Version classiqueVersion mobile

Formes et dispositions du texte théâtral du symbolisme à aujourd’hui

 | 
Pascal Lécroart

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Après des études de langues romanes et de pédagogie à l’université d’Oxford et de gestion culturelle à la Hochschule für Musik und Theater à Hambourg, Susanne Becker a préparé, sous la direction de Wolfgang Asholt, une thèse de doctorat à l’université d’Osnabrück à l’aide d’une bourse de la Studienstiftung des deutschen Volkes. Sa thèse est consacrée au théâtre poétique de René de Obaldia, Romain Weingarten et Georges Schehadé. Elle examine ses liens avec l’avant-garde historique, en particulier le surréalisme. Depuis 2005, elle a enseigné les langues modernes en Angleterre, Russie et Allemagne ; elle est, actuellement, professeur de lycée à Stuttgart.

2 Arnaud Bernadet est professeur au Département de langue et de littérature françaises de l’université McGill à Montréal. Ses travaux portent sur la théorie du langage et la théorie de la littérature, spécialement sur la poésie et le théâtre du XIXe au XXIe siècle. Il a publié « En sourdine, à ma manière ». Poétique de Verlaine (Classiques Garnier, 2014) et dirigé avec Bertrand Degott La Corde bouffonne. De Banville à Apollinaire, Études françaises, nº51-3 (Presses universitaires de Montréal, 2015). Son dernier essai à paraître en 2018 chez Classiques Garnier s’intitule : La Phrase continuée. Variations sur un trope théorique.

3D’abord comédien, François Berreur devient le plus proche collaborateur artistique de Jean-Luc Lagarce. Il fonde avec lui en 1991, à Besançon, la maison d’édition Les Solitaires Intempestifs qui, après des débuts difficiles, s’impose finalement comme l’un des principaux éditeurs du monde théâtral contemporain. Il en est le directeur littéraire et a également fondé le site internet theatre-contemporain.net. Il poursuit, par ailleurs, une carrière de metteur en scène, montant notamment des œuvres de Rodrigo Garcia, Serge Valetti et Jean-Luc Lagarce.

4 Marianne Bouchardon, maître de conférences en littérature française à l’université de Rouen, travaille sur la poétique du drame moderne, l’histoire de la mise en scène et la critique dramatique aux XIXe et XXe siècles. Elle a, notamment, participé à L’Anthologie du théâtre du XIXe siècle (Avant-Scène théâtre, 2008), à Graphies en scène (Éditions Théâtrales, 2011), co-dirigé La Critique dans l’œuvre littéraire, (Garnier, 2013), La Poésie dans les écritures dramatiques contemporaines (Garnier, 2015), Francisque Sarcey, un critique dramatique à contre-courant de l’histoire du théâtre ? (Cérédi, 2015), L’Œuvre inclassable (Cérédi, 2016), Rendre accessible le théâtre étranger (Septentrion, 2017). Elle prévoit d’éditer chez Classiques Garnier le Théâtre complet de Henry Becque, Le Naturalisme au théâtre de Zola, L’Évasion de Villiers, ainsi que Mangeront-ils ? et La Grand’mère de Hugo.

5Reçue première à l’agrégation de lettres modernes en 2010, Agnès Cambier a travaillé, sous la direction de Jeanyves Guérin et Marie-Hélène Boblet, à une thèse de littérature française consacrée aux pièces monologales contemporaines. Auteur de différents articles scientifiques sur le sujet, elle met par ailleurs en scène, depuis 2006, des spectacles associant théâtre et musique.

6Maître de conférences honoraire à l’université de Franche-Comté, Caroline Cazanave a enseigné à la Réunion et à Besançon la langue et la littérature médiévales. Ses recherches portent sur la chanson de geste et la réception du Moyen Âge. Elle a publié D’Esclarmonde à Croissant (2007), dirigé L’Épique médiéval et le mélange des genres (2005), La Mémoire à l’œuvre. Fixations et mouvances médiévales (2013), Mémoire épique et génie du lieu (2017), co-dirigé les volumes Mourir pour des idées (2008), Grands textes du moyen âge à l’usage des petits (2010) et Médiévalités enfantines : du passé défini au passé indéfini (2011).

7 Emmanuel Cohen est docteur en arts de la scène. Sa thèse, Le Théâtre nondramatique. Gertrude Stein, Dada, surréalisme, traite de la crise de la forme dramatique chez les avant-gardes historiques. Il a publié des articles sur ce sujet dans diverses revues, dont Théâtre Public, Agôn et L’Annuaire théâtral. En 2013, il a co-organisé un colloque international, « Le théâtre pense, certes. Mais où ? Comment ? Et Quand ? », avec Christophe Bident et Laure Couillaud, dont les actes ont paru dans la revue Incertains Regards (PUP). Depuis septembre 2014, il enseigne l’histoire des arts et la performance à la New School/Parsons à Paris.

8 Henri Dalem est metteur en scène ; il a notamment travaillé sur Goldoni, Matéi Visniec, et sur des écritures collectives au plateau. Avec la compagnie Paradoxe(s), qu’il co-dirige avec Paméla Ravassard, il a notamment monté Femmes de fermes, un spectacle adapté d’un ouvrage de sociologie consacré à l’évolution de la condition des femmes en milieu rural. Il a enseigné à Sciences-Po Paris et à l’ENSATT. Depuis 2017, Henri Dalem dirige le Théâtre des Pénitents – Scène régionale et départementale de Montbrison.

9 Laure Darcq, docteur en littérature française, ATER (université Paul-Valéry, Montpellier III), prépare l’édition scientifique du théâtre complet de Joséphin Péladan et publie des études sur la période symboliste.

10Clara Debard est maître de conférences et habilitée à diriger des recherches en littérature française et théâtre à l’université de Lorraine. Elle est auteur ou co-auteur de quatre ouvrages : Œdipe d’André Gide, édition critique annotée et commentée (Honoré Champion, 2007), André Gide et la réécriture, actes du colloque de Cerisy (Presses Universitaires de Lyon, 2013), D’un genre à l’autre : la transmodalisation dramatique (Presses Universitaires de Lorraine, 2014) et Jacques Copeau et le Théâtre du Vieux-Colombier. Dictionnaire des créations françaises 1913-1924 (P.U. de Lorraine, 2017).

11 Bertrand Degott est maître de conférences à l’université de Bourgogne Franche-Comté et membre du CRIT (EA 3224). Spécialiste de poésie française moderne et contemporaine, il a co-dirigé un dossier dans la revue Études françaises, « La Corde bouffonne de Banville à Apollinaire » (Montréal, PUM, 2015). Également poète, il a récemment publié More à Venise (La Table ronde, 2013) et Plus que les ronces (L’Arrière-Pays, 2013).

12Directeur artistique adjoint du CDN de Besançon dirigé par Michel Dubois de 1997 à 2003, Guillaume Dujardin y a mis en scène Brutopia d’Howard Barker, ce qui a été le début d’une collaboration féconde avec cet auteur. En 2003, il a fondé sa propre compagnie théâtrale, Mala Noche et, quatre ans plus tard, a organisé son premier Festival de caves qui a rapidement obtenu un rayonnement national avec plus de quatre-vingts communes en France et en Suisse. Il enseigne à l’université de Franche-Comté où il est responsable du DEUST Théâtre.

13 Éric Eigenmann est professeur à l’université de Genève, responsable des études de dramaturgie. Ses publications portent notamment sur Beckett, Koltès, Pinget, Sarraute, Soutter et Vinaver, sur la performance du texte et l’idée d’un théâtre originaire. Il signe les mises en scène de l’ATDF, théâtre universitaire, et collabore aux activités de plusieurs théâtres à Genève, de la Manufacture à Lausanne et de la Société Suisse du Théâtre.

14 Armelle Hérisson est docteur en littérature française et agrégée de lettres modernes. Elle enseigne les lettres et le théâtre dans le secondaire. Membre du groupe Polart, poétique et politique de l’art, elle travaille dans le champ de la poétique et de la théorie du poème. Elle est l’auteur d’articles sur Alfred Jarry et Samuel Beckett.

15 Stéphane Hervé est docteur en études théâtrales (Montpellier 3) et professeur de lettres modernes dans l’Académie de Lille. Sa thèse était consacrée à la poétique et à la politique de l’hétérotopie chez Pier Paolo Pasolini et Rainer Werner Fassbinder. Il est spécialiste de l’avant-garde italienne, dramatique et scénique des années 60, des dispositifs communautaires et politiques. Il travaille actuellement sur les mises en scène d’opéra (Warlikowski, Tcherniakov, Castellucci) et la problématisation théorique de la notion de performance dans le théâtre contemporain.

16 Marie-Claude Hubert est professeur émérite de littérature française à l’université d’Aix-Marseille. Spécialiste du théâtre français des années cinquante, notamment de Genet, Beckett, Ionesco, Adamov, elle a publié de nombreux ouvrages sur le théâtre, édité notamment pour Gallimard Folio/Théâtre plusieurs pièces. Avec une équipe composée de chercheurs français et étrangers, elle a dirigé le Dictionnaire Beckett (Honoré Champion, 2011) et le Dictionnaire Jean Genet (Honoré Champion, 2014). Elle a édité sous forme d’édition critique Les Confessions d’un auteur dramatique d’Henri-René Lenormand (2016) dont elle va également éditer le Théâtre choisi pour Honoré Champion (2018).

17 Adélaïde Jacquemard-Truc est docteur et chercheur associé de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée. Spécialiste du théâtre symboliste de Claudel, Maeterlinck, Villiers de l’Isle-Adam et Oscar Wilde, et des liens intergénériques entre théâtre et poésie, elle travaille également sur les formes du théâtre populaire et d’avant-garde du XIXe au XXIe siècle.

18 Pascal Lécroart est professeur de littérature française à l’Université de Franche-Comté où il dirige le Pôle « Arts et littérature » au sein d’ELLIADD (EA 4661). Spécialiste de Paul Claudel et de son rapport à la musique, il a publié différentes études sur les relations entre littérature, théâtre et musique au XXe siècle. Il est responsable du Fonds documentaire Gilles Laubert et du Fonds numérique d’archives Jean-Luc Lagarce hébergés par FANUM (https://fanum. univ-fcomte.fr/fanum/). Il est rédacteur en chef, avec Julia Peslier, de la revue Skén & graphie.

19 Julia Peslier est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Franche-Comté. Ses recherches portent sur les esthétiques du noir, du blanc et de la couleur dans la littérature et les arts visuels ainsi que sur la réception outre-Atlantique de Faust, dans l’extension de sa thèse sur Faust et l’œuvre inachevée. Elle a co-dirigé deux numéros de Coulisses avec David Ball (Reviviscences de Faust, Le Hors-scène) et Les Écrivains théoriciens de la littérature (1920-1945) avec Bruno Curatolo (PUFC, 2013). Elle est rédactrice en chef, avec Pascal Lécroart, de la revue Skén & graphie.

20 Professeure certifiée de lettres modernes, Carole Rambaud bénéficie d’un contrat doctoral pour mener une thèse qui vise à établir les points de rencontre entre le théâtre de Maurice Pottecher et celui de René Morax. Elle a publié récemment un article : « La mise en fiction littéraire du matériau populaire sur les scènes de Bussang et Mézières », Le Pardaillan, n° 1, 2016.

21Docteure en lettres, Carine Rousselot est comédienne, marionnettiste et enseigne les arts de la scène à l’UFR de Besançon depuis 2013. Ses recherches portent sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès. Elle a participé en 2016 au colloque « Hantises et spectres dans le théâtre de Koltès et dans le théâtre contemporain » (Metz, Université de Lorraine).

22Née à Boulogne-Billancourt, Marie Vélikanov a effectué ses études secondaires et supérieures en Russie, à Moscou. Elle a soutenu sa thèse de doctorat, portant sur « La sainteté chez Charles Péguy », le 27 juin 2017 à l’université de Lorraine, à Metz. Elle continue d’explorer cette œuvre et a réalisé plusieurs publications touchant l’histoire des idées mais aussi la manière dont une idée va s’exprimer dans le texte sur le plan formel, ainsi que les rapports entre l’art et la spiritualité.

23 Julia Vidit se forme à l’École-Théâtre du Passage, puis au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. En 2006, elle crée la compagnie Java Vérité. Entourée de collaborateurs fidèles, elle place le texte et les acteurs au centre de son travail. Dans ses créations, l’illusion généreuse tente toujours d’interroger une réalité difficile. Elle met en scène des textes classiques – Musset, Corneille – mais aussi contemporains comme Bernhard, Viripaev ou Cayet. Soucieuse de la rencontre avec les publics, elle est régulièrement associée à des lieux. Par ailleurs formatrice, elle conçoit la vivacité de sa pratique dans un changement de statut nécessaire et enrichissant.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search