison, Debtors Liberation Book, 1827-1829, HH 21/5/17, Archives nationales d’Édimbourg.

Edinburgh Calton Prison, Registers of Criminals, 4.10.1845 to 11.2.1848, HH 21/5/9, Archives nationales d’Édimbourg.

Edinburgh Calton Prison, Register of Criminal Prisoners 1850-1851, HH 21/5/9, Archives nationales d’Édimbourg.

Edinburgh (Calton) Bridewell, Account of Prisoners confined in Bridewell 1839, HH 21/6/8, Archives nationales d’Édimbourg.

Edinburgh (Calton) Bridewell General Register of Warrants of Commitment, 1836- 1840, HH 21/6/6, Archives nationales d’Édimbourg.

Edinburgh (Calton) Bridewell, Register of Prisoners and Liberated 1813-1815, HH 21/6/10, Archives nationales d’Édimbourg.

Edinburgh Calton Bridewell, Account of Prisoners confined in the, HH 21/6/9, Archives nationales d’Édimbourg.

Edinburgh Calton, Daily Progressive State of Prisoners in Custody, 01. 01. 1816 26. 05. 1818, HH 21/6/11, Archives nationales d’Édimbourg.

Edinburgh Tolbooth, Warding and Liberation Book 1816-1817, HH 21/6/13, Archives nationales d’Édimbourg.

Edinburgh Tolbooth, Warding and Liberation Books, 1817-1819, HH 21/6/14, Archives nationales d’Édimbourg.

New Laws for insane people 1882-1921, HO 145, Archives nationales de Londres.

Pentonville Prison : Prison and Places of Confinement for Prisoners sentenced to Penal Servitude 1884, PRICOM 7, 5527.15020, archives nationales de Londres.

Prison : Transfer of Scottish Prisoners to Millbank Prison to await Transportation, 1847-1848, AD 58/97, Archives nationales d’Édimbourg.

Prisoner’s record : John Watson Laurie 1889-1930, HH 15/1, Archives nationales d’Édimbourg.

Printed Indictments 1829-1830, High Court Indictments, 1829-1891, AD 2/1, volume 1, Archives nationales d’Édimbourg.

Register of Convicts under Sentence of Transportation 1852-1874, HH 21/5/16, Archives nationales d’Édimbourg.

Register of Criminal Prisoners 1.9.1859 to 21.3.1861, HH 21/5/15, Archives nationales d’Édimbourg.

Tables of Rates of Pay of County Police Forces in Scotland, Papers of the Sinclair family of Mey, Caithness, 1457-1900, GD 96/664, Archives nationales d’Édimbourg.

The Gratuities Book on the Prisoners’ Discharge 1834, HO 145/9682/A48197, Archives nationales de Londres.

Transfer of Sentenced Prisoners to Millbank prison to await Transportation. Causes of Ill-treatments and Deaths, 1847-1848, AD 58/97, Archives nationales d’Édimbourg.

Watching, Cleansing, and Lighting the Streets of the City of Edinburgh, and adjoining Districts ; for regulating the Police thereof ; and other purposes relating thereto, 24th June 1822, Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

Publications gouvernementales

An Examination of the Irish Penal System, The Prison Study Group, Dublin, Nov.1973

General Board of Directors of Prisons, 1839-1840 : Letter Books, 1839-1860, HH7/1, Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

General board of directors of Prisons in Scotland, Letter book 1844-1845, HH7/9, Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

Great Britain General Board of Directors of Prisons in Scotland – Rules for prisons in Scotland, publication date : 1854, printed in Edinburgh by Thomas Constable, Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

Present State of Discipline in Gaols and Houses of Correction, British Parliamentary Papers, Crime and Punishment Prisons 6, Session 1863, Irish University Press, Shannon Ireland, 1968.

Reports and Papers relating to the Prisons of the United Kingdom with Minutes of Evidence and Appendices 1818-1822, British Parliamentary Papers, Crime and Punishment Prisons 8, Session 1818-1822, Irish University Press, Shannon Ireland, 1970.

Reports and Papers relating to the Treatment of Treason-Felony Convicts with Minutes of Evidence and Appendices, British Parliamentary Papers, Crime and Punishment Prisons 21, Session 1866-1890, Irish University Press, Shannon Ireland, 1970.

Reports from the Selected Committee on the Gaols and other Places of Confinement, British Parliamentary Papers, Crime and Punishment Prisons 1, Session 1819, Irish University Press, Shannon Ireland, 1968.

Rules for Prisons in Scotland, settled and approved by the Secretary of State under Prison (Scotland) Act, 1877, Home Office, 19th February 1878, Henry Selwin Ibbertson, Edinburgh : printed by Neill and Company for Her Majesty’s Stationery Office, 1878, Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

Scottish Criminal Jurisprudence and Procedure, by Lord Cockburn, reprinted from the Edinburgh printed review, January 1846, Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

Sources secondaires

APETREI, Sarah et SMITH, Hannah, Religion and Women 1660-1760, New York, Routledge, 2016.

BECCARIA, Cesare, On Crime and Punishment, Library of Liberal Arts, New Jersey, Prentice Hall Publishing, 1963 (première publication : 1764).

BURKE, William, 1792-1829, new edition, published in 1948 series, Notable British trials, edited by William Roughead, Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

CARROLL-BURKE Patrick, Colonial Discipline : the Making of the Irish Convict System, Dublin, Four Courts Press, 2000.

CLELAND, James, Specification of the Manner of Building and Finishing a set of Public Offices and a Prison with Court-yards for the City of Glasgow, Glasgow, Printed by J. Hedderwick and Co., 1810, Bibliothèque nationale d’Édimbourg.

COOKE, Pat, A History of Kilmainham Gaol 1796-1924, Dublin, Stationery Office, Government of Ireland, 1995.

CROSS, Rupert, Punishment, Prison and the Public, London, the Hallyer Trust Stevens and sons, 1971.

FIFE, Malcolm, The Story of Calton Jail – Edinburgh’s Victorian Prison, Stroud, The History Press, 2016.

FOUCAULT, Michel, Surveiller et punir – Naissance de la prison, Paris, Bibliothèques des Histoires, Editions Gallimard, 1975.

EDWARDS, Owen Dudley, The True Story of the Infamous Burke and Hare, Edinburgh, Birlinn Ltd, (1980, 1993, 2010) 2014.

REEMAN, J.C., Prisons Past and Future, Cambridge Studies in Criminology XLI, The Heinemann Library of Criminology and Penal Reform, 1978.

HAMBLIN SMITH M., Prisons and a Changing Civilization, London, The twentieth century library, 1934.

HAMILTON, Judy, Scottish Murders – From Burke and Hare to Peter Tobin, Glasgow, Waverley Books, (2009) 2011.

HIGGS, Michelle, Prison Life in Victorian England, Chalford, Tempus Publishing, 2007.

MALCOLM Archibald, Whisky Wars, Riots and murder – Crime in the 19th century Highlands and Islands, Edinburgh, Black and White Publishing, 2013.

- ---------------, Bloody Scotland – Crime in the 19th century Scotland, Edinburgh, Black and White Publishing, 2014.

MAY, Trevor, Victorian and Edwardian Prisons, Oxford, Shire Publications Ltd, 2006.

- ---------------, The Victorian Workhouse, Oxford, Shire Publications Ltd, 2008.

McLEAN David, “Lost Edinburgh : The Old Tolbooth Prison”, The Scotsman, 4 Novembre 2013, http://www.scotsman.com/heritage/people-places/lost-edinburgh-the-old- tolbooth-prison-1-3172387

M’LEVY, James, Curiosities of Crime in Edinburgh during the Last Thirty Years, Edinburgh, W. Kay, 1861.

MILL, John Stuart and BENTHAM, Jeremy, Utilitarianism and other essays, edited by A. Ryan, Penguin classics, 1987.

MILLER, Peter, The Origin and Early History of the Old Tolbuith of Edinburgh – the Heart of Mid-Lothian ; and the Luckenbooths, chapter VIII, 360-76, [http://www.archaeologydataservice.ac.uk/archiveDS/archiveDownload,consultéle29/12/15]

PAKENHAM, Frank, The Idea of Punishment, Dublin, Lord Longford, Geoffrey Chapman, 1961.

WILSON, Lynne, Crime and Punishment in Victorian Edinburgh, Edinburgh ?, Honeyman and Wilson, 2011.

Netographie

http://www.scran.ac.uk/ada/documents/castle_style//_castle_style_scheme3.htm

http://www.gov.scot/About/Locations/St-Andrews-House-1/sah-70/caltonjail

Notes

1 Le gouvernement britannique reconnaît officiellement les « Bridewells or Houses of correction » avec la loi de 1720. Ces petites prisons sont rattachées à un commissariat de police pour détenir les criminels avant leur jugement ainsi que les petits délinquants ayant commis des délits mineurs. Les maisons de correction ne représentent qu’une infime partie de la multitude de prisons locales sous l’administration britannique du XIXème siècle (Hamblin Smith, 5-37).

2 Cesare Beccaria (1738-1794) est célèbre pour avoir écrit Des délits et des peines, violente charge contre les législations criminelles de l’Europe de son temps, mais surtout premier plaidoyer argumenté en faveur d’une abolition totale de la peine de mort. […] L’effort pour fonder philosophiquement la pénalité n’était, à ses yeux, qu’une petite partie (urgente) d’un plus vaste programme : développer avec rigueur, le plus mathématiquement possible, la science de l’homme, pour assurer dans tous les domaines le plus grand bonheur possible au plus grand nombre possible. http://agora.qc.ca/dossiers/cesarebeccaria

3 L’omniprésence de ce bâtiment dans le paysage édimbourgeois est attestée par sa description dans le roman populaire de Sir Walter Scott, the Heart of Mid-Lothian (Miller, 360-76).

4 John Howard (1727-1790) est habituellement présenté comme un grand réformateur des pratiques pénales britanniques. Ce pasteur anglais fait évoluer l’institution carcérale dès le XVIIIème siècle, car il se base sur ses nombreuses visites de prisons anglaises, écossaises et irlandaises à la suite desquelles il rédige de nombreux rapports sur leurs conditions de vie que ses réformes visent à améliorer. Il souhaite instaurer plusieurs réformes dans les bâtiments carcéraux comme l’amélioration des conditions sanitaires et l’instauration de la séparation des types de criminels. Enfin, il dénonce la construction des pénitenciers le long de fleuves car l’humidité des bâtiments est source de fièvres qui se propagent parfois même dans les centres villes (Cooke, 20-50).

5 Selon les extraits de jugements rendus par la Cour de Glasgow, 47 personnes sont exécutées entre 1765 et 1820 dont 22 au début du XIXème siècle (Account of Trials and sentences, Glasgow, April 18th 1822) ; certains le sont pour avoir commis des crimes de sang, mais la plupart sont coupables de simples vols ou effractions. La peine de mort paraît sévère et inadaptée au vu des crimes commis.

6 Henry Thomas Cockburn, Lord Cockburn (1779-1854) défend les prisonniers écossais accusés de crimes politiques et écrit en faveur de l’extension des franchises municipales et parlementaires de la ville d’Edimbourg. En avril 1830, son article Scottish Judicial Reform : the Law of England and Scotland est publié dans Edinburgh Review. Après la prise de pouvoir des Whigs à Westminster en 1830, il est nommé avocat général pour l’Ecosse et joue un rôle clé dans la rédaction de la Scottish Reform Bill. http://www.royal-mile.com/famous-scots/lord-cockburn.html

7 http://www.scran.ac.uk/ada/documents/images/ada017b_l.jpg

8 The A to Z Victorian London, London Topographical Society Publication no. 136, 1987, Public Record Office, Press Mark T. London/Gen., Accession no.184/1993, Q, Archives nationales de Londres, 16.

9 Jérémy Bentham (1748-1832) applique la théorie de l’utilitarisme aux systèmes carcéraux. Pour lui, la loi doit empêcher l’homme de mal agir envers son voisin et doit établir des règles qui lui permettent de coopérer avec les autres hommes. Bentham souhaite simplifier la loi pour lutter contre la complexité, le coût et la lenteur du système ainsi que pour le rendre plus abordable et compréhensible aux citoyens. […] Enfin, Bentham définit la fonction de l’homme de loi comme très importante car il doit calculer le degré de bonheur et de douleur qu’il applique à un criminel en fonction de la gravité de son crime en suivant les quatre grandes sanctions que sont les sanctions physique, politique, morale et religieuse. Ce degré est calculé grâce aux preuves collectées sur la scène de crime : le mobile et le mode opératoire du crime jouent donc, pour Bentham, un rôle clé dans la sanction appliquée (Mill et Bentham, 25-26 et 139).

10 Remarque : Les nouveaux pénitenciers de Londres comme Pentonville Prison ou Millbank Penitenciary sont construits sur ce modèle, mais le style château l’adapte en ne créant qu’un demi-panoptique.

11 The prestigious architect Robert Adam was given the task of designing a bridewell for Edinburgh in the late nineteenth century. He submitted a number of different designs, some inspired by classical architecture and others resembling feudal fortresses. All of them, however, incorporated the latest thinking about prison design. After much deliberation, a castle-style building was selected which included the concept of a panopticon or inspection house (Fife, 2016 : 13).

12 Schémas élaborés par mes soins.

13 http://www.scran.ac.uk/ada/documents/castle_style/bridewell/bridewell_castle_style_as_built.htm [Images Courtesy of Historic Environment Scotland].

14 “Every prisoner sentenced to three months’ confinement, or upwards, and who is unable to read and write easily, shall receive instruction in reading and writing. […] A specimen shall be kept of the writing, both when he begins and when he leaves off, so as to shew the progress made.” (Rules for Prisons in Scotland, 1854, 30).

15 “[…] in 1898, Bailie Cook Rennie said he had visited Calton Prison during that year : ‘It was in splendid condition and the prisoners were well treated and they all seemed happy. The Prison was like a palace.” (Fife, 2016, 30).

16 Dès 1834, les lois sur la pauvreté envoient les pauvres comme les orphelins, les veuves, les vieux, les malades physiques ou mentaux, et les mendiants dans les workhouses qui sont tellement surpeuplés que des maladies y circulent et tuent beaucoup de pauvres. Lorsqu’une personne est admise dans une « workhouse », elle est fouillée, ses cheveux sont coupés, ses vêtements sont arrachés et elle doit porter un uniforme comme dans les prisons. À l’intérieur des bâtiments, les cours sont séparées en différents quartiers, hommes, femmes et enfants ne se rencontrent jamais bien qu’ils fassent partie de la même famille. Jusqu’en 1842, tous les repas se prennent en silence et les pensionnaires doivent manger avec leurs doigts. Les repas sont volontairement identiques et sans saveur. Six types de régime existent et sont tous qualifiés de « a slow process of starvation ». Voici l’exemple d’un régime typique (1oz = 28g) : petit-déjeuner : 6 oz (168g) de pain, déjeuner : 4 oz (112g) de bacon et 3 oz (84g) de pain ou de pommes de terre, souper : 6 oz (168g) de pain et 2 oz (56g) de fromage. Face à cela ainsi qu’à la discipline drastique des « workhouses », beaucoup de révoltes éclatent et souvent les grandes « workhouses » deviennent incontrôlables. (May, 2008, 19-22)

17 Les régimes alimentaires des prisonniers sont proposés par les conseils d’administrations des prisons et respectent généralement ceux établis par les médecins référents comme le Dr. Guy. Ils dépendent tout d’abord du nombre de jours de détention du prisonnier ainsi que de son activité physique, et sont principalement basés sur la pomme de terre (pour ses propriétés antiscorbutiques), le pain, le lait et le porridge (The Present State of Discipline in Gaols, Parliamentary Papers 1863).

18 En Écosse, les avantages peuvent être en nature (vêtements, outils), mais les détenus irlandais sont récompensés avec des points et donc de l’argent : “In Ireland, the progress of the convicts is also recorded, in a somewhat different manner, by marks of which nine may be gained a month – 3 for good conduct, 3 for industry at work and 3 for diligence in school, which is not reckoned in the English system (Carroll-Burke, 213)”.

19 “Major misconduct offences and their punishment - Willful damage to his shoes. Prison property viz taking out the nails : forfeit one month’s marks - Unnecessary and hard talk in his cell : 24 hrs on bread and water in his cell and forfeit one month’s marks - Not promptly complying with an order and replying in an improper manner to officer : 72 hrs on bread and water and forfeit 2 months’ marks - Replying in an insolent and improper manner to officer when in the ward : 48 hrs on bread and water and forfeit 2 months’ marks -Disobedience and using improper language : 48 hrs cell on bread and water and forfeit 2 months’ money.” Dublin : Mountjoy Gaol Registers, no.17 ; 1857-1863, Male convict classification, Books Nos.797-1905 ; volumes 16-7-10, Prisons 1/11/17 Dublin National archives.

20 “Any prisoner, whether criminal or civil, who disobeys any rule of the Prison, or any order of an officer, or who otherwise misconducts himself, shall be subject to punishment […]. The punishment must not be more severe than is considered necessary to produce the desired effect. Flogging, or other corporal punishment, must never be employed ; nor must hand-cuffs, or other fetters be used, a report of the fact, with the name and age of the prisoner, how long the fetters were employed, and the reasons for using them, shall be inserted in the Governor’s Journal.” (Rules for Prisons in Scotland, 1854, 33).

21 Peut-être que cette misogynie reflétait l’influence de celle du réformateur, John Knox, virulent opposant aux règnes de Marie de Guise, Marie Tudor et Marie Stuart, et qui considérait leurs gouvernances comme étant synonymes de ‘subversion à l’ordre moral, à l’égalité et à la justice’. John Turner, John Knox and His Women, 5 Janvier 2017 [http://www.patheos.com/blogs/anxiousbench/2017/01/john-knox-women/].
De plus, la religion presbytérienne envisageait les femmes comme des menaces envers l’ordre patriarchal, souvent associées à la dissidence et à la subversion : “Among the High Church satirists and commentators, the memory of disorder and heterodoxy shaped the association between women and fanatism, which clearly helped to discredit public displays of female piety”. Sarah Apetrei et Hannah Smith, Introduction, dans (Apetrei, chapitre 1). “The Presbyterians’ criticism the government and the Church were well aware that women played a significant part in nonconformity. Nineteen years later, the Privy Council claimed that women were the cheiff fomenters’ of dissenting worship”. Alasdair Raffe, Female Authority and Lay Activism in Scottish Presbyterianism, 1660- 1740, (ch. 4), dans (Apetrei, ch. 4). On peut donc en conclure que la société écossaise infligeait des châtiments plus sévères aux femmes puisqu’elles avaient davantage besoin d’être remises sur le droit chemin.

Auteur

Université Jean Monnet - Lyon IV, lab. CAS Toulouse, Saint-Etienne.
Université Jean Monnet - Lyon IV, lab. CAS Toulouse, Saint-Etienne, France.
Émilie Berthillot enseigne l’anglais en lycée et est chargée de cours à l’université Jean-Monnet dans les départements de Droit, LEA et LCE Anglais. Elle a obtenu sa thèse de doctorat intitulée « Renseignement et contre-espionnage entre Dublin, Londres et Édimbourg de 1845 à 1945 » en septembre 2014. Ses thèmes de recherche traitent de l’espionnage, des agents secrets et doubles infiltrés par les Britanniques, les Écossais et Irlandais et des manipulations politiques, militaires et diplomatiques. Son article « Le Château de Dublin de 1880 à 1922 : repaire de traîtres ou d’agents doubles ? » fut publié en 2016 dans la Revue des Études Irlandaises 41.1. Outre l’étude des relations entre les trois pays, son master développe aussi les différents systèmes carcéraux et propose une étude comparative du traitement des criminels en Irlande et au Royaume-Uni aux XIXème et XXème siècles.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search