Version classiqueVersion mobile

Linguistique interactionnelle, grammaire de l’oral et didactique du français

 | 
Anne-Sophie Calinon
, 
Badreddine Hamma
, 
Katja Ploog
, 
et al.

Nous et on définis dans les corpus de français parlé et dans les manuels d’apprentissage à destination d’apprenants novices

Matt Pires

Résumé

Ce travail aborde l’interface entre corpus oraux, grammaire et didactique du français à travers l’exploration d’une variable lexicogrammaticale : celle qui oppose les pronoms sujets nous et on, dans leur valeur dite définie. Une première section décrit la variable, avec une présentation de ses particularités grammaticales et sémantiques. Dans la deuxième section, on passe en revue les statistiques de fréquence établies dans d’autres études, et on analyse des exemples de nous sujet tirés d’un corpus du français oral contemporain. Une troisième section se penche sur un corpus de manuels d’apprentissage du français langue maternelle et langue étrangère afin de décrire, dans une perspective critique, le traitement de cette variable dans ces supports.

Texte intégral

1. LA VARIABLE1 ON DÉFINI/NOUS DÉFINI

  • 1  Nous avons choisi de retenir le terme de variable, qui nous semble approprié pour décrire l’interc (...)

1Dans le système verbal du français contemporain, l’expression du sujet moi + autres est représentée par deux réalisations, distinguées à la fois par le pronom et par la désinence : nous chantons et on chante.

2Cette opposition ne concerne qu’un sous-ensemble des occurrences de nous et de on, spécifiquement la réalisation d’un sujet clitique nous ou on régissant une forme verbale, et ayant une référence définie (moi + autres), et non indéfinie.

3Si le sujet nous se trouve limité à une valeur définie, on peut, selon le cas, avoir une valeur indéfinie renvoyant à un ensemble indéterminé d’individus (« En Bavière, on boit beaucoup de bière »), ou une valeur définie rassemblant le locuteur et un groupe spécifique d’individus présent dans son esprit (« Excusez-nous d’arriver en retard. On a eu une panne », exemples dus à Riegel et al., 1994 : 197). Cette valeur définie de on est une innovation qui remonte au dix-neuvième siècle (Cook, 1994 ; Grevisse & Goosse, 1986 : § 724).

4Les formes sujets s’accompagnent de formes anaphoriques occupant les différents postes grammaticaux, et créant ainsi un paradigme pronominal. Plusieurs membres de ces paradigmes s’emploient indifféremment avec on défini et nous défini. Ces termes, survenus seuls, ne permettent pas de différencier entre les deux variantes. C’est le cas du pronom d’objet indirect (1), ou du pronom disjoint (2, 3) :

  1. on nous commandait le portrait de Lénine Staline j’sais pas quoi d’là-bas

  2. 2)

  3. nous on est arrivés c’était déjà construit les bâtiments devaient avoir deux trois ans hein (IV02.4)

  4. c’est pour ça qu’on a un uniforme + qu’y a des couleurs encore chez nous + tout l’ monde est à la même enseigne + (0706.4)

5Si la proximité de formes on en 2 et 3 peut soutenir une interprétation des items nous comme membres du paradigme de on défini, cette interprétation reste un effet de probabilité et non un fait avéré.

6Dans un cas spécifique la sélection d’un membre commun des paradigmes a pour effet de rendre indisponible le pronom sujet on. Il s’agit du pronom disjoint nous en contexte clivée avant une relative faisant de cet antécédent le sujet du verbe (4, 5), et de pronoms conjoints ayant cette même valeur (6) :

  1. d’abord parce que c’était toujours nous qui nous déplacions ma soeur et moi + (1401.2)

  2. non des singes c’est nous qui jouions aux singes (0301.1)

    • 2  Ce blocage de la variable n’en est pas tout à fait un : en français avancé il existe une structure (...)

    mon mari et moi qui nous étions installés ailleurs dans un tout petit appartement (0705.2)2

7Ainsi seul un sous-ensemble des membres du paradigme pronominal de on défini – en l’occurrence on et se – est assorti sans ambiguïté au lexème on. Puisqu’il s’agit des deux formes qui régissent nécessairement un verbe conjugué, on peut parler d’un choix entre on + 3p et nous + 4p, les étiquettes de personne renvoyant à la valeur « traditionnelle » des désinences, bien entendu, et non la valeur en discours. Les autres formes ne peuvent pas être associées avec certitude à l’un ou l’autre. Nous reviendrons sur cette question en section 1.2.

  • 3  Par exemple : « Dans la langue d’aujourd’hui, l’usage de on (à la place de nous) est un emploi fam (...)

8Le discours grammatical normativiste a l’habitude de caractériser le choix de on défini comme relevant d’une part d’un langage oral, et de l’autre d’un marquage de type soit socio-situationnel (« familier »), soit diastratique (« populaire »), selon les autorités (Grafström, 1969). Une tradition puriste de mise en garde contre son emploi a eu cours entre le début du vingtième siècle et la fin des années soixante (Peeters, 2006 : 208). Pendant cette même période le nous défini est présenté comme une forme non-marquée,3 puis de plus en plus qualifié de forme limitée à l’écrit, et au langage soutenu : Fonseca-Greber et Waugh (2003 : 100) parlent ainsi d’un emploi propre aux « formal versions of written French ». L’ouvrage Le bon usage considère ce on comme relevant de la « langue parlée familière » ; aucune indication de niveau de langue n’est faite pour le nous (Grevisse & Goosse, 1986 : § 784, 631).

9L’avènement du on défini participe d’un profond remaniement des valeurs de personne dans le système verbo-pronominal du français, qui est toujours en cours (Fonseca-Greber & Waugh, 2003). Ceci impacte particulièrement la régularité morphologique de deux paradigmes : celui des formes conjuguées au niveau des tiroirs, et celui des lexèmes pronominaux. Ces paradigmes, comme nous le montrerons, ont une influence importante dans la présentation des verbes et pronoms dans les discours grammatical et pédagogique.

1.1 Régularité morphologique des formes conjuguées

  • 4  Mais il existe également, parmi les formes de 4p, des exceptions à cette désinence exceptionnelle  (...)

10La simplification du système de marques de personne dans les tiroirs du français inaugurée par on défini est relevée par de nombreux auteurs. Ceux-ci notent l’exceptionnalité du final -ons, Bally (1952 : 31) parlant par exemple de « désinence spéciale et inutile, qui détonne avec celles de je chante, tu chantes, ils chantent, unifiés dans la prononciation ».4 L’autre exception à la suffixation zéro, le /e/ de la 5p, est considéré comme moins détonnant, car partagé par d’autres formes verbales, parmi lesquelles le -er de l’infinitif ou le -é du participe passé (Coveney, 2000 : 454). Les simplifications paradigmatiques des tiroirs verbaux sont mesurables (Lagane, 1963 : 40 ; Peeters, 2006 : 208-210). Ainsi à l’oral, les tiroirs présent, imparfait, et conditionnel, des verbes dits « réguliers » ou de premier groupe ne présentent traditionnellement de final qu’à la quatrième (/ͻ/) et à la cinquième (/e/) personne, l’arrivée du on réduisant ce nombre à un seul. Au futur l’identité formelle entre 4p et 6p atténue l’effet simplificateur d’un remplacement du -ons, mais ce tiroir est de toute façon concurrencé par le futur périphrastique construit avec le présent du verbe aller, qui, lui, est bien simplifié par la disparition de la forme allons (Peeters, 2006 : 210).

1.2 Régularité morphologique des lexèmes pronominaux

11Par paradigme pronominal, nous entendons le pronom sujet, nous ou on, et l’ensemble des proformes du lexème pouvant renvoyer à celui-ci : pronom d’objet direct, pronom d’objet indirect, pronom disjoint, pronom possessif et adjectif ou déterminant possessif. À la différence du paradigme des désinences verbales, celui-ci, en accueillant le on défini, perd en régularité.

12Cet aspect semble moins traité dans la littérature. Csécsy (1968a : 34-35) relève que le on défini a « renversé les proportions en faveur des cas où le pronom tonique est différent du pronom atone (5 : 3, à la place de 4 : 4) ». Ainsi avec l’arrivée de ce on les cas de différence je/moi, tu/toi, il/lui, ils/eux, on/nous dépassent les cas d’identité formelle elle, vous, elles.

13Or il nous semble que la question de la différence formelle va bien au-delà des seuls pronoms sujet et disjoint et embrasse l’ensemble des formes issues de chaque paradigme. Nous avons résumé ces paradigmes dans le tableau suivant :

Tableau 1 : Paradigmes des pronoms sujets nous et on

Tableau 1 : Paradigmes des pronoms sujets nous et on

14On y voit tout d’abord la régularité exceptionnelle du paradigme du pronom nous défini, cinq de ses sept postes revêtant une même forme, en l’occurrence nous. Le paradigme du on indéfini est multiple, les divers postes coïncidant avec la 3p, la 4p et la 5p, en fonction des différents types d’indéfinition. Grevisse et Goosse (1986 : § 725 e) expliquent l’alternance nous/vous ainsi : « S’il faut exprimer un pronom personnel ou un possessif renvoyant à on pris dans le sens indéfini, on se sert de nous, notre (quand le locuteur se met dans la collectivité : d’autres + moi), ou, plus souvent, de vous, votre (quand le locuteur s’efface et ne se met pas dans la collectivité ». Les formes de 3p, elles, reflètent l’origine nominale de on dans le latin homo, « personne » au sens générique : « on fait », c’est « la personne fait », ou plus précisément « n’importe quelle personne fait ». Enfin, le paradigme du on défini, à la différence de celui du on indéfini, est très stable, partageant systématiquement les formes de nous défini, à deux exceptions près.

15L’arrivée du on défini conduit ainsi à un double mouvement dans le système verbo-pronominal. D’une part, on constate une régularisation morphologique des formes des tiroirs verbaux, simplification qui ne retient pas l’attention des grammairiens normativistes. De l’autre, on observe le remplacement d’un paradigme pronominal très régulier par un autre un peu moins régulier – deux formes nous étant remplacées par on et se. Certains prescriptivistes ont vu cette promiscuité formelle comme un problème en soi : la phrase « on restera chez nous » par exemple est pour Georgin (1956) un exemple d’« acrobaties grammaticales ». Le discours puriste a persisté à voir dans le paradigme de on défini un mélange de formes, plutôt que l’existence d’un nouveau paradigme, le recours aux formes nous par le sujet on étant en quelque sorte la preuve de son inaptitude fondamentale à revêtir le rôle de défini. Il s’agit bien d’une nostalgie de la régularité perdue du paradigme nous, les mêmes grammairiens ne se préoccupant guère de la complexité existante d’autres paradigmes, comme ils, qui se déploie : ils-se – les – leur – eux – leur – le leur.

2. Fréquences relatives de nous + 4pet on+3pen français parlé : l’apport DES CORPUS

16Plusieurs études ont cherché à quantifier l’emploi des deux variables nous + 4p et on + 3p. Les études basées sur le dépouillement de corpus de français spontané donnent systématiquement un pourcentage très faible d’occurrences de nous + 4p parmi l’ensemble constitué par les occurrences définies nous + 4p et on + 3p. Ainsi le recueil de Boutet auprès de travailleurs en usine n’en a relevé aucune (1994 : 102) ; celui de Deshaies à Ville de Québec donne le chiffre de 0,5 % (1991 : 17) ; celui de Fonseca-Greber et Waugh, basés sur deux corpus recueillis en France et en Belgique de discours en situation ordinaire (préparation de valises, etc.) 1 % (2003 : 108) ; l’étude de Laberge menée à Montréal 1,6 % (1977 : 132), et celle de Coveney auprès d’employés d’un centre aéré picard 4,4 % (2000 : 466).

  • 5  Le corpus est consultable librement en ligne à l’adresse cfpp2000.univ-paris3.fr.

17Afin d’explorer davantage les occurrences de nous + 4p représentées par ces chiffres, nous avons prélevé l’ensemble d’occurrences de ce type dans un corpus de français parlé en libre accès en ligne, le Corpus de français parlé parisien des années 2000 (Branca-Rosoff et al, 2012)5. Il s’agit d’un corpus d’entretiens semi-directifs ayant pour thématique « le quartier », et recueillis auprès d’habitants de divers quartiers de la capitale française. Une certaine formalité accompagnait nécessairement ces échanges, du fait de la présence de matériel d’enregistrement, et de la présence d’une personne inconnue ou très peu connue, à savoir l’enquêteur. Les créateurs du corpus ont cherché à minimiser ces effets en évitant l’entretien en tête-à-tête : la plupart des conversations impliquent trois personnes ou plus (un enquêteur et plusieurs enquêtés) ; par ailleurs les enregistrements se déroulent au domicile du ou des enquêtés. Dans la mesure ou le nous + 4p a souvent été caractérisé comme relevant d’une langue soutenue, ou « langue du dimanche », il est important de décrire précisément la praxis de ces échanges.

18Notre dépouillement a mis à jour 113 occurrences de nous + 4p susceptibles de participer à la variable (au moment de sa consultation le corpus entier faisait 654735 mots).

19Au delà de ce nombre très restreint, dans un type discursif nécessitant la référence à soi + autres, deux aspects de la distribution de ces occurrences indiquent une forte marginalisation. En premier lieu, l’emploi du nous + 4p est dominé par les deux verbes fondamentaux avoir et être, qui cumulent 75,2 % des occurrences ; les verbes suivants (aller et habiter) ne représentent chacun que 3,6 % du total (4 occurrences). La deuxième marginalisation concerne les locuteurs qui en font usage : 79 des 113 occurrences sont le fait de 4 locuteurs, soit 70 % ; aucun locuteur autre n’emploie la forme plus de 4 fois :

Tableau 2 : métadonnées des locuteurs du corpus CFPP ayant le plus souvent recours à nous + 4p

Tableau 2 : métadonnées des locuteurs du corpus CFPP ayant le plus souvent recours à nous + 4p

20Ces chiffres indiquent clairement le poids de l’idiolecte de certains locuteurs dans le recours à nous + 4p. L’examen des métadonnées fait ressortir comme facteurs pouvant favoriser un recours répété : l’âge élevé (relevé également par Fonseca-Greber & Waugh, 2003 : 109, et par Blondeau, 2001 : 457), le fait, inhabituel dans le corpus, d’être seul avec l’enquêteur, ainsi que des éléments biographiques spécifiques, tels qu’un rapport privilégié avec l’écrit ou une pratique habituelle de la parole publique. Dans le cas de la locutrice 1402.2, enfin, on peut faire l’hypothèse d’une possible interférence de l’interlangue ou d’un apprentissage du français langue étrangère ayant priorisé l’emploi de nous.

3. la variable nous/on dans les manuels scolaires et d’apprentissage

3.1 Les cadrages proposés

21Dans la troisième partie de ce travail, nous allons aborder la présentation de nous + 4p et de on + 3p dans les manuels scolaires du français langue première et langue étrangère. Après avoir relevé la nette marginalisation de la variante nous + 4p dans l’oral spontané, et la domination de la forme on + 3p, nous avons souhaité nous pencher sur la place accordée à ces deux variantes dans les supports pédagogiques.

22La constitution du corpus d’ouvrages pédagogiques s’est faite autour d’un niveau de maitrise de la production écrite de « débutant », défini A1 ou A2 dans le Cadre européen commun de référence pour les langues (Conseil de l’Europe, 2001). Nous avons ainsi souhaité viser un niveau de maitrise qui n’exigerait pas le maniement de registres et genres nécessitant un langage soutenu et donc pouvant sélectionner la forme nous + 4p plutôt que on + 3p. Les ouvrages consultés couvrent deux publics différenciés : les élèves francophones de première langue des classes CE2 à CM2, et les apprenants allophones adultes. Dans le premier cas, nous avons retenu des manuels scolaires de classe de français affichant les niveaux CE2, CM1 et CM2 ; dans le deuxième, des méthodes et grammaires de français langue étrangère affichant les niveaux A1 ou A2. La liste complète d’ouvrages consultés est en annexe.

23Ces deux publics d’apprenants diffèrent en de nombreux aspects, et notamment en ce qui concerne le rapport à l’écrit. Les élèves d’école élémentaire apprennent à écrire une langue qu’ils parlent déjà, tandis que les apprenants allophones novices apprennent à parler et à écrire la langue en même temps. Les élèves auront certainement entendu et lu la forme nous, et la maitrise de sa conjugaison « difficile » peut être considérée comme une objective utile, un acquis valorisant. Pour les allophones novices, l’utilité immédiate d’une forme quasi-absente de la langue parlée spontanée est plus difficile à justifier, même si les situations de parole que viseraient certains apprenants – réunions d’affaires, rédactions de rapports – peuvent être de nature à favoriser le nous. Ceci étant dit, pour les deux groupes la logique pédagogique voudrait que l’on commence par ce qui est connu et familier (le on défini, employé à l’oral par les élèves), et que l’on se garde bien de minorer ou de marginaliser cet emploi ; et qu’en l’absence d’acquis (chez les allophones), on commence par une forme simple et universellement employée, réservant les complexités formelles et les nuances pragmatiques pour plus tard.

24Les capacités de maniement du français visées par les ouvrages retenus figurent dans divers textes de cadrage : ceux du Cadre européen commun, ceux des textes ministériels. Ainsi le document Progression pédagogique Cycle 3 Français (2008), édité par le Ministère de l’éducation nationale, à la rubrique « Rédaction », CM1, précise que l’élève doit savoir :

Rédiger des textes courts de différents types (récits, descriptions, portraits) en veillant à leur cohérence, à leur précision (pronoms, mots de liaison, relations temporelles en particulier) et en évitant les répétitions

Rédiger un court dialogue (formulation des questions et des ordres).

25Ce cadrage insiste donc sur les types de textes, avec exemples, et souhaite que l’élève puisse faire un usage approprié de pronoms. Le choix entre nous et on pourra concerner la catégorie récits : un récit impliquant le scripteur et d’autres peut se faire avec on ou avec nous. La « précision » pronominale visée n’est pas indiquée. Dans le cadre de la production d’un « dialogue », par contre, l’emploi de on prendrait tout son sens, notamment dans les réponses aux « questions » et « ordres » qui épouseraient tout naturellement les formes de l’oralité. Les textes de cadrage équivalents à celui-ci, mais destinés aux niveaux CE2 et CM2, ne font pas mention des pronoms.

26Les méthodes de FLE consultés renvoient explicitement aux niveaux du Cadre européen commun A1 et A2. Les descripteurs écriture pour le niveau A2 sont les suivants :

Écrire : Je peux écrire des notes et messages simples et courts. Je peux écrire une lettre personnelle très simple, par exemple de remerciements.

Comprendre (Lire) : Je peux lire des textes courts très simples. Je peux trouver une information particulière prévisible dans des documents courants comme les petites publicités, les prospectus, les menus et les horaires et je peux comprendre des lettres personnelles courtes et simples.

27Au vu de ces cadrages, la maitrise du nous + 4p ne semblerait pas faire partie des formes de production écrite préconisées pour les apprenants de ces niveaux. On pourrait éventuellement considérer qu’il était utile pour l’apprenant de les reconnaitre, mais guère plus.

3.2 Présentation de la variable dans les supports pédagogiques étudiés

28Nous allons considérer la présentation de la variable nous/on dans les méthodes et grammaires retenues sous deux angles : la non-intégration de on défini dans les tableaux de conjugaison et l’exclusion de on défini de la production écrite, et la priorisation des valeurs indéfinies.

3.2.1 Non-intégration de on défini dans les tableaux de conjugaison

29La quasi-totalité des ouvrages consultés emploient une présentation des personnes du verbe par tiroir, et dans un ordre précis. Par exemple dans Français : Étude de la langue (12) :

Parler
je parle
tu parles
il/elle parle
nous parlons
vous parlez
ils/elles parlent

30Il s’agit en fait d’une sorte de « tableau », les pronoms et les formes verbales étant justifiés séparément afin de bien les distinguer. Les personnes sont disposées en une seule colonne et non deux colonnes, comme cela a souvent été le cas, écartant la notion de « pluralité » des personnes (1ère personne du pluriel, etc.) (mais voir Interlignes pour un contre-exemple). Une seule forme est proposée pour la 4p : nous parlons ; le pronom on n’est pas mentionné. En revanche, la 3p et la 6p sont associées à deux pronoms distincts.

  • 6  Ce dernier ouvrage révèle aussi à quel point sa place est précaire : pour illustrer la conjugaison (...)

31Ce tableau « de base » peut comporter certaines innovations. Le Bled Junior d.ms\ propose il comme seul pronom de 3p, puis seul elles à la 6p. La méthode de FLE Ici 1 (57) ordonne différemment : 1p-2p-3p- 6p-4p-5p, afin de faire ressortir les similarités conceptuelles des 3p et 6p. Et certains ouvrages intègrent on dans le tableau, à la suite de il et elle. Dans notre corpus c’est le cas de Pépites, et de Ici 1.6

32Cette disposition en une ou deux colonnes des groupes pronom + verbe conjugué se veut être une synthèse claire et précise des formes verbales, mais il ne réussit à représenter ni la réalité des valeurs sémantiques des items, ni celle de l’usage.

33Un premier élément de cette distorsion concerne l’ordre canonique des pronoms, qui dans sa formulation la plus basique donne : je tu il nous vous ils, comme dans l’exemple cité plus haut. Cet ordre est une relique de la disposition en deux colonnes « singulier » et « pluriel », format de tableau censé faire ressortir deux types de rapports : nombre (colonnes) et personne (lignes). Or, ces deux rapports posent un certain nombre de problèmes. La notion de nombre ne convient pleinement qu’aux formes de 3p, car nous n’est pas un « pluriel » de je (une pluralité d’instances énonciatives) mais un ensemble je + autres ; il en va de même pour tu (Riegel et al., 1994 : 196). Par ailleurs vous s’emploie couramment à l’endroit d’un allocutaire seul. De telles critiques peuvent expliquer non seulement la présentation en colonne unique, mais aussi, dans le discours académique, la numérotation à 6 personnes sans référence au nombre – le système adopté dans cet article. La notion de personne, elle, retient une valeur scientifique, distinguant d’une part les déictiques désignant le locuteur (je, nous, on défini) et l’allocutaire (tu, vous), et de l’autre des proformes à valeur référentielle (il, elle, ils, elles). Au vu de ces éléments, la présentation en colonne unique n’est guère satisfaisante : elle éloigne les formes à personne comparable (par ex. tu et vous), tout en approchant les deux groupes de « nombre » singulier et pluriel. Cela tient au fait que l’ordre retenu résulte d’une simple mise en série des deux colonnes du singulier et du pluriel. L’aspect problématique de cet ordre se profile clairement derrière l’arrangement inhabituel adopté par la méthode Ici, qui vise à rapprocher, justement, les pronoms référentiels.

34Mais même la personne constitue un carcan problématique pour une présentation réaliste des pronoms. Dans la numérotation à 6 formes (adoptée, sans la numérotation, par les manuels scolaires), la troisième des formes (la 3p) est censée représenter une proforme référentielle, ayant un référent grammaticalement singulier. Or, lorsque cette 3p s’emploie avec une valeur qui est clairement déictique et égocentrique (je + autres), la raison d’être du tableau, et de l’ordre canonique, est mise à mal.

  • 7  D’autres glissements surviennent dans d’autres langues. En italien et espagnol, le « vouvoiement » (...)

35La position des grammairiens didacticiens face à ce problème a été soit d’ignorer (voire de critiquer) le on défini, soit de le traiter comme une exception à un schéma ailleurs valable. Malheureusement, le système verbo-pronominal est d’une fluidité notable, et cette évolution du on vers une valeur définie n’est pas, loin s’en faut, exceptionnelle. Le tableau 4, qui réunit des exemples français7, montre la fréquence de ces glissements ; le premier chiffre représente la valeur personne constatée en discours, le second l’étiquetage traditionnel de la forme :

Tableau 3 : Glissements sémantiques des pronoms

Valeur p en
discours

Étiquette p traditionnelle

Nom / description

Exemple

1p

3p

on de modestie

Dans cette section, on [= l’auteur] décrira la distribution des pronoms conjoints (Riegel et al. 1994 : 196)

1p

4p

nous de majesté, de modestie

Nous, Louis quatorzième du nom, roi de France et de
Navarre (Ibid.)

2p

5p

forme V (vouvoiement)

Prenez votre temps madame
Dupont.

2p

3p

on indirect

Alors, on fait la forte tête ?
(Ibid.)

4p

3p

on défini

On y va ?

5p

4p

nous de sympathie
(pl.)

Alors, nous sommes triste ?
(Ibid.)

36Ce qui montre à quel point les valeurs pronominales se définissent en discours, plutôt que de constituer des propriétés stables des formes données.

37On peut penser que le discours des méthodes d’apprentissage cherche à prioriser les valeurs prototypiques des formes. Dans certains cas cela peut paraître logique : il serait peu pédagogique de présenter des formes comme le on de modestie ou le nous de majesté comme des formes de 1p auprès d’apprenants débutants. Mais des phénomènes ordinaires comme le vouvoiement, ou des usages dominants comme le on défini rendent cette position difficile à tenir. Les rédacteurs sont ainsi contraints d’employer des formules du type :

On a souvent le sens de nous. Attention, le verbe se conjugue à la 3e personne du singulier. (Pourquoi pas ! 1 : 77)

38Il faut faire attention parce qu’une valeur de 4p n’est ni de 3e personne ni « singulier », mais il reste que la forme dominante de l’expression de la 4p en français est présentée comme une entorse à la valeur « naturelle » de la 3p. Cette inversion de la réalité de l’usage (où le on indéfini, « une personne quelconque », est bien moins fréquent que le on défini, cf. Coveney 2000 : 466) est un effet néfaste du tableau de conjugaison, carcan qui impose une univocité sur des formes souvent polysémiques.

39Une solution serait de partir des formes pour en définir les sémantismes et fonctions grammaticales, et d’abandonner à la fois les catégorisations de nombre (y compris sous forme de « liste ») et la numérotation des personnes. Cela donnerait par exemple une présentation comme ceci :

le locuteur est le sujet du verbe : je donne ; on donne
l’interlocuteur est le sujet du verbe : tu donnes ; vous donnez
quelqu’un d’autre ou quelque chose est le sujet du verbe : il/elle donne ; ils/elles donnent

40L’apprentissage du nous défini et du on indéfini interviendrait ultérieurement à un niveau plus avancé, avec toutes les précisions sémantiques et discursives utiles.

41La disposition en tableaux a un impact direct sur le travail de production écrite des apprenants, car les méthodes construisent bien souvent des exercices à partir des tableaux de conjugaison. Ainsi dans Français : Étude de la langue, l’élève doit compléter des tableaux à trous, afin de produire les formes nous bougeons, jouons et avançons à partir d’amorces de type « nous... ». Dans Mon fichier de Grammaire, le tableau à trous est accompagné d’un exercice invitant à lier par des lignes des débuts et fins de phrases ; encore ici, seuls les formes répertoriées dans les tableaux figurent.

3.2.2 Priorisation de la valeur indéfinie de on

42Le dernier aspect de la marginalisation des formes concerne le traitement prioritaire qui est réservé à la valeur indéfinie du on. C’est la position déjà évoquée de Pourquoi pas 1, qui, en notant que « On a souvent le sens de nous » (77), priorise implicitement par le « souvent » l’autre valeur, qui n’a pas ce sens. Dans la méthode Ici 1 la mention systématique du on dans les 3p des conjugaisons donne lieu, en illustration du verbe être, à la série suivante : « Je suis français(e) / Tu es anglais(e) / Il/elle/on est espagnol(e) » (13), où la seule interprétation du curieux énoncé « on est espagnol(e) » serait indéfinie (au féminin, la praxis est encore plus intrigante). La grammaire Le Nathan école réussit l’exploit d’intégrer le on défini sous l’entrée « Pronoms indéfinis » :

On (pronom personnel indéfini) : ne s’emploie que pour désigner des êtres humains ; il signifie tout le monde, n’importe qui et souvent nous. On sonne à la grille. (Notre soulignement.)

43On trouvera des priorisations similaires dans l’ensemble des grammaires de référence : citons ici Le bon usage (Grevisse & Goosse, 1986 : § 631), ou la Grammaire méthodique du français (Reigel, Pellat & Rioul, 1994 : 197). Dans l’ouvrage de référence anglais A comprehensive French grammar (Byrne et al., 1986), le paragraphe 302, qui traite de on, est intitulé de manière significative « On (one) ». Le texte traite d’abord de son emploi « referring to a person or persons unspecified », et ensuite celui « when some definite person or persons are intended, i.e. as the equivalent of any Personal pronoun (particularly of nous ’we’) ». Malgré la mention de la valeur nous, cette sous-section traite d’abord des substitutions de tu et de vous par on (l’exemple est saisissant : « Avez-vous trouvé ma mère ? Qu’a-t-on dit ? On a été bien fâchée ? Did you find mother ? What did she say ? Was she very angry ? »), avant enfin de donner deux exemples de on défini synonyme de nous.

4. Mesurer l’impact de la promotion du nous défini sur les apprenants

  • 8  Consultable à l’adresse : http://www.flloc.soton.ac.uk/search.php. Nous avons interrogé l’ensemble (...)

44Dans ce travail, nous avons tenté de montrer la valorisation systématique du nous défini, aux dépens du on défini, auprès des apprenants novices. Nous avons essayé de mesurer l’impact de cette marginalisation sur l’une de ces communautés, en l’occurrence les apprenants allophones. Pour cela nous avons consulté un corpus de français parlé d’apprenants, les French Learner Language Oral Corpora.8 Les résultats pour les trois verbes avoir, être, aller sont les suivants :

  • on a : 54 occurrences

  • nous avons : 92 occurrences

  • on est : 12 occurrences

  • nous sommes : 50 occurrences

  • on va : 61 occurrences

  • nous allons : 27 occurrences

45Ainsi, pour avoir et être, les étudiants ont nettement tendance à employer une forme nous : 63 % et 81 % respectivement. Le résultat pour aller est intrigant puisque seuls 30 % des formes sont en nous. On peut penser à l’influence d’un figement comme on y va, mais ce résultat reste inattendu et mériterait approfondissement.

Conclusion

46Ce travail démontre la persistance de la présentation de la forme nous + 4p auprès d’apprenants débutants ou élèves de cours moyen comme forme de base de l’expression de la 4e personne, alors que les corpus montrent une domination écrasante de la forme on + 3p pour exprimer celle-ci. La forme nous + 4p est plus irrégulière au niveau morphologique, et se cantonne à des situations de parole nécessitant une langue soutenue, ce qui en fait une forme associée à l’écrit, ainsi qu’à certains types de prises de parole prestigieuses. Ce type de praxis n’étant visé ni par les descripteurs de capacités linguistiques des niveaux A1 ou A2, ni par les cadrages ministériels touchant l’écrit en cours moyen, la « normalisation » de cette forme dans les méthodes et grammaires, et la marginalisation de la forme on + 3p doivent être considérées comme inadaptées. Plusieurs facteurs peuvent expliquer la persistance de cette position normative de nous + 4p : la régularité exceptionnelle du paradigme pronominal nous et l’irrégularité du paradigme équivalent de on défini ; la polysémie du on (embrassant l’indéfini) par rapport à nous, perçue comme source d’ambigüité ; le carcan des tableaux de conjugaison, qui favorisent une monosémie pronominale et s’appuient sur une catégorie problématique dans le cadre des pronoms (nombre) ; la critique puriste du on défini, et sa valorisation du on indéfini ; une réticence à reconnaître les effets du changement linguistique sur les valeurs sémantiques et référentielles des personnes canoniques grammaticales.

Bibliographie

bibliographie

Matériaux pédagogiques

A Comprehensive French Grammar. L. Byrne & E. Churchill. Blackwell, 1986.

Bled Junior 8-11 ans. Hachette, 1999.

Français Étude de la langue. Manuel CE2. A. Mauffrey & I. Cohen. Belin, 2008.

Ici 1. Méthode de français. D. Abry et al Clé International, 2007.

Interlignes. Étude de la langue. CM2. C. Castera. Sed, 2008.

Le Nathan École. 8-11 ans. A. Bentolila. Nathan, 2013.

Mon fichier de grammaire. Exercices et leçons. CE2. A. Mauffrey & I. Cohen. Belin, 2005.

Parcours Français CM2. R. Assuied et al Hatier, 2005.

Pépites. Français CE2. Collectif. Magnard, 2011.

Pourquoi pas ! 1. M. Bosquet et al. Maison des langues, 2008.

Références bibliographiques

Bally, C. 1952. Le langage et la vie. Genève : Droz.

Blondeau, H. 2001. « Real-time changes in the paradigm of Personal pronouns in Montreal French », Journal of Sociolinguistics 5/4, p. 453-474.

Boutet, J. 1986. « La référence à la personne en français parlé : le cas de on ». Langage et société 38, p. 19-50.

Boutet, J. 1994. Construire le sens. Berne : Lang.

Branca-rosoff S., S. Fleury, F. Lefeuvre & M. Pires 2012. « Discours sur la ville. « Présentation du Corpus de Français Parlé Parisien des années 2000 (CFPP2000) »». (Disponible sur le <http://cfpp2000.univ-paris3.fr/>, consulté le 23 mai 2016).

Byrne, L. S.R. & E. L. churchill 1986. A comprehensive French grammar. Third édition. Oxford : Blackwell.

Conseil de l’Europe 2001. Un cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Paris : Didier.

Cook, M. (ed.) 1994. Dialogues révolutionnaires. Exeter : Exeter University Press.

Csécsy, M. 1968a. « Personne et nombre dans les formes orales du verbe ». Le français dans le monde, 56 : 31-35. [= Csécsy 1968b.]

Csécsy, M. 1968b. « Personnes et nombre », chapitre 1 de De la linguistique à la pédagogie : le verbe français. Paris : Hachette et Larousse, 15-26. [= Csécsy 1968a.]

Coveney, A. 2000. « Vestiges of nous and the 1st person plural verb in informai spoken French ». Language Sciences 22, p. 447-481.

Fonseca-greber, B. & L. R. Waugh 2003. « The subject clitics of Conversational European French : Morphologization, grammatical change, semantic change, and change in progress ». In : Núez-Cedeo, R., L. López & R. Cameron, A Romance perspective on language knowledge and use. Amsterdam : John Benjamins, p. 99- 117.

Gaiffe, F., E. maille, E. Breuil, S. Jahan, L. Wagner, M. Marijon. 1936. Grammaire Larousse du XXesiècle. Paris : Larousse.

Georgin, R. 1956. La prose aujourd’hui. Paris : Bonne.

Grafstrôm, Ȧ. 1969. On remplaçant nous en français. Revue de linguistique romane 33, p. 270-298.

Grevisse, M. 1986. Le bon usage. Paris : Duculot (12e éd. refondue par A. Goosse).

Lagane, R. 1963. « On pronom indéfini ou pronom personnel ? ». Le français dans le monde, 21, p. 39-40.

Peeters, B. 2006. « Nous on vous tu(e) ». La guerre (pacifique) des pronoms personnels ». Zeitschrift für romanische Philologie 122/2, p. 201-220.

Progression pédagogique Cycle 3 Français. Bulletin officiel de l’Éducation nationale, hors-série 3, 19 juin 2008. (Disponible sur http://www.education.gouv.fr/bo/2008/hs3/approndissements.htm, consulté le 23 mai 2016)

Riegel, M., J.-C. Pellat & R. Rioul. 1994. Grammaire méthodique du français. Paris : PUF.

Notes

1  Nous avons choisi de retenir le terme de variable, qui nous semble approprié pour décrire l’interchangeabilité généralement constatée des deux formes. Toutefois, nous reconnaissons les difficultés liées à la définition d’une équivalence fonctionnelle systématique dans ce cas (du fait notamment des emplois « limites » entre défini et indéfini). Pour une discussion voir Boutet (1986), Coveney (2000 : p. 463-466).

2  Ce blocage de la variable n’en est pas tout à fait un : en français avancé il existe une structure qui décumule les fonctions du pronom relatif qui (relateur ; sujet), mais cette syntaxe reste marginale et semble encore mal acceptée. Le journal satirique Fakir en fait usage dans son slogan « C’est nous qu’on va gagner », mais la syntaxe « déviante », affichée, véhicule ici un positionnement politique assumé.

3  Par exemple : « Dans la langue d’aujourd’hui, l’usage de on (à la place de nous) est un emploi familier » (Gaiffe et al., 1936 : 207).

4  Mais il existe également, parmi les formes de 4p, des exceptions à cette désinence exceptionnelle : le hapax sommes, et les finaux du passé simple -âmes, -îmes et – ûmes.

5  Le corpus est consultable librement en ligne à l’adresse cfpp2000.univ-paris3.fr.

6  Ce dernier ouvrage révèle aussi à quel point sa place est précaire : pour illustrer la conjugaison au futur on trouve le verbe parler avec en 3p « il/elle/on parlera », tandis que le deuxième verbe-exemple, regarder, placé à sa droite, affiche seulement « Il/elle regardera ».

7  D’autres glissements surviennent dans d’autres langues. En italien et espagnol, le « vouvoiement » se fait par l’emploi de formes 3p ou 6p avec valeurs discursives 2p ou 4p ; en anglais une forme épicène est créée en substituant la 6p à la 3p, tandis que la substitution du pronom d’objet direct de la 4p pour la 1p est, dans cette langue, un usage familier.

8  Consultable à l’adresse : http://www.flloc.soton.ac.uk/search.php. Nous avons interrogé l’ensemble des corpus proposés, sans paramétrage au niveau des options disponibles (tâche, sexe, niveau, etc).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Paradigmes des pronoms sujets nous et on
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/38037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Tableau 2 : métadonnées des locuteurs du corpus CFPP ayant le plus souvent recours à nous + 4p
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/38037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

Auteur

Université de Bourgogne-Franche-Comté-Crit

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search