Version classiqueVersion mobile

Linguistique interactionnelle, grammaire de l’oral et didactique du français

 | 
Anne-Sophie Calinon
, 
Badreddine Hamma
, 
Katja Ploog
, 
et al.

Résumés

Texte intégral

1 catherine Kerbrat-Orecchioni – Un type particulier d’oral en interaction : les débats présidentiels

Résumé

2À partir du cas particulier des débats de l’entre-deux-tours des élections présidentielles françaises, on s’intéressera à ce qui constitue les caractéristiques essentielles de l’oral en interaction. D’une part, les conditions de production de l’oral authentique (ou « frais ») font que le discours s’élabore pas à pas, au prix d’un certain nombre d’infractions aux normes de l’écrit, dont on se demandera s’il faut les considérer toutes comme des « fautes » (notion qu’il convient de relativiser). D’autre part, les conditions de l’interaction font que le discours est co-construit, sur un mode à la fois collaboratif et conflictuel, ce qui implique d’incessantes négociations entre les partenaires de l’échange, ces négociations pouvant intervenir à tous les niveaux du fonctionnement de l’interaction.

Abstract

3From the particular case of debates occurring between the two ballots of French presidential élections, we shall be interested in what constitutes the essentiel characteristics of the oral in interaction. On one hand, the conditions of production of the authentic (or "fresh") oral make that the speech develops step by step, at the cost of a number of breaches of the standards of written discourse, about which we shall wonder if they must ail be considered as "faults" (a notion which has to be put in perspective). On the other hand, the conditions of the interaction make that the speech is co-built, on an at the same time collaborative and conflicting mode, what involves some negotiations between the partners of the exchange, which can intervene at every level of the functioning of the interaction.

4Katja Ploog – Le rôle du discours métalinguistique dans l’appropriation des savoirs en interaction

Résumé

5Si parler signifie catégoriser le monde, la démarche de conceptualisation – et celle dans les contextes d’enseignement-apprentissage en particulier – repose essentiellement sur des actes métalinguistiques par lesquels le locuteur saisit son objet d’étude. En mobilisant des données issues de différents corpus de parole, nous examinons le travail métalinguistique des locuteurs dans les interactions sociale et didactique pour établir l’éventail des ressources métalinguistiques et leur représentation dans les différents types d’interaction. Il ressort de notre étude que les préoccupations formelles et normatives en particulier l’emportent bien souvent sur les considérations sémantico-référentielles, ce qui est de nature à « distraire » l’attention du locuteur-apprenti des enjeux de la construction du sens langagier.

Abstract

6Speaking means categorization of the external world. In educational contexts, this process relays mainly on metalinguistic activity by which the speakers (teacher and learners) apprehend concepts. Our aim is to draw the panel of metalinguistic aspects observed in social interaction (educational and conversational contexts), and to establish the main functional tendencies. It comes out that speakers’ metalinguistic activity often gives priority to formal (normative) aspects of a message, neglecting semantic and discursive aspects of the construction of sense.

7Sophie Fiorèse – Pour une analyse de la gestualité co-verbale : l’exemple de la PRODUCTION DES LOCUTEURS NON NATIFS

Résumé

8Prenant comme point de départ que la communication est pluri-sémiotique, nous proposons un questionnement autour du geste chez les non-natifs : quelle place occupe le geste à l’oral ? Comment les locuteurs non-natifs utilisent-ils le geste ? Nous détaillerons les gestes à prendre en compte dans l’étude de l’oral en présentant la typologie de McNeil. D’autre part, nous aborderons l’aspect signifiant du geste au travers de la notion d’unité gestuelle proposée par Kendon et sa synchronisation avec le discours. Nous terminerons par un aperçu des études qui s’intéressent aux gestes de locuteurs non-natifs, nous verrons que jusqu’ici le geste a été étudié dans son aspect communicatif, cognitif et régulateur. Enfin, nous proposerons des pistes qu’il reste à explorer dans l’étude de la gestuelle des non-natifs.

Abstract

9Communication being multimodal, we propose to explore the role of gesture in oral communication and see how non-native speakers use gesture while speaking. We will see which gestures are taken into account by presenting McNeil’s typology. Then we will focus on the gesture unit proposed by Kendon and see how gesture synchronizes with the discourse. We will end with a review of some second language acquisition studies concerned with gestures and we will see that gesture has been given three functions, which are communicative, cognitive and regulative. Finally to conclude we will présent some uninvestigated areas on the study of non-natives’ co-speech gestures.

10Anne-Sophie Calinon – Etre celui/celle qui sait dans une expérience de tamden linguistique – Analyse interactionnelle de conversations exolingues ordinaires À VISÉE ACQUISITION N ELLE

Résumé

11Dans une étude longitudinale de conversations exolingues ordinaires récoltées dans le cadre une expérience de tandem linguistique, nous montrons que les (re)positionnements épistémiques de chacune des participantes influencent l’élaboration des rôles interactionnels de chacune lors des échanges et au fur et à mesure de la construction de relation interpersonnelle. Par l’analyse de séquences de négociation de rôles préétablis par l’expérience, l’originalité de cet article tient à la mise en exergue des difficultés que rencontre la partenaire « native », « celle qui sait » pour réponse aux attentes de son interlocutrice. Les résultats de cette analyse montrent, d’une part, ces échanges comme le lieu de la création de la relation à l’autre, où les interlocutrices construisent activement leur position de sujet ce qui, à la fois, leur permet et résulte de leur prise en charge de l’énonciation. D’autre part, l’engagement mutuel dans une relation discursive ayant pour objet la langue implique le développement de la compétence de communication considérée comme une responsabilité partagée entre des interlocuteurs, même lorsque les répertoires discursifs et langagiers sont asymétriques.

Abstract

12In a longitudinal study of common exolingual conversations collected during a language partner experiment, we show that the epistemic stance of each participant influences the development of their interactional role as the exchange takes place and as the interpersonal relationship develops. The originality of this article lies in its focus on the difficulties met by the "native" partner, who takes on the role of "the one who knows", through the analysis of sequences of negotiation of pre-established roles, and of the response to the discussion partner’s expectations. On one hand, the results of this analysis show that these exchanges act as a stage for the creation of a relationship with the other, where the partners actively build their stance as a subject, which simultaneously results from them being in charge of the utterance, and allows it. On the other hand, the mutual involvement in a discursive relationship about language implies the considération of the development of communication skills as a shared responsibility, even when the discursive and linguistic repertoires are asymmetrical.

13Cédric Sarré – Quelles affordances de la communication médiatisée par ordinateur (CMO) pour le développement de la compétence interactionnelle en L2 ?

Résumé

14Si l’interaction est reconnue comme étant un contexte privilégié pour l’acquisition d’une langue, notamment dans sa dimension linguistique, ce n’est que plus récemment que les chercheurs en acquisition se sont intéressés à l’interaction comme objet d’apprentissage à part entière. La question du développement de cette compétence d’interaction, objet d’acquisition, se pose donc, à plus forte raison dans notre société connectée actuelle. Ainsi, quel rôle les outils technologiques, qui permettent désormais de mettre en relation plusieurs interactants à distance et offrent plusieurs modes de communication dite « médiatisée », peuvent-ils jouer dans le développement de cette compétence ? A partir d’une étude portant sur l’enseignement-apprentissage de l’anglais L2 à distance, nous explorons les affordances de trois modes de communication médiatisée par ordinateur (CMO) – visioconférence, clavardage, forum électronique – pour le développement de la compétence interactionnelle. Nous en tirons un certain nombre d’implications pédagogiques et pointons la complémentarité des différents modes de CMO sous étude pour le développement de cette compétence spécifique.

Abstract

15If interaction has been claimed to be facilitative of second language acquisition for a long time, acquisitionists have more recently started considering interaction as a learning outcome in its own right, that is to say a compétence to develop. The question is therefore to know how to help learners develop their ability to interact, even more so in our technology-based society. Indeed what role can be played by technology and the various tools which connect interactants at a distance through different modes of « mediated » communication in the development of this compétence? We present a study on the learning and teaching of English as a Foreign Language (EFL) at a distance in which the affordances of three spécifie modes of computer-mediated communication (CMC) – desktop videoconferencing, text chat and discussion board – are explored in relation to the development of interactional competence. A number of pedagogical implications are drawn from the study and the complementary nature of the three CMC modes in the development of this spécifie compétence is pointed out.

16Sabine Bouveret – l’oral en classe de mathématiques. ou : « comment la linguistique interactionnelle vient éclairer la pratique de la classe d’un professeur de mathématiques »

Résumé

17Cet article se propose de montrer en quoi l’intérêt porté par des enseignants de mathématiques aux interactions orales dans la salle de classe peut induire un regard nouveau sur leurs pratiques pédagogiques et apporter des éléments de réponse à des obstacles fréquemment rencontrés, tels que la difficulté des élèves à s’engager dans l’écrit puis amender leur production. De cette réflexion, accompagnée par deux chercheuses en linguistique, nait l’émergence de pratiques pédagogiques nouvelles visant à intégrer de façon consciente l’oral dans l’enseignement des mathématiques, afin de développer chez les élèves l’appétence et les compétences nécessaires pour s’exprimer avec aisance à l’écrit. L’analyse du corpus d’enregistrements, utilisé comme outil d’auto-évaluation, éclaire également l’enseignant sur ce qui se joue à l’oral dans la classe entre les différents acteurs en termes de communication et de compréhension réciproque, et lui permet de revisiter son rôle à la lumière des conclusions obtenues.

Abstract

18This paper is intended to show how the attention paid by mathematics teachers to oral interactions in the classroom can lead them to take a fresh look at their pedagogical practices and provide hints on how to overcome the obstacles they frequently encounter, such as the difficulty for pupils to engage in writing tasks and amend their work. With the collaboration of two researchers in linguistics, this reflection resulted in the emergence of new pedagogical practices, aiming at consciously integrating oral skills in mathematics teaching in order to develop the pupils’ engagement and the skills they need to become proficient at expressing themselves in writing tasks. The analysis of the corpus of recordings, used as a self-assessment tool, also enlightens teachers about what is taking place in the classroom between the different actors in terms of communication and mutual understanding, allowing them to reconsider their role in the light of the conclusions they have come to.

19Matt Pires – Nous et on définis dans les corpus de français parlé et dans les manuels d’apprentissage à destination d’apprenants novices

Résumé

20Ce travail aborde l’interface entre corpus oraux, grammaire et didactique du français à travers l’exploration d’une variable lexicogrammaticale : celle qui oppose les pronoms sujets nous et on, dans leur valeur dite définie. Une première section décrit la variable, avec une présentation de ses particularités grammaticales et sémantiques. Dans la deuxième section, on passe en revue les statistiques de fréquence établies dans d’autres études, et on analyse des exemples de nous sujet tirés d’un corpus du français oral contemporain. Une troisième section se penche sur un corpus de manuels d’apprentissage du français langue maternelle et langue étrangère afin de décrire, dans une perspective critique, le traitement de cette variable dans ces supports.

Abstract

21This article investigates the interface between spoken corpora, and French grammar and teaching, through the prism of the lexico-grammatical variable between the subject pronouns nous and on with definite semantic value. The first section describes the variable, presenting its grammatical and semantic features. The second section présents frequency statistics taken from other studies, and analyzes specific examples of nous tokens taken from a corpus of spontaneous spoken French. Finally, the third part explores a corpus of French language textbooks for first-language and second-language learners, seeking to describe critically the way this variable is presented in these materials.

22Céline Vaguer – En même temps, je dis ça, je dis rien ! Quoique ! Et si en même temps était un marqueur d’attitude énonciative...

Résumé

23Cette étude menée sur un corpus de français parlé (parole-en-interaction) permet d’avancer dans la caractérisation sémantico-discursive de la locution adverbiale en même temps, qui connaît quatre valeurs d’emplois au début du XXIe siècle : deux comme « marqueur grammatical » dénotant une concomitance (temporelle ou qualitative), deux comme « marqueur discursif » dénotant une concomitance énonciative (contextuelle ou qualitative). L’emploi de en même temps dénotant une concomitance énonciative est celui le plus représenté dans la langue parlée. Il traduit le point de vue du locuteur en train de construire son discours. Ainsi, en plus de faire le lien entre les propos énoncés, il introduit souvent une nuance argumentative (concessive ou subjective). Il est davantage employé par des femmes (alors que celui comme « marqueur grammatical » connaît une répartition homogène hommes/femmes), par les interviewés. Toutefois, l’enquêteur fait usage de en même temps dans sa dimension « qualitative » pour justifier, reformuler, confirmer, commenter ce que dit l’interviewé.

Abstract

24This study conducted on a speech corpus (French spoken corpus) reveal that the adverbial phrase en même temps knows four values at the beginning of the XXIth century: two as "grammatical marker" denoting a temporal concomitance (cadrative or qualitative), two as "discourse marker" denoting an enunciative concomitance (contextual or qualitative) who is the most represented in the spoken language. So, en même temps is simultaneous a conjunctive adverb and a "discourse marker", which introduces a enunciative "break" and a "argumentative nuance". It express the speaker point of view building his speech. It is more used by women (while that "grammatical marker" knows a homogeneous distribution men/women), by the interviewées. However, the investigator makes use of en même temps in his "qualitative" dimension to justify, repeat, confirm, comment on what says the interviewee.

25Badreddine Hamma – Quand l’interaction n’est pas là, la souris est mangée par le chat Remarques sur l’enseignement du passif en classe de français

Résumé

26Nous nous proposons de traiter de l’un des points de chute inhérents à l’élaboration des bases de données orales par des linguistes, à savoir l’exploitation des enregistrements recueillis, leurs transcriptions et les informations sociolinguistiques y afférant, à des fins didactiques en classe de français, en FLM comme en FLE. Le fait linguistique sur lequel nous choisissons de travailler ici est le passif, en particulier, quand il est employé avec un agent explicite. Le recours à l’oral en interaction a pour but de supplanter les exemples forgés et quasi figés que l’on rencontre dans les outils de classe, comme le fameux La souris est mangée par le chat (ou l’une de ses variantes) par des exemples authentiques issus d’échanges spontanés. Un tel recours est de nature à permettre de mieux comprendre les valeurs pragmatiques présidant à l’emploi de ce tour (qui est réduit, dans les manuels consultés, à un simple exercice scolaire) et de favoriser l’utilisation – inaccoutumée – de certains outils opérants de description et d’analyse propres à l’oral et aux approches interactionnelles.

Abstract

27Our study intends to deal with one of the drop points behind the création of oral speech databases in language sciences, namely the use of recorded speech, their transcripts, and the sociolinguistic related information for educational purposes, in French class, in French foreign language as in French native language. We’re choosing to work on the passive voice, in particular when it is used with a spécifie agent. The use of oral interaction aims to supplant forged and almost ’frozen’ sentences such as the famous: La souris est mangée par le chat (The mouse is eaten by the cat) or one of its variants, by authentic examples from spontaneous interactions. Such use is likely to a better understanding of the pragmatic values of this grammatical form, which is reduced to a mere school task in the consulted textbooks. In addition, this resort allows using some unusual fruitful tools which are spécifie to oral speech and to interactional approaches.

28marie Skrovec – Grammaire et corpus oraux : descriptions linguistiques et pistes pour un prolongement didactique de travaux réalisés sur ESLO

Résumé

29Dans le cadre de la réflexion autour de la possible utilisation des corpus de linguistique en didactique du français langue étrangère, nous proposons ici de synthétiser deux études réalisées sur le corpus ESLO (Enquêtes Sociolinguistiques à Orléans) portant sur des phénomènes grammaticaux qui, alors qu’ils suscitent de l’intérêt en linguistique de l’oral, restent négligés dans le matériel didactique pour le FLE (la construction présentative existentielle en il y a... qui et ses variantes), ou font l’objet de descriptions hétérogènes (l’alternance futur simple et futur périphrastique). Cette synthèse permettra de formuler, à partir de collections d’exemples sélectionnés dans la masse de données que la linguistique outillée nous permet désormais de traiter, des descriptions basées sur les usages et accessibles aux non linguistes, ainsi que des pistes d’adaptations didactiques dans une perspective d’apprentissage sur corpus.

Abstract

30This paper is a contribution to the question whether and how linguistic spoken corpora might be used in Teaching French as a Second Language. We propose a synthesis of two studies, realized on the ESLO spoken corpus (Orléans Sociolinguistic Corpus), on grammar topics that are, despite of being relevant for the study of spoken French, either underrepresented in the teaching material (as the presentative constructions such as il y a... qui and other variants with avoir) or described in a rather heterogeneous manner (as the distribution of both analytic and synthetic future tenses in French). On the basis of selected examples from our working data set, we intent to provide then usage-based descriptions that should be accessible to non-specialists, as well as suggestions for didactic purposes according to data-driven-learning principles.

31corinne Weber – la grammaire de l’oralité dans une perspective didactique : description et propositions

Résumé

32Dans cette contribution, nous partons de l’hypothèse selon laquelle le paradigme linguistique classique (la grammaire de l’écrit) ne constitue pas le seul cadre de référence pour caractériser les marqueurs repérables (ou non) des usages parlés. En posant que l’apprenant peut développer une conscience grammaticale et langagière en L2, notre démarche vise à mieux mettre en évidence les régularités des systèmes langagiers en jeu, pour élargir le périmètre de la grammaticalité de l’oral et ce, grâce à des outils plus objectivants sur le fonctionnement du français parlé. Nous choisirons l’exemple de la syntaxe de l’oral pour montrer comment opérationnaliser des savoirs sur l’oral à partir d’extraits de corpus parlés.

Abstract

33This paper is based on the assumption that the traditional linguistics paradigm, i.e. the written language grammar, is not the only framework to caracterize the identifiable markers of spoken language practice. Assuming that the learner can acquire a grammatical and language awareness in the second language, our aim is to highlight the regular patterns of language systems involved, in order to broaden the scope of grammaticality of oral, thanks to more objectifying tools on the functioning of spoken French. Chosing the syntax of oral as an example, we will show how to operationalize our knowledge of spoken language, using oral corpora.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search