Version classiqueVersion mobile

La guerre de Dix Ans

 | 
Louis Gérard

Chapitre 4. La lutte pour la survie

Texte intégral

1Devant les fléaux qui ravageaient la province, les hommes s'efforcèrent de réagir, de lutter, de survivre. Or, les possibilités offertes leur paraissaient bien limitées. Combattre l'épidémie de peste ? On ne savait pas le faire autrement qu’en prenant la fuite et en isolant les malades. S'opposer aux troupes qui battaient la campagne ? Encore fallait-il être en nombre suffisant, posséder des armes et bénéficier d'une retraite sûre. Subsister dans un pays dévasté, où l'on ne trouvait plus aucune nourriture' ? Comment faire quand le pain coûtait dix fois plus cher, quand les affamés volaient les blés verts autour des villes...

2Le premier réflexe des Comtois fut donc de fuir le danger, s'enfuir pour quelques jours en attendant que la soldatesque eût quitté la contrée, s'enfuir pour longtemps ce qui obligeait les hommes, seuls ou en groupe, à trouver un refuge, une cachette, à s'organiser pour vivre.

3Ainsi, tout au long des années de guerre, les Comtois abandonnèrent leur terre, leur village, leur province... L'exode toucha d'abord les contrées frontalières les plus exposées, comme la paroisse de Ronchamp, délaissée dès le printemps de 1634, puis des régions entières de Franche-Comté se vidèrent de leurs habitants, tel le bailliage d'Amont en 1636-1637. Enfin, ravagée de toutes parts, la province entière devint un véritable désert après l'invasion weimarienne de 1639 et devait le rester pratiquement jusqu'à la fin de la guerre de Dix Ans ; elle n'était peuplée, disait Boyvin en août 1639, « que de la dixième partie des hommes qui étaient il y a trois ans ». On vit des villes inoccupées, même sans avoir été la proie des flammes, telle Baume-les-Dames dans les rues de laquelle l'herbe avait poussé à hauteur des genoux, ou « la pauvre ville de Champlitte, entièrement désolée et abandonnée ». Dans la plupart des seigneuries du bas et des plateaux, la population n'habitait plus que le château ou le bourg fortifié, quand il n'avait pas été détruit ; ainsi, en août 1639, la puissante baronnie de Belvoir comptait vingt villages et hameaux dans lesquels plus personne ne vivait.

4On peut ainsi s'interroger sur le sort de tous ces fugitifs, du moins ceux que la mort n'avait pas emportés, leur retraite, leurs moyens d'existence, leur situation... La tradition mentionne par exemple que certains Comtois sont allés jusqu'à Rome et la légende voudrait que d'autres, abrités dans des cavernes, aient subi les pires tourments, enfumés comme des bêtes sauvages dans leur tanière ou emmurés vivants.

5Qu'en est-il exactement ?

L'émigration

6Suivant ainsi l'exemple des nombreux Alsaciens qui quittèrent leur province dévastée en 1632, des princes de Lorraine et de Montbéliard abandonnant leur capitale menacée pour des contrées plus sereines, les Comtois émigrèrent vers les pays voisins pour fuir les troubles et la misère.

  • 1 Girardot de Nozeroy (Jean), Histoire de dix ans..., année 1638.

7Cette fuite à l'étranger au moment des plus sombres années de la guerre de Dix Ans a été évoquée par le conseiller Jean Girardot1 :

« Les plus courageux, écrivait-il, résolurent de se tirer hors du pays durant cette horrible saison et passer en pays étranger [...]. Les premiers passèrent en Savoie et en Suisse, d'autres les suivirent et les premiers, travaillant fortement et fidèlement, firent planche à ceux qui les suivirent. Ce fut une sortie générale et, ne pouvant la Suisse et la Savoie soutenir tant de gens, la plus grande partie qui cherchait les terres de son roi passa en Italie et s'arrêta à Milan. Grand nombre néanmoins passèrent jusque à Rome (patrie commune de tous les chrétiens) ; un curé s'y trouva l'année suivante avec cinq cents de ses paroissiens, auquel le pape donna une église pour leur administrer les sacrements. On comptait qu'ils étaient à Rome dix ou douze mille Bourguignons [Comtois] de tout sexe. »

8Ce témoignage sera revu en détail un peu plus loin, mais il convient déjà de remarquer l'importance que le mémorialiste attribuait au phénomène migratoire : il parlait en effet de « sortie générale », de « tant de gens », de « grand nombre », jusqu'à citer celui de 10 à 12 000 Comtois installés à Rome. Bien qu'il n'existe aucun moyen de le vérifier, ce chiffre est le seul dont les historiens disposent à l'heure actuelle.

  • 2 Doudier (Pierre), Les Comtois dans la tourmente ; l'accueil de la Savoie, Dole, 1967.

9En définitive, on sait peu de choses sur ces émigrants comtois et sur le problème en général car, à l'exception de quelques témoignages ponctuels et insuffisants, les sources restent rares. Il existe bien des registres paroissiaux dans les contrées d'accueil et Pierre Doudier a montré ce qu'il est possible d'en tirer2, mais le travail suppose des recherches considérables pour des résultats sans doute décevants. A moins que la mondialisation de la généalogie ne permette un jour le repérage systématique des émigrants comtois dans ce type de sources... En attendant, il faudra se contenter de témoignages comme celui de Girardot précédemment cité, ou des quelques récits révélés au hasard des enquêtes judiciaires et formulés de la bouche même des émigrés revenus au pays.

Les terres d'accueil

10Les pays qui servirent de refuge aux émigrants comtois furent principalement la Suisse, la Savoie et l'Italie. Nul ne s'en étonnerait : la guerre de Trente Ans avait ravagé toutes les régions situées à l'est et au nord de la Comté, l'Allemagne, l'Alsace, la Lorraine, le Pays de Montbéliard, avait fermé les frontières avec le royaume de France devenu ennemi et bloqué les routes du nord vers les Pays-Bas. Il ne restait donc que les contrées méridionales qui au demeurant, n'avaient pas ou peu souffert des misères de la guerre.

La Suisse

11Les Cantons helvétiques constituèrent le premier refuge des populations comtoises. Territoire le plus proche, séparé seulement par le massif du Jura, la Suisse était en outre l'alliée de la Franche-Comté en vertu de la Ligue Héréditaire ; aussi, ne pouvait-elle qu'accueillir charitablement ses voisins d'outre-Jura victimes de la guerre. Certes, la Ligue n'avait été qu'une illusion et jamais les Cantons ne manifestèrent l'intention d'intervenir militairement contre les adversaires des Comtois ; leur diplomatie, ballottée entre les influences française, espagnole et impériale, s'efforça d'abord de veiller aux intérêts de la Confédération.

12En dépit des velléités manifestées par certains d'interdire l'entrée aux immigrants ou de confisquer les biens déposés, les Suisses ouvrirent largement leurs frontières aux Comtois, indifférents semble-t-il au nombre ou à la confession des arrivants :

  • 3 Fleury (L.), Franc-Comtois et Suisses. Besançon, 1869, p. 159.

« On n'a pas l'idée du nombre de Franc-Comtois qui, pour fuir, allèrent chercher refuge à l'étranger, surtout en Suisse. Ils trouvaient en Suisse une hospitalité pleine de charité pour les pauvres et la sécurité pour les riches. Les populations comtoises des frontières étaient moins malheureuses que celles de l'intérieur. La Suisse leur offrait un asile pour leurs personnes, leurs biens3. »

13Effectivement, on rencontrait deux catégories d'émigrants comtois en Suisse. En premier lieu, ceux qui s'y rendirent dès les premières années du conflit, s'y installèrent et n'en revinrent qu'à la fin des hostilités, voire bien après. Ainsi, « Jean Saulinet, père de Germain et Pierre Saulinet, est mort au pays de Suisse où il était retiré à cause des malheurs des guerres et qu'il y a environ trois ans [soit 1646], les dits Germain et Pierre ses enfants retournèrent en cette province ». On peut citer aussi les familles de François Jacoutot, Antoine Clerget et Louis Gélion de Dammartin-les-Templiers, installées au canton de Fribourg et qui ne regagnèrent la Franche-Comté qu’en 1645.

14Ceux-là venaient indifféremment du bailliage d'Amont ou d'Aval, de la ville et de la campagne, de la plaine ou de la montagne. Réfugiés pour de longues années, ils faisaient baptiser leurs enfants dans les églises locales, tel Théophile, fils de noble Wilhem Doros, docteur en droit civil et canon, et de Claudine-Louise de Masson de Poligny, baptisé le 9 février 1642 à Saint-Nicolas de Fribourg. Certains parvenaient même à être reçus citoyens des villes qui les avaient accueillis comme Pierre Crolot. Claude Ferchot de Morteau et Claude Donnier de Pontarlier, devenus bourgeois d'Estavayer.

15La seconde catégorie regroupait tous ceux qui se réfugiaient temporairement en Suisse, qui s'y rendaient chaque fois que les événements les y obligeaient. En novembre 1637, les habitants de la Franche-Montagne gagnèrent ainsi les vallées suisses les plus proches à cause des quartiers d'hiver des Lorrains. En janvier 1639, l'ultime invasion weimarienne provoqua une fuite quasi générale des populations de la Montagne vers la frontière. Ceux de Mouthe, par exemple, se précipitèrent en Suisse dès la mi-janvier et ne retournèrent dans leur paroisse que le seizième de juillet ; entre-temps, douze de leurs enfants avaient été baptisés « extra Muthuam ». Il est bien entendu que seules les communautés du Jura et des plateaux du Doubs, « moins malheureuses que celles de l'intérieur », pouvaient se permettre un tel va-etvient de part et d'autre de la frontière, et bien que les documents manquent pour situer leurs lieux de retraite, on suppose qu'elles ne devaient guère s'éloigner à l'intérieur du territoire helvétique étant donné le caractère provisoire de leur exil.

16Une partie de ces réfugiés, les plus nécessiteux sans doute, gardaient toujours un pied en Franche-Comté : Simon Pégeot de Crosey « retourna de la Suisse environ trois semaines avant la Toussaint de l'an mil six cent quarante-deux pour semer quelque chose pour son entretien ». De même, les habitants du Barboux revenaient régulièrement dans leur terroir pour y moissonner. Là encore, à cause des distances et de l'insécurité, c'était une possibilité qui ne s’offrait qu'aux populations du massif jurassien.

17On a peu de renseignements concernant les localités qui hébergèrent des Comtois ; comme il a été dit, c'est une étude qui ne peut être menée qu'à partir des sources helvétiques. On sait seulement que le Pays de Vaud, terre bernoise à cette époque, la principauté de Neuchâtel-Valangin et le canton de Fribourg furent les premières régions où se regroupa la population comtoise en exil. Catholique, Fribourg passait aussi pour le plus hispanophile des cantons et il était donc logique que les Comtois s'y rendissent en nombre. Quant aux terres de Vaud et de Neuchâtel, la proximité pouvait jouer en leur faveur, même si les réfugiés n'y rencontraient pas autant de commodités de vie qu'à Fribourg.

18Pour préciser davantage, on peut mentionner les lettres que le Magistrat de la ville de Pontarlier envoya dès 1637 aux cités helvétiques afin de les remercier du « bon accueil et réception qu'[elles] avaient fait des familles des bourgeois et habitants de la dite ville » : ces cités étaient Berne, Fribourg, Yverdon, Estavayer, Romainmôtier, Orbe, Grandson, Romont, Vallorbe, Sainte-Croix et « autres »..., soit les principales agglomérations proches du bailliage de Pontarlier. Les habitants de Dammartin-les-Templiers avaient gagné Châtel-Saint-Denis à l'est de Lausanne, ceux de Vergranne et Breconchaux Payerne, Onnens et Domdidier, ceux de Lomont et Vellerot-lès-Belvoir Cressier et Salvenach. On peut encore citer Cheyres au bord du lac de Neuchâtel, la Chaux-de-Fonds, Assens au nord de Lausanne, enfin Saint-Cergue où le nommé Denis Ruffet déposa son testament le 7 juin 1639.

  • 4 Clavel (Bernard), Les Colonnes du ciel, tome 1, La saison des loups, tome 2, La lumière du lac, Pa (...)

19On aurait aimé quelques précisions sur les itinéraires empruntés par les émigrants, sur leurs voyages, sur l'accueil reçu en Suisse et bien entendu sur les conditions d'existence qu'ils rencontrèrent sur place. En attendant les recherches, on laissera le soin aux romanciers d'en imaginer les péripéties4...

La Savoie

20Autre étape sur la route des Comtois fugitifs : le duché de Savoie. Cette fois, le voyage allait être un peu plus long car pour parvenir au duché situé au-delà du Léman, il fallait traverser le Pays de Vaud, puis franchir le Rhône, soit par Genève, soit à l'opposé par le territoire valaisan.

21Cet éloignement imposait donc aux émigrants comtois un exil plus long, moins improvisé et qui ne prendrait fin qu'avec le retour de la paix ; il ne leur était pas possible en effet de regagner le comté de Bourgogne chaque fois que la guerre marquait seulement une pause. A en croire le conseiller Girardot, le duché de Savoie aurait été aussi couru que le territoire helvétique, au point même que beaucoup de Comtois durent se rendre plus loin, vers l'Italie, « ne pouvant la Suisse et la Savoie soutenir tant de gens ».

22Les sources sont quasiment muettes sur la question de l'émigration comtoise en Savoie. On sait seulement que plusieurs familles de notables de Baume-les-Dames y avaient trouvé refuge : celle d'Hippolyte Filloz, procureur postulant au bailliage, ainsi que les Fermy, Dunand et Ramasson qui vivaient à Thonon. Quelques habitants du village de Bonnay (canton actuel de Marchaux) se seraient également réunis à Aoste, au Piémont, province qui dépendait du duché de Savoie au xviie siècle.

23En revanche, l'étude menée par Pierre Doudier et consacrée aux habitants des Foncine a montré qu'il était possible de retrouver la trace des émigrants comtois dans les registres paroissiaux savoyards. Il a ainsi repéré la présence d'une centaine de Fonciniers dans les paroisses de Thonon, Perrignier et Fessy-Lully ; dans les registres de cette dernière, il a comptabilisé entre mai 1639 et février 1644 dix-sept baptêmes d'enfants des Foncine, plus cinq autres où sont intervenus des parrains originaires du lieu ; deux mariages plus tardifs, août 1644 et octobre 1645 ; enfin vingt décès entre mars 1639 et juillet 1642, la plupart survenant en 1639. Les registres incomplets de Perrignier citent aussi un baptême et un décès en 1640, ceux de Thonon un décès en 1645.

24Or, en plus des Fonciniers, d'autres Comtois sont également mentionnés dans ces registres. Malgré quelques difficultés de transcription, on sait d'où ils provenaient pour la plupart, notamment les cinquante-quatre qui avaient trouvé refuge à Thononles-Bains : Mélincourt, Mont-Saint-Léger. Vellefaux, Gray, Rougemont, Courcuire, Clerval, Baume-les-Dames, Valonne, Villers-Buzon, Besançon, Beure, Naisey, Authume. Morteau. Orchamps-Vennes, Quingey, Vuillafans, Déservillers, Le Deschaux, Arbois, Salins. Doubs, Pontarlier, Poligny. Miéry, Saint-Germain, Mignovillard, Bonnevaux, Saint-Antoine, Remoray, Nozeroy, Champagnole, Arlay, Le Pin, Mirebel, Rochejean, Mouthe, Saint-Claude et Lons-le-Saunier. Il est intéressant de noter que les cérémonies mettant en présence des Comtois ne débutèrent qu'en 1641, avril pour les baptêmes, mai pour les décès et septembre pour les mariages, et que le groupe des réfugiés représentait à peu près le cinquième de la population totale de Thonon.

25L'auteur recensa encore six paroisses savoyardes ayant accueilli des Comtois pendant les troubles : Saint-André-en-Genevois, Cranves, Saint-Jeoire, Cornier, Amancy et Beaumont. Ceux-là étaient originaires de Dommartin, Roche, Clairvaux, Pontarlier. Arbois, Moiron, Largillat, Les Arces, Longchaumois, Bonlieu et Saint-Vit.

26Ainsi, de nombreuses familles originaires de toutes les régions de Franche-Comté, trouvèrent refuge dans les paroisses catholiques de Savoie, s'y marièrent, y baptisèrent leurs enfants et y enterrèrent leurs défunts. Là encore, on aurait souhaité avoir un peu plus de renseignements, mais il est bien rare que les registres paroissiaux donnent d'autres informations que celles qui se rapportent directement aux cérémonies.

L'émigration comtoise pendant la guerre de Dix Ans
– vue d'ensemble –

L’Italie et autres lieux

27« On comptait qu'ils étaient à Rome dix ou douze mille Bourguignons de tout sexe » écrivait Jean Girardot qui citait également Milan comme principale destination des Comtois vers l'Italie.

28Effectivement, Jean Boichemin de Fuans, maître d'école à Laviron, et Clément Ponsot de Clerval quittèrent la Comté meurtrie pour l'Italie où ils demeurèrent sept ans. De même, Claude Tisserand d'Echarquenans révélait que pendant les guerres, il « était à Rome avec Marguerite Lab sa femme, où il aurait vu trois hommes qui se disaient de Clerval ». Pierre Selorcet de Saint-Hippolyte avec d'autres de SaintJulien, *Guillon, Grand-Essart, Damprichard et Adam-lès-Passavant, s'enrôla quant à lui au service des Vénitiens ; en 1643, l'un d'entre eux mourut à l'hôpital de Modène. Enfin, Hugues Fleuriot de Trévillers « quitta la province environ l'an 1639 et passa avec sa femme à Rome ». Les témoignages ne manquent donc pas pour confirmer les dires du conseiller Girardot, auteur de l'Histoire de dix ans. On trouve même dans certains registres paroissiaux la mention de baptêmes célébrés dans la capitale de la chrétienté : ainsi, huit enfants originaires de Frasne furent baptisés dans les églises romaines entre 1639 et 1646.

  • 5 Castan (Auguste), "La confrérie, l'église et l'hôpital de Saint-Claude des Bourguignons de la Fran (...)

29Rome est la destination la plus souvent citée par les Comtois réfugiés en d'Italie ; ils n'en indiquent d'ailleurs point d'autres, excepté Milan et Modène, enfin Ripari, lieu qui n'a pu être identifié et localisé précisément. Le duché de Milan, fief du roi d'Espagne, fut le premier point de ralliement de tous les Comtois, l'étape obligatoire avant l'éventuelle descente plus au sud. La plupart des soldats qui avaient quitté les châteaux ruinés et les garnisons affamées de Comté, s'y rendirent pour se mettre au service des capitaines de Sa Majesté. Ceux qui poussèrent jusqu'à Rome se trouvaient ainsi à quelques neuf cents kilomètres de leur patrie. Vers 1639 ou 1640, dit encore Jean Girardot, un curé comtois et cinq cents de ses compatriotes reçurent du pape une église, mais ce n'est qu'après la guerre, soit vers 1650, que prirent réellement forme l'église, la confrérie et l'hôpital Saint-Claude des Bourguignons dont l’érudit Auguste Castan a retracé l'histoire5. Il fallait bien un lieu de culte et de rassemblement à ces « dix ou douze mille Bourguignons [Comtois] » qui vivaient à Rome, exagération plus que manifeste mais qui souligne toutefois l'importance du phénomène migratoire.

30A cause des distances, le retour des familles exilées en Italie se fit en général plus tardivement : les Tisserand et Fleurot cités plus haut ne rentrèrent qu'en 1648. De même en 1646, 1649 et 1651, on baptisait encore à Rome des enfants issus du village comtois de Frasne.

31Ce tour d'horizon s'achèvera avec deux témoignages prouvant qu'en dépit de la déclaration de guerre et des interdictions, il y eut des Comtois réfugiés au royaume de France. Claude Retrouvet d'Epeugney s'était ainsi retiré en Dauphiné durant les années difficiles et Jean Girardot certifie que la ville de Lyon servait également de retraite à maintes personnes originaires du comté de Bourgogne :

« Aucuns allaient dehors sans savoir où et étaient reçus à Lyon pour servir aux boutiques et aux maisons. Leur fidélité connue les y faisant admettre et aimer, et Richelieu commandant par plusieurs fois de les chasser, les bourgeois et marchands de Lyon faisaient mine d'obéir, mais ils les rappelaient et faisaient rentrer secrètement. »

32Toutefois, c'était seulement une petite minorité qui pouvait vivre en France, dans la discrétion et l'anonymat des grandes villes ; partis à la sauvette, ces gens n'avaient pas emporté beaucoup de bagages et de biens, lesquels auraient été immédiatement confisqués en vertu des édits français. Il s'agissait sans doute de Comtois qui avaient famille ou belle-famille en France, ou d'autres qui, par leurs activités et leur négoce, s'étaient tissé des relations avec leurs homologues français.

33La Confédération helvétique, le duché de Savoie et l'Italie accordèrent donc l'hospitalité aux nombreux Franc-Comtois chassés de leur province par les misères de la guerre. Compte-tenu des distances et de la situation politique du moment, il paraît logique de placer la Suisse au premier rang des terres d'accueil ; seulement, aucune statistique ne permet de le démontrer à l'heure actuelle. De même, qui pourra un jour mesurer la part respective de la Savoie et de la péninsule italienne ?

Chronologie et importance de l'émigration

34Aux nombreuses questions que chacun se pose sur l'émigration des Comtois, les sources insuffisantes n'apportent guère de réponses. Aussi, les éléments qui vont être à présent développés s'appuient pour l'essentiel sur des hypothèses et non sur des certitudes ; il appartiendra aux chercheurs à venir de les confirmer ou de les rejeter, si tant est qu'une telle étude puisse être un jour menée à son terme.

35En ce qui concerne tout d'abord les problèmes chronologiques, il convient de revenir sur le témoignage du conseiller Girardot : « Les plus courageux résolurent de se tirer hors du pays durant cette horrible saison », commence-t-il, soit en l'année 1638, celle de la terrible famine dont il venait d'énumérer les tragiques manifestations. Il ajoute : « Les premiers passèrent, autres les suivirent, les premiers firent planche à ceux qui les suivirent » ; enfin, « ce fut une sortie générale ».

36L'historien de la guerre de Dix Ans n'a jamais été bien précis ni rigoureux dans la composition de ses chapitres et on a souvent eu l'occasion de le regretter. En reprenant au mot à mot sa relation — laquelle, il faut le rappeler, fut rédigée après la guerre — l'émigration des Comtois sembla débuter véritablement au cours, ou immédiatement après la grande famine de 1638 et fut d'abord l'initiative de quelques-uns. Progressivement d'autres suivirent, puis la fuite devint générale, sans que l'on sache très bien le temps qu'il fallut pour passer d'un stade à l'autre. « L'année suivante», continuait Jean Girardot, il se trouva à Rome un curé et cinq cents paroissiens auxquels le pape donna une église ; autrement dit, dès 1639, les émigrants comtois vivaient déjà en foule dans les pays qui ont été précédemment énumérés.

37En fait, l'exil des Comtois vers l'étranger est à mettre en parallèle avec les misères de la guerre ; plus celles-ci progressaient en effet, dévastant les régions les unes après les autres, et plus les départs se multipliaient. Sans doute commencèrent-ils pour certains dès 1636, à cause du siège de Dole, de l'arrivée des Impériaux et de la contagion de peste, mais la situation devint nettement plus préoccupante l'année suivante : la guerre gagnait du terrain, tandis que les vivres se raréfiaient... « La plupart, même les principaux et les premiers, s'en sont allés sous prétexte de mener leurs femmes et enfants en Suisse », constatait le Magistrat de Poligny en juin 1637. Quant à celui de Nozeroy, il prit en août de la même année la résolution de taxer deux cents écus et de procéder à l'ouverture des maisons et à la confiscation des meubles de tous ceux qui, réfugiés à l'étranger ou dans les montagnes, ne seraient pas rentrés en ville dans un délai de quatre jours. C'est bien la preuve que l'exode avait déjà commencé, au détriment de la sécurité des villes et des places.

38La famine, ainsi que les nouveaux événements de 1638, ne pouvaient qu'accélérer le processus. Toutefois, il est probable que l'émigration n'avait pas atteint son maximum, qu'elle n'était pas encore cette fuite généralisée à laquelle le conseiller Girardot faisait allusion : en 1638 en effet, une grande région de Franche-Comté n'avait pas trop souffert de la guerre et ses places recevaient de la Suisse un ravitaillement qu'on ne trouvait plus dans les bas-pays. Le Magistrat de Nozeroy ne parlaitil pas de ceux réfugiés à l'étranger et dans les montagnes ? De fait, lors de la prise de Baume et de Clerval en juillet 1637, Antoine de Crosey, Nicolas Papay et le seigneur de Moustier se retirèrent à Morteau, tandis que Jacques Bonnefoy, procureur d'office à Baume, gagnait la Franche-Montagne. En novembre, les habitants de Damprichard et villages voisins, chassés à leur tour, se réfugièrent en Suisse, mais aussi à Morteau et à Laval-le-Prieuré. Autrement dit, ceux qui quittaient leur région dévastée par la guerre ne se précipitaient pas forcément en pays étranger ; une partie restait en territoire comtois, s'efforçant de trouver le meilleur refuge et d'attendre le retour au calme.

39L'augmentation du nombre des baptêmes dans les paroisses de la Montagne révèle ainsi la présence de ces réfugiés « du bas » : aux Rousses, le nombre des cérémonies passa d'une moyenne de 50-70 à 94 en 1637, 77 en 1638 et 113 en 1639. Même constat Sancey-l'Eglise, paroisse des plateaux d'entre Doubs et Dessoubre : trois « étrangers » en 1636, cinq en 1637 et vingt-huit en 1638...

40A partir de 1639 en revanche, cette possibilité n'était plus envisageable : l'invasion weimarienne avait fini de dévaster la Comté et dès lors, il n'existait plus aucune région en mesure d’accueillir un nombre important de réfugiés. Chacun était désormais logé à la même enseigne, obligé de quitter un village détruit ou rançonné sans cesse.

411639 fut donc l'année du maximum des départs pour l'étranger, l'année de cette « sortie générale » qu'évoquait Jean Girardot. Ce fut effectivement en 1639 que Pontissaliens et Mortuaciens s'installèrent sur les bords du lac de Neuchâtel, que Jean Fleuriot de Trévillers franchit la frontière pour se rendre à Rome, que les premières cérémonies de baptêmes et de décès de Comtois apparurent dans les registres des paroisses savoyardes... Certes, une partie de ceux qui avaient trouvé refuge en Suisse revinrent en Comté sitôt le départ des Suédois, mais à l'exception des populations des montagnes, qui pouvait se risquer encore dans les campagnes désertes où régnaient l'insécurité et la misère ?

42Le flot de l'émigration diminua au cours des années suivantes, mais ne cessa pas totalement malgré l'arrêt des grandes opérations militaires. Ainsi, l'édit du Parlement du 23 juillet 1640, attestant de la bonne santé qui régnait dans la province, fut publié suite aux « empêchements et difficultés que les habitants et sujets, résidant au dit comté, rencontrent sur leur chemin et passage pour aller au duché de Milan et autres endroits d'Italie ». Les plaintes incessantes formulées par les capitaines et les gouverneurs des places qui, chaque jour, comptaient les soldats manquants, en fuite pour l'Italie et autres contrées plus florissantes, témoignent aussi de la permanence des départs en 1640-1641 ; ce n'était plus vraiment la guerre, mais la grande misère d'une province anéantie qui poussait maintenant hors des frontières les habitants des villes et des châteaux affamés.

43Le phénomène perdit sans doute de son importance à partir de 1642. La généralisation des sauvegardes et la conclusion des premiers armistices locaux permirent à ceux qui demeuraient de cultiver et de récolter dans de meilleures conditions. Les officiers du bailliage de Baume prétendirent même que la trêve avec Montbéliard fit revenir d'exil quelques paysans, mais il fallait encore compter avec la crise économique et surtout, la menace d'une invasion d'envergure lancée par la France en 1643.

44Ainsi, on peut dire dans l'état actuel des connaissances que l'émigration des Comtois vers les pays voisins a duré une bonne partie de la guerre de Dix Ans, de 1636 à 1641 au moins. Les temps forts furent les années 1638, 1639 et 1640, avec le maximum en 1639, la « sortie générale ». Pouvait-on encore vivre au comté de Bourgogne après les ravages d'une épidémie de peste, quatre années de guerre incessante, une crise de subsistances sans précédent ? Seuls, ceux qui bénéficièrent d'une retraite sûre ou isolée furent en mesure de résister malgré la pénurie et l'insécurité. Pour les autres, l'exil représentait la seule et unique planche de salut.

45Combien de Franc-Comtois ont-ils, à un moment ou à un autre, trouvé asile dans les pays étrangers ? On aurait souhaité répondre à cette seconde question, mais là encore, les sources ne le permettent pas. Le seul chiffre connu est celui des 10-12 000 Comtois de Rome qu'évoquait Jean Girardot, chiffre important mais pour lequel il n'existe aucune confirmation. Il est certain, au vu des témoignages, que le phénomène n'était nullement le fait d'une minorité ; ainsi en 1639, le président Boyvin certifiait la disparition des neuf dixièmes de la population comtoise, seulement, il ne disait pas quelle était la part respective des disparus, des émigrants et de ceux qui vivaient cachés dans les bois ou enfermés dans les places...

46Toutefois, le tableau démographique de la Franche-Comté en 1644 apporte peut-être des éléments de réponse. On a pu calculer en effet qu'en août 1644, les villages habités ne regroupaient plus que 22 % de la population d'avant-guerre, constat établi qui plus est sur les communautés de la Montagne jurassienne, région la moins touchée par les troubles. Si l'on étend ce pourcentage à l'ensemble de la province, il doit encore être abaissé pour tenir compte de la multitude de lieux inhabités, jusqu'à plus de 40 % dans certains bailliages de plaine. Autrement dit, la population du comté de Bourgogne en 1644 n'atteignait sans doute pas les 100 000 habitants. Sachant d'autre part que 184 000 Comtois ont échappé à la tragédie de la guerre de Dix Ans (chiffre de 1657), il reste une différence de 84 000 personnes. Il faut bien entendu tenir compte aussi de la récupération démographique survenue entre 1644 et 1657, laquelle peut difficilement être calculée dans l'état actuel des recherches, mais on peut penser qu'au moins 80 000 Comtois, si ce n'est davantage, ont émigré vers les Etats étrangers pendant la durée de la guerre de Dix Ans.

47La dernière question que l'on évoquera concerne le statut social des émigrants. Que sait-on de ces réfugiés qui, pour une durée plus ou moins longue, s'installèrent dans les villes et les villages des provinces voisines ?

48Selon les témoignages, l'émigration toucha toutes les couches sociales de la société comtoise : les nobles, comme Wilhem Doros de Poligny exilé à Fribourg ; les notables, tels le procureur Hippolyte Filloz et les membres de la famille Dunand apparentés au mayeur de Baume-les-Dames ; les religieux et religieuses comme les annonciades de Salins réfugiées à Annecy ou celles de Pontarlier conduites en Suisse avant l'incendie de la ville ; enfin, toutes sortes de gens de petite condition qui passèrent à l'étranger en famille et avec quelques biens, ou parfois seuls et sans rien, à l'image de cette orpheline qui, « âgée de seize ans, fut contrainte à l'instant que son dit père fut enterré, de se sauver en Suisse sans en emporter chose quelconque que les habits qu'elle avait sur son corps ». Le nommé Hugues Fleuriot de Trésilley qui parvint à Rome en 1639, « s'engagea au service du marquis d'Albousse, mari de la nièce du grand duc de Florence pour être son cocher, en laquelle qualité il demeura avec lui l'espace de neuf ans et trois mois ».

49Les Comtois réfugiés à Lyon servaient « aux boutiques et aux maisons », des commis et des domestiques en somme. D'autres s'enrôlèrent dans les armées italiennes, comme Pierre Selorcet qui, d'abord retiré en Suisse, prit engagement en faveur des Vénitiens en 1643. Il paraît douteux que les talents des vignerons du Revermont, de Gy ou d'Arbois n'eussent pas trouvé à s'employer sur les coteaux du Léman ou de Neuchâtel... Ce fut « par le travail de leurs bras qu'ils gagnèrent leur vie », affirmait Jean Girardot, et leur fidélité reconnue les faisait « admettre et aimer », même au sein du royaume de France. Le cas de Hugues Fleuriot, resté plus de neuf ans au service d'un noble florentin, est l'exemple-même de cette fidélité vantée par l'historien de la guerre de Dix Ans ; assurément, il ne devait pas être unique. De toute manière, les gens de métier restaient généralement très appréciés des pays qui les accueillaient. Après la guerre, ce furent les Comtois qui, mesurant tout l'avantage de leur présence pour la reconstruction de la province, leur ouvrirent largement les frontières ; ils viendraient cette fois de Suisse, de Savoie, de Lorraine, et surtout... de France.

50Telles sont les quelques connaissances qui ont pu être réunies sur le problème de l'émigration comtoise pendant la guerre de Dix Ans, autant dire peu de choses qu'on ne savait déjà. La Suisse, la Savoie et l'Italie servirent de refuge à une population importante, assurément plusieurs dizaines de milliers de personnes, que la guerre et la misère avaient chassées du comté de Bourgogne. Les départs furent massifs en 1638, 1639 et 1640 ; quant aux séjours, ils se limitèrent pour les uns à quelques mois, pour les autres ils durèrent pratiquement une décennie.

51On regrettera sans doute la pauvreté des sources comtoises tout en mesurant l'importance et l'intérêt d'un tel sujet pour l'histoire de la province. Un fait de cette envergure mérite davantage que ces quelques lignes et il faut souhaiter qu'une étude approfondie et documentée soit un jour entreprise. Il appartiendra au chercheur familiarisé avec les archives suisses ou savoyardes de la mener à bien.

Trouver un refuge, une cachette

52Les nombreux départs pour l'étranger ne doivent pas faire oublier que beaucoup de Comtois restèrent au comté de Bourgogne malgré la guerre et les fléaux. Jean Girardot rangeait les émigrants parmi les « plus courageux » et effectivement, il fallait souvent bien du courage pour abandonner un terroir et un logis et s'installer dans un pays étranger, parmi des inconnus, riche seulement de quelques hardes et de la force de ses bras...

53Or, demeurer dans une province ruinée où régnaient en permanence la faim, la maladie, la violence et la mort demandait aussi une certaine bravoure ; chaque jour, il fallait affronter les chevauchées ennemies, les vols et les réquisitions, le brigandage, il fallait subsister en dépit de la destruction des campagnes, de la disparition des familles, de l'insécurité.. Face à la tourmente quotidienne qui agitait la province, ceux qui n'étaient pas partis durent s'abriter derrière des murs ou se cacher le plus commodément possible pour survivre. Aux uns la promiscuité des villes et des châteaux surpeuplés, aux autres la solitude des forêts et des montagnes...

Les villes et les bourgs

54Au Moyen-Age comme au xviie siècle, les villes et les bourgs furent avant tout des lieux de refuge. Qu'une armée ennemie fît mine de franchir la frontière, qu'une troupe de passage, affamée et mal payée se répandît dans la campagne, aussitôt les populations abandonnaient les villages pour se retirer avec leurs biens derrière les remparts les plus proches. Pendant la guerre de Dix Ans, conflit dévastateur et de longue durée, ce rôle protecteur joua au maximum et toutes les villes abritèrent quantité de personnes, qu'il s'agisse des places comtoises ou de la cité impériale de Besançon.

55Or, en dépit des apparences, tout le monde ne pouvait pas s'y rendre : en vertu de considérations stratégiques, économiques ou de pures opportunités, l'accès et le séjour en ville étaient autorisés pour les uns, tolérés pour les autres, enfin purement et simplement interdits à certains. Tant est si bien que, plus la guerre durait, plus le refuge en ville s'apparentait à un privilège.

56Dès 1636, les exigences de la stratégie passèrent devant certaines réalités humaines. A Dole par exemple, dès que l'imminence du siège fut reconnue, le Magistrat s'empressa d'expulser les bouches inutiles : « Seront donnés en aumône quatre francs à Odette Lymet, ayant été expulsée avec ses enfants », peut-on lire dans les registres de délibérations de la ville. Le 26 mai, ce même Magistrat interdit l'accès de la cité à tous ceux qui n'étaient pas bourgeois ou retrahants. A Gray, on imposait aux habitants la détention de graine « pour l'entretien de leur famille au moins pour trois ou quatre mois ». Il est vrai qu'en 1636, on redoutait l'espionnage et l'introduction d'ennemis dans les places, comme aussi la pénurie de vivres en cas de long siège, crainte qui se traduisait par des réquisitions de grains dans tous les villages proches de Dole, Gray et Salins dès que la situation devenait alarmante.

57Les troubles ne faisant que commencer, on aurait pu penser qu'une fois la guerre installée, la montée de la détresse aurait permis à un plus grand nombre de Comtois de se trouver un abri en ville ; or, il n'en fut rien. Si Dole entrouvrit ses portes aux demandeurs d'asile dans les premiers mois de 1637, c'était parce que la peste avait considérablement dégarni les rangs des habitants et des défenseurs : « Notre pauvre ville à qui la peste a enlevé les trois quarts de ses habitants, commence à se repeupler de ceux qui ne trouvent point de demeurance assurée ailleurs », mentionnait Boyvin. Mais bien vite, les malheurs du temps firent oublier toute forme de commisération : le 27 avril 1637, un Dolois écrivait, « le matin, à l’ouverture des portes de cette ville, l'on a vu les pauvres habitants des villages voisins [...] aborder de toutes parts, portant leur reste de hardes et leurs enfants avec une telle misère qu'elle fait horreur à tous ». Deux mois plus tard, le ton avait sensiblement changé : « Il a été résolu que dorénavant, on ne recevrait en cette ville que les hommes valides et n'étant chargés de famille nombreuse, faisant paraître blé et provisions suffisantes pour environ six mois. » Enfin, le 3juillet, on refit la chasse aux « bouches inutiles », parmi lesquelles « tous vieillards invalides et non-habitants [...], même les hommes valides et non-habitants chargés de nombreuses familles ». Cette fois, on n'acceptait plus n'importe qui...

58En dehors des soldats de garnison et autres gens d'armes, on rencontrait d'ordinaire dans les villes les bourgeois, lesquels constituaient l'élite de la population. Le droit de bourgeoisie, transmissible aux enfants, pouvait s'acquérir moyennant une prestation de serment et le paiement d'une somme d'argent, aussi parfois, la fourniture d'une arme à feu pour l'arsenal de la ville. Il arrivait que le titre de bourgeois fût attribué gratuitement, pour service rendu à la cité ; c'est ainsi qu'en 1638, on reçut à Dole le colonel Louis de La Verne et que le Sancéen Jean-Frédéric Michotey, chirurgien des pestiférés, avait été admis au sein de la bourgeoisie grayloise en 1631.

59Ensuite, les habitants formaient la majeure partie de la population des cités. Ils payaient droit d'habitantage pour résider et exercer librement leur métier et leurs activités. Dans les moments difficiles, en s'enrôlant dans les milices urbaines et les dizaines, les habitants étaient tenus de défendre leur ville contre tout agresseur ; sinon, ils assuraient la sécurité des quartiers en participant à la lutte contre l'incendie. Ils étaient les occupants de droit de la cité et, dans un contexte troublé comme celui de la guerre de Dix Ans, ils avaient la priorité pour s'y réfugier, privilège que l'on retirait aux criminels, aux bannis et à tous ceux qui ne respectaient pas leurs obligations.

60Bourgeois et habitants ne constituaient pas la seule population des villes refuges durant les troubles : il y eut également les retraitants, enfin les manants, vocable qui désignait tous ceux n’appartenant pas aux trois groupes précédents.

61On rappelle que les retraitants étaient les villageois qui avaient le droit et en même temps le devoir de se retirer derrière les remparts des villes et des châteaux en cas d'alerte. Ils participaient à la défense de la place et, en temps de paix, devaient entretenir les fortifications, conjointement avec le seigneur. En juin 1636, la ville de Dole abritait environ mille retrahants, sans compter leurs familles ; ils devaient obligatoirement posséder de quoi se nourrir sans quoi, on leur aurait interdit l'entrée de la cité. Les sources doloises montrent en outre que si les retrahants avaient ce droit de retraite, leur présence n'était que tolérée et dépendait du bon vouloir du Magistrat. Le 26 mai 1636, les portes de la capitale leur furent ouvertes, comme il se doit ; en revanche, le mayeur interdit qu'on leur vendît de la graine. En 1637, un édit municipal rappela que tout retrahant dépourvu de vivres serait aussitôt expulsé. Enfin en juillet 1639, une autre ordonnance confirma que tous ces gens pouvaient être renvoyés chez eux, n'importe quand, sur simple décision du Magistrat. Un autre document, d'ordre économique, dénonça également la différence entre retrahants et habitants : le 28 juin 1638, les autorités doloises vendirent mille mesures de froment à la population, 66 gros la quarte aux bourgeois et habitants, 72 aux soldats et retrahants.

62Quant aux manants, monde flou dont on peut rarement mesurer l'importance, leurs effectifs se trouvaient constamment remaniés par les impitoyables chasses aux bouches inutiles. Trouver refuge en ville ou au bourg, même pour une longue période, ne posait guère de problème à celui qui avait les moyens de payer un loyer et d'assurer sa subsistance malgré les prix exorbitants des denrées. En revanche, tous les errants, les ruraux chassés de leur terroir par la guerre et qui pensaient obtenir un asile dans la cité, tous les « étrangers » sans ressources en somme, ceux-là n'y demeuraient jamais bien longtemps, si tant est même qu'ils pussent franchir les portes. A Luxeuil en 1638, des hommes furent spécialement désignés pour chasser les réfugiés dépourvus de moyens et à Besançon en 1639, tout étranger ne possédant pas au moins trois mesures de blé, se voyait interdire l'entrée de la ville. Et plus la crise économique s'intensifiait, plus les exigences des autorités devenaient inabordables ; ainsi en juin 1639, ce n'était plus trois mesures de blé qu'il fallait apporter pour entrer dans la cité impériale, mais de quoi vivre pendant trois mois. Dole avait placé la barre très haut, dès 1637, puisqu'une famille devait détenir « blé et provisions suffisantes pour environ six mois » ; pour cette raison, la ville refusa l’entrée aux habitants de Pesmes chassés par le duc de Longueville en 1638. Que restait-il de l'entraide qui, en juin 1636, unissait les villes du comté de Bourgogne face aux envahisseurs ? On eut recours aux prétextes les plus variés pour évincer les réfugiés étrangers : à Lons en avril 1637, fut « fait édit portant ordonnance à tous les étrangers de sortir de la dite ville afin que leur bétail n'endommage les héritages des habitants ».

63Dans ces conditions, les exclus faisaient souvent preuve d'imagination pour pénétrer en fraude dans les villes, ainsi à Besançon, « défense fort expresse serait faite aux portiers de laisser entrer dans la cité aucun faix de bois, foin, paille et autre chose semblable à cause de la grande quantité de pauvres qui, sous ce prétexte, se glissent journellement dans celles-ci ». Que faisaient-ils entre chaque expulsion ? Mendier, chaparder ou essayer de se faire accepter dans les hôpitaux surchargés que les confréries ne parvenaient plus à gérer tant les moyens manquaient... Certaines villes ruinées, comme Nozeroy en 1637, puisaient même dans la caisse des pauvres et ceux qui s'en plaignaient avaient peu de chance de voir leur requête aboutir : « Pour le regard de la taxe du pain et entretien des pauvres en votre ville, ou pour congédier puisque de tout temps, et particulièrement en cette misérable saison, la police des Magistrats est suffisamment autorisée pour cela », répondit le parlement de Dole aux autorités grayloises ; en d'autres termes, les villes pouvaient agir en toute liberté avec leurs pauvres et leurs manants.

64Quant aux conditions d'existence de ceux qui étaient autorisés à résider, elles ne furent pas particulièrement agréables. La peste et les épidémies de toutes sortes trouvaient un terrain favorable dans les maisons surchargées, les rues bondées où se mêlaient hommes et bêtes, les places où pullulaient les pauvres en dépit des mesures d'expulsion ; la maladie y faisait des coupes sombres, n'épargnant aucun quartier, aucune famille.

65On y ressentait aussi la peur car si Dole sortit victorieuse du siège, si Besançon et Salins ne furent jamais véritablement inquiétées, d'autres villes, même importantes comme Pontarlier, Saint-Claude, Poligny ou Lons-le-Saunier, connurent un sort tragique, incendiées, détruites, leurs habitants chassés, emprisonnés, rançonnés et obligés finalement de chercher un autre abri ou d'émigrer. Même après 1639, des cités comme Arbois ou Omans restaient à la merci d'un coup de main de l'ennemi, d'une rançon qui s'ajoutait aux contributions de sauvegardes, aux réquisitions des partisans, et dont on répartissait le montant sur l'ensemble de la population...

66Enfin, il fallait en permanence assurer la subsistance de chacun, or, l'insécurité des chemins et les conditions économiques étaient telles que même les occupants les plus aisés rencontraient les pires difficultés à se ravitailler ; le juge Froissard de Broissia, retiré à Besançon pendant la guerre, s'en plaignit en 1638 : « Je passerais par dessus les considérations que je suis obligé de prendre en cette misérable saison pour la subsistance de ma femme avec sept petits enfants et une famille nombreuse de trente personnes que j'entretiens à blé acheté en un lieu étranger et où je n'ai aucun revenu. » De fait, les fermages et redevances seigneuriales rentraient mal, ou plus du tout, les terres restaient en friches, le bétail était dérobé aux portes-mêmes des cités... La fortune des plus riches leur permettait d'acquérir encore du grain à dix ou douze francs la mesure, mais les plus pauvres se contentaient de ce qui restait, c'est-à-dire de « racines, d'herbes, de rats et des charognes de chevaux qu'on jette à la voirie ». En conséquence, disait un habitant du bourg de Vercel, « au dit temps, l'on avait besoin de se charger de famille, mais qu'au contraire, chacun s'en déchargeait tant qu'il pouvait ».

67Des témoignages assurent enfin que certains profitèrent plus ou moins de la situation : « En l'an mil six cent trente-six, comme aussi es années trente-sept et trente-huit, les maisons étaient fort chères au dit Dole et le louage de celles-ci à prix fort haut à raison de la grande multitude de personnes qui étaient alors. » On demandait bon prix pour le gîte et le couvert, pour une chambre, pour un simple grenier ou un local destiné à l'entrepôt de denrées et marchandises : « Mes sujets d'Oiselay, raconta le seigneur du lieu, ayant mené [des quartes de blé] à Gray il y a assez longtemps, et n'ayant point eu de place pour les loger par ordre du Magistrat, ils furent contraints de les mettre en une maison particulière où l'on leur a fait payer si chèrement le couvert que quand ils ont voulu retirer ce qu'ils y avaient [dé]posé, le louage de la chambre a été tel que leur graine a été réduite comme à néant. » Parfois, logeurs et logés s'entendaient aussi pour échapper aux réquisitions des autorités, comme à Besançon où des réfugiés cachèrent leur grain avec la complicité des habitants...

68Bien que réelle et assurée, la sécurité des villes coûtait ainsi très cher. Durant les années difficiles de la guerre de Dix Ans, le fait de résider dans les cités les mieux protégées avait toutes les apparences d'un privilège, privilège recherché dont une minorité de Comtois seulement put bénéficier pleinement.

Les châteaux

69A une échelle plus réduite, châteaux et maisons fortes de Franche-Comté ont joué le même rôle défensif que les villes.

70Environ deux cent soixante édifices ont été répertoriés pour la période 1620-1630. Répartis uniformément sur le territoire, à l'exception peut-être des montagnes, les châteaux semblaient constituer un élément important du système défensif comtois ; en réalité, avec leurs murailles vieillies, souvent délabrées faute d'entretien suffisant, leurs fossés comblés, beaucoup n'offraient qu'une sécurité illusoire. A la différence des villes et des bourgs, ils n'abritaient que quelques occupants permanents, plus souvent les officiers de l'administration castrale que les membres de la famille seigneuriale. Les châteaux comtois étaient avant tout le refuge des sujets de la seigneurie, des retrahants.

71Ainsi, dès la proclamation de « l'éminent péril » de 1636, tous les retrahants gagnèrent leurs châteaux : les habitants de Baulay se retirèrent à Amance, ceux de Bremondans à Leugney, ceux de Cendrey à La Tour-de-Scay... Parmi les occupants du château de Villers-Pater, se trouvaient en 1638 tous ceux des villages et hameaux voisins : Les Ages, Anthon. Argirey, Aubertans, Authoison, Dournon, Les Blanchards, Courboux, Crest, Marloz, Millaudon, Pennessières, Roche, Ruhans, Quenoche, La Villedieu et Villers-Pater.

72En plus des retrahants, on acceptait aussi les étrangers, à condition toutefois qu'il restât de la place et qu'un loyer fût versé au seigneur ou au commandant du lieu : en 1639, la famille Doyen de Saint-Hippolyte, réfugiée à Châtillon-sous-Maîche, payait cinquante écus par an la location d'appartements, écuries et greniers du château. Claude Dauxiron de Valoreille versa trente gros pour une vache mise aux étables l'espace de six semaines.

73Enfin, le château constituant un site stratégique, les occupants devaient aussi compter avec les soldats de la garnison que le gouvernement de la province imposait parfois. Des conflits surgissaient, les uns et les autres s'accusant de monopoliser la place disponible, de gêner les opérations de défense, d'épuiser les réserves de nourriture... Le 10 juin 1638 par exemple, le commandant d'Amance se vit reprocher d'avoir laissé entrer trop de retrahants au détriment de la garnison.

74Combien les châteaux comtois pouvaient-ils abriter de réfugiés ? Il est bien difficile de l'estimer ; tout dépendait des dimensions et des possibilités de chaque édifice. Pour la guerre de Dix Ans, un document d'archives fournit des indications : c'est le compte-rendu d'une visite effectuée en février 1638 par les commis des Etats ; passant dans les principaux châteaux du bailliage d'Amont, ils avaient pour mission d'y recenser les réserves de grain. Pour vingt-quatre des trente-trois édifices visités, ils ont mentionné le nombre de réfugiés. Les chiffres sont parfois surprenants :

Château

nombre de réfugiés

nom du commandant

Châtillon-Guyotte (Doubs)

500

François Callaud

Munans (Haute-Saône)

400

Filain (HS)

540

Pierre Courtet

Vallerois-le-Bois (HS)

740

Jean Colardey

Frasnois (HS)

250

Baudoncourt (HS)

400

Saint-Rémi (HS)

800

Amance (HS)

600

Doyen

Conflandey (HS)

400

Daniel Ferroux

Chemilly (HS)

2 000 ( ?)

Mercey (HS)

600

Bougey (HS)

700

Etienne Tabourel

Chauvirey-Dessus (HS)

300

Artaufontaine (Cornot, HS)

1 400 ( ?)

Hugues Martelot

Betoncourt (HS)

400

Villers-Vaudey (HS)

200

Suaucourt (HS)

300

Ray-sur-Saône (HS)

600

Lannois

Rupt-sur-Saône (HS)

1 500

Pierre Martin

Scey-sur-Saône (HS) avec le bourg

2 000

Esboz

Chariez (HS) avec le bourg

1 500

Vezet (HS)

500

Toussaint Barberot

Frasne-le-Châtel (HS)

500

Bonnaventure Vernier

Oiselay (HS)

3 000

Roulans (Doubs)

500

Charles Varrod

75Les chiffres de Chemilly et d'Artaufontaine ne correspondent pas aux réfugiés proprement dits, mais aux personnes ayant déposé du blé, aussi, est-il préférable de ne pas en tenir compte : de même, bourg et château ne sont pas différenciés dans les cas de Chariez et de Scey-sur-Saône.

76Pour le reste, l'étonnement fait place en découvrant la présence de 700 personnes à Bougey, 740 à Vallerois, 1 500 à Rupt... et surtout 3 000 à Oiselay, soit la moitié de la population supposée de Dole à cette époque. La source est-elle fiable ? D'autres documents de février et d'octobre 1 637 confirment bien le chiffre de cinq cents réfugiés à Vezet, lesquels furent d'ailleurs délogés par les Lorrains, et les trois mille retrahants d'Oiselay. On connaît mal les sites de Rupt-sur-Saône et d'Oiselay dont il ne reste pratiquement plus rien, en revanche, celui de Vallerois-le-Bois, mieux conservé, paraît bien exigu pour héberger plus de sept cents personnes : la basse-cour devait être aussi encombrée que les bâtiments... Un fait est en tout cas certain : les commis qui ont effectué la visite et recensé le grain déposé dans les châteaux, n'avaient aucun intérêt à gonfler les effectifs des réfugiés ; au contraire, plus ils rencontraient de monde à nourrir et moins ils pouvaient puiser dans les réserves.

77Ces multitudes de réfugiés n'empêchaient pas les gens les plus aisés d'être relativement bien logés : interrogé après la guerre, un témoin « a vu demeurer dans le château de Châtillon [-sous-Maîche] la demoiselle veuve de feu Jean Doyen de Saint-Hippolyte, avec les siens, ses enfants et toute la famille, jusqu'en l'année mil six cent quarante-quatre, dans lequel château ils devaient loger fort commodément, d'autant qu'ils avaient deux belles chambres joignantes et deux cabinets appelés le quartier Reinach, et qu'ils avaient aussi la grande écurie du dit château et un soulis [appentis] pour loger leurs bestiaux et leurs grains et fourrages ». Il est vrai que, propriété du roi, Châtillon-sous-Maîche était un édifice de vastes dimensions, mais dans cette région frontalière, très tôt dévastée, retrahants et réfugiés ne devaient pas manquer.

78D'un autre côté, certains facteurs se chargèrent bien de limiter le nombre d'occupants, comme la terrible épidémie pesteuse de 1635-1637 qui tua par exemple les trois quarts de la population retirée au château d'Autrey-lès-Gray en septembre 1636, ou les autres fièvres dites malignes. L'obligation que l'on faisait aux retrahants de posséder les denrées suffisantes à leur entretien n'était guère compatible avec la crise économique et l'appauvrissement général. Beaucoup durent sans doute laisser leurs biens sur place et partir à l'aventure pour chercher leur subsistance ; ainsi, dans les inventaires dressés après la guerre, des meubles, coffres et autres biens occupaient encore les greniers de certains châteaux et en 1648, leurs propriétaires ne s'étaient toujours pas manifestés pour les récupérer.

79Enfin, le fait de trouver refuge dans un château ne constituait pas une garantie certaine. En dépit de leur nombre, bien peu de places échappèrent aux fureurs de la guerre ; elles furent pillées, aussi bien par les auxiliaires que par l'ennemi, progressivement démantelées ou incendiées. Certaines devinrent des bases françaises ou suédoises comme Joux, Saint-Amour, Grimont ou Bletterans. Dans celles qui avaient résisté, il fallait souvent compter avec les capitaines de garnison, de véritables brigands pour certains qui n'hésitaient pas à détrousser les réfugiés pour nourrir leurs hommes : ainsi à Neuchâtel-Urtière, « les commandants prenaient aux retraitants tout ce qu'ils avaient afin d'entretenir et nourrir la garnison qui y était logée ». Que devenaient les réfugiés des places conquises ? Ceux qui n'avaient pas eu la malchance de servir d'otages, partaient chercher un autre abri, à condition toutefois que leur fortune le leur permît. Là encore, les forteresses jugées les plus sûres, Châtillon-sous-Maîche, Sainte-Anne (où résida Jean Girardot de Nozeroy), Arguel... furent sans doute très sollicitées.

80On ne saurait achever la question des châteaux sans évoquer brièvement les abbayes, autres sites fortifiés qui servirent également de retraite aux populations en fuite. Ces lieux, au passé souvent prestigieux comme Luxeuil, Saint-Claude, Montbenoît, Bellevaux, Cherlieu, Clairefontaine, Bullion, les deux Baume et bien d’autres, firent peu parler d'eux. Seulement deux abbayes d'Amont furent visitées en février 1638 : Luxeuil d'où l'on préleva cent cinquante mesures de froment et autant de seigle, et Cherlieu qui abritait quatre cents personnes, autant en somme qu'un château comme Baudoncourt, Munans ou Conflandey. Beaucoup furent ruinées et incendiées (Bithaine, Bellevaux, La Charité, Clairefontaine...) ; on ne sait rien des autres.

81Selon le compte-rendu de février 1638, les châteaux de Franche-Comté auraient donc abrité une multitude de gens, retraitants, villageois des alentours, étrangers aisés auxquels se joignaient quelques troupes de garnison. En somme, le château-refuge donnait un peu l’image d'une ville en miniature, mais une ville dont la population passait brusquement de quelques habitants à plusieurs centaines de familles. Comment les trois mille retraitants d'Oiselay vécurent-ils la tragique période de 1638-1639 ? On aurait aimé le savoir, sans doute aussi difficilement que les occupants des grandes villes sans cesse confrontés aux problèmes de ravitaillement et à la promiscuité. On remarquera toutefois qu'ils résistèrent aux Weimariens en juin 1637 et qu'en février 1638, ils ne paraissaient pas encore manquer de vivres : mille cinq cents mesures de froment furent prélevées par les commis. Mais c'était aussi avant la grande famine... Toujours est-il que sans les châteaux, la population du comté de Bourgogne se serait davantage dispersée pendant la guerre, des régions entières se seraient vidées de leurs habitants.

Les forêts et les abris de fortune

82Malgré des conditions de vie souvent détestables, villes et châteaux furent des refuges très recherchés par tous ceux qui avaient choisi de demeurer en Franche-Comté. Or, tout le monde n'avait pas la possibilité d’y entrer et surtout d’y rester : les ruraux qui n'étaient ni retraitants, ni habitants, qui n'avaient pas les moyens de payer le louage d'une maison ou de s'approvisionner comme l'exigeaient les édits, ceux-là trouvaient portes closes ou se faisaient bientôt chasser par les autorités locales : « Le commandant de la ville mit dehors tous les étrangers qui s'y étaient retirés », écrivait le curé de Frasne en relatant l'investissement de Nozeroy en février 1639 ; de même à Baume-les-Dames, « il n'y resta personne, que quelques femmes ou autres personnes qui n'avaient pas les moyens d'en sortir et que l'on refusait aux portes de Besançon ou autres châteaux ».

83En conséquence, les forêts, les lieux isolés, les édifices et baraquements de toutes sortes, enfin les cavernes qui seront évoquées un peu plus loin, servirent de retraites aux exclus des villes et des maisons fortes. Ils y rejoignirent tous ceux qui avaient délibérément choisi ce type de refuges, à leurs yeux plus proches, plus commodes, plus sûrs aussi.

84Le couvert forestier fut incontestablement le premier abri des populations en fuite. Qu'une troupe de passage menaçât d'investir un village, aussitôt les habitants abandonnaient leurs maisons pour gagner les bois ; en 1636, tandis qu'il déployait ses troupes autour de la capitale, la Meilleraye écrivait à Richelieu : « Les paysans ont tout quitté, étant dans les bois, qui nous tuent quelques gens qui vont à la petite guerre. » Souvent, ceux dont le village était entièrement ravagé par la grande peste de 1636, se regroupaient aussi dans la forêt, laissant les malades à leur triste sort.

85Dans un premier temps, la forêt apparut comme un refuge de première urgence, un abri provisoire : on s'y rendait pour attendre la fin de l'alerte, le départ des troupes, ou encore l'apaisement de la contagion ; tout au plus y demeurait-on quelques jours, voire quelques semaines. Mais bientôt, l'avancée des destructions, la misère croissante et la fermeture des refuges traditionnels obligèrent les populations à y demeurer en permanence, à s'organiser pour pouvoir vivre. On y rencontrait des familles : celle de Léonard Larson d'Avoudrey, réfugiée dans la grande forêt de Passonfontaine, celle d'Etienne Barquez de Belvoir, isolée dans un bois de sapins vers Longevelle, au bord du Dessoubre : des villages entiers aussi : ceux de Polaincourt en 1637, de Grand-Crosey et de Domprel en 1639... Même la grande communauté d'Orgelet avait choisi la forêt voisine pour s'y retrancher durant l'été de 1637.

86Sur place, on s'organisait, on trouvait des cachettes pour les biens les plus lourds, tels ces deux cents coffres que les habitants de Chaux-Neuve dissimulèrent dans le bois de Ban en 1639 ; ceux de La Loye auraient de même entreposé leurs effets dans les creux profonds de la grande forêt de Chaux. On construisait des cabanes : Claude Rousselot de Vernois-lès-Belvoir « avec d'autres de leur village, même Michel Rousselot son frère, étaient retirés dans des baraques qu'ils avaient faites dans les bois du dit Vernois, avec les bestiaux et autres biens qui leur restaient »..., et parfois même, de véritables retranchements : la veuve Tournoux de Chamesey, propriétaire d'un grand nombre de bestiaux, ordonna à son serviteur « de les sauver et de les garder au fort que ceux de Charmoille avaient fait en leur bois sur Haute-Roche, sur la route de Rosureux », abri qui servit aussi à Jacquotte Bouchard « retirée sur les roches de Charmoille, et même dans un fort que l'on avait fait dans un bois de sapins [par] crainte des Suédois ».

87Dans les bois de Noroy-le-Bourg, à l'est de Vesoul, c'est un véritable terroir qui naquit du labeur des réfugiés :

Jean Viret, de Calmoutier, témoin de cette aventure, racontait « qu'il était retiré pendant ces dernières guerres dans les bois du dit Noroy avec les habitants du lieu et plusieurs étrangers du voisinage [...], dans lesquels bois, chacun avait fait des baraques et couverts, et ne vivaient les dits habitants que du peu de récolte de grain qu’ils semaient dans ce que chacun essartait [...]. Comme il n'était |pas] juste que les étrangers profitassent des dits bois de Noroy comme ceux qui étaient habitants, et que ce fût être une cruauté de les expulser car ils eussent été en proie aux soldats dans leur village, ils avisèrent et résolurent entre eux pour donner moyen de subsister de leur vendre à chacun quelques portions de leur bois pour en faire des essarts et les cultiver, ainsi que furent jusqu'à environ trois mille arpents qu'ils leur fournirent au feur [prix] de quatre francs l’arpent ».

88En somme, ceux de Noroy avaient reconstitué leur village dans les bois. Malgré une surface défrichée aux dimensions exagérées (elle aurait représenté environ 1 300 hectares), la communauté sylvestre de Noroy fut vraisemblablement l'une des plus importante : composée de ruraux et d'étrangers du voisinage, elle comptait aussi dans ses rangs Pierre Leroux, procureur d'office, ainsi que noble Claude-Gabriel Terrier de Ranzevelle, juge-châtelain de la seigneurie. En 1643, elle occupait toujours la forêt de Noroy et, comme la plupart des groupes vivant en Comté à cette époque, elle avait préféré passer sauvegarde et payait régulièrement contribution à la garnison française de Granges. Deux ans plus tard, les habitants n'avaient pas encore regagné leurs villages, mais le Parlement, estimant avoir affaire à une communauté à part entière, ne manqua pas de leur adresser les avis d'imposition ; ils devaient être encore nombreux à habiter les bois car leur échut la plus grosse part : dix-sept francs mensuels ; même les grandes paroisses de la terre de Faucogney ne furent pas autant imposées.

89Les bonnes conditions de vie qui parurent favoriser les environs de Noroy-leBourg, ne régnèrent pas dans toutes les forêts comtoises. Les troupes, amies ou ennemies, y lançaient souvent des expéditions parfois couronnées de succès. La rage des ennemis, disait le procureur Brun, ne s'arrêta pas à la destruction des villages, « elle voulut pénétrer le fond des rochers et les bois où une partie du peuple de la campagne s'était serrée, et alors se vit une chasse contre nature où des bêtes sauvages poursuivaient des hommes ». Ainsi, les habitants de Grand-Crosey, cachés dans le Lomont, furent découverts, dépouillés et emmenés en otages par les Français en juillet 1637. Disparus également les deux cents coffres de ceux de Chaux-Neuve : en 1639, les Weimariens les trouvèrent et les emportèrent. Le jour de l'Ascension de cette même année, les villageois de Domprel perdirent tous leurs biens déposés au bois de La Faye ; l'attaque avait été lancée par une bande de paysans pillards qui se faisaient passer pour des soldats ; ils seraient, selon les uns, originaires de Leugney.

90Les habitants du bourg de Colonne, le repaire du fameux capitaine La Courbière, dévasté entièrement en 1639, durent par la force des choses gagner la forêt et y chercher refuge. Or, plus d'un an après le passage de Villeroi, voici ce qu'on disait d'eux : « Ils sont réduits à telles misères qu'ils sont contraints de loger dans les bois, à l'auvent de quelques arbres. » Visiblement, on était loin de Noroy et de Charmoille ; ni cabanes, ni fortin, ni essarts dans les bois de Colonne..., seulement une extrême pauvreté.

91La forêt comtoise, cachette des populations pendant la guerre de Dix Ans, pouvait donc receler le meilleur et le pire, la quiétude et l'organisation, comme la précarité et l'infortune, quand elle ne servit pas de théâtre aux plus sombres tragédies.

92Les montagnes, les vallées encaissées, tous les lieux isolés, à l'écart des passages ou peu accessibles, jouèrent le même rôle que la forêt. Ainsi, les habitants de Trévillers gagnèrent le Refrain et le Chauffaud sur la vallée supérieure du Doubs, ceux des Foncine le Mont Noir et la Combe David ; Claude Jarnoux de Chamesey trouva quant à lui refuge en montagne, au lieu-dit Vaurien. Parfois, un endroit tout proche suffisait pour mettre momentanément les gens en sécurité : en mai 1644 par exemple, un Baumois attendit le départ des troupes de Rosen « au dessus de la roche de Babre, assez voisine de Baume, et depuis où l'on découvre les vignes sises sur Cour » ; il lui avait juste fallu traverser le Doubs pour y parvenir.

93Les moulins et les fruitières, bâtiments souvent isolés dans des vallées encaissées et désertes, accueillirent des familles de réfugiés ou abritèrent les biens d'un village. Des paysans de Charmoille s'installèrent dans une « fruitière dite au Vaux-sous-Bretonvillers », au bord du Dessoubre. A Ouhans, ce furent « les moulins du dit Ouhans qui étaient gardés par les paysans où ils avaient fait retraite de leurs biens ». Un habitant des Plains, Claude Mondot, déclara « qu'en l'année mil six cent trente huit, environ la St-Antoine, il sortit de la province en la compagnie du produisant, même des moulins de Valory où ils avaient été réfugiés pendant que les troupes occupaient la montagne » ; Varoly ou Valory se trouve dans la petite vallée d'un affluent du Dessoubre, au nord-ouest de Maîche.

94Selon les témoins des enquêtes du bailliage de Baume, ordonnées après les troubles, les vallées des rivières auraient été très peuplées, notamment pour la région concernée, celles du Doubs supérieur, du Dessoubre et de ses affluents, du Cusancin... On organisait même des marchés au val de Cusance « à cause de la retraite que chacun y faisait pour se mettre en assurance ». Il est vrai qu'en ces lieux, les réfugiés pouvaient découvrir bon nombre d'abris, moulins, bois de sapins, roches, grottes... La progression y était souvent malaisée et quelques guetteurs postés aux accès suffisaient pour assurer la sécurité de tout le monde. Les vallées profondes du Jura, plus au sud, durent sans aucun doute jouer le même rôle protecteur.

95Enfin, les populations des campagnes cherchèrent asile dans les sites qui étaient, ou qui paraissaient être un tant soit peu défendables ; elles ne misaient plus seulement sur l'isolement mais aussi, sur la sécurité souvent illusoire du refuge.

96On peut rappeler l'île de la Vêvre d'Autet, de tragique mémoire, dans laquelle on ne parvenait qu'en franchissant un bras de la Saône « dans l'eau jusque sous les bras aux endroits les plus accessibles ». D'autres préférèrent les ruines de châteaux comme celui de Cusance : « Ledit château est de petite étendue et n'y peut-on monter que l'un après l'autre et à la faveur d'une échelle longue d'environ dix-huit pieds » (soit six mètres). Les occupants, les familles Paris, Pinard, Huguenot, Bosnier et Arnoux de Lanans, Doussot de Cusance, Boilloz de Lomont, Courget de Randevillers et Jannot de Mont Millot, durent aménager leur retraite car « au dit château de Cusance, il n'y a aucune maison, ceux qui y étaient retirés étant contraints d'y faire des baraques ».

97D'autres restèrent dans l'église de leur village, dans le clocher notamment : à Anjeux, Vyt-lès-Belvoir, Trévillers, Ouhans, Noroy-lès-Jussey..., refuge qui pouvait à la rigueur résister aux assauts d'une bande de passage, mais pas à l'attaque en règle d'une troupe importante et équipée. Trévillers fut incendié par l'ennemi en 1637, Noroy par les auxiliaires lorrains en 1638. Moins malchanceux, les habitants de Vyt se firent seulement expulser de leur clocher par les soldats du gouverneur comtois. Quant à ceux d'Ouhans, ils durent leur salut aux contributions versées aux garnisons des Usiers et de Joux.

98Ainsi, les principaux refuges de la population comtoise tourmentée par la guerre furent les villes, les châteaux, les forêts et lieux isolés. Les villes-tombeaux où rôdaient la famine et l'épidémie, où régnait la peur du siège, les châteaux surpeuplés et facilement prenables, les forêts où la vie était celle des bêtes traquées, sans cesse aux aguets, des refuges qui, en définitive, ne donnèrent jamais la certitude d'une retraite assurée et durable. Seulement, sans eux, que seraient devenus les Comtois qui n'avaient pas choisi l'exil vers les pays étrangers ? Sans ces cachettes et ces abris, véritables îlots de survie répartis sur l'ensemble du territoire, il aurait sans doute fallu ajouter de nombreuses pertes humaines supplémentaires à un bilan déjà suffisamment lourd. Les uns eurent la vie sauve de s'être enfuis à l'étranger, les autres d'avoir gagné les refuges que l'on vient d'énumérer.

99Une dernière possibilité s'offrait aux habitants du comté de Bourgogne en quête d'abris : les grottes, innombrables en Franche-Comté, en particulier dans le massif du Jura.

Les grottes-refuges de Franche-Comté

  • 6 Blanchet (Adrien), Les souterrains-refuges de la France, Paris, 1923.

100Pendant la guerre de Trente Ans, notait Adrien Blanchet6, les populations des provinces du nord de la France utilisèrent et parfois même creusèrent des souterrains pour s'y abriter. Les Franc-Comtois n'eurent pas à se donner autant de peine : partout ou presque, à peu de distance des villages, s'ouvraient une ou plusieurs cavernes dans lesquelles il était facile d'entreposer des biens et de se terrer en attendant des jours meilleurs. Les unes échappaient totalement aux regards, bien cachées au flanc des combes boisées et des vallées peu accessibles ; les autres se révélaient à la vue de tous, mais leur position et leur accès protégé en faisaient de véritables retranchements difficiles à forcer, des forts naturels aux entrées étroites et aux murailles invulnérables.

101On a raconté bon nombre d'anecdotes à propos des grottes et de leur utilisation comme refuge et habitat pendant la guerre de Dix Ans, mais paradoxalement, on a peu écrit sur le sujet, laissant la part belle aux traditions souvent fondées sur des récits inventés de toutes pièces. Ainsi naquirent les « grottes Lacuson », les cavernes murées dont l'emplacement est resté secret, les invraisemblables quiproquos historiques qui mélangent les époques, les guerres, les acteurs.

  • 7 Monot (Emile), "Les troglodytes de Revigny", Vieux Lotis, 1912, pp. 157-164.

102L'intérêt d'un tel sujet nécessite donc un paragraphe entier et distinct ; on y fera état des recherches et des résultats obtenus dans les dépôts d'archives, mais également sur le terrain : il paraissait difficile en effet de relater les conditions de vie des troglodytes, ainsi que les surnommait Emile Monot7, sans étudier de visu la nature et la disposition de leurs retraites. D'une manière générale, les correspondances des contemporains, sources essentielles pour l'étude de cette période, n'ont donné que des indications vagues et imprécises sur le sujet. En revanche, des fonds d'archives peu exploités, les enquêtes judiciaires des bailliages et du parlement de Dole, ont apporté quantité d'informations et ont révélé les noms de plusieurs sites qui. jusqu'ici, n'avaient pas spécialement attiré l'attention du chercheur, que ce fût par l'archéologie, l'observation sur le terrain ou les récits d'une légende. Le fonds le plus riche ayant été celui du bailliage de Baume-les-Dames, les connaissances porteront principalement sur la région nord-est du département actuel du Doubs, le Pays de Montbéliard excepté.

Quatorze sites recensés

103Au chapitre consacré à la résistance, on a déjà évoqué les faits et gestes des villageois réfugiés dans les baumes de Sancey (Doubs) et de Revigny (Jura). C'étaient pratiquement les seuls exemples connus d'une occupation de grotte pendant la guerre de Dix Ans. Aujourd'hui, on est en mesure d'en citer douze autres, tous authentifiés par des documents d'archives. Onze touchent directement la période concernée, le dernier est plus tardif : daté de 1674, il fait référence aux épisodes de la Conquête. Le classement est établi par ordre alphabétique des communes, en commençant par le département du Doubs.

Charmoille (canton de Maîche. Doubs)

104La Baume de Haute-Roche, OU grotte Pierre Vernier, se trouve dans la forêt, au sud de la commune de Charmoille, en bordure de la falaise qui domine la vallée du Dessoubre et le village de Rosureux. Ce n'est pas une grotte à proprement parler mais une plate-forme entourée d'abris-sous-roche, isolée au milieu de la falaise, et dont l'accès se fait au moyen d'une diaclase de décollement, étroite, pittoresque et dont la profondeur dépasse parfois cinq mètres.

105Selon les textes, l'aménagement du site fut contemporain de la guerre de Dix Ans et aurait été réalisé par Pierre Vernier, un habitant de Charmoille. Il n'en subsiste aucune trace à l'heure actuelle. A proximité se trouvait sans doute le fort bâti au milieu des sapins qu'on a signalé précédemment. En 1639, isolé et caché, HauteRoche fut fréquenté par un grand nombre de villageois des alentours : « Tous ceux du dit Charmoille et autres villages voisins se retirèrent avec leurs meubles et bestiaux [... | en un lieu-dit Haute-Roche et dans la roche que Pierre Vernier du dit Charmoille avait fait accommoder pour servir de retraite » ; un autre témoin ajouta que « l'une et l'autre desquelles places ne sont point été prises ni pillées par les Suédois, ni autres soldats ».

Consolation-Maisonnettes (Pierrefontaine-les-Varans, Doubs)

106Au fond du célèbre cirque rocheux de Consolation, un chemin fléché conduit à l'entrée de la Grotte du Lançot, baptisée Grande Grotte pour la circonstance.

107Une vaste salle ouverte, traversée par un ruisselet qui peut se transformer en torrent au moment des crues, sans aucune trace d'aménagements ou de fortifications anciennes, telle apparaît la grotte du Lançot. C'est un site caché, assez difficile d'accès, situé pratiquement en face des ruines de Châtelneuf-en-Vennes, édifice détruit par les Weimariens en 1639. Le brigand Jacques Fauvet, natif du Mont-de-Laval, connaissait bien l'emplacement de la grotte et vint en 1639 tourmenter ses occupants : « Pour être ledit défendeur [Fauvet] coutumier avec ses complices de, par force et violence, exiger et se faire donner de ceux qui étaient retirés en la roche de Lançot tout ce que bon leur semblait, volant, pillant en cette roche et grotte ceux qui y étaient retirés. »

Guillon-les-Bains (Baume-les-Dames, Doubs)

108Au sud du village, au-dessus de la route Guillon-Montivernage, la grotte du Fonteny s'ouvre au pied des falaises du cirque de Guillon ; une escalade de quelques mètres est toutefois nécessaire pour atteindre l'entrée.

  • 8 Inventaire spéléologique du Doubs, t. 1, Nord-est, t. 2, Nord-ouest, t. 3, Centre, Besançon, 1988, (...)

109La grotte de Guillon se compose d'une vaste salle longue d'environ quinze mètres suivie de quelques diverticules plus étroits. Contrairement à ce qui est affirmé dans un inventaire spéléologique récent8, aucune trace d'aménagements n'est visible dans la salle d'entrée. Durant l'invasion suédoise de 1639, la grotte de Guillon servit de refuge aux habitants et d'abri pour les biens : le témoin d'une enquête de 1645 « avait été choisi par les habitants du dit Guillon pour servir de garde à la roche du dit lieu, dans laquelle plusieurs particuliers tant du val de Cusance que d'autres lieux faisaient leur résidence, et principalement lorsqu'il y avait quelques mauvais bruits » ; « pendant les malheurs qui sont passés, Jean Guillemin dit Désiré de Servin avait retiré en la grotte de Guillon un coffre plein d'habits et linges, et un tonneau plein de grain, ce qu'elle sait d'autant que la dite déposante avait un coffre aussi retiré en la dite baume ou grotte ».

Landresse (Pierrefontaine-les-Varans, Doubs)

110La grotte des Bougeottes se situe à l'est du territoire de Landresse, dans le bois du Fays, au pied d’une petite falaise qui suit le tracé de la combe.

111Constituée d'une salle de dimensions modestes suivie d'une galerie d'une quarantaine de mètres, la cavité n'en est pas moins intéressante à visiter : une inscription de 1679 orne le côté gauche de l'entrée et à l'intérieur, des escaliers taillés dans le roc permettent le franchissement d'un petit ressaut.

112Jean Trippard, d'Orsans, déposa « qu'en l'année mil six cent trente-neuf, le duc de Weimar de Saxe ayant envahi toute la montagne, il se retira avec feu messire Léonard Trippard, lui vivant prêtre curé de Landresse, son oncle, avec lequel il résidait dans une grotte des Bougeottes, pour assurance de leurs personnes, avec beaucoup d'autres paysans des villages circonvoisins ».

113Une petite grotte comme les Bougeottes pouvait difficilement accueillir toute la population d'un village, tout au plus quelques familles ; en revanche, un vaste abrisous-roche situé à une trentaine de mètres sur la gauche, devait vraisemblablement héberger la majorité des réfugiés. D'ailleurs, il fut lui aussi aménagé comme en témoignent encore les encoches taillées à intervalle régulier ; en outre, il reçoit l'eau d'un petit ruisseau venant du plateau.

114En 1974, un sondage effectué dans la salle de la grotte a mis au jour une monnaie de Philippe IV, une pièce d'échec en os et des tessons de céramique vernissée. La tradition a toujours conservé aux Bougeottes sa réputation de refuge pendant la guerre de Trente Ans. la Conquête et la Révolution.

Montandon (Saint-Hippolyte, Doubs)

115La Grotte du Fondereau n'existe plus : elle a été détruite par la construction de la route Saint Hippolyte-Maîche. Il n'en subsiste qu'un vague abri-sous-roche qui domine un virage aujourd'hui recoupé et désaffecté de cette route.

116A raison des guerres, Jeantot Jannin, de Montandon, « se retira avec beaucoup de particuliers de la Franche-Montagne dans la roche du Fondereau ». Quant à François Courtois de Saint-Hippolyte, il « demeura toujours au voisinage du dit Saint-Hippolyte, savoir dans le château de Châtillon quelques jours, et quelques autres dans la roche du Fondereau et même jusqu'un peu après le jour de fête St Jean-Baptiste de la dite année ».

Montivernage (Baume-les-Dames, Doubs)

117Au sud du village, à mi-chemin en direction du hameau des Bichets, la grotte des Orcieres s'ouvre au milieu des champs, au fond d'une doline étroite. Bien que signalée sur toutes les cartes, la cavité se dérobe facilement au regard et on peut passer à proximité sans soupçonner son emplacement.

118On accède aux Orcières par un puits étroit dont le fond est en partie comblé aujourd'hui. Deux galeries assez vastes lui font suite pour un développement total d'environ quatre cents mètres.

119Le document qui révèle l'utilisation des Orcières n'est pas de 1639 mais de 1674, au moment de la conquête définitive de la Franche-Comté par Louis XIV. La grotte servit de dépôt aux meubles, coffres et autres biens des habitants de Lanans ; elle dut très certainement jouer le même rôle trois décennies plus tôt.

« Nous, soussigné, capitaine des château, roches, [...] et baronnie de Cusance, ayant été requis par les habitants de Lanans à la montre d'armes que nous leur avons fait faire le premier jour de l'an mil six cent septante-quatre, de leur permettre de retirer leurs effets dans une roche sise en leur finage dite l'Ourcière, capable de soutenir les efforts ennemis, et de leur donner des hommes capables et fidèles pour avoir soin de la conservation de celle-ci et de leurs dits biens. Nous avons nommé et institué pour commandants dans la dite place en notre absence et de celle de notre alphère |lieutenant], et sous nos ordres, Jean Bruet et Claude Lambert du dit Lanans, après avoir donné le serment accoutumé, lesquels ils ont agréés et approuvés. Fait à Lanans le 1 janvier 1674. »

Mouthier-Hautepierre (Omans, Doubs)

120La grotte des Faux-Monnayeurs, ou de la Vieille Roche, est connue depuis fort longtemps. Elle se situe dans les gorges de la Loue, sur la rive droite, en amont de Mouthier, juste au-dessus de la source du Pontet qui est d'ailleurs le réseau actif de la caverne.

121On accède à la grotte des Faux-Monnayeurs par un étroit défilé barré de deux murs ; une escalade de quatre mètres facilitée par l'installation d'une échelle métallique permet d'arriver dans la vaste salle d'entrée. On y remarque d'emblée les séries d'encoches dans les parois, ainsi que deux escaliers taillés dans le rocher, l'un à l'entrée, l'autre à cinquante mètres vers le fond de la salle. A environ cent mètres, un petit boyau annexe remonte et débouche en lucarne au-dessus de l'entrée ; il pouvait servir de poste de guet. Bien que caché dans les gorges, le refuge des Faux-Monnayeurs n'en est pas moins un excellent site défensif.

  • 9 Muller (Marcel), Histoire sommaire de Mouthier-Hautepierre et de son prieuré, Pontarlier, 1939, p. (...)

122Le texte, le testament d'un réfugié daté de février 1639, est tiré d'une monographie consacrée à l'histoire de Mouthier-Hautepierre9 :

« Je, Edme Lambert de Mouthier, sain de sens et de pensée et entendement, Dieu grâce, bien qu'infirme et malade au corps, [....] le tout en présence de ma dite femme et enfants. Fait et passé en certain endroit du territoire du dit Mouthier, en la grotte de la Vieille Roche où je, le dit Lambert, me suis retiré à cause de la guerre, même des soldats de l'ennemi qu'entrèrent hier au dit Mouthier. »

Nans (Rougemont, Doubs)

123A l'est de Nans, dans les parois du cirque rocheux du Fer-à-Cheval, s'ouvrent les grottes du château. Elles doivent leur nom à un petit château troglodyte construit à même la falaise et sur lequel on reviendra un peu plus loin.

124Il convient de se munir d'équipements pour descendre le long de la falaise et arriver aux grottes ; on passe ensuite d'une cavité à l'autre au moyen d'une étroite corniche. Dans le puits naturel d'accès au château, on remarque des encoches taillées qui soutenaient la structure d'un escalier. Une petite source laisse constamment un peu d'eau au fond de ce puits.

125Le site défensif du château de Nans, dont l'accès se faisait autrefois par le bas, est quasiment imprenable. Un érudit de la fin du xviiie, le P. Dunand, le visita et le qualifia de retraite « sûre, saine et agréable ».

Le châtau de La Roche (Saint-Hippolyte)
croquis d'après l'Atlas des châteaux

126Jacques Barbier de Gondenans déclara « que depuis la guerre ouverte dans cette province, il demeura longtemps au dit Gondenans, après quoi il se retira en la roche de Nans, l'un et l'autre des dits lieux étant tout voisin de celui du dit Cubrial ». Un autre témoin se souvenait « qu'aux fêtes de Pâques de l'an mil six cent quarantequatre, lorsque le colonel Rosen prit la ville de Baume, le dit Hugues Jourdain avec d'autres de la même garnison de Granges, firent une partie auprès de la roche de Nans d'où ils enlevèrent des pourceaux appartenant à ceux des villages voisins retirés en la dite roche ».

Saint-Hippolyte-Chamesol (Saint-Hippolyte, Doubs)

127A l'est du bourg de Saint-Hippolyte, les falaises et l'énorme porche de la grotte du château de La Roche dominent la vallée du Doubs ; un sentier d'accès y conduit depuis la route Saint-Hippolyte-Chamesol.

128La grotte du château de La Roche constitue sans doute l'un des plus vastes refuges qui existent en Franche-Comté : une longue galerie de cent vingt mètres, large et haute en moyenne de dix mètres, conduit à la rivière souterraine. L’entrée, dominée par un porche naturel de trente-cinq mètres de hauteur, était autrefois fermée par le château de La Roche dont il ne reste que quelques ruines dissimulées sous la végétation. Le refuge de La Roche se composait donc de ce petit édifice et de cette immense grotte ; ensemble, ils formaient un site défensif imprenable.

129A quelque distance de la grotte, sur la gauche, au niveau de la résurgence du ruis¬ seau, le porche dit de la Grande Roche dut aussi servir de refuge annexe : il est barré d'un mur de pierres sèches et des mortaises, destinées à supporter des poutres, ont été taillées sur les parois, le long du chemin qui y mène.

130Hugues Curtil et Etienne Tournoux ont déposé « que depuis le dernier siège de Dole, ils ont fait leur demeure pendant la plus grande rigueur de la guerre dans le château de La Roche où ils s'étaient retirés avec leurs familles et la plupart des habitants des villages circonvoisins ».

Saint-Julien-lès-Russey (Le Russey, Doubs)

131Située au nord-est du village, sur le versant occidental du Mont-Olivot, lequel domine la vallée du Dessoubre, la Grotte des Sarradins n'est pas facile à découvrir : un sentier tout au bout de l'éperon permet de gagner la base de la falaise où s'ouvre la cavité.

132Une salle relativement vaste dans laquelle on entre de plain-pied, suivie d'une galerie basse et longue d'environ une centaine de mètres, la grotte des Sarradins n'offre pas d'autre protection que son emplacement difficilement détectable. Aucune trace d'aménagements n'est visible.

133En 1652, Isabeau Petit de Saint-Julien déclara que « les malheurs étant survenus, ils auraient été tous contraints d'abandonner le lieu et de se retirer dans une roche appelée la roche Sarradin où la dite Claudine, sa belle-mère, étant demeurée malade et peu après décédée ».

134Le P. Dunand écrivit un siècle et demi plus tard : « On trouve dans le territoire [de Saint-Julien] plusieurs cavernes peu remarquables qui ont servi de retraite aux habitants pendant les guerres, ce qui se prouve par les meubles qu'on y a trouvés. »

Sancey-le-Long (Clerval, Doubs)

135Au sud du village, au fond de la reculée, s'ouvre la Baume de la Roche, ou grotte du Four, connue depuis toujours. Cette cavité que l'érudit Jean-Jacques Chifflet visita au début du xviie siècle, présente tous les avantages d'un site fortifié : galeries supérieures inaccessibles, entrée étroite autrefois défendue par un mur et fermée par des portes en fer...

136Des fragments de murs à l'entrée, d'innombrables encoches dans les parois sur trois niveaux différents, des escaliers et passages taillés, les vestiges d'un four galloromain réutilisé témoignent encore de l'importance qu’avait prise ce véritable château souterrain au cours des siècles.

137Après la guerre de Dix Ans, les frères Ligier du Long-Sancey témoignèrent, l’un « que sur le commencement des guerres, il se retira en une grotte appelée pour le présent la Baume de Sancey, laquelle il n'y eut si bonne défense qu'elle aurait servi de retraite à beaucoup de personnes », l'autre « que pendant les derniers malheurs de guerre, même lorsque les Suédois occupèrent le val de Belvoir, tous les paysans du lieu se retirèrent, qui au château, les autres en une grotte appelée la Baume située au finage du Long-Sancey ».

  • 10 Louis (Gérard), "Un refuge pendant la guerre de Trente Ans...".

138Une étude complète de la cavité figure dans les Mémoires de la Société d'Emulation de Doubs10.

Baume-les-Messieurs (Voiteur, Jura)

139Plusieurs cavités s'ouvrent dans les falaises de la célèbre reculée jurassienne de Baume, mais compte-tenu des descriptions faites par la Gazette de France, celles qui servirent de refuge à la population de la vallée en 1638 étaient probablement les grottes de Granges-sur-Baume, proches de l’abbaye.

140Le porche de la grande grotte, bien visible du village, domine l'entrée de la reculée ; on y arrive en suivant un chemin bordant la falaise, depuis le virage en épingle à cheveux de la route de Crançot. Sur place, on aperçoit des restes d'un mur qui flanque le ressaut d'accès, lequel se franchit à l'aide de marches taillées dans le rocher.

141La galerie est vaste, haute, et longue d'une trentaine de mètres. Depuis l'entrée, on a une vue impressionnante sur la vallée et le village. Au tiers environ de la galerie, au-dessus et en face d'une tranchée, des encoches indiquent l'emplacement d'une palissade qui devait sans doute barrer la grotte dans toute sa largeur.

142Deux textes évoquent le passé défensif de la caverne : le manifeste d'Antoine Brun, procureur général du parlement de Dole, et la Gazette de France, dans un Extraordinaire du 5 juillet 1638 : « Le reste des habitants de cette vallée s'était assemblé sur un rocher, dans une caverne fort vaste où l'ennemi voulut grimper, mais il y perdit tous les aventuriers qui pensèrent tenter le chemin, et s'en retira avec beaucoup de honte et de perte. » « Cette vallée ne peut être abordée que par un côté, à la droite et à la gauche duquel sont deux cavernes et un rocher au milieu ; tout cela est muni et flanqué avec des lignes de communication de là jusqu'à l'abbaye qui est en défense au fond de cette vallée, ces trois pièces n'étant éloignées l'une de l'autre que de la portée d'un mousquet. »

Clairvaux-les-Lacs (Jura)

143A l'est de Clairvaux, dans les falaises de la Côte aux Bourgeois, face au village de Crillat, on découvre l'entrée de la grotte de la Grande Cave.

144Il s'agit d'un vaste porche dans lequel s'ouvre une cheminée menant à une salle supérieure. Une escalade de quelques mètres est en outre nécessaire pour accéder à la grotte.

145Le texte qui révèle l'utilisation de la Grande Cave comme refuge date de 1654. En 1653-1654, années des derniers soubresauts de la Fronde, les Comtois redoutaient en effet l'entrée des troupes françaises qui assiégèrent Seurre puis Belfort, villes rebelles. La Comté ne déplora finalement que quelques passages de troupes.

« A l'assemblée de la maison de ville, le neuvième juin mil six cent cinquante-quatre, sur les divers avis que la ville a eu de l'entreprise que nos ennemis français avaient sur cette province, les échevins du Conseil de la dite ville avaient convoqué la présente assemblée et remontré que les malheurs des dernières guerres leur ayant appris l'intérêt que le public avait ressenti pour s’être divisé en divers lieux, [...], auraient montré que la Cave et grotte aux Bourgeois |...] était un poste très propre à cette fin, mais qu'il y fallait y faire quelques fortifications sur les avenues. [...] l'on est demeuré unanimement d'avis que l'on fortifierait le dit poste et y travaillerait incessamment. »

Revigny (Conliège, Jura)

146Les grottes de Revigny se situent à l'est du village, sur le versant oriental du cirque rocheux ; on peut y arriver par le bas, à partir du captage, ou plus facilement par le haut du plateau, en suivant le chemin de bordure de falaise.

147Les grottes de Revigny sont au nombre de trois : la première, au nord, est un couloir d'une cinquantaine de mètres ; à mi-hauteur vers l'entrée, on peut apercevoir des encoches taillées dans la paroi. La grotte centrale possède trois entrées reliées entre elles par une galerie perpendiculaire ; on voit les mêmes traces d'aménagements dans la partie la plus haute de cette galerie. La dernière grotte, au sud, est de dimensions plus modestes. Le passage de l'une à l'autre s'effectue au moyen d’un étroit sentier qui domine des éboulis pentus ou des à-pic ; des assaillants venus du plateau ne pouvaient donc cheminer que l'un derrière l'autre.

148Selon une légende, la Vierge serait venue en aide aux réfugiés le 16 juillet 1637 : elle dirigea sur un essaim d'abeilles la balle du premier ennemi qui s'approchait, provoquant ainsi la fuite des intrus. L'événement est célébré aujourd'hui encore, tous les ans à la même date, devant l'oratoire de Notre-Dame du Mont Carmel, au lieu-dit les Monts de Revigny.

149Le témoignage de Claude Perret de Revigny est tiré de la monographie d'Emile Monot : « En l'année de la guerre et après l'embrasement de la ville de Lons-le-Saunier, environ le mois de décembre de l'an mil six cent trente-sept, le dit Bidot était malade et alité proche l'embouchure des grandes caves des baumes du dit Revigny. » On rappellera aussi la lettre envoyée par la Cour du Parlement au baron de Scey le 16mars 1640 : « Quelques habitants des ressorts d'Orgelet et de Montmorot, retirés depuis trois ans en la Baume de Revigny où ils se sont toujours courageusement défendus... »

150On citera enfin pour mémoire un dernier site, celui de la Baume d'Echenoz-la-Méline en Haute-Saône, cavité qui se trouve au sud du village, sur le flanc oriental de la colline des Breuleux. Il n'existe pas de documents prouvant que cette grotte fut occupée pendant la guerre de Dix Ans ; en revanche, Dunand retranscrit le compterendu d'un certain François Maréchal, écrit qui tend à démontrer que la population d'Echenoz s'y serait réfugiée en 1595, au moment de l'invasion de Henri IV : « Dans le temps que Tremblecourt était le maître de Vesoul, il envoyait des détachements qui pillaient les villages circonvoisins ; les gens d'Echenoz firent alors usage de leur baume : ils se retirèrent dedans avec tous les effets qu'ils purent y faire entrer. Et comme ce fut un jour de la Purification, selon la tradition, qu'ils en sortirent, [...] la jeunesse d'Echenoz va se divertir à la baume [ce jour-là]. » On ignore si le fait est bien exact, mais on aurait préféré un document contemporain authentique plutôt que cette évocation tardive s'appuyant sur la tradition.

151Les Comtois disposaient donc de deux types de refuges : la grotte-cachette, dissimulée dans les forêts et les lieux isolés comme Haute-Roche de Charmoille, le Lançot de Consolation, les Bougeottes de Landresse..., et la grotte-château, site avantageux dans lequel on ne craignait guère les incursions de l'ennemi : la grotte de Guillon, les Faux-Monnayeurs, Revigny..., moins encore lorsque des fortifications renforçaient les défenses naturelles de la retraite comme à Nans, Saint-Hippolyte ou Sancey-le-Long. Dans la première, le réfugié devait s'efforcer d'agir sans bruit pour ne pas trahir sa position ; dans la seconde, il n'hésitait pas au contraire à s'attaquer aux ennemis et à lancer des expéditions ainsi qu'on le verra un peu plus loin.

152Il existe certainement beaucoup d'autres grottes qui servirent de refuge à la population comtoise pendant les guerres, seulement, il n'en subsiste aucune preuve écrite. On pourrait éventuellement se fonder sur les légendes, sur les découvertes archéologiques ou sur les traces d'anciennes fortifications pour le démontrer, mais ce ne serait plus alors un travail d'historien. Il faut souvent se garder des traditions et des légendes, surtout lorsqu'elles se rapportent aux cavernes ; de même, les trouvailles des archéologues peuvent être prises en compte, à condition cependant qu'elles soient suffisamment représentatives et contiennent des éléments de datation comme les monnaies ; enfin, les grottes comtoises avaient souvent été aménagées bien avant le xviie siècle et les réfugiés de la guerre de Trente Ans n’ont fait que réutiliser ce qui existait déjà. Toutefois, il est probable qu'un dépouillement plus approfondi de certains fonds d’archives puisse un jour allonger la liste présentée ici. En attendant, les preuves sont là : l'occupation des grottes comtoises pendant la guerre de Dix Ans n'a été ni une invention, ni un fait isolé.

L'avantage des grottes fortifiées

153Dans l'inventaire précédent, on a pu remarquer que les cavernes-refuges avaient parfois été fortifiées, du moins aménagées de façon à améliorer la sécurité et à rendre le séjour des occupants moins difficile : murs barrant l'entrée, mortaises pour soutenir poutres et planchers, marches taillées... Or, ces aménagements suscitent maintes questions et on aimerait bien savoir à quelle époque et par qui ils ont été réalisés. Pour Haute-Roche, on a vu qu’un certain Pierre Vernier de Charmoille l'a « accommodée » durant les troubles avec l'idée d'en faire une cache et un dépôt de biens, mais qu'en est-il des autres refuges ?

154La question sera traitée par l'analyse de trois sites, bien connus pour avoir été longuement visités : la Roche de Nans, le château de La Roche et la Baume de Sancey. En ce qui concerne le premier, on se contentera d'une étude sur le terrain, faute de sources complémentaires ; pour les deux autres en revanche, des documents et des textes anciens ont apporté de précieux renseignements.

155Le petit château de Nans, perché au flanc du Fer-à-Cheval, barrait donc l'entrée des grottes et abris qui se succèdent le long de la falaise. Autrefois, l'accès se faisait par le bas et Dunand le décrit ainsi : « On y monte par un escalier fort étroit et qui ne peut être aperçu que de fort près. Au-dessus était une tour carrée, faite de main d'hommes, qui fermait l'entrée de la caverne et défendait l'escalier. » Il ajoutait un peu plus loin : « Sur cette tour, étaient écrits les mots en gros caractères : Je suis pucelle, Vive l'Espagne. » L'érudit a-t-il vu lui-même cette inscription ? Visiblement, il n'a fait que répéter ce qu’il a entendu au cours de sa visite puisqu'il ajoute quelques lignes plus loin : « Cette tour ne subsiste plus. » Il est donc impossible de vérifier l'exactitude de tels propos, mais si cette inscription a vraiment existé, cela laisserait supposer que la tour fut construite, ou au moins restaurée, sous le règne des rois d'Espagne-comtes de Bourgogne, soit entre 1556 et 1674.

  • 11 Bouveresse (Alfred), Pour servir à l'histoire de Cuse et Adrisans, Nans, Gondenansles-Moulins, ave (...)

156S'il faut en croire la tradition rapportée par l'abbé Alfred Bouveresse11, le château existerait déjà au xve siècle et aurait servi de refuge à la population en 1475, durant l'invasion des Suisses. A l'époque, personne n'aurait songé à graver une formule célébrant l'Espagne, mais aux xvie et xviie siècles, l'inscription aurait pu commémorer un événement semblable à celui survenu en 1475. Le problème est qu'il n'existe aucun texte pour l'affirmer ; on a bien la preuve que les grottes de Nans et le château furent occupés pendant la guerre de Dix Ans, mais pas celle d'une attaque en règle lancée contre les réfugiés.

Le château de Nans
c-dessus : Plan, par E. et G. Louis, S. Bonazzi (octobre 1984)
Nans-lès-Cubry (Doubs) Le château du Fer-à-Cheval ou des Roches
plan par E. et G. Louis, S. Bonazzi (octobre 1984)

Le château de Nans : La façade appliquée à la falaise

157Si à la fin du xviiie siècle la tour ne subsistait plus, le mur qui ferme l'entrée existait encore. « Il est, poursuit Dunand, percé de plusieurs trous, différents entre eux de forme et de grandeur. Il y a plusieurs étages dans cette caverne, on y voit encore des chambres taillées dans le rocher et plusieurs cavités naturelles propres à y conserver des provisions, des restes de fours et des bois qui paraissent avoir servi à un moulin. Dans le fond, il y a une source abondante d'une eau claire et limpide. Elle forme un bassin rond et va se perdre ensuite dans le rocher. » Et de conclure : « Cette retraite était à la fois sûre, saine et agréable. » A l'heure actuelle, le château est en partie ruiné. Toujours selon l'abbé Bouveresse, il aurait subi une restauration complète au siècle dernier, mais on ignore par qui elle fut réalisée ; d'ailleurs, la date des travaux reste elle-même incertaine, l'auteur avançant tantôt celle de 1848, tantôt celle de 1900. Il serait intéressant d'avoir quelques renseignements sur cette restauration.

158L'édifice mesure environ quarante-cinq mètres de longueur pour cinq de largeur moyenne (voir le plan). La hauteur maximum atteint encore quinze mètres. La muraille centrale ressemble assez à celle que décrivait Dunand, percée d'ouvertures de différentes formes et dimensions, témoins des remaniements successifs du château. La tour rectangulaire de l'entrée a semble-t-il été rétablie plus récemment : l'appareillage des pierres paraît plus grossier que celui employé partout ailleurs. Cette tour prend appui sur le rocher, quatre mètres environ sous le niveau du château ; son état ne laisse plus apercevoir aucune trace d'escalier.

159A l'intérieur, l'abri était compartimenté en plusieurs chambres, de dimensions variables, et dans la partie centrale, sa hauteur avait permis la construction d'un second étage. Toutes traces des fours et moulins décrits par Dunand ont disparu aujourd'hui ; en revanche, la source existe toujours, quoique moins abondante et moins limpide qu'au xviiie siècle ; elle se trouve sur la droite du château, au fond du puits qui permet de gagner la corniche supérieure et les autres grottes situées plus à l'ouest. Il est vrai que sans elle, le site eût perdu beaucoup de sa valeur stratégique.

160Les habitants de Nans et des villages voisins durent s'y retirer dès 1637, lors du passage de Weimar dans la région, peut-être même avant, à cause des quartiers d'hiver des Impériaux au bailliage d'Amont. En 1644, ils y vivaient toujours puisqu'ils se firent dérober leur bétail par une troupe conduite par un certain Hugues Jourdain, soldat de la garnison de Bermont, passé à l'ennemi et retiré au château de Granges. Seulement, les réfugiés ne se laissèrent pas dépouiller sans réagir : les pourceaux qu'emmenait Jourdain « lui furent repris par ceux étant en la roche de Nans qui firent sortie sur ceux de la dite partie ». En 1645, la population exilée résidait encore dans « sa roche » ; on la considérait comme une communauté et on lui envoyait les rôles d'impôt.

161On ne sait rien d'autre concernant ce site, si ce n'est qu'il accueillit des villageois de Nans, Gondenans-les-Moulins, Cuse, Adrisans, Cubrial, Uzelle et Fontenelle.

162Le château qui barrait l'entrée de la grotte de La Roche à Saint-Hippolyte formait un ensemble tout aussi pittoresque et curieux que celui de Nans. Malheureusement, il ne reste de l'édifice que quelques pans de murs perdus au milieu des broussailles et le visiteur peut difficilement se rendre compte de la taille et de la disposition des anciens bâtiments.

163Le château de La Roche fut sans doute détruit lors de la conquête définitive de la Comté par Louis XIV en 1674 et, depuis son démantèlement, personne n'entreprit de restaurer ni même de consolider les structures restantes. Or, paradoxalement, ce fut grâce à la Conquête française, pourtant responsable de la disparition du château, qu'on sait à quoi il ressemblait au xviie siècle : soucieux de préparer leur campagne, les stratèges français avaient ordonné que des espions relevassent plans et croquis détaillés des places comtoises afin d'en connaître la valeur et les faiblesses. Réunis dans l'Atlas 103 de la Bibliothèque du Génie, ces plans décrivent ainsi une douzaine de villes fortifiées et de châteaux comtois, le site de La Roche figurant parmi eux.

164Le château de La Roche comprenait deux bâtiments séparés par une cour et un fossé. Le premier, flanqué de deux tours rondes, mesurait environ trois mètres de largeur et fermait complètement l'entrée de la grotte. Le second formait le corps principal de l'édifice et comptait quatre pièces : une cuisine, un poêle et deux chambres, le tout sur une largeur de six mètres. Une échelle qui partait d'une ouverture dans le toit, permettait de gagner directement le poste de guet placé à gauche de l'entrée, à une trentaine de mètres du sol. Aujourd'hui, il ne reste rien de la première muraille et seulement quelques pierres de l'étable, ou écurie, située plus en aval. Le poste de guet paraît mieux conservé pour la simple raison qu'il est inaccessible sans matériel d'escalade.

Le château de La Roche-Saint-Hippolyte
élément de ruine

165Le château était donc une construction de petites dimensions et au cours de la guerre de Dix Ans, il ne put accueillir beaucoup de monde, d'autant plus qu'une garnison seigneuriale dont on ignore l'effectif, resta présente pendant toute la durée des troubles. Ainsi, Daniel Delezet, chanoine de Saint-Hippolyte, déclara « être sorti du dit St-Hippolyte avec messieurs les chanoines Gentil et Henriot et s'être retiré dans le château de La Roche environ deux ou trois heures avant l'arrivée des assiégeants ; mais comme il y eut faute de logement dans le dit château de La Roche, après y avoir demeuré deux ou trois jours, ils se retirèrent en celui de Châtillon ». Seulement, le refuge de La Roche englobait également la vaste caverne qui s'étend au-delà des fortifications et qui elle, pouvait abriter une population très importante, dans des conditions sans doute moins agréables qu'au château, mais tout aussi sécurisantes. La place ne manquait pas pour entreposer vivres, bétail et autres biens. Enfin, comme à Nans, le site avait son point d'eau : par le fond de la galerie d'entrée, les occupants accédaient directement à la rivière souterraine.

166Comme le révéla un inventaire de 1648, le château était pourvu d'une artillerie : un canon en fer pour balles d'une demi-livre, deux fauconneaux en bronze pesant deux cents et cent livres, deux petits mortiers de fonte. En outre, un moulin à bras, en fort mauvais état, complétait l’équipement du refuge. Tout était réuni en somme pour survivre dans les conditions les plus difficiles, même dans l'éventualité d'une attaque en règle.

167Avec la Baume de Sancey-le-Long s'achève ce tour d'horizon sommaire des grottes fortifiées. Là aussi, comme à Nans et Saint-Hippolyte, l'homme a pleinement utilisé les avantages que lui offrait ce site pour en faire un vaste refuge pratiquement imprenable.

La Baume de Sancey-le-Long
cliché G. Louis

  • 12 Chifflet (Jean-Jacques), Vesontio civitas imperialis, Lyon, 1618, p. 85-89.

168La cavité se compose de deux galeries supérieures fossiles, situées à quinze mètres de hauteur dans la falaise, et d'une entrée centrale très haute, mais étroite à la base. Il suffisait en somme de fermer cette entrée pour interdire l'accès à la grotte, le seul problème étant de laisser un passage suffisant aux eaux de crue qui jaillissent de temps à autre. Un mur fut donc construit à l'entrée de la Baume ; il supportait des portes de fer dont il ne reste rien, mais que Jean-Jacques Chifflet a vues et a décrites au début du xviie siècle12.

169La Baume reçut encore quantité d'aménagements qui en firent un véritable château troglodyte établi sur plusieurs niveaux : un plan incliné permettait de franchir les portes tout en évitant le lit de crue de torrent. Au moyen d'échelles ou d'escaliers, l'occupant pouvait gagner les trois étages de la salle principale qui, tous, reposaient sur des planchers et des poutres dont il reste encore les entailles dans les parois. Le dernier niveau mettait en relation la salle d'entrée avec les deux galeries supérieures, des escaliers et passages taillés dans le rocher facilitant encore la progression. L'ensemble représentait une surface habitable d'environ 1 100 m2, de quoi accueillir une population nombreuse.

170De fait, dès l'arrivée des contingents weimariens en février 1639, plusieurs centaines de personnes issues des alentours vinrent se réfugier dans la Baume du Long-Sancey. Il y avait des familles de Rahon, Surmont, Randevillers, Ouvans, Orve et des deux Sancey, accompagnées du curé de la paroisse, Guillaume Maignien originaire de Champlitte, et dirigées par le capitaine Sébastien Ligier. Avertis de leur présence, les Suédois de Rosen lancèrent contre la Baume une expédition armée qui tourna court, démontrant ainsi l'efficacité du refuge : « Pour l'ennemi, une partie de ses forces, comme d'environ 500 chevaux, sont autour du château de Belvoir qu'ils battent, et on s'y défend. Aussi, il y a une retraite de roche que l'ennemi presse parce que les paysans s'y sont retirés et où pareillement ils se défendent courageusement, tuant bon nombre de l'ennemi. » Invaincus, les réfugiés quittèrent leur « château » à la fin de juillet 1639, non sans avoir entre-temps mené plusieurs expéditions contre l'envahisseur et ceux qui avaient accepté ses sauvegardes. La Baume servit une nouvelle fois en mars 1644 ; la retraite y fut brève mais aussi précipitée car l'ultime chevauchée des Suédois traversa si soudainement le vallon que la population dut s'enfuir sans avoir eu le temps d'emporter un seul de ses biens.

171Puis le lieu resta inoccupé, jusqu'en 1654 : « A cause de quelques émotions de guerre [...] du côté de Belfort, les habitants du dit Sancey y retirèrent le meilleur de leurs meubles », mais la population elle-même demeura au village. En revanche, en février 1668, l'alerte fut plus sérieuse : effrayés par l'arrivée des Français qui lançaient leurs premières chevauchées de conquête, les habitants abandonnèrent les maisons et se réfugièrent à la Baume. On ignore combien de temps dura leur séjour mais le froid humide de l'hiver leur fit perdre la presque totalité des grains entreposés. Enfin, en 1674, la grotte fut une dernière fois utilisée, mais on se contenta d'y déposer quelques mesures de grain ainsi que le « coffre de la communauté ». La Comté s'installant dans la paix française, la Baume tomba ensuite dans l'oubli. On dit qu'elle servit encore d'asile pendant la Révolution, aux prêtres réfractaires et à sainte Jeanne-Antide Thouret. Progressivement, les aménagements tombèrent en ruine ; en 1828, on pouvait encore voir un plancher sur ses poutres, mais tous les éléments en bois ont depuis disparu. Les visiteurs successifs emportèrent les principaux vestiges, témoins des occupations passées ; de l'artillerie de la Baume, il restait un petit canon de fer qui fut détruit encore récemment : pour fêter l'arrivée de l'archevêque de Besançon au village, on le chargea et on le fit exploser. Des fouilles archéologiques de sauvetages furent effectuées de 1970 à 1975 ; elles mirent au jour un matériel très riche d'enseignements, mais pauvre quantitativement.

172Les cavernes fortifiées ne manquent donc pas en Franche-Comté. On vient d’évoquer celles de Nans, de Saint-Hippolyte et de Sancey, mais on aurait très bien pu en décrire d'autres, les Faux-Monnayeurs de Mouthier-Haute-Pierre par exemple, ou encore Granges-sur-Baume dans le Jura. Or, il convient à présent de s'interroger : à quelle époque ces travaux ont-ils été entrepris ? Parallèlement, est-ce que la guerre de Dix Ans a joué un rôle dans l'édification de ces grottes-châteaux ?

173On a certes l'exemple de ce Pierre Vernier de Charmoille qui, durant les troubles, « accommoda » le site de Haute-Roche pour en faire un abri à la population ; seulement, chacun conviendra qu'il existe une certaine différence entre les petits aménagements de pierres sèches que l'on rencontre parfois à l'entrée de certains abris ou à l'intérieur de quelques grottes, et les impressionnantes constructions de bois et de pierre qui défendaient la Baume de Sancey, ou les murailles inaccessibles de Nans et du château de La Roche.

174Un fait est certain : les principaux aménagements et les fortifications des grottes sont antérieurs à la guerre de Trente Ans. Jean-Jacques Chifflet le démontre en ce qui concerne la Baume de Sancey : « Dans l'antre de Sancey, l'existence de foyers tant naturels que fabriqués de main d'homme et noircis par la fumée, les portes de fer. les poutres de bois, les gradins taillés dans le roc qui sont les témoins irréfutables d'une antique construction... » L'érudit bisontin fit publier ces lignes en 1618, soit un quart de siècle avant l'arrivée des Suédois dans les montagnes comtoises. D'après la tradition qui courait dans le val de Nans, le château troglodyte du Fer-à-Cheval aurait déjà servi de refuge en 1475. Quant à celui de La Roche, un texte de 1573 révèle que le seigneur du lieu, la comtesse Claudine de Rye, fit tenir « garnison ordinaire à ses propres frais au château et maison forte du dit comté de La Roche » afin de surveiller les protestants ; en outre. La Roche fut dès le Moyen-Age le fief d'un comté qui aurait regroupé une centaine de villages et la lignée de ses seigneurs est connue depuis le xiie siècle. Le château ne pourrait-il pas dater de cette époque ?

175Il est vrai que la période médiévale vit s'ériger la plupart des tours et des courtines de la région et il est logique de penser immédiatement à elle pour dater l'érection d'un site fortifié ; entre les querelles seigneuriales, la guerre de Cent Ans et les conquêtes du Téméraire, elle fut une époque troublée et la population locale dut maintes fois quitter les villages et chercher ailleurs des refuges. Seulement, et c'est l'archéologie qui pose cette fois le problème, il n'existe pratiquement aucun vestige médiéval dans des lieux comme la Baume de Sancey ou le château de La Roche, ni d'ailleurs dans la plupart des cavernes et abris fouillés au cours des dernières décennies, la Baume de Gonvillars, en Haute-Saône, constituant pour lors l'unique exception. Le Bisontin Chifflet était collectionneur et numismate, aussi venait-il d'abord à la Baume de Sancey parce qu'on lui avait signalé « un nombre presque infini de pièces romaines, celtiques en or, en bronze, en cuivre jaune ». Or, que devait-il conclure de sa visite ? Qu'il y avait à l'époque romaine un atelier de faux-monnayeurs par « les monnaies très nombreuses qu’on y a trouvées et qui, toutes, sont d'une époque qui ne dépasse pas celle d'Aurélien » (empereur de 270 à 275). Si l'érudit avait découvert quelques monnaies médiévales, il n'aurait sans doute pas manqué de le mentionner. Vers 1630, deux Sancéens, Claude et Hermenfroid Ligier se rendirent eux aussi à la Baume « où l'on rencontrait diverses médailles antiques ». Claude Ligier rapporta « qu'en deux ou trois fois, ils en trouvèrent plus de cinq cents ». Ils n'avaient pas non plus découvert de vestiges de l'époque médiévale et leurs « médailles antiques » n'étaient rien d'autre que des pièces gauloises et romaines qui ne ressemblaient pas à celles qu'ils avaient l'habitude d'employer.

  • 13 Aimé (Gérard), Jacquier (François), "La grotte de Chancia (Jura)", Bulletin de la Société Préhisto (...)

176En d'autres termes, il faut remonter encore plus haut dans l'histoire pour trouver l'origine des grottes fortifiées de Franche-Comté. Grâce à l'archéologie, on sait aujourd'hui que les principaux aménagements des cavernes ont été entrepris au cours de l'époque gallo-romaine, si ce n'est pas déjà à la fin de la protohistoire. Les observations faites par Gérard Aimé et François Jacquier sur le site de Chancia, au sud du Jura, tendent à le démontrer13 : dans une vaste cheminée haute d'une cinquantaine de mètres, entrecoupée de paliers, cinq rangées d'encoches, semblables à celles que l'on découvre dans toutes les grottes aménagées de la région, matérialisent encore les travaux dangereux que l'homme réalisa autrefois dans cette cavité pour s'en faire un refuge. Or, le mobilier mis au jour par les chercheurs va du Bronze Final au Gallo-Romain...

177A Saint-Hippolyte et à Sancey, ces deux époques sont abondamment représentées et si le lieu de La Roche reste facilement accessible, il n'en est pas ainsi de la Baume de Sancey dont la galerie supérieure ouest, située à quinze mètres de hauteur, servait de nécropole au Bronze Final III ; c'est bien la preuve qu'à cette époque, la grotte avait déjà été aménagée.

178Ainsi, les cavernes qui servirent de refuge aux Comtois pendant la guerre de Trente Ans avaient été occupées et fortifiées depuis longtemps. A chaque période troublée, la population retrouvait ces châteaux naturels et s'efforçait de refaire ou d'améliorer les structures existantes en fonction des besoins du moment. Si le château de La Roche, tel qu'il est représenté par les gravures du xviie siècle, semblait contemporain de la période médiévale, il remplaça très certainement les anciennes palissades de bois, puis les murailles de pierre que les hommes de la protohistoire ou les Gallo-Romains avaient édifiées.

179Ces digressions paraissent bien éloignées de la guerre de Trente Ans et des réfugiés comtois, mais il importait de signaler qu'il y a là un passionnant sujet de recherches que ni les historiens de l’Antiquité, ni les archéologues du Gallo-Romain n'ont jusqu'à présent tenté d'approfondir.

180Sait-on, pour terminer, si les réfugiés du xviie siècle ont effectué des travaux à l'intérieur des cavernes comme leurs prédécesseurs ? Pour la Baume de Sancey-le-Long, les sources sont formelles : le site n'hébergeait absolument personne avant les guerres, tout au plus recevait-il les visites des curieux de l'époque, Jean-Jacques Chifflet déjà cité, mais aussi quelques habitants des villages voisins, les Vuillin, le curé Ermenfroid Ligier, Pierre Delevaux, les frères Nédey, Claude de Saint-Maurice et même la famille de Cusance : « Mr de Belvoir, lequel s'allait promener en carrosse à la grotte », ou encore son domestique Adrien Monnerot, lequel « a conduit plusieurs fois une litière dans laquelle était la dame de Belvoir qu'allait voir par curiosité la grotte de la Baume ». Tous certifièrent « qu'avant les malheurs des guerres, la roche dite de Baume n'était point habitée et [il] n'y résidait personne et n'y avait aucun chemin pour y aller ». Toutefois, les plus anciens se souvenaient qu'à la fin du xvie siècle, sans doute entre 1570 et 1590, une bande de mercenaires albanais, déserteurs des armées espagnoles qui traversaient alors la Franche-Comté, s'y installa et écuma bientôt la région. Il fallut tendre une embuscade pour faire sortir ces brigands de la Baume et les mettre hors d'état de nuire.

181Ce fut seulement en juillet 1637, avec l'arrivée des ennemis à Baume-les-Dames, que les villageois inquiets commencèrent d'amener leurs meubles dans la grotte et pour se faire, entaillèrent les bois de la reculée afin d'y tracer un chemin, au grand dam des propriétaires. Sans doute mirent-ils à profit les années suivantes pour reconstruire ce qui n'avait pas manqué d'être endommagé par le temps, en particulier les éléments en bois placés dans un lieu humide et sans soleil. De fait, les fouilles ont montré que les réfugiés avaient procédé à quelques travaux dans la galerie supérieure ouest : des poteaux furent fichés dans le sol, traversant tous les niveaux antérieurs. De même, un plancher recouvrait le sol pour en niveler les nombreuses irrégularités, plancher dont les fibres pourries constituent encore la première couche archéologique de cette partie du site. En somme, les villageois avaient au moins assaini cette galerie et l'avaient compartimentée en plusieurs chambres.

182Ainsi, les habitants de Sancey s'étaient préoccupés de la grotte et de l'état de leur retraite de la même façon que les Comtois en général avaient considéré les châteaux ruinés et les mauvaises murailles de leurs villes, c'est-à-dire avec l'insouciance et la négligence qui résultaient d'un long siècle de paix. En 1635 on procéda en toute hâte à la réfection des fortifications du pays ; en 1637 la Baume de Sancey cessa d'être un lieu de curiosité pour redevenir le refuge des populations du voisinage.

Les conditions de vie des réfugiés

  • 14 Febvre (Lucien), Histoire de la Franche-Comté, Paris, 1922, p. 201.

183A priori, on aurait estimé que l'existence des troglodytes de la guerre de Dix Ans ne pouvait être que difficile, voire pénible. Comment vivre en effet dans ces lieux froids, humides, inhospitaliers, « ces réduits misérables où, comme l'écrivait Lucien Febvre, hommes, femmes, enfants s'empilèrent durant des mois, trempés d'eau, privés d'air, osant à peine allumer du feu par peur de la fumée révélatrice, terrés comme des blaireaux, vivant une pauvre vie de bêtes traquées, sans cesse en transes, sans cesse aux aguets »14 ?

184Or, en dépit de l'impression défavorable que laissent ordinairement ces lieux, le sombre tableau dépeint par Lucien Febvre paraît quelque peu caricatural et ne correspond guère à la réalité en partie révélée par les archives.

185Il est vrai que la vie des réfugiés des grottes-cachettes n'était pas tout à fait comparable à celle menée dans les grottes-châteaux, et qu'il fallait prendre garde de ne pas trahir la présence du groupe quand les soldats rôdaient dans les parages ; mais de là à mener la pauvre existence de bêtes traquées !... Traqués les habitants de Landresse qui n'hésitaient pas à s'attaquer aux convois qui passaient à leur portée, volant « charrettes, chevaux et graines [...], se jetant dans un bois voisin pour et à la faveur de la nuit conduire le tout dans la grotte des Bougeottes où ils faisaient retraite » ? C'était en mai 1639, alors que les Weimariens occupaient toujours la région... Aux aguets les réfugiés de la grotte du Lançot qui dormaient lorsqu'une certaine nuit, Jacques Fauvet et ses complices vinrent les surprendre et les voler ? Trempés et privés d'air les occupants des baumes de Revigny qui vivaient à l'intérieur de leurs cavernes dans des espaces délimités par des cloisons de bois et qui célébraient les baptêmes des enfants nés pendant l'exil ? La situation de ces gens n'était pas plus précaire ni plus dangereuse que celle des occupants de forêt, de ruines ou de château mal défendu et rien ne les empêchait de prendre la fuite si le besoin s'en faisait sentir.

186D'une manière générale, les réfugiés des grottes ne gagnaient leur retraite qu'à la dernière limite, quand le danger approchait, sinon, ils vivaient normalement à l'extérieur et vaquaient à leurs occupations. Ainsi, Pierre Rahier, vigneron à Guillon, dit « s'être retiré en la grotte de Guillon [...] dans laquelle il couchait tous les soirs ». Sur place, il ne restait que les meubles et provisions gardés par un homme du village : Jean Amiot « avait été choisi par les habitants du dit Guillon pour servir de garde à la roche du dit lieu », laquelle précisait-il, ne servait de résidence que « lorsqu'il y avait quelque mauvais bruit ». En 1674, Bruet et Lambert de Lanans gardèrent pareillement les Orcières et tout ce qu'elle contenait...

187Par manque de place sans doute, certains s'établirent à proximité du refuge, dans des abris de fortune : Marc Bouchard de Laviron révélait « qu'environ le jour de Chandeleur l'an mil six cent trente-neuf, il demeurait avec Jean Bouchard son frère en une baraque au pied de la grotte de Guillon et [ils] vivaient ensemble ». De même Etienne Jannin du Mont-de-Vougney « était retiré avec ses camarades au bas de la roche du Fondereau où ils s'étaient baraqués ». Emile Monot n'excluait pas non plus l'existence de cabanes au voisinage des grottes de Revigny.

188Quand l'ennemi survenait, chacun gagnait sa caverne et ressortait sitôt l'alerte passée. En somme, la durée du séjour dépendait des événements locaux : à Sancey, les villageois vécurent cinq mois à la Baume, de février à juin 1639 comme l'indiquent les registres de la paroisse. En revanche, ceux de Revigny, situés trop près des garnisons françaises de Courlaoux et de Saint-Laurent La Roche, demeurèrent dans leurs grottes de 1637 à 1644 ; le lieu de Nans fut également occupé pendant toute la durée du conflit, et même après la fin de celui-ci, car entre les ruines d'un village incendié et une retraite sûre, le choix s'imposait d'emblée. Pour les mêmes raisons peut-être, le couple Tissot de Maîche habita trois ans le Fondereau. D'un autre côté, dans les contrées où l'ennemi ne s'aventurait guère, les grottes ne servirent que de cachettes pour les biens.

189Aussi, parmi les Comtois qui passèrent plusieurs mois et même plusieurs années dans de tels lieux, combien vécurent terrés comme des blaireaux ? On a relaté dans les chapitres précédents comment les troglodytes de Revigny se mêlèrent aux expéditions du colonel d'Arnans, comment ceux de Sancey firent la chasse aux premiers contingents suédois ; on vient de voir les attaques de convois menées par les occupants des Bougeottes, auxquelles il faut encore ajouter celles lancées par les réfugiés de Guillon qui volèrent aux Lorrains de Charles IV tout le butin abandonné par les Suédois devant Belvoir. Au château de Nans, ils ne se laissèrent pas dérober leur bétail sans réagir et à La Roche-Saint-Hippolyte, une expédition fut organisée en 1640 pour chasser un groupe d'ennemi qui, installé dans un moulin sur le Doubs, gênait les communications avec la Suisse. Quant au Fondereau, il servit de base à plusieurs raids lancés tant sur le pays que sur l'évêché de Bâle « pour y faire quelque butin ». Et on en oublie certainement...

190Les anecdotes de Lucien Febvre ne se vérifiaient donc pas ; les réfugiés n'étaient pas suffisamment terrifiés pour demeurer dans leurs grottes tels des blaireaux dans leurs terriers. D'ailleurs, n'en avaient-ils pas déjà apporté la preuve en défendant courageusement leurs retraites contre l'envahisseur ? L'ennemi s'attaqua à la Baume de Sancey en février 1639, à la grotte de Baume-les-Messieurs en juin 1638 et par deux fois à celle de Revigny, en juillet 1637 et août 1639. Or, chaque tentative se solda par un échec et, dans les cas de Sancey et de Baume-les-Messieurs, par de sérieuses pertes humaines du côté des assaillants. On n'a découvert aucun document relatant la prise d'une grotte-refuge ; l'érudit Bêchet affirma bien que les occupants de la grotte de Balerne, vers Mont-sur-Monnet dans le Jura, acceptèrent de se rendre aux Suédois pour éviter l'incendie de leur village et qu'ensuite, le général suédois visita l'intérieur de la cavité, mais dans l'état actuel des connaissances, aucune source contemporaine n'a été en mesure de certifier le fait. Toujours est-il qu'il convient de reléguer au chapitre des légendes et des inventions les massacres de population survenus dans les grottes de Franche-Comté au moment de la guerre de Dix Ans, ces trois cents chefs de famille par exemple qui auraient soi-disant péri dans la grotte du Trésor vers Morteau. Ces épisodes, imaginés au xixe siècle, relèvent de la pure fiction romantique. Il n'empêche qu'aujourd'hui encore, ils sont systématiquement reproduits, même dans les ouvrages à vocation pédagogique.

191Les problèmes que les réfugiés durent résoudre, à l'intérieur cette fois des cavernes, étaient à peu près les mêmes que ceux rencontrés par les occupants des villes et des châteaux : l'eau, le chauffage, l'approvisionnement, les difficultés de faire vivre un nombre important de personnes dans un espace limité..., avec aussi en permanence la hantise d'une attaque surprise, d'un blocus, d'une épidémie.

192L'eau était sans doute la question la plus facile à régler puisqu'on la trouvait, soit à l'intérieur-même des cavernes, soit à proximité, généralement en contrebas du site comme à Revigny, Guillon ou au Fondereau. En revanche, l'approvisionnement en nourriture restait le souci primordial, même si les réfugiés ne gagnaient jamais leur abri sans y avoir au préalable déposé vivres et céréales : à la Baume de Sancey, Jean Thiébaud avait apporté cent soixante quartes de grain, du lard, du jambon et autres victuailles ; à Nans, le troupeau de porcs paissait au voisinage du Fer-à-Cheval, tandis qu'à Haute-Roche, le bétail de la veuve Tournoux était gardé dans les bois alentours. En outre, malgré la présence de la soldatesque, les paysans parvenaient souvent à cultiver quelques terroirs isolés : on se souviendra par exemple de ces émigrés comtois qui revenaient de Suisse pour récolter, et des marchés qui s'organisaient parfois à proximité des refuges. Enfin, la plupart des cavernes se situant dans le massif du Jura, les échanges avec les Cantons suisses voisins restaient possibles ; certains se livraient aussi à toutes sortes de trafics et attaquaient même les convois qui transportaient les grains ; on a vu qu'au Fondereau, les réfugiés ne dédaignaient pas la recherche de butin et les opérations de pillage menées outre-frontières.

193En conséquence, il est prouvé que non seulement les occupants de la Baume de Sancey ne manquèrent de rien, mais qu'en plus, par l’intermédiaire de leur capitaine, ils fournissaient en vivres les garnisons des châteaux voisins : le 22 mai 1639 par exemple, le chevalier de Moiron, commandant à Neuchâtel-Urtière, reçut soixante quartes de froment de Sébastien Ligier, puis cent autres le 18 juin de la même année. Claude Amiot de Mouillevillers qui dirigeait semble-t-il les réfugiés du Fondereau, fut accusé par la suite d'avoir vendu du grain hors de la province, au mépris des édits. En somme, le problème du ravitaillement n'était pas aussi primordial qu'on le supposait a priori ; les troglodytes ne se plaignirent guère du manque de nourriture, même ceux de Revigny qui demeurèrent plusieurs années dans leurs cavernes : de 1637 à 1644, ils ne sollicitèrent que des secours de poudre et de munitions auprès des autorités de la province.

194Si la famine semblait avoir épargné les habitants des cavernes, tel ne fut pas le cas des maladies et de la peste en particulier. En 1637, elle se déclara aux grottes de Revigny et le curé de Saint-Maur, Simon Conduit, fut chargé « d'assister ceux qui en étaient atteints ». Il leur administra les secours de la religion, mais également, « à raison que l'on ne pourrait trouver des notaires à trois lieues à la ronde », il accepta de prendre copie des testaments de certains malades, entre autres celui de Humbert Bidot de Revigny qui décéda deux jours après avoir testé. A la Vieille-Roche de Mouthier, en février 1639, un autre malade dicta son testament : Edme Lambert déjà cité un peu plus haut. Peut-être ne s'agissait-il pas vraiment de peste puisque sa femme et ses enfants restèrent présents, toutefois la contagion régna bien au village en 1638 et plus encore en 1639. Dans la grotte des Sarradins enfin, le témoin Pierre Vuillemin de Saint-Julien déclara que Claude Guillot et Claudine Estevenant, mari et femme, moururent dans la caverne à quelques jours d'intervalle et la belle-fille de la défunte précisa en outre qu'elle était restée malade assez longtemps avant de succomber. Ceux de Guillon furent apparemment épargnés, bien que les occupants du château ruiné de Cusance, peu distant de Guillon, eussent à déplorer quelques victimes de la contagion. Pour isoler les malades et les suspects, on devait sans doute les évacuer et les installer dans des cabanes à proximité, quand cabanes il y avait, à moins qu'une partie de la grotte ne leur fût réservée : à Revigny, Humbert Bidot était « alité proche l'embouchure des grandes caves des Baumes ».

195Sinon, il y avait la vie de tous les jours, si tant est que l'on puisse parler ainsi dans le contexte troublé de la guerre de Dix Ans : les expéditions lancées sur l'ennemi, la recherche de ravitaillement, et ceux qui n'en revenaient pas, le froid de l'hiver car il était difficile d'allumer du feu ailleurs qu'à l'entrée des cavités. Ainsi, il existait deux foyers dans la Baume de Sancey, tous deux situés à l'entrée des galeries supérieures, et l'un réutilisait un vieux four gallo-romain dont les cheminées naturelles débouchaient sur la paroi rocheuse. C'était peut-être dans ces semblants de poêles que se retrouvaient les réfugiés qui voulaient bénéficier d'un peu de chaleur.

196Il y avait encore les malades et les blessés dont il fallait s'occuper, les vieillards qui mouraient et les enfants qui venaient au monde. A Sancey et Revigny, les prêtres les baptisaient aussitôt à l'intérieur de la caverne : onze enfants nés à Sancey du 23 février au 3 juin 1639 ; leurs parents étaient originaires de Rahon, Surmont et Sancey ; vingt et un dans les grottes de Revigny entre le 2 juin 1638 et le 7 décembre 1644.

197Partant des registres paroissiaux, que sait-on du nombre de réfugiés ayant trouvé asile dans les cavernes ? Il n'existe malheureusement aucune donnée précise, mais il faut peut-être rapprocher la population des grottes de celle qui fut recensée dans les châteaux et maisons fortes du bailliage d'Amont en février 1638, soit une à plusieurs centaines de personnes selon les dimensions et les capacités du refuge.

198En général, tous les témoins s'accordent pour affirmer qu'il y avait foule, non seulement dans les grandes cavités comme la Baume de Sancey qui « aurait servi de retraite à beaucoup de personnes » et La Roche de Saint-Hippolyte dans laquelle « s'étaient retirés la plupart des habitants des villages circonvoisins », mais également dans celles de dimensions plus réduites, à l'image des Bougeottes où « il y avait grand nombre de paysans » et du Fondereau qui abrita « beaucoup de particuliers ». Seul, Jean Amiot gardien de la grotte de Guillon, semblait plus modéré : il recensa seulement « plusieurs particuliers tant du val de Cusance que d'autres lieux ».

199Le fait est qu'à l’exception des Sarradins, la plupart des grottes-refuges accueillirent des familles issues de plusieurs villages, les plus proches du site en général. Ainsi, à Guillon, les réfugiés venaient de sept villages différents, ceux de Sancey et de Nans de huit, ceux de Revigny de douze... L'étude sur la Baume de Sancey montra que la majorité des noms de famille connus, seize sur vingt-neuf, étaient originaires des deux Sancey, puis venaient Surmont avec six noms, Rahon trois, enfin Randevillers, Provenchère, Ouvans et Orve un seul. Il est difficile d'évaluer la totalité des membres de ces familles et, en conséquence, la population des réfugiés. Toutefois, les habitants de Bretonvillers affirmèrent que les occupants de la Baume, venus piller le village et chasser les sauvegardes suédoises en février 1639, étaient au nombre de trois à quatre cents. Un tel chiffre parle de lui-même car, s'il est exact qu'une bande de Charmoille se joignit aux Sancéens, il n'en est pas moins vrai que seuls les hommes valides de la Baume durent participer à l'expédition.

200Il reste à évoquer certains faits qui démontrent qu'en ces années de violence et de détresse, l'entente ne régnait pas toujours parmi les réfugiés.

201En mars 1640, le père Simon Conduit, prêtre des troglodytes de Revigny, reçut la visite de plusieurs personnages, parmi lesquels Anatoile Doroz avocat au Parlement. Ils venaient pour l'interroger car certains avaient fait courir le bruit qu'il communiquait avec l'ennemi par l'intermédiaire de quelques ecclésiastiques réguliers. Il dut s'en défendre par lettre adressée à la Cour : « Espérant en la divine bonté que la sincérité de mes intentions que j'abaisse et prosterne aux pieds de mes dits seigneurs devant le tribunal de leur équitable jugement, sera reconnue, mes actions justifiées et mon innocence triomphera de la calomnie. »

202Les occupants de la Baume de Sancey semblaient d'abord entretenir les meilleures relations avec ceux de Haute-Roche-Charmoille : ensemble, ils chassèrent les Suédois de Bretonvillers et mirent à sac le village. Mais la bonne entente ne dura pas : vers le 11 novembre 1639, Pierre Vernier, celui-là-même qui organisa la retraite de Haute-Roche, tomba subitement malade à Besançon où il s'était rendu pour charroyer des marchandises ; il mourut quelques jours plus tard. Or, après la guerre, on ordonna une enquête sur les causes de cette mort que d'aucuns jugèrent suspecte. Un témoin avoua ainsi avoir « ouï dire que le dit Pierre Vernier eut quelque querelle en la Baume de Sancey, huit ou neuf mois avant sa mort », soit précisément au moment de l'invasion weimarienne et du pillage de Bretonvillers... Il avait vraisemblablement dû se quereller pour le partage du butin et reçut une telle correction qu'il fut obligé de rester « alité l'espace de six semaines ». Pour le capitaine Ligier, la mort de Vernier n'avait pas de rapport avec l'incident « puisqu'après la batture qu'il reçut en la Baume du Long-Sancey, il l'a vu souvent, tant au lieu de Belvoir qu'autre part, n'ayant aucun mal et que la maladie dont il est mort ne provient point des coups ». Tous les témoins interrogés ayant abondé dans ce sens, la justice du bailliage conclut à une mort naturelle, mais pas la famille de Pierre Vernier !

203Enfin, les occupants de la Baume de Sancey ne furent pas à l'abri des vexations et des vols : le sieur Sébastien Ligier qui se prétendait capitaine, profita de sa position pour accaparer les biens déposés dans la grotte et s'enrichir aux dépens des réfugiés. L'un d'eux accusa : « Le sieur défendeur [Ligier] est homme violent qui a usé de diverses vexations envers les sujets de la seigneurie de Belvoir retirés en la dite Baume, dont il s'est largement enrichi car il était précédemment de petits moyens et de moindre condition au dit Sancey ». En 1639, Ligier s'appropria les céréales, celles qu'il revendait sans doute aux garnisons voisines, faisait tuer le bétail pour son propre compte. Quand les Suédois arrivèrent à Sancey, il interdit l'entrée de la Baume à plusieurs villageois de Surmont, exigea d'eux des pistoles pour droit d'accès, confisqua arbitrairement leurs biens. On l'accusa même d'avoir maltraité le père de Jean Thiébaud de Randevillers et de l'avoir laissé mourir de faim, comme aussi d'être responsable par imprudence de la mort de François Vuiller de Surmont à qui il avait ordonné de porter un message sans importance au duc de Lorraine malgré l'insécurité qui régnait dans les parages.

204Les accusations portées contre le capitaine s'avérèrent fondées : le 10 mars 1641, un homme de Charles IV et deux soldats arrivèrent à Sancey, se saisirent de Ligier et le conduisirent à la prison du château de Belvoir, « lequel arrêt a été fait par le commandement de Son Altesse et Madame [Béatrix de Cusance] et causé en ce que l'on accuse le dit sieur Ligier d'être perturbateur du repos public ». La justice bailliagère prit le relais en avril 1655, mais on ignore l'aboutissement de l'affaire. Ligier fut sans doute condamné, peut-être même chassé de la communauté du Long-Sancey : en 1657, il était « résidant étranger » à Sancey-le-Grand. Ayant perdu son commandement à la grotte au profit d'Antoine Montravers du Grand-Sancey, il conserva néanmoins son surnom de « capitaine de la Baume », jusqu'à sa mort survenue le 25 avril 1678. En somme, Ligier avait agi comme la plupart des capitaines comtois de l'époque (on rappellera les méfaits de Lacuson) ; imbu de son autorité, il tenta de s'enrichir au détriment des plus faibles, mais sans le prétexte d'avoir une garnison à entretenir. Ce fut sans doute ce qui le perdit.

205On signalera pour terminer quelques appropriations abusives d'autres biens déposés à l’intérieur ou à proximité des cavernes, à Guillon ou à Haute-Roche par exemple, des contestations au sujet des partages quand les propriétaires décédaient, des visites d'huissiers chargés de saisie..., toute chose démontrant qu'en dépit du lieu et des circonstances peu ordinaires, la vie des réfugiés n'avait pas été totalement bouleversée. Il n'empêche que le peu que l'on sait du séjour des Comtois en grotte, on le doit à ces contestations et à ces méfaits de moindre importance : les enquêtes, les auditions de témoins qui ont suivi les plaintes, ont fourni des précisions qu'aucune autre source d'archives n'aurait pu apporter. Certes, il reste bien des zones d'ombre sur le sujet, mais on est d'ores et déjà en mesure d'écarter les tragiques clichés que la tradition avait perpétués.

La légende des grottes murées

  • 15 Febvre (Lucien), Histoire de la Franche-Comté..., p. 201.

206On ne saurait achever cette étude des grottes-refuges sans évoquer la fameuse légende des cavernes murées ou enfumées par l'ennemi et dans lesquelles s'était retranchée toute la population d'un village. Elle n'est finalement que l'aboutissement logique des tragédies imaginées par les auteurs romantiques. Pourquoi les occupants des grottes tremblaient-ils de peur ? « C'est que, expliquait Lucien Febvre, les Suédois, quand ils les découvraient, n'hésitaient pas : ils muraient vivants les pauvres réfugiés au fond de leur retraite et, par un raffinement sauvage, gazonnant l'ouverture, plantaient dessus des arbres »15. Au moins sait-on pourquoi les grottes murées ont jusqu'ici échappé aux recherches...

  • 16 Blanchet (Adrien). Les souterrains-refuges..., p. 64, 70, 75 et 119.

207Il n'en est pas moins vrai que de telles cruautés s'étaient réellement produites au cours des siècles et Adrien Blanchet en cite plusieurs exemples : pendant la guerre des Gaules, des Aquitains auraient été emmurés dans les cavernes où ils s'étaient dissimulés ; le feu aurait de même servi à neutraliser certaines cachettes de Ligures et les Annales de Tacite signalent des populations du nord de la Perse enfumées dans leurs grottes par les Romains. Pour le Moyen Age, la tradition rappelle qu'en 1328, les derniers Cathares, cernés par les troupes du sénéchal de France, furent emmurés vivants dans la grotte de Lombrives, en Ariège ; leurs dépouilles y seraient demeurées jusqu'à la fin du xvie siècle. Aux environs de Périgueux, pendant la guerre de Cent Ans, des Routiers enfermèrent aussi des paysans dans leurs retraites. Les occupants de la Baume des Vaudois, proche Briançon, connurent le même sort tragique, tout comme les paysans du Piémont réfugiés dans la caverne de Longara au début du xvie siècle. Puis l'auteur passe directement au xixe siècle, suggérant ainsi qu'aucune caverne ou souterrain ne servit de tombeau pendant la guerre de Trente Ans, du moins en France16.

208Or, en Franche-Comté, la légende prétend le contraire : à Villers-Saint-Martin et à Laviron, deux communes du Doubs assez voisines l'une de l'autre, il existerait une grotte dans laquelle les villageois auraient été emmurés et enfumés par les Suédois au cours de l'invasion de 1639.

209La baume de Villers-Saint-Martin (autrefois Villers-le-Sec) s'ouvre au fond d'une doline boisée située quelques centaines de mètres à l'ouest du village. En 1639 donc, la population du lieu courut s'y enfermer et y périt dans d'atroces conditions. Voici une des premières versions de la légende parue en 1848 dans les Annuaires du Doubs et reprise quelques vingt années plus tard dans les Mémoires de la Société d'Emulation du Doubs de 1865 :

« Lors de l'invasion de Weimar en 1639, les habitants de Villers se cachèrent dans une grotte dont l'ouverture fort étroite est au fond d'une combe boisée à cinq ou six cents mètres du village. Un enfant s'étant échappé de la caverne malgré la surveillance, alerta les ennemis et leur fit découvrir le refuge. Ceux-ci y coupèrent du bois et firent du feu. Rien ne sortit de la caverne. Voulant pénétrer dans la grotte, les torches des paysans s'éteignaient immédiatement, de sorte qu'ils jetèrent des pierres et comblèrent l'entrée. Des ouvriers de Baume creusèrent, mais renoncèrent, ne sachant où déposer les déblais ; ceci se serait passé à la fin du xviiie siècle ».

210Trois décennies plus tard, Charles Thuriet rapportait une version identique des faits, quoique plus détaillée et plus romancée ; il ajoutait entre autres choses que le village fut incendié par ces mêmes Suédois et que le pays resta abandonné jusqu'en 1672. Dommage que le rapporteur des Traditions Populaires du Doubs n'ait pas consulté le dénombrement de population de 1657 ! Il y aurait découvert qu'à cette date, Villers-Saint-Martin comptait vingt-huit habitants, une diminution spectaculaire par rapport aux trente-quatre familles qui y résidaient autrefois, mais commune à la plupart des villages de la moyenne vallée du Doubs.

211En 1923, le professeur Fournier, le précurseur de la spéléologie moderne en Franche-Comté, décrit à son tour la grotte de Villers-Saint-Martin et rappelle la légende des enfumés ainsi que les travaux interrompus des ouvriers baumois. Depuis, tous les auteurs d'ouvrages historiques ou spéléologiques ont repris le thème sans rien changer. Or, un article publié dans le Pays Comtois de 1932, sous la plume d'un nommé Guidet, aurait permis d'économiser beaucoup d'encre. Jamais mentionnée visiblement, cette petite notice révèle qu'au début du xxe siècle, d'autres fouilleurs entreprirent de creuser l'intérieur de la grotte. Et que découvrirent-ils ? Non pas les squelettes et les quelques vestiges de trésor des paysans enfumés au xviie, mais des bois de cerf et autres ossements d'animaux préhistoriques. En somme, le sol de la grotte n'avait jamais été remanié et la légende était contredite.

212Sur le terrain, le visiteur qui découvre l'entrée de la cavité, retient surtout l'étroitesse du site : une galerie en diaclase, boueuse et pentue, longue en tout et pour tout d'une vingtaine de mètres, voilà la grotte censée avoir abrité la population d'un village entier ! De quoi accréditer les thèses de Guidet bien davantage que celles développées par la légende...

213La seconde grotte qui aurait servi de tombeau à ses occupants, s'ouvre à proximité du village de Laviron. Il faudrait plutôt dire s'ouvrait car, excepté le fait qu elle se situe sur le Peu, colline de 860 mètres qui domine le village, plus personne ne sait où elle se trouve exactement. La population de Laviron s'y serait également réfugiée en 1639, en emportant ses biens, et les Suédois, ayant découvert sa présence, auraient rebouché l’entrée de la cavité avant d'incendier les maisons.

214A Laviron. la légende paraît plus récente que celle de Villers-Saint-Martin. A la fin du xviiie siècle en effet, le P. Dunand observait : « Il y a un entonnoir où les eaux se perdent ; on l'appelle le puits Entre-deux-velles ; un second s'appelle le puits des Chambricards, c'est une espèce de caverne qui a bien 30 pieds de longueur ; l'entrée en est difficile : il faut y descendre plus de 100 pieds après lesquels on y trouve la caverne où l'on s'est retiré en temps de guerre. A l'entrée du trou, on y trouve des restes de murs pour la défendre ». Le puits, ou grotte des Champs-Briquard se situe effectivement à l'ouest du village ; il s'agit bien d'un gouffre-perte qui absorbe les eaux d'un ruisseau intermittent, mais qui n'a pas, et de loin, les dimensions que lui attribuait Dunand : dix mètres de profondeur seulement. La galerie qui fait suite au puits d'entrée développe plus de cinq cents mètres, mais seul le porche permettrait à la rigueur de servir d'abri, un refuge bien peu confortable d'ailleurs, surtout en période de crue des ruisseaux. Il n'existe aucune trace de murs, ni à l'entrée, ni à la base du porche, à moins que les vestiges décrits par Dunand ne soient enfouis sous la pierraille et les alluvions du ruisseau. Cette parenthèse étant refermée, l'érudit ne signalait aucune grotte sur le Peu.

  • 17 Narbey (abbé), Les hautes montagnes du Doubs, Paris, 1868, p. 7.

215Au milieu du xixe siècle, l'abbé Narbey mentionnait : « Au bas de la montagne est la caverne du Peu, ou Pouë, vieux terme celtique signifiant un entonnoir au fond duquel s'engouffrent les eaux »17. Il décrivait donc le même genre de cavités que Dunand, des entonnoirs-gouffres qui absorbent les sources du Peu au niveau du synclinal de Laviron. Charles Thuriet, toujours à l'affût de la moindre anecdote, n'a cependant rien collecté à Laviron, si ce n'est le passage de quelques sorcières au Peu, et il se contenta de citer l'ouvrage de Narbey.

216Il faudra finalement attendre les premières décennies de ce siècle et l'étude du professeur Fournier pour que soit suggérée l'existence d'une grotte sur la colline du Peu. et encore n'était-il nullement question de refuge et de population disparue : « Petite grotte du Peu de Laviron dans le Rauracien, l'entrée est actuellement presque rebouchée par des éboulements. » L'amalgame entre cette hypothétique cavité et la guerre de Dix Ans s'est semble-t-il effectué au cours des années suivantes ; ainsi, l'histoire de Laviron publiée par Jean Dotte dans le Bulletin paroissial de 1935, donna le départ à la légende des emmurés telle qu'on la connaît aujourd'hui. Mais l'entrée de la dite grotte resta ignorée, ce qui représentait un atout de taille pour les propagateurs de légende : donnant ainsi un aura supplémentaire au mystère, ils se voyaient dispensés de trouver une explication valable pour justifier les visites infructueuses des curieux et l'insuccès des recherches éventuelles.

217En 1974-1975, des fouilles furent effectuées à divers endroits, mais les fastidieuses séances de déblaiement ne donnèrent aucun résultat. D'autres travaux avaient déjà eu lieu auparavant : l'article d'un journal local s'en serait fait l'écho, mais sans indiquer la date précise de la tentative ; il ne révélait que l'allure prometteuse des fouilles qui. visiblement, ne faisaient que commencer. L'affaire ne connut aucune suite et pourtant, ce n'est pas la place qui manquait pour entreposer les déblais. A ce jour, l'entrée de la caverne reste encore ignorée En définitive, il est peu probable qu'une grotte ait existé sur les pentes du Peu de Laviron et même la carte géologique semble désavouer la légende : elle indique que la colline est surtout constituée de calcaires et marnes de l'Argovo-Oxfordien, terrains peu propices au creusement de vastes cavités, et surmontés d'une faible couche de Rauracien. L'entrée en partie effondrée que l'on signala à Fournier n'était sans doute qu'une fissure impénétrable telle qu'on en rencontre souvent au contact des deux étages géologiques.

218Il n'empêche que la légende de la grotte murée court toujours et quand l'échec des précédentes tentatives sera un peu oublié, il n’est pas impossible que d'autres travaux soient un jour entrepris par les curieux et les chercheurs de trésor les plus acharnés.

219A Villers-Saint-Martin comme à Laviron, tout semble donc accréditer la thèse de l'invention pure et simple, d'une invention tardive au demeurant. Tous les ingrédients ne sont-ils pas réunis pour échafauder de tels récits ? Il y a la guerre de Dix Ans et l'invasion de la montagne, avec toutes les exagérations que l'on a pu dire et écrire à son propos ; aussi le mystère de la caverne, lieu mythique et inhospitalier, logis des fées et autres personnages merveilleux ; enfin l'attrait de la chasse au trésor car, en définitive, que recherchaient les fouilleurs qui se sont succédés tant à Villers qu'à Laviron, les preuves de la tragédie ou les fameux biens enfouis avec leurs propriétaires ?

220Toujours est-il qu'aucun document contemporain ne rapporte ni ne fait la moindre allusion à ce type d'événements. Plusieurs sources ont pourtant évoqué la tuerie de la Vêvre d'Autet, ou celle de Frasne, et la correspondance de l'époque n'a pas manqué de souligner la cruauté et les exactions des soldats de toutes nations qui traversèrent la Comté au cours des troubles. En revanche, rien dans ces témoignages ne concerne des emmurés vivants, ni en grotte, ni en souterrain. On a mentionné l'apport considérable des enquêtes du bailliage de Baume pour l'étude des grottes-refuges de la guerre de Dix Ans, or, Villers et Laviron faisaient tous deux partie de cette juridiction et pas un seul témoin ne dit avoir entendu parler d'un tel drame, à plus forte raison y avoir assisté.

221Lacuson, le héros de l'indépendance comtoise, est mort à Milan en 1681, mais combien de gens restent persuadés que la dépouille trouvée vers 1810 dans la grotte de La Frasnée est bien la sienne... Il y en aura toujours aussi pour croire aux emmurés de Villers-Saint-Martin, Laviron ou d'ailleurs.

222Ainsi, les grottes de Franche-Comté ont bien servi de refuge à la population pendant les heures sombres de la guerre de Dix Ans ; le fait est aujourd'hui certifié par les archives. A chaque alerte, les villageois de Revigny, Sancey, Guillon, Landresse... gagnaient leur roche et leur baume, séjournant plusieurs mois, voire plusieurs années, dans des lieux souvent froids et humides mais plus confortables que le simple couvert forestier et, comme l'a montré l'échec des assauts ennemis, plus sûrs que bien des châteaux.

223Ceux du xviie siècle ne furent pas les premiers à suivre le chemin des grottes : bien avant eux, leurs ancêtres du Moyen-Age et de l'Antiquité l'avaient déjà emprunté. Trois décennies plus tard, leurs enfants le retrouvèrent tout naturellement avec les guerres de la Conquête.

224Si l'étude pourtant passionnante des grottes aménagées et fortifiées de la province mériterait davantage d'attention, l'épisode de la guerre de Trente Ans gagnait à être mieux connu : l'aspect négatif des choses, accentué et entretenu par les légendes (grottes-pièges, grottes-tombeaux, retraites de bêtes apeurées...), pouvait être ainsi corrigé. Les cavernes accueillirent de nombreuses personnes et leur permirent d'attendre des jours meilleurs, parfois dans des conditions certes difficiles, mais bien moins terribles que ne l'a laissé supposer la tradition. Loin de se terrer et de trembler de peur, les troglodytes menèrent une lutte quotidienne pour se ravitailler, se protéger, se défendre, pour survivre à la guerre et à ses fléaux. Le refuge des grottes fut un atout dont les Comtois surent pleinement profiter.

Brigandage et violences

225Pour survivre aux misères de la guerre, il fallait en premier lieu se trouver un refuge, une cachette. Il fallait ensuite assurer sa subsistance, produire ou acheter le ravitaillement nécessaire à l'entretien des familles. Or, dans un contexte aussi troublé que celui de la guerre de Dix Ans, où l'on vit s'abattre les pires calamités, se désorganiser les cadres traditionnels de l'existence, s'installer la peur, la violence, les excès de toute nature et la mort, tous les moyens paraissaient bons. On lançait des opérations de pillage sur les terres ennemies, mais aussi, en désespoir de cause, on dévalisait son prochain, on enlevait tout ce qui passait à portée, sans scrupule, sans plus se préoccuper de charité et d'assistance, à l’exemple des « seigneurs de la guerre » qui ne connaissaient que la loi du plus fort. Dans les campagnes comtoises, ce n'étaient disait-on, que « voleries et meurtres continuels qui se commettent sur les chemins, tant par les soldats que par les paysans ». Les déchaînements de la soldatesque suscitaient l'exaspération, la vengeance des ruraux ; la faim et la misère poussaient les hommes aux pires excès, réveillaient en eux les instincts les plus bas.

226Aussi, la guerre de Dix Ans vit bientôt apparaître des bandes de hors-la-loi dont les agissements n'étaient plus forcément dominés par le désir de survivre, l'autodéfense ou la vengeance. Ces bandes qui pillèrent les campagnes et les régions frontalières des pays voisins, firent surtout parler d'elles au cours de la seconde moitié de la période, soit de 1639 à 1643, et s'il se trouvait parmi elles d'authentiques brigands sur le modèle d'un Jacques Fauvet du Mont-de-Laval, d'anciens soldats déserteurs ou réformés, la majorité de leurs membres étaient des paysans vivant dans les forêts, les grottes, les montagnes, voire dans leurs villages épargnés. Ils avaient fait des courses et du pillage leur lot quotidien et s'attaquaient à tous, soldats, ruraux, charretiers, Comtois ou étrangers, nobles ou roturiers, sans craindre les foudres d'une justice impuissante. La plus célèbre et la plus redoutée de ces bandes fut celle des « Martinvaux » qui écuma les montagnes et les plateaux du Jura dès 1640.

Les « Martinvaux » et la bande du Dessoubre

227Dès le début des affrontements, les voleries furent donc « universelles » en Franche-Comté. Les ennemis emportaient tout ce qui se trouvait sur leur route, les auxiliaires et les régiments comtois dérobaient les biens des villageois chez qui ils logeaient, enfin ceux qui n'avaient plus rien volaient aussi pour survivre.

228Ils s'attaquaient aux convois comme le firent les réfugiés des Bougeottes, aux troupeaux, aux personnages sans escorte : don Juan de Padilla, envoyé spécial du duc de Lorraine auprès du gouvernement comtois, fut ainsi dépouillé de ses armes et bagages vers Morteau. Dans les villages inhabités sévissaient les crumpets qui prélevaient tout ce qui était susceptible de s'échanger, de se monnayer. Le terme viendrait de l'allemand Krœmper signifiant revendeur ; « les crampets allaient quérir en Suisse toutes sortes de provisions », mentionnait par exemple le chroniqueur montbéliardais Bois-de-Chesne. Au comté de Bourgogne, le terme avait une nuance plus péjorative : c'étaient bien des revendeurs, mais de tout ce qu'ils dérobaient, seuls ou en groupe, dans les campagnes abandonnées. Ces paysans « que l'on appelle communément crampets », enlevèrent par exemple toutes les cloches du prieuré de Vuillorbe. des églises de Glamondans, Silley et Brétigney.

229Durant les premières années de la guerre, les vols étaient incessants mais n'avaient que peu d'importance dans le contexte du moment. On en relatait les épisodes les plus marquants, mais rarement un nom, un lieu, un délit revenait deux fois sous la plume d'un correspondant. La confusion régnait alors sur tout le pays et les dirigeants avaient bien mieux à faire que de s'occuper des voleurs qui couraient en permanence les campagnes. A partir de 1639 en revanche, la fin des grandes campagnes militaires ramena un peu de calme dans la province. Conséquemment, on vit apparaître en pleine lumière les exactions des garnisons comtoises et les méfaits commis par les bandes de brigands qui écumaient les montagnes.

230Martinvaux est un lieu-dit situé aux sources de la Rêverotte, au sud-ouest du village de La Sommette. C'est une vallée profonde, étroite et boisée qui entaille le plateau. Au pied des falaises, s'ouvrent plusieurs grottes et rivières souterraines dont une, la Borne de Martinvaux, aurait pu servir d'abri, encore qu'aucun écrit ni aucune trace d'aménagements n'en ait apporté la preuve.

231A l'origine, les Martinvaux étaient les habitants de Loray qui, pour fuir les Weimariens en 1639, se retirèrent « dans un fond nommé Martinvaux, couvert de bois et de précipices, qui est dans leur finage et qui leur servait de refuge contre les invainvasions». On ne parlait d'eux qu'en termes élogieux, car alors, « des dits ennemis, ils ne voulurent jamais recevoir sauvegarde ».

232Pendant l'occupation des montagnes, les réfugiés des grottes et des forêts battaient souvent la campagne pour survivre. Ils attaquaient les villages, les groupes sans défense, les convois du pays, mais souvent, leur terrain de prédilection était la Suisse toute proche, riche et préservée des misères de la guerre : « Nous avons [de| cesse d'être attaqués par certains habitants du Rosureux, Fondereau, Refrain et autres lieux de ce côté », se plaignait le gouverneur de la principauté de Neuchâtel ; « ils ont tué quantité de nos hommes sur les champs et blessé d'autres [...], pillé des quartiers de pays, brûlé moulins et maisons, voire emmené des prisonniers ». Il devait toutefois reconnaître qu'il était « difficile aux Magistrats d'y donner l'ordre convenable » tant que durerait le séjour des Weimariens au comté de Bourgogne.

233Or, bien loin de cesser, les courses reprirent de plus belle dès le mois de juillet ; la violence des pillards se déchaînait parfois, « ayant tué onze hommes en une attaque, emporté quantité de butin, en une autre volé deux maisons, et en l'une tué l'homme et la femme, en un autre endroit pris huit chevaux et cinq autres pièces de bétail ». Le 24 septembre, une nouvelle attaque lancée dans le comté de Valangin se solda par un mort, sept chevaux et trente-deux bovins dérobés. Parmi les brigands, on signalait cette fois la présence d'une nouvelle bande qui faisait sa « retraite en Martinvaux, ressort d'Ornans, proche Loray ».

234Très vite, les Martinvaux se forgèrent une sinistre réputation : submergé de plaintes, le parlement de Dole publia le 3 octobre 1639 un édit contre leurs agissements : « La Cour [...] étant avertie que quelques voleurs assemblés et retirés aux frontières de ce pays du côté de Martinvaux au ressort d'Omans et autres lieux de celui de Baume avaient couru sur les terres voisines, es seigneuries de Berne et comté de Neuchâtel [...], ordonne très expressément aux officiers des dits ressorts de Baume et d'Ornans de faire toute sorte de diligence et devoir pour la saisie des voleurs et les réduire aux prisons ». Quant au ressort de Baume, le nom qui revenait le plus souvent était celui des Rosureux, village de la vallée du Dessoubre situé juste au pied des falaises de Haute-Roche...

235Suivant les directives de la Cour, les officiers du bailliage s'efforcèrent de rechercher les pillards ; ceux de Baume firent même « armer quantité de villages pour [avec] leur aide saisir ceux qui se retiraient dans des grottes et cavernes à la faveur desquelles ils faisaient semblables courses et mettaient leur butin en assurance ». Ainsi, les grottes servaient toujours, mais plus seulement pour protéger les populations ; les occupants du Fondereau étaient plus particulièrement désignés... Au bailliage d'Ornans, une expédition armée fut organisée sur les terres de Vennes, mais on ne capturait pas aussi facilement les Martinvaux, « étant en lieux forts, armés, craints et déterminés ». Seuls deux personnages tombèrent aux mains des poursuivants : Jacques Piguet du Mont-de-Laval et Maurice Prétot.

236Avec l'arrivée de l'hiver, les pillages en Suisse se firent semble-t-il plus rares. C'est à peine si on mentionna quelques vols et un assassinat commis en février 1640. En revanche, les courses reprirent durant l'été et l'automne et le Conseil de Neuchâtel, lassé des « attaques, vols, incendies, meurtres et brigandages » continuels, interdit toutes communications et relations commerciales avec les sujets du comté de Bourgogne et ordonna à tous ceux de la principauté « de se tenir armés et prêts de courir [dès] que l'alarme les appellera ».

237De fait, le 29 décembre 1640, cinquante à soixante Martinvaux passèrent sur les terres des Verrières de Neuchâtel, tuant des paysans, brillant des maisons, emportant le bétail. A leur retour, ils incendièrent même deux maisons neuves bâties à Remonot. Les Suisses se mirent à leur poursuite, réussirent à récupérer aux Arces le bétail dérobé, puis se livrèrent à toutes sortes de représailles dans les villages du Sauget, pillant La Longeville. Largillat, Montflovin, Montbenoît... Cette fois, sans doute à cause des représailles, les langues se délièrent : un notaire de Morteau dénonça Ligier Châtelain de Bretonvillers, Jean Cathelin, Jean de La Croix, Etienne Doroz, Jacques Bailloz, Adrien Marchand, Huguenin Tendon, Jean Claudirot. Le 18 janvier 1641, une autre liste fut établie qui désigna les trois frères Tarby, Denier et Junot Gaudey de Martinvaux, le fils d'Outhenin Pichot, Noël Jacquot dit Rousseau de Pierrefontaine, Pierre Perrot et Pierre Busenot de Loray. On s'aperçut ainsi que la bande avait des ramifications un peu partout, dans les villages des terres de Vennes et de Passavant, mais aussi dans ceux de la baronnie de Belvoir, Bretonvillers, Chamesey, Belvoir, Sancey, Rosières, Ebey...

238Le 7 février 1641, trois brigands, Pierre Court, Jean et Léonard Monnier, furent repérés : ils restaient « en certaines granges écartées, proche Sainte-Radegonde, éloignées d'une heure du secours de leurs complices ». On cerna les granges en question, seulement les trois hommes se défendirent âprement et les soldats, craignant l'arrivée imminente du reste de la bande, furent obligés de les laisser s'enfuir. On procéda néanmoins à quelques arrestations dans les villages : Thobie Fallot de Sancey, François Perrot d'Ebey, et un peu plus tard, Noël Jacquot de Pierrefontaine, furent emprisonnés. On dut les forcer à parler, à dénoncer leurs complices, car dès le printemps, l'action de la justice parut beaucoup plus efficace : la branche des Martinvaux de Loray fut mise hors d'état de nuire, celle dite des Rosureux ou des Bretonvillers lança un dernier raid vers Morteau le 2 août 1641 ; les voleurs dévalisèrent la maison du trésorier Chambier mais furent aussitôt poursuivis par ceux du Val qui pillèrent à leur tour le village de Bretonvillers. Ce fut la dernière expédition des Martinvaux. une opération qui n'avait guère tourné à leur avantage.

239Par la suite, on arrêta encore quelques personnages faisant autrefois partie de la bande et qui continuaient de commettre des délits : ainsi, Hugues Gurniaux d'Osse, Jean et Claude Mouillard de La Chaux-du-Dombief ; résidant à Ougney en tant que domestiques de la dame d'Osse, ils avaient sévi dans tous les villages voisins : Reugney, Etalans, Côtebrune, Nods, Vennes, Nancray... Ils avouèrent avoir participé au raid des Verrières de Neuchâtel en 1640.

240Bien qu'on signalât toujours des voleurs aux bailliages de Baume et d'Ornans en 1643, 1644 et au-delà, le nom de Martinvaux ne fut plus prononcé. La bande avait été anéantie ; certains de ses membres croupissaient en prison ; les moins compromis durent sagement rentrer chez eux et se faire oublier ; quant aux autres, ils continuèrent d'agir pour leur propre compte, au risque de se faire prendre tôt ou tard comme les trois hommes mentionnés plus haut.

241En 1647, des Martinvaux demandèrent au roi une lettre de rémission pour avoir malencontreusement tué un habitant de Passonfontaine lors de l'attaque d'un convoi suédois en 1639. Ceux-là étaient sans doute les résistants, sans rapport avec la bande qui se forma par la suite et dont les méfaits restèrent longtemps en mémoire : deux ans plus tard, en 1649, les habitants de Pierrefontaine-les-Varans sollicitèrent des autorités la permission de créer un marché dans leur village ; le lieutenant du bailliage refusa, en partie parce qu'une nouvelle foire dans ce secteur aurait porté préjudice à celles de Vercel et d'Orchamps-Vennes, mais surtout parce « que plusieurs particuliers du dit Pierrefontaine, joints à ceux du village de Rosureux leur proche voisin, ont vécu pendant ces guerres [... ] dans une très licencieuse conduite ».

Autres bandes, autres brigands

242A Dole, le 9 juillet 1642, sur la place des halles de la ville, la foule regardait : un homme, « la hart au col », le dos meurtri par les coups de verges qu'il venait de recevoir, s'avançait vers le gibet. Encore quelques minutes et tout serait fini pour Jacques Fauvet, un Montagnon ivrogne, blasphémateur, voleur, assassin, violeur, un personnage dont la violence et la cruauté ne devaient rien à celles du plus dépravé soudard des armées impériales.

243Fauvet demeurait au Mont-de-Laval, un village du bailliage secondaire d'Omans qui domine le cours supérieur du Dessoubre, autrement dit, situé à proximité du quartier général des Martinvaux. D'ailleurs, le personnage était en rapport avec la bande : au cours de la première grande rafle lancée le 17 décembre 1639, les officiers d'Ornans arrêtèrent le nommé Jacques Piguet du Mont-de-Laval, un complice avoué de Fauvet.

  • 18 Girard (Jean), Les grandes terres montagnonnes de Vennes, des origines aux invasions suédoises, Be (...)

244Les exploits de Jacques Fauvet débutèrent à l'automne de 1638. Ivre, il s'invitait avec ses comparses chez divers particuliers, dévastait les maisons, volait et maltraitait les hôtes. Le petit groupe courait ainsi tous les villages alentours : Plaimboisdu-Miroir, Laval-le-Prieuré, Montbéliardot, Le Bélieu, Consolation... et devint en 1639 la bête noire des réfugiés du Lançot qu'il tourmenta à plusieurs reprises. Craints et impunis, les brigands ne pouvaient que pousser plus avant leurs crimes : ils abusaient des femmes, blessaient ceux qui tentaient de leur résister et tuèrent au moins trois personnes, Guillaume Tarby de Loray, Claude Petit-Vuillemin de Laval et Jacques Poillenay ; ils auraient aussi occis Guillaume de Montassier et l'enfant Cuenot du Bélieu, mais la Cour du Parlement ne tint pas compte de ces crimes dans son réquisitoire. La liste des délits commis par Fauvet et ses acolytes était impressionnante18 et l'ultime procès du brigand ne regroupait pas moins de quarante-cinq chefs d'accusation.

245Fauvet fut arrêté une première fois en 1640 et conduit à la conciergerie d'Ornans. Un an plus tard, le 8 novembre 1641, avec la complicité de sa femme, il réussissait à se défaire de ses chaînes et à s'enfuir après avoir malmené la femme du geôlier et dérobé quelques effets. Ensuite, sa trace se perdit pendant deux ou trois mois durant lesquels il dut continuer ses voleries en Comté et en Suisse. Mais il fut bientôt repris et cette fois, on ne lui laissa aucune chance ; conduit aux prisons de Dole, il fut jugé par le Parlement qui rendit son verdict exécutoire le 9juillet 1642 : « ...Le condamne d'être ce jourd'hui conduit par l'exécuteur de la haute justice, la hart au col, au milieu des halles de cette ville et au gibet y étant, être pendu et étranglé [...] puis son corps porté et attaché au gibet étant sur le tartre de ce lieu. Déclarant qu'avant la dite exécution, il sera battu et fustigé de verges par l'exécuteur depuis la conciergerie jusqu'à la porte dite de Besançon. »

246Le procès de ses complices. Guillaume et Claude Filsjean, Jean Gurry, Jacques Piguet, Denis Chumey, Pierre et François Arnoux, s'ouvrit le 9 décembre de la même année, mais fut différé à plusieurs reprises. On en ignore malheureusement l'aboutissement.

247Les autres brigands dont les procès sont conservés dans les archives du Parlement, n'eurent pas l'envergure d'un Fauvet, ou celle des Martinvaux. Comme les précédents, ils firent surtout parler d'eux entre 1639 et 1643. Le 23 août 1639 par exemple, Claude Buffet, Anatoile Poussard et Pierre Prost des Chiettes, secondés par des habitants d'Ilay et de La Chaux-du-Dombief, entrèrent au Pays de Vaud pour y dérober le bétail. En janvier 1640, un autre vol fut commis par ceux des Chiettes assistés cette fois des occupants du château de l'Aigle ; ils profitaient d'une justice souvent défaillante voire complice : Claude Lamy, procureur de la terre de SaintClaude se retrouva en prison pour ne pas avoir fait restituer le bétail volé au bailli de Nyon. Puis en septembre 1641 éclata l'affaire du Val-de-Mijoux, un vol de bétail gessois et suisse qui entraîna des représailles françaises et qui différa les pourparlers d'armistice entre la terre de Saint-Claude et le bailliage de Gex. A l'opposé, dans les Franches-Montagnes, les Suisses eurent souvent à se plaindre des pillards comtois issus du Fondereau et du Refrain, de Saint-Hippolyte et de La Roche, de Maîche et des environs.

248Malgré la disparition des Martinvaux, et peut-être aussi à cause d'elle, l'année 1642 fut marquée d'une recrudescence de l'insécurité dans les montagnes ; des bandes se reformaient et les raids se multipliaient, gagnant même les plaines du bailliage d'Amont : « Nous faisons notre possible pour penser répurger ces cantons d'une quantité de voleurs qui accablent le pauvre peuple, écrivait par exemple le Magistrat de Vesoul, mais nos bons desseins ne sont secondés. » La crise économique et le licenciement de nombreux soldats durent encore accentuer le phénomène, jetant sur les chemins des gens affamés qui ne demandaient qu’à surprendre la relève des bandes anéanties. Au bailliage d’Aval, un groupe installé dans les bois de Chalamont écumait les environs de Salins et dérobait les chevaux que l'on destinait aux charrois des salines. Les chemins autour de Vercel étaient également courus par trois anciens soldats : La Rochette, Poulet et La Violette ; ce dernier commandait autrefois la garnison du château de Durnes. En 1643, on arrêta encore Jean Montaigu de Belleherbe, voleur de bétail, soldat déserteur du régiment de Chaffois-Gouhelans ; Claude Lambertoy de Lect qui commettait ses méfaits en France, vers Dortan, au préjudice des traités de surséance ; comme il avait assassiné un homme à Vouglans, il fut pendu ; d'autres enfin, dont les archives n'ont relaté que la capture.

249L'arrêt des hostilités fit peut-être renoncer certaines bandes, mais en aucun cas ne mit un terme à l'insécurité des campagnes ; à l'automne de 1644, on signalait toujours la présence de voleurs au bailliage de Baume. Quant aux habitants d'Ornans, cernés littéralement par des brigands assassins qui occupaient les bois autour de la ville, ils avouaient leur embarras : « Il nous faut réduire à demeurer sans sortir de la ville, ou il se faut résoudre de tuer ou d'être tué en sortant du lieu. » Or, cette plainte fut émise le 4 juillet...1651.

250Ainsi, des bandes de pillards se constituèrent durant la seconde période de la guerre de Dix Ans et sévirent principalement dans les montagnes et les plateaux du Jura. Celle des Martinvaux qui défraya la chronique entre 1639 et 1641, fut sans aucun doute la plus importante et la plus redoutée. Le phénomène traduisait l'extrême misère qui régnait en Franche-Comté, province ruinée dans laquelle il ne restait pratiquement plus rien, et les souffrances d'une population qui, en quatre ans, avait subi toutes les horreurs imaginables. Sur les frontières de France, relatait le conseiller Girardot, les troupes en garnison ne vivaient que de « petite guerre » ; dans les campagnes comtoises, les habitants survivaient grâce aux opérations de pillage qu'ils menaient individuellement, le plus souvent en groupe, dévalisant les plus riches ou les plus faibles. C'était la même réalité vue sous deux aspects différents...

251Si ces bandes furent plus nombreuses dans les montagnes que dans le reste du pays, c'était aussi parce que le massif du Jura abritait alors les trois quarts de la population restante de la Comté ; en outre, il servait de frontière avec la Suisse, pays épargné par la guerre et dont les richesses suscitaient toutes les convoitises.

Les séquelles d'une décennie de désordre et de violence...

252Dans ces années de misère, de souffrance, d'abandon, la violence et le désordre étaient partout. Les hommes volaient, maltraitaient, tuaient pour se défendre, pour se venger, pour s'imposer quand ils n'assassinaient pas simplement pour leur plaisir, forts de la crainte qu'ils inspiraient, sûrs de rester impunis. Cette violence quotidienne que la peur, le désespoir et la cupidité attisaient, s'exerçait contre n'importe qui, sans distinction de rang ni de sexe, contre l'étranger, le voisin, les proches.

253Dans certains cas, elle revêtait l'apparence de la vengeance, de la haine du soldat, qu'il fût homme de troupe ou officier : en juillet 1639, « dans le ressort de Baume, auprès du lieu de Passavant, le sieur baron de Wiltz et la dame sa femme ont été inhumainement massacrés par une communauté entière ». Environ un an plus tard, Roland de Montrichard, sergent major du colonel d'Arnans, fut pareillement assassiné vers les halles d'Ornans ; sa femme qui l'accompagnait connut le même sort. Au cours de précédents, on avait déjà tiré sur le prince François de Lorraine et dépouillé un envoyé du duc Charles.

254Dans d'autres, les crimes semblaient traduire certaines velléités de révolte contre la noblesse, contre les seigneurs : en juin 1642, le seigneur de Viéthorey qui logeait dans une tour délabrée du château de Montby, fut tué par des paysans de Cuse, tout à côté de l'église du village, sans motif apparent...

255Même en ville, monde clos qui conservait une certaine forme d'organisation, le désordre se glissait dans la vie de tous les jours : en décembre 1639, le collège Saint-Anatoile de Salins faisait remarquer « le grand désordre qu'il y avait dans l'église par les insolences journalières d'aucuns familiers et fréquentes absences des autres ». Deux ans plus tard, la situation n'avait fait qu'empirer : « Le sieur Boutechoux a remontré le peu de devoir qu'ils [les familiers] faisaient au service divin et les insolences qu'ils commettaient ordinairement, tant dans l'église que dehors, et le tout pour se trouver souvent chargés de vin [...], au déshonneur de Dieu et de l'église et du chapitre, et au grand scandale du peuple. »

  • 19 Delumeau (Jean), La peur en Occident, Paris, 1978.

256D'une manière générale, la guerre de Dix Ans bouleversa profondément les consciences. Des scènes atroces, inimaginables encore quelques années auparavant, devinrent le lot ordinaire des survivants. Chaque jour, pour ne pas dire chaque heure, les gens étaient confrontés à la mort, à la violence, au désordre. En conséquence, les comportements se radicalisaient : on pouvait sombrer dans le mysticisme absolu ou au contraire dans le doute, l'impiété et la débauche la plus extrême, devenir soi-même un voleur et un assassin. Certains cherchèrent des boucs émissaires à leurs malheurs ; d'autres au contraire prenaient le moindre prétexte à faire la fête, à profiter du temps présent19... Outre l'apparition des bandes armées et des hors-la-loi évoqués plus haut, certains épisodes devaient également illustrer les comportements et l'état d'esprit tourmentés des contemporains de la guerre de Dix Ans, au premier rang desquels il convient peut-être de placer le renouveau du culte marial avec l'instauration de celui de Notre-Dame Libératrice de Salins.

  • 20 Pidoux (P.A.), Notre-Dame Libératrice, patronne de Salins et de la Franche-Comté, Dole, 1934.

257Ce culte, écrivait l'historien Pidoux, n'était rien d'autre que la réminiscence de celui de Notre-Dame de Délivrance, ou de Pitié, célébré contre les pestes du xvie siècle à Arbois, Dole, Nozeroy... ; seulement la guerre lui donna un éclat incomparable20. Ce renouveau fut l'œuvre d'un cistercien, le P. Marmet qui, le 9 février 1639, présenta à Salins le projet d'une procession annuelle suivie d'une messe et fête solennelle en l'honneur de Notre-Dame Libératrice. L'initiative connut un tel succès que le vœu émis par les Salinois le 20 février devait être ratifié par l'archevêque de Besançon dès le 16 mars suivant.

258La population fêta d'abord Notre-Dame à Saint-Anatoile puis le 21 juillet, elle prononça un second vœu en faveur de l'érection d'une chapelle dédiée à la Vierge. L'édifice devait être effectivement construit après les troubles. Au cours des dernières années de la guerre, la plupart des villes comtoises se vouèrent à la Vierge Libératrice : Dole, Arbois, Gray, Nozeroy... Des statues et des ex-voto rappellent encore que son culte fut aussi célébré à Pretin, Mouchard, Mesnay, Belvoir, Vesoul, Lonsle-Saunier...

259A priori, on pourrait penser que l'engouement des Salinois puis des Comtois pour Notre-Dame Libératrice n'était qu'un nouvel épisode de l'adoration mariale, phénomène permanent dans les premières décennies du xviie siècle et qui connaissait une ferveur particulière au cours des épidémies de peste qui terrorisaient les populations. Les villes s'étaient vouées à Notre-Dame de Pitié, puis Notre-Dame de Montaigu, enfin Notre-Dame des Ondes qu'elles vénéraient dans les sanctuaires les plus réputés.

260Seulement, la Vierge Libératrice ne devait apparemment rien à la peste : l'épidémie qui avait débuté à Salins en 1637, dura plusieurs années et la Vierge resta sourde aux prières des habitants puisque la contagion redoubla durant l'été et l'automne de 1639.

261En second lieu, il existe un contraste frappant entre la représentation généralement humble, suppliante, voire pathétique des vierges anti-pesteuses et le visage couronné, conquérant, le port altier de Notre-Dame Libératrice. La Madone salinoise ferait plutôt penser à une vierge guerrière, une vierge de la résistance et de la reconquête. De fait, le père Marmet et les Salinois se mirent sous sa protection pour se garantir des Weimariens qui avaient investi la Montagne et emporté Pontarlier et Nozeroy. Cette fois, la protection sembla plus efficace puisque la ville ne fut jamais véritablement inquiétée ; on prétendit même que vingt-deux mille Suédois, s'apprêtant à cerner la ville, s'enfuirent sans cause précise, abandonnant sur place leurs bagages ; c'était la preuve que Notre-Dame Libératrice veillait bien sur la ville du sel.

262Le vœu du cistercien était donc venu à point nommé pour sauver la ville des envahisseurs. Mais la première cause de son succès venait sans doute du fait qu'il satisfaisait un impérieux besoin de protection divine et de renouveau de mysticisme ressenti par une grande partie de la population survivante ; de Salins, le culte se répandit en effet dans tous les lieux habités de la province. Comment aussi redonner vigueur à une piété parfois chancelante, freiner les désordres moraux qui survenaient même parmi les familiers des églises, combattre le découragement et le doute, si ce n'est en ravivant le culte de Marie ? Libératrice, elle assurait non seulement la protection des Comtois, mais raffermissait aussi leur foi et les incitait à continuer la lutte face à une nouvelle invasion de l'ennemi.

  • 21 Perreciot (C.J.), "Le procès de Catin Miget, sorcière à Grand-Sancey en 1640". De l'état civil des (...)

263Mais pour d'autres, l'ardeur des prières et la foi ne suffisaient pas. Pour conjurer le mal, il leur fallait rechercher des boucs émissaires qui supporteraient tout le poids des malheurs survenus. Ce fut précisément ce qui arriva en 1640 dans la paroisse de Sancey où une pauvre démente devait être sacrifiée, victime expiatoire d'une communauté villageoise tourmentée par quatre années de guerre. Sa triste aventure aurait été oubliée aujourd'hui si l'historien juriste Perreciot n'avait fait publier les principales pièces de son procès21.

264La femme Cathin Miget était une étrangère du village : bien qu'ayant épousé le sieur Paris Bourgeois de Sancey, décédé vraisemblablement dans les premières années du conflit, elle était originaire de Surmont, communauté voisine du plateau ; en outre, son père serait natif de Levier. Ensuite, c'était une vieille femme d'environ soixante ans, plus ou moins invalide, « elle marche avec beaucoup de peine et à l'aide de deux bâtons », et qui s'exprimait avec difficulté : « Elle leur a fait réponse qu'en hésitant, tremblant et tirant ses paroles avec beaucoup de peine. » D'ailleurs, quand à la fin de son procès les juges voulurent la soumettre à la question pour lui faire avouer le nom de ses complices, il fallut très vite abréger le supplice « à raison de son haut âge et de la débilité de sa personne ».

265Elle vivait de surcroît dans l'indigence, s'abritant dans une étable du village, ne subsistant que « des aumônes des bonnes gens », dans un dénuement récent et qui n'était pas sans agir sur son moral : « L'année dernière, quelques-uns des créanciers de feu Paris Bourgeois son mari lui prirent par gagement ses emblavures de froment, ce qu'elle a pris si à cœur que dès lors, elle s'est toujours très mal portée. »

266Enfin, à cause de l'étrange comportement dont elle faisait preuve en public, de ses incohérences de langage et de conduite, de sa trop rare présence aux offices divins, elle était « tout communément tenue et réputée en ce dit lieu pour une sorcière », accusation dont elle ne se défendait même pas, n'ayant « témoigné aucun ressentiment ni fait actionner personne de ceux qui la traitaient du dit nom en justice pour en avoir réparation ».

267En 1640, un an après l'invasion des Weimariens, la fuite des habitants dans la Baume et l'incendie presque total des villages, une épizootie s'abattit sur les animaux du vallon : « La plus grande partie des chevaux et vaches de Sancey se sont trouvés atteints de maladies extraordinaires dont beaucoup sont morts et fort peu échappés », disait un témoin. Aussitôt, on accusa Cathin Miget d'avoir empoisonné les fontaines et abreuvoirs au moyen « d'arts diaboliques ». N'avait-elle pas elle-même prétendu que la cause du mal venait de l'eau des fontaines ? Ne l'avait-on pas vue agir étrangement vers la source du Dard (située à Sancey-le-Grand), battre l'eau d'une baguette et faire surgir de « grandes vapeurs », lesquelles causèrent pluie, grêle et tonnerre, bien que le ciel restât « fort clair et serein » ? Il n'en fallait pas plus pour mettre en branle la machine répressive.

268Arrêtée et emprisonnée à Belvoir, l'accusée ne fit rien pour se disculper et sembla au contraire éprouver quelque malin plaisir à se voir ainsi condamner. N'avait-elle pas affirmé un jour « qu'on la devait brûler, qu'elle savait bien qu'elle le voulait être » ? Interrogée par ses juges, elle dit s'appeler Le Diable et n'avoir point d'autres noms que celui-là ; elle avoua être sorcière, avoir participé au sabbat, mais dès que les questions devenaient plus précises, elle admettait son ignorance, niait ou reprenait les réponses que, visiblement, on lui soufflait. Condamnée, elle refusa de faire appel au bailliage et au Parlement, se laissa torturer sans toutefois révéler le nom de ses complices (et pour cause !). Elle fut finalement conduite aux fourches patibulaires, étranglée et brûlée le 13 septembre 1640.

269Les juges ignorèrent superbement les contradictions des témoignages, l'énormité de certaines accusations. Interrogées par exemple si elles avaient bien vu la femme Miget battre l'eau du Dard avec sa baguette, Jeanne Galiot et Lucrèce Genot répondirent par la négative ; elles étaient pourtant les seuls témoins présents sur les lieux. Il n'empêche que les 18e et 19e articles du réquisitoire certifient le fait, sans oublier les vapeurs, pluie et grêle qui en résultèrent. La recherche de la « marque du Diable » sur le corps de l'accusée fut un jeu d'enfant pour les chirurgiens ; dès lors, il ne restait plus qu'une seule et unique possibilité : condamner !

  • 22 Bienmiller (Daniel), "La sorcellerie à Dole avant la conquête", Mémorial du Tricentenaire, Besanço (...)

270On a beaucoup écrit sur la sorcellerie, sur les interrogations que ce phénomène social suscite encore et il n’est ici nullement question d'entrer dans le débat. Seulement, si le procès de Cathin Miget reste un classique du genre, le contexte dans lequel il s'est déroulé paraît en revanche plus inattendu. On a constaté en effet qu'en période de guerre, les persécutions pour crimes de sorcellerie cessaient généralement ; la justice ne pouvait plus s'exercer à cause des troubles et les hommes, ainsi que l'écrivait Jean Delumeau, « changeaient d'inquiétude », c'est-à-dire qu'ils redoutaient bien plus les soldats et les vagabonds que les sorciers. La dernière épidémie démoniaque survenue en Franche-Comté était apparue au cours de la période 1628-1630 et avait essentiellement touché le bailliage d'Amont, la terre abbatiale de Luxeuil en l'occurrence. Ensuite, plus rien ne devait être signalé avant 1643-1646, années durant lesquelles le parlement de Dole fit en effet brûler quelques sorcières22, et surtout 1658-1659. Le procès de Cathin Miget est donc unique dans les annales de la guerre et paraît à ce titre exceptionnel. Il fait ainsi penser à un acte d'exorcisme, à un sacrifice célébré par une communauté meurtrie et désireuse de mettre un terme à de nombreuses années de souffrances. L'accusée et victime était faible, vulnérable et aussi pratiquement consentante ; la brûler revenait à se venger du passé, mais aussi à se garantir pour l'avenir. L'épizootie cessa-t-elle après le supplice de la sorcière ? Interrogés, la plupart des témoins de l'affaire l'auraient sûrement affirmé.

271Enfin, il en est d'autres que l'inquiétude et la misère poussaient au contraire à la convivialité, à la recherche effrénée des plaisirs, parfois à l'inobservance et au rejet des règles morales : ils devenaient insolents, intempérants, prenaient le moindre prétexte à boire et à s'amuser, sans souci du lendemain puisque de toute façon, chacun devait mourir de la peste, de la guerre ou de la famine. L'anecdote qui va suivre témoigne un peu de ce type de comportement ; elle se passe toujours à Belvoir, deux mois seulement avant l'arrestation de la sorcière.

  • 23 Vregille (Bernard de), "Curieuse procédure en 1640 des femmes de Sancey", Mémoires de la Société d (...)

272Un jour de mai 1640, se tint en effet une bien curieuse et digne assemblée : réunissant uniquement les épouses des notables du lieu, dont Jeanne Guibourg, la femme du bailli, elle prétendait remettre en vigueur une très ancienne coutume du pays qui stipulait que durant tout le mois de mai, le mois de Marie comme chacun sait, il ne fût « permis ni licite à leurs maris de les offenser ni maltraiter de paroles, moins les battre ni outrager, soit à coup de main, pied, bâton, ni avec aucune autre arme »23.

273A supposer que le fait se produisît, toutes les femmes se donnaient le droit d'aller prendre au logis des contrevenants « un pâté aux frais de celui qui bat ou outrage sa dite femme » et en outre, de faire monter à reculons sur un chariot ou un cheval les voisins de ceux qui avaient commis pareil outrage et de les promener ainsi dans les rues du village. Cinq maris ayant battu leur femme à Belvoir au cours du mois de mai 1640, on confectionna donc un pâté, un seul à cause des misères du temps, aux frais des cinq personnages violents qui. bien entendu, refusèrent de s'acquitter, obligeant les demanderesses à porter l'affaire devant le juge-châtelain.

274Une telle procédure, aussi folklorique que pittoresque, semblait presque relever d'un cas de féminisme avant la lettre, d'un désir d'émancipation attisé par une possible recrudescence de la violence conjugale, mais la suite du texte apporte une autre réponse et trahit les intentions véritables des habitantes : quand arriva la dégustation du fameux pâté — car bien que les maris incriminés eussent refusé de payer, la coutume fut respectée jusqu'au bout — il s'ensuivit un véritable banquet regroupant plus de trente personnes, les femmes du village, les voisins redescendus de leur chariot et toutes les bonnes volontés. Or. raconta l'un des maris, « à la sortie, la plupart des hommes étaient si saoûls et pleins de vin que c'était une honte, et pour les femmes, elles témoignaient de si grandes réjouissances qu'[il] semblait qu'elles fissent des feux de joie, si l'on considère aux malheurs passés et aux misères qui règnent encore présentement qui ne permettent pas un tel débordement »... C'étaient donc les réjouissances, les plaisirs de se retrouver en groupe à table, les débordements de boissons et autres qui constituaient le fond de l'affaire. En s'étonnant que « parmi tant de malheurs et des misères », leurs femmes eussent voulu « remettre sur pied telles réjouissances [...] diminuées et assoupies dès il y a fort longtemps », les maris avaient eux-mêmes apporté la réponse à leur question.

275Actes de brigandage, crimes gratuits, licence des mœurs, recherche de coupables..., autant de signes qui trahissaient les tourments, les souffrances morales, le désespoir des populations victimes d'une conjugaison de fléaux sans précédent. Comment aurait-il pu en être autrement après tant d'atrocités commises, après tant de bouleversements ? Ne dit-on pas qu'aux époques de violence, tout paraît incliner à la violence ? D'un autre côté, il convient de ne pas exagérer la portée de tels signes : si les pillards et les criminels avaient été plus nombreux qu'à l'accoutumée, tous les réfugiés des montagnes ne s'étaient pas pour autant transformés en brigands et l'épopée sanglante de Jacques Fauvet demeura unique dans les annales judiciaires de l'époque. De même, si le culte de Notre-Dame Libératrice servit aussi à ranimer un peu la foi et à freiner une dépravation certaine des mœurs, les Comtois restèrent profondément attachés à leurs croyances ; rarement il y eut de dérives extrêmes, de ruptures profondes et durables. Le comportement des Comtois fut seulement le reflet de leur époque, sombre, violente et exceptionnelle.

***

276Fuir, quitter la province, trouver un abri et s'y terrer, vivre caché et ne penser qu'à soi, que faire d'autre pour échapper aux fléaux qui, sans interruption depuis 1635, avaient ravagé le comté de Bourgogne ?

277Les uns choisirent l'exil vers les pays étrangers, la Suisse toute proche, la Savoie et l'Italie, terres d'accueil gagnées au terme d'un plus long voyage, asiles provisoires ou nouvelles patries pour cinq, sept ou dix ans... D'autres préférèrent la relative sécurité des villes et des sites fortifiés, refuges recherchés et donc surpeuplés, terrains de prédilection des épidémies, sans cesse à la merci d'un siège, d'un coup de main, villes affamées, toujours dépendantes des convois de ravitaillement. D'autres enfin se contentèrent du couvert forestier, des montagnes et des vallées solitaires, des innombrables grottes du Jura comtois, précaires abris de proximité, inhospitaliers parfois, mais qui sauvèrent pourtant des communautés entières dans les moments les plus difficiles. Combien émigrèrent, combien restèrent ? Cela, on ne le saura sans doute jamais...

278Echapper à l'ennemi omniprésent, au soldat détrousseur et assassin, au mal contagieux qui chaque été lançait ses flèches, tel était le constant souci de tous ceux qui n'avaient pas quitté la province ; mais en dépit de l'extrême misère et de l'insécurité qui régnait, il leur fallait aussi trouver de la nourriture, de quoi se chauffer, de quoi survivre... Car on ne pouvait plus guère compter sur ses richesses, sur ses réserves, sur son travail dans un contexte aussi tragique. Comment dans ces conditions, ne pas s'engager sur la voie de la violence, du vol, de la criminalité à l'image de ces bandes qui terrorisèrent les campagnes de 1639 à 1644 avant d'être progressivement dispersées ? Comment considérer l'autre, celui qui n'avait rien, le mendiant expulsé des villes, le pauvre repoussé aux entrées des châteaux, celui qui avait peu et qui était incapable de le défendre, charretier dépossédé de ses vivres, paysan attaqué dans son refuge ?

279La lutte pour la survie ne se faisait pas sans difficultés, sans injustices, sans procédés égoïstes et déloyaux.

Notes

1 Girardot de Nozeroy (Jean), Histoire de dix ans..., année 1638.

2 Doudier (Pierre), Les Comtois dans la tourmente ; l'accueil de la Savoie, Dole, 1967.

3 Fleury (L.), Franc-Comtois et Suisses. Besançon, 1869, p. 159.

4 Clavel (Bernard), Les Colonnes du ciel, tome 1, La saison des loups, tome 2, La lumière du lac, Paris, 1977-1978.

5 Castan (Auguste), "La confrérie, l'église et l'hôpital de Saint-Claude des Bourguignons de la Franche-Comté à Rome", Mémoires de la Société d'Emulation du Doubs, 1880, p. 175-266.

6 Blanchet (Adrien), Les souterrains-refuges de la France, Paris, 1923.

7 Monot (Emile), "Les troglodytes de Revigny", Vieux Lotis, 1912, pp. 157-164.

8 Inventaire spéléologique du Doubs, t. 1, Nord-est, t. 2, Nord-ouest, t. 3, Centre, Besançon, 1988, 1993, 1996. On y trouvera la description et la topographie des cavernes citées.

9 Muller (Marcel), Histoire sommaire de Mouthier-Hautepierre et de son prieuré, Pontarlier, 1939, p. 54.

10 Louis (Gérard), "Un refuge pendant la guerre de Trente Ans...".

11 Bouveresse (Alfred), Pour servir à l'histoire de Cuse et Adrisans, Nans, Gondenansles-Moulins, avec fonds commun pour les villages du secteur de Rougemont-Baume, Besançon, 1972, p. 15. Notice Nans, dans le Dictionnaire des communes du Doubs, t. 5, Besançon, 1986, p. 2331-2334.

12 Chifflet (Jean-Jacques), Vesontio civitas imperialis, Lyon, 1618, p. 85-89.

13 Aimé (Gérard), Jacquier (François), "La grotte de Chancia (Jura)", Bulletin de la Société Préhistorique Française, tome 82, 1985, p. 143-150.

14 Febvre (Lucien), Histoire de la Franche-Comté, Paris, 1922, p. 201.

15 Febvre (Lucien), Histoire de la Franche-Comté..., p. 201.

16 Blanchet (Adrien). Les souterrains-refuges..., p. 64, 70, 75 et 119.

17 Narbey (abbé), Les hautes montagnes du Doubs, Paris, 1868, p. 7.

18 Girard (Jean), Les grandes terres montagnonnes de Vennes, des origines aux invasions suédoises, Besançon, 1982, p. 365-375.

19 Delumeau (Jean), La peur en Occident, Paris, 1978.

20 Pidoux (P.A.), Notre-Dame Libératrice, patronne de Salins et de la Franche-Comté, Dole, 1934.

21 Perreciot (C.J.), "Le procès de Catin Miget, sorcière à Grand-Sancey en 1640". De l'état civil des personnes et de ta condition des terres dans les Gaules dès les temps celtiques jusqu'à la rédaction des coutumes, s.l., 1786, tome 2, p. 480-544.

22 Bienmiller (Daniel), "La sorcellerie à Dole avant la conquête", Mémorial du Tricentenaire, Besançon, 1979, p. 189-204.

23 Vregille (Bernard de), "Curieuse procédure en 1640 des femmes de Sancey", Mémoires de la Société d'Emulation du Doubs, 1934, p. 100-114. Concerne en réalité les femmes de Belvoir.

Table des illustrations

Légende L'émigration comtoise pendant la guerre de Dix Ans– vue d'ensemble –
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3813/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Le châtau de La Roche (Saint-Hippolyte)croquis d'après l'Atlas des châteaux
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3813/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Le château de Nansc-dessus : Plan, par E. et G. Louis, S. Bonazzi (octobre 1984)Nans-lès-Cubry (Doubs) Le château du Fer-à-Cheval ou des Rochesplan par E. et G. Louis, S. Bonazzi (octobre 1984)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3813/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Le château de Nans : La façade appliquée à la falaise
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3813/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Le château de La Roche-Saint-Hippolyteélément de ruine
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3813/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende La Baume de Sancey-le-Longcliché G. Louis
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3813/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3813/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search