Version classiqueVersion mobile

Normes textuelles et discursives : émergence, variations et conflits

 | 
Lucile Gaudin-Bordes
, 
Michèle Monte

II. Normes et routines textuelles

Les « écarts » de la norme dans la presse people : statut, carctéristiques linguistiques et effets discursifs

Stefano Vicari

Texte intégral

INTRODUCTION

1Dans cette étude je me propose d’analyser les phénomènes de variation repérés dans les magazines people et qui seront traités ici en tant que représentatifs d’une variation stylistique (Bell, 1984 ; Bell, 2001 ; Coupland, 2007) savamment utilisée par les journalistes. Je me pencherai d’abord sur les liens entre presse, norme et analyse du discours, pour m’interroger, ensuite, sur l’absence, en sociolinguistique et en analyse du discours, d’analyses portant sur les caractéristiques linguistiques et discursives de la presse échotière. J’avancerai l’hypothèse qu’en dépit des attitudes et des représentations linguistiques ordinaires puristes, largement répandues auprès des locuteurs du français (Gadet, 2003 ; Paveau et Rosier, 2008), les journalistes s’éloignent volontiers des normes dominantes et officielles, relayées par les académies, l’école et les institutions, afin de poursuivre un idéal discursif différent, en se rapprochant au moins imaginairement des échanges oraux quotidiens. Quel est le poids relatif de ces caractéristiques langagières qui s’éloignent des recommandations normatives ? Quelles sont les modalités de leur inscription en discours (gloses, marques typographiques, etc.) et les effets qu’elles produisent ? Pour répondre à ces questions, je m’appuierai sur un corpus extrait des deux magazines people les plus lus en France selon les données publiées par l’OJT (Office de justification des tirages) en 2012 : Closer et Public, dont j’ai sélectionné 18 numéros publiés entre juin et septembre 2011.

1. PRESSE, NORME ET ANALYSE DU DISCOURS

2Interroger les relations entre presse, norme et analyse du discours en quelques lignes est sans aucun doute une entreprise trop ambitieuse. C’est pourquoi je me concentrerai dans la suite de cette analyse sur les deux seuls aspects fonctionnels, c’est-à-dire les attitudes circulant dans l’imaginaire puriste par rapport à la presse et la rareté d’études d’analyse du discours portant sur les genres dits « ignobles ».

1.1. Purisme et presse « noble » : entre courriers des lecteurs et attitudes des journalistes

  • 1 Le terme « locuteur ordinaire » est emprunté aux travaux en linguistique populaire de (Achard-Bayle (...)

3Habituellement, ou plutôt idéalement, considérée comme l’un des lieux où réside la norme linguistique en France, la presse ne semble pas remplir complètement sa fonction aux yeux des locuteurs. Si, en effet, le discours normatif, voire puriste, trouve dans les journaux un puissant moyen de circulation à travers des rubriques telles que « Le Bon français », « Les courriers des lecteurs », etc., il semble aussi y puiser un riche réservoir de « fautes » et d’« abus de langage » à épingler et à stigmatiser. En effet, les recherches sur les discours métalinguistiques profanes en France (entre autres, Paveau et Rosier, 2008) et dans le domaine francophone (Remysen, 2012) montrent tout le poids de la tradition linguistique normative dans les représentations linguistiques des locuteurs ordinaires1 : qu’il s’agisse de discours plus ou moins puristes, la presse dans son ensemble apparaît comme l’une des cibles privilégiées des locuteurs. Les nombreuses critiques adressées aux journalistes témoignent d’un statut ambigu de la presse écrite par rapport au bon usage de la langue : il ne suffit pas d’informer, il faut le faire dans le respect du bon usage ; ce qui est en jeu, c’est la crédibilité du journal et de l’information transmise... Les emplois abusifs des mots tout comme les « fautes » de langue etc. sont alors sanctionnés par les locuteurs :

  • 2 « Horizon analyses aux courriers des lecteurs » était une rubrique hebdomadaire publiée dans Le Mon (...)

Tics en toc
Où travaillez-vous ? "Je travaille sur Paris". Cette formulation détestable a fait son entrée dans les colonnes du Monde, comme n’ont pas manqué de le remarquer plusieurs lecteurs. Entre "les familles qui restent sur Bonn" et "les statistiques de la délinquance en baisse sur Moissac", on ne sait plus où donner de la tête. De grâce, continuons à travailler à Paris, aller à Toulouse, bronzer sur la plage... et écrire en français !
Un peu moins grave, mais tout aussi agaçante, est la préposition depuis, employée pour de. Est-il vraiment nécessaire de "téléphoner depuis Bruxelles" ou de lancer une fusée "depuis Cap Canaveral ?" Cela donne-t-il plus de force à la communication téléphonique ou à l’engin spatial ? [...]
SOLE, R., Horizons analyses aux courriers des lecteurs2, Le Monde, 10/01/00

Circonscrire
[...] Ce n’est là [l’emploi du mot circonscrit à propos d’un incendie meurtrier dans la presse], semble-t-il, qu’un nouvel exemple du « jargon de prestige » stigmatisé par Jean Dutourd, ce langage recherché qui se veut élégant et qui, même au prix d’énormes contresens, consiste notamment à employer des mots « majestueux » d’au moins quatre syllabes. C’est ainsi que le portefeuille qui vous a été habilement volé par quelque malfrat aura été plus élégamment « récupéré » par lui en quatre syllabes, bien qu’il ne lui ait jamais appartenu. Ainsi va ce que certains « spécialistes » éclairés appellent savamment l’« évolution » de la langue française... Car on n’arrête pas le progrès ! [...]
CAPELOVICI, J., Le Bon français, Le Figaro, 19/12/1998, 31

4Or, si comme le montrent ces derniers commentaires, des quotidiens généralistes tels que Le Monde et Le Figaro se relient au discours normatif et puriste largement dominant en France (Canut, 2007 ; Paveau et Rosier, 2008), valorisant un idéal de langue au détriment des variations, diastratiques mais surtout diachroniques, le marché linguistique est dynamique et changeant et évolue selon différents paramètres individuels et sociaux, comme les sociolinguistes l’ont montré depuis longtemps. Certaines variétés peuvent donc bien être valorisées dans des groupes ou réseaux ou dans des situations de communication déterminées, ce dont la notion d’« écart » utilisée dans le titre de cette contribution ne permet pas de rendre compte de manière satisfaisante. La question est plutôt de comprendre où et comment on peut observer l’émergence de nouvelles normes ou la présence de variations et leurs statuts au sein de la communauté linguistique ou de groupes plus restreints et de saisir les fonctions que ces normes et variations remplissent au sein des discours analysés. Et, notamment, que se passe-t-il si l’on se penche sur un genre de presse... moins noble, comme les magazines people, mais si répandu dans la société contemporaine ? Autrement dit, la prise en compte d’un genre de presse plutôt inédit dans le cadre de l’analyse du discours et de la sociolinguistique (cf. infra) permet-elle de mettre au jour l’existence de pratiques langagières qui, n’obéissant pas à celles du marché linguistique dominant, modifient les « rapports de force » entre les variations et remettent en question des mécanismes de distinction (Bourdieu, 1979) ébranlant le binarisme norme/hors norme ?

1. 2. Analyse du discours et corpus

5Si des études sur des genres non nobles ont été menées par quelques discursivistes (citons, entre autres, Beacco, 2008 sur la presse sportive, Lagorgette, 2009, sur les insultes et Maingueneau, 2007, Paveau, 2014 et 2015 sur le discours pornographique), elles constituent un champ marginal et le mainstream en analyse du discours est centré sur des corpus plutôt « nobles », qu’ils soient littéraires, politiques, d’entreprise ou constitués de textes issus de la presse « de qualité » (Le Figaro, Le Monde, Libération en particulier). Les corpus de discours « ignobles » ne font pas vraiment l’objet d’études systématiques : il s’agit d’études de cas ponctuelles et la légitimité de ces textes en tant qu’objets de recherche est loin d’être acquise, même si une évolution se fait jour, comme on le voit avec un numéro récent des Cahiers de praxématique, intitulé « Corpus sensibles ». Bref, dans le marché symbolique des objets de recherche légitimes en linguistique, les genres non nobles, la « mauvaise » littérature, la « mauvaise » presse et, notamment, les magazines people n’occupent certes pas une place centrale. Cela dit, des sociologues (Lutaud et Dromard, 2006 ; Dortier, 2009 parmi d’autres) ainsi que des chercheurs en sciences de l’information et de la communication ont déjà pris le risque, comme le montre le numéro 27 de la revue Communication, publié en 2009. Pour ces chercheurs, les magazines people ou mieux la peopolisation de l’information est un objet de recherche légitime non seulement parce qu’il se situe « au cœur des mutations contemporaines du champ médiatique » (Dubied, 2009, en ligne), mais aussi parce qu’il « offre manifestement un accès privilégié à de nouvelles négociations identitaires, par exemple, de nouvelles relations sociales, une nouvelle manière de communiquer » (op. cit.). Si dans les études en sciences de la communication et de l’information, l’analyse de l’information people tire sa légitimité principalement de la place de plus en plus « encombrante » qu’elle occupe au sein des médias, du côté des linguistes, c’est Paveau (2012) qui argumente pour la prise en compte de ce genre de presse :

Si les discursivistes tenaient vraiment compte de ce que disent « les gens », ils travailleraient sur les discours « ignobles », c’est-à-dire illégitimes ou considérés comme tels, sur la « mauvaise » littérature, sur la presse people ou la presse à scandale, sur le discours pornographique (Paveau, 2011) ou le discours éthylique (Perea, 2000). La liste est tout aussi inépuisable que celle des corpus nobles...
Paveau, 2012

6L’hypothèse de base de ces affirmations, à laquelle je souscris, est que les magazines people offriraient un observatoire privilégié de pratiques langagières plus proches du « comment parlent les gens ». Ils présenteraient par là des variations entrant en conflit avec la norme du français telle que le discours normatif-puriste est censé la relayer ou, du moins, ils permettraient d’observer la manière dont les journalistes du people envisagent les pratiques langagières de leurs lecteurs.

2. AUTOUR DE LA PRESSE PEOPLE EN FRANCE : HYPOTHÈSES, QUESTIONS ET CORPUS

  • 3 Le terme « nouvelle génération » est emprunté à Peyrou 2013 qui entend par là « des revues au forma (...)

7En France, le people se porte bien, même très bien. Les chiffres de vente le montrent clairement : des titres tels que Closer, Public, Oops !, magazines de « nouvelle génération3 », dépassent le million d’exemplaires vendus en 2011, comme le démontre le tableau tiré de l’étude Audipresse de l’OJD :

Tableau 1 : Diffusion de la presse people en France en 2011 (

Tableau 1 : Diffusion de la presse people en France en 2011 (

Source : OJD)

8Closer et Public, qui intéressent les analyses qui suivront, sont parmi les magazines les plus vendus de ce genre et leur lectorat se compose de la manière suivante :

Tableau 2 : Typologie de lectorat de closer et Public en France en 2011

Tableau 2 : Typologie de lectorat de closer et Public en France en 2011

(Source : OJD)

9Si les lectrices sont certainement plus nombreuses, la portion de public masculin n’est pas négligeable et cela confirme la diffusion de la presse people même au-delà du lectorat people typique. Il est en effet intéressant de constater que la différence la plus remarquable se situe au niveau des tranches d’âge des lecteurs : pour Closer et Public à peu près la moitié des lecteurs ont entre 15 et 29 ans. Les caractéristiques du lectorat font de ces magazines un médium trans-groupes et leur lecture apparaît donc comme un phénomène générationnel plutôt que lié au genre des lecteurs. Cela est étonnant si l’on pense à la situation il y a dix ans, comme le remarque Barbier-Bouvet (2011) : « il s’agit bien ici d’un phénomène de génération puisque cette lecture est supérieure à ce qu’elle était il y a dix ans dans la même tranche d’âge et à ce qu’elle est aujourd’hui chez les adultes plus âgés ». Les raisons de ce succès auprès des jeunes sont à rechercher, d’après Charon 2008, dans l’adoption d’« un registre insolent, humoristique et grinçant. Ce mouvement est lié à la quasi-absence de presse populaire quotidienne en France, qui cultiverait notamment la mise à distance des élites » (op. cit. : 4). Ce succès est expliqué par les experts à partir du double processus d’ascension et de rapprochement subi par les stars dans ces magazines : divinisées et considérées comme des dieux olympiques d’une part, elles sont volontiers saisies dans des poses, dans des postures de plus en plus « familières et familiales » (Morin, 1972, 33). Cela permet en effet aux médias people de remplir

une fonction de médiation en établissant un dialogue entre les polarités paradoxales du populaire : il cherche à rapprocher l’accessible (l’« homme moyen ») de l’inaccessible (la sphère mondaine). La médiation people tente d’abolir les distances et ce dans un double mouvement : d’un côté, elle fait « descendre » le monde des vedettes vers le commun des mortels ; de l’autre, elle fait « monter » ces derniers vers les premiers. Ces mouvements ascensionnels et descendants sont solidaires et liés.
Marion, 2005

10L’enjeu pour ce type de presse se situe alors dans sa capacité de plaire au peuple par des récits touchant les célébrités, dont on raconte la vie, les amours, les secrets les plus intimes. Mon hypothèse est donc que cette réduction de la distance passerait aussi par le recours massif à des variations stylistiques, et notamment, par des formes langagières plus proches de la parole non surveillée et donc plus susceptibles, dans les représentations que peuvent avoir les journalistes, de se rapprocher du langage quotidien des lecteurs. La mise en scène de pratiques langagières et discursives faciliterait donc la création d’un effet de connivence et de proximité avec les lecteurs qui expliquerait du moins en partie le succès de ce genre de presse. Une fois repérées les configurations discursives les plus répandues dans ces magazines, nous les confronterons aux principales caractéristiques langagières susceptibles de jouer un rôle dans ce double mouvement de descente et de montée.

11Le corpus analysé est constitué de 9 numéros de Public et de 9 numéros de Closer, publiés au cours de l’été 2011. Ces deux magazines présentent l’actualité des célébrités, françaises et américaines, ils s’intéressent à leur apparence, à leurs vêtements et accessoires, sur un ton humoristique et cherchant la complicité avec le lecteur. Une large place est laissée aussi à la mode et aux conseils beauté.

3. DE QUELQUES CONFIGURATIONS DISCURSIVES

12La première caractéristique qui frappe le lecteur en ouvrant l’un de ces magazines est le syncrétisme verbo-iconique : des bulles colorées qui se superposent aux photos des vedettes aident le lecteur à saisir en un clin d’œil les propos des journalistes et, en l’occurrence, anticipent sur les réactions du lectorat, comme les exemples suivants le montrent bien :

1. On a donc bien du mal à trouver des traces de ses précédentes conquêtes (même si on ne doute pas qu’il doit y en avoir un bataillon) [Image : une fille habillée avec un trench-coat beige et des lunettes de soleil]

2. Ravissant... on voudrait bien le même bikini... et le mec qui va avec ! [Image : un jeune acteur, à la mer, tient dans ses bras sa nouvelle copine qui est en bikini]

3. Elle a beau avoir lancé sa propre ligne de jeans avec la marque italienne Fiorucci, finalement, c’est en maillot de bain qu’elle est la plus belle ! [Image : une fille en maillot de bain prise de dos]

13L’insertion des jugements des journalistes peut donc passer par l’emploi de marques typographiques (les parenthèses dans (1)), par le recours à une ponctuation expressive (les points de suspension dans (2) et le point d’exclamation dans (3)) et, enfin, par l’inscription en discours de connecteurs « conclusifs » (« finalement » dans (3)) (Ducrot et al., 1980), permettant non seulement de trancher sur les propos qui les précèdent, mais aussi d’orienter le point de vue du lecteur en faveur des jugements exprimés. C’est du moins ce que l’on constate aussi au niveau du dispositif énonciatif : l’absence presque systématique des signatures des journalistes et la superposition de ces textes aux images constituent le cadre où, à côté de subjectivèmes tels que « ravissant », « belle » l’on trouve des pronoms (l’indéfini on) favorisant la prise en charge de ces énoncés par tout un chacun et permettant d’englober le lecteur dans le jugement du journaliste. Ces « on », si bien exploités par les journalistes dans différentes typologies de presse (Marnette, 2004), intègrent aux propos des scripteurs l’avis des lecteurs. Les journalistes adoptent donc une posture de surénonciation (Rabatel, 2004) de sorte que leurs propos soient exprimés comme partagés par les destinataires, incontestables. Et cela est d’autant plus vrai si l’on considère que ces énoncés s’appuient volontiers sur des photos prises ad hoc, même parfois embarrassantes (cf. exemple 3) et qui semblent corroborer ces mêmes jugements. Le tout est construit de façon à ce que ce soit l’image elle-même qui « parle » ou mieux, qui « juge », au lecteur ne reste donc qu’à constater la vérité des propos ainsi énoncés.

14Il s’agit bien là d’un discours du démasquage des intrigues et des évènements de la vie privée des stars ainsi que de leurs défauts : un discours de la vérité, tenu par les gens ordinaires, dont les journalistes ont l’ambition d’interpréter les pensées et les désirs. A cet effet concourent aussi les insertions des discours directs des vedettes que les journalistes n’hésitent pas à valoriser à travers les guillemets ou des caractères typographiques en les distinguant du reste des textes, comme Marnette (2004) l’avait d’ailleurs déjà remarqué pour d’autres magazines féminins :

4. Comme elle tient très très fort à son intimité, Mrs. West a raconté en détails le moment où elle a annoncé la bonne nouvelle à son mari. Accrochez-vous, c’est plein de rebondissements, de romantisme, d’émotions : « J’ai fait un test de grossesse et ensuite j’ai pris une douche. J’ai regardé vers le lavabo, et j’ai dit "Bébé, je suis enceinte" ». Wa-ouh.

5. Posh a été aussi claire que l’eau des Caraïbes : « Les enfants ? J’ai déjà donné. Je me sens bien avec ma famille, j’ai tout ce qu’il me faut. J’ai fait ma part du job ! » On veut bien faire les "autres parts du job" à ta place si tu veux. Vic !

15Le discours direct objective et légitime les commentaires qui l’entourent : l’onomatopée marquant la surprise (dans (4)) et la simulation de réponse (dans (5)) participent de l’inscription en discours d’une certaine spontanéité et par là d’un effet d’oral spontané : dans (4), le journaliste s’adresse directement aux lecteurs en les interpellant afin de capter leur attention et dans (5) il feint de dialoguer avec la vedette dont il rapporte les dires et crée par là un « simulacre de dialogue » (Jaubert, 2005) que, bien évidemment, il exploite savamment pour véhiculer des propos ironiques. Ces quelques configurations discursives permettent ainsi de créer un espace de connivence et de proximité avec le lecteur, cet espace étant d’autant plus important si l’on prend en compte l’ironie qui traverse les commentaires. C’est ce qui arrive dans (5) où les propos de la vedette sont repris entre guillemets et détournés dans la réaction « spontanée » du journaliste qui se fait, encore une fois, l’interprète d’une vision désenchantée de la vie susceptible d’englober celle du lectorat du magazine. A peu près la même situation se configure dans l’exemple (6), où le discours direct de la vedette est suivi d’un commentaire explicite et ironique du journaliste, qui n’hésite pas à souligner le ridicule de ces affirmations :

6. « Karolyn me fait connaître des choses plus raffinées. Par exemple, de la confiture de figue et du fromage sur un cracker » déclare-t-il au Los Angeles Times. Ça se confirme, Shia sait vraiment parler aux femmes !

16Si, contrairement à ce qui se passe généralement dans la presse « noble » (Marnette, 2004), où le discours direct permet un certain effacement énonciatif de la voix des journalistes, et cela du moins en apparence, il semblerait que dans ces magazines les citations des stars offrent l’occasion aux journalistes d’exprimer de manière plus ou moins péremptoire des jugements et des critiques personnelles, volontiers teintés d’ironie. Ces exemples témoignent en effet d’une critique plutôt explicite du supposé cynisme et du prétendu manque d’émotions des stars, qui passe principalement par l’emploi de configurations discursives favorisant une sorte de connivence entre lecteurs et journalistes. Si ces quelques configurations montrent bien le double mouvement qui serait à la base du succès de ce genre de presse, qu’en est-il des caractéristiques langagières de ces magazines ? Participent-elles tout comme le régime énonciatif décrit à la construction discursive d’un effet de connivence avec le lectorat ?

4. DES ENJEUX DISCURSIFS AUX VARIATIONS LANGAGIÈRES : EFFETS DE CONNIVENCE ET DE PROXIMITÉ AVEC LES LECTEURS

4.1. De la recherche de la connivence avec les lecteurs

17L’analyse des phénomènes de variation dans le corpus a permis d’identifier 156 formes langagières se détachant d’une manière ou d’une autre (niveaux syntaxique, orthographique, lexical) du français standard. Sur cet ensemble, 123 éléments (soit presque 80 % du total) se concentrent dans les titres, sous-titres et dans les légendes des photos, qui se détachent du reste du texte aussi au niveau typographique (taille et couleurs des caractères, polices). En dépit de mes hypothèses de départ, le français tel qu’il est représenté dans ces numéros appartient à un style plutôt standard, voire recherché et cela est vrai du moins pour les contenus des articles et des interviews, où l’on remarque aussi l’absence presque totale de figures de style. En voici un exemple parmi d’autres :

Un anniv’ à l’eau pour ses 49 ans !
C’est un Tom Cruise comblé qui a fêté ses 49 ans le 3 juillet dernier. Après plusieurs périodes de tension dans son couple, l’harmonie est de nouveau à l’ordre du jour. D’ailleurs, sa femme apparaît plus souriante que jamais. L’acteur qui tourne actuellement en Floride dans le film Rock of Ages, a passé la journée du dimanche dans la piscine de l’hôtel Solo Beach House, à Miami, avec Katie et leur fille, Suri.

  • 4 À titre d’exemple contrastif avec les analyses qui suivront, voir le cas de Libération, dont les ti (...)

18Les articles sont plutôt courts et semblent privilégier la transmission de contenus informationnels plutôt que la recherche d’effets stylistiques particuliers, ils relèvent donc d’un registre standard. C’est surtout dans l’appareil paratextuel remplissant essentiellement une fonction d’accroche que les variations apparaissent en impliquant tous les niveaux de l’analyse linguistique. L’on assiste donc à un phénomène de condensation des variations langagières dans la titraille qui, si sa fonction première est celle de transmettre l’essentiel de l’information de l’article, semble le faire de manière à véhiculer des allusions ainsi que des jugements des journalistes, tout comme cela arrive dans d’autres genres de presse plus nobles4. Il semblerait en effet que, quel que soit le journal choisi, les contraintes pragmatiques de captation de l’auditoire pesant sur le titre font en sorte que celui-ci puisse être considéré comme « un texte autonome, construit selon des règles qui lui sont tout à fait propres » (Sullet-Nylander, 2005 : 136). Or, au niveau strictement linguistique, les phénomènes les plus répandus dans le corpus concernent l’insertion de néologismes et notamment d’emprunts plus ou moins intégrés au lexique du français, comme c’est le cas de « rebooster » dans le cas suivant :

Reboosté par la grossesse de sa fille

19où le recours au préfixe re- indique l’adaptation au moins partielle au système du français. Cela arrive également dans l’exemple qui suit, où l’anglicisme « loser » est francisé par le suffixe -euse, /individu//féminin/ :

La looseuse [Paris Hilton] de la semaine

20La francisation des emprunts se retrouve aussi dans le participe présent « flashant » venant de to flash et dans l’emploi du verbe « briefer », verbe créé à partir du procédé de dérivation suffixale :

La chérie de Seal n’a qu’une chose en vue ; rester flashante et classy

Une fille à la maison ? Une petite révolution pour les trois casse-cou de David, qui a tenu à les briefer à la plage !

21L’intégration au système du français peut également se faire par la structure syntaxique dans laquelle sont insérés les mots ou les expressions empruntés, sans qu’aucune modification morphémique ne touche au signifiant :

Entre les deux stars de high school musical, c’est sea, kiss and sun...

22Dans ce dernier exemple, la structure présentative « c’est » introduit l’expression sans qu’aucune marque typographique n’indique le recours à l’anglais, tout comme cela arrive dans les exemples suivants :

Nos people adorent faire rimer vacances avec testostérone

Bal masqué vénitien, gâteau à 11000 Euros, concerts jusqu’au bout de la night... le mariage de Kate a tenu ses promesses
Il est tellement in love de Renée qu’il s’affiche partout avec elle

23Si les anglicismes constituent le plus grand nombre d’emprunts du corpus, parmi les langues prêteuses, l’espagnol trouve sa place lorsque, dans les articles, il s’agit de commenter la vie de vedettes sud-américaines :

Le couple le plus caliente d’Hollywood

24Aucune modification morphosyntaxique ne touche le signifiant, alors que pour les anglicismes, les adaptations sont beaucoup plus fréquentes. Toutefois, non seulement aucune marque typographique n’introduit ces unités lexicales plutôt récentes et construites à partir du recours à l’anglais ou à l’espagnol, mais aucun commentaire métadiscursif n’en précise non plus le sens. Si d’un côté il s’agit d’emprunts plutôt faciles à reconnaître, de l’autre, leur appréhension de la part des lecteurs francophones se fait par le recours aux éléments contextuels et, en particulier, grâce au syncrétisme texto-iconique. Ces unités lexicales sont donc considérées comme transparentes pour les lecteurs et elles semblent appartenir au répertoire lexical de tout un chacun, sans qu’il y ait besoin de souligner leur insertion dans les textes. Cela est vrai aussi lorsqu’on prend en compte le seul véritable néologisme repéré dans le corpus :

Jennifer Lopez : c’est tétonnant. [...] la chanteuse a dévoilé une partie de son anatomie.

25La photo de Jennifer Lopez seins nus ainsi que la suite du texte fournissent la clé de lecture et permettent aux lecteurs de bien interpréter le jeu de mots créé à partir du néologisme. Ce sont bien les jeux langagiers qui permettent aux journalistes d’établir une connivence avec les lecteurs et qui atténuent les contenus véhiculés, surtout lorsqu’il s’agit d’allusions sexuelles :

Katie Holmes, enfin elle Suri à la vie

Pas étonnant qu’elle ait la banane : question bisous, Zac est dans le « cou » ! [Zac Efron donne un bisou sur le cou de sa copine]
Elle dévoile sa fesse cachée [Photo d’une actrice prise de dos en bikini]

26Comme on peut le constater, ces jeux de mots reposent sur des connaissances de type encyclopédique (par exemple, dans le premier commentaire, « Suri » est le prénom de la fille de Katie Holmes) supposées être partagées par le lectorat ou, encore une fois, sur le syncrétisme verbo-iconique (les deux derniers exemples). Si les allusions sexuelles ne sont pas très fréquentes, elles passent volontiers par le recours à des lexèmes ou à des structures plus ou moins figées issus des registres argotique et populaire :

La bombasse de la quinzaine
Et quand elle n’est pas occupée à se la jouer bombasse, elle sauve des chiens de la noyade.
Il se tape sa sexy assistante !

27L’insertion du registre argotique et populaire est présent même là où les allusions sexuelles ne constituent pas l’enjeu des énoncés :

Elle tape la pose comme Kim Kardashian !
Elle flingue Chris Brown sur Twitter !
Sean se la pète sur la plage en bombant le torse

28Les expressions figées relevant d’un registre plus neutre (« L’acteur de Bones ne semble pas dans son assiette » (p. 8)) sont nettement plus rares. Les journalistes du people semblent privilégier les jeux langagiers créés ad hoc par eux-mêmes et qui fonctionnent à l’instar de clins d’œil aux lecteurs avec qui ils font semblant de partager non seulement des connaissances mais aussi des jugements sur les faits relatés. Si la « vivacité » est privilégiée au détriment de la clarté et de la transparence lexicale, il est vrai aussi que cette créativité reste dans le cadre d’une intercompréhension plutôt immédiate : les emprunts utilisés ainsi que les expressions puisées dans les registres argotique et familier sont largement diffusés dans les pratiques langagières (l’on peut d’ailleurs légitimement entrevoir là l’influence des médias audiovisuels dans la diffusion de ce genre de pratiques tout comme dans leur reproduction dans la presse écrite) et facilement reconnaissables par tout locuteur moyen, et cela est confirmé par l’absence presque totale de créations lexicales ex novo. Si des recherches précédentes sur les anglicismes dans la presse (Klein et al., 1997) ont montré le poids marginal des emprunts dans des quotidiens francophones tels que Libération, Le Monde, La Dernière Heure, Le Soir et leur concentration dans les rubriques traitant de la « vie sociale » et des « loisirs », dans les magazines people, non seulement ils sont fortement répandus, mais ils sont aussi présents de manière transversale dans toutes les rubriques. Il me semble donc que ces emprunts tout comme le recours aux registres populaire et familier obéissent davantage à la volonté des journalistes de reproduire un « français branché », par moments stéréotypé, et par là, de renforcer la connivence avec leurs lecteurs qu’à la nécessité de suppléer des manques lexicaux du français.

4. 2. La réduction de la distance avec les lecteurs par l’oral spontané (ou stéréotypé)

29Cet effet de connivence avec les lecteurs est créé aussi à travers le recours à des formes écrites reproduisant de très près des traits d’oralité supposée spontanée. Tout comme pour les phénomènes décrits ci-dessus, l’oralisation des textes touche particulièrement la titraille et elle se déploie tant au niveau syntaxique qu’aux niveaux orthographique et ponctuationnel. Sans entrer dans le détail de la question des différences entre l’écrit et l’oral, déjà longuement traitée par les linguistes (Blanche-Benveniste, 2000) et par les sociolinguistes (Gadet, 1996 ; 2003), je me limiterai ici à rappeler que les deux ordres obéissent à des règles et à des contraintes partiellement différentes et qu’entre les deux pôles opposés de conversation orale spontanée (pôle de la proximité maximale) et de l’écrit soigné (pôle de la distance maximale) existent toute une série de pratiques intermédiaires qui brouillent un tant soit peu les différences entre les deux (voir notamment les pratiques scripturales sur des supports technologiques, comme les SMS, les forums et les chats). En dépit du fait que le français « parlé » est souvent considéré comme synonyme de français « fautif » dans le discours puriste et normatif (Blanche-Benveniste, 2000) et qu’il fait l’objet de stigmatisations plus ou moins fortes de la part des locuteurs, le recours à des formes oralisantes à l’écrit remplit des fonctions variées suivant les contextes et les locuteurs. Le corpus analysé met en effet en évidence la présence massive de phrases nominales et d’ellipses verbales qui, si elles tiennent aussi au fait que les titres sont des énoncés courts, permettent de rapprocher ces textes des pratiques orales ordinaires, surtout lorsqu’elles se trouvent à la modalité exclamative :

Pas sûr que d’ici là George Clooney ne l’ait déjà remplacée...
Mariah Carey : pas encore remise de son accouchement !
Une rupture un peu brutale, pas vraiment "gentleman" pour un jeune homme que..
Faut pas se montrer comme ça. Olivia Wilde : vite, un p’tit coup de blush !
Elle a beau avoir lancé sa propre ligne de jeans avec la marque italienne Fiorucci, finalement, c’est en maillot de bains qu’elle est la plus belle !

30Des négations sans discordantiel sont également présentes dans le corpus, dont voici un exemple :

Help, j’sais pas nager ! vite une bouée !

31Sur ces constructions se greffent volontiers une orthographe reproduisant de manière quelque peu stéréotypée la langue orale, la modalité exclamative et une ponctuation expressive (les points de suspension et d’exclamation). L’effet d’immédiateté de l’oral se conjugue alors avec la recherche d’un idéal discursif ordinaire dans le but de rapprocher les lecteurs du monde « mythique » des vedettes. Tant dans les cas où ces énoncés sont mis dans la bouche des stars (le dernier exemple) que lorsqu’ils sont énoncés par les journalistes, ils semblent refléter les pensées des lecteurs. A cet effet de proximité avec le lectorat concourent aussi les abréviations qui ne sont toutefois pas très nombreuses dans le corpus :

Un anniv’ à l’eau pour ses 49 ans il a encore pécho

32Les représentations graphiques et les structures syntaxiques rappellent de très près les échanges oraux, bien que de manière quelque peu stéréotypée, et permettent par là une plus grande identification des lecteurs avec les propos ainsi véhiculés. La portée d’oralisation des énoncés peut aussi être représentée par l’insertion d’éléments lexicaux issus des registres argotique et familier dans des structures syntaxiques relevant d’un registre plutôt soutenu :

A-t-elle tenté de pistonner un ami ?
Alessandra Sublet est-elle une vraie « fayote » ?

33Le décalage entre la structure syntaxique (inversion du sujet clitique) et les lexèmes familiers montre alors la volonté des journalistes de capter l’attention des lecteurs par la création d’un effet d’étrangeté, voire de transgression, tout en rapprochant ces énoncés d’une plus grande spontanéité langagière, tant il est vrai que, comme l’affirme aussi Leitner « in the area of style, informality and conversation are said to project images of familiarity, cooperativeness, and friendliness » (1997 : 199). Néanmoins, ce procédé renforce le caractère quelque peu artificiel, voire stéréotypique, de la représentation de l’oralité dans ces textes. La recherche d’une sorte de verve stylistique se retrouve aussi dans les figures de style utilisées : jeux de rimes, allitérations et jeux sur les signifiants sont alors mobilisés dans le but d’enrichir l’éventail des ressources linguistiques employées pour retenir l’attention des lecteurs :

Corps à corse
Nouvelle maison pour nouvelle vie. Si certains optent pour une nouvelle coiffure, ou une nouvelle garde-robe, les stars, elles dépensent des fortunes dans de luxueuses demeures... Ça fait cher le chagrin d’amour !
Belle et rebelle
Un petit ventre prometteur d’un grand bonheur

34Autant de procédés qui font en sorte que la fonction informative de ces textes passe au second plan par rapport au plaisir de jouer avec la langue et à la nécessité des journalistes de créer une connivence avec les lecteurs avec qui ils semblent partager non seulement des jugements sur ce monde aussi fabuleux que critiquable des vedettes, mais aussi toute une série de pratiques langagières et discursives. C’est ainsi que ces « écarts » par rapport aux normes dominantes participent de la manière dont les journalistes envisagent les échanges oraux ordinaires et rendent compte d’un idéal discursif qui s’éloigne un tant soit peu des discours de la tradition normative et puriste.

CONCLUSION

35En dépit de ce qu’on pourrait croire à première vue, l’écart normatif est plutôt limité dans l’ensemble de ces magazines. Si l’emploi d’anglicismes et le recours à des formes d’oralisation semblent caractériser aussi d’autres formes de journalisme plus récentes, comme les blogues journalistiques français et québécois (Chaput, 2010), ces analyses montrent clairement que dans les magazines people l’insertion des variations remplit essentiellement une fonction d’accroche et, par là, elle obéit à des contraintes pragmatiques identiques à celles qui pèsent sur les quotidiens de plus grande envergure. Cette stratégie de captation de l’attention se réalise, comme on l’a vu, au travers de deux procédés principaux : la création d’un effet de connivence par l’emploi d’une langue « branchée » et la recherche d’une plus grande proximité avec le lectorat par le recours à une écriture hybride, à des formes d’une oralité stylisée qui participent entre autres de la construction d’un jeu de projections/identifications avec les vedettes. Ces procédés permettent aux journalistes de reproduire l’apparence d’une communication plus immédiate avec les lecteurs. L’objectif ne semble donc pas celui d’innover ou de surprendre par la langue : les journalistes calibrent savamment jeux de mots, innovations lexicales et langue standard, afin de permettre aux lecteurs de s’identifier tantôt aux vedettes tantôt aux jugements que les journalistes portent sur elles.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Achard-Bayle, Guy et Paveau, Marie-Anne (éds.) (2008), Linguistique populaire ?, Pratiques n° 139-140.

Barbier-Bouvet, Jean-François (2011), « La lecture des magazines par les jeunes adultes : un écran de papier ? », dans Lectures et lecteurs à l’heure d’internet : livre, presse, bibliothèques, dir. C. Evans, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, p. 115-133.

Beacco, Jean-Claude (2008), « De la verve. À la recherche d’un idéal discursif ordinaire », Pratiques n° 139-140, p. 129-147.

bell, Allan (1984), « Language style as audience design », Language in society vol. 3, 2, p. 145-204.

bell, Allan (2001), « Back in style : Reworking audience design », dans Style and socioiinguistic variation, dir. P. Eckert et J.R. Rickford, Cambridge/New York, Cambridge University Press, p. 139-169.

Blanche-Benveniste, Claire (2000), Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys.

Bourdieu, Pierre (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Canut, Cécile (2007), Une langue sans qualité, Limoges, Éditions Lambert Lucas.

Chaput, Louise (2010), « La variation stylistique en tant que procédé discursif dans les blogues journalistiques » dans Les médias et le politique. Actes du colloque « Le français parlé dans les médias », M. Burger, J. Jacquin et R. Micheli (éds.), Lausanne, Centre de linguistique et des sciences du langage. [En ligne : http://www.unil.ch/clsl/page81503.html].

Charon, Jean-Marie (2008), La presse magazine, Paris, La Découverte, p. 3-5.

Coupland, Nikolas (2007), Style : Language variation and identity, Cambridge, Cambridge University Press.

Dortier, Jean-François (2009), « Les people, pourquoi ça marche ? », Sciences humaines n° 204, p. 18-23.

Dubied, Annik (2009), « L’information-people. La célébrité racontée par la presse », Communication n° 27, en ligne : http://communication.revues.org/1351[consulté le 12/02/2016],

Ducrot, Oswald (1980), Le Dire et le Dit, Paris, Minuit.

Gadet, Françoise (1996), Le français ordinaire, Paris, Armand Colin.

Gadet, Françoise (2003), La variation sociale en français, Paris, Ophrys.

Hoggart, Richard (1970), La culture du pauvre, Paris, Minuit.

Jaubert, Anna (2005), « Dialogisme et interaction épistolaire », Dialogisme et polyphonie. Approches linguistiques, dir. J. Bres, P. -P. aillet, S. Mellet, H. Nolke et L. Rosier, Bruxelles, De Boeck Université, p. 215-230.

Klein, Jean-René, Lienart, Nathalie et Ostyn, Stéphane (1997), L’anglicisme et la presse : Enquête et analyse à travers quatre quotidiens français et belges, Revue de linguistique romane n° 61 [En ligne : file :///C : /Users/stefano/ Downloads/rlr-001_1997_61_243-244_a_002_d.pdf]

Lagorgette, Dominique (dir.) (2009), Les Insultes en Français, de la recherche fondamentale à ses applications, Editions de l’UdS, collection « langages », n° 5.

Lagorgette, Dominique et Larrivée, Pierre (2004), « Présentation », Les insultes : approches sémantiques et pragmatiques, Langue Française n° 144, p. 3-12.

Leitner, Gerhard (1997), « The Sociolinguistics of communication media », The Handbook of sociolinguistics, dir. F. Coulmas F., Oxford, Blackwell, p. 187-204.

Lutaud, Léna et Dromard, Thiébault (2006), Les Dessous de la presse people, Paris, Éditions De La Martinière.

Maingueneau, Dominique (2007), La littérature pornographique, Paris, Armand Colin.

Marnette, Sophie (2004), « L’effacement énonciatif dans la presse contemporaine », Langue française n° 156, p. 51-64.

Marion, Philippe (2005), « De la presse populaire au populaire médiatique », Hermès n° 42, p. 119-125.

Morin, Edgar (1972), Les Stars, Paris, Points Essais.

Niedzelski, Nancy et Preston, Dennis (2000), Folk linguistics, Berlin, New York, Walter de Gruyter.

Paveau, Marie-Anne (2012), « Que veut dire travailler en analyse du discours en France en 2011 ? Épistémologies, objets, méthodes », Actes du colloque III Encontro Internacional de Estudos da Linguagem, septembre 2011 ; Pouso Alegre, en ligne http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/246/files/2010/07/conf%C3%A9rence-pouso-87.pdf[consultéle12/02/2016],

Paveau, Marie-Anne et Perea, François (2012), Corpus sensibles, Cahiers de praxématique n° 59.

Paveau, Marie-Anne (2014), Le discours pornographique, Paris, La Musardine, coll. « L’attrape-corps ».

Paveau, Marie-Anne (2015), « La part d’ombre de l’analyse du discours », Analyse du discours et dispositifs d’énonciation. Autour des travaux de D. Maingueneau, dir. G. Philippe et J. Angermuller, Limoges, Lambert-Lucas, p. 97-107.

Paveau, Marie-Anne et Rosier, Laurence (2008), La langue française. Passions et polémiques, Paris, Vuibert.

Peyrou, Mathilde (2013), La presse people dans les bibliothèques municipales, Mémoire d’étude, en ligne http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/60402-la-presse-people-dans-les-bibliotheques-municipales.pdf[consultéle12/02/2016],

Rabatel, Alain (2004), « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », Langages n° 156, p. 3-17.

Remysen, Wim (2012), « Les représentations identitaires dans le discours normatif des chroniqueurs de langage canadiens-français depuis le milieu du XIXe siècle », Journal of French Language Studies, vol. 22, n° 3, p. 419-445.

Spies, Virginie (2009), « La question des objets médiatiques illégitimes et populaires », Mise au point, 1, en ligne : http://map.revues.org/1270[consulté le 12/02/2016],

Sullet-Nylander, Françoise (2005), « Jeux de mots et défigements à la une de libération (1973-2004) », Langage et société n° 112, p. 111-139.

Wolton, Dominique (1997), Penser la communication, Paris, Flammarion.

Notes

1 Le terme « locuteur ordinaire » est emprunté aux travaux en linguistique populaire de (Achard-Bayle et Paveau, 2008) et constitue le traduisant français de « non-linguiste » (Niedzielski et Preston, 2000) choisi par les deux chercheurs francophones. Ce terme indique tout locuteur qui n’est pas linguiste professionnel, indépendamment de sa formation. Cela dit, les lecteurs qui écrivent aux journaux font généralement partie d’un type de lectorat plutôt cultivé.

2 « Horizon analyses aux courriers des lecteurs » était une rubrique hebdomadaire publiée dans Le Monde et tenue par le médiateur/correcteur du quotidien, où le journaliste reprenait les propos de certains lecteurs et les commentait.

3 Le terme « nouvelle génération » est emprunté à Peyrou 2013 qui entend par là « des revues au format et ton plus modernes, plus accrocheurs [qui] sont pour la plupart vendues entre 1 et 1,50 euros et paraissent en fin de semaine » (op. cit., p. 24)

4 À titre d’exemple contrastif avec les analyses qui suivront, voir le cas de Libération, dont les titres de la Une ont été analysés par Sullet-Nylander, 2005.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Diffusion de la presse people en France en 2011 (
Crédits Source : OJD)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Tableau 2 : Typologie de lectorat de closer et Public en France en 2011
Crédits (Source : OJD)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search