Version classiqueVersion mobile

Linguistique interactionnelle, grammaire de l’oral et didactique du français

 | 
Anne-Sophie Calinon
, 
Badreddine Hamma
, 
Katja Ploog
, 
et al.

Le rôle du discours métalinguistique dans l’appropriation des savoirs en interaction

Katja Ploog

Résumé

Si parler signifie catégoriser le monde, la démarche de conceptualisation – et celle dans les contextes d’enseignement-apprentissage en particulier – repose essentiellement sur des actes métalinguistiques par lesquels le locuteur saisit son objet d’étude. En mobilisant des données issues de différents corpus de parole, nous examinons le travail métalinguistique des locuteurs dans les interactions sociale et didactique pour établir l’éventail des ressources métalinguistiques et leur représentation dans les différents types d’interaction. Il ressort de notre étude que les préoccupations formelles et normatives en particulier l’emportent bien souvent sur les considérations sémantico-référentielles, ce qui est de nature à « distraire » l’attention du locuteur-apprenti des enjeux de la construction du sens langagier.

Texte intégral

introduction

1Les études en linguistique interactionnelle ont problématisé le processus d’appropriation des langues par des approches didactiques (p. ex. la conception du curriculum, l’organisation de l’input, la médiation, la progression de l’interlangue) et par la dynamique globale de la construction du sens au fil de l’échange communicatif. Le processus d’appropriation des structures linguistiques – qui concerne le développement de la compétence linguistique au sens strict – a été relégué au second plan des travaux de la didactique contemporaine, quand bien même l’activité communicative, au centre des préoccupations en didactique des langues, se tisse avec des compétences structurelles. L’appropriation de ces compétences peut être explicitée par deux types d’observables, les productions langagières elles-mêmes et les discours méta-/épilinguistiques du locuteur qui rendent compte de ses représentations relatives aux structures. L’objectif de cette contribution est d’expliciter les caractéristiques de la dimension métalangagière dans l’interaction, en dégageant des pratiques observées en interaction les catégories langagières qui structurent la perception des usages ; ces catégories seront mises en perspective par rapport aux pratiques rencontrées dans l’interaction didactique en particulier.

2Au-delà de l’appropriation des langues, la question des discours métalinguistiques (désormais DML) interroge les processus de transmission institutionnelle et d’enseignement/apprentissage d’objets de savoir les plus variés, pour affecter la conceptualisation dans son ensemble, ce qui a été pointé en psychologie, anthropologie et en didactique, à commencer par Vygotski (2014), en termes de catégorization chez Lakoff (1987), de réflexivité chez Culioli & Desclés (1981), partant de l’enseignement de la grammaire (Leeman, 2002 ; Aguerre, 2010), de l’écrit (Olson 2010) ou de tout autre objet (Nonnon, 1998 ; Calame-Gippet, 2004, Berthoud et al., 2005, Beacco et al., 2010). J’argumenterai que l’importance qui est accordée aux DML dans la dynamique de construction du sens au fil de l’interaction est le plus souvent en inadéquation avec les objectifs acquisitionnels (ou les objets de savoir visés). – Autrement dit, la crispation sur la formalisation linguistique de la connaissance va au détriment de la connaissance elle-même. Ces observations me conduiront à plaider en faveur d’une meilleure prise en compte de la diversité naturelle des actes métalinguistiques, dans le but de soutenir le processus d’appropriation des savoirs dans les disciplines.

le discours métalinguistique

3Le DML sera défini comme la manipulation d’un objet langagier quelconque, par le biais d’un comportement interactionnel ou d’une forme discursive révélateurs du positionnement du locuteur vis-à-vis des caractéristiques de la langue. La réflexion portera sur un corpus de discours, réputés appartenir à une langue donnée (mais souvent transité par d’autres langues), et généré par un processus de conceptualisation typique de l’activité langagière.

  • 1  Du moins, pour le linguiste francophone ou hispanophone, qui distingue lexicalement ces deux notio (...)

4Je privilégie le concept de discours métalinguistique (vs. activité, expression, etc.) dans la mesure où mon analyse portera sur des formes linguistiques situées, et non pas sur les procédés qui ont mené à leur constitution, ni sur un paradigme linguistique préalablement organisé, tel le métalangage formalisé, comme le lexique grammatical ou tout autre dispositif explicite de « langage » de spécialité (Rey-Debove, 1997). Les guillemets apposés dans la phrase précédente me conduisent ensuite à commenter l’intersection entre langage et langue, qui semble relativement nette pour le linguiste1 mais qui l’est beaucoup moins pour le locuteur, ce dont fait état l’acception courante du terme langage ; il s’y ajoute que l’acception courante du terme langue est typiquement associée à la grammaire scolaire. Ces flottements terminologiques sont constitutifs de la saisie de l’objet et peuvent conduire jusqu’aux spécialistes – dont des IPR (Inspecteur pédagogique régional) parmi d’autres didacticiens des mathématiques, par exemple – à parler en termes de « langages mathématiques », « registres de langage », etc. La nomination de l’objet peut donc être brouillée par l’usage même des termes langue et langage. Si les procédés métalangagiers peuvent être supposés relativement universels – langagiers – puisque liés à l’activité humaine de conceptualiser/catégoriser son environnement par un système symbolique, le sujet locuteur conçoit son objet en référence à une compétence sociale, institutionnellement oblitérée – linguistique, terme que nous retenons pour désigner l’objet des discours ici étudiés.

5Le DML représente une prise de distance du sujet par rapport aux pratiques et formes langagières, qui constituent des objets de son expérience. Le sujet locuteur fait preuve de son expertise de l’objet en commentant cette expérience. Mon regard se portera en priorité sur les formes constitutives de l’émergence du sens, en d’autres mots, sur l’élaboration d’un objet de savoir dans l’espace discursif. Cette perspective me permettra d’étudier le potentiel acquisitionnel du DML d’un point de vue précisément discursif.

6Le DML est une énonciation sur les modalités locutoires en production ou en réception (auto-/hétérocatégorisation : Trimaille & Matthey, 2013). Le rapport dialectique du locuteur avec lui-même et avec son objet de savoir se reflète dans l’appropriation des construits linguistiques (termes lexicaux, expressions, énoncés, discours entiers), dont il appréhende toujours à la fois les valeurs référentielles et sociales. Ce dédoublement énonciatif peut être rapproché des guillemets (graphiés, dits ou signés) appliqués par le locuteur à des portions de son discours. La différence entre auto- et hétérocatégorisation dans le DML ne sera pas problématisée dans cet exposé, étant donné qu’elle est d’ordre davantage socio-sémantique (la sémiotique de l’espace intersubjectif) que linguistico-structurelle. Il m’importera à cet égard de mettre en intrigue les tâtonnements discursifs au cours de l’énonciation et la profondeur sémantique de l’objet même.

7Enfin, la distinction de discours métalinguistique et épilinguistique pose problème en contexte scolaire. La sociolinguistique française, après Culioli (1981), revendique la notion de discours épilinguistique pour l’élicitation des catégories propres aux locuteurs concernant leur expérience langagière quotidienne ; l’on constate que le discours épilinguistique porte davantage sur la sémiotique référentielle et sociale du dit alors que l’objet du DML est sa forme/structure. Or, beaucoup d’études ont montré que tous les discours sur les pratiques langagières quels qu’ils soient, sont fortement marqués par le crible normatif, des jugements d’acceptabilité jusqu’à la catégorisation des usages sociaux. Il apparaît donc que la qualification de ce type de discours comme épilinguistique est implicitement légitimée par son caractère non institutionnel, informel, spontané. En contraste, l’institutionnalisation des objets référentiels est relayée par une nomenclature précise (et la valorisation des compétences dans les programmes n’y change rien) et que l’utilisation adéquate de cette nomenclature est la finalité de la transmission. C’est précisément ce qu’il s’agit de problématiser : quelles sont les modalités spécifiques pour prédiquer à propos d’un objet langagier ?

8Dans la suite de mon développement, il s’agira de dégager l’utilisation didactique qui est réservée à la diversité et l’hétérogénéité des DML produits spontanément par les locuteurs.

Données d’étude

9J’envisagerai trois types d’interaction majeurs qui donnent lieu aux DML : l’interaction sociale, l’interaction didactique et l’entretien de recherche en sciences du langage ; le corpus d’étude est constitué de trois composantes, représentant ces trois modalités interactionnelles.

101) Toutes les interactions sociales sont susceptibles de donner lieu à des DML dans la mesure où le choix du mot juste est un enjeu social. Dans les sociétés à tradition grammaticale millénaire et à l’institutionnalisation du savoir à grande échelle, la présence de DML dans les interactions quotidiennes témoigne du pouvoir symbolique particulier de la langue. L’on ne peut que constater à ce sujet la conscience linguistique particulièrement aiguë de la communauté française, plus forte que dans le reste de la francophonie ou que dans d’autres pays occidentaux, culturellement proches par ailleurs. Notons par ailleurs que l’interaction sociale recouvre bien souvent une dimension didactique – de par la différence d’expertise du thème de l’échange chez les participants et/ou de par leurs rôles interactionnels respectifs.

  • 2  Emanant de travaux d’étudiants en licence de sciences du langage ; le seul extrait cité dans cet a (...)

11Les DML sont d’autant plus présents dans les interactions sociales où les relations interpersonnelles présentent une forte assymétrie d’expertise, comme dans les échanges parents-enfants ou entre natifs et non-natifs. Nous avons relevé un ensemble de DML spontanés dans des conversations privées, dont une vingtaine à table ou à l’apéritif.2 Ces données ne sont pas représentatives du discours social mais significatives pour témoigner de différents degrés d’expertise et d’usage dans le DML. L’étude de ses caractéristiques fournit des informations très riches pour penser les possibles qui assureraient, en classe, une meilleure fluidité des DML.

122) L’interaction didactique est la modalité par excellence qui fait émerger des DML dans la mesure où la transmission des objets de savoir en contexte institutionnel est planifiée par une nomenclature et des traditions discursives spécifiques, et où l’accès à ces mêmes objets est rythmé par l’appropriation des objets linguistiques correspondants. Aussi, la reformulation des contenus en vue de leur formalisation composent une part importante des interactions didactiques. Celles-ci sont représentées dans mon corpus d’étude par les composantes Pythagore [MAT-Pythagore], interactions de classe de mathématiques au collège (classe de 3e), dont la transcription d’un extrait est reproduite en annexe, et Frogstory, narrations orales sur images en cours de FLE et FLSco ; cette seconde composante est « doublée » d’entretiens avec les locuteurs-narrateurs sur leur production, qui composent une partie des interactions d’élicitation [MTL-Frogstoryj.

133) Le rapprochement entre sciences du langage et sciences humaines et sociales a forgé une autre modalité interactionnelle comme véritable méthode de la sociolinguistique : l’entretien de recherche, qui consiste à éliciter, en discontinuité avec l’expérience, un discours sur les pratiques langagières ; la sociolinguistique mobilise, à ce titre, la notion de discours épilinguistique, que je limiterais plutôt aux modalités spontanées qui émergent dans la vie sociale du sujet, en d’autres termes, à celles qui sont non élicitées et non produites en situation didactique. Les entretiens de recherche ont donc pour objet central de commenter la perception des formes linguistiques ; le DML, dans ces échanges, n’est pas induit comme un « produit secondaire » induit par la remise en perspective immédiate d’un acte discursif, mais résulte de la volonté partagée des interlocuteurs de se focaliser sur la langue ou le langage. Ces interactions sont représentées dans notre étude par des entretiens de recherche métalinguistiques du corpus Méta-L, dont une enquête menée en 2004 sur les compétences métalangagières au cycle 3 [MTL-Naisey], et des entretiens avec des stagiaires en FLE (au sein d’un CCAS) sur la compétence grammaticale en langue étrangère [MTL-DGMAD],

14Notons que les transcriptions et translittérations des données ont été effectuées dans des cadres divers et sont, en conséquence, hétérogènes ; toutes les conventions privilégient cependant la lisibilité immédiate des données, au détriment d’informations linguistiques précises.

15Les données ont permis de réaliser une étude exploratoire visant à classer les DML selon leurs caractéristiques et leurs fonctions.

Caractéristiques des DML

Parler français c’est comme nager dans l’océan ; écrire le français c’est comme se battre avec un mur. (M40, L1 croate, niveau secondaire [MTL-DGMAD])

16L’appropriation est un processus permanent, qui consiste à mettre en résonnance avec soi-même l’autre (l’objet ou le tiers). L’appropriation est constitutive du sujet et participe de l’élaboration de son identité. Une taxonomie des DML peut être fondée sur la distance prise par le locuteur vis-à-vis de l’expérience langagière. Le rapport à la langue dans le contexte de l’appropriation est déterminé par deux dimensions de la connaissance : celle de l’expertise, et celle de l’expérience. En effet, les catégories du locuteur renvoient simultanément aux normes de référence et aux normes d’usage : les enfants en cycle 3 de l’école élémentaire sont déjà des usagers expérimentés de la langue française, dont l’expertise est en devenir ; à l’opposé, les étudiants FLE en contexte homoglotte peuvent devenir relativement experts sans usage social de la langue apprise ; l’enseignement/apprentissage du FLE au Soudan donne une place différente à l’expertise grammaticale que celui en Allemagne ; l’étudiant/e en lettres modernes est à la fois usager expérimenté et expert ; etc. Cette distinction, qui peut être comprise comme corollaire à la distinction entre savoir et connaissance, possède l’avantage suivant d’éviter le recours à la compétence tout en préservant l’ancrage de la problématique au niveau du locuteur, et de situer les deux dimensions dans une complémentarité sans en référer à l’explicité des items appropriés ; en outre, elle permet de ne pas préjuger des types de DML caractéristiques des types d’interactions (sociales vs didactiques, par exemple).

17La distinction d’expertise et d’expérience est recoupée par les deux dimensions de la forme et du contenu du DML.

Les contenus : savoirs pragmatiques, sociaux et structurels

18Le DML peut porter sur trois aspects constitutifs de tout usage de la langue ou des langues et dont les sujets locuteurs ont une conscience relative : d’abord, sur les caractéristiques pragmatiques des ressources linguistiques, dont les finalités communicative et référentielle ; ensuite, sur les caractéristiques sociales, dont l’évaluation de portions langagières vis-à-vis des normes et l’identification de l’interlocuteur dans les réseaux sociaux de la communauté discursive ; enfin, sur les caractéristiques structurelles, dont les unités et les règles de combinaison au sens strict des unités linguistiques. Dans le discours des locuteurs, plusieurs de ces aspects sont fréquemment réalisés conjointement.

  • 3  La famille est bilingue arabe/français.

19Les savoirs pragmatiques donnent lieu à des verbalisations (souvent spontanées) quant aux modalités d’action ou aux finalités communicative et référentielle des figures discursives. L’aspect pragmatique étant lié à l’agir langagier même, son caractère expérientiel est immédiat et se trouve verbalisé (mis en DML) dès le plus jeune âge, comme dans l’exemple ci-dessous, extrait d’une conversation à table entre les parents (M, P) et leurs trois enfants. L’enfant B, qui a quatre ans3, explique le principe du poisson d’avril :

Poisson d’Avril

1

A

maman ++ tes lunettes sont sales

2

M

quoi

3

A

(tes) lunettes sont xxx par là

4

M

mes lunettes

5

A

poisson d’avril

6

M

[rires]

7

B

non toi toi tu as pas tu as pas poisson d’avril

8

M

poisson d’avril

9

P

qu’est-ce que c’est le poisson d’avril

10

A

poisson

11

B

c’est pour faire une blague

12

A

non

13

B

si

14

P

laisse la parler

15

B

c’est pour faire une blague

16

P

oui

17

B

après hein quand + Elodie elle a fait + elle a [mete] un poisson

18

M

oui

19

B

dans (son dos) + dans sa dos de la maîtresse

20

P

oui

21

B

elle a eu quelque chose+ maitresse++ après onenv- on l’enlève

23

Z

mh mh

24

M

ah oui

25

B

ça c’est une blague

20B explique la signification du poisson d’avril par la fonction communicative et le schéma actionnel correspondant. Dans l’exemple suivant, le savoir pragmatique porte sur le ressenti vis-à-vis de l’agir langagier en langue seconde ; la locutrice F est une fillette scolarisée en France depuis 1 an en classe d’intégration, qui « redouble » son CP :

Progrès [MTL-DGMAD] (F7, L1 portugais)
E Cette année, tu as fait des progrès en français. Maintenant tu expliques aux autres élèves ce qu’il faut faire. Est-ce que c’est facile d’apprendre le français ?
F Oui c’est facile maintenant je peux dire ce que je veux, je comprends tous les mots.
E L’année dernière, ta maîtresse m’a dit que c’était difficile pour toi et que tu n’étais pas toujours sage.
F Ouais j’étais en colère tout le temps, tout le temps. Je comprenais rien et je frappais et je disais les gros mots des autres. Je savais même pas ce que cela voulait dire.

21F donne du sens à son comportement en le reliant à ses compétences en langue.

22Les savoirs sociaux donnent lieu à des DML qui rendent compte de la perception de l’adéquation sociale de l’usage.

Niche [MTL-DGMAD] (F7, L1 portugais)
E C’est quoi un mot ?
F Un mot c’est quelque chose qui veut dire quelque chose. Par exemple là [montre une image sur la table de jeux] eh ben une niche ça veut dire une niche.
E Et en portugais est ce qu’on dit aussi niche ?
F Non les mots ne sont pas les mêmes. Ici, il y a un mot français. C’est le même mot au Portugal mais cela veut dire un gros mot.

23La même locutrice F (7 ans), rend compte ici de la structuration de son répertoire plurilingue, qui relie les langues par des formes similaires, et des formes différentes par leur signification, référentielle et sociale. Les savoirs structurels sont relatifs à la perception des langues comme objets-structures :

Beatles [MTL-DGMAD] (F7, L1 portugais)
E Est-ce que tu sais si il y a des différences entre la langue portugaise et la langue française ?
F Au Portugal, on parle fort et ++ sinon je sais pas. Eh ben si ! le S, c’est comme en anglais, [elle montre l’affiche des Beatles] Ils sont quatre alors on met le s et au Portugal c’est pareil.
E Et en français c’est pas pareil ?
F ++ euh ++ si en Français on met le s ++ mais on l’entend pas
E On met le s quand ?
F A la fin du mot.
E Non ++ je veux te demander ++ est ce qu’on met le s que quand il y a quatre personnes ou dans d’autres situations ?
F On met le s quand on est plusieurs.

24Il est remarquable dans l’exemple 3 (Niche) que les trois dimensions pragmatique, sociale et structurelle sont présentes dans la définition du mot telle qu’elle est déployée ; puis, que l’argument pragmatique – la signification (incomplète, en ce qui concerne le portugais) – est premier par rapport à l’argument social, à savoir, comment il faut comprendre les mots. La structure du mot donné en exemple est appréhendée de façon globale, en observant seulement l’identité formelle entre les deux langues, en contraste avec la différence sémantique.

25L’élicitation de l’engagement du sujet dans ses langues conduit fréquemment à l’émergence de catégorisations sociales :

Aimer [MTL-DGMAD] (F51, L1 arabe)
E et le français c’est une langue que vous aimez ?
F oui +++j’aime parler bien ++ pas avec l’arabe et le français et tout tout

26– La valoration d’une pratique semble conduire à la distinction de pratiques plus ou moins valorisables. Ici aussi, l’on peut noter l’intrication des savoirs sociaux avec les savoirs structurels, représentés par la distinction de deux langues, français et arabe.

27Chez les locuteurs jeunes (expérimentés mais peu experts), l’argumentation pour justifier une observation structurelle est le plus souvent d’ordre sémantique (pragmatique), comme dans l’exemple suivant :

Chocolat [MTL-DGMAD] (F8, L1 hongrois et français)
E Si je te dis "l’enfant ont mangé un chocolat" est ce que ça te semble correct ?
F C’est pas bien, c’est "l’enfant il a mangé un chocolat", "l’enfant ont mangé" c’était faux.
E Pourquoi ?
F Parce qu’il y a qu’un enfant qui mange un chocolat

28Le DML de l’enfant répond strictement à la question posée, à savoir, de rapporter la forme observée à la norme grammaticale, tout en argumentant par la valeur sémantico-pragmatique de la proposition. Ci-dessus induit par l’enquêteur par le terme « correct », le crible grammatical semble inéluctable dans l’observation des formes de la langue, et de façon parfois excessive :

Conjugaison [MTL-DGMAD] (F14, L1 français)
E Qu’est-ce que cela signifie pour toi de bien parler ?
F Bien parler c’est ne pas faire de fautes de conjugaison.

29– La réponse est révélatrice d’une certaine compréhension du rapport entre oral et écrit, ainsi que d’une insécurité latente du locuteur (natif) français vis-à-vis de sa langue. Car la conscience normative est le crible social majeur et seulement pour les sujets les plus instruits, le crible structurel. Ceci reste étonnant lorsque le renvoi aux paradigmes grammaticaux se substitue à la perception même des structures :

Ordre des mots [MTL-DGMAD] (F41, L1 tamoul)
La grammaire ça veut dire qu’il faut construire une phrase. C’est important. Il faut de la grammaire pour comprendre le sens de la phrase. Dans notre langue c’est différent. En français, le sujet et le verbe sont au début de la phrase. Il y a le sujet, le verbe et le complément d’objet. Chez nous, le verbe il est tout à la fin. Il y a aussi beaucoup d’exceptions en français.

30– La locutrice, non alphabétisée en français, possède dans son pays un niveau d’études supérieures, qui peut expliquer la structuration fine de la représentation en termes de fonctions syntaxiques et d’ordre des mots. Mais par ailleurs, la distance interlinguistique semble créer une acuité particulière pour les structures ; cela peut s’expliquer par les tensions – pragmatico-sémantiques ou sociales – qui en résultent :

Bananes [MTL-DGMAD] (M34, L1 japonais, niveau bac+4)
Le fait d’utiliser [en français] les articles (le, la, les / un, une, des / du, de la), m’a amené à prendre l’habitude, quand je parle japonais, de compter des objets et de penser à quelle catégorie des articles appartient chaque nom. Par exemple, quand je mange "banane", je me dis : « je vais mettre "une" quand je mange une banane entière, ou "de la" quand je ne mange que quelques bouchée d’une banane, ou "des" quand je mange plusieurs bananes entières, ou "les" si je mange toutes les bananes que j’ai achetées (peut-être je peux me tromper).
Très japonais [MTL-DGMAD] (F22, L1 japonais, niveau bac+3)
Entrée dans un bureau d’un professeur avec arrangement [rendez-vous], je constate qu’il y a quelqu’un qui discute avec lui.
– Yoroshiidesuka ? (= (Est-ce que) je peux ?)
Je voulais dire : "je peux entrer dans la salle, ou bien il me faudrait vous attendre dehors ?". Le professeur, un peu étonné, m’a dit que je suis très japonais et m’a autorisé de rejoindre à la discussion (qui était finalement avec mes collègues).

Les figures du métalangage

31Le DML est rendu manifeste par des procédés formels, manifestés par des figures comme les patterns de reformulation. Le classement adopté ici repose sur la distance prise par le sujet vis-à-vis de son objet langagier.

32l’exemplification, niveau élémentaire du DML, consiste en la projection d’usages expérimentés ou de construits obtenus par la structuration de la mémoire langagière. Elle consiste à convoquer un specimen relevant de la catégorie commentée :

"Qu’est-ce qu’un mot ?" [MTL-Naisey]
un mot
un mot c’est par exemple "un"
"La négation, c’est quoi ?" [MTL-Naisey]
il ne faut pas tricher
la négation est ne... pas, ne... plus, ne... jamais

33L’opportunité ou pertinence d’une exemplification dépend parfois de l’objet même : dans le même contexte d’élicitation (questionnaire), la notion d’histoire n’a donné lieu à aucun exemple, vraisemblablement parce qu’il aurait supposé de raconter (toute ?) une histoire. Cette stratégie est d’ordre métalinguistique parce qu’elle fait appel explicitement à la notion de catégorie (« un » fait partie de la catégorie des mots, « u » n’en fait pas partie) et qu’elle fait appel à une organisation paradigmatique, classifiante, de la mémoire. La mise en liste de différents éléments d’une catégorie va de pair avec la comparaison, qui permettra d’isoler ensuite les caractéristiques constitutives de la catégorie, émergentes dans les exemples suivants :

"La négation, c’est quoi ?" [MTL-Naisey] la négation est le contraire d’affirmatif le contraire de question

34Le jugement pragmatique concerne tous les DML qui décrivent la relation entre le discours ou la production du discours et le référent élaboré :

"La négation, c’est quoi ?" [MTL-Naisey]
c’est une phrase ou un mot qui servent à dire non

"Qu’est-ce qu’une histoire ?" [MTL-Naisey]
c’est un texte qui est imaginaire ou une histoire vrai une histoire c’est une aventure
on peut raconter l’histoire de quelqu’un

35Le DML nomme une caractéristique d’emploi d’ordre sémantico-référentielle (histoire ±vrai, intentionalité, protagonistes). Les exemples 14 et 15 montrent que le jugement pragmatique suppose une analyse externe du concept concernant la finalité énonciative ou son contexte, ici en désignant une sous-catégorie ou un contenu global ("c’est une aventure"), qui, lorsqu’elles sont schématisées formellement, donnent lieu à une dénomination conventionnelle :

"Qu’est-ce qu’une histoire ?" [MTL-Naisey]
c’est un texte un roman, un conte, un document, etc.

"La négation, c’est quoi ?" [MTL-Naisey] la négation est le contraire d’affirmatif

36Ces exemples montrent que la justification pragmatique est une passerelle possible vers la catégorisation experte normative, partiellement basée sur ces fonctions.

37Analogue à la stratégie précédente, le jugement sociolinguistique formule une condition d’instanciation de la catégorie, mais d’ordre social cette fois-ci : la catégorisation (externe toujours) fait référence à la norme, la grammaire, ou toute autre autorité du contrat social. En creux, la référence de l’énonciateur à lui-même constitue une modalisation du DML, dont la valeur épistémique apparaît comme restreinte :

"Qu’est-ce qu’un mot ?" [MTL-Naisey]
un mot pour moi est un groupe de lettres

"La négation, c’est quoi ?" [MTL-Naisey] je ne m’en rappelle plus

38Dans le format interactionnel du questionnaire, la référence à soi n’est pas attendu ; elle constitue en tant que telle une méconnaissance des traditions discursives. Le jugement sociolinguistique peut porter sur un item lexical ou, de façon globale, sur un objet représenté de manière diffuse par le sujet, comme dans l’exemple suivant la grammaire par une locutrice analphabète :

Expliquer la langue [MTL-DGMAD] (F37, L1 wolof)
E Tu m’as dit l’autre jour que tu voulais faire plus de grammaire. C’est quoi la grammaire ?
F La grammaire, c’est expliquer la langue française.
E Seulement la langue française ?
F Non toutes les langues. Oh, comment on dit en français, je ne sais plus. C’est quelque chose d’important. La grammaire c’est quelque chose d’important pour ma vie. Si tu es en vie, tu dois savoir beaucoup de choses. C’est ma sœur qui m’a expliqué ça au téléphone.
E Tu peux me donner un exemple ?
F Non.

39Cette forme de DML prend appui sur la relation entre le sujet et la langue comme entité sociale, et sur la loyauté vis-à-vis des normes sociales.

40Le DML de type segmentation procède à l’analyse formelle, compositionnelle ou à la restitution du contexte verbal :

"Qu’est-ce qu’un mot ?" [MTL-Naisey]
c’est des lettres
c’est des lettres qui sont mises l’une à côté de l’autre pour former un mot
c’est dans une phrase

" Qu’est-ce qu’une histoire ?" [MTL-Naisey]
c’est des phrases qui forment une histoire une histoire c’est plein de mots

41Le dernier exemple de la série précédente montre comment la conscience aiguë des élèves de l’importance de cet aspect est mise en tension avec une compréhension insuffisante de l’objet pour « mener à bout » l’analyse ; la propriété donnée n’est pas la bonne, ou n’est pas suffisante pour caractériser l’objet : assembler "plein de mots" ne suffit pas pour composer une histoire. Or cet aspect compositionnel des objets est particulièrement mis en exergue par le travail scolaire, et également constitutif des définitions dans les autres disciplines :

[MAT-Pythagore]
P ABCD est-il un losange ?
A oui [...] parce qu’il a les quatre côtés de la même longueur

42La réponse à la question n’est pas suffisante sans justification, sous forme d’explicitation des propriétés constitutives de l’objet losange, à savoir, les propriétés de ses composantes.

43Un dernier type de DML consiste à catégoriser formellement l’élémént en lui appliquant la nomenclature de référence :

Fac de lettres [MTL-DGMAD] (F22, L1 japonais, niveau sup.)

J’ai dit "Je m’appelle K., je suis étudiante du science du langage fac de lettres". Il manque d’abord un article défini "la faculté" et ensuite une préposition qui marque un lieu ou un appartenance. J’aurais dû dire donc : "du science du langage à la fac de lettres".

44« Article défini » et « lieu »/ « appartenance » désignent les figures linguistiques en question de manière normative, en guise de synthèse d’une démarche de catégorisation. Ce DML va souvent de pair avec l’élaboration d’une forme ritualisée (tradition discursive), comme la phrase définitoire :

"La négation, c’est quoi ?" [MTL-Naisey]
une phrase avec ne... pas est une phrase négative

45Dans la mise en oeuvre des DML par les sujets, les différents types de DML sont combinés ou peuvent être confondus ; par exemple, la catégorisation est fréquemment accompagnée d’une explicitation compositionnelle (segmentation) :

"Qu’est-ce qu’un mot ?" [MTL-Naisey]
un mot est un mot qu’on met derrière un déterminant

46ou d’une exemplification, qui représente de fait une sous-catégorisation :

"Qu’est-ce qu’un mot ?" [MTL-Naisey] un [mot] c’est un verbe, un nom, etc.

47Les différents types formels de DML identifiés et présentés ci-dessus sont hiérarchisés comme niveaux de conceptualisation relatifs à la distance entre sujet et objet, allant du comportement adéquat sans prise de distance – on peut s’interroger par ailleurs avec quelle mobilité discursive ce degré zéro est possible – à la décentration complète moyennant l’adoption d’une posture métalinguistique structurée par des catégories externes dont l’analyse échappe au moins partiellement au sujet.

Bilan : un continuum de catégorisations des objets de savoir

48Le DML, comme tous les discours, porte sur un objet du monde. La particularité des objets du savoir réside dans un caractère souvent abstrait – voire absent de l’expérience – et dont la conceptualisation repose en grande partie sur des manipulations langagières. Il n’est donc pas étonnant que les construits du DML soient organisés, autant sur le plan formel que fonctionnel, autour des mêmes catégories, pragmatico-référentielle, sociale, et structurelle. Un constat majeur est la diversité des DML et leur présence chez tous les locuteurs ; la gamme de DML exploités par un locuteur donné devra faire l’objet d’une réflexion à part entière, mais on peut oser l’hypothèse que les modalités plus expertes (structurelles) sont liées à un positionnement socio-éducatif particulier. Les modalités pragmatiques semblent développées dès le plus jeune âge.

le dml dans l’interaction didactique

49L’impact des discours métalinguistiques dépasse l’appropriation des langues. Il englobe la plupart des processus de transmission institutionnelle et d’enseignement/apprentissage d’objets de savoir les plus variés, et affecte les processus d’appropriation dans leur ensemble. Cependant, l’importance qui est accordée aux DML dans la dynamique de construction du sens au fil de l’échange communicatif est le plus souvent en inadéquation avec les objectifs acquisitionnels (ou les objets de savoir visés) : les reformulations de l’enseignant portent principalement sur le formalisme (DML de type étiquetage), tandis que la problématisation des enjeux de catégorisation langagière est presqu’absente des DML : la valeur pragmatico-sémantique du processus de glosage semble ignorée du discours social (voire professionnel, en pensant à l’enseignant de langue).

Le pouvoir du DML : reformulation et formalisme

50La fonction centrale de la réformulation dans le processus interactionnel a été problématisée à la suite de Gülich & Kotschi (1987) et de Gaulmyn (1987), sa valeur métalinguistique (ou épilinguistique, Culioli & Desclés, 1981) maintes fois soulignée : considérée comme acte ou comme opération, la reformulation constitue la transformation d’un segment discursif au cours d’un « épisode autonymique » (Apotheloz, 2005). La reformulation est figure, en ce qu’elle n’existe que dès lors qu’elle est identifiée en tant que telle – l’on pensera aux prises de notes d’étudiants n’ayant pas distingué les reformulations des nouvelles entrées, différentes – et peut être élaborée sous différents formats (pattern, Apotheloz, 2005 ; Martinot, 2000a) qui a donné lieu à une littérature importante (se référer à la bibliographie finale pour un aperçu).

  • 4  La problématique des marqueurs de reformulation ne peut être abordée ici (et, par exemple, Culioli (...)

51Authier-Revuz (1995) rend explicite le changement de perspective énonciative que représente la reformulation : toute énonciation de reformulation constitue un positionnement social et induit, à ce titre, un contrôle qu’opère le locuteur sur le dire. Le dynamisme intersubjectif de la co-construction du sens a été appréhendé en termes de points de vue par Rabatel (2006, 2008). Si les mots "ne vont pas de soi" (Authier-Revuz 1995), c’est que toute formulation d’idée est la propriété intellectuelle de son auteur, et peut, en tant que telle, être contestée. Figure langagière complexe, la reformulation porte sur le rapport entre structure linguistique (mot) et objet de savoir (chose), en particulier pour préciser ou généraliser. Mais le changement de perspective énonciative est d’autant plus manifeste lorsque la reformulation porte sur l’amélioration formelle pure du propos, sans apporter une plus-value sémantique notable4, pour corriger, ou pour formaliser le propos :

  • 5  Inaudible.

[MAT-Pythagore]
P Fabien tu dis quoi ?
F ils vont être à la même distance XX5
P ils vont être à la même distance les trois

52Portant ici sur le caractère inaudible du segment, l’amélioration formelle est une finalité centrale des DML en interaction didactique.

53En observant les mécanismes d’hétéro-reformulation par l’enseignant, Rabatel (2008) montre que la co-énonciation apparente est une surénonciation en ce qu’il ne s’agit pas seulement de dire autrement, mais d’en dire davantage, sur les trois plans cognitif (en formulant de façon plus abstraite), linguistique (en utilisant la nomenclature réputée la plus efficiente), et interactionnel (en imposant la "signification profonde", atemporelle, valable en dehors du processus interactionnel). Enfin, dans la mesure où la sur-énonciation ne lève pas (forcément) les obstacles de la communication, la reformulation ne vise à instaurer le consensus que de façon apparente.

54Dans l’exemple suivant, la sous-détermination sémantique révélée par le questionnement de l’enseignant de l’intervention 2 est levée par un DML définitoire et l’autocorrection de la prononciation en 3 :

[MTL-Frogstory] (TL14_LHM)
NN après [εӀε : ] à côté chez lui il y a un fer fermé fermé fermé formé fer forme grand forme c’est pas forme non
E tu cherches quoi un nom d’animal
NN oui c’est c’est où habite les animal ferme euh ferme ferme ah
E une ferme
NN une ferme <rire> un grand ferme
E d’accord
NN à côté chez lui elle est partie là elle est cherche dans la la ferme

55Si l’incompréhension de l’enseignant semble réelle dans l’exemple précédent, elle est feinte dans le suivant :

[MAT-Pythagore]
P donc vu que c’est la même mesure ils vont être à la même distance moi j’ai pas compris ce qui est à la même distance

56Sous prétexte que la formulation élaborée n’est pas compréhensible, l’enseignante sollicite (indirectement) un ajustement formel. En effet, la plus-value sémantico-référentielle de l’opération de correction peut-être très variable :

[MTL-Frogstory] (TL14_LHM)
NN le matin arrive elle est garçon [ε|ε : ] oh lavait lavait se lavait non c’est pas ça
E faire sa toilette
NN oui se lavait
E oui se lavait
NN quand il se lavait il est garde dans la grand vase

57L’apport supplémentaire de faire sa toilette par rapport à se laver n’est pas patent et ne sera pas retenu par le locuteur qui construit son récit ; la forme initiale sera finalement validée par l’enseignant. L’apport de la correction – proposée dans l’exemple précédent et réclamée dans l’exemple suivant – n’est pas toujours explicite :

[MAT-Pythagore]
P tu recommences et tu exprimes un peu mieux +vas-y

58En réalité, le formalisme l’emporte bien souvent sur la construction du sens. Dans l’exemple suivant, l’élève L produit l’argumentation que l’enseignante réclame depuis plus de dix minutes auprès du groupe classe – et se fait interrompre dans son processus de construction pour rectifier le choix du verbe dans le respect du formalisme :

[MAT-Pythagore]
P ah tu veux dire que cette distance c’est la même que celle-là parce que là et là j’ai les mêmes mesures
L oui mais non parce : que s’il faut qu’ils soient tout de la même mesure il faut que ce soit un angle droit euh hum DEC il faut que ce soit des angles enfin il faut que les droi- la droite BD et A elles se croisent perpendiculairement parce que
P elles se
E coupent
P coupent perpendiculairement
L elles se coupent parce que elle peut : B elle se- BD elle peut très bien pencher et puis du coup ça fait des mêmes mesures

59À défaut d’avoir toujours un sens, la manipulation formelle qu’est la correction devient une opération rituelle par son caractère (quasi-) systématique, omniprésent dans l’interaction didactique : la synonymie des termes couper et croiser n’est certes que très partielle, mais l’énergie consacrée à corriger l’usage peut sembler doublement mal investie à constater la faible efficacité de la démarche : le couple de mots en question fait partie de la liste "dites.../ ne dites pas" affichée sur le mur de la classe, à côté du tableau, visible pour tout le monde. La démarche de correction en phase de « recherche » (découverte de nouveaux contenus) porte atteinte à l’épanouissement de l’élève dans la construction de son discours : l’on peut se demander, d’une part, quelle valeur est accordée au sens construit dans ce processus interactionnel, et, d’autre part, ce qu’il faut de plus pour permettre à l’élève d’intégrer le terme requis... Une « observation réfléchie de la langue » serait toute indiquée pour border la nécessité de formalisation et pour faire la part des choses sur le plan sémantique.

Le potentiel du DML et les obstacles dans l’interaction didactique

60De nombreuses études ont montré le rôle central de la reformulation dans les apprentissages et des mécanismes discursifs variés qui s’y rattachent. A l’oral, la reformulation semble un vecteur central de tout type d’élaboration de la pensée : dans le langage adressé à l’enfant, l’élaboration de l’énoncé par la mère soutient l’acquisition du langage (p.ex. Veneziano, 2000 ; De Week, 2000). L’auto-reformulation plus ou moins spontanée chez les sujets (enfants) a été problématisée dans des contextes scolaires et sociaux (Matthey, 1987 ; Spanghero-Gaillard, & Arroyo, 2008 ; Martinot 2000b ; Bigot & Carraud, 2004) ; le potentiel des hétéro-reformulations par l’enseignant en classe a été argumenté dans les cadres les plus diversifiés (Volteau & Garcia-Debanc, 2008 ; Le Cunff, 2009 ; Orchowska, 2008 ; Ishikawa, 2008). Redire soutient la mémorisation et l’élaboration progressive des concepts. Redire par soi-même soutient la compréhension au sens fort, à savoir, l’intégration du concept dans ses catégories propres. A l’opposé, apprendre apparaît comme un acte relativement pauvre en ce que la transitivité est bien plus faible : dire avec la nomenclature, intégrer des catégories nouvelles, implique une activité (un contrôle) moindre du processus par le sujet.

61Les DML témoignent à quel point la construction du sens est une « bataille » où le sujet ajuste la forme au fur et à mesure. Tous DML sont orientés sur une norme, que celle-ci soit explicitée ou non. A minima, le locuteur doit satisfaire à ses propres exigences du bien dire :

[MTL-Frogstory] (TL14_LHM)
NN après [εӀε : ] à côté chez lui il y a un fer fermé fermé fermé formé fer forme grand forme c’est pas forme non
E tu cherches quoi un nom d’animal
NN oui c’est c’est où habite les animal ferme euh ferme ferme ah
E une ferme
NN une ferme <rire> un grand ferme
E d’accord
NN à côté chez lui elle est partie là elle est cherche dans la la ferme

[MTL-Frogstory] (TL14_MH)
NN et puis quand le garçon monte le + grand pierre il y a un cerf qui avec les + les + en anglais on appelle horn* et puis il est ++ il est + coinc--CÉ <rire> il est coincé à le + ça <geste > à la tête du cerf avec le chien aussi

[MTL-Frogstory] (TL14_LHM)
NN [εӀε] il y a il y a beaucoup arbres mais quand elle le garçon elle est mh ++ ça veut dire quoi le faire quand [εӀε : ] quelqu’un xxx
E accroché
NN accroché la [zaRbR] mais c’est pas c’est pas les arbres c’est le bois de gazelle
E d’accord
NN quand [εӀε : ] petite garçon elle est crachée le bois de gazelle [εӀε : ] le gazelle elle est elle est TRES fort

[MTL-Frogstory] (TL14_MH)
NN et puis le garçon demandent à le chien pour être silence comme ça <geste>

62Les exemples ci-dessus montrent que la recherche lexicale des non-natifs est marquée par une grande diversité de procédés structurels (synonymie, paraphrase, code-switching, geste de substitution). A l’opposé, le travail d’étiquetage des natifs procède le plus souvent par l’hypéronymie, ou par le recours à un terme du langage courant (ligne/droite ; croiser/couper).

63Cependant, certains DML rendent compte explicitement du fait qu’il s’agit davantage d’un ajustement aux exigences de son partenaire :

[MTL-Frogstory] (TL14_MC)
NN [termine sa narration, pause 4sec.]
E d’accord
NN c’est un résumé si tu veux plus de détails je peux te donner

[MTL-Frogstory] (TL14_HK)
NN <rire> euh euh un nuit/ euh+ il y a un garçon qui se je peux mettre un prénom / il y a un garçon qui s’appelle euh + qui s’appelle Adnine / qui ++ comment dire euh peut-être peut être pendant la jou la journée euh / il a trou il a trouvé un un animaux

64En contexte didactique, l’enseignant est le garant absolu de la norme, qui d’ailleurs peut rester implicite et diffuse. La « petite musique des mathématiques », revendique, par le discours de l’enseignant, son esthétique propre. Or, les valeurs du formalisme se trouvent reversées dans une échelle d’évaluation de l’expertise du locuteur :

[MAT-Pythagore]
P tu recommences et t’exprimes un peu mieux +vas-y

65En effet, la grille de lecture des expressions possède des dimensions entre le bien (le mieux) vs le mauvais, directement transposées en succès et en échec de l’élève. Le discours de l’élève n’est valorisé que lorsqu’il épouse cette esthétique. En conséquence (?), les DML qui mettent en scène l’énonciateur lui-même sont très fortement marquées par les verbes de cognition, tantôt pour border le choix lexical, tantôt la conceptualisation de l’événement :

[MTL-Frogstory] (TL14_MC)
NN [...] puis ils vont il va monter tout en haut pour regarder de tous les côtés voir + voir si s’il voit la grenouille + il le voit pas quand même puis il y a le le cerveau ou + je sais pas comment s’appelle +++
E le cerf

[MTL-Frogstory] (TL14_MH)
NN et puis il est ++ il est + coinc- -CÉ <rire> il est coincé à le + ça <geste > à la tête du cerf avec le chien aussi et puis je pense que le cerf est aussi se sente dérangé

[MTL-Frogstory] (TL14_ALG)
NN il y a vu un oiseau qui peut voire très bien dans la nuit les oiseaux l’oiseau mmm dit je pense je ne sais pas ou je n’ai pas compris <rire> qu’est-ce qu’ils sont demandés après ehh oui

[MTL-Frogstory] (TL14_ALG)
NN il joue avec + une petite grenouille qui est dans un verre ou boucal je ne sais pas exactement le mot en français et le garçon est tout content jouer avec++ avec++ ses amis

66Dans l’exemple suivant, cette « rhétorique » de modalisation du DML est mise à profit par l’enseignante, qui feint ne pas comprendre :

[MAT-Pythagore]
F Ben ben AE ça va être six et XX aussi.
P oui
F et que BE ça va être huit, ça fait BAE BEA c’est un triangle puis AB ça va être la : ils ont les mêmes : mêmes mesures ils sont à la même distance (ben je sais pas)
P vous avez compris ce que veut dire Fabien
EE oui
<silence>
P donc vu que c’est la même mesure ils vont être à la même distance moi j’ai pas compris ce qui est à la même distance
F ben B enfin les points B et A puis XXXX
P ah tu veux dire que cette distance c’est la même que celle-là parce que là et là j’ai les mêmes mesures

67Tandis que l’élève F « conquiert » sa place dans l’échange en construisant péniblement un énoncé respectueux des codes mathématiques, les reformulations successives provoquées par l’enseignante conduisent à marquer le territoire. L’enseignante domine l’interaction en maîtrisant l’espace autant concret que symbolique : son recours spontané aux données inscrites au tableau induit, en corollaire, une expression plus ancrée dans l’oral, et dans la plurimodalité (i.e. la profusion de déictiques). Un énoncé analogue proposé par F n’aurait certainement pas été jugé adéquat. En tant que garante de la norme – du savoir lui-même et de la forme qu’il doit prendre – l’enseignante seule est juge de l’adéquation d’une élaboration discursive. L’élève (tel le non natif de la langue), qui n’est pas usager expérimenté de ce code, ne peut que reconnaître son incapacité à mettre en forme la notion lexicale recherchée.

68Il existe pourtant des espaces où le sujet locuteur peut construire du sens avec et pour ses partenaires. Alors que l’enseignante établit avec la classe pour savoir si, oui ou non et pourquoi, F a raison, deux élèves échangent entre eux sur la possibilité de mettre en œuvre « Pythagore » :

[MAT-Pythagore]
E1 <<faible> faut faire un pythagore >
E2 ouais mais un pythagore XXX
[...]
E1 si pythagore ça marche c’est qu’il y a un angle droit E2 ouais ça marche

  • 6  On peut y voir un parallèle avec la zone interstitielle en sociologie urbaine.

69Cet échange, dont la valeur pragmatico-sémantique (mathématique) est élevée, peut émerger d’autant plus facilement en marge de l’interaction de la classe qu’il est réalisé entre voisins de table : l’élève ne prend pas le risque de se faire sanctionner au cas où l’intervention n’est pas considérée comme judicieuse ; en restant audible, il se positionne comme expert. Ces espaces « interstitiels »6 favorisent la valorisation de la parole élève.

70Notons que dans le déroulement de l’interaction didactique, la reformulation implique une relation particulière au temps : redire et faire redire, attribue un espace-temps au dire, au détriment du dit et de son développement. Prendre le temps de faire dire et de redire en classe est souvent ressenti comme insécurisant pour l’enseignant, pour qui la pression générale, permanente consiste à cadrer avec un curriculum – Quel enseignant n’appréhende pas de ne pas pouvoir « finir » le programme de l’année ? Il est de sa responsabilité d’en projeter une fraction dans chaque séance, i.e. dans chaque interaction, située et limitée dans le temps. L’enseignant doit donc coordonner le temps immédiat de l’interaction de classe avec et le temps normalisé du curriculum. Le corollaire de cette responsabilité de l’enseignant est sa domination dans l’interaction même, quant au rôle interactionnel, ce qui est légitimé par son expertise thématique et son statut d’enseignant. Le rythme et le temps de parole sont garantis et déterminés par lui. Faire émerger la bonne formulation par des approximations successives l’oblige à céder plus de temps de parole à l’élève (aux élèves...) et, par là même à lui confier une part de responsabilité. A ce titre, co-construire du sens est un risque difficile à prendre pour qui n’est pas convaincu de la nécessité, et à plus forte raison face au foisonnement des sens à construire (i.e., à la densité du programme).

Enjeux pour le DML dans l’enseignement

71La diversité et l’hétérogénéité des DML produits par les locuteurs d’un côté et leur potentiel acquisitionnel de l’autre, se trouvent en décalage avec l’utilisation didactique qui en est faite. L’activité métalinguistique en classe se limite bien souvent aux modalités expertes (de type segmentation et nomenclature) et se contente d’évoquer le contenu structurel des objets sous étude. Cette approche langagière des objets du savoir est non seulement très partielle (les aspects pragmatiques et sociaux en sont occultés) mais possède aussi un caractère très inhibant : ne peut agir sur l’objet que celui qui maîtrise les modalités expertes, ce qui est un non-sens en situation d’apprentissage.

72Obsession au lieu de bifocalisation. La reformulation, typique si ce n’est spécifique des situations d’apprentissage, relève en partie des contraintes de la bifocalisation : en effet, l’enjeu de la prise de parole en classe est celui de l’élaboration autant de la forme verbale que du sens. L’on constate que, bien des fois, la forme l’emporte sur le sens, en particulier dans les disciplines non linguistiques, qui ont été illustrées dans notre contribution par les mathématiques : le but de l’enseignement même est l’apprentissage de la nomenclature et de traditions discursives propres à la discipline ; la validation de l’apprentissage s’effectue par la production de cette nomenclature : autrement dit, dans la pratique pédagogique courante, la production des formes sous-entend la construction du sens visé. Devant la nécessité de se conformer à ces exigences, la tentation du mimétisme est grande pour s’assurer « la paix » : qui oserait contester que l’on va plus loin en se conformant à la norme ?

73Formalisme au lieu d’observation réfléchie. Les enjeux linguistiques et langagiers, là où ils sont nommés, le sont sur fond d’une grille sociale, composée principalement de la nomenclature et des actes standardisés, légitimée par une catégorisation binaire ; en témoignent les vocables d’erreur et faute. Le souci exacerbé du formalisme conditionne le regard du sujet apprenti-locuteur pour l’amener à thématiser certains objets langagiers au détriment d’autres. En l’absence d’une conceptualisation véritable, le risque de « simulation » (Baruk, 1984) est élevé, et ce même au-delà des situations scolaires.

74A l’opposé, les fonctions les plus immédiatement appréhendées par les locuteurs (la re-contextualisation par l’exemplification et la justification pragmatique) sont aussi les plus occultées par le DML. Une ouverture des interactions didactiques à des modalités métalinguistiques (et épilinguistiques) plus diversifiées constituerait une « plus-value » pour les processus d’appropriation, des langues non maternelles et des contenus disciplinaires, ou, encore plus généralement, pour la conceptualisation en général. La thématisation régulière et ciblée des enjeux du langage, du concept, de la construction de l’idée et de l’énoncé, procurerait un outil auto-réflexif puissant au sujet locuteur.

75Loin de se limiter à un lexique de spécialité raisonné, une didactique des compétences langagières peut être conçue, sur le versant général (universel ?), comme une méthode auto-réflexive sur les praxies langagières. Sur le versant disciplinaire, elle doit raisonner de manière systémique les compétences linguistiques relatives à la constitution des objets de savoir de la matière. La place du DML dans cette approche est centrale.

Bibliographie

bibliographie

[anonyme] 2011, « Métalangages, didactique du français et enseignement de la grammaire », Le français aujourd’hui, 2011/5 n°HS01, p. 117-127.

Aguerre, S. 2010. « Grammaire de l’apprenant et explicitation. Quand apprendre, c’est se construire des représentations, à partir de corpus et d’instruments », In : Galatanu, Olga et al. (dir.), Enseigner les structures langagières en FLE. Bruxelles : Peter Lang (Collection Gramm-R, Études de linguistique française), p. 65-75.

Apotheloz, D. 2005. Progressive de texte dans les rédactions conversationnelles : les techniques de la reformulation dans la fabrication du texte, In L. Mondada, & R. Bouchard (eds.), Les processus de la rédaction collaborative. Paris : L’Harmattan, p. 165-199.

Apotheloz, D. & M.-J. REICHLER-BEGUELIN 1995. « Construction de la référence et stratégies de désignation », Tranel23, p. 227-271.

Authier-Revuz, J. 1995. Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire. 2 vol, Paris : Larousse, « Sciences du langage ».

Beacco, J.-C. (dir.) 2004. Représentations métalinguistiques ordinaires et discours. Langages 154.

Beacco, J.-C. & D. Coste, van Den Ven P.-H., Vollmer H. 2010. Langues et matières scolaires. Dimensions linguistiques de la construction des connaissances dans les curriculums. Document préparé pour le Forum politique Le droit des apprenants à la qualité et l’équité en éducation – Le rôle des compétences linguistiques et interculturelles. Genève, Suisse, 2-4 novembre 2010.

Berthoud, A.-C. & L. Gajo, C. Serra 2005. « Bricolages métalinguistiques pour construire des savoirs non linguistiques », In : Béacco, J.-C. & J.-L. Chiss, F. Cicurel, D. Véronique (dirs.), Les cultures éducatives et linguistiques dans l’enseignement des langues. Paris : Presses universitaires de France, p. 89-106.

Bigot, V. & F. Carraud 2004. « Formulations et reformulations dans les débats philosophiques à l’école primaire. Le rôle de l’interaction dans l’émergence de la pensée chez l’enfant de cycle 3. Faut-il parler pour apprendre ? ». Dialogues, verbalisation et apprentissages en situation de travail à l’école : acquis et questions vives, Arras, mars 2004.

Calme-Gippet, F. 2004. « Les élèves et la posture métalinguistique : quelles conditions et quels enjeux d’apprentissage ?" », In : Vargas C. (ed.), Langue et études de la langue. Approches linguistiques et didactiques. Aix-en-Provence : PUP, p. 175-184.

Culioli, A. & Desclés J.-P. 1981. Systèmes de représentations linguistiques et métalinguistiques. Paris : Rapport Unesco.

Cicurel, F. 1985. Paroles sur paroles, le métalangage en classe de langue. Paris : Clé International.

de Gaulmyn M.-M. 1987a, « Actes de reformulation et processus de reformulation », in Bange P. (dir.), L’analyse des interactions verbales. La dame de Caluire : une consultation, Berne : Peter Lang, p. 83-98.

de Gaulmyn M.-M, 1987b, « Reformulation et planification métadiscursives », in : COSNIER J. et KERBRAT-ORECCHIONI C. (dir.), Décrire la conversation. Lyon : Presses universitaires de Lyon, p. 167- 198.

de Weck, G. 2000. « Reformulations et répétitions par les adultes du langage des enfants : comparaison de dialogues avec des enfants normaux et dysphasiques », Langages 140, p. 38-67.

dolz, J. & J.-C. Meyer (eds.) 1998. Activités métalangagières et enseignement du français. Actes des journées d’étude en didactique du français, Cartigny, 28 février -1 mars 1997, Berlin : Peter Lang.

Ducrot, O. 1984. Le dire et le dit. Paris : Editions de Minuit.

Gombert, J.-É. 1988. « La conscience du langage à l’âge préscolaire », Revue française de pédagogie 83/1, p. 65-81.

Grossmann, F. 1998. « Métalangage, manipulations, reformulation : trois outils pour réfléchir sur la langue », In : DOLZ, J. & J.-C. MEYER (eds.), Activités métaiangagières et enseignement du français. Actes des journées d’étude en didactique du français. Cartigny, 28 février -1 mars 1997, p. 193-214.

Gülich, E. & Kotschi, T. 1987. « Les actes de reformulation dans la consultation ’La dame de Caluire’ », in : Pierre Bange (ed.), L’analyse des interactions verbales. La Dame de Caluire : une consultation. Bern, Frankfurt/M, New York/Paris : Peter Lang, p. 15-81.

Guernier, M.-C., Durand-Guerrier V. & J.-P. Sautot (dirs.) 2006. Interactions verbales, didactiques et apprentissages : recueil, traitement et interprétation didactiques des données langagières en contextes scolaires. Actes des journées d’étude organisées les 19 et 20 mai 2005 à Lyon. Besançon : PUFC.

Ishikawa, F. 2008. « La description des apprenants dans et par les activités de reformulation par l’enseignant en classe de langue », In : SCHUWER, M., LE BOT M.-C. & E. RICHARD (dirs.), Pragmatique de la reformulation : types de discours, interactions didactiques. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 241-251.

Lakoff, G. 1987, Women, Fire, and Dangerous Things : What Categories Revealabout the Mind, Chicago : CSLI.

le Cunff, C. 2008. « Reformuler pour apprendre, apprendre à reformuler : usages didactiques de la reformulation en français langue maternelle », In : SCHUWER, M., LE BOT M.-C. & E. RICHARD (dirs.), Pragmatique de la reformulation : types de discours, interactions didactiques. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 203-220.

Leeman, D. 2002. « La construction du sens par la grammaire », Cahiers de l’Institut de linguistique et des sciences du langage 13 (R. Capré & C. Fornerod, (eds), Descriptions grammaticales et enseignement de la grammaire en français langue étrangère), p. 17-26.

Martinot, C. 2000. « Acquisition et reformulation : Introduction », Langages 140, p. 3-8.

Martinot, C. 2000. « Étude comparative des processus de reformulation chez les enfants de 5 à 11 ans », Langages 140, p. 92-123

Matthey, M. 1987. « Répétitions et reformulations chez un apprenant, aspects métalinguistique et métadiscursifs », Encrage, p. 135-151.

Nonnon, E. 1998. « Situations intégrées d’interaction en classe : lieu et objet d’apprentissage, moteur de réflexion sur le langage », In : Dolz, J. & J.-C. Meyer (eds.), Activités métalangagières et enseignement du français. Actes des journées d’étude en didactique du français, Cartigny, 28 février -1 mars 1997. Berlin : Peter Lang, p. 267-272.

Olson, D. R. 2010. L’univers de l’écrit : comment la culture écrite donne forme à la pensée. Paris : Retz (Traduction Jean-Yves Rochex).

Orchowska, I. 2008. « Vers une typologie fonctionnelle des reformulations en situation de communication interculturelle », In : Schuwer, M., Le Bot M.-C. & E. Richard (dirs.), Pragmatique de la reformulation : types de discours, interactions didactiques. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 281-294.

Rabatel A. 2006. « Du rôle des postures énonciatives de surénonciation et de sousénonciation dans les analyses de corpus. L’exemple des reformulations, des connecteurs et particules discursives », In : Guernier M.-C, Durand-Guerrier V., Sautout J.-P. (dirs.), Interactions verbales, didactiques et apprentissages. Recueil, traitement et interprétation didactiques des données langagières en contextes scolaires. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, p. 221-248.

Rabatel, A. 2008, « Stratégie discursive de concordance discordante dans les ensembles reprises + reformulations (en contexte didactique) », In : Schuwer, M., Le Bot, M.-C. & E. Richard (dirs.), Pragmatique de la reformulation : types de discours, interactions didactiques. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 187-201.

Rey-Debove, J. 1997. Le métalangage. Paris : Armand Colin.

Spanghero-Gaillard, M. & E. Arroyo 2008. « Reformulations spontanées dans des situations d’interactions didactiques : exemples, analyse et implications en formation de formateurs », In : Schuwer, M., Le Bot, M.– C. & E. Richard (dirs.), Pragmatique de la reformulation : types de discours, interactions didactiques. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 309-320.

Trimaille, C. & M. Matthey 2013. « Catégorisations », In : Simonin J. & Warthon S., Sociolinguistique du contact. Dictionnaire des termes et concepts. Lyon : ENS Éditions, p. 95-122.

Volteau, S. & C. garcia-debanc 2008. « Les reformulations de l’enseignant dans quatre situations scolaires : existe-t-il une influence de l’objet enseigné sur les types de reformulations utilisées ? », In : Schuwer, M., Le Bot, M.-C. & E. Richard (dirs.), Pragmatique de la reformulation : types de discours, interactions didactiques, Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 253-267.

Veneziano, Edy, 1997, « Échanges conversationnels et acquisition première du langage », In : Bernicot, J., Trognon, A. & J. Caron-Pargue (eds.), Conversation, interaction et fonctionnement cognitif. Nancy : PUN, p. 91-123.

Vigotsky, L. S. 2014 [1928-1931], Histoire du développement des fonctions psychiques supérieures (trad. F. Sève, édition préparé par M. Brossard et L. Sève). Paris : La Dispute.

corpus d’étude

[MAT] Ploog, K. & A.-S. Calinon 2014-2016, Compétences langagières et appropriation des savoirs disciplinaires. Besançon, Université de Franche-Comté. Composante : Pythagore (Interaction de classe, données A/V, transcription orthographique avec alignement sonore).

[MTL] Ploog, K. 2005-2014, MétaL. Entretiens épi- et métaiinguistiques avec des locuteurs francophones (FLM, FLS, FLE). Besançon, Université de Franche-Comté. Composantes : Frogstory, DGMAD, Naisey (Données audio, transcription orthographique).

Annexes

Annexe : extrait pythagore (sous-corpus [MAT-Pythagore])

P ABCD est-il un losange

EE oui

P pourquoi++ vos arguments + qui me donne un argument +Aurore

A eh ben parce qu’il a les quatre côtés de la même longueur

P parce qu’il a ses quatre côtés de la même longueur dit Aurore, qui est d’accord avec elle ++Fabien tu es d’accord

F oui

P qui n’est pas d’accordqui n’est pas d’accord et pourquoi +Vassili tu penses quoi

V il faut les calculer

P alors tu es d’accord avec Aurore mais à condition de calculer les côtés c’est ça ++ et toi Aurore tu as calculé les côtés ou il y a pas besoin

A oh ben

EE <rires>

E1 non il y en a pas besoin

E2 six huit six huit suix

P qui est-ce qui est pas d’accord avec l’argument d’Aurore ++Baptiste

[...]

P Fabien tu dis quoi

F ils vont être à la même distance XX

P ils vont être à la même distance les trois

F c’est : il y a six huit (et puis) c’est des triangles à chaque fois et puis c’est toujours six et huit

P qu’est-ce que vous pensez de l’argument de Fabien ? qui est-ce qui a compris l’argument de Fabien +++personne, alors tu recommences et t’exprimes un peu mieux +vas-y

F Ben ben AE ça va être six et XX aussi.

P oui

F et que BE ça va être huit, ça fait BAE BEA c’est un triangle puis AB ça va être la : ils ont les mêmes : mêmes mesures ils sont à la même distance (ben je sais pas)

P vous avez compris ce que veut dire Fabien

EE oui <silence>

P donc vu que c’est la même mesure ils vont être à la même distance moi j’ai pas compris ce qui est à la même distance

F ben B enfin les points B et A puis XXXX

P ah tu veux dire que cette distance c’est la même que celle-là parce que là et là j’ai les mêmes mesures

L oui mais non parce : que s’il faut qu’ils soient tout de la même mesure il faut que ce soit un angle droit euh hum DEC il faut que ce soit des angles enfin il faut que les droi- la droite BD et A elles se croisent perpendiculairement parce que

P elles se

E3 coupent

P coupent perpendiculairement

L elles se coupent parce que elle peut : B elle se- BD elle peut très bien pencher et puis du coup ça fait des mêmes mesures

E4 <<faible>faut faire un pythagore>

E5 ouais mais un pythagore XXX

P donc vous validez plutôt l’argument de Louise pour dire que c’est un angle droit ou : Fabien il a raison

EE Fabien (a raison)

P qui est-ce qui pense que Fabien il a raison

EE <<murmures>>Fabien XXX

P qui pense qu’il a tort héhé les autre XX vous dormez ne sait pas ++ faut vous convaincre les uns les autres moi je me prononce pas ++ oui X

E6 si pythagore ça marche c’est qu’il y a un angle droit

E7 ouais ça marche

Annexe : extrait pythagore (sous-corpus [MAT-Pythagore])

P ABCD est-il un losange

EE oui

P pourquoi++ vos arguments + qui me donne un argument +Aurore

A eh ben parce qu’il a les quatre côtés de la même longueur

P parce qu’il a ses quatre côtés de la même longueur dit Aurore, qui est d’accord avec elle ++Fabien tu es d’accord

F oui

P qui n’est pas d’accordqui n’est pas d’accord et pourquoi +Vassili tu penses quoi

V il faut les calculer

P alors tu es d’accord avec Aurore mais à condition de calculer les côtés c’est ça ++ et toi Aurore tu as calculé les côtés ou il y a pas besoin

A oh ben

EE <rires>

E1 non il y en a pas besoin

E2 six huit six huit suix

P qui est-ce qui est pas d’accord avec l’argument d’Aurore ++Baptiste

[...]

P Fabien tu dis quoi

F ils vont être à la même distance XX

P ils vont être à la même distance les trois

F c’est : il y a six huit (et puis) c’est des triangles à chaque fois et puis c’est toujours six et huit

P qu’est-ce que vous pensez de l’argument de Fabien ? qui est-ce qui a compris l’argument de Fabien +++personne, alors tu recommences et t’exprimes un peu mieux +vas-y

F Ben ben AE ça va être six et XX aussi.

P oui

F et que BE ça va être huit, ça fait BAE BEA c’est un triangle puis AB ça va être la : ils ont les mêmes : mêmes mesures ils sont à la même distance (ben je sais pas)

P vous avez compris ce que veut dire Fabien

EE oui <silence>

P donc vu que c’est la même mesure ils vont être à la même distance moi j’ai pas compris ce qui est à la même distance

F ben B enfin les points B et A puis XXXX

P ah tu veux dire que cette distance c’est la même que celle-là parce que là et là j’ai les mêmes mesures

L oui mais non parce : que s’il faut qu’ils soient tout de la même mesure il faut que ce soit un angle droit euh hum DEC il faut que ce soit des angles enfin il faut que les droi- la droite BD et A elles se croisent perpendiculairement parce que

P elles se

E3 coupent

P coupent perpendiculairement

L elles se coupent parce que elle peut : B elle se- BD elle peut très bien pencher et puis du coup ça fait des mêmes mesures

E4 <<faible>faut faire un pythagore>

E5 ouais mais un pythagore XXX

P donc vous validez plutôt l’argument de Louise pour dire que c’est un angle droit ou : Fabien il a raison

EE Fabien (a raison)

P qui est-ce qui pense que Fabien il a raison

EE <<murmures>>Fabien XXX

P qui pense qu’il a tort héhé les autre XX vous dormez ne sait pas ++ faut vous convaincre les uns les autres moi je me prononce pas ++ oui X

E6 si pythagore ça marche c’est qu’il y a un angle droit

E7 ouais ça marche

Notes

1  Du moins, pour le linguiste francophone ou hispanophone, qui distingue lexicalement ces deux notions, contrairement aux langues germaniques par exemple.

2  Emanant de travaux d’étudiants en licence de sciences du langage ; le seul extrait cité dans cet article est Poisson d’avril (section 4.1).

3  La famille est bilingue arabe/français.

4  La problématique des marqueurs de reformulation ne peut être abordée ici (et, par exemple, Culioli, 1990 ; Leroy, 2005 ; Gülich & Kotschi, 1983 ; Steuckardt, 2003 et Niklas-Salminen, 2005).

5  Inaudible.

6  On peut y voir un parallèle avec la zone interstitielle en sociologie urbaine.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search