Version classiqueVersion mobile

La guerre de Dix Ans

 | 
Louis Gérard

Chapitre 1. La campagne de Franche-Comté

Texte intégral

1Depuis la publication du témoignage de Jean Girardot de Nozeroy, l'un des acteurs du conflit, les récits, les ouvrages relatant les principaux événements de la guerre de Dix Aux n'ont pas manqué. Mais dans l'ensemble, les travaux de synthèse restent peu nombreux, les auteurs ayant souvent limité leurs études aux épisodes les plus marquants comme le siège de Dole, les chevauchées du duc de Longueville ou l'invasion suédoise. Et pourtant, bien que considéré comme un ouvrage de base, d'ailleurs introuvable à l'heure actuelle, le récit du conseiller n'est pas toujours commode d'utilisation, en particulier pour dater certains faits, et comme il ne dépasse pas l'année 1642, toute une partie de la guerre a été en quelque sorte oubliée. Enfin, rédigés d'après les souvenirs d'un homme seul qui n'a pu être partout à la fois et témoigner de toutes les opérations, d'un serviteur partial et peu critique vis-à-vis de l'Espagne, certains chapitres de l'Histoire de dix ans de la Franche-Comté de Bourgogne manquent indubitablement de précisions.

  • 1 Piepape. (Léonce de), Histoire de la réunion de la Franche-Comté à la France.

2Léonce de Piépape qui a consacré deux volumes à l'Histoire de la réunion de la Franche-Comté à la France1, est sans doute le premier à retracer la guerre de Dix Ans dans son ensemble, mais avec combien d'erreurs, combien d'oublis, le style épique et l'imagination prenant souvent le pas sur la rigueur scientifique ; aussi cet ouvrage, bien que couronné en son temps par l'Académie Française, est à déconseiller totalement.

3Il a ensuite fallu attendre 1937 pour qu'une nouvelle publication sur le sujet voie le jour. Relatée sous forme d'éphémérides de 1633 à 1644, l'Histoire de la guerre de Dix Ans de Xavier Brun, bien que peu novatrice, a le mérite de constituer une étude d'ensemble réalisée à partir des sources locales et des travaux antérieurs, suffisamment détaillée aussi pour que les Histoires de Franche-Comté parues ces dernières années s'en soient inspiré. Malheureusement, Xavier Brun n'ayant pas mentionné ses sources avec précision, tous les faits qu'il rapporte sont invérifiables.

  • 2 Voir la liste de ses principaux articles dans la bibliographie en fin de volume.

4C'est avec Emile Longin qu'il convient d'achever cette énumération. Spécialiste incontesté du xviie siècle comtois, précis, rigoureux, il n'a laissé qu'une multitude d'articles et de petites études généralement limités à un thème, à un personnage2 ; articles irremplaçables car fondés sur une documentation exceptionnelle tirée des archives locales, des sources françaises, espagnoles, suisses..., mais qui se recoupent souvent les uns les autres et font double emploi. Quel dommage que l'érudit n'ait jamais réalisé la synthèse de ses travaux ; mais sans doute lui aurait-il fallu dix volumes pour raconter l'histoire de la guerre de Dix Ans telle qu'il la concevait... Il n'empêche qu'aujourd'hui encore, la lecture des manuscrits et des publications d'Emile Longin reste indispensable à tous ceux qui veulent aborder ce sujet.

5La guerre en Franche-Comté a connu deux phases bien distinctes : la première, 1636 à 1639, s'inscrit dans le cadre européen du conflit. Des armées de plusieurs milliers d'hommes ont lancé sur le sol comtois des opérations de grande envergure en liaison directe avec les événements des Pays-Bas ou de l'Empire. De 1640 à 1644 en revanche, les affrontements sont purement régionaux et concernent seulement la Comté et les provinces voisines comme le duché de Bourgogne, l'Alsace ou la Lorraine. Leur portée reste bien entendu très limitée, ne serait-ce par la faiblesse des effectifs militaires qui sont encore engagés. C'est au cours de cette seconde période qu'ont été aussi conclus les premiers armistices locaux qui, progressivement, rétabliront la paix générale dans la région. Mais avant d'étudier plus en détail tous ces événements, il convient de faire un retour de quelques années en arrière et montrer que bien avant l'arrivée des troupes françaises devant Dole, la Franche-Comté était isolée et menacée de toutes parts.

L'isolement de la Franche-Comté (1632-1636)

6Il faut en effet remonter jusqu'en 1632, voire 1631, pour voir apparaître les premiers rouages du mécanisme qui devait entraîner la Franche-Comté dans la tragique guerre de Trente Ans : l'arrivée de l'armée suédoise dans l’Empire et le retour sur la scène internationale de la France, une France désireuse à la fois d'intervenir en Allemagne et de combattre l'Espagne.

« La France ne doit penser qu'à se fortifier en elle-même, écrivait Richelieu en 1629, et s'ouvrir des portes pour entrer dans tous les Etats de ses voisins et les pouvoir garantir des oppressions d'Espagne... Il faut penser à se fortifier à Metz et s'avancer jusqu'à Strasbourg, s'il est possible, pour acquérir une entrée dans l'Allemagne... On pourrait penser à la Navarre et à la Franche-Comté comme nous appartenant, étant contiguës à la France et faciles à conquérir ».

7Ne pouvant encore intervenir directement contre les Habsbourg, le royaume de Louis XIII se contenta de pratiquer la guerre couverte. C'est ainsi qu'il participa aux démêlés de la succession de Mantoue en Italie du nord, que le 15 juin 1630 il conclut un traité avec les Provinces-Unies, offrant à ses chefs militaires un million de livres chaque année, qu'il se rapprocha de l'électeur de Bavière pour tenter d'isoler un peu plus l'Empereur (traité de Fontainebleau, 30 mai 1631), qu'enfin il accorda suffisamment de subsides au roi de Suède Gustave-Adolphe pour mener en Allemagne une armée de 36 000 hommes (traité de Bärwalde, 23 janvier 1631).

  • 3 Pag è s (Georges), La guerre de Trente Ans, p. 136.

8Ce furent précisément les victoires suédoises qui donnèrent à la France l'occasion d'entrer dans l’Empire. Devenu l'allié des électeurs de Brandebourg et de Saxe, du margrave de Hesse-Cassel, du prince de Saxe-Weimar, vainqueur des Impériaux à Breitenfeld le 17 septembre 1631, Gustave-Adolphe volait de victoire en victoire et continuait son avance sur le Main et le Rhin, s'emparant d'Erfurt, Wärzbourg, Francfort, Mayence, Heidelberg, Mannheim... Or, « la France devait craindre tout autant l'installation des Suédois que celle des Espagnols dans la moyenne vallée du Rhin, pensait Georges Pagès3 ; il fallait leur barrer la route en installant des garnisons françaises en quelques points bien choisis ». Cette crainte paraissait fondée car le traité de Bärwalde n'était qu'une simple entente sans garantie aucune et les victoires du roi de Suède allaient bien au-delà de ce qu'avait prévu Richelieu, mais d'un autre côté, la France avait la possibilité d'ouvrir ses portes vers l'Allemagne, objectif qu'elle s'était donné et qu’elle n’oubliait pas. L’opportunité était à saisir, même si elle n'en tirerait les fruits qu'un peu plus tard.

9Il fallait encore un motif pour que le royaume intervînt ; or. quelques mois plus tôt, Gaston d'Orléans et le duc de Lorraine le lui avaient fourni.

La Lorraine, l'Alsace, Lure et Montbéliard

10Le 26 mars 1631, poursuivi par les troupes de son frère Louis XIII et bloqué à Seurre, Gaston d'Orléans obtint l'autorisation de gagner Besançon avec ses deux mille cinq cents hommes. Après une dizaine de jours, il se rendit vers la Lorraine à la grande satisfaction du parlement de Dole qui avait fort imprudemment accordé aux fuyards la traversée de la province comtoise et qui voyait avec inquiétude les troupes françaises se masser sur la frontière. L'affaire aurait pu en rester là mais Gaston revint à Besançon le 3 août et, malgré l'hostilité des parlementaires comtois, se retrancha avec ses troupes dans les terres dites de surséance situées au nord de la province : Saint-Loup, Fougerolles, Vauvillers, Ruaux.

11Non contents de recruter en dépit des édits, les orléanistes mirent les villages qu'ils occupaient à contribution et bientôt, lassés des brimades et des vols, les habitants se révoltèrent et prirent les armes contre les soldats. Un envoyé du Parlement négocia en vain le départ du duc d'Orléans. Les troupes royales du maréchal de La Force poussant quelques reconnaissances vers Passavant-la-Rochère, menaçaient les insurgés, aussi la cavalerie de Gaston chevaucha vers Montbéliard pour faire montre d'armes devant le commissaire impérial qui s'y trouvait et se mettre ainsi au service de l'empereur Ferdinand. Espérant se loger dans les villages comtois, les cavaliers durent renoncer : le gouvernement local interdit tous logements, fit occuper les passages de la Montagne vosgienne par des miliciens de Faucogney, ne laissant de libre que la route de Montbéliard par Luxeuil et Lure, enfin bloqua l'infanterie toujours logée à Fougerolles, laquelle, serrée de près par la garnison du château et menacée par les Français, se retira finalement en Lorraine. Le 4 octobre 1631, deux mille chevaux et mille cinq cents fantassins royaux commandés par le marquis de Bourbonne pénétraient à leur tour dans les terres de Saint-Loup, Fougerolles et Val-d'Ajol puis se retirèrent sans avoir commis de dégâts.

12La situation se décanta au milieu du mois d'octobre. A Dole, le bruit courait que Gaston d'Orléans se dirigeait vers Sedan, et, tandis que les troupes françaises regagnaient la Champagne, une partie des cavaliers logés à Montbéliard fut envoyée à Horbourg en Alsace. Le reste quitta la ville autour du 15 décembre et prit une destination inconnue. Le 24 octobre, un détachement français conduit le marquis de Coublans pénétra sans permission en Comté et occupa l'enclave de Rigny vers Gray. Il menaça de passer l'hiver à Fresne-Saint-Mamès, autrepar enclave française située vers Soing. Etait-ce une initiative personnelle du marquis ou une première réponse à l'accueil de Gaston d'Orléans en Franche-Comté ? Toujours est-il que la Cour du Parlement se plaignit au maréchal de La Force et, après sortie du dit contingent, l'affaire n'eut pas de suite.

13En Lorraine en revanche, à force de provocations, les relations avec la France s'étaient nettement assombries. La cession de Vic et de Moyenvic aux Impériaux, l'intervention du duc Charles IV en Allemagne et surtout l'accueil de Gaston à Nancy et les promesses de ses fiançailles avec la propre sœur de Charles, Marguerite de Lorraine, furent des motifs suffisants pour que Richelieu ordonnât la première entrée des troupes françaises en Lorraine, où en décembre 1631, elles assiégèrent et prirent Moyenvic. Contraint de signer le traité de Vic (6 janvier 1632), Charles IV cédait des places aux Français, leur accordait le libre passage sur ses terres, enfin s'engageait à observer une stricte neutralité et à s'opposer au mariage de Gaston et de Marguerite, clause inutile puisque celui-ci venait d'être célébré secrètement. Ainsi dès 1632, la France ouvrait une première porte sur l'Allemagne, une première brèche sur le chemin de ronde espagnol...

14L'inconstance du duc Charles lui donna l'occasion de conforter ses positions en Lorraine. Celui-ci avait en effet reçu une nouvelle fois Gaston d'Orléans dont les troupes pénétrèrent dans le Bassigny vers le 10 juin et poussèrent quelques reconnaissances autour de Gray avant de marcher sur la Loire, poursuivies par La Force et Schomberg. Richelieu pouvait à nouveau intervenir et imposer à Charles IV un autre traité, celui de Liverdun (26 juin 1632), qui renouvelait les clauses du précédent tout en cédant à la France Stenay, Jametz et le comté de Clermont.

15Cette nouvelle invasion inquiéta les Comtois. La route du nord risquait d'être fermée et de fait, deux compagnies de cavalerie levées en Comté par les capitaines La Muyre et Moustier durent gagner le Luxembourg avec dix jours de retard : les Français leur avaient interdit le passage prévu début mai. En outre, le Parlement ignorait la destination des troupes encore massées dans le duché de Bourgogne. Début juillet finalement, une partie d'entre elles retourna sur Paris, l'autre traversa la Lorraine pour gagner le Rhin et tenter d'occuper les places fortes que l'électeur de Trèves comptait céder à la France.

16De cette région de la moyenne vallée du Rhin devait survenir un danger plus considérable : postés dans les villes qu'ils avaient précédemment conquises, les Suédois pouvaient menacer directement les garnisons espagnoles du Palatinat mais aussi, en franchissant le fleuve, envahir à tout instant l'Alsace autrichienne, la Lorraine ou la Franche-Comté. Bien que Gustave-Adolphe eût gagné la Bavière au printemps de 1632, il avait laissé Bernard de Saxe-Weimar et ses troupes sur le Rhin, aussi le péril demeurait.

17Le 7 septembre, la Cour fut avisée que des détachements suédois s'avançaient déjà vers Colmar et qu'ils risquaient de fondre sur Montbéliard pour en chasser les Impériaux. Le 20 juin 1632, la Cour du Parlement demanda aux trois baillis de désigner leurs officiers et faire montre d’armes pour être prêts à toute éventualité. En juillet, les conseillers Pétrey et Girardot se chargèrent de visiter toutes les places de la province et reconnaître leur état. Il faut dire aussi que dès le 5 juin, la ville de Strasbourg avait signé un traité d'alliance avec le roi de Suède, autorisant de fait le libre passage sur le Rhin. Tout aussi inquiétantes étaient les rumeurs d'une entente entre Gustave-Adolphe et les cantons protestants de Suisse, rumeurs qui s'amplifièrent encore au cours de l'automne.

18riaux qui s'y trouvaient. De plus, on avertit qu'une grande armée qui venait de défaire les troupes de l'Empereur, s'apprêtait à franchir le Rhin. Aussitôt, les villes comtoises furent munitionnées et approvisionnées, l'artillerie vérifiée, les châteaux frontaliers pourvus de garnisons.

19Tandis que Saxe-Weimar restait en Basse-Alsace. Gustave Horn et le rhingrave Othon Louis entreprenaient la conquête des places alsaciennes défendues par les Impériaux du général Montecuculli et du marquis de Bade. Fin-septembre, les Suédois assiégeaient Benfeld, en novembre Sélestat, en décembre Colmar défendue par le colonel Vernier. En Franche-Comté, il va sans dire qu'on accéléra les préparatifs militaires : du grain fut remisé à Salins et tandis que l'archevêque de Besançon, commis au gouvernement avec le Parlement, écrivait aux Suisses pour savoir quels secours la Comté pourrait espérer, on fit travailler aux fortifications de Gray et on décréta une montre générale de la milice pour la fin de novembre.

20Le 19 de ce mois, les Suédois furent signalés à Rouffach ; à cette date, ils avaient entre autres conquis Benfeld, Markolsheim, Dambach. Bergheim, Eguisheim, Turckheim, Appenwihr... ; le 24, une dépêche annonça encore la chute de Sélestat et du château de Ribeaupierre. La mort de Gustave-Adolphe survenue à Lützen le 16 novembre et révélée en Comté le 2 décembre ne calma guère les inquiétudes. Pour Froissard de Broissia, les Suédois avaient l'intention de passer l'hiver en FrancheComté ; pour d'autres conseillers, c'était le comté de Ferrette qui serait visé de même que l'évêché de Bâle dont le prince ne cachait pas ses sympathies envers l'Empereur. Toujours est-il qu'en cette fin d'année 1632, on craignait beaucoup pour Lure et Besançon, terres d'Empire.

21A la veille de Noël, seules Colmar, Belfort et Thann n'avaient pas encore ouvert leurs portes aux Suédois, or Thann était menacée dès le 31 et le 2 janvier 1633, Othon Louis assiégeait Belfort qui tomba le 5, après une défense jugée peu glorieuse. On imagine l'émoi que suscita en Franche-Comté la prise de Belfort : aussitôt, le gouvernement fit publier « l'éminent péril » et vers le 10 janvier, la milice du bailliage d'Amont, le ban des féodaux, six cents chevaux et quatre régiments d'infanterie commandés par le marquis de Conflans furent envoyés sur la frontière orientale. Quelques jours plus tard, Othon Louis conduisit trois cents chevaux pour reconnaître Lure, mais voyant les troupes comtoises à proximité, il décida de ne rien entreprendre. Le marquis de Conflans et le conseiller Girardot sollicitèrent quelque assistance pour cette ville, seulement le gouvernement comtois refusa : « Mr l'Archevêque et la Cour ne furent pas d'avis qu'on se mêla de Lure pour ce qu'en prenant la défense, c'était [se] mêler aux guerres d'Allemagne. »

  • 4 Grudler (Christophe), "Février 1633, la révolte des paysans du Sundgau d'après une correspondance (...)

22Après un mois d'attente, les compagnies comtoises commençaient à se retirer de la frontière mais le marquis de Conflans fit patienter le gros des troupes. Bien lui en prit ! Le 13 février 1633, tandis qu’en Comté on commentait avec effroi le massacre des paysans sundgauviens révoltés contre l'envahisseur4, le rhingrave Othon Louis marchait sur Lure par Ronchamp. Conflans rassembla alors ses troupes à Granges et attendit du renfort. La Cour lui ayant interdit d'avancer, il se contenta de poster ses hommes le long de la frontière et de repousser les quelques bandes de Suédois qui tentaient d'entrer en Franche-Comté.

23Le siège de Lure ne dura en réalité que quelques jours, du 13 au 19 février. Le rhingrave avait installé ses quartiers à Magny-Vernois, au pied de la colline de Saint-Martin, enfin au bas de Montchatey. En outre, les ponts sur l'Ognon et le Rahin furent gardés pour éviter les surprises et assurer le passage des munitions qui venaient du comté de Montbéliard. Seulement, la pluie vint tout compromettre : les eaux montèrent et les Lurons ayant de plus détruit les barrages de la tannerie, toute la campagne autour de la ville fut inondée, rendant impossible l'utilisation de l'artillerie. Le 18, les Impériaux réussirent à munitionner la garnison de Lure et le lendemain, le siège était levé : constatant son échec, Othon Louis s'en retournait sur Belfort en abandonnant ses canons. Quelques jours plus tard, il quittait la région pour l'Alsace tandis que les troupes comtoises regagnaient progressivement leurs terres d'origine, à l'exception de quelques compagnies de volontaires qui demeurèrent dans les bourgs et les châteaux jusqu'au 22 mars.

24La menace d'une invasion suédoise s'estompait mais au comté de Bourgogne, on faisait les comptes et on tirait les premières conclusions. L'alerte avait coûté 120 000 francs à la province en frais de logement et d'entretien de troupes ainsi qu'en travaux de fortifications, une somme que le gouvernement bruxellois interdit de déduire du don gratuit nouvellement accordé au roi par les Etats de Franche-Comté. Des villages se plaignirent d'avoir eu à débourser jusqu'à trois ou quatre cents francs, les villes bien davantage comme Luxeuil qui dépensa 3 010 francs. De plus, l'armée avait démontré son manque d'organisation : retard des levées, absence du ban féodal, ravitaillement insuffisant et mal réparti... Enfin, la neutralité comtoise interdit toute aide en faveur de Lure, mais la prise de cette ville n'aurait-elle pas porté un préjudice particulièrement grave à la sécurité de la province ? Verrouillant la Porte de Bourgogne, l'ennemi aurait disposé d'une fenêtre ouverte sur le bailliage d'Amont, sur la route de Vesoul et de Besançon. La neutralité protégeait les frontières, mais d'un autre côté, empêchait toute intervention pour éviter qu'on ne les menaçât. Telle était sa contradiction...

25L'Alsace autrichienne envahie, la Lorraine menacée d'une occupation française, les garnisons espagnoles chassées du Palatinat rhénan, l'armée des Pays-Bas tenue en échec par les Hollandais, la situation militaire ne favorisait plus beaucoup la politique des Habsbourg en ce début d'année 1633, aussi l'Espagne décida-t-elle d'envoyer au Milanais le propre frère du roi Philippe, don Ferdinand d'Autriche surnommé le Cardinal-Infant. Celui-ci débarqua à Gênes avec une armée et parvint à Milan le 24 mai 1633, seulement, faute d'argent — le mal chronique des troupes espagnoles au xviie siècle — don Ferdinand ne put être prêt pour la campagne qui commençait. Il chargea donc le duc de Féria, gouverneur du Milanais, de gagner l'Alsace avec une partie seulement des contingents. Au comté de Bourgogne, le gouvernement reçut l'ordre de lever un régiment pour le joindre aux troupes de Féria, sitôt leur arrivée en Alsace. Les quartiers s'ouvrirent dès le mois de mars, puis on attendit...

26A la fin du printemps, les événements se précipitèrent. Le 25 mai, on annonçait la présence des Suédois à Masevaux et la reprise des combats en Alsace. Le comte de Montecuculli, les barons comtois de Soye et Savoyeux furent capturés ; Pierre de Montaigu trouva la mort au cours d'une escarmouche. En juillet, Haguenau et Brisach furent assiégées et en Comté, où l'on ne savait déjà plus quoi faire des troupes en quartiers qui ruinaient les campagnes, les bruits les plus alarmistes couraient. Et ils se renforcèrent encore quand l'armée française envahit la Lorraine et mit le siège devant Nancy. « L'Alsace et la Lorraine étaient nos barrières, écrivait Jean Boyvin, si l'on les laisse forcer on nous passera fort aisément sur le ventre. » En septembre enfin, l'inquiétude monta encore d'un cran quand on apprit que la principauté de Montbéliard avait demandé et obtenu la protection du roi de France. Lassée de loger des Impériaux depuis 1629, craignant autant les Lorrains de Charles IV que les Suédois, Montbéliard acceptait donc une garnison française qui, dès le 1er octobre 1633, faisait son entrée en ville sous le commandement du marquis de Bourbonne. Ainsi, les Suédois occupaient toute l'Alsace, assiégeaient Brisach ; les Français contrôlaient la Porte de Bourgogne, tenaient Nancy, Charmes, Châtel-sur-Moselle, et Richelieu imposait au duc de Lorraine le traité de Charmes qui plaçait Nancy sous séquestre jusqu'à l'annulation du mariage de Gaston et de Marguerite. Jamais la situation n'avait été aussi périlleuse qu'à l'automne de 1633 et tout dépendait désormais de l'armée de secours conduite par le duc de Féria dont, enfin, on signalait l'approche.

  • 5 Rott (Edouard), Histoire de la représentation diplomatique de la France auprès des Cantons suisses (...)

27Parti de Milan avec huit mille fantassins et mille deux cents cavaliers, Féria était entré en Valteline le 22 août 1633. Après bien des vicissitudes et de longs détours pour éviter l'ennemi présent à Constance et dans la vallée du Rhin5, il n'arriva en Alsace que vers le 10 octobre. Les Espagnols, auxquels s'étaient joints des soldats impériaux, entreprirent alors de chasser les Suédois. Le 18, le parlement de Dole apprit la délivrance de Brisach, le 29, celle de Belfort. Désireux de poursuivre sa route plus au nord, Féria demanda le régiment bourguignon promis par les Comtois ainsi que l'assistance des trois autres, ceux de l'armée régulière des Pays-Bas qui s'étaient refaits en Franche-Comté. La jonction eut lieu à Giromagny le 13 novembre 1633. Enfin, les bourgs et les villes de la province se trouvaient débarrassés de tous ces soldats qui occupaient littéralement le pays depuis le printemps !

28Le gouvernement de Bruxelles avait en effet ordonné des quartiers de recrutement pour les trois régiments comtois d'infanterie qui combattaient aux Pays-Bas et au Palatinat depuis la reprise des hostilités. Dirigés par les colonels Maisières, Moncley et Balançon, ils devaient lever chacun mille hommes. Marc-François de Rye, comte d'Arberg, reçut le commandement du quatrième, celui que l’on destinait à Féria. Il était prévu qu'il comptât deux mille quatre cents fantassins et cinq cents chevaux mais dès le mois d'avril, l'Infante ordonna la levée de trois compagnies supplémentaires. En Franche-Comté, on avait rarement vu autant de soldats et le Parlement eut beau protester et rappeler les franchises de la province, il dut assurer l'entretien, le logement et la nourriture de ces troupes et veiller à éviter désordres et désertions. Tout se serait encore convenablement passé si les Français, envahissant la Lorraine au début de mai, n'avaient bloqué les routes du nord et immobilisé toutes les recrues en Franche-Comté. Nul ne savait combien de temps elles allaient rester !

29On dut donc organiser de nouveaux quartiers et surtout, trouver de l'argent pour continuer à payer les soldats dont l’entretien revenait à 2 500 francs par... jour. Ainsi, on imposa les villes, on recourut à l'emprunt, on puisa dans les caisses de la province sans savoir si la Couronne rembourserait un jour. Bref ! On affaiblit les réserves d'argent et de vivres de la Comté, on lassa les populations tourmentées chaque jour par des soldats désœuvrés et de plus en plus violents dans la mesure où, faute de subsides, ils avaient moins de nourriture et de commodités à leur disposition... Il fallut toute la patience et l'opiniâtreté d'un Ferdinand de Rye, lequel exhortait les Comtois à tenir bon, pour que tout se déroulât sans trop de difficultés jusqu'au 13 novembre, date du départ des quatre régiments pour l'Alsace. Et encore, Féria n'avait-il pas envisagé un moment d'arrêter et de rafraîchir ses trente mille soldats en Comté, ruinant ainsi la province avant de gagner les Pays-Bas ? Fort heureusement, l'urgence des secours et la présence française en Lorraine firent annuler le projet et le duc envoya même 7 000 écus aux Comtois pour les frais de « délogement ». Toujours est-il qu'en 1633, le séjour des soldats royaux coûta plus de 600 000 francs à la Franche-Comté, sans compter ce qui ne peut être chiffré comme les vols, les dégâts commis dans les villes, les intérêts des emprunts...

30Or, un tel sacrifice n’eut même pas d'effet durable : bien que l'Alsace eût été délivrée des Suédois, à l'exception des villes de Benfeld, Sélestat et Colmar, tout fut bientôt réduit à néant : peu habituées aux hivers rudes, décimées par les épidémies de toutes sortes, les troupes de secours furent anéanties en l'espace de quelques semaines. Le duc de Féria mourut en février 1634 et on ignore même si les recrues comtoises parvinrent sans encombre à leur destination. Le 1er décembre 1633, l'infante Isabelle disparaissait aussi, laissant les Espagnols seuls maîtres des Pays-Bas et de la Franche-Comté de Bourgogne. Les Comtois perdaient donc celle qui avait été leur princesse souveraine, puis leur gouvernante depuis 1621, une gouvernante dépossédée de tous ses pouvoirs et constamment surveillée mais qui pour eux incarnait toujours « l'heureux temps » des Archiducs, de la paix, de l'autonomie, du xvie siècle...

De Nordlingen à la déclaration de guerre

31Ainsi, l'Alsace oublia vite le passage du duc de Féria et dès la mi-février 1634, les Suédois reprirent leurs raids, saccageant Rouffach, Soultz, Guebwiller... De leur côté, fidèles à la politique de Richelieu, les troupes françaises continuaient d'accorder leur « protection » aux villes menacées par les soldats du feu roi Gustave-Adolphe ; c'est ainsi qu'elles s'installèrent à Saverne et Haguenau, puis à Colmar et Sélestat : « Les Français se protestaient amis de l'Empire, notait Jean Girardot, et pour préserver (disaient-ils) les pays et villes qui en dépendaient d'une totale désolation, ils les recevaient sous la sauvegarde et protection de leur Roy », une pratique que le langage imagé de Jean Boyvin résumait d'une phrase : « les Suédois battent les buissons et les Français ramassent les oiseaux. » Quant au duc de Lorraine, après avoir faussement abdiqué en faveur de son frère Nicolas-François le 19janvier 1634, il s'était mis au service de l'Empereur mais ne quittait pas la région, espérant toujours regagner ses Etats occupés.

32Poursuivant leur reconquête vers le sud, les Suédois d'Othon Louis et de Gustave Horn assiégèrent Rheinfelden, menacèrent une nouvelle fois Brisach, reprirent Thann, puis Belfort (le 15 mars) après avoir défait les Impériaux de Charles IV et du marquis de Bade à Watteviller-lès-Cernay. A nouveau inquiétée, Lure dut demander protection à Louis XIII et le 25 mars, le colonel Hebron en prenait possession au nom de la France. Le même sort attendait Porrentruy. ville appartenant à l'évêque de Bâle : tombée aux mains des Suédois le 20, elle passa sous le contrôle des Français quelques jours plus tard ; il fallut seulement verser 6 000 rixdales aux Suédois mécontents d'être ainsi spoliés de leur conquête.

33Face à ce nouveau péril qui menaçait leurs frontières, les Comtois mobilisèrent leur armée. Ils leur fallait surveiller les Suédois mais aussi les Impériaux vaincus qui, poursuivis par Othon Louis, ne savaient où se réfugier. Etablis dans un premier temps à L'Isle-sur-le-Doubs et pensant gagner Lure, ils durent rebrousser chemin et se diriger vers Porrentruy. Là encore, l'avance suédoise les bloqua à Saint-Hippolyte et à Montjoie et ils furent contraints de faire demi-tour. Ces réfugiés indésirables embarrassaient bien les Comtois qui ne pouvaient que surveiller leur marche, fermer les passages et éviter les pillages. Charles IV, logeant tantôt à Vercel, Omans ou Besançon, recrutait en dépit des édits et sollicitait l'aide du gouvernement comtois, lequel jugea bon d'écrire au roi de France, lui certifiant le strict respect de la neutralité et l'interdiction des levées en faveur des Impériaux.

34Ceux-ci demeurèrent à L'Isle jusqu'à la fin du mois de mars. Charles de Lorraine promit de faire lever le camp le 1er avril, mais comme au jour dit rien ne bougea, huit cents miliciens de la Montagne comtoise se rendirent à L'Isle-sur-le-Doubs et obligèrent les Impériaux à vider les lieux. Le 4 avril, il ne restait plus que le prince Nicolas-François qui avait également fui la Lorraine et qu’on autorisa à prendre la route d'Italie par Omans. Et le calme revint sur la frontière orientale, un calme que le parlement de Dole aurait bien voulu mettre à profit pour améliorer les fortifications vétustes du pays, mais que faire sans ressources ? Les troupes royales en quartiers l'année précédente avaient vidé toutes les réserves de la province et l'Espagne ne semblait guère disposée à délivrer quelques aides. Pour l'instant, une seule chose retenait son attention : la marche de l'armée d'Italie commandée par le Cardinal-Infant.

35Forte de dix mille fantassins et mille deux cents cavaliers, celle-ci pénétrait en Valteline le 26 juin 1634 et parvenait à Innsbruck le 17 juillet. S'étant unie aux Impériaux de Gallas, elle franchit ensuite le Danube et, le 6 septembre, écrasa les troupes de Horn et Saxe-Weimar à Nordlingen, une victoire qui, selon Georges Pagès, représentait « dans l'histoire de la Guerre de Trente Ans l'une des dates décisives ». Ensemble, les Habsbourg d'Autriche et d'Espagne avaient largement redressé la situation à leur avantage.

36La conséquence immédiate de la victoire du Cardinal-Infant fut l'évacuation de l'Alsace par Othon Louis. Les places que détenaient les Suédois passèrent alors sous le contrôle français à l'exception de Benfeld. Le 5 octobre, le partisan Pierre Oriel profita du départ de la garnison pour reprendre Belfort et la replacer sous l'autorité impériale. Ainsi, en cette fin d'année 1634, le roi de France était maître de toute l'Alsace, sauf du Sundgau, et, tandis que Ferdinand d'Autriche faisait une entrée triomphante à Bruxelles, Louis XIII chargea le duc Henri de Rohan d'une double mission : achever la conquête de l'Alsace puis couper la route aux armées de secours, autrement dit, chasser les Espagnols de Valteline. Car maintenant que les adversaires de l'Empereur avaient été écrasés, il fallait préparer l'intervention directe de la France dans la guerre de Trente Ans.

37Aussi, dès janvier 1635, Rohan rassembla ses troupes en Lorraine et du 17 au 25, il les fit passer à Montbéliard en traversant le territoire comtois. Le 29 enfin, il marchait sur le Sundgau. Pendant plusieurs mois, dans une province alsacienne complètement ravagée par la guerre, les Français de Rohan et les Impériaux de Charles IV s'affrontèrent et se pourchassèrent. Belfort resta aux mains d'Oriel mais les petites villes comme Altkirch tombèrent. En outre, Charles de Lorraine, sans bases et sans ravitaillement, était constamment obligé de se replier sur Brisach et le Rhin ; il aurait bien voulu utiliser la Franche-Comté comme place d'armes et demanda même l'assistance du régiment d'infanterie de Louis de La Verne, lequel avait été levé l'année précédente sur ordre du gouvernement bruxellois et qui stationnait dans les villes comtoises. Les protestations du parlement de Dole, soucieux de préserver la neutralité, restèrent sans suite : bien qu'il eût obtenu la permission du Cardinal-Infant, Charles IV dut s'enfuir une nouvelle fois vers Mulhouse, aussi le régiment La Verne resta-t-il en Comté.

38Le 14 mars 1635, cinq à sept cents cavaliers impériaux franchirent le pont de Voujeaucourt et ravagèrent la seigneurie montbéliardaise du Châtelot. Ils furent chassés par Rohan et le maréchal de La Force venu en renfort depuis la Lorraine. Après avoir dévasté le Sundgau et incendié les châteaux de Ferrette, Morimont, Altkirch et Rouffach, les troupes françaises quittèrent l'Alsace et marchèrent sur la Valteline ; celles de La Force regagnèrent Remiremont.

39Or, dès la mi-avril, les Impériaux revinrent sur Montbéliard. Ils investirent la principauté et se postèrent sur la frontière comtoise. Aussitôt, la Cour envoya un ambassadeur auprès du duc de Lorraine pour le supplier de ne pas pénétrer en FrancheComté en vertu des traités de neutralité. Dans le même temps, le sieur d'Andelot gagnait Bruxelles avec mission de convaincre Ferdinand d'Autriche de ne pas céder le régiment La Verne aux Impériaux. Seulement, le nouveau gouverneur des Pays-Bas ne revint pas sur sa décision précédente et dès le 15 avril, le colonel La Verne fit rassembler ses recrues à Baume et Clerval avant de marcher sur Pont-de-Roide et Saint-Ursanne.

40Malgré la levée des miliciens de la frontière, les Impériaux entrèrent à plusieurs reprises en Franche-Comté et y commirent des dégâts, incendiant Valonne, pillant les villages autour de Pont-de-Roide et de Vesoul. Les parlementaires multiplièrent les plaintes auprès du duc de Lorraine mais celui-ci ne les écouta même pas. L'émotion fut à son comble quand le 1er mai 1635, on annonça le retour du maréchal de La Force sur la frontière de Lorraine. Aussitôt, quelques régiments impériaux s'y transportèrent et ravagèrent les environs de Jonvelle et de Jussey. Comprenant que les deux armées risquaient de s'affronter sur le territoire comtois, le gouvernement fit publier « l'éminent péril », l'édit qui ordonnait la levée de toutes les forces comtoises pour six semaines.

41Le 5 mai, La Force s'installait à Baudoncourt-lès-Luxeuil ; le 8 il était à Lure et Ronchamp où il fut rejoint par le cardinal de La Valette et le comte de La Suze ; le 15 enfin il logeait ses soldats à Héricourt et Montbéliard. Abandonnant la principauté des Wurtemberg, les Impériaux se replièrent sur Belfort, Porrentruy et Montjoie. Charles IV tenta seulement de couper les lignes françaises vers Mélisey mais dut se retirer après deux jours d'escarmouches. Le 28, il quittait Belfort pour Brisach en laissant une partie de ses troupes vers Porrentruy.

42Le calme revint sur la frontière, mais loin de renvoyer les miliciens comtois dans leurs foyers, le parlement de Dole publia au contraire une prolongation de « l'éminent péril ». Il faut dire qu'entre temps, un événement capital venait de se produire : le 19 mai 1635, la France avait déclaré la guerre à l'Espagne... Inévitable depuis l'écrasement des Suédois à Nordlingen, l'intervention française dans la guerre de Trente Ans avait néanmoins été retardée pour permettre aux généraux et aux diplomates d'agir au mieux des intérêts du royaume. Finalement, ne pouvant plus différer son engagement à la suite de l'enlèvement par les Espagnols de l'électeur de Trèves, la France entrait en guerre aux Pays-Bas, lançant ses armées contre celles du Cardinal-Infant.

La neutralité comtoise serait-elle préservée ?

43Telle était en effet la question que tous les Comtois se posaient en cette fin de mai 1635 et leur appréhension paraissait d'autant plus vive que dès le 18, des observateurs avaient signalé la présence d'une armée de dix-huit mille hommes vers Langres. En outre, la Cour venait de recevoir une lettre de Louis XIII qui accusait les Comtois de tous les maux récemment survenus dans la région pour avoir donné retraite et assistance au duc de Lorraine, « ce qui est contraire à la neutralité de longtemps observée à l'égard de nos états et du Comté ». Aussi, l'ambassadeur comtois Belmont, envoyé à Bruxelles auprès de don Ferdinand, jugea-t-il bon de faire un détour par Dijon pour certifier au prince de Condé, gouverneur de Bourgogne, que les clauses de la neutralité seraient loyalement respectées.

  • 6 Villars-Saint-Marcellin, aujourd'hui village de Haute-Marne, canton de Bourbonne.

44Le 30 mai 1635, tandis que La Force se dirigeait vers l'Allemagne pour tenter de secourir les Suédois, vingt cavaliers français en poste dans le Bassigny pénétrèrent dans le village de Villars-Saint-Marcellin6 et, menaçant les habitants, arrachèrent les armes du roi d'Espagne. Profitant du départ de La Force, le marquis de Conflans, maréchal des troupes comtoises, fit ramener à Vesoul toutes les munitions que le duc de Lorraine avait abandonnées à Luxeuil et s'empara même des blés que les Français avaient entreposés au château de Granges.

45La route de l'Allemagne étant barrée par Gallas, La Force gagna alors la principauté de Porrentruy et entreprit sa reconquête. Il reçut un renfort de six mille Suédois qui, venant de Lorraine, pillèrent les faubourgs de Faucogney le 3 juin puis tentèrent en vain d'investir la place de L'lsle-sur-le-Doubs. Le 9 juin, La Force emportait le château de Montjoie ; le 13, le Comtois Louis de La Verne, enfermé depuis onze jours à Porrentruy, se rendait et évacuait la ville. Le retour du régiment La Verne en Comté eut au moins un effet positif : après avoir obtenu la permission royale qu'ils sollicitaient depuis plusieurs mois, les parlementaires signaient avec le colonel un traité qui plaçait ses troupes à la disposition de la province. Pour l'instant, les compagnies furent réparties dans les trois villes principales de la Comté, Dole, Gray et Salins d'où on pourrait les tirer en cas de besoin. Elles y demeurèrent finalement jusqu'à la fin des hostilités.

46En Lorraine, les Impériaux de Charles IV et de Jean de Werth gagnaient du terrain, reprenant Saint-Dié et Remiremont (11 juillet), repoussant les Français vers le nord. A nouveau, des soldats lorrains et croates se massèrent le long de la frontière, demandant des vivres. Et en dépit de la neutralité, les Comtois reçurent l'ordre d'approvisionner en blé ces troupes ainsi que la garnison de Brisach. La quantité de munitions fut fixée à 24 000 mesures de Dole — soit environ 360 tonnes — les Impériaux s'engageant à en payer la moitié sans délai. Malgré l'ampleur des réquisitions passées et le mal de peste qui commençait à gagner les villes de la province, le gouvernement s'exécuta, craignant les pillages en cas de refus. Le 24 juillet, il en fit livrer 6 000 mesures et apprit en même temps qu'on annonçait la venue prochaine des régiments impériaux au grand complet. « Dieu veuille qu'avant leur arrivée, la France soit ouverte et que ce déluge d'hommes ne nous inonde pas, » priait alors le conseiller Girardot.

47Les soldats étrangers retournèrent en Lorraine et en Alsace vers le 10 août. La Cour qui avait été contrainte de prolonger « l'éminent péril » au-delà des six semaines réglementaires, souhaitait maintenant diminuer les effectifs en service, lesquels coûtaient 23 000 francs par mois d'entretien, sans compter la solde du régiment La Verne estimée à 18 000 francs. Seulement, les Impériaux n'étaient jamais très loin et de temps à autre, une troupe venait piller les environs. Aussi, la réduction de l'armée comtoise ne fut effective qu'à partir du 7 septembre et encore conserva-t-on cinq cents fantassins qui furent envoyés à Jonvelle, Jussey, Luxeuil, Faucogney, Mélisey et Favemey, ainsi que six compagnies de cinquante chevaux mises en quartiers dans les villes.

48Au début d'octobre, tandis qu'impériaux et Franco-Suédois s'observaient sans combattre vers Dieuze en Lorraine, les garnisons françaises de Montbéliard et du duché de Bourgogne multipliaient les vols et les provocations en Comté, vers Gray, Pesmes et Arcey notamment. Déjà auparavant, des marchands comtois avaient été arrêtés en traversant le Bassigny, quelques pillages avaient eu lieu, mais des lettres de doléances adressées au parlement de Dijon et au prince de Condé réglaient généralement les problèmes. Cette fois, les plaintes n'eurent aucune réponse. L'assistance apportée aux troupes impériales, les fréquents séjours de Charles IV à Besançon avaient nettement assombri les relations entre les deux Bourgogne.

49Le 18 octobre, la garnison de Brisach demanda encore 100 bichots de blé aux Comtois qui. bon gré mal gré, durent s'exécuter au risque d'accroître encore le mécontentement des Français, et vers la fin du mois, on vit à nouveau des soldats de Charles IV s'installer sur les frontières de Lorraine, exigeant vivres et entretien, usant de violences envers les populations. L’hiver 1635-1636 s'annonçait aussi difficile et menaçant que le précédent...

50Tandis que le prince Bernard de Saxe-Weimar venait de se placer officiellement au service de la France, Gallas, se trouvant à cours de vivres, dut retourner en Alsace pour passer l'hiver. La Cour du parlement de Dole reçut alors deux missives qui n'apaisèrent aucunement ses inquiétudes. Et pour cause ! La première suggérait une possible invasion de la province dès le départ des Impériaux, la seconde enjoignait aux Comtois d'accorder le libre passage et d'assister Gallas si celui-ci le demandait. Fort heureusement, Gallas resta au nord de l'Alsace, en revanche son lieutenant Colloredo vint s'établir dans l'évêché de Bâle et le Sundgau dès la fin novembre.

51En Comté, on savait ce que cela voulait dire et bien que « l'éminent péril » vînt à peine de se terminer, il fallut de nouveau lever des troupes pour protéger les frontières et empêcher les Croates d'entrer. De fait, les Impériaux investirent Montbéliard dès le 14 décembre et occupèrent les villages de la principauté. Vers le 20, des bandes de cavaliers franchirent le Doubs à Voujeaucourt et Pont-de-Roide et, comme l'an passé, mirent au pillage les villages comtois situés au-delà. Au même moment, les troupes françaises, chargées de chasser les Lorrains de la frontière, dévastèrent les environs de Jonvelle. Enfin, la garnison de Lure, imposant les villages voisins à son entretien, lançait des courses jusque vers Adelans. Et ce n'était pas terminé : après une légère accalmie entre Noël et la mi-janvier due au retrait momentané des Impériaux, les incursions et les pillages reprirent de plus belle, l'Alsace dévastée par quatre années de guerre ne pouvant plus nourrir aucun soldat ; « il n'y a une telle disette, écrivait par exemple un habitant de Cemay, qu'à peine les soldats trouvent du pain de gland, les puissants mangent communément la chair de cheval mort, même des pauvres dans cette ville ont mangé un soldat mort qu'avait demeuré dans la campagne deux jours sans [être] enterré ». Les troupes se rabattaient donc sur le Pays de Montbéliard et, quand elles le pouvaient, sur la Comté. Le 23 janvier 1636, en dépit de la présence de miliciens comtois, tous les villages de la terre de Villersexel furent pillés, Villargent et Villers-la-Ville incendiés.

52Et que faire sans d'argent ? Les communautés du pays lassées d'avancer la solde de leurs miliciens qui avaient depuis longtemps dépassé leurs trois mois de service, refusaient de contribuer davantage : les postes de garde étaient abandonnés par les hommes qui retournaient chez eux et les capitaines ne savaient plus où prendre les relèves. La Cour songea à réquisitionner les 28 000 francs qui se trouvaient dans la caisse des salines de Salins, possessions du roi d'Espagne, mais elle s'attira aussitôt les remontrances du Cardinal-Infant et dut restituer la somme dont l'emploi était d'ores et déjà réservé. De fait, la plus grosse part des 28000francs échut à... Gallas qui avait sollicité une nouvelle aide alimentaire de la Comté et accepté finalement la contrepartie financière proposée par les Espagnols.

53Les troupes de Collorédo levèrent le camp en février mais jusqu'à la fin du mois de mars, des bandes de cavaliers continuèrent à piller les environs de la Porte de Bourgogne. La présence militaire impériale n'avait pratiquement rien modifié dans la région puisque Lure, Montbéliard et Porrentruy restaient sous le contrôle des Français même si les petites places voisines comme Delle, Roppe, ou Grandvillars leur échappaient encore ; seules Saint-Ursanne et Thann avaient été reconquises : la première avait massacré sa garnison en octobre 1635, la seconde ouvrit ses portes aux Croates qui l'avaient assiégée. Le retrait de Colloredo fut accueilli comme il se doit avec un grand soulagement en Franche-Comté, mais le danger s'était à peine éloigné qu'un autre se profilait aussitôt à l'horizon. Cette fois, l'attention se porta sur la frontière occidentale, celle du duché de Bourgogne et du Bassigny, où depuis quelques mois, les signes les plus inquiétants se multipliaient.

54Le 28 février en effet, La Force et Gassion s'approchèrent de Jonvelle, aussi la Cour s'empressa-t-elle d'y faire passer deux compagnies de cavalerie. La Force protesta et le 5 mars laissa ses troupes piller Montcourt, Bourbévelle et Godoncourt où la moitié des maisons furent incendiées et deux cents villageois emmenés prisonniers. Mais ce n'était là que provocation. L'annonce d'un passage imminent de Weimar le long de la frontière et l'installation de troupes françaises dans tous les villages du Bassigny troublèrent bien davantage le gouvernement comtois.

55Divers avis, tous alarmants, parvinrent à la Cour. Ainsi, un soldat de la garnison grayloise, de retour de Paris, apprit que « la résolution [était] prise d'entrer dans le comté avec une armée qui doit être conduite par Monsieur le Prince [de Condé] ou quelques autres » ; l'ambassadeur de Savoie à Paris écrivit la même chose : « Le roy de France veut attaquer puissamment ce comté de Bourgogne en personne afin de divertir les forces de l'Empire et empêcher la perte de la Picardie et autres provinces de la France. » Il ajoutait « ce qu'à dessein, l'on fait courir le bruit que tous ces préparatifs et munitions sont pour l'Italie », bruit que le prince de Condé se chargea bien d'entretenir : « J'ai eu commandement de m'approcher de vous avec une puissante armée qui était préparée pour le renfort de celle que Sa Majesté a en Italie », confirmait-il aux parlementaires comtois.

56Le 15 mars, alors que Condé et Weimar se rendaient à Paris, deux mille hommes supplémentaires arrivèrent à Dijon. Les derniers propos de Condé n'ayant pas rassuré la Cour, celle-ci s'empressa de lever des troupes et d'écrire aux Suisses pour les informer de la situation et leur demander quelle assistance les Comtois pourraient attendre d'eux, car en vertu de la Ligue Héréditaire conclue au xvie siècle entre les Cantons et l'empereur d'Allemagne, les Suisses étaient tenus de porter secours militairement et diplomatiquement aux habitants du comté de Bourgogne en cas d'agression. Or, les Suisses se contentèrent d'écrire au roi de France pour lui demander ses intentions et lui rappeler les clauses de la Ligue.

57Certains Comtois redoutaient particulièrement l'alliance entre Bernard de Saxe-Weimar et la France, tel ce correspondant anonyme : « Je vous donne pour avis certain que dans peu de temps, ce comté de Bourgogne doit être attaqué par Veymard de Saxe avec des troupes allemandes et autres étrangères que l'on ajoutera, lesquelles ne seront pas avancées par le Roy de France afin d'ôter aux Suisses le mécontentement qu'ils en pourraient prendre. » Le risque était bien réel en effet ; on avait déjà vu les agissements des Suédois en Alsace, alors que Weimar n'était pas encore l'allié officiel de la France...

58Le 17 avril 1636, les Suédois levèrent le camp des environs de Monthureux-sur-Saône et se dirigèrent vers le nord. Le danger ne s'était pas éloigné pour autant, mais le Parlement qui avait décidé de réunir l'armée comtoise au grand complet pour le 8 mai, repoussa son ordre au 18 en dépit de tous les avertissements : « Nous commençons à espérer que ce grand apprêt des Français ne sera pas contre ce pays » répondait-il aux critiques. Or, la suite des événements devait contredire l'optimisme des conseillers : le 4mai, Weimar prenait position autour de Darney, ses troupes recommençant de piller les villages frontaliers (Godoncourt, Montcourt, Gruey, Mailleroncourt...). « Entre Langres et Dijon, notait un observateur bien informé, il y aura 25 mille hommes de pied, 6 mille chevaux et grand nombre de canons. » Tous les généraux devraient s'assembler à Langres où, ajoutait-il, « l'on ouvrira l'ordre qui est [dé]jà arrivé ».

59Cet ordre, Louis XIII l'avait dicté à ses secrétaires dès le 7 mai : ayant constaté qu'en 1631 les Comtois donnèrent retraite à Gaston d'Orléans, ennemi de son frère le roi, qu'ensuite ils portèrent assistance, aidèrent militairement et augmentèrent même les forces de Charles de Lorraine et des Impériaux en dépit des traités de neutralité, « avons résolu [...] de faire passer dans ledit pays de la Franche-Comté l'armée que nous faisons assembler sur nos frontières de Champagne et de Bourgogne dont nous avons donné les commandements à notre très cher et très aimé cousin, le prince de Condé [...], laquelle nous ne voulons pas être employée à conquérir la Franche-Comté [...], mais seulement à faire réparer les infractions dudit traité de neutralité et obliger ceux dudit pays à donner la même assistance à nos armées qu'ils ont rendus à nos ennemis ».

60Ainsi, le sort de la Franche-Comté de Bourgogne était fixé.

61Après le retour de Weimar, tout se déroula très vite. L'archevêque Ferdinand de Rye, revenant sur la précédente décision de la Cour, proposa de déclarer « l'éminent péril » pour le 8 mai, seulement, comme la plupart des communautés de la province avaient déjà reçu l'avis de surséance, la levée de l'armée s'effectua dans le plus grand désordre. Le 10, les Suédois pillèrent à nouveau les villages de la frontière septentrionale, tuant ou rançonnant les habitants. Quatre jours plus tard, ils passaient en Comté et incendiaient Demangevelle, Corre, Saponcourt, Cendrécourt, Ambiévillers, Ormoy, Betoncourt, Vougécourt, Menoux, Venisey, Les Loges, Magny-lès-Jussey, Bourbévelle, Mailleroncourt, enfin Godoncourt dans lequel cent soixante personnes furent passées par les armes.

62Les Comtois envoyèrent leurs protestations à Condé et renouvelèrent les demandes d'assistance auprès des Suisses, du Cardinal-Infant, des ambassadeurs espagnols et de Gallas. Ce dernier proposa de faire entrer en Comté les deux régiments d'impériaux stationnés au val de Delémont, mais les parlementaires refusèrent : ce serait donner aux Français le prétexte qu'ils cherchaient pour envahir la province ; ensuite, la réputation des régiments de l'Empereur n'était plus à faire et on estimait que ces deux-ci ne réunissaient pas plus de « sept cents hommes effectifs et [étaient] chargés néanmoins de grand nombre de femmes et sale bagage ».

63Finalement le 27 mai 1636, après divers mouvements de troupes le long de la Saône, un trompette français apportait aux Dolois une copie de la lettre royale signée le 7 mai à Chantilly ainsi qu'un édit de Condé assurant le respect des biens et des personnes par ses hommes. Le même jour, le grand maître de l'artillerie La Meilleraye franchissait la frontière et investissait Pesmes. La neutralité entre les deux Bourgogne était une fois de plus remise en cause et, tandis qu'à Dole Ferdinand de Rye et les parlementaires se préparaient pour le siège, confiants en l'avenir et sûrs de leurs droits, la plus sombre période de l'histoire comtoise commençait.

64Ainsi, de 1632 à 1636, la Franche-Comté de Bourgogne tenta de préserver l'intégrité de son territoire et d'empêcher l'entrée des forces françaises et impériales qui se disputaient les provinces alsacienne et lorraine. Le danger pouvait venir de partout, d'une invasion des Français ou des Weimariens, plus particulièrement après la déclaration de guerre du 19 mai 1635 ; d'un quartier d'hiver ou d'une entrée des Impériaux qui ne faisaient aucune différence entre provinces alliées et terres ennemies : « Les Allemands sont de fâcheux amis et les Français de très dangereux ennemis », comme le soulignait Jean Boyvin ; enfin d'un affrontement des deux puissances sur le sol comtois comme cela faillit se produire en mai 1635. En définitive, ce fut la menace française qui se concrétisa mais la Comté ne devait pas non plus échapper à l'entrée et au séjour des Impériaux.

65Avec de faibles moyens militaires, le gouvernement de la province ne put empêcher les troupes de passer sur le territoire, soit pour tirer au plus court chemin, soit pour chercher du ravitaillement et picorer. Aussi, avant même que la guerre fût déclarée, bon nombre de villages du bailliage d'Amont en connurent les misères et les horreurs, notamment ceux situés le long des frontières avec Montbéliard. Lure et la Lorraine. Des zones de passage comme la région de Luxeuil, les vallées du Rahin et du Doubs, les terres de Vauvillers et de Jonvelle étaient couvertes de ruines, certaines localités incendiées et désertes, les cultures abandonnées...

66Enfin, au cours de ces années, la Franche-Comté fut progressivement isolée par la France qui occupait les terres voisines et tenait garnisons : Pays de Gex, Bugey. Bresse, duché de Bourgogne. Bassigny, Lorraine, terre de Lure, principautés de Montbéliard et de Porrentruy, Alsace, tout était contrôlé par les troupes de Louis XIII, même Belfort et les petites villes du Sundgau qui allaient bientôt tomber aux mains du comte de La Suze... « Nous sommes maintenant comme dans une île investie de tous côtés de cette mer orageuse », faisait remarquer Jean Boyvin ; « Nous étions comme une île dans la France, cernés et bouclés de tous côtés », confirmait Jean Girardot. Et de fait, en 1636, la seule frontière demeurée libre était celle des Cantons et encore ! La principauté de Porrentruy subissait la « protection » de la France depuis 1634, les comtés de Neuchâtel et de Valangin appartenaient à une famille française, les Orléans-Longueville, enfin le Pays de Vaud dépendait du puissant canton protestant de Berne, peu favorable à l'Espagne. Aussi les Comtois ne pouvaient-ils guère recevoir des secours en provenance du Milanais, d'autant plus que les troupes de Rohan, conformément à la mission qui leur avait été confiée, occupaient les passages de Valteline depuis avril 1635.

67Les sombres prévisions que certains formulaient dès 1633 s'étaient finalement réalisées.

Les opérations de grande envergure (1636-1639)

68Avec l'entrée des troupes françaises et l'investissement de la capitale doloise s'ouvrait véritablement la campagne de Franche-Comté. Après les Alsaciens, après les Lorrains, les Comtois connurent à leur tour toutes les affres d'une guerre sans merci qui pendant huit années dévasta leur province.

69Les années 1636-1639 furent donc celles des grandes opérations militaires, des grandes chevauchées qui mobilisèrent sur le sol comtois plusieurs milliers d'hommes de toutes origines : Français, Lorrains, Hongrois, Croates, Allemands protestants, Suédois, Polonais... Cette première phase de la guerre de Dix Ans débuta par le célèbre siège de Dole et se termina en juillet 1639 avec le départ de Bernard de Saxe-Weimar, l'envahisseur de la Montagne jurassienne.

Le siège de Dole et le séjour des Impériaux

Autour du siège

70Tout a été dit sur le siège de Dole par le prince de Condé. Les contemporains ont en effet laissé plusieurs témoignages et par la suite, les historiens consacrèrent de nombreux travaux à cet épisode considéré comme l'un des plus glorieux de l'histoire comtoise.

  • 7 Boyvin (Jean), Le siège de la vide de Dole, capitale de la Franche-Comté de Bourgogne et son heure (...)
  • 8 J'étais au siège de Dole, 1636, Belfort. 1987. Transcription de Jean Rousseau.
  • 9 Petrey de Champvans (Louis), Lettre de Louis Pétrey sieur de Champvans, à Jean-Baptiste Pétrey son (...)
  • 10 Mémoires et documents inédits de l'Académie de Besançon, t. X et XI, Besançon, 1912 et 1919.
  • 11 Longin (Emile), Ephémérides du siège de Dole, Dole, 1896.
  • 12 Bertin (Pierre), "Une opération de la guerre de Trente Ans : le siège de Dole en 1636" in Revue Hi (...)

71Il convient de citer le Siège de la ville de Dole...7 de Jean Boyvin, conseiller puis président du parlement de Dole et défenseur de la ville, celui d'un auteur anonyme récemment publié par Jean Rousseau sous le titre J'étais au siège de Dole, 16368, la correspondance de Louis Pétrey de Champvans, aussi conseiller au Parlement et retiré à Gray durant les troubles9, le remarquable travail d'Emile Longin et de l'Académie de Besançon qui ont publié les lettres des acteurs du siège, Comtois, Suisses, Français, Espagnols, une mine considérable de renseignements10, les Ephémérides du siège de Dole du même Emile Longin11, enfin, l'étude du général Pierre Bertin consacrée aux aspects militaires et tactiques du siège12.

72S'il n'est pas nécessaire de rappeler les opérations du siège bien connues de tous, il sera en revanche plus intéressant de relater tout ce qui s'est produit dans le reste de la province au cours de l'été 1636 : les marches de l'armée comtoise, l'arrivée progressive des Impériaux, le secours de la capitale, les événements qui ont suivi la libération...

73Ainsi, sans attendre le retour de l'envoyé français et la réponse des Dolois, l'armée du prince de Condé entrait en Franche-Comté le 27 mai 1636. Elle comptait aux dires du conseiller Girardot quinze mille fantassins et cinq mille chevaux et s'était munie de quatorze canons de 32 livres, de pièces de moindres calibres et de mortiers. Franchissant la Saône à Pontailler, le grand maître de l'artillerie La Meilleraye s'empara de Pesmes, du château de Balançon, somma sans succès celui d'Ougney avant de fondre sur Rochefort et bloquer le pont. Plus au sud, Condé quittait Auxonne et marchait sur Peintre et Moissey. Le 28, les Français occupaient les villages autour de Dole. Le siège pouvait commencer !

74Les quartiers s'établirent autour de la ville : celui de Condé face à la porte d'Arans, celui de Gassion dans la boucle du Doubs, celui de Lambert vers Baverans, celui d'Hacquenfeld vers le Mont-Roland. Deux ponts de bateaux furent aussi édifiés à Crissey et Azans pour les communications. Les traditionnelles sommations étant restées sans effet, les Français retranchèrent leurs positions, installèrent leurs batteries, creusèrent les premières tranchées vers les portes d'Arans et de Besançon. Auparavant, ils avaient tenté de forcer la porte du Pont, obligeant les Dolois à incendier le faubourg de La Bédugue et démanteler le dit pont. Canonnades, bombardements, assauts meurtriers, tel serait désormais le lot quotidien des assiégés.

75Dès que le choix des Français ne fit plus l'ombre d'un doute, car au départ, on ignorait quelle ville, de Dole ou de Gray, serait leur objectif, Gérard de Wateville, marquis de Conflans et Jean Girardot de Nozeroy s'efforcèrent de rassembler toutes les forces dont ils pouvaient disposer et organisèrent la résistance. Malgré le manque d'argent et de munitions, Conflans décida de lever quatre régiments d'infanterie en plus du sien dont il avait confié le commandement à Christophe de Raincourt : celui du prince de Cantecroix, celui du baron de Wiltz, celui du baron de Scey-sur-Saône, enfin celui du marquis de Varambon. Avec les miliciens de la province, le ban féodal, les différentes compagnies de volontaires et les cavaliers lorrains des colonels Clinchamp, Darbois et Louis de Wateville venus en renfort avec la permission du duc Charles, le maréchal comtois disposait d'environ huit mille fantassins et mille deux cents cavaliers qui eurent le val d'Ornans pour première place d'armes.

76Seulement, une telle troupe ne pouvait rien entreprendre contre les dix-quinze mille Français qui cernaient la capitale, aussi se contenta-t-elle de protéger les autres villes des attaques, de gêner au maximum les assaillants en tentant de couper les communications avec la Bourgogne ducale, enfin d'attendre le secours des alliés qui. malgré les promesses, tarderaient à venir : Charles IV se trouvait en Belgique, entre Meuse et Moselle ; Gallas était immobilisé en Alsace du nord, surveillé de près par Weimar et La Valette ; les Suisses n'avaient pas l'intention d'intervenir en dépit de la Ligue Héréditaire et seul le canton de Fribourg se proposait de mobiliser pour la Comté ; quant à la lointaine Espagne, chacun savait qu’elle ne pourrait envoyer aucune assistance militaire ni des Pays-Bas, ni de la Lombardie. L'unique renfort que Conflans put obtenir d'emblée fut celui des deux régiments impériaux en garnison au val de Delémont et dont la Cour avait décliné l'aide quelques semaines auparavant.

77Ces deux régiments de Becq et Grana, dirigés en réalité par les lieutenants-colonels Mora et Paradise, entrèrent en Franche-Comté le 6 juin 1636 ; ils avaient franchi le Doubs à Saint-Ursanne et traversé la Franche-Montagne sous la conduite du baron de Savoyeux, mais sans beaucoup se presser : après passage au Friolais puis à La Rochotte-lès-Rosureux. les Impériaux campèrent deux jours à Montbéliardot, Bonnétage et Plaimbois-du-Miroir (8 juin), quatre jours dans la terre de Vennes (10 juin), deux jours au village de Passonfontaine (14 juin), et parvinrent enfin à Trépot et Mamirolle le 20, puis dans les environs de Quingey où le marquis de Conflans les attendait avec impatience vu le déroulement des dernières opérations.

78Depuis Dole en effet, les Français avaient envoyé quelques centaines de cavaliers pour estimer les forces comtoises et reconnaître les villes de Besançon et Salins. Le 12 juin, ils s'avancèrent vers la cité impériale, brûlèrent Saint-Ferjeux avant de s'emparer du château de Recologne et lancer quelques attaques sur Marnay. Aussitôt, la cavalerie comtoise se posta à Beure et Arguel puis, sur la demande du conseiller Pétrey, se dirigea vers Gray afin d'aider la garnison à assurer la sécurité de la région (prise des châteaux de Beaumont-sur-Vingeanne et de Rigny les 18 et 20 juin). Entre temps, un autre groupe de cavaliers français avait chevauché vers Salins mais il fut repoussé à Pagnoz. N'osant assiéger Montfort, il se retira finalement en pillant les environs de Quingey et Fraisans.

79Le 24 juin 1636, une troupe composée d'environ deux mille hommes quitta Dole et parvint le même jour à Quingey qui fut prise et incendiée. Après quelques escarmouches avec les Comtois à Port-Lesney, les Français regagnèrent leurs lignes et l'armée du marquis de Conflans demeura vers Salins jusqu'à la fin du mois.

80A Dole, le siège continuait. Les assauts n'ayant abouti à rien, sinon à de sévères pertes humaines (10 et 14 juin), les Français entreprirent l'édification d'une circonvallation et creusèrent les premières galeries de mines. Dans l'ensemble et malgré la lenteur des secours, les Dolois gardaient bon espoir après ce premier mois de siège. Ferdinand de Rye avait reçu du Cardinal-Infant la promesse d'une opération de diversion en France (la future offensive de la Somme avec prise de Corbie) ainsi qu'un avis de l'arrivée prochaine de Gallas. De fait le 28juin, on annonça la venue de quatre mille chevaux polonais et croates sur les frontières de Lorraine, mais quand ces cavaliers, commandés par Mercy et Forcaz, parvinrent sur les rives de l'Ognon au début de juillet, on se rendit compte qu'ils étaient à peine mille deux cents, trop peu pour tenter un affrontement direct avec les assiégeants. Le 7 juillet, toute l'armée comtoise traversa le Doubs à Besançon et se posta à Chalezeule, P*alente et Beaupré. Chalèze eut le triste privilège d'héberger les Impériaux de Mora et Paradise et les Croates, derniers arrivés, prirent leurs quartiers à Cromary et Voray.

81Il ne se produisit rien de remarquable durant cette première quinzaine de juillet. Dans la nuit du 3 au 4. les Graylois investirent et dévastèrent les forges de Drambon qui fabriquaient les bombes et munitions de Condé si bien qu'à Dole la population put jouir « pour quelque temps d'un calme particulier. Ces effroyables fourneaux que l'on faisait tomber dans [les] maisons pour les abîmer ne furent plus entendues ». Le 16, Christophe de Raincourt et quelques soldats munitionnés tentèrent d'entrer à Dole par la forêt de Chaux et le gué du Temple mais l'alarme ayant été donnée, ils durent rebrousser chemin. Plus heureuse fut la reprise de Pesmes par les Croates (17 juillet).

82Au pied des remparts dolois, les travaux de sape se poursuivaient, de nouvelles batteries tonnaient, bombardant le Vieux-Château, point des fortifications jugé le plus faible. En dépit de l'attente, de la peste, des mines, l'ardeur des assiégés ne faiblissait pas tant parmi les soldats que les bourgeois. Le 21 juillet, un envoyé des Cantons qui devait rencontrer les commis au gouvernement fut malencontreusement blessé par un mousquet dolois : il mourut à Auxonne huit jours plus tard.

83Le 24, l'armée comtoise quitta les environs de Besançon pour Marnay mais Conllans ayant jugé le poste trop désavantageux, fit traverser l'Ognon à ses troupes et les installa autour de Gray. Son but était d'entrer au duché de Bourgogne et d’investir Pontailler. Le 28, la place tombait et les Impériaux y mirent le feu. Les villages de Maxilly, Lamarche, Vonges et l'abbaye de Bèze furent également incendiés.

84Au mois d'août 1636, la situation ne semblait plus aussi favorable à la France. Tandis qu'en Picardie les Espagnols poursuivaient leur avance, le siège de Dole s'éternisait en dépit de tous les efforts déployés. En outre, les rumeurs annonçant l'arrivée des secours se faisaient plus précises. Et de fait ! Le 5 août, l'avant-garde impériale commandée par le général Lambois arrivait dans la terre de Gy après avoir traversé toute l'Alsace ; elle comptait trois mille chevaux. Quatre jours plus tard, le duc de Lorraine parvenait à son tour à Jussey avec sa cavalerie ; il venait de Liège via Saint-Mihiel et Neufchâteau. Le 11, il se postait autour de Gray tandis que Lambois, bientôt rejoint par les Comtois, gagnait Pesmes. Cette fois, l'armée de secours regroupait entre sept et huit mille chevaux et cinq à six mille fantassins.

85A Dole, Condé n'avait plus qu'un seul espoir d'emporter la ville : trois mines placées sous le boulevard du Vieux-Château. Elles explosèrent le 13 mais sans faire brèche suffisante, aussi le prince se retira à Auxonne après avoir incendié ses quartiers. Et le 15 août 1636, l'armée de secours délivrait enfin Dole. Ainsi prenait fin un siège de quatre-vingts jours. Il avait coûté plus d'un million de francs à la ville sans compter les pertes humaines, la peste ayant à elle seule fait plus de huit cents victimes. Autour de la capitale régnait la désolation, tout avait été incendié et détruit à trois lieues à la ronde, soit une bonne trentaine de villages et non deux cent cinquante comme on le dit souvent.

86La population doloise et le gouvernement accueillirent triomphalement les Lorrains et les Allemands, beaucoup plus froidement le marquis de Conflans, Jean Girardot et les nobles comtois à qui l'on reprocha de n'avoir rien tenté pour secourir Dole. Aux uns récompenses et gratifications, aux autres indifférence et disgrâce, Conflans se voyant même retirer le commandement de l'armée au profit du duc Charles de Lorraine. En conséquence, nobles et volontaires comtois, aigris par tant d'ingratitude, regagnèrent leurs foyers et l'armée du pays se dispersa. En même temps, dans une province qui avait besoin de toutes ses forces, la mésentente et la division s'installaient au sein du gouvernement, lourdes de conséquences pour l'avenir.

Gallas

87Dans l'allégresse qui suivit la délivrance de la capitale, la retraite des troupes comtoises et de leurs principaux chefs passa presque inaperçue : l'armée de secours victorieuse entrait à son tour en terre ennemie et on annonçait l'arrivée prochaine de l'armée impériale au grand complet qui devait elle aussi envahir le duché de Bourgogne. Pour les Comtois, ce n'était là que le juste retour des choses.

88Dans un tel contexte, la proposition du prince de Condé visant à faire rétablir la neutralité par l'intermédiaire des Suisses parut tout aussi futile : « C'était pour nous amuser et gagner [du] temps, pensait le conseiller Girardot. Nous avons remercié les Suisses et remis l'affaire au Sérénissime Infant notre gouverneur, d'où le prince de Condé avait jugé que notre intention était de poursuivre notre victoire. » Dans le feu de la victoire, les Comtois ne pouvaient deviner que plus jamais on ne leur ferait cette proposition...

89Le 17 août 1636, l'armée de secours prit Chaussin, enclave française située à quelques kilomètres de Dole, et y installa une garnison. Bellevesvre, Cuiseaux, puis le 18 Verdun-sur-le-Doubs tombèrent encore aux mains des Croates et des Lorrains. Le 20 mourait à Courtefontaine Ferdinand de Rye, archevêque de Besançon et commis avec le Parlement au gouvernement de la province ; octogénaire usé par les fatigues et les privations du siège, il ne devait pas revoir son fief de Châteauvieux-les-Fossés vers lequel il se dirigeait.

90Au comté, on attendait donc la venue des Impériaux. Dès la fin de juin, les députés des Etats avaient été chargés d'organiser les étapes de Gallas au bailliage d'Amont, imposant aux communautés la fourniture des mesures de grains, tonneaux de vin et têtes de bétail qui nourriraient les soldats de l'empereur Ferdinand.

91Contrairement à une version proposée par certains auteurs, l'armée impériale n'arriva pas directement à L'Isle-sur-le-Doubs depuis l'Alsace. Que serait-elle allée faire à L'Isle, village situé sur la rive gauche du Doubs, alors que son objectif était la traversée du bailliage d'Amont par Villersexel, Saulx et Champlitte ? En réalité, le successeur de Wallenstein, désireux de contrôler tous les ponts sur le Doubs, fit passer le gros de ses troupes par Saint-Hippolyte et le Pont-de-Roide. Le témoignage d'un habitant de Saint-Hippolyte est à ce titre capital : « Le seigneur comte de Gallas, conduisant l'armée impériale, entra dans cette province et, à cause du pont qui joint cette ville sur la rivière du Doubs, une partie de ladite armée y prit son chemin, même sa personne y logea une nuit. » Gallas était arrivé à Saint-Hippolyte le 28 août. Le lendemain, il continuait vers le nord, traversant la terre de Châtillon-sous-Maîche et parvenait au Pont-de-Roide où l'armée entière se regroupa. Remontant toujours le cours du Doubs, il logea ensuite entre Mathay et Voujeaucourt, arrêt au cours duquel, précise un autre témoin, ses troupes ne commirent aucun excès pour la bonne raison que toutes les munitions de bouche avaient été correctement préparées. Le 4 septembre, il atteignait enfin L'Islesur-le-Doubs où il demeura jusqu'au 9.

92Il est bien difficile de mesurer la puissance de l'armée impériale qui entra en Franche-Comté car tous les témoignages divergent : les uns parlent de soixante mille hommes dont dix mille chevaux, vingt mille piétons et... trente mille bouches inutiles, c'est-à-dire valets, suites d'officiers, femmes, mendiants itinérants et prostituées, les autres de vingt-cinq mille seulement ; les habitants de L'isle avancent le chiffre de cinquante mille ; quant au conseiller Girardot, il se limite à vingt mille. Comme souvent, la vérité doit se situer entre les deux extrêmes, peut-être quarante mille hommes, un chiffre que des historiens avaient d'ailleurs pu calculer pour l'année 1631, date de la reconstitution de cette armée par Wallenstein. Toujours est-il que dans la province comtoise, on avait rarement eu autant de soldats à accueillir et à entretenir.

93Poursuivant sa route, Gallas traversa Villersexel, Montjustin, fit étape deux jours à Saulx, et le 12 septembre s'arrêta à Conflandey et Port-sur-Saône pour attendre Lambois et ses Croates qui devaient le rejoindre. Pendant ce temps, Weimar et La Valette qui couvraient le Bassigny, s'emparèrent de Jussey et Cemboing, puis de Champlitte et Montarlot. Le 15, les Impériaux franchirent la Saône et chassèrent l'ennemi. Le lendemain, toute l'armée s'installait à Champlitte, prête à pénétrer au duché de Bourgogne.

94Or, bien qu'ayant établi ses campements à quelques lieues de la frontière, Gallas ne se montrait nullement pressé de mener la guerre en France. Tout lui manquait, prétendait-il : sa cavalerie, laquelle arriva à Champlitte le 29 septembre après avoir vainement tenté de prendre Lure ; puis son artillerie et l'armée de Bade que conduisait un Comtois, le marquis de Saint-Martin-Vaudrey, futur gouverneur militaire de la province ; enfin, le généralissime exigeait un renfort de troupes du pays, renfort dont il n'avait nul besoin et que de toute manière, le gouvernement local n'était pas en mesure de lui accorder.

95Le 5 octobre enfin, on signalait l'approche de Saint-Martin. Quatre jours plus tard, il arrivait effectivement au comté de Bourgogne avec six mille cinq cents Silésiens. Laissant un de ses colonels s'emparer de Lure, le marquis parvint à Champlitte le 21 octobre. Le jour même, Gallas donna enfin le signal d'avancer. Weimar et La Valette durent se replier sur Dijon, leurs forces se révélant insuffisantes pour s'opposer au géant impérial.

  • 13 Roupnel (Gaston), La ville et la campagne au xviie  siècle ; étude sur les populations du pays dij (...)

96Mais Gallas, négligeant la route de Dijon pourtant ouverte, se dirigea vers le sud et saccagea Mirebeau le 23 octobre ; ses troupes se répandirent dans les villages, semant la terreur et incendiant plus de quatre-vingts bourgades entre la Saône et la Côte13. Le 24, les Impériaux cernèrent la petite ville de Saint-Jean-de-Losne, pensant l'emporter en quelques jours. Seulement, en dépit de son apparence fragile, la ville résista aux assauts et aux canonnades, arrêtant du même coup la marche de l'armée impériale. Le 3 novembre 1636, des renforts d'Auxonne étant signalés et la pluie transformant la campagne en bourbier, Gallas fit sonner la retraite, laquelle aurait pu devenir un désastre si le mauvais temps n'avait pas également immobilisé les troupes de Weimar.

97Le 7, le généralissime avisa la Cour du Parlement de son retour en Franche-Comté, nouvelle qui suscita la panique au sein des populations du bailliage d'Amont. Malgré les protestations du parlement de Dole, l'armée franchit la Saône au pont d'Apremont le 12 novembre et se répandit dans les régions d'entre Saône et Ognon, chassant les troupes comtoises qui y prenaient leurs quartiers d'hiver. La campagne de Gallas était terminée.

Caricature du vaincu de Saint-Jean-de-Losne
« Je suis ce grand Galas aultrefois dans l'armée,
« La gloire de l'Espagne et de mes compaignons,
« Maintenant je ne suis qu'un corps plein de fumée,
« Pour avoir trop mangé de raves et d'oignons. »

98Deux mois durant, vivant sur le bonhomme, les Impériaux dévastèrent le bailliage d'Amont : « Les villages sont tous abandonnés, écrivait un contemporain, les sujets morts pour la plupart par la peste et par les mauvais traitements des armées. Le reste s'est retiré dans les bois, [...] des villages dudit bailliage d'Amont, en nombre de plus de quatre cents, la majeure part avait été brûlée. »

99Sans être inquiétés, les cavaliers de Weimar pillèrent deux fois Jussey, les 12 et 23 novembre, investirent Jonvelle qu'ils emportèrent le 30 et il fallut attendre un mois pour que Gallas qui logeait alors à Breurey-lès-Faverney, donnât l'ordre de chasser et de poursuivre l'ennemi.

100Sur la fin de décembre, un courrier venu d'Allemagne demanda le retour de l'armée impériale au-delà du Rhin. Conformément aux souhaits du gouvernement comtois et à l'entente conclue le 3 du même mois, Gallas accepta de laisser une partie de son année en Franche-Comté pour éviter la contre-offensive des Français. Six mille hommes dont quatre mille fantassins et deux mille cavaliers demeurèrent ainsi entre Saône et Ognon sous le commandement du marquis de Torrecuso et de deux généraux impériaux, Mercy et Fernemons ; en outre, six pièces de campagne furent laissées sur place avec ordre de mener les plus grosses dans les villes.

101Le 30 décembre 1636, l'armée de Ferdinand II se mit en route pour l'Alsace. Mercy qui devait attaquer la principauté de Montbéliard, assiégea Héricourt le 2 janvier 1637 mais n'obtint pas de meilleur résultat que son maître à Saint-Jean-de-Losne : le 26, menacé par le nouveau gouverneur de Montbéliard, le comte de Grancey, il dut lever le siège et retourner en Comté.

102Avec le départ de l'armée impériale se terminait une des plus vaines campagnes de la guerre de Trente Ans, mais Gallas allait en connaître d'autres...

L'offensive du marquis de Conflans

  • 14 Longin (Emile), "La dernière campagne du marquis de Conflans (1636-1637)", Mémoires de la Société (...)

103La campagne du maréchal comtois, la dernière comme le rappelait Emile Longin14, représente la seule offensive d'envergure lancée sur des territoires français. Elle dura de décembre 1636 à mars 1637 seulement, mais s'inscrit encore dans le cadre européen de la guerre de Trente Ans : elle avait en effet été décidée par le Cardinal Infant et aurait eu pour but d'appuyer l'avancée des Impériaux et d'amener le duc de Savoie, Victor-Amédée, à renouer son alliance avec l'Espagne. Elle n'avait donc rien de commun avec les opérations locales de pillage ou de vengeance que mèneraient les capitaines et chefs de bande au cours des années suivantes.

104Gérard de Joux de Wateville, marquis de Conflans, était tombé en disgrâce en août 1636. Son commandement lui avait été retiré et il avait trouvé refuge à Salins. Parallèlement. Jean Girardot avait licencié l'armée comtoise et les parlementaires, fuyant la peste doloise, s'étaient dispersés dans les autres villes de la province. En un mot, l'organisation politique et militaire de la Comté semblait momentanément suspendue. Toutefois le 27 août, le gouvernement ordonnait à Christophe de Raincourt de lever un régiment de mille hommes afin de protéger la frontière orientale contre les expéditions des Montbéliardais.

105Mais en septembre, le souci primordial des Comtois était l'organisation des étapes de Gallas, aussi quand arriva le courrier de don Ferdinand qui confirmait le marquis de Conflans dans ses fonctions de maréchal des troupes comtoises et lui intimait l'ordre d'attaquer la France et notamment la Bresse dite savoyarde, les parlementaires mirent tout en œuvre pour contrarier le projet et empêcher la reconstitution de l'armée. « Nous allons mendiant argent de tous côtés [et] pourrions à peine fournir pour armer et lever cent chevaux », répondaient-ils aux demandes de subsides du marquis, lequel prévoyait douze compagnies de cavalerie et trois régiments d'infanterie. Quant à dégarnir les frontières et les villes pour envoyer les quelques troupes restantes en France, il n'en était nullement question !

106La tâche paraissait donc ardue à Conflans qui voyait en outre les Impériaux s'éterniser en Comté, sans intention apparente d'attaquer. Mais il ne relâcha point ses efforts et essaya de convaincre les parlementaires que sa campagne était le seul moyen de décider Gallas à avancer. Il entreprit donc de remonter la cavalerie comtoise et, en dépit des plaintes de la Cour qui parlait d'abus de pouvoir, exigea les trois régiments d'infanterie qui avaient été levés au cours de l'automne, La retraite de Gallas et le retour des Impériaux au bailliage d'Amont amenèrent le maréchal à douter une nouvelle fois de son entreprise. Il se retrouvait seul pour lancer l'offensive, ne pouvant compter ni sur un parlement hostile, ni sur la dynamique impériale après l'échec de Saint-Jean-de-Losne. Une nouvelle lettre du Cardinal-Infant le convainquit toutefois d'accélérer les préparatifs.

107Conflans réunit au bailliage d'Aval trois régiments d’infanterie qui devaient en théorie regrouper trois mille hommes, en réalité à peine la moitié : celui de son propre fils, François de Wateville, comte de Bussolin, celui de Henri de Champagne, enfin celui du trésorier général de Franche-Comté, Vincent Jacquinot de Goux ; quant à la cavalerie confiée au baron de Boutavant, elle totalisait seize compagnies, soit environ six cents maîtres auxquels se joignirent cent cinquante dragons. Tenus d’obéir aux ordres de Bruxelles, les parlementaires durent s'incliner, promettant subsides et secours à Conflans en cas de nécessité.

108Courant décembre, les troupes comtoises s'installèrent dans les places d'Aval : Lons, Orgelet, Courlaoux, Gigny, Montfleur, Chavannes..., mais le 12, les Bressans attaquèrent les premiers en forçant par surprise Courlaoux. Le 2 janvier 1637, ils s'emparaient de même de Chavannes, obligeant Conflans à quitter ses quartiers de Lons pour en établir d'autres à Gigny.

109Ce n'est qu'à la mi-janvier que commencèrent véritablement les expéditions comtoises en Bresse et au Bugey. Le 15, Bussolin se rendait maître de Dortan tandis que la cavalerie s'emparait d'Arbent. Cuiseaux et le château de Joudes tombèrent le 22 tandis que plus au nord, la garnison comtoise de Chaussin enlevait Authume et Bellevesvre. Les 3 et 4 février, les Comtois prirent Oyonnax, Martignat, Nerciat, Bonaz, Apremont, Montréal... Conflans qui avait entre temps reçu la moitié du régiment Raincourt et quatre compagnies de cavalerie en renfort, choisit Savigny-enRevermont pour objectif ; le 8, il assiégeait la place qui se rendit le lendemain.

110Ainsi, la campagne du vieux maréchal semblait connaître un succès certain, mais il lui fallait encore plus de troupes pour conforter ses conquêtes et assurer la garde des places. Cette fois, parlementaires et députés des Etats refusèrent de lui envoyer d'autres renforts : trois mille cavaliers impériaux, fuyant l'Alsace dévastée, forcèrent la frontière orientale et s'installèrent vers Rougemont, menaçant d'entrer à Baumeles-Dames si on ne les nourrissait pas. Plus question donc d'envoyer le reste du régiment Raincourt à Conflans, ni même de dégarnir le bailliage d'Amont...

111Et pourtant, le marquis en aurait bien eu besoin : assurés de recevoir bientôt des secours, les Bressans multipliaient les contre-offensives, brûlant Saint-Aubin et La Chapelle-Voland fin février, Tavaux et Damparis le 4 mars, Les Bouchoux le 8... On disait la ville de Saint-Amour particulièrement menacée et on signalait la présence de quinze mille soldats français à Beaune sous les ordres du duc de Longueville. Malgré les menaces, les avis défavorables de la Cour et de son entourage, le marquis de Conflans décida de marcher sur Cornod, place frontalière située au sud d'Arinthod. Quittant Lons le 11 mars pour Orgelet et Arinthod, les troupes comtoises investirent Cornod le 13, mais averties de leur arrivée, les forces bressanes fondirent sur les assiégeants qui, gênés par la configuration du site, subirent un véritable désastre : plus de cinq cents soldats perdirent la vie, les régiments Bussolin et Champagne furent littéralement anéantis et le reste de l'armée reflua en désordre sur la Comté.

112Cette écrasante défaite mettait un terme définitif aux conquêtes de Gérard de Joux, marquis de Conflans. Accusant le parlement de Dole d'avoir contribué à ce désastre en ne lui envoyant pas les renforts demandés, Conflans acheva de se déconsidérer aux yeux des gouvernants et, bien qu'il eût conservé son titre de maréchal, il perdit toute initiative de commandement au profit du nouveau gouverneur de Franche-Comté, le marquis de Saint-Martin, et du duc Charles de Lorraine. Bien qu'on eût célébré ses victoires, Gérard de Joux était resté un homme seul, critiqué par la bourgeoisie parlementaire mais aussi par la noblesse du pays qui ne lui pardonnait pas ses origines bernoises. En entrant hostilement en Bresse, il n'avait fait qu'obéir aux ordres de don Ferdinand mais sans tenir compte des avis et de la susceptibilité des conseillers au Parlement ; dans le contexte politique du comté de Bourgogne, une telle attitude ne pouvait que lui apporter disgrâce et oubli au moindre revers de fortune.

Les trois offensives de 1937
– vue d'ensemble–

113Bailli d'Aval, Conflans continua de diriger une partie de l'armée comtoise, mais sous les ordres de la Cour et du gouverneur. Puis on l'envoya en garnison à Salins où il mourut de peste le 16 octobre 1637. Aigri par tant d'ingratitude, il voua jusqu'à sa mort une haine farouche aux parlementaires, ces « rieurs qui se moquent de ceux qui travaillent et se tiennent chez eux ».

114L'épisode de Comod ayant une nouvelle fois désorganisé l'armée comtoise, le gouvernement local, sans argent, sans promesse de secours, n'eut d'autre alternative que de demander assistance au duc de Lorraine — dont les troupes, mêlées aux Impériaux, avaient passé l'hiver en Comté — pour faire face aux dangers d'invasion qui menaçaient de toutes parts. Conséquence de cette décision, les troupes lorraines allaient parcourir de long en large le territoire comtois pendant plus de deux ans, pour sa sécurité mais aussi pour sa ruine.

La dévastation des bas-pays (1637-1638)

115« Au premier, le prince de Condé prit notre lion par la tête, rappelait Jean Girardot, mais à cette fois Richelieu assaillit le lion par les flancs. » Et de fait, si la France n'avait pas renoncé à s'emparer du comté de Bourgogne, elle changea de stratégie : il n'était plus question en effet de recommencer un long siège inutile devant la capitale ou tout autre ville, mais de lancer de grandes chevauchées dévastatrices à l'intérieur de la province et de s'emparer des villes et des châteaux du centre moins bien défendus. Ce fut la tâche de Bernard de Saxe-Weimar et de Grancey en 1637, du duc de Longueville en 1637 et 1638, de piller, ruiner et brûler le pays comtois.

1637, l'année des trois offensives

116Au cours de l'été 1637, la France envoya trois armées en Franche-Comté : celle de Longueville au bailliage d'Aval, celles de Weimar et Grancey au bailliage d'Amont, l'une venant du Bassigny, l'autre du Montbéliard. Mais dès le printemps, Longueville avait déjà donné le ton...

117En mars, la situation militaire de la province était redevenue préoccupante : l'armée comtoise avait été défaite à Cornod et l'argent manquait, englouti par les quartiers des Impériaux et des Lorrains au bailliage d'Amont. Enfin, la mésentente régnait parmi les chefs allemands ; Torrecuso et Fernemons avaient regagné l'autre rive du Rhin, laissant Mercy seul à la tête des troupes de Gallas ; quant au duc de Lorraine, nul ne connaissait alors ses intentions. Le 20 mars 1637 toutefois, Jean-Baptiste de La Baume-Montrevel, marquis de Saint-Martin, devenait le nouveau gouverneur militaire du pays. Or, il venait à peine de prêter serment que, déjà, les troupes ennemies se massaient sur la frontière d'Aval.

118Dès le 15 mars en effet, sept à huit mille soldats commandés par Longueville et Arpajon se postaient à Louhans. Charles IV, sollicité par Conflans, avait accepté d'envoyer plusieurs de ses régiments qui s'installèrent à Lons, Sainte-Agnès, Cuiseaux et Savigny en attendant d'autres renforts. Le 26, les Français entrèrent en Franche-Comté au sud de Lons, prirent Beaufort, Maynal, La Biolée, Digna, puis fondirent sur Saint-Amour. La ville se rendit le 31 mars après deux jours de siège, le château le 2 avril. Entre temps, Arpajon menait mille chevaux autour de Lons pour brûler les villages alentour (Macornay, Vaux, Gevingey, Courbouzon...). Au passage, il attira les Lorrains postés à Sainte-Agnès dans une embuscade et les défit à Rotalier ; un des frères Clinchamp, colonel dans l'armée de CharlesIV, fut tué le1er avril.

119L'armée comtoise, regroupée à Château-Chalon, ne pouvait rien entreprendre : « Je me suis retiré ici. écrivait Conflans, non de peur des ennemis mais la famine me chasse, les chevaux et les maîtres meurent de faim. Au reste, je suis tout seul, sans argent, sans blé, sans munitions... » Le 6avril, l'ennemi s'emparait du château de L'Aubépin mais échouait devant celui de Chevreaux. Longueville conduisit alors son armée vers la vallée de l'Ain ; à Nanc, une partie des troupes gagna Gigny et Chambéria avec mission de forcer Orgelet, l'autre bifurqua vers Saint-Julien et Arinthod pour reprendre Dortan aux Comtois. Les Lorrains ayant couvert Orgelet, les Français se regroupèrent à Cernon, reprirent *Dortan le 17 avril puis incendièrent Moirans et Charchilla. Un tambour avait même sommé la ville de Saint-Claude de se rendre.

120Mais soucieux de ses arrières et informé de l'arrivée de renforts lorrains, Longueville retourna sur Saint-Amour. Plus au nord, d'autres troupes françaises venant de la Saône franchirent aussi la frontière ; le 19 avril, Petit-Noir brûlait, puis Chaussin le 23. Quatre jours plus tard, on annonçait la prise du château de Neublans, le siège de celui de Rye, enfin la sommation de Savigny. Le siège de Rye fut levé le 29 grâce à l'arrivée des Lorrains qui firent bientôt leur jonction avec les Comtois. Longueville regagna alors la Bresse en laissant Arpajon à Saint-Amour : celui-ci se retira à son tour le 19 mai après avoir laissé une forte garnison et s'être emparé du château de Chevreaux.

121Or, sans attendre, les Lorrains durent retourner au bailliage d'Amont où l'entrée de Weimar paraissait imminente. L'attaque du duc de Longueville n'avait été en effet que la réponse des Français aux offensives de Conflans, le prélude à une opération de plus grande envergure qui ne devait plus tarder. Et un mois plus tard effectivement, tandis que Weimar saccageait les plaines de la Saône et Grancey la vallée du Doubs, Longueville pénétrait une nouvelle fois au bailliage d'Aval, parachevant les destructions déjà commises au printemps.

122Bernard de Saxe-Weimar fut le premier à mener la triple offensive. Cantonnés au Bassigny depuis février, ses douze mille hommes arrivèrent à Champlitte le 19 juin 1637. La ville composa le 21 et dut verser 90 000 francs. Mais déjà, l'avant-garde weimarienne marchait sur la Saône et parvenait au gué de Ferrières-lès-Ray défendu par Mercy. Reinhold de Rosen, colonel de Weimar, passa alors la rivière plus au nord, à Ray, et fondit sur les Impériaux qui, pourchassés de Vellexon à Frasne-leChâtel, perdirent plus de mille hommes.

123Le 23, l'ennemi s'emparait de Gy et incendiait le bourg ; la population réfugiée au château dut verser 40 000 francs, 15 000 rations de pain et 40 pièces de vin pour échapper à l'incendie. Puis vint le tour des châteaux de Citey, Saint-Loup, Champtonnay (25-27 juin), de la ville de Marnay bientôt réduite en cendres à l'exception du château. En revanche, Moncley et Oiselay résistèrent et le 4 juillet. Weimar s'installait au nord de Besançon, à Cromary et Vieilley. pour attendre les renforts de Montbéliard. Ce fut finalement à Baume-les-Dames, ville conquise le 6, que le prince fut rejoint par Grancey.

124Celui-ci avait d'abord envoyé son avant-garde à L'Isle-sur-le-Doubs, ville qui fut entièrement brûlée le 2 juillet. Puis il s'emparait de Dampierre, Mathay, Neuchâtel-Urtière, reprenait le pont de Voujeaucourt aux Comtois, enfin se dirigeait sur Baume en suivant la rive gauche du Doubs. Français et Weimariens entrèrent à Clerval le 8 juillet et, maîtres de tous les ponts, décidèrent une reconnaissance vers Besançon, brûlant et pillant les villages sur leur route tel celui de Nancray. Le 10juillet, on signalait l'ennemi sur les deux rives, à Chalezeule comme à Chalèze, et le lendemain, les Bisontins entendirent le canon vers Arguel et aperçurent des cavaliers aux Trois-Châteaux. Soixante chevaux lorrains et une compagnie de miliciens comtois qui n'avaient pas gagné Besançon assez vite, furent massacrés à Fontain et à Morre.

125Abandonnant ses investigations autour d'une ville qu'il jugeait sans doute trop bien défendue, l'ennemi retourna sur Baume et Clerval et poursuivit sa marche dévastatrice vers le nord, s'emparant des bourgs de Rougemont, Villersexel et Noroy, des châteaux de Montby, Soye, Fallon, Montmartin, Oricourt, Châtenois, Genevrey (14-17 juillet), assiégeant Granges et Lure (24-27 juillet). 11 quittait enfin la Comté pour l'Alsace, car Weimar devait traverser le Rhin afin de continuer la lutte en Allemagne.

126Mais ce n'était pas terminé pour autant : s'étant dirigé vers le comté de Ferrette et la ville de Bâle, Grancey rebroussa chemin vers Porrentruy et la Franche-Comté avec pour objectif la prise de Saint-Hippolyte et le contrôle de tous les ponts du Doubs autour de Montbéliard. Le 9 août, il forçait le passage de Chauvilliers et investissait la place. Seulement, il n'avait pas compté sur le courage des miliciens du Lomont et de la Montagne : conduits par Sagey et Malseigne, ceux-ci fondirent sur les envahisseurs et les taillèrent en pièces ; « un seul homme du Russey, raconte un témoin, avec un grand couteau en main, en a tué à sa part dix-neuf ». Grancey, lui-même blessé, ne dut son salut qu'à la fuite et se retira à Montbéliard en abandonnant canons et bagages. Il ne revint en Comté que le 22 août pour châtier les habitants de Clerval, lesquels avaient chassé la garnison française. Incendiant le bourg, il laissa au château quelques hommes qui évacuèrent la place ruinée le 20 septembre 1637.

127Ainsi s'achevait la campagne de Weimar et Grancey au bailliage d'Amont. Or, il ne faut pas perdre de vue qu'au même moment, les troupes de Longueville envahissaient celui d'Aval, obligeant les Comtois à diviser leurs forces, à chevaucher sans cesse d'une région à l'autre, épuisant les hommes dans des marches forcées et souvent désespérées...

128Contrairement à Weimar qui avait d'autres desseins à accomplir et qui se contenta de traverser le bailliage d'Amont en y commettant le maximum de dégâts, le duc de Longueville avait tout son temps ; il limita sa campagne aux environs de Lons-leSaunier et d'Orgelet mais, méthodiquement, s'empara de toutes les places fortes de la région, complétant ainsi ses précédentes conquêtes du mois d'avril.

  • 15 Longin (Emile), "Un capitaine franc-comtois, Christophe de Raincourt" Nouvelles Annales Franc-Comt (...)

129Parti de Louhans le 23 juin 1637, il investit d'abord Courlaoux, Chilly puis Lons défendue par Christophe de Raincourt. Pour mieux assurer la sécurité de la ville, le capitaine comtois fit incendier le faubourg des Dames mais le feu se communiqua à toute la cité qui, dès le 26, dut ouvrir ses portes aux Français. Réfugié au château, sans vivres ni munitions, Raincourt rendit la place le 2 juillet ; capturé, il fut emprisonné à la citadelle de Chalon15.

130Etablissant ses quartiers à Lons-le-Saunier, Longueville entreprit de forcer tous les bourgs et châteaux de la région : Montaigu, L'Etoile, Domblans, Voiteur, Savigny..., puis plus au sud Bornay, Orgelet, La Tour-du-Meix. Présilly, Pimorin, Arinthod, Clairvaux, B inans, Beauregard... Les garnisons comtoises, décimées par la peste, ne lui opposaient aucune résistance ; des places comme Cressia, Chambéria ou Ugna acceptèrent même des sauvegardes de l'ennemi pour échapper à l'incendie. En revanche, des bandes de résistants se formaient dans les campagnes et on commença d'entendre parler du capitaine La Courbière et des troglodytes de Revigny.

131Les conquêtes de l'ennemi se poursuivirent au nord avec la prise de Château-Chalon, du Pin, d'Arlay. Une troupe de cavaliers s'avança même jusqu'à Ivory, vers Salins, et Longueville aurait pu s'emparer sans coup férir de Poligny, ville abandonnée par sa population et défendue par une poignée de soldats presque tous malades. Dans la montagne, Saint-Laurent-la-Roche fut investi le 25 juillet mais résista jusqu'au 10 août.

132Il ne manquait finalement qu'une seule place pour que Longueville contrôlât toute la partie méridionale du bailliage d'Aval : Bletterans. Malgré la sortie de Weimar, Charles IV et le gouverneur Saint-Martin demeuraient encore vers Luxeuil, attendant d'hypothétiques renforts impériaux qu'aux dires du Lorrain, l'Empereur aurait promis. Pour contrer Longueville, deux cents Allemands seulement furent envoyés à Bletterans, au grand mécontentement de la noblesse et des dirigeants comtois. Le 26 août, la ville de Poligny annonçait la prise du château de Frontenay et le siège de Bletterans, néanmoins les troupes restèrent sur place, aux ordres de Charles IV qui ne dépêcha qu'une avant-garde d'impériaux. L'armée se mit enfin en route le 30, mais il était déjà trop tard : elle n'avait pas encore dépassé Moncley le 1er septembre qu'on apprenait déjà la reddition de la ville et lorsqu'elle parvint devant les murs de Bletterans après huit jours de marche forcée, ce fut pour constater que le château s'était également rendu.

133La prise de Bletterans conclut la seconde invasion de Longueville au bailliage d'Aval. Le duc avait ainsi ravagé le Revermont et la Petite Montagne, ne laissant que des ruines et des châteaux tenus par ses garnisons. Weimar et Grancey ayant fait de même au nord, l'année 1637 dite des trois offensives fut l'une des plus dévastatrices de la guerre de Dix Ans. Et elle n'était pas encore achevée : le duc de Weimar qui en définitive était demeuré en Alsace et y avait affronté les Impériaux, remonta le Rhin vers la mi-octobre 1637. Le 20, il traversait Mulhouse et quelques jours plus tard envahissait la principauté de Porrentruy. Delémont. Laufen, le Val de Moutier, Saint-Ursanne, Porrentruy furent occupés en dépit des protestations des Suisses. L'émoi fut considérable en Comté bien que le duc de Lorraine eût ramené ses troupes le long de la frontière entre Pont-de-Roide et Saint-Hippolyte.

134Le 7 novembre, six cents cavaliers weimariens forcèrent le passage de Goumois et entreprirent de piller les villages de la Franche-Montagne. Les habitants s'enfuirent pour la plupart mais à Damprichard par exemple, la surprise fut totale : tout fut dérobé sans « que l'on eût le moyen d'en rien sortir ». A Trévillers. les paysans réfugiés dans la tour de l'église périrent par le feu. Après s'être emparé de plus de mille chevaux, de quoi remonter une bonne partie de sa cavalerie. Weimar regagna aussitôt la principauté de Porrentruy sans même être poursuivi.

135La rapidité du raid impressionna les Comtois qui ignoraient les intentions réelles du condottiere. En plus, le bruit courait que les Suisses lui avaient accordé le libre passage sur leurs terres « moyennant un ducat qu'il paye par tête », aussi, quand à la mi-novembre, des troupes françaises venues de Bresse investirent Conliège et coururent les villages alentour, on crut à une répétition de l'offensive estivale. En conséquence, une partie de l'armée comtoise se porta aussitôt en direction de Salins et Pontarlier mais cessa bientôt sa marche : les Français n'avaient pu dépasser Baumeles-Messieurs et Longueville, malade, dut se retirer le 1er décembre. Quant aux Weimariens, ils avaient apparemment d'autres desseins que celui d'envahir la FrancheComté : à la fin de janvier 1638, ils levèrent le camp et allèrent occuper les villes du Rhin, Säckingen, Stein, Laufenbourg, et assiéger Rheinfelden, pont sur le fleuve.

136Le danger d'une invasion était donc momentanément écarté, seulement dans les montagnes du Doubs, tandis que Charles IV, lui aussi malade, se retirait à Belvoir puis à Besançon, Lorrains et Impériaux se répandirent dans les villages pour y passer l'hiver, au mépris des conventions passées entre le duc et le gouvernement comtois ; ils se chargèrent bien d'y causer les dommages que Weimar et ses Suédois n'avaient pas commis.

La troisième campagne de Longueville (1638)

137Pour la Franche-Comté ruinée, affamée par les passages de l'ennemi et l'entretien des Impériaux, une nouvelle année de guerre commençait.

138Weimar n'avait quitté la principauté de Porrentruy que pour investir Rheinfelden, mais quelle serait sa prochaine destination, l'Allemagne ou la Comté de Bourgogne ? On ne le sut qu'au 24 mars 1638 : Rheinfelden étant tombé, l'armée suédoise traversa le Rhin et entra en Forêt Noire. En revanche, le retour des troupes françaises depuis la Bresse semblait plus que probable : Louis XIII et Richelieu n'avaient-ils pas laissé entendre que « leur dessein est d'étendre leur royaume jusques au mont Jura et par conséquent d'occuper ce pays » ? Seulement, on ignorait leur prochain objectif, Pesmes, Dole menacée d'un second siège, ou Jonvelle...

139Pour lors, la guerre se tenait dans les montagnes jurassiennes où Lorrains et Impériaux occupaient les villages, rançonnaient les habitants, pillaient les réserves, sans ordre ni commandement. Charles de Lorraine, convalescent, se désintéressait de leur sort et refusait d'écouter les doléances des Comtois lassés par tant de désordre et de violence : « Passant par le village de Levier, rapportait par exemple le procureur Brun, nous trouvâmes qu'un régiment de cavalerie venait d'achever de le perdre et vîmes une douzaine de corps morts tant hommes que femmes, tout fraîchement tués, et le reste de ces pauvres habitants tous cruellement blessés et meurtris. » Malgré la création de nouveaux quartiers au bailliage d'Amont et le départ d'une partie des troupes vers cette destination au début de février, les montagnes ne furent totalement libérées qu'à la fin d'avril : le duc de Lorraine avait enfin accepté de mener ses mercenaires au duché de Bourgogne et Bassigny. Durant le mois de mai, il s'empara des châteaux et places de Bourbonne, Coiffy, Laneuvelle, Varennes, Isches, Flabemont... Il assiégeait Aigremont quand il reçut des Comtois l'avis du retour imminent des Français au bailliage d'Aval et la prière de ramener immédiatement l'armée en Franche-Comté.

140Dès la fin mai en effet, les régiments français s'étaient rassemblés à Mâcon. Le 28 à 11 heures, une avant-garde vint reconnaître le château de Chaussin et se retira presque aussitôt mais le 1er juin, quatre mille fantassins et huit cents chevaux aux ordres de Longueville, La Mothe-Houdancourt et Feuquières mirent le siège devant le dit château. La troisième campagne du duc de Longueville était ouverte.

141Pressés de gagner les environs de Salins — leur objectif véritable — avant le retour des Lorrains, les Français perdirent néanmoins quatre jours à s'emparer des châteaux de Chaussin et de Rahon (1-4 juin), aussi firent-ils payer ce retard aux capitaines des garnisons. Cadet et Dusillet, qui furent pendus. Rye et La Fays se rendirent sans résistance et l'ennemi préféra éviter Vaudrey. Le 11 juin, Longueville campait à Toulouse, laissant ses troupes fourrager vers Colonne et Frontenay. Le peu de cavaliers comtois restés en garnison ne pouvaient opposer aucune résistance, aussi la perte de Poligny et d'Arbois ne semblait plus qu'une question d'heures lorsqu'enfin, on annonça l'arrivée de l'armée de secours, laquelle se posta le 15 entre Salins et Arbois.

142Epuisé par sa marche forcée et sans ravitaillement, le duc Charles manifesta néanmoins l'intention d'aller au devant de l'ennemi et se posta au-dessus de Poligny, à Chamole. Le 18, Longueville parvenait à son tour sur le plateau et dans la nuit du 19 juin 1638, les deux armées s'affrontèrent. On a beaucoup écrit sur cette bataille, la seule qui fut d'envergure durant toute la guerre de Dix Ans il est vrai, mais fallaitil pour autant en faire une véritable épopée ? Plus simplement, au terme d'un combat qui se poursuivit la nuit entière, les Lorrains réussirent à arrêter et repousser l'armée française. Seulement, tandis que Longueville établissait son camp à Château-Chalon pour se refaire et attendre des renforts de Bletterans, le duc Charles refusa de poursuivre son avantage : non seulement il n'attaqua pas les Français dans leurs retranchements, mais en plus, il commanda à ses troupes de faire demi-tour et de regagner les environs de Salins. Une telle décision surprit tout le monde, les Comtois, bien entendu, dont la méfiance et le mécontentement vis-à-vis du Lorrain s'accrurent encore, mais également les généraux français qui purent ainsi se reposer quatre jours sans être inquiétés le moins du monde.

143La route étant libre, Longueville ordonna à ses troupes de poursuivre leur avance. Le 24juin, elles occupaient l'abbaye de Baume-les-Messieurs et le lendemain entraient à Poligny. La ville se rendit sans résistance et les soldats l'incendièrent ; le château attenant de Grimont tomba au bout de deux jours et une garnison française s'y installa le 30. Le 9 juillet, Arbois était prise à son tour et ses habitants durent verser 40 000 francs pour échapper à l'incendie ; le lendemain, après le démantèlement du château de Montigny-lès-Arsures, l'ennemi tenta de forcer la porte Malpertuis de Salins mal défendue. Les chroniques contemporaines ont révélé que la ville dut son salut au mauvais temps et à l'intervention in extremis du marquis de Saint-Martin. Quant aux Lorrains, occupés à ravager les villages du plateau, ils n'avaient pas bougé d'Ivory.

144Ayant échoué devant Salins, Longueville fit rebrousser chemin à son armée. Le 13 juillet, il s'emparait encore du château de Vadans, puis sommait sans succès celui de Vaudrey. Le 19 enfin, il franchit le Doubs à Longwy et établissait ses quartiers vers Molay, Tavaux et Gevry à quelques lieues de Dole. Sous prétexte de couvrir aussi Besançon, Charles IV envoya alors ses régiments sur l'Ognon où ils arrivèrent le 24 juillet. En réalité, le duc était plus préoccupé par les affaires de Lorraine que par la sécurité du comté de Bourgogne, aussi, tandis que Longueville continuait son avance au nord de Dole et au bailliage d'Amont, il mena l'armée vers l'est, à la reconquête de châteaux comme Soye, Granges ou Saint-Ursanne, puis vers Besançon. Lui-même gagna discrètement Remiremont avec sa garde et ne revint que le 15 août.

145Pendant ce temps, les troupes françaises s'emparaient des châteaux de Chevigny et Moissey (Ier août), de la ville de Pesmes (3 août), investissaient Balançon, Ougney, Champtonnay, incendiaient les villages des alentours. Informé que des compagnies comtoises tentaient de reprendre Vadans et Grimont, Longueville dépêcha La MotheHoudancourt au bailliage d'Aval ; celui-ci ne put empêcher la perte de Vadans mais délivra Grimont, emprisonnant les capitaines La Châtelaine et Antorpes. L'ennemi franchit ensuite la Saône à Apremont et mit le siège devant le château d'Autrey-lès-Gray (17-20 août). Le 24, il parvenait sous les murs de Champlitte qui capitula deux jours plus tard.

146Le 1er septembre 1638, après avoir incendié les châteaux d'Autrey et de Champlitte et démantelé les fortifications de la ville, l'armée de Longueville quittait la Franche-Comté pour Langres, mettant fin à une troisième campagne dévastatrice, sans avoir été autrement inquiétée par les Lorrains. Ceux-ci, après avoir suivi l'ennemi le long de la Saône, étaient retournés dans les environs de Salins, recommençant leurs courses et leurs exactions dans les villages de la Montagne.

147Le 26 septembre 1638, le péril weimarien en Forêt-Noire porta involontairement secours aux paysans comtois tourmentés par la soldatesque : le duc Charles IV reçut l'ordre de ravitailler Brisach assiégée depuis l'été par le condottiere allemand. Vers le 30, l'armée lorraine quitta donc la province pour l'Alsace. Enfin libre de ses décisions, le gouvernement comtois ordonna aussitôt d'entreposer le blé des dernières récoltes dans les villes closes et les châteaux de la province et s'efforça également de réformer les troupes du pays et leur attribuer soldes et quartiers d'hiver. L'armée comtoise fut ainsi limitée à seulement cent cinquante cavaliers et à deux mille deux cents fantassins regroupés en quatre régiments.

148Mais la retraite précipitée de l'armée lorraine devait bouleverser ces projets : attaqués à Cernay le 14 octobre, les régiments du duc Charles furent défaits par les Suédois. Fuyant par les vallées vosgiennes, ils parvinrent le 10 novembre au col des Croix et s'établirent dans la terre de Faucogney. De retour à Besançon, Charles IV annula toutes les propositions gouvernementales et décida qu'il allait lui-même organiser les quartiers d'hiver et la répartition des vivres. Impuissants, Saint-Martin et les parlementaires virent à nouveau les Lorrains et les Impériaux se répandre dans les montagnes du Doubs, chassant les compagnies comtoises, empêchant un ravitaillement efficace des places, tourmentant les populations. Mais cette fois, les Montagnons réagirent : lassés de l'occupation et de la dévastation de leur région, ils repoussèrent les nouveaux arrivants. Pontarlier ferma ses portes aux Allemands de Varlosky : le Val de Morteau prit les armes quand le colonel lorrain Clicquot fit mine de s'y installer ; à Blancheroche enfin, les habitants se réfugièrent dans les bois après avoir incendié leur village, s'y fortifièrent et menèrent la guerre aux Lorrains venus occuper les postes. Telle était la situation dans les montagnes au cours du mois de décembre 1638...

149Le 21, le prince François de Lorraine, de retour de Remiremont, annonça que l'on tenait Brisach pour perdue. Et de fait, les Comtois apprirent bientôt que la place s'était rendue aux Weimariens deux jours plus tôt. Dès la prise de Brisach, SaxeWeimar remonta le Rhin et, comme l'année précédente, se dirigea vers le val de Delémont. Or, cette fois, son objectif ne serait plus les villes rhénanes mais la Franche-Comté de Bourgogne et plus particulièrement les régions de la Montagne jurassienne encore épargnées par les misères de la guerre.

L'invasion de la Montagne (1639)

150L'année 1639, « la plus funeste et tragique que la Bourgogne ait eu », disait le conseiller Girardot, marqua effectivement un tournant dans l'histoire de la guerre de Dix Ans : les Comtois perdaient la Montagne jurassienne. Ultime refuge pour les populations des plaines, cette contrée relativement préservée produisait encore quelques cultures malgré les quartiers d'hiver des Lorrains et surtout, recevait de Suisse le ravitaillement des troupes de campagne et celui des villes qui résistaient encore : Dole, Gray, Salins, Vesoul, Luxeuil, Besançon...

151L'invasion de la Montagne par Weimar visait un double objectif : remettre en état l'armée dite suédoise épuisée par sa campagne sur le Rhin et lui procurer des quartiers d'hiver, ensuite, achever la désolation du comté de Bourgogne totalement coupé de l'Empire depuis la chute de Brisach. Aussi, après avoir séjourné quelque temps sur les terres bâloises, Weimar donna à ses troupes l'ordre d'avancer.

L'entrée des Suédois

152L'entrée des troupes weimariennes en Franche-Comté posait quelques problèmes aux historiens en ce sens que les sources qui y font référence se contredisent. Ainsi, dans toutes les archives comtoises, les contemporains affirment que Weimar est entré par la vallée de Morteau, ou encore par l'abbaye de Montbenoît toute proche (Jean Girardot). En revanche, d'autres témoignages comme la Gazette de France citent Saint-Ursanne et la Franche-Montagne comme lieux de passage.

  • 16 Routhier (Jean-Pierre), "Les Suédois dans le val de Morteau", Nouvelles Annales Franc-Comtoises, t (...)

153Or, un auteur de la fin du xixe siècle, Jean-Pierre Routhier16, avait déjà formulé la bonne hypothèse : les Suédois empruntèrent deux routes pour pénétrer en Franche-Comté. Ainsi, une avant-garde de cavaliers traversa le Doubs à Saint-Ursanne après avoir vainement tenté de passer par Saint-Hippolyte, gagna ensuite la Franche-Montagne puis Morteau par la rive gauche ; le gros de l'armée emprunta quant à lui le territoire suisse par Saignelégier, La Chaux-de-Fonds, Le Locle et arriva à Morteau par Montlebon, quatre jours après les cavaliers. Examinées sous cet éclairage, les sources françaises et comtoises n'étaient nullement contradictoires.

  • 17 Loye (Louis), Histoire du comté de La Roche et de Saint-Hippolyte sa capitale, 1888, p. 206.

154Favorisé dans ses projets par un hiver doux et sans neige, Weimar réunit son armée à Porrentruy. De là, il envoya son avant-garde à Saint-Hippolyte afin de s'emparer du pont et de traverser le Doubs. Les bourgeois de la ville allaient accorder le passage aux Suédois quand le comte de Saint-Amour, revenant précipitamment de la montagne avec cent cinquante soldats, bloqua le pont. « La capitulation de la place [était] quasi comme accordée », écrivait-il à la Cour du Parlement ; la longue et héroïque résistance des habitants de Saint-Hippolyte, certifiée par l'abbé Loye17, n'était finalement qu'une pure invention...

155Pressés de surprendre Pontarlier, les cavaliers suédois préférèrent éviter un siège et remontèrent le Doubs à la recherche d'un autre passage. C'est ainsi que le 13 janvier 1639, ils franchirent la rivière à Saint-Ursanne et arrivèrent sur le territoire comtois par Les Essarts, Trévillers et Maîche. Le lendemain à Bonnétage, ils bousculaient les quelques Lorrains qui tentaient de les arrêter, et enfin, dans la nuit du 14 au 15 janvier, investissaient par surprise la « Grand'Ville » de Morteau. Affolée, la population tenta de fuir vers la Suisse par Montlebon mais elle fut arrêtée. Avec le jour, trois cents miliciens du Val attaquèrent les Suédois mais l'opération se termina par un massacre (le pont rouge).

156Entre temps, Weimar resté avec l'infanterie remontait la rive droite du Doubs, sommant au passage le château de Franquemont, usant des munitions préparées dès la fin de décembre par les Suisses de Saint-Imier. Le 17 janvier, il arrivait aussi à Morteau.

Lentrée des troupes suédoises
– janvier 1639 –

157Sans perdre un instant, le colonel Reinhold de Rosen mena mille chevaux sur Vercel où s'étaient réfugiés les Lorrains précédemment malmenés ainsi que les compagnies du prince François et du comte de Saint-Amour. Mais l'armée de Franche-Comté s'étant repliée sur Omans, Rosen incendia Vercel et s'en retourna sur Morteau par Orchamps-Vennes. Le 19 janvier, l'Allemand Varlosky ayant lui aussi quitté les environs de Pontarlier, plus rien ne s'opposait à la marche des Suédois. Abandonnant le Val après avoir incendié Villers-le-Lac, l'église et le prieuré de Morteau, l'ennemi se dirigea sur Pontarlier en pillant les villages sur sa route. Le 20janvier 1639, il mettait le siège devant la ville. Le premier objectif de Bernard de Saxe-Weimar était atteint.

Les Suédois dans la Montagne

  • 18 Bichet (P.), Guiraud (J.), Malfroy (M.), Olivier (B.), Histoire de Pontarlier, 1979, p. 105.

158Pontarlier défendue par le commandeur de Saint-Maurice ne résista que quatre jours18. Le 24 janvier, elle se rendait à Weimar qui autorisa la garnison à se retirer vers Besançon. Les Suédois s'approprièrent toutes les mesures de blé engrangées dans la ville et en envoyèrent la plus grosse part à Brisach.

159Pendant que durait le siège, l'ennemi s'était emparé du château de Jougne (22 janvier) et Rosen avait repoussé les cavaliers du marquis de Saint-Martin aux Usiers. Indifférent aux événements, le duc de Lorraine s'était contenté d'effectuer le trajet de Besançon à Omans afin de reconnaître les forces suédoises. En réalité, bien décidé à rejoindre le Cardinal-Infant, il songeait plus à regrouper et faire évacuer son armée vers les Pays-Bas qu'à se préoccuper du sort de la Franche-Comté.

160Weimar fit de Pontarlier son quartier général et ses troupes, par régiments entiers ou par petites escadres, se répandirent dans toute la Montagne jurassienne et même au-delà. Le 25 janvier, elles entraient à La Rivière ; le 28, elles pénétraient dans le val de Mièges et assiégeaient Nozeroy qui tomba le 4 février, son château le 5. Une dernière chevauchée des Lorrains essaya de reprendre les Usiers mais elle fut repoussée jusqu'à Longeville ; les Suédois en profitèrent pour envahir Mouthier-Haute-Pierre et y placer des sauvegardes. Et déjà, d'autres troupes reconnaissaient les abords de Salins, investissaient la forteresse de Joux qu'on disait imprenable. Et pourtant ! En l'absence du gouverneur Fauche de Domprel, le capitaine de la place, un certain La Verdure, se rendit le 13 février à Christophe de Grün, lequel prit possession d'une forteresse intacte...

161Rosen fut ensuite chargé d'attaquer les troupes de Charles IV qui se repliaient sur Besançon. Il remonta la Loue et parvint à Omans le 15 février. Ses adversaires étant déjà hors de portée, le colonel allemand se rendit maître de toute la vallée sans rencontrer de résistance, si ce n'est celle des châteaux de Maillot, Châteauvieux et Châtel-Saint-Denis qui refusèrent d'ouvrir leurs portes. La ville d'Ornans fut rançonnée à trois cents pistoles et vingt-cinq muids de vin. Puis Rosen remonta sur le plateau et marcha en direction de la baronnie de Belvoir par Durnes, Vercel et les Mont-de-Villers. Le 19 février, il entrait dans le vallon de Sancey et assiégeait Belvoir.

162Déjà en route vers la Lorraine, le duc Charles décida néanmoins de revenir sur ses pas en apprenant la nouvelle du siège de B*elvoir. Cette attitude, surprenante chez un personnage qui abandonnait une province entière aux mains des Suédois, s'explique très facilement : ayant secrètement épousé la princesse de Cantecroix — l'héritière de la Maison de Belvoir-Cusance — en 1637, le duc défendait son patrimoine comtois menacé par l'ennemi. Partant de Besançon, il arriva à Roulans le 25 février, traversa la ville déserte de Baume-les-Dames et parvint à Belvoir le 28. Avertis, les Suédois s'étaient enfuis à Orchamps-Vennes, les uns par Belleherbe et Bretonvillers, les autres par Laviron et Pierrefontaine, poursuivis par la garnison du château de Belvoir et les villageois de Sancey réfugiés dans les grottes et les bois ; ils laissèrent sur place quantité de vivres et même le carrosse qui véhiculait la femme et l'enfant du colonel Rosen.

163La délivrance de Belvoir resta sans lendemain. Informé du retour des Suédois, Charles IV renforça la garnison du château, fit charger sur un chariot tous les bagages de Rosen et ordonna la retraite. Or. le chariot en question n'arriva jamais à Baume : les villageois du val de Cusance réfugiés dans la grotte de Guillon le dérobèrent et le firent disparaître. Quant aux Lorrains, ils regagnèrent précipitamment la vallée du Doubs, pourchassés par les premiers cavaliers suédois ; pour protéger leur fuite, ils incendièrent Petit-Crosey, Lomont-sur-Crête et Villers-Saint-Martin. Le 4 mars 1639, le duc de Lorraine quittait Besançon pour le bailliage d'Amont. Le 7, il logeait à Faucogney et quelques jours plus tard franchissait la frontière avec son armée. Jamais plus il ne devait revenir en Franche-Comté.

164Peu désireux d'affronter la nouvelle garnison de Belvoir, les Suédois reprirent leur chevauchée. Le 7 mars au matin, Rosen forçait Châtelneuf-en-Vennes ; plus au nord, d'autres cavaliers dévastèrent la terre de Passavant, s'emparèrent du château du Châtelard puis retournèrent à Omans. S'étant reposés quelques jours dans la maison de « Mr de Granvelle », ils franchirent le Doubs à Chalèze et mirent à sac les environs de Besançon : Thise, Vaire, Beaupré, Torpes, Thoraise, Montrond...

165Mais l’invasion des Suédois ne se limita pas seulement à la moitié nord-est de la Montagne jurassienne : soucieux de fermer tous les passages avec la Suisse, l'ennemi porta aussi ses efforts vers le sud, en direction de la terre de Saint-Claude.

166Il n'y eut tout d'abord que des courses, des pillages et des opérations de reconnaissance. Ainsi le 12 mars, des habitants de Bellefontaine et Morez furent tués par des soldats qui volaient le bétail ; le 17, trois cents cavaliers qui cherchaient du vin pour Weimar saccagèrent les faubourgs d'Arbois et les villages des alentours. De leur côté, les Français postés à Grimont et Bletterans ne restaient pas inactifs, prenant Saint-Martin-lès-Voiteur et Conliège, menaçant Colonne, Vaudrey et Villers-Robert.

167Puis les régiments entiers se mirent en marche. Le 13 avril, la ville de Saint-Claude ouvrit ses portes aux Suédois qui rançonnèrent la population à 12000 écus et se retirèrent aussitôt. De Nozeroy, Guébriant s'empara de Châteauvilain, La Chaux et Montsaugeon (19-23 avril). Deux fois, les environs de Salins furent reconnus par le colonel Rosen, le plus entreprenant des officiers de Weimar.

168Vers la mi-avril, le gouvernement comtois crut que les Suédois allaient se retirer. En réalité, Weimar avait réuni le gros de ses troupes à Pontarlier et Morteau pour marcher vers l'Alsace et assiéger les places qui échappaient encore à la France, Thann notamment. Le 24 avril, le duc avait quitté la Franche-Comté. Seulement, les régiments restants ne se contentèrent pas de l'attendre : ainsi, pour réduire un îlot de résistance, le colonel Ohem mena trois mille cavaliers vers la basse vallée du Dessoubre. Le 30, il arrivait devant Saint-Hippolyte ; la ville se rendit le lendemain. Les châteaux de Neuchâtel-Urtière et de Franquemont tombèrent également, en revanche, l'ennemi échoua devant ceux de Châtillon-sous-Maîche et de La Roche.

169Plus au sud cette fois, les Suédois retournèrent à Saint-Claude, non par le Grandvaux, mais par le *col de La Savine et en forçant le passage de Morez. Ils y parvinrent le 17 mai et chassèrent la garnison comtoise ; trop peu nombreux, ils ne purent néanmoins s'y maintenir. Les miliciens de la Montagne reprirent le contrôle de la ville mais pour peu de temps : le 31 mai, La Mothe-Houdancourt entrait par Les Moussières et s'emparait de Saint-Claude. Le lendemain, ses hommes y mirent le feu avant de regagner le Bugey par la vallée du Tacon. Cinq villages connurent le même sort que Saint-Claude : Septmoncel, Montépile, Villard, Coyrière et Coiserette.

170Thann s'étant rendue à Weimar le 18 mai 1639, les Suédois revinrent progressivement en Franche-Comté. Dans le même temps, des troupes françaises se réunissaient au duché de Bourgogne. On crut un instant qu'elles feraient leur jonction avec les Weimariens pour investir Salins, laquelle n'avait pas été véritablement inquiétée jusqu'à présent ; en réalité, les troupes composées de cavaliers et de paysans devaient couper les blés en herbe autour des villes de Gray et de Dole. Le1er juin, sept cents cavaliers incendièrent le château de Montureux au nord-est de Gray, mais les faucheurs n'entrèrent que le 24. Mal préparée, leur expédition tourna court : ils ne purent dépasser le couvent des capucins de Gray et durent s'en retourner en commettant quelques dégâts dans les cultures. La véritable « guerre des moissons » serait pour l'année suivante...

171Dans le Jura, les courses reprirent de plus belle. La nouvelle campagne approchant, les Suédois multiplièrent les expéditions, forçant les derniers châteaux comme Versen-Montagne et Vadans, pillant les villages et les couvent pour réunir le maximum de butin avant leur départ. On signalait leur présence partout, dans les montagnes mais aussi autour de Dole et jusqu'aux environs de Vesoul. Vers le milieu de mois de juin, la rumeur de leur retraite devint certitude.

La retraite des Suédois et la reconquête des places

172Le retour de Weimar en Comté ne fut suivi d'aucune opération d'envergure à cause d'un différend survenu entre le condottiere et Richelieu à propos de Brisach. Selon les contemporains, le duc refusa même de marcher sur Salins et n'eut plus qu'une seule préoccupation : procéder au regroupement de son armée et évacuer la Franche-Comté.

173Le 27 juin 1639, les Suédois commencèrent de remettre aux Français tous les postes qu'ils détenaient dans la Montagne, la forteresse de Joux exceptée. Le 3 juillet, le gros de l'armée quittait Pontarlier pour Montbenoît où Weimar logea deux jours. Les troupes durent ensuite traverser Orchamps-Vennes, Loray et Pierre-fontaine car le 8, elles passaient au pied du château de Belvoir. Puis elles suivirent la vallée de la Barbêche, franchirent le Doubs au Pont-de-Roide et se rassemblèrent à Blamont le 10. La garnison de Saint-Hippolyte les rejoignit par Chamesol, celles de Lure et Granges par Héricourt et Montbéliard. Dix jours plus tard, tous les régiments weimariens avaient quitté la Franche-Comté pour l'Alsace.

174Or, une tradition bien ancrée veut qu'en juillet 1639, la retraite des Suédois se soit accompagnée d'un incendie général des villages et villes de la Montagne jurassienne. « Furent consumés plusieurs centaines de grands et beaux villages et plusieurs maisons de gens de condition », relatait Jean Girardot qui voyait la lueur des flammes depuis le château Sainte-Anne, lieu de son refuge. La tradition a été suivie à la lettre par tous les auteurs de monographie qui ne manquent pas d'attribuer aux Suédois l'incendie de leur village. Plus encore, la légende attribue aux soldats de Weimar une cruauté proverbiale : « Méchant comme Weimar », dit le proverbe ; « Tais-toi, voici les Suédois ! » lançaient autrefois les femmes de Pontarlier aux enfants en pleurs. Un peu partout en Franche-Comté, des récits rappellent la cruauté des Suédois comme par exemple à Lepuix-Gy dans le Territoire de Belfort où un étang des Vosges, dit des Belles Filles, conserverait le souvenir des filles du village qui avaient préféré s'y noyer plutôt que de tomber entre les mains des soudards weimariens ; dans le Jura et dans le Doubs, c'est la légende des paysans murés ou enfumés dans les grottes qui a la préférence des conteurs. Que doit penser l'historien de cette tradition ?

175Il y eut effectivement des actes de barbarie, des incendies et des destructions perpétrés par les soldats de Saxe-Weimar en 1639, mais rien ne permet de généraliser ni d'attribuer aux seuls Suédois l’exclusivité d'une cruauté qui était le fait de tous les hommes d'armes de l'époque, quelle que fût leur nationalité. Ainsi, de janvier à juillet, une cinquantaine de villages comtois furent brûlés, de même que des villes importantes comme Saint-Claude ou Pontarlier, cependant ce ne fut pas la totalité de la Montagne, de Saint-Claude à Saint-Hippolyte comme on a la coutume de l'écrire. Ensuite, la plupart des feux furent allumés au cours des premiers mois de l'invasion (janvier et février) et non au cours de la retraite de juillet. On a dit par exemple que la terre de Belvoir avait été entièrement incendiée or, sur la bonne vingtaine de villages que comptait cette grande baronnie, seuls quatre avaient effectivement été réduits en cendres. « Weimar livra [Saint-Hippolyte] au pillage et à l'incendie avant de reprendre le chemin d'Alsace », écrivait l'abbé Loye dans son Histoire du comté de La Roche. Tout est faux : la garnison suédoise fit seulement promettre aux bourgeois d'attendre les compagnies françaises qui devaient la remplacer ; le capitaine comtois de Châtillon-sous-Maîche eut même toutes les peines du monde à faire entrer ses soldats en ville et les bourgeois n'acceptèrent finalement de trahir leur engagement que lorsqu'il menaça d'employer la force. Et de tels exemples pourraient être multipliés !

176Sans doute, les Comtois ont retenu les cas de Pontarlier qui brûla le 6 juillet 1639 avec au moins trois cents de ses habitants, et de Saint-Claude dévorée par les flammes le 1er juin, seulement, Weimar était déjà aux environs de Montbéliard lorsque la tragédie se produisit à Pontarlier. Quant à Saint-Claude, ce furent les soldats commandés par La Mothe-Houdancourt qui y mirent le feu et non les Suédois qui s'étaient contentés de la rançonner. Enfin, d'une manière plus générale, tous les indicateurs économiques et démographiques ont révélé que la Montagne jurassienne avait été la région de Franche-Comté la moins touchée par la guerre de Dix Ans. Voilà qui contredit sérieusement l'image d'une contrée entièrement dévastée et rendue déserte par l'invasion des Weimariens.

177« Les soldats de cette nation barbare, écrivait un curé de l'époque, ont exercé des cruautés incroyables sur ceux qui, par malheur, tombaient entre leurs mains ». Weimar et ses troupes avaient, il est vrai, mauvaise réputation : tout le monde craignait « de passer par les armées de S.A. de Weimar qui tuaient et pillaient aussi bien les amis que les ennemis », déclarait un ambassadeur montbéliardais et en 1637, un dirigeant comtois affirmait lui aussi à propos de Weimar, « nous avons affaire à un homme le plus méchant et dangereux qui soit au monde et le plus mal affectionné à cette province qui fut jamais ». Mais n'était-ce pas la réputation de tous les généraux et de tous les soldats de la guerre de Trente Ans, avides de butin et libres de faire ce qu'ils voulaient ? Les mêmes scènes de cruauté ont été commises par les Français qui, il ne faut pas l'oublier, dévastèrent la Comté plus longtemps que les Suédois ; par les troupes alliées aussi, les Lorrains et les Impériaux en l'occurrence qui se comportèrent comme des ennemis, ruinant la province avant même que Weimar y entrât ; ils firent preuve de plus « d'inhumanités que n'en a pratiqué l'ennemi en son passage dans ce pays comme ceux qui ont été prisonniers des uns et des autres l'avouent », certifiait un témoin ; par les troupes comtoises enfin qui agirent tout pareillement, volant, maltraitant, assassinant les villageois ; on disait par exemple du commandant de la garnison des Usiers que « les pauvres passants appréhendaient plus sa rencontre ou celle de ses soldats que celle des Suédois qui sont à Joux, desquels ils recevaient meilleur traitement ».

178D'ailleurs, on parle de Suédois, mais quels soldats s'enrôlaient encore sous la bannière de Saxe-Weimar en 1639 ? Depuis longtemps, ce n'étaient plus les paysans en uniforme gris qui, débarquant dans l'île de Rügen, défilaient en bon ordre, animés d'un certain enthousiasme religieux comme l'écrivait l'historien Georges Pagès, mais « des soldats de métier recrutés sans souci de nationalité ni de confession, et qui ne combattaient que pour la solde, les réquisitions et le pillage. L'armée suédoise ne se distinguait plus guère des autres et souffrait des mêmes maux ». Combien de Suédois y avait-il encore dans l'armée du condottiere après la défaite de Nordlingen ? Bien peu vraisemblablement, aussi le terme de Weimariens conviendrait en réalité mieux que celui de Suédois pour désigner ses soldats.

179En somme, l'invasion suédoise dans la Montagne fut un épisode parmi tant d'autres de la guerre de Trente Ans en Franche-Comté. Les hommes de Weimar se comportèrent en ennemis, les soudards tourmentant la population souvent cruellement, les officiers faisant parfois preuve, quand ils le pouvaient, d'un peu plus d'humanité, comme le firent tous ceux qui se succédèrent sur le sol comtois, Lorrains, Croates, Français..., ni plus ni moins. D'ailleurs, Weimar qui nourrissait l'ambition de faire de la Comté et de l'Alsace un landgraviat dont il serait le maître, avait-il intérêt à ce que ses troupes y commissent des dégâts irréparables ? Toujours est-il qu'à aucun moment, il n'y eut des paysans emmurés vivants dans leur grotte ; quant au massif vosgien et à l'étang des Belles Filles, ils portaient déjà ce nom au xvie siècle, bien avant l'arrivée des Suédois dans la région.

180Mais alors, dira-t-on, pourquoi tant de souvenirs, tant de légendes courent encore sur le compte des Weimariens ? Il y a sans doute de multiples raisons. En premier lieu, il convient de rappeler que l'invasion des montagnes fut une vaste opération qui toucha un large territoire et qui eut d'importantes conséquences économiques pour la province : l'ennemi s'était emparé de la dernière région encore préservée de Franche-Comté, son dernier grenier à blé et à vivres. Dès lors qu'elle fut prise et courue par les soldats, plus rien ne pouvait encore retenir la population survivante qui se dirigea en masse vers les pays étrangers pour y attendre la fin du conflit. En 1639, la province comtoise se trouvait donc uniformément couverte de ruines et de déserts et il semble tout à fait normal que les contemporains, puis les historiens, aient souligné l'importance et insisté sur un épisode aussi marquant de cette guerre.

181Il se peut également que la Montagne, isolée du reste du pays par son climat et sa géographie et plus ancrée dans ses traditions, ait davantage gardé le souvenir de cette « invasion des Suédois », la seule qu'elle eut à subir d'ailleurs, et que le temps déforma pour n'en retenir que le tragique et le merveilleux. Dans les villages des plaines de Haute-Saône, n'est-ce pas le sinistre passage des Impériaux de Gallas dont se souvient encore la mémoire collective et qu'évoquent toujours certains lieux-dits ?

182Ensuite, il est certain que le royaume de France, ayant conquis la Franche-Comté en 1678, avait tout intérêt à répéter, sinon à amplifier les horreurs commises par les Suédois pour mieux faire oublier celles que perpétrèrent ses propres troupes. Le 8 janvier 1674 par exemple, toute la population du village frontalier d'Arcey fut massacrée par un détachement de soldats français. Or, un document du début du xviiie siècle attribua la responsabilité de la tragédie... aux Suédois qui avaient quitté la région depuis bien longtemps. On penserait volontiers qu'une telle politique n'aurait plus cours à l'heure actuelle, après plus de trois siècles, dans un pays moderne où l'Histoire occupe une place importante, mais faut-il rappeler qu'il y a peu de temps encore, l'inattendue année des châteaux commémorait officiellement le tricentenaire du rattachement de la Franche-Comté à la France, et proscrivait l'emploi de termes comme conquête, guerre ou invasion ?

183Enfin, et peut-être pour cela, certains historiens locaux n'ont pas toujours étudié et relaté la guerre de Dix Ans avec l'objectivité qui convenait. Ainsi, les écrivains romantiques du xixe ont retracé les drames du passé, ceux de la guerre de Trente Ans en particulier, en les déformant, en les caricaturant et en faisant bien entendu la part belle aux légendes suédoises. Les auteurs des premières monographies, souvent des prêtres catholiques comme les abbés Loye, Richard et Narbey, ont trouvé en Weimar, ennemi et protestant de surcroît, le bouc émissaire idéal de tous les malheurs survenus au xviie siècle et leurs écrits ont largement contribué à répandre les erreurs et les exagérations qu'il est difficile de corriger aujourd'hui tellement la réalité s'est fait dépasser par la légende.

184Les derniers contingents ennemis quittèrent donc la province comtoise vers le 20 juillet 1639. Weimar, gagnant Porrentruy, Ferrette puis Huningue, marchait vers sa dernière demeure : à Neuenbourg, il tomba malade, de la peste vraisemblablement, et mourut le 18 juillet 1639. Son corps resta dans la place tandis que son cœur était envoyé à Brisach. Ainsi, âgé à peine de trente-cinq ans, disparaissait un des plus célèbres généraux allemands de la guerre de Trente Ans. Unanimes, les Comtois virent en cette mort inopinée la juste punition de Dieu...

185Dès le départ des Weimariens, le gouverneur comtois Saint-Martin ordonna la reconquête des places occupées. Car en plus de Bletterans, Grimont et Saint-Amour, l'ennemi détenait Joux, Nozeroy, Vers, Châteauvilain, La Chaux et Montsaugeon et il était vital pour Dole, Besançon, Salins et les autres villes d'Amont que les routes de la Suisse, d'où transitaient les vivres et les munitions indispensables, fussent libres à nouveau. Seulement, le gouverneur n'avait pratiquement plus de troupes maintenant que les Lorrains étaient partis : à peine mille cinq cents fantassins regroupés dans les villes et cent cinquante chevaux. Aussi, il ne put qu'autoriser des volontaires comme César de Saix, seigneur de Virechâtel et baron d'Arnans, à recruter des hommes pour défendre la province, quitte à fermer les yeux sur les pillages et les exactions de ces mercenaires improvisés.

186Dans la nuit du 20 au 21 juillet, la troupe d'Arnans, aidée des garnisons de Salins et de Besançon, reprit Montsaugeon, puis début août, Châteauvilain, Nozeroy, Versen-Montagne. Au nord, les Comtois se réinstallaient aux Usiers, à Saint-Hippolyte, à Neuchâtel-Urtière... Le baron paya cher ses opérations de reconquête et ses pillages en Bresse : partant de Louhans avec quatre mille hommes, le marquis de Villeroi traversa Montmorot, Revigny, Orgelet et parvint le 24 août sur les terres de Virechâtel qui furent mises à sac. Villeroi incendia le château du baron en même temps que ceux de La Villette et de Fétigny puis retourna en France.

187Mais les choses se gâtèrent quand en septembre, les Comtois poussés par l'ambassadeur espagnol Sarmiento, mirent le siège devant Joux. Villeroi mena aussitôt six mille hommes qui le 21 chassèrent les assiégeants et entreprirent de regagner les places que le baron d'Arnans avait enlevées. Le 26 septembre, Vers et Montsaugeon tombaient et le lendemain, Nozeroy fut investie. Harcelé par les Comtois, Villeroi dut finalement lever le siège début octobre et se replier sur Grimont. On dit qu'il incendia tous les villages sur sa route, entre Pontarlier et Poligny, mais faute de preuves, il est difficile de confirmer l'information. Comme quoi, les Suédois en avaient tout de même épargné...

188Le reste de l'année 1639 s'écoula sans autres événements majeurs. Les courses et les embuscades continuèrent autour des villes et des châteaux occupés : le 22 novembre par exemple, trente chariots de vivres destinés sans doute à Salins, furent interceptés vers Arinthod par les Français de Grimont. Une tentative du baron d'Arnans contre ce château échoua quelques semaines plus tard.

189Il faut dire aussi que depuis le départ des Lorrains et des Suédois, les opérations de grande envergure avaient cessé en Franche-Comté ; la guerre de Trente Ans s'était éloignée vers d'autres contrées. Désormais, la misère et la désolation couvraient la province toute entière, une province presque déserte d'où émergeaient seulement quelques îlots de vie : les villes et les places fortes encore préservées, de moins en moins nombreuses. Il n'y avait plus de troupes de campagne et plus de moyens pour en lever d'autres ; les montagnes étaient aux mains des pillards et des francs-tireurs qui combattaient pour leur propre compte... A partir de 1640 s'ouvrait la seconde phase de la guerre de Dix Ans, celle des derniers affrontements locaux, celle aussi des premières cessations d'hostilités.

La longue attente de la paix (1640-1644)

190La France qui commençait à recueillir les fruits de la politique rigoureuse de Richelieu et connaître les succès militaires, n'envoya plus de grande armée en Franche-Comté. Elle devait faire face sur un large front : Pays-Bas, Lorraine, Italie, Pyrénées, sans oublier l'assistance qu'il fallait apporter aux adversaires de l'Empereur et, à l'intérieur même du royaume, les difficultés causées par les princes et les révoltes paysannes. L'argent manquait et la guerre franco-espagnole devint graduellement une guerre d'usure dans laquelle il n'était plus possible de disperser les forces.

191Isolée, ruinée et dépourvue de troupes, la Franche-Comté n'aurait d'ailleurs pas résisté à une invasion en règle. Appauvrie, l'Espagne n'avait plus rien à lui apporter si ce n'est quelques aides financières ; quant à l'Empereur lui-même en difficulté, il s'était totalement désintéressé du sort de la Comté.

192A partir de 1640 donc, des troupes françaises tentèrent de faire tomber les dernières places comtoises, par les armes ou tout autre moyen comme de détruire les cultures ou de pratiquer le pillage et l'insécurité permanente. Deux ans plus tard, lassés de cette guerre « infâme », les belligérants concluaient les premiers armistices, bientôt suivis d'une trêve générale signée dès la régence d'Anne d'Autriche et que l'ultime invasion de 1644 ne devait pas compromettre.

Les dernières campagnes (1640-1641)

193Après le départ des grandes armées, la lutte reprit quoiqu’à une échelle beaucoup plus réduite. Ainsi, le marquis de Villeroi mena ses faucheurs sous les murs de Dole, Gray et Salins au cours de l'été 1640 et l'année suivante, Grancey et du Hallier coururent plus efficacement le nord du bailliage d'Amont.

194L'hiver 1639-1640 avait été calme, mais avec le retour du printemps, les garnisons frontalières relancèrent les courses et les « parties » chez l'adversaire, souvent « pour avoir du bétail et autres nécessités », avouait Jean Girardot. Le 1er mars 1640, Gy fut pillé par un groupe de soldats français. En réponse, la garnison grayloise dévasta cinq jours plus tard le quartier de Fontaine-Française et rapporta un important butin. La plupart des courses venaient de Bourgogne, de Bresse et du Bugey, mais aussi de l'est, de Belfort, Montbéliard et Lure notamment et si les régions frontalières étaient les plus touchées, certaines expéditions se risquaient au coeur du pays : le 15 mai 1640, quatre-vingts cavaliers français allèrent jusqu'aux portes de Besançon et au retour, ils dérobèrent le bétail des Dolois. Au bailliage d'Aval, le baron d'Arnans lançait des raids en Bresse mais chacune de ses tentatives pour reprendre Grimont échouait : Villeroi veillait et envoyait aussitôt des renforts au secours de la place.

195Grâce à leurs espions, les Comtois connaissaient dès la mi-mai les principaux objectifs des Français pour l'été : les villes de Dole, Salins et Gray avec mission de s'en emparer par tous les moyens. De fait, le 22 mai 1640, Villeroi campait déjà vers Arlay et Ruffey avec quatre cents chevaux et trois mille fantassins parmi lesquels on dénombrait cinq à six cents paysans armés de faux. Salins fut donc sa première cible, mais avant d'y mener ses troupes, le marquis tenta de s'en rendre maître par la ruse : le 31 mai, il envoya trois cents hommes et des chariots chargés de blé aux portes de la ville, les faisant passer pour des Comtois poursuivis. Méfiant, le mayeur de Salins fit entrer les chariots mais isola les conducteurs dans différents quartiers de la ville et finit par les chasser.

196Le 4 juin, les Français entraient à Arbois et dans la nuit, portèrent une attaque contre Bracon et Saint-André de Salins. Seulement, personne n'était là pour leur ouvrir les portes et la tentative tourna court ; ils durent se replier sur Arbois. Le 5, ils cernaient Vaudrey où, la garnison ayant refusé de se rendre, les faucheurs firent quelques dégâts dans les blés, puis le 7, ils arrivèrent devant Dole par la porte du Pont. Repoussé par les habitants, Villeroi décida alors de franchir le Doubs plus en aval, à Petit-Noir, et le 12juin, il établissait de nouveaux quartiers à Choisey, Foucherans et Saint-Ylie. Dans les ruines de ce dernier village subsistait une tour carrée où s'étaient enfermés quinze soldats dolois. Le 13 au matin, l'ennemi fit sauter la tour et l'explosion tua douze des soldats.

197Cette fois, les faucheurs de Villeroi entrèrent pleinement en action, coupant les blés sous les yeux des Dolois qui, disait-on, lorsqu'ils en capturaient quelques-uns, les renvoyaient avec la main droite tranchée. Aussitôt, le gouvernement comtois ordonna au baron d'Arnans de pénétrer avec ses hommes en Bourgogne et en Bresse et d'y commettre le maximum de dégâts. Le 16 juin, Villeroi s'établit autour de Brevans et de Baverans où ses troupes continuèrent leurs dévastations et le 18, il levait enfin le camp pour se diriger vers Gray par Rochefort et Moissey.

198Après dix jours de repos à Pesmes, les Français arrivèrent dans les plaines d'Arc et de Chargey-lès-Gray où les faucheurs recommencèrent leur manège. Mais les continuelles sorties de la garnison grayloise et, surtout, les représailles du baron d'Arnans en Bresse obligèrent Villeroi à se replier. Le 4 juillet 1640, il quittait Chargey et son départ ramena le calme en Comté. Informé de la « guerre des moissons », le Cardinal-Infant fit verser 150 000 francs aux habitants pour leur permettre d'acheter le blé qu'ils avaient perdu. Selon une estimation, 175 hectares auraient été dévastés par l'ennemi autour de la seule ville de Dole.

199Le 20 juillet 1640, les Graylois furent une nouvelle fois en alerte : mille cinq cents cavaliers français passaient sous les murs de Champlitte et se dirigèrent sur la Saône. On craignait pour les châteaux des environs, Scey, Rupt et Ray-sur-Saône, mais en réalité, la troupe continua sa route vers Vesoul, Lure puis l'Alsace. Le 13 août en revanche, le marquis de Tavannes investit Gy ; seulement, les occupants du bourg refusèrent de lui céder et l'arrivée d'un secours graylois le força à rebrousser chemin trois jours plus tard.

200Il y eut néanmoins des tentatives plus heureuses : début septembre, un petit détachement français s'empara de la maison forte de Franey à l'ouest de Besançon. L'abbé de Saint-Paul qui y séjournait fut emmené prisonnier. Le 27 du même mois, des hommes de la garnison montbéliardaise, déguisés en paysans et en femmes, réussirent à pénétrer au château de Baudoncourt qui, mal gardé, tomba entre leurs mains. Cette prise rendit plus difficile encore la condition des habitants de Luxeuil, Faucogney et Vesoul qui, environnés d'ennemis, ne pouvaient plus cultiver ni commercer.

201Dans le Jura, la population commençait d'être lassée du sieur d'Arnans qui pillait autant les Comtois et les Suisses que les Bressans. En outre, le baron refusait d'obéir aux ordres du gouverneur et se brouillait avec les autres colonels. Ses hommes empêchaient le bon déroulement des récoltes et l'acheminement des convois, suscitaient la colère des Suisses qui prenaient des mesures préjudiciables à tous : le 20 août 1640, le bailli de Romainmôtier fit saisir les meubles des prieurés de Mont-Sainte-Marie et de Mouthe remisés sur son territoire pour se dédommager des vols commis par les francs-tireurs. Quelques mois plus tard, le Conseil de Neuchâtel publia à son tour un édit qui interdisait aux Comtois de pénétrer sur les terres de Neuchâtel-Valangin, ordonnant même aux officiers frontaliers d'employer la force s'il le fallait. Sur intervention du parlement de Dole, le Conseil revint toutefois sur sa décision et accepta l'entrée des marchands comtois, à condition qu'ils fussent munis d'attestations dûment signées de la Cour.

202En octobre enfin, Claude Prost-Lacuson réoccupa avec quelques hommes les ruines de Montaigu, château qui dominait Lons-le-Saunier. Une nouvelle garnison allait ainsi s'opposer aux passages et aux convois des Français, mais aussi, étendre sa domination sur une région déjà fort éprouvée et qui, de gré ou de force, devrait assurer la subsistance des soldats quand les courses sur la Bresse n'y suffiraient plus. L'année 1640 s'acheva cependant avec un petit espoir : le Cardinal-Infant choisit le Comtois Antoine Brun, procureur général au Parlement, pour représenter le Cercle de Bourgogne à la diète impériale prévue à Ratisbonne en septembre. La Franche-Comté pourrait-elle obtenir de ces négociations internationales le rétablissement de sa neutralité ? Chacun l'espérait tout en sachant qu'il faudrait attendre : « notre diète marche lentement, confiait le procureur Brun, (il est] possible que les pas en seront plus assurés »...

  • 19 Genevoy (Robert), "Les méfaits d'une garnison comtoise pendant la guerre de dix ans", Nouvelle Rev (...)

203L'arrivée de l'hiver obligea le gouvernement comtois à réformer les troupes du pays car partout, l'argent et les vivres manquaient. Seulement, chaque réforme avait des conséquences : en réduisant les effectifs, on affaiblissait les places, même si l'hiver semblait peu propice aux tentatives de l'ennemi ; ensuite, les officiers royaux, les contrôleurs des armées notamment, diminuaient d'autant les aides financières octroyées à la province, lesquelles étaient bien entendu attribuées en fonction du nombre des soldats en service ; enfin, les hommes licenciés se transformaient immanquablement en pillards qui battaient la campagne autour des places, courant les villages, interceptant les convois, accroissant la misère et le manque de nourriture. C'est ainsi qu'en juin 1641, la ville de Salins dut créer un corps de miliciens pour chasser les soldats qui encerclaient littéralement la cité. Les garnisons régulières, isolées dans leurs places, avaient les mêmes pratiques : ainsi aux Usiers, un certain Robert, capitaine liégeois au service du marquis de Saint-Martin, transforma son château en un véritable repaire de brigands qui terrorisaient les paysans des environs. Le gouverneur dut user de la force pour entrer dans la place et se saisir du capitaine. Conduit dans les geôles d’Ornans, le prisonnier lui faussa compagnie trois mois plus tard19.

204Le long des frontières et autour des châteaux occupés (Grimont), les courses reprirent dès le printemps de 1641, toujours pour les mêmes raisons : piller et faire contribuer les villages ennemis ou à l'inverse, lancer des opérations de représailles pour répondre à une précédente expédition. En avril, les Comtois coururent Fontaine-Française, Arbent, Nantua, incendièrent Sagy-lès-Louhans... Début mai, les Français brûlèrent Les Bouchoux ainsi que trois villages de la paroisse Saint-Georges et tout le reste du mois, battirent la campagne autour de Saint-Claude. Le 12 juin, trois cents cavaliers s'établirent à Hyèvre-Paroisse avec l'intention de piller le val d'Ornans. En réalité, ce fut de Grimont que vint l'attaque : à la tête de cent chevaux, le vicomte de Courval traversa Pont-d'Héry le 17 et parvint à Omans le lendemain. Ses hommes dévastèrent les maisons, tuant les habitants qui n'avaient pas eu le temps de se réfugier au château. Pour éviter l'embrasement de leur ville, les Ornanais versèrent 500 pistoles à Courval, lequel regagna Grimont par Cléron, Myon et Port-Lesney.

205Puis vint l'été, un été pourri qui accrut encore la misère et la faim ; on vit les loups affamés suivre et attaquer les hommes en plein mois de juillet... Les garnisons de Franche-Comté continuèrent leurs raids au Bassigny, en Bourgogne, en Bresse et même en Suisse. A l'inverse, les convois de ravitaillement des villes comtoises étaient souvent la proie des embuscades ennemies : le 24juillet 1641, cinquante chariots qui se rendaient de Besançon à Luxeuil furent surpris vers Saulx par le comte de La Suze. Le convoi fut anéanti et l'escorte perdit quatre-vingt-dix hommes.

206En septembre enfin, le gouverneur français de Lorraine, le sieur du Halber, lassé des courses que les Comtois lançaient depuis les places du bailliage d'Amont, réunit des troupes et prépara une expédition d'envergure. Le 15, il pénétrait en Comté avec deux mille cinq cents hommes et quelques canons et mettait d'emblée le siège devant Jonvelle. Le colonel Gaucher le Jeune qui défendait la ville, composa le lendemain et les Français entreprirent de démanteler complètement les fortifications de Jonvelle. Puis l'ennemi fit tomber la plupart des châteaux de la région : Demangevelle, Magny-lès-Jussey, Saint-Rémy (17-18 septembre), Bougey, Mercey, les deux Chauvirey (22-23), Bourguignon, Betoncourt, Suaucourt, Villers-Vaudey, Artaufontaine (24-25), Ray, Chemilly (26-28), enfin Scey-sur-Saône le 29, sommant au passage la ville de *Vesoul de se rendre sans résistance. Isolés, sans secours, les Vésuliens durent céder : moyennant 3 000 pistoles, les Français leur accordèrent une sauvegarde valable dans un périmètre d'une lieue autour de la ville. Le 1er octobre, un trompette parvint sous les murs de Luxeuil qui, cinq jours plus tard, accepta elle aussi de verser 500 pistoles.

207Du Halber, et le comte de Grancey qui l'avait accompagné, établirent leurs quartiers à *Scey-sur-Saône et décidèrent de ne pas mener leur expédition plus au sud : ils ignoraient de quels effectifs disposait le gouverneur comtois et le bruit courait que plusieurs régiments d'impériaux allaient arriver au bailliage d'Amont. Cette nouvelle n'était en réalité qu'une ruse de guerre mais elle réussit pleinement : le 10octobre, les Français regagnèrent la Lorraine en laissant des garnisons à *Saint-Rémy, *Ray et *Scey-sur-Saône.

208Au début de novembre, au bailliage d'Aval cette fois, Prost-Lacuson s'emparait du château de Saint-Laurent-la-Roche, au sud de Lons-le-Saunier, prise qui constitua le dernier fait d'armes marquant de cette année 1641.

209Le 9 du même mois disparaissait à Bruxelles le vainqueur de Nordlingen, don Ferdinand d'Autriche, Cardinal-Infant d'Espagne, gouverneur des Pays-Bas. Il fut remplacé par don Francisco de Melo. Le 15 décembre, Jean-Baptiste de La Baume-Montrevel, marquis de Saint-Martin et gouverneur militaire de Franche-Comté, était à son tour victime d'une attaque d'apoplexie qui l'emporta six jours plus tard. Le baron de Scey-sur-Saône, Claude de Bauffremont, lui succéda.

Les premières surséances d'armes (1642-1643)

210A la fin de 1641, après cinq années de guerre, les Comtois n'aspiraient plus qu'à une seule chose : la paix. Les négociations de Ratisbonne n'ayant pas donné plus de résultats que les interventions timorées des Suisses, les dirigeants du comté de Bourgogne s'efforcèrent de conclure des ententes locales avec leurs proches voisins, tout aussi lassés du jeu des courses et des représailles. Ainsi, tandis que les villages de plus en plus nombreux se plaçaient sous sauvegarde, les premiers armistices furent signés avec la terre de Gex en France et la principauté de Montbéliard.

211Malgré les difficultés et la portée limitée de telles ententes, la volonté de paix finit par l'emporter dans la région. Progressivement le bruit des armes se tut dans quelques villages, puis seigneuries, enfin dans des bailliages entiers. A la fin de 1643, la mort de Louis XIII étant survenue entre temps, un accord avec la Bourgogne ramena la tranquillité sur toute la frontière occidentale.

En marge des accords : les sauvegardes

212Bien avant l'aboutissement des traités d'armistice, les Comtois avaient en effet recouru aux sauvegardes pour échapper à l'incendie et au pillage. La sauvegarde était une entente conclue pour un temps, une année généralement, entre d'une part une troupe ou une garnison ennemie, d'autre part une personne, un groupe de personnes, une communauté, une seigneurie entière. Les premiers accordaient protection et promesse de non-agression, les seconds devaient ouvrir les portes de leurs maisons, sinon de leurs châteaux, payer redevances en argent ou en vivres et bien entendu, n'engager ni même favoriser aucun acte hostile envers leurs protecteurs. Pour plus de garantie, il arrivait que quelques soldats, appelés aussi sauvegardes, fussent laissés dans le village ou la place afin de veiller au respect du traité et éviter toute velléité de trahison de la part des habitants.

213Des sauvegardes furent accordées par l'ennemi dès le début des hostilités, seulement elles ne duraient guère pour la raison que le sort des armes changeait souvent : ainsi, celle qui, le 28 mai 1636, plaçait Pesmes sous la protection de Condé devint caduque dès l'arrivée des Impériaux et la délivrance de la capitale comtoise. En outre, une sauvegarde était considérée comme un acte de lâcheté et de trahison par le gouvernement, les forces du pays, ou encore les habitants du voisinage et ceux qui l'avaient passée risquaient des représailles sitôt le départ du parti adverse et le retour au calme. Ceux de Rosureux, par exemple, tuèrent en 1639 les sauvegardes suédoises d’Orchamps-Vennes afin que les villageois subissent la vengeance du colonel Rosen ; ceux de Belvoir et Sancey firent de même à Bretonvillers et en plus pillèrent le village. En 1643-44, bien que les sauvegardes fussent tolérées depuis longtemps, le gouvernement comtois ne manqua pas de rappeler aux communautés concernées que le système avait ses inconvénients : en octobre 1643, suivant l'accord conclu, les Français abandonnèrent le château de Grimont à la pioche des démolisseurs ; or, tous les villages sauvegardés qui avaient payé contributions au dit château furent invités à continuer au profit cette fois des troupes de la province. En avril 1644, la Cour du parlement de Dole ordonna aussi que l'on imposât le Val de Morteau au logement de troupes pour s'être mis « sous la protection et sauvegarde » des Suédois de Joux.

Les communautés sauvegardes
– 1641-1644 –

214Seulement dès l'automne 1639, c'est-à-dire à la fin des opérations de grande envergure marquée par le départ des Suédois et des Lorrains, les sauvegardes se généralisèrent en Franche-Comté de Bourgogne. La raison en était simple : ne disposant plus que de quelques troupes de garnison et des francs-tireurs aussi redoutés que l'ennemi, le gouverneur ne pouvait plus protéger les campagnes sans cesse parcourues par les soldats pillards. Aussi, les villages situés vers les frontières ou à proximité des places conquises comme Grimont et Joux n'avaient pas d'autres choix : ou ils acceptaient d'être sauvegardés et de verser contributions à l'ennemi, ou ils étaient pillés et incendiés.

215Le Parlement avoua que, dès le printemps de 1640, le nombre des sauvegardes s'était considérablement élevé et il toléra dans un premier temps les contributions des villages et terres trop éloignés pour recevoir du secours comme Morey au bailliage d'Amont ou la Franche-Montagne. D'ailleurs, que faire d'autre ? Les gouvernants savaient très bien qu'interdire aux communautés de contribuer à l'ennemi équivalait à les faire rayer de la carte. Le 18 avril 1641, Vesoul demanda l'autorisation de traiter avec les garnisons françaises et un an plus tard, le parlement de Dole accepta toutes les sauvegardes délivrées par le *château de Joux et les places du Pays de Montbéliard, fermant même les yeux sur le péage instauré par les Mortuaciens au profit des Suédois et de Jean-Christophe de Grün, leur commandant.

216Malgré les lacunes des sources, l'étendue des territoires sauvegardés entre 1641 et 1644 paraît considérable : pratiquement tous les lieux habités de Franche-Comté, même les châteaux invaincus et les communautés réfugiées dans les bois, payaient contributions à l'ennemi. Il n'était pas rare que certaines terres fussent même placées sous double sauvegarde comme la baronnie de Belvoir et la Franche-Montagne qui versaient à la fois à Joux et aux garnisons de Montbéliard. Un tel constat ne corriget-il pas l'image un peu caricaturale que l'on donne traditionnellement des années 1640-1644, à savoir une guerre de partisans menée par les quelques survivants d'une province déserte, une guérilla permanente lancée depuis les nids d'aigle de la montagne ? La résistance et les hauts-faits des francs-tireurs ont bien existé, mais vivait également en Franche-Comté une part importante de la population qui avait préféré contribuer à l'entretien des garnisons ennemies pour vivre en paix en attendant des jours meilleurs.

217Dans le contexte des années 1640-1644, les communautés comtoises avaient donc besoin des sauvegardes pour cultiver et commercer en toute tranquillité, mais d'un autre côté, les garnisons mal payées et plus ou moins laissées pour compte avaient tout autant besoin des contributions que leur cédaient leurs protégés. En somme, le principe des sauvegardes relevait plus de considérations économiques que militaires : bien qu'ennemis, soldats et villageois avaient choisi de s'entendre plutôt que de s'affronter. Et le fait est que le système ne fonctionnait pas à sens unique : les soldats comtois, aussi misérables que leurs adversaires, avaient également accordé leur protection à des villages de Bourgogne ou d'Alsace. Les capucins de Belfort par exemple payaient pour l'entretien de la garnison de Neuchâtel-Urtière ; les communautés de Lux, Fontaine-Française, La Fays-Billot, Savigny et bien d'autres encore, rétribuaient les Graylois, tantôt en espèces sonnantes, tantôt en mesures de blé et d'avoine...

218En conséquence, les sauvegardes ne cessèrent de se multiplier et englobèrent bientôt la presque totalité des territoires encore habités. Malgré quelques petits problèmes, elles furent respectées dans l'ensemble et même lorsque Louis XIII, pour une raison encore inconnue, les révoqua toutes en 1642, elles continuèrent probablement d'être appliquées. Il convient de noter, pour terminer, qu'ententes particulières et indépendantes, les sauvegardes n'étaient aucunement modifiées par les accords d'armistices ni, à l'inverse, par une rupture des traités en vigueur. Il fallait une paix générale, un accord tacite entre les belligérants ou encore le départ des garnisons concernées pour y mettre un terme. C'est ainsi que les sauvegardes accordées par Grimont prirent fin en 1643, celles des places d'Alsace et de Montbéliard en 1650, celles de Bourgogne et Bassigny en 1651 seulement.

Les traités de Coppet et de Voujeaucourt (mars-avril 1642)

219Las d'espérer le retour de la paix, les Comtois signèrent au printemps de 1642 les premiers accords d'armistice avec leurs voisins. Limités seulement à la terre de Saint-Claude et à la Bresse dite savoyarde d'une part, à la principauté de Montbéliard et au bailliage comtois de Baume-les-Dames d'autre part, ces armistices locaux constituèrent néanmoins un pas décisif vers la paix : respectés par les signataires, ils furent reconduits malgré quelques accrochages et la guerre qui continuait dans le reste de la province.

220Dès 1640-1641, des pourparlers s'étaient déjà engagés entre Comtois et Bressans mais les différents projets d'entente avaient échoué. C'est ainsi que les hostilités entre ceux de Saint-Claude et les Français de Gex auraient dû cesser dès les premiers mois de 1641 ; le bailli de Nyon avait même cautionné l'accord, seulement celui-ci resta sans effet : la multiplication des vols de bétail de part et d'autre de la frontière et l'incendie des Bouchoux le 1er mai empêchèrent son application.

221Or, le 10 mars 1642, les représentants des deux territoires se rencontrèrent à Coppet et signaient cette fois un traité par lequel ils s'engageaient à vivre « comme bons voisins, sans faire aucune course ni permettre qu'il en soit fait ». On tirait un trait sur le passé et désormais, tous manquements et dommages seraient réparés suivant « juste plainte » faite aux autorités légales. En guise de caution, les signataires auraient à déposer chacun 10 000 livres tournois dans une ville neutre de Suisse et devraient faire ratifier le traité par le gouvernement de leur province. Dès le 27 mars, le parlement de Dole et le nouveau gouverneur donnèrent leur consentement.

222Le traité de Coppet couvrait d'un côté la terre de Saint-Claude, jusqu'à l'Ain, et de l'autre le territoire de l'ancienne Bresse savoyarde, soit le bailliage de Gex à l'est, le Bugey au centre, enfin le Valromey limité à l'ouest par la vallée du Suran. Valable un an, il fut reconduit sans difficulté l'année suivante car, en dépit de quelques voleries sans gravité, chacun en respecta les modalités.

223Un mois après la signature du dit traité, soit le 10 avril 1642, un second accord était conclu du côté de la Porte de Bourgogne, à Voujeaucourt sur le Doubs : le lieutenant général du bailliage de Baume-les-Dames et le Conseil de régence de Montbéliard avaient en effet décidé de s'entendre pour faire cesser les courses et les pillages dans les deux juridictions.

224Plus difficile à négocier car il fallait contenter non plus deux, mais trois partis, les Comtois, les Montbéliardais et aussi les Français qui occupaient la Haute-Alsace et les places conquises comme Granges, Lure ou Porrentruy, le traité de Voujeaucourt fut néanmoins ratifié assez rapidement et sa portée dépassa largement celle des accords de Coppet : dès l'automne de 1642 en effet, presque toute la frontière orientale du pays était en paix.

225Ce fut le chancelier de Montbéliard qui fit les premières propositions, aussitôt soumises à l'approbation du gouverneur comtois. Le 11 février 1642, celui-ci autorisa Philibert de Bermont-Moustier et Philippe Laborey de Chevigney à conduire les négociations. Un mois plus tard, il acceptait les grandes lignes du projet, à condition toutefois que les autres garnisons françaises, celles du comte de La Suze en particulier, fussent également associées au traité. La condition paraissait légitime car une suspension d'hostilités avec seulement les Montbéliardais n'aurait servi à rien étant donné que toutes les autres places voisines de la frontière étaient aux mains des Français.

226Le 27 mars, une première version de l'accord fut enregistrée au Parlement. Elle prévoyait la cessation des courses entre le bailliage de Baume et le Pays de Montbéliard, tout en incluant dans l'entente les places françaises évoquées plus haut. Plus rien ne s'opposait à la signature officielle du traité qui eut lieu à Voujeaucourt le 10 avril 1642. Les places de Montbéliard. Blamont. Héricourt, avec terres et villages dépendants, de même que Blussans, Colombier-Châtelot, Saint-Maurice, Colombier-Fontaine, Voujeaucourt et Valentigney, soit les villages situés rive gauche du Doubs, enfin comme prévu, les villes et châteaux de Genevrey, Lure, Granges, Belfort, Delle, Porrentruy, Saint-Ursanne et Franquemont s'engageaient donc à cesser tout acte d'hostilité à l'encontre des habitants du bailliage de Baume. Il convient de noter que dans la partie située rive droite du dit bailliage, vingt et un villages seulement avaient été cités dans le traité : Deluz, Laissey, Ougney, Fourbanne, Grosbois, Fontenotte, Champvans, Cour, Luxiol, Verne, Rillans, Vergranne, Autechaux, Plainefin, Bois-la-Ville, Hyèvre, Voillans, Branne, Santoche, Pompierre et Médière. C'étaient à l'époque les seuls lieux habités dans cette région de Franche-Comté.

227Or, quelques semaines plus tard, et bien que la terre de Ferrette eût également demandé sa participation à l'entente, La Suze contesta le fait que Belfort, Delle et Lure fussent comprises dans la cessation proposée par Montbéliard ; autrement dit, il ne ratifiait plus l'accord. Il motivait son revirement par les pillages quotidiens que la garnison comtoise du château de Mélisey commettait autour de Belfort. Lors de la signature du traité, le baron de Scey avait bien suggéré d'y intégrer cette place des Vosges saônoises, mais les Français avaient refusé : ils comptaient s'en emparer. Le 29 avril effectivement, La Suze mit le siège devant Mélisey, obligeant du même coup le gouverneur comtois à disposer quelques troupes le long de la frontière. Malgré des renforts venus de Joux et la destruction presque entière des murailles, les occupants de Mélisey refusèrent de se rendre et La Suze dut lever le camp le 6 mai. Toutes relations entre Belfortains et Comtois furent interrompues.

228En dépit du problème, les signataires du traité de Voujeaucourt s'efforcèrent d'en respecter les clauses. Le 21 mai. un impôt fut levé dans les bailliages de Baume et d'Ornans — lequel jouissait tout autant de la cessation d'armes — pour fournir des vivres suffisants aux garnisons frontalières et leur ôter ainsi toute velléité de piller les campagnes. Les quelques vols et prises d'otages qui eurent lieu au cours du printemps furent rapidement négociés et tout rentra aussitôt dans l'ordre. Or, le 27 juin 1642, cinquante cavaliers et quatre-vingts fantassins menés par le comte de La Suze entrèrent en Comté pour voler les chevaux de la garnison comtoise de Clerval. Alertée, la régence de Montbéliard refusa l'entrée aux soldats qui s'en revenaient et, quelques jours plus tard, acceptait même de réparer les dommages causés par les Belfortains. La volonté de paix des Montbéliardais aussi bien aussi ferme que celle des Comtois...

229Et elle devait s'avérer payante : dès l'été, on put régler le problème Belfortain et, bientôt, les clauses du traité de Voujeaucourt furent appliquées à l'ensemble de la province comtoise. Au mois de juillet en effet, le baron d'Oysonville, gouverneur général des troupes françaises en Haute-Alsace, accepta le principe d'une entente avec la Franche-Comté, à condition que fussent neutralisées les garnisons de Luxeuil et de Mélisey jugées dangereuses. Aussi, on accorda des sauvegardes aux deux places et les Montbéliardais, encore eux, se chargèrent de payer aux Français les contributions exigées en contrepartie. Du coup, le comte de La Suze déclara qu'il traiterait volontiers d'une surséance d'armes pour Lure, Belfort et Delle, mais directement avec le gouverneur comtois, sans passer par la chancellerie de Montbéliard. C'est ainsi que les trois garnisons françaises de la Porte de Bourgogne rejoignirent les signataires du traité de Voujeaucourt.

230Le 18 août 1642, le traité nouvelle formule était ratifié. Bien que la France eût refusé en définitive d'inclure l'Alsace entière dans une trêve avec la Franche-Comté, l'accord englobait désormais la principauté de Montbéliard, l'évêché de Bâle, les villes de Lure, Belfort, Delle... et la Franche-Comté toute entière. Il fut reconduit sans difficulté le 11 novembre 1642, puis les 10avril et 11 novembre 1643. Au printemps de 1644, l'armée française de Guébriant ayant envahi le bailliage d'Amont, la nouvelle signature fut différée jusqu'en juillet de la même année.

231En 1642 donc, les premiers armistices avaient été conclus entre les Franc-Comtois et leurs voisins bressans et montbéliardais. Ententes locales et limitées sans doute mais qui traduisaient de part et d'autre la même lassitude de la guerre et de ses misères, la même volonté d'en finir malgré la politique belliqueuse des princes. Dès l'automne de 1642, le Magistrat de Baume-les-Dames ne certifiait-il pas que non seulement les paysans du bailliage avaient pu engranger leurs récoltes en toute sécurité, mais encore que certains réfugiés commençaient de regagner leurs villages ? Dans des régions dévastées et couvertes de ruines, la vie reprenait ses droits.

L'accord avec le duché de Bourgogne

232Si les Comtois avaient réussi à rétablir le calme le long des frontières orientales et méridionales, il leur fallait encore parcourir un long chemin pour trouver la paix : en effet, rien n'avait été prévu avec la Bresse bourguignonne, le duché, le Bassigny, la Lorraine que contrôlaient aussi les soldats de Louis XIII, enfin les places occupées comme Grimont, Joux, Bletterans, Saint-Amour, Ray et Scey-sur-Saône. La France avait refusé une trêve pour l'Alsace et ne voulait à aucun prix entendre parler du rétablissement de l'ancienne neutralité entre les deux Bourgogne.

233Or, là aussi les adversaires semblaient prêts à s'entendre : dès le 14 décembre 1640 par exemple, le parlement de Dijon avait suggéré aux Dolois la cessation mutuelle des courses et le respect des femmes, enfants et laboureurs. Mais il fallait encore passer par la volonté des princes...En 1641, l'espoir d'un règlement général devait naître malgré tout. Pendant la diète de Ratisbonne, les Habsbourg avaient demandé aux Suisses de rappeler leurs mercenaires qui combattaient au service de la France et de faire rétablir l'entente entre les deux Bourgogne. Les Français ne souhaitaient aucunement traiter de la neutralité mais comme Louis XIII avait besoin de six mille nouveaux Suisses pour compléter ses armées et que les Cantons, les catholiques notamment, hésitaient à lui accorder un tel contingent, ils proposèrent six mois de trêve entre la Comté et le Duché, du 1er novembre 1641 au 30 avril 1642 avec prolongation éventuelle jusqu'en juin. De part et d'autre de la frontière, depuis la Suisse jusqu'à la Champagne, une zone franche large de deux lieues serait créée où les habitants vivraient en paix et pourraient commercer en toute liberté. Les garnisons s'engageraient à cesser leurs courses et à ne pas accroître les contributions de sauvegarde.

234Mais la trêve ne fut pas du tout respectée : début novembre, Lacuson attaqua SaintLaurent-la-Roche et à la fin de janvier 1642, la garnison de Grimont brûla Cernans et autres villages ; enfin, de la mi-février au 2 mars, le baron de Scey tenta une nouvelle fois de reprendre Grimont et échoua là encore. En somme, les Suisses reçurent quantité de plaintes pour le non-respect de la trêve, plaintes qui n'éveillèrent d'ailleurs plus aucun écho : le roi de France avait entre temps obtenu ses mercenaires...

235De nouveaux pourparlers s'engagèrent en 1642 par l'intermédiaire d'un Français, le comte de Montrevel, parent de la marquise de Saint-Martin, veuve du précédent gouverneur de Franche-Comté. Mais comment auraient-ils pu aboutir ? Malgré la volonté réciproque d'arrêter les hostilités, Comtois et Bourguignons se heurtaient au refus inébranlable de Louis XIII. D'ailleurs, le baron de Scey mit bientôt un terme à toutes ces négociations qu'il jugeait inutiles : dès la fin de l'été, il ordonna une reconquête générale des places comtoises occupées par les Français et, en premier lieu, celles d'Amont. Le 11 septembre 1642, l'armée comtoise investissait le château de Scey qui se rendit le 13. Deux jours plus tard, Saint-Rémy et Demangevelle tombaient à leur tour mais les Comtois devaient échouer devant Ray : un secours venu de Fontaine-Française les obligea à se replier. L'attention du gouverneur se porta ensuite sur le bailliage d'Aval. Le 19 septembre, il fit envoyer le maximum de soldats autour de Grimont pour ravager les environs du château et empêcher l'arrivée des convois de ravitaillement. Seulement, le commandeur de Saint-Maurice et les quelques Arboisiens présents ne purent s'opposer au passage du vicomte de Courval qui entra à Grimont avec des vivres, quatre-vingts fantassins et trente cavaliers. Et pour cause ! Ni le colonel de Gouhelans en poste à Nozeroy, ni les capitaines Andressot et Lacuson n'avaient envoyé les renforts demandés. En désespoir de cause, Saint-Maurice ordonna alors l'attaque du château qui eut lieu le 9 octobre 1642. Malgré une prétendue complicité à l'intérieur-même de la place, la tentative n'eut pas plus de succès que les précédentes. Et le reste de l'année s'écoula sans rien apporter de nouveau.

236Loin de susciter l'espoir, la suivante, 1643, ramena au contraire les plus vives appréhensions : la France s'apprêtait à lancer une autre offensive d'envergure contre la Franche-Comté qui, affaiblie et isolée, ne pourrait aucunement résister. « Et déjà, écrivait Jean Boyvin au 26 janvier, des troupes ne font qu'aller et venir sur nos frontières du côté de Lorraine, Montbéliard et Ferrette. » Il serait même question d'un nouveau siège de Dole, fait que l'on confirma en mai : « On nous menace d'un prochain siège et dit-on que Monsieur de La Meilleraye est résolu à quelque prix que ce soit d'essuyer l'affront qu'il reçut au premier siège. » Et de fait, les Français entreposèrent quantité de vivres et munitions à Chalon et Dijon et constituèrent bientôt deux gros de troupes à Chalon et Langres.

237Le gouverneur des Pays-Bas espagnols, Francisco de Melo, dûment informé du danger qui pesait sur le comté de Bourgogne, décida de faire comme son prédécesseur en 1636 : créer une diversion sur les frontières des Pays-Bas et obliger ainsi l'ennemi à abandonner son objectif. Il ordonna donc à ses tercios d'entrer au Royaume par les Ardennes. Mais il ne devait pas y avoir de seconde année Corbie ! La diversion se transforma en une écrasante défaite des Espagnols survenue à Rocroi le 19 mai 1643.

238Les Comtois virent bien les troupes françaises quitter la Bourgogne et le Bassigny et s'en réjouirent, mais quand on leur annonça le prix qu'il avait fallu payer pour leur tranquillité, ils refusèrent d'abord d'y croire : « La grande déroute de nos armées par le duc d'Enghien qu'ils disent être arrivée le 19 du côté de Rocroy. Nous croyons que c'est une fourbe[rie]. » L'avis officiel de la défaite arriva à Dole le 11 juin et, cette fois, ils durent se rendre à l'évidence : « L'ennui nous en a été d'autant plus grand que nous avons reconnu que l'affection grande que S.E. [de Melo] avait de sauver notre [Franche-Comté de] Bourgogne l'a fait avancer pour nous garantir par cette puissante diversion en un temps que La Meilleraye marchait déjà pour nous venir attaquer. »

239On aurait pu croire qu'après la défaite espagnole de Rocroi et la volonté manifeste des Français d'achever la conquête de la Franche-Comté, toute tentative visant à rétablir la neutralité, ou simplement à assurer une surséance d'armes entre les deux Bourgogne, serait irrémédiablement vouée à l'échec. Or, quelques jours avant la bataille de Rocroi, un fait capital était survenu pour la suite des événements : Louis XIII était mort, laissant le trône à un enfant de cinq ans. La régence fut certes confiée à une créature de Richelieu, Jules Mazarin, mais conjointement avec la reine Anne d'Autriche, soeur de Philippe IV d'Espagne, aussi, il était à nouveau permis d'espérer.

240Et de fait, dès la fin de juin, des courriers laissaient présager une suite heureuse aux négociations d'armistice : « On nous donne maintenant de grandes espérances de renouement de neutralité, confiait le président Boyvin pour une fois optimiste, puis même que l'on croit que le parlement de Dijon y travaille par l'entremise de deux présidents et deux anciens conseillers qu'il a fait passer en Cour. »

241L'accord eut finalement lieu en septembre 1643. Dans un premier temps, les deux provinces décidèrent d'une suspension de courses du 21 septembre au 30 novembre. Parallèlement, les Français acceptèrent d'évacuer Ray-sur-Saône dont le ravitaillement devenait de plus en plus difficile et coûteux, et, pour les mêmes raisons, de faire raser le château de Grimont moyennant un versement de 25 000 écus par les Comtois. Le 2 octobre, toutes les places de Franche-Comté reçurent l'ordre formel de cesser tout acte d'hostilité contre la France et le 6, le gouverneur comtois proposa que la ville impériale de Besançon fût comprise dans l'armistice. Les Bisontins donnèrent rapidement leur accord et lorsqu'on renouvela l'entente le 30 novembre pour la fin de l'année, les Suédois de Joux acceptèrent d'y participer, à condition qu'une contribution mensuelle de 25 pistoles leur fût octroyée.

242Ainsi, en 1642 et 1643, les efforts des Comtois et de leurs voisins en faveur de la paix avaient été couronnés de succès : arrêt des courses entre la terre de Saint-Claude et la Bresse, cessation de courses puis armistice avec les principautés de Montbéliard et de Porrentruy ainsi que les places de Lure, Belfort, Granges et Delle, évacuation de Grimont et de Ray, trêve avec le duché de Bourgogne et la forteresse de Joux, sans oublier les nombreuses sauvegardes accordées aux communautés et reconnues par les gouvernements. Sans doute, il restait encore beaucoup à faire, mais il importait que le processus fût engagé. Les malheurs de la guerre avaient été si durement ressentis que la marche vers la paix ne pouvait plus être arrêtée. De fait, la dernière invasion que subit la province comtoise en 1644 ne fit que la retarder.

Vers la paix

243Les premiers armistices locaux ne devaient pas faire oublier qu'en Europe la guerre continuait et que les belligérants n'étaient pas encore disposés à s'asseoir autour d'une table de négociations. La diète impériale de Ratisbonne s'était achevée en 1641 ; Ferdinand III avait bien adopté le projet de réunir deux congrès, l'un à Munster et l'autre à Osnabrück, seulement, l'ouverture prévue en 1642 fut repoussée et au début de 1644, les futurs congrès de Westphalie restaient encore à l'état de projet. En France, la disparition de Richelieu et de Louis XIII n'avait pas modifié la politique générale du pays et Mazarin comptait bien poursuivre la lutte contre les Habsbourg, les succès militaires se révélant être les meilleurs atouts pour d'éventuelles négociations de paix.

244Dans les premiers mois de 1644, une armée française chassée de Haute-Allemagne vint envahir le nord de la Franche-Comté. Après deux ans de relative tranquillité, la guerre franchissait une dernière fois les frontières de la province, interrompant du même coup les engagements réciproques conclus entre les Comtois et leurs voisins.

L'intermède de 1644

245En novembre 1643, la mort du maréchal de Guébriant à Rottweil avait fait se débander l'armée française d'Allemagne qui traversa le Rhin et reflua sur l'Alsace. Une partie des troupes, passant par les cols vosgiens, prit ses quartiers vers Remiremont : le vicomte de Turenne, sollicité par Mazarin, en assura le commandement. L'autre partie, dirigée par une vieille connaissance des Comtois de la Montagne, le colonel Reinhold de Rosen, s'installa autour de Montbéliard et de Porrentruy.

246Durant tout l'hiver, les soldats menacèrent la frontière d'Amont, lançant des courses jusque sur les rives de la Saône, pillant les villages du Sundgau, de la principauté de Montbéliard et des Vosges comtoises. De temps à autre, une troupe faisait mine d'avancer et le 15 janvier, Rosen emprunta même un canon à Montbéliard. Le gouverneur comtois savait que l'ennemi entrerait dans la province mais il ignorait quand et n’avait de toute façon aucun moyen de s’y opposer.

247L'invasion eut finalement lieu à la fin du mois de mars et les abondantes chutes de neige, inhabituelles en cette saison, n'entravèrent pas la marche des soldats, contrairement à ce qu'avaient espéré les Comtois. Le 24 mars donc, Turenne pénétrait par le Val-d'Ajol et Fougerolles, Rosen par la vallée du Doubs. On estimait leurs effectifs à trois mille chevaux et deux mille fantassins. Rosen mit aussitôt le siège devant Baume-les-Dames et la ville sans défense composa le lendemain. Huit cents chevaux franchirent le Doubs, s'emparèrent de Clerval puis fondirent sur les villages de la baronnie de Belvoir dont la population, surprise, dut s'enfuir ou payer rançon. Occupant et pillant les lieux habités, les cavaliers de Rosen ne retournèrent à Montbéliard que le 9 avril.

248Au nord du bailliage d'Amont, les soldats de Turenne se répandirent pareillement dans les villages, forçant quelques châteaux au passage comme Flagy, et le 28 mars, ils arrivèrent à Vesoul où le vicomte installa ses quartiers. Le 4 avril, la ville de Luxeuil se rendit à son tour ; en revanche, celle de Faucogney refusa d'ouvrir ses portes, contrairement aux affirmations de la Gazette de France.

249Le baron de Scey, regroupant les quelques compagnies chassées par les Français, ne pouvait rien faire d'autre que protéger les places de Gray, Gy, Saint-Hippolyte ou Neuchâtel-Urtière et attendre le départ de l'ennemi. Il avait bien ordonné la levée de tous les hommes valides afin de constituer une milice de défense, mais dans une province désolée et déserte, l'appel n'eut aucun écho. D'un autre côté, le gouverneur qui pensait aux armistices, s'efforça de ne rien entreprendre qui pût entraver un éventuel renouvellement ; aussi interdit-il à tous les capitaines de lancer des opérations de représailles en Bresse ou au Sundgau.

250L'avenir devait lui donner raison. Dès la mi-mai, les troupes françaises commencèrent de se replier pour regagner l'Alsace menacée par les Impériaux. Le 14, les derniers contingents de Rosen franchissaient le Doubs à Baume ; au nord, Turenne fit une ultime tentative contre Faucogney, démantela le château ruiné de Mélisey, puis donna le signal de la retraite. Le 20, Vesoul était évacuée, Luxeuil le 22. Turenne reprit la route de Remiremont, détruisant au passage le château de Fougerolles ; Rosen emprunta plutôt celle de Ronchamp et Giromagny car le 10 juin, on signalait sa présence à Thann.

251Ainsi s'achevait la dernière invasion de la Franche-Comté pendant la guerre de Trente Ans. Elle avait surtout affecté la partie orientale du bailliage d'Amont et à l'exception de quelques villages et châteaux incendiés, elle ne fut pas très dévastatrice, la recherche de quartiers d'hiver et de butin ayant primé sur le désir de conquête. La guerre de Dix Ans était donc terminée et désormais, la province n'aurait plus rien à craindre des ultimes combats qui se cantonneraient à l'Allemagne jusqu'à la paix de Westphalie. Il restait aux Comtois une tâche primordiale, celle de renouer le fil des ententes que cet intermède avait rompu.

La reconduction des armistices

252Malgré l'invasion, le gouvernement savait que la volonté de paix des Montbéliardais, des Bressans ou des sujets de l'évêché de Bâle était demeurée intacte ; en revanche, il ignorait quels seraient les nouveaux desseins du comte de La Suze ou du commandant de Joux maintenant qu'ils avaient ouvertement participé aux derniers événements. De même, rien ne certifiait que le royaume de France allait encore laisser aux Bourguignons le pouvoir de conclure d'autres surséances avec ceux de Franche-Comté. Or, il y avait un tel besoin de paix dans la région que dès juillet 1644, tout était à nouveau réglé.

253Le 1er mai, alors que l'armée de Turenne occupait toujours le bailliage d'Amont, le traité de Coppet fut reconduit et de nouvelles discussions s'engageaient avec la Bourgogne. Christophe de Grün, commandant à Joux, s'empressa lui aussi de renouer le dialogue avec les Comtois car le péage et les contributions qu'il encaissait pour prix de sa neutralité rapportaient de quatre à cinq mille pistoles par an, sans aucun risque. Aussi, Rosen n'avait pas sitôt franchi la frontière que Grün proposait déjà les articles d'une nouvelle cessation d'hostilités entre la forteresse de Joux et la province, Besançon comprise. Le 4juin 1644, Bourguignons et Comtois acceptaient de reconduire jusqu'à la fin de l'année l'entente qui aurait normalement pris fin le 30 avril. Les bases restaient inchangées : arrêt des courses et des pillages entre Bourgogne, Bresse, Bugey, Valromey, Pays de Gex, les garnisons de Bletterans, Courlaoux et Saint-Amour d'une part, la Franche-Comté et Besançon d'autre part. Enfin le 9 juillet, un nouveau traité entre Comtois et Montbéliardais, réplique de celui de Voujeaucourt, fut signé à Mandeure et visiblement, le comte de La Suze ne fit aucune difficulté pour y inclure les places sundgauviennes qu'il commandait.

254Autrement dit, deux mois après le passage de Turenne, la situation revenait à son point de départ ; toutes les ententes conclues auparavant avaient été reconduites, ce qui représentait déjà un atout important. Mais les Comtois auraient souhaité davantage : l'invasion du bailliage d'Amont venait de démontrer que les armistices locaux ne mettaient nullement la province à l'abri des surprises. « Nous vivons en quelques repos, écrivait Jean Boyvin, mais inquiets, toujours en défiance et en appréhension. » Effectivement, avec le retour de l'hiver, le bruit courut que Turenne allait retourner en Franche-Comté pour distribuer de nouveaux quartiers à ses troupes. Et rien, en effet, ne pourrait l'empêcher !

255En définitive, la menace ne se concrétisa pas. Non seulement Turenne laissa ses soldats en Alsace mais encore il dépêcha le colonel Rosen en Franche-Comté avec mission de négocier une cessation d'armes avec les Comtois. Cela revenait en somme à faire inclure dans les accords d'armistice toutes les places alsaciennes que détenaient alors les Français. Le traité fut signé à Joux le 26 mars 1645 par Rosen, Grün et le Comtois Claude-Etienne Bigeot.

256Mais c'était en réalité vers Paris que se tournait toute l'attention du gouvernement de la Comté : moyennant un versement annuel de 100 000 livres, la France serait prête à accorder un armistice général valable pour toutes les provinces du royaume et les territoires placés sous sa domination. En un mot, la paix régnerait sur l'ensemble des frontières de Franche-Comté...

257Le président du Parlement, Jean Boyvin, prudent et perpétuellement inquiet, ne croyait guère à ce projet : « On fait quelques propositions de renouement de neutralité, mais je crains que ce soient purs amusements. » Et pourtant, un mois après le renouvellement de l'entente entre les deux Bourgogne, on apprit que la régence du royaume avait accepté le principe d'un armistice entre France et Franche-Comté. Mais il fallut encore longuement négocier, à Lyon auprès de l'abbé d'Aisné, à La Mothe en Lorraine auprès de son frère le marquis de Villeroy. Tout était prétexte à discussion : les échéances du traité, son prix et le nombre de termes à payer, les modalités de versements... « Ils disent et se dédisent, ils accordent et rompent, résumait Boyvin qui restait sur ses gardes, notre suspension est la glace d'une nuit et se rompra autant de fois que nos ennemis croiront qu'ils auront de l'avantage à la rompre. »

258L'armistice fut en définitive accordé jusqu'à la fin de juin 1646 au prix de 100 000 livres de France, soit environ 140 000 francs comtois, accord qui n'empêcha pas le président du Parlement de rester résolument pessimiste pour l'avenir de la Comté : « véritablement, les progrès que les Français font par delà [dans l'Empire] nous étourdissent et [il] semble qu'il y ait de la fatalité. Il n'est pas possible qu'il n'y ait quelques revers à une médaille si funeste pour nous ».

259Or, l'armistice général devait être non seulement respecté mais encore scrupuleusement reconduit. En juillet 1646, un second traité entra en vigueur jusqu'en décembre 1647 ; son prix s'alourdit aussi : 315 000 francs payables en quatre termes. Le 8 janvier 1648, le troisième traité fut signé pour douze mois seulement bien qu'au cours de l'été on eût songé à une trêve bisannuelle, et la province dut débourser encore 324 000 francs.

260Mais en 1648, les congrès de Munster et d'Osnabrück qui s'étaient ouverts en 1644 et 1645, trouvaient enfin un aboutissement : la paix dite de Westphalie. A priori, cette paix qui mettait un terme à trente années de guerre allemande ne concernait en rien la Franche-Comté : d'une part, le conflit franco-espagnol continuait, les émissaires de Philippe IV ayant quitté la table des négociations dès qu'ils eurent signé une paix séparée avec la Hollande ; d’autre part l'Empereur vaincu par la France acceptait de lui céder l'Alsace autrichienne, de différer la solution du problème lorrain, enfin d'exclure le Cercle de Bourgogne, c'est-à-dire les Pays-Bas et la Franche-Comté, de la paix de Westphalie. Autant dire qu'en Comté, la nouvelle suscita la consternation et ranima les craintes : « La majesté du Roi notre maître, S.A. de Lorraine et le Cercle de Bourgogne en demeurent exclus, l'Empereur même s'étant lié à ne pouvoir assister ni secourir sadite majesté, ni de gens, ni d'argent, ni de munitions, ni de passages » ; « La paix d'Allemagne que les Français publient nous fait trembler... » Et de fait, maintenant que la lutte avait cessé dans l'Empire, que l'Empereur s'était engagé à ne plus intervenir dans ce qui pourrait arriver à l'ouest du Rhin, la guerre n'allait-elle pas se rallumer au comté de Bourgogne, réduisant à néant tous les efforts engagés depuis 1642 ?

Un armistice à valeur de neutralité

261En dépit des craintes, la paix de Westphalie ne changea en rien la situation des Comtois. Bien au contraire ! Des contacts furent établis entre Dole et Paris pour négocier davantage qu'une simple cessation d'armes renouvelable chaque année. Le parlement comtois qui avait dépêché François Maréchal à Paris comptait rappeler aux Français les bienfaits de l'ancienne neutralité dont la dernière signature remontait à 1610, mais ceux-ci ne semblaient pas disposés à la renouer. En revanche, ils n'écartèrent pas le principe d'un armistice valable jusqu'à la majorité de Louis XIV.

262Le traité fut signé le 1er avril 1649. Cette « suspension d'armes attitrée de neutralité » pour reprendre l'expression de Boyvin, dura trois ans et coûta aux Comtois 360 000 livres tournois. En plus des précédentes, elle rétablissait la jouissance réciproque des biens et des fiefs situés dans chaque province : « Il sera permis à tous Français de rentrer sur ses biens dans le comté de Bourgogne, de même que ceux du pays rentreraient dans les leurs sis en France. » Les deux signataires la renouvelèrent le 24septembre 1651 pour cette fois, « jusque au terme et au temps qu'il plaise à Dieu de nous donner la paix générale entre les deux couronnes de France et d'Espagne ». Son prix annuel était de 100 000 livres payables le 1er avril de chaque année.

263Ainsi, même si elle ne put obtenir le rétablissement de son ancienne neutralité, la Franche-Comté de Bourgogne bénéficia néanmoins d'armistices qui lui permirent de retrouver la paix. Il faut songer que plus au nord, les Belges, autres sujets du roi d'Espagne, ne furent pas aussi favorisés et durent endurer les misères de la guerre jusqu'en 1658.

264D'un autre côté, il est vrai que les Comtois achetèrent chèrement leur tranquillité : entre juillet 1645 et décembre 1659, ils versèrent aux Français 2 379 000 francs, sans compter le coût des accords particuliers conclus avec les garnisons et celui des innombrables sauvegardes délivrées aux communautés. La paix régna bien jusqu'au traité des Pyrénées, mais à quel prix !

265La situation resta inchangée pendant huit ans. Si le calme était revenu dans une Allemagne meurtrie et plus morcelée, ni la France secouée par les troubles de la Fronde, ni l'Espagne toute entière à son déclin ne songeaient encore à déposer les armes. Il fallut la victoire décisive des Dunes en 1658 pour qu'enfin, les traités de Paris et des Pyrénées missent un terme à vingt-quatre années de conflit. Dans les nombreuses pages énonçant les modalités de la Paix des Pyrénées signée le 10 décembre 1659, seul un petit paragraphe concernait encore la Franche-Comté :

« En troisième lieu, dans le comté de Bourgogne, ledit seigneur Roi Très Chrétien restituera audit seigneur Roi Catholique les places et forts de Saint-Amour, Bletterans et Joux et leurs appartenances, dépendances et rivières, et tous les autres postes fortifiés, ou qui ne le soient pas, que les armées de S.M. Très Chrétienne avaient occupés dans ledit comté de Bourgogne, sans y rien réserver ni retenir. »

266Dans l'allégresse et les réjouissances, les dernières troupes françaises quittaient le territoire comtois. La guerre de Dévolution devait les y ramener moins de dix années plus tard.

***

267Tels furent les principaux événements de la guerre de Dix Ans, l'épisode franccomtois de la guerre de Trente Ans. Ils s'inscrivaient dans la dernière phase du conflit, celle de 1635-1648 baptisée française par certains historiens.

268Après l'Alsace, après la Lorraine, la Franche-Comté subissait à son tour le terrible fléau qui avait déjà ravagé la presque totalité de l'Europe centrale. Le temps fort de la guerre de Dix Ans fut sans conteste les années 1636-1639 au cours desquelles s'écrivirent les pages les plus glorieuses de l'histoire comtoise comme celle du siège de Dole, mais aussi les plus sombres à l'image des armées, ennemies ou amies, dévastant, pillant, incendiant la presque totalité du pays : Condé et Gallas en 1636, Longueville, Grancey et Weimar en 1637, Longueville encore en 1638, enfin Weimar en 1639, sans oublier chaque année le logement et l'entretien des Croates et autres mercenaires de Charles IV.

269La période suivante 1640-1644 parut en comparaison plus indécise, plus vide d'événements en dépit des ultimes chevauchées. Il faut dire aussi que dans bien des régions, il ne pouvait déjà plus rien se passer. Au milieu des ruines et des déserts, les survivants n'espéraient qu'une seule chose : l'arrêt des hostilités. Aussi dès 1640, les accords de sauvegardes se multiplièrent et à partir de 1642, les premiers armistices ramenèrent la paix, d'abord dans certaines contrées, puis progressivement dans la province toute entière.

270Encerclée, isolée depuis 1634, sans autres secours militaires que ceux de l'Empereur plus dévastateurs qu'efficaces, maintes fois envahie par les armées de Louis XIII, la Franche-Comté n'avait pas été conquise, mais il s'en était fallu de peu : en 1644, seules cinq villes, Dole, Gray, Salins, Besançon, Faucogney et quelques châteaux n'avaient jamais ouvert leurs portes aux Français ou aux Suédois. Dans les campagnes, les survivants payaient tous contributions à l'ennemi, ne pouvant attendre aucun secours, ni de l’armée régulière presque réduite à néant, ni des groupes de francs-tireurs pilleurs et violents. En somme, il aurait suffi d’une dernière campagne d'envergure, comme celle qui fut programmée en 1643 et annulée au dernier moment, pour que la France se rendît totalement maître de la Franche-Comté.

271Cette fois, le sort des armes resta favorable aux Comtois et ne voulut pas une telle conquête, mais chacun sait que tout allait changer quelques décennies plus tard...

Notes

1 Piepape. (Léonce de), Histoire de la réunion de la Franche-Comté à la France.

2 Voir la liste de ses principaux articles dans la bibliographie en fin de volume.

3 Pag è s (Georges), La guerre de Trente Ans, p. 136.

4 Grudler (Christophe), "Février 1633, la révolte des paysans du Sundgau d'après une correspondance inédite", Annuaire de la Société d'histoire Sundgauvienne, 1991, p. 161-166.

5 Rott (Edouard), Histoire de la représentation diplomatique de la France auprès des Cantons suisses, de leurs alliés et de leurs confédérés, t. 4, 1911, p. 42-78.

6 Villars-Saint-Marcellin, aujourd'hui village de Haute-Marne, canton de Bourbonne.

7 Boyvin (Jean), Le siège de la vide de Dole, capitale de la Franche-Comté de Bourgogne et son heureuse délivrance, Dole, 1637.

8 J'étais au siège de Dole, 1636, Belfort. 1987. Transcription de Jean Rousseau.

9 Petrey de Champvans (Louis), Lettre de Louis Pétrey sieur de Champvans, à Jean-Baptiste Pétrey son fils, sieur de Chemin, contenant une bonne partie de ce qui s'est fait en campagne au comté de Bourgogne pendant et après le siège de Dole, Dole, 1637.

10 Mémoires et documents inédits de l'Académie de Besançon, t. X et XI, Besançon, 1912 et 1919.

11 Longin (Emile), Ephémérides du siège de Dole, Dole, 1896.

12 Bertin (Pierre), "Une opération de la guerre de Trente Ans : le siège de Dole en 1636" in Revue Historique des Armées, 1970, p. 7-33.

13 Roupnel (Gaston), La ville et la campagne au xviie  siècle ; étude sur les populations du pays dijonnais, 1955, p. 5.

14 Longin (Emile), "La dernière campagne du marquis de Conflans (1636-1637)", Mémoires de la Société d'Emulation du Doubs, 1896, p. 247-364.

15 Longin (Emile), "Un capitaine franc-comtois, Christophe de Raincourt" Nouvelles Annales Franc-Comtoises, t. 16, 1904, p. 5-25.

16 Routhier (Jean-Pierre), "Les Suédois dans le val de Morteau", Nouvelles Annales Franc-Comtoises, t. 1, 1889, p. 45-56.

17 Loye (Louis), Histoire du comté de La Roche et de Saint-Hippolyte sa capitale, 1888, p. 206.

18 Bichet (P.), Guiraud (J.), Malfroy (M.), Olivier (B.), Histoire de Pontarlier, 1979, p. 105.

19 Genevoy (Robert), "Les méfaits d'une garnison comtoise pendant la guerre de dix ans", Nouvelle Revue Franc-Comtoise, t. 5, 1955, p. 45-59.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Caricature du vaincu de Saint-Jean-de-Losne« Je suis ce grand Galas aultrefois dans l'armée,« La gloire de l'Espagne et de mes compaignons,« Maintenant je ne suis qu'un corps plein de fumée,« Pour avoir trop mangé de raves et d'oignons. »
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Les trois offensives de 1937– vue d'ensemble–
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Lentrée des troupes suédoises– janvier 1639 –
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Les communautés sauvegardes– 1641-1644 –
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3804/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search