Version classiqueVersion mobile

La guerre de Dix Ans

 | 
Louis Gérard

Chapitre 2. Une province sacrifiée

Texte intégral

  • 1 Febvre (Lucien), Philippe// et la Franche-Comté, 1912 [rééd. 1970], p. 455-471.

1« La Comté exploitée et sacrifiée », c'est en ces termes que Lucien Febvre avait conclu sa thèse d'histoire de la Franche-Comté sous le règne de Philippe II d'Espagne. Selon ce grand historien, l'absolutisme espagnol et la guerre des Pays-Bas avaient fait de la Comté de Charles Quint un réservoir d'hommes et un coffre à deniers, une province ruinée par les troupes de passage et les munitionnaires rapaces, un pays aux pouvoirs limités, aux institutions faussées1.

2Il ne fait aucun doute qu'entre 1621 et 1634, la Comté qui était passée sous le contrôle direct des Espagnols dès la mort de l'archiduc Albert, était redevenue « le réservoir d'hommes et le coffre à deniers » du roi : des levées de troupes incessantes pour les Pays-Bas et le Palatinat, des quartiers interminables qui ruinaient l'économie et exaspéraient les populations, un don gratuit devenu annuel, ou presque, d'un montant toujours plus élevé (jusqu'à trois cent mille francs en 1633) et tout entier consacré aux troupes royales alors que les murailles des villes tombaient en ruines faute d'entretien suffisant... De même, les doléances des Comtois furent de moins en moins écoutées ; à Bruxelles ou à Madrid, plus personne ne tenait compte de leurs souhaits, si ce n'est peut-être l'infante Isabelle, simple gouvernante après avoir été souveraine, princesse constamment surveillée et écartée des décisions importantes. De ce point de vue, le règne de Philippe IV ressemblait bien à celui de son grand-père.

3En 1636, tout bascule. La Franche-Comté est à son tour plongée dans la tourmente de la guerre de Trente Ans. Elle ne peut en conséquence plus rien donner à son roi, sinon la meilleure preuve de son courage et de sa loyauté envers la Maison d'Espagne : résister à tout prix à l'envahisseur venu de France ou d'Allemagne. Or, il apparaît bien qu'après avoir exploité la province comtoise pour ses guerres, Philippe IV l'ait ensuite purement et simplement abandonnée à son sort. Qu'ont en effet révélé les principaux événements de la guerre de Dix Ans ? Aucun soldat venu d'Espagne ou d'Italie présent en Franche-Comté ; une armée locale réduite et désorganisée par manque d'argent, et un gouverneur qui dut bientôt se contenter de protéger les villes principales ; à l'opposé, des secours impériaux et lorrains qui pendant trois ans n'ont fait que vivre sur le pays, laissant l'ennemi conquérir les places et abandonnant la province au moment où elle avait sans doute le plus besoin d'être secourue ; un parlement et un gouverneur impuissants face aux exigences fantaisistes d'un Charles de Lorraine... Si l'on ajoute encore à cela l'absence de toute intervention militaire et diplomatique des Suisses en dépit des traités et de la Ligue Héréditaire, la Franche-Comté ne pouvait que donner l'image d'une province oubliée, abandonnée par ses maîtres et ses alliés, d'une terre sacrifiée plus encore qu'elle ne l'avait été à la fin du xvie siècle.

4Ce sont ces éléments de réflexion qu'il convient d'analyser à présent : les raisons de l'attitude laxiste des Suisses devant l'invasion du comté de Bourgogne, l'aide réelle apportée par les Habsbourg d'Autriche et d'Espagne et en premier lieu, le rôle des institutions politiques de la province et le comportement des Comtois pendant les hostilités.

Les Comtois et la guerre

5Le 15 août 1636, les Comtois fêtaient dans l'allégresse l'arrivée des Impériaux et la délivrance de la capitale ; ce peuple volontaire et tenace, ces bons et fidèles vassaux, rappelait Philippe IV, avaient résisté plus de deux mois aux meilleurs régiments de France.

6Or, au-delà de cette victoire, on pouvait déjà déceler l'existence de graves difficultés dont la portée irait croissant au fil des années : dès 1636 en effet, les signes d'une hostilité latente entre les différents organes gouvernementaux, d'une inefficacité totale de l'appareil militaire comtois ne se manifestaient-ils pas aussi clairement que la ferme volonté des habitants à défendre leur territoire ?

7Néanmoins, en dépit des dissensions et du manque de moyens, le gouvernement local s'efforça de mener à bien sa tâche et des hommes se battirent jusqu'au bout pour leur terroir ou leur château. La province put ainsi surmonter bien des difficultés grâce à la volonté, à la ténacité des habitants, fruits d'un sentiment national comtois très marqué en ce début du xviie siècle.

L'armée comtoise pendant la guerre de Trente Ans

8L'armée du comté de Bourgogne qui relevait d'une stratégie entièrement fondée sur la neutralité, était mal adaptée aux guerres du xviie siècle : un siècle de paix s'était en effet écoulé et malgré quelques alertes sérieuses comme les invasions de 1569 et de 1595, jamais elle n'avait été modernisée ni même réorganisée sérieusement ; en somme, elle était restée inchangée depuis les Grands Ducs de Bourgogne et le règne de Charles Quint, son rôle se limitant à protéger les frontières contre les raids des pillards et à attendre les secours en cas d'invasion. C'est ainsi qu'elle empêcha efficacement les Suédois d'Othon Louis de pénétrer en Comté au cours du siège de Lure en 1633 et... qu'elle ne put rien entreprendre contre les régiments impériaux qui pillaient les villages frontaliers ni, à plus forte raison, contre les armées françaises qui cernèrent la capitale en mai 1636.

Une armée médiévale impuissante

9Avant de retracer l'histoire de l'armée de Franche-Comté au cours de la guerre de Dix Ans, il convient d'en énumérer brièvement la composition.

10Sous le règne des Habsbourg, la Comté n'avait pas d'armée permanente, aussi en cas d'alerte, on faisait appel à la population pour défendre le territoire menacé. Cette armée improvisée réunissait deux catégories de troupes : celles dites ordinaires levées aux frais des Comtois, qu'ils fussent nobles ou roturiers, et les troupes extraordinaires qui complétaient les effectifs insuffisants des premières en cas de troubles graves et qui étaient entretenues sur les deniers de la province ou les revenus du domaine royal.

(1) féodaux et élus, après 6 semaines ; autres.

11Les troupes ordinaires regroupaient au xviie siècle 5 250 miliciens élus, c'est-à-dire désignés, qui venaient de toutes les communautés du pays et combattaient pendant six semaines aux frais de celles-ci. La milice des élus comprenait trois régiments, un pour chaque bailliage, et comptait au total vingt-cinq compagnies de deux cents fantassins et dix chevau-légers. Ensuite les 400 cavaliers du ban et de l'arrière-ban constituaient disait-on l'élément le plus prestigieux des troupes ordinaires : c'étaient les représentants de la noblesse tenant fief en Franche-Comté. Là aussi il y avait trois régiments de chevau-légers commandés chacun par un bailli sous l'autorité directe du gouverneur militaire. Comme la milice, le ban devait également six semaines de service et s'il fallait dépasser ce délai en cas de péril important, alors il incombait au roi d'entretenir les cavaliers. Enfin, la milice seigneuriale regroupait tous les hommes valides, sujets des seigneuries royales, laïques et ecclésiastiques, à qui il revenait d'assurer par roulement la garde des châteaux, villes, bourgs, frontières et passages de la province. On distinguait parmi eux les retraitants, ces villageois qui devaient se retirer en cas d'alerte dans la place forte voisine et y assurer le guet et la garde, complétant ainsi les effectifs des garnisons castrales ou des milices urbaines dans le cas des villes à mairie. Les sujets des seigneuries sans château ni murailles participaient aussi à la défense du pays en surveillant les frontières, tels ceux du Val de Morteau qui devaient « faire guet et garde pour la conservation et protection du dit Val », ou les habitants des bailliages secondaires de Baume, Omans et Pontarlier enrôlés dans la milice du Lomont, laquelle défendait les passages de la montagne du Lomont et de la vallée du Doubs. Contrairement aux élus et aux féodaux, les gardiens des places et des frontières servaient aussi longtemps que durait le péril et, comme il sera dit plus loin, ces miliciens pouvaient être enrôlés au sein des régiments d'infanterie mis au service de la province.

12Les troupes ordinaires de la Comté étaient donc peu importantes en nombre, principalement les éléments dynamiques comme le ban et la milice des élus, moins de six mille hommes qui, de surcroît, étaient tenus d'effectuer seulement six semaines de service. En d'autres termes, le gouverneur n'avait point d'autre recours que celui de faire appel aux volontaires en cas de prolongement du péril ; or, les élus, des ruraux pour la plupart, regagnaient leurs villages dès la fin du service obligatoire, plus préoccupés par les travaux des champs que par les nécessités militaires de la province : « Nous n'avons jamais attendu des soldats de milice qu'une désobéissance et révolte lorsqu'il faudrait servir après l'expiration des six semaines », révélait par exemple le conseiller Girardot ; un fait que confirma le grand maître français de l'artillerie, La Meilleraye : « Il y a une une chose bien considérable, c'est que passé six semaines de temps, ils ne peuvent plus espérer d’avoir aucune milice. » En outre, on avait depuis longtemps cessé d'imposer aux communautés la levée des deux cent cinquante chevau-légers jugés trop coûteux à entretenir et trop lents à se réunir.

Soldats franc-comtois de la guerre de Dix Ans :
Archives départementales du Doubs, Ms 31 (1629) fonds Tissot

13On pourrait penser que le volontariat serait plus en vogue auprès des seigneurs féodaux du ban ; en réalité, les détenteurs de fief manquaient à leur devoir, ne se présentaient pas aux montres de contrôle et préféraient payer des remplaçants qui effectuaient le service à leur place. « Nous apprenons que peu de personnes ont comparu par-devant vous à la montre de l'arrière-ban du bailliage d'Amont », se plaignirent les parlementaires durant le péril de 1635 ; au bailliage d'Aval, sur les cent vingt chevaux imposés à la noblesse, six seulement avaient été envoyés par des seigneurs du cru, tous les autres étaient des remplaçants sur lesquels on ne pouvait guère compter. Par conséquent, « toutes les puissances du monde pourront difficilement retenir notre [ar]rièreban et notre milice après les six semaines expirées » concluaient les membres du gouvernement comtois.

  • 2 Louis (Gérard), La démographie comtoise et la guerre de Trente Ans ; étude de deux sources inédite (...)

14Quant à la milice seigneuriale, si elle constituait un important réservoir d'hommes, elle avait un rôle purement défensif et statique : ni les retraitants, ni les gardiens des frontières qui d'ailleurs ne servaient qu'en petit nombre, ne quittaient les limites de la seigneurie dont ils dépendaient, contrairement aux féodaux et aux élus qui pouvaient gagner n'importe quelle région au gré des circonstances. La montre générale de novembre 16322 prouva que les hommes étaient mal armés, mal munitionnés et pas plus désireux d'œuvrer au-delà de leurs obligations. Ceci explique qu'il fallait sans cesse leur trouver des remplaçants pour pallier les manquements et les désertions.

15Dans de telles conditions, le gouverneur pouvait difficilement se contenter de ces seuls effectifs pour assurer la sécurité du comté de Bourgogne, aussi avait-il recours aux troupes extraordinaires, quelques compagnies de cavalerie, plus généralement des régiments d'infanterie copiés sur le modèle des tercios espagnols, c'est-à-dire regroupant un tiers de piquiers, un tiers d'arquebusiers et un tiers de mousquetaires. Ces troupes étaient levées avec la permission du roi et, en théorie, devaient être rémunérées sur ses propres deniers, ceux du domaine comtal en l'occurrence. Ainsi, en mai 1636, cinq régiments entrèrent en campagne sous le commandement des nobles du pays : Varambon, Scey, Wiltz, Cantecroix et Raincourt placés sous l'autorité générale du marquis de Conflans, maréchal. Au total, cinq à six mille fantassins supplémentaires, sans oublier le terce royal de Louis de La Verne créé en 1634 et cédé aux Comtois en juin 1635 après la prise de Porrentruy.

  • 3 Roupnel (Gaston), La ville et la campagne..., p. 6.

16Pour pouvoir lever ces régiments extraordinaires, le gouvernement faisait appel aux volontaires, mais aussi, puisait dans les contingents des milices seigneuriales en imposant aux communautés du pays d'armer et de munitionner des soldats : « En l'an mil six cent trente six, au commencement de juin, [ils] fournirent six soldats pour le secours de Dole pour une seconde milice beaucoup plus grande que la première [celle des élus] », avouaient les habitants du village de Longechaux. Autrement dit, tout Comtois valide, en âge de porter les armes, pouvait à tout moment être requis dans l'armée du pays, à moins qu'il ne fût déjà élu, retraitant d'une forteresse ou membre d'une milice frontalière. Est-ce pour cette raison que l’érudit Gaston Roupnel affirmait dans son étude sur le pays dijonnais que la Franche-Comté était une province militaire, sans cesse armée et toujours prête au combat3 ?

17Or, en dépit des apparences, l'épisode du siège de Dole n'était pas sitôt terminé que toute cette organisation militaire se transformait, démontrant ainsi sa totale inadaptation aux guerres du xviie siècle.

18Déjà, faute d'effectifs suffisants, l'armée comtoise n'avait rien pu entreprendre face aux régiments français qui cernaient la capitale, si ce n'est quelques manœuvres de diversion et de surveillance ; en somme, son rôle s'était limité à attendre les secours. Ensuite, la confusion qui suivit la levée du siège de la capitale n'arrangea pas la situation : ayant retiré les pouvoirs de commandement au marquis de Conflans, les parlementaires mécontentèrent les nobles qui se retirèrent sur leurs terres et abandonnèrent leurs soldats. Bien que « l'éminent péril » demeurât en vigueur, le conseiller Girardot dut se résoudre à licencier l'armée sans chefs, sans vivres car les Lorrains avaient tout emporté, sans autres logements que les ruines des villages et les tranchées de l'ennemi, sans plus de service puisque le duc Charles de Lorraine avait décidé de se passer d'elle pour entrer en France. Enfin, la démobilisation systématique des Comtois dès la fin de leur temps de service, parfois même avant, ajoutée au sentiment que la guerre était désormais terminée, fit que très vite, tous les soldats regagnèrent leurs foyers. A Gallas qui en septembre 1636 réclamait une assistance militaire, la Cour répondit que les troupes du pays « se dissipèrent aussitôt que le siège fut levé ». Plus critique, Jean Boyvin déplorait cette désertion et blâmait les Comtois qui ne prennent « les armes que par occasion et selon le temps [et] se retirent à la première fantaisie qu'il leur prend ». Mais que pouvait-il attendre d'autre d'un peuple qui n'avait pas connu de guerre véritable depuis un siècle et subi d'incursion depuis plus de trente ans ?

19Malgré la reprise des hostilités au début de l'année 1637, il n'y eut plus aucun moyen de mobiliser à nouveau l'armée ordinaire et en particulier le ban et la milice des élus. Certes, la peste meurtrière de 1636 contribua pour une bonne part aux difficultés de recrutement et même Boyvin devait reconnaître dès novembre 1636 que « les villages sont tellement dépeuplés par les mortalités qu'il ne faut pas faire état de la milice pour la moitié de ce qu'elle aurait dû être ». Mais durant la même période, on créait le régiment Raincourt, on recrutait pour la campagne du marquis de Conflans en Bresse en dépit de l'hostilité des parlementaires, on imposait toujours aux communautés du pays de fournir des hommes armés pour la surveillance des frontières et des passages... En réalité, le gouvernement comtois connaissait parfaitement les défauts du système et l'inaptitude des élus et des cavaliers du ban à défendre efficacement le territoire ; il avait pu s'en rendre compte au cours des précédentes alertes de 1622, 1633 et 1635 : la mobilisation traînait en longueur, beaucoup ne répondaient pas à l'appel, notamment parmi les remplaçants et enfin, quand le délai fatidique des six semaines était écoulé, la plupart des hommes rentraient chez eux ou exigeaient le versement immédiat de la solde que leurs communautés ne délivraient plus. Aussi, il n'y avait rien d'étonnant à ce que le Parlement eût déjà fait appel au renfort des régiments d'infanterie et des compagnies cavalières levés en extraordinaire. Et les événements qui venaient de se dérouler au cours de l'été 1636 ne pouvaient que le conforter dans ses décisions.

Les régiments d'infanterie et les dernières milices

20Les régiments d'infanterie chargés de défendre la province, comptaient rarement plus de mille fantassins généralement divisés en cinq compagnies de deux cents hommes ; ils n'avaient donc pas l'importance des tercios espagnols ou des régiments « bourguignons » de l'armée royale des Flandres qui en regroupaient trois fois plus. Quant à la cavalerie, elle se limitait à un seul régiment placé sous le commandement d'un commissaire général (grade inférieur à celui de colonel) et morcelé en nombreuses petites compagnies, de vingt à quarante chevaux en moyenne, dirigée chacune par un capitaine issu de la noblesse.

21En mai-juin 1636, le gouvernement comtois leva donc cinq régiments qui furent ensuite licenciés pour les motifs évoqués plus haut. Mais les nécessités de la guerre et notamment la campagne du marquis de Conflans en Bresse en 1637 obligèrent les Comtois à en créer d'autres : régiment de Christophe de Raincourt, de Henri de Champagne, de Jean-François de Chaffois-Gouhelans, d'Antide de Grammont-Mélisey, de Philippe-François de Wateville comte de Bussolin, enfin de Vincent Jacquinot de Goux, soit environ mille fantassins auxquels il faut ajouter à peu près le même nombre de cavaliers répartis en vingt-cinq compagnies, ainsi que les soldats du terce royal de Louis de La Verne en garnison à Dole, Salins et Gray.

22Mais en janvier 1637, les effectifs de l'armée comtoise avaient atteint leur maximum : la déroute de Conflans, la reprise des campagnes françaises, l'attachement des Lorrains à la province et surtout l'appauvrissement du Trésor entraînèrent la disparition de plusieurs régiments. Ainsi, ceux de Goux, Champagne et Bussolin, déjà ruinés à Cornod en mars 1637, furent rayés des rôles au cours de l'été avec la dévastation du bailliage d'Aval ; celui de Raincourt ne survécut pas à la prise de Lons en juillet 1637 et à l'emprisonnement de son colonel. Quant à celui de Grammont-Mélisey, on le réforma et on répartit ses effectifs au sein des garnisons des villes d'Amont comme Vesoul, Luxeuil, Faucogney... A l'automne de 1637, l'infanterie comtoise se limitait à trois régiments, quatre en comptant le terce de Louis de La Vente : celui de Chaffois-Gouhelans et deux nouveaux, le régiment de Jacques-Nicolas de La Baume, comte de Saint-Amour, et celui de Jean-Baptiste de Saint-Maurice, commandeur de l'Ordre de Malte. Et jusqu'à la fin de la guerre de Dix Ans, il n'y en eut point d'autres, excepté toutefois celui d'Alexandre d'Emskerque d'Antorpes qui n'eut qu'une existence éphémère : créé aux environs de novembre 1638, il fut réformé le mois suivant après la mort de son colonel tué au cours d'une tentative pour reprendre Grimont.

23Des compagnies de cavalerie restantes, le gouverneur Saint-Martin fit deux régiments, le sien dans lequel il regroupa les Liégeois de sa garde personnelle, et celui d'Emmanuel de Fouchier, baron de Savoyeux qui avait succédé au baron de Scey comme commissaire général. Après Cornod, la cavalerie comtoise ne dépassa pratiquement jamais cent cinquante chevaux :

date

infanterie

cavalerie

15 janvier 1637

3 500

1 000

18 novembre 1638

2 200

150

juillet 1639

1 500/1 600

150

janvier 1641

800

120

12 septembre 1641

800/1 000

150

14 novembre 1643

1 000

200

Effectifs de l'armée comtoise entre 1637 et 1643

24Il reste à préciser qui étaient les soldats de ces régiments comtois. C'étaient tout d'abord des volontaires à l'image de ceux qui, entre 1620 et 1633, s'enrôlaient dans les troupes royales chargées de combattre aux Pays-Bas ou au Palatinat, dans 80 % des cas, des jeunes ruraux sans terre et attirés par la solde. D'autres aussi, anciens élus et cavaliers du ban féodal, membres des milices seigneuriales, bien décidés à défendre leur territoire menacé comme ceux du Val de Morteau, en nombre de deux cents, engagés dans l'infanterie comtoise en février 1637, ou plus soucieux de solde et de ravitaillement, seules garanties de survie dans une province bientôt ravagée et dépeuplée par la guerre. Quatre fois au cours des troubles, le gouverneur fit appel aux volontaires : le 26 mai 1636 bien entendu, puis le 13 avril 1637 quand Longueville menaçait le bailliage d'Aval, le 22 mai 1642 pour faire face à un éventuel retour de faucheurs français autour des villes, enfin le 22 avril 1644 à cause de l'offensive de Turenne au bailliage d'Amont. Les enrôlés devenaient soldats comtois, percevaient donc une solde tirée des revenus publics ou royaux, enfin pouvaient faire bénéficier leur famille de certains avantages comme l'exemption de logement de gens de guerre ou la remise de dettes.

25Mais il arrivait que le nombre de volontaires ne suffît pas, notamment dans l'infanterie. Alors, le gouvernement local ordonnait aux communautés du pays de désigner un certain nombre de fantassins et de les envoyer dûment armés et munitionnés dans les régiments incomplets. Ce fut le cas en mai 1636 : au sein de l'armée comtoise de secours, quantité de soldats étaient des « volontaires désignés » et en janvier 1637, le régiment de Goux comptait presque exclusivement des miliciens tirés des bailliages secondaires de Pontarlier et de Salins. En somme, et même si en théorie les soldes n'étaient pas à leur charge, cela revenait à imposer aux communautés des miliciens supplémentaires en plus de leurs élus...

26Après l'été de 1637 toutefois, on n'eut plus recours à cette pratique de milice imposée. D'une part, les communautés de plus en plus appauvries par la guerre, dépeuplées par la peste, ne purent bientôt plus fournir des hommes en nombre suffisant, d'autre part, les fantassins ainsi désignés ne valaient guère mieux que les élus qui avaient servi durant le siège de Dole : il fallait les remplacer après six semaines, ils refusaient de combattre en dehors des limites de la province, enfin ils étaient dans l'ensemble mal préparés et mal armés, tels ceux qui rejoignirent Raincourt à Lons en avril 1637 : « La plupart ne sont armés que de fourches, de fers et de battoirs à deux bouts, de quoi l'on ne peut pas en espérer grand service. »

27La milice des élus licenciée après la délivrance de la capitale et jamais plus convoquée, les milices supplémentaires progressivement écartées de l'organisation militaire comtoise, il ne resta bientôt plus que celles chargées de la surveillance des frontières. La plus importante fut la milice dite « du Lomont et passages du Doubs », formée en décembre 1635 par l'archevêque de Besançon et confiée à deux capitaines : Jean de Sagey et Jean-François Guyot de Malseigne. Elle recrutait parmi la population des bailliages de Baume, Omans et Pontarlier et imposait aux communautés d'envoyer les cinq cent dix hommes chaque jour nécessaires pour assurer une garde véritablement efficace des lieux.

28En juin 1637, un différend entre les deux capitaines obligea le gouverneur SaintMartin à préciser les pouvoirs respectifs de chacun : Sagey se chargeait de surveiller le Lomont, soit les seigneuries de Passavant, Belvoir et Châtillon-sous-Maîche, Malseigne les passages du Doubs au niveau de la Franche-Montagne et de la terre de Réaumont. La mésentente des chefs n'empêcha pas la milice du Lomont de réaliser un authentique exploit : en août, elle mit un terme définitif aux projets conquérants du comte de Grancey qui, blessé, dut s'enfuir précipitamment de Saint-Hippolyte en abandonnant ses bagages. En octobre de la même année, le duc de Lorraine aurait souhaité la réforme de cette milice et sa transformation en un régiment de mille deux cents fantassins dont il aurait confié le commandement à Marc-François de Rye, comte d'Arberg, mais le projet n'eut pas de suite. En outre, la milice fut rudement malmenée par les Suédois de Weimar qui forcèrent les passages à la mi-novembre, puis par les Lorrains qui se déployèrent dans la même région au cours de l'hiver. Les réquisitions cessèrent dans les villages ruinés de la Franche-Montagne et les communautés pillées n'avaient plus de quoi équiper leurs hommes ; en conséquence, ce fut une milice réduite qui continua à exercer la surveillance en 1638 et qui reçut son coup de grâce avec l'invasion weimarienne de 1639.

29Entre 1640 et 1644, seuls les retrahants des châteaux frontaliers et quelques garnisons seigneuriales continuèrent de monter la garde et d'informer les autorités des éventuels mouvements de l'ennemi. Il faut dire que de par son statut, le retraitant ne coûtait rien à personne, ni au seigneur du lieu où il servait, ni à la communauté dont il était issu puisqu'il devait assurer lui-même sa subsistance et celle de sa famille. Aussi, les retrahants furent mobilisés en permanence dans les châteaux et les villes de Franche-Comté et leur service ne cessa véritablement qu'après la paix de Westphalie et l'évacuation de l'Alsace par les troupes françaises, soit 1649-50.

30Ainsi, la guerre avait démontré les limites de l'organisation militaire comtoise ; la Franche-Comté, province neutre, ne pouvait lever qu'une petite armée défensive qui, très vite, était dépassée par les événements. Le ban féodal et les milices obsolètes durent céder la place aux régiments qualifiés d'extraordinaires par les Comtois, les seuls capables en réalité d'effectuer un service efficace et durable. Toutefois, le manque d'argent et les difficultés de recrutement limitèrent bientôt leur rôle à celui de troupes en garnison : retranchés en permanence derrière des murailles, ils n'en sortirent que pour renforcer l'action des troupes de secours, puis, après 1639, pour mener des opérations ponctuelles de reconquête.

Le terce royal de Louis de La Verne

  • 4 Longin (Emile), "Notes sur le régiment de La Verne (xviie siècle)", Mémoires de la Société d'Emula (...)

31A la tête de son régiment d'infanterie, le colonel Louis de La Verne s'illustra tout particulièrement au cours du siège de Dole, aussi il était indispensable de lui consacrer quelques lignes ainsi que l'avait fait déjà Emile Longin4. Dans le même temps, il convenait de retracer plus en détail l'histoire du seul régiment d'infanterie royal présent en Franche-Comté pendant la guerre de Dix Ans.

32Louis, second fils de François de La Verne, seigneur de Saulnot, et d'Adrienne Thomassin, naquit vers 1580. Il se voua très tôt au métier des armes puisqu'en 1597, il était déjà soldat dans les armées du roi d'Espagne. Il gravit tous les échelons, alphère, adjudant, capitaine de compagnie, sergent-major, colonel et servit dans les trois régiments « bourguignons » de l'armée des Pays-Bas, lesquels depuis 1620 et la guerre du Palatinat, venaient se refaire chaque année en Franche-Comté. Il avait des frères qui, comme lui, embrassèrent la carrière militaire : l'aîné, Guillaume, capitaine dans le régiment Balançon en 1633 et Jean-Claude, peut-être le benjamin, aussi capitaine en 1630 dans le tercio de feu le baron de Belvoir.

Louis de La Verne.
portrait présumé (selon Jules Gauthier) extrait de La Bourgogne triomphante sous Philippe IV (voir couverture).

33En août 1634, Louis reçut l'ordre du marquis d'Aytona de lever un régiment de trois mille fantassins comtois, soit quinze compagnies, pour l'armée des Pays-Bas. Les quartiers de recrutement s'ouvrirent comme à l'accoutumée dans les villes closes et les bourgs de la Comté, sans aucune aide ni soutien du gouvernement mécontent de la création d'un cinquième régiment royal après les folles dépenses de l'année 1633. La Verne connut d'ailleurs les mêmes difficultés que ses prédécesseurs, lesquels avaient été obligés d'attendre l'arrivée du duc de Féria pour pouvoir enfin quitter la province encerclée par les Français : il dut laisser ses troupes dans les villes bien au-delà du délai qui lui avait été imparti et fut confronté au manque d'argent, aux désertions et à la révolte des populations. En janvier 1635, le régiment La Verne était toujours cantonné en Franche-Comté ; il comptait alors deux mille cinq cent soixante-douze soldats.

34Le mois suivant, la situation changea du tout au tout : sommé par le Cardinal-Infant de mettre son régiment au service du duc de Lorraine, La Verne réunit ses compagnies et les conduisit vers Montbéliard déjà menacée par les Impériaux. Le parlement de Dole eut beau protester, Charles IV obtint la permission d'utiliser le régiment à sa guise, même contre la France. Le 14 avril 1635, La Verne et ses hommes passaient la frontière au Pont-de-Roide et se mêlèrent aux troupes impériales. Pendant deux mois, le régiment participa aux différentes opérations menées vers la Porte de Bourgogne et à la fin de mai, La Verne reçut l'ordre de se replier sur Porrentruy et de s'y enfermer. Il n'y resta que peu de temps : le 13 juin, il fut délogé par le maréchal de La Force qui lui accorda néanmoins une capitulation honorable et la permission de se retirer en Franche-Comté. Deux jours plus tard, ayant franchi le Doubs à Saint-Hippolyte, le terce La Verne s'installait dans la terre de Châtillon-sous-Maîche. Des deux mille cinq cents soldats de janvier, il n'en restait que six cent quatre-vingts.

35Le 22 juin 1635, suivant le contrat passé entre Louis de La Verne et le Parlement, le régiment se mit au service de la province à la grande satisfaction du gouvernement comtois conscient de la faiblesse des garnisons citadines. Les troupes furent réparties dans les trois villes principales, Dole, Gray et Salins, avec la charge d'en assurer désormais la sécurité. Ainsi à Dole arrivèrent l'état-major, la compagnie colonelle et celles des capitaines Antide de Grammont-Vellechevreux, Châtillon, Renobert Guye dit Georget et Claude Perrin ; à Gray celles de Jean de Villeneuve, don Frédéric de Morales, Hugues Demongin, Pierre de Ronchaux dit le Vieil et Jean de RonchauxMontigny ; enfin à Salins celles de Gaspard de Cubry, Amadry, Desgaudières, Osorio et Amelange.

36Des recrutements furent ordonnés pour tenter de porter les effectifs du régiment à trois mille hommes, mais faute d'argent, on ne put jamais atteindre cet objectif. Janvier 1636, La Verne avait 1 171 soldats sous ses ordres dont 578 mousquetaires, 377 piquiers, 216 arquebusiers, plus 118 chevau-légers, 105 officiers et sous-officiers de compagnie et 7 officiers d'état-major. Quatre mois plus tard, le nombre de fantassins était pratiquement identique car, conformément aux ordres de la Cour, il avait fallu évincer les soldats étrangers susceptibles de pratiquer l'espionnage. On chassa donc les Savoyards, les Alsaciens et les Français pour ne conserver que les Lorrains, les Liégeois et les Luxembourgeois. La compagnie de Villeneuve postée à Gray en juillet 1635, comptait à l'époque 35 % d'étrangers.

37Le 26 mai 1636, les Français franchissaient la frontière et investissaient la capitale. Enfermé dans la ville assiégée avec six de ses compagnies (celle de Desgaudières étant venue de Salins au dernier moment), Louis de La Verne devint le fer de lance de la résistance doloise : « Ses ordres et sa conduite y sont également admirables, la prudence y triomphe et la grandeur de son courage y éclate avec toutes les autres vertus militaires qu'il a mis en œuvre pour la conservation de cette place », déclarait un chroniqueur anonyme du siège. Et de fait, le terce participa à toutes les opérations de défense et de contre-attaque, perdant de nombreux soldats, son adjudant, un nommé Gonzel, le capitaine Antide de Grammont, sans compter les blessures infligées à Châtillon et à Claude Perrin. Les autres compagnies en poste à Gray n'étaient pas restées inactives : celle de Perceval, le remplaçant de Morales, alla saccager les forges de Drambon le 4 juillet 1636.

38La ville délivrée, La Verne reçut les félicitations du Parlement, du Magistrat dolois qui offrit 500 francs, 500 écus de vaisselle d'argent pour lui et son épouse, dix pistoles à ses serviteurs, enfin de Philippe IV qui lui attribua le titre de comte (resté honorifique) ainsi que la charge de gouverneur de Bréda. Le 15 septembre 1636, un rôle révéla que le régiment comptait à peine cinq cent soixante-dix-sept soldats : il avait donc bien souffert du siège, de la peste et de la démobilisation générale qui suivit la délivrance de la capitale.

39Avec le siège de Dole, le régiment La Verne avait connu son heure de gloire, mais par la suite, les difficultés financières et la situation déplorable de la province firent qu'on ne put jamais combler le manque d'effectifs de façon satisfaisante. Les compagnies restèrent cantonnées dans les trois villes principales jusqu'à la fin de la guerre, ne sortant qu'exceptionnellement pour renforcer les garnisons de Bletterans, Arc-lès-Gray, Chevigny ou encore Chaussin et Frontenay que l'on jugeait trop faibles.

40En janvier 1637, le terce regroupait 571 soldats et en avril, 840. Peut-être dépassat-il le millier d'hommes au cours de l'été, mais la réforme imposée par le gouverneur en novembre lui retira cinq compagnies. Ses effectifs étaient retombés à environ cinq cents soldats. En 1638, on procéda à de nouveaux recrutements mais là encore, on ne put restaurer l'ancienne puissance du régiment : jamais Louis de La Verne ne devait avoir plus de mille hommes sous ses ordres. Démuni comme toutes les autres troupes de la province, le régiment continua de protéger les trois villes contre les incursions des Suédois en 1639, des faucheurs en 1640... D'autres capitaines apparurent dans les rôles : Jean-Baptiste Duchamp et Claude-Antoine de Vaudrey à Dole, Melchior de Grachaux à Gray, Bassant à Salins, en remplacement de ceux qui mouraient ou qui s'enfuyaient en Italie à la recherche de meilleures soldes.

41Le colonel lui-même tomba un peu dans l'oubli. Le 4novembre 1637, il avait sollicité la charge de Grand Gruyer des forêts comtoises devenue vacante avec le décès du prince de Cantecroix ; il l'obtint le 9 mars 1638. Son nom n'apparaît plus guère ensuite, si ce n'est dans les archives doloises. En 1642, après avoir rédigé son testament, Louis de La Verne quittait la Franche-Comté pour les Pays-Bas où il devait recevoir le gouvernement du Limbourg. Il mourut en Belgique, non pas dans les premiers mois de 1660 comme le prétendait Emile Longin, mais le 6 septembre 1654 ; il laissait une veuve entièrement démunie et qui eut toutes les peines du monde à se faire payer les arriérés de solde de son feu mari. La reconnaissance des Espagnols avait aussi ses limites...

42Quant au régiment, il demeura en Comté et continua d'assurer la défense des villes principales jusqu'à vraisemblablement la paix des Pyrénées en 1659. Le commandement fut confié à Claude-François de Grammont, baron de Mélisey, puis en 1653 à Charles-François de La Baume, prince de Cantecroix, enfin en 1656 à Charles de La Baume-Montrevel, marquis de Saint-Martin, mais le régiment continua de s'appeler le « terce de monsieur le comte de La Verne ». Les capitaines Duchamp, Vaudrey, Perceval, Grachaux, Georget dirigeaient toujours les compagnies.

43Ainsi se résume l'histoire du seul régiment d'infanterie qui resta mobilisé durant toute la guerre de Dix Ans, soit de 1634 à 1644. A l'origine, terce royal destiné aux Pays-Bas, puis cédé aux Impériaux l'espace de quelques mois, enfin confié aux Comtois jusqu'à la paix, il avait eu pour tâche de renforcer les garnisons et d'assurer la conservation des villes principales de la province ; en conséquence, il mena seulement quelques opérations de campagne en rapport direct avec la sécurité des dites villes. Il connut la gloire au cours du siège de la capitale comtoise en 1636, puis Gray, Salins et Dole n'ayant plus été véritablement inquiétées, il continua son rôle de gardien efficace jusqu'à la fin des troubles.

44Louis de La Verne fut quant à lui le type même du capitaine franc-comtois qui passa le plus clair de sa vie au service du roi d'Espagne. Les contemporains lui reconnaissaient une grande clairvoyance et un sang-froid à toute épreuve, qualités peu spectaculaires mais combien précieuses chez un homme de guerre. Loin des Spinola, Mansfeld, Wallenstein, Weimar et d'autres dont l'histoire a retenu le nom, La Verne fut néanmoins un véritable personnage de la guerre de Trente Ans. Mais qui aujourd'hui se souvient encore du défenseur de 1636 hormis quelques érudits dolois ?

45Dès le début des hostilités, l'armée du comté de Bourgogne se limita donc à trois ou quatre régiments de troupes extraordinaires. Les levées du pays avaient très vite disparu, de même que les anciennes milices, éphémères gardiennes des frontières et des places.

46Il pouvait difficilement en être autrement avec cette organisation militaire archaïque et inadaptée : des règlements d'un autre âge, peu de soldats de métier en dehors des officiers, mais des bourgeois et des paysans souvent désarmés, capables du meilleur et du pire, une province qui manquait de plus en plus de ressources et d'hommes pour assurer les relèves... Malgré leur volonté d'améliorer un tant soit peu les choses, les gouverneurs ne disposèrent que d'une petite armée d'environ mille hommes qui servit principalement à la conservation des places importantes du pays. Mais n'était-ce pas tout ce qu'ils pouvaient espérer d'une province neutre, en paix depuis longtemps et isolée des autres possessions espagnoles ? Il n'y a rien d'étonnant non plus à ce que les membres le plus avisés du gouvernement aient supplié les Impériaux, puis les Lorrains de demeurer en Franche-Comté malgré les désordres, les ravages qu'ils commirent et dont il sera bientôt fait mention. Déjà en 1595, contre les menées du roi Henri IV de France, les Comtois avaient dû faire appel à une armée de secours, celle de Velasco... Rien n'avait changé depuis le xvie siècle.

La résistance

47Difficile problème que celui de la résistance ! Comment l'aborder autrement que par un catalogue de témoignages précis et évocateurs mais qui ne permettent guère d'apprécier globalement le phénomène... Comment éviter le risque des comparaisons faciles avec l'histoire plus contemporaine...

48Le problème de la résistance des populations comtoises pendant la guerre de Trente Ans est d'abord lié à un mythe, celui du capitaine courageux, ce héros qui du haut de son nid d'aigle jurassien, a mené seul une lutte acharnée contre l'envahisseur. Or, la tradition ainsi rapportée ressemble beaucoup à celle qui a perpétué la fable du méchant Suédois : caricaturale, elle s'est progressivement écartée des fondements historiques et a occulté tout le reste. Il importait donc de revenir sur cette importante question.

Une résistance permanente et collective

« Nos compagnies de milice ne nous ont pas trompés, se plaignait le Magistrat de la ville de Vesoul, s'étant quasi toutes échappées et refusé absolument de servir. »

49En juillet 1636, tandis que les troupes françaises cernaient Dole et battaient la campagne, l'infanterie comtoise se trouva « diminuée des trois parts, car comme elle était la plupart [composée] de montagnards, ils s'étaient sauvés nuitamment, passant par les montagnes et s'étaient retirés en leurs maisons, ne pouvant supporter la fatigue de coucher incessamment à la haie comme ils avaient toujours fait » ; à l'opposé, une ville entière faisait preuve d'une opiniâtreté et d'un courage exemplaire face à un adversaire plus aguerri. Un an après le siège de Dole enfin, les habitants de Poligny, redoutant une attaque de Longueville, avouaient n'être plus que la moitié « parce que la plupart, même les principaux et les premiers s'en sont allés sous prétexte de mener leurs femmes ou leurs enfants en Suisse ».

50On dira sans doute que de tels exemples vont dans le sens des images qui ont fait de la résistance l'apanage d'une minorité bien définie, d'une poignée de partisans qui menèrent la lutte au profit d'une population timorée... En réalité, la résistance fut l'affaire de tous, c'est-à-dire de toutes les catégories sociales de l'époque, soldats, paysans, prêtres, bourgeois, nobles, sans oublier les « montagnards déserteurs » qui viennent d'être évoqués. D'autre part, bien des auteurs ont suggéré qu'il y eut un temps de la résistance, les années 1640-1644 en l'occurrence. Sans doute usaient-ils d'une appellation commode pour désigner les dernières années de la guerre de Dix Ans, mais qui présente l'inconvénient majeur d'effacer un peu tout ce qui s'était passé entre 1636 et 1639. En outre, comment ne pas rappeler que durant ce temps de la résistance apparurent les premières surséances d'armes tandis que se généralisaient sur le territoire comtois les sauvegardes accordées par l'ennemi...

  • 5 Boyvin (Jean), Le siège de la ville de Dole...

51La résistance des Comtois n'avait pas seulement débuté en 1640 : il y eut en premier lieu la vaillance des Dolois assiégés pendant deux mois et demi dans une ville dévastée par les bombes, ravagée par la peste. Des témoins comme le conseiller Jean Boyvin ont suffisamment insisté sur la ténacité et le courage des défenseurs pour qu'il soit utile d'y revenir5. Les volontaires, les chefs de milice urbaine, les soldats, les simples bourgeois, les femmes aussi, souvent en première ligne pour munitionner les postes avancés et colmater les brèches, tous contribuèrent à la sauvegarde de la cité sous les encouragements de Louis de La Verne, des parlementaires présents et du vieil archevêque Ferdinand de Rye.

52Evénements aux accents tragiques parfois comme en témoigne le certificat d'un chirurgien de la place :

« Je soussigné, chirurgien, atteste avoir traité feu Pierre Moureau de Falletans d'un coup de mousquetade lui perçant le thorax de part en part, au moyen de quoi il décéda cinq jours après sa blessure [...J. Et de plus certifie que le dit jour, étant en l'hôpital neuf de cette ville de Dole, y fut apporté feu François Moureau. fils de feu Pierre Moureau, lequel avait la cuisse droite séparée de son corps par le moyen d'un coup de canon qu'il a reçu en la dite partie, et partant, décéda sitôt qu'il fut posé au lit. Ce que certifie en vérité à Dole, ce huitième juillet 1636. C. Besse. »

53Tout aussi malheureux fut le destin de Jean Clerget et Pierre Vuillemenet chargés des relations épistolaires entre les assiégés et l'armée de secours, capturés et tués par les Français vers Quingey alors qu'ils portaient des messages à Conflans, ou encore celui des guetteurs anonymes qui, entraînés par la chute du clocher, allèrent se fracasser sur le parvis de la collégiale dans la nuit du 7 au 8 août 1636 : ébranlée par les boulets, cette partie de l'édifice s'effondra en effet lors du violent orage qui s'abattit sur la ville vers 23 heures.

54D’ailleurs, la résistance acharnée des Dolois au cours du siège fut reconnue par tous, par les Comtois et les Espagnols bien entendu, mais aussi par les Français eux-mêmes : « Plût à Dieu que les sujets du Roi fussent aussi affectionnés que ceux-là le sont à l'Espagne », devait reconnaître Richelieu qui, le 8 août 1636, faisait part de son mécontentement au prince de Condé tenu en échec. « Jamais gens ne se seront si vaillamment défendus et n'ont témoigné tant de zèle pour le service de leur prince ; aussi ce peuple mérite une éternelle louange d'être sorti si glorieusement d'une affaire si difficile dans laquelle il a acquit un honneur immortel » : ces lignes sont extraites des Mémoires de François de Paule de Clermont, marquis de Montglat, maréchal de camp dans les armées du roi de France

Chef de bande pendant la guerre de Trente ans par Jacques Callot

55Quant à ces paysans-miliciens qui, disaient certains textes, ne songeaient qu'à déserter et à s'enfuir, ils donnèrent aussi à maintes reprises la preuve d'une fermeté et d'une bravoure parfois désespérée. Ainsi, ceux chargés du Lomont et des passages du Doubs, fustigés pour leur insouciance et les abandons de poste en 1635 et 1636, n en repoussèrent pas moins victorieusement le comte de Grancey venu s'emparer par surprise de Saint-Hippolyte en août 1637, alors que l'armée du pays était encore vers Luxeuil, « à ne rien faire ». Deux conseillers du Parlement célébrèrent l'événement, l'un Jean Boyvin avec la retenue qui le caractérisait : « Ceux du pays se défendent en chaque pas comme des lions. » L'autre, Louis Pétrey, avec beaucoup plus d'enthousiasme : « Il ne faut plus parler de nos paysans qu'avec honneur. » Déçu par l'immobilité de l'armée, il ajoutait en outre : « Il convient de les appeler soldats et cavaliers et la plupart de nos soldats, je ne sais si seulement ils méritent d'être paysans. »

56Autres miliciens valeureux, ceux de la seigneurie de Morteau : le 11 avril 1638, ils étaient encore plus de mille à prendre les armes et à défendre le Val en cas d'attaque. d'attaque. Aussi, au mois de décembre, ils n'hésitèrent pas à refuser l'assistance des Lorrains malgré la présence de Weimar dans l'évêché de Bâle. Bien que surpris et repoussés par l'avant-garde suédoise dans la nuit du 14 au 15 janvier 1639, trois cents d'entre eux revinrent à Morteau dès la levée du jour et au terme d'une lutte acharnée, faillirent l'emporter sur les Weimariens. Peu aguerris et mal armés, ils furent finalement tous massacrés. Plus au nord, les régiments lorrains et comtois se repliaient sans combattre sur Omans puis sur Besançon...

57Il est vrai que le sort des armes avait jusqu'alors préservé la Montagne jurassienne et que les miliciens de Saint-Hippolyte et de Morteau subissaient leur premier assaut véritable. Or. dans les régions que l'ennemi avait dévastées dès 1637 ou 1638, des paysans résistaient toujours bien qu'il ne restât souvent que les châteaux ruinés, les bois ou les grottes en guise de refuges. Ils se regroupaient sous le commandement d'un chef, un notable de village, un ancien soldat ou encore le plus hardi d'entre eux et formaient des petites troupes de paysans-soldats ; « n’ayant plus rien à perdre, écrivait Emile Longin, le paysan se faisait soldat ; à défaut d'une paye régulière, il avait son pain assuré par les contributions dont ses chefs frappaient les territoires occupés », sans oublier la part importante que représentait le pillage.

58Il n'existe guère de renseignements au sujet de ces troupes de paysans armés et le peu qui est connu concerne le plus souvent ceux qui les commandaient.

  • 6 Longin (Emile), "Un émule de La Cuson, le capitaine La Courbière", Mémoires de la Société d'Emulat (...)

59Le plus célèbre fut sans doute le capitaine La Courbière à qui Emile Longin devait naturellement consacrer un article6. Seulement, pour avoir trop voulu comparer La Courbière à Lacuson, l'érudit a commis quelques inexactitudes : ainsi, La Courbière n'était pas le surnom de Jacques Roussel, meunier à Valfin-lès-Saint-Claude, mais celui de Claude Roussel, effectivement meunier, et dont les origines précises restent à déterminer. Longin avait fondé sa documentation sur l'existence d'un moulin dit de la Courbière à Valfin et d'autre part sur le rapport d'un certain Clereval qui, en décembre 1646, s'était chargé de ramener le capitaine de Lyon où il avait été emprisonné, jusqu'en Comté : « Je l'ai ramené jusqu'à Orgelet d'où il a tiré en son logis pour se fortifier un peu et reprendre l'habitude et de l'air et du jour qu'il avait quasi perdue. » Nulle part il n'est dit que le logis en question se trouvait dans la terre de Saint-Claude. De plus, l'examen des listes nominatives des miliciens san-claudiens en 1632 démontre que le patronyme de Roussel est inconnu à Valfin ainsi que dans les autres villages de la dite terre. En revanche, le capitaine pourrait être originaire de la région de Colonne, une contrée de forêts et d’étangs qu’il connaissait bien et où se déroulèrent d'ailleurs la plupart de ses exploits, là où aussi, il existait de l'aveumême de Longin un autre moulin dit de la Courbière.

60Toujours est-il que La Courbière et sa petite troupe gênèrent la progression des Français au bailliage d'Aval pendant au moins deux ans. Son nom fut signalé pour la première fois en juillet 1637, dans les environs de Bletterans : « Nous avons à ce voisinage le capitaine La Courbière avec environ trois cents paysans qui le suivent, ensemble le curé de Fay [-en-Montagne]. » Il s'efforçait déjà de mener la petite guerre contre les troupes de Longueville qui venaient de dévaster une seconde fois le bailliage d'Aval. Son terrain de prédilection était la Bresse dite comtoise, entre Bletterans, Chaussin et Brainans ; bien protégé dans la vaste forêt qui couvrait la région, il tenait aussi les châteaux, celui de Colonne notamment, et résidait parfois dans l'église fortifiée de Rahon.

61En 1638, le capitaine s'opposa à l'ennemi qui marchait sur Poligny et Salins (juin 1638). Depuis Toulouse lieu de rassemblement, des troupes françaises se rendirent même à Colonne, mais le château ayant été déserté par ses occupants, l'expédition tourna court. Après la prise et l'occupation de Grimont, La Courbière prit pour cible les convois qui, depuis Bletterans ou Saint-Amour, ravitaillaient la place. L'année suivante, la bande était toujours à son poste. En février, on demanda à La Courbière de démolir le pont du château de Villers-Robert afin d'éviter sa prise par les Français. Un billet daté du 2 juin 1639 révèle également que le capitaine avait un fils, François, lequel s'occupait du munitionnement de la petite troupe :

« François Roussel, fils de Claude Roussel dit le capitaine La Courbière, confesse avoir reçu de Monsieur Duchamp, capitaine de l'artillerie, les quarante livres de poudre mentionnées au mémoire et ordre du sieur procureur général dont il est content [...]. A Dole, le second juin mil six cent trente neuf. »

62L'autorisation de délivrer la poudre émanait du procureur Brun en personne, « par ordre du Parlement et pour le service du roi ». Autrement dit, malgré la situation dramatique que connaissait la Franche-Comté en cet été de 1639, la Cour n'oubliait pas La Courbière et ses paysans, preuve que leurs actions devaient être particulièrement efficaces.

63Mais un autre le pensait également : le marquis de Villeroi qui, en route pour Virechâtel, décida de passer par Colonne afin d'en finir une fois pour toutes avec ces paysans armés. Le 14 juillet 1639, il s'emparait sans doute par surprise du château aux murailles délabrées, capturait La Courbière et faisait massacrer tous ses partisans, y compris peut-être le propre fils du capitaine. En outre, précisa la Gazette de France, « il ruina ensuite plus d'une lieue de campagne fort bien cultivée ». La Courbière fut emprisonné à Chalon, au Pont-de-Vaux, puis au château lyonnais de la Pierre-Scize où il demeura enfermé jusqu'en décembre 1646. Escorté du sieur Clereval qui l'accompagna de Lyon à Orgelet, le capitaine put enfin réintégrer son logis, libre mais brisé par des années de captivité et de mauvais traitement. Sa trace se perd ensuite...

64Dans la même région, un peu plus au sud, un autre foyer de résistance posait de sérieux problèmes aux Français qui auraient bien souhaité le réduire sans toutefois jamais y parvenir : les réfugiés des grottes de Revigny-lès-Lons.

  • 7 Claude Marquis, curé de Saint-Lupicin (Jura) anima la résistance contre les Français en 1674. Gres (...)

65Les renseignements sont un peu plus nombreux sur les hommes, tous issus des villes et villages voisins comme Conliège, Saint-Maur, Poids-de-Fiole, Publy, Revigny, Vincelles, Macornay, Courbouzon, Vernantois, Courlaoux et Lons-le-Saunier ; en revanche, les textes ne précisent pas qui était leur chef. Ils ont surtout retenu le nom d'un prêtre, Simon Conduit curé de la paroisse de Saint-Maur. Dirigeait-il les réfugiés de Revigny ? Rien ne le certifie mais cela ne serait pas impossible, car à plusieurs reprises, des prêtres se sont trouvés aux premières loges de la résistance armée : le curé de Fay-en-Montagne présent aux côtés de La Courbière en 1637, celui d'Accolans, un nommé Jacques Jannot de Soye, lequel écumait les bois de Ferrières en 1640, « armé d'une longue arquebuse et accompagné de quelques soldats et paysans retirés dans le château de Soye », ou le vicaire des Gras qui en janvier 1639, tenta de s'opposer aux Weimariens qui venaient d'envahir le Val de Morteau : « Le vicaire des Gras se défend en son quartier, mais s'il n'a prompte assistance, il succombera » avertissait un témoin... Claude Marquis, curé de Saint-Lupicin en 1674, ne fut jamais que leur digne successeur7.

66Plusieurs fois attaqués, en 1637 et 1639 notamment, les réfugiés de Revigny résistèrent aux efforts des ennemis et même Villeroi qui venait de démanteler Colonne et massacrer la troupe de La Courbière, ne put tirer les paysans de leur retraite malgré l'usage de ses canons. Avant lui, Longueville avait déjà rencontré les mêmes difficultés : « Les paysans de Revigny, retirés en leur grotte, l'avaient défendue contre lui et après plusieurs volées de canon tirées contre l'embouchure de leur grotte, avaient obligé les Français à passer outre. »

67Le 16 mars 1640, la Cour du parlement de Dole écrivit au baron de Scey, gouverneur par intérim en l'absence du marquis de Saint-Martin, pour qu'il donnât assistance aux réfugiés : « Monsieur, quelques habitants des ressorts d'Orgelet et de Montmorot, retirés depuis trois ans en la Baume de Revigny où ils se sont toujours courageusement défendus, et même souvent incommodé les garnisons voisines de l'ennemi, nous ont fait représenter depuis peu qu'ils manquent de munitions de guerre, principalement de poudre et plomb pour continuer leur défense... » Deux mois plus tard, le baron de Scey écrivait à son tour : « Du côté de la grotte de Revigny, il y a eu de ses gens [au baron d'Arnans], lesquels s'étant joints avec plusieurs de ceux qui sont retirés en la dite grotte, ont battu la garnison de Courlaoux et de St Laurent de la Roche. » Comme quoi, on avait fait bon usage des munitions de poudre et de plomb demandées...

68Les occupants de la cavité se firent un peu oublier au cours des années suivantes et seul le registre paroissial de Saint-Maur indique que jusqu'en 1644, il y eut encore des baptêmes d'enfants célébrés à l'intérieur des grottes de Revigny.

  • 8 Louis (Gérard), "Un refuge pendant la guerre de Trente Ans : la Baume de Sancey-le-Long (Doubs)", M (...)

69Dans une tout autre région, à l'est de la province, les paysans de Sancey et des environs connurent les mêmes aventures que ceux de Revigny. En février 1639, sous le commandement d'un Sancéen de 34 ans, Sébastien Ligier dit le capitaine de la Baume, les habitants des villages se réfugièrent dans une vaste grotte située sur le territoire de Sancey-le-Long8. Rosen qui assiégeait Belvoir vint aussitôt attaquer les paysans dans leur retraite, mais ceux-ci résistèrent grâce aux fortifications dont était pourvue la cavité ; un contemporain précisait même qu'ils « se défendent courageusement, tuant bon nombre des ennemis » en leur jetant des pierres.

70Mais non contents d'assurer leur propre défense, les réfugiés de la Baume entreprirent de faire la chasse aux Suédois. Le 28 février, sans attendre l'arrivée du duc de Lorraine, ils se joignirent à la garnison de Belvoir et poursuivirent l'ennemi jusqu'aux limites de la seigneurie, tuant les retardataires et les sauvegardes installées dans les villages, détroussant au passage les habitants qui les avaient acceptées. Nullement gênés par le départ des Lorrains, les paysans de la Baume continuèrent leurs sorties pour « empêcher et incommoder les dits Suédois » et ce, jusqu'à leur départ en juillet 1639.

71Dans les bois voisins de Sancey, la même résistance s'était engagée et le R.P.

72Marchand des minimes d'Ornans faillit bien en faire les frais. Ce religieux chargé de négocier la rançon qu'avait exigée Rosen lors de son entrée à Omans le 15 février, partit en effet pour Sancey, via Orchamps-Vennes, afin de s'entretenir avec le colonel. Il était accompagné d'un nommé Péreur, sans doute membre du Magistrat d'Ornans, « d'un serviteur du couvent, d'un soldat de l'armée du sieur colonel, et sept ou huit soldats de l'armée [weimarienne], venant les uns du côté de Nozeroy, les autres d'Usiers et d'ailleurs, partie à pied, partie à cheval, conduisant des femmes et des enfants ». Le 23 février vers deux heures de l'après-midi, à quelques lieues de Sancey, des paysans armés d'arquebuses attaquèrent le groupe ; Péreur s'enfuit vers Laviron, quant au Père Marchand, il fut désarçonné, arrêté et mené en un « lieu fort écarté » par les paysans avant d'être finalement relâché. Dans l'embuscade, cinq Suédois, une femme et un enfant avaient été tués.

73Marchand s'entendit avec Rosen sur le montant de la rançon mais le colonel dut lui céder un cheval en remplacement de sa jument confisquée par les assaillants et lui proposer une escorte de vingt-quatre mousquetaires pour regagner Omans en toute sécurité.

  • 9 Petithuguenin ( ?), Cart-Broumet Alexis surnommé La Plaque, Pontarlier, 1855. Aucun document de l' (...)

74Il y eut bien sûr quantité d'autres groupes de paysans armés qui s'opposèrent aux ennemis, tant dans les bas-pays que dans les montagnes : celui de Soye qui courait les bois avec le curé d'Accolans, celui de Rosureux qui tua les sauvegardes d'Orchamps-Vennes avant de se joindre aux garnisons des châteaux voisins, celui des Martinvaux mieux connu pour les opérations de brigandage qu'il lança dans la vallée du Dessoubre et dont il sera question plus loin..., mais dans l'ensemble, peu de sources permettent d'évoquer leurs faits et gestes. Souvent même, les légendes populaires ont remplacé les archives, donnant naissance aux personnages mythiques, tel ce fameux Alexis Cart-Broumet dit La Plaque, un La Courbière des environs de Mouthe qui n'exista que dans l'imagination fertile d'un auteur9...

75La résistance armée des ruraux comtois fut en tout cas bien réelle. Ces villageois qui, élus ou miliciens, ne songeaient qu'à déserter, faisaient aussi preuve d'une farouche détermination dès que l'ennemi envahissait leur terroir. On dira peut-être que leur patriotisme, leur sentiment national comtois se limitait à cela. La défense de Dole, la sécurité des régions d'Amont ou encore l'organisation militaire contraignante dans laquelle on leur avait demandé d'entrer importaient peu à ces gens ; en revanche, rien, pas même la mort ne les arrêtait face aux dangers qui menaçaient une terre, des biens, une famille ou une communauté villageoise, une région dont ils connaissaient tous les accès et les cachettes... Soldats déserteurs et paysans résistants n'étaient pas forcément incompatibles.

76Mais la paysannerie comtoise n'eut pas l'exclusivité de la résistance. Les grands officiers, les seigneurs, les nobles de robe ou d'épée qui détenaient en temps ordinaire les pouvoirs politiques, les commandements militaires, les richesses, se dévouèrent également à la cause de la Franche-Comté : gouverneurs, colonels de régiment d'infanterie, capitaines de forteresse, députés des Etats, parlementaires, ambassadeurs jetèrent toutes leurs forces dans la bataille, chacun menant à sa manière une lutte permanente dont les discours et les écrits se sont souvent fait l'écho. Les uns y perdirent leurs richesses comme le baron d'Arnans dont les terres furent incendiées, ou le baron de Scey qui, ruiné, dut gager ses joyaux et pierreries pour emprunter de quoi entretenir ses troupes, d'autres leur santé tel l'archevêque Ferdinand de Rye usant ses dernières forces sur les remparts de Dole. Bien que préférant résider dans les villes sûres comme Besançon, Dole ou Salins, certains seigneurs n'abandonnèrent pas totalement leurs sujets : ainsi en 1639, Pierre Maréchal, seigneur de Sorans, Bouclans et Pugey entreprit de restaurer et de fortifier sa « maison basse » de Pugey pour qu'elle pût servir de refuge aux laboureurs du voisinage.

77D'ailleurs, les relations entre la noblesse dirigeante et les ruraux étaient constantes et nécessaires ; on rappellera par exemple le munitionnement de La Courbière et des réfugiés de Revigny par les parlementaires et le gouverneur. De la même façon, le Sancéen Ligier prétendait devoir son titre de capitaine au marquis de Saint-Martin, lequel se rendit en personne à la Baume de Sancey pour en reconnaître les avantages.

78Les trop rares témoignages ont ainsi démontré que la résistance des Franc-Comtois n'avait pas attendu les années 1640-1644 pour se manifester. Elle s'exerça en permanence durant les opérations de grande envergure menée par les Français et leurs alliés, depuis le siège de Dole jusqu'à l'invasion suédoise, et même au-delà, sur l'initiative de tous et en tous lieux. Les Français ne devaient-ils pas eux-mêmes le reconnaître, tel cet officier anonyme qui déclarait à propos des Comtois :

« L'on aurait plutôt miné Montmélian et sapé Le Havre de Grâce que changé l'humeur de ces sauvages. Ils se battent partout dans les villes, dans les châteaux, dans les villages, dans les campagnes et dans les bois. Chaque année, ils nous usent une bonne armée et pour peu qu'on les éloigne, ils passent nos rivières comme des désespérés et nous viennent chercher furieusement chez nous. »

Les francs-tireurs : le baron d'Arnans et Lacuson

79D'Amans et Lacuson ! A en croire certains auteurs, ces deux personnages auraient représenté toute l'histoire comtoise et la lutte armée des années 1639-1644 ; ils auraient joué un rôle considérable, sinon déterminant, dans les événements de la guerre de Dix Ans, Lacuson plus encore que le baron d'Arnans puisqu'il combattit à trois reprises contre la France, en 1640, 1668 et 1674. Devenu le héros mythique de l'indépendance comtoise, on lui attribua la première place au détriment de tous ses prédécesseurs, les La Courbière, La Verne et autres, et même du baron qu'on relégua au rang de simple compagnon d'armes alors que tant d'archives démontrent exactement le contraire.

80Le propos développé ici n'a pas pour objet de récrire l'histoire de Lacuson mais depuis la publication des travaux de Désiré Monnier et surtout, du roman le Médecin des pauvres de Xavier de Montespin, trop de contrevérités ont été répétées sans qu'aucun historien ait songé à les remettre en cause. Des documents ont été mal interprétés, isolés de leur contexte historique ou encore purement inventés comme ce fameux portrait que l'on fait couramment passer pour celui de Lacuson. Que représente-t-il ? Un personnage déjà âgé, paré d'une superbe fraise, un ornement qui aurait sans doute été plus en vogue du temps de Henri IV et de l'archiduc Albert, quand le héros était à peine enfant... On trouvera dans la bibliographie en fin de volume tous les ouvrages se rapportant au baron d'Arnans et à Lacuson.

81César de Saix, baron d'Arnans et seigneur de Virechâtel, était au début de la guerre capitaine d'une compagnie de cavalerie dans l'armée comtoise. Il avait reçu sa charge du marquis de Conflans, maréchal, sans doute à la fin de janvier 1637. On le rencontrait à cette date dans les villages du Jura, Châtel-de-Joux puis Coulouvre et Moirans, logeant avec sa compagnie. Après la charge désastreuse de Cornod à laquelle il dut participer, d'Arnans fut envoyé en quartiers à Denezières puis à Etival, attendant dans le plus complet dénuement les renforts lorrains. Le 18 juin, soit quelques jours avant l'ouverture de la seconde campagne de Longueville, le capitaine d Arnans chevauchait toujours en compagnie de Conflans, lequel avait concentré la cavalerie autour du château du Pin, au nord de Lons.

Le mythe de Lacuson :
« Le capitaine Lacuzon, chef de partisans... » Rougebief, La Franche-Comté...

82Puis sa trace se perd jusqu'à ce qu'un extrait de la Gazette de France révèle une tentative manquée contre Cuiseaux, menée à la mi-août 1638 par le baron d'Arnans et le sieur de La Villette « servant sous les ordres de Charles IV ». Le capitaine faisait donc toujours partie de l'armée comtoise placée sous le haut commandement du duc de Lorraine.

83Ce fut au cours de l'année suivante, marquée par l'invasion weimarienne et le départ des troupes de secours, que César de Saix devint le célèbre baron d'Arnans. Avec les quelques cavaliers qui avaient échappé à la tourmente, avec aussi des fantassins et des paysans armés, il forma un corps franc de volontaires et guerroya contre l'ennemi au bailliage d'Aval, depuis ses terres de Virechâtel à côté d'Arinthod, jusqu'à Bletterans, Saint-Amour, Nozeroy et Joux.

84Le 8 mars 1639, il tentait de surprendre Cuiseaux ; le 20, il menaçait la garnison française de Courlaoux et quelques jours plus tard, escaladait sans succès les murailles de Saint-Amour. Enfin le 14 mai, il reprit aux Suédois le château de La Chaux et reçut pour cela les félicitations du gouverneur. Infatigable, on le retrouve ensuite en embuscade autour de Lons-le-Saunier : « Depuis que nous sommes ici, disaient les Français en garnison à Bletterans, il s'est toujours trouvé des parties de cavalerie et d'infanterie entre ici et Château-Chalon. On dit que c'est un nommé d'Arnans qui tient les bois avec quelques hommes. »

85La retraite des Suédois s'étant achevée, le baron mena ses volontaires vers la vallée supérieure de l'Ain. Aidé des compagnies des régiments La Verne et Saint-Maurice en poste à Salins, il reprit successivement Montsaugeon (21 juillet), Châteauvilain (5 août), Vers, enfin la ville et le château de Nozeroy (7 août). En récompense, le roi lui attribua la charge de maître de camp (colonel) tant d'infanterie que de cavalerie avec, précisait Edouard Clerc, le « commandement supérieur sur Arbois, Nozeroy, La Chaux, Montsaugeon, Châteauvilain et le titre de gardien de toutes les montagnes du bailliage d'Aval ».

86Le baron installa des soldats dans les places qu'il venait d'emporter mais également dans tous les lieux susceptibles de résister : les ruines de Château-Chalon et d'Arinthod, l'abbaye de Baume-les-Messieurs et sans doute aussi les grottes de Revigny car il entretenait de relations suivies avec les réfugiés. Il créa donc une large zone de résistance au centre du bailliage d'Aval.

87Mais le 24 août 1639, le marquis de Villeroi lança des opérations de représailles sur les propres biens de César de Saix, incendiant son château de Virechâtel de même que ceux de La Villette et Fétigny, ravageant ses terres. Le baron d'Arnans payait cher ses succès...

88L'hiver arriva et avec lui les difficultés de ravitaillement et de logement. Or, si l'on avait volontiers fermé les yeux sur les méfaits commis par les francs-tireurs durant la campagne, on ne pouvait pardonner les véritables raids qu'ils lancèrent dans les montagnes au cours de la mauvaise saison. Même les parlementaires s'en plaignirent au baron, lequel de son côté protesta de la famine de ses hommes : « Au lieu de m'accuser, j'aimerais bien mieux des moyens réels pour ma subsistance et celle de mes troupes lesquelles je ne puis plus tenir sans cela. » Il faut dire aussi que les garnisons du colonel se comportaient comme en terre ennemie : celle de Nozeroy par exemple, forte « d'environ 200 hommes, le 4 mars, est venue courir la terre de Jougne ; elle pilla le village des Fourgs, enleva 30 chevaux, les bestiaux, battit plusieurs personnes pour avoir des deniers, blessa l'un d'eux à mort »... Le curé Rouget de Frasne témoignait des mêmes excès : « Les d'Arnans de Nozeroy couraient par les villages pour chercher à subsister, volaient, déchaussaient et déshabillaient ceux qu'ils pouvaient rencontrer, enlevaient les bêtes, forçaient les maisons. »

89Cédant quelques aides, la Cour du Parlement ordonna au baron de cantonner ses hommes dans les villes et les châteaux, mais les plaintes n'en continuèrent pas moins d'affluer : le commandant de La Chaux attaquait les convois, les soldats envoyés à Arbois se battaient avec les habitants... Durant l'hiver, cent quarante hommes, fuyant la misère et l'inaction, auraient déserté la troupe du colonel pour s'engager dans les armées d'Italie et de Savoie.

90Au printemps 1640, le régiment d'Arnans qui réunissait quatre cent quatre-vingtneuf fantassins et soixante-dix cavaliers, reprit ses expéditions sur la Bresse, menaçant Louhans, incendiant des villages ; seulement, les exactions continuant en Franche-Comté, le baron perdit tout prestige aux yeux des gouvernants et des populations locales. En plus, il se brouillait avec les nobles de la région, les seigneurs de Cressia et de Beaujeu ou encore le commandeur de Saint-Maurice, faisait preuve d'incohérence dans ses actions : le 2 mai par exemple, il assiégeait Grimont après avoir détruit four et moulin mais il se tourna vers d'autres objectifs au bout de cinq jours, délaissant ainsi un blocus qui aurait pu aboutir... Quand le marquis de Villeroi lança sa guerre des moissons au bailliage d'Aval, la Cour se plaignit de la facilité avec laquelle l'ennemi était entré à Arbois : d'Arnans avait couvert ses positions sans intervenir.

91Il reçut bientôt l'ordre de mener ses troupes en Bresse et « y commettre tous actes d'hostilité » afin de répondre aux dégâts commis par les faucheurs français autour de Dole. Et il ne s'en priva pas, incendiant Cuiseaux, Cornod, Thoirette, Treffort et autres villages, tuant et rançonnant les habitants, pillant les héritages et obligeant Villeroi à cesser sa campagne. Seulement, les représailles n'avaient plus de fin et dès le mois suivant, il fallut demander au baron de limiter ses courses, lesquelles gênaient l'acheminement des convois en provenance de Genève.

92De retour des Pays-Bas en septembre 1640, le marquis de Saint-Martin fut littéralement assailli de plaintes concernant les agissements du baron d'Arnans et de sa troupe, aussi décida-t-il de réformer le régiment de francs-tireurs. Avec l'hiver qui approchait, la province ruinée ne pouvait de toute façon pas se permettre d'entretenir autant de soldats, à plus forte raison si ceux-ci passaient leur temps au pillage. Contrairement à Boyvin qui venait encore de féliciter César de Saix d'avoir installé une garnison à Montaigu, le gouverneur n'avait aucune sympathie pour le « gardien des montagnes » à qui il reprochait ses velléités d'indépendance et son manque de courage : « Il ne se mettra jamais en face de l'ennemi, [par] crainte d'être fait prisonnier, ainsi qu'il a fait voir plusieurs fois. » Le 8 décembre 1640, le régiment d'Arnans fut privé de sa cavalerie et réduit à quelques dizaines d'hommes répartis dans les différentes places. C'était la fin des courses, des pillages, de l'attachement des volontaires qui ne pourraient plus faire de butin ; c'était à terme la disparition du régiment d'Arnans...

93César de Saix refusa les nouvelles dispositions du gouverneur et rompit totalement avec celui-ci : « Le sieur d'Arnans m'a écrit une lettre du tout impertinente, informa Saint-Martin, il convient faire démonstration en son temps du peu d'affection du dit sieur d'Arnans. » Les francs-tireurs furent licenciés à l'exception de ceux qui acceptèrent de rester en garnison ; la plupart occupèrent les montagnes vers Pontarlier et Salins jusqu'en juin 1641, pillant les villages avant de disparaître progressivement.

94Abandonnant sa charge, le baron d'Arnans gagna la Suisse au mois de mai et mit son épée au service de Thomas de Savoie. En 1642, pour rester fidèle à ce prince, il prit le parti de combattre l'Espagne et participa alors aux campagnes d'Italie.

95Il ne revint en Franche-Comté qu'en juin 1647 et réintégra son fief, mais il eut beau « témoigner toute [sa] vie à la province les mêmes affections que par le passé », ses engagements en faveur des Savoyards avaient effacé tous les services rendus au pays. Il mourut l'année suivante, seul, volontairement oublié des Comtois et sans doute ruiné.

  • 10 Perraud (Philippe), "Lacuson d'après de nouveaux documents", Mémoires de la Société d'Emulation du (...)

96Claude Prost dit Lacuson, ou La Cuson, eut une tout autre destinée. Sa participation aux trois guerres de conquête, sa fidélité à l'Espagne lui valurent de passer à la postérité et de devenir le héros de la résistance. Or, il n'en déplaise aux inconditionnels de la légende, Lacuson n'eut qu'un rôle très secondaire au cours de la guerre de Dix Ans, beaucoup moins remarquable en tout cas que celui du baron d'Arnans, un rôle plus ou moins fabriqué à partir de quelques sources postérieures aux événements. « En mai 1636, c'est un inconnu qui descend de Saint-Claude, écrivait par exemple Robert Fonville, trois mois après, son nom est familier partout où l'on se bat. » Or, malgré plusieurs centaines de documents d'archives consultés, il a fallu se rendre à l'évidence : le nom de Lacuson resta inconnu en Franche-Comté au moins jusqu'en 1639, si ce n'est 1641. D'ailleurs, parmi les pièces justificatives publiées par Philippe Perraud, autre auteur à s'être intéressé à Lacuson10, le contrat de mariage du héros, rédigé en octobre 1632, est immédiatement suivi d'une quittance du... 12 juillet 1641.

97Claude, fils de Pierre Prost et Clauda Jacquemin, naquit en 1607 à Longchaumois, village important de la terre abbatiale de Saint-Claude. En 1632, il résidait à Saint-Claude où le 31 octobre, il épousa Jeanne Blanc, fille d'un bourgeois de cette ville. Il exerçait la profession de cordonnier et était illettré comme la plupart des gens de petite condition.

98En novembre de la même année, « Claude Prost Lacuson, 25 ans, mousquetaire », faisait partie de la milice seigneuriale de la terre de Saint-Claude. Cette simple phrase rend donc inutile toute polémique au sujet du fameux nom de guerre Lacuson qui n'est en réalité qu'un banal surnom, souvent indispensable quand la moitié des habitants d'une communauté portaient le même patronyme. Le 27 juin 1633, Claude Prost devenait à son tour bourgeois de la ville de Saint-Claude.

  • 11 Longin (Emile), "Relation de l'incendie de Saint-Claude par Augustin Vuillerme (1639)", Mémoires d (...)

99Ensuite, pour retrouver une mention concernant Lacuson, il faut se reporter à la chronique d'Augustin Vuillerme, sans doute rédigée en 163911 et qui raconte les événements survenus la même année à Saint-Claude et aux environs. A deux reprises, l'auteur cite le nom du héros : d'abord le 17 mai lorsque les Suédois quittèrent la ville après l'avoir rançonnée, il dit que sitôt leur départ, Lacuson vint garder les portes de la cité afin d'éviter les pillages. Ensuite, le 30 mai, d'Arnans, Lezay et Lacuson s'avancèrent au passage de Rochefort, au sud de Saint-Claude, afin de reconnaître les troupes de La Mothe-Houdancourt qui s'apprêtaient à investir la ville. Cette chronique marque donc la première apparition de Lacuson pendant la guerre de Dix Ans mais n'explique pas comment Claude Prost, simple bourgeois de Saint-Claude, était devenu entre-temps le capitaine Lacuson.

100Puis en octobre 1640, sur ordre du baron d'Arnans, Lacuson vint occuper les ruines du château de Montaigu qui domine Lons-le-Saunier pour surveiller les mouvements de l'ennemi et prévenir toute surprise. Le vicomte de Courval tenta bien de chasser cette nouvelle garnison comtoise mais il fut repoussé et subit des pertes. Le président Boyvin félicita le baron d'Arnans, loua le bon comportement de son neveu, le capitaine Andressot, mais ne mentionna pas Lacuson. Visiblement, le « héros de l'indépendance » était encore un inconnu.

101Son nom commença d'apparaître en 1641, dans quelques documents de moindre importance comme des quittances et reçus. Vers le 10 novembre de la même année, Lacuson s'emparait par surprise du château de Saint-Laurent la Roche occupé par les Français depuis 1637. Cet authentique exploit lui valut du gouvernement de Bruxelles le titre de capitaine de la place, mais l'affaire fut passée sous silence dans la correspondance du parlement de Dole.

102A partir de 1642, le nouveau commandant de Saint-Laurent devint un personnage connu. Son nom figure dans tous les rôles et les règlements des munitionnaires de troupes. On le félicitait pour les courses qu'il lançait en Bresse et contre les garnisons françaises des places occupées, mais aussi, à l'envers du décor, on se plaignait des exactions commises par ses soldats : en septembre 1641 déjà, ils avaient participé à un vol de bétail gessoix au Val de Mijoux ; en juin 1642, ils dépouillèrent des paysans comtois sur le mont de Pannessières. En somme, ils s'étaient substitués aux pillards du colonel d'Arnans. Ils n'étaient d'ailleurs pas les seuls : les soldats d'Andressot, de La Villette, du capitaine de l'Aigle, de Chaffois-Gouhelans, colonel de toutes ces troupes, agissaient tout pareillement. L'arrivée de Lacuson à Saint-Laurent dispensa sans doute les villages voisins de contribuer à l'ennemi, mais pas de payer l'entretien de la garnison estimé à 509 francs par mois. En somme, malgré le départ d'Arnans et la dispersion de ses francs-tireurs, rien n’avait beaucoup changé au bailliage d'Aval.

103Le 19 septembre 1642, le gouverneur écrivit à tous les capitaines de la région pour avertir qu'un convoi de ravitaillement était en route pour Grimont. Or, non seulement le convoi en question arriva à bon port, mais encore l'attaque du château échoua à cause de la défection de certaines garnisons dont celle de Lacuson. Sur la fin de l'année, le gardien de Saint-Laurent reçut l'ordre du gouvernement comtois de ne plus lancer des courses en France sans autorisation. Il est vrai que les premiers armistices locaux ne permettaient plus aux capitaines d'agir comme bon leur semblait.

104De fait, en 1643, les opérations militaires programmées devinrent plus rares. Le 26 mars, le baron de Scey demanda encore à Lacuson et Andressot d'installer une garnison à Arlay. Il n'en fallait pas plus à quelques auteurs pour prétendre que Lacuson s'empara de la place, oubliant qu'un certain capitaine Coillot l'avait reprise aux Français le 19 septembre de l'année précédente. Puis à l'automne, le calme revint après l'entente conclue avec les Bourguignons et la démolition de Grimont. Mais pour Lacuson et son principal compère, le capitaine Andressot, la fin de la guerre ne signifia pas pour autant l'arrêt des pillages. Cette fois, les conseillers fiscaux du bailliage portèrent l'affaire devant le Parlement et exigèrent l'arrestation des deux contrevenants (janvier 1644). La Cour qui avait mieux à faire, repoussa d'abord la requête des fiscaux puis enterra définitivement la question ; le lien de parenté unissant le capitaine Andressot et le président Boyvin avait beaucoup joué en faveur de cette absolution.

105Lacuson conserva le commandement de Saint-Laurent et d'Arlay. Enrichi par les guerres, il s'occupa d'accroître et de gérer ses domaines, réclama le remboursement de ses frais de guerre, n'hésita pas à s'anoblir lui-même... Seulement, son comportement de seigneur violent, intransigeant et cupide lui valut l'animosité des villageois et en 1659, il dut finalement rendre compte à la justice de ses méfaits.

106C'est précisément grâce à l'enquête menée en 1659 que sont parvenus d'autres renseignements concernant Lacuson. Loin d'être inintéressants, ces documents méritent cependant davantage d'attention que leur en ont accordé les biographes de Claude Prost. Cette enquête regroupe une soixantaine de témoignages, mais beaucoup dépassent le cadre chronologique de la guerre de Dix Ans et même parmi ceux qui concernent directement cette période, seuls les quarante et quarante-deuxième méritent quelque attention : la plupart des autres se contentent de rappeler les épisodes de Montaigu et de Saint-Laurent auxquels ils ajoutent des précisions sans bouleverser ce qui était déjà connu.

107Ensuite, seule une partie de l'enquête a été conservée, celle qui ne présente que des témoignages favorables à l'accusé. Ainsi, que faut-il penser de ces billets d'échevins qui, tous calqués sur le même modèle, rappellent que « La Cuson a été cause que leur village a été rétabli et conservé par le moyen des courses et terreurs qu'il a donné aux ennemis » ? L'arrivée d'une garnison est certes rassurante pour les villageois vivant à proximité, mais l'exemple cité provient des échevins de Revigny, communauté qui assura sa survie aussi bien par le courage de ses habitants réfugiés dans les grottes que par la seule présence de Lacuson.

108Enfin, que vaut un témoignage vingt ans après les événements auxquels ils font référence ? Passé un certain délai, les dates deviennent approximatives, ou inexactes, les faits se confondent et il est nécessaire de confirmer les informations avec d'autres sources, ce qui se révèle impossible dans le cas présent. Il convient donc de compléter le récit de la vie du capitaine mais en mettant au conditionnel ce que d'autres ont peut-être trop vite certifié.

109En 1636, pendant le siège de Dole, un témoin dit que Lacuson conduisait la compagnie de milice de la terre de Saint-Claude à Bletterans. Cette petite phrase fit à elle seule couler beaucoup d'encre car, parce qu'il conduisait la compagnie, on s'empressa de ranger le personnage parmi les officiers. Or, un autre témoin, Claude Grillet, donne la réponse à qui veut bien lire sa déposition : Lacuson était simplement caporal dans la compagnie du sieur Jean de Lezay. Des renseignements existent au sujet de cette milice qui n'était pas celle des élus mais la seigneuriale composée de tous les hommes valides de la terre de Saint-Claude et dans laquelle Lacuson fut recensé en novembre 1632 comme mousquetaire. On a prétendu que la troupe de Lezay s'était jointe aux Lorrains du colonel Cl inchamp pour rançonner Cuiseaux le 21 août 1636, seulement, aucune des milices de Franche-Comté, même celle qu'on incorporait dans les régiments d'infanterie, ne lançait d'offensive en territoire ennemi : leur rôle se limitait à garder les frontières et les places. Aussi, la légende qui veut que Lacuson se soit lui-même emparé de la ville est une fable.

110Le 8 janvier 1637, la milice de Jean de Lezay, bientôt reprise par son fils Henri, continua son service car le marquis de Conflans avait besoin de toutes les forces de la région pour sa campagne en Bresse. Là encore, il est peu probable que les miliciens de Saint-Claude se soient lancés à corps perdu dans la bataille aux côtés des régiments comtois. Ils devaient se contenter de surveiller les frontières pour éviter les surprises et servir de forces d'arrière-garde en cas de retraite précipitée. Lacuson accompagnait-il Lezay ? Vraisemblablement, encore que rien ne permette de le certifier.

111Après la première invasion de Longueville (mars-avril 1637), on retrouve Lacuson occupant un poste de surveillance au sud-ouest de Saint-Claude, à la Côte Saint-Georges, une prévôté qui regroupait les villages de Ranchette, Larrivoire, Samia, Samiset et Vulvoz. Louis Lautrey découvrit qu'il avait fait construire un corps de garde aux Ousles, lieu dit de Vaux-lès-Saint-Claude en face de Jeurre. Claude Prost occupa ce poste pendant au moins deux ans ; différents documents, dont la chronique d'Augustin Vuillerme et les registres paroissiaux de Molinges, prouvent en effet qu'il s'y trouvait encore en 1638 et en 1639, au moins jusqu'en septembre. En conséquence, et Louis Lautrey l'a bien montré, Lacuson pouvait difficilement être en compagnie de Lezay et du baron d'Arnans, lesquels combattaient plus au nord, vers Salins et Cuiseaux. On dira sans doute que Vuillerme les a décrits ensemble en mai 1639, surveillant l'arrivée des Français de La Mothe-Houdancourt à Saint-Claude, mais le baron quitta aussitôt la ville pour la vallée supérieure de l'Ain et entreprit la reconquête des places occupées tandis que Lacuson demeurait à son poste de la Côte Saint-Georges. Aussi, associer Claude Prost au baron d'Arnans lorsque celui-ci reprit La Chaux, Montsaugeon, Châteauvilain et Nozeroy en 1639 est une supposition qui ne repose sur rien. Le seul document faisant état d'une collaboration entre les deux hommes est le témoignage de Pierre Bois de Lons qui précise qu'en octobre 1640, ils se rencontrèrent à Baume-les-Messieurs avant l'occupation de Montaigu par Lacuson, sans doute pour mettre au point l'affaire en question.

112Dans l'état actuel des connaissances, il semblerait que dès 1637 et jusqu'à la prise de Saint-Laurent la Roche en 1641 et l'obtention de son brevet de capitaine commandant de la place, Lacuson ait été un chef de bande, un capitaine de volontaires francstireurs comme il y en avait tant à l'époque. Il ne faisait pas partie de l'armée régulière comtoise dont la composition est connue par différentes sources et, dès l'été de 1637, il s'était apparemment écarté de la milice seigneuriale de Saint-Claude dirigée par Lezay. C'est ainsi qu'il put lancer ses courses au Bugey, courses dont on a sans doute exagéré l'importance, mais qui s'écartaient néanmoins du rôle statique des miliciens surveillant leur territoire. En 1640, Lacuson ne pouvait que s'associer aux francs-tireurs du colonel d'Arnans, gardien de toutes les montagnes d'Aval, bénéficiant ainsi de l'assistance militaire du baron tout en conservant une certaine autonomie. Enfin en 1641, la prise de Saint-Laurent lui valut d'être intégré tardivement dans l'armée comtoise comme capitaine dans le régiment d'infanterie du colonel Jean-François de Chaffois-Gouhelans. Ainsi, ce n'était pas son surnom de Lacuson qu'il « prit ou reçut au milieu de ses hommes », mais plus certainement le titre de capitaine qu'il portait en 1639 (Augustin Vuillerme), un titre purement honorifique comme celui du meunier La Courbière ou du Sancéen Ligier, qu'une action d'éclat parvint néanmoins à officialiser.

113Telles sont les remises au point qu'il convenait de faire à propos de Lacuson et de ses exploits en Franche-Comté. Contrairement au colonel d'Arnans, sa vie aventureuse ne s'acheva pas à la fin de la guerre de Trente Ans, mais en 1681 à Milan, après avoir combattu à deux reprises contre la France, en 1668 et 1674. C'est uniquement cela qui le distingua des autres résistants de la guerre de Dix Ans, car sans cette participation aux guerres de la Conquête, le nom de Claude Prost aurait probablement sombré dans l'oubli aujourd'hui.

114De fait, on a critiqué la prudence de Louis Lautrey, ses doutes et ses remises en question des textes concernant Lacuson, on l'a accusé de manquer de complaisance vis-à-vis du héros de l'indépendance comtoise, mais serait-il juste de ne privilégier que les succès obtenus par Claude Prost au cours de la guerre de Dix Ans, succès incontestables mais qui, confrontés à l'ensemble des événements, paraissent dérisoires ? Ce serait oublier La Courbière et tous ces capitaines, anonymes ou connus, qui ont combattu l'ennemi sans que les sources historiques en aient forcément conservé la trace.

115De même, il aurait été aussi injuste dans cette évocation de la résistance de ne retenir que les noms d'Amans et de Lacuson. Ils participèrent à la guerre des partisans mais n'en eurent ni la primauté, ni l'exclusivité ; tout au plus en furent-ils les continuateurs à un moment où elle avait peut-être tendance à s'essouffler. La résistance fut l'affaire de tous, celle des membres les plus courageux d'un peuple fidèle au roi d'Espagne, fidèle à cette terre de Franche-Comté dont ce souverain lointain était censé garantir les libertés et l'autonomie.

Les divisions du gouvernement comtois

116L'envie, la jalousie et la médisance, disait-on du temps des Habsbourg, étaient de véritables « maladies bourguignotes » (comtoises). Les désordres semblaient comme enracinés, de même que la désunion et la mésentente des dirigeants, prétendait un ambassadeur espagnol présent en Franche-Comté en 1638. Que le désordre régnât alors dans la Comté ne surprendrait sans doute personne : il pouvait difficilement en être autrement dans une petite province isolée, en paix depuis un siècle et qui subit en l'espace d'une décennie toutes les horreurs d'une guerre sans merci. Mais à en croire les contemporains de passage, le désordre ne serait pas uniquement dû aux bouleversements apportés par la guerre et la peste, mais aussi aux carences d'un gouvernement local désuni, incapable de surmonter ses contradictions et de limiter ses appétits de puissance.

117Il est vrai qu'en période troublée, les désaccords entre personnes, les oppositions entre groupes sociaux surgissent ou se renforcent souvent. C'est ainsi que dans la Franche-Comté du xviie siècle, la guerre réveilla le vieil antagonisme entre noblesse d'épée et bourgeoisie parlementaire et suscita des rivalités de personnes au sein même du prestigieux parlement de Dole. Seulement, les témoins de l'époque pouvaient-ils aller aussi loin dans leur jugement, jusqu'à parler de carence du pouvoir, d'incapacité à gouverner, de paralysie ?

118Les premiers signes de désaccords politiques en Comté remontent à la fin du siège de Dole : le camouflet infligé au marquis de Conflans dépossédé de ses commandements de maréchal, le mépris affiché envers les féodaux en armes qu'on abandonna aux portes de la capitale ravivèrent le mécontentement des nobles à l'encontre d'un parlement de Dole devenu tout puissant. Cette Cour de justice qui, durant tout le xvie siècle, n'avait fait qu'accroître ses prérogatives, détenait la plupart des pouvoirs, judiciaires, politiques, économiques... Il ne lui manquait que les affaires militaires. Or, en 1630, à la mort du gouverneur Cléradius de Vergy, le souverain omit de désigner un remplaçant et confia au Parlement, conjointement avec l'archevêque de Besançon, l'autorité gouvernementale tant civile que militaire de la Comté. En somme, quand la guerre éclata, la Cour régnait sur les institutions comtoises et décidait de tout, y compris de la marche des armées.

119La déclaration de guerre et la disparition de Ferdinand de Rye, personnage qui avait apparemment su apaiser les divergences, incitèrent les nobles à relever la tête, à s'affranchir de la tutelle parlementaire. En définitive, l'art de la guerre n'était-il pas le leur ? Aussi, l'attitude méprisante des conseillers dolois en août 1636 pouvait peutêtre ressembler à une sanction contre ceux qui avaient tardé à secourir la capitale, en réalité, elle reflétait une crainte, celle de perdre à cause des troubles une partie de cette suprématie que la Cour détenait depuis maintenant six ans.

120Les mois qui suivirent la délivrance de Dole amenèrent, il est vrai, une désorganisation générale de la politique : « Ceux qui devaient tenir le timon en cette tempête, ou s'y sont perdus, ou bien ont abandonné le vaisseau », soulignait Jean Boyvin. Les causes en étaient multiples : l'attitude des parlementaires déjà évoquée, la délivrance de Dole et le sentiment que la guerre était terminée, l'arrivée des Impériaux au bailliage d'Amont, enfin et surtout, l'épidémie de peste qui se déchaînait, tuant ou faisant fuir la population des villes : « Nous ne restons que quatre du Parlement en cette ville [de Dole] dont trois sont barrés », mentionnait par exemple une correspondance du 12 septembre 1636.

121Ce fut le brevet de don Ferdinand d'Autriche, confirmant le titre de maréchal du marquis de Conflans, qui donna à la noblesse le loisir de prendre une petite revanche sur les parlementaires. Non seulement le vieux marquis revenait en grâce mais en plus, il parvenait sans trop de difficultés à réunir plusieurs régiments pour sa campagne en Bresse alors que jusqu'ici, la plupart des ordres de mobilisation de la Cour étaient restés lettres mortes. Alors les parlementaires en exercice usèrent de tous les prétextes pour contrecarrer les projets de Conflans, manque d'argent, de vivres, insuffisance de troupes..., répandirent la calomnie en l'accusant d'agir pour son propre compte, de semer le désordre, de retenir les Impériaux en Comté. Et pourtant, la Cour dut s'incliner et la campagne de eut bien lieu. Volontairement ou non, le Cardinal-Infant avait ouvert une brèche dans les pleins pouvoirs du parlement de Dole.

122Malgré le désastre de Cornod, la Cour n'accabla pas outre mesure son adversaire. L'heure était grave et face aux dangers qui menaçaient le comté de Bourgogne, il fallait apaiser les esprits, recréer un consensus des principaux chefs militaires, donc ne pas recommencer les erreurs d'août 1636. Mais la première cause de la modération des parlementaires fut certainement l'arrivée d'un nouveau gouverneur militaire en la personne de Jean-Baptiste de La Baume-Montrevel, marquis de Saint-Martin, baron de Montmartin et seigneur de Vaudrey, lequel avait été nommé par le Cardinal-Infant et qui prêta serment à Dole le 20mars 1637. Tout le monde paraissait satisfait : la désignation avait été faite dans les règles puisque le personnage était bien originaire de Franche-Comté, qu'il connaissait parfaitement l'art de la guerre et qu'il avait en outre la ferme intention de réorganiser l'armée comtoise tout en veillant aux franchises de la province. De son côté, le Parlement voulait bien déléguer les affaires militaires, mais n'entendait pas qu'on les lui retirât : conscient de ses maladresses passées, las des incessantes contestations et débordé par la situation militaire du moment, il avait lui-même souhaité la venue d'un nouveau gouverneur mais comptait que celui-ci se soumettrait à ses propositions. Officiellement, la Cour ne conservait-elle pas les pleins pouvoirs accordés en 1630 ?

123Dans l'immédiat, gouverneur et parlementaires n'eurent guère le loisir de s'affronter : ils durent d'emblée se plier à l'autorité du duc de Lorraine nommé généralissime des troupes espagnoles et impériales « en deçà du Rhin ». Qu'il fût question de campagnes, d'itinéraires d'armée, de ravitaillement, de quartiers d'hiver, de plans de bataille, tout dépendait de Charles IV : « La volonté de S.M. est que S.A. de Lorraine soit obéi et respecté comme il convient », répondait le gouvernement des Pays-Bas aux contestations des Comtois. « Non seulement je ne puis pas m'y opposer, mais bien mieux, suis obligé à lui obéir en tout ce qui lui plaira », reconnaissait le gouverneur Saint-Martin. Autrement dit, de mars 1637 à avril 1639, le gouverneur et le parlement de Franche-Comté n'eurent que voix consultative pour toutes les affaires d'ordre militaire.

124Le départ du Lorrain rendit aux Comtois la liberté de décision mais presque aussitôt, gouverneur et parlementaires entrèrent inévitablement en opposition. Saint-Martin, qui n'entendait pas rester un simple exécutant aux ordres de la Cour, s'efforçait au contraire d'imposer ses vues en matière de stratégie, sans trop s'occuper de la susceptibilité des « messieurs les conseillers » et du tout nouveau président de l'assemblée, Jean Boyvin. Ainsi en octobre 1639, la Cour proposa une réduction importante de l'armée comtoise : la réforme de tous les régiments d'infanterie excepté celui de La Verne et la limitation de la cavalerie à cinquante maîtres. Bien entendu, Saint-Martin refusa. A la conférence qui eut lieu à Dole le 3 novembre, chacun campa sur ses positions : le gouverneur prétendit qu'il était impossible de réduire l'armée pour la sécurité du pays, les conseillers que la province ruinée ne pourrait nourrir autant de soldats. Les troupes furent mises en quartiers d'hiver et le Parlement ne tarda pas à dénoncer les excès de la soldatesque affamée ; il fit même emprisonner le propre lieutenant du marquis.

125L'affaire resta toutefois sans suite à cause du départ de Saint-Martin. Celui-ci se rendit en effet aux Pays-Bas pour épouser une de ses cousines et le gouvernement militaire de la Comté échut provisoirement à Claude de Bauffremont, baron de Sceysur-Saône.

126Mais ce n'était que partie remise ! A Bruxelles, Saint-Martin rencontra son maître, le Cardinal-Infant, et lui fit part de ses griefs contre les parlementaires comtois :

« Il lui fit plainte de ce que le parlement se mêlait des armes, raconte Jean Girardot, ne désapprouvant point qu'il donnât des commis de son corps pour assister en guerre le capitaine général et pourvoir avec lui aux vivres, argent et charrois et autres choses qui sont de police aux armées, mais que le corps du parlement se mêlât des choses militaires que sont la marche des armées, postes qu'elles prennent, combats, sièges, ruses et négociations militaires... »

127Cela, Saint-Martin ne voulait pas en entendre parler ! Don Ferdinand approuva les vues du gouverneur et lui proposa même le titre de vice-roi, ce qui lui aurait permis d'asseoir son autorité en Franche-Comté. Le marquis déclina l'offre mais quitta les Pays-Bas avec la ferme recommandation « de se faire obéir aux choses militaires lorsqu'il serait en campagne et aurait les armes à la main ».

128De retour dans la province, Saint-Martin assista aux dernières péripéties de la guerre des moissons puis vit arriver à Dole un envoyé du Cardinal-Infant, le contrôleur général des armées, don Andres del Marmol. Le Parlement considéra-t-il ce personnage comme un allié du gouverneur ? Toujours est-il qu'il s'empressa de soumettre à Saint-Martin ses derniers projets concernant les affaires militaires du pays, notamment la destruction de certains châteaux, la suppression des francs-tireurs dans les régiments et l'arrêt des contributions payées par les communautés. On ne pouvait être plus maladroit ou plus provocateur. Aussi, il n'est pas difficile d'imaginer la réponse que fit le gouverneur aux envoyés de la Cour...

129Or, quelques jours plus tard, une aide financière de 20 000 écus arriva de Milan. Le contrôleur s'en empara d'emblée et décida personnellement de son utilisation. La Cour protesta, s'en plaignit au gouverneur qui feignit l'ignorance : « J'ai reçu votre lettre du 30e de ce mois |août 1640] avec beaucoup d'étonnement de voir les remontrances que vous me faites pour un sujet auquel à mon grand regret je ne puis présentement satisfaire [...] ; si Mr le veedor [contrôleur] général et moi avions les deniers à la main, nous n'en ferions pas de la fausse monnaie. » Au parlement de Dole, ce fut un tollé ; des lettres de protestations partirent aussitôt pour les Pays-Bas et l'Espagne, adressées à don Ferdinand et au président Roose, aux ambassadeurs Casati et Saavedra, au comte-duc Olivares et au roi... Jamais, se plaignirent les conseillers, même en 1595 quand Velasco commandait l'armée, le Parlement n'avait été tenu à l'écart des questions militaires touchant la province et là, on lui retirait même l'utilisation des deniers royaux ! Les parlementaires accusèrent Saint-Martin mais aussi et surtout, le contrôleur et ses officiers jugés « inutiles et causeurs de désordres ».

130L'affaire devait rebondir le mois suivant. Pour s'opposer aux Montbéliardais qui couraient sans cesse les campagnes le long du Doubs, Saint-Martin proposa de placer quelques troupes d'infanterie à Baume et Clerval. Seulement, les soldats trouvèrent portes closes à leur arrivée : sous prétexte de n'avoir pas de quoi les nourrir, les Magistrats des deux villes leur avaient refusé l'entrée et, pendant huit jours, au risque d'être capturés, les fantassins durent chercher refuge aux alentours. Le gouverneur considéra ces refus comme actes de rebellion et de traîtrise et ordonna le châtiment des échevins. C'est ainsi que le 12 septembre, deux officiers fiscaux de Baume furent arrêtés vers Passavant et conduits aux prisons de Gray. Les Magistrats protestèrent auprès du Parlement qui s'empressa de prendre leur défense. Mais Saint-Martin ne céda point : tant que les habitants refuseraient d'accueillir les soldats, il laisserait croupir les deux fiscaux dans les geôles grayloises. La détermination du marquis ne fut pas du goût des parlementaires qui envoyèrent une nouvelle plainte au roi : « Ledit marquis prétend et veut sans la participation du parlement disposer de toutes [les] affaires concernant la guerre, en gros l'état et la police... » Finalement, la Cour préféra abandonner la partie et incita les habitants de deux villes à se plier aux ordres ; les garnisons s'installèrent et les fiscaux retrouvèrent la liberté. Saint-Martin avait gagné : il s'était fait obéir aux « choses militaires ».

131Au cours de l'année suivante, ce fut le Parlement qui marqua un point. Les conflits avec le gouverneur ne donnèrent pas lieu à des échanges épistolaires aussi acerbes que par le passé, mais les plaintes à son encontre n'en continuèrent pas moins d'affluer à Bruxelles. Sachant néanmoins que le marquis agissait avec l'accord tacite du Cardinal-Infant, les conseillers préférèrent concentrer leur vindicte sur l'allié de Saint-Martin, le contrôleur Andres del Marmol. Et cette fois, ils obtinrent gain de cause ! A la mi-septembre 1641, le veedor était révoqué par le Conseil des Pays-Bas et remplacé par un autre officier, un certain Nyéna, jugé « plus respectueux du parlement ».

132Mais la lutte entre gouverneur et parlementaires devait bientôt cesser : le 9 novembre. Saint-Martin perdait son maître et protecteur, don Ferdinand d'Autriche ; lui-même disparut le 21 décembre à la suite d'une attaque d'apoplexie. La décence empêcha la Cour de manifester sa satisfaction, mais d'autres, tel le mayeur de Salins, se chargèrent de divulguer de bien curieuses Oraisons funèbres : « Nous avons appris [...] le funeste accident de la mort de son Ex. Monseigneur le marquis de St-Martin, parmi lequel nous avons cette consolation que la direction du gouvernement de la province est remise sous la prudente conduite et autorité de la Cour, laquelle par la prévoyance accoutumée saura bien pourvoir à toutes nos nécessités. » Le gouverneur, il est vrai, ne devait attendre aucune sympathie des Magistrats urbains à qui il avait plus d'une fois imposé le logement des troupes et l'entretien des garnisons, source perpétuelle de conflits.

133A Bruxelles comme à Dole, on fit en sorte d’apaiser les esprits. Le 18 janvier 1642 en effet, Francisco de Melo, nouveau gouverneur des Pays-Bas, désignait sans attendre Claude de Bauffremont, baron de Scey-sur-Saône, comme remplaçant du marquis de Saint-Martin. A partager aussi rapidement les pouvoirs qu'elle venait à peine de récupérer, la Cour ne perdit rien au change : le baron de Scey avait toujours fait preuve de modération dans ses propos et ses agissements et se montrait beaucoup plus souple — certains diraient plus malléable — que son prédécesseur dont il avait parfois contesté les points de vue. Ainsi, le Parlement eut la satisfaction immédiate de voir réduire la cavalerie à un seul régiment et d'assister à la révocation, voire à l'emprisonnement des officiers de l'ancien gouverneur qui avaient causé des désordres et abusé de leurs pouvoirs en ville. La personnalité du baron de Scey joua donc beaucoup dans l'apaisement des relations, mais il faut également rappeler qu'en 1642, la situation en Comté avait changé. Le fait que l'on entendît enfin parler de suspensions d'armes contribua sans doute aussi à resserrer les liens entre les gouvernants. Et effectivement, au cours des dernières années de la guerre de Dix Ans, aucune nouvelle querelle ne fut signalée...

134Dans les rivalités qui l'avaient opposé au gouverneur, le parlement de Dole avait donné l'impression de faire bloc. En réalité, la discorde régnait tout autant dans les rangs de la digne assemblée et des factions s'étaient créées. C'est l'affrontement de deux hommes, de deux fortes personnalités, Jean Boyvin et Jean Girardot, qui résume sans doute le mieux tous les désaccords survenus au sein de la Cour entre 1634 et 1645.

135L'auteur de l'Histoire de dix ans de la Franche-Comté de Bourgogne, Jean Girardot de Nozeroy, conseiller à la Cour depuis 1629, avait été adjoint au maréchal de Conflans dès 1632. Ensemble ils s'opposèrent aux desseins des Suédois contre Lure, ensemble encore ils visitèrent les places frontalières et organisèrent la défense du pays de 1633 à 1635, ensemble toujours ils quittèrent Dole le 25 mai 1636 pour constituer l'armée de secours. La disgrâce du vieux marquis toucha également son compagnon à qui l'on reprocha d'avoir licencié l'armée du pays délaissée par le duc Charles de Lorraine. Tout aussi aigri que Conflans, Jean Girardot se retira à Montigny-lès-Arsures et envoya sa démission à Bruxelles où elle fut refusée.

136Lorsque Conflans entreprit de lever une armée pour entrer en Bresse, ce fut bien entendu Jean Girardot qu'il choisit comme conseiller et assistant, au grand mécontentement de Jean Boyvin. Ce dernier qui briguait la présidence du Parlement depuis la mort d'Adrien de Thomassin, considérait Girardot comme l'un de ses plus redoutables concurrents : érudit, travailleur, orateur apprécié, il avait l'appui du président du Conseil privé des Pays-Bas, Pierre Roose ; enfin, aux côtés de Conflans, il avait démontré qu'il était aussi à l'aise dans les interminables chevauchées que sur les bancs de l'assemblée. Agacé par le retour de son rival dans les affaires publiques et soucieux de profiter du relâchement de la politique comtoise pour affermir son image de président virtuel, Boyvin faisait tout pour contrecarrer les projets de conquête du marquis de Conflans et les efforts de son assistant. « Il est amoureux [d'une] chose qui ne fut jamais belle que de nom », écrivait-il au procureur Brun en désignant « l'homme de guerre » qu'était Girardot...

137La défaite de Cornod et l'arrivée au gouvernement du marquis de Saint-Martin n'écartèrent pas Jean Girardot de l'avant-scène politique : voyant qu'il avait affaire à un véritable homme de terrain, le nouveau gouverneur le prit pour confident. Ainsi, le conseiller poursuivait son rôle en porte-à-faux puisque membre du corps parlementaire, il restait attaché à la vieille noblesse d'épée dont il partageait très souvent les idées, notamment dans tout ce qui touchait la défense du pays. Devenu contrôleur des fortifications à Salins en 1637, Girardot se montra si intransigeant qu'il se heurta bientôt au Magistrat et à la population, lesquels se plaignirent au Parlement. Boyvin et ses partisans eurent ainsi un prétexte suffisant pour écarter leur confrère des affaires : enregistrant la plainte des Salinois, ils publièrent le 20 février 1638 un édit qui interdisait à quiconque d'obéir au sieur de Nozeroy et à celui-ci de s'occuper des questions de guerre, de police et d'Etat sans autorisation de la Cour. Sans doute trop occupé par la campagne et les incohérences du duc de Lorraine, Saint-Martin ne put prendre ouvertement la défense du conseiller. Toutefois, il semble que Jean Girardot ne tînt aucun compte de l'édit : le 2 août de la même année, la Cour envoya en effet de nouvelles remontrances au gouverneur ainsi qu'à l'ambassadeur Sarmiento présent en Comté pour que cette fois, on retirât à Jean Girardot tous pouvoirs de traiter des affaires du pays.

138Malgré le soutien de Saint-Martin, de l'ambassadeur espagnol et du président Roose, Girardot dut s'exiler au château Sainte-Anne, à quelques lieues de Salins. La seule tâche qu'il parvint à conserver, grâce au gouverneur Saint-Martin, consistait à s'occuper des fortifications de la forteresse. C'est là que, privé de ses pouvoirs de conseiller, il demeura toute l'année 1639, observant la progression des Weimariens autour de Salins, les ravages de la peste et tous les autres faits qu'il raconterait plus tard dans son Histoire de dix ans...

139Le 23 mars 1640, on lui demanda de vérifier les comptes des fortifications de Salins. Ce n'était qu'un premier pas vers un retour en grâce qui s'annonçait lent et difficile, mais l'ancien conseiller accepta la charge. Il faut dire que durant son exil, bien des choses avaient changé : Louis Pétrey de Champvans, autre adversaire du tandem Brun-Boyvin s'était éteint en mai 1639 et la même année, Jean Boyvin obtenait enfin cette présidence du parlement de Dole qu'il ambitionnait depuis longtemps. Est-ce pour cela qu’on fit preuve d'un peu de mansuétude à l'égard de Jean Girardot ? Toutefois, il ne devait jamais plus récupérer l'audience qu'il avait eue autrefois. En octobre 1641, Saint-Martin le rappela bien aux affaires militaires et le dépêchait au bailliage d'Amont contre l'avancée des Français, mais la mort du gouverneur survenue deux mois plus tard priva Girardot du seul appui qu'il avait en Franche-Comté et lui ôtait toute chance de revenir au premier plan. De fait, son nom n'apparut presque plus dans les délibérations et les correspondances parlementaires des années 1642-1648.

140Jean Girardot de Nozeroy quitta la Cour en 1648. La rédaction du texte qui allait devenir en 1843 l'Histoire de dix ans... irrita une dernière fois Boyvin contre lui : pour le président, ce travail n'avait point d'autre dessein que de concurrencer et remettre en cause le siège de Dole déjà publié.

141Les divisions du gouvernement comtois pendant la guerre de Dix Ans relèvent donc des antagonismes sociaux entre noblesse et bourgeoisie ou entre noblesse de robe et d'épée, des rivalités et rancunes personnelles entretenues par une jalousie devenue proverbiale, des oppositions entre pouvoirs civils et militaires survenant dans une période troublée et pleine de bouleversements. Tous ces facteurs se mêlèrent d'ailleurs les uns les autres sans qu'il soit toujours possible de déceler la part de chacun.

142Les affrontements paraissaient en tout cas inévitables car la toute puissance du parlement de Dole ne pouvait que se heurter aux désirs de revanche et de reconquête politique d'une noblesse militaire trop longtemps écartée des affaires, désirs attisés voire légitimés par le contexte de la guerre. Néanmoins, le Parlement ne devait en sortir ni vaincu ni affaibli : malgré le rétablissement de la charge de gouverneur militaire. à aucun moment il ne perdit les pleins pouvoirs qu'on lui avait temporairement accordés en 1630. Le fait est que l'Espagne ne les lui retira qu'en 1655...

143Ces divisions auraient-elles entraîné de sérieux désordres en Franche-Comté ? Il convient d'en douter en dépit des quelques témoignages contemporains, car si l'on fait exception de la désorganisation temporaire qui suivit la délivrance de la capitale, jamais le gouvernement de la Comté ne parut faillir à sa tâche et jamais les Comtois n'eurent le sentiment que le pouvoir politique local faisait défaut, qu'il parlait un autre langage que le leur. Une fois oubliés les moments d'hésitation de l'automne 1636, pas plus le parlement de Dole que les gouverneurs successifs n'ont fait passer leurs querelles avant leurs devoirs. Ce fut peut-être l'un des principaux atouts de la province, un atout qui pourrait en partie expliquer la résistance de 1636-1644 et du même coup, l'effondrement de 1668...

144Pour conclure, qu'est-ce que ce paragraphe a tenté de démontrer ? Que malgré les tourments qui s'étaient abattus, le comportement des Comtois était resté dans l'ensemble celui d'un peuple courageux, fidèle à sa terre et à ses institutions, fidèle à son roi. Ruinés, isolés, meurtris, ils se sont efforcés de conserver des troupes, de résister à l'envahisseur, de gouverner quoi qu'il arrive. Philippe d'Espagne ne le reconnaissait-il pas lui-même : « En mon estime, vous êtes les premiers vassaux que j'ai et que j'aime le plus et désire conserver connaissant votre fidélité et valeur et ainsi, vous devez croire que je ne vous manquerai en aucune saison quand bien [même] il faudrait hasarder pour vous ce qui est le plus estimable en ma couronne. »

145Si la Franche-Comté était réellement une province abandonnée et sacrifiée, au moins ce n'était pas à la résignation et à l'inertie d'un peuple qu'elle le devrait.

Les troupes impériales et lorraines en Franche-Comté

146Sans l'assistance des armées impériales et lorraines, la Franche-Comté eût sans doute été conquise dès les premières années du conflit. Contrairement à 1595 ou 1633, les troupes de secours ne vinrent pas d'Italie ni même des Pays-Bas, mais d'Allemagne car en 1636, la Comté se trouvait trop isolée des autres possessions espagnoles par suite de l'occupation de la Lorraine, de la guerre aux Pays-Bas et de la fermeture de la Valteline. Ce furent donc les régiments impériaux de sinistre réputation ainsi que l'armée d'un prince lorrain devenu par la force des choses un condottiere au service des Habsbourg qui assurèrent la défense de la province.

147Ainsi, de 1636 à mars 1639, la Franche-Comté fut assistée militairement, seulement quel prix il fallut payer pour cela ! Les Comtois durent munitionner, loger, entretenir les soldats, mais encore supporter les crimes et les exactions de ces étrangers qui se comportaient comme en terre conquise. Plus encore que les attaques de l'ennemi, la présence de ces troupes dites auxiliaires rappela aux Comtois toutes les horreurs de la guerre de Trente Ans.

Des quartiers d'hiver pour Gallas

148Le 2 septembre 1636, Mathias Gallas entrait en Franche-Comté à la tête de l'armée impériale. Sa mission officielle était d'envahir le duché de Bourgogne pour appuyer l'avance des troupes du Cardinal-Infant en Picardie.

149Le chapitre précédent a relaté les péripéties de cette campagne qui s'acheva piteusement sous les murs d'une petite ville de la Saône, Saint-Jean-de-Losne. On a généralement coutume d'expliquer cette défaite par le courage des habitants de la petite cité et la malchance, voire l'incompétence du général impérial. Il est vrai que Mathias Gallas n'eut jamais l'envergure de Wallenstein et les contemporains eux-mêmes le considéraient déjà comme un piètre officier : « Je ne sais comment Gallas gouverne les armées impériales, disait par exemple Jean Boyvin en 1645, mais il sait parfaitement l'art de les perdre et de les ruiner. »

150Mais l'incompétence du général n'explique pas tout et n'apporte pas de réponse satisfaisante au fait que les Impériaux aient attendu si longtemps avant d'entrer en France, qu'ils aient ensuite évité soigneusement la route de Dijon pourtant ouverte, qu'ils aient enfin concentré leurs forces contre une ville dont la prise n'aurait apporté aucun avantage. Au-delà de la maladresse et de la malchance, il semblerait que Gallas eût reçu des ordres bien précis de l'empereur Ferdinand et que même s'il n'y avait pas eu Saint-Jean-de-Losne, la conquête de la Bourgogne aurait pareillement trouvé un terme dans les plus brefs délais. En fait, l'entrée en France n'était pas, ou n'était plus l'objectif de Mathias Gallas.

151Ainsi, bien que parvenues sur la frontière à la mi-septembre, les troupes impériales attendirent deux mois avant d'avancer. Tous les prétextes étaient bons, depuis le retard des renforts jusqu'au manque d'assistance de la part des Comtois : « Pour nous faire croire que c'est nous qui empêchons qu'ils n'entrent en France, rapportait Boyvin, ils nous font demander tantôt des canons et des munitions qu’ils savent bien que nous n'avons pas, tantôt qu'on leur joigne une armée de ce pays sans laquelle ils disent n'être pas assez forts pour entrer en France, tantôt ils veulent de l'argent pour acheter des chevaux pour traîner leur canon et le lendemain, quelqu'autre chose. » De l'avis de Jean Boyvin, Gallas attendait que fussent réglées les affaires allemandes et notamment, l'élection du roi des Romains prévue durant la diète qui s'était ouverte le 15 septembre à Ratisbonne. Seulement, le général n'attendit pas la fin de l'assemblée pour avancer et rien n'expliquait le fait qu'il se détournât de Dijon. Visiblement, Boyvin ne faisait que relater les bruits qui couraient en Franche-Comté et en vérité, il ne comprenait guère l'inertie des Impériaux : « Je ne pénètre rien dans tout cela, sinon que [d’] aucuns disent qu'ils ont ordre de ne rien hasarder ni avancer [avant] que l'élection du Roi des Romains soit faite. »

152Le témoignage de Jean Girardot de Nozeroy, écrit après la guerre, paraît beaucoup plus révélateur : Gallas espérait le départ du Cardinal-Infant de Picardie pour rentrer à son tour en Allemagne car, malgré l'alliance entre les deux branches de la famille habsbourgeoise, l'empereur « ne voulait pas se prendre au collet avec la France pour faire le jeu de l'Espagne ». En conséquence, Gallas n'était nullement pressé d'avancer et quand à court d'arguments il dut s'y résoudre, il mena ses troupes le long de la Saône et non à l'intérieur du pays. En somme, il aurait reçu ordre de ne pas combattre la France tout en laissant l'impression de respecter les engagements conclus avec les Espagnols. Par la même occasion, assurait Girardot, la vallée du Rhin avait été libérée de la présence des troupes de Weimar et La Valette, lesquelles avaient suivi les Impériaux par le nord et étaient venues occuper le Pays dijonnais : « Gallas ne venait pas comme le parlement pensait pour commencer la guerre en France, mais pour tirer d'Allemagne Weymar et La Valette, comme il fit, et les entretenir dans le duché de Bourgogne. »

153Les explications du conseiller s'avèrent d'autant plus plausibles qu'en dépit de la reprise des hostilités aux Pays-Bas, Ferdinand II avait déclaré la guerre à Louis XIII avec beaucoup de réticence (mars 1636) et l'intervention de Gallas relevait plus d'une entente entre les Habsbourg que d'un engagement réel de l'Empereur contre la France. Les régiments de Condé ayant quitté la Franche-Comté et l'avancée espagnole sur la Somme ayant cessé, rien n'obligeait plus Ferdinand à faire le jeu de l'Espagne et à entrer véritablement en guerre contre une nouvelle puissance. En somme, il y avait déjà en 1636 des divergences de politique entre l'Empire et l'Espagne ; l'alliance qui avait conduit à la victoire de Nordlingen était dépassée.

154Libérer l'Alsace et l'Allemagne de la présence des Weimariens, mener une expédition de diversion en France sans s'engager véritablement ni durablement, telle était sans doute la vraie mission de Gallas. Même si les livres d'histoire répètent inlassablement que c'est la résistance de Saint-Jean-de-Losne qui arrêta net l'invasion des Impériaux, il est probable que la campagne de Bourgogne vivait déjà ses derniers instants. Cela n'enlève rien au courage des habitants de « Saint-Jean Belle Défense » ni à la maladresse de Gallas qui perdit tant d'hommes et de bagages au cours d'un siège inutile.

155Les généraux de l'armée impériale durent recevoir de l'Empereur une dernière recommandation : celle de profiter au maximum des quartiers qu'on leur attribuerait car dans l'Allemagne, l'Alsace et la Lorraine, tout était dévasté et tout manquait. La Franche-Comté peu touchée par la guerre, semblait en contrepartie une terre riche en blé et autres munitions de bouche, aussi, il aurait été étonnant que Ferdinand n'eût pas songé à rafraîchir ses troupes aux frais du cousin d'Espagne et au détriment des Comtois. Car, pendant les deux mois qu'il attendit à Champlitte et après son retour de Bourgogne, Gallas ne se priva pas de piller les réserves comtoises...

156La traversée du bailliage d'Amont s'était relativement bien passée puisque les étapes avaient été soigneusement préparées par les munitionnaires comtois ; il n'y eut que quelques pillages aux environs de L'Isle-sur-le-Doubs et des échauffourées entre soldats et paysans, incidents cruels parfois à l'image du supplice infligé à un Croate que les paysans comtois « ont enterré tout vif ». Les difficultés commencèrent avec l'installation des troupes à Champlitte. Très vite, les munitions furent épuisées et les soldats s'égaillèrent dans la campagne à la recherche de nourriture et de butin. A la fin de septembre, les Impériaux avaient déjà incendié les villages de Brotte-lès-Ray, Membrey, Fédry, Vanne, Vellexon, Montarlot et auraient dérobé plus de cinq mille têtes de bétail. Quant aux sévices infligés à la population, le témoignage de Jean Boy vin est suffisamment évocateur : « On aura peine à croire les cruautés que l'armée impériale pratique sur nous, non pas par des petites voleries, mais par des parties de trois à quatre cents chevaux qui ont forcé et pillé les bourgs, tué les hommes, violé les femmes et brûlé les maisons. En un village où les paysans se défendirent et puis, forcés de céder à la violence, se retirèrent dans l'église et dans le clocher, ces barbares y ont mis le feu, rôti et étouffé les pauvres paysans. Les chefs ont vu tout cela les yeux secs (octobre 1636). » Rien n’arrêtait la fureur des soldats, pas même la crainte de la peste, puisque les loges des pestiférés de Gray, installées dans les fossés, étaient pillées la nuit.

157Le départ des Impériaux (21 octobre) donna quelque répit aux Comtois mais ce fut de courte durée : deux semaines plus tard, la déroute de Saint-Jean-de-Losne ramena au bailliage d'Amont toutes ces hordes de Croates boueux, transis et affamés qui n'avaient qu'une envie, celle de se répandre à nouveau dans les villages comtois et de profiter des douze jours de rafraîchissements que Gallas leur avait octroyés d'office malgré les protestations du Parlement. Dès que fut connu le retour des Croates, toute la population du bailliage d'Amont prit la fuite dans les bois. Le gouvernement comtois, dépassé par les événements, ne pouvait que s'incliner et il désigna à Gallas les régions d'entre Saône et Ognon pour y installer ses troupes.

158Du 10 novembre au 31 décembre 1636, les Impériaux dévastèrent la presque totalité du bailliage d'Amont, pillant, tuant, incendiant et privant du même coup la Franche-Comté de ses principales terres céréalières pour toute la durée de la guerre de Dix Ans. Le dit bailliage « a été saccagé, brûlé et rançonné par l'armée impériale de telle sorte que sa désolation peut être comparée à celle des pires rebelles de l'auguste maison de nos princes », avouait un témoin du drame. Repoussant les soldats comtois, Gallas avait mené ses Croates non seulement dans la contrée qu'on avait désignée à cet effet, mais encore dans tous les villages du bailliage, jusqu'au Doubs. En outre, quelques Lorrains franchirent la rivière et s'installèrent dans les seigneuries de Passavant et de Bouclans tandis qu'au nord, les terres de Jussey, Jonvelle et Combeaufontaine étaient également occupées et courues.

159Les sources manquent pour mesurer l'étendue du désastre mais certains documents ont permis de dresser la liste de vingt-neuf villages incendiés ou totalement détruits au point de demeurer inhabités jusqu'à la fin des troubles. En réalité, ce fut la quasi-totalité du bailliage que les Impériaux mirent à sac : en mars 1637, les Vésuliens révélaient qu'il n'y avait plus aucune communauté habitée dans leur ressort, excepté celles de Chariez, Port-sur-Saône, Jussey, Jonvelle, Faverney, Faucogney, Granges, Villersexel et Vesoul, en somme, les bourgs et les villes fortifiées.

  • 12 Longin (Emile),''Episode de l'occupation du bailliage d'Amont par les troupes impériales", Mémoire (...)

160Partout les mêmes témoignages de gens battus, rançonnés ou tués, de villages incendiés ou démolis, car les soldats détruisaient les maisons pour récupérer les poutres et se chauffer ainsi à bon compte. Ceux qui se réfugiaient dans les châteaux n'étaient pas toujours assurés comme ceux de Vezet rançonnés à 2 400 francs par Lambois12, ou à Borey où « les soldats mirent en chemise tous les retrahants qui étaient au dit château ». Les occupants changeaient sans cesse de quartiers et dans chaque village ou hameau, les compagnies se succédaient, croates, liégeoises, lorraines, allemandes, une semaine, trois jours, une quinzaine... Si les habitants parvenaient à contenter les premiers arrivés, il ne restait généralement plus rien pour apaiser les suivants qui menaçaient, rançonnaient puis brutalisaient et torturaient les paysans pour leur extorquer leur argent ; le meunier de Mieslot vit ainsi « un nommé Jean Preudon dudit lieu |de Rigney] qui avait été saigné [...] comme un cochon, mort et étendu sur un trépied ». Des noms comme Maillard, Preslet ou Gourdon, « surnommé Pilate à cause de ses méchancetés », devenaient déjà synonymes de cruautés gratuites. Les 12 et 23 novembre 1636, les Weimariens pillèrent Jussey et le 30, s'emparèrent de Jonvelle ; or non seulement les Impériaux les laissèrent agir, mais certains d'entre eux se joignirent encore aux Suédois pour faire butin.

161Pendant ces tragiques événements, la Cour négociait avec Gallas pour qu'il laissât en Comté une partie de ses troupes : ne pouvant compter ni sur l'armée du pays insuffisante, ni sur les Lorrains de Charles IV dont on ignorait les projets, le Parlement se trouvait paradoxalement obligé de maintenir quelques régiments d'impériaux sur le territoire comtois. Ferdinand II accepta que Gallas cédât quatre mille fantassins, mille chevaux et mille dragons aux Comtois, à charge pour eux de leur assurer vivres et logement pour la durée de leur séjour. Le commandement fut confié à François de Mercy pour la cavalerie et Fernemons pour l'infanterie sous l'autorité générale de Carlo Andrea Caraccioli, marquis de Torrecuso.

162Bien que la décision fût prise au début décembre, Gallas ne se montrait nullement pressé de retourner en Allemagne, au grand désespoir de la Cour qui, assurée maintenant des secours, ne souhaitait plus que son départ : « Pourvu aussi que les ordres qui sont venus de Ratisbonne soient effectués et que la province soit déchargée de l'armée impériale, sous réserve seulement de six mille étrangers tant de l'armée royale que de l'impériale, à quoi le seigneur comte Gallas se montre fort difficile et va délayant son départ à l'entière désolation du pays. »

163L'ordre tant attendu arriva peu après Noël et le 31 décembre, la plus grande partie de l'armée impériale se mit en route pour l'Alsace. Leurs rafraîchissements avaient finalement duré cinquante jours. D'après les députés des Etats, l'entretien des Impériaux aurait coûté à la province au moins deux millions et demi de francs, et même bien davantage de l'avis des fiscaux de Vesoul : « Les communautés du bailliage d'Amont seules ont payé en deniers clairs aux troupes de l'armée impériale douze cens mille écus, c'est-à-dire trois millions et six cent mille livres, qui ont été pris à constitution de rente. » Et c'était sans compter les villages détruits, les terroirs dévastés, les grains et le fourrage « non seulement mangés, mais perdus et gâtés par insolences, profusions et embrasements ». Aux yeux d'un Franc-Comtois de l'époque, la campagne des Impériaux en France pouvait-elle représenter autre chose que des quartiers d'hiver pour Gallas ?

L'engagement des Lorrains, Charles IV de Lorraine

164Le départ des Impériaux n'avait pas tout résolu en Franche-Comté : déjà, on ne savait pas où loger les régiments de Torrecuso, car tout était dévasté au bailliage d'Amont et le gouvernement comtois n'avait nullement l'intention de leur ouvrir d'autres territoires plus au sud afin d'y passer le reste de l'hiver. En définitive, il n'y eut point d'autre solution que celle de regrouper les soldats dans les bourgs et les villes comme Champlitte, Faucogney, Jonvelle, Luxeuil..., et d'imposer la population à l'entretien et au logement. Ensuite, les troupes lorraines du duc Charles étaient restées au comté de Bourgogne, mais aucun ordre précis n'avait été envoyé à leur sujet : « Quant à son Altesse de Lorraine, proposait la Cour, l'on ne sait pas certainement ce qu'il a [décidé] ; l'on tâchera de s'en éclairer et selon le dessein qu'il aura de les conduire dehors ou de les tenir encore quelque temps en pied, on tâchera de le contenter. » Car les parlementaires n'avaient pas l'intention de prolonger un entretien coûteux, mais d'un autre côté, ne voulaient pas mécontenter le duc dont la présence en Comté pouvait être un gage de sécurité après le départ de Gallas.

165Obligé de quitter la terre de Faucogney par suite du retour des Impériaux qui avaient assiégé Héricourt, Charles IV aurait souhaité gagner Chaussin mais devant le refus de la Cour, il mena finalement ses troupes vers la haute vallée de la Saône. Le 2 février 1637, il remettait aux conseillers ses projets de quartiers d'hiver dans lesquels il prévoyait de loger une bonne partie de ses soldats en Lorraine du sud et dans les terres frontalières dites de surséance. Lui non plus n'avait aucune envie de se brouiller avec les Comtois, car depuis longtemps, il espérait que la province servirait de base à ses troupes et que les Espagnols lui confieraient un haut commandement.

166Bien avant l'épisode du siège de Dole en effet, le Lorrain avait à plusieurs reprises offert son aide aux Comtois qui l'avaient refusée à cause de la neutralité, seulement la déclaration de guerre et l'entrée des troupes françaises avaient changé toutes les données du problème. Charles IV le savait et pour l'instant, attendait la suite des événements, persuadé que la Comté constituerait la meilleure place d'armes pour la reconquête de ses Etats.

167Les premières semaines qui suivirent le départ de Gallas furent donc indécises, confuses. Au sud, la campagne de Conflans s'était engagée, tout aussi incertaine ; au nord, les Impériaux logeaient ici et là parmi les ruines, sans ordre précis, et les Lorrains paraissaient attendre. Déjà, Torrecuso ne cachait pas la « très grande aversion » qu'il éprouvait envers le duc Charles qui agissait en toute indépendance et les Comtois devaient bientôt se plaindre au Cardinal-Infant « de la mauvaise intelligence et désunion qui [étaient] entre les généraux », mésentente qui pesait sur l'efficacité et la discipline des troupes auxiliaires. Une chose était en revanche indubitable : les soldats étrangers se comportaient toujours aussi mal avec la population et coûtaient très cher à la province. Ainsi par exemple, les retrahants du château de Vezet furent une nouvelle fois assiégés, assaillis et emprisonnés par des Croates ; quant au capitaine lorrain qui s'installa à Cour-lès-Baume, « il maltraitait par menaces qu'il faisait de piller et brûler les villages, voire de prendre prisonniers les habitants s'ils ne satisfaisaient ponctuellement à ce qui lui était dû ». Une source d'archives a permis de calculer très précisément ce qu'ont dépensé les Comtois pour l'entretien des troupes impériales et lorraines durant le mois de janvier 1637 : 240 533 francs et 4 gros, l'équivalent d'un don gratuit versé avant-guerre.

168Or, le 15 février 1637, on annonça l'arrivée de trois mille autres soldats croates que l'Alsace ne pouvait plus nourrir. Les Comtois protestèrent mais durent s'incliner devant les ordres du comte d'Oñate et du Cardinal-Infant. Craignant pour la sécurité des montagnes, la Cour s'empressa de faire lever les miliciens du Lomont et de refuser à Conflans l'envoi des soldats du régiment Raincourt. Mais les arrivants ne dépassèrent pas la vallée du Doubs, menaçant toutefois de forcer Baume et Clerval si satisfaction ne leur était pas donnée. De guerre lasse, les munitionnaires comtois acceptèrent de leur fournir des vivres et le calme revint sur la frontière orientale.

169La première quinzaine de mars vit se dérouler des événements capitaux pour la suite. Déjà, le marquis de Torrecuso abandonna sa charge de général des armées en Franche-Comté et s'en retourna en Allemagne en compagnie du baron de Fernemons, laissant François de Mercy seul à la tête des secours impériaux. Ensuite, la défaite de Cornod et la menace d'une invasion française au bailliage d'Aval poussèrent les Comtois à demander assistance au duc de Lorraine. Le gouvernement était plutôt divisé sur la question, mais comment faire autrement, sans troupes, sans perspective de secours en provenance d'Italie ou des Pays-Bas ? Les députés des Etats souhaitaient la venue de soldats espagnols, comme en 1595, car disaient-ils, ces « troupes étrangères ne sont en état de pouvoir donner aucun secours à cette province » ; les officiers ne s'accordaient pas, les soldats étaient mal équipés, mal armés, trop peu nombreux à combattre ; en outre, ils témoignaient « par leurs discours et déportements avoir peu d'affection au service de Sa Majesté et à la défense de cette province ». Mais il fallait faire vite et lorsque Conflans sollicita de lui-même l'appui des Lorrains, le Parlement, bon gré mal gré, fut bien obligé de suivre.

170L'appel au secours des Comtois, le départ de Torrecuso, rien ne pouvait être plus favorable aux desseins de Charles IV, lequel était en outre assuré de recevoir bientôt des Habsbourg une charge importante, celle de capitaine général des troupes impériales et espagnoles « en deçà le Rhin ». D'emblée, il acceptait de céder au nouveau gouverneur comtois quatre régiments de cavalerie et deux d'infanterie pour enrayer les menaces françaises au bailliage d'Aval.

171Ainsi, les Lorrains revenaient au secours des Comtois mais cette fois, leur assistance dura deux années, deux longues années au cours desquelles ils s'efforcèrent tant bien que mal de repousser les armées françaises, mais en mettant la province comtoise dans un tel état de désolation et de ruine que la plupart des contemporains se demandèrent parfois s'ils n'avaient pas accueilli pires ennemis que ceux de France ou d'Allemagne.

172Avant de retracer ces deux années de présence lorraine, il est nécessaire de s'attarder un peu sur le personnage de Charles IV, mal connu des historiens comtois qui ont surtout retenu ses amours tumultueuses avec la belle Béatrix de Cusance, fille du dernier baron de Belvoir et veuve du prince de Cantecroix.

  • 13 Poull (Georges), La Maison ducale de Lorraine, étude historique, biographique et généalogique, 196 (...)

173Il était tout à la fois un aventurier prisonnier de ses passions, un condottiere de la guerre de Trente Ans, un prince sans terre dépossédé par la France et trahi par les Habsbourg, mais aussi de l'avis d'Emile Longin, « un être inconstant, léger, soupçonneux à l'excès, qui n’a qu'une pensée : recouvrer ses Etats ; le comté de Bourgogne lui paraît une place d'armes à souhait pour cela ; il y a ses amours, aussi y restera-t-il tant qu'il pourra y faire vivre ses troupes ». Un avis que partage Georges Poull : « Beau cavalier, sportif, l'esprit aventureux, [Charles] ne manque pas de talents militaires, mais ces qualités sont compensées par son manque de caractère, son inconstance, son esprit d'intrigue et son imprudence13. » C'est bien par l'intrigue que devait commencer le règne du jeune Charles : suivant la volonté de son oncle, le duc Henri II, Charles avait épousé sa cousine Nicole en 1621 et accepté le principe d'un règne conjoint. Lorsque Henri mourut en 1624, Charles et Nicole devinrent donc duc et duchesse de Lorraine, menant conjointement les destinées de cette province. Or, l'année suivante, Charles se démit de son titre au profit de son père, lequel fut duc de Lorraine sous le nom de François II. Son règne ne dura que quelques mois, le temps de régulariser la situation, et François II abdiquait à son tour pour remettre les droits de succession à ses deux fils, Charles et Nicolas-François. Le 26 novembre 1625, le duc de Lorraine était à nouveau Charles, quatrième du nom ; il avait placé tous les héritages lorrains sous sa coupe et écarté la duchesse Nicole du pouvoir.

Charles IV de Lorraine
Musée historique lorain, Nancy, photo G. Mangin

174L'intrigue continua lors des démêlés du nouveau duc avec la France. Non content de prendre parti pour les Habsbourg, Charles IV se compromit dangereusement avec Gaston d'Orléans qui épousa sa sœur Marguerite en 1632. Déclaré ennemi de Louis XIII, irrespectueux des traités de Vic et de Liverdun, le duc ne put empêcher l'invasion de ses Etats et la prise de Nancy en septembre 1633. Menacé d'emprisonnement, il préféra abdiquer en faveur de son frère Nicolas-François dit le Cardinal de Lorraine, et gagna l'Empire (19 janvier 1634). Nicolas-François s'enfuit lui aussi de Nancy au mois d'avril et vint trouver refuge à Besançon : il se rendit bientôt en Italie puis vécut en exil à Munich et à Vienne jusqu'en 1654.

175Charles mit donc son épée au service de l'Empereur mais bien qu'ayant abdiqué, il se considérait toujours comme le duc en titre et n'eut désormais qu'une seule pensée, celle de revenir en Lorraine. Aussi, combattant avec les Impériaux, il ne s'éloigna jamais beaucoup de ses anciens Etats, profitant de toutes les situations favorables pour tenter de les reconquérir.

176Prince en exil, le duc de Lorraine manifesta une nette préférence pour le comté de Bourgogne. Ce fut en effet Besançon qu'il choisit comme premier lieu de refuge, au grand mécontentement des dirigeants comtois. De janvier à mai 1634, il parcourut de long en large la province et chercha à enrôler malgré les édits d'interdiction, s'efforçant de regrouper ses partisans. Même après qu'il eût rejoint les troupes impériales, celles du marquis de Bade, de Jean de Werth ou de Gallas, il ne manquait jamais de faire quelques séjours dans la cité bisontine où, disait-on, résidait le plus souvent la belle Béatrix. Mais pour lors, le duc avait sans doute d'autres projets que celui de rencontrer l'héritière des Belvoir qui par ailleurs était devenue princesse de Cantecroix en mars 1635. La Franche-Comté était le territoire le plus proche de la Lorraine et. contrairement à l'Alsace, elle n’avait pas encore subi les horreurs de la guerre. On y trouvait des renseignements, mais aussi des hommes et des vivres que le Cardinal Infant faisait délivrer malgré la neutralité. Comme le suggérait Emile Longin. la Comté de Bourgogne constituait une place d'armes idéale...

177Lorsqu'en 1636 Dole fut assiégée, Charles IV accourut au secours des Comtois, tardivement sans doute puisque son année se trouvait immobilisée vers Liège, mais il vint en personne à la tête de ses régiments de cavalerie, traversant en quelques jours le Luxembourg et la Lorraine. Il ne devait ensuite plus quitter la province, rejoignant Gallas à Champlitte et Saint-Jean-de-Losne, donnant quartiers à ses mercenaires au bailliage d'Amont et acceptant finalement d'aider les Comtois sous promesse qu'une charge importante lui serait confiée.

178Au cours des deux années passées en Franche-Comté, le comportement du duc Charles resta constamment soumis à la même obsession : reconquérir la Lorraine. Cela explique les hésitations, les revirements, voire les lâchetés apparentes de ce condottiere qui pensait, calculait, agissait en fonction de son éventuelle rentrée à Nancy. Il lui fallait une armée forte, bien nourrie, disponible au bon moment et s'il accepta d'aider les Comtois, il eut toujours ce souci de préserver ses troupes. Et à cette obsession s'ajoutait encore une méfiance hors du commun envers les Habsbourg et les dirigeants comtois qui, pourtant, firent leur possible pour le satisfaire.

Les campagnes de Charles de Lorraine en Franche-Comté (1637-1639)

179Bien qu'ayant accepté d'aider le nouveau gouverneur comtois en lui laissant six régiments, le duc ne s'engagea pas d'emblée dans les affrontements. Tout entier à son mariage clandestin avec la princesse de Cantecroix devenue veuve en février 1637, il laissa à Louis de Wateville le soin de commander les troupes de secours et de les mener au bailliage d'Aval, dispositions qui ne purent empêcher l'entrée en force des Français ni éviter la prise de Saint-Amour, les Lorrains de Clinchamp tombant même dans une embuscade meurtrière vers Rotalier. Malgré ces revers, il fallut supplier Charles IV d'envoyer d'autres renforts d'Amont pour que fût mis un terme à la première invasion de Longueville.

180Ensuite, pas plus le danger weimarien que la reprise des hostilités au bailliage d'Aval n'émurent le duc qui n'accepta de commander les troupes qu'après s'être fait prier pendant une bonne semaine. Et encore n'y avait-il rien de définitif ! Il ne cachait pas aux Comtois qu'il envisageait de se retirer dès que la province ne serait plus menacée. En attendant, il regroupa l'armée autour de Vesoul, observant sans intervenir les bandes suédoises et françaises qui ravageaient les vallées de l'Ognon et du Doubs (juin 1637). Le gouverneur Saint-Martin qui craignait pour Salins et ses sauneries, pria le duc d'y envoyer des renforts ; il lui fut répondu que diviser l'armée équivaudrait à la perdre et si par malheur l'ennemi s'emparait et détruisait les salines, on en serait quitte pour les reconstruire. Charles lui céda toutefois les deux régiments d'infanterie des colonels Poivre et Darbois qui ne firent que piller les environs de la ville, gênant les approvisionnements en bois des salines : « On a demeuré quelque temps sans bois ni houille à cause des courses des Allemands et Lorrains » signalait le conseiller Pétrey. Et dès le mois de juillet, certains ne se faisaient déjà plus guère d'illusion sur l'assistance réelle des Lorrains : « L'expérience nous a fait connaître qu'ils avaient choisi cet Etat pour un domicile fixe et une place de repos, non pour un passage et un lieu de combat contre les Français. »

181A la mi-août 1637, le duc de Lorraine qui avait visiblement pris connaissance du diplôme signé par Philippe IV le 29 mai et le nommant capitaine général des armées en Comté, décida de s'engager plus avant dans les affaires militaires de la province. Saint-Martin reprit espoir : « S.A. se résout de marcher avec infanterie, cavalerie et canon pour remédier les maux de cette province aux endroits qui seront plus nécessiteux de secours. » Mais il dut vite déchanter : dès le mois de juin, on avait annoncé l'arrivée possible de renforts impériaux depuis l'Allemagne ; en août, comme l'éventualité se précisait et qu'on parlait de douze mille hommes conduits par Werth, Saveliy et Lambois, Charles IV s'empressa de mener l'armée du comté de Bourgogne vers Luxeuil et attendit, prêt à se diriger vers Thann et... la Lorraine.

182Longtemps sourd aux appels des Comtois qui le pressaient d'intervenir au bailliage d'Aval où un nouveau coup de force se préparait, il finit par envoyer deux cents cavaliers et la noblesse du pays à Arbois, Poligny et Salins. Le 26, le siège de Bletterans étant déclaré, il pria Mercy de s'y rendre en avant-garde, mais il demeura lui-même à Baudoncourt avec le gros de l'armée, au grand mécontentement des gouvernants comtois. Il était bien trop tard quand les troupes parvinrent à Bletterans le 8 septembre : les Français l'avaient emportée le 6. Le duc logea sa cavalerie à Voiteur et refusa de marcher sur l'ennemi, se plaignant pour justifier sa décision qu'il n'y avait en Franche-Comté « ni provisions de vivre, ni munitions de guerre, ni attirail de canon, ni forces suffisantes pour entreprendre sur un pays ennemi ». Le baron de Scey, commissaire général de la cavalerie comtoise, ne fut pas du tout du même avis : « Les ennemis n'étaient pas si forts que nous de la moitié et nos soldats étaient très bien disposés à combattre ». En guise de protestation, il se démit de sa charge de commissaire, avouant qu'il aimait « mieux [sel retirer pour quelque temps ».

183Un conseil de guerre se tint à Poligny le 13 septembre, réunissant les nobles et les parlementaires comtois, le général Mercy et l'émissaire du duc. don Gabriel de Tolède. Tous souhaitaient que Charles entrât en France, au moins jusqu'au début de l'hiver, pour que les troupes se nourrissent aux frais de l'ennemi. Mais le duc refusa, attendant toujours une hypothétique jonction avec les Impériaux de Werth. Le parlement de Dole s'indigna, se plaignit au gouverneur qui ne put que reconnaître son impuissance : « Il est à craindre que si je venais à entreprendre quelque chose en son absence et sans son autorité, et que par disgrâce ou autrement il arrivât quelque perte en ses troupes, cela ne lui donne prétexte de changer la résolution qu'il a témoignée avoir par lettre qu'il en a écrit à don Gabriel de Toledo pour l'acceptation et exercice de cette charge. »

184Et Charles IV continua d'agir à sa guise. Le 3 octobre 1637, les Comtois apprirent avec stupeur qu'il retirait toutes les troupes de Comté pour rejoindre les Impériaux en Alsace et couper la route de la Lorraine à Weimar. La Cour protesta de vive voix, rappelant que ces troupes avaient été envoyées pour la défense de la province et qu'elles devaient y demeurer. En vain ! Le duc laissa seulement trois régiments en Franche-Comté et promit de rebrousser chemin en cas de danger.

185L'absence de l'armée fut de courte durée : Weimar prit les Lorrains de vitesse et marcha sur Porrentruy. Le duc Charles qui n'avait pas dépassé Thann dut regagner précipitamment la Franche-Comté et se poster aux environs de Pont-de-Roide. Rassurés quant au retour des troupes, les Comtois craignaient en revanche l'installation des auxiliaires dans les montagnes, contrées qui avaient conservé leur intégrité et qui assuraient le ravitaillement des bas-pays. Leur appréhension était d'autant plus vive que Charles IV avait ramené d'Alsace deux mille soldats supplémentaires, un renfort que commandait son cousin, le prince François de Lorraine, évêque laïc de Verdun, en fuite depuis 1628.

186Le 7 novembre, six cents Suédois forcèrent le passage de Goumois et pillèrent la Franche-Montagne, au nez et à la barbe des Lorrains. Pour Charles, il ne faisait aucun doute que l'ennemi était « entré par la pure opiniâtreté de ce peuple qui n'a voulu aucune aide ni secours quoique je leur aie offert et pressé plusieurs fois d'en prendre ; les maux et inconvénients passés et qui arriveront ne seront causés par ma faute mais par le peu d'assistance que l'on a donné aux armées de leurs Majestés ». Les Comtois de la Montagne il est vrai, déclinèrent son aide et refusèrent d'ouvrir leurs greniers. « témoignant quasi autant d'aversion pour sa personne que pour sa gendarmerie ». Toujours est-il que jusqu'à Vienne, on s'étonna de la facilité avec laquelle Weimar était entré dans les montagnes et avec si peu de troupes. Le duc répartit ses soldats dans tous les villages et les postes de la Franche-Montagne, mais refusa une nouvelle fois de poursuivre l'ennemi : « La saison ne permet pas de beaucoup entreprendre avec une armée et toutes les choses n'y sont pas à souhait, j’ai jugé à propos pour le service de Sa Ma et conservation de cette province de la mettre dans les quartiers. » Telle fut la réponse qu'il fit à Saint-Martin, lequel le poussait à intervenir contre l'ennemi.

187Le 19 novembre 1637, une conférence réunissant les chefs lorrains et comtois se tint à Vercel car il fallait décider de ce qu'allaient devenir les troupes pendant l'hiver. Les Comtois obtinrent un compromis : il n'y aurait aucun régiment auxiliaire en quartier dans les régions de montagnes ; tous en effet iraient gîter au bailliage d'Amont dès le départ des Suédois et seraient entretenus aux frais des communautés de la Montagne. En outre, Charles accepta que quelques troupes gagnassent la Lorraine méridionale pour soulager un peu la Franche-Comté. Seulement, deux faits mirent un terme à ces bonnes résolutions : la fausse alerte qui fit craindre pour Salins, obligeant une partie de la cavalerie à s'y diriger, et la maladie du duc de Lorraine. Le premier eut pour conséquence de disperser les soldats vers l'intérieur du pays, dans les terres de Vennes, Pierrefontaine, Vercel, Belvoir..., le second donna la pleine liberté aux capitaines étrangers qui installèrent leurs soldats là où ils se trouvaient, refusant d'obéir au marquis de Saint-Martin et aux conseillers.

188Quittant Belvoir pour Besançon, le duc convalescent ne voulut donner aucun ordre. En conséquence, la situation demeura confuse durant tout l'hiver et les quartiers furent désastreux : les soldats occupèrent et dévastèrent les seigneuries de Châtillon sous-Maîche, La Roche, Belvoir. Réaumont, Vennes, Passavant, Vercel... S'estimant trompées, les communautés refusèrent de payer l'impôt de 120 000 francs prévu pour l'entretien des troupes, lesquelles se répandirent bientôt plus au sud, dans les terres de Cicon, Vuillafans, Usiers, Pontarlier, La Rivière, Levier... En février, on avait tout de même réussi à mener quatre ou cinq régiments au bailliage d'Amont mais les occupants des châteaux refusèrent de leur céder des vivres. Le gouverneur ordonna un recensement et un prélèvement des grains dans toutes les places pour faire cesser les désordres : les auxiliaires allaient jusqu'à forcer au canon les places d'Amance et de Favemey.

189De tout ceci, le duc ne se préoccupa aucunement et finit par répondre aux innombrables lettres de protestation qu'il n'y était pour rien : « Mon opinion n'avait pas été de les loger dans la dite montagne, mais l'instance des députés de cet Etat et la croyance que le sieur de Mercy, général de bataille, avait de les pouvoir contenir dans une plus grande modération m'y ont fait aussi consentir avec beaucoup de répugnance. » Il accepta néanmoins de traiter du problème avec le procureur Brun, mais le Comtois, bien qu'ayant gagné au péril de sa vie le château des Usiers, lieu prévu pour l'entretien, dut s'en retourner bredouille : « Il n'y a point eu de conférence, S.A. ne s'y étant pas retrouvé au lieu par elle désigné, non seulement au jour qu'il lui avait plu [de] marquer, mais encore les deux autres suivants. »

190Plus chanceux, le marquis de Saint-Martin put rencontrer le duc mais l'entrevue fut houleuse : « Comme les plaintes que nous lui avions faites des déportements des troupes en la montagne avaient été grandes, le commencement de sa réponse a été extrêmement aigre et fâcheux et plein d'un extrême mécontentement des quelques descriptions qui lui ont été faites, par lesquelles il dit qu'il semble que l'on lui veuille attribuer à lui seul la cause de tous les maux. » Charles finit par répondre au marquis qu'il avait prévu le délogement de l'armée pour le 22 avril et qu'il pensait l'envoyer combattre au Bassigny. De fait, les troupes traversèrent Rochefort le 27, néanmoins, les régiments des colonels Vernier, Gonzague et Nicolas continuèrent de ravager les environs de Pontarlier où ils étaient restés. Et Longueville entrait une nouvelle fois au bailliage d'Aval...

191Le chapitre précédent a relaté qu'il avait fallu attendre huit jours pour que le duc qui projetait d'entrer en Lorraine, acceptât de revenir au secours des Comtois d'Aval. On sait aussi que l'armée se posta au-dessus de Poligny, à Chamole, et bloqua l'avance des ennemis dans la nuit du 19juin 1638. Or, au lieu de profiter de l'avantage, Charles IV abandonna le terrain aux Français et ramena ses troupes vers Salins. « Le marquis de Saint-Martin, rapporta un député des Etats, remarquant en [la] retraite [des ennemis] quelques désordres, pour n'en perdre l'occasion, proposa à S.A. de les suivre, mais ce prince sachant les munitions de guerre manquer à ses troupes ne le trouva pas à propos ». Ni le manque de munitions ou d'eau, ni les difficultés de ravitaillement ne furent des prétextes suffisants pour justifier cette retraite qui étonna le duc de Longueville en personne ; en réalité, Charles IV avait agi selon ses principes : préserver ses troupes en attendant le moment favorable pour rentrer en Lorraine. Vainqueur à Chamole, il n'avait aucune intention d'affronter une nouvelle fois les Français au risque de perdre des hommes.

192Cette fois, l'affaire eut des suites : l'ambassadeur espagnol Antonio de Sarmiento, présent à Salins, vint trouver le duc de Lorraine dans ses campements et lui tint « quelques propos desquels S.A. s'aigrit, en sorte qu'elle prit sur-le-champ résolution de se retirer avec toutes ses troupes hors du pays ». Charles ne mit pas ses menaces à exécution mais dès lors, se désintéressa totalement de la suite de la campagne et de l'avance des Français, lesquels purent s'emparer de Poligny, d'Arbois et des châteaux voisins. Le 20 juillet, alors que Longueville investissait les environs de Dole, les auxiliaires se mirent en route, mais pour Besançon et la vallée de l'Ognon et non pour s'opposer à l'ennemi. De là, ils marchèrent ensuite vers la Porte de Bourgogne et entreprirent la reconquête des places de Soye, Granges ou Gouhelans que le Lorrain jugeait « fort avantageuses ». En vérité, personne n'était dupe et Charles IV massait à nouveau l’armée le long des frontières orientales pour gagner le plus rapidement possible la Lorraine. Une rumeur courait que Turenne se dirigeait vers Remiremont avec d'importants effectifs, aussi le duc s'y rendit-il en personne et y demeura du 10 au 15 août, laissant ses troupes en Comté, inactives. En somme, il répétait le procédé de l'année précédente ; en 1637 cela avait coûté la perte de Bletterans, en 1638 celle de Pesmes et de Champlitte...

193De retour sur les bords de l'Ognon, Charles IV refusa tout d'abord d'avancer, prétextant le manque de munitions et menaçant de se retirer si on ne les lui fournissait pas. Quand il se mit enfin en marche, ce fut pour suivre la Saône et observer de loin l'armée ennemie qui rentrait progressivement en Bourgogne, « sans que la nôtre plus puissante l'endommage en rien et lui conteste aucun passage », se plaignirent les parlementaires. Et au lieu d'essayer ensuite de reprendre les places aux Français, le duc envisageait d'assiéger une nouvelle fois Bourbonne. La ruse de Longueville l'obligea finalement à faire demi-tour et à regagner les montagnes où, chacun s'en doute, les désordres et les affrontements avec la population reprirent de plus belle.

194Sur ordre de l'Empereur, Charles IV fut chargé de ravitailler Brisach cernée par Weimar. Il quitta donc la province à la fin de septembre, non sans avoir auparavant rafraîchi sa cavalerie au val d'Ornans. Nul doute qu'en Comté, beaucoup devaient souhaiter qu'il ne revînt jamais, les parlementaires notamment qui avaient averti les Espagnols que « si les Allemands et Lorrains ne prennent leurs quartiers d'hiver autre part qu'en cette province, il la faut tenir absolument pour perdue ». Or, sitôt connue la déroute des Lorrains à Cernay le 14 octobre, on se doutait bien que Charles IV allait revenir en Comté pour y passer l'hiver. Et que faire pour l'en empêcher ?

195Le 10 novembre, les auxiliaires étaient déjà sur la frontière vers Servance. Le 12, le duc arrivait à Besançon et sans s'occuper des dispositions prises par les Comtois, fit entrer ses régiments. En dépit des protestations et des discussions pour tenter de trouver une solution convenable, Charles regroupa son armée à Baudoncourt et distribua les quartiers, au bailliage d'Amont, mais aussi, comme le redoutaient les Comtois, dans la Montagne jurassienne, du comté de La Roche jusqu'au val de Mièges. Un fait nouveau fut toutefois dévoilé au cours d'un conseil de guerre tenu à Besançon en décembre : le prochain départ du duc de Lorraine pour les Flandres. En attendant, il fallait assumer les quartiers d'hiver car nul ne savait quand ce départ aurait lieu.

196Le 21 décembre, François de Lorraine qui revenait de Remiremont annonça la reddition imminente de Brisach ; deux jours plus tard, la nouvelle fut en effet confirmée et Pontarlier désignée comme prochain objectif de Weimar. En conséquence, Charles IV ramena dans les montagnes les troupes restées au bailliage d'Amont et la province se retrouvait dans la même situation qu'en décembre 1637, les auxiliaires occupant toute la région comprise entre Pontarlier et Saint-Hippolyte. Seul le Val de Morteau resta libre, ses habitants ayant refusé l'entrée aux Lorrains.

197On sait ce qui se passa par la suite : fuyant devant les Weimariens, les Lorrains se regroupèrent à Vercel, puis dans la vallée de la Loue, enfin à Besançon, laissant les régiments comtois seuls aux prises avec l'ennemi. Plus rien ne comptait pour Charles IV, si ce n'est son départ. Le 21 janvier 1639, il remit tous ses commandements au duc de Savelly et au marquis de Saint-Martin. Il se contenta ensuite de faire une reconnaissance vers Omans, de délivrer Belvoir en évitant une nouvelle fois de poursuivre les assaillants, prétendant que « la lassitude de nos chevaux et la misère des hommes m'empêchèrent de les joindre ». Le 8 mars enfin, il regroupa son armée dans la terre de Faucogney et quittait la Franche-Comté pour ne jamais y revenir. Le gouverneur Saint-Martin se retrouvait seul à la tête d'une province entièrement dévastée et en partie occupée. Le Parlement, à qui l'on avait demandé un tableau de la situation, avait répondu : « L'ennemi sans aucune opposition des troupes auxiliaires va de place en place et ne trouve autre résistance que celle du pauvre peuple restant en petit nombre dans les châteaux. » Il aurait déjà pu faire la même réponse en 1637 ou 1638...

198Charles IV de Lorraine quitta donc la province en mars 1639. Les Comtois reparlèrent de lui à plusieurs reprises, en 1641 lorsqu'il négocia la neutralité de ses Etats avec Richelieu et qu'il signa le traité de Saint-Germain, traité qui connut le même sort que ceux de Vic et de Liverdun ; en 1642 quand l'archevêque de Besançon informa la Cour que le pape avait excommunié le duc de Lorraine pour bigamie, la duchesse Nicole étant toujours en vie ; enfin durant les troubles de La Fronde, Charles IV avait naturellement pris parti pour les princes en rébellion et avait encore tenté, sans succès, de recouvrer ses Etats (campagne du duc de Ligneville). Résidant le plus souvent à Bruxelles, le duc finit par se déconsidérer auprès des Espagnols qui l'emprisonnèrent à Tolède en février 1654 et le dépossédèrent de ses biens et de ses titres au profit de Nicolas-François. Il faut encore ajouter que Béatrix de Cusance qui suivit le duc en Lorraine et aux Pays-Bas, fut très vite délaissée ; elle ne devint officiellement duchesse de Lorraine qu'un mois avant sa mort : bien que Nicole eût disparu en 1657, Charles n'épousa Béatrix qu'en mai 1663, pour légitimer sa descendance.

199Ainsi pendant deux années entières, le duc de Lorraine se servit de la province comtoise comme d'une place d'armes, guettant le moment favorable de reconquérir ses propres Etats. Sous prétexte de défendre la Comté, il utilisa toutes les ressources, tous les deniers pour nourrir ses troupes et l'abandonna finalement à un moment tragique, sans plus se préoccuper de son sort.

200Sans lui, rappelle Emile Longin, la Franche-Comté aurait sans doute été conquise en 1637, mais le rôle défensif du duc et de ses Lorrains se limita toujours à leur seule présence. A l'exception de Chamole, jamais ils n'affrontèrent l'ennemi ni même ne s'opposèrent à ses incursions ; jamais ils n'inquiétèrent les provinces et les garnisons françaises voisines ; jamais enfin, ils ne participèrent à la reconquête des places emportées par l'ennemi comme Grimont ou Bletterans. A l'évidence, le secours de la Franche-Comté était le prétexte facile à leur implantation, au même titre que l'invasion de la Bourgogne l'avait été à celle de Gallas.

201Intrigant qui ne négligeait aucun moyen pour arriver à ses fins, être inconstant et futile comme l'ont souligné certains auteurs, Charles IV pouvait s'enflammer pour une cause ou une autre et très vite l'abandonner sans scrupule ; ses rapports avec les Comtois, ses amours avec la princesse de Cantecroix furent l'illustration-même de son comportement, de son caractère alternant volonté et inertie. Bien que dans le berceau d'origine de Béatrix on cultive toujours la mémoire du duc de Lorraine, c'est un personnage dont la Franche-Comté se serait volontiers passée...

La province au pillage

202« On peut dire que les Allemands et Lorrains sont comme une troisième espèce d'ennemis qui ne portent pas moins de dommage que les Français et Suédois », devaient écrire les contemporains, certains avançant même « qu'il vaudrait autant être aux Turcs » que de tomber entre les mains des auxiliaires. Les dévastations causées par Gallas durant l'hiver 1636-1637 ont déjà été évoquées mais il apparaît bien que les troupes du duc de Lorraine en ont commis autant, sinon davantage, ravageant les régions qu'elles occupaient ou traversaient, sans ménagement pour les populations, sans souci du lendemain.

203Dès que les premiers régiments se rendirent au bailliage d'Aval, au printemps de 1637, le ton fut donné ; les pillages tout d'abord : « Les Lorrains ont enlevé en ce bailliage de Poligny tout le bétail, chariots et chevaux qu'ils ont rencontrés par les villages et ne pourrait-on trouver aujourd'hui un seul chariot pour conduire les munitions. » Puis les cruautés : « Les soldats de S.A. de Lorraine ont commis des inhumanités inconcevables, ils ont tué, massacré et violé, forcé la tour d'Orchamps [-lès-Dole], volé les églises, fauché les blés et les seigles, traqué les bois de la Serre, celui de Chaux jusqu'à nos portes et en ont emmené le peu de restes tant en bétail qu'autres choses. »

204Quand les auxiliaires passèrent au bailliage d'Amont pour contrer Weimar, ils pillèrent tout ce qui avait été épargné par Gallas ; « qui voudrait en détail spécifier les mauvaises actions de ces picoreurs qui savent mieux le métier de voler que de combattre, grossirait des volumes entiers », résumait un témoin. L'épisode le plus tragique fut celui de la Vaivre d'Autet. Ce lieu qui existe toujours sous le nom actuel de la Vêvre, se situe au sud du village, entre Mercey et Beaujeu. C'était autrefois une île constituée par un méandre de la Saône, laquelle « lui sert de fossés et où l'on ne peut aborder qu'en étant dans l'eau jusque sous les bras aux endroits les plus accessibles ». Pressés par les soldats qui pillaient les environs, « les pauvres gens qui s'étaient réfugiés dans la dite Vaivre se sont longuement et courageusement défendus, mais enfin ils ont été emportés et tous tués, au moins cent ou six-vingts [cent vingt] et les femmes violées ». Les pillards n'épargnèrent pas même le curé d'Autet « lequel ils emmenèrent, portant ses entrailles dans ses mains, tâchant avec sa vie d'en tirer encore de l'argent ». L'affaire se passa le 7 juin 1637 ; les soldats servaient sous les ordres du colonel lorrain Maillard.

205Le départ des Weimariens et des Français ne modifia en rien le comportement des troupes auxiliaires qui ajoutaient leurs ravages à ceux de l'ennemi. « C'est chose épouvantable du train que mènent ces troupes qui sont en quartier au val d'Ornans et voisinage », rapportait le conseiller Buzon, qui concluait : « Les Allemands n'étaient que les agneaux et ceux-ci [les Lorrains] les loups. » Les débordements de la soldatesque avaient pour conséquence d'empêcher les paysans de cultiver normalement les terres et de semer : « Toutes nos moissons sont perdues, continuait Buzon, et [je] ne sais de quoi le pauvre peuple pourra vivre ici la quatrième partie de l'année, tant s'en faut que l'on puisse nourrir l'armée. » Effectivement, l'année 1638 fut marquée par une terrible famine...

206On comprend mieux ainsi les craintes que les dirigeants comtois éprouvèrent en apprenant le retour des Lorrains et leur l'installation dans les montagnes au cours de l'hiver 1637-1638. Et de fait, l'invasion de la Franche-Montagne par Weimar fut une péripétie en comparaison des dégâts commis par les troupes de Charles IV : logeant où bon leur semblait, les soldats occupaient les villages, les mettaient à sac, puis passaient aux suivants quand ils ne pouvaient plus rien en tirer. Les plaintes affluaient au bailliage, telle celle des habitants de La Grange-lès-Belvoir : « S'étant logés dans les terres de Châtillon et Vaucluse les régiments conduits par les colonels Prélet, Maillard et Ainquefort, le lieu de La Grange fut toujours occupé par parties des dits régiments qui l'occupèrent et le ruinèrent entièrement, ayant même contraint les habitants du lieu de quitter le village. »

207Comme une onde qui allait en s'élargissant, les dévastations gagnèrent ensuite le bailliage d'Ornans, les terres de Cicon, Vercel, Durnes, Montfaucon, Maillot, Montmahoux, Montrond, Vennes, puis touchèrent celui de Pontarlier. Partout, on n'entendait parler que de crimes, de violences et de mort : « Les sieurs de Balaiseaux et de Nancray ayant été mis en chemise aux portes de Pontarlier, le sieur Vuillin tué, deux archers de même, des religieux battus et dépouillés, le sieur Lapie trésorier des sauneries de Sa Majesté couru et attaqué à coup de pistolets, les messagers de Suisse massacrés inhumainement, plusieurs marchands et autres volés et blessés, quantité de gens faits prisonniers et rançonnés », telle était la situation décrite par le procureur Brun, à Pontarlier et aux environs occupés par les régiments auxiliaires... Et ceux que l'on avait réussi à envoyer au bailliage d'Amont, pour soulager un peu la Montagne, commettaient les mêmes excès : les Lorrains et les Impériaux incendièrent Epenoux, Echenoz-le-Sec, Grattery, l'église de Mailley, celle aussi de Noroylès-Jussey qui « fut brûlée et plus de cinquante paysans demeurèrent dans le feu, la voûte tombant tua environ vingt soldats du sieur de Mercy ». Comme les châteaux où étaient entreposés les grains refusèrent d'ouvrir leurs portes, les auxiliaires tirèrent des canons de Gray et forcèrent ceux de Faverney, Amance, Conflandey et d'autres. La distribution de grain ordonnée par le gouverneur ne calma pas la fureur des soldats qui attaquèrent ensuite les convois de ravitaillement.

208En dépit du précédent témoignage de Buzon, il n'y avait aucune différence de comportement entre les soldats lorrains et les Impériaux de Gallas qui étaient restés en Franche-Comté. Ainsi, le colonel Nicolas qui s'était déjà illustré en mars 1637 en investissant le château de Vezet, fut envoyé vers Pontarlier le 20 avril 1638. Il s'y rendit depuis Salins en traversant le val de Mièges. Quels dommages y commirent ses soldats ? Les textes ne le mentionnent pas, mais à Frasne, cent vingt jeunes gens du val attaquèrent par représailles l'arrière-garde du régiment, pillant ses munitions. La suite, c'est le curé du lieu qui la raconte : « Le dit régiment qui était en marche vers Dompierre retourna et vint ceindre de toutes parts ces gens du val de Mièges qui se défendirent pendant qu'ils eurent de la poudre et du plomb et enfin ils furent contraints d'entrer dans les maisons qui étaient au lieu-dit dans la Combe. » Les soldats, ajoute le narrateur, « mirent le feu aux maisons, tous ceux qui sortaient avaient d'abord la tête fendue à coup de sabre, ou jetés vifs dans la fournaise, ou tués à coup d'armes à feu. Et rien ne resta, pas un seul des quatre-vingts ».

209Le drame de Frasne amène une autre question qui est celle de la résistance des populations locales face aux soldats impériaux et lorrains. Un peuple dont on avait loué à plusieurs reprises les actions courageuses menées contre les Français et les Suédois, se devait de réagir aux ravages de cette « troisième espèce d'ennemis ». Seulement, les témoignages sont restés peu nombreux dans l'ensemble pour la simple raison que les autorités comtoises ne s'attardaient guère sur ce genre d'affaires et se montraient plutôt embarrassées : elles considéraient comme légitimes les réactions de défense des populations mais d'un autre côté, le fait d'attaquer des troupes qui défendaient, ou étaient censées défendre la Comté au nom du roi et de l'Empereur leur paraissait excessif, un loyalisme qui les amenait parfois à mélanger paysans et brigands. Toutefois, au fil des ans, les gouvernants modifièrent leur point de vue et durent bientôt reconnaître que certaines réactions s'avéraient pour le moins compréhensibles. Le 10 décembre 1638, la Cour du Parlement rappela aux Comtois qu'il était interdit d'attaquer et d'offenser les soldats logés pour le service du roi, sauf... en cas de légitime défense.

210Dès l'entrée en guerre des Lorrains, les paysans comtois s'armèrent et se révoltèrent : en mai 1637 par exemple, dix-sept officiers d'un régiment furent massacrés à Byans-sur-Doubs ; on parlait alors de cruautés gratuites. Avec le retour des troupes dans les montagnes en novembre, la paysannerie locale se déchaîna à nouveau ; on dit qu'elle tua au moins cent cinquante soldats dans la seule armée lorraine et n'hésitait pas à s'en prendre aux personnages importants : le 21 novembre, le prince François de Lorraine qui reconnaissait les passages du Doubs en compagnie du sieur de Moustier, fut attaqué du côté de la Rasse. Les assaillants, tous originaires de Charquemont, lui tirèrent dessus et dépouillèrent les soldats de son escorte.

211Et plus la soldatesque commettait de dommages et plus la population engageait des opérations de représailles. Aussi, au printemps de 1638, ce fut un véritable climat de guerre civile qui régna dans les montagnes jurassiennes : « Sa dite Alt. est à Belvoir, notait le conseiller Béreur, où nous croyons qu'elle est encore à cause des voleries et meurtres continuels qui se commettent sur les chemins tant par les soldats que par les paysans qui n'épargnent personne. » Le calme revint seulement avec le départ des troupes pour Amont.

212Les derniers quartiers d'hiver des Lorrains ravivèrent le désordre et la violence, mais cette fois, les Montagnons ne se laissèrent pas surprendre ; Brun qui était alors à Pontarlier, eut pleinement connaissance des faits : « Les paysans ont tué une fois trente cavaliers du régiment de Maillard et blessé quinze ou seize, même des principaux officiers qui allaient par ordre de S.A. de Lorraine pour occuper les postes du côté de Delémont et s'opposer à l'ennemi. C'est à Blancheroche, au ressort de Baume, où ce coup a été fait. » Le sieur Laborey de Chevigney, en poste au château de Châtillon-sous-Maîche, relata les mêmes désordres : « J'y ai trouvé le peuple en tel désordre à recevoir les quartiers que les uns se mutinent [...] et les autres se cantonnent, se fortifiant dans les bois après avoir brûlé leurs villages [...]. Dernièrement, un officier fut assassiné, pensant apaiser une sédition suscitée contre les soldats de mons. le prince François qui prenaient quartiers [...] où il y demeura six soldats tués par les paysans. » En dépit des mises en garde du Parlement, ceux du Val de Morteau prirent pareillement les armes et chassèrent les soldats qui comptaient se déployer le long de la frontière. C'était un rejet pur et simple des troupes auxiliaires...

213L'armée de Charles IV quitta la province en mars 1639, en plein marasme, non sans avoir encore incendié trois villages du Lomont suite à la délivrance de Belvoir. En somme, elle se retirait de la même manière qu'elle était arrivée deux ans auparavant, par la violence et la destruction.

214Les sources manquent pour mesurer l'ampleur des dégâts commis par les Lorrains en Franche-Comté, mais entre septembre 1636 et mars 1639, les Comtois dénombrèrent une bonne trentaine de villages incendiés. Des historiens rappellent volontiers que la Montagne jurassienne ressemblait à un champ de ruines après le passage des Weimariens, seulement ils oublient qu'une bonne part des destructions était due aux auxiliaires qui, trois années durant, avaient soi-disant défendu la province. De même, on estime à six millions de francs le coût de l'entretien des soldats impériaux et lorrains entre janvier 1637 et mars 1639, lesquels six millions ajoutés aux trois déjà dépensés pour Gallas, en font pratiquement dix. C'est le prix payé par les Comtois pour leur sécurité, sans oublier tout ce qui fut volé, extorqué, incendié, assassiné...

215Les auxiliaires constituèrent donc bien une « troisième espèce d'ennemis » aux yeux des témoins de l'époque. L'exemple de la Franche-Comté démontre en tout cas qu'au cours de la guerre de Trente Ans, une armée, quelle qu'elle fût, vivait d'abord sur le pays et, pour peu que sa présence s'éternisât, elle le ruinait de fond en comble. Dans toutes les régions d'Europe ravagées par le conflit, on assista aux mêmes scènes, aux mêmes tragédies. Jamais les populations rurales ou citadines des xvie-xviie siècles n'accueillirent de soldats amis.

L'argent de la guerre et les secours espagnols

216Ainsi, l'Espagne n'avait pas apporté d'aide militaire à la Franche-Comté ; elle avait laissé ce soin à cet aventurier sans scrupules qu'était le duc de Lorraine, se contentant de lancer des opérations de diversion lorsque la situation lui paraissait devenir préoccupante (1636 et 1643). Or, l'assistance financière du Trésor espagnol fut loin de compenser le manque de troupes et ne put en aucun cas faire face aux incroyables dépenses engagées par les Comtois. Ce fut un soutien tardif, car inexistant avant l'arrivée des ambassadeurs espagnols dans la province ; insuffisant aussi puisqu'en dépit des promesses, l'argent fut parcimonieusement distribué, et avec du retard la plupart du temps ; inadapté enfin aux besoins des Comtois qui ne purent pas utiliser les deniers à leur guise, obligés d'obéir aux directives des ambassadeurs, des officiers royaux ou de Charles de Lorraine. En définitive, plus soucieux de conserver un élément important de son chemin de ronde que d'apaiser les misères de ses vassaux, Philippe IV n'offrit à la Franche-Comté qu'une assistance de dernière limite.

Trouver des deniers...

217Trouver de l'argent fut en effet le souci majeur du gouvernement comtois durant ces années troublées ; il en fallait partout et pour tout : les garnisons, les fortifications, l'artillerie, les munitions, les troupes de campagne, les auxiliaires... La guerre coûtait très cher à cette province isolée, peu préparée et affaiblie par les exigences royales des années passées.

218Il est impossible de calculer précisément les sommes versées par les Comtois au cours de la guerre de Dix Ans ; en revanche, plusieurs documents autorisent des estimations qui paraissent dans l'ensemble assez fondées. Ainsi, en août-septembre 1636, le parlement de Dole rendait compte d'une dépense de « près de quinze cent mille francs », précisant que la somme avait été déboursée en quatre ans, soit depuis « l'éminent péril » de 1633. Le 15janvier 1637, une seconde estimation fixait le montant à deux millions de livres, ce qui sous-entendait que les frais d'entretien de Gallas n'étaient pas encore pris en compte. Ce n'était plus le cas en juillet de la même année : on fit savoir à Ferdinand d'Autriche que la province avait dépensé depuis mai 1636 plus de huit millions de francs, la majeure part engloutie par les troupes auxiliaires. Le 1er mars 1638, un autre courrier adressé à Bruxelles augmentait le chiffre : treize millions cinq cent mille francs, et précisait, neuf millions payés par les particuliers, le reste par les communautés de la province. Enfin, en novembre, ce seraient vingt millions qui auraient été versés depuis mai 1636, soit depuis l'ouverture des hostilités en Comté. Après le départ des auxiliaires, les dépenses diminuèrent sensiblement et les indications de rapport figurant dans les livres de comptes qui couvrent la période permettent d'estimer les frais de guerre des années 1639-1644 à seulement deux millions.

219Que penser de ce chiffre de vingt-deux millions de francs ? On pourrait sans doute opposer, calculs à l'appui, que les frais engagés pour les auxiliaires de janvier 1637 à mars 1639, ne s'étaient montés qu'à six millions, dix en comptant Gallas ; seulement, il s'agissait d'un minimum fondé sur les effectifs de janvier 1637 et qui ne tenait aucun compte des trois mille Impériaux supplémentaires arrivés en mars, ni de l'augmentation considérable du nombre de Lorrains constatée en novembre. De plus, les troupes comtoises coûtaient elles aussi très cher d'entretien : le régiment La Verne dépensa à lui seul plus de cinq cent mille francs entre 1635 et février 1639. Finalement, aussi extravagant qu'il puisse paraître, ce chiffre de vingt-deux millions ne doit pas se trouver si loin de la réalité.

220En théorie, et compte tenu des franchises de la province, toutes ces sommes auraient dû être payées par le souverain, excepté celles qui couvraient les six premières semaines « d'éminent péril » et qui restaient à la charge de la noblesse et des communautés du pays. Mais par-delà la théorie, la réalité était beaucoup plus pragmatique ! Déjà, entre 1621 et 1634, pour régler l'entretien des recrues royales, la province avait presque toujours été contrainte d'utiliser l'argent des dons gratuits — dont l'emploi était en principe réservé à ses propres dépenses militaires — et d'emprunter les sommes manquantes sans garantie du remboursement des intérêts. Les troubles guerriers ne changèrent en rien le processus, bien au contraire. Isolée, la Comté dut elle-même trouver les moyens de financer sa défense et se battre pour obtenir au moins la libre disposition des revenus du domaine royal.

221Dans un premier temps, ce fut par l'impôt que le gouvernement tenta de faire face aux dépenses de guerre. Impôt direct levé en argent ou en vivres par les Etats : trois cent mille francs en mai 1635, la même somme en mai 1636, puis 1 030 tonnes de blé, 380tonnes d'avoine et 230 000francs au cours de l'été de 1636... Seulement, la source se tarit très vite avec la peste qui dépeupla les campagnes et les destructions qui touchaient de plus en plus de régions ; en mars 1637, un conseiller de la Cour constatait : « Tous les messagers et archers que j'avais envoyés en campagne pour avoir de l'argent sont retournés et n'ont rapporté autre chose que des excuses et des plaintes. » L'impôt fut ensuite limité aux zones de montagne, moins touchées par le désordre, mais bientôt on dut se rendre à l'évidence : depuis 1638, plus rien pratiquement ne rentrait dans les caisses.

  • 14 Hammerer (André), Sur les chemins du sel, Besançon, 1984, p. 19 et 49.

222L'impôt indirect perçu sous forme de gabelle fut parallèlement instauré. Du sel produit par les salines de Salins, 64 000 charges étaient réservées chaque année à la population et vendues à faible prix ; c'était le sel dit d'ordinaire. Le taxer n'était pas une nouveauté — André Hammerer avait relevé cinq hausses successives et cumulées de 1548 à 161614 — aussi le parlement de Dole proposa-t-il dès 1635 d'augmenter d'un gros le prix du salignon et ce pour trois mois. Mais les députés des Etats, jugeant cette hausse contraire aux privilèges de la province, refusèrent la proposition. Dans l'immédiat, on se contenta d'augmenter le prix du sel de vente, pas trop toutefois afin de rester compétitif et le 12 novembre 1636, on préleva 16 000 charges sur l'ordinaire des communautés et on les mit sur le marché ; il est vrai que les grandes mortalités dues aux pestes avaient considérablement réduit les besoins en sel des Comtois. En 1637 en revanche, la gabelle fut remise à l'ordre du jour et son principe adopté. Malgré les critiques des députés des Etats, le Parlement imposa pour quatre mois la hausse substantielle de trois gros par salignon, soit douze francs par charge. La taxe fut reconduite en 1638 pour quatre puis pour six mois et devint ensuite plus ou moins permanente ; le 14janvier 1641 toutefois, le gouvernement la réduisit de moitié.

223Or, la gabelle rapporta beaucoup moins que prévu : déjà, à cause des guerres, les salines connaissaient des difficultés d'approvisionnement et de transport et se révélaient incapables de maintenir leurs productions. Ensuite, la population comtoise ayant fortement diminué, la consommation de sel avait elle aussi chuté. Enfin et surtout, il s'était créé en Franche-Comté un marché parallèle dû à la pénurie des monnaies : les ventes, les salaires se réglaient en mesures de sel, lesquelles étaient ensuite négociées sur les marchés. En temps normal, ce sel n'était pas compétitif car il se vendait plus cher, mais avec une gabelle de douze francs sur la charge d'ordinaire. la situation changeait du tout au tout. Et effectivement, « il ne s'est présenté aucune communauté qui ait demandé son ordinaire de sel, avouait un receveur des sauneries en avril 1639, encore moins il y eut personne qui en soit venu acheter dans les sauneries puisque l'on [en] a trouvé à meilleur marché auprès de ceux qui en ont eu en paiement ». Ce fut cette mévente qui obligea le gouvernement à réduire la gabelle de moitié en 1641.

224Par l'impôt, les dirigeants comtois s'étaient donc efforcés de réunir l'argent nécessaire aux dépenses considérables de la guerre. Au départ, ils en trouvèrent : trois cent mille francs en 1635 par exemple, ou cinq cent trente mille en 1636, mais à partir de l'année suivante, l'impôt rentrait avec de plus en plus de difficulté. Par conséquent, ils durent trouver d'autres sources de financement et solliciter du roi la cession des revenus du domaine.

Les revenus du domaine comtal

225Selon une tradition que rappelait en 1622 le gouverneur Cléradius de Vergy. les rois d'Espagne, et Philippe II en particulier, auraient toujours laissé la totalité des revenus du domaine à leurs sujets comtois. C'était peut-être vrai au xvie siècle, mais plus tellement au suivant : malgré les dépenses considérables que la province dut engager, il fallut en effet de longues négociations pour que les Comtois obtinssent la libre disposition de ces revenus.

226Le domaine comtal comprenait au xviie siècle deux éléments : le domaine proprement dit, c'est-à-dire les seigneuries, terres, forêts, étangs, péages, fours, moulins, cens, redevances et autres droits et profits que le roi d'Espagne, héritier des Grands Ducs de Bourgogne, détenait dans la province, d'autre part l'or blanc, le sel fabriqué à Salins et dont le souverain avait progressivement acquis le monopole. De 1621 à 1634, la province bénéficia seulement d'aides financières tirées du domaine et des salines plus particulièrement. Parfois, il arrivait aussi que pour payer l'entretien des troupes royales qui stationnaient en Franche-Comté, le gouvernement puisât de sa propre initiative dans les caisses des sauneries ou imposât aux amodiateurs d'avancer le prix de leur fermage. Or, si devant « l'urgente nécessité du moment » le souverain fermait le plus souvent les yeux sur ces ponctions autoritaires, il y eut certaines fois où les Comtois durent aussitôt rembourser : ainsi, lorsqu'en décembre 1635, l'archevêque de Besançon retira des caisses royales une avance de 28 000 francs pour les frais de l'« éminent péril » de l'été, le Cardinal-Infant ordonna « de faire restituer promptement au docteur de Lapie ou autre commis des amodiateurs ce qui en pourra avoir été enlevé et ce, sans contredit ni délai quelconque ». En somme, le souverain tolérait bien l'utilisation des revenus de son domaine, mais en partie seulement et en priorité pour ses troupes. En guerre contre les Hollandais puis les Français, il avait lui aussi besoin d'argent...

227L'ouverture des hostilités en Comté, le passage des Impériaux et l'installation à demeure des troupes de secours ne changèrent tout d'abord rien à la situation. En dépit des prières sans cesse renouvelées, des avis sur la condition déplorable de la province, des promesses d'intervention des ambassadeurs espagnols en Allemagne, le gouverneur de Bruxelles refusait toujours de céder les revenus du domaine, n'accordant à la province qu'une aide de 80 000 francs en janvier 1637. Ferdinand d'Autriche ne céda finalement que le 4juillet 1637, après qu'on lui eût signalé l'invasion weimarienne au bailliage d'Amont. Un an de guerre destructrice avait été nécessaire pour obtenir enfin la libre disposition de ces revenus royaux...

228Et autant dire qu'après tous les événements survenus en Franche-Comté, le domaine royal se trouvait lui-même en bien triste état et ne rapportait plus guère. Déjà, pour verser l'aide de janvier 1637, le trésorier général fut obligé d'emprunter à de riches particuliers. Dans l'été, la situation n'avait fait qu'empirer : « La plupart des amodiations des domaines du roi sont abandonnées par les fermiers à cause de la présente guerre et peste qui règne par-delà », se plaignait le Parlement. En 1636, « les moulins fd'Avanne] n'ont pas beaucoup rendu tant à cause des courses continuelles des soldats ennemis, logements des auxiliaires, retraite et abandon des paysans que pour le sujet de la peste qui a régné fort longtemps au dit Avanne et lieux circonvoisins ». Et on pourrait multiplier ainsi les exemples.

229Lorsqu'en juillet 1637, les revenus furent laissés aux Comtois, toute la région doloise avait été dévastée, Quingey brûlée, Jonvelle pillée, le bailliage d'Amont entièrement mis à sac par les Impériaux, celui d'Aval privé des ressorts d'Orgelet et de Montmorot, et ce n'était pas fini : la triple offensive de l'ennemi commençait à peine... Dans les régions encore préservées, la peste avait aussi vidé les campagnes et les revenus des péages diminuaient faute d'activités commerciales.

230Constamment sollicité, le trésorier général délivrait des sommes de plus en plus réduites et en 1640 il avoua n'avoir même plus de quoi payer les gages des conseillers au Parlement : « Je ne puis recevoir aucune chose de la recette générale de [Franche-Comté de] Bourgogne, tant pour la pauvreté des débiteurs, difficultés de transport des deniers que pour ce que les huissiers ne veuillent se mettre en chemin pour aller contraindre les dits débiteurs et qu'ils ne rencontrent chose exploitable pour ce qui est dû ni aucun acheteur. » « Les bénéfices sont réduits à si piteux état, constatait l'abbé des Trois-Rois, que les maisons champêtres sont ruinées ou brûlées, les fours et moulins abattus, les sujets morts et qu'il n'y a ni chevaux ni bœufs dans le pays pour labourer les terres qui sont demeurées en friches. » En 1639-1640, que pouvaient encore rapporter les terres et seigneuries du roi d'Espagne ?

231Globalement, les revenus du domaine comtal de Franche-Comté avaient diminué de 70 % entre 1626 et 1641, 13 341 francs contre 48 906 et le nombre des recettes générales était passé de 46 à 24. Pareillement, la production des salines de Salins, autre élément important du domaine, fut fortement pénalisée par les troubles ; tout manquait : le combustible, les chariots, les chevaux, la main d'œuvre. Les ventes avaient chuté, tant dans la province pour les raisons évoquées plus haut qu'à l’étranger. Car les Suisses, gros consommateurs de sel comtois, s'étaient laissés convaincre par Louis XIII d’acheter du sel de Provence et la vente vers les Cantons ne reprit timidement qu’à partir de 1641. En 1636, les salines de Salins avaient été amodiées pour la somme de 280 000 francs ; en 1639, le conseiller Jean Girardot accepta de les prendre en fermage pour à peine 72 000 francs, un écart qui en dit long sur l'état et les rapports de l’industrie du sel en Franche-Comté en pleine guerre de Dix Ans.

232Aussi, les Comtois profitèrent bien peu du domaine comtal dont les revenus avaient été considérablement réduits à cause des guerres ; Vor blanc, principale richesse de la province ne faisait plus que de maigres profits et était devenu une simple ressource d'appoint. En somme, pour que le pays pût tirer du domaine suffisamment de bénéfices, il aurait sans doute fallu que l'autorisation royale parvînt plus tôt. Mais d'un autre côté, les auxiliaires n'auraient-ils pas tout englouti de la même façon, repoussant la ruine de la province de seulement quelques mois ?

233La Comté tint bon en 1635, 1636, 1637 mais bientôt, tout fut épuisé. Comme le formulait un parlementaire, il n'y avait plus rien à tirer ni du domaine, ni des sauneries, ni du peuple. « Quand on nous aura coupé tous les nerfs et épuisé les veines, avertissait Boyvin, il faudra bien qu'on nous abandonne [...] et qu'on nous laisse à la merci des Français. » De fait, il ne restait plus que l'intervention de l'Espagne pour sauver la Franche-Comté de la ruine totale et de la conquête. Mais en attendant, il fallait déjà que les envoyés du roi se rendissent compte de la situation générale de cette province.

Les ambassadeurs espagnols en Franche-Comté

234Le 31 mars 1638 en effet, Philippe IV d'Espagne annonçait au parlement de Dole la venue prochaine d'ambassadeurs en Franche-Comté. Il n'était que temps car en dépit des courriers et de l'envoi de représentants tant à Bruxelles qu'à Madrid, les Habsbourg ne paraissaient guère informés de la situation réelle du comté de Bourgogne. Ainsi, le marquis de Castaneda ne rendit-il pas le gouvernement comtois responsable de l'invasion de la Franche-Montagne en 1637, l'accusant d'avoir paralysé la bonne marche des troupes par ses divisions et son hostilité envers Charles de Lorraine ? De fait, après la délivrance de Dole, la province n'eut rien d'autre que des promesses, promesses de renforts suffisants pour reconquérir les places perdues et mener la guerre en Bourgogne, lesquels ne vinrent jamais ; promesses d'aides financières concrétisées seulement par l’abandon tardif des revenus d'un domaine appauvri et la cession en prêts de 48 000 francs en septembre 1636 et de 38 500 en avril 1638. « C'est le défaut seul d'argent qui retarde nos bons desseins », répétaient inlassablement les parlementaires comtois. Le mieux était donc de se rendre compte sur place et de vérifier le bien-fondé des doléances.

235Don Diego de Saavedra y Fajardo du Conseil des Indes, ambassadeur de Sa Majesté auprès du duc de Bavière, arriva en Comté vers le 20 mai 1638. Il précédait de quelques jours don Antonio de Sarmiento, comte de Gondomar et envoyé de Philippe IV à la cour d'Angleterre. Tous deux venaient de Milan. A leur arrivée, la province connaissait les pires difficultés : outre la destruction des bas-pays par l'ennemi, la Montagne jurassienne avait énormément souffert des quartiers d'hiver des auxiliaires et les relations entre le duc de Lorraine et les Comtois étaient des plus tendues ; ensuite, une terrible famine commençait de gagner les régions dévastées ; enfin, le duc de Longueville armait des troupes pour une troisième campagne au bailliage d'Aval, avec la prise de Salins pour objectif.

  • 15 Longin (Emile), "Relation du voyage de Saavedra-Fajardo au comté de Bourgogne (1638)", Mémoires de (...)

236Le compte rendu que laissa Saavedra de sa visite en Franche-Comté est connu grâce à Emile Longin qui le fit traduire et le publia15. L'ambassadeur dressa tout d'abord un constat de la situation générale de la province, décrivant les campagnes désertes et ruinées, les salines à l'abandon, la vétusté des fortifications urbaines, l'absence de charroi, la misère et le désespoir des populations affamées... A Besançon, il trouva une ville en plein marasme où régnait le désordre et où grondait l'émeute populaire suite à l'instauration d'un impôt de 100 000 francs. De même, informé des différents épisodes de la guerre, Saavedra dut reconnaître la négligence avec laquelle les gouvernements de Madrid et de Bruxelles avaient mené les affaires de la Comté : la province était restée trop longtemps sans gouverneur militaire (de 1630 à 1637 en effet) ; elle avait été délaissée après le siège de Dole et on n'avait rien fait pour maintenir son armée sous bonne discipline ; compte tenu des dégâts que commettaient les troupes impériales, Gallas n'aurait jamais dû être autorisé à entrer en Franche-Comté ; l'envoi d'observateurs avait été décidé bien trop tardivement ; enfin, les aides financières accordées jusque-là étaient également venues trop tard et avaient été mal distribuées.

237Pour remédier à tout ceci, l'ambassadeur proposa d'abord de tout mettre en œuvre pour rétablir la neutralité comtoise. C'était à son avis le seul moyen d'empêcher la ruine complète du pays et d'en faire sortir les troupes auxiliaires qui y menaient « une guerre plus cruelle que celle de l’ennemi ». Il fallait aussi créer une nouvelle armée, mieux disciplinée, et confier la garde des villes principales à des garnisons suisses. En attendant, il convenait de régler le problème des auxiliaires pour l’hiver et éviter à la province de nouveaux quartiers, de nommer un président à la tête du parlement de Dole, enfin et surtout, de faire en sorte que les relations entre la Comté, les Pays-Bas et l'Espagne ne fussent plus jamais coupées et Saavedra avança l'idée d'installer des résidents comtois à Bruxelles et Madrid et, à l'inverse, de laisser en permanence « en la province, un ministre espagnol, d'autorité et prudence, qui console et anime ses sujets et soit compagnon de leurs travaux ».

238Dans l'immédiat, l'ambassadeur s'efforça de traiter les questions les plus urgentes. Il apaisa les relations entre les dirigeants comtois et le duc Charles, accorda des munitions aux troupes auxiliaires qui en perdirent d'ailleurs la moitié au cours de leur brève campagne au Bassigny. Il laissa des armes, des munitions et de l'argent dans toutes les villes principales, Besançon comprise, et déposa quinze mille francs dans les caisses du receveur des sauneries. Enfin, il engagea les gouvernants à créer des greniers à blé dans les places les plus sûres et à enrôler des soldats pour se passer au maximum des auxiliaires. Seulement, le parlement de Dole qui misait tout sur la sécurité des villes, aurait voulu que tout l'argent déposé servît aux garnisons, non au renforcement des troupes de campagne, et il s'en plaignit au Cardinal-Infant : « Les seigneurs ambassadeurs qui sont par deçà n'ont rien du tout contribué pour les villes, sauf mille écus que monsieur de Saavedra a employés aux fortifications de celle-ci [Dole] et quatre mille francs en celles de Salins. » L'ambassadeur espagnol promit l'arrivée prochaine de trente mille écus supplémentaires en provenance de Milan et pour clore sa tâche, ordonna la réquisition d'une partie des récoltes de la Montagne pour l'armée, imposant aux communautés des bailliages de Baume, Omans, Pontarlier et Salins de céder et de transporter seize mille mesures de grain en échange d'un prix raisonnable. Seulement, rien ne passa comme prévu : prétextant des prix trop bas et un manque de chevaux, les paysans des montagnes refusèrent de s'exécuter. Les parlementaires, en majorité hostiles à cette réquisition, évitèrent de s'engager. Rappelant alors que l’argent apporté était en premier lieu destiné à l'Allemagne, Saavedra menaça de quitter aussitôt la province s'il n'obtenait pas toute l'assistance nécessaire. D'autorité, il fixa lui-même le prix du blé, interdit qu'on le revendît plus cher à peine d'amende, enfin imposa le charroi aux communautés, sans salaire. Tant bien que mal, l'armée fut approvisionnée.

239Diego de Saavedra quitta Besançon le 15 septembre 1638, gagna Omans, puis Pontarlier et la Suisse, laissant à Antonio de Sarmiento le soin d'achever les affaires en cours. Toutefois, il ne se désintéressa pas pour autant du sort de la Franche-Comté puisqu'il se rendit ensuite en Suisse pour œuvrer au rétablissement de l'ancienne neutralité.

240Les renseignements portant sur le second envoyé de Philippe IV, don Antonio de Sarmiento, sont moins nombreux dans l'ensemble ; en revanche, les sources laissent deviner que cet ambassadeur ne possédait ni la patience et la diplomatie habile de Saavedra, ni son souci de préserver l'avenir du comté de Bourgogne. C'est ainsi qu'à la bataille de Chamole, il fit reproche à Charles IV de sa retraite inopportune, mais en des termes tels que celui-ci s'empressa d'abandonner le bailliage d'Aval à l'ennemi ; tous les efforts de Saavedra pour réconcilier le duc de Lorraine et les Comtois avaient été ici réduits à néant.

241Ensuite, il ne cachait pas au Parlement que si cela n'avait tenu qu'à lui, jamais il n'aurait accepté sa mission : « Sa Ma a été servie de me donner un emploi fort contraire à mon inclinaison », avertissait-il d'emblée. Prévoyant les difficultés qu'il y aurait à secourir une province où les désordres étaient si « enracinés », il ajoutait : « J'ai refusé un an entier cet emploi auquel l'exprès commandement du roi m'a obligé et pour toute merci de ce sacrifice, j'ai demandé d'être délivré pour le mois de septembre. » En réalité, il ne quitta le pays qu'au début de novembre 1638, après avoir dûment conseillé aux Comtois d'obéir au duc de Lorraine, de loger les troupes dans les montagnes et les entretenir au moyen d'un impôt levé sur toutes les communautés habitées. Enfin, il avait fait en sorte que toute l'aide apportée échappât au contrôle du gouvernement local et, du même coup, profitât aux seules troupes auxiliaires.

242Sarmiento avait en effet déposé 325 000 francs dans les caisses royales et entreposé soixante-deux mille mesures de blé à Pontarlier. Aussitôt, le Parlement décida de la répartition de l'aide, tant d'argent et tant de grain pour chaque place, et partant de là, établit les futurs quartiers d’hiver pour les troupes. Or, lorsque les conseillers s'avisèrent de puiser dans la caisse royale, ils se heurtèrent au veto catégorique du pagador (trésorier-payeur) général des armées, Vincente Scorza : « Pour le déboursement des deniers de ma charge, ce que je dois n'y puis faire sans ordres de Son Altesse de Lorraine ensuite de celles que j'ai de Son A. Sérime Cardinal Infant ». Mieux encore ! Le Bisontin Deloisy qui s'était proposé d'acheminer le blé à Pontarlier, avoua également qu'il avait dû tout céder au pagador, lequel remit ensuite le grain au duc de Lorraine. En apprenant la nouvelle, la Cour protesta et multiplia les plaintes à l'encontre des officiers royaux qui affamaient le pays, mais en pure perte. L'argent ne fut distribué aux garnisons du pays qu’au compte-gouttes ; quant au blé, les Lorrains en consommèrent la plus grosse part et, faute de charroi, quinze mille mesures restèrent au magasin royal de Pontarlier et devaient tomber entre les mains des Weimariens quelques mois plus tard.

243Sarmiento avait regagné Milan, mais les Comtois eurent de nouveau à s'en plaindre : l'Espagne ayant envisagé d'envoyer des secours à la province au début de l'année 1639, l'ambassadeur critiqua d'abord la décision puis prétendit juger lui même de l'utilisation des deniers. Enfin, estimant peut-être que les capitaines comtois manquaient d'ardeur à la reconquête du pays, il revint en Franche-Comté dans le courant du mois de septembre 1639 et ordonna au marquis de Saint-Martin d'assiéger le château de Joux occupé par les Suédois. Or, non seulement l'opération tourna au désastre, mais elle provoqua encore une contre-offensive du marquis de Villeroi qui réduisit à néant les précédents succès du baron d'Arnans.

244L'ambassadeur eut un ultime entretien avec le gouverneur comtois et quitta ensuite la province, définitivement cette fois. Il devait cependant faire un dernier « cadeau » aux Comtois : en février 1640, alors qu'à Milan on créait un régiment de cinq cents cavaliers pour le colonel Vernier, Sarmiento ordonna qu'on en fît lever la moitié en Franche-Comté. La province avait les moyens, prétendait-il et qui sait si un jour, le régiment ne serait pas amené à défendre le comté de Bourgogne... Il en coûta huit mille écus au Trésor comtois et, une fois les quartiers achevés, personne ne revit le moindre cavalier.

245Ainsi, Philippe IV avait tenu sa promesse : ses ambassadeurs étaient effectivement venus en Franche-Comté. Ils avaient apporté de l'argent, acheté des subsistances et proposé des solutions aux affaires les plus urgentes. Mais, après leur départ, tout redevint comme avant : les officiers royaux s'emparèrent de toutes les aides et le retour de Charles IV posait à nouveau le problème des auxiliaires et des quartiers d'hiver. On nomma bien un président à la tête du Parlement, Jean Boyvin, un résident à Madrid et à Bruxelles, Jean-Baptiste Jacquet et Claude Béreur, mais aucun ministre espagnol ne fut envoyé en Franche-Comté, excepté le contrôleur général Marmol qui ne fit qu'envenimer les relations et accroître les désordres.

246Toutefois, le passage des deux ambassadeurs ne s'avéra pas totalement inutile. L'Espagne dut reconnaître que la Franche-Comté était à bout de force et que si elle voulait la conserver sous sa domination, il lui fallait impérativement l'assister afin qu'elle conservât suffisamment de troupes et fit face aux attaques ennemies en attendant un rétablissement éventuel de l'ancienne neutralité. Dès 1639 donc, la province comtoise reçut du Milanais les sommes d'argent qui lui permettrait de subvenir à ses besoins militaires. En 1640, ces aides devinrent mensuelles, d'où leur nom de mesattes.

Les mesattes italiennes

247Le roi « fournissait de l'argent abondamment », prétendait le conseiller Girardot dans son Histoire de dix ans. Or, l'aide espagnole fut-elle aussi importante que le chroniqueur l'affirmait ?

248Les versements commencèrent en 1639. Ainsi, le 5 janvier, la Cour fut avisée que deux lettres de change partiraient de Milan au cours de l'année. Elles se monteraient à 60 000 écus, soit 180 000 francs. Malgré l'invasion weimarienne, le banquier bisontin Luc Maréchal accepta d'avancer la somme en rixdales et pistoles d'Espagne et l'argent fut versé aux principales villes et châteaux de la province. Seulement, au lieu de toucher les 180 000 francs prévus, la Comté n'en reçut que 124 000, d'une part à cause des frais de change, d'autre part, parce que les Milanais payaient irrégulièrement leurs traites au banquier qui cessa bientôt les remboursements. Les plaintes du Parlement furent néanmoins entendues et le 18 juin, 5 000 pistoles arrivèrent en dépôt au couvent des capucins de Fribourg. L'Espagne avait donc respecté ses engagements pour 1639 puisqu'ayant promis 180 000 francs, elle en versa 189 000. La somme restait toutefois insuffisante pour entretenir les régiments de Franche-Comté et, dès novembre, la Cour dut demander des secours pour terminer l'année. Pour faire patienter, don Francisco de Melo, alors vice-roi de Sicile, avisa les Comtois que 300 000 écus étaient prévus pour 1640 et leur seraient distribués sous forme de mesattes régulières.

249De fait, les 40 000 écus de janvier et février parvinrent à Lucerne le 24 janvier 1640. La mesatte de mars fut également payée mais aussitôt, le nouveau pagador, Hilario Fecktinger, s'appropria 15 000 des 26 000 écus. La Cour eut beau protester, la somme détournée servit à l'entretien des cavaliers de Vernier et à garnir la caisse de pagadorie. Aussi, dès que le versement suivant fut connu de la Cour, celle-ci s'empressa de traiter le change avec le banquier Boisot et de partager les deniers entre les villes.

250La mesatte d'avril était arrivée en retard, le 25 mai seulement ; celle de mai, d'un montant légèrement inférieur (20 000 écus), ne fut déposée que le 15 juillet et les Comtois ne purent même pas en bénéficier : le contrôleur général des armées l'accapara en totalité, « quant à celle de mai reçue par le sr veedor don Andres del Marmol, nous ne saurions dire à V. Ex. en quoi elle a été employée », écrivirent les conseillers mécontents. Heureusement que Bruxelles avait accordé 150 000 francs des sauneries pour payer les frais de la guerre des moissons !

251Seulement, les mois de juillet, août et septembre s'écoulèrent sans que la mesatte de juin fût déposée en Suisse. La Cour protesta auprès du roi de ce retard et demanda l'envoi de 50 000 écus en une fois pour permettre l'achat de grain avant l'hiver. Trois mois passèrent encore. Le 13 décembre 1640, Maréchal avertit enfin la Cour qu'il venait de recevoir 12 000 écus, somme qui suffit à peine au remboursement des emprunts qu'il avait fallu contracter durant l'automne. Milan n'envoya finalement que le 18 février 1641 les 50 000 écus que le Parlement avait demandés. Or, il était bien trop tard pour acheter le grain nécessaire aux places, d'autre part, on fit savoir aux Comtois que cette grosse mesatte soldait tous les comptes de l'année 1640.

252Autrement dit, sur les 300 000écus promis, la Comté n'en toucha que 174 000, moins ceux que les officiers royaux avaient détournés en mars et en mai, ainsi que ceux prélevés par les banquiers au cours des transactions. Au bout du compte, il n'en resta que 127 690, soit à peine 383 000 francs.

253Et en 1641, l'aide espagnole se révéla encore moins généreuse et régulière. La province aurait dû recevoir autant que ce qui avait été prévu pour 1640, mais là encore, les promesses ne furent pas tenues : 80 000 francs arrivèrent à Lucerne le 8 mai, puis 150 000 au cours de l'été ; encore 30 000 le 9 septembre et enfin 37 000 en octobre. Au total, un peu plus de 300 000francs, à peine le tiers de la somme espérée... Apparemment, les graves problèmes économiques et monétaires survenus au Milanais en 1641 empêchèrent les Espagnols d'acquitter leurs mesattes. Jean Girardot, peu critique à l'encontre de la Couronne, prétendait que c'était le projet de surséance d'armes entre les deux Bourgogne qui avait différé le paiement de l'aide ; il paraissait oublier que les mesattes furent incomplètes et irrégulières d'un bout à l'autre de l'année, alors que la rumeur d'une trêve ne courut qu'après la diète suisse de Baden qui se tint en juin.

254Néanmoins, en 1642, on releva sensiblement le montant des mesattes. Le 22 décembre 1641 en effet, le résident Jacquet annonça une aide mensuelle de 30 000 écus pour l'année à venir. Une telle aubaine, les Comtois la devaient certainement à Francisco de Melo, personnage qu'on disait très « affectionné » au service de la province, et qui fit office de gouverneur des Pays-Bas entre la mort du Cardinal Infant et la nomination du marquis de Castel-Rodrigo. Le 12 février, la première mesatte parvint effectivement aux Comtois qui purent ainsi envisager l'avenir sous de meilleurs auspices. En outre, Melo leur avait assuré « qu'il disposait de quelques autres assistances pour des levées et recrues avec promesse de préférer les intérêts de cette fidèle province ».

255Mais les Comtois durent bientôt déchanter. Ils venaient à peine de recevoir leur première mesatte qu'une nouvelle lettre de Jacquet tempérait déjà leur optimisme : les 330 000 écus restants furent ramenés à 200 000, moitié en provenance du Milanais, moitié des Pays-Bas ; les conseillers au Parlement évitèrent de protester car au bout du compte, cela représenterait tout de même la plus importante aide accordée à la province depuis le début de la guerre de Dix Ans.

256Encore y aurait-il fallu que la totalité leur parvînt ! Le 1er mai, la province reçut une lettre de change de 200 000... francs, puis elle dut attendre la fin de l'année pour bénéficier de la même somme, 100 000 francs ayant été payés en octobre, le reste en novembre. On était loin des 30 000 écus mensuels...

257Au total, entre janvier 1639 et décembre 1642, l'Espagne versa 1 501 000 francs dans les caisses comtoises : 189 000 en 1639, 522 000 en 1640, 300 000 en 1641, enfin, 490 000 en 1642. La preuve était faite que Philippe IV n'avait pas totalement oublié ses fidèles sujets comtois et si la province put disposer d'une petite armée durant les dernières années de la guerre de Dix Ans, c'était aux mesattes italiennes qu'elle le devait.

258Seulement, même si l'aide espagnole représentait une belle somme, c'était bien peu de chose en comparaison des vingt-deux millions de francs que les Comtois avaient déboursés depuis 1636. En outre, la distribution d'argent avait manqué de régularité et de ponctualité à tel point que le terme de mesatte utilisé par les contemporains semblait quelque peu abusif. Enfin, à l'exception de 1639, le montant des aides fut loin d'égaler les promesses de Philippe IV, sans compter tous les écus tombés dans l'escarcelle des banquiers rapaces ou détournés par les officiers royaux.

259Après décembre 1642, l'Espagne cessa tout versement. Une aide exceptionnelle fut encore octroyée en 1644 à cause de l'invasion de Turenne et payée seulement en février 1645. La ruine de l'Espagne et des provinces satellites ainsi que le retour progressif de la paix en Comté avaient motivé l'arrêt de l'assistance financière. Melo n'abandonna cependant pas totalement la Franche-Comté : averti d'une invasion imminente des Français au printemps de 1643, il lança ses tercios dans le but de créer une diversion ; il ignorait qu'elle s'achèverait le 19 mai 1643 par le désastre de Rocroi.

260Ainsi, les dépenses engagées par les Comtois au cours de la guerre de Dix Ans furent considérables. C'est à se demander comment une si petite province avait pu débourser autant de millions ; sans doute était-elle plus riche qu'on ne l'imaginait de prime abord. Mais, s'étant saignée à blanc pour se maintenir sous la domination de l'Espagne, reçut-elle en contrepartie toute l'assistance qu'elle était en droit d'attendre ?

261En dépit des nombreux courriers, Madrid ignora longtemps les appels des Comtois, tout comme le gouvernement de Bruxelles qui ne leur céda que les revenus d'un domaine appauvri et quelques prêts symboliques. En 1638, l'espoir revint avec la visite des deux ambassadeurs de Philippe IV, seulement, il était déjà trop tard pour relever une province affamée, ruinée et dévastée par les auxiliaires. Il aurait fallu une aide importante, des versements réguliers, bien davantage en tout cas que ces mesattes qui manquaient de ponctualité et ne correspondaient jamais aux promesses.

262L'Espagne avait le réel désir de conserver la Franche-Comté et elle l'avait montré, mais l'assistance qu'elle concéda à cet effet n'alla jamais au-delà de cette préoccupation. Philippe IV ne pansa pas les blessures de la Comté ; il fit seulement en sorte d'éviter qu'elles ne s'ouvrissent davantage.

Aucune intervention des Suisses

263En vertu de la Ligue Héréditaire conclue en 1511, les Cantons suisses auraient dû intervenir militairement au comté de Bourgogne pendant la guerre de Dix Ans : la clause dite du Léal Regard leur imposait en effet de porter assistance aux Comtois, quel que fût leur agresseur. Or, en dépit de constantes sollicitations, aucun soldat suisse ne vint défendre les frontières ni même les villes du pays, et les ambassadeurs présents aux diètes ne purent rien obtenir de plus que de vagues promesses et des atermoiements.

264Il est vrai que le problème des interventions n'était pas aussi simple que le contenu des traités le laissait supposer : ainsi, les Suisses avaient également conclu une Paix Perpétuelle avec le royaume de France, une double alliance qui, en somme, ne pouvait que limiter la valeur du Léal Regard à une position d'arbitre et de négociateur, comme ce fut déjà le cas en 1595. Ensuite, dans un conflit comme la guerre de Trente Ans, la question comtoise n'était plus un cas particulier comme du temps de Henri IV ; elle faisait partie d'un ensemble dans lequel entraient toutes sortes de considérations diplomatiques, religieuses, militaires, d'influences et d'alliances que les Cantons devaient mesurer avant de décider quoi que ce fût. Enfin, entrer en armes en Franche-Comté pour la défendre contre les Français ou les Suédois revenait à s'engager dans la guerre, à renoncer à leur propre neutralité, ce que ne désiraient aucunement les Confédérés qui, déjà, eurent à protéger l'intégrité de leur territoire contre les menées impériales et suédoises. Sans doute auraient-ils pu envoyer des mercenaires en Comté, de la même façon qu'ils en cédaient régulièrement au roi de France, mais comment les Comtois auraient-ils payé les soldes exorbitantes qu'ils exigeaient sans délai ? Car, pas d'argent, pas de Suisses...

265Aussi, les Comtois qui avaient beaucoup espéré des Confédérés n'obtinrent rien d'autre que l'accueil de leurs réfugiés et la libre circulation de vivres et de munitions. Le reste ne dépassa pas le stade des promesses.

Dole laissée pour compte

266Bien avant que le prince de Condé eût lancé ses troupes autour de Dole, les Comtois avaient averti les Suisses des bruits qui couraient sur l'invasion prochaine de la province et leur avaient rappelé leur engagement. « Je trouve aussi qu'il sera fort bon d'écrire de bonne heure aux Suisses pour savoir d'eux quelle assistance effective nous en pourrions recevoir en cas de besoin », écrivait par exemple Ferdinand de Rye au printemps de 1636. Le procédé n'était pas nouveau car chaque fois que la province, à tort ou à raison, se sentait menacée, la Cour du Parlement prenait sa plus belle plume pour en informer les Cantons, lesquels répondaient qu'ils n'oubliaient pas leurs alliés et ne manqueraient pas de les défendre en cas de besoin.

267En avril 1636, les préparatifs français devenant inquiétants, le gouvernement expédia plusieurs courriers aux Suisses et envoya en délégation à Berne et à Soleure le principal fermier des sauneries, le baron de Vaugrenans, ainsi que le procureur fiscal de Pontarlier, François Maréchal. Les Suisses rassurèrent leurs voisins, certifiant qu'ils allaient « écrire en meilleure forme au roi Très-Chrétien ». Et le 27avril, l'archevêque de Besançon reçut effectivement une copie de leur lettre.

268Aussi, lorsqu'en mai 1636 les troupes françaises franchirent la frontière, les Comtois ne doutaient pas un seul instant que les Confédérés leur viendraient en aide et, tout en demandant des munitions à Berne et à Fribourg, ils s'interrogeaient seulement sur le coût d'une telle assistance et sur les intentions des cantons protestants : « L'aide des Suisses ne nous est pas si suspecte pour le ravage et la désolation du pays, comme celle des Allemands, mais il y faut tant d'argent, tant de façons et, à partir de là, nous avons si peu confiance à ceux de contrereligion. » Le 7 juin, on signalait déjà à Salins la présence du Fribourgeois François-Pierre Kœnig de Mohr qui dut promettre l'arrivée prochaine des troupes de son canton.

269Mais tout le monde attendait l'ouverture de la diète extraordinaire de Baden prévue le 11 juin. Or, après seulement quatre jours de délibérations, tout ce que les Comtois obtinrent fut l'envoi d'un médiateur suisse auprès de Louis XIII, lequel serait chargé de lui demander « d'épargner le dit comté, ou au moins accorder une suspension d'armes jusqu'à ce que l'on ait traité ce différend à l’amiable ». Un simple « différend », l'invasion de la Franche-Comté ? ! A Dole, la surprise et la déconvenue furent totales. L'ambassadeur français Biaise Méliand put argumenter à loisir sur les erreurs des Comtois et leurs manquements à la neutralité, sur la légitimité de l'intervention de la France qui, d'ailleurs, ne cherchait nullement à conquérir la Comté de Bourgogne.

  • 16 Rott, Histoire de la représentation..., t. 5, p. 119.

270En vérité, le terrain avait été préparé de longue date et le travail de sape des envoyés français grandement facilité par les divisions religieuses des Cantons et le renouvellement de la Ligue de Milan. Dirigée avant tout contre les protestants, cette entente conclue en 1597 entre le duché de Milan et les cantons suisses catholiques avait non seulement prévu le libre passage des marchandises, des gens de guerre et des munitions de part et d'autre, mais encore une assistance mutuelle des signataires, à la fois militaire et économique, en cas de conflit. Valable jusqu'en 1626, la ligue ne fut renouvelée qu'en 1634 ; or, pour des raisons qui échappent encore, les Milanais — donc les Espagnols — décidèrent d'inclure la Franche-Comté dans le nouveau traité. Comme le soulignait Edouard Rott16, ce fut une magistrale erreur :

« Aussi longtemps que la province espagnole s’était trouvée placée sous la protection uniforme de l'ensemble du Corps helvétique, les membres de ce dernier, sans exception aucune, avaient pris à cœur de veiller jalousement sur elle. Du jour en revanche où les catholiques eurent consenti à lui accorder de façon très particulière leur sauvegarde, les protestants sentirent leur défiance s'éveiller et par suite, l'accord unanime qui, jadis, s'était opéré entre les Etats confédérés sur la question comtoise fut rompu. »

271En somme, les Comtois ne pouvaient s'attendre à recevoir du secours que des Suisses catholiques avec lesquels ils n'avaient d’ailleurs aucune frontière commune. En outre, les ambassadeurs français n'étaient pas restés inactifs et avaient fait en sorte qu'au terme de la diète, aucun canton catholique ne manifesta l'intention d'intervenir en Franche-Comté, à l'exception de Fribourg qui souhaitait faire occuper Salins par une garnison de mille cinq cents hommes. La raison était simple : l'Espagne gageait les dettes qu'elle avait contractées envers ce canton sur les revenus des salines et le colonel Kœnig de Mohr qui se proposait de diriger ces troupes, figurait parmi les principaux fermiers des sauneries. Il suffit à Biaise Méliand de demander à Berne et à Neuchâtel d'interdire le passage sur leurs terres pour que la garnison fribourgeoise ne parvînt jamais en Franche-Comté.

272Malgré les mauvais résultats de cette première diète, les Comtois conservèrent un peu d'espoir : les Suisses, et les catholiques en particulier, pouvaient encore se ressaisir. Aussi, lorsque le 6 juillet s'ouvrit une nouvelle assemblée, François Maréchal s'y précipita. Mal conseillé par les ambassadeurs espagnols, il n’obtint rien de plus que précédemment. Les Cantons réitérèrent leur proposition de médiation et souhaitèrent l'envoi d'une délégation sur le terrain. Condé ayant donné son accord, Jean Duthon d'Yverdon arriva à Dole le 21 juillet 1636 pour solliciter l'avis des assiégés. Or, malgré la présence d'un tambour et d'un drapeau, les belligérants continuèrent de tirer et un arquebusier comtois blessa malencontreusement l'envoyé suisse. Soigné et pansé, Duthon fut ensuite remis aux Français mais à peine arrivé à Auxonne, il succombait à ses blessures. Alors Français et Comtois s'accusèrent mutuellement de l'accident et s'empressèrent de l'exploiter ; certains affirmaient même que le Suisse aurait survécu si on l'avait laissé à Dole.

273En somme, la situation n'avait pas avancé d'un pouce au terme de cette deuxième diète et les Comtois ressentaient déjà amertume et regrets : « Nous dirions à Vos Seigneuries que nous avions attendu d'elles un secours effectif et assistance réelle selon que messieurs de Fribourg et de Soleure depuis le commencement nous l'avaient fait espérer en conformité des anciens et nouveaux traités », écrivaient par exemple Conflans et Girardot, lesquels attendaient toujours les munitions promises par les Suisses. Malgré la mort de Duthon, les Cantons députèrent trois envoyés de Berne, Fribourg et Soleure qui arrivèrent le 28 juillet au camp devant Dole. Condé qui souhaitait avant tout gagner du temps, les conduisit à Seurre et ne les laissa entrer dans la ville assiégée que le 9 août. De toute façon, les Suisses n'ayant rien d'autre à proposer aux Dolois que leur médiation, la discussion tourna court. Toutefois, avant de regagner les lignes ennemies, les Suisses informèrent les assiégés de la position des mines françaises ; ce fut la seule utilité de cette délégation.

274Quelques jours plus tard, le sort des armes se renversait au détriment de la France et Dole était enfin libérée. Or, c'est là que se place la plus grave erreur commise par le gouvernement comtois au cours de la guerre de Dix Ans. Bien que le roi de France eût proposé une suspension d'hostilité de six mois, les Comtois, désireux de poursuivre leur victoire, refusèrent une nouvelle médiation des Cantons, la jugeant aussi inutile que les précédentes. Le fait n'aurait pas eu de conséquences particulières si ces mêmes Comtois, exprimant toute la rancœur accumulée durant le siège, ne s'étaient avisés de désavouer publiquement l'intervention des Suisses et de leur reconnaître une part de responsabilité dans leurs malheurs : « Si les magnifiques et puissants seigneurs des treize Cantons, par leur autorité et entremise, et suivant la confiance que nous avions prise en eux, eussent accouru à la naissance du mal et empêché l'infraction de la neutralité, ou du moins adoucir les voies sanglantes qu'on a suivies contre tout droit divin et humain, les dispositions sans doute se trouveraient aujourd'hui bien plus grandes pour l'affermissement du commun repos des provinces neutralisées ». Les Suisses ne devaient jamais oublier.

275Perdant ainsi tout le prestige qu'ils avaient acquis en résistant courageusement aux armées françaises, les Comtois furent ensuite délaissés par les Cantons et il fallut toute la patience des ambassadeurs pour qu'au bout de cinq ans, les participants aux diètes helvétiques daignassent à nouveau s'émouvoir du sort de la province d'outre-Jura dévastée par la guerre, mais sans pour autant s'engager.

Les missions comtoises en Suisse

276L'euphorie de la victoire dura peu. Confrontés au problème de l'armée impériale, menacés d'une invasion française après la défaite de Cornod, les Comtois ne songeaient qu'au rétablissement de leur neutralité. Ainsi, en avril 1637, Longueville ayant pénétré au bailliage d'Aval, ils demandèrent aux Suisses d'intercéder en leur faveur, mais comme le Cardinal-Infant avait expressément promis des renforts, le parlement de Dole négligea de donner une suite à la requête, commettant en somme une troisième erreur dans sa politique diplomatique.

277Aussi, lorsqu'en juin 1637, la Comté menacée sur tous les fronts se tourna une nouvelle fois vers les Cantons, personne n'écouta ses doléances. En plus, elle avait dépêché comme représentant à Baden Jean de Watteville, évêque de Lausanne, personnage que les protestants, et notamment les Bernois, détestaient par-dessus tout. Aussi, pour couper court à toute discussion, les Suisses reprochèrent à l'évêque de négocier sans créance du roi d'Espagne.

278Le procureur François Maréchal revint seul à la diète de novembre, muni de ses lettres de créance en bonne et due forme, mais il n'obtint rien de plus que de vagues promesses : divisés par les manœuvres de Méliand et de Weimar qui avait l'appui secret des protestants, les Suisses des deux confessions se neutralisèrent les uns les autres et même l'invasion de la principauté de Porrentruy ne put faire en sorte qu'un consensus se dégageât. La diète se sépara sans qu'il y eût pour la Comté autre chose qu'une lettre envoyée à Louis XIII et dans laquelle les Suisses s'inquiétaient, non pas de l'invasion et de la dévastation du comté de Bourgogne, mais des risques pesant sur la production du sel de Salins et son acheminement de l'autre côté du Jura. Telle était en effet la préoccupation des Cantons en cette fin d'année 1637...

279Ce fut sans doute ce qui motiva l'envoi de Jean d'Accoste, surintendant des sauneries, comme nouvel ambassadeur auprès des Cantons helvétiques. Arrivé à Baden le 5 février 1638, Jean d'Accoste fut semble-t-il bien accueilli, mieux toujours, que ses prédécesseurs : « Ils me dirent tous qu'il n'y avait aucun des Treize Cantons qui n'eut à cœur notre neutralité et compassion des maux que nous avions déjà souffert avec promesse d'y continuer leurs bons offices pour l'intérêt qu'ils avaient à notre conservation », écrivait-il à la Cour. Toutefois, il reconnaissait explicitement que toute l'attention que portaient les Cantons au rétablissement de la neutralité comtoise, tenait d'abord à « la conservation des sauneries du dit [comté de] Bourgogne ». Le surintendant fut également chargé de négocier une autorisation de passage sur le territoire helvétique pour les troupes qui pourraient éventuellement venir au secours de la Franche-Comté.

280Méliand ajourna dans un premier temps les discussions sous prétexte de prendre les ordres de son maître. Puis, la troisième campagne de Longueville étant annoncée, il promit aux Suisses que si Salins tombait, on ne détruirait pas les salines et on leur céderait encore le sel comtois à meilleur prix. Les Confédérés députèrent au roi de France le secrétaire d'Etat de Soleure ; bien entendu, Louis XIII refusa de traiter de la neutralité comtoise et n'écouta pas plus les propositions de suspension d'armes. Jean d'Accoste regagna Baden le 17 avril pour y apprendre l'échec de la médiation suisse. Quant à la question du libre passage pour les troupes, elle ne fut même pas évoquée.

281La dernière invasion de Longueville au bailliage d'Aval n'apporta rien de nouveau dans les affaires diplomatiques, et pour cause : Salins n'avait pas été prise. Déçus, certains Comtois n'étaient pas loin de penser que l'intervention des Suisses desservait au contraire les intérêts de leur province : « L'expérience avait fait connaître que l'entreposition des Treize Cantons n'avait pas seulement été inutile mais semblait encore avoir irrité les Français et excité leur fureur contre nous. » Lorsqu'en revanche, Weimar mit le siège devant Brisach, le surintendant des sauneries, sûr de ses arguments, crut bon de faire mesurer aux Suisses toutes les conséquences d'une invasion suédoise au comté de Bourgogne et il renouvela sa demande de libre passage aux secours venant d'Allemagne ou d'Italie. Seulement, le Français Méliand n'était pas resté inactif. Pour apaiser les catholiques, il fit courir le bruit que la prise de Brisach ramènerait la paix à l'ouest du Rhin et il encouragea les protestants à aider les Weimariens dans leur campagne. Le résultat dépassa les espérances : non seulement les Bernois fournirent quantité de munitions aux Suédois mais en plus, ils reprochèrent aux Comtois de masser des troupes sur la frontière en prévision de l'attaque, « ceux de Bâle y envoient grande quantité de blé, écrivait Antoine Brun, et pour comble de nos maux, ceux du canton de Berne et de Neuchâtel, voyant que l'on logeait des troupes à Jougne et à Joux, m'ont envoyé signifier par un officier qu'ils prenaient cela pour rupture de neutralité et que si ce quartier durait, qu'ils se comporteraient hostilement avec nous et viendraient charger nos troupes ». L'invasion prévue du comté de Bourgogne par les Weimariens avait peu de chance d'émouvoir les Suisses...

282Assisté du comte de Saint-Amour et de Diego de Saavedra, Jean d'Accoste retourna à Baden, à la diète de mars 1639, mais il eut beau transmettre les doléances amères du parlement de Dole et assurer que l'occupation de la Montagne jurassienne par les Suédois interdirait désormais le commerce du sel, les Suisses évitaient toujours d'intervenir. Méliand ayant demandé la levée de deux régiments de mercenaires suisses pour les armées de Louis XIII, Saavedra sollicita également trois mille fantassins pour s'opposer à Weimar. L'historien suisse Edouard Rott devait révéler qu'en dépit d'un premier refus, l'ambassadeur espagnol réussit non seulement à obtenir les trois mille mercenaires, mais encore à leur assurer le libre passage sur les terres bernoises. Irrité par l'attitude de Berne, ajoutait-il, Weimar faillit bien investir Salins et il fallut toute la persuasion de Méliand pour l'empêcher de mener à bien son projet et mécontenter ainsi l'ensemble des Cantons. Le problème est qu'aucun document comtois n'a été en mesure de confirmer cet épisode et, nulle part en Franche-Comté, on ne devait signaler l'arrivée des tels renforts, lesquels par leur nombre ne seraient pourtant pas passés inaperçus.

283D'ailleurs, au cours de la seconde assemblée qui s'ouvrit le 26 juin 1639, l'attitude des Suisses paraît plus conforme à la réalité et s'inscrit dans une continuité : Berne refusa l'accès de la diète à Diego de Saavedra pour n'avoir aucun mandat du roi d'Espagne et bien qu'il souhaitât le rétablissement de la neutralité comtoise, le Corps helvétique se contenta d'envoyer des médiateurs auprès du roi de France, lequel « a refusé tout à fait aux Suisses d'entendre à aucun traité pour cette province ». Puis, Weimar ayant évacué la Franche-Comté, l'attention des Cantons se tourna vers d'autres horizons ; à la dernière diète d'octobre, les Comtois ne purent rien obtenir. Une autre année avait été perdue pour la province.

284Les négociations menées en 1640 furent tout aussi infructueuses. Sans l'appui de Saavedra qui avait regagné la Bavière, l'infatigable Jean d'Accoste participa à l'unique assemblée des Cantons mais sans plus de résultat. Le remplacement de Méliand par Caumartin, l'ouverture prévue d'une diète impériale à Ratisbonne, le fait aussi que le surintendant n'avançât point d'arguments nouveaux en dehors de l'infâme guerre des moissons, contribuèrent sans doute à rendre inutile la présence du Comtois à Baden. D'ailleurs dans la province, les gouvernants savaient maintenant que les Suisses n'interviendraient jamais militairement dans le conflit qui opposait la Comté à la France ; cependant, ils pressentaient que les progrès constants du royaume finissaient par inquiéter les Suisses eux-mêmes et qu'un consensus en faveur de la neutralité comtoise paraissait se dessiner tant parmi les catholiques que les protestants. Qu'un tel consensus pût influer sur la politique française, on le crut aussi en 1641, car pour peu qu'ils le voulussent vraiment, les Suisses avaient les moyens d'intervenir dans le problème comtois sans pour autant compromettre leur sécurité, ne serait-ce qu'en rappelant leurs mercenaires de France et en refusant d'en fournir d'autres. Les ambassadeurs comtois mirent donc tout en œuvre pour favoriser le processus, mais là encore leurs espérances furent déçues.

Le faux espoir de 1641-1642

285Outre les progrès militaires français en Allemagne et les menaces réelles pesant sur la ville impériale de Constance, les rumeurs d'une éventuelle annexion de Genève par les Français troublèrent les Confédérés. Accusée de ravitailler la Comté, la cité de Calvin ne subissait-elle pas déjà un blocus économique décrété par le gouverneur de Lyon ? En l'absence du nouvel ambassadeur français Caumartin, Jean d'Accoste s'empressa d'aviver les inquiétudes des Suisses, rappelant que la conquête de la Franche-Comté n'était qu'une étape dans les desseins expansionnistes de Richelieu. La maladresse de Caumartin qui, dès son arrivée, avait laissé sous-entendre que la chute de Constance paraissait inévitable, acheva d'ébranler les convictions francophiles des Cantons. Aussi, en mars 1641, une première diète argovienne vit les Suisses menacer le roi de France d'une intervention armée si ses troupes faisaient mine d'investir Constance.

286Caumartin eut beaucoup de difficulté à apaiser le différend et à faire oublier son erreur. Il parvint aisément à se justifier auprès des protestants, en revanche les catholiques, poussés par les Comtois et les Espagnols, envisagèrent de retirer leurs troupes de France si la question de la neutralité du comté de Bourgogne n'était pas traitée dans les meilleurs délais. Néanmoins, le Français parvint à redresser la situation et au terme de l'assemblée, les Suisses ne proposèrent que la traditionnelle médiation dont chacun connaissait les limites, et en outre, levèrent quatre mille nouveaux mercenaires pour Louis XIII.

  • 17 Rott, Histoire de la représentation..., t. 5, p. 430.

287Les Comtois, bien que découragés, dépêchèrent Claude Béreur et le comte de Saint-Amour en Suisse avec mission de sillonner le pays de long en large et d'essayer de convaincre les Conseils et les villes d'agir en faveur de la paix en Franche-Comté. C'est ainsi que partis de Dole le 8 mai 1641, les deux envoyés ne regagnèrent la province que le 20 septembre. A la seconde diète qui s'ouvrit à Baden le 30 juin, les deux ambassadeurs reçurent l'appui de Diego de Saavedra mais Caumartin refusa de l'entendre sous prétexte qu'il n'avait pas le pouvoir de négocier au nom du roi d'Espagne et quand Saavedra communiqua ses pouvoirs aux députés suisses, le Français avait déjà quitté la ville. La diète fut donc ajournée et reportée au 18août. Bien entendu, les Comtois n'avaient rien obtenu si ce n'est de « stériles instances en vue de procurer la cessation des hostilités en Franche-Comté17 ». Saavedra demeura à Baden tandis que les deux Comtois continuaient leur périple.

288A l'ouverture de la nouvelle assemblée, on ne se faisait guère d'illusion. Le fait est que Caumartin refusa encore d'écouter l'Espagnol sous prétexte cette fois que la question comtoise ne figurait pas dans les pouvoirs qui lui avaient été conférés. Divisés sur l'attitude à prendre, les Suisses reportèrent une nouvelle fois les pourparlers et se séparèrent le 12 septembre. Ils avaient envoyé une autre médiation à Paris et cinq cantons, Lucerne, Schwytz, Unterwalden, Zoug et Appenzell firent savoir qu'ils pourraient retirer « bientôt » leurs mercenaires si une solution n'était pas trouvée dans la question de la paix comtoise. Cela n'empêcha nullement Grancey et du Halber de dévaster le nord du bailliage d'Amont quelques jours plus tard.

289Or, Louis XIII avait encore besoin de soldats suisses et Caumartin parvint à le convaincre qu'il n'obtiendrait plus rien des Cantons si la France s'obstinait à ne pas écouter leurs propositions touchant la paix en Franche-Comté. Le roi de France accorda donc six mois d'armistice à la province comtoise en échange de six mille fantassins suisses. A la diète de Soleure réunie en décembre, les Cantons donnèrent leur accord et les habitants du comté de Bourgogne se plurent à espérer qu'ils obtiendraient peut-être davantage qu'un simple armistice : « Les Suisses ne veulent point entendre à une suspension d'armes pour ce pays mais insistent à une neutralité à défaut de laquelle ils ne permettront aucune levée pour la France. »

290C’était beaucoup compter ! A aucun moment la trêve ne fut respectée. Assaillis des griefs de chacun, les Suisses ne proposèrent rien d'autre qu'une prolongation de deux mois de la trêve. Quant à Louis XIII, l'affaire ne l'intéressait plus : il avait ses six mille mercenaires. Cette fois, l'espoir s'était définitivement envolé du côté comtois et ce fut en pure forme que Jean d'Accoste participa à la diète de Frauenfeld en février 1642. Le parlement de Dole et le gouverneur estimaient même qu'il ne fallait plus rien tenter en Suisse :

« Les autres lettres tant du dit seigneur don Diego de Saavedra que de Mr d'Accoste au fait de cette neutralité ou suspension d'armes dont les ennemis nous ont fait assez connaître que ce sont tous amusements [...]. Je suis de votre opinion Messieurs que de notre part, nous ne devions plus y consumer d'argent et [il] faut laisser faire aux Suisses ce qu'ils voudront ou pourront à ce sujet. »

291Egalement présent aux autres diètes de 1642, Jean d'Accoste ne put que rapporter à la Cour les mêmes conclusions : refus des Français de reconnaître Saavedra comme interlocuteur, tergiversations des Suisses qui n'avaient rien d'autre à proposer en dehors de leurs vaines médiations... En définitive, il n'avait servi à rien d'espérer quoi que ce fût des Cantons et seuls les armistices locaux signés par les Comtois, puis la mort de Louis XIII autorisant les ententes avec la Bourgogne ramenèrent progressivement la paix en Franche-Comté.

292Ainsi, les Comtois avaient beaucoup attendu des Suisses, ces soldats de l'Europe qui avaient été les garants des principaux traités du xvie siècle. Or, bien qu'ils s'en défendissent, les Cantons n'avaient plus autant d'influence en 1635 : divisés par leurs querelles internes, neutralisés par une multitude d'ententes et de ligues passées avec les puissances étrangères voisines, soumis aux emprises de celles-ci qu’elles fussent française, impériale ou espagnole, ils ne se retrouvaient unanimes que pour défendre leurs intérêts et protéger l'intégrité de la Confédération. Comment seraient-ils intervenu dans la guerre de Trente Ans sans risquer de compromettre l'équilibre des alliances qui confortait leur position en Europe ? Si la Suisse avait encore fermé les yeux sur l'occupation espagnole de la Valteline en 1621-1624, elle ne pouvait s'immiscer dans les affaires de Franche-Comté sans mécontenter le royaume de France, puissance montante en Europe et plus prodigue de son or que la Maison d'Espagne.

293Les Comtois qui avaient espéré en vain une intervention sinon armée au moins politique des Cantons, en conçurent beaucoup d'amertume et de rancœur, notamment à l'encontre des protestants, alliés tacites des Français et des Suédois et qui n'avaient pas caché le peu de cas qu'ils faisaient de la Franche-Comté du moment que le sel de Salins leur parvenait encore. Certes, le gouvernement comtois avait commis des erreurs, en 1636 notamment, mais jamais il n'avait envisagé que fût possible une telle inertie de la part des anciens « alliés » du comté de Bourgogne. « Combien peu utile est le traité de neutralité avec le duché de Bourgogne et le Bassigny, l'alliance avec la Suisse dès que la règle d'Etat de France et de [ses] alliés hérétiques sont les perfidies et trahisons », en concluait Jean Girardot de Nozeroy... En somme, la guerre de Dix Ans révélait aux Comtois que l'édifice sur lequel leur sécurité s'était appuyée pendant plus d'un siècle n'avait jamais reposé sur des bases saines et solides.

***

294La Franche-Comté, province meurtrie par la guerre de Trente Ans, terre sacrifiée par ses maîtres et alliés, c'est la conclusion qui s'impose.

295Sacrifiée par les Suisses qui, cultivant l'art des accords contradictoires et inefficaces, avaient préféré la tranquillité de leurs cantons et l'or de France aux plaintes de leurs voisins d'outre-Jura. Au mépris des anciens traités, ils délaissèrent leur rôle de garants et de protecteurs et même si les discours d'un François Maréchal ou d'un Jean d'Accoste parvenaient encore à les émouvoir, ils évitèrent soigneusement de s'engager et leur attention pour la Comté ne se ravivait que lorsque les progrès des Français paraissaient constituer une menace directe pour la Confédération.

296Sacrifiée par les Habsbourg d'Autriche qui ne virent en elle qu'un magasin à vivres pour l'armée impériale et l'abandonnèrent à son sort dès lors qu'elle fut vidée. Les Comtois s'étaient beaucoup émus de la prise de Brisach, la seule et unique porte, disait-on alors, par où l'Empereur pouvait les secourir ; or, oubliaient-ils que les seuls à l'avoir franchie avaient été Gallas et ses sinistres Croates, un secours si dévastateur qu'aujourd'hui encore des lieux-dits de Haute-Saône en rappellent le terrible souvenir...

297Sacrifiée par l'Espagne qui semblait plus soucieuse de préserver un élément de son chemin de ronde qu'une province peuplée de fidèles sujets. Pour toute assistance militaire, elle ne lui délégua qu'un condottiere privé de ses Etats et qui songeait davantage à faire vivre ses troupes sur le pays qu'à repousser les avances de l'ennemi. Longtemps sourde aux appels les plus pressants des Comtois, elle ne leur céda que quelques sommes d'argent tardives et insuffisantes, seules compensations aux énormes sacrifices qu'ils durent concéder.

298Sans doute, le sort du comté de Bourgogne ne fut jamais que celui de toutes les provinces européennes plongées dans la guerre de Trente Ans et ses maîtres et alliés eurent souvent de réels motifs de n'être pas intervenus ainsi qu'ils l'auraient voulu. Pouvait-on reprocher aux Suisses d'avoir préféré leur propre sécurité aux obligations de la Ligue Héréditaire, à l'Empereur de négliger les territoires espagnols du Cercle de Bourgogne au profit de ceux de la Maison d'Autriche ? Il faut également rappeler la diversion de Rocroi qui sauva la Franche-Comté d'une perte certaine et qui coûta beaucoup aux Espagnols...

299Seulement, on ne peut oublier le courage des Comtois rendu célèbre par un siège de quatre-vingts jours, personnifié par Ferdinand de Rye, La Verne, La Courbière, le baron d'Arnans et tant d'autres, mythifié par Lacuson, ni tous les sacrifices qu'ils firent pour se maintenir sous la domination du roi d'Espagne, estimant qu'en échange, les « bons et fidèles vassaux bourguignons » étaient loin d'avoir reçu l'assistance et le soutien qu'ils auraient mérités.

Notes

1 Febvre (Lucien), Philippe// et la Franche-Comté, 1912 [rééd. 1970], p. 455-471.

2 Louis (Gérard), La démographie comtoise et la guerre de Trente Ans ; étude de deux sources inédites, D.E.A. dactylographié, Université de Franche-Comté, Besançon, 1985.

3 Roupnel (Gaston), La ville et la campagne..., p. 6.

4 Longin (Emile), "Notes sur le régiment de La Verne (xviie siècle)", Mémoires de la Société d'Emulation du Jura, 1908, p. 290-333.

5 Boyvin (Jean), Le siège de la ville de Dole...

6 Longin (Emile), "Un émule de La Cuson, le capitaine La Courbière", Mémoires de la Société d'Emulation du Jura, 1919, p. 43-66.

7 Claude Marquis, curé de Saint-Lupicin (Jura) anima la résistance contre les Français en 1674. Gresset (Maurice), Histoire de l'annexion de la Franche-Comté et du Pays de Montbéliard, 1988, p. 234-236.

8 Louis (Gérard), "Un refuge pendant la guerre de Trente Ans : la Baume de Sancey-le-Long (Doubs)", Mémoires de la Société d'Emulation du Doubs, 1984, p. 1-25.

9 Petithuguenin ( ?), Cart-Broumet Alexis surnommé La Plaque, Pontarlier, 1855. Aucun document de l'époque n'a pu confirmer l'existence de ce personnage.

10 Perraud (Philippe), "Lacuson d'après de nouveaux documents", Mémoires de la Société d'Emulation du Jura, 1866, p. 361.

11 Longin (Emile), "Relation de l'incendie de Saint-Claude par Augustin Vuillerme (1639)", Mémoires de la ociété d'Emulation du Jura, 1902, p. 288 et 291.

12 Longin (Emile),''Episode de l'occupation du bailliage d'Amont par les troupes impériales", Mémoires de la Société d'Archéologie, Lettres, Sciences et Arts de Haute-Saône, 1895, p. 199.

13 Poull (Georges), La Maison ducale de Lorraine, étude historique, biographique et généalogique, 1968, cahier 11, p. 45-55.

14 Hammerer (André), Sur les chemins du sel, Besançon, 1984, p. 19 et 49.

15 Longin (Emile), "Relation du voyage de Saavedra-Fajardo au comté de Bourgogne (1638)", Mémoires de l'Académie de Besançon, 1922, p. 129-170.

16 Rott, Histoire de la représentation..., t. 5, p. 119.

17 Rott, Histoire de la représentation..., t. 5, p. 430.

Table des illustrations

Légende (1) féodaux et élus, après 6 semaines ; autres.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Soldats franc-comtois de la guerre de Dix Ans :Archives départementales du Doubs, Ms 31 (1629) fonds Tissot
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3807/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Louis de La Verne.portrait présumé (selon Jules Gauthier) extrait de La Bourgogne triomphante sous Philippe IV (voir couverture).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3807/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Chef de bande pendant la guerre de Trente ans par Jacques Callot
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3807/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Le mythe de Lacuson :« Le capitaine Lacuzon, chef de partisans... » Rougebief, La Franche-Comté...
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3807/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Charles IV de LorraineMusée historique lorain, Nancy, photo G. Mangin
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3807/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search