Version classiqueVersion mobile

La guerre de Dix Ans

 | 
Louis Gérard

Chapitre 3. Les fléaux de Dieu

Texte intégral

A peste, fame et bello libera nos Domine.
De la peste, la famine et la guerre, délivre-nous Seigneur.

1Jamais sans doute dans l'histoire de la Franche-Comté, une telle prière ne devait être prononcée avec autant de ferveur, d'humilité, sinon de désespoir qu'en ces sombres années de la guerre de Dix Ans.

2Car cette période ne fut pas seulement cette succession d'événements, de campagnes militaires et de hauts faits qui ont été relatés dans les pages précédentes ; elle représenta d'abord une véritable tragédie pour la population locale victime de la guerre, mais aussi et surtout des fléaux qui l'accompagnaient habituellement : les épidémies et la famine.

  • 1 Perron (Maurice), "Annales des épidémies en Franche-Comté : la peste", Mémoires de la Société d'Emu (...)
  • 2 Debard (Jean-Marc), "Subsistances et prix des grains à Montbéliard de 1571 à 1793 ; étude d'une mer (...)

3Ce domaine de recherches est resté longtemps inexploré. Sur la peste, il n'existe que la très discutable synthèse du docteur Perron1 et quelques articles plus ou moins bien documentés. Quant à la famine, il a fallu attendre la thèse d'histoire de Jean-Marc Debard sur Montbéliard2 pour connaître les principales phases et les mécanismes de la crise économique qui marqua profondément les années 1635-1643. On avait oublié que la guerre de Dix Ans s'était accompagnée de bouleversements économiques, démographiques et sociaux qui touchèrent toute la population et plus encore les ruraux, les humbles, les petites gens que l'histoire événementielle tirait trop rarement de l'ombre.

4Comment les Comtois ont-ils vécu cette tragique guerre de Dix Ans, c'est à cette question qu’il importe de répondre en étudiant les trois fléaux de Dieu suivant l'ordre chronologique de leur apparition.

La dernière épidémie de peste (1635-1640)

5La dernière mais non la moindre car l'épidémie de 1635-1640 se révéla particulièrement brutale et meurtrière ; tous les contemporains s'accordèrent sur ce point, bien qu'à cause de la guerre, ils eussent souvent placé la contagion de peste au second plan de leurs préoccupations.

6De 1628 à 1633, la Franche-Comté avait déjà subi une épidémie pesteuse qui, bien que généralisée, fit dans l'ensemble peu de victimes. Seules les grandes villes comme Besançon, Saint-Claude, Dole ou Salins, et certaines communautés rurales telles que Naisey, Provenchère et les Foncine eurent à déplorer un nombre important de décès. Les populations d'Arbois, Bletterans, Faucogney, Jussey, Orgelet, Omans et Nozeroy avaient été épargnées.

7Ainsi, après seulement un an de répit, la contagion revenait en force dans la province et cette fois, aucune ville, aucun village ne devait y échapper, si ce n'est quelques sites isolés du Haut-Jura comme Avignon et Saint-Lupicin. Le mal débuta au cours de l'été 1635 et disparut définitivement à l'automne de 1640 ; il fut particulièrement virulent de 1635 à 1637.

8Comme en 1628-1633, il s'agissait d'une forme de peste bubonique ; « Nous, chirurgiens, attestons que le douzième jour du mois de septembre mille six cent trente huit, avons visité le corps de Louis Bizet de Verne, sur lequel avons trouvé plusieurs ulcères causés par des charbons pestilents, avec tumeur à l'aine droite qui dénotent le dit Bizet être mort de peste ». Transmise par les rats et les puces, la peste se caractérisait par l'apparition sur le corps de taches rouges, de plaques gangréneuses noires (les charbons), enfin de ganglions volumineux (les bubons ou « bosses ») qui se formaient au cou, aux aisselles ou à l'aine et qui tendaient à la suppuration, le tout accompagné de fortes fièvres, céphalées, vomissements et douleurs.

9La peste noire était une maladie mortelle dans soixante-quinze pour cent des cas et les médecins de l'époque ne savaient pas comment la soigner : l'isolement des gens contaminés, la scarification des bubons, la distribution de potions et de remèdes aussi surprenants qu'inefficaces étaient alors les seuls traitements en vigueur.

La « vague » pestilentielle

10La peste qui ravagea l'Europe en même temps que la guerre de Trente Ans, était pour ainsi dire présente dans toutes les régions, se déclarant ici, s'apaisant là pour mieux reprendre ensuite, activée par le mouvement des troupes et la fuite des populations.

  • 3 Biraben (Jean-Noël), Les hommes et la peste en France et dans les pays méditerranéens, t. 1, La pes (...)

11Les observations du docteur Jean-Noël Biraben ont néanmoins permis de déterminer le foyer d'origine de la contagion de 16353 : le Tyrol et la Bavière, régions contaminées en 1634 par le passage de l'armée du Cardinal-Infant et les nombreux déplacements de troupes qui suivirent la bataille de Nordlingen. Ainsi, la peste sévissait à Innsbruck, Munich, Augsbourg, Ulm et Nuremberg en 1634, gagnant ensuite les pays rhénans et le Wurtemberg. L'année suivante, elle franchissait le Rhin pour se répandre en Lorraine, en Alsace et en Franche-Comté.

12Ce furent les continuelles allées et venues des troupes impériales et françaises entre la vallée du Rhin, la Lorraine et la Porte de Bourgogne qui amenèrent la peste dans la région. L'épidémie se déclara soudainement en juin 1635 dans les principautés de Porrentruy et de Montbéliard ainsi qu'au bailliage comtois d'Amont ; la maladie fut reconnue à Jonvelle et villages voisins (Corre, Ameuvelle, Bourbévelle, Ranzevelle...), mais surtout dans le ressort de Baume-les-Dames où, de juin à août 1635, toutes les terres frontalières furent infectées : L'Isle-sur-Doubs, Neuchâtel, Châtillon, Saint-Hippolyte, Matche, La Franche-Montagne... Déjà, la peste gagnait Belvoir, Clerval, Baume-les-Dames et Besançon.

13On accusait les marchands itinérants, les mendiants et réfugiés étrangers de contaminer les lieux qu'ils traversaient, comme à Mouthe par exemple où tomba malade un voyageur qui se rendait de Maîche à Saint-Claude. Mais le principal facteur de propagation fut sans aucun doute le retour des miliciens qui, depuis le mois de mai, gardaient les frontières orientales des incursions françaises et impériales. Dès juillet en effet, les premiers élus ayant achevé leur service regagnèrent les villages, amenant avec eux les germes de la contagion. Le cas fut flagrant à Morteau : « Messieurs les officiers, nous sommes avertis qu'au retour des soldats de Morteau employés à la garde des passages du Lomont, le mal de peste est paru en la personne de l'un des dits soldats du village de Derrière le Mont... ». Une semaine après le constat, huit maisons de ce hameau étaient barrées et la peste se répandait dans la terre de Morteau.

14En conséquence, la contagion redoubla d'intensité au cours de l'automne de 1635, à la fin de « l'éminent péril ». Tandis que le mal empirait dans les régions infectées, d'autres contrées étaient également touchées : au nord, les villes de Jussey, Faucogney, Luxeuil, Vesoul ; au centre, les terres de Montbozon, Roulans, le ressort d'Ornans et les environs de Marnay... L'épidémie gagnait vers l'ouest, menaçant la capitale : « Nous avons au dedans la contagion qui fait un terrible ménage au bailliage d'Amont, notait Jean Boyvin le 19 octobre ; Besançon n'est pas exempte et elle s'est approchée à Orchamps, à deux lieues de nous ». Le froid atténua la virulence de l'épidémie, néanmoins, quinze nouveaux cas apparurent encore en novembre et décembre, au bailliage d'Amont principalement.

15Ainsi en 1635, la peste avait fait une entrée en force au comté de Bourgogne puisqu'en l'espace de quelques mois, plus de cent quarante localités furent contaminées. A titre de comparaison, l'épidémie précédente avait touché seulement vingt-deux communautés en 1628, année de son apparition. En 1635, la contagion infecta surtout le bailliage d'Amont, les régions situées à l'est et au nord plus particulièrement, et connut une intensité maximum en octobre. Or, la brutalité avec laquelle elle était apparue ne présageait rien de bon pour l'avenir...

16Et de fait, si 1636 resta l'année du siège de Dole, elle fut aussi celle de la peste, une peste formidable qui, à l'image d'une vague, submergea la presque totalité de la province comtoise. « Il ne faut plus craindre la peste nulle part parce qu'elle est partout », résumait un conseiller au Parlement. Partout en effet, dans les villes comme dans les campagnes, au nord et au sud, la mort noire devait moissonner hommes, femmes, enfants, riches ou pauvres...

17Dès février 1636, l'épidémie reprit dans les villes et villages contaminés l'année précédente : Clerval, Jussey, Luxeuil, Saint-Hippolyte, Baume, L'Isle-sur-le-Doubs, Besançon... A la mi-mai, donc avant l'arrivée des troupes françaises, le mal entra dans la capitale comtoise et les Dolois en souffrirent pendant la durée du siège. Au cours de l'été, de juillet à septembre, la peste se déchaîna littéralement et toutes les villes de Franche-Comté, à l'exception de Saint-Claude et d'Orgelet, furent touchées : Omans, Arbois, Clairvaux, Pontarlier, Gray, Champlitte, Pesmes, Salins, Lons, Moirans, Saint-Amour, Bletterans, Nozeroy... Les campagnes n'avaient pas été épargnées : « La contagion qui a dépeuplé Dole, Poligny, Arbois et s'échauffe à Gray et Salins [...] déserte tous les villages », avouaient les contemporains.

18Non seulement la peste était partout, mais elle n'épargnait personne. On parlait de sa « fureur », de son déchaînement : « Elle est partout et autant dans les rues que dans les maisons », disaient les Dolois. A Poligny, ville « si furieusement » affligée du mal contagieux, il ne restait qu'une douzaine de maisons préservées au début d'octobre. La peste touchait toutes les rues, tous les logis, toutes les familles. A Véria, village du canton actuel de Saint-Amour, le curé Claude Rossel vit disparaître tous ses proches en l'espace de dix-huit jours : son père, son frère, sa belle-sœur et leur fillette de dix ans, son second frère et deux autres nièces, le serviteur... Il dut succomber à son tour, son écriture n'apparaissant plus sur les registres de la paroisse après le 26octobre. A Dole, Jean Boyvin connut le même enfer : « J'ai déjà été persécuté cinq fois et contraint de fuir de maison à autre et j'ai toujours laissé quelque pièce : ma belle-mère, deux filles, ma belle-sœur, ma nièce, à chaque fois une comme si j'étais condamné d'être brûlé à petit feu. » Virulente, généralisée et meurtrière fut en effet l'épidémie pesteuse de 1636 !

19Il ne restait qu'une région qui n'avait pas encore trop souffert, ou même qui avait été épargnée par l'onde mortelle de 1636 : le sud du bailliage d'Aval. Sans attendre le printemps de 1637, la peste reprit vigueur au ressort de Montmorot, se rallumant à Bletterans, Moirans, Saint-Amour, Lons, Clairvaux... Puis elle gagna les montagnes, parachevant son œuvre destructrice, touchant Arinthod, le Grandvaux, Orgelet et Saint-Claude (juin), Sellières, Baume-les-Messieurs, Saint-Laurent-la-Roche... Fin mai à Lons-le-Saunier, les deux tiers des habitants étaient atteints et le Magistrat de la ville se voyait contraint de délibérer dans la cour du château. Souvent, les troupes françaises qui envahirent à deux reprises le bailliage d'Aval en 1637, ne rencontraient aucune résistance à cause de la maladie qui décimait les garnisons comtoises ; ainsi, le château de Bornay fut emporté en juillet 1637, « la contagion l'ayant réduit au point d'être [un] vrai cimetière de pestiférés ».

20Cette fois, la vague pesteuse avait balayé toutes les régions de Franche-Comté. En somme, il lui avait fallu deux ans, de juin 1635 à juillet 1637, pour traverser entièrement la région du nord-est au sud-ouest.

21A partir de 1637, l'épidémie régressa nettement, mais n'en demeura pas moins présente dans tous les lieux habités, sous la forme endémique. C'est ainsi que chaque été, la contagion de peste se rallumait dans les principales villes et s'apaisait avec l'arrivée de l'hiver, à Salins, Besançon, Dole, Gray... Tantôt elle paraissait bénigne, tantôt elle tuait encore quelques centaines d'habitants, comme à Dole en 1637 ou à Salins en 1638.

22En revanche, au cours de l'année 1639 marquée par l'invasion weimarienne, la peste parut connaître un regain d'intensité, d'abord dans la Montagne jurassienne puis dans le reste de la province. Les contemporains devaient révéler qu'à nouveau, elle causa des pertes sévères parmi la population : « La peste ne fit pas moins de mal que Weimar, tuant partout où elle rencontrait des personnes », écrivait par exemple Jean Girardot de Nozeroy. En juin à Salins, plus de cent quarante maisons furent infectées en l'espace de dix jours ; à Besançon, du 23 juin au 30 septembre, on enterra quarante-sept cadavres au Saint-Esprit, l'un des cimetières réservés aux pestiférés. Un chirurgien bisontin déclara que non seulement il fut barré à diverses reprises à cause des visites qu'il fit aux malades de la ville, mais encore qu'il eut à déplorer la perte de deux servantes et celle de son second fils. Une plainte qui n'était pas sans rappeler celle formulée par Boyvin en 1636...

23L'épidémie de peste prit fin en 1640. Le 23 juillet, la Cour du parlement de Dole assurait « sur la foi publique qu'il a passé un an qu'il ne s'est découvert aucune maladie de peste par tout le dit comté de Bourgogne ». En réalité, la peste s'était encore déclarée dans deux villes, la cité de Besançon où les autorités durent barrer quelques maisons et faire enterrer quatre corps de mai à juillet, et Salins où les gardes des portes et les enterreurs continuèrent leur besogne jusqu'au mois de septembre. Mais la peste brûlait bien ses derniers feux et les cas signalés se révélèrent sans gravité.

24Et la contagion cessa totalement au cours de l'automne. Le 25 septembre, le clergé salinois décida d'une procession solennelle et d'une messe de grâce pour remercier la Providence d'avoir libéré la cité du fléau. Dans toutes les villes de Comté, on brûla les dernières loges, on amena de la terre fraîche sur les cimetières pour éviter que les loups vinssent déterrer les cadavres, on fit les comptes des dépenses occasionnées par l'épidémie, 7 783 francs 11 gros 7 deniers à Salins par exemple, et le cas échéant, on intenta procès à ceux qui n'avaient pas respecté les règlements de police et les directives des Magistrats.

25Malgré le retour de la peste bubonique en France, à Chalon en 1652, à Lyon en 1664, et en Suisse où une grave épidémie fit des ravages de 1666 à 1669, les Comtois ne déplorèrent par la suite que quelques cas isolés, sans conséquence aucune : Salins en 1651, Balanod en 1652, Lons-le-Saunier en 1666... La contagion de 1635-1640 avait donc bien été la dernière mais sans doute aussi l'une des plus dévastatrices que connut la Franche-Comté au cours de son histoire.

Une épidémie meurtrière

26Le nombre des victimes de la peste ne sera jamais connu avec exactitude, mais tous les témoins de l'époque s'accordent pour souligner les ravages considérables de la contagion de 1635-1640, des ravages sans commune mesure avec ceux de l'épidémie précédente : « En un rien, Salins, Gray, Besançon et toutes les villes en furent infectées, et même tous les villages, avec telle mortalité et dépeuplement partout que le nombre des morts est sans nombre, et dit-on que de cent personnes qui étaient autrefois dans les lieux, il n'en est pas à peine resté une, y ayant plusieurs villages entièrement déserts. » De même en 1637, « la contagion a été si furieuse et si universelle que plusieurs villes, bourgs et villages en sont entièrement désertés et plus de la moitié des hommes qui pouvaient porter [les] armes [ont été] emportés par ce mal impitoyable ».

27Ce fut entre juin 1635 et juillet 1637, soit pendant le passage de la vague pesteuse, que la maladie fit le maximum de victimes. Par la suite, on signala encore quelques sites durement éprouvés comme Mouthier-Haute-pierre en 1638, le château Sainte-Anne ou Salins en 1639, mais la gravité de l'épidémie n'était plus systématique et généralisée comme auparavant.

28Comment estimer le nombre de victimes de la peste entre 1635 et 1640 ? Outre les descriptions apocalyptiques comme celles citées plus haut, des observateurs de l'époque ont tenté d'avancer des chiffres, mais leurs appréciations passent souvent du simple au double. Jean Boyvin par exemple écrivit une première fois qu'entre les mois de mai et d'octobre 1636, soit au plus fort de la contagion, cent mille Comtois moururent de peste. Cinq mois plus tard, en février 1637, il doublait ce chiffre : « Je vous puis assurer avec vérité que plus de deux cent mille hommes du pays y sont morts [depuis] dix mois, j'entends y comprendre les femmes et les enfants », morts de peste puisqu'en février 1637, les fléaux de guerre et de famine n'avaient pas encore réellement dévasté la province. Enfin en août 1637 il déclarait : « Il est mort dans le comté de Bourgogne depuis le siège de Dole plus de quatre cent mille hommes et qu'il n'y [en] reste pas le quart de ce qui était auparavant. » L'exagération est manifeste et paraît d'autant plus surprenante que Boyvin connaissait à peu près le nombre d'habitants vivant en Franche-Comté à cette époque : « Vous savez que tout le pays n'en portait pas cinq cent mille », écrivait-il en février 1637. Assurément, elle traduisait le désarroi d'un homme qui fut le témoin d'une mortalité terrifiante dans le champ clos de sa ville de Dole, ne doutant pas un seul instant qu'il en serait autrement dans le reste de la province. D'ailleurs, comment ne pas lui donner raison en comparant les données locales communiquées par les mayeurs des villes et les échevins des villages...

  • A Montbéliard en 1635, disparition de 585 bourgeois, soit avec les soldats en garnison et les réfugiés, environ 2 000 personnes.

    • 4 Debard (Jean-Marc), "Subsistances et prix des grains...", p. 140-141.

    Héricourt de la principauté de Montbéliard, 590 morts sur 760 habitants dont 249 au cours des seuls mois de juillet et août 16354.

  • Arbois en 1636, 3 000 victimes pour une population de 4000 habitants.

    • 5 Longin (Emile), "Le manuscrit de Jacques Cordelier de Clairvaux", Mémoires de ta Société d'Emulatio (...)

    Clairvaux-les-Lacs, environ 350 morts en 1636 pour 700 habitants5, « un lieu où la peste a emporté plus de la moitié des habitants », confirme un document d'avril 1637.

  • Poligny en 1636, 3 000 victimes ; il en mourait 60 à 80 par jour au plus fort de la contagion.

  • Omans en 1636, disparition en six mois de 1 800 habitants sur les 2 000-2 500 que comptait la ville.

  • Dole ; en novembre 1636, Boyvin notait : « La ville de Dole a perdu plus de la moitié de ses habitants », et en janvier 1637 : « Notre pauvre ville à qui la peste a enlevé les trois quarts de ses habitants... » Dole regroupait environ 5000habitants, sans compter les réfugiés, les soldats et les retrahants.

  • Gray et Besançon, toujours selon Boyvin, auraient connu les mêmes tourments que la ville de Dole.

29Et la peste fit autant de ravages au sein des communautés villageoises :

  • Morey (Haute-Saône), 700 morts en 1636 sur les 900 habitants.

  • Mesnay-lès-Arbois (Jura), en 1636, en l'espace de sept mois, disparition des trois quarts de la population, soit approximativement 300 personnes.

  • Montigny-lès-Arsures (Jura), 250 victimes en 1636, les 2/3 des habitants.

    • 6 Bichet (Robert), Histoire de Rougemont, 1973, p. 135-136.

    Rougemont, Montferney et Chazelot (Doubs), respectivement 250, 63 et 50 décès de peste en 1637, soit plus de la moitié pour Rougemont et Montferney et les cinq sixièmes pour Chazelot6.

30Parmi les villages du ressort d'Ornans contaminés par le passage des troupes impériales en juin 1636, on peut citer Epeugney, Scey-en-Varais, Malbrans, Cademène et Rurey où la peste « a fini avec la mort des deux tiers des habitants des dits lieux »...

31Et de tels exemples sont nombreux. Même en tenant compte d'une exagération possible de la part des témoins, de la présence éventuelle de réfugiés qui peut modifier les données démographiques de quelques villes et bourgs, tous ces chiffres ne démentent nullement les suppositions a priori excessives du conseiller Boyvin et font même comprendre les extravagances qu'il formula en août 1637. De tels constats avaient en effet de quoi bouleverser les imaginations : en l'espace de quelques mois, voir la moitié ou les trois quarts des habitants barrés, conduits aux loges puis au cimetière et ce, dans la plupart des villes et villages du comté de Bourgogne.. ! Et encore faut-il ne pas oublier l'endémie qui continua de régner de 1637 à 1640, fauchant du monde ici et là, parfois avec encore un regain de vigueur comme en 1639... Assurément, le fléau de la peste avait donné la preuve de son caractère brutal et particulièrement meurtrier.

32Dans les rares registres mortuaires de Franche-Comté où sont précisées les causes réelles de mortalité (Molinges et Damparis, Jura), il a été établi que la peste fut responsable d'environ 35 % des décès, loin devant la guerre (13 %). Les registres baptistaires des grandes villes révèlent quant à eux des diminutions spectaculaires du nombre de baptèmes célébrés en 1636 ou 1637 : moins 33 % à Dole, moins 53 % à Montbenoît, moins 63 % à Nozeroy. Dans les villages en revanche, il arrivait que la contagion entraînât la fuite des populations et la désorganisation de la paroisse ; c'est ainsi que les prêtres cessèrent de tenir les registres de Rurey, Saint-Hippolyte, Beaumotte-les-Montbozon en 1635, Saône, Dambelin, Paroy, Bougey, Baulay, Vellexon, Gy, Saint-Amour... en 1636.

33Pour conclure, il importe de souligner que tous les documents, tous les témoignages de l'époque confirment le caractère meurtrier de la dernière épidémie de peste qui ravagea toute la Franche-Comté entre 1635 et 1640, les villes et les campagnes, les plaines et les montagnes, n'épargnant que quelques localités isolées du Haut-Jura. C'est donc sans conteste que la peste se classe en tête des fléaux de Dieu qui ont dévasté la province pendant la guerre de Dix Ans. Compte-tenu des connaissances démographiques actuelles, on peut estimer que l'épidémie fit disparaître au moins le quart si ce n'est le tiers de la population totale du comté de Bourgogne, soit entre 100 et 150 000 personnes, la majeure part entre juin 1635 et juillet 1637.

La peste et la guerre

34L'épidémie de 1635-1640 a ainsi démontré qu'elle n'avait rien de commun avec celle qui l'avait précédée, tant par sa brutalité que par le nombre de victimes. Une question vient d'emblée à l'esprit : pourquoi une telle différence entre deux épidémies, deux vagues contagieuses qui s'étaient succédées à quelques années d'intervalle ? Cela revient à envisager l'existence probable de facteurs déterminants qui ont fait de la seconde épidémie une catastrophe démographique.

35Déjà, il convient de s'interroger si la peste bubonique ne s'était pas accompagnée d'autres formes de contagion, virulentes et mortelles, du type par exemple de la peste pulmonaire, mal foudroyant et principal responsable de la terrible mortalité de 1348-1349. Visiblement, aucun constat de médecin, aucune description ne laisse envisager l'existence de ce type de maladie en 1635. Les symptômes étaient bien ceux de la peste bubonique, appelée parfois peste coulante à cause de la suppuration des bubons.

  • 7 Wetzel (L.), "Recueil mémorable d'Hugues Bois-de-Chesne", Mémoires de la Société d'Emulation de Mon (...)

36En revanche, il y a bien eu d'autres maux épidémiques qui se joignirent à la peste proprement dite : « Tout le long de ce mois de juin [1635], rapporte par exemple le chroniqueur montbéliardais Hugues Bois-de-Chesne, grande mortalité de peste par toute la ville, tant bourgeois que soldats et autres, tant morts de la peste que du chaux mal7. » Une variété de fièvre typhoïde ? Toujours est-il que le chaux mal en question envoya bon nombre de Montbéliardais au cimetière.

37Au comté de Bourgogne, des témoignages confirmèrent l'existence de maladies infectieuses, certaines mortelles comme le chaux mal, bien différenciées de la peste : un réfugié retiré à Bermont, raconta que dans l'abri construit au pied du château, « une maladie et espèce de contagion qu'ils appelaient la brune s'étant mise, il y mourut beaucoup de gens ». Dans la même région, au château de Châtillon-sous-Maîche cette fois, se déclara en mars 1638 « une fièvre si maligne que ceux qui en étaient atteints déliraient et étaient privés de jugement. Même, la sœur de Germain Vessaux étant atteinte de la dite maladie, se précipita en contrebas des rochers ». Jean Boyvin évoqua également l'apparition de fièvres du même type à Dole, en novembre 1637, « la mortalité d'ailleurs est si grande partout, non plus de peste mais de fièvres malignes », ainsi qu'en septembre et octobre 1638 : « Nous sommes toujours affligés en cette ville de grand nombre de fièvres longues et malignes qui emportent plusieurs personnes quoique la plupart en échappent avec des langueurs extrêmes. » 11 ajoutait un peu plus loin : « Les maladies sont grandes par ce pays et celles qui ne sont pas mortelles sont si longues qu'après deux mois, à peine se peut-on soutenir. » Visiblement, Dole n'était plus la seule ville touchée par ce qui pourrait être une forme de virus grippal.

38L'existence d'autres maladies contagieuses est ainsi démontrée ; seulement, si ces fièvres causèrent des ravages certains parmi les réfugiés, elles n'expliquent pas la rapidité et l'étendue de l'épidémie. Tout au plus constituent-elles un facteur aggravant. Pour que la peste contaminât au moins cent quarante-deux communautés en six mois et ravageât une province entière en l'espace d'une année, il avait fallu d'importants mouvements de population qu’aucune mesure de police ne pouvait freiner. Il avait fallu la guerre.

« Les guerres sont très souvent invoquées comme un des facteurs les plus importants, formulait le docteur Biraben ; elles sont accusées de produire la peste par la corruption que les cadavres d'hommes et de chevaux tués au cours des batailles répandent dans l'air, mais on les accuse aussi de disséminer la contagion par les déplacements de troupes et, par les contraintes qu'elles imposent, les ravages, les misères et la désorganisation qu'elles provoquent, d'empêcher les mesures d'isolement et de désinfection propres à la combattre. »

39Telle est effectivement la clé du problème. Le retour des miliciens évoqué un peu plus haut, mais aussi l'arrivée de réfugiés alsaciens et lorrains, l'incessant va-et-vient des troupes, qu'elles fussent comtoises, auxiliaires ou ennemies, la fuite des populations, tous ces déplacements contribuèrent à répandre la maladie beaucoup plus rapidement qu'en temps ordinaire.

40Dès les premiers mois de 1635 en effet, la guerre de Trente Ans amena en Franche-Comté une foule d'étrangers, des Alsaciens et des Lorrains pour la plupart, qui fuyaient les troubles. Beaucoup demeurèrent dans les régions frontalières, attendant une éventuelle accalmie pour s'en retourner, mais d'autres se risquaient plus loin, les mendiants et les pauvres qui parcouraient les campagnes, à la recherche de nourriture.

41Mais les principaux agents propagateurs de la peste étaient les armées elles-mêmes ; parcourant l'Europe entière depuis 1620, elles répandaient le mal partout, sans rencontrer d'obstacle... Ainsi, le Tyrol fut contaminé en 1634 par l'armée du Cardinal-Infant : en 1635, les régions de la rive gauche du Rhin, sans cesse parcourues par les troupes impériales et lorraines de Charles IV, connurent la même infortune. Que l'on mette en parallèle les progrès de la contagion et les principaux événements de la guerre de Dix Ans :

  • A l'été de 1635, la peste apparut au Pays de Montbéliard, en Ajoie et en Franche-Comté où quelques semaines auparavant, les Impériaux faisaient de constantes incursions, poursuivant les Français vers la Lorraine ou fuyant au contraire devant eux.

  • 1636, l'année de la grande contagion fut marquée par le siège de Dole et l'invasion des Français à l'ouest de la province, mais aussi et surtout, par les nombreux déplacements des Impériaux et des Lorrains envoyés au secours des Comtois. Le meilleur exemple reste celui des deux régiments impériaux de Becq et Grana qui, depuis Delémont où ils étaient en quartiers, traversèrent sans trop se presser le bailliage du Milieu afin de rejoindre le maréchal de Conflans sur la Loue. A eux seuls, ils contaminèrent Bonnétage, Montbéliardot, Le Russey, Noël-Cerneux, Le Bizot, Orchamps et Guyans-Vennes, Grandfontaine-Fournet, Fuans, Laval, Mont-de-Laval, Plaimbois-du-Miroir, Passonfontaine, Trépot, Tarcenay, Mérey, Montrond, Villers-sous-Montrond, Granges-Vienney, Epeugney, Malbrans, Cademène, Rurey, Bouclans et sans doute bien d'autres encore... Certes, la peste avait déjà touché certaines de ces communautés en 1635, mais les officiers des bailliages mirent bien l'accent sur la virulence de la contagion de l'été 1636, soulignant le fait qu'elle éclatait après le passage et séjour des soldats impériaux. Les mouvements de troupes continuèrent après la délivrance de la capitale et ce fut le régiment du baron de Clinchamp, chargé de conquérir Cuiseaux en août 1636, qui répandit la peste dans les ressorts de Montmorot et d'Orgelet.

  • En 1637, la peste ravagea le sud du bailliage d'Aval, là où, précisément, le marquis de Conflans concentrait son armée pour envahir la Bresse et où Longueville lança ses deux offensives d'avril et de juin.

  • En 1638, la contagion régressa un peu partout en Comté, sauf dans les villes de Salins et de Dole, à proximité desquelles passèrent les troupes françaises de Longueville et les Lorrains de Charles IV. Le mal reprit également dans la Franche-Montagne et le Lomont en novembre et décembre, sitôt le retour d'Alsace de ces mêmes Lorrains.

  • En 1639 enfin, l'invasion weimarienne donna un regain d'intensité à la peste, en particulier dans les montagnes, à la fin du printemps et au début de l'été. Et la contagion cessa en 1640, après que toutes les grandes armées eurent quitté la Franche-Comté...

42La relation entre la présence de troupes et la peste paraissait donc évidente, même dans le cadre restreint de la guerre de Dix Ans. Pour certains auteurs, ce lien existerait en Europe depuis 1348 et il est exact que les épidémies les plus graves survenues en Franche-Comté au xvie siècle (1562-69, 1573, 1575-77, 1586-88...) correspondaient la plupart du temps à des passages et logements de soldats en provenance d'Italie ou d'Europe centrale.

43En plus de l'entrée des réfugiés et des soldats étrangers, la guerre entraînait aussi d'importants brassages de population. Tous ceux qui fuyaient les troubles venaient s'entasser dans le château ou la ville la plus proche, ou encore gagnaient les contrées épargnées. En outre, ce fut par le service des armes que les Comtois se mélangèrent de la façon la plus spectaculaire, multipliant les risques de contagion dès 1635 : les milices qui gardaient les frontières étaient en effet constituées de villageois provenant de toutes les communautés du pays et après six semaines de service, ceux-ci retournèrent dans leur village sans même qu'il leur fût demandé de faire quarantaine.

44Le phénomène se reproduisit en août 1636 avec le licenciement de l’armée comtoise survenu après la levée du siège de Dole. Cette armée composée de miliciens et de la noblesse du pays avait en l'espace de deux mois traversé des régions empestées, côtoyé les contingents auxiliaires venus en renfort, accompagné les troupes de secours devant Dole, regagnant enfin ses foyers avec les grosses chaleurs de l'été... Toutes les conditions étaient réunies pour que l'épidémie se généralisât le plus rapidement.

45Enfin, la guerre reléguait aux oubliettes tous les règlements de police et empêchait la mise en place des mesures sanitaires habituelles. Sans doute, ces mesures n'avaient guère d'efficacité mais elles assuraient néanmoins l'isolement des malades, l'installation de cordons sanitaires embryonnaires, donc contribuaient à limiter les dégâts. Or, comment isoler des villageois pestiférés quand la soldatesque battait la campagne, chassait les habitants et pillait même les loges ? Comment contrôler l'origine et la santé de tous ceux qui se précipitaient à l'abri des murailles urbaines et comment soigner les malades sans médicaments, sans vivres et sans personnel spécialisé ?

46A Dole pendant le siège de 1636, tout se déroula à peu près normalement tant que le nombre de pestiférés resta limité ; on barrait les maisons, on enterrait les corps au cimetière de l'Hôpital..., mais dès que l'épidémie « s'échauffa », les difficultés devinrent insurmontables : il était impossible d'isoler les quartiers à cause des problèmes de défense, les morts encombraient les cimetières trop étroits et il n'y avait aucune aide à attendre de l'extérieur. Il fallut que le Magistrat reléguât une partie des malades dans les fossés de la ville, à proximité des portes : « C'était chose pleine d'horreur, relatait Jean Girardot, de voir hors la porte de la dite ville où nous étions les loges des pestiférés en si grand nombre qu'elles tenaient place d'un grand faubourg avec un air tellement infect que le sieur de La Verne, commandant en la dite ville, nous vint avertir de n'en pas approcher et nous dit que les autres portes avaient mêmes faubourgs ». La levée du siège redonna aux Dolois les moyens de lutter contre le mal, mais il était déjà trop tard... Dans les campagnes, les gens atteints par la maladie étaient également abandonnés à leur sort, faute de capacités et de personnel, et l'insécurité rendait difficile l'ensevelissement des morts ; en 1637, le Parlement publia même un édit imposant aux communautés d'enterrer les cadavres se trouvant sur leur territoire.

47En somme, la guerre empêchait ou différait la mise en pratique des mesures de lutte contre l'épidémie, des mesures qui, en règle générale, n'avaient qu'une efficacité préventive.

48Pour terminer, on se doit encore d'évoquer les rapports entre la peste et le fléau de la famine. Des auteurs ont en effet écrit que la famine pouvait favoriser le développement des épidémies pesteuses par l’affaiblissement des défenses de l'organisme. Il est sans doute vrai que les privations et la faim rendaient les organismes plus réceptifs aux maladies infectieuses, mais le docteur Biraben a bien démontré que la famine était plus souvent une conséquence des épidémies de peste qu'un facteur déterminant de leur développement. En Franche-Comté, la contagion de peste avait bien précédé l'apparition de la famine, en 1628-1633 comme en 1635-1640 : en empêchant le déroulement normal des moissons, en freinant le commerce, elle causait la pénurie des denrées, la hausse des prix et. à terme, la famine.

49Les crises de subsistances pouvaient effectivement aggraver les risques de contagion, mais par contrecoup, en lançant sur les chemins quantité de gens en quête de denrées. De même, l'absence de soins et de nourriture favorisait le mélange entre les malades et les autres habitants des villes, comme ce fut le cas à Dole en 1636 : « tous les pestiférés qui peuvent marcher n'étant pas pourvus de leurs nécessités [...], vont chercher où ils peuvent, tellement qu'on trouve plus d'empestés aux rues que de sains ». Il faut dire aussi qu'en ces périodes de troubles et de pénurie, les grabataires n'avaient rien à attendre d'autre que la mort : « Toutes les fois que je sors, écrivait Pierre Fourier réfugié à Gray, je rencontre quantité de pauvres malades languissant de faim, couchés les uns sur le pavé presque nus, les autres sur un peu de paille, et souvent des morts qui ont expiré la nuit sans assistance de personne et sans consolation. »

50Ainsi, l'épidémie pesteuse de 1635-1640 se révéla désastreuse à cause de la guerre. Dès 1635, les germes de la maladie se répandirent dans la province entière, véhiculés par les troupes, les réfugiés, les fuyards et les soldats comtois. Jamais n'avaient été réunies autant de conditions propices au développement de la contagion : mouvements incessants, multiplication des contacts, impossibilité d'appliquer les mesures sanitaires de prévention. Jamais aussi on n'avait eu à souffrir d'une épidémie aussi meurtrière en Franche-Comté.

51La peste fut de tout temps un redoutable fléau ; associée à la guerre, elle pouvait devenir une effroyable catastrophe.

La lutte contre l'épidémie

52S'appuyant sur une médecine embryonnaire, sur des croyances empiriques, parfois aussi sur des constatations fondées, les hommes essayèrent de combattre ces épidémies de peste qui, depuis le milieu de xive siècle, faisaient partie intégrante de leur existence.

  • 8 Besard (Raymond), Discours de la peste, Dole, 1630. Sordes (Pierre), Traicté de la peste, Lyon, 162 (...)

53Si les causes, les modes de transmission et les traitements de la peste sont aujourd'hui connus grâce aux travaux de Pasteur, Yersin et Simond, les savants et les médecins du xviie siècle, tels Raymond Bésard et Pierre Sordes8, en ignoraient les mécanismes. Pour eux, il existait trois causes de contagion pestilentielle et toute une série de facteurs aggravants.

Les origines de la contagion

54La première cause, la plus importante aux yeux de tous, était le châtiment divin : Dieu courroucé punissait les hommes pécheurs par l'envoi de ses trois flèches, les fléaux de la guerre, de la peste et de la famine. Le fait que la peste fît plus de victimes dans les grandes villes qu'ailleurs n'étonnait pas les contemporains : « Ce n'est pas qu'il y ait eu plus de crimes à punir à Salins qu'en aucune autre ville du pays, expliquait un Salinois en 1631, mais c'est que Dieu, pour faire éclater davantage Sa justice, châtie ordinairement les villes capitales et darde Sa foudre contre les tours les plus élevées afin que le reste tremble et que l'on sache qu'il punit sans avoir égard à la pompe des grandeurs de la terre. » Prier et demander pardon, il n'y avait rien d'autre à faire pour apaiser l'ire du Tout-Puissant.

55La seconde cause de la peste était ce que les contemporains appelaient le « mauvais air », les « vapeurs malignes ou pestilentes » ; l'air chaud et humide se putréfiait au moyen « des charognes pourries, d'un cloaque, d'un canal ou ruisseau, lieux souterrains par lesquels passent les égouts, vidanges des excréments ou immondices des grandes villes ». Les boucheries et tanneries étaient aussi accusées de corrompre l'air et se voyaient souvent reléguées hors des cités en cas de danger. Curieusement, si l'eau et l'humidité étaient censées vicier l'air, personne ne soupçonnait qu'il pût y avoir contamination directe par l'eau ; aussi, on interdisait nullement aux pestiférés de laver leur linge dans les mêmes fontaines et ruisseaux que les gens sains, du moment qu’ils le fissent aux heures assignées et en dehors de toute fréquentation. Pareillement, il était interdit de brûler les immondices des maisons contaminées car la fumée propageait la maladie ; en revanche, on pouvait les jeter à la rivière.

56Enfin, la troisième cause de l'épidémie était la contagion, la transmission du mal par ceux qui s'en trouvaient atteints. La peste passait, soit par contact direct, soit plus généralement par l'air inspiré, « par le moyen des vapeurs malignes et haleines puantes qui sont expirées de corps infects », mais encore par tout ce qui environnait, provenait, touchait les malades, les objets comme le linge. En outre, le risque de contagion persistait dans le temps : « L'expérience journalière fait connaître que les lieux qui ont été une fois infectés de peste sont pour un long temps suspects et grandement à craindre à cause que les linges et habits étant susceptibles de ce mal, il s'y peut entretenir et couver tant de temps qu'ils sont resserrés et gardés », observation pertinente quand on sait aujourd'hui le rôle joué par les puces dans la transmission du mal ! En conséquence, on pensait que la peste pouvait resurgir à tout moment, même plusieurs années après la fin d'une épidémie : à Montbéliard, il fut interdit jusqu'en 1774 de labourer le champ qui avait servi de cimetière aux pestiférés par craindre de réactiver la contagion.

57Colère divine, putréfaction de l'air et contagion étaient ainsi les premières causes d'épidémie, mais d'autres facteurs entraient également en ligne de compte. Certaines dispositions de planètes, par exemple, favorisaient le développement de la peste, de même que l'apparition d'un corps céleste, d'une comète, ou les phases de la lune, encore que là, on ne paraissait guère fixé : certains redoutaient la nouvelle lune, d'autres la pleine lune, d'autres enfin le premier quartier.

58Sur terre, le climat, la géographie (les « mauvais lieux », humides en particulier), les mouvements géologiques avaient leur importance : ainsi, c'étaient souvent les tremblements de terre qui libéraient des profondeurs l'air infect. Les savants avaient aussi remarqué l'incidence de la saison chaude et de l'humidité sur les épidémies de peste, lesquelles naissaient ou reprenaient en été, souvent à l'occasion d'un orage, diminuaient et cessaient avec les grands froids hivernaux. En conséquence, on craignait les pluies, le brouillard, les vents méridionaux... Pour le docteur Bésard, la famine était également source d'épidémie par l'usage de mauvais aliments.

59Enfin, les actions et le comportement des hommes déclenchaient souvent les épidémies : les guerres qu'ils fomentaient laissaient une multitude de cadavres sans sépulture qui, en se décomposant, répandaient l'infection dans l'air. De même, le châtiment divin était souvent la conséquence des débordements moraux de quelques mauvais chrétiens, les intempérants, les fornicateurs et autres pécheurs... En outre, les médecins déconseillaient les exercices violents, la colère, la peur ou la mélancolie susceptibles de favoriser l'ouverture des « pores de la chair » et le passage de l'infection, comme le fait de porter certains habits « spongieux », drap, serge et velours, plus propres à recevoir le mauvais air.

60Relevant des travaux des « maîtres-médecins » et des savants, de leur expérience acquise par l'observation des grandes épidémies, les connaissances des hommes du XVIIe en matière de contagion demeuraient donc pratiquement inchangées depuis le Moyen-Age. Il en fut de même de tous les remèdes, de toutes les mesures utilisées contre la peste.

Protection divine et culte des saints

61Que la peste fût d'abord une manifestation de la colère divine, nul n'en doutait. Aussi, il convenait avant toute chose d'essayer d'apaiser cette colère par la prière, la pénitence et le repentir. Tous les membres du clergé et les paroissiens étaient conviés aux dévotions quotidiennes et chaque épidémie s'accompagnait de messes solennelles, vœux, fondations, offrandes, processions, tandis qu'on vouait un culte tout particulier à la Vierge, aux saints antipesteux, et aux saints protecteurs des cités des paroisses, « les intercesseurs les plus qualifiés » (Jean Delumeau) pour apaiser le courroux du Tout-Puissant.

62Favorisé par la Contre-Réforme, le culte marial connut une grande ferveur dans les premières décennies du xviie siècle. Célèbre pour ses prodiges, Notre-Dame de Montaigu au Brabant devint bien vite la Vierge tutélaire de la Franche-Comté ; sous forme de statuette ou d'image, elle figurait aux capucins de Gray, à Jussey, Omans, Favemey, Mièges, Arbois, dans trois couvents de Besançon... Le sanctuaire le plus en vogue fut celui de Gray où l'image de la Vierge multipliait les miracles ; aussi, pendant la peste de 1628-1633, toutes les grandes villes célébrèrent des messes et firent vœu de pélerinage en sa faveur. En 1635 en revanche, Notre-Dame des Ondes, ou des Jacobins de Besançon, représentée sur une petite toile ayant miraculeusement échappé à un naufrage, fut préférée à Notre-Dame de Gray. C'est ainsi que le 31 août 1636, le Magistrat de Dole lui fit dire deux messes et en 1638, le duc de Lorraine offrit à l'autel des Jacobins un cœur d'or d'une valeur de trente pistoles. Enfin en 1639, le culte de Notre-Dame des Ondes fut à son tour supplanté par celui de Notre-Dame Libératrice de Salins.

Notre Dame libératrice
Archives départ, du Doubs 1 Fi 928

63Parmi les saints antipesteux, saint Roch, saint Sébastien et sainte Anne figuraient aux premières places. Mendiant de la région de Montpellier, saint Roch aurait guéri de la peste au xive siècle. Reconnu comme le saint patron des pestiférés, son culte se répandit dans toute l'Europe. On le représente ordinairement tenant son bâton de pélerin et dévoilant le charbon pesteux de son genou. Dans la Comté des Habsbourg, la réputation de saint Roch n'était plus à faire ; on lui consacrait les chapelles, les oratoires destinés aux malades ; on appelait même les cimetières de pestiférés, les « enclos saint Roch ». Aussi, rares étaient les villes, les églises qui ne lui avaient pas réservé un autel, qui ne possédaient pas une toile ou une statue le représentant. Des confréries furent fondées, à Luxeuil en particulier, et l'église de Mailley en Haute-Saône abrite encore un superbe reliquaire de 1578 qui servit à conjurer le mal durant l'épidémie de 1628-1633.

64Plus anciennement évoqués, saint Sébastien et sainte Anne conservaient néanmoins les faveurs des Comtois qui souhaitaient se préserver ou se délivrer de la peste. Leur culte était souvent associé à celui de saint Roch et beaucoup de chapelles de pestiférés se vouaient à saint Roch et à saint Sébastien (Boucherans, Mièges, Dommartin...), voire aux trois saints en même temps (Ranchot, Poligny, Etuz, Omans...). En 1636, d'autres saints intercesseurs firent leur apparition, au détriment peut-être de sainte Anne : saint Charles-Borromée, cardinal de Milan, célèbre pour son dévouement en faveur des pestiférés de la ville au xvie siècle ; saint Nicolas Tolentin, ermite augustinien et patron de l'église de Brou à Bourg-en-Bresse, surtout vénéré par les villes du sud de la Comté comme Saint-Amour, Lons ou Salins ; enfin, saint François de Paule, le fondateur des minimes, invoqué à Dole et à Arbois en 1636.

65La Vierge Marie, les saints antipesteux, il restait encore les patrons et protecteurs de la paroisse que l'on priait pour se garder de tous les aléas de l'existence. Contre la peste, on fit bien entendu appel à eux : Besançon honora saint Ferréol et saint Ferjeux, Saint-Claude celui qui donna son nom à la ville, Omans saint Laurent, Baume-les-Dames saint Germain... Parfois, on attribuait même des vertus particulières aux patrons d'hommes importants : en 1637, Lons-le-Saunier adressa ses prières à saint Désiré et saint François qui étaient les protecteurs du mayeur de la ville.

  • 9 Ohl des Marais (A.),''Le chiffre 4, talisman contre la peste", Revue d'Alsace, 1934, p. 117-121.

66Enfin, contre les flèches du Tout-Puissant, certains implorèrent le Christ : en Franche-Comté, à Scey-en-Varais, Saint-Claude, Quingey, Belvoir..., des petits oratoires du Dieu-de-Pitié destinés aux pestiférés en témoignent encore. Il faut également rappeler le souvenir du culte voué par les Bisontins à leur saint suaire : découvert au début du xvie siècle dans la cathédrale Saint-Etienne aujourd'hui disparue, ce linceul du Christ, qui faisait en somme concurrence à celui de Turin, était montré aux pélerins le jour de Pâques et le dimanche suivant l'Ascension. Utilisé avec succès contre la peste de 1544, il fit ensuite l'objet d'une vénération constante : jusqu'en 1644, on fit célébrer des messes à son autel et durant les épidémies, on affichait aux portes des villes des images le représentant ou des morceaux d'étoffe ayant été à son contact. En 1629 de la même façon, des Bisontins clouèrent sur leur porte le Tau qui symbolisait la Justice dans l'Ancien Testament, un talisman qui avait en somme les mêmes vertus préventives que le chiffre 49.

67La foi et le culte des saints furent donc les premières mesures de lutte contre les épidémies de peste, des mesures spirituelles en quelque sorte, bien faites pour solliciter la clémence divine. Seulement, elles ne sauraient être utiles sans l'intervention directe des hommes contre la maladie, cet ennemi invisible que rien, pas même les plus ardentes prières, ne semblait vouloir arrêter.

Les mesures de police

68Apaiser la colère de Dieu n'était en effet qu'une étape dans la lutte contre l'épidémie : il fallait encore combattre la maladie, prévenir ses attaques et tenter de la vaincre si, par malheur, elle réussissait à franchir les barrières qu'on lui avait posées. 11 existait ainsi toute une série de moyens, certains empiriques, d'autres plus efficaces, qui permettaient aux hommes du xviie de se défendre et l'étude qui suit se propose d'en énumérer les principaux, laissant de côté tous les remèdes de la pharmacopée et les traitements médicaux, pratiquement tous inopérants puisque le principe de la contagion restait alors inconnu, et dont l'analyse relève de la pure érudition.

69Les mesures préventives, celles que l'on déployait dès que courait la rumeur de contagion, étaient limitées : il y avait l'information, celle que transmettaient les itinérants, celle que sollicitait le parlement de Dole auprès des cours et juridictions des provinces voisines. Seulement, pour éviter la mise au ban avec toutes les conséquences sur le commerce, la vérité était souvent cachée, déformée : « Nous avons depuis le commencement cru et eu ferme opinion que la femme du sieur bailli d'Yverdon était morte de peste, écrivaient ainsi les échevins de Pontarlier en 1628, et que le dit sieur bailli l'a caché tant que possible. » Quand le doute n'était plus permis, les autorités comtoises décrétaient alors la mise au ban de la ville ou de la région empestée avec interdiction aux habitants de s'y rendre et d’y commercer, le tout pour une durée de trois mois éventuellement reconductible.

70Il fallait éviter aussi l'entrée en Franche-Comté des gens suspects, d'une part en faisant bonne garde, d'autre part en supprimant tout ce qui était susceptible de les attirer comme les foires, les marchés ou la montre pascale du saint-suaire... Les gardes s'effectuaient aux portes des villes et aux entrées des villages et tout étranger sollicitant l'accès devait présenter une attestation de non-contagion établie par les autorités de son lieu d'origine. Le problème était qu'il circulait autant de fausses attestations que de vraies et que les gardes, souvent illettrés, n'assuraient pas une surveillance particulièrement efficace. De même, on avait beau « décrier » les foires et les manifestations populaires, comment empêcher l'entrée des pélerins, mendiants et chemineaux de toute sorte ?

71Enfin, il y avait les mesures d'hygiène, celles que l'on jugerait les plus utiles aujourd'hui, les autorités imposant aux habitants de débarrasser les rues et les places de toutes les immondices s'y trouvant, d'enlever les fumiers et autres « mattrats » qui garnissaient l'entrée des demeures, de procéder au nettoyage des lits des rivières et des fontaines. Quand la contagion menaçait, les citadins devaient aussi rentrer leurs bestiaux à l'étable ou les faire sortir de la ville ; quant aux animaux errants, chiens et chats, ils étaient impitoyablement mis à mort.

72Dès que la contagion de peste était reconnue sur le territoire comtois, le parlement de Dole prenait aussitôt d'autres mesures et règlements pour endiguer la maladie et faire en sorte qu'elle se propageât le moins possible. Les mesures précédentes étaient reconduites et renforcées : tout Comtois atteint de peste devait immédiatement en faire la déclaration à son échevin, mayeur ou officier, à peine pour le contrevenant d'être banni de la province. A Besançon en 1630, le malade n'ayant pas signalé son infortune dans un délai de six heures risquait la peine de mort. Les autorités des villes empestées étaient tenues d'avertir le Parlement, lequel centralisait les informations, mais aussi les autres cités de la Comté et même celles des provinces voisines. Dans les campagnes, c'étaient les officiers des bailliages qui, par l'intermédiaire des échevins, suivaient l'évolution de la maladie dans les villages et en référaient au Parlement.

73Le commerce avec les régions touchées s'arrêtait. Non seulement les foires mais tous les rassemblements de population étaient prohibés : on fermait les écoles, les étuves, les tavernes..., on interdisait la prostitution, les jeux publics, les danses, on limitait le nombre de personnes dans les réunions privées et les noces ; enfin, les cours et juridictions cessaient leurs activités à l'exception du parlement de Dole qui s'exilait quand la peste envahissait la capitale : ainsi, entre 1628 et 1633, il dut changer deux fois de refuge, quittant Pesmes pour aboutir à La Loye ; en revanche en 1636, le siège l'empêcha de fuir la ville.

74Ensuite, les malades devaient être impérativement écartés des autres personnes et isolés dans des lieux appropriés ; on les installait dans des loges construites à l'extérieur des villes et des villages, ou on les barrait, c'est-à-dire qu'on les enfermait dans leur propre logis avec interdiction formelle d'en sortir. Dans les grandes villes, les rares hôpitaux pouvaient aussi recevoir des pestiférés, généralement des pauvres soignés et nourris aux frais de la communauté.

  • 10 Ce nom désignait particulièrement, à Besançon, et n'est plus connu aujourd'hui que dans ce sens, de (...)

75Appelées parfois « cahuttes » ou « cabordes »10, les loges servaient de gîtes de quarantaine à tous ceux qui étaient malades ou suspectés de l'être. Autour des villes, il existait souvent deux types de loges, celles des malades et celles dites de santé réservées aux convalescents et aux suspects. Elles étaient installées à distance respectable les habitations et à cinq cents pas au moins des chemins. Les loges édifiées par un menuisier graylois en 1630 mesuraient environ 5,75 m par 4,50 ; elles étaient entièrement en bois et on les incendiait à la fin de chaque épidémie.

76Ceux assujettis à la barre étaient cloîtrés chez eux, leurs portes fermées par les soins des officiers de santé. Les maisons barrées devaient être signalées au moyen de croix peinte sur la porte ou, comme à Montbéliard, par un drapeau blanc. Personne n'avait le droit d'approcher de ces maisons à l'exception du personnel de santé qui pourvoyait les occupants en nourriture, soins et autres besoins.

77Ainsi claquemurés, les pestiférés ne faisaient plus guère partie du monde des vivants. La plupart finissaient leurs jours dans la souffrance ; ceux qui en réchappaient ou qui n'avaient pas été contaminés espéraient la liberté après l'achèvement de la quarantaine. En 1636, la quarantaine des pestiférés bisontins avait été fixée ainsi : quarante jours aux malades, vingt-et-un jours à ceux qui les avaient touchés, neuf jours aux membres de la famille vivant sous le même toit, vingt-et-un jours au personnel soignant, mais six seulement aux médecins et chirurgiens ; enfin, tout changement de loge équivalait à neuf jours supplémentaires. Mais bien souvent, la quarantaine s'éternisait : la promiscuité des loges ou les rechutes augmentaient la durée de l'isolement ; on a ainsi l'exemple d'une malade d'Azans-lès-Dole qui, en 1630, resta cent vingt-deux jours aux loges.

78Et plus la quarantaine durait et plus les frais augmentaient ! Car s'il y avait obligation à la communauté d'entretenir ses pestiférés barrés ou cloîtrés aux loges, de les pourvoir de vivres et provisions suffisantes, tout était à la charge des malades, même le prix du bois utilisé à la construction de leur loge. Seuls les pauvres se voyaient dispensés de payer et la communauté réglait les frais de peste à leur place.

79Ceux que le mal avait terrassés devaient être conduits sans délai aux cimetières des pestiférés où on les enterrait de nuit, parfois avec leurs habits, draps et autres linges. Dans les villes, seuls les cimetières des hôpitaux recevaient les corps des pestiférés ; à Besançon par exemple, moyennant trente francs d'aumône, on pouvait ensevelir des cadavres au Saint-Esprit jusqu'en 1639. Mais en règle générale, les cimetières de pestiférés, baptisés souvent cimetières des bossus ou des infects, ou encore enclos saint Roch, se situaient hors des murs, à distance suffisante des passages, à proximité des loges. Ils étaient utilisés lors de chaque épidémie et il y a de fortes probabilités pour que leur emplacement soit resté le même du xive au xviie siècle. On connaît encore certains de ces cimetières à l'heure actuelle, isolés dans la campagne ou la forêt, parfois entourés de murs et précédés d'oratoire ou de chapelle dédiée à saint Roch ou saint Sébastien.

80La dernière mesure de lutte contre l'épidémie, la plus redoutée par les habitants des villes et des villages, était celle du blocus. Quand le Parlement jugeait en effet qu'un site était très atteint par la contagion et qu'il constituait une menace pour le voisinage, il ordonnait purement et simplement une barre générale avec installation de postes de garde et isolement complet des habitants. La garde s'effectuait sur les chemins, à distance respectable du lieu barré mais suffisamment près aussi pour contrôler ce qui s'y passait. On établissait des loges de garde, véritables postes-frontières occupés par les villageois du voisinage, lesquels se relayaient pour assurer la surveillance ; c'étaient également eux qui fournissaient la nourriture aux victimes du blocus et désignaient le personnel de soin.

81Barrer un village, un bourg ou même une seigneurie entière ne constituait pas une difficulté insurmontable ; en revanche, quand le blocus portait sur une grande ville, l'affaire était d'une tout autre envergure : il fallait garder, assister et ravitailler non plus seulement quelques familles, mais plusieurs milliers de personnes qui n'acceptaient pas toujours une telle mesure si préjudiciable aux activités économiques et au commerce. Et pourtant, en 1629, les villes de Besançon, Gray, Salins, Dole, Pontarlier furent barrées sur décision de la Cour, certaines pendant plus de trois mois... En juillet 1629 par exemple, le parlement de Dole ordonna le blocus de Besançon et fit répartir une cinquantaine de soldats dans les localités autour de la ville ; le 12 août, deux cents Bisontins excédés sortirent en armes de la cité et tentèrent de forcer le cordon de surveillance. En septembre, les charretiers venus aux vendanges regagnaient leur village sans même faire quarantaine et les gouverneurs de la cité impériale, multipliant protestations et accusations contre les parlementaires, obtinrent finalement l'arbitrage de l'infante Isabelle en leur faveur. Le blocus fut donc levé.

82Dans l'ensemble, les mesures de lutte contre l'épidémie, contraignantes et coûteuses, étaient mal accueillies par les populations. Une famille aux loges et c'était une récolte perdue, une échoppe fermée, des soins à rembourser... ; une ville barrée, la cessation des activités économiques et la disette pour les plus démunis ; pour tous enfin, la suspicion, la peur, l'abandon. Pas plus que ceux des alentours, les villages empestés n'avaient intérêt à ce que l'on leur imposât une barre : aux uns l'isolement, aux autres la contrainte d'assurer une garde, de fournir des vivres... Aussi, particuliers, échevins, magistrats s'efforcèrent souvent de dissimuler la vérité, de retarder le plus possible la mise en place des mesures de police : quand en 1629, le Parlement apprit que la peste sévissait aux Foncine, plus de deux cents personnes avaient déjà été emportées. A aucun moment, on ne trouve mention de la peste dans les registres des délibérations municipales de Baume-les-Dames et pourtant, la ville fut touchée à trois reprises, en 1629, 1631 et 1633, et lorsque ceux des villages voisins révélaient la vérité, le Magistrat baumois les accusait de répandre le mensonge et la calomnie.

83Pour éviter d'être barrés, beaucoup cachaient les corps des malades ou les enterraient précipitamment, sans attendre la visite des chirurgiens et autres officiers de santé : « En plusieurs villages et communautés de ce pays, reconnaissaient les parlementaires en 1629, les habitants pour couvrir et cacher le mal qui était en leurs maisons, faisaient enterrer soudainement et quelquefois nuitamment les décédés. » D'autres employaient des moyens plus radicaux : à Luxiol, un homme mourut subitement ; les officiers de Baume voulant connaître la nature de son mal, envoyèrent deux chirurgiens au village. Or, « les habitants s'étant assemblés en trombe, les chassèrent à grands coups de pierres après les avoir contraints par force à leur faire une attestation qu'ils n'avaient reconnu aucune marque de peste sur le corps ». Le défunt fut enterré normalement à l'église et les habitants agirent de même avec tous leurs morts, sonnant le tocsin dès qu'un officier de santé faisait mine d'approcher.

84Certains refusaient d'aller aux loges, de demeurer dans leur village barré et il fallait souvent user de menace et sortir les arquebuses pour les contraindre à respecter les édits. A l'inverse et malgré la peur que suscitait la maladie, d'autres n'hésitaient pas à se rendre dans les lieux empestés pour traiter leurs affaires, puis rentraient chez eux sans être inquiétés. Les autorités firent bien procès aux contrevenants, mais dans l'ensemble, les châtiments furent moins sévères que ne le prévoyaient les règlements : peu d'exemples de condamnation à mort en dehors de Marguerite Blanchot, arquebusée à Chamars en mai 1629 pour avoir écouté la messe à la cathédrale de Besançon tout en étant malade. Généralement, les juges ordonnaient une punition corporelle, bannissaient ou mettaient les gens à l'amende ; ils châtiaient certes les individus, mais que pouvaient-ils faire contre tout un village, sinon une ville entière qui refusait de suivre les édits et ordonnances ?

85Aussi, tout en paraissant fermes et contraignantes, les mesures de lutte contre la peste manquaient parfois d'efficacité. Les autorités n'avaient pas les moyens de les faire appliquer à grande échelle car trop d'intérêts, de contraintes économiques auxquelles s'ajoutaient encore les rivalités entre les villes, entraient en ligne de compte. Déjà, quand les moissons, les vendanges approchaient, quand la disette menaçait, il devenait impossible d'établir un blocus sanitaire ou même de faire respecter les règlements ; on imagine aisément la situation quand, de surcroît, la guerre franchissait les frontières et venait tout bouleverser.

Le personnel de la peste

86Retracer la lutte des Comtois contre la peste, c'est aussi évoquer tous les hommes et toutes les femmes qui affrontèrent directement le mal, par bonté et charité, par souci du gain, par obligation, le plus souvent au péril de leur vie. Mieux connus dans les villes, les membres de ce personnel de la peste remplissaient deux rôles : ils apportaient soins et soulagements aux malades, et ils combattaient la contagion. Le premier incombait aux médecins et aux prêtres, le second aux nettoyeurs, parfumeurs, enterreurs et commis aux diverses fonctions.

87Ainsi les prêtres devaient confesser et administrer les sacrements aux mourants, apporter à tous le soutien de la religion. Dans les villes, la plupart de ces confesseurs de pestiférés appartenaient au clergé régulier. Bien connu est le dévouement des jésuites et du Lorrain Pierre Fourier durant l'épidémie de 1635-1640 ; il convient de citer également les capucins de Luxeuil et de Pesmes qui assistèrent les pestiférés pendant celle de 1628-1633, comme tous les prêtres, restés la plupart du temps anonymes, qui desservaient les chapelles et ermitages SaintRoch des villes et des campagnes. L'histoire a néanmoins retenu le nom de l'ermite salinois, Charles Le Brun qui, entre 1637 et 1640, se dévoua pour les malades relégués à Saint-Roch et à la Maison des arquebusiers. A Besançon en 1630, le confesseur des pestiférés logeait également dans la Maison des arquebusiers de la ville édifiée à Chamars ; au xvie siècle, la coutume voulait qu'on le désignât parmi les religieux du Saint-Esprit.

88Personnel exclusivement urbain, les médecins jouaient un rôle essentiel dans la lutte antipesteuse. C'étaient eux, et eux seuls, qui pouvaient reconnaître les symptômes du mal et proclamer l'avis de contagion décidant de la mise en application des mesures de police. Ensuite, ils traitaient la maladie selon les techniques chirurgicales et la pharmacopée de l'époque et conseillaient les magistrats et commis de santé pour toutes les affaires d'hygiène et de protection.

89Le terme général de médecin désignait souvent plusieurs personnes : le médecin proprement dit, titré et spécialiste de ce type de maladie ; l'apothicaire chargé de pourvoir le personnel soignant en « drogues » et remèdes nécessaires ; enfin le chirurgien qui traitait directement les malades, appliquant cataplasmes et onguents, pratiquant saignée ou incision des bubons. Il y avait rarement plusieurs médecins ou apothicaires de la peste dans une même cité ; en revanche, les chirurgiens étaient généralement au nombre de deux, l'un officiant en ville, l'autre aux loges ; au cours de l'épidémie de 1629-1631, Gray en eut même quatre : François Magnenet. JeanFrédéric Michotey, Jean Bouvier et Pierre Hugard.

90Dans les campagnes, ce furent vraisemblablement les chirurgiens des villes les plus proches qui eurent à s'occuper des villages empestés et soigner les habitants, mais aux moments les plus critiques, il est peu probable qu'ils aient pu combler tous les besoins.

91Décriés par les uns, encensés par les autres, nettoyeurs et parfumeurs avaient pour même tâche de nettoyer, purger, aérer, on dirait aujourd'hui désinfecter, les maisons et les loges où la peste s'était déclarée. Surnommés « malgoguets » ou « bousserands », les nettoyeurs passaient tantôt pour des spécialistes, bien souvent originaires de Suisse ou du Haut-Doubs, tantôt pour de simples volontaires recrutés parmi la population et qui travaillaient en famille. Les premiers avaient ordinairement bonne réputation, les seconds passaient plutôt pour des gens malhonnêtes qui pratiquaient le nettoyage par le vide, dérobant linges, meubles, nourriture et ce, en dépit des édits qui pouvaient les condamner à la pendaison. Les nettoyeurs étaient bien payés et, pendant les graves épidémies, l'ouvrage ne manquait pas : en 1636, Maurice Jossignet de Pesmes nettoya à lui seul quarante maisons, neuf chambres, un cellier ainsi que l'entrée du château.

92Les parfumeurs seraient apparus pour la première fois en Comté au cours de l'épidémie de 1628-1633. C'étaient des nettoyeurs qui ne se contentaient plus seulement de laver l'intérieur des maisons : ils en purifiaient aussi les moindres recoins à l'aide de parfums et autres fumigations odorantes. Jean Pliant de Saint-Nicolas en Lorraine eut beaucoup de succès en 1629 ; il employait plusieurs sortes de parfums, les uns « fort fétides » et les autres plus doux dont la composition est demeurée secrète. La purification de l'air était déjà utilisée par le passé, mais on la réservait aux rues des villes, au moyen de feux de sapin, frêne, genêt et surtout de genévrier.

93Intervenant immédiatement après les nettoyeurs, les essayeurs, éprouveurs ou épreuviers, étaient ceux qui se chargeaient « d'essayer » les maisons, autrement dit de vérifier, au péril de leur vie, si elles avaient bien été purgées et débarrassées de tout risque de contagion. En 1628-1633, les essayeurs, encore peu mentionnés dans les textes, étaient surtout des nettoyeurs qui effectuaient ce service durant leur quarantaine, ou des volontaires qui testaient la sécurité de leur propre maison. A partir de 1635 en revanche, « l'essai de peste » apparaît dans toutes les villes de Comté, et dans l'immense majorité des cas, ce furent des enfants et des adolescents qui se chargèrent de l'accomplir. En janvier 1636 par exemple, Simone Soye, Nicolas Garin, Jacques Bourrelier, Jean Dubois, Claude Bouccaud et Claudine Allemand servirent d'épreuviers dans les maisons particulières de Faverney ; le plus jeune avait onze ans, la plus âgée vingt ans. Visiblement, le contexte troublé de la guerre de Dix Ans avait mis sur le marché une foule de malheureux, enfants ou adultes, sans pain, sans secours et pour qui « l'essai de peste » pouvait sembler le seul moyen de subsister, nonobstant le risque qu'il représentait.

94L'épreuve durait généralement de neuf à douze jours, parfois quinze. Si passé ce délai l'essayeur restait en bonne santé, on considérait alors le lieu comme « répurgé » et apte à recevoir ses occupants ordinaires.

95Les enterreurs, ou mogognes, devaient ensevelir les cadavres au cimetière désigné pour les pestiférés, mais encore venir les chercher dans les maisons et assurer leur transport par le plus court chemin. Pénétrant dans les logis barrés, les enterreurs avaient aussi mauvaise réputation que les nettoyeurs ; ainsi, le Bisontin Jean Coulon, reconnu coupable de vol dans une maison, fut arquebusé le 18 septembre 1629.

96La ville de Salins désigna sept enterreurs entre 1637 et 1640 dont deux moururent en accomplissant leur besogne. Ils travaillaient souvent avec leur femme ou étaient assistés de commis ou d'ensevelisseurs qui préparaient les corps et aidaient au transport.

97Enfin, il y avait tous les autres, ceux chargés de la police et de la surveillance, portiers, gardes-barrières, ou gardes de la santé qui, postés à l'entrée des villes et des villages, exigeaient passeports et certificats, refoulant ceux qui en étaient démunis. Les chasse-coquins qui mettaient de l'ordre parmi les mendiants des villes ; les sergents et hommes d'armes qui surveillaient les maisons vides contre les pilleurs et recensaient les cas de contagion ; les conducteurs de pestiférés qui, comme leur nom l'indique, véhiculaient les malades et les suspects de la ville aux loges, disposant pour cela d'un chariot et d'un cheval. Aux portes des maisons barrées intervenaient serruriers et « encadenasseurs », aux loges les menuisiers ; quant à la nourriture, elle était assurée par des boulangers et commis qui cuisaient et distribuaient le pain des pestiférés. Dans les villes toujours, des gens étaient payés pour assurer un nettoyage quotidien, non pas des maisons infectées, mais des rues, places, fontaines et ruisseaux, débarrassant les ordures et immondices que les habitants y jetaient.

98Tout ce personnel dépendait généralement des Magistrats urbains, mais parfois aussi d'un personnage délégué, le capitaine de santé à Lons, le surintendant — ou superintendant — à Besançon, le syndic de la peste à Dole, qui disposait de tous les pouvoirs de police et assurait la coordination de la lutte antipesteuse.

99Le personnel de la peste devait impérativement être reconnu, notamment dans ses déplacements, aussi l'obligea-t-on à se signaler, au moyen d'une canne blanche, puis à l'aide d'une clochette. Enfin, toujours pour des raisons de sécurité, ceux qui étaient au contact direct avec le mal, médecins, confesseurs, nettoyeurs, conducteurs... logeaient hors des cités, dans des bâtiments fermés (hôpitaux) ou isolés (maisons d'arquebusiers) le temps que durait l'épidémie.

100Malgré des phénomènes immunitaires prouvés, beaucoup d'hommes et de femmes moururent en accomplissant leur tâche : médecins, enterreurs, gardes, essayeurs... Il est cependant difficile d'en estimer le nombre, toute statistique se révélant impossible à établir. Peut-être étaient-ce les enterreurs et les nettoyeurs, lesquels manipulaient beaucoup de linges et de literies où pullulaient les parasites, qui furent les plus exposés. Toujours est-il que la quarantaine du personnel était un motif de réjouissance et d'espérance : elle signifiait que la peste s'apaisait, que la fin de l'épidémie approchait. Les acteurs de la lutte antipesteuse étaient en effet les derniers à en subir les conséquences et les obligations.

101Telles furent les principales mesures utilisées pour lutter contre les épidémies de peste. Tirées des observations médicales et de l’expérience du passé, pratiquement inchangées du xvie au xviiie siècle, elles n'avaient d'efficacité qu'à condition qu'elles fussent pleinement et rigoureusement appliquées. C'est ainsi que le blocus sanitaire, mis en place en 1720, permit de circonscrire au sud de la France la grande épidémie pesteuse de Marseille.

102En 1628, les Comtois mirent tout en œuvre pour combattre le mal et suivre les règlements de police « des temps de peste ». En 1636 en revanche, la guerre de Dix Ans bouleversa toute cette organisation et n'autorisa aucune mesure d'envergure. Un fait qui aggrava encore les conséquences désastreuses de la dernière épidémie de peste en Franche-Comté...

103Brutale, générale, meurtrière fut en effet l'épidémie de peste qui s'abattit sur le comté de Bourgogne entre 1635 et 1640. Il faut sans doute remonter à 1348 pour retrouver une pareille tragédie et dénombrer autant de victimes. Favorisée par les désordres de la guerre, les passages de troupes, la contagion se répandit en toutes régions, décimant bourgeois et ruraux, riches et pauvres, jeunes et vieux, faisant des ravages considérables entre juin 1635 et juillet 1637. L'année 1636 s'avéra particulièrement éprouvante ; elle mérite sans conteste l'appellation que lui ont donnée les contemporains, celle d'année de la peste.

104L'épidémie de 1635-1640 fut aussi la dernière que subirent les habitants : en dépit des troubles de la Fronde, des guerres de la Conquête qui ramenèrent des troupes dans la province, de l'arrivée massive d'étrangers, la peste épargna désormais la Franche-Comté. C'est un phénomène de regression qui n'est pas propre à la région mais qui a concerné l'ensemble de l'Europe nord-occidentale et qui est probablement dû à une prévention plus efficace.

105Les Comtois avaient suffisamment souffert de cette ultime contagion pour que Dieu leur accordât enfin Sa grâce, aurait sans doute écrit un mémorialiste de l'époque...

La guerre

106Et il faut encore parler de la guerre, sans évoquer cette fois les principaux événements ni les campagnes militaires retracés par les chroniqueurs. Pour les peuples qui la vivaient, la subissaient, la guerre représentait la peur, les privations, les mauvais traitements, la mort... C'était un fléau de Dieu au même titre que la peste noire.

107La guerre en Franche-Comté dura huit années, de 1636 à 1644, au cours desquelles les habitants eurent à souffrir des sévices commis par les adversaires de la Couronne espagnole, mais aussi des exactions des auxiliaires et des soldats comtois qu'il fallut constamment loger et entretenir. Les célèbres gravures du Lorrain Jacques Callot ont parfaitement illustré les tourments qu'endurèrent les populations pendant la guerre de Trente Ans et, en ce domaine, il est sûr que les Comtois n'eurent rien à envier à leurs voisins de Lorraine.

108Mais la guerre, c'était d'abord l'impôt, les réquisitions de toute sorte en hommes, vivres, argent, services auxquelles les Comtois durent se plier malgré les franchises de leur province. Incessant et ruineux, l'impôt de guerre bouleversa en effet la vie des communautés ; à terme, il épuisa toutes les richesses.

Des impositions permanentes

109Avant 1636, les Comtois avaient déjà été soumis à l'impôt, pour lever la milice, nourrir l'armée postée sur les frontières menacées, et surtout loger et entretenir les recrues des régiments royaux dont les avances de soldes faisaient presque toujours défaut. Les frais avaient ainsi été supportés par la province, au détriment de ses ressources, mais sans que les particuliers eussent à en pâtir, si ce n'est par quelques emprunts forcés et remboursés en partie et les désagréments que leur apportait la présence des soldats.

110Il en fut tout autrement pendant la guerre de Dix Ans : appauvrie par les réquisitions, submergée de soldats amis ou ennemis, isolée, la Comté n'eut pas d'autre choix que de se tourner vers les populations des villes et des campagnes sur lesquelles pesèrent bientôt toutes les charges, toutes les misères.

Les premiers impôts de guerre

111Sans argent, confronté à une situation de plus en plus alarmante, le gouvernement du comté dut dès 1635 faire appel à la population pour trouver de quoi assurer la sécurité du pays. Il lui fallait des ressources, de la main-d’œuvre, des soldats ; c'est ainsi que sous le contrôle des députés des Etats, garants des franchises, furent dressés les premiers « repartements généraux ».

112En juin 1635 et mai 1636, les Etats votèrent la levée de deux sommes de 300 000 francs chacune, réparties sur l'ensemble des communautés et des cures de la province. La sauvegarde de la Comté étant en jeu, de telles dépenses incombaient normalement au souverain, mais comme les caisses du domaine étaient vides et qu'il fallait faire vite, les députés préférèrent emprunter les deniers aux Comtois, moyennant remboursement sur les revenus royaux. En 1636 toutefois, les Etats proposèrent des emprunts à rentes, c'est-à-dire que les communautés pourraient non seulement prétendre récupérer ce qu'elles versaient « en prêt à Sa Majesté », mais aussi bénéficier de quelques intérêts, sans doute 7 %, taux le plus couramment pratiqué à l'époque. Cela voulait également dire que le remboursement des prêts allait être longuement différé, voire jamais honoré. En somme, l'impôt de 1635 n’avait été qu'une avance, celui de 1636 un emprunt forcé.

113Dès la déclaration de guerre franco-espagnole, le gouvernement comtois entreprit la visite et la réfection des fortifications de la province, trop longtemps laissées à l'abandon. Les retrahants œuvrèrent dans les châteaux et les places où ils faisaient retraite, comme leur statut l'imposait, et les villes, possessions royales pour la plupart, se virent attribuer une part des impôts collectés, à charge pour elles de payer les habitants participant aux travaux. Pour Dole et Gray en revanche, on décida d'imposer les communautés du pays.

114Aussi, dès le mois d'août 1635, ceux des villages du ressort dolois durent se rendre dans les fossés de la capitale pour y travailler. Devant l'importance de la tâche, on proposa même d'étendre l'imposition à l'ensemble des communautés du Milieu et d'Aval, celles d'Amont se chargeant des travaux à effectuer dans la ville de Gray. En janvier 1636, un second avis fut donc envoyé à toutes les villes et les villages comtois qui eurent à fournir de la main-d’œuvre, des hommes « robustes, d'âge, disposition et force suffisante pour fossoyer, remuer, bêcher et porter la terre, et chacun d'eux assorti d'un fosseur, d'une pioche et d'une hotte, avec provision pour s'entretenir pendant les jours qu'ils devront servir », ou, pour ceux qui résideraient trop loin des deux places, une contrepartie financière fixée à six gros par homme et par journée de travail ou encore à deux francs par feu. C'est ainsi que le village de Dammartin-les-Templiers, imposé à « quatre hommes pendant onze jours de travail effectifs », préféra verser vingt-deux francs plutôt que d'envoyer des ouvriers à Gray.

115L'impôt pour les fortifications de Dole et de Gray cessa avec l'ouverture des hostilités en Franche-Comté. Une dernière fois, la Cour du Parlement commanda à quelques communautés du bailliage de fournir des cabas et corbeilles pour transporter de la terre dans les fossés de la capitale, mais l'ordre se perdit dans les bouleversements du siège ; il avait en effet été émis le 26mai 1636... Néanmoins, le 15 avril 1637, tous les villages proches de Dole furent encore sollicités pour envoyer de la main-d’œuvre ; il s'agissait cette fois de démolir la circonvallation que les Français avaient édifiée autour de la capitale.

116L'organisation et le fonctionnement des différentes milices de l'armée comtoise ont déjà été décrits. Il convient seulement de rappeler qu’aussitôt l'annonce de « l'éminent péril », les communautés du pays devaient armer, équiper et mettre à la disposition des capitaines leurs élus qui accomplissaient six semaines de service, et que pour combler les effectifs des régiments d'infanterie, le gouvernement leur imposait également des miliciens supplémentaires. Pour les villes et les villages, c'était une double imposition : celle d'équiper un nombre d'hommes trois à quatre fois plus élevé que celui des élus, et celle de subvenir à leurs besoins. Là encore, il s'agissait d'une avance, car passé le délai de six semaines, le milicien servait théoriquement aux frais du roi ; en attendant, il fallait payer !

117La milice levée pour le secours de la capitale fut imposée à la province entière, moins le ressort de Dole couru par les Français. Elle servit jusqu'au 16 août 1636, date du licenciement de l'armée comtoise par le conseiller Girardot. Les miliciens passaient marché avec les échevins et recevaient en moyenne 18 gros de solde journalière, celle de leurs officiers étant comprise dans le montant. Autrement dit, chaque milicien ayant servi dans l'armée comtoise pendant le siège de Dole coûta en moyenne 112 francs 6 gros à sa communauté ; La Chapelle d'Huin et Bannans durent verser 1 000 francs, Le Bizot 1 530 et Le Russey 6000...

118La milice du siège de Dole ne fut pas la seule que l'on mit sur pied. Il y eut aussi celle du Lomont qui gardait les frontières orientales et dont les effectifs pouvaient passer du simple au double en fonction des besoins : « Les habitants du Long-Sancey reçurent ordre de messeigneurs les commis au gouvernement de cette province de fournir jusqu'à six ou sept hommes dûment armés et munitionnés pour la garde des passages du Lomont et rivière de Doubs, qu'ils commencèrent par quatre ou cinq, augmentèrent jusqu'à six ou sept, voire davantage selon les approches des soldats ennemis » ; de fait, ils en envoyèrent parfois jusqu'à quatorze. Recrutée exclusivement dans les bailliages de Baume, Omans et Pontarlier, la milice du Lomont demeura à son poste jusqu'en novembre 1637, janvier 1639 même pour certaines seigneuries frontalières ; en conséquence, les frais furent considérables malgré un salaire journalier moins élevé, 12 gros en moyenne : de trois à dix mille francs et plus de vingt et un mille francs par exemple pour Le Russey.

119Enfin, la milice levée pour la campagne du marquis de Conflans au bailliage d'Aval mobilisa les villageois des ressorts de Pontarlier et de Salins pendant au moins six semaines. En dépit d'un service limité dans le temps, la milice d'Aval, baptisée parfois « milice du régiment de Goux », devait coûter cher aux communautés : le nombre de milicien requis était jusqu'à cinq fois supérieur à celui des élus.

120On remarquera que les villages du ressort de Pontalier furent les plus imposés : ils participèrent aux trois milices supplémentaires comme en ont témoigné par la suite les habitants d'Arc-sous-Cicon, lesquels fournirent « environ huit soldats et plus pour le recrue de la milice pour le siège de Dole [...], soldoyèrent pendant six semaines et plus quinze soldats dans le régiment de Mr de Goux [...], soldoyèrent encore six hommes pendant le même temps et plus, à mêmes gages, pour la garde du Lomont et entrée du pays du côté d'Alsace ».

121Enfin, les gouverneurs et capitaines des places mobilisaient beaucoup parmi les sujets des seigneuries et les retraitants pour combler les effectifs des garnisons, royales ou seigneuriales. Au départ, le recrutement s'effectuait parmi les communautés qui dépendaient de la place à garder, mais bientôt, à cause de la mortalité, les commis durent se tourner vers les régions préservées des montagnes, sans tenir compte des distances. C'est ainsi que certains soldats de la garnison grayloise venaient tout droit de Doubs ou de Vaux-et-Chantegrue... De même en mars 1637, les ressorts de Salins, Arbois, Poligny, Pontarlier et Saint-Claude furent imposés à l'envoi de cent fantassins pour la garnison de Dole.

122En somme, l'imposition de milice resta constante de 1635 à 1639, sous une forme ou une autre, au grand préjudice des communautés du pays. Dans les textes, les gouvernants parlaient de régiments, de compagnies de surveillance, de garnisons : les échevins quant à eux rectifiaient, milice du seigneur de Goux, milice du Lomont, milice du château de Châtillon ou de Sainte-Anne... aux réquisitions desquelles ils étaient contraints de se soumettre.

Nourrir et loger la troupe

123Au xviie siècle, qu'elles fussent en campagne ou en quartiers d'hiver, toutes les armées vivaient sur le pays. Entre 1620 et 1634, les villes comtoises avaient déjà logé les recrues des régiments bourguignons de l'armée des Pays-Bas qui, chaque année, venaient se refaire en Franche-Comté. Or, ce n'étaient que des recrues de la province, entretenues par la Couronne et qui restaient seulement le temps prévu pour l'enrôlement.

124Pendant la guerre de Dix Ans, des milliers de soldats furent logés et nourris par la province, des Comtois, mais aussi des auxiliaires étrangers, sans foi ni loi, qui occupèrent le pays pendant plusieurs années. Très vite dépassées par l'ampleur de la tâche, sans ressources suffisantes pour faire face aux exigences de la soldatesque, les autorités du pays ne purent que dresser des constats d'impuissance et faire bientôt porter tout le poids de l'entretien et du logement aux communautés comtoises.

125Dès qu'une troupe logeait ou s'installait quelque part le temps d'un « rafraîchissement », les commis au gouvernement dressaient sur les villages voisins une répartition de l'entretien. Cet impôt levé en vivres, en argent, plus rarement en munitions, consistait à réclamer à la population des alentours tout ce dont cette troupe avait besoin pour subsister. Qu'une garnison s'installât par exemple à Clerval pour protéger les frontières, et toutes les communautés voisines recevaient un billet de « repartement » les enjoignant à verser telle somme pour l'entretien de la dite garnison, celle de Clerval, assurant déjà le logement, ne pouvant y suffire à elle seule. Les échevins répartissaient ensuite la somme ou la quantité de vivres sur l'ensemble des habitants, « le fort portant le faible » selon la formule consacrée.

126Il y eut des impôts d'entretien généraux, c'est-à-dire levés sur l'ensemble ou partie de la province, et d'autres dits locaux qui ne concernaient qu'un groupe de communautés, au gré des besoins. Les premiers étaient programmés, les seconds levés dans la précipitation et la plus complète improvisation.

127L'impôt d'entretien général le plus important de toute la guerre de Dix Ans fut crée au cours de l'été de 1636 pour nourrir les troupes de campagne et prévoir l'arrivée de l'armée impériale en Comté. Le 21 juin 1636, les députés des Etats exigèrent 27 430 quartes de froment, 10 850 d'avoine, 195 000 francs et 400 muids de vin qui furent prélevés sur l'ensemble de la province à l'exception des ressorts de Dole et de Quingey dévastés par les Français.

bailliage

froment (quartes)

avoine (quartes)

argent (francs)

vin (muids)

Amont

17 430

5 850

Milieu (Omans seul)

2 000

1 000

6 000

400

Aval

8 000

4 000

189 000

Répartition par bailliage de l'impôt de juin 1636

128Seulement, les députés n'avaient pas prévu les dépenses considérables de l'armée de secours et, dès la fin de juillet, ils durent procéder à une seconde réquisition : 50 000 quartes de froment, le tiers d'avoine et 50 000 francs à partager équitablement entre les bailliages d'Amont et d'Aval, celui du Milieu, limité au ressort d'Ornans, étant seulement taxé à 9 000 francs. Toutefois, compte-tenu des énormes difficultés qu'eut le bailliage d'Aval à réunir l'imposition précédente, le gouvernement réduisit sa part à 17 900 quartes de froment, 6 800 d'avoine et le tint quitte des 50 000 francs, à condition qu'il payât le reliquat de juin, soit 152 900 francs.

bailliage

froment (quartes)

avoine (quartes)

argent (francs)

Amont

25 000

8 333

25 000

Milieu (Omans seul)

9 000

Aval

17 900

6 800

Répartition de l'impôt d'août 1636

129L'impôt d'entretien de l'été 1636 représenta donc en tout :

  • 70 330 quartes, soit en mesures contemporaines, 1 031 tonnes de blé,

  • 25 983 quartes d'avoine, ou 381 tonnes,

  • 229 000 francs et 400 muids de vin.

130De quoi largement vider les greniers, les coffres et les caves du comté de Bourgogne ! Les députés des Etats avaient beau promettre que les « quantités de froment, avoine et sommes d'argent seraient remboursées sur les deniers publics et royaux », rien ne se ferait de toute façon tant que la guerre régnerait dans la province...

131Et les Comtois n'étaient pas encore au bout de leurs efforts : l'entretien des troupes restait onéreux et, comme les destructions s'étendaient, le nombre de communautés imposables diminuait d'autant ; aussi, au printemps de 1637, l'impôt ne pouvait déjà plus être perçu au bailliage d'Amont ravagé par les Impériaux, ni dans une partie d'Aval courue par les Français. Tout le poids de l'entretien reposa donc sur les communautés de la Montagne.

132C'est ainsi qu'en mai 1637, le gouvernement imposa le versement de 22 500 francs aux villages du ressort de Baume situés sur la rive gauche du Doubs (les autres étaient ruinés), 22 500 à ceux d'Ornans, 45 000 à ceux de Pontarlier et 12 000 à la terre de Saint-Claude. En novembre de la même année, un nouveau prélèvement de 120 000 francs toucha les villages de la Montagne ; 55 000 francs échurent au bailliage de Pontarlier, 45 000 à celui d'Ornans, le reste au val de Mièges et terre de Saint-Claude. En octobre 1638 enfin, on proposa la levée sur la province entière de 25 000 francs mensuels pour les six premiers mois de 1639, mais le retour des Lorrains, le refus des communautés et l'invasion weimarienne laissèrent cette proposition à l'état de projet sans suite. Il n'y eut plus aucun impôt d'entretien levé sous cette forme au cours des dernières années de la guerre de Dix Ans.

133En plus des impositions précédentes, les communautés du pays furent également soumises aux réquisitions locales. L'entretien ne touchait plus un bailliage, une prévôté, mais une seigneurie, voire seulement quelques villages qui se partageaient les frais d'une étape ou d'un quartier de troupes. Le 13 août 1636 par exemple, Lambois arrêta ses trois mille chevaux dans la terre de Gy ; la charge de leur « rafraîchissement » incomba à vingt-six communautés de la dite terre. Et encore, ceux-là n'avaient fait que passer ! L'impôt s'alourdissait notablement dès qu'il était question de quartiers d'hiver ou de la mise en place d'une garnison : le 21 avril 1637, le baron de Scey logea une compagnie de cavalerie à Santoche, hameau proche de Clerval, avec mission de surveiller la vallée du Doubs ; il en coûta 79 rations hebdomadaires, soit 835 francs répartis sur plus de soixante communautés de la rive gauche du Doubs dont certaines se situaient à plus de vingt kilomètres de Santoche. Les troupes auxiliaires, les plus indisciplinées, ne se firent pas prier pour exiger l'impôt d'entretien, préférant le paiement à l’avance, quitte à demander un supplément par la suite. En janvier 1638, Mercy s'installa au val de Vennes et ne réclama pas moins de 4 500 francs par mois, somme qui fut prélevée sur les villages de la seigneurie, de 1 200 francs pour Orchamps-Vennes à 150 pour Maisonnettes.

134Autrement dit, ce type d'entretien fut permanent pendant toute la durée de la guerre de Dix Ans, même après le départ des auxiliaires. Jusqu'à la fin des troubles, la Franche-Comté conserva en effet quelques régiments pour l'entretien desquels le versement des mesattes espagnoles ne suffisait pas. Ensuite, c'étaient généralement les officiers royaux et les militaires qui dressaient eux-mêmes la répartition de l'entretien, en fixaient le montant et la durée, sans tenir compte de la situation économique des régions concernées. Aussi, il arrivait souvent qu'une même communauté fût sollicitée pour assurer l'entretien de quatre ou cinq régiments différents et les échevins devaient négocier longtemps auprès des capitaines et des pagadors pour éviter une sixième, voire une septième imposition. D'ailleurs la plupart du temps, les réquisitions ne cessaient qu'avec la ruine des villages et la disparition des habitants ; on vit même des terres désertes recevoir des avis de « repartement ».

135Sous une forme ou une autre, l'impôt d'entretien ne connut donc jamais d'interruption et tant qu'il y eut des troupes, on exigea des Comtois des vivres et de l'argent. Après les dévastations de 1636-1639 et le dépeuplement des campagnes, un petit nombre seulement de survivants continua d'assumer les réquisitions, épuisant le peu de revenus, accumulant souvent les dettes.

136Complémentaire de l'impôt d'entretien, le charroi des munitions fut pareillement confié aux communautés du pays, car le grain, le vin ou le fourrage requis devait aussi être collecté et transporté, soit dans les greniers prévus à cet effet, soit directement au campement des armées. Les villages apprêtaient le nombre de chariots demandé, tous « dûment attelés et équipés », et ils avançaient le salaire des charretiers. Un repartement général de charroi eut ainsi lieu au cours de l'été de 1636.

137A priori, l'impôt de charroi ne représentait pas une charge importante, tout au plus pénalisait-il les villageois au moment des vendanges et des moissons. Seulement, bien rares les communautés qui pouvaient récupérer leurs biens ! Les chariots et surtout les chevaux étaient systématiquement réquisitionnés par les capitaines ou dérobés par les soldats ; le ressort d'Ornans a ainsi « fourni une fois quarante chariots, une autre fois trente-deux et une autre fois onze, et tous attelés de trois chevaux, desquels l'on n'a jamais vu chevaux ni chariots ». Quant aux charretiers, ils effectuaient souvent le voyage au péril de leur vie, victimes de la brutalité des soldats ou de la férocité des pillards qui leur tendaient de véritables embuscades. La perte des attelages coûtait cher aux communautés obligées de rembourser les propriétaires ; en outre, il devenait difficile de trouver d'autres particuliers acceptant de prêter du matériel et des bêtes, même en versant de fortes cautions ou en octroyant des remises d'impôt.

138La poursuite des troubles rendit l'organisation des charrois aussi problématique que la recherche de vivres. Dès 1637, la Montagne jurassienne supporta tout le poids des réquisitions car partout ailleurs, les troupes ennemies et les auxiliaires avaient tout emporté : en avril 1637, on ne pouvait déjà plus trouver un seul chariot dans le bailliage de Poligny, rapportait un correspondant du Parlement. Et bientôt, la Montagne s'épuisa elle aussi ; constamment sollicitées, les communautés n'assumèrent plus la fréquence des impositions. En automne 1638, le gouvernement ne put même pas faire acheminer vers l'intérieur du pays le blé des ambassadeurs espagnols déposé à Pontarlier ; en conséquence, plus de quinze mille mesures tombèrent aux mains des Weimariens. Autant dire qu'après l'invasion de 1639, il était inutile de chercher des chariots et des chevaux dans les villages de Franche-Comté.

139Mais le pire des impôt de guerre était sans conteste le logement de soldats. Les casernes n'existant pas encore, il n'y avait rien pour loger la troupe, excepté les rares corps de garde prévus dans les fortifications, le campement « sous la toile » et... la maison de l'hôte.

140De 1620 à 1635, la Comté avait logé ses recrues dans les villes closes et les bourgs, au pire, dans les villages situés à proximité, le temps que durait l'enrôlement. De même, les lieux qui servirent d'étape ou de point de ralliement sur la route des Pays-Bas hébergèrent quantité de soldats, mais pour seulement une journée ou une nuit. Et il n'y avait qu'un recrutement par an ! A partir de 1635, la mobilisation et les déplacements de l'armée comtoise obligèrent les villages, notamment ceux de la frontière orientale, à loger des soldats en nombre : « Il n'y a aucune ville-frontière du bailliage d'Amont qui n'ait été grandement foulée et tourmentée de logements », écrivait-on à l'archevêque de Besançon en octobre 1635. Au moins, les soldats étaient encore originaires de la province et le gouvernement s'efforçait dans la mesure du possible d'éviter les désordres et la ruine des communautés.

141Au cours de la guerre de Dix Ans, il fallut en revanche loger des dizaines de milliers de soldats, comtois, allemands et lorrains, quelques jours le temps d'une étape, ou trois à quatre mois durant la mauvaise saison. Ne solliciter que les villes et les places, il n'en était évidemment plus question et, du bourg le plus florissant au moindre petit hameau, chacun dut héberger des soldats. Plus question non plus d’attendre une quelconque assistance d'un gouvernement débordé, impuissant et sans ressources ; plus question enfin d'espérer ordre et discipline des soudards étrangers, avides de butin et de plaisirs, préoccupés par le constant souci de ne pas « crever de faim ». Le logement de soldats devint donc une véritable calamité pour la population, d'autant plus qu'entre les enrôlements, les déplacements en campagne, la mise en place des garnisons et les quartiers d'hiver, il y avait constamment des hommes en quête d'hébergement.

142Au début du conflit, un semblant d'organisation demeurait encore : les échevins des villages recevaient de l'état-major des billets qui les informaient de l'arrivée d'une troupe et leur ordonnaient « de la recevoir, loger et administrer vivres aux soldats ». Parallèlement, les communautés voisines étaient soumises à l'impôt d'entretien, aidant ainsi celles qui supportaient le logement. En principe, la ration journalière d'un fantassin valait dix-huit gros, l'équivalent d'une livre et demi de pain, une livre et demi de viande, une pinte de vin ainsi que poudre et munitions ; en revanche, celle du cavalier coûtait le double, soit trois francs. Les officiers recevaient plusieurs rations, de deux à douze selon leur grade, mais certains grands personnages comme Charles de Lorraine ou Torrecuso en exigeaient jusqu'à cinquante. Durant l'hiver, la ration était en principe réduite d'un tiers. Chez l'hôte, les soldats avaient droit à « lumière, feu, commodité de cuire leurs viandes, service de table, huile, vinaigre et sel, et un lit pour deux », à condition toutefois que l'hôte possédât deux lits ou plus.

143Mais bientôt, le logement de troupes et les quartiers d'hiver s'effectuèrent dans la plus totale anarchie, au bailliage d'Amont d'abord avec le retour des armées impériales de Saint-Jean de Losne puis, progressivement, dans le reste du pays. Auxiliaires et Comtois allaient gîter où bon leur semblait, sans ordre, tantôt par régiment entier, tantôt par petites escadres, se suivant les uns les autres... Il n'était pas rare qu’une compagnie vînt s'établir sans même attendre le départ de la précédente.

144Abritées derrière leurs murailles, les villes semblaient à l'abri des désordres qui régnaient à la campagne, mais en contrepartie, elles supportèrent quantité de logements. Parce que leurs recrues s'y trouvaient en sécurité et se débandaient moins, les capitaines préféraient en effet installer leur troupe en ville ; de même, les commodités attiraient les grands et les officiers d'état-major qui venaient s'y abriter avec leurs domestiques et leurs suites. Ainsi, la ville de Luxeuil hébergea des troupes sans interruption du 13 juin 1636 au 4 avril 1644, des comtoises mais aussi celles de Torrecuso, de Charles de Lorraine, de Mercy, des colonels Varlosky, Gonzague, Prélet, Suisse, Nicolas..., soit un coût minimal de 119 500francs. Dans le même laps de temps, Baume-les-Dames dépensa 69 150 francs ; quant à celles de Clerval et Faucogney, elles totalisèrent respectivement 37 000 et 74 000 francs pour seulement deux années de logements. Il est aussi vrai que la petite cité frontalière de L'Isle-sur-le-Doubs avait déjà versé 25 635 francs quand elle fut incendié le 2 juillet 1637...

145Dans les campagnes, le nombre de logements imposés aux communautés aurait été aussi impressionnant si les débordements de la soldatesque n'y avaient souvent mis un terme. Aucun village du bailliage d'Amont ne déclara de logement après février 1637, et pour cause ! Ils avaient pratiquement tous été ruinés et détruits. En montagne, les réquisitions se prolongèrent jusqu'à l'arrivée des Suédois, aussi certaines communautés eurent à supporter dix, voire quinze logements consécutifs. Bien que durant l'hiver les régiments séjournassent trois ou quatre mois d'affilée dans une même région, ils changeaient constamment de villages, s'y succédant à une cadence ininterrompue jusqu'à l'épuisement des ressources : « A la sortie de l'un, l'autre y rentrait », résumaient par exemple les habitants du Long-Sancey.

146Il en coûtait mille francs par ici, trois mille par là... Montbenoît versa six mille francs à l'état-major du colonel Maillard qui logea deux mois à l'abbaye ; mais le record en la matière appartient à Arc-sous-Cicon, communauté qui, en 1638, hébergea le régiment entier du colonel Prélet pendant environ trois semaines : 31 500 francs. En désespoir de cause, les habitants ruinés, sans cesse tourmentés, s'enfuyaient dans les bois, abandonnant leurs maisons aux soudards, ou prenaient les armes et repoussaient les indésirables comme le firent ceux du Val de Morteau en novembre 1638, las des réquisitions mais aussi des vols, crimes et autres exactions commises.

147La conduite des troupes impériales et lorraines durant leur séjour en Franche-Comté a déjà été évoquée ; celle des régiments comtois le sera un peu plus loin. Pour le paysan ou le bourgeois imposé au logement, cela ne faisait de toute façon aucune différence. Car au cours de la guerre de Trente Ans, un soldat logé chez l'habitant s'en allait presque toujours avec les poches pleines, si ce n'est les mains couvertes de sang.

L'endettement des communautés

148Les réquisitions en vivres, les salaires des miliciens et des charretiers, les logements et entretien de soldats..., sans cesse les communautés comtoises, grandes ou petites, riches ou pauvres, durent ouvrir leurs greniers et leurs coffres pour le service du roi et la défense de la province.

149Or, les quelques exemples cités plus haut ont montré que les dépenses furent considérables, souvent sans aucune mesure avec les faibles ressources des dites communautés. Les contemporains eux-mêmes s'en étonnaient : « Nous avons fait pour plus de deux cent mille francs [de dépense], faisait remarquer le mayeur de Vesoul en 1638, chose incroyable à ceux qui ne l'ont pas vu, et qu'une petite poignée de gens dont cette villette est composée ait fait un tel effort. » Un habitant du Long-Sancey, village d'un cinquantaine de feux, se demandait aussi comment les habitants avaient « pu subsister parmi tant de charges qu’ils [avaient] été obligés de supporter ».

150Il y avait effectivement de quoi s'interroger en parcourant la liste des logements que les villages avaient dû endurer, en totalisant les dépenses de guerre des communautés qui se chiffraient pour certaines en dizaines, voire centaines de milliers de francs. Or, pour faire face à de telles dépenses, les habitants n'eurent qu'un seul recours : l'emprunt.

151Les prêts usuraires étant en principe proscrits, l'emprunt d'argent se faisait au moyen des constitutions de rente : contre la cession d'un capital, ou principal, le prêteur ou « acheteur » (car il achetait la rente) recevait de l'emprunteur une rente annuelle et perpétuelle généralement fixée à 7 %. Cette rente était dite perpétuelle car on ne pouvait y mettre fin qu'en remboursant la totalité du capital ; gagée sur les biens et revenus du débiteur, elle était donc transmissible aux héritiers du prêteur. Lorsqu'une communauté empruntait, il fallait que la constitution de rente fût dûment signée par les échevins, les deux tiers des habitants et deux témoins choisis à l'extérieur ; elle servait en somme de preuve et de pièce justificative aux dépenses.

152Les premières constitutions de rente apparurent dès l'ouverture des hostilités pour les frais de milice, charroi, logement de troupes, et plus le pays s'enfonçait dans la crise, plus « il fallait incessament [re]courir aux emprunts ». Aussi à la fin de la guerre de Dix Ans, les communautés comtoises qui avaient passé cinq, dix, vingt constitutions, devaient des sommes considérables : Clerval 26 000 francs, Faucogney 63 800, Gy 80 000, Luxeuil 300 000, Vesoul 250 000... Salins avait déjà emprunté 220 000 francs en 1637 et si en comparaison certaines villes semblaient avoir été moins dépensières (Orgelet 18 000, Lons 45 000...), c'était souvent parce qu'elles avaient été anéanties dès les premières années du conflit. Dans les campagnes, les montants étaient proportionnellement aussi élevés : les villages composant la terre abbatiale de Luxeuil avaient emprunté 53 147 francs au cours des seules années 1637-1638 ; la communauté de Grand-Sancey devait 5 700 francs, le bourg de Chariez plus de 36 000... Selon les députés des Etats, il y en aurait en tout pour environ six à sept millions de francs.

153Or, qui avait bien pu céder autant de capitaux aux communautés dans le besoin ? Il existe des renseignements concernant le monde rural. Si au xviiie siècle, un ou deux coqs de village régnaient en maîtres dans les communautés, une demi-douzaine de familles, quelquefois plus, occupaient les meilleures places au cours des premières décennies du xviie. Déjà présents à la fin du Moyen-Age, ces notables se partageaient les terres, les amodiations, les offices seigneuriaux, les charges de fabricien ou d'échevin, et donc les rentes. Ils unissaient leur famille à plus riches encore, parfois à la noblesse, et bâtissaient les logis de pierre qui subsistent encore aujourd'hui en dépit des guerres successives. Ils n'avaient souvent d'autre maître que leur seigneur.

154Les inventaires après décès de ces familles sont particulièrement instructifs : meubles de chêne et de noyer, ustensiles d'étain et de cuivre, lits de plumes, habits de serge ou de lin brodés et ouvragés, cuirs les plus fins ; mais aussi héritages, champs, prés, maisons ; enfin, quantité de rentes dues par les habitants du village et ceux des alentours.

155A chaque période difficile, c'étaient ces mêmes familles qui achetaient, prêtaient et s'assuraient la dépendance des débiteurs. Dans la baronnie de Belvoir par exemple, on peut citer les Bassand et les Ligier de Sancey, les Roussel de Belvoir, noms qui apparaissaient déjà dans les constitutions de rentes passées lors de la crise économique des années 1628-1631 ; ainsi pendant la guerre de Dix Ans, les Bassand prêtèrent à douze communautés pour un montant total de 8 390 francs :

Capitaux prêtés par les Bassand entre 1635 et 1644

156Les Ligier versèrent 3 450 francs, les Roussel 2 400 ; d'autres familles de la seigneurie avancèrent aussi des sommes moins importantes, les Maignien, Cocagne, Bassène, Biguenet...

157Dans les premières années du conflit, les communautés empruntèrent à leurs notables ou à ceux des environs, mais par la suite, il devint beaucoup plus difficile de trouver des capitaux : si la ville de Clerval s'adressa d'abord à ses habitants, elle dut dès 1637-1638 se tourner vers d'autres personnes, le baron de Soye, Pierre Bassand du Grand-Sancey, Denis Tissot de Belvoir, enfin vers divers particuliers de Besançon. L'argent se faisait de plus en plus rare : « il est maintenant plus malaisé de trouver cent francs à rente, disait un Dolois en 1637, qu'il n'était avant la venue des Allemands et Lorrains d'en trouver trente mille ». En outre, les acheteurs constamment sollicités doutèrent bientôt de la solvabilité des communautés endettées et exigeaient davantage de garanties : en 1638, le mayeur de Vesoul écrivait par exemple qu'à cause des grands emprunts contractés par la ville, « sur l'obligation insolidée des biens de chacun de ceux du Magistrat, l'on a pas pu rencontrer mille écus ces jours passés à Besançon ». Car, sur quels biens meubles pouvait-on encore gager les emprunts quand tout se vendait à vil prix ? Au plus fort de la crise certifiaient les uns, « l'on faisait plus d'état d'une miche de pain que des biens des gens riches » ; de fait, ceux d'un paysan de Neuchâtel-Urtière, estimés à mille francs en 1634, n'en valaient plus que cent en 1637 et personne ne manifesta l'intention de les acheter.

158A la fin de la guerre, il n'y avait donc pas une ville, pas un village de Franche-Comté qui ne fût redevable de quelques milliers de francs. Or, si le remboursement des emprunts pouvait attendre, beaucoup de communautés ruinées n'avaient pas même été en mesure de verser les rentes correspondantes, autrement dit d'acquitter les intérêts qui s'accumulèrent au fil des ans. On peut citer ainsi l'exemple de Saint-Hippolyte qui, au début des troubles, emprunta 9000 francs à un Bisontin ; en 1679, elle devait encore... 20 423 francs de « vieux intérêts » sur cette somme. Il est vrai qu'au bout de quinze ans, le montant d'une rente à 7 % dépassait déjà celui du capital...

159L'accumulation des dettes et des intérêts impayés allait d'ailleurs constituer une des difficultés majeures de la reconstruction économique du pays, un handicap d'autant plus grave que la Couronne espagnole, en dépit des promesses, refuserait de prendre à sa charge les remboursements.

160Par les milices, les charrois, la fourniture de vivres et les logements de soldats, tout le poids du conflit sembla peser sur les communautés du pays. Bien avant les ravages des troupes ennemies, la guerre se manifesta par une série d'impositions écrasantes, incessantes, sans commune mesure avec ce que les Comtois avaient subi auparavant, et auxquelles nul ne pouvait échapper. Refuser une réquisition, c'était s'attirer les foudres du gouvernement avec au mieux une amende, au pire un logement de troupes supplémentaire dont tout le monde pâtirait, c'était provoquer la colère des officiers et le déchaînement des soldats présents dans le village.

161Les coffres se vidèrent, les transports s'arrêtèrent faute de chevaux, les villes et les villages s'épuisèrent, s'endettèrent pour loger et entretenir les armées du pays... Avant même la venue de Weimar dans les montagnes jurassiennes, bien des hameaux étaient déserts, ruinés par l'impôt de guerre. C'était un aspect de la guerre de Dix Ans dont on avait mésestimé l'importance.

Les misères de la guerre

162La guerre de Trente Ans laissa dans les contrées qu'elle traversa un long cortège d'horreurs et de cruautés auxquelles les populations meurtries associaient parfois un nom : Werth, Tilly. Mansfeld, Wallenstein, Gustave-Adolphe...

163La Franche-Comté ne fut pas épargnée : « La guerre a régné environ dix ans avec une cruauté plus que barbare qui a produit des spectacles si horribles et désolations si universelles que jamais l'on a ouï parler de semblables ; les meurtres, assassinats, embrasements et ravages en ont été coutumiers », devaient rappeler les députés des Etats en 1654. Les misères des Comtois eurent pour nom Condé, Saxe-Weimar. Gallas, Longueville, Villeroi, Charles de Lorraine, La Mothe-Houdancourt qui, tous, apportèrent la ruine, le malheur et la dévastation comme la province n'en avait jamais connu.

164Barbarie, spectacles horribles, désolation générale..., ces termes n'étaient d'ailleurs pas différents que ceux qu'on utilisait couramment pour caractériser la guerre de Trente Ans dans toute l'Europe, que l’on fût en Allemagne, en Lorraine, en Hongrie ou aux Pays-Bas. Plus tardivement que dans le reste de l’Empire, le temps des malheurs était venu pour les Franc-Comtois.

Des « destructions universelles »

165Les ravages causés par l'ennemi et les soldats auxiliaires ont été maintes fois évoqués dans les chapitres précédents. Il convient néanmoins d'en rappeler brièvement la chronologie et insister sur la généralisation du phénomène.

166De 1633 à mai 1636, les destructions de guerre touchèrent essentiellement les régions frontalières du nord et de l'est, de Jonvelle à Saint-Hippolyte. Il s'agissait d'abord d'opérations de pillage et de raids menés par des bandes de cavaliers, mais très vite, on dut déplorer la perte de villages et l'assassinat de personnes, en particulier dans la région de Jussey envahie par les Franco-Suédois en mars et mai 1636. A l'est, la ville, l'abbaye et la terre de Lure étaient déjà totalement ruinées en 1635.

167Au cours du siège de Dole qui marquait traditionnellement l'ouverture des hostilités en Comté, l'ennemi courut la région pendant deux mois, incendiant Quingey ainsi que de nombreux villages : « Tout le bailliage et ressort de Dole est perdu et [de même] bonne partie du bailliage d'Amont sur la lisière du duché de Bourgogne et du Bassigny », affirmait-on. Malgré une certaine exagération à propos du nombre de villages incendiés, il n'en est pas moins vrai qu'une bonne part du bailliage secondaire de Dole fut abandonnée. En outre, les troupes comtoises et leurs alliés avaient plus ou moins malmené les environs de Salins, Omans et Besançon. L'année 1636 s'acheva avec la désastreuse campagne de Gallas. Les événements qui l'accompagnèrent, les quartiers qui suivirent mirent à feu et à sang la quasi totalité du bailliage d'Amont, n'ayant épargné que la partie méridionale du ressort de Baume. « Les villages sont tous abandonnés, les sujets morts pour la plupart. » Seuls les châteaux, bourgs et villes suffisamment fortifiés avaient pu échapper au vandalisme des Impériaux. L'année 1636 s'achevait donc avec la désolation de la moitié du territoire comtois et la perte des meilleures terres céréalières.

168Celle de 1637 dite des trois offensives accrut encore les destructions, en Amont, mais surtout au bailliage d'Aval et dans les montagnes du Jura. Après l'échec des Comtois en Bresse, les contre-offensives françaises ravagèrent la Petite Montagne ; Saint-Amour, Moirans et Les Bouchoux furent perdus. Mais ce fut durant l'été que l'action conjuguée de Weimar, Grancey et Longueville causa le plus de dommages ; au nord, l'ennemi fit tomber les places qui avaient échappé aux Impériaux : Gy, Marnay, Montby, Villersexel, L'Isle-sur-le-Doubs, Clerval, Mathay...

169Villes et villages d'Aval connurent le même sort et le feu détruisit Lons-le-Saunier, Orgelet, Bletterans, Arinthod, Sellières, Clairvaux, Arlay... Les campagnes du Revermont et de la Bresse comtoise étaient désormais sans habitants. L'année se termina par la mise à sac de la Franche-Montagne et l'installation des Lorrains dans les terres montagneuses de Baume (Châtillon, Belvoir, Passavant...) et d'Ornans (Vercel, Vennes, Réaumont...). Les environs de Salins de même que les seigneuries de Montmahoux et de Maillot subirent pareillement la « protection » des Lorrains de Charles IV.

170L'œuvre destructrice des auxiliaires se prolongea au printemps de 1638. Lorrains et Impériaux s'ouvrirent de nouveaux quartiers au ressort de Pontarlier et les terres de Levier, La Rivière, Les Usiers, Montbenoît eurent à subir leurs exactions. Au bailliage d'Amont, ces mêmes troupes incendièrent encore les derniers villages et démantelèrent des châteaux.

171En juin, le duc de Longueville lança sa troisième offensive et envahit le Vignoble. Il fit incendier Poligny, les faubourgs d'Arbois ainsi que de nombreux villages et places fortes. Remontant ensuite vers le nord, les Français coururent les environs de Dole, Pesmes et Champlitte. L'année prit fin avec le retour des Lorrains, lesquels se répandirent dans les montagnes, de Nozeroy à Saint-Hippolyte ; néanmoins, la brièveté de leur séjour et les réactions de la population firent qu'il y n'eut presque pas de destructions.

172Ainsi, au bout de la troisième année du conflit, il n'existait plus une seule région des bas-pays épargnée par les misères de la guerre ; tout avait été couru et ruiné par les soldats. Quant à la Montagne jurassienne, elle avait durement ressenti les logements des troupes auxiliaires qui avaient occupé et appauvri les contrées les plus septentrionales. En somme, il ne restait plus d'intact que l'actuel Haut-Doubs, le val de Mièges et la terre de Saint-Claude, tous « chargés de grandes impositions ».

173Bernard de Saxe-Weimar acheva de perdre la Montagne. En janvier 1639, ses troupes forcèrent les terres de Réaumont, Vennes et Morteau puis s'emparèrent de Pontarlier. De janvier à juin, Français et Weimariens envahirent et pillèrent la région jusqu'à Saint-Claude au sud, la bordure du Vignoble au centre, la vallée du Doubs au nord. De nombreux villages furent encore la proie des flammes, de même que les villes de Pontarlier. Saint-Claude. La Rivière... A l'automne, le marquis de Villeroi ruina encore les derniers châteaux de la vallée de l'Ain.

174Cette fois, la guerre avait dévasté toute la province : « Toutes les petites villes, bourgades et généralement la campagne sont brûlées, sans couvert et sans hôtes » ; « tout est désert et [il] n'y a plus de villages habités en la province qui en avait deux mille », écrivaient en août 1639 des témoins du drame ; ils insistaient beaucoup sur le fait qu'on ne trouvait plus aucun habitant dans les villages ruinés, sauf « en quelques petites cabanes en fort peu de lieux ». Il ne restait pour seuls îlots de survie qu'une dizaine de villes comme Salins, Dole, Besançon, Omans, Gray, Vesoul, Luxeuil, Faucogney, Jonvelle... et quelques châteaux.

175Entre 1640 et 1644, les dernières campagnes n'eurent jamais l'ampleur des précédentes, l'ennemi s'efforçant seulement de faire tomber les places qui lui avaient résisté. Ainsi, la guerre des moissons de 1640, jugée si infamante de par son procédé, causa peu de dégâts supplémentaires ; il n'y avait plus rien à détruire si ce n’est les cultures autour des villes. Il est sûr que les francs-tireurs du baron d'Arnans commirent plus d'exactions dans les villages des montagnes que les faucheurs dans les plaines de la Saône et du Finage.

176Plus destructrices furent en revanche les opérations de représailles menées par Grancey et du Halber au bailliage d'Amont en 1641. Elles ruinèrent bon nombre de bourgs et de châteaux parmi lesquels Jonvelle, Faverney, Suaucourt, Saint-Rémy, Demangevelle... Ray et Scey-sur-Saône passèrent à l'ennemi, Vesoul et Luxeuil durent composer.

177La dernière chevauchée de Turenne au printemps de 1644 ramena quelques troubles au nord et à l'est du bailliage d'Amont mais là encore sans beaucoup de gravité. L'incendie du château de Mélisey, survenu le 12 mai 1644, mettait un terme aux destructions de la guerre de Dix Ans.

178Ainsi, il ne fait aucun doute que le fléau de la guerre se répandit dans toutes les régions de Franche-Comté, sans exception. Les soldats avaient pénétré partout, zones frontalières, bas-pays, plateaux, vallées, montagnes du Jura et des Vosges, pour conquérir ou pour séjourner selon qu'ils fussent ennemis ou auxiliaires, mais toujours pour piller, dévaster et incendier. Il avait fallu deux ans à la peste pour ravager entièrement la Comté ; à sa manière, la guerre n'en mit que quatre : en juillet 1639, tout était déjà pratiquement terminé.

179Une carte où figurent l’emplacement des villes et des villages incendiés par les soldats et mercenaires, démontre également la généralisation des destructions sur tout le territoire comtois. Cette carte n'a pas la prétention d'être exhaustive ; d'autres sites auraient pu s'ajouter à la liste déjà longue des villages détruits par le feu, ceux que l'on disait « dévastés » comme Levier, Faverney ou Auxon-les-Vesoul..., et ceux beaucoup plus nombreux encore qui tombaient en ruine pour être restés inhabités pendant plusieurs années et laissés en proie aux pillards : « Nous apprenons que les paysans pour la plupart ayant abandonné les villages voisins de cette ville [de Gray], certains coquins qui y sont demeurés ruinent, ravagent et abattent les maisons et bâtiments, et brûlent les bois d'iceux, voire même les apportent vendre en cette ville », signalait par exemple le Magistrat graylois. Ils n'auraient de toute façon rien apporté de plus à cette représentation cartographique des destructions, tout au plus auraient-ils renforcer l'impression d'uniformité qui s'en dégage.

Villes et villages incendiés
– 1635-1644 –

180Au cours de la guerre de Dix Ans, treize villes de Franche-Comté furent détruites par le feu : Jonvelle, Jussey, Marnay et L'Isle-sur-le-Doubs au bailliage d'Amont ; Quingey au bailliage du Milieu ; Poligny, Pontarlier, Bletterans, Nozeroy, Orgelet, Lons-le-Saunier, Saint-Amour et Saint-Claude au bailliage d'Aval. Arbois échappa de peu à la destruction complète car, ainsi que le révèle un témoin, « environ les deux tiers de la dite ville au temps de la prise et invasion faite par l'ennemi français [1638], a été brûlé et le reste à moitié ruiné ». Des autres cités il ne restait rien, si ce n'est parfois le château occupé par l'ennemi comme à Saint-Amour, Bletterans, Nozeroy ou Marnay.

181Quant aux villages, il en a été dénombré plus de trois cents totalement brûlés, parmi lesquels les bourgs de Villersexel, Gy, Clairvaux, La Rivière, Sellières, Arlay, Moirans, Arinthod, Clerval... Aux xvie et xviie siècles, la province en aurait compté environ deux mille ; en somme, au moins un sixième des villages comtois avait disparu en 1644, anéanti par le feu. Comme pour la peste, quelques rares localités échappèrent à la destruction et ne souffrirent que modérément de la guerre : celles du Haut-Jura situées à l'écart des principales voies de communication, Saint-Lupicin, Morez ou Les Rousses. « Si les ennemis ne sont pas venus aux Rousses, faisait remarquer le curé du lieu, c'est parce qu'il y avait peu de choses à manger et de très mauvais chemins. »

182De 1635 à 1644, la guerre sévit en toutes régions de Franche-Comté, laissant derrière elle un nombre impressionnant de villes et de villages détruits. Incursions ennemies et pillages impériaux s'étaient unis pour le malheur des populations. Une question reste posée ; combien la guerre fit-elle de victimes parmi les habitants ? Il n'est guère possible de répondre ; au 22 juillet 1637, le parlement de Dole avançait le chiffre de 50 000 morts, mais une telle estimation ne s'appuie sur aucun fondement solide. La guerre, disait-on, tuait peu directement ; il y eut toutefois certaines tragédies, comme par exemple le sac de la ville de Magdebourg par Tilly en 1631, qui faisaient d'un seul coup des milliers de victimes. En Comté, le fléau ne se montra pas aussi terrible ; il tua quelques dizaines d'hommes par-ci, quelques centaines par-là, en tout peut-être des milliers ou dizaines de milliers, sans qu'il soit possible d'en dire davantage : le nombre de morts du siège de Dole n'est même pas connu. Quant à la plus importante tuerie survenue dans la province, il semblerait que ce soit celle perpétrée contre les habitants de Pontarlier en juillet 1639 : trois cents d'entre eux périrent dans l'incendie général de la ville allumé par les soldats de Guébriant.

183En définitive, la guerre fit beaucoup plus de victimes en répandant la maladie, les privations et la faim, maux qui accompagnaient ordinairement son cortège ; comme la peste avait moissonné les vies humaines, la guerre détruisit les cadres traditionnels de l'existence : la communauté, le logis, la terre..., et apporta aux populations rurales misères et tourments.

Croates, Suédois ou Comtois

184Que le déferlement des troupes apportât le malheur, les souffrances, la mort dans les campagnes comtoises, les chapitres précédents l'ont décrit à plusieurs reprises. Les chevauchées de Longueville, Guébriant, Weimar ou Villeroi, les « exploits » des sieurs Prélet, Nicolas ou Maillard, censés défendre le pays contre les précédents, laissèrent de cruels souvenirs aux occupants des villes et des villages de Franche-Comté, volés, rançonnés, torturés, assassinés par pure cupidité voire par plaisir.

185Il est donc inutile de revenir sur tous les sévices infligés aux populations par ces héritiers directs des Ecorcheurs, des reîtres du duc d'Albe ou des Guise. Il convient néanmoins de citer un texte, déjà connu par ailleurs, qui résume parfaitement les pratiques de l'époque et qui aurait pu servir de légende aux célèbres gravures de Jacques Callot :

« Les Allemands, Lorrains, Français, Suédois, autant les troupes auxiliaires comme les ennemis, pour avoir de l'argent ou ce qu'ils désiraient de ceux qu'ils pouvaient attraper, leur faisaient avaler |...] de l’eau chaude, de l’huile, de l'urine, de l'eau de fumier, et des seaux entiers, et après leur sautaient des pieds sur le ventre pour la faire ressortir par la bouche. [Ils] donnaient le frontail aux uns [...| jusqu'à leur faire sortir les yeux de la tête ; chauffaient les autres au cramail par les pieds et faisaient de la fumée au dessous pour les étouffer ; descendaient des autres dans des puits jusqu'au sol et les laissaient là ; violaient femmes, filles publiquement et en présence des maris et des pères, abusaient des femmes âgées [...]. Ils tuaient les hommes et les femmes de sang-froid, les femmes enceintes ils les éventraient pour leur tirer le fruit du corps ; donnaient des coups de pistolet dans les tonneaux et laissaient couler le vin dans les caves ; faisaient manger le blé à leurs chevaux quoiqu'il y eût du foin en abondance ; rompaient, brûlaient de gaîté de cœur tous les plus beaux meubles, embrasaient les maisons et villages entiers... »

  • 11 Prost (Bernard), Documents inédits relatifs à l'histoire de la Franche-Comté : histoire anonyme des (...)

186Il s'agit sans doute d'un texte postérieur aux événements qu'il décrit11, mais qui n'en demeure pas moins fidèle à la réalité. En voici pour preuve la supplique des Etats de Franche-Comté adressée au Cardinal-Infant dans les premiers mois de 1637 :

« Les plus fréquents ébats et continuels exercices [des soldats sont] d'emprisonner les munitionnaires, rançonner les paysans, profaner les églises, meurtrir et massacrer les prêtres, enlever les vases sacrés, démolir malicieusement les maisons, chauffer et brûler les pieds des pauvres paysans, leur faire écorcher les ongles jusqu'au milieu des doigts, leur faire avaler en abondance l'eau des égouts, des mattras [fumiers], les faire pendre et étouffer à la fumé. Leur rage est venue jusqu'à tel point insolente que ces jours passés, en un lieu proche de Vesoul, deux d'entre eux ont crucifié un pauvre paysan et, pour lui rendre ce tourment plus sensible, lui appliquaient des flammes et feux ardents à la plante des pieds. »

187Il faut imaginer que de tels agissements ont eu cours pendant toute la durée des grandes campagnes, soit quatre années entières, et même davantage ; les récits qui ont été faits de l'occupation lorraine et impériale suffisent amplement à le démontrer.

188On a parlé d'Allemands, de Lorrains, Français ou Suédois, mais quel a été le comportement des troupes comtoises durant le conflit ? Horrifiées et dépassées par les excès des auxiliaires, par les massacres de l'ennemi, les autorités comtoises s'étaient souvent contentées de souligner la misère des garnisons, le dénuement des régiments de la province. Face à la couardise des Lorrains qui fuyaient les combats, elles louèrent également le courage d'officiers tels que La Verne, Saint-Maurice, ou encore les capitaines Cadet et Dusillet pendus pour leurs actes de résistance. Mais de tels constats, bien que tout à fait exacts, ne doivent cependant pas faire oublier que les troupes comtoises ont commis des méfaits en tous points semblables, pillant les villages où elles s'installaient, dévastant le logis des hôtes, semant la terreur autour des châteaux qu'elles contrôlaient. L'étude consacrée aux partisans de d'Arnans et Lacuson s'en était déjà fait l'écho. Or, bien avant la fin des grandes campagnes et l'apparition des francs-tireurs, soldats et officiers de la province agirent avec la même licence et causèrent autant de désordres que les étrangers. Dissimulées en partie par le déroulement précipité des événements et l'omniprésence des armées de secours, leurs exactions apparurent au grand jour en juillet 1639.

189Dès le mois de juin 1636 en effet, des officiers bailliagers informèrent les autorités du pays des méfaits de troupes comtoises : un capitaine du régiment de Varambon logea par exemple ses fantassins dans la terre de Vercel « où ils ont fait toutes les extorsions et violences que pourrait faire l'ennemi ». Début août, deux autres régiments conduits par Raincourt et Cubry s'installèrent à Avanne et, sous prétexte que le village appartenait à un Français, « le mirent au pillage et exercèrent toute sorte d'hostilités, tuèrent, volèrent et pillèrent ». Enfin, les écarts de conduite du capitaine Gigoulet, logé à Virey en septembre, ne sont pas décrits, mais le Parlement décida que cet officier méritait un châtiment exemplaire et il envoya la compagnie Perceval le capturer, avec ordre de le tuer s'il opposait la moindre résistance.

190Au cours des premiers quartiers d'hiver, le comportement des troupes comtoises logées chez l'habitant devint aussi pernicieux que celui des soldats étrangers : à Silley-Amancey où les cavaliers du capitaine Chevigny vinrent loger sans ordre, certains « attachèrent un homme de soixante et quatorze ans dans un van [pour] lui chauffer les pieds devant le feu. Et parce qu'une pauvre femme le voulut remontrer du mal qu'il faisait, un soldat lui donna un coup d'épée au travers de la tête ». Vers Omans, la compagnie du sieur de Cuse « prit les chevaux à Saules, Guyans-Durnes et Omans, et à Scey [-en-Varais] dix-huit tant bœufs que vaches, et attacha l'échevin à un pilier et fait toutes les violences et cruautés, même se mettre en devoir de forcer les femmes ». En janvier 1637, Jean Boyvin devait déjà reconnaître que « sauf le brûlement, les troupes du pays viv[ai]ent aussi licencieusement que les autres », un avis que ne partageaient pas tout à fait les officiers d'Omans qui rapportèrent qu'à Montrond, « pour n'avoir pas voulu donner de l'argent à quelques officiers qui le requéraient, [...], le dit village, l'église et la maison curiale furent incontinent brûlés et mis en cendre sans que les habitants aient tiré de leurs maisons ni meuble ni fourrage ». Cette fois, on mit en cause les cavaliers du capitaine de Thoraise...

191Le gouvernement ne pouvait évidemment rien faire contre ce déchaînement de violence. Les capitaines, aussi indisciplinés que les hommes, exigeaient plus d'argent pour leurs quartiers, fermaient les yeux sur les exactions des troupes, voire les incitaient à en commettre davantage, suivant l'exemple des Lorrains et des Impériaux qui, autour d'eux, brutalisaient et dépouillaient en toute impunité. D'ailleurs, soldats comtois et soldats étrangers n'avaient pas attendu la permission de leurs officiers pour, ensemble, aller battre la campagne : « Il y a huit jours passés, notait le mayeur de Gray en 1637, que dix ou douze cavaliers, lesquels nous croyons Lorrains et Bourguignons [Comtois|, courent et battent les chemins aux environs de cette ville, prenant tous les chevaux, le pain et la provision que le pauvre peuple a pour faire ses moissons, donnent le blé à manger à leurs chevaux et emportent le reste. » Les habitants du petit village de La Grange-Belvoir, chassés une première fois par des Lorrains au début de 1638, décidèrent de rentrer au village pour récolter ; or, « s'étant rassemblés pour ramasser quelque peu de grain qu'ils avaient semé au voisinage, les compagnies conduites par le seigneur comte de Saint-Amour et une autre conduite par le sieur de Buffignecourt, capitaine lorrain, s'y vinrent encore loger et leur prirent ce qu'était leur moisson » ; cette fois, les villageois ne revinrent plus avant la fin des guerres.

192Les troupes en garnison dans les places commettaient autant de méfaits que celles en campagne. Autour de Gray, on volait le grain, les raisins, on attaquait les convois. De Saint-Hippolyte, des raids étaient lancés jusqu'en Suisse : le 3 février 1637, les chevaux, bijoux, linges, meubles et vivres disparurent de Saint-Ursanne, emportés par la garnison comtoise. A Salins, les troubles semblaient plus graves puisque le Magistrat exigea du Parlement la diminution du nombre de soldats logés en ville. Plus tard, il demanderait même au nouveau gouverneur la saisie de leur colonel, Jean-Baptiste de Saint-Maurice-Lemuis, commandeur de l'ordre de Malte.

193Ainsi, dignes émules des soudards impériaux, les soldats comtois se comportèrent comme en pays conquis. Bien que logés et entretenus dans leur propre pays, ils pillaient, incendiaient les villages, dépouillaient et molestaient les habitants, tantôt se joignant aux Lorrains, tantôt agissant seuls sous la bienveillance, sinon avec les encouragements de leurs capitaines... La guerre de Trente Ans fut à ce point cruelle et déconcertante.

La loi des maîtres de château

194Le départ des Weimariens et des contingents auxiliaires en 1639 laissa le champ libre aux troupes comtoises. Celles-ci, bien à l'abri derrière les murs des villes et des forteresses encore tenables, continuèrent à dévaster ce qui restait des campagnes, cherchant nourriture et butin au détriment des populations survivantes. Seulement cette fois, elles ne pourraient plus faire porter aux soldats étrangers la responsabilité de leurs agissements qui se révélaient ainsi en pleine lumière.

195De 1639 à 1644, chacune des places gardées devint un véritable repaire de détrousseurs et de brigands qui ne connaissaient qu'une loi, celle de leur capitaine, toujours la même d'ailleurs d'un château à l'autre : vivre et s'enrichir aux dépens des habitants du voisinage, par la force s'il le fallait.

196Les derniers Suédois n'avaient pas encore évacué la province que déjà, les soldats du comte de Saint-Amour, réfugiés à Besançon, faisaient parler d'eux : « Monsieur le comte, nous avons été avertis que deux parties composées des soldats tant de votre régiment qu'autres logés à Besançon, sont sortis à diverses fois avec faux, faucilles pour couper et enlever les moissons dans la Montagne ou vallée d'Omans, à quoi les ennemis n'ont point touché. » Loin d'être isolé, le cas bisontin fut imité en toutes régions et le parlement de Dole dut ordonner aux garnisons de Neuchâtel-Urtière, Châtillon-sous-Maîche, Bermont, Belvoir, Les Usiers, Maillot..., de cesser le pillage des moissons. Les ordres envoyés n'eurent évidemment aucun effet et les officiers qui s'étaient emparé des moissons refusèrent d'en céder le moindre boisseau aux munitionnaires royaux et aux commis : « Dans toute l'étendue du bailliage (de Baume], écrivait-on par exemple, il n'y a pas la subsistance d’une année pour le peuple qui y reste, excepté ce que l’on peut trouver dans la terre de Belvoir d'où le commandant nommé Chalon, Lorrain de nation, ne permet aucune distraction. » Le sieur Jolicœur. capitaine à Bermont, refusait tout autant d'obéir et de céder du grain aux munitionnaires, en dépit du fait qu'il s'était approvisionné en dérobant le blé aux paysans et en attaquant les convois.

197En 1639 il est vrai, le comté de Bourgogne subissait de plein fouet les conséquences d'une situation économique désastreuse et une grande famine avait déjà ravagé le pays l'année précédente. Aussi, craignant une nouvelle pénurie, chacun recherchait de la nourriture par n'importe quel moyen, quitte à dépouiller l'autre et à garder précieusement ce qui avait été amassé. Dans ce contexte, une telle attitude pourrait se révéler compréhensible, sinon excusable : c'était ce que tout le monde faisait, le fort au détriment du faible, et les garnisons n'avaient souvent que ce moyen pour survivre, prélevant leur part sur les paysans, les retrahants et les charretiers passant à leur portée.

198Seulement, la recherche de nourriture et la faim n'étaient souvent que le prétexte aux actes de brigandage les plus odieux. La capture et le rançonnement de personnes devinrent à ce point coutumiers qu'en octobre 1639, le Parlement fit publier un édit qui demandait aux soldats d'épargner au moins les gens du peuple et les pauvres. Les leçons des Impériaux avaient été finalement très bien retenues !

199Ainsi, ce même sieur Chalon qui refusait de vendre son blé, n'avait de cesse « de tuer les paysans comme il a fait à Valoreille, terre de Châtillon, il y a environ quatre jours, et a pris toutes les charrues et volé les chevaux, les vaches et les graines de Droitfontaine, terre de Vaucluse, empêche les semailles, prend les échevins prisonniers comme ceux de Surmont [...], tient toutes avenues comme celle de Besançon [...], celle de Baume et Clerval, impose les villages à discrétion ». Sans doute, Chalon était Lorrain, tout comme le capitaine Robert qui avait fait des Usiers un repaire de voleurs et d'assassins, était Liégeois, mais la même terreur régnait autour les autres places de Franche-Comté, au bailliage d'Amont comme en celui d'Aval. En outre, des bandes de soldats licenciés venaient parfois occuper les ruines de forteresses ou les châteaux inhabités pour accroître encore les misères du voisinage. Et que faire, si ce n'est ordonner aux officiers des garnisons les plus proches de chasser les voleurs ? Ils obéissaient sans doute, mais c'était pour prendre aussitôt la place de ceux qui avaient été évincés. Car les capitaines se disputaient les terrains de chasse et pillaient de préférence les villages qui dépendaient d'autres châteaux : les Bsoldats de elvoir, disait un témoin, « avaient tellement en haine ceux de Châtillon [-sous-Maîche], qu'ils prenaient tout ce qu'ils pouvaient » quand d'aventure, ils passaient à proximité.

200La situation resta inchangée jusqu'aux premières surséances d'armes ; la liste des méfaits commis par les capitaines des places et leurs hommes continuait seulement à s'allonger : en mars 1642 avouaient les gens de Baume, les soldats de Bermont auraient plus de deux cents assassinats à leur actif. Les voleurs jetaient leur dévolu sur les villages qui avaient accepté des sauvegardes de l'ennemi, pensant que les plaintes auraient ainsi moins de chance d’être retenues ; ce fut ce prétexte que donna par exemple le chevalier de Moiron dont les hommes, en garnison à Saint-Hippolyte, avaient pillé et incendié des maisons à Rosureux. En réalité, personne n'était dupe, d'autant plus qu'à partir de 1640, la plupart des communautés habitées de la Montagne s'étaient placées sous sauvegardes. Ne craignant pratiquement plus rien des ennemis, les Comtois continuèrent à redouter les soldats de leur propre année...

201Dès 1640 toutefois, le gouvernement de la province entreprit dans la mesure de ses possibilités de lutter contre les abus les plus flagrants ; il fit destituer et arrêter les capitaines accusés de vols, viols et meurtres par les habitants : Bonnans de Faucogney, Dubois de Flagy, Robert des Usiers..., réforma le régiment de volontaires du baron d'Arnans. Mais le manque de moyens et les mauvaises relations entre le gouverneur et le Parlement ne donnèrent pas à ces mesures l'ampleur souhaitée. Il fallut attendre la nomination du baron de Scey, en 1642, pour constater un assainissement plus efficace et plus durable de la situation. On nomma un auditeur général de la justice militaire et de nouveaux édits contre les désordres et le pillage furent proclamés. Les autorités continuèrent d'expulser les capitaines qui faisaient l'objet de plaintes et le nouveau gouverneur intervint même contre les garnisons seigneuriales : « Il ne faut souffrir que le peu de gens qui sont à Belvoir troublent tout le reste. J'espère que S. A. de Lorraine ne trouvera point mauvais que l'on en use selon qu'il est permis en bonne justice. »

202Il n'empêche qu'en dépit des mesures prises, la « loi des maîtres de château » continua de régner jusqu'à la fin de la guerre de Dix Ans et même la création en 1644 d'un impôt levé sur chaque bailliage et destiné à l'entretien des troupes du pays ne changea rien à la situation : dans une province déserte, désorganisée et ruinée, il fallait davantage qu'un trait de plume pour mettre fin à une décennie de désordre et de violence. Les assassinats et les incendies se firent plus rares mais les vols continuèrent de troubler l'existence des Comtois engagés dans la reconstruction du pays.

203Ainsi, les troupes comtoises s’étaient comportées de la même manière que les auxiliaires lorrains ou impériaux ; le départ de ces derniers en mars 1639, loin d'apaiser les souffrances, ne fit que mettre en évidence les excès de ceux qui demeuraient, bien à l'abri derrière les murailles des châteaux et des villes, intouchables ou presque, encouragés voire soutenus par leurs officiers. En somme, les misères de la guerre avaient rendu les soldats comtois aussi criminels et détrousseurs que n'importe quelle bande de mercenaires et d'ennemis.

204Les impositions permanentes et ruineuses, les destructions étendues à toute la province, le règne incontesté des soudards voleurs et assassins furent les manifestations les plus marquantes du second fléau que Dieu lança sur le comté de Bourgogne. Moins meurtière que la peste, la guerre anéantit plus les biens que les hommes mais son cortège de cruautés, d'horreurs et de désolations bouleversa profondément les esprits. Il faut en effet mesurer le degré de souffrance morale des populations tourmentées de tous côtés, se demandant sans cesse s'il existait réellement une distinction entre soldat ami et soldat ennemi, entre soldat comtois et mercenaire étranger. Valait-il mieux vivre sous les murs de Nozeroy et de Montaigu que sous ceux de Joux et de Grimont ? En vérité, les conditions étaient strictement les mêmes. Tragédie qui ne pouvait que laisser des séquelles, la guerre de Dix Ans fut un creuset où toutes les misères, toutes les violences étaient venues se fondre.

La crise économique et la famine

« Les miens, plutôt que d'aller soulager leurs entrailles
« Aux offres des François,
« Ont mangé des corps de qui les funérailles
« Etaient de plus d'un mois.
« Sept hommes dans un bois où la faim et la peste
« Les avaient assiégés
« Ont joué qui d'entre eux serait mangé de reste,
« Et en effet ils l'ont mangé.
« Des enfants de famille ont déterré leur mère
« Pour vivre de la chair
« Et n'ont point eu égard que le corps plein d'ulcères
« Infectait déjà l'air. »

205Après la peste après la guerre, il vint encore la famine, le troisième fléau de Dieu, la conséquence des précédents.

206Or, là encore, la guerre de Dix Ans devait descendre au comble de l'horreur et de la détresse car tout ce que décrit ce poète anonyme, excepté peut-être le tirage au sort, ne fut en aucun cas le produit de son imagination, mais bien une terrible réalité, pleinement certifiée par les archives. Au cours d'une crise économique sans précédent dans la Franche-Comté des Habsbourg, on mangea en effet n'importe quoi pour ne pas mourir de faim, y compris les cadavres des animaux et des hommes ; on tua même des gens pour se nourrir de leur chair.

207En 1622-1623, plus encore en 1628-1631, des crises de subsistances avaient déjà bouleversé la vie des Comtois, jetant sur les chemins quantité de pauvres gens privés de pain, obligeant gouvernants et officiers à prendre des mesures pour soulager les misères et assurer l'ordre public. Toutefois, malgré un recul sensible de la natalité, aucun témoignage n'avait fait état de décès survenus par manque de nourriture ; les dérèglements cessèrent avant que la disette eût laissé place à la famine.

208Il en fut bien autrement en 1635-1644 : le phénomène de crise prit les proportions de la démesure et eut d'effroyables conséquences ; la situation économique resta perturbée pendant huit années ininterrompues ; ce fut le règne de la pénurie ; une cherté incroyable multiplia le prix du pain par dix ou douze et on n'entendait parler que de villes affamées, de malnutrition, de nécrophagie et d'anthropophagie, de mort... Aussi tragique que les deux précédents fléaux, la famine fut l'illustration même des horreurs de la guerre de Trente Ans.

Huit années de crise économique

  • 12 Debard (Jean-Marc), "Subsistances et prix des grains...

209Pour étudier les mouvements économiques, l'historien a besoin de données sérielles et précises : les prix du grain vendu sur les marchés des villes, prix que les contemporains consignaient généralement dans des registres, les mercuriales. Pour la région, on peut citer celle de Montbéliard analysée par Jean-Marc Debard12, un document exceptionnel qui ne connaît aucune interruption entre 1571 et 1793.

210En Franche-Comté, il n'existe pas de sources de cette qualité et le chercheur doit se contenter des séries lacunaires et imprécises qui figurent dans certains registres de délibérations municipales (Baume-les-Dames, Dole, Luxeuil, Besançon...), ou sous l'intitulé prometteur mais généralement décevant d'une cote d'archives, les mercuriales de Vesoul ou le « rapport des grains » de Gray par exemple. Aussi, dans le contexte de la guerre de Trente Ans, les résultats obtenus à Montbéliard étaient couramment appliqués à la Franche-Comté voisine car, bien que la principauté luthérienne n'eût pas tout à fait la même destinée politique que le comté de Bourgogne, elle connut pareillement les épidémies, l'insécurité, l'occupation permanente des garnisons, la pénurie et les difficultés de ravitaillement. En outre, une étude de la crise économique de 1628-1631 avait déjà démontré la parenté évidente qui unissait les courbes des prix du blé à Montbéliard, Baume-les-Dames, Luxeuil et Dole.

Comparaison des mercuriales de Montbéliard et de Dole (1634-1644)

  • 13 Bouriot (François), Les problèmes des blés à Besançon du xvie siècle à la Conquête française, D.E.S (...)

211Or, une heureuse surprise devait attendre les historiens de la guerre de Dix Ans : des renseignements tirés des registres des délibérations municipales de la ville de Dole et de l'abondante correspondance du Parlement ont permis l'établissement d'une courbe presque complète des prix du blé vendu dans la capitale comtoise entre 1634 et 1645. Finalement, la Franche-Comté n'était pas aussi dépourvue de ce type de sources que ne le laisseraient supposer les travaux antérieurs13.

212Chacun peut constater sur le graphique ci-joint qu'il existe une certaine similitude entre les deux courbes, montbéliardaise et doloise, mais également quelques différences.

213Mais auparavant, il convient de mesurer l'ampleur du phénomène. « Au lieu en effet, d'avoir comme d'habitude une crise en forme de pic, il s'agit d'un massif », résume Jean-Marc Debard. Effectivement, la crise, ou plutôt les crises économiques des années 1635-1644 paraissent à l'évidence sans commune mesure avec celles du passé. A Montbéliard, les prix flambent dès 1636 et se maintiennent ensuite à un niveau de détresse jusqu'aux moissons de 1642, exception faite d'une baisse spectaculaire et provisoire enregistrée en 1637. Trois crises se distinguent plus particulièrement : celle de l'hiver 1636-1637, celle bicéphale des années 1638 et 1639, de loin la plus grave, enfin celle de 1642, moins longue dans le temps mais tout aussi impressionnante.

214Dole n'a pas subi de hausse spectaculaire en 1635 ni au cours de l'hiver 1636-1637 comme à Montbéliard, mais plutôt une montée en dents de scie des prix, depuis 1636 jusqu'en 1639. La même crise bicéphale se dessine ensuite, mais reportée sur 1639-1640, soit avec un an de décalage par rapport à Montbéliard. Un palier élevé lui succède, plus bref que celui observé dans la principauté. Enfin, à la fin de 1641 et début de 1642, une dernière hausse s'amorce, plus importante encore que celle des années 1639-1640, mais contemporaine cette fois à la crise montbéliardaise.

215Quelques données partielles enregistrées à Besançon et dans les villes du bailliage d'Amont confirment d'une part, que le déclenchement des premières crises survenues en Franche-Comté a bien été décalé d'une année, d'autre part que la hausse des prix de 1642 a dépassé toutes les précédentes ; elles montrent aussi que la baisse des cours enregistrée dès l'automne 1642 a été moins rapide au comté de Bourgogne qu'à Montbéliard, donc davantage répartie sur 1643 et plus régulière, sans remontée notable en 1644.

216Ainsi, en dépit de quelques nuances locales, la crise économique des années 1635-1643 fut aussi durement ressentie à Montbéliard que dans les villes comtoises. L'examen des courbes qui dessinent le même massif, les mêmes pics, le démontre ; la seule différence notable qu'il faut retenir est le décalage chronologique : en Franche-Comté, tout se déroula avec un an de retard par rapport à Montbéliard. C'est un fait que Jean-Marc Debard avait perçu en étudiant les données bisontines et en confrontant les prix strasbourgeois et bâlois à ceux de la mercuriale montbéliardaise : « Tout semble s'être passé comme si la crise de subsistances avait pris l'aspect d'une onde mobile glissant peu à peu du nord de l'Alsace à la Franche-Comté centrale en passant par la Porte de Bourgogne et la principauté de Montbéliard. » Grâce aux prix du blé de Dole, le fait est aujourd'hui confirmé et établi : en 1636, donc un an après Montbéliard, l'onde de crise gagnait la Franche-Comté, conjointement avec la peste et les troubles guerriers.

217Tels sont les enseignements de l'étude comparative des prix frumentaires. Il importe dans un deuxième temps de revenir sur le déroulement de la crise en Franche-Comté et d'évoquer les témoignages des Comtois qui ont vécu ces années difficiles.

218En 1635, les moissons semblaient s'être déroulées sans trop de problèmes malgré la sécheresse qui affecta les foins. Plus inquiétante était la peste qui ravageait le Sundgau et la principauté de Montbéliard et qui commençait de gagner les régions du nord-est ; le fait est que les prix du froment augmentèrent, raisonnablement à Dole et à Besançon, plus franchement à Baume-les-Dames et à Faucogney où le mal sévissait déjà. En outre, la déclaration de guerre entre les deux Couronnes constituait une sérieuse menace pour l'avenir.

219La hausse des denrées se poursuivit en 1636 et, même si elle paraissait encore modérée, elle n'en était pas moins constante depuis 1634 ; au bout du compte, les prix du blé avaient triplé dans la plupart des villes comtoises et certaines d'entre elles parlaient déjà de situation préoccupante : « Il est à craindre de venir une disette et famine ouverte », déclaraient par exemple les échevins d'Ornans, ville dans laquelle certains déjà « font du pain de gland, mangent des racines et autres malignités » ; on n'était d'ailleurs guère optimiste pour l'avenir : « Nous craignons encore cette même disette pour l'année prochaine, d'autant que par faute de grain, plusieurs sont contraints de laisser leurs héritages sans semer. » Deux mois plus tard, les événements se précipitaient : le siège de Dole marquait l'ouverture de la campagne de Franche-Comté et avec elle, les réquisitions, le pillage et l'insécurité ; parallèlement, la peste se déchaînait sur toute la province dès l'arrivée des chaleurs estivales. Le seul point positif fut sans doute la bonne venue des moissons « qui ne furent jamais si copieuses et abondantes par deçà ». Encore fallait-il pouvoir récolter et charroyer ! Les troubles qui avaient ravagé les environs de Dole s'apaisèrent après le 15 août, mais pas la peste qui continua de tuer et d'immobiliser les hommes, empêchant les transports, laissant s'abîmer les récoltes sur pied. Enfin, le passage et le séjour de l'armée impériale achevèrent de dévaster le bailliage d'Amont, principal grenier à blé de la Comté. Aussi, la hausse s'accéléra-t-elle durant l'année-récolte 1636-1637. A Dole, la mesure de blé coûtait un peu plus de 40 gros en janvier 1637 ; en juin, elle frôlait les 60 ; pareillement, celle de Salins était passée de 30 gros en mars, à 56 en juin.

220Cette fois, la situation devenait tragique, tant au bailliage d'Amont dévasté qu'en celui d'Aval : « L'on a en cette ville [de Faucogney] un grand nombre de pauvres qui commencent à mourir de faim, et trouvant tous les jours des morts sur les chemins » avertissait le Magistrat. Au sud où l'épidémie progressait, les troupes chassaient les habitants des villages « en sorte que ces pauvres gens vont les uns mendiant leur pain et les autres se rencontrent par les chemins si exténués et misérables qu'ils ne respirent que la mort ». D'une manière générale, le printemps de 1637 ne laissait rien présager de bon pour la suite : « Toutes choses défaillent en ce pays, [à] savoir le grain, l'argent, le bétail et les hommes en sorte que les terres demeurent sans culture, et [il] se prépare pour l'année prochaine une famine qui se fera sentir aux personnes de plus notables conditions, à laquelle dès maintenant le bas peuple est exposé. » Et de fait, la situation continua de se dégrader. A cause des troubles et de la présence des soldats, nulle part ne put-on récolter ni semer normalement, excepté dans les montagnes. Dès la fin de l'été 1637, Boyvin écrivait : « Il est impossible que l'on puisse semer cette année, tellement que dans la fin de l'hiver, nous voilà non seulement en extrême famine mais hors d'espoir d'y trouver un remède pour l'an prochain. » En conséquence, la famine fut terrible au cours des années 1638-1639. Après avoir touché les villes dès l'automne de 1637, le fléau gagna l'ensemble des bas-pays, donnant lieu à des scènes atroces dont il sera fait mention un peu plus loin. Ce fut l'époque où l'on mangeait n'importe quoi, où l'on échangeait les plus beaux héritages contre un boisseau de grain. Dans toutes les villes, la flambée des prix céréaliers révélait la tragédie :

villes

1637

1638

1639

Dole

50 (novembre)

66 (juin)

94 (juin)

Besançon

60

70 (juin)

124 (juillet

Luxeuil

60 (avril)

168 (mars)

Salins

56 (juin)

72 (septembre)

Vesoul

50 (décembre)

140 (juillet)

220 (juin

Prix de la mesure de blé (gros) en 1637, 1638 et 1639

221La hausse fut considérable à Vesoul, ville isolée au milieu de contrées sans vie et cernée en permanence par les soldats et les pillards. Elle ne subsistait que grâce aux rares convois acheminés de Besançon, du moins quand ceux-ci arrivaient : « Nous sommes comme assiégés, destitués de toutes viandes que nous ne pouvons avoir que de Besançon, mais sur les chemins, il y a toujours de si fortes parties de soldats que peu de convois munis d'armes et de personnes ont échappé sans être volés », se lamentait le mayeur.

222Au cours de l'été 1639, une légère baisse des prix intervint dans certaines villes de Franche-Comté, phénomène dû sans doute au départ des grandes armées ; mais la hausse reprit aussitôt et l'année 1640 connut les mêmes flambées que la précédente : c'était la seconde pointe de la crise qui survenait en Comté avec un an de décalage par rapport à la Porte de Bourgogne. Le temps fort de la famine semblait en revanche appartenir au passé : en 1640, les tragiques témoignages se firent plus rares dans les écrits des contemporains. La majorité des pauvres avait disparu en 1638 et 1639 ; on s'habituait aussi à la famine, à ses terribles conséquences et mourir de faim était devenu en 1640 un fait coutumier, sinon banal.

223A Dole, on ne cultivait plus qu'autour de la ville, à portée de mousquet. Un document des archives municipales révèle que la surface ensemencée représentait environ 1 200 journaux, soit 426 hectares, qui rapportèrent en 1639 un peu plus de sept mille mesures de céréale. Or. il en fallait dix mille pour nourrir chaque mois les six mille bouches qui peuplaient alors la cité. Et les édiles de constater : « Il n'y a pas trente maisons qui aient du froment pour entretenir leur ménage un an entier. » On mesure ainsi l'importance des convois qui, depuis la Suisse, ravitaillèrent les villes comtoises durant ces années difficiles ; leur interception par l'ennemi ou les francs-tireurs comtois était une véritable catastrophe. On comprend aussi que la « guerre des moissons », lancée en 1640 par le marquis de Villeroi, ait représenté aux yeux des Comtois le comble de l'infamie et de la perfidie.

224Après être restés au dessus de la barre des 80 gros durant les années 1640 et 1641, les prix subirent une dernière flambée, celle de 1642 qui, contrairement aux observations précédentes, se déroula simultanément en Comté et à Montbéliard. La différence résidait cette fois dans l'intensité du phénomène beaucoup plus durement ressenti en Franche-Comté. Ainsi, la hausse des cours démarra tôt, dès l’automne de 1641, et se poursuivit jusqu'à la fin de l'été 1642, atteignant des maxima inégalés en 1639-1640 : 132 gros la mesure de blé à Besançon, 107 à Dole, et en avril seulement ! La crise fut aussi plus longue à se résorber, la baisse n'intervenant pas avant 1643. Et encore ! A Besançon et à Gy, les prix pratiqués en juin 1643 étaient quasiment ceux de 1641. Tandis que les cours s'effondraient à Montbéliard, toutes les villes comtoises se plaignaient encore que le blé restait hors de prix.

225Curieusement, la dernière phase aiguë de la crise ne fut connue que grâce à la courbe des prix. Nulle part en Franche-Comté, on ne témoigna de faits marquants comme en 1639-1640. Certains mentionnèrent que la disette et la famine continuaient de régner dans la province, ce dont personne ne doutait, mais sans les scènes d'horreur qu'il y eut autrefois. L'attention des contemporains était-elle détournée par les négociations de paix et les premiers armistices ? Les faits s'étaient-ils à ce point banalisés qu'on ne les rapportait même plus ? Toujours est-il que sans les courbes des prix, cette crise, bien que plus intense que les précédentes, aurait échappé à l'attention des historiens.

226En 1644, le cours du froment devint enfin abordable ; il avait retrouvé le niveau moyen de 1636, soit à Dole, entre 26 et 30 gros la mesure. Au demeurant, il coûtait encore trois fois plus cher qu'en 1633. La situation économique s'améliorait avec la fin des troubles, mais lentement : en 1644, un habitant de Vriange, au nord-est de Dole, se fit encore dérober son cheval par une bande d'affamés « qui l'égorgèrent pour après en partager la chair. Telle était, conclut-il, la famine qui pour lors régnait au dit comté de Bourgogne ».

227Jean-Marc Debard a calculé pour la cité montbéliardaise le rapport entre entre le cours normal de 1634 et les maxima des années de crise ; il a obtenu plus 440 % pour 1637, 1639 et 1642. Partant de 10 gros, prix moyen du froment dolois en 1634, les mêmes calculs ont donné les pourcentages suivants :

Hausses relevées dans la capitale comtoise (indice KM) en 1634)

228Autrement dit, la crise fut beaucoup plus intensément ressentie à Dole qu'à Montbéliard. La ville de Besançon afficherait des pourcentages plus proches de ceux de la Porte de Bourgogne, avec un maximum en 1642 (plus 560 %), en revanche, les données partielles des villes comtoises d'Amont ont dévoilé des chiffres aussi extravagants que ceux de la capitale : de 13 gros en 1634, la mesure grayloise avait augmenté de 969 % en juin 1639 et de 846 % en juillet 1642. Pareillement à Vesoul, on constata un écart de 633 % entre le prix de juin 1639 et celui de novembre 1636, ce dernier étant sans doute déjà bien supérieur à ceux enregistrés deux ans plus tôt.

229Entre 1571 et 1793, dates limites de la mercuriale montbéliardaise, les maxima de 1637, 1639 et 1642 ne furent jamais dépassés. Il est donc probable qu'à aucun moment, la barre extrême des 220 gros vésuliens ou des 107 gros dolois n'ait été franchie ni même égalée en dépit de toutes les hausses, de tous les troubles qui ont jalonné l'Epoque Moderne. Démesurée, la crise économique de la guerre de Trente Ans restait unique dans les annales de l'Ancien Régime.

Les facteurs de la crise

230A l'évidence, les crises des années 1636-1643 furent la conséquence des troubles et des épidémies de peste. Conflit long et dévastateur, la guerre de Trente Ans bouleversa en effet les conditions économiques des pays qu'elle traversa, provoquant cette onde mobile de crise évoquée plus haut. En Franche-Comté, la guerre débuta en 1636 en même temps que se généralisait l'épidémie pesteuse, et la cherté suivit presque aussitôt. A Montbéliard, le processus avait démarré un an plus tôt avec l'arrivée des Impériaux et le maximum de la contagion, de là le décalage qui apparut à l'examen comparatif des courbes de prix.

231Mais si la liaison peste-guerre-famine reste primordiale, d'autres facteurs sont également entrés en ligne de compte. Comment expliquer par exemple la crise de 1642 ? Alors que la peste avait disparu, que la guerre s'essoufflait, cédant le pas aux premières négociations d'armistice, les prix enregistraient une ultime montée en flèche, à Montbéliard comme en Franche-Comté. Qu'il s'agisse de facteurs climatiques ou psychologiques, il convient d'analyser la question.

La peste et la guerre

232La peste et la guerre furent bien entendu les principaux responsables des crises économiques et de la famine.

  • 14 Biraben (Jean-Noël), Les hommes et la peste.., p. 153.

233La contagion qui balaya littéralement le comté de Bourgogne entre l'éte de 1635 et le printemps de 1637, empêcha le bon déroulement d'au moins deux récoltes. « La peste, note Jean-Noël Biraben, induit très souvent la famine, soit par sa violence en raréfiant la main d'œuvre au moment des récoltes, soit par des mesures d'isolement et d'interdiction de circuler14 ». Dès octobre 1635, l'amodiateur des mines de Château-Lambert constatait effectivement : « Pour la famine, elle est telle que le quart de froment coûte sept francs et demi et le seigle à l'avenant, encore n'en peut-on point avoir pour son argent, le pays dois [depuis] Luxeuil en haut étant tellement altéré de la dite contagion que la hantise des uns et des autres est presque du tout interdite. » Malgré les « copieuses et abondantes » moissons de 1636, on ne trouva ni chariots ni chevaux à cause de la peste et on eut toutes les peines à ravitailler Dole, bien éprouvée après deux mois de siège. A Omans, la contagion dura dix mois « avec perte de plus de quinze cents habitants, la plupart de laboureurs et vignerons [ce] qui sera cause qu'à l'avenir, les terres et vignes y demeureront en friches ».

234Conseiller avisé, Jean Boyvin avait bien conscience du problème et il l'exprima dans une lettre du 21 octobre 1636 : « Les héritages [sont] abandonnés, en sorte qu'il est plus demeuré de fruits qu'on a été contraint de laisser pourrir dans les vignes qu'on en a recueilli. En la moitié de la province, on n'a point moissonné et que pis est, on n'a rien semé. La mort de plus de cent mille hommes dans ce petit pays n'enrichit pas ceux qu'ils laissent. » A cette date en effet, la guerre n'avait pas encore fait de dégâts considérables, excepté autour de la capitale ; en revanche, l'épidémie battait son plein. Ces témoignages confirment en tout cas les constatations du docteur Biraben : par le manque de main d'œuvre, par les difficultés de transport, la contagion pesait sur l'économie d'une région et faisait augmenter les prix ; à terme, elle provoquait la disette.

235En 1636, survint aussi la guerre, un fléau qui tuait peut-être moins que la peste mais qui affamait tout autant les populations. Elle détruisait les biens, empêchait les transports et chassait les paysans des terroirs. Les réserves constituées étaient de surcroît dérobées par l'ennemi, les soldats en quartiers, ou réquisitionnées par les autorités. Ainsi, la part des prélèvements dans un conflit de longue durée comme la guerre de Dix Ans n'était pas négligeable. Avant même l'ouverture des hostilités dans la province, les Comtois durent approvisionner les armées impériales à raison de 24 000 mesures en juillet 1635, 20 000 en avril 1636, sans compter l'entretien plus ou moins régulier de certaines villes comme Brisach. Ensuite, les opérations du siège de Dole et les préparatifs de la campagne des Impériaux en France devaient encore distraire plus de 70 000 mesures de blé et 25 000 d'avoine. Autrement dit, de quelles réserves pouvaient encore disposer les Comtois après tous ces prélèvements ?

236De même, il faut rappeler les quantités incroyables de céréales prélévées entre 1636 et 1639 par les troupes en quartiers d'hiver ; dans le meilleur des cas, les graines étaient achetées par les munitionnaires, mais la plupart du temps, c'étaient les soldats qui les volaient ; ils donnaient aux chevaux ou vendaient pour leur compte ce qu'ils n'avaient pas consommé. Les premières années de la guerre de Dix Ans vit aussi disparaître tout le gros bétail comtois ; les chevaux servaient à la cavalerie ainsi qu'au charroi, les bovins étaient destinés à la nourriture des troupes. Ainsi dépouillée de ses têtes de bétail, la province n'assura plus les transports, ce dont toutes les villes eurent à souffrir, et les campagnes furent privées d'animaux de trait et de la fumure essentielle aux cultures : à Dole, le Magistrat assurait qu'en temps normal, un journal ensemencé donnait vingt mesures de froment, soit un rendement de 9,5 quintaux à l'hectare ; en 1639, on ne récoltait en tout et pour tout que six mesures, soit trois fois moins. Enfin, les bêtes qui avaient échappé aux réquisitions et à la rapacité des soldats étaient aussi victimes des maladies, épizooties et autres muries qui sévirent dans les zones de montagnes, aux vals de Sirod et de Mièges ainsi que dans la terre de Mouthe en 1637, dans la baronnie de Belvoir en 1640...

237Mais la guerre, c'était d'abord et avant tout l'occupation de la province par les armées et les dommages qui en résultèrent. Cette occupation fut permanente de juin 1636 à juillet 1639, quatre années durant lesquelles les soldats amis ou ennemis pillèrent et incendièrent les contrées, tuant et chassant les habitants. Comment semer et récolter dans ces conditions ? Les campagnes étaient souvent désertes ; à l'inverse, les villes et les châteaux connaissaient la surpopulation et vivaient seulement des convois, du butin volé en France ou des quelques cultures circum muros. Les offensives cessèrent progressivement à partir de 1642 mais une année fut nécessaire pour mettre un terme à la phase la plus aiguë de la crise. Dans un pays ruiné et vide, on manquait encore de moyens, de main d'œuvre et de confiance dans l'avenir ; il est vrai que rien de définitif ne fut conclu avant 1643-1644.

Les dérèglements monétaires

238Les premières décennies du xviie siècle furent troublées par le Kipper-und Wipperzeit, le « temps des rogneurs d'argent » commun à la plupart des pays de l'Empire allemand. C'était le règne des petites monnaies de mauvais aloi, ou billons, de plus en plus dépréciées, des pièces rognées. Dans ce contexte inflationniste, le prix des métaux précieux et des principales denrées augmentaient, freinant les échanges, pendant que s'installaient pénurie et disette. Pour faire face à ces dérèglements, le gouvernement comtois avait pris en 1622 d'énergiques mesures pour réévaluer la monnaie, éliminer et remplacer les billons. La tentative avait connu un certain succès, mais aussi des heurts : la rareté des espèces associée à la médiocrité des récoltes précédentes avait causé en 1622 une hausse brutale du prix des denrées et une disette qui ne s'était apaisée que l'année suivante.

239Or, la guerre de Dix Ans devait ranimer ce processus inflationniste qui, en fait, n'avait cessé que grâce aux émissions de monnaies nouvelles. Une fois de plus, les grosses espèces d'or et d'argent se raréfièrent et se vendirent de plus en plus cher tandis que les billons étrangers inondaient le marché malgré les édits prohibitifs du parlement de Dole.

240Trois monnaies fortes, utilisées ordinairement en Franche-Comté au xviie siècle, ont ainsi servi d'exemples : la pistole d'Espagne ou doublon (poids 5 deniers, 5 ou 6 grains), monnaie rare utilisée souvent comme référence, le ducat ou sequin (2 deniers, 16 ou 18 grains) plus courant, généralement en provenance d'Italie, d'Espagne, des Pays-Bas ou d'Allemagne, enfin le patagon ou daldre en argent, monnaie frappée à Dole jusqu'en 1639 et au Brabant.

1621-1641 : mutation des valeurs monétaires en gros (1 franc = 12 gros).* estimation

241Après la crise de 1621, la valeur de ces monnaies avait été ramenée à des proportions plus raisonnables, moins un tiers en moyenne, et était restée stable jusqu'en 1633. Or, l'inflation reprit en 1634, donc sans attendre l'arrivée de la guerre en Franche-Comté. La pénurie de métal précieux, les grandes dépenses de 1633 consécutives au don gratuit et à l'entretien de quatre régiments, l'insécurité due aux troubles survenus en Alsace et en Lorraine, furent sans doute les principales causes de cette reprise. Bien que progressive jusqu'en 1638, la hausse suscitait déjà de vives appréhensions : « De grands abus commencent à se glisser en cette ville [de Dole] par le haussement des pistoles, ducatons et autres espèces », relevait un habitant. En moyenne, la pistole progressait d'un demi-franc par an, le ducat en proportion ; l'argent en revanche augmentait avec plus de modération.

242Une nette accélération de l'inflation se produisit en 1639 : en l'espace d'une année, la pistole gagna 18 %, le ducat plus de 26 % ; pour les monnaies d’or, le seuil de 1621 était déjà dépassé. Et la hausse se prolongea jusqu'en 1641-1642, dans le dérèglement le plus total : dès 1640, certains affirmaient qu'il n'y avait même plus de valeur définie pour les espèces. De fait, les cours fixés par les édits parlementaires n'étaient suivis par personne et les monnaies se négociaient un franc, ou un franc et demi, au dessus de leur valeur. La situation se stabilisa néanmoins après 1642 et ce, pour plusieurs années. Il n'en était que temps ! La pistole avait atteint 15 francs, le ducat 8 francs et le daldre 4 francs ; autrement dit. en l'espace d'à peine une décennie, l'or avait augmenté de 75 %, l'argent d'environ 50 %.

243Parallèlement, l'usage des billons reprit et se développa sur les marchés : des kreuzer montbéliardais, des batz, lucernes et testons de Suisse, des carolus bisontins s'échangeaient malgré les édits qui les interdisaient. Enfin, les rogneurs entrèrent une nouvelle fois en action, exerçant leur talent sur toutes les espèces d'or et d'argent ; un document de la Chambre des Comptes de Dole laisse même supposer que le gouvernement comtois, dépassé par les événements, en était à calculer et à officialiser les diminutions de poids des monnaies : ainsi, le patagon dolois, estimé à 10 deniers 5 ou 7 grains d'argent en 1640, ne pesait plus que 6 deniers 12 grains en 1643.

244On imagine aisément les difficultés que rencontrèrent les populations locales pour acheter céréales et autres denrées déjà rares avec des espèces dépréciées, rognées, et que les spéculateurs refusaient de négocier au cours moyen des édits. En 1622, alors que la crise monétaire avait multiplié le prix du blé par trois ou quatre, on avait déploré le fait que les pauvres gens s'en retournaient des marchés les mains vides, n'ayant que des billons pour faire leurs achats. En 1636-1643, le phénomène de crise fut nettement aggravé et cette fois, nul ne pouvait attendre de réévalution ou une nouvelle frappe. L'économie était à ce point dégradée que tous les ateliers monétaires avaient fermé leurs portes. A moins qu'ils ne fabriquassent eux-mêmes des billons...

Le climat et la peur de manquer

245Les éventuels désordres climatiques survenus en Franche-Comté durant la guerre de Dix Ans sont mal connus. Non qu'ils soient considérés comme des facteurs déterminants de la crise économique, mais comme des éléments qui, à un moment ou à un autre, ont pu accentuer la portée des bouleversements déjà évoqués. En temps normal, une gelée tardive s'avérait désastreuse ; il convient d'en mesurer les conséquences dans des conditions aussi perturbées que celles des années 1636-1644.

  • 15 Le Roy-Ladurie (Emmanuel), Histoire du climat depuis l'an mil, 1967. Un petit « âge glaciaire » fut (...)

246La chronique du Montbéliardais Hugues Bois-de-Chesne, déjà citée, fournit de précieuses indications sur les anomalies climatiques de la période. Sans doute, certains faits demeurent purement locaux et ponctuels, à l'image des orages de grêle qui peuvent dévaster une contrée et en épargner d'autres, mais il en existe de plus généraux, valables aussi bien pour la Porte de Bourgogne que pour les régions méridionales de la Comté, et que les spécialistes ont même mis en évidence sur une échelle plus importante15.

247De 1634 à 1637, rien de marquant ne fut signalé, si ce n'est au contraire les bonnes moissons effectuées en 1636 dans les régions encore épargnées par la guerre. A Montbéliard, les vendanges commencèrent de bonne heure, signe d'un été chaud et ensoleillé. Le printemps de 1637 dut être peu arrosé car les Graylois, redoutant pour leur sécurité, signalèrent que tous les gués de la Saône se passaient alors aisément. Dans la Porte de Bourgogne, les moissons débutèrent une douzaine de jours avant la date habituelle, comme les vendanges d'ailleurs qui s'engagèrent dès le 21 septembre et se prolongèrent jusqu'en novembre.

248A partir de 1638 en revanche, la situation climatique se dégrada notablement. Le rude hiver de 1637-1638 fut suivi d'un mauvais printemps et la neige tombait encore en abondance le 13 avril. L'année 1639 suscita encore plus de désagréments : l'hiver épargna d'abord la région et l'absence de neige permit à Weimar d'envahir sans problème les montagnes jurassiennes. Seulement, tout se reporta sur le printemps : le 19avril, décrit Bois-de-Chesne, « est tombé de la neige et [il] gela la nuit, [ce] qui a gâté les vignes et les arbres fruitiers ». Deux jours plus tard, une nouvelle gelée s'attaqua aux pousses et le 21 juin, à l'ouverture de l'été, il fit une « grande froidure toute la semaine comme en hiver ». Les gens d'Arbois dirent exactement la même chose : le printemps de 1639 fut marqué par « une gelée universelle qui perdit entièrement les vignes ». Les moissons furent-elles affectées par les gelées ? Probablement, encore qu'il soit difficile de le prouver.

249La situation parut s'améliorer en 1640 et l'année se déroula normalement malgré un léger retard dans l'ouverture des vendanges montbéliardaises (8 octobre). En revanche, les désordres climatiques reprirent l'année suivante : l'hiver commença dans la douceur puis fut copieusement arrosé ; les crues des rivières durèrent tout le mois de février. Enfin, il gela le 27 juillet, en pleine moisson, et la gelée fut suivie d'une sécheresse. A Montbéliard, on vendangea encore plus tardivement qu'en 1640.

250Et 1642 se déroula un peu de la même façon que 1639 et 1641 : un hiver doux, « toute la semaine fut fait si beau temps et doux que les bergers furent contraints [de] mener le bétail paître aux champs » (décembre 1641) auquel succéda un printemps froid ; une forte gelée survint le 8 mai 1642, laquelle « a tout gâté les vignes et les arbres », d'autres encore les 16 et 20 du même mois, suivie de grosses chaleurs. Enfin, l'été débuta avec la pluie, une pluie quasiment ininterrompue de la mi-juin au 17 juillet.

251En définitive, tous ces bouleversements climatiques n'expliquent-ils pas la formidable flambée des prix céréaliers de 1642 qui éclata à un moment où la guerre s'essoufflait un peu partout dans la région ? D'un autre côté, si les récoltes furent aussi médiocres que les perturbations du climat le laissaient supposer, les prix du froment n'auraient pas baissé de manière aussi significative en juillet et en août 1642...

252Il y eut un autre facteur entrant en ligne de compte dans la crise de 1642 et Jean-Marc Debard a pu clairement le définir dans son analyse de la mercuriale montbéliardaise : la crainte de manquer et de mourir de faim. Après la forte gelée de mai et les chaleurs, « on eut des doutes sur l'état des blés verts, écrivait-il (Subsistances..., p. 150), on crut que les blés verts soumis à de tels caprices climatiques avaient été cuits par l'alternance des températures. Les cours céréaliers se haussèrent alors avec violence ; on pensait que la moisson était perdue [...]. Puis on se rendit compte en juillet que la moisson n'avait pas trop souffert et qu'elle pourrait enfin se dérouler normalement ». En conséquence de quoi, « les cours s'effondrèrent absolument de août 1642 à janvier 1643 ».

253Effectivement, le facteur psychologique, peu perceptible dans les textes, encore moins mesurable, influa sur le déroulement de la crise économique. Ainsi, en Franche-Comté, la menace d'une guerre des moissons menée par Villeroi en 1640 fit monter les prix en flèche : la mesure de blé atteignit 9 et même 10francs ; or, lorsque les Dolois s'aperçurent du peu de dégâts commis par les faucheurs français, les prix baissèrent aussitôt d'un tiers. De même, ce fut sans doute la crainte de l'invasion weimarienne dans les montagnes et le fait de se retrouver totalement coupé de la Suisse qui provoqua la hausse considérable des prix du froment à Vesoul en 1639 : 162 gros la mesure en janvier, 220 en juin. Car à cette hausse succéda une chute des cours tout aussi spectaculaire en juillet et août (143-120 gros), précisément après le départ de l'ennemi pour l'Allemagne. Enfin, si le prix du blé resta plus élévé en Comté qu'à Montbéliard en 1643, n'était-ce pas à cause des préparatifs d'une nouvelle invasion française ? D'ailleurs, comment ne pas redouter les moindres aléas climatiques, les plus petites menaces d'invasion après les terribles manifestations de la famine de 1638-1639, après la vision des rues jonchées de cadavres, les témoignages de nécrophagie, les crimes commis dans un contexte d'insécurité et de pénurie quasi permanentes ? La crainte de manquer suscitait de temps à autre des hausses de prix, plus ou moins importantes, plus ou moins durables, toujours lourdes de conséquences.

254Les bouleversements économiques des années 1636-1643 furent donc la combinaison de tous ces facteurs, guerre, peste, dérèglements monétaires et climatiques, peur du lendemain. Il est dans doute difficile de mesurer la part de chacun, toutefois, la peste meurtrière qui dépeupla les campagnes et la guerre omniprésente eurent une incidence déterminante sur l'instauration, l'intensité et la durée de ce massif de crises qui, il convient de le répéter, n'eut pas d'équivalent durant toute l'Epoque Moderne.

255Conséquences directes de ces bouleversements, la famine et la misère représentèrent pour les témoins de l'époque une tragédie inimaginable, un drame tel « que jamais aucune histoire, ni siècle, ni aucun siège de Jérusalem ni de Samarie, n'ont rapporté et vu ».

« L'extrême famine »

256Il a régné en Comté, écrivaient en 1654 les députés des Etats, une famine « si étrange qu'elle a forcé par une rage inouïe des pères, mères, enfants et autres de s'entremanger et de se faire la guerre à la façon des cannibales ». La famine débuta véritablement dans la seconde moitié de 1637, connut son apogée en 1638-1639, puis s'apaisa tout en restant à l'état d'endémie jusqu'à la fin de la guerre de Dix Ans. Elle sévit donc davantage au début de la crise économique que durant les phases les plus aiguës de celle-ci, 1640 ou 1642 par exemple ; en d'autres termes, c'est au cours des années 1638 et 1639 que la disproportion entre la quantité de nourriture disponible et la population existante fut à son maximum.

257A cause de la peste, la disette fit son apparition au bailliage d’Amont dès le printemps de 1636 à Faucogney, Luxeuil, Omans où les plus humbles faisaient du pain de gland, consommaient « racines et autres malignités ». Puis la guerre se déclarant en même temps que se généralisait l'épidémie, la pénurie s'amplifia et la famine se fit sentir au début de l'année 1637 dans les campagnes d'Amont ravagées par les Impériaux. Ainsi, les pauvres mouraient déjà de faim à Faucogney et chaque jour, on trouvait des corps d'affamés sur les routes. La situation ne paraissait pas aussi tragique dans le reste de la Comté, mais les mendiants pullulaient sur les chemins et aux abords des villes où la pauvreté commençait à s'installer : « fourrage, avoine, grain, chariots, chevaux, argent », tout manquait à Poligny certifiait le conseiller Garnier.

258Suivant le cheminement de fonde de crise, la famine progressa vers le sud et toucha l'ensemble de la province dès l'automne de 1637. A Dole, le matin du 23 septembre, « l'on a trouvé trois personnes au milieu des rues, en trois divers endroits de la ville, qui étaient décédées plutôt de misère et disette que de mal contagieux » ; puis le 1er octobre, « chaque jour meurent ici de famine en les rues cinq ou six personnes » ; enfin début novembre, c'était cette fois « grande quantité de pauvres, tant habitants que retrahants, que l'on trouve journellement morts par les rues ». La situation semblait aussi préoccupante sur les plateaux du Jura : au Russey par exemple, on dévorait déjà les chats. Et au gouvernement, on ne se faisait d'ailleurs aucune illusion sur ce qui allait se passer en 1638 : la généralisation du fléau à toutes les régions et à toutes les couches sociales.

259Ce fut effectivement ce qui arriva. Les prix ne cessant de monter et les vivres de se raréfier, la famine devint à tel point tragique que tous les contemporains, sans exception, en laissèrent des témoignages effarants ; même l'ambassadeur espagnol Saavedra Fajardo qui arriva en Franche-Comté dans l'été de 1638, nota dans son mémoire au sujet des Comtois : « Ils vivent dans les bois, se nourrissent d'herbe et parfois, se mangent les uns les autres ; ainsi désespérés, ils se jettent sur les voyageurs et les tuent. »

260La terrible famine dura environ un an et demi, de l'hiver 1637-1638 aux moissons de 1639. Cette fois, les pauvres n'étaient plus les seules victimes : « Non seulement les paysans et le menu peuple ne vivaient plus que d'herbe et de racines qu'ils cueillaient indifféremment et qui les rendaient jaunâtres, décharnés et plus semblables aux morts qu'aux vivants, mais plusieurs personnes de condition, après avoir vendu à vil prix vaisselle, meubles, rentes, héritages..., passaient des huit jours sans manger un morceau de pain. » En saison, on consommait herbes, racines, fruits et baies en tous genres, glands, faînes, cynorrhodons, noix..., à condition bien sûr d'avoir encore la force de les chercher. Sinon, on dévorait n'importe quoi, comme « les écorces d'arbres et branches de bois » ; à Baume-les-Dames, un témoin racontait que « l'on tirait les cuirs des tanneries et du palain [ ?] pour les manger comme des tripes et que lui même aurait été contraint d'en acheter pour manger, comme aussi des selles de chevaux ».

261Bien entendu, tout animal domestique ou sauvage constituait une proie recherchée, « les chiens, chats, les rats étaient [même] des délicatesses ». A Baume-les-Dames encore, on vit se « battre des personnes pour avoir un chien que l'on avait tiré à l'arquebuse et des enfants pour prendre des rats morts jetés par les rues ». Quand les animaux pourchassés se firent plus rares, on s'attaqua à leurs cadavres : « Les avortons de jument et de vache, les charognes étaient des régals et cela se vendait comme on fait le mouton à la boucherie. » Puis on en arriva à consommer de la chair humaine, « à l'exemple de ces soldats du septentrion qui en donnèrent le premier exemple, on se mit à manger la chair humaine, déterrer les morts, en tuer d'autres, entrer même dans les loges des pestiférés ».

  • 16 Longin (Emile), "Un épisode de la famine de 1638 en Franche-Comté", Mémoires de la S.A.L.S.A. de Ha (...)

262On ignore si les soudards lorrains furent véritablement les premiers anthropophages, toujours est-il que, concernant la Franche-Comté, plusieurs témoins dignes de foi ont confirmé ces informations. Ainsi, entre le mois de février 1638 et l'été de 1639, on découvrit des cas d'anthropophagie dans les environs de Luxeuil : « Du côté de Luxeuil, l'on a vu rôtir de la chair humaine pour manger » ; « auprès de Luxeuil, d'autres pauvres ont mangé la chair d'un de leurs compagnons trépassé ». Aussi à Gray : « La semaine passée, six misérables personnes, femmes, filles et jeunes enfants en ont mangé un autre sous les arcades du pont où ils étaient retirés pour la misère du temps. » Les membres du Magistrat avouèrent leur surprise et leur incapacité à juger un tel fait : « Un cas si nouveau, si étrange et non vu de nos pères, nous cause de l'horreur et oblige pour la conséquence d'en procurer un châtiment exemplaire, comme du fouet et bannissement à ceux qui sont en cage, ne les ayant jugé dignes de plus grave punition puisqu'ils n'ont fait aucune violence au corps qu'ils ont mangé, étant précédemment mort de maladie16. » A Baume-les-Dames, où un témoin avait « même vu au jardin du feu sieur Levroz, proche la porte Bannos du dit Baume, des enfants qui mangeaient leur mère », « qui déchiraient une femme pour la manger », dit un autre. A Neuvelle-lès-La Charité enfin, où un Lorrain, François Ferry, « accompagné d'un valet, étant allé à la chasse, rencontra des personnes au village de Neuvelle proche La Charité qui faisaient cuire semblable chair dans une chaudière de fer et, dans cette surprise, s'enfuirent ». Sans entrer dans les détails, les conseillers au Parlement signalèrent d'autres cas découverts à Champlitte et à Gouhelans.

  • 17 Longin (Emile), "Un épisode de la famine de 1638..."
  • 18 Besson (Louis), Histoire de l'abbave de Baume-les-Dames, 1845, p. 83.

263Le fait de dévorer des cadavres ne suffisait même plus puisque des désespérés commirent des crimes pour se nourrir : « L'on découvrit dans les villes des meurtres d'enfants faits par leurs mères pour se garder de mourir », mentionnait le conseiller Girardot ; certains étaient « passés jusqu'à cette extrémité déplorable, avec larmes et sang, que de manger leurs propres enfants après les avoir égorgés à cette fin, comme il est arrivé ces jours passée à Mollans »17. L'abbé Besson raconte un fait semblable découvert en décembre 1638 : « Une femme d'Autechaux égorgea et mangea en trois jours un enfant de Plainefin et mourut ensuite d'indigestion18. » Tous ces témoignages démontrent bien que l'anthropophagie n'était pas une simple rumeur, une légende bâtie sur un cas extrême et unique. C'est une certitude : en 1638-1639, des Comtois désespérés mangèrent de la chair humaine pour tenter de survivre ; « on fait état qu'on a mangé plus de cinq cents corps humains durant ces malheurs », précisait même un texte manuscrit des clarisses de Poligny, estimation gratuite et invérifiable, mais qui traduit aussi la multiplicité de telles affaires. En second lieu, on peut constater que tous les exemples cités concernent des localités du bailliage d'Amont, soit le département actuel de la Haute-Saône et la partie septentrionale du Doubs : Luxeuil, Gray, Baume, Gouhelans, Champlitte, Mollans, Autechaux... Aucun témoignage d'anthropophagie n'a été découvert dans les autres régions de Franche-Comté et plus particulièrement dans les montagnes du Jura.

264La situation fut donc bien plus tragique au nord de la province, contrée dévastée par les Impériaux, entourée de terres ennemies et trop éloignée de la Suisse pour s'assurer un ravitaillement de secours, à l'image des populations frontalières : « Le commun peuple qu'on nommait les crampets, allaient quérir en Suisse toute sorte de provisions », notait par exemple Bois-de-Chesne ; en 1640, un habitant de Saint-Hippolyte se rendait pareillement dans les Cantons pour acheter le grain de sa subsistance et des marchés s'organisaient même à proximité de certains villages car, disait-on, il y avait toujours quelque chose à vendre dans les montagnes. Où les affamés qui vivaient autour de Gray, Luxeuil, Baume-les-Dames ou Champlitte, auraient-ils pu se rendre pour trouver du ravitaillement ?

265Et même s'ils en avaient eu à leur portée, auraient-ils seulement pu acheter ? Car ces gens si misérables étaient dépourvus de tout ; c'étaient des femmes et jeunes enfants réfugiés sous le pont de Gray, des orphelins dont la mère venait de disparaître à Baume, des pauvres qui sacrifièrent la dépouille de leur compagnon d'infortune à Luxeuil, en un mot, des pauvres gens chassés de leur village par les troubles, qui ne savaient où aller, et dont personne ne voulait. Et pour cause ! Toutes les villes fermaient leurs portes aux hordes de miséreux qui tentaient d'y pénétrer. Des purges avaient régulièrement lieu, comme à Dole en 1637 : « On s'est aussi préoccupé de chasser d'ici les bouches inutiles, sont entendus par ces mots tous vieillards invalides et non-habitants, toutes femmes, filles et enfants de peu de considération quoiqu'ils aient des provisions pour vivre, même les hommes valides et non-habitants chargés de nombreuse famille, comme de cinq à six personnes », ou à Besançon en 1638 : « On a résolu dans cette assemblée que pour éviter les inconvénients et dangers qui peuvent survenir par le grand nombre des pauvres qui sont à présent dans la cité, l'on mettra ordre à les faire sortir le plus promptement qu'il se pourra. » Quel avenir pour tous ces exclus, condamnés à mourir de faim au pied des remparts ou à s'engager sur les chemins en quête d'une nourriture qu'ils ne trouveraient jamais ?...

266Le sort de ceux qui pouvaient demeurer en ville n'était souvent guère plus enviable : « Parmi les rues et quasi partout, on n'entendait que voix lamentables de personnes qui criaient à la faim et se mouraient, et quoique les confréries de la Croix et plusieurs personnes charitables fissent leur possible pour donner du secours aux pauvres affamés. » Dans la cité impériale de Besançon, en 1639, la misère était telle que « les pauvres couchaient dans les rues, pleurant et criant je meurs de faim ! Tous les matins, on en trouvait quantité de morts, quelquefois jusqu'à trente ». Ces gens-là étaient des citoyens dépossédés que les autorités ne pouvaient en principe pas chasser, se devant au contraire de les aider en vertu de l'édit des pauvres mis en vigueur à la fin du xvie et début du xviie siècle. Seulement, comment faire quand les villes n'avaient aucun moyen ? Avec seulement un minuscule territoire cultivé, des convois rares et de fréquence irrégulière, le grain manquait souvent. Combien de fois par exemple, Jean-Marc Debard devait-il relever dans la mercuriale montbéliardaise la mention « Néant à l'éminage » ! C'est alors, écrivait-il, qu'on eut recours à toutes sortes de mélanges à base de seigle, sarrazin, orge, maïs, ou encore de lentilles, vesces, pois dont on tirait des soupes ou du pain.

267Les hôpitaux des cités se chargeaient d'accueillir les pauvres, mais ils tiraient leurs ressources uniquement des dons et d'une partie des blés de la ville. Là encore, il fallait procéder à des épurations périodiques aux moments de pénurie. Le problème était qu'ensuite, les pauvres ainsi chassés se mêlaient aux itinérants et s'en allaient piller les cultures sur pied, comme ce fut le cas à Pesmes en 1638 : « Dès quelques jours, plusieurs villageois retirés dans les bois, se jettent la nuit en la campagne où ils coupent et emportent les grains à demi mûr, contraints par une extrême nécessité. » Mieux valait surveiller les cultures et garder ses pauvres avant l'achèvement complet des moissons...

268En définitive, de l'aveu même des Magistrats, le sort des citadins pauvres n'était guère plus enviable que celui des vagabonds qui hantaient les environs des villes ; à Dole, « une partie ne consomme pas beaucoup de pain, étant réduits à vivre de racines, d'herbes, de rats et de charognes de chevaux qu'on jette à la voirie ». Beaucoup devaient ressembler à cet habitant de Clerval, un nommé Lachat, c'est-à-dire « plutôt à un mort qu'à un homme, tant il était défait par la famine qui régnait alors ».

269A partir de 1640, la situation parut s'arranger quelque peu, bien que le prix des denrées égalât, voire dépassât encore ceux pratiqués en 1639. La famine continua de sévir en Franche-Comté, mais on ne mentionna plus de tels excès, même en 1642. Il faut dire aussi que les circonstances avaient évolué ; certes, après 1639, la guerre continuait, les méfaits des compagnies comtoises ayant remplaçé ceux commis par les auxiliaires, mais malgré l'épisode des faucheurs, les campagnes militaires se limitèrent à des chevauchées brèves et moins dévastatrices. La soldatesque qui courait encore le pays était aussi moins importante en nombre et les sauvegardes qui commençaient à se généraliser permirent à quelques uns de cultiver et de récolter en paix. Enfin et surtout, la population comtoise de 1640 n'était plus celle des années précédentes : beaucoup avaient péri, victimes de la peste, de la guerre, de « l'extrême famine », et les autres avaient quitté le pays pour l'étranger. Dans ces conditions, il devenait sans doute possible de faire face aux nouvelles crises de subsistances sans assister aux tragédies des années précédentes, et même si la famine fit encore des morts dans la seconde moitié de la guerre de Dix Ans, ce fut sans commune mesure avec l'hécatombe de 1638-1639.

270Une série de crises économiques aux proportions démesurées, ininterrompue pendant huit années, une extraordinaire famine qui connut son apogée en 1638 et 1639, furent donc les manifestations du troisième fléau de Dieu qui s'abattit sur le comté de Bourgogne pendant la guerre de Dix Ans. La province comtoise n'eut certes pas l'exclusivité d'un tel drame : dans les terres voisines dévastées par les armées, on relève les mêmes horreurs, en Alsace, en Lorraine, au duché de Bourgogne... Mais les Comtois furent frappés par l'ampleur du fléau et ses incroyables conséquences : manger des charognes de voirie et de la chair humaine, tuer des enfants pour se nourrir, du plus loin que l'on pût se souvenir, jamais on avait eu recours à de telles extrémités.

271Combien ce troisième fléau fit-il de victimes ? On ne le saura jamais car rien ne permet d'évaluer l'ensemble des pertes survenues et il faut se garder de tirer des conclusions à partir de témoignages ponctuels et exceptionnels. Sans doute moins que la peste et plus que la guerre, on ne peut en dire davantage. Il est en tout cas certain que la famine paracheva l'œuvre destructrice de la peste et bouleversa les imaginations.

***

272Une terrible vague de peste bubonique, brutale, meurtrière qui déferla sur la Franche-Comté entre 1635 et 1637, puis s'apaisa non sans laisser subsister de fortes poussées endémiques pendant au moins trois étés. Une guerre longue, pour laquelle il fallut constamment ouvrir les coffres, les greniers, les foyers avant la ruine totale et l'endettement ; une guerre cruelle, sans merci qui causa des destructions universelles et accorda un règne sans partage aux soudards de toutes nations, avides d'exactions et de pillages. Enfin huit années de crise économique démesurée et une famine si extraordinaire qu'elle poussa les hommes à manger n'importe quoi et à s'entretuer... Les fléaux de Dieu avaient durement frappé les habitants du petit comté de Bourgogne.

273Ce fut la peste qui, incontestablement, fit le plus de victimes : elle décima en quelques années environ le tiers de la population, soit 130 000 personnes. La guerre, moins meurtrière, sema en revanche la dévastation, le désordre, l'effroi et aucune région ne fut épargnée. Quant à la famine, déjà responsable de nombreux décès, elle donna lieu aux scènes les plus horribles, aux heures les plus sombres. L'incidence respective de ces trois phénomènes reste toutefois difficilement mesurable : la guerre avait véhiculé la maladie pesteuse et aggravé ses ravages en empêchant toute prévention, en déplaçant les populations ; leur action conjuguée avait aussi anéanti la production, bloqué le commerce, entraînant le processus de crise économique puis la famine qui, elle-même, pouvait préparer un nouveau terrain favorable à l’épidémie... En d'autres termes, ce fut la conjonction de ces trois fléaux qui déclencha cette crise formidable, sans précédent dans toute l'histoire de cette province de Franche-Comté, une crise profonde aux conséquences incalculables.

274Bien loin de la glorieuse délivrance de Dole, des exploits des résistants, du patriotisme inébranlable des gouvernants, la guerre de Dix Ans fut aussi et avant tout une tragédie humaine.

Notes

1 Perron (Maurice), "Annales des épidémies en Franche-Comté : la peste", Mémoires de la Société d'Emulation du Doubs, 1886, p. 317-459.

2 Debard (Jean-Marc), "Subsistances et prix des grains à Montbéliard de 1571 à 1793 ; étude d'une mercuriale inédite". Mémoires de la Société d'Emulation de Montbéliard, 1974-75 (Edition abrégée de la thèse de IIIe cycle, Université de Franche-Comté).

3 Biraben (Jean-Noël), Les hommes et la peste en France et dans les pays méditerranéens, t. 1, La peste dans l'histoire, 1975, p. 119.

4 Debard (Jean-Marc), "Subsistances et prix des grains...", p. 140-141.

5 Longin (Emile), "Le manuscrit de Jacques Cordelier de Clairvaux", Mémoires de ta Société d'Emulation du Jura, 1898, p. 266.

6 Bichet (Robert), Histoire de Rougemont, 1973, p. 135-136.

7 Wetzel (L.), "Recueil mémorable d'Hugues Bois-de-Chesne", Mémoires de la Société d'Emulation de Montbéliard, 1855, p. 90-91.

8 Besard (Raymond), Discours de la peste, Dole, 1630. Sordes (Pierre), Traicté de la peste, Lyon, 1626.

9 Ohl des Marais (A.),''Le chiffre 4, talisman contre la peste", Revue d'Alsace, 1934, p. 117-121.

10 Ce nom désignait particulièrement, à Besançon, et n'est plus connu aujourd'hui que dans ce sens, des constructions en pierres sèches à l'usage des vignerons.

11 Prost (Bernard), Documents inédits relatifs à l'histoire de la Franche-Comté : histoire anonyme des capucins de Franche-Comté tirée des archives des clarisses de Poligny, 4e série, Lons-le-Saunier, 1876, p. 66.

12 Debard (Jean-Marc), "Subsistances et prix des grains...

13 Bouriot (François), Les problèmes des blés à Besançon du xvie siècle à la Conquête française, D.E.S. dactylographié, Université de Franche-Comté, 1944. — Dalpra (Nicole), Mercuriale des blés à Pontarlier, 1642-1790, mémoire de maîtrise dactylographié, Université de Franche-Comté, 1973.

14 Biraben (Jean-Noël), Les hommes et la peste.., p. 153.

15 Le Roy-Ladurie (Emmanuel), Histoire du climat depuis l'an mil, 1967. Un petit « âge glaciaire » fut constaté en Europe occidentale à partir du xvie siècle.

16 Longin (Emile), "Un épisode de la famine de 1638 en Franche-Comté", Mémoires de la S.A.L.S.A. de Haute-Saône, 1883, p. 172-176.

17 Longin (Emile), "Un épisode de la famine de 1638..."

18 Besson (Louis), Histoire de l'abbave de Baume-les-Dames, 1845, p. 83.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Notre Dame libératriceArchives départ, du Doubs 1 Fi 928
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Capitaux prêtés par les Bassand entre 1635 et 1644
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Villes et villages incendiés– 1635-1644 –
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3810/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Comparaison des mercuriales de Montbéliard et de Dole (1634-1644)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3810/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Hausses relevées dans la capitale comtoise (indice KM) en 1634)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3810/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 1621-1641 : mutation des valeurs monétaires en gros (1 franc = 12 gros).* estimation
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3810/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search