Version classiqueVersion mobile

La guerre de Dix Ans

 | 
Louis Gérard

Introduction

Texte intégral

  • 1 Girardot de Nozeroy (Jean), Histoire de dix ans de la Franche-Comté de Bourgogne (1632-1642), Besa (...)

1On appelle guerre de Dix Ans l'épisode franc-comtois de la guerre de Trente Ans. Or. cette expression, qui naquit probablement au siècle dernier avec la publication du témoignage de Jean Girardot de Nozeroy1, est inexacte. Si l'auteur, conseiller au parlement de Dole, retraça bien dix ans de l'histoire de la Franche-Comté, de 1632 à 1642, les troubles guerriers ne durèrent que huit ans, de mai 1636 à mai 1644, soit du siège de Dole à l'évacuation du bailliage d'Amont par les troupes de Turenne. Ainsi, la guerre de Dix Ans ne fut en réalité qu'une guerre de huit ans...

  • 2 Brun (Xavier), Histoire de la guerre de dix ans en Franche-Comté (1633-1644), Lons-le-Saunier, 193 (...)

2Passée aujourd'hui dans le langage courant, l'expression guerre de Dix Ans pose donc un problème de chronologie que les historiens ont essayé de résoudre en conciliant les événements survenus en Franche-Comté et l'espace décennal qui justifie l'appellation, tout en fixant des limites plausibles. Seulement, si l'année 1644, qui marque indéniablement la fin des opérations armées dans la région, est reconnue et adoptée par tous, l'ouverture de la guerre de Dix Ans fait davantage hésiter : les uns la placent en effet au début des opérations du siège de Dole, soit mai 1636, d'autres remontent à la déclaration de guerre entre la France et l'Espagne, autrement dit mai 1635, d'autres enfin comme Xavier Brun2 se réfèrent au siège de Lure par les Suédois en février 1633.

3Il est bien difficile de trancher car si l'on excepte la proposition de Brun qui paraît un peu prématurée, les autres dates coïncident effectivement avec des événements politiques ou militaires majeurs et peuvent donc être retenues. Certes, elles ne donnent pas entière satisfaction : contrairement au siège de Dole, la déclaration de guerre franco-espagnole n'a rien changé pour la Comté, du moins dans l'immédiat ; d'un autre côté, elle permet de prendre en considération d'autres phénomènes, la peste en l'occurrence qui eut autant d'incidences sur la vie des populations locales et qui précéda les mouvements de troupes.

4Il est enfin possible d'avancer une autre date, celle de janvier 1634 ; concernant les opérations militaires et la guerre proprement dite, il est vrai qu'elle ne correspond à rien, mais sur le plan politique, elle signifie la reprise en main officielle des Pays-Bas et de la Franche-Comté par l'Espagne après la disparition de l'infante Claire-Isabelle-Eugénie, gouvernante de ces provinces. Là aussi on pourra sans doute objecter que cette reprise a commencé dès le décès de l'archiduc Albert en 1621 et que l'Infante avait depuis longtemps perdu tout pouvoir de décision ; néanmoins, c'est bien une nouvelle période de l'histoire comtoise qui débute avec l'année 1634, une période faite de crainte, de larmes et de sang et qui prendra fin en mai 1644. Elle durera donc dix années et quatre mois.

5Retracer la guerre de Dix Ans, c'est étudier dans un premier temps l'histoire événementielle et politique de la province comtoise, histoire qui se limite trop souvent au siège de Dole et à l'invasion des montagnes jurassiennes par Weimar. La guerre de Dix Ans est une succession de campagnes militaires, avec des temps forts et des périodes d'accalmie, mais qui constitue un tout et qu'il importe de revoir dans une optique de synthèse. C'est ensuite rappeler la véritable tragédie dont ont souffert les Comtois, victimes des affrontements mais aussi et surtout des fléaux de peste et de famine, un domaine de recherche pratiquement inexploré et qui fait la part belle aux légendes : du capitaine courageux qui porte sur ses épaules le destin entier d'une province, aux emmurés vivants des grottes, en passant par le massacre des populations apeurées, bien des épisodes de cette sombre époque ont été contrefaits sous la plume des romantiques du siècle dernier, et il convient de les replacer dans un plus juste contexte. C'est enfin dresser un bilan démographique et économique précis pour tenter de chiffrer, de mesurer toutes les conséquences d'une crise considérable, inégalée dans toute l'histoire de cette province de Franche-Comté.

Notes

1 Girardot de Nozeroy (Jean), Histoire de dix ans de la Franche-Comté de Bourgogne (1632-1642), Besançon, 1843. Transcription (contestable) de Jules Crestin.

2 Brun (Xavier), Histoire de la guerre de dix ans en Franche-Comté (1633-1644), Lons-le-Saunier, 1937.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/3801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search