Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Discours et événement

 | 
Jacques Guilhaumou

Avant-propos

Texte intégral

1Au cours d’un ultime échange de correspondance, quelques semaines avant sa mort, Brigitte Schlieben-Lange me parlait de ses dernières lectures : elle mentionnait tout particulièrement son intérêt pour le questionnement sémiotique chez Augustin. Au-delà d’une interrogation déjà ancienne sur le statut discursif de l’événement, il s’agissait de centrer par étapes l’attention du linguiste et de l’historien sur les apports rétrospectifs de la manière dont se déploie l’invention sémiotique d’une conception du mot comme signe. Ainsi, selon Augustin, « ce qui est raisonnable en nous », renvoie au fait que « l’homme ne pourrait être solidement lié à l’homme s ‘ ils ne parlaient ensemble » ; et donc « voit la nécessité d’imposer des noms aux choses » (L’Ordre, Livre II, 35). Notre questionnement initial se formule ainsi : comment assignons-nous des noms aux choses ?

2Certes le présent ouvrage ne remet pas en cause la pertinence de nos études précédentes sur les effets et les stratégies discursifs, et tout particulièrement le précieux apport de nos recherches communes avec la linguiste Denise Maldidier et l’historienne Régine Robin, au cours des années 70 et 80, sur la matérialité de la langue dans la discursivité de l’archive, travaux qui ont été rassemblés dans un ouvrage intitulé Discours et archive (1994). Cependant il prend en compte notre interrogation récente de facture empirique et historique formulable de la façon suivante : qu’est-ce qui nous fait parler ? qu’est-ce que ce quelque chose qui constitue un sujet approprié pour la pensée et le discours, donc un sujet parlant, et qui nous pousse à produire des signes ? Enfin la postface fait le lien entre ce nouveau questionnement dans notre itinéraire et nos recherches actuelles sur Sieyès et l’ordre de la langue, de plus en plus orientées vers une perspective cognitiviste.

3Cette ouverture s’est également enrichie au contact de deux orientations nouvelles : d’une part vers l’histoire langagière des concepts telle qu’elle s’impose actuellement dans un contexte international dominé par des chercheurs allemands et anglophones, d’autre part vers une histoire des événements linguistiques inscrite au sein même de l’histoire des sciences du langage. A contrario d’une analyse de discours du côté de la linguistique qui ne se préoccuperait pas de l’historicité des langages et d’une autre analyse de discours, présentement du côté de l’histoire, qui s’en tiendrait exclusivement au contenu des pratiques langagières sans en analyser les formes, nous continuons donc à maintenir l’exigence d’un lien étroit entre histoire et linguistique. Il convenait alors d’introduire cet ouvrage par le rappel des étapes principales de l’évolution de l’historien du discours vers cette approche de plus en plus empirique et cognitive de l’historicité des pratiques langagières, ce que nous avons fait dans le chapitre introductif.

4Nous remercions tout particulièrement les responsables de revues et d’ouvrages, Sonia Branca, Javier Fernández Sebastián, Jean-Yves Grenier, Reiner Keller, Gérard Noiriel, Jean-Noël Pelen, Jacques Poloni-Simard, et Michel Santacroce, qui nous ont donné la possibilité de présenter, dans un premier temps, une partie des matériaux rassemblés dans cet ouvrage, avant même de les préciser et de leur donner une cohérence d’ensemble. Nous remercions également tous ceux qui se sont penchés sur ce manuscrit, plusieurs fois relu et corrigé, en particulier Philippe Schepens dans sa dernière étape. À ce titre, l’édition française diffère, par moments, de l’édition publiée en portugais au Brésil grâce à l’attention de Roberto Leiser Baronas.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540