Version classiqueVersion mobile

Linguistique interactionnelle, grammaire de l’oral et didactique du français

 | 
Anne-Sophie Calinon
, 
Badreddine Hamma
, 
Katja Ploog
, 
et al.

Pour une analyse de la gestualité co-verbale : l’exemple de la production des locuteurs non natifs

Sophie Fiorese

Résumé

Prenant comme point de départ que la communication est pluri-sémiotique, nous proposons un questionnement autour du geste chez les non-natifs : quelle place occupe le geste à l’oral ? Comment les locuteurs non-natifs utilisent-ils le geste ? Nous détaillerons les gestes à prendre en compte dans l’étude de l’oral en présentant la typologie de McNeil. D’autre part, nous aborderons l’aspect signifiant du geste au travers de la notion d’unité gestuelle proposée par Kendon et sa synchronisation avec le discours. Nous terminerons par un aperçu des études qui s’intéressent aux gestes de locuteurs non-natifs, nous verrons que jusqu’ici le geste a été étudié dans son aspect communicatif, cognitif et régulateur. Enfin, nous proposerons des pistes qu’il reste à explorer dans l’étude de la gestuelle des non-natifs.

Texte intégral

introduction

1L’oral se démarque de l’écrit par la mise en co-présence des locuteurs. Cette co-présence a un impact sur la communication puisqu’elle induit la possibilité de communiquer via différents canaux. Les participants d’une interaction mobilisent donc différentes ressources linguistiques et non verbales. Dans cet article, nous présentons les principes de la multicanalité de la communication en nous penchant plus particulièrement sur l’aspect gestuel. Nous aborderons le geste d’un point de vue théorique en répondant aux questions suivantes : qu’est-ce qu’un geste co-verbal ? Comment peut-il être analysé ? Quels liens entretient-il avec le verbal ? Nous verrons les différents types de gestes à prendre en compte dans l’étude de l’oral, leurs liens avec le discours ainsi que l’aspect signifiant du geste et sa synchronisation avec le verbal. Cette caractérisation théorique du geste nous permettra de poser les bases d’une étude de la gestuelle en générale et de voir dans quelle mesure elles s’appliquent à l’étude de la gestuelle de locuteurs non natifs (LNN). Enfin, nous verrons quels questionnements articulent acquisition d’une langue étrangère et gestualité au travers un aperçu d’études portant sur le sujet. Nous en dégagerons des pistes non explorées dans l’étude du geste chez les LNN.

le caractère pluri-sémiotique de la communication

La multicanalité

2Depuis les années soixante, l’intérêt pour l’étude des gestes s’est accru dans la recherche scientifique moderne. Il a été démontré que la communication entre deux individus mis en co-présence se compose du verbal et du non-verbal. La mulitcanalité réfère donc à ce mélange entre verbal et non-verbal lors de la production d’énoncés. La composante verbale est ce qui est dit, elle est le côté linguistique de la communication. En d’autres termes, c’est le code utilisé, la langue mise en action. Pour ce qui est du non-verbal, il se subdivise en de nombreuses composantes. Celles qui nous intéressent ici, sont celles qui se rattachent directement à la communication et à ses objectifs. Il s’agit des aspects vocaux et kinésiques. Le vocal correspond globalement à la prosodie et le kinésique aux mouvements du corps. Vocal et verbal vont de pair puisqu’il est difficile de dire quelque chose sans prosodie. En ce qui concerne l’aspect kinésique, il a souvent été traité comme quelque chose à part, en dehors du fait langagier. L’une des raisons que nous voyons à cette mise de côté est que l’aspect kinésique est très prolifique et donc difficilement analysable. Par ailleurs, la plupart des mouvements paraissent se produire de façon tout à fait inconsciente, et de ce fait, ne pas se rattacher à l’effort de communication. Enfin, tous les mouvements du corps ne se rattachent pas forcément à l’intention de communication. Il est donc nécessaire de différencier les mouvements « extra-communicatifs » (Cosnier & Vaysse, 1997) de ceux qui sont communicatifs. Les premiers se rapportent essentiellement aux mouvements de confort ou aux gestes ludiques, les seconds sont les mouvements qui sont liés à l’intention de communication. Bien sûr, un geste peut dans sa forme être le même mais se rattacher soit à l’extra-communicatif soit au communicatif. Le geste qui consiste à se frotter le menton, par exemple, sera dans la grande majorité des cas un geste extra-communicatif. En revanche, il prendra une dimension communicative si la personne qui le produit parle de rasage. Cet exemple démontre l’importance du contexte discursif pour classifier le geste, la forme n’est pas suffisante. D’autre part, il met en exergue la différence entre geste communicatif et extra-communicatif. Les premiers sont en lien avec l’activité discursive, les seconds ne le sont pas. Les gestes à prendre en compte dans l’analyse du discours oral sont ceux qui se rattachent à l’intention de communication.

3Cette multicanalité est présente dans toute communication orale humaine. Lorsque nous communiquons à l’oral, nous avons à notre disposition le code linguistique mais aussi notre corps. La multicanalité doit donc être prise en compte dans l’analyse des productions orales des non-natifs. Même si le LNN a tendance à se focaliser sur le code linguistique qu’il utilise, lorsqu’il communique à l’oral il dispose d’une autre modalité qu’il peut utiliser dans la langue étrangère. Il nous semble tout à fait pertinent de voir comment cette modalité intervient dans le discours des LNN.

La notion d’énoncé total

4La prise en compte des gestes communicatifs dans le discours oral pousse de nombreux chercheurs à reconsidérer la notion même d’énoncé. Il ne serait plus constitué du dire, mais bel et bien du dire et des gestes qui l’accompagnent. Ces derniers étant aussi définis comme constituant un « co-texte » par Cosnier (Cosnier & Brossard, 1984). Ce dernier parle « d’énoncé total » comme étant un « énoncé langagier hétérogène formé par la synergie des trois sous-systèmes : verbal, vocal et gestuel » (Cosnier & Brossard, 1984 : 28). Cette vision pluri-sémiotique de l’énoncé est adoptée par d’autres, notamment par McNeill qui va encore plus loin en affirmant que :

[...] gestures are an integral part of language as much as are words, phrases, and sentences- gestures and language are one System. (McNeill, 1992: 2)

5Pour cet auteur, il existe une complémentarité entre le verbal et le gestuel qui découle de leurs propriétés. Le verbal est unidimensionnel, segmenté et analytique alors que le gestuel est multidimensionnel, global et synthétique. D’autre part, le premier est de nature combinatoire alors que le second ne l’est pas. Ces deux modalités permettent de communiquer un même sens sous deux configurations différentes, l’analyse de l’oral doit donc être une analyse multimodale. Ceci nous amène à une première remarque concernant l’oral des LNN. Si l’on sait que la modalité verbale peut s’avérer difficile à manipuler lors de l’apprentissage d’une langue, on n’en sait peu sur la modalité gestuelle. L’hypothèse la plus évidente est que la gestualité vient compenser les difficultés verbales du LNN. Mais est-ce sa seule fonction ? Nous y reviendrons plus longuement dans la section 4.

Le continuum de Kendon

6Nous avons vu précédemment que la communication orale est multicanale et pluri-sémiotique. Il existe différents degrés de sémiotisation du geste, ce dernier devenant plus ou moins autonome par rapport au discours. Cette autonomie va de pair avec les propriétés linguistiques du geste. L’imbrication du discours et des gestes a été modélisée par McNeill (1992) au travers d’un continuum qu’il a nommé Kendon’s continuum en référence aux travaux de ce chercheur. Nous reproduisons ici le continuum tel qu’il a été publié par McNeill :

Gesticulation➔Hanguage-like Gestures➔Pantomimes➔Emblems➔Sign Languages

As we move from the left to the right: (1) the obligatory presence of speech déclinés, (2) the presence of language properties increases, and (3) idiosyncratic gestures are replaced by socially regulated signs. (McNeill, 1992: 37)

7Revenons tout d’abord sur les différentes catégories de ce continuum :

  • 1 Kendon utilise le terme gesticulation et McNeill gestures ou co-speech gestures, ces termes renvoya (...)

La gesticulation1 réfère à la production de gestes accompagnant le discours. Ces gestes ne prennent sens qu’avec l’énoncé. Ils sont spontanés et n’ont pas de forme standard, chaque locuteur les accomplissant de façon singulière. La plupart des personnes qui produisent ces gestes ne s’en rendent pas compte et il serait difficile pour eux de les reproduire de façon consciente si l’on leur demandait.

Les Language-like gestures sont très proches de la gesticulation mais en diffèrent en ce qu’ils remplacent certains termes du discours en s’insérant dans un slot laissé ouvert. Ils sont eux aussi fortement dépendant de la parole puisqu’ils ne prennent sens qu’en contexte. Colletta (2004) les décrit comme étant des emblèmes lexicaux et donne l’exemple du geste utilisé dans la phrase: « vous avez le [geste représentant un téléphone] ».

Les pantomimes sont des mimes. Par exemple, mimer une action est une façon de la décrire. La présence du discours se fait moins nécessaire. Ils se différencient des language-like gestures dans le sens où ils sont constitués d’une succession de mouvements constituant un tout, le plus souvent une action entière.

Les emblèmes peuvent être effectués sans discours. Ils ont une définition et une forme standardisée. La forme est conventionnelle dans une culture et a un sens spécifique. Par exemple, en français, poser son index sous l’œil, pour signifier « mon œil ! », sert à marquer son incrédulité. Il existe de nombreuses études sur les emblèmes dans différentes langues, pour le français on trouvera notamment le dictionnaire de Calbris et Montredon (1986). On notera que les emblèmes, en tout cas en français, ont souvent un équivalent verbal, le plus souvent une expression idiomatique plus ou moins figée (Garitte, 2005).

Le langage des signes est une langue à part entière. Il en a toutes les caractéristiques notamment une syntaxe, un lexique, une communauté de locuteur. Il se substitue totalement au discours oral. C’est un espace symbolique à part entière.

  • 2 McNeill (2000) a subdivisé ce continuum en quatre continua qui reprennent chacun de ces aspects.

8Dans ce continuum, lorsque l’on se déplace de la gauche vers la droite, le discours oral est de moins en moins nécessaire pour interpréter le geste, jusqu’à être totalement exclu dans le langage des signes où le geste devient un signe à part entière. La présence ou l’absence de discours va de pair avec les propriétés linguistiques du geste ainsi que son degré de conventionnalisation et son mode de fonctionnement sémiotique (global et synthétique vs segmenté et analytique)2.

9Les gestes des locuteurs vont tantôt se rattacher à l’une ou l’autre des quatre premières catégories. Cette distribution dépend de la présence ou de l’absence du discours lors de la production du geste. L’alternance entre les différentes catégories devrait être plus marquée chez des LNN, surtout en début d’apprentissage. En effet, si l’on suppose que le geste vient compenser le verbal, la production de gestes devrait se rattacher fréquemment à la deuxième et la troisième catégorie (language like gestures et pantomimes). Néanmoins, Gullberg (1998) a démontré que les gestes de LNN sont le plus souvent produits avec du discours. De ce fait, les gestes des LNN se rattachent à la catégorie la plus à gauche du continuum à savoir la gesticulation. Nous allons à présent nous pencher plus en détail sur cette catégorie.

3. les gestes dits communicatifs : les co-verbaux

10Les gestes communicatifs se décomposent en co-verbaux et synchronisateurs (Cosnier & Vaysse, 1997). Ces derniers sont liés à la gestion de l’interaction orale et peuvent se manifester par des mouvements des bras et des mains, mais aussi par des regards (Goodwin, 1981) ou des postures du corps, notamment dans la passation des tours de paroles. Les co-verbaux concernent essentiellement les mouvements des bras et des mains (McNeill, 1992 ; Kendon, 2004) auxquels on peut ajouter les mimiques et les regards (Ekman & Friesen, 1969). La définition que donne McNeill des gestes est très restrictive :

Gestures [...] are idiosyncratic spontaneous movements of the hands and arms accompanying speech. (McNeill, 1992 : 37)

11McNeill emploie le terme idiosyncratique pour souligner le fait que les mouvements des bras et des mains ont un degré de conventionnalisation très faible. Autrement dit, une personne en train de parler et de produire ces gestes le fait de manière toute personnelle sans qu’il n’y ait de règle quant à la forme que prend le geste. En ce qui concerne l’aspect spontané, il s’agit ici de l’idée que ces gestes sont produits de façon consciente ou non mais volontairement produite. L’aspect spontané du geste l’est autant que l’aspect spontané de la parole. D’autre part, les gestes tels qu’ils sont définis par McNeill sont bien ceux qui accompagnent le discours, il s’agit donc des co-verbaux (speech-associated gestures).

12Les co-verbaux ont fait l’objet de diverses classifications (notamment Efron, 1941 ; Efron & Van Veen, 1972 ; Ekman & Friesen, 1969 ; Cosnier, 1982 ; McNeill, 1992), la plus usitée étant celle de McNeill. Ce dernier a identifié quatre types de gestes :

13Les gestes iconiques qui sont en lien direct avec le référent qu’ils dépeignent. Par exemple, dessiner un carré dans l’air lorsque cette forme est évoquée dans le discours. Ce type de geste est le plus souvent en synchronie sémantique avec les éléments du discours.

14Les gestes métaphoriques fonctionnent comme les iconiques mais ils illustrent des concepts abstraits. Un geste métaphorique est un geste qui est utilisé pour donner une forme visuelle à un concept abstrait et lui donner une qualité d’objet. Un exemple de ce type de geste pourrait être celui d’un professeur qui produit un geste de la main droite prenant la forme d’une coupe chaque fois qu’il parle du concept de « langage ». Ce geste n’a pas de forme standard, il sera créé par le locuteur au moment de son énonciation.

15Les gestes déictiques qui, par une action de pointage, le plus souvent au travers de l’utilisation de l’index, sélectionnent dans le contexte immédiat un objet concret. Ils sont accompagnés dans le discours de déictiques tels que ce, cette, ici... Les déictiques gestuels peuvent aussi pointer de façon abstraite des éléments du discours.

16Les beats sont des gestes de battement qui donnent un rythme au discours. Ils ne changent pas de forme en fonction de ce qui est dit. Le plus souvent, ils sont réalisés par la main ou le doigt dans un mouvement rapide de haut en bas.

17Ces gestes ne prennent sens qu’en contexte et, nous l’avons dit, se situent à l’extrémité gauche du continuum vu plus haut (cf. 2.3). On peut noter que les trois premiers (iconiques, métaphoriques et déictiques) assument une fonction référentielle. En effet, ces trois types de gestes sont en lien sémantique avec ce qui est dit. Ils illustrent, la plupart du temps, les éléments verbaux en en donnant une image ou en désignant l’objet dans le contexte immédiat. Ces gestes entretiennent différentes relations avec le verbal. Ils peuvent être redondants avec ce dernier, c’est le cas dans l’exemple que nous avons donné pour illustrer les gestes iconiques (le carré dessiné dans l’air en même temps que la forme est évoquée dans le discours). Ils peuvent aussi compléter le verbal. Pour illustrer cette relation nous prendrons l’exemple donné par McNeill (1992 : 13). Une locutrice est en train d’expliquer un dessin animé qu’elle a vu. Elle décrit l’action d’une dame qui chasse un chat et dit : « she [chases him oui again] ». Elle produit en même temps un geste iconique qui indique que la dame utilise un parapluie pour chasser le chat. Dans cet exemple, le verbal donne l’action (chasser) et le gestuel le moyen (avec un parapluie). Enfin, les gestes peuvent venir s’insérer dans un slot laissé ouvert à l’oral. En ce qui concerne les beats, ils n’ont pas de lien sémantique avec ce qui est dit. En revanche, ils permettent d’accentuer certains termes, ou donnent une version visuelle de la construction du discours et de la succession des idées. Ils assument ainsi une fonction discursive. Selon McNeill, tous ces gestes peuvent également assumer une fonction de cohésion qui permet de relier des éléments du discours, thématiquement reliés, mais séparés du point de vue temporel, par exemple lors de digressions.

  • 3 Nommés quasi-linguistiques par Cosnier & Vaysse (1997).

18A cette typologie il faut ajouter les gestes-conventionnelles ou emblèmes3 qui sont des gestes culturellement construits rattachés à une signification. Il existe des dictionnaires d’emblèmes, ils ont donc, en quelque sorte, le même statut qu’un terme lexical. Ils peuvent être utilisés sans discours et avoir du sens contrairement aux gestes vus précédemment.

19Les gestes « co-verbaux » accompagnent le discours lorsqu’il est produit et ce dans toutes les langues du monde, avec une variation en termes de fréquence d’utilisation, mais aussi en termes de qualité et d’ampleur. Cette typologie peut s’appliquer pour l’étude de la gestualité co-verbale de tout locuteur aussi bien en langue maternelle qu’en langue étrangère. Il a d’ailleurs été démontré que des locuteurs qui s’expriment en langue étrangère produisent plus de gestes que lorsqu’ils le font en langue maternelle (Gullberg, 1998).

20Il faut noter que la typologie proposée par McNeill n’est pas exclusive. Il s’agit plutôt de tendance car un même geste peut couvrir l’une et l’autre des catégories. Enfin, cette typologie ne peut constituer qu’un premier échelon dans la classification des gestes et doit être affinée et/ou élargie en fonction de ce que l’on cherche à analyser. En effet, d’autres types de gestes apparaissent lors d’interactions, notamment les gestes interactionnels mis en évidence par Bavelas et al. (1992) qui ont la particularité d’avoir une forme relativement variable et fréquemment ouverte vers l’interlocuteur. Ces gestes ne sont pas en lien direct avec les éléments d’un énoncé et servent une fonction interactive ce qui les différentie des gestes référentiels de McNeill.

4. les phases successives du geste

21À la suite de McNeill (1992), nous avons caractérisé le geste comme étant synthétique et global (cf. 2.2). Il est donc en théorie impossible de le segmenter puisque c’est le tout qui fait sens et non les parties. Il est en revanche possible d’appréhender le geste en différentes phases. Kendon (2004) affirme, tout comme McNeill (1992), que le verbal et les gestes sont mis à contribution en même temps dans la construction du sens. Pour développer cet argument, Kendon a effectué des études sur l’imbrication du geste et du verbal. Il en a dégagé différentes phases du geste qu’il regroupe sous le terme d’« unité gestuelle » (Kendon, 2004).

4.1 Les trois phases de l’unité gestuelle

  • 4 Recovery chez Kendon, retraction chez McNeill.

22L’unité gestuelle définie par Kendon se compose de trois phases : la préparation, le stroke et le retour4 :

23La préparation est la phase qui mène au stroke. Les muscles des membres se préparent à accomplir le « geste » à proprement parler. Elle doit être exécutée en amont du geste pour que celui-ci se synchronise avec le dire au moment où l’énonciateur veut qu’il advienne. Elle matérialise donc l’anticipation du geste.

24Le stroke est la phase reconnue généralement comme étant la plus pertinente pour donner sa forme au geste. Ainsi, le stroke définit le type de geste avec lequel nous sommes en présence. Pour l’observateur lambda, c’est cette partie qui est définie comme étant le geste. Le stroke peut être en relation sémantique avec ce qui est dit, notamment lorsqu’il s’agit d’un geste iconique.

25Le retour est la phase pendant laquelle les membres reprennent leur position initiale ou reviennent à leur position de repos.

26Cette forme canonique pourra être modifiée, volontairement ou non, par l’énonciateur. Par exemple, il pourra entamer une préparation et voir finalement son geste abandonné. Il pourra aussi tenir son stroke c’est-à-dire faire un « post-hold stroke » (PHS). Dans ce cas, le stroke va être arrêté sur le mouvement. Il y aura une pause, une sorte d’arrêt sur image. Ces arrêts peuvent avoir plusieurs fonctions. Par exemple, ils peuvent permettre à un locuteur de se donner du temps pour trouver un terme. En faisant cet arrêt, il cherche à dire à son interlocuteur qu’il est en recherche lexicale et qu’il n’a pas terminé. Le PHS lui permet d’occuper encore son tour de parole. Cette utilisation du PHS aura donc une fonction pragmatique de régulation de l’interaction. Une autre fonction peut-être celle qui consiste à faire durer l’idée véhiculée par le geste. Il y a un effet rhétorique derrière cette utilisation du PHS. Il permet d’accentuer le propos et de le prolonger, aussi bien pour l’énonciateur que pour son interlocuteur.

27Ainsi une unité gestuelle peut se constituer de : la préparation, le stroke, les PSH et le retour. Cette description est la plus simple que l’on puisse donner car une unité gestuelle peut contenir plusieurs strokes. De ce fait, Kendon (2004) introduit une autre notion, celle de « phrase gestuelle » qui est composée de la préparation, du stroke et d’éventuels PHS. Une unité gestuelle peut être composée de plusieurs phrases gestuelles et il y a autant de phrases gestuelles que de strokes. Ce dernier constituant le noyau de la phrase gestuelle puisqu’il est l’élément signifiant.

28Chacune de ces phases peut constituer un observable aussi bien chez des locuteurs natifs que chez des non-natifs. Il nous semble que la phase de préparation est pertinente à analyser dans la production des LNN car elle anticipe le geste. Nous reviendrons plus longuement sur cet aspect en conclusion.

29Les différentes phases du geste, proposées par Kendon, permettent d’appréhender l’imbrication du discours et du geste en termes de synchronisation. Cette synchronie est primordiale pour que geste et discours soient pris en compte ensemble comme constituant de l’énoncé total. Nous allons voir à présent comment les gestes se synchronisent avec le discours.

4.2 La synchronisation

30Trois règles synchroniques ont été énoncées par McNeill (1992 : 26- 29). La première est la règle de synchronie phonologique. Cette règle a été élaborée à partir des travaux de Kendon (1980). Elle stipule que le stroke peut précéder ou finir sur le pic phonologique de la syllabe accentuée, mais n’intervient jamais après. La deuxième règle est celle de la synchronie sémantique. Lorsque gestes et discours sont simultanés, ils doivent recouvrir la même idée. Soit ils dépeignent tous deux la même chose, par exemple lors de l’utilisation d’un geste iconique illustrant un terme précis du discours, soit ils dépeignent chacun un aspect d’une idée et sont dans ce cas complémentaires. La troisième règle est la synchronie pragmatique. Selon cette dernière, lorsque geste et discours cooccurrent ils réalisent la même fonction pragmatique. Pour argumenter cette règle, McNeill utilise l’exemple d’un des locuteurs de son étude s’apprêtant à raconter le dessin animé qu’il vient de visionner. Il commence sa narration par « it was a Sylvester and Tweety cartoon » (McNeill, 1992 : 14). Cet énoncé est accompagné d’un geste métaphorique présentant le dessin animé comme un objet. Les deux modalités présentent chacune un aspect (sémantique et métaphorique) et tendent toutes deux au niveau pragmatique à présenter le genre narratif qui va suivre.

31Par l’observation minutieuse de la synchronie entre le discours et la production de gestes qui l’accompagne, McNeill affirme que verbal et geste sont deux différentes représentations d’un même contenu et qu’ils sont construits en même temps. En d’autres termes, verbal et gestes sont tous deux mis en action volontairement (consciemment ou non) pour communiquer, et sont élaborés ensemble à partir d’une même origine cognitive. Ces deux composantes reflètent différents aspects sémiotiques de la structure cognitive qui est à leur origine. L’aspect verbal se plie aux règles sociales et conventionnelles de la langue alors que l’aspect gestuel est plus idiosyncratique et donne une version imagée de la pensée. Si l’imbrication du discours et des gestes ne fait guère de doutes quant à l’élaboration du sens, il y a débat autour de la production du geste et de son origine. En effet, si McNeill accorde une part égale au geste et au discours et défend une même origine (Growth Point), d’autres théories s’en distinguent considérant le geste comme un auxiliaire du discours, ou envisageant la production geste/discours découlant de deux systèmes distincts.

5. Parole etgestes dans la construction du sens en langue étrangère

32Si l’on envisage l’énoncé comme étant un énoncé total et donc pluri-sémiotique, alors lorsque nous voulons analyser la production orale des non natifs, il nous est nécessaire de prendre en considération : verbal, vocal et gestuel. Des études, majoritairement anglo-saxonnes, permettent d’entrevoir différentes approches du problème.

33On sait que les apprenants d’une langue étrangère utilisent beaucoup de gestes (Gullberg, 1998 ; Kida, 2014). La première utilisation qui vient à l’esprit est celle de gestes référentiels (iconiques notamment) pour pallier un manque de vocabulaire ; par exemple un LNN à qui il manquerait un couteau à table pourrait mimer l’action de couper pour faire comprendre à son interlocuteur qu’il n’a pas de couteau. Le geste viendrait donc remplacer le discours. Cependant, Gullberg (1998) dans son étude portant sur des narrations en L2, démontre que les gestes ne remplacent pas la parole. Le plus souvent, ils sont produits avec elle, ce qui est un argument supplémentaire à la thèse de McNeill. Les études portant sur les différentes fonctions des gestes pour les LNN sont multiples et touchent différents domaines (pour une revue voir Gullberg & McCafferty, 2008 et Stam & McCafferty, 2008).

34Un premier type d’étude se focalise sur le rôle des gestes dans l’acquisition et la compréhension de la langue étrangère par des LNN, en particulier sur l’aide que constituent les gestes à la compréhension de la langue étrangère (Kida, 2008), notamment dans un contexte didactique (Tellier, 2008). L’autre perspective est celle de l’acquisition de gestes par les LNN, essentiellement les gestes conventionnels ou emblèmes. Ces derniers semblent les plus appropriées pour être étudiés dans un contexte d’enseignement notamment, puisque comme nous l’avons dit plus haut, ils sont conventionnalisés et peuvent donc potentiellement être enseignés et appris.

35En ce qui concerne notre problématique, à savoir l’utilisation que font les LNN des gestes lors de la production à l’oral, les recherches ont porté sur différents domaines, chacun se focalisant soit sur l’aspect communicatif du geste, soit sur son aspect cognitif, soit sur son aspect régulateur.

36En ce qui concerne l’aspect communicatif du geste, l’étude de Gullberg (1998) dans le cadre des stratégies de communication, a montré que les LNN (des Suédois apprenant le français et des Français apprenant le suédois) utilisent des gestes pour éliciter du vocabulaire de leur interlocuteur, résoudre des problèmes de coréférence et signaler la présence d’un problème comme par exemple une recherche lexicale. D’autre part, contrairement à ce qui était attendu, à savoir une utilisation majoritaire de gestes iconiques, les LNN utilisent davantage de gestes métaphoriques et déictiques.

  • 5 Cette distinction a été proposée par Talmy qui divise les langues en deux catégories : celles à cad (...)

37En ce qui concerne l’aspect cognitif du geste, les études qui nous semblent les plus intéressantes portent sur l’expression du mouvement ou du temps. Ces études se focalisent sur l’information que le LNN sélectionne et met en geste. Elles questionnent l’hypothèse de Slobin « thinking for speaking » (Slobin, 1996). Cette théorie pose l’existence de schèmes conceptuels acquis en même temps que l’acquisition de la langue maternelle, qui de fait est à la base de ces schèmes. L’étude des gestes produits par des apprenants d’une L2 démontre que le geste est porteur des concepts de la L1. Dans une étude portant sur l’expression du mouvement par des hispanophones apprenant l’anglais et des anglophones apprenant l’espagnol, Stam montre que même si la forme linguistique utilisée par les apprenants est correcte, leur gestualité démontre qu’ils pensent au travers de leur L1 (Stam, 2006). Les langues anglaise et espagnole se différencient, entre autres, par la façon dont le verbe exprime le mouvement. La première est à cadrage satellitaire, la seconde à cadrage verbal5. Ainsi, en anglais, le mode du déplacement est exprimé par le verbe alors que la direction est exprimée par le satellite. En espagnol en revanche, la direction est exprimée par le verbe, le mode de déplacement peut ne pas être exprimé ou l’être par un complément. Par exemple : « y sale volando » vs « and he files ouf the cage » (Stam, 2006 : 148-149). Cette différence se retrouve dans la gestualité des locuteurs. En comparant la façon dont les gestes se synchronisent avec le discours lors de narrations, aussi bien en langue maternelle qu’en langue étrangère, Stam a démontré que les LNN peuvent utiliser la forme linguistique appropriée en L2 mais leur gestualité démontre qu’ils pensent au travers de leur L1. Dans ce cas, l’énoncé total se rattache à l’interlangue du LNN. Le geste devient donc une fenêtre sur la cognition.

38Enfin, en ce qui concerne l’aspect régulateur du geste pour les LNN, les études dans ce domaine tendent à démontrer que certains gestes notamment les beats, peuvent être une aide à la gestion de la production en langue étrangère, mettant en évidence un langage intérieur (McCafferty, 1998). Dans une étude de 2006, McCafferty, toujours par une approche intrapersonnelle du geste, interprète les beats utilisés par un locuteur taiwanais s’exprimant en anglais comme un moyen pour lui de matérialiser la prosodie de la langue anglaise. Ces beats lui permettent de prendre contrôle du rythme et de l’intonation de la langue anglaise et de donner une représentation métaphorique de la prosodie. Cette représentation peut apporter des éléments quant à l’internalisation de la prosodie de la L2 par le LNN.

39Nous n’avons cité ici que quelques résultats d’études qui nous paraissent pertinents quant à l’étude de la production orale en langue étrangère. Le lecteur pourra se référer aux deux articles précédemment cités pour plus d’exhaustivité. Néanmoins, à travers ces quelques exemples nous pouvons voir les questionnements qui s’articulent autour de l’acquisition d’une langue étrangère et de la production gestuelle de LNN. Notons au passage que ces différentes approches du geste ne nous paraissent pas exclusives mais incontestablement liées.

6. Perspectives

40La thèse de McNeill a des répercussions importantes pour l’analyse de l’oral. Elle met sur un pied d’égalité geste et verbal dans la construction du sens. Le geste donnant accès à une image cognitive. Rappelons ici que cette vision s’applique aux gestes co-verbaux, c’est-à-dire à ceux qui accompagnent le discours, et qu’ils ont différentes fonctions. Cette théorie permet d’appréhender le geste différemment, et de lui donner tout son sens dans la communication en l’insérant dans l’énoncé total. Ce bref aperçu des gestes, de leur composition et des études portant sur les gestes de non natifs nous amène à quelques remarques et questionnements.

  • 6 Certaines portent sur des conversations thématiques.

41Tout d’abord, quelques commentaires sont à faire sur les données utilisées pour l’étude de la gestualité co-verbale des LNN. Ces études se basent en grande partie sur des données de laboratoires avec un type de protocole initié par McNeill, consistant à faire visionner un dessin animé ou lire une bande dessinée à des locuteurs puis de leur demander de raconter ce qui s’y passe en LE6 (quelques fois aussi en langue maternelle pour comparer l’usage des gestes). Ce protocole influence grandement le type de geste que le LNN utilisera puisqu’il s’agit essentiellement de discours narratifs. La question que l’on peut se poser est la suivante : qu’arrive-t-il en situation naturelle, par exemple, lors de conversations ? La situation naturelle peut paraître plus difficile à appréhender, elle peut aussi ne pas donner lieu à un type précis de discours et donc de geste, ce qui peut compliquer l’analyse. D’un autre côté, la conversation en milieu naturel est spontanée et donc créative. Elle est aussi la forme la plus proche de l’utilisation du langage et de la communication. On peut y voir un moyen d’entrer encore davantage au plus près de la réalité de production. Elle permet aussi d’avoir un déploiement plus large du geste et de ne pas étudier le geste seulement pour lui-même mais de l’envisager dans un contexte plus large qui serait celui de l’interaction, lieu où l’inattendu prévaut et où il peut s’avérer nécessaire de se « battre » pour garder son tour de parole a fortiori lorsqu’il n’est pas aisé de s’exprimer dans la langue utilisée.

42Par ailleurs, nous avons vu au travers des notions d’unité gestuelle et de phrase gestuelle qu’il est possible de situer de manière relativement précise l’apparition du geste et de sa partie signifiante (le stroke). Il est donc possible d’analyser les gestes des apprenants en utilisant ces différentes phases. Ainsi, nous pouvons mettre en évidence au travers de la synchronisation du discours et du geste le moment où arrive le geste. Il nous semble que la phase de préparation est pertinente à analyser dans la production des non natifs. En effet, si un LNN fait un geste iconique pour pallier un manque lexical, il nous est possible de voir par la phase de préparation quand ce geste a été planifié. S’il a été produit au moment où le locuteur s’est trouvé face à son manque, dans ce cas on peut supposer que la préparation arrivera au moment d’une disfluence par exemple. À l’inverse, la préparation peut intervenir avant le manque lexical, et le geste s’intégrer au discours sans disfluence. Dans le premier cas, le geste répond à un problème non planifié, dans le second il est intégré au discours et le problème a donc été planifié. Dans les deux cas, l’étude de la gestuelle nous apporte un éclairage supplémentaire sur l’interlangue du non natif, sur la connaissance qu’il en a et sur les stratégies qu’il déploie.

43Enfin, les études en acquisition des langues qui s’intéressent à la gestualité co-verbale ont mis en évidence trois fonctions (communicatives, cognitives et régulatrices) qui nous paraissent liées les unes entre elles. Il nous semble qu’elles posent la question du destinataire du geste. En d’autres termes, pour qui le geste est-il accompli ? Aux vues des fonctions établies, il semble que la question du geste ne se pose que pour celui qui le produit. Or il serait souhaitable d’envisager le geste dans une dynamique interactionnelle ce qui pourrait nous amener à identifier d’autres fonctions. D’autre part, en replaçant l’étude dans l’interaction, nous pourrions voir comment ces fonctions interagissent et se distribuent.

44Il nous semble nécessaire de mener davantage de recherches dans le domaine de la gestualité co-verbale des LNN à partir de corpus plus authentiques, notamment lors d’interaction orales spontanées. Il est tout à fait possible que les gestes co-verbaux puissent avoir d’autres fonctions que celles énumérées plus haut et qu’ils puissent constituer une trace supplémentaire qui nous permette d’alimenter la recherche en acquisition des langues étrangères. D’autre part, l’étude d’interactions exolingues par une approche multimodale nous permettra d’affiner l’étude de phénomènes tels que les phases de négociations de sens ou encore les sollicitations des LNN par exemple. L’autre avantage que constitue l’interaction comme lieu d’observation est la possibilité de voir comment le geste intervient dans l’intercompréhension ou dans les malentendus. Enfin, au-delà même de ce que le geste apporte au locuteur non natif lorsqu’il est engagé dans une production orale, l’étude des gestes des non natifs peut apporter un éclairage supplémentaire sur ce qu’est la multicanalité dans la communication humaine en générale.

Bibliographie

bibliographie

Bavelas, J.B., Chovil, N., Lawrie, D.A., & Wade, A. 1992. « Interactive Gestures », Discourse Process 15, p. 469-489.

Calbris, G. & J. Montredon 1986. Des gestes et des mots pour le dire. Paris : Clé International.

Colletta, J.-M. 2004. Le développement de la parole chez l’enfant âgé de 6 à 11 ans. Hayen : Mardaga.

Cosnier, J. 1982. « Communications et langages gestuels ». In : Cosnier J., Coulon J., Berrendonner A. & C. Kerbrat-Orecchioni (eds.), Les voies du langage. Communications verbales gestuelles et animales, Paris : Dunod, p. 255-304.

Cosnier, J. & A. Brossard (1984). « Communication non verbale : co-texte ou contexte ? ». In : Cosnier, J. & A. Brossard (dirs.). La communication non verbale. Neuchâtel : Delachaux & Niestlé, p. 1-27.

Cosnier, J. & J. Vaysse 1997. « Sémiotique des gestes communicatifs », Nouveaux actes sémiotiques52, p. 7-28.

Efron, D. 1941. Gesture and environment : a tentative study of some of the spatio-temporal and « linguistic » aspects of the gestural behavior of eastern Jews and Southern Italians in New York city, living under similar as well as different environmental conditions. New York : King’s Crown Press.

Efron, D. & S. Van Veen 1972. Gesture, race and culture : a tentative study ofsome of the spatio-temporal and « linguistic » aspects of the gestural behavior of eastern Jews and Southern Itallans in New York city. The Hague : Mouton.

Ekman, P. & W.V. Friesen 1969. « The répertoire of Nonverbal Behavior : Categories, Origins, Usage, and Coding », Semiotica 1, p. 49-98.

Garitte, C. 2005. « Comparaison entre l’acquisition des gestes conventionnels et les expressions semi-figées chez l’enfant », Linx, Revue des linguistes de l’université Paris X Nanterre 53, p. 71-85.

Goodwin, C. 1981. Conversational organisation : Interaction between speakers and hearers. New York : Academie Press.

Gullberg, M. 1998. Gesture as a communication strategy in second language discourse : a study of iearners of French and Swedish, Travaux de l’Institut de Linguistique de Lund 35, Lund : Lund Univ. Press.

Gullberg, M. & S.G. McCafferty 2008. « Introduction to Gesture and SLA : Toward an Integrated Approach », Studies in Second Language Acquisition 30/2, p. 133-146.

Kendon, A. 1980. « Gesticulation and speech : Two aspects of the process of utterance », In : Key, M.R. (ed.). The relation between verbal and nonverbal communication. The Hague : Mouton, p. 207- 227.

Kendon, A. 2004. Gesture : visible action as utterance. Cambridge : Cambridge University Press.

Kida, T. 2008. « Does gestures aid discourse compréhension in the L2 ». In : McCafferty, S.G. & G. Stam (eds.). Gesture : Second Language Acquisition and Classroom Research. New York : Routledge, p. 131- 156.

Kida, T. 2014. Gestes et appropriation : Acculturation non-verbale des étrangers. Aix-en- Provence : Presses Universitaires de Provence.

McCafferty, S.G. 1998. « Nonverbal Expression and L2 Private Speech », Applied Linguistics 19/1, p. 73-96.

McCafferty, S.G. 2006. « Gesture and the materialization of second language prosody », IRAL, International Review of Applied Linguistics in Language Teaching 44/2, p. 197-209.

McNeill, D. 1992. Hand and mind : what gestures reveal about thought. Chicago : University of Chicago Press.

McNeill, D. (ed.) 2000. Language and Gesture. Chicago : University of Chicago Press.

Slobin, D. 1996. « From "Thought and Language" to "Thinking for Speaking" ». In : Gumperz, J.J. & S.C. Levinson (eds.). Rethinking Linguistic Relativity. Cambridge : Cambridge University Press, p. 70- 96.

Stam, G. 2006. « Thinking for Speaking about Motion : L1 and L2 Speech and Gesture », IRAL, International Review of Applied Linguistics in Language Teaching 44/2, p. 145-171.

Stam, G. & S.G. McCafferty 2008. « Gesture Studies and Second Language Acquisition : A Review ». In : McCafferty, S.G. & G. Stam (eds.). Gesture : Second Language Acquisition and Classroom Research. New York : Routledge, p. 3-24.

Tellier, M. 2008. « Dire avec des gestes », Le Français dans le Monde : Recherches et Applications 44, p. 40-50.

Notes

1 Kendon utilise le terme gesticulation et McNeill gestures ou co-speech gestures, ces termes renvoyant tous deux aux gestes co-verbaux.

2 McNeill (2000) a subdivisé ce continuum en quatre continua qui reprennent chacun de ces aspects.

3 Nommés quasi-linguistiques par Cosnier & Vaysse (1997).

4 Recovery chez Kendon, retraction chez McNeill.

5 Cette distinction a été proposée par Talmy qui divise les langues en deux catégories : celles à cadrage verbal et celles à cadrage satellitaire (verb-framed and satellite-framed languages).

6 Certaines portent sur des conversations thématiques.

Auteur

Université d’Orléans – LLL

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search