Version classiqueVersion mobile

Linguistique interactionnelle, grammaire de l’oral et didactique du français

 | 
Anne-Sophie Calinon
, 
Badreddine Hamma
, 
Katja Ploog
, 
et al.

Enjeux linguistiques de l’oral en interaction

L’exemple des débats présidentiels

Catherine Kerbrat-Orecchioni

Résumé

À partir du cas particulier des débats de l’entre-deux-tours des élections présidentielles françaises, on s’intéressera à ce qui constitue les caractéristiques essentielles de l’oral en interaction. D’une part, les conditions de production de l’oral authentique (ou « frais ») font que le discours s’élabore pas à pas, au prix d’un certain nombre d’infractions aux normes de l’écrit, dont on se demandera s’il faut les considérer toutes comme des « fautes » (notion qu’il convient de relativiser). D’autre part, les conditions de l’interaction font que le discours est co-construit, sur un mode à la fois collaboratif et conflictuel, ce qui implique d’incessantes négociations entre les partenaires de l’échange, ces négociations pouvant intervenir à tous les niveaux du fonctionnement de l’interaction.

Texte intégral

Introduction

1Cette contribution s’inscrit dans le cadre d’une recherche portant sur un type bien particulier de débats télévisés, à savoir ceux qui mettent en présence, à la veille du second tour des élections présidentielles, les deux finalistes du premier tour. Ayant précédemment scruté ces débats sous divers angles et aspects (rôle des animateurs, modes d’adressage entre les différents participants, figures de rhétorique et procédés de l’argumentation, politesse et impolitesse, etc.), je les envisagerai ici en tant qu’échantillons d’oral en interaction, afin de dégager les caractéristiques générales de ce type de productions discursives. Je traiterai séparément la problématique de l’oral et celle de l’ interaction, étant donné que si ces deux propriétés sont le plus souvent associées, tous les discours oraux ne relèvent pas d’un fonctionnement interactionnel alors qu’à l’inverse, certaines formes d’écrit, comme les tchats, peuvent en relever.

2Le corpus est constitué des six débats suivants (soit plus de quatorze heures d’enregistrement) :

  1. Débat Giscard-Mitterrand de 1974 ;

  2. Débat Giscard-Mitterrand de 1981 ;

  3. Débat Chirac-Mitterrand de 1988 ;

  4. Débat Chirac-Jospin de 1995 ;

  5. Débat Royal-Sarkozy de 2007 ;

  6. Débat Hollande-Sarkozy de 2012.

les débats présidentiels comme échantillons de discours oral

Discours oral versus discours écrit

3Il y a différentes façons de concevoir cette opposition.

  • 1  Même si la mimogestualité (qui ne sera pas envisagée ici) joue un rôle important dans la communica (...)
  • 2  Comme exemple de ces transformations d’un message écrit en message oral et réciproquement, pensons (...)
  • 3  Sur les différentes formes que peut prendre, par exemple, l’« oralographisme scolaire », voir Bouc (...)

4Envisagée au sens strict, l’opposition oral vs écrit repose sur une différence de canal communicatif (auditif, et secondairement visuel1, vs exclusivement visuel) et de matériau sémiotique (phonique vs graphique). Si en ce sens un énoncé est ou oral, ou écrit (il ne peut pas y avoir de réalisation « intermédiaire »), les passages sont constants d’une forme à l’autre (oral secondairement scripturalisé – sous la forme de « transcriptions », voir infra –, ou écrit secondairement lu)2. D’autre part, nombreuses sont les situations « oralographiques » où la communication exploite simultanément les deux canaux, oral et écrit3.

5(2) Mais ces notions sont également utilisées pour opposer deux styles ou registres, le style oral étant généralement plus « relâché » que le style écrit, plus « soutenu ». L’opposition oral/écrit admet alors différents degrés sur un axe continu, ce qui nécessite l’introduction d’un certain nombre de distinctions.

  • 4  On considérera a fortiori comme non authentiques (quel que soit par ailleurs leur intérêt pour l’a (...)

6Il faut d’abord distinguer, selon Goffman (1987 : 171), trois types d’oral : l’oral « mémorisé », la lecture à voix haute, et l’oral spontané ou fresh talk, que l’on peut considérer comme représentant la seule forme d’oral « authentique » (les autres formes étant plus ou moins dérivées de l’écrit)4. Étant donné la quasi-concomitance des opérations de planification et d’émission du discours dans le cas de l’oral « frais », celui-ci ne peut se construire que par retouches successives, la rapidité de l’élocution interdisant la maîtrise d’organisations syntaxiques de grande taille. L’élaboration du discours se fait pas à pas, et éventuellement en revenant sur ses pas, ce qui laisse évidemment des traces dans le produit lui-même. C’est là toute la différence avec l’écrit, qui s’élabore lui aussi progressivement : outre qu’à l’écrit, on peut prendre son temps (sauf encore une fois dans certaines pratiques comme les tchats qui sont à cet égard comparables à l’oral), on peut aussi effacer la rature, et substituer au brouillon la version corrigée, alors que c’est le brouillon qui est délivré à autrui dans le discours oral, où s’exhibe « le chantier de l’élaboration de la parole » (Barbéris, 1999 : 3).

7Par ailleurs, du fait de la proximité physique de l’émetteur et du récepteur qui caractérise le plus souvent le discours oral, le registre adopté sera globalement plus « familier » qu’à l’écrit. Mais là encore, toutes sortes de situations peuvent se présenter, auxquelles vont correspondre diverses variétés d’oral.

  • 5  Le terme de « registre » étant généralement utilisé pour désigner les variantes du système linguis (...)

8Ces deux questions – celle de la rature et celle du registre5 – vont être examinées successivement dans le corpus.

Le corpus des débats : ratés et réparations

  • 6  Comme le signale Laurent Binet, qui a suivi la campagne de François Hollande en 2012, il y a des l (...)

9Même si les candidats se sont minutieusement préparés à l’évènement, le discours qu’ils produisent « à chaud » est largement improvisé6. Il comporte donc toutes sortes d’éléments qu’en se référant aux normes de l’écrit on pourrait considérer comme des « scories », mais qui à l’écoute ne sont pas perçues comme telles car la prosodie opère une sorte de lissage du discours, dont les éventuelles aspérités se trouvent de ce fait considérablement estompées. Quant aux transcriptions qui sont proposées dans les organes de presse au lendemain de ces débats, si elles restituent correctement la teneur des échanges (ce qui est leur but essentiel), elles opèrent une réécriture qui fait disparaître leur oralité originelle : découpage en phrases avec introduction de signes de ponctuation, suppression des interruptions, chevauchements de parole, reprises et divers balbutiements...

  • 7  Conventions de transcription : / et \ pour marquer une intonation respectivement montante et desce (...)

10Examinons ainsi la transcription proposée par Libération du débat de 2007 entre Ségolène Royal et François Hollande : elle est non seulement lacunaire (ne conservant que 25 000 mots sur les 40 000 environ, soit moins des deux tiers, et un tiers seulement des occurrences des termes d’adresse), mais aussi considérablement « nettoyée », comme on peut le voir à travers l’exemple de ce passage, correspondant au moment où Ségolène Royal entre dans une « saine colère », dont la transcription fidèle ressemble à ceci7 :

SR : [...] je suis très en colère\ (.) et les parents/et les familles/[qui vous ent- &
NS : [calmez-vous SR : & et les parents [non/je ne me calmerai pas\
NS : [calmez-vous/ et ne me montrez pas du doigt [avec ce/ & SR : [non/ (.) si/ NS : & cet index [pointé/ parce que\ franchement/ (.) je je je voudrais vous di-je voudrais
SR : [non/ (.) non/ je ne me calmerai pas\ (.) non/ je ne me calmerai pas\
[je ne me calmerai pas\ (.) parce que : l’exploita-NS : [ben pour/ pour être président de la République/ i faut être calme\

11Et voici ce que devient ce même passage dans la transcription de Libération :

Ségolène Royal : [...] Je suis très en colère. Les parents et les familles...
Nicolas Sarkozy : Calmez-vous et ne me montrez pas du doigt avec cet index pointé !
Ségolène Royal : Non, je ne me calmerai pas !
Nicolas Sarkozy : Pour être Président de la République, il faut être calme.

12C’est donc à partir de transcriptions les plus fidèles possibles que nous allons examiner dans le corpus quelques phénomènes qui tout en étant considérés comme déviants par rapport aux normes de l’écrit sont fréquents à l’oral, en nous demandant lesquels sont traités comme de véritables « ratés » devant donner lieu à réparation, et lesquels passent au contraire pour acceptables dans un échange oral, même s’il se déroule en contexte protocolaire comme c’est le cas de ces débats.

Les ratés d’élocution

  • 8  Sofia Aram parlant à ce sujet sur France Inter, dans son billet humoristique du 5/01/2015, des « m (...)

13Mentionnons d’abord le cas du marqueur par excellence de la parole improvisée : la production vocalique qu’il est usuel d’orthographier euh, qui apparaît plus comme une sorte de ponctuant que comme un véritable marqueur d’hésitation, et dont François Hollande n’a pas le monopole même s’il en est le champion8 :

1974, FM : [...] c’est cela le changement sans risque/ (.) euh Républicains Indépendants/ euh (.) euh UDR\ (.) c’est vrai/ que euh n- n- nous n’avons pas la même conception (.) de l’avenir immédiat de la France/ (.) c’est vrai/ (.) qu’après avoir constaté que pendant trop longtemps/ euh certaines catégories sociales/ minoritaires/ (.) ont euh reçu l’essentiel/ du profit du travail de tous/ [...]

2012, FH : [...] moi/ président de la République/ euh (.) j’aurai aussi/ à cœur/ (.) de ne pas avoir un statut pénal/ du chef de l’État\ je le ferai réformer\ (.) de façon à ce que\ si/ (.) des actes antérieurs/ à ma prise de fonction/ (.) venaient à être\ contestés/ (.) je puisse/euh (.) dans certaines/euh conditions/ (.) me rendre/ euh (.) à la convocation/ (.) de tel ou tel/ magistrat\ (.) ou/ euh (.) m’expliquer/ euh (.) devant/ euh (.) un certain nombre/ euh (.) euh d’instances\ (.) moi/ euh\ président de la République/ (.) [...]

14Quant aux ratés d’élocution, s’ils sont particulièrement fréquents en cas d’interruption et de parole simultanée, ils peuvent également survenir sans raison apparente en cours de tour :

2012, NS : DEUxièmement\ (.) la réforme que nous avons faite/ qui a été INTÉgralement/ financée\ (.) par l’augmentation/ des prélèvements/ sur les revenus\ (.) vous proposez que les révèn- les re- les prélèvements de l’épargne/ (.) et que les prélèvements du travail/ soient les mêmes\ (.) nous l’avons/ déjà fait\

15Ces ratés sont très généralement réparés pour aboutir à la forme correcte, comme dans l’exemple précédent et les suivants, qu’il s’agisse de bredouillements, de bégaiements, ou des différentes sortes de lapsus (par contamination, anticipation, rémanence, métathèse, etc.) :

1974, VGE : alors en ce qui concerne l’ex- l’exè- euh\ l’exercice du pouvoir en France\
1974, VGE : j’ai fait savoir (.) au président/ du Conseil des ministres en exercice (.) qui est mon collègue d’Allemagne fédérale/ que s’il souhaitait (.) réunir les ministres des finances/ j’étais à sa disposition/ pour le faire/ et notamment merd- mardi dernier/ (.) s’il nous avait/ convoqués\ donc je m’occupe/ activement/ de cette affaire\

1974, FM : elles méritent en effet/ que nous nous arriétons/ que nous nous y arrêtions/ (.)
1995, JC : un grand/programme\ de lenge- de logement/
2007, SR : sans clarifier la res- la répartition de la responsabilité
2007, NS : moi la passon- la passion de ma vie c’est l’action
2012, NS : vous avez pris la poudre d’ex- d’escampette

16Restent quelques boulettes qui ne sont pas corrigées, le plus remarquable étant qu’elles passent très généralement inaperçues auprès de l’ensemble des auditeurs du débat :

1988, FM : moi/je continue de vous appeler monsieur le Premier ministre/ puisque c’est comme cela que je vous ai appelé pendant (.) deux ans/ (.) et que vous l’être\ (.) eh bien/ [...]
2012, NS : si je suis zézu/ Président de la République’

2.2.2 Les erreurs lexicales

17Il est très exceptionnel que les candidats se rendent coupables d’une erreur de vocabulaire. Quand cela advient, l’erreur n’est pas corrigée, soit qu’elle échappe à l’attention du locuteur (et vraisemblablement de l’auditeur), comme dans l’exemple suivant où Sarkozy fait du verbe « rétablir » un usage involontairement cocasse :

2007, NS : j’ajoute/ (.) un dernier mot/ (.) qui est un véritable/ scandale\ (.) lorsqu’un mari indélicat/ fait une fraude fiscale\ (.) la femme\ (.) est responsable\ solidairement/ (.) de la dette fiscale/ du mari\ (.) lorsque dans le même couple/ le mari décède\ (.) la femme doit p- PAYer\ des droits de succession/ (.) sur les biens communs/ du couple\ (.) DEUX poids/ (.) deux mesures/ () je rétablirai/cette injustice\

18soit qu’elle relève plus de l’ignorance que de l’inadvertance, comme dans cet extrait où Sarkozy dote d’un masculin inédit l’adjectif épicène « pérenne » :

2007, NS : c’est-à-dire\ que vous revenez/ (.) sur ce qui a été\ le travail du gouvernement Balladur/ (.) et du gouvernement Raffarin/ (.) pour\ (.) obtenir/ (.) le financement\ (.) pérein/ (.) de nos régimes/ (.) de nos retraites/ (.)

  • 9  En 2012, Sarkozy appelle « Alex Kahn » le célèbre généticien Axel Kahn – mais il s’agit ici d’une (...)

19C’est également à Sarkozy que l’on doit cette autre « bourde » plus excusable9 :

2007, NS : ne faisons pas de remarques/ ad nominem/ c’est désagréable/

20On notera que si les locuteurs s’emploient autant que possible à corriger eux-mêmes les ratés dont ils se rendent coupables, les erreurs qui portent sur la forme du discours ne sont jamais corrigées par l’Interlocuteur, cela pour d’évidentes raisons de « face » – s’il est tout à fait légitime dans ce contexte de rectifier le contenu des propos de l’adversaire (et les débatteurs ne s’en privent pas), il serait parfaitement déplacé de corriger leurs erreurs phonétiques, lexicales ou grammaticales. Nous n’avons relevé dans tout le corpus qu’une seule exception à ce principe, due à Lionel Jospin, corrigeant (mais discrètement, et à retardement) l’emploi par Chirac de « décade » à la place de « décennie » :

1995, JC : [...] en France on a une espèce d’habitude\ (.) on estime que : : toutes les deux ou trois décades/ (.) il faut changer les textes\ [...]

U : [...] on a un texte qui existe et qui a été voté dans les mêmes termes par DEUX assemblées\ qui a été proposé/ (.) il y a maintenant deux décennies\ et non pas deux décades/ mais deux décennies\ (.)

La morphosyntaxe : la question de la « faute »

21Le discours oral se construisant on line, au fil du déroulement de l’interaction, il prend rarement la forme d’une belle succession de phrases complètes et cohérentes, clairement balisées par la ponctuation – même si certaines analyses linguistiques, confondant le texte oral avec sa réécriture, semblent admettre qu’on parle à l’aide de points et de points d’interrogation :

22Le point et le point d’interrogation sont très significatifs d’une rhétorique efficace : le secret du parler vrai de Nicolas Sarkozy tient pour une grande part dans sa capacité à faire des phrases courtes (beaucoup de points), car la vérité ne semble pas devoir s’encombrer de complexité. (Mayaffre, 2012 : 104)

  • 10  Pour Berrendonner (1990 : 25), la notion de phrase « est un instrument à peu près inefficace lorsq (...)

23La phrase est une unité pertinente à l’écrit mais éminemment problématique à l’oral10 , qui se présente comme une sorte de flux capricieux, certes organisé en unités mais affecté d’incessantes ruptures et réorientations, glissements et réajustements, comme on le voit dès les premiers débats, pourtant plus « corsetés » que les suivants. Un exemple parmi bien d’autres : cet extrait du débat de 1981, dans lequel sont signalés en gras les segments qui restent en rade, leur complément ne prenant pas la forme attendue mais se trouvant dévié par un élément incident :

1981, FM : bien entendu/ à partir du moment\ (.) où les élections législatives devront être préparées/ il appartiendra aux organisations politiques responsables/ vous savez que les partis politiques/ euh (.) existent/ (.) ont des droits/ (.) sont reconnus par la constitution/ à son article quatre/ même quand le président de la République les met gravement en cause/ (.) et/ ces organisations politiques/ eh se rencontreront/ (.) discuteront/ [...] j’ai/ (.) personnellement\ (.) le sentiment\ (.) qu’élu président de la République\ c’est-à-dire/ disposant d’une majorité/ (.) la majorité elle se formera le dix mai/ (.) cette majorité-là/ (.) elle aura une force/ (.) entraînante/ (.) formidable\ (.) ce sera un événement/ vous savez pour la France\ que l’élection/ (.) d’un président de la République socialiste\ (.)

  • 11  Sur cette notion ainsi que d’autres particularités de l’oral, voir Kerbrat-Orecchioni, 2005 : 29-5 (...)

24De telles ruptures de construction sont si fréquentes, et « passent » si bien qu’il semble inapproprié de parler à leur sujet d’« anacoluthe », notion mieux adaptée au cas du discours écrit, dont la syntaxe est plus rigide, donc les infractions plus aisément identifiables. De même peut-on difficilement parler de « faute » à propos de ces exemples extraits du débat de 2012, et où l’on peut identifier une asyndète (Hollande) et un « télescopage syntaxique »11 (Sarkozy) :

2012, FH : [...] mais moi/je considère/ elle est tout à fait dans son rôle/ 2012, NS : les centrales nucléaires en Suisse/ qui ne sont pas prévus/ pour être des gens/ (.) tellement/ (.) qui aiment le risque/ (.) ont soixante ans/

25Rappelons aussi le rôle normalisateur de la prosodie, qui peut par exemple redonner à une interrogative en principe indirecte une valeur d’interrogative directe :

2012, NS : les trente cinq heures dont j’aimerais que vous me disiez/ (.) est-ce que vous les généralisez/ (.) est-ce que vous les gardez/ (.) ou est-ce que comme moi...

26Plus osé encore, cet exemple dû à Mitterrand où la question directe n’est précédée ni d’une pause ni d’un « verbe de parole » :

1981, FM : [...] on finirait par croire/ dans votre raisonnement/ à quoi servent-ils/ ils servent à produire/ (.) à travailler/ (.) à payer des impôts/

27Ces précautions étant prises, on se demandera quelles sont les fautes grammaticales les mieux attestées dans ce corpus de débats, et comment elles sont traitées, c’est-à-dire si elles sont ou non corrigées. Ces fautes ainsi que leur éventuelle réparation vont être révélatrices d’une part, des zones de difficulté ou de fragilité du système et d’autre part, des éventuels flottements de la norme et du degré de tolérance vis-à-vis des infractions concernées.

28(1) Les fautes de conjugaison \ elles sont systématiquement corrigées par le locuteur ; exemple :

2007, SR : si si/ (.) vous avez parfaitement compris/ mais vous vous [faisez/] &
NS : [mais k-]
SR : & vous faites semblant/ de ne pas comprendre/

  • 12  Ce qui n’échappe pas à la sagacité de Laurent Binet : « Simon note que Giscard a des problèmes pou (...)

29Ici la bourde de Royal est favorisée par le chevauchement de parole, ce qui n’est pas le cas dans l’exemple suivant où Giscard d’Estaing, après avoir affronté victorieusement diverses formes de la conjugaison du verbe « dissoudre » (« dans ce cas-là vous ne dissolvez pas », « vous dites je dissoudrai tout de suite », « vous aviez dit que vous ne saviez pas si vous dissoudriez tout de suite »), finit par trébucher12 :

1981, VGE : vous venez de le dire à l’instant\ que vous dissoudr- (.) dissolviez tout de suite/

30(2) En ce qui concerne les règles concernant l’emploi des modes, on constate qu’elles peuvent être dans certains cas transgressées sans que cela donne lieu à réparation, la norme étant dans ce domaine nettement plus souple – ce qui invite à considérer la notion de faute comme un phénomène graduel. Par exemple, si l’on ne peut plus aujourd’hui considérer comme une faute l’emploi, en principe incorrect, du subjonctif dans les temporelles introduites par « après que » :

1974, FM : après qu’en 1936 on ait nationalisé l’armement [...] après que vous ayez affirmé que...

31il n’en est pas de même de l’indicatif après « encore que ». Examinons pourtant l’exemple suivant :

1988, JC : je dirais plutôt à droite encore que\ (.) ces divisions sont un peu arbitraires/ (.)

32On peut ici admettre que la pause redonne en quelque sorte son indépendance à la proposition qui s’ensuit, l’indicatif étant moins défendable dans l’exemple suivant, où la conjonction n’est suivie d’aucune pause marquée :

2007, NS : encore que/on peut pas couvrir la France d’éoliennes/[...]

33mais la faute serait plus flagrante encore en cas d’une élision marquant l’intégration maximale de la subordonnée (« encore qu’on ne peut pas... »).

34C’est encore à Sarkozy que l’on doit cet exemple révélateur du fonctionnement grammatical du discours oral :

2007, NS : par parenthèse madame\ (.) lorsqu’on est une victime/ (.) qu’on est victime d’un individu de dix-sept ans ou qu’on est victime d’un individu de dix-neuf ans/ (.) le résultat (.) est le même/

35Si le caractère fautif de ces indicatifs est incontestable dans la tournure alternative, on voit comment ils sont favorisés par la dynamique de la construction discursive, faisant suite à « lorsqu’on est victime de... » où l’indicatif est tout à fait correct.

36Reste que de toute évidence, Sarkozy n’est pas toujours à l’aise avec l’emploi des modes, comme en témoignent encore ces deux derniers exemples également incorrects, quoique de façon inverse :

2007, NS : c’est-à-dire que vous attendez qu’il est dans l’autre rue pour [...]
2012, NS : je me demande pourquoi monsieur Hollande doive dire...

37(3) En ce qui concerne les erreurs de construction de la phrase, on en donnera un seul exemple, qui illustre le caractère problématique de la notion de correction (entendue comme repair). Ainsi peut-on se demander, dans l’extrait suivant, si la deuxième formulation de la question vient rectifier, en l’annulant du même coup, la première formulation manifestement fautive, ou si elle vient simplement s’y ajouter en tant que reformulation de la même idée (la prosodie ne permettant en aucune manière de trancher) :

2007, NS : qu’est-ce que ça aboutit/ quel est le résultat/ de tout ça\

38(4) En ce qui concerne enfin les fautes d’accord, c’est une fois de plus à Sarkozy que l’on doit certaines erreurs occasionnelles qu’il ne se donne pas la peine de corriger :

2007, NS : y a douze millions/ de familles françaises/ qui aimeraient être propriétaires/et qui ne l’est pas\[...]

39Plus intéressant est le cas de deux structures qui se caractérisent à la fois par une certaine complexité de leur fonctionnement cognitif, et une tolérance corrélative envers la faute, laquelle n’entraîne pas systématiquement de correction de la part de son responsable. Cette non-correction peut être interprétée comme procédant moins d’une négligence que du sentiment que dans un tel cas, l’accord est devenu facultatif à l’oral, et que son absence ne constitue pas véritablement une faute :

40c’est/ce sont : lorsqu’elle est suivie d’un attribut pluriel, la copule doit en principe se mettre au pluriel, ce qui implique un mécanisme d’anticipation qui est parfois pris en défaut et ne donne qu’exceptionnellement lieu à auto-correction :

1981, VGE : c’est- ce sont des points très importants\ [...] c’est- ce sont des propos désobligeants\
2007, SR : ce sera/ (.) ce seront\ les partenaires sociaux/ qui vont/ (.) en discuter\

41En fait, dans cet emploi tous les candidats recourent alternativement aux formes correctes et « fautives », par exemple :

2007, NS : mais madame/ qu’est-ce/ qui a désorganisé/ l’hôpital\ (.) ce sont les trente-cinq heures/ (.)[...] mais si c’est des petits salaires/ (.) c’est pas si formidable que ça/ (.)
2012, FH : ce sont les seniors/ qui sont les plus affectés par les chômage\c’est eux/qui sont les premières victimes/ (.) des plans sociaux\

42Mais ils le font dans des proportions variables, comme le montrent les chiffres suivants concernant les deux derniers débats :

2007 :
ce sont : Royal 7, Sarkozy 5
c’est : Royal 2, Sarkozy 10
2012 :
ce sont : Hollande 12, Sarkozy 4
c’est : Hollande 2, Sarkozy 8.

43• Le participe passé conjugué avec avoir s’accordant avec le complément d’objet direct antéposé : les transgressions à cette règle complexe et « passablement artificielle » (Grevisse, 1991 : 1369) sont fréquentes, et cela dès 1974 :

1974, VGE : l’ouverture politique que j’ai pratiquement fait tout seul

44exemple que l’on peut contraster avec ceux-ci (qui ne correspondent toutefois pas à l’usage majoritaire de Sarkozy) :

2007, NS : y a des choses bien/ que vous avez faites/ (.) y a des choses bien/ que nous on fait/ (.) ça ne sert à rien /de le contester\

2012, NS : la première chose que nous avons faite/ c’est les heures supplémentaires\

la réforme/ de l’impôt sur la fortune/ que j’ai faite/ (.) je l’ai conduite/ INTÉgralement

45– la comparaison montrant que divers facteurs (comme l’environnement phonétique) peuvent intervenir pour favoriser ou au contraire entraver l’accord.

46Dans les deux cas qui viennent d’être mentionnés, le défaut d’accord peut difficilement être encore considéré comme une faute vu sa fréquence à l’oral – et même à l’écrit pour ce qui concerne le premier cas, comme l’illustre la première phrase du Météorologue, texte pour lequel Olivier Rolin se vit décerner en 2014 le Prix du Style : « Son domaine, c’était les nuages. »

47En tout état de cause, les vraies fautes (non corrigées) sont exceptionnelles dans ces débats. Tout au plus peut-on dans de tels cas parler de tournures « relâchées » (vs « soutenues »), ce qui nous mène tout droit à la question du registre.

La question du registre

48Ce qui vient d’être dit de certains cas d’accord défaillant est encore plus vrai de phénomènes typiques de l’oral comme la négation réduite à « pas » ou l’ellipse du pronom impersonnel dans « faut » ou « y a » : ces faits relèvent du registre familier, mais ne sauraient être considérés comme des fautes. La question du registre se pose en des termes complexes dans le cas de nos débats : d’une part, il s’agit d’échanges duels, en face à face et du tac au tac, ce qui exclut un fort degré de formalité. Mais d’autre part, ces échanges se déroulent sous le regard de millions de téléspectateurs, et dans un contexte chargé d’une grande solennité puisque l’enjeu n’est autre que de départager les deux postulants à la magistrature suprême, dont le style ne doit pas se départir d’une certaine « tenue ».

49À partir de l’observation de certains marqueurs phonétiques, lexicaux et morphosyntaxiques, on se demandera donc de quel registre relève le discours qui s’échange dans ce contexte, et si l’on constate dans ce domaine certaines évolutions entre 1974 et 2012.

Niveau phonétique

  • 13  Dans cet extrait, les élisions ont été, pour les besoins conjoncturels de l’étude, signalées par l (...)

50Faute d’avoir mené une étude précise sur cette question, on se contentera d’affirmer qu’incontestablement, la diction des candidats est plus relâchée dans les derniers débats que dans les premiers, cela du fait surtout de Nicolas Sarkozy, champion de l’élision (du « e » dit « caduc » ou « instable » – lequel en cas d’élision devient « muet » –, mais aussi de la consonne finale du pronom « il(s) »), ainsi qu’on peut le constater dès l’ouverture du débat de 200713 :

2007, NS : bon pour une première question/ c’est : \ tout un panel de questions/ d’abord/ l’affaire de génération oui hm\ j’crois qu’i faut rester un p’tit peu calme là-d’ssus\ (.) euh nous sommes des quinquagénaires/ (.) dans l’entreprise/ c’est pas les tout jeunes/ (.) bon\ et je ne pense pas d’ailleurs/ que l’âge/ change quelque chose à l’affaire\ (.) j’crois que c’qui est important/ c’est d’tirer les conséquences/ du véritable tsunami politique/ de ces dernières années/ en France\
[...]

mais les autres qu’est-ce qu’i-z-ont fait\ (.) i-z-ont Libéré/ les forces de travail\ (.) i-z-ont pas fait/ les trente cinq heures\ (.)
[...]

les Français ont dit non/ à 55 % [...] donc pour moi c’est clair/ (.) i-z-ont dit non/ i-z-ont dit non\ (.)

51Autre marqueur de ce relâchement de la prononciation : le remplacement de eh bien par son équivalent familier eh ben (éventuellement réduit à ben), dont le nombre explose, du fait de Sarkozy, en 2007 (pour régresser sensiblement, et étrangement, en 2012) :

1974 : 4 (3 FM, 1 VGE)
1981 : 3 (1 FM, 2 VGE)
1988 : 3 (1 FM, 2 JC)
1995 : 7 (5 LJ, 2 JC)
2007 : 56 (10 SR, 46 NS – exemples d’emplois : « ben alors » ; « ben oui » ; « ben évidemment » ; « ah ben non » ; « bon ben » ; « ben écoutez » ; « eh ben voilà » ; « eh ben dites donc » ; « eh ben ça sera gai » ; « ah ben il sera content de l’apprendre »...)

2012 : 13 (6 FH, 7 NS)

52Notons qu’un certain nombre de ces emplois figurent dans un segment de discours rapporté.

Niveau lexical

53En ce qui concerne le vocabulaire, on dira qu’il relève très généralement de la langue « standard » : sont évités aussi bien les termes trop techniques, savants ou sophistiqués que les termes familiers. Ceux-ci ne se rencontrent qu’en discours rapporté :

1981, FM : alors maintenant vous dites/ j’empoche votre nucléaire/
2007, NS : y a des millions de retraités (.) qui se disent [...] moi j’ai trimé toute ma vie
2012, FH : est-ce que je me suis plaint/ que la présidente du patronat français/ (.) euh ait dit que vous aviez fait un boulot EXTRAordinaire /
ou bien encore sous la forme d’expressions imagées (parfois accompagnées d’une précaution oratoire : « comme on dit », « qu’on me pardonne cette expression »), dont le nombre progresse légèrement de 1974 à 1988 mais se stabilise ensuite :
1974 : 1 (FM : « j’ai besoin d’être comme on dit sur la même longueur d’ondes »)
1981 : 5 (3 FM, 2 VGE)
1988 : 8 (4 FM, 4 JC)
1995 : 6 (1 LJ, 5 JC)
2007 : 7 (4 SR, 3 NS)
2012 : 8 (1 FH, 7 NS : « prendre la poudre d’escampette », « quel père la vertu vous faites », « monsieur Hollande invente le fil à couper le beurre », « ne noyez pas le poisson », « moi je n’ai pas pris une pince à linge pour me boucher le nez »...).

Niveau morphosyntaxique

  • 14  Sur les caractéristiques morphosyntaxiques du français oral, voir entre autres le numéro 65 de la (...)

54On s’attachera exclusivement à trois faits généralement admis comme caractéristiques de l’oral spontané14.

(1) Les formes du démonstratif neutre : ceci/cela/ça

55Sans entrer dans le détail des emplois respectifs de ces trois formes, on se contentera de constater les faits suivants :

56• Disparition de ceci à partir du débat de 1995 – chiffres correspondant aux débats précédents :

1974 : 1 (VGE)
1981 : 10 (tous dus à VGE) 1988 : 6 (2 FM, 4 JC).

57• En ce qui concerne la forme cela :

1974 : 24 (20 FM, 4 VGE) 1981 : 28 (20 FM, 8 VGE) 1988 : 45 (20 FM, 25 JC) 1995 : 29 (17 LJ, 12 JC)
2007 : 22 (16 SR, 6 NS)
2012 : 14 (1 FH, 13 NS).

58• En ce qui concerne enfin la forme ça : c’est dans tous les débats la forme de démonstratif neutre la plus utilisée, mais c’est à partir de 1995 que son emploi devient véritablement écrasant :

1974 : 45 (9 FM, 36 VGE)
1981 : 40 (18 FM, 22 VGE) 1988 : 58 (20 FM, 38 JC)
1995 : 140 (75 U, 66 JC)
2007 : 182 (62 SR, 120 NS)
2012 : 155 (84 FH, 71 NS)

  • 15  Mayaffre considère également que « ça » est une « forme syncopée, jugée comme impropre », ce qui e (...)

59De ce constat Mayaffre conclut (2012 : 264) à une « imitation du langage populaire » de la part des candidats15, ce qui est plus que contestable : loin d’être « populaire », ça est aujourd’hui la forme « non marquée » du démonstratif neutre à l’oral, alors que cela a quelque chose de « recherché » (2007, NS : « je ne me serais jamais permis de parler de vous comme cela » ; SR : « laissons cela de côté »).

(2) La formulation de la négation

60Au niveau morphosyntaxique, l’une des principales différences entre l’écrit et l’oral concerne l’expression de la négation, normalement constituée à l’écrit de deux éléments formant un « morphème discontinu » (ne + pas mais aussi plus, jamais, rien, aucun/e etc.), alors qu’à l’oral l’élément ne peut être omis, dans des proportions variables selon le registre adopté.

  • 16  Le chiffre global a été arrondi. Par ailleurs, dans des cas tels que « on (n’) y peut rien », la p (...)

61Dans le corpus, on obtient les chiffres suivants concernant la formulation sans ne par rapport au nombre global des négations16 :

1974 :
FM : 2 (sur 110 négations) VGE : 4 (sur 160)

1981 :
FM : 6 (sur 120) VGE : 3 (sur 150)

1988 :
FM : 13 (sur 110) JC : 8 (sur 85)

1995 :
LJ : 41 (sur 110) JC : 12 (sur 110)

2007 :
SR : 7 (sur 200)
NS : 100 (sur 270)

2012 :
FH : 64 (sur 320) NS : 66 (sur 300)

62C’est donc à partir de 1995 que se répand la construction sans ne (qui représente chez Jospin le tiers des négations). La tendance se confirme en 2007 (avec une augmentation corrélative assez spectaculaire du nombre global des négations), du moins dans le discours de Sarkozy ; exemple :

2007, NS : si vous êtes/ la présidente de ce qui marche/ eh ben/ moi je voudrais être le président/ (.) qui fasse que ce qui marche pas/ marche/ (.) bon\ (.) parce que si c’est pour être la présidente/ de ce qui va/ et qui a pas de problème/ c’est pas la peine\ (.) les gens votent pas pour nous/ (.) pour qu’on aille compliquer/ ce qui va\ (.) mais au contraire/ pour qu’on répare/ ce qui va PAS\ (.)

63Le contraste est saisissant entre l’usage de Sarkozy et celui de Royal (dont le registre est à tous égards plus « relevé » que celui de son adversaire), alors qu’en 2012, Hollande et Sarkozy se trouvent à égalité sur ce plan.

(3) La formulation des questions

64Il convient ici de distinguer le cas des questions totales et celui des questions partielles (portant sur un constituant de l’énoncé).

65• Les questions totales sont quasiment toutes canoniques (inversion du sujet ou est-ce que) jusqu’au débat de 2007 inclus. C’est seulement en 2012 que l’on voit apparaître la question marquée par la seule intonation – pour un tiers des questions totales chez les deux candidats (FH : 7 sur 21 ; NS : 15 sur 46, « je peux terminer/ » alternant avec « puis-je terminer » et « est-ce que je peux terminer »).

  • 17  Les questions elliptiques (dont la plus fréquente : « pourquoi ? ») n’ont pas été retenues dans l’ (...)

66• En ce qui concerne les questions partielles, c’est à partir de 2007 que l’on voit se répandre les structures de l’oral. Distinguant grossièrement trois niveaux de formulation, du plus au moins formel17 :

67Type « comment allez-vous faire pour... », « à quoi cela sert-il », « pourquoi dites-vous que... » (chiffre de gauche) ;

68Type « comment [est-ce que] vous allez faire... », « à quoi ça sert », « pourquoi vous dites que... » (chiffre intermédiaire) ;

69Type « vous allez faire comment », « ça sert à quoi », « vous dites ça pourquoi » (chiffre de droite),

70on obtient les résultats suivants :

2007 : [idem]
SR : 4/5/Ø
NS : 1/ 27/ 5
2012 : [idem]
FH : 5/ 2/ Ø
NS : 15/ 12/7.

71Là encore Sarkozy se démarque nettement de ses concurrents : non seulement il pose davantage de questions mais il les formule de façon plus variée, allant du registre le plus soutenu au plus familier (il est ainsi le seul à recourir aux structures de type « ça veut dire quoi ? », « ça s’adresse à qui cette mesure ? », « vous payez comment ? », « ils sont payés combien ? », etc.).

Bilan

  • 18  Étant donné qu’il n’y a pas eu de débat en 2002, Chirac ayant refusé de débattre avec Le Pen arriv (...)
  • 19  Quant à l’imparfait du subjonctif, il n’est présent qu’en 1981 avec deux occurrences, dues respect (...)

72Pour ce qui concerne le registre utilisé par les candidats au cours de ces débats les différents faits observés vont dans le même sens, celui d’un « rabaissement » du niveau de langue de 1974 à 2012, que l’on peut interpréter soit comme l’indice d’un « relâchement », soit comme l’effet d’un souci de s’exprimer de façon moins « corsetée », plus naturelle et plus proche du style des échanges ordinaires. La tendance s’amorce en 1995 (pour le démonstratif ça, et dans une moindre mesure la négation simple), et se confirme très nettement en 200718. Sarkozy joue incontestablement un rôle décisif dans cette évolution, du moins en ce qui concerne les aspects phonétiques (élisions, « ben ») et morphosyntaxiques. Car en ce qui concerne le vocabulaire le registre de tous les candidats reste parfaitement « standard », les termes familiers n’étant utilisés que dans des limites très strictes. Notons aussi que Sarkozy n’hésite pas à recourir à l’occasion à des formes relativement recherchées, en 2007 (« je ne sache pas que... », « puis-je terminer », « est-ce que je puis me permettre de finir le déroulement de ma pensée », « est-ce que vous souffrez que je puisse faire une phrase ») comme en 2012 (où il est le seul à faire usage du passé simple : « votre premier déplacement fut pour l’Espagne », « la sanction fut immédiate »)19. Sarkozy exploite donc une palette de registres plus étendue que ses concurrents.

73Mais nous avons au préalable constaté qu’indépendamment de cette question du registre, on avait bien affaire dans ces débats à de l’oral authentique, c’est-à-dire en grande partie improvisé au fil de son déroulement. En témoignent les lapsus et divers types de « ratés », qui dès lors qu’ils sont perçus par le locuteur sont immédiatement corrigés par celui-ci (mais jamais, dans ce contexte, par l’interlocuteur), en ce qui concerne du moins les erreurs locales (phonétiques ou morphosyntaxiques). Au niveau des unités syntaxique plus larges, les ruptures de construction, qui sont relativement fréquentes, sont d’autant moins volontiers corrigées qu’elles passent très généralement inaperçues, emportées par le flux mouvant du discours en construction.

74Bien plus, il s’agit dans ce contexte éminemment interactionnel de discours en co-construction.

les débats présidentiels comme échantillons de discours en interaction

Principe

75Lors de ces débats vont s’affronter (en « face à face »), sur le plateau de la télévision, deux candidats selon des règles bien précises, les animateurs étant là pour veiller à la stricte application de ces règles et au bon déroulement du débat. Certes, les candidats s’y sont abondamment préparés et savent en gros à quoi s’attendre de la part de leur adversaire – mais en gros seulement. Impossible pour les débatteurs de prévoir tout ce qui peut survenir dans le feu de l’action, comme le reconnaît Ségolène Royal à propos du débat de 2007 (Libération en ligne, 1/05/2012) :

76On m’avait préparé des petites phrases. Mais dans le feu de la conversation c’est compliqué de les placer...

77Il s’agit donc bien d’un discours co-construit, même s’il est en grande partie préconstruit. Pour les locuteurs, à la difficulté de réaliser en temps réel (et en direct) leur propre programme discursif (difficulté de tout oral « frais », même monologal) vient s’ajouter dans le cas du discours dialogal la difficulté d’agir sous la pression permanente de l’interlocuteur, lequel va sans cesse dévier le cours prévu de l’échange, imposer localement des réajustements et réorientations inopinées et même, dans ce contexte éminemment conflictuel, tenter de contrer et « dérouter » le discours de l’adversaire, en lui mettant sans cesse des bâtons dans les roues. L’une des principales qualités des candidats doit donc être leur capacité à faire preuve d’à-propos.

  • 20  Les chiffres en particulier sont l’objet de négociations incessantes entre les candidats.

78Toute interaction est un jeu incessant d’actions, de réactions et de réactions à ces réactions, et nos débats correspondent parfaitement à cette définition. Pour décrire cette dynamique interactionnelle, la notion la plus appropriée nous semble être la notion de négociation (conversationnelle), telle que nous l’avons présentée ailleurs (Kerbrat-Orecchioni, 2005 : chapitre 2), et dont nous avons montré qu’elle pouvait s’appliquer à tous les constituants de l’interaction, le schéma général de la négociation se modulant diversement selon le type d’objet prêtant à négociation. Dans les débats qui nous intéressent, les principaux objets donnant lieu à négociation se localisent au niveau des contenus discursifs (faits20 et opinions), mais sont également fréquentes les négociations portant sur divers aspects de la structuration de l’échange, comme l’alternance des tours de parole ou l’organisation du débat en séquences thématiques (ce qui est toutefois plus rare car le « script » de l’échange est pré-négocié entre les participants). Exemple :

1988, FM/Michèle Cotta
FM : est-ce que nous n’avons pas pris un peu d’avance/ sur le débat que vous aviez prévu/ &
MC : un petit peu/ [mais c’est la loi du direct\
FM : [ & car vous m’aviez dit/ initialement/ (.) que vous décomposiez notre entretien/ (.) entre plusieurs parties/ et celle-ci qui est\ (.) l’immigration/ (.) problème de société/ (.) était repoussée à plus tard/ (.) tandis que certains problèmes économiques et sociaux/ venaient un peu plus tôt/ mais pas maintenant\ moi je veux bien répondre tout de suite/ c’est pas un problème/ je suis pas formaliste\
MC : nous avions effectivement prévu de vous poser les problèmes de l’immigration dans la partie/ société\ [mais\
FM : [ça veut dire que\ monsieur le Premier ministre/ a\ sorti tout de suite/ (.) non pas tout son sac/ (.) pas vidé entièrement/ (.) je ne pense pas/ (.) mais euh/ (.) est parti à l’assaut/ quoi\ c’est assez dans son tempérament m moi/j’ai le mien/

79On voit que cette négociation est entièrement utilisée par Mitterrand pour mettre en difficulté son adversaire Jacques Chirac, qu’il présente comme une sorte de chien fou tout en construisant de lui-même l’image d’un débatteur à la fois respectueux des règles et « non formaliste ». Tel sera notre leitmotiv dans cette dernière section : que dans ces débats, toutes les négociations sont mises au service de ce qui constitue la visée unique des candidats, à savoir leur auto-promotion jointe à la disqualification de l’adversaire. On s’attachera pour le montrer à deux types particuliers de négociations (illustrés chacun par deux exemples), celles qui portent sur l’emploi de certains mots et expressions et celles qui portent sur le rapport de places.

Négociations portant sur l’emploi de certains mots ou expressions

Chômeurs ou demandeurs d’emploi ?

80Pour désigner une même réalité on a toujours le choix entre plusieurs possibilités, qui ne sont jamais parfaitement équivalentes (dénotativement et/ou connotativement). Le couple lexical « chômeurs/demandeurs d’emploi » en fournit un bel exemple : les deux expressions n’ont évidemment pas la même orientation argumentative ni la même valeur affective (« chômeur » ayant une connotation nettement plus dramatique que « demandeur d’emploi »), ce qui donne lieu au cours du débat de 1981 à cette escarmouche entre Chirac (lequel ne se gênera d’ailleurs pas par la suite pour utiliser le terme « chômeurs ») et Mitterrand (qui nous offre au passage une superbe définition de l’euphémisme) :

1981, FM/VGE :
FM : euh vous avez parlé vous-même/ de remploi\ (.) un million/ sept cent mille chômeurs\
VGE : demandeurs/ d’emploi\
FM : je sais bien/ la distinction sémantique/ qui permet d’éviter les mots/ qui euh brûlent la bouche/ mais le chômage/ il est ressenti/ comme le chômage/
VGE : bien entendu (.)
FM : et non pas/ comme la demande d’emploi/ [par les/ (.) millions de gens &
VGE : [mais il faut dire/ les mots justes\
FM : & qui nous entendent\ (.) chômeurs\ (.) un million/ sept cent mille\

Fracture ou faille ?

81En 1981 (exemple précédent), Mitterrand est dans l’opposition au pouvoir en place qu’incarne son adversaire Giscard d’Estaing, il a donc tout intérêt à donner de la situation une représentation particulièrement dramatique. En 1995, c’est au tour de Lionel Jospin de dramatiser le tableau en substituant à la métaphore chiraquienne de la « fracture sociale » (métaphore déjà en elle-même assez dysphorique) une image plus sombre encore, celle de la « faille » (métaphore géologique qui vient remplacer la métaphore anatomique jugée trop optimiste, car « une fracture ça bouge pas et on la réduit », alors qu’une faille ça ne peut que s’aggraver) :

1995, JC/LJ
JC : c’est un diagnostic que j’ai porté/ (.) déjà depuis un certain temps/ (.) et qui se traduit par une fracture sociale/ (.) qui met en cause la cohésion de notre pays/ [...]
LJ : [...] et je dirai/ pour reprendre l’image en la modifiant de Jacques Chirac/ tout à l’heure/ je pense pas que ce soit une fracture/ parce qu’une fracture au moins c’est net/ ça bouge pas/ et on la réduit/ (.) là il s’agit plutôt d’une FAILLE de quelque chose qui fait que deux France s’éloignent et moi je ne veux pas que ces deux France s’éloignent [...]
JC : c’est vrai/ il y a deux France\ (.) et c’est vrai que (.) fracture ou faille/ ça s’écarte\ (.) et c’est vrai qu’il y a de plus en plus de Français/ qui sont sur le bord de la route\

82Notons que si l’on retrouve bien ici le schéma général de la négociation avec la « proposition » de Chirac suivie d’une « contre-proposition » de Jospin, cette négociation tourne vite court du fait de l’attitude conciliante de Chirac, qui rétorque que finalement les deux métaphores reviennent au même (« c’est vrai que fracture ou faille ça s’écarte »), tout en filant (avec « le bord de la route ») l’isotopie territoriale introduite pas son adversaire.

Négociations portant sur le « rapport de places »21

  • 21  Sur cette notion, voir Les Interactions verbales, T. Il (Kerbrat-Orecchioni, 1992).

83Si le but de chaque candidat est de triompher de son concurrent et donc de se mettre en position haute, le combat est censé se dérouler à armes égales, et les combattants sont censés se traiter d’égal à égal. Il arrive évidemment que l’un d’entre eux déroge à la règle, et tente d’assurer sa domination interactionnelle par d’autres moyens que la simple force de ses arguments. Il peut par exemple mettre en avant une supériorité d’expertise ou de statut, mais ces remises en cause du principe d’égalité ne manquent jamais de déclencher chez l’adversaire une réaction d’indignation plus ou moins véhémente.

Je ne suis pas votre élève

84L’adoption d’un « ton professoral », et d’une attitude comparable à celle d’un professeur administrant une leçon ou posant une colle à un cancre, est particulièrement mal vue dans ce contexte, sans doute parce que la relation maître/élève est l’incarnation par excellence de la relation inégalitaire. Lorsqu’un tel comportement advient, la réaction est immédiate de la part du candidat bafoué, qui s’empresse de « remettre à sa place » son adversaire outrecuidant (c’est alors celui qui joue au prof qui se fait taper sur les doigts) :

1974, VGE : ne me donnez pas un cours de droit constitutionnel/ j’ai lu/ la constitution autant que vous/ (.)
1981, FM/VG E
FM : [...] ces deux chocs pétroliers/ pffff (.) c’est vrai/ (.) bien entendu/ (.) c’est pas la peine de prendre un ton professoral/pour dire on l’a remarqué\ figurez-vous qu’on l’a remarqué nous aussi\ qu’il y avait eu deux chocs pétroliers\ (.)
[...]
VGE : [...] pouvez-vous me dire les chiffres/
FM : d’abord je n’aime pas beaucoup/ hein/ je vais vous dire les chiffres\ (.) je n’aime pas beaucoup cette méthode\ je ne suis PAS votre élève/ (.) vous n’êtes pas le Président de la République ici/ (.) vous êtes simplement mon contradicteur/je n’accepte pas/ [cette façon de
VGE : [le
fait de vous demander quel est le cours du Deutsche Mark/=
FM : =non non non non/ pas de cette façon-là\
2012, FH/NS :
FH : vous n’êtes pas là pour nous dire ce que je sais/ ou ce que je ne sais pas/ (.) euh/ c’est pas vous qui posez les questions/ et c’est pas vous qui donnez/ les notes/ dans cette émission\
NS : mais je ne donne aucune note/ mais quand vous vous trompez/ je préfère vous le dire\
2012, FH/NS :
FH : [...] monsieur Berlusconi/ est bien du PPE/ ou il n’est pas/ du PPE\
NS : monsieur Berlusconi/ est berlusconiesque\ [...]
FH : RÉpondez/à cette question\
NS : merci\ (.) je ne suis pas/ votre élève\

Vous avez tout à fait raison monsieur le Premier ministre

85Je reprendrai pour terminer l’exemple d’un passage fort célèbre du débat de 1988, illustrant un tout autre procédé par lequel un candidat peut marquer sa supériorité sur son adversaire, à savoir l’usage du terme d’adresse.

  • 22  Voir l’étude de Constantin de Chanay (2010) sur l’emploi des termes d’adresse dans le débat de 200 (...)

86Dans les débats présidentiels en effet, une règle implicite impose à chaque candidat de désigner son partenaire d’interaction par la forme monsieur/madame, généralement suivie du patronyme (et occasionnellement remplacée par le prénom)22. Cette règle est observée dans tous les débats à l’exception d’un seul : celui de 1988 où Mitterrand, alors président de la République, appelle systématiquement son adversaire « monsieur le Premier ministre », histoire de rappeler que Jacques Chirac (qui de son côté utilise comme il se doit l’appellatif « monsieur Mitterrand ») est son premier Ministre, et de marquer par cet usage le rapport de places – emploi d’autant plus habile que le recours au titre peut passer pour une forme de politesse. D’où au bout d’une bonne demi-heure de débat cette protestation de Chirac, rappelant à Mitterrand le principe d’égalité qui régit ces échanges :

JC : permettez-moi juste de vous dire que ce soir/ (.) je ne suis pas/ le Premier ministre\ (.) et vous n’êtes pas/ le Président de la République\ (.) nous sommes\ (.) deux candidats/ (.) à égalité/ (.) et qui se soumettent au jugement des Français (.) le seul qui compte\ (.) vous me permettrez donc de vous appeler monsieur Mitterrand\
FM : mais vous avez tout à fait raison/ monsieur le Premier ministre\

  • 23  Il semble que l’on perçoive en bruit de fond une sorte de brouhaha dont émergent quelques rires, m (...)

87Après cette répartie Mitterrand relève le buste et esquisse un petit sourire malicieux, Michèle Cotta ne parvient pas à réprimer un sourire plus marqué en jetant un regard à la ronde, pendant que s’installe un silence de plus de trois secondes avant qu’intervienne l’autre animateur (Elie Vannier), d’une façon qui laisse soupçonner quelques réactions intempestives23 mais sans faire la moindre allusion explicite à l’incident :

EV : messieurs/ (.) messieurs/ si vous le voulez bien/ avant de donner la parole à Michèle Cotta [...]

  • 24  Peu auparavant, Mitterrand a pris en effet le soin de faire cette déclaration, qui anticipe sur ce (...)

88Si cet épisode est resté dans les mémoires c’est évidemment parce que la réplique de Mitterrand semble comporter une contradiction – semble, car elle est en réalité ambiguë, étant donné que la requête de Jacques Chirac (« appelez-moi monsieur Chirac ») n’est formulée qu’implicitement. Littéralement, l’énoncé qui clôt le tour de JC n’exprime qu’une demande de permission (« permettez-moi de vous appeler monsieur Mitterrand »), laquelle permission est généreusement octroyée à Chirac par Mitterrand (à qui cela ne coûte guère, et qui de fait maintiendra tout au long du débat son recours au titre). On peut soupçonner Mitterrand d’une bonne dose de mauvaise foi en feignant de prendre l’énoncé à la lettre (tout en sachant que sa réplique ne va pas manquer de produire l’effet d’une boutade, donc de réjouir l’ensemble de l’auditoire, Chirac excepté). N’empêche qu’en laissant l’essentiel non-dit (ou du moins implicité), Chirac a pris un gros risque, car il est toujours possible de faire la sourde oreille aux sous-entendus, ce qui est nettement plus difficile avec les formulations explicites : il est permis de penser que si la requête de Chirac avait été formulée explicitement (« je vous prie de m’appeler "monsieur Chirac" »), Mitterrand ne se serait pas permis un tel enchaînement qui eût alors été nettement plus osé, rien ne venant le prémunir contre l’accusation de contradiction ; et que Chirac a bel et bien été pris au piège de l’imprudente maladresse de sa formulation. Quant à Mitterrand, il gagne sur tous les tableaux, construisant de lui-même un ethos à la fois tolérant (chacun est libre de s’exprimer comme il l’entend24) et facétieux, tout en rappelant sa supériorité de statut et en refusant d’obtempérer au diktat de l’adversaire.

89Mais ce qui nous intéresse ici surtout, et c’est sur ce point que nous conclurons ces quelques observations sur les propriétés essentielles de l’oral en interaction, c’est que même dans des interactions aussi fortement contraintes et formatées que ces débats présidentiels – et à fortiori bien sûr, dans les échanges plus informels –, il y a du « jeu » dans les règles du jeu, qui peut être exploité de façon diverse par les participants en fonction de leurs objectifs, mais aussi de leur aptitude à la répartie. Car à l’oral tout va très vite : rien à voir avec la situation de l’écrit où l’on peut prendre son temps, où l’on est seul devant sa page ou son écran, et où le destinataire avec lequel il faut éventuellement « négocier » reste invisible et silencieux...

90Cette rapidité est également responsable d’un certain nombre d’infractions aux normes académiques, qui ne sont pas toutes à considérer pour autant comme des « fautes » (notion qui, on l’a vu, doit être relativisée) – ainsi des lapsus aussitôt corrigés, des constructions qui ne sont « fautives » que si l’on néglige de prendre en compte la prosodie, ou de certains phénomènes caractéristiques d’un registre familier (comme la négation sans « ne » ou la question sans inversion). En fait, les véritables fautes de langue sont très exceptionnelles dans ces échanges dont les protagonistes sont des professionnels de la parole publique, et si l’on a pu reprocher à Nicolas Sarkozy de « parler mal » dans ces débats, cela tient moins à une ignorance des règles de la grammaire qu’à une conception particulière du registre approprié à cette situation de communication. En témoigne le fait que dans un tout autre contexte, à savoir l’entretien donné sur TF1, le 2 juillet 2014, à la sortie de sa garde à vue, adoptant un ton solennel et un registre soutenu, Sarkozy exhibe sa capacité à renoncer aux élisions, à jongler avec les passés simples (« la nuit dernière qui me fut réservée [...] », « à l’époque où je fus Président de la République [...] » et cinq autres occurrences de cet acabit), l’imparfait du subjonctif (« qu’espérait-on recevoir de ces écoutes, que M. Khadafi d’où il était me téléphonât ? »), et les inversions du sujet en structure interrogative (« est-ce normal que je sois écouté [...] ? ne pouvait-on pas me convoquer [...] ? devais-je absolument [...] ? ma campagne sera-t-elle à nouveau [...] ? »).

  • 25  Pour une analyse plus exhaustive du corpus de ces débats, voir Kerbrat-Orecchioni, 2017.

91S’il y a donc différents types d’oral, il peut aussi y avoir, en situation d’échange, différents degrés d’interactivité. À cet égard, malgré la grande stabilité du genre « débat de l’entre-deux-tours des présidentielles » entre 1974 et 2012, et le caractère immuable du dispositif et du scénario, on peut constater une certaine évolution, amorcée en 1995 et qui s’accélère nettement en 2007, dans le sens d’une part, d’un registre de plus en plus proche de la langue parlée ordinaire (tout en restant globalement « correct ») ; et d’autre part, d’un accroissement du degré d’interactivité, qui se manifeste par les traits suivants (qu’il n’a pas été possible d’examiner dans les limites de cette étude25) : augmentation de la fréquence des termes d’adresse, des questions (rhétoriques ou non), des interruptions et chevauchements de parole ; accélération du tempo du débat et du turn-over (alternance des locuteurs), avec des « zones de turbulence » de plus en plus nombreuses et étendues. De 1974 à 2007, les débats sont de plus en plus longs mais aussi de plus en plus « animés », comme le souligne non sans une pointe d’ironie Patrick Poivre d’Arvor à l’issue du débat de 2007 :

PPD : eh bien à notre tour/ de vous : remercier/ tous les deux/ d’avoir (.) animé ce débat/ dans tous les sens du terme/ euh

92S’il y a des variations au sein d’un même genre (du fait aussi, comme on l’a signalé au passage, des différences dans les comportements individuels), et à fortiori d’un genre à l’autre, toutes les productions orales se déroulant en contexte interactif ont pour principale caractéristique d’être le résultat d’un travail collaboratif (interactional achievement, pour reprendre l’expression de Schegloff, éponyme d’un de ses articles paru en 1982). Les participants coordonnent leurs activités pour construire en commun cet objet final qu’est une « conversation » – ou dans le cas dont il a été ici question, un « débat », chaque débatteur/e adaptant en permanence son comportement à celui de l’adversaire tout en poursuivant sa propre ligne, et le public interprétant le comportement de chacun/e à travers le prisme du traitement que l’autre lui inflige.

Bibliographie

bibliographie

Ambrose, J. 1995. Bibliographie des études sur le français parlé. Paris : INALF.

Barbéris, J.-M. (éd.) 1999. Le français parlé. Variétés et discours. Montpellier : PULM.

Barbéris, J.-M. 1999. « Présentation ». In : Barbéris J.-M., (éd.) 1999. Le français parlé. Variétés et discours. Montpellier : PULM, p. 3-10.

Berrendonner, A. 1990. « Pour une macro-syntaxe », Travaux de Linguistique 21, p. 25-35.

binet, L. 2012. Rien ne se passe comme prévu. Paris : Grasset.

binet, L. 2015. La septième fonction du langage. Paris : Grasset.

Blanche-benveniste, C. 1990. Le français parlé. Études grammaticales. Paris : CNRS.

Blanche-benveniste, C. 1997. Approches de la langue parlée en français. Gap-Paris : Ophrys.

Blanche-benveniste, C. & C. Jeanjean. 1987. Le français parlé. Paris : Didier érudition.

Bouchard, R. 1999. « Le dialogue pédagogique : unités pragmatiques et procédés énonciatifs ». In : Barbéris (éd.) 1999, p. 69-89.

Bouchard, R. 2005. « Le "cours", un événement "oralographique" structuré », Le Français dans le monde, juillet 2005, p. 64-74.

Charaudeau, P. 2008. Entre populisme et peoplisme. Comment Sarkozy a gagné ! Paris : Vuibert.

constantin de chanay, H. 2010. « Adresses adroites. Les FNA dans le débat Royal-Sarkozy du 2 mal 2007 ». In : Kerbrat-Orecchioni, C. (éd.), S’adresser à autrui. Les formes nominales d’adresse en français. Chambéry : Université de Savoie, p. 249-294.

Gadet, F. 1999. « La variation diaphasique en syntaxe ». In : Barbéris J.-M., (éd.) 1999, Le français parlé. Variétés et discours. Montpellier : PULM, p. 211-228.

goffman, E. 1987. Façons de parler. Paris : Minuit.

Grevisse, M. 1991. Le bon usage. Douzième édition refondue par André Goosse, Paris/Louvain-la-Neuve : Duculot.

Groupe de Fribourg. 2012. Grammaire de la période. Berne : Peter Lang.

Kerbrat-orecchioni, C. 1992. Les interactions verbales, Tome II. Paris : A. Colin.

Kerbrat-Orecchioni, C. 2005. Le discours en interaction. Paris : A. Colin.

Kerbrat-orecchioni, C. 2017. Les débats de l’entre-deux-tours des élections présidentielles françaises. Constantes et évolutions d’un genre. Paris : L’Harmattan.

Mayaffre, D. 2012. Le discours présidentiel sous la Ve République. Paris : Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Morel, M.-A. 2000. « Intonation/Colocution/Formulation ». In : Berthoud, A.-C. & L. Mondada (éds), Modèles du discours en confrontation. Berne : Peter Lang, p. 53-78.

Schegloff, E. 1982. « Discourse as an interactional achievement : some uses of "uh huh" and other things that corne between sentences ». In : Tannen, D. (éd.), Analyzing discourse : Text and Talk. Washington (D.C.) : Georgetown Univ. Press, p. 71-93.

Vanoye, F., mouchon, J. & sarrazac, J.-P. 1981. Pratiques de l’oral : écoute, communications sociales, jeu théâtral. Paris : A. Colin.

Notes

1  Même si la mimogestualité (qui ne sera pas envisagée ici) joue un rôle important dans la communication orale, celle-ci peut être utilisée en l’absence de tout contact visuel (cas des conversations téléphoniques ou émissions radiophoniques).

2  Comme exemple de ces transformations d’un message écrit en message oral et réciproquement, pensons au cas d’un cours où l’enseignant oralise ses notes, les étudiants transformant à leur tour en notes le discours de l’enseignant. Il va de soi que le message se trouve modifié dans des proportions variables à chaque étape de ce processus de « transsubstantiation ».

3  Sur les différentes formes que peut prendre, par exemple, l’« oralographisme scolaire », voir Bouchard (1999 ; 2005).

4  On considérera a fortiori comme non authentiques (quel que soit par ailleurs leur intérêt pour l’analyse des conversations) les simulations de dialogues qu’offrent les textes de fiction (romans et pièces de théâtre) – sur les différences entre dialogue littéraire et conversations authentiques, voir Kerbrat-Orecchioni (2005 : 312-337).

5  Le terme de « registre » étant généralement utilisé pour désigner les variantes du système linguistique qui sont tributaires de la nature de la situation de communication (variation dite aussi « diaphasique », Gadet, 1999).

6  Comme le signale Laurent Binet, qui a suivi la campagne de François Hollande en 2012, il y a des limites aux possibilités de simulation : « on a essayé de faire répéter Hollande avec un contradicteur imitant Sarkozy mais comme ça ne fonctionnait pas, on a laissé tomber » – l’essai ayant tout de même duré deux heures. (Binet, 2012 : 282)

7  Conventions de transcription : / et \ pour marquer une intonation respectivement montante et descendante ; (.) pour marquer une courte pause ; & pour indiquer la continuation du tour et = un enchaînement particulièrement rapide. Les majuscules signalent une prononciation emphatique, les deux points un allongement, et les crochets droits un chevauchement de parole.

8  Sofia Aram parlant à ce sujet sur France Inter, dans son billet humoristique du 5/01/2015, des « micro-siestes » de Hollande.

9  En 2012, Sarkozy appelle « Alex Kahn » le célèbre généticien Axel Kahn – mais il s’agit ici d’une « bourde » à caractère plus culturel que linguistique.

10  Pour Berrendonner (1990 : 25), la notion de phrase « est un instrument à peu près inefficace lorsqu’il s’agit de segmenter un discours oral », les unités pertinentes de la macro-syntaxe de l’oral étant la « clause » et la « période » (voir aussi Groupe de Fribourg, 2012). Pour d’autres propositions similaires, voir Blanche Benveniste, 1990 et 1997, et Morel, 2000 (qui préconise quant à elle la notion de paragraphe, définie sur critères essentiellement prosodiques).

11  Sur cette notion ainsi que d’autres particularités de l’oral, voir Kerbrat-Orecchioni, 2005 : 29-57.

12  Ce qui n’échappe pas à la sagacité de Laurent Binet : « Simon note que Giscard a des problèmes pour conjuguer le verbe dissoudre et dit à Bayard que les polytechniciens sont vraiment des illettrés. » (Binet, 2015 : 453).

13  Dans cet extrait, les élisions ont été, pour les besoins conjoncturels de l’étude, signalées par l’apostrophe. Mais dans les autres cas, nous avons préféré renoncer à ce marqueur dans nos transcriptions, car il implique des décisions parfois arbitraires quant à ce qui constitue la prononciation « non marquée », tout en exagérant l’effet de prononciation « populaire ».

14  Sur les caractéristiques morphosyntaxiques du français oral, voir entre autres le numéro 65 de la revue Langue française (« L’oral du débat », février 1985) ; Blanche Benveniste & Jeanjean (1987) ainsi que la revue du G.A.R.S., Recherches sur le français parlé ; Barbéris (1999) ; et la bibliographie des études sur le sujet établie par Ambrose (1995). Pour une perspective didactique (développement de la compétence du français oral), voir le numéro 17, octobre 1977, de la revue Pratiques, ainsi que Vanoye et al. (1981).

15  Mayaffre considère également que « ça » est une « forme syncopée, jugée comme impropre », ce qui est doublement inexact.

16  Le chiffre global a été arrondi. Par ailleurs, dans des cas tels que « on (n’) y peut rien », la présence ou non de la particule ne est indécidable.

17  Les questions elliptiques (dont la plus fréquente : « pourquoi ? ») n’ont pas été retenues dans l’inventaire.

18  Étant donné qu’il n’y a pas eu de débat en 2002, Chirac ayant refusé de débattre avec Le Pen arrivé second au premier tour.

19  Quant à l’imparfait du subjonctif, il n’est présent qu’en 1981 avec deux occurrences, dues respectivement à Mitterrand (« fût-ce au prix de... ») et à Giscard (« je vous ferais au contraire grief qu’il restât dans l’ombre »).

20  Les chiffres en particulier sont l’objet de négociations incessantes entre les candidats.

21  Sur cette notion, voir Les Interactions verbales, T. Il (Kerbrat-Orecchioni, 1992).

22  Voir l’étude de Constantin de Chanay (2010) sur l’emploi des termes d’adresse dans le débat de 2007.

23  Il semble que l’on perçoive en bruit de fond une sorte de brouhaha dont émergent quelques rires, mais l’enregistrement ne permet pas de les identifier clairement.

24  Peu auparavant, Mitterrand a pris en effet le soin de faire cette déclaration, qui anticipe sur ce qui va suivre : « moi/je ne fais aucune observation particulière sur votre façon de vous exprimer/ vous en avez le droit\ (.) moi/je continue de vous appeler monsieur le Premier ministre/ puisque c’est comme cela que je vous appelé pendant (.) deux ans/ (.) et que vous l’être\ ».

25  Pour une analyse plus exhaustive du corpus de ces débats, voir Kerbrat-Orecchioni, 2017.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search