Version classiqueVersion mobile

Normes textuelles et discursives : émergence, variations et conflits

 | 
Lucile Gaudin-Bordes
, 
Michèle Monte

II. Normes et routines textuelles

Les nécrologies de « salauds » : défunts transgressifs, normes transgressées ?

Marie-Laure Florea

Texte intégral

  • 1 Latta Jérôme, Pas tout à fait Thierry, pas-tout-a-fait-thierry, 19 juin 2012. URL : http://latta.bl (...)

1« Aviez-vous besoin de tremper votre plume dans du fiel à l’heure du deuil ? », interroge un lecteur anonyme d’une nécrologie consacrée à Thierry Roland sur un blog sportif1, offusqué par son orientation jugée trop critique. De fait, la nécrologie est un genre de discours dont les normes discursives sont particulièrement marquées, tant du côté de ceux qui produisent ces discours (journalistes ou proches du défunt) que du côté de ceux qui les lisent : l’analyse des réactions de lecteurs à diverses nécrologies publiées en ligne montre que la « norme nécrologique » a été si bien intériorisée que les récepteurs perçoivent spontanément les cas où elle n’est pas respectée, et n’hésitent pas à le signaler, à l’instar de ce que l’on observe dans la citation liminaire.

  • 2 Il s’agit du corpus de nécrologies que j’ai analysé dans le cadre de ma thèse, composé de quelque c (...)

2C’est justement à ces transgressions que l’on voudrait s’intéresser dans cet article : la nécrologie est en effet un genre de discours fortement routinisé (Revaz, 2001 ; Fowler, 2005 ; Florea, 2011). Malgré tout, l’analyse d’un corpus important de nécrologies2 a montré des cas d’infraction à la norme, voire de retournement de cette norme. Il s’agit dès lors d’investiguer les causes de cette transgression des normes. On tentera de montrer ici que les cas de transgression des normes sont intimement liés à l’identité des défunts, puisqu’ils se produisent beaucoup plus fréquemment dans les nécrologies de personnages controversés, voire honnis. Ce sont ces nécrologies de « salauds » que l’on se propose d’étudier ici, par comparaison aux nécrologies dites « classiques », afin de montrer que l’identité du disparu influe sur les formes que prend le discours, et plus précisément, que la dimension transgressive du défunt entraîne une transgression des normes discursives. On se concentrera successivement sur trois aspects de cette transgression : la dévalorisation du défunt, la subversion de l’éloge et le renversement de certaines routines nécrologiques.

1. DÉVALORISATION DU DÉFUNT

3La première transgression repose sur l’orientation donnée à la nécrologie : les nécrologies sont traditionnellement des portraits hagiographiques, tournés vers l’éloge du défunt. Dans les nécrologies de « salauds », on assiste à un renversement de ce fonctionnement, puisque divers procédés, relevant en particulier de la construction du référent, concourent à faire du défunt un personnage blâmable.

1.1. Nomination

4Ce sont en premier lieu les procédés de nomination qui vont esquisser une image haïssable du disparu. On retrouve ainsi des expressions désignatives extrêmement péjoratives :

  • 3 Les références des nécrologies sont indiquées selon le modèle suivant : [Titre du journal, date : p (...)

(1) Au Chili, le magistrat Juan Guzman [...] s’attaque, sans répit, à l’immunité de l’ex-tortionnaire.
Le Figaro, 11/12/06 : 5 – Pinochet3

(2) Chili : la mort d’un tyran sanglant
L’Humanité, 11/12/06 : 15 – Pinochet

(3) Le bourreau des Balkans
Libération, 13/03/06 : 8 – Milosevic

(4) Sa carrière exceptionnelle, comme dit Papon, fut en effet une carrière très réussie de respectable salaud.
Libération, 19/02/07 : 8 – Papon

(5) L’un des dictateurs les plus sanguinaires du XXe siècle
Le Monde, 12/12/06 : 28-Pinochet

5Les choix nominatifs (en gras) sont ici accusateurs : le défunt est nommé au travers des actes dont il s’est rendu coupable au cours de sa vie. Ceci a deux conséquences principales dans la perspective qui nous occupe : il s’agit tout d’abord de rendre le disparu détestable aux yeux du lecteur. L’objectif du nécrologue est aussi, voire surtout, de se présenter comme étant à la source de cette détestation : les défunts cités ici (Pinochet, Papon, Milosevic) sont en effet unanimement reconnus comme des « monstres ». Il est donc crucial pour le nécrologue de bien montrer de quel côté il se place, ce qui est d’autant plus important que la nécrologie est habituellement dotée d’une visée encomiastique : le nécrologue doit par conséquent rapidement montrer à son lecteur que le fait de consacrer cette nécrologie à un personnage peu recommandable n’implique pas qu’il cherche à lui rendre hommage.

6Dans ces nécrologies, on observe un second ensemble de nominations originales : il s’agit d’expressions qui visent à rendre le défunt misérable, à l’opposé de l’image de l’homme puissant qu’il a cherché à dégager au cours de sa vie. En voici quelques exemples :

(6) Le vieillard de quatre-vingt-seize ans est mort samedi à Pontault-Combault.
L’Humanité, 19/02/07 : 8- Papon

(7) L’étau judiciaire s’était resserré inexorablement sur le vieux caudillo.
Le Monde, 12/12/06 : 28 – Pinochet

(8) Auguste Pinochet, déchu et solitaire, est mort dimanche 10 décembre.
Le Monde, 12/12/06 : 28 – Pinochet

(9) La justice espagnole et son arrestation à Londres bousculent les plans du vieil homme déchu.
Le Figaro, 11/12/06 : 5 – Pinochet

7On observe les isotopies croisées de la vieillesse et de la déchéance, qui contribuent à donner une image pitoyable du personnage à la fin de sa vie. La stratégie est ici différente de la précédente, qui était directement accusatrice, mais les choix dénominatifs servent encore de repoussoir pour dénigrer le défunt.

1. 2. Description

8Il y a très peu d’éléments directement descriptifs dans les nécrologies consacrées à ces mal-aimés. On peut y voir le signe du refus de donner corps à des figures que l’on n’a pas envie de se remémorer. Les quelques éléments de description passent fréquemment par la caractérisation indirecte au travers de syntagmes possessifs, conformément au fonctionnement traditionnel des nécrologies, bien que son orientation argumentative soit ici détournée. En voici deux exemples :

(10) Margaret Thatcher, par son style autoritaire, sa violence et sa stimulation des inégalités, a été impopulaire et détestée.
L’Humanité 09/04/13-Thatcher

(11) Les témoins et journalistes présents au procès ont tous noté sa froideur, son cynisme, son indifférence au sort des victimes.
L’Humanité, 19/02/07 : 8-Papon

9La mention de qualités attribuées à Thatcher ou Papon (en gras) constitue un tremplin vers l’évocation des valeurs que les défunts incarnaient. On peut par exemple considérer que la « violence » est simultanément un trait de caractère et une valeur, ou que les trois caractéristiques attribuées à Maurice Papon (« sa froideur, son cynisme, son indifférence ») traduisent une certaine amoralité du personnage, qui incarne des valeurs avilissantes, contraires à l’humanisme.

10Les nécrologues ne se privent pas de quelques attaques envers le physique des défunts (et plus volontiers encore, des défuntes) :

(12) Il y a été égal à lui-même, d’une hautaine froideur dans ses costumes sombres d’apparatchik, visage charnu et maussade, chevelure gris-bleu lissée, regard étroit à l’éclat terne, sourire mince et arrogant.
Aujourd’hui en France, 12/03/06 : 9 – Milosevic

(13) Avec ses idées aussi rigides que ses mises en pli, Thatcher a inventé une idéologie : le thatchérisme qui continue de prospérer malgré ses échecs avérés.
Libération, 09/04/13 : 1-Thatcher

11Là encore, on retrouve un phénomène classique des nécrologies, dont la visée est de nouveau détournée : les nécrologies comportent peu de passages évoquant le physique des défunts, excepté lorsque le nécrologue prend appui sur l’apparence des défunts pour dresser leur portrait moral, en soulignant une concordance entre un trait physique et un trait de caractère. C’est un phénomène que l’on retrouve dans ces nécrologies de « salauds », si ce n’est que le parallèle est ici dévalorisant. C’est ainsi qu’en (12), le « sourire » de Slobodan Milosevic traduit son « arrogan[ce] », et son « costume sombre », sa « hautaine froideur », là où dans l’exemple (13), la coiffure de Margaret Thatcher est comparée à ses idées, les deux partageant la même rigidité.

12La dévalorisation du défunt, qui permet au nécrologue de prendre le contrepied des valeurs qu’il incarne, se fait également par le biais de l’image. On observe ainsi que de nombreuses illustrations donnent une image négative du personnage. Voici une sélection de quelques photographies illustrant des nécrologies de « salauds » :

(14) [Le Monde, 14/03/06 : 20 – Milosevic]

(14) [Le Monde, 14/03/06 : 20 – Milosevic]

(15) [Le Monde 13/10/08 : 16 – Haider]

(15) [Le Monde 13/10/08 : 16 – Haider]

(16) [Le Monde, 01/07/15 : 16 – Pasqua]

(16) [Le Monde, 01/07/15 : 16 – Pasqua]

(17) [Le Monde, 14/03/06 : 20 Milosevic]

(17) [Le Monde, 14/03/06 : 20 Milosevic]

(18) [Le Figaro, 13/10/08 : 9 – Haider

(18) [Le Figaro, 13/10/08 : 9 – Haider

13Le premier constat qui s’impose est le caractère original de ces photographies par rapport au traditionnel portrait du défunt que l’on trouve habituellement dans les nécrologies classiques, comme dans les exemples suivants :

19) [Prochoix, 01/07/06 : 101 – Dhavernas]

19) [Prochoix, 01/07/06 : 101 – Dhavernas]

(20) [Elle, 08/05/06 : 28 – Rey-Bellet]

(20) [Elle, 08/05/06 : 28 – Rey-Bellet]

(21) [Le Monde 24/05/06 : 31- Jong-wook

(21) [Le Monde 24/05/06 : 31- Jong-wook

14Ce format de portrait, avec cadrage en gros plan sur le visage, constitue l’illustration la plus fréquente dans les nécrologies (plus des trois quarts des photographies accompagnant les nécrologies respectent ce format).

15Dans les illustrations des nécrologies de « salauds », c’est donc le cadrage qui frappe, comme dans les images (14) et (15), où Haider et Milosevic ont le haut du crâne coupé, sur des photographies qui présentent un cadrage tout à fait inhabituel pour des photographies de presse, généralement centrées sur le protagoniste. On a donc là un portrait peu flatteur des deux hommes. La seconde photographie de Milosevic, en (17), présente elle aussi un cadrage fort surprenant : le dirigeant y est représenté, en plongée, dans un bureau qui semble bien trop grand pour lui, ce qui laisse entendre qu’il n’est pas à la hauteur. Les deux autres illustrations sont elles aussi, d’une façon différente, dévalorisantes, en représentant à l’image de façon implicite certaines valeurs que l’on veut attribuer au défunt : la photographie (16), qui représente Charles Pasqua et Édouard Balladur fumant un cigare, dans une posture parallèle, semble particulièrement osée dans un article nécrologique. En effet le cigare a une connotation négative, et les deux hommes politiques ressemblent ici à deux mafiosos tout droit sortis d’un film de Francis Ford Coppola. Cette connotation n’est pas innocente, dans un article qui mentionne à plusieurs reprises les « réseaux » de l’homme politique : les valeurs peuvent ainsi également être figurées à l’image. Enfin, la photographie (18) est également surprenante, car on n’y reconnaît pas Haider, habituellement présenté sous un jour bien plus favorable. L’homme politique a en effet le sens de la mise en scène et se présente habituellement sous une apparence extrêmement soignée, toujours fraîchement rasé, bronzé en permanence. Le choix du journal de publier une très ancienne photographie (la légende indique « Jörg Haider en 1979 », soit au tout début de sa carrière politique) semble témoigner d’une volonté de montrer le « vrai visage » de l’homme politique autrichien et dénoncer ainsi son hypocrisie et le culte de l’apparence qu’il véhiculait au cours de ses apparitions publiques. Face à la corruption ou l’hypocrisie qu’incarnent Pasqua ou Haider, le journal affirme donc ses propres valeurs, revendiquant son intégrité ou son authenticité.

1. 3. Choix narratifs

16Ce sont enfin les choix narratifs du nécrologue qui contribuent à construire le référent : la nécrologie étant un portrait en action, c’est le récit qui forge les contours du personnage. La sélection des évènements de la vie qui seront racontés aura donc une influence décisive sur l’image qui sera donnée du défunt. Dans la mesure où le nécrologue, on l’a dit, ne veut surtout pas être soupçonné de connivence avec le disparu, il évoque avant tout, de façon attendue, les évènements de la vie du défunt qui l’ont rendu haïssable :

(22) Exécutions sommaires, enlèvements, meurtres, tortures : Pinochet fait régner la terreur, tuant des milliers de personnes.
Le Monde, 12/12/06 : 28 – Pinochet

(23) Nommé préfet de Paris en mars 1958, il est à la tête des forces de police le 17 octobre 1961 quand, à l’occasion d’un défilé pacifique, des centaines de manifestants Algériens tombent sous les matraques. Selon les estimations, il y eut ce jour-là entre 32 et 325 morts.
Aujourd’hui en France, 18/02/07 : 15 – Papon

17Le choix de raconter ces évènements et de dire la responsabilité du défunt dans ces violences, ces tortures et ces meurtres joue le même rôle que les nominations étudiées supra, qui qualifiaient le défunt par le biais de ses actes condamnables. Dans les deux cas, il s’agit de mettre le disparu face à ses crimes.

18Néanmoins, le nécrologue ne s’arrête pas là : il évoque aussi fréquemment des évènements moins connus, qui visent à susciter le mépris du lecteur pour le personnage, même en dehors des actes pour lesquels il est tristement célèbre. C’est ce que l’on observe dans les exemples suivants :

(24) Le mythe d’une vie Spartiate s’effrite – « je ne fume pas, je ne bois pas et j’ai des goûts très simples », se plaît alors à répéter Pinochet. Au dire du journaliste Pablo Azocar, le dictateur aurait au moins multiplié par cinquante son patrimoine depuis le coup d’État, entre commissions sur les ventes d’armes et achat de propriétés à vil prix.
Le Figaro, 11/12/06 : 5 – Pinochet

(25) Augusto Pinochet Ugarte n’a jamais terminé ses études, ayant été renvoyé pour indiscipline.
L’Humanité, 11/12/06 : 15 – Pinochet

(26) Condamné à dix ans de réclusion, Maurice Papon s’enfuit à Gstaad. Il organise délibérément son insolvabilité pour ne pas avoir à payer les sommes dues aux parties civiles.
L’Humanité, 19/02/07 : 8 – Papon

19En mettant en scène la malhonnêteté, le manque d’envergure ou la bassesse du défunt, le nécrologue s’inscrit en faux contre ces valeurs viles incarnées par le disparu. Par ailleurs, en n’hésitant pas à évoquer des aspects de sa vie moins connus mais également dévalorisants, il met indirectement en scène sa propre franchise, se construisant un éthos d’homme honnête (voire d’honnête homme).

20Un autre élément mérite notre attention dans la façon dont les évènements de la vie du disparu sont présentés. On observe en effet un renversement dans la façon dont certains faits sont abordés. C’est par exemple le cas dans la nécrologie que Le Monde consacre à Marie-France Stirbois, surmontée du titre et du sous-titre suivants :

(27) Marie-France Stirbois
Opposée à l’ascension de Marine Le Pen, elle avait été suspendue du FN en 2005 
Le Monde, 19/04/06 : 27 – Stirbois

21Les titres et sous-titres des nécrologies du Monde sont tous formés selon un modèle identique : le titre donne le nom du disparu, tandis que le sous-titre reprend un fait marquant de sa vie, ce qui restera de lui. En respectant ce modèle, on aurait donc pu imaginer le sous-titre suivant pour la femme politique :

  • 4 Bien que ce ne soit plus exact depuis, c’était le cas au moment de son décès, le 16 avril 2006.

(27a) Marie-France Stirbois
Militante historique de l’extrême-droite, elle fut la seule députée du FN à siéger à l’Assemblée Nationale4

22Néanmoins ce n’est pas son rôle politique majeur au sein de l’extrême-droite qui est mis en avant dans le sous-titre, comme on aurait pu s’y attendre. L’évocation de sa mise au ban du Front National laisse entendre que c’est précisément là son fait de gloire : sa suspension du FN. Dans le choix de l’évènement retenu pour le sous-titre se lit donc en creux la mise en scène des valeurs du journal, qu’on sait particulièrement rétif aux idées d’extrême-droite.

23On retrouve un procédé analogue dans la nécrologie que L’Humanité consacre à Haider :

(28) L’entrée du FPÖ au gouvernement en 2000 fait de Jörg Haider l’un des rares hommes politiques européens à avoir vu des manifestations organisées contre son nom dans toute l’Europe cette dernière décennie.
L’Humanité, 13/10/08 – Haider

24On observe là encore un retournement entre le propos attendu et le propos réellement tenu par le nécrologue. La première partie de l’énoncé (en gras) laisse attendre une fin valorisante. Le lecteur imagine par exemple cette suite :

(28a) L’entrée du FPÖ au gouvernement en 2000 fait de Jörg Haider l’un des rares hommes politiques européens à faire accéder un parti d’extrême-droite aux plus hautes fonctions gouvernementales.

25Il y a par conséquent un renversement, qui fait que ce qui est présenté comme son fait de gloire plaide en réalité contre lui. Ce refus de la part des journaux de mettre en avant les succès de Stirbois ou de Haider témoigne d’un choix narratif fort, par lequel le nécrologue s’interdit de présenter sous un jour positif les succès de l’extrême-droite. Là encore, on voit combien les choix narratifs révèlent les valeurs du journal.

1. 4. Bilan : une inversion des valeurs

26Au terme de l’étude de cette première modalité de la transgression, reposant sur la dévalorisation du défunt, on remarque que bien que transgressives, parce qu’elles sont le lieu du blâme alors qu’elles devraient être celui de l’éloge, les nécrologies de « salauds » ont finalement un fonctionnement assez analogue de celui des nécrologies classiques. En effet, un des fondements de la nécrologie consiste à rassembler la société autour de valeurs communes, conformément à l’orientation épidictique du genre (Perelman et Olbrechts-Tyteca 1958 : 67 ; Herman et Micheli 2003 : 12). Traditionnellement, cette communion de valeurs s’opère par consensus : le nécrologue est à l’unisson des valeurs incarnées par le défunt au cours de sa vie. Dans les nécrologies de « salauds », on assiste toujours à ce partage de valeurs, mais il fonctionne différemment puisqu’il semble reposer sur le dissensus : il s’agit de s’opposer aux valeurs incarnées par le défunt, transformé en un antihéros qui suscite non plus l’engouement mais la réprobation. Ceci impliquerait que la transgression soit limitée, et concerne uniquement les formes et non les fonctions de la nécrologie. Il s’agit là d’une hypothèse qui devra être confirmée par l’analyse de deux autres modalités de transgression : la subversion de l’éloge et le renversement des routines de la nécrologie.

2. SUBVERSION DE L’ÉLOGE

27La deuxième forme de transgression que l’on se propose d’observer repose sur la subversion de l’éloge : la meilleure façon de critiquer un personnage controversé semble consister non pas à l’attaquer de façon frontale, mais à dévaloriser ceux qui en font l’éloge.

2.1. Choix des énonciateurs

28Le choix des énonciateurs est particulièrement significatif : on observe que l’éloge est délégué à des énonciateurs qui sont d’emblée disqualifiés par leur statut, sans même que le nécrologue ait besoin de montrer son désaccord avec les points de vue exprimés. C’est le cas dans les nécrologies suivantes :

(29) [Maurice Papon] a la responsabilité du service des questions juives. « Prompt et sûr », se félicitent les Allemands avec lesquels il travaille.
Aujourd’hui en France, 18/02/07 : 15 – Papon

(30) Certains, à droite, s’exprimèrent un peu plus, Alain Peyrefitte ou... Maurice Papon, alors député gaulliste du Cher et rapporteur du budget. Il y eut quelques larmes de crocodiles mais, en gros, Allende n’avait pas volé ce qui lui était arrivé.
Lutte ouvrière, 14/12/06 : 8 – Pinochet

29Dans l’exemple (29), ce sont « les Allemands » qui viennent faire l’éloge de Papon. Pas n’importe quels Allemands toutefois : ceux « avec qui il travaille », les représentants de l’Allemagne nazie. Difficile d’accorder du crédit au jugement d’un tel énonciateur. De façon savoureuse, en (30), on assiste à une inversion des rôles : Papon n’est plus celui que l’on juge mais celui qui juge. Il défend ainsi Pinochet et justifie le putsch par lequel il est arrivé au pouvoir par la mollesse politique du président Salvador Allende. Là encore, ce jugement est discrédité d’emblée par l’image de celui qui l’émet. Ainsi, dans l’optique de faire l’éloge du défunt, citer des énonciateurs unanimement considérés comme honnis est une façon efficace de dévaloriser cet éloge, sans pourtant prendre parti officiellement.

30On remarque d’ailleurs que lorsque les propos sont rapportés au discours direct, ce sont généralement de brefs fragments qui sont cités : on sait que la taille des citations joue un rôle dans le degré de ratification par le locuteur citant. Les citations les plus brèves sont souvent celles dont le locuteur citant se distancie le plus. En voici trois exemples :

(31) Laurence Parisot, la dirigeante du Medef, par ailleurs membre du conseil de surveillance du groupe Michelin, n’a pas manqué elle aussi de louer le « très, très grand chef d’entreprise ».
Lutte ouvrière, 02/06/06 : 7 – Michelin

(32) Décédé le 5 juin à l’âge de 90 ans, le professeur André Mandouze a été « honoré » par un message du président algérien saluant en lui un « ardent patriote français » (sic).
Rivarol, 06/06/06 : 6 – Mandouze

(33) La liesse dans le centre de la capitale, mais la tristesse en face de l’hôpital militaire où est mort Augusto Pinochet. Face aux grilles fermées, plus de 2000 sympathisants pleurent la mort de leur « général », de leur « libérateur ». Une minorité qui réclame avec agressivité les honneurs d’Etat pour l’exprésident (autoproclamé), les honneurs militaires pour l’excommandant en chef de l’armée de terre.
Libération, 11/12/06 : 4 – Pinochet

31Dans l’exemple (31), la disqualification du point de vue rejoint ce que l’on a analysé supra, en reposant sur l’identité de la personne à la source de ce point de vue : bien que Laurence Parisot ne soit pas vouée à une détestation aussi universelle que l’Allemagne nazie ou Papon, dans cette nécrologie parue dans Lutte ouvrière, on peut dire qu’elle représente l’ennemi, d’autant que son statut (« dirigeante du Medef ») est accolé à son nom. Il en va de même pour l’exemple (32) : le président algérien, dans un journal comme Rivarol, est là aussi considéré comme un ennemi. Il en va différemment dans l’exemple (33) : les fidèles d’Augusto Pinochet qui lui rendent hommage après sa mort sont anonymes et n’ont donc pas nécessairement une image préalable dans les représentations mentales du lecteur. C’est donc par un autre procédé que le nécrologue discrédite leurs propos, en dévalorisant la forme de leur discours (« qui réclame avec agressivité »).

32Quoi qu’il en soit, dans les trois cas, on observe que les segments repris sous forme de citations sont extrêmement brefs : « très, très grand chef d’entreprise », « ardent patriote français », « général », « libérateur ». On observe d’ailleurs que le déterminant est exclu des limites de la citation : cette relégation du déterminant en dehors de la citation semble indiquer une mise à distance des paroles. En effet, la position du guillemet entre le déterminant et le nom qu’il actualise joue le rôle de modalisateur, sur le modèle des adjectifs « soi-disant » ou « prétendu » qui s’insèrent entre le déterminant et le nom : on peut supposer que cette mise à distance est liée à la discordance énonciative au sein du syntagme nominal. En effet, l’acte de nomination (lié au substantif) et l’acte d’actualisation (lié au déterminant) sont pris en charge par deux énonciateurs distincts (respectivement le locuteur cité et le locuteur citant), aux points de vue opposés. La façon de rapporter les propos vient donc jouer un rôle complémentaire, qui redouble la mise à distance de l’éloge reposant sur le statut des énonciateurs mis en scène.

33L’effet de cette mise à distance des propos est double : il s’agit tout d’abord de dénigrer le défunt, mais également, au passage, d’égratigner ceux qui lui rendent hommage. C’est un mécanisme qui apparaît très clairement dans ce passage :

(34) Vingt ans après, [Jean-Paul II] écrivit à Pinochet, à l’occasion des noces d’or de celui-ci, une lettre dans laquelle il était question d’« amitié », d’« estime », de « souvenir ému » et d’une « bienveillance particulière » à l’égard du dictateur. Pour ce pape, le responsable du coup d’État, avec ses assassinats, ses disparitions, ses tortures et ses emprisonnements et des années de misère pour la population chilienne, méritait ce qu’il appela une « bénédiction apostolique spéciale » !
Lutte ouvrière, 14/12/06 : 8 – Pinochet

34Dans cette nécrologie, on retrouve les procédés déjà analysés : l’éloge du dictateur est disqualifié d’emblée du fait du statut de l’énonciateur qui en est à la source. En effet, dans ce journal d’extrême-gauche, le pape bénéficie d’une considération très faible, ce qui conduit à accorder peu de crédit à ses propos. De plus, ses paroles sont de nouveau citées par bribes, seuls des noms étant cités, à l’exclusion de leurs déterminants : on retrouve l’effet modalisateur du guillemet, redoublé ici par la formule « ce qu’il appela une "bénédiction apostolique spéciale" », à la fin de la citation, ainsi que par le point d’exclamation final qui est un indice supplémentaire de mise à distance des paroles citées. Ce qui nous intéresse ici est le phénomène par lequel l’éloge cité va se retourner contre son énonciateur, venant confirmer rétroactivement le discrédit qui pesait sur lui dès l’origine. Il y a un décalage très marqué entre le récit des évènements fait par le nécrologue et les propos du pape qui sont présentés comme réagissant à ces évènements. Comment des « assassinats », des « tortures », des « années de misère pour la population chilienne » peuvent-ils susciter l’« amitié », l’« estime » ou la « bienveillance » ? Le discours du pape montre qu’il adhère aux valeurs défendues par Pinochet, pour faire ainsi son éloge. Le nécrologue entend donc souder la communauté par opposition aux valeurs du défunt, mais également aux valeurs de ceux qui le soutiennent.

2. 2. Présence de commentaires sur les éloges

35Parfois, le nécrologue vient explicitement jeter le discrédit sur les éloges cités, alors que dans les nécrologies classiques, il s’efface volontiers devant les locuteurs cités, ce qui permet d’élargir la portée de l’hommage en ne le mettant pas exclusivement sur le compte du nécrologue. Lorsque la nécrologie porte sur un défunt controversé, le nécrologue n’hésite ainsi pas à commenter les éloges qu’il met en scène :

(35) Jacques Chirac s’est dit « consterné ». « C’est d’une certaine façon l’économie française qui est en deuil », a-t-il estimé. Pour cause. Michelin est un poids lourd du capitalisme français.
L’Humanité, 29/05/06 : 11 – Michelin

36On assiste ici dans les commentaires du nécrologue (en gras) à une réinterprétation du contenu de la citation, qui mène à une restriction de l’hommage : ce sont en effet uniquement des considérations économiques qui provoquent, d’après l’éclairage apporté par le commentaire, la « consternation » du président.

37Ces commentaires du nécrologue peuvent employer la voie de l’ironie :

(36) Édouard Michelin était un des patrons les mieux payés, avec 2,4 millions d’euros en 2004. Le numéro un mondial du pneumatique, avec un effectif de 130 000 salariés répartis dans 140 pays, a pu afficher l’an dernier un résultat net de 889 millions d’euros et un chiffre d’affaires de 15,6 milliards d’euros.
Belle réussite en effet ! Mais tous ces laudateurs, patrons et politiciens, oublient bien évidemment de dire que celle-ci est le résultat de l’exploitation de dizaines de milliers d’ouvriers en France et dans le monde depuis plus d’un siècle. [...] Les salariés ont payé l’enrichissement des Michelin et des autres actionnaires par une aggravation de leurs conditions de travail et des licenciements.
Lutte ouvrière, 02/06/06 : 7 – Michelin

38Le premier paragraphe n’est pas explicitement rattaché à un énonciateur donné. Il semble s’agir ici de données objectives qui viennent appuyer la réussite de Michelin à la tête de son entreprise. Le second paragraphe est quant à lui à mettre au compte du nécrologue. Néanmoins, un indice dans ce second paragraphe invite à réinterpréter le premier, qui semblait au premier abord évoquer un point de vue partagé par l’opinion générale. Le syntagme « tous ces laudateurs, patrons et politiciens » permet d’attribuer a posteriori le point de vue mis en scène au premier paragraphe à un énonciateur plus précis et donc de montrer que cet éloge n’est pas partagé unanimement. Là encore, les mots choisis contribuent à disqualifier cet énonciateur, qui n’est pas incarné dans une personne précise mais est attribué de façon large à ce qui apparaît comme une caste de privilégiés (« patrons et politiciens »). Le terme « tous ces laudateurs » se teinte alors d’une connotation péjorative : ces éloges sont le fait de thuriféraires, qui encensent leur semblable dans ce qui ressemble finalement plus à une flatterie qu’à un véritable hommage. Dès lors, le nécrologue prend le contrepied de cet éloge en le retournant par l’ironie : « Belle réussite en effet ! ». L’ironie n’est toutefois pas le seul moyen employé pour disqualifier le point de vue des « laudateurs » : conformément à une tradition du discours médiatique d’extrême-gauche (Krieg, 1999 : 31), la dénonciation est également explicite. La suite du paragraphe expose les raisons de la réorientation argumentative des propos, en mettant en balance la réussite financière de l’entreprise et la misère sociale des salariés. Les commentaires du nécrologue sont donc une façon de rappeler indirectement les vraies valeurs autour desquelles la communauté du journal doit se rassembler. Cette communion se crée avant tout à contre-valeur : le groupe se soude par opposition à ces énonciateurs qui, par leur éloge, défendent le capitalisme et la priorité donnée à la finance, là où Lutte ouvrière, émanation du mouvement trotskyste éponyme, prône l’égalitarisme et la priorité donnée à l’humain.

2. 3. Élargissement de la dénonciation

  • 5 « Nous » désignant le journal et ses lecteurs », et « lui », le défunt.

39Les commentaires du nécrologue sont également destinés à élargir l’empan de ceux à l’encontre desquels le journal construit ses valeurs, à l’instar de ce que l’on a déjà observé sur l’exemple (34), sans que cela soit alors dit explicitement dans l’article. Du « nous contre lui »5, on passe progressivement au « nous contre eux ». Voici un exemple qui illustre ce mécanisme :

(37) Ecevit a bien mérité les hommages que lui rendent aujourd’hui la plupart des dirigeants de la bourgeoisie turque. Il a su rendre service à celle-ci chaque fois qu’elle se trouvait dans une mauvaise passe, notamment face aux aspirations des travailleurs.
Lutte ouvrière, 06/11/06 : 16 – Ecevit

40La première phrase trace les frontières du groupe auquel s’oppose le journal : l’ancien premier ministre turc Ecevit, les dirigeants, la bourgeoisie. Il ne s’agit donc plus seulement de s’opposer au défunt, mais de s’opposer à la communauté ennemie qui rassemble le défunt et ses semblables, par opposition à la classe des « travailleurs » que défend le journal. Un second exemple permet de démonter plus précisément ce mécanisme d’élargissement :

(38) Au lendemain de la mort de Charles Pasqua le 29 juin, François Hollande a salué sa mémoire. « Dans des conditions difficiles et éprouvantes, il a animé de toute sa personnalité la vie politique française », a-t-il dit. Manuel Valls n’a pas été en reste : « Voix originale et parfois controversée, Charles Pasqua incarnait une certaine idée de la France », a-t-il déclaré. Le Président et le Premier ministre socialistes rejoignent ainsi dans un concert de louanges posthumes Nicolas Sarkozy ou Florian Philippot du Front National.
Lutte ouvrière, 01/07/15 : 5 – Pasqua

41Ce passage repose sur la rhétorique du « tous pourris » : le corps de l’article, en retraçant le parcours politique de Pasqua, critique ses choix et s’oppose aux valeurs qu’il a pu incarner. Le chapeau qui précède la nécrologie (c’est l’extrait cité) vient mettre en perspective cette dénonciation, en l’élargissant à l’ensemble de la classe politique majoritaire : faire l’éloge de Pasqua, c’est défendre les mêmes valeurs que lui, c’est-à-dire faire passer l’intérêt politicien avant l’intérêt national, et choisir la corruption plutôt que la droiture. Ceci permet d’effectuer un rapprochement entre Hollande, Valls, Sarkozy et Philippot, et donc d’affirmer l’identité de la communauté par opposition à un extérieur vaste, où tous se ressemblent et ne méritent que mépris.

42On retrouve le même procédé dans l’exemple suivant, avec cette fois une mention explicite de la valeur contre laquelle le journal s’inscrit en faux :

(39) En tressant des lauriers à un homme qui a de tels états de service, Hollande, Valls ou Sarkozy montrent qu’ils ne sont pas dégoûtés. Et en effet il ne faut pas l’être, il faut même être prêt à tout comme l’était Pasqua quand on veut défendre ce qu’ils appellent « une certaine idée de la France », c’est-à-dire des intérêts du capital.
Lutte ouvrière, 01/07/15 : 5 – Pasqua

43On retrouve l’amalgame entre « Hollande, Valls ou Sarkozy », présentés comme équivalents par ce « ou » alternatif. Ils sont finalement fondus dans le pronom personnel « ils », qui les présente simultanément comme étant à la source du propos « une certaine idée de la France ». Cette expression est d’ailleurs explicitée et réinterprétée par le nécrologue, qui adopte la posture de celui qui révèle la vérité, en expliquant qu’il s’agit en réalité de défendre les « intérêts du capital » : la valeur abhorrée est nommée et sert de catalyseur au rassemblement, qui se fait à l’encontre de l’ensemble de ceux, gauche et droite confondues, qui rendaient hommage au défunt. Ainsi, dans ces trois extraits, les procédés employés sont différents, néanmoins l’effet produit est le même : il s’agit de tracer les frontières de la communauté en fonction des valeurs défendues.

44On retrouve le même procédé dans certaines photographies qui illustrent les nécrologies, comme dans cette nécrologie que Lutte ouvrière consacre à Milosevic, qui fait le procès du nationaliste serbe mais aussi et surtout des chefs d’États qui l’ont soutenu. L’image choisie pour illustrer l’article est révélatrice :

(40) [Lutte ouvrière, 17/03/06 : 9 – Milosevic]

(40) [Lutte ouvrière, 17/03/06 : 9 – Milosevic]

45Cette image, qui représente plusieurs chefs d’État ou de gouvernement (Gonzalez, Clinton, Chirac, Kohl, Major et Tchernomyrdine) en compagnie de dirigeants serbes, tous applaudissant en chœur, est surmontée d’une légende explicite :

(41) Au premier plan, les leaders nationalistes ex-yougoslaves avec Milosevic à gauche. Et derrière eux, les chefs d’État des principales grandes puissances.

46Cette photographie est une sorte de preuve en images de la collusion entre Milosevic et « les puissances impérialistes, qui se sont appuyées sur ce genre de criminels, en Serbie comme en Croatie ou en Bosnie, pour dresser les peuples les uns contre les autres », et vient donc à l’appui de l’idée développée dans le corps de la nécrologie selon laquelle les dirigeants européens auraient été dans le même camp que le criminel de guerre, bafouant le droit des citoyens au profit de bas calculs politiciens. L’image est là encore vectrice de valeurs. On retrouve donc bien la fonction épidictique des nécrologies classiques, qui vise à ressouder la communauté autour de certaines valeurs, mais c’est le procédé utilisé par le nécrologue pour mettre en œuvre cette communion qui transgresse la norme nécrologique : l’identité elle-même transgressive du défunt incite à construire cette communauté de valeurs par dissensus et non plus par consensus.

3. RENVERSEMENT DES ROUTINES DE LA NÉCROLOGIE

47La transgression ultime des normes repose sur le renversement de certaines routines de la nécrologie. Les nécrologies étant un genre de discours extrêmement ritualisé, le nécrologue va jouer sur cette ritualisation, en reprenant un patron traditionnel de la nécrologie mais en inversant son orientation argumentative. Nous allons montrer que ce renversement discursif témoigne de l’inversion opérée par le nécrologue par rapport aux valeurs incarnées par le défunt.

3.1. Héritage

48Ce renversement concerne en premier lieu la mention de l’héritage : il s’agit là d’une figure classique de la nécrologie, où l’on trouve fréquemment des séquences du type : « Untel est mort. Il nous laisse une œuvre foisonnante ». Une telle formulation permet d’opposer la pérennité de l’héritage, légué à la postérité, à la finitude de la vie, mise en évidence de façon brutale par le décès d’une personnalité importante. Cette routine peut donner lieu à un retournement, comme dans les exemples suivants :

(42) Édouard Michelin, patron de l’entreprise, est mort noyé. Les restructurations restent.
L’Humanité, 29/05/06 : 11 – Michelin

(43) Augusto Pinochet est mort, déchu et solitaire, dimanche 10 décembre, à Santiago du Chili. [...] L’héritage de Pinochet continue toutefois de peser dans la vie du pays. Malgré une réforme de la Constitution en août 2005, le scrutin binominal qui empêche toute représentation des partis minoritaires au Parlement n’a pu être aboli, limitant l’exercice de la démocratie. Les syndicats ont été démantelés, le droit de grève est limité. Pour l’essentiel, les systèmes de santé et d’éducation sont toujours privatisés. La presse est contrôlée, directement ou indirectement, par la droite et les groupes économiques les plus conservateurs.
Le Monde, 12/12/06 : 28 – Pinochet

(44) L’ancienne première ministre conservatrice, décédée hier, restera dans l’histoire du XXe siècle comme la championne du néolibéralisme, prompte à déclarer la guerre aux syndicats, championne de la stimulation des inégalités sociales.
L’Humanité 09/04/13 – Thatcher

49On retrouve dans ces trois énoncés le schéma mentionné précédemment : à la mention du décès (en gras) succède l’évocation de l’héritage (souligné). Néanmoins, cet héritage est ici négatif : restructurations, attaques contre la démocratie, démantèlement des syndicats, privatisation des services public, muselage de la presse, inégalités sociales... Cette inversion du sens de l’héritage est significative : la nécrologie emprunte les chemins traditionnels du genre pour mieux les détourner. Cette exploitation de la norme générique témoigne du renversement des valeurs à l’œuvre dans la nécrologie.

3. 2. La mort comme coup d’arrêt

50Un autre retournement s’opère dans les nécrologies consacrées à des personnages controversés : la mort est habituellement représentée comme portant un coup d’arrêt aux beaux projets du défunt, et on observe un procédé similaire dans les nécrologies des mal-aimés, avec néanmoins une inversion de la source des projets. C’est en effet aux projets de la société que la mort met un coup d’arrêt :

(45) La maladie aura finalement empêché le général Romeo Lucas Garcia de répondre devant la justice des accusations de génocide et de crimes de guerre.
Le Figaro 30/05/06 : 17 – Garcia

(46) Zoran Djindjic espérait que le procès Milosevic délivre la population serbe de cette responsabilité collective qu’elle devait endosser pour dix années de guerres et de crimes commis en son nom. La disparition de Slobodan Milosevic avant le verdict ne permettra pas de clore ce processus.
Le Monde, 14/03/06 : 20 – Milosevic

51On retrouve des formules classiques : « aura empêché », « ne permettra pas ». Néanmoins, le coup d’arrêt que constitue la mort a lieu non pas à l’encontre du défunt, mais à l’encontre de la société, privée de justice suite au décès de ces criminels de guerre.

52Une autre forme de renversement peut s’opérer à partir de cette routine :

(47) Le parti s’était effondré aux élections suivantes. Mais l’opposition est la meilleure des cures pour des partis protestataires. Il pensait enfin tenir sa revanche. C’est raté.
Libération 13/10/08 : 12- Haider

53Il s’agit, là encore, d’imaginer ce que le défunt aurait pu accomplir si la mort ne l’avait pas frappé (ici, il s’agit de Haider, qui aurait pu prospérer à la tête de son parti, une fois de retour dans l’opposition). C’est donc bien, comme dans les nécrologies traditionnelles, aux projets du défunt que la mort met un coup d’arrêt. Le renversement s’opère sur le positionnement adopté par le nécrologue face à cet évènement. Alors que dans les nécrologies traditionnelles, le nécrologue adopte une posture empathique, déplorant que la mort ait brutalement mis fin aux ambitions du défunt, l’exemple (47) marque un choix énonciatif tout à fait différent. La séparation des points de vue respectifs du défunt (« Il pensait enfin tenir sa revanche ») et du nécrologue (« C’est raté ») sur deux phrases distinctes marque bien le décalage entre les deux. La concision du « c’est raté » final, à la fois sans appel et sarcastique, confirme qu’il n’y a aucune bienveillance de la part du nécrologue envers le défunt, mais au contraire une part de moquerie voire de satisfaction.

CONCLUSION

54On a montré que les nécrologies de « salauds » transgressaient volontiers la norme nécrologique, qu’il s’agisse de légères infractions à la norme ou d’un renversement de cette norme, qui en exploite les routines pour mieux en inverser l’orientation argumentative. Ceci confirme l’hypothèse initiale selon laquelle le caractère transgressif du défunt génère une transgression des normes. Néanmoins, malgré ces multiples transgressions, la finalité de la nécrologie demeure identique à celle des nécrologies classiques : elle reste l’occasion de réaffirmer les valeurs communes partagées par l’ensemble de la communauté, cette adhésion à des valeurs partagées étant garante de l’homonoia, cet « effet de cohésion [...] qui rassemble les citoyens autour des valeurs de la cité » (Danblon, 2001 : 35).

55Dans les nécrologies de « salauds », la transgression repose dès lors non pas sur la finalité de la nécrologie, qui est respectée, mais sur les modalités de cette affirmation de valeurs partagées, fondée non plus sur le consensus avec le disparu, comme dans les nécrologies classiques, mais sur le dissensus. En mettant à distance les valeurs méprisables incarnées par le défunt, le nécrologue suggère en creux le modèle de l’exemplarité, par opposition au personnage dont on raconte la vie. Ainsi, même si cette exemplarité repose sur des procédés particuliers, l’objectif est identique au cas des valeurs partagées par consensus. Une finalité secondaire vient compléter ce premier objectif : en suggérant les valeurs défendues plutôt qu’en les exprimant explicitement, le nécrologue renforce la connivence avec le lecteur. La nécessité d’un décodage qui s’impose parfois pour comprendre la dénonciation des valeurs portées par le défunt renforce le sentiment d’appartenance et donc la cohésion de la communauté, puisque ce décodage est à la portée des seuls initiés.

  • 6 Sur les neuf nécrologies parues dans le journal en 2006, cinq sont ainsi consacrées à des personnag (...)

56Au terme de cette analyse, on peut également affirmer que le recours à cette transgression des normes ne repose pas exclusivement sur le profil du défunt, mais dépend également du média : en effet, lorsque l’on observe les exemples cités, on remarque que nombre d’entre eux proviennent de Lutte ouvrière et de Rivarol, alors que le corpus a été constitué sur un empan de presse bien plus large. On peut former l’hypothèse que dans certains contextes, la communauté se rassemble préférentiellement par opposition plutôt que par accord. Par exemple, l’observation de l’ensemble des nécrologies de l’année 2006 parues dans Lutte ouvrière montre que plus de la moitié sont des nécrologies critiques6, où la communauté se rassemble contre le défunt plutôt que par adhésion à ses valeurs. On peut supposer que c’est là un principe de fonctionnement du journal que de « se poser en s’opposant », conformément au titre du journal, qui évoque le combat, l’opposition. À cet égard, ce n’est pas étonnant que l’on retrouve le même phénomène dans Rivarol, qui bien que d’un bord politique radicalement opposé, se définit lui-même (dans sons sous-titre) comme l’« hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne ». On retrouve dans cet intitulé le sème de la lutte, qui sous-tend le fonctionnement de ces deux journaux. Ainsi, ce dissensus émane soit, de façon structurelle, de quelques titres qui sont aux marges du système et dont la contestation est un mode d’expression fondamental, soit, de façon ponctuelle, de grands médias, lorsque l’opprobre qui frappe les disparus est universel. Il y a donc une conjonction entre le profil du défunt et celui du média pour favoriser la transgression des normes.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Danblon, Emmanuelle (2001), « La rationalité du discours épidictique » dans M. Dominicy et M. Frédéric (éds.), La mise en scène des valeurs. La rhétorique de l’éloge et du blâme, Paris, Delachaux et Niestlé, p. 19-47.

Florea, Marie-Laure (2011), « Dire la mort, écrire la vie », Questions de communication n° 19, p. 29-52.

Fowler, Bridget (2005), « Collective Memory and Forgetting Components for a Study of Obituaries », Theory, Culture & Society vol. 22, n° 6, p. 53-72.

Herman, Thierry et Micheli, Raphaël (2003), « Renforcement et dissociation des valeurs dans l’argumentation politique », Pratiques n° 117-118, p. 9-28.

Krieg, Alice (1999), « Vacance argumentative : l’usage de (sic) dans la presse d’extrême droite contemporaine », Mots n° 58, p. 11-34.

Perelman, Chaïm et Olbrechts-Tyteca, Lucie (1958), Traité de l’argumentation, Paris, PUF.

Revaz, Françoise (2001), « La nécrologie : un genre rédactionnel ? », Semen n° 13, p. 187-204.

Notes

1 Latta Jérôme, Pas tout à fait Thierry, pas-tout-a-fait-thierry, 19 juin 2012. URL : http://latta.blog.Iemonde.fr/2012/06/19/

2 Il s’agit du corpus de nécrologies que j’ai analysé dans le cadre de ma thèse, composé de quelque cinq-cents nécrologies issues d’une trentaine de titres de la presse française contemporaine.

3 Les références des nécrologies sont indiquées selon le modèle suivant : [Titre du journal, date : page – Nom du défunt].

4 Bien que ce ne soit plus exact depuis, c’était le cas au moment de son décès, le 16 avril 2006.

5 « Nous » désignant le journal et ses lecteurs », et « lui », le défunt.

6 Sur les neuf nécrologies parues dans le journal en 2006, cinq sont ainsi consacrées à des personnages servant de repoussoir : Slobodan Milosevic, Édouard Michelin, Bülent Ecevit, Auguste Pinochet et Sapourmourad Niazov. Sur le même temps, seules quatre nécrologies sont consacrées à ceux que le journal appelle des « camarades » : Annie Cassin, Jean-Claude Bouché, Pierre Vidal-Naquet, El Pelado Matosas.

Table des illustrations

Titre (14) [Le Monde, 14/03/06 : 20 – Milosevic]
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre (15) [Le Monde 13/10/08 : 16 – Haider]
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre (16) [Le Monde, 01/07/15 : 16 – Pasqua]
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37647/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre (17) [Le Monde, 14/03/06 : 20 Milosevic]
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37647/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre (18) [Le Figaro, 13/10/08 : 9 – Haider
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37647/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre 19) [Prochoix, 01/07/06 : 101 – Dhavernas]
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37647/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre (20) [Elle, 08/05/06 : 28 – Rey-Bellet]
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37647/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre (21) [Le Monde 24/05/06 : 31- Jong-wook
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37647/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre (40) [Lutte ouvrière, 17/03/06 : 9 – Milosevic]
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37647/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

Auteur

ICAR (Université Lumière Lyon II – CNRS)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search