Version classiqueVersion mobile

Normes textuelles et discursives : émergence, variations et conflits

 | 
Lucile Gaudin-Bordes
, 
Michèle Monte

III. Normes discursives et interactions

Conflit, réinvention et variation de normes de communication dans la CMO

Louise-Amélie Cougnon

Texte intégral

1Depuis l’émergence des nouveaux moyens de communication, nous avons assisté à une transformation importante de la communication interpersonnelle et des normes linguistiques qui lui sont attachées. On sait aujourd’hui que l’évolution continuelle du traitement de l’information entraine une mutation dans les genres de la parole et de l’écriture, tant au niveau du code graphique, de la grammaire, du lexique, de la linéarité de production et de réception, qu’au niveau du registre de langue ou encore des modes de transmission. Cet article a pour objectif de faire le point sur les différents types de changement dans notre rapport à la norme depuis l’avènement de la communication médiée par ordinateur (dorénavant CMO).

2Concrètement, nous regroupons sous l’appellation CMO : la communication par sms, l’email, la messagerie instantanée, le chat, le forum de discussion, le site de réseautage social, ainsi que quelques autres types tels que les applications de messagerie textuelle (WhatsApp, Viber...) et de messagerie visuelle (Snapchat, ...). Nous avons décidé de ne pas nous occuper ici de la communication orale médiée par ordinateur, uniquement de la communication écrite. La notion de CMO est apparue au début des années 1980, au sein du milieu scientifique international, pour qualifier les nouvelles formes de communication : on considérait alors l’ordinateur comme un simple véhicule ou « médium » et on ne distinguait pas les différents types de la CMO (téléphonie mobile, textos, courriel, messagerie instantanée, etc.). Les chercheurs ont mis en avant la singularité de chaque type (Ko, 1996 ; Panckhurst, 1999) jusqu’à ce que l’on remarque une tendance à la convergence numérique (Fairon, 2011) qui efface la distinction de types au profit de la distinction de situations de communication.

3 La norme qui semble la plus bafouée par les pratiques émergentes est celle relative au code écrit, que l’on pense à tort relative à l’orthographe. Nous montrons comment les populations étudiées semblent davantage jouer avec un code que respecter ou non des règles orthographiques (Partie 1). De nombreuses études se sont intéressées à la tension entre oral et écrit, notamment parce que ces deux modes de production ont longtemps été opposés, au niveau du lexique et de la grammaire employés ; nous exposons notre volonté de sortir de cette dichotomie pour proposer un continuum de propriétés linguistiques allant du formel à l’informel en empruntant les modèles de Koch et Oesterreicher (2001) et Herring (2001) (Partie 2). Enfin, nous explicitons succinctement le bousculement des pratiques interpersonnelles que nous avons pu observer à travers des corpus dialogaux (Partie 3). Pour chacun des points, nous tentons de percevoir si les formes émergentes sont vectrices ou non de nouvelles normes.

1. UNE QUESTION DE CODE

4La CMO est devenue en quelques années un sujet de discussion intense, tant par rapport à sa pratique que par rapport aux controverses qu’elle déclenche dans les médias, la population et le monde scientifique, à tel point qu’il est désormais pratiquement impossible, en tant que linguiste, de l’ignorer. Malgré cet engouement qui présente souvent la CMO comme une entité homogène, il existe des types bien distincts de nouvelles productions écrites.

5L’étude de la CMO voit le jour dans les années 1970 avec les travaux précurseurs de Turoff et Hiltz (1977) : les auteurs s’intéressent alors à l’impact des conférences via ordinateur sur les rapports sociaux. Les recherches sur la CMO s’intensifient dans les années 1980, au moment où le courrier électronique et le chat intègrent massivement le milieu de travail. Les études menées alors (par exemple Goodman et Sproull, 1990 ; Rice et al., 1989) sont encore particulièrement liées au milieu professionnel : ces études sont souvent financées et contrôlées par les entreprises mêmes où les données communicationnelles sont prélevées. L’approche apparait principalement sociologique, visant le milieu de travail et ces études concluent souvent à l’influence négative de la communication médiée par ordinateur en termes de relations humaines : la CMO remet en cause les frontières et les hiérarchies. Il faut attendre les années 1990 pour que les recherches – toujours en sociologie – deviennent plus objectives : les travaux de Rheingold (1993) par exemple démontrent la possibilité pour les usagers des « communautés virtuelles » de choisir leur communauté d’appartenance avec moins d’exigences ou de discriminations que dans la vie réelle. Aujourd’hui, la sociologie s’est adaptée à la diffusion de la CMO dans toute la société et analyse son impact sur les rapports sociaux (familiaux, intergénérationnels, amoureux, etc.) et la construction des identités (enfants et adolescents) (Devisme et Dussarps, 2010 ; Paragas, 2003 ; Rivière, 2002). Des auteurs tels que Wei et al. (2010), Moynihan et al., (2010) et Bamba et Barnes (2007) par exemple, étudient les comportements humains au contact de la CMO par rapport à l’envoi de publicités par sms.

6C’est également à la fin des années 1990 que la CMO commence à intéresser la linguistique. Mondada (1999), Gains (1999) et Herring (1998) s’attachent à définir les traits linguistiques associés à ces nouvelles pratiques : les questions de style et d’interaction se retrouvent majoritairement au centre de leurs études. Avec l’avènement d’Internet, la communication interpersonnelle s’entremêle à la communication de groupe, voire de masse : on voit alors apparaitre des formes plus hétérogènes de la CMO, comme les forums ou les sites de réseautage social. Cette diversification des traits de la CMO mène les chercheurs à réévaluer leur vision d’un ensemble de caractéristiques communes, et à y voir plutôt un ensemble de nouvelles formes de communication, montrant chacune ses caractéristiques propres. Il s’agit alors de spécifier ces caractéristiques (Fairon et al., 2006b ; Frehner, 2008 ; Panckhurst, 2009), notamment le code graphique de la CMO, en particulier la simplification graphique. Logiquement, ce processus de simplification tend à inquiéter les médias, les parents et le milieu de l’enseignement, qui s’interrogent sur l’impact des nouvelles pratiques écrites sur la maitrise de l’orthographe. La vague d’inquiétude entraine un nouvel élan et de nouvelles pistes de recherche : il est question de savoir si la pratique quotidienne de la CMO modifie profondément l’orthographe, voire la langue. Bouillaud et al. (2007), par exemple, ont étudié l’impact de la CMO sur l’orthographe en général, et l’orthographe des plus jeunes dans les copies scolaires, en particulier. Leur recherche, basée sur les résultats en dictées de 3 classes de niveaux différents, laisse penser, contrairement à l’affirmation partagée concernant les effets négatifs des nouveaux médias sur la maitrise de l’orthographe, qu’il y a effectivement une corrélation entre maitrise de la CMO et maitrise de l’orthographe, mais que cette corrélation est positive. Il s’agirait donc d’une compétence supplémentaire, une digraphie (Jaffré, 2010). Panckhurst (1998) s’applique quant à elle à étudier l’orthographe dans le courrier électronique. L’auteure prouve que les usagers peuvent facilement mélanger variation consciente et faute d’orthographe, se permettre des déviations soi-disant contrôlées par rapport à la norme, qui peuvent en réalité cacher des lacunes importantes au niveau des connaissances. Fairon et al. (2006c), pour leur part, sont plus prudents et concluent, à partir de l’analyse du corpus de sms issu de Fairon et al. (2006a) : « presque tout semble permis dans les limites imposées par l’intelligibilité, par le destinataire, des formes employées. Seules certaines tendances qualifiées de "confusions" (volontaires ou non) ont pu être dégagées. Si l’on veut se garder de toute extrapolation hâtive, il faut donc éviter, de façon générale, de parler d’erreurs ».

7Nous arrivons quelques années plus tard aux mêmes conclusions à partir de données provenant autant de sms que de réseaux sociaux (Cougnon, 2010 ; 2012) : dans la majorité des variantes, on ne peut conclure s’il s’agit d’une « erreur » proprement dite ou d’une stratégie propre à la CMO, surtout lorsque la stratégie abrège les formes, ce qui répond simplement aux exigences du médium de communication. Une étude plurimodale nous a même permis de montrer que pour une très large proportion des mots employés, les scripteurs connaissent parfaitement l’orthographe correcte des mots, qu’ils font varier selon la situation de communication. Afin de préciser ces résultats, nous allons d’abord revenir sur les spécificités de la CMO, puis nous présenterons les analyses qui ont permis d’aboutir à de telles conclusions.

  • 1 Tous les messages sms et Facebook sont issus de comptes privés, par opposition aux comptes publics (...)

8Les spécificités de la CMO proviennent de jeux sur le code graphique (points a-d) connus par ailleurs (le rébus, la bande dessinée, etc.) et amplifiés dans ce contexte (Tatossian, 2008 ; Berruto, 2005), et de spécificités que l’on a souvent associées à l’oral ou à la langue dite « ordinaire » (points e-g) (Blanche-Benveniste, 1997 ; Kerbrat-Orecchioni, 1995). Nous les décrivons ci-dessous, illustrées par des exemples provenant d’un corpus de 50 000 sms francophones récolté de 2007 à 2012 et d’un corpus de conversations Facebook récolté en 2013-2014 par nos soins1.

9a) Les abréviations : le phénomène d’abréviation s’explique par l’exigence de rapidité qu’impose la CMO en raison de son utilisation au sein des pratiques quotidiennes, ajoutée à la difficulté d’encodage à partir d’un clavier et de la contrainte d’espace associée à certains réseaux (par ex. Twitter). On note des abréviations graphiques sans incidence phonique, le plus souvent des phonétisations par le chiffre (1), la lettre (2), le signe (3) et par des graphies supposées plus proches du phonétisme réel, plus proche d’un accent régional ou d’un style particulier (4). De nombreuses abréviations graphiques imposent également une incidence phonique par apocope (5), aphérèse (6) ou syncope (7). Ces réductions portées à l’extrême mènent à une spécialisation de caractères par siglaison (8) et par acronymie (9).

  • 2 Nous proposons une transcription de chaque exemple de message qui permet dans certains cas une meil (...)

(1) ya tt plein 22vwar et 2 lesson (y a tout plein de devoirs et de leçons)2

(2) Hellow poulette ! Dis, fo savoir faire exercice 5 page 2bis en math ? J’en ai trop mar, c chiant dis.. (Hello poulette ! Dis, faut savoir faire exercice 5 page 2bis en math ? J’en ai trop marre, c’est chiant dis...)

  • 3 Cet exemple est particulièrement intéressant dans la mesure où le signe arrobas revêt deux valeurs  (...)

(3) Tes @ théatr ? Si ui chui @4e rang en bas a gauch@+ (T’es au théâtre ? Si oui, je suis au 4e rang en bas à gauche. À plus)3

  • 4 Dans ce message, le choix de la lettre k à la place de qu dans quelle heure s’explique volontiers p (...)

(4) Di a kel heur jpasse chez toi jeudi kar jsai pa ou c ! (Dis à quelle heure je passe chez toi jeudi car je sais pas où c’est !)4

(5) je voulais te dem si dim t ok pour fair un ciné entre pot (je voulais te demander si dimanche t’es ok pour faire un ciné entre potes)

(6) Lut mon ange tu me mank (Salut mon ange tu me manques)

(7) G pas assez sous pr t’apler (J’ai pas assez sous pour t’appeler)

(8) Mdr ! Tu sais que t’es trop bete toi parfois ! (Mort de rire ! Tu sais que t’es trop bête toi parfois)

  • 5 lol pour l’anglais laughing out loud, « rire fort ». Notons toutefois que lors d’un article récent (...)

(9) Oups ! Faut acheter un autre réveil ou arrêter les folies... T’as plus 2 ans ! Loi (Oups ! Faut acheter un autre réveil ou arrêter les folies... T’as plus 2 ans ! Lol)5

10b) La gestion des blancs graphiques : la gestion des blancs encore appelés « espaces blanches » démontrent la même nécessité d’abréger la langue par souci d’économie d’espace et de temps. Deux phénomènes distincts se cachent sous cette appellation : une tendance à supprimer les blancs (on parle alors de soudure (10)) et une tendance à ramener les signes de ponctuation, tels que l’apostrophe et le trait d’union, à des blancs graphiques (11).

(10) MmSiJSuiLoinJSuiTjsPrèDToiParLaPenséTravBilJeTAimeBébé (Même si je suis loin je suis toujours près de toi par la pensée travaille bien je t’aime bébé)

(11) Coucou est ce que tu pourrais me fwd les présentations qu il fo lire pr lundi (Coucou est-ce que tu pourrais me forwarder les présentations qu’il faut lire pour lundi)

11c) Les smileys, émojis, autres images et vidéos : quel que soit le type de CMO utilisé, il est désormais impossible de passer à côté des illustrations qui accompagnent ou remplacent le texte, le contenu de message. Un smiley (12) encore appelé « émoticône » consiste en une combinaison de caractères, le plus souvent des signes de ponctuation, permettant de représenter, si on les incline à 90 degrés dans le sens des aiguilles d’une montre, des expressions faciales, des émotions, telles que des éclats de rire, des clins d’œil, des moues de tristesse, etc. Comme l’explique Dejond (2006 : 28), le but du smiley est de « matérialiser les ressentis ». Les émojis (13) revêtent la même fonction mais peuvent aussi simplement illustrer le texte à la manière d’un livre illustré en représentant une personne, un objet, un endroit ou une action. Toutes sortes d’images peuvent désormais apparaitre dans la CMO (excepté dans les sms qui deviendraient alors des mms), y compris des photographies personnelles, qui peuvent aller jusqu’à prendre la place du texte (Snapchat). Enfin, on voit apparaitre de nouveaux modes qui permettent d’insérer au milieu ou en annexe du texte une vidéo dont la résolution et la limite (le plus souvent 10 sec.) permettent un envoi rapide d’une messagerie à l’autre.

(12) Bisouxx : D tu m fais rire j sais po pourquoi : P (Bisous : D tu me fais rire je ne sais pas pourquoi : P)

(13) Oublie pas de bien t’habiller ! ⍰ (Oublie pas de bien t’habiller ! [?])

12d) La ponctuation, les caractères échos et la casse expressive : la CMO montre des emplois particuliers des signes de ponctuation. Nous avons vu précédemment qu’ils pouvaient servir à reproduire une expression faciale dans les smileys ; ils peuvent également revêtir une fonction expressive plus intense que dans un contexte écrit traditionnel, ajoutant ainsi à l’écrit une information paralinguistique. C’est le cas par exemple lorsqu’il y a démultiplication d’un même signe (14). On remarque un sous-emploi de la ponctuation à fonction rythmique (12). Les scripteurs se concentrent uniquement sur les fonctions expressive et intonative (points d’exclamation, d’interrogation, points de suspension, etc.). L’extension ne concerne pas uniquement la ponctuation et touche aussi aux caractères latins : à la suite de Tatossian (2008), nous nommons ce phénomène « caractères écho ». C’est souvent le cas avec les interjections (15). L’emploi de lettres capitales peut également marquer la prononciation alphabétique ou participer à l’expressivité. En effet, certaines conventions implicites proposent de considérer les parties du discours en lettres capitales comme des parties exprimées en criant (16). Cette convention offre donc une information paralinguistique de taille. Comme l’explique Marcoccia (2004 : 2-3) : « On retrouve dans ce procédé la fonction d’amplification du verbal par l’accentuation paralinguistique ».

(14) 2r1 c tou a fai normale je pense a vs tous courage !!!! (De rien c’est tout à fait normal je pense à vous courage !!!!)

(15) Nooooonnnn ! : – (2semaines san toi... pff ri1ke dy penC cam’sembl 1tenabl !
(Non ! : – (2 semaines sans toi... pff rien que d’y penser ça me semble intenable !)

(16) Je n’ai qu’une chose à te dire : JE T’AIME ! (Je n’ai qu’une chose à te dire : je t’aime !)

13e) La souplesse de la syntaxe : souvent, les constructions qui sont tolérées à l’oral sont considérées comme des fautes à l’écrit. Dans la CMO, nous retrouvons cette souplesse syntaxique, qui rapproche souvent son style de celui de l’oral (cf. partie 2). Parmi les exemples les plus fréquents de cette souplesse, on peut citer l’oubli de la négation « ne » (95 % d’omission à l’oral selon Blanche-Benveniste (op. cit. : 39) (17)), l’utilisation de l’interrogation « est-ce que » ou l’adjonction simple du point d’interrogation à une déclarative plutôt que l’inversion sujet-verbe (18). De fait, nos propres analyses portant sur les sms ont montré que seules 11 % des interrogatives conservaient une structures formelles et que seules 23,14 % des négatives comportaient le clitique ne.

  • 6 Un natel est une antonomase désignant un téléphone mobile en Suisse.

(17) Son natel6 va toujours pas ! Si jamais, dis lui que pour ce soir ça va être trop compliqué, et que j’essaierai de l’appeler ce soir !

(18) j’ai pas encore ma carte d’étudiant plastifiée et sans photo ça craint ?

14f) Les structures clivées : « on appelle clivages, depuis les années 1980, les divers dispositifs par lesquels un élément est séparé et distingué du reste de sa construction » (Blanche-Benveniste (op. cit. : 96)). Les structures clivées, qui se présentent le plus souvent sous la forme « c’est X qui/que Y », ne participent pas à la tendance de réduction que l’on observe dans la plupart des autres traits caractéristiques de la CMO, puisqu’elles allongent le message au lieu de le réduire. Dans l’exemple (19), une structure plus simple telle que tu choisis ! (dans sa forme normée) aurait par exemple permis d’économiser 3 caractères.

(19) Loi wè ! g ri1foutu ! ca fé du bi1 ! jaléte dmandé la m choz... c toiki choisi ! (Lol ouais ! j’ai rien foutu ! ça fait du bien ! j’allais te demander la même chose... c’est toi qui choisis !)

15g) L’utilisation des interjections : les interjections sont des mots utilisés pour exprimer les émotions du locuteur (exemple : « super ! ») ou reproduire des sons (on parle alors d’onomatopées). Pendant longtemps, on a pensé qu’elles pouvaient également être employées à l’écrit, mais principalement pour retranscrire des propos tenus à l’oral, ou simuler celui-ci (comme par exemple dans la bande dessinée). Par la CMO, les interjections ont désormais une place particulière à l’écrit qui dépasse largement l’imitation de l’oral (par exemple les allongements vocaliques démesurés, cf. le point d).

16Comme nous venons de l’observer via la typologie des phénomènes récurrents de la CMO, le code employé dans les nouveaux médias de communication subit deux tendances principales qui remettent en question les normes : une tendance à l’abrègement pour gagner du temps et de l’espace et une tendance au style de l’oral (que nous appellerons plutôt « relâché », cf. point 2). Ces deux tendances s’associent souvent, comme c’est le cas par exemple pour tant pis koi, où la recherche de style permet une réduction de caractères, mais elles peuvent également s’opposer, tel que nous l’avons vu précédemment dans l’exemple (19).

17Nos premières études basées sur les sms (Cougnon, 2008 ; 2010 ; 2012) ont montré que la variation du code dans la CMO dépendait de ces deux facteurs et qu’il était donc impossible de considérer les variantes comme autant d’erreurs de locuteurs incompétents alors que des motivations plus profondes et souvent conscientes animaient leurs pratiques. Une étude qualitative par questionnaire portant sur les attitudes et les représentations linguistiques des locuteurs a permis de réceptionner des messages tels que ceux présentés ci-après qui montrent la proactivité de ces locuteurs dans le choix de la variation des formes.

(20) j’essaye d’écrire le plus brièvement possible, mais en restant compréhensible pour tous. Pas trop de language sms pour ne pas oublier l’orthographe correcte des mots !

(21) Je recherche l’efficacité avant tout. Le moins de caractères possible pour faire passer le même message, sans toutefois devoir éliminer trop de mots des prhases.

(22) J’écris mes textos de maniere abregee mais ca depend aussi du destinataire. En general je sais "qui" comprendra "quoi".

(23) Pour les amis plus proches je me permets d’écrire avec le langague texto et de mélanger plusieurs langues mais avec les connaissances je m’efforce d’écrire dans un français (ou anglais tout dépendamment du destinataire) convenable (sans être parfait).

  • 7 Il faut peut-être considérer ce résultat en fonction de l’aide que proposent les services de messag (...)

18Ces études ont notamment porté sur la grammaire et nous avons été à même de montrer qu’il fallait relativiser la supposée non-maitrise des normes grammaticales des usagers de la CMO, principalement des jeunes. En effet, le taux de formes erronées dans les sms7 était particulièrement faible, par exemple de 0,26 % pour l’accord sujet-verbe à l’indicatif présent (1-2e p. sg), de 2,70 % pour la confusion des modes impératif-indicatif (2e p. sg), de 5,5 % pour la confusion des modes participe passé-infinitif et également de 5,5 % pour la confusion des temps futur-conditionnel.

19Afin de solutionner l’ambiguïté entre réduction des formes et effet de style d’une part, et incompétence aux niveaux orthographique et grammatical d’autre part, nous avons ensuite entrepris d’étudier la variation des formes de locuteurs entre plusieurs situations et modes de communication distincts (Maskens et al., 2015). Le choix s’est porté sur la tranche d’âge 14-16 ans, à la fois marquée par les nouvelles technologies et aboutie en termes de formation aux règles orthographiques et grammaticales. Nous désirions observer si, dans un cadre plus normé ou en fonction du destinataire, un élève était capable de respecter les normes d’écriture. Les recherches portant sur des productions de dictée, des échanges spontanés en classe et sur des messages Facebook ont permis de détailler que 37 % des formes utilisées ne présentent aucune variante correcte : ainsi l’adjectif ocharné ou le verbe accueillir. Ce résultat parait interpellant. Toutefois, ce nombre décroît jusqu’à 7,5 % si l’on met de côté les hapax (les formes apparaissant une seule fois) et à 0 % si l’on prend en compte uniquement les mots apparaissant 10 fois ou plus (mots récurrents).

20Nous concluons donc sur deux points. Premièrement, dans une grande majorité de cas (63 % des formes), les locuteurs de la CMO maitrisent les règles orthographiques et grammaticales ; ceci signifie que nous nous trouvons bien loin de la catastrophe orthographique imputée aux jeunes générations utilisatrices de la CMO. Deuxièmement, nous notons donc que lorsqu’une forme est souvent employée, elle est maitrisée (100 % des formes utilisées plus de 10 fois) ; selon ces résultats, on pourrait même encourager l’utilisation intensive de la CMO chez les jeunes afin que leur connaissance des formes devienne plus approfondie.

2. UN NOUVEAU CONTINUUM DE RÉFÉRENCE

21Les premiers chercheurs travaillant sur la CMO (Collot et Belmore, 1996 ; Yates, 1996) ont très tôt cherché à situer les nouvelles pratiques de l’écrit dans un intermédiaire entre l’oral et l’écrit, considérant un continuum dont les extrémités seraient l’écrit (et les types asynchrones de la CMO) d’une part et l’oral (et les types synchrones de la CMO) d’autre part. Anis (2002) suggère pour sa part de considérer la communication électronique comme « un hybride » entre l’écrit et l’oral. Ces conceptions suivent le modèle traditionnel dichotomique qui présente l’écrit et l’oral comme deux manifestations opposées d’un même phénomène : le langage. Selon la conception traditionnelle, la CMO est typiquement une manifestation écrite de la langue. En réaction à ce modèle dichotomique, on a ensuite vu un mouvement qui a voulu inverser radicalement la tendance en exposant, au contraire, les ressemblances entre la CMO et l’oralité. Pour la langue française, on retiendra par exemple Anis (2002) ; Luzzati (1991) ; Marcoccia (2004) ; Panckhurst (1998 ; 2007). Certains, dont Ko (1996), ont conclu à un rapprochement plus clair de la CMO et de l’oral, en se basant sur le fait qu’il s’agit dans les deux cas de communication (pratiquement) en temps réel, contrairement aux plus anciennes formes de communication écrite telles que la lettre et la carte postale.

22Dans la même ligne, d’autres auteurs ont cherché à rapprocher les nouveaux médias de communication de ce l’on appelle le « langage ordinaire », une solution souvent utilisée pour se soustraire à la dichotomie oral/écrit. Ainsi Gadet (1989 : 3) qui définit le « français ordinaire » (Blanche-Benveniste, 1997) comme suit : « Ce n’est bien sûr pas le français soutenu, ni recherché, ni littéraire, ni puriste. Mais ce n’est pas non plus (pas seulement) le français oral ou parlé, puisqu’il peut s’écrire. Pas davantage le français populaire, ramené à un ensemble social. C’est davantage le français familier, celui dont chacun est porteur dans son fonctionnement quotidien, dans le minimum de surveillance sociale : la langue de tous les jours ».

23Enfin, la CMO a également été qualifiée de « production spontanée » : la fréquence parfois élevée des traits moins formels dans cet écrit, associée à d’autres tendances (volonté de transmettre une certaine forme d’expressivité, contexte dialogique, absence d’autorité normative, volonté d’appartenance à un groupe socioculturel, etc.), a fait émerger cette notion.

24Nous désirons sortir de ces normes et appellations que nous trouvons inappropriées pour les nouveaux médias car, comme l’expriment Höflich et Gebhardt (2005 : 23) : « un e-mail ou un SMS peut ressembler quelquefois plus à une lettre et d’autres fois plus à un appel téléphonique ». Il est vrai que certaines caractéristiques qui transparaissent dans la CMO semblent quelquefois relever de l’oral, montrent les traits d’une communication spontanée, voire ordinaire. Du point de vue de la théorie des genres, il est donc difficile de définir la CMO. À la suite de Charaudeau et Maingueneau (2002 : 280), nous pensons que pour la décrire il faut prendre en compte « l’ancrage social du discours, [...] sa nature communicationnelle, [...] les régularités compositionnelles des textes [et] les caractéristiques formelles des textes produits ». D’un point de vue discursif, il est vrai que le fonctionnement de la CMO « à l’implicite, sur présupposés partagés, sous-entendus et inférences conversationnelles » (Gadet, 2004 : 36), comparable au fonctionnement oral (opposé à l’écrit, qui tend à décontextualiser, qui impose l’explicite), est manifeste, récurrent, mais ces caractéristiques sont non régulières, non omniprésentes ; elles n’en constituent donc pas un trait constitutif.

  • 8 Il existe bien sûr des domaines tels que la neurolinguistique pour lesquels la distinction oral et (...)

25Il est trop dichotomique de vouloir scinder la communication en « oral » et « écrit » (Cougnon et Ledegen, 2008)8 car il est notamment dangereux de confondre médium de la communication et propriétés de langage. Nous suivons ici le constat de Gadet (2004 : 33) : « Il faut avant tout opposer le médium [...] et la conception [...]. Le médium relève de la dichotomie, la conception du continuum. Aussi un énoncé d’oral médial peut-il avoir des caractéristiques discursives d’écrit, ou l’inverse ». D’ailleurs, comme le montrent les études de Panckhurst (1998 ; 1999) portant sur le courrier électronique, on trouve dans ces écrits des marques informelles alternant avec des marques formelles, comme le « ne » de la négation, qui peut être omis autant que maintenu (cf. point e. de la partie 1). De plus, certains traits spécifiques de l’écrit y sont toujours tout à fait présents (par ex. l’interruption de communication). En outre, quelques traits fondamentaux de l’oral y sont absents ; on citera par exemple les hésitations et les répétitions (non fonctionnelles), tout ce qui, en réalité, peut être gommé à l’écrit.

26On ne parlera pas non plus de communication informelle, ordinaire ou spontanée. Le qualificatif spontané renverrait au fait qu’il n’existe aucune contrainte linguistique ou extralinguistique qui influencerait la langue et que l’usager du sms s’exprimerait en toute liberté. Or il existe au moins les contraintes d’adaptation à l’interlocuteur : on voit en ce sens une nette différence entre des messages formels adressés à des personnes plus âgées ou d’un statut différent du locuteur, et les messages adressés à des collègues de classe et autres individus de statut identique. De la même façon le caractère informel ou ordinaire de ce type de communication dépendra très largement de la situation de communication dans laquelle le locuteur est engagé.

27Nous plaçons donc cette problématique dans la théorie des paramètres communicatifs : ces écrits se situent majoritairement vers le pôle de la Nähesprache (Koch et Oesterreicher, 2001), la proximité ou immédiateté, qui s’oppose à la distance. Cette hypothèse est également soutenue par Weininger et Shield (2004) lors de leurs analyses des échanges électroniques simultanés. Nous inscrivons pleinement la CMO dans la théorie d’un continuum conceptionnel entre la « distance communicative » et « l’immédiat communicatif ». Toutefois, nous garderons en tête que, si certains phénomènes de la CMO se situent clairement vers le pôle de la Nähesprache (proximité communicative), un grand nombre d’autres phénomènes se positionnent plutôt vers la Distanzsprache (distance communicative). Notre hypothèse sera donc la suivante : un certain nombre de phénomènes linguistiques de la CMO sont assimilables à la distance, d’autres à la proximité, d’autres encore se situent entre la distance et la proximité, d’où l’importance d’un continuum afin de positionner les phénomènes intermédiaires.

28Notre hypothèse pose l’impossibilité de cataloguer la CMO en tant que tout unifié étant donné l’immensité des variations qui existent sous cette réalité. Selon le tableau des paramètres pour caractériser le comportement communicatif des interlocuteurs, proposé par Koch et Oesterreicher (2001 : 586), on remarque par exemple que si le sms est clairement de l’ordre d’une communication privée (1), l’interlocuteur (2) n’y est pas forcément intime et l’émotionnalité (3) n’y est pas constamment forte (sms informatif, de type j’arrive au train de 15h50).

  • 9 Koch et Oesterreicher, 2001 : 586.

Tableau 1 : Paramètres pour caractériser le comportement communicatif des interlocuteurs par rapport aux déterminants situationnels et contextuels9

Tableau 1 : Paramètres pour caractériser le comportement communicatif des interlocuteurs par rapport aux déterminants situationnels et contextuels9

3. NORMES INTERPERSONNELLES

29Au-delà de la variation du rapport aux normes codiques et registrales, la CMO touche également aux normes relatives au discours et donc aux relations interpersonnelles. En fournissant un outil de communication spécifique à chaque foyer, l’ordinateur et le téléphone ont permis une communication interpersonnelle longue-distance à toutes heures. Ces deux outils ont ensuite subi une mutation importante : en devenant mobile par le biais de l’ordinateur portable et du téléphone portable, la communication s’est dotée d’un atout supplémentaire : l’accessibilité en tous lieux. De plus, par le biais du courrier électronique, du sms et de la messagerie en général, la communication est devenue fortement asynchrone, une propriété pendant longtemps cantonnée au médium de la lettre et de la carte postale.

30Les mutations qu’a subies la communication au contact de la CMO doivent être précisées car elles engendrent deux effets totalement opposés. Premièrement, le face-à-face traditionnellement associé à la communication orale est remplacé par un « voix-à-voix » via les types oraux de la CMO et à un « écrit-à-écrit » via les types écrits. L’écrit-à-écrit permet de désinhiber plus encore le locuteur qui, en passant du face-à-face au voix-à-voix se déleste d’une pression associée à la présence physique de l’autre ; en parvenant à un écrit-à-écrit asynchrone, il libère quasi totalement son propos de l’intimidation associée à la communication, voire à la relation interpersonnelle. On note cela tant au niveau de la syntaxe et du lexique qu’au niveau des thèmes abordés dans la CMO (Cougnon, 2008). Comme l’expliquent Caron et Caronia (2005 : 6-7) « "Être présent" ou "absent", "être ici" ou "là-bas" [...] ne sont que des étiquettes lexicales qui nécessitent une renégociation des propriétés de communication ». « Les droits, les obligations, les attentes et même les bonnes manières des participants en vis-à-vis doivent maintenant être négociés en fonction des droits, des obligations et des attentes des "participants fantômes" ».

31Deuxièmement, l’accessibilité des personnes en tous lieux et à toutes heures a apporté de nouvelles contraintes aux locuteurs. Ce caractère commun de la communication née de la téléphonie mobile modifie jusqu’au langage lui-même dans ce qu’il a de privé : « we have moved from one mobile per household, to one per person, to even, in some cases, multiple mobiles per person » (Haddon, 2001 : 9). La fréquence des conversations téléphoniques augmente et l’accessibilité des personnes devient totale. Ces deux caractéristiques engendrent désormais une pression sur le locuteur qui devient un locuteur (op) pressé au débit plus rapide. Ce phénomène ne manque pas d’impacter les relations interpersonnelles et les personnalités. On a vu ainsi surgir une large littérature sur l’usage de la téléphonie par les adolescents particulièrement touchés par ce phénomène (Ling, 2005 ; Ling et Yttri, 2002 ; Rautiainen et Kasesniemi, 2000). L’accessibilité de l’autre pour entrer en communication avec lui a également engendré un phénomène tout à fait inédit : la mort du silence. Caron et Caronia (2005 : 38) précisent : « les gens semblent pris par une certaine incapacité de supporter un moment de répit, un moment de réflexion, un moment porteur, un moment pour soi... un silence ». Ainsi le silence, l’absence de réponse de l’autre, devient porteur d’une signification lourde dont nous constatons qu’elle pose fréquemment problème, particulièrement dans les médias qui offrent une visibilité sur l’« état » du contenu envoyé : distribué, vu, etc. On a d’ailleurs pu observer qu’une très large partie des conflits présents dans la CMO se rapportait à des tensions qui sont nées de son usage et non à des tensions externes, créant un sentiment d’insécurité chez le locuteur qui a constamment besoin d’être rassuré (23) :

  • Un conflit peut naitre d’une non-réponse ou d’un délai de réponse trop important du destinataire auquel une mise sous tension est adressée dans le message initial (à travers une question par exemple).
  • Il se peut également que le contenu d’une réponse soit inadapté par sa taille (par exemple avec un locuteur peu ou, au contraire, trop loquace) ou son registre (par exemple grossier).
  • On observe souvent des quiproquos émanant d’une ambiguïté de contenu : un texte ou un smiley mal compris (par exemple un tirage de langue : p compris comme une moquerie là où il y avait une simple marque d’humour)

32Le mauvais usage de l’outil de communication peut également causer des situations conflictuelles : c’est souvent le cas avec les messages adressés à une mauvaise personne ou à un groupe plutôt qu’à une seule personne.

(24) [L1] c’est ça pour moi le bonheur, être avec des gens qu’on aime : )
L1] Je me fais pleurer
L1] je suis poète ;)
L1] et bien tu parles plus : )
L1] fin je te fais peut être un peu chier avec mes spam de message : / désolé

CONCLUSION

33La CMO remet en question un certain nombre de normes qu’elle réinvente ou qu’elle modifie. Nous avons vu que la CMO remettait en question le rapport à la norme relative au code : en offrant un lieu où manipuler les sons et les images, les différents nouveaux modes de communication permettent aux locuteurs de jouer avec l’encodage et le décodage de la langue. Cette question de la transformation du code touche également à l’orthographe : nous avons observé que l’impression de crise de l’orthographe révélée par les médias et les enseignants était à relativiser par des résultats qui mettaient davantage en avant un jonglage avec les usages, une variété des productions, en d’autres termes une pluricompétence, plutôt qu’une méconnaissance de l’usage normé, c’est-à-dire une incompétence (Maskens et al., 2015). Les résultats obtenus jusqu’à présent montrent qu’il existe une large variation graphique dans les productions des locuteurs, spécifiquement des jeunes, mais qu’il n’existe pas d’incompétence à proprement parler : la pratique de la CMO n’entraine pas une méconnaissance de l’orthographe et, dans la majeure partie des cas, les locuteurs jouent avec la langue dans le but de faire court ou de transmettre de l’expressivité.

34Nous avons également vu qu’il n’était pas possible de positionner la CMO en fonction des normes relatives à l’opposition écrit/oral, ni même à une autre opposition registrale. Nous avons donc proposé un continuum de formalité de l’immédiateté à la distance qui permettrait non pas de positionner (les types de) la CMO comme un tout, mais de positionner plutôt chaque situation de CMO sur ce continuum.

35En marge de cette spécificité à accorder à chaque situation de communication, il existe aujourd’hui un mouvement qui annihile les spécificités de chaque type de CMO : ainsi sms, courrier électronique, messagerie de réseaux sociaux... devraient être considérés comme des outils semblables où se jouent des situations de communication distinctes. C’est ce qu’on appelle la convergence numérique. Depuis le début des années 2000, l’homme a eu tendance à vouloir fusionner ses médias de communication : tout d’abord, il a cherché à inclure dans son ordinateur des moyens d’envoyer des sms (via des services Web spécifiques) ou de téléphoner (via des applications telles que Skype). Puis, l’arrivée des smartphones a permis à la messagerie instantanée, l’email et les réseaux sociaux d’inonder le petit écran du téléphone. Le mélange s’est fait jusqu’aux applications qui, comme on le voit dans Facebook, ont elles-mêmes fusionné messages de chat et mails. Conséquemment, il est devenu difficile d’attribuer des spécificités à un type particulier de CMO : les contraintes du clavier restreint se retrouvent désormais dans toutes les applications présentes sur un smartphone, les conversations téléphoniques peuvent avoir la qualité qu’offre le wifi en déplacement ou bien s’agrémenter d’une vidéo haute définition à partir d’un ordinateur portable câblé. Nous nous posons donc la question de la pertinence d’une classification de différents types de la CMO pour le futur.

36Enfin, nous avons constaté que la CMO bouleversait les normes de conversation et les relations interpersonnelles liées à ces normes. Des études plus approfondies sur les effets de ce bouleversement sont en cours dans la communauté internationale et nous attendons leurs résultats avec impatience.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Anis, Jacques (2002), « Communication électronique scripturale et formes langagières : chats et SMS », dans Réseaux humains/Réseaux technologiques 4 : S’écrire avec les outils d’aujourd’hui.

Bamba, Fatim et Barnes, Stuart (2007), « Sms advertising, permission and the consumer : a study », dans Business Process Management Journal 13 (6), p. 815- 829.

Berruto, Gaetano (2005), « Italiano parlato e comunicazione mediata dal computer », dans K. Hölker et Ch. Maass (éds.), Aspetti dell’italiano parlato, LIT Verlag, Münster, p. 137-156.

Blanche-Benveniste, Claire (1997), Approches de la langue parlée en français, Paris Ophrys.

Bouillaud, Céline, Chanquoy, Lucile, et Gombert, Jean-Émile (2007), « Cyberlangage et orthographe : quels effets sur le niveau orthographique des élèves de CM2, 5e et 3e ? », dans Bulletin de psychologie 60 (6), p. 553-565.

Caron, André et Caronia, Letizia (2005), Culture mobile. Les nouvelles pratiques de communication, Les presses universitaires de Montréal.

Charaudeau, Patrick et Maingueneau, Dominique (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

Collot, Milena et Belmore, Nancy (1996), « Electronic language : A new variety of English », dans Susan C. Herring (éd.), Computer-Mediated Communication : Linguistic, Social and Cross-Cultural perspective, Philadelphie, John Benjamins, p. 13-28.

Cougnon, Louise-Amélie (2008), « Le français de Belgique dans ’l’écrit spontané’ : Approche d’un corpus de 30.000 SMS », dans Travaux du Cercle Belge de Linguistique, http://webh01.ua.ac.be/linguist/SBKL/sbkl2008/cou2008.pdf.

Cougnon, Louise-Amélie (2010), « Orthographe et langue dans les SMS », dans Ela. Études de linguistique appliquée n° 160, p. 397-410.

Cougnon, Louise-Amélie (2012), L’écrit sms. Variations lexicale et syntaxique en francophonie, Thèse de doctorat. Directeur Cédrick Fairon, 25 Septembre 2012, Université catholique de Louvain (Belgique).

Cougnon, Louise-Amélie et Ledegen, Gudrun (2008), « "c’est écrire comme je parle". Une étude comparatiste de variétés de français dans l’’écrit sms’ », dans M. Abecassis et G. Ledegen (éds.). Les voix des Français, vol. 2, Modem French Identities 94, Bern, Peter Lang, p. 39-57.

Dejond, Aurélie (2006), Cyberlangage, Bruxelles, Racine.

Devisme, Camille et Dussarps, Clément (2010), « Construction identitaire d’un apprenant à distance : du territoire aux péri-espaces de formation », Présentation à la journée Identités et communication : (en) jeux des représentations, MSHA, campus de Bordeaux 3, 27 mai 2010.

Fairon, Cédrick (2011), « "Langage SMS" et convergence numérique », dans Nouvelles technologies, nouveaux usages ?, Langues et Cité n0 20 [En ligne], mis en ligne le 1er octobre 2011, consulté le 25 avril 2016. URL : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Langue-francaise-et-langues-de-France/Observation-des-pratiques-linguistiques/Langues-et-cite/Langues-et-cite-n-20-nouvelles-technologies-nouveaux-usages.

Fairon, Cédrick, Klein, Jean René et Paumier, Sébastien (2006a), Le Corpus SMS pour la science. Base de données de 30.000 SMS et logiciel de consultation, CD-Rom, Presses universitaires de Louvain.

Fairon, Cédrick, Klein, Jean René et Paumier, Sébastien (2006b), Le langage SMS : étude d’un corpus informatisé à partir de l’enquête Faites don de vos SMS à la science, Les Cahiers du Cental Volume 3,2, Presses universitaires de Louvain.

Fairon, Cédrick, Klein, Jean René et Paumier, Sébastien (2006c), « Le langage SMS : révélateur d’1compétence », Le français m’a tuer, Cahiers du Cental Volume 1, p. 33-42.

Frehner, Carmen (2008), Email – SMS – MMS : The linguistic creativity of asynchronous discourse in the new media age, Berne, Peter Lang.

Gadet, Françoise (1989), Le français ordinaire, Paris, Armand Colin.

Gadet, Françoise (2004), La variation sociale en français, Paris, Ophrys.

gains, Jonathan (1999), « Electronic Mail-A New Style of Communication or Just a New Medium ? : An Investigation into the Text Features of E-mail », English for Specific Purposes 18 (1), p. 81-101.

Germain, Claude et Netten, Joan (2013), « Grammaire de l’oral et grammaire de l’écrit dans l’approche neurolinguistique (ANL) », Synergies n° 3, p. 15-29.

Goodman, Paul S. et Sproull, Lee S. (1990), Technology and organizations, San Francisco, Jossey-Bass.

Haddon, Leslie (2001), « Domestication and mobile telephony », dans J.E. Katz (éd.). Machines that become us, Rutgers University.

Herring, Susan C. (2001), « Computer-mediated discourse », dans D. Schiffrin, D. Tanne et H. Hamilton (éds.), The handbook of discourse analysis, Oxford, Blackwell Publishers, p. 612-634.

Herring, Susan C. (1998), « Le style du courrier électronique : variabilité et changement », Revue d’aménagement linguistique n° 84-85, p. 9-16.

Höflich, Joachim et Gebhardt, Julian (2005), « Changing Cultures of Written Communication : Letter-E-mail-SMS », dans R. Harper, L. Palen et A. Taylor (éds.), The Inside Text : Social, cultural and design perspectives on sms, Springer, Dordrecht, kluwer aca edition.

Jaffré, Jean-Pierre (2010), « De la variation en orthographe », Études de linguistique appliquée n° 159, p. 309- 323.

Kerbrat-Oreccioni, Catherine (1995), Les interactions verbales, Paris, Armand Colin.

Koch, Peter et Oesterreicher, Wulf (2001), « Gesprochene Sprache und geschriebene Sprache/Langage parlé et langage écrit », Lexicon der Romanistischen Linguistik volume 1.2, Tübingen, Niemeyer, p. 584-627.

Ko, Kwang-Kyu (1996), « Structural Characteristics of Computer-Mediated Language : A Comparative Analysis of InterChange Discourse », Electronic Journal of Communication/La revue électronique de communication Volume 6 (3).

Ling, Rich (2005), « Mobile Communications vis-à-vis Teen Emancipation, Peer Group Integration and Déviance », dans R. Harper, L. Palen et A. Taylor (éds.). The Inside Text : Social, cultural and design perspectives on sms, Springer, Dordrecht, kluwer aca édition, p. 175-193.

Ling, Rich et Yttri, Brigitte (2002), « Hyper-coordination via mobile phones in Norway », dans J.E. Katz et M.A. Aakhus (éds.). Perpetual Contact : Mobile Communication, Private Talk, Public Performance, Cambridge, Cambridge University Press, p. 139-169.

Luzzati, Daniel (1991), « Oralité et interactivité dans l’écrit Minitel », Langue française n° 89, p. 99-109.

Marcoccia, Michel (2004), « La communication écrite médiatisée par ordinateur : faire du face à face avec de l’écrit », dans Journée d’étude ATALA : Le traitement automatique des nouvelles formes de communication écrite, 5 juin 2004, Paris.

Maskeims, Lénaïs, Cougnon, Louise-Amélie, Roekhaut Sophie et Fairon, Cédrick (2015), « Nouveaux medias et orthographe. Incompétence ou pluri-compétence ? », Discours n° 16 [En ligne], mis en ligne le 09 septembre 2015, consulté le 25 avril 2016. URL : http://discours.revues.org/9020.

Mondada, Lorenza (1999), « Formes de séquentialité dans les courriels et les forums de discussion. Une approche conversationnelle de l’interaction sur Internet », dans Alsic. Apprentissage des Langues et Systèmes d’information et de Communication 2 (1), p. 3-25.

Moynihan, Brynn, Kabadayi, Sertan, et Kaiser, Mark (2010), « Consumer acceptance of sms advertising : a study of american and turkish consumers », dans International Journal of Mobile Communications, 8 (4), p. 392-410.

Panckhurst, Rachel (2009), « Short Message Service (SMS) : typologie et problématiques futures », dans T. Arnavielle (éd.).. Polyphonies, pour Michelle Lanvin, Montpellier, Université Paul-Valéry Montpellier 3, p. 33-52.

Panckhurst, Rachel (2007), « Discours électronique médié : quelle évolution depuis une décennie ? », dans J. Gerbault (éd.), La langue du cyberspace : de la diversité aux normes, Paris, L’Harmattan, p. 121-136.

Panckhurst, Rachel (1999), « Analyse linguistique assistée par ordinateur du courriel », dans J. Anis (éd.), Internet, communication et langue française, Paris, Hermès, p. 55-70.

Panckhurst, Rachel (1998), « Analyse linguistique du courrier électronique », dans N. Guégen et L. Tobin (éds.). Communication, société et Internet, Paris, L’Harmattan, p. 47-60.

Paragas, Fernando (2003), « Dramatextism : Mobile telephony and people power in the Philippines », dans K. Nyiri (éd.). Mobile democracy : Essays on society, self, and politics, Vienne, Passagen Verlag, p. 259-283.

Rautiainen, Pirjo et Kasesniemi, Eija-Liisa (2000), « Mobile communication of children and teenagers : case Finland 1997-2000", dans R. Ling, et K. Thrane (éds.), Sosiale konsekvenser avmobiletelefoni : proceedings fra et seminar om samfunn, barn og mobile telefoni, Kjeller, Telenor FoU.

Rheingold, Howard (1993), The Virtual community : homesteading on the electronic frontier, Reading (Mass.), Addison Wesley.

Rice, Ronald E., Hughes, Douglas et Love, Gail (1989), « Usage and outcomes of electronic messaging at an R & D organization : Situational constraints, job level, and media awareness », Office : Technology and People 5 (2), p. 141-161.

Rivière, Carole-Anne (2002), « La pratique du mini-message. Une double stratégie d’extériorisation et de retrait de l’intimité dans les interactions quotidiennes », dans Réseaux n° 112-113, p. 139-168.

Tatossian, Anaïs (2008), « Typologie des procédés scripturaux des salons de clavardage en français chez les adolescents et les adultes », dans Actes du 1e Congrès Mondial de Linguistique Française, [en ligne], mis en ligne le 09 juillet 2008, consulté le 16 mars 2016. URL : http://dx.doi.org/10.1051/cmlf08012.

Turoff, Murray et Hiltz, Starr Roxanne (1977), « Meeting Through Your Computer », IEEE Spectrum, page May.

Wei, Ran, Xiaoming, Hao et pan, Ji (2010), « Examining user behavioral response to sms ads : Implications for the evolution of the mobile phone as a bona-fide medium », Telematics and Informatic 27 (1), p. 32-41.

Weininger, Markus J. et Shield, Lesley (2004), « Promoting oral production in a written channel : an investigation of learner language in moo », dans Computer Assisted Language Learning 16 (4), p. 329-349.

Yates, Simeon J. (1996), « Oral and written linguistic aspects of computer conferencing : A corpus-based study », dans S.C. Herring (éd.), Computer-mediated communication : Linguistic, social and cross-cultural perspectives, Philadelphie, John Benjamins.

Notes

1 Tous les messages sms et Facebook sont issus de comptes privés, par opposition aux comptes publics publicitaires, industriels et institutionnels. Ils proviennent de donneurs volontaires qui ont été appelés à participer via la presse (pour le corpus sms) et via nos campagnes dans les écoles (pour le corpus Facebook). Leurs messages sont de nature authentique, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas été créés artificiellement pour l’occasion de la recherche.

2 Nous proposons une transcription de chaque exemple de message qui permet dans certains cas une meilleure lecture du phénomène étudié. Cette transcription concerne uniquement la graphie et non la syntaxe (nous n’ajoutons aucun mot, particule et ponctuant manquants). De plus, nous indiquons par la graisse de fonte les passages illustrant le phénomène observé.

3 Cet exemple est particulièrement intéressant dans la mesure où le signe arrobas revêt deux valeurs : la valeur phonique reprise à la lettre a cachée dans l’arrobas pour signifier À plus (tard) et la valeur sémantique anglo-saxonne at pour signifier au dans au théâtre et au 4e rang.

4 Dans ce message, le choix de la lettre k à la place de qu dans quelle heure s’explique volontiers par le gain d’espace et de rapidité d’encodage ; on remarque cependant que ce choix dans car ne permet aucun gain.

5 lol pour l’anglais laughing out loud, « rire fort ». Notons toutefois que lors d’un article récent (non publié) nous avons montré que les formes mdr et lol étaient en train de disparaitre, supplantées par des formes plus proches de l’interjection usuelle associée au rire, tel que haha ou hihi.

6 Un natel est une antonomase désignant un téléphone mobile en Suisse.

7 Il faut peut-être considérer ce résultat en fonction de l’aide que proposent les services de messagerie avec leur dictionnaire correctif. Toutefois, notons que ce type de dictionnaire n’est pas particulièrement pertinent pour corriger les fautes d’accords et de confusion des modes et des temps (on remarque par exemple que les propositions du dictionnaire induisent souvent en erreur dans ces cas précis).

8 Il existe bien sûr des domaines tels que la neurolinguistique pour lesquels la distinction oral et écrit fait encore sens. Ainsi, pour l’approche cognitive, il faut faire la distinction entre mise en action de la grammaire interne pour l’oral et de la grammaire externe pour l’écrit (Germain et Netten, 2013).

9 Koch et Oesterreicher, 2001 : 586.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Paramètres pour caractériser le comportement communicatif des interlocuteurs par rapport aux déterminants situationnels et contextuels9
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

Auteur

Université catholique de Louvain, GIRSEF et CENTAL

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search