Version classiqueVersion mobile

Normes textuelles et discursives : émergence, variations et conflits

 | 
Lucile Gaudin-Bordes
, 
Michèle Monte

II. Normes et routines textuelles

Normes des incises de citation : des « barricades de toile d’araignée qui ferment les avenues où l’usage s’avance »1 ?

Aude Laferrière

Texte intégral

  • 1 F. Brunot, La Pensée et la langue. Méthodes, principes et plans d’une théorie nouvelle du langage a (...)

1Le terme incises de citation désigne les propositions du type dit-il, permettant d’identifier le locuteur d’un discours rapporté. Par leur rôle d’escorte de réplique, littéralement de porte-voix, elles sont tout particulièrement présentes dans les genres narratifs, portés aux dialogues.

  • 2 Pour les références complètes des ouvrages, se reporter à la bibliographie située à la fin de cet a (...)

2Mais dit-il n’est pas seulement un exemple aux vertus pédagogiques, un bon représentant, pour saisir aisément la catégorie dénotée par le terme d’incise : il est hissé au rang de ce que S. Auroux appelle un « pro-exemple » (1998 : 188)2, un idéal grammatical et stylistique, dont il sied aux auteurs de ne pas s’écarter. Ainsi, la conformité des incises au modèle dit-il est souvent présentée comme gage de qualité.

3Certains discours normatifs condamnent même tout ce qui s’écarte de cette formule brevetée. Pourtant, ce discours qui se veut jugulateur n’empêche pas l’attestation d’incises divergentes (comme sourit-il ou se ravisa-t-elle), en augmentation considérable depuis les XIXe et XXe siècles. C’est sur ce moment charnière dans l’histoire de l’incise que nous nous concentrerons dans la présente étude.

4Quels types de réactions suscitent ces variations de l’incise dans les textes littéraires ? En vertu de quels mécanismes sont-elles bien reçues comme telles alors qu’elles ne répondent plus guère à certains critères définitoires de la catégorie ? Quels facteurs expliquent l’émergence de ces nouvelles générations d’incises ?

L’INCISE : UNE FORME EN LIBERTÉ SURVEILLÉE

5Le discours normatif est très prolixe à l’endroit de l’incise, qu’il entend régir sous toutes ses coutures. La modalité déontique y est omniprésente, que ce soit dans les grammaires ou les manuels d’expression où la norme est à prendre dans son acception la plus ancienne de « règle », « loi ».

6D’un point de vue syntagmatique, l’incise doit se soumettre à un ordre décrit comme immuable, l’ordre inversé verbe-sujet : « l’inversion du sujet est obligatoire » (Tomassone, 2002 : 116), peut-on lire dans la plupart des grammaires.

7Du point de vue sémantique, il lui faut contenir un verbe de parole, exigence lexicale doublée par une exigence syntaxique : ce verbe doit avoir la même valence (transitive directe) que dire pour pouvoir accueillir comme COD le discours rapporté. Ainsi peut-on lire :

Je réserverai l’emploi de l’incise à ceux des verbes déclaratifs (dire, affirmer, prétendre, expliquer, demander, insinuer, concéder, conclure, etc.), qui sont suivis normalement d’une proposition complétive commençant par « que ».
Hersay, 1969 : 44

8Du point de vue stylistique, c’est la discrétion qui doit être recherchée, comme l’affirment J. Boulenger et A. Thérive :

Les incises [...] doivent être essentiellement vagues et passer inaperçues. Elles se réduisent à des espèces de signes de ponctuation.
1924 : 243

9Autrement dit, l’incise se doit de n’être que pure silhouette, au sens théâtral du terme, pour ne pas voler la vedette à la réplique qu’elle accompagne.

10Toutes ces réglementations en font une formule, au double sens de « petite forme » – expression dont il convient de maintenir la concision – et de « parole rituelle, consacrée », voire figée, au point que M. Dessaintes en parle comme d’un « morphème du discours » (1960 : 75), c’est-à-dire une simple balise dialogale.

11Mais l’application de ces normes à la lettre, si elle garantit aux écrivains de rester dans les clous grammaticaux, leur vaut des reproches d’ordre esthétique : forme répétitive, banale, l’incise est même vue comme lourdeur scripturale, ce qui a fait naître, au XVIIIe, des désirs d’innovations dans la ponctuation dialogale, afin de supplanter l’incise jugée encombrante. Ainsi, J.-F. Marmontel appelle de ses vœux « un caractère » (qui sera le tiret, vanté et appliqué par U. Domergue vingt ans plus tard) qui permettra, « d’éviter la répétition lassante de ces façons de parler : lui-dis-je, reprit-il, me répondit-elle, interruptions qui ralentissent la vivacité du dialogue » ([1754] 1968 : 389). Mais pour ceux qui se refusent à les supprimer, dans un souci de clarté du dialogue par exemple ou d’exploitation de cet interstice narratorial, la marge de manœuvre est faible.

DES RECHERCHES ET DES TROUVAILLES : UN RÉINVESTISSEMENT STYLISTIQUE

12Les écrivains se trouvent ainsi pris entre le Charybde de l’agrammaticalité (s’ils ignorent les prescriptions puristes) et le Scylla de la répétition (s’ils les appliquent strictement). L’incise constitue donc un vrai scrupule, un embarras d’écriture comme en témoignent les réflexions métalittéraires dont elle fait l’objet.

13En effet, c’est en termes de difficultés qu’en parle Umberto Eco dans Apostille au Nom de la rose :

Les conversations me posaient de gros problèmes [...]. Il est une thématique, peu traitée par les théories de la narrativité, qui est celle des turn ancillaries ; c’est-à-dire les artifices grâce auxquels le narrateur passe la parole aux différents personnages. (1985 : 37)

14De même, Flaubert trouve « très canaille » de supprimer les incises tout en affirmant que les varier représente pour lui « un supplice » ([1853] 1980 : 305).

15En outre, les consignes scolaires invitent à cette variété, avec l’exercice très répandu qui consiste à éviter dans les dialogues l’usage du verbe dire, exigence rédactionnelle dont se fait écho Camille Laurens dans un roman récent Encore et Jamais (2013 : 24) :

Quand j’étais enfant, une grande partie de l’apprentissage de la rédaction était employée à trouver des synonymes aux mots les plus courants : faire, être, avoir...[...] Le verbe dire était logé à la même enseigne et l’enfance s’est passée à presser la langue pour en extraire la moindre nuance de discours, le changement de ton le plus subtil. De braves gens qui n’avaient finalement qu’une petite phrase à dire se retrouvaient à marmonner, murmurer, bougonner, bredouiller, gronder, grincer, grogner, grommeler, confier, confesser, concéder, siffler, souffler, soupirer, souligner, supputer, susurrer, insinuer, s’étonner, s’étouffer, s’énerver, s’égosiller, s’étrangler [...]. Cet exercice m’amenait personnellement à exécuter de véritables loopings stylistiques, et je me souviens d’un « Amen, s’agenouilla-t-elle » qui fut injustement taxé d’impropriété, là où, de toute évidence, un destin s’ébauchait.

16L’écrivain est bel et bien pris en tenailles entre le risque d’être blâmé pour répétition et celui d’être condamné pour transgression.

17L’émergence de la ponctuation dialogale et sa généralisation au XIXe siècle ont rendu aisément repérables les tours de parole avec les signaux typographiques que sont les deux points, les guillemets ou les tirets : l’incise, n’ayant plus l’entière responsabilité du marquage des répliques, a alors pu voir du jeu s’introduire dans son profil lexical.

18À titre d’illustration, elle ne compte que 8 verbes différents dans Les Aventures de Télémaque (1674) et 9 dans La Princesse de Clèves (1678) contre 23, deux siècles plus tard, dans L’Éducation sentimentale (1869) et 35 dans Germinal (1885), principalement par intégration de verbes de chronologie dialogale (tels que reprendre, continuer) et de verbes expressifs (comme s’écrier, souffler, soupirer).

19Cette diversification indique qu’elle n’est plus seulement appréhendée comme une « servitude littéraire » (Dessaintes, 1960 : 53) mais qu’elle est devenue un lieu d’investissement auctorial. Différentes fins textuelles et esthétiques peuvent expliquer l’émergence de ces incises plus bigarrées.

20Par exemple, certains écrivains, en les allongeant, les exploitent pour leur capacité à dramatiser un échange. Ainsi, dans Le Rouge et le Noir (chapitre XIX), lors de l’entrevue de Julien et de Mme de Rênal au chevet de son enfant malade, voici les incises qui scandent leur dialogue :

– [...] lui dit tout à coup madame de Rênal en ouvrant les yeux
 – [...] s’écria-t-elle, en se levant debout
 – [...] dit madame de Rênal, en se relevant et en se jetant dans ses bras
 – [...] continua-t-elle, après s’être remise à genoux
 – [...] s’écria-t-elle en se levant et prenant la tête de Julien entre ses deux mains, et la tenant devant ses yeux à distance

21En étirant à ce point l’incise, l’auteur fait fi des injonctions normatives à la brièveté et met l’incise au service de l’élaboration d’un tableau vivant.

22Par ailleurs, l’ouverture de l’incise à des verbes de chronologie dialogale, comme commencer, interrompre ou continuer, témoigne d’un souci de cohésion textuelle, d’intégration des répliques dans un ensemble plus vaste : pour les écrivains qui ouvrent les portes de l’incise à ces verbes, le tissu du dialogue compte plus que le respect de la texture des incises normées.

23Ainsi, le roman-feuilleton, par exemple, est un espace d’innovation : dans l’incise, le paralinguistique remplace parfois le linguistique, contribuant à la vivacité narrative :

– Dame ! ricana Me Tossignol un peu intimidé.
Ponson du Terrail, [1859] 1992 : 81

– Dans une heure ! frissonna Trancavel.
Zevaco, [1907] 2003 : 545

24Les incises « excentriques »– au double sens de « qui s’éloignent » du centre des normes (le fameux dit-il) et de « voyantes »– naissent d’une résistance au lissage normatif.

25Ainsi, en lieu et place de la discrétion exigée, règne parfois la cacophonie. Alphonse Allais se plait par exemple à multiplier les premières personnes du pluriel au passé simple avec des incises comme « déniâmes-nous » ([1894] 1989 : 364), « insistâmes-nous » ([1892] 1989 : 159), type d’occurrences qui, pour être conformes aux normes syntaxiques, sont condamnées pour manque d’euphonie. Le « Grammaire-Club » affirme en effet, à propos de ce genre d’incises, qu’« on dirait des noms de produits chimiques ! » (Boulenger et Thérive, 1924 : 244)

26Par ailleurs, l’ordre distributionnel recommandé est parfois chahuté : l’inversion du sujet n’est souvent pas faite ou alors certains auteurs la combinent avec l’emploi de que, alors même que ce morphème est censé l’éviter :

– « C’est par là ! », que m’indiquait le père.
Céline, [1952] 1996 : 40

– Voyez-vous, qu’a insisté la fille, il ne devrait pas être encore avec ceux de la classe 3 [...].
Saumont, 2008 : 78

27Enfin, syntaxiquement et sémantiquement, des verbes de tout acabit font sauter les digues érigées par les discours puristes, en éloignant de dire, de sens ténu et de valence transitive directe. Par exemple, les verbes de parole font parfois place à des verbes de sentiment :

Sa mémoire reconnut un air :
 – « L’empereur ! » espéra-t-il.
Adam, 1902 : 13

– Ai-je l’air d’avoir faim ? s’inquiéta Charles.
Echenoz, 1986 : 137

28à des verbes de mimique :

– Mais oui, madame C..., lui souris-je irrésistiblement, je n’arrête pas d’y penser.
Allais, [1891] : 95

– Tu n’as qu’à le faire en caoutchouc, bâilla Charles.
Echenoz, 1986 : 210

29et même à des verbes physiques :

– Oh non, monsieur ! se redressa-t-il.
Allais, [1892] : 792

– La disparition ? sursauta Amaury, flairant un tuyau.
Perec, [1968] 2001 : 71

30L’incise, constituant, selon Nathalie Sarraute, le « symbole de l’ancien régime » (1956 : 108) romanesque, ou encore montrant, pour reprendre les propos de Didier Daeninckx, les « rides du roman » (1990 : 117), s’offre donc pour certains comme une cible parodique de choix :

– « Que personne ne bouge ! braqua M. Gailhard.
Allais, [1904] 1965 : 132

  • 3 Ces deux incises, en plus de présenter une originalité lexicale, s’écartent de la règle grammatical (...)

– Mais, pourquoi, m’étonne-je et tonne-je3, envoyer des familles d’émigrés fonder une vie civile sur le front, pourquoi ?
Lang, 2003 : 84

31L’incise en ressort revivifiée, singularisée jusqu’à l’unicité quand elle se fait néologique :

– Il n’y a pas de pourtant, duc Honneau ! véhémenta Laflemme.
Allais, [1891] 1989 : 90

– Oui, vuvurre Zazie »
Queneau, 1959 : 49

– Il y a quelqu’un, mi-vocalisa-t-il, il n’y a personne ?
Echenoz, 1983 : 49

32La gamme de sons inédits fait passer l’incise au premier plan, exhibition qui révèle le jeu avec les stéréotypes littéraires.

33L’ouverture de l’incise à des verbes non locutoires est aussi le fait d’auteurs précisément soucieux de revivifier le français académique, de le rendre plus expressif, tel Céline :

– Tout de suite ! s’affairait le capitaine Ortolan.
[1952] 1996 : 32

34Plus largement, ces évolutions de l’incise sont le témoin du renouvellement de l’écriture des dialogues, confirmant le « malaise » des romanciers décrit par N. Sarraute (1956 : 91-92) :

C’est précisément surtout quand il s’agit de faire parler ses personnages qu’il lui [l’auteur] semble que quelque chose est en train de changer et qu’il lui paraît le plus difficile de se servir des procédés jusqu’ici couramment employés.

35La parole des personnages occupe une place toujours plus accrue dans le roman et se sent à l’étroit dans les formes traditionnelles qui la corsètent, dont ce « procédé du vieux roman » (1956 : 106) qu’est l’incise. Les expérimentations des XXe et XIXe siècles dans les modes d’introduction des paroles en témoignent. Les segments introducteurs, quand ils ne disparaissent pas totalement, sont par exemple allégés sous la plume de Claude Simon ou d’Annie Saumont qui recourent à des syntagmes averbaux :

Et lui : « [...] » Et elle : « [...] » Et lui : « [...] » Et elle : « [...] » (Simon, 1975 : 95) Et Gilles, Demain ? Bastien, Ben quoi ?
Saumont, 2008 : 15

LES RÉACTIONS NORMATIVES

36Sans même aller jusqu’aux incises les plus fantaisistes, l’écart s’est creusé entre les prétendus impossibles linguistiques listés par les normes et ce que J.-CI. Milner appelle les « possibles matériels » (1989 : 55), c’est-à-dire les occurrences rencontrées. Les grammairiens normatifs ont alors été amenés à prendre acte de ces variations.

37Une première réaction puriste consiste à mentionner des occurrences prises pour cible, montrant à quel point, les normes « lutt[ent] contre des comportements déviants mais bien attestés » (Branca-Rosoff, 2007 : 21). Elles travaillent alors à la constitution de véritables florilèges :

Nous relevons dans un seul roman (Saint Magloire de Dorgelès) les faux déclaratifs suivants : tempêter, râler, plaisanter, s’égosiller, pleurnicher, s’emporter, ronchonner, goguenarder.
Le Bidois, 1938 : 232

38ou, plus exactement, à l’élaboration de listes noires :

Songez qu’il y a pléthore de verbes de la première conjugaison qui risquent d’envahir les autres. D’où ces horreurs : s’emporta-t-elle, lamenta-t-il.
Boulenger et Thérive, 1924 : 244

39Les incises originales ne manquent pas de susciter la perplexité des récepteurs, ainsi que l’illustre cette lettre envoyée par une lectrice aux éminents membres du « Grammaire-Club » :

À Monsieur le Secrétaire du Grammaire-Club, Paris
Monsieur,
Il n’est pas rare de lire dans les oeuvres de romanciers justement célèbres, comme sont MM. Pierre Benoît et Francis Carco, des tournures qui me semblent d’une élégance douteuse. Je m’en remets à votre haute autorité pour décider si elles doivent être admises, ou condamnées, ou tolérées seulement.

Je vise d’abord l’emploi de verbes insolites dans le dialogue. Par exemple : apud de Verotchka l’Étrangère, pages 92 et 93, 135,153 et 191.
 – Vous oubliez, l’avertis-je, que nous ne sommes pas seuls...
 – C’est juste, reconnut Serge.
Ibid., p. 242

40On le voit, les premières réactions face aux nouveaux spécimens sont assez vives et suscitent le débat : il s’agit de « tracer en ce domaine [qu’est l’incise] les limites du permis et de l’illicite », peut-on lire dans un NouvelObs (Hersay, 1969 : 44) : un lexique judiciaire fait alors son apparition :

J’ai dénoncé [...] l’emploi abusif que font certains écrivains contemporains dans les propositions incises [...] de toutes sortes de verbes d’action.
Georgin, 1956 : 54

41C’est un genre de procès qui s’ouvre contre les écrivains se livrant à des incises taxées d’illégitimes :

Les écrivains disent pour leur défense qu’ils veulent ainsi éviter la répétition lassante du verbe dire.
Id., 1953 : 329

42Ces incises tombent sous des chefs d’inculpation divers. Les auteurs du Bon usage, par exemple, se placent sur le terrain intellectuel en taxant les incises non dotées d’un verbe de parole d’« illogisme » dont ils se disent « heurtés » (Grevisse et Goosse, 2011 : 548). Il y aurait infraction à une règle de congruence qui voudrait qu’en incise, il y ait superposition stricte entre fonction (l’incise escorte une prise de parole) et sémantisme (son noyau doit être un verbe de parole). Certains adoptent un point de vue diachronique en l’accusant d’infidélité à l’héritage linguistique français :

S’étonna-t-il, correspond à : dit-il avec étonnement. Mais la concision énergique ne doit pas faire fi des traditions de la langue.
Georgin, 1957 : 147

43Pour d’autres, le problème est également d’ordre esthétique :

On évitera absolument les s’agenouilla-t-il, s’enfuit-il, pâlit-il, etc., dont le ridicule n’échappera à personne.
Thomas, [1971] 2007 : 214

44On risque en effet de tomber dans des effets involontairement cocasses, tels que « Comme Monsieur le Comte voudra, s’inclina-t-il ». (Girodet, [1981] 2003 : 243)

45Les incises originales sont présentées, non pas comme des « loopings stylistiques », pour reprendre la métaphore de Camille Laurens citée plus haut, mais bien plutôt comme des dérapages incontrôlés, sources de grotesque.

46Ces incises suscitent alors une réaction au sens rétrograde du terme, comme le montre la convocation d’auteurs classiques en guise de garde-fous :

Voltaire a dû en être tout retourné dans sa tombe, lui qui, même en ses contes les plus alertes, « Candide » ou « Zadig », n’a pas craint de multiplier les traditionnels disait-il, dût la variété du style en pâtir.
Dupré, 1972 : 704

47Les bonnes incises des grands auteurs sont brandies comme des mesures prophylactiques contre les mauvaises qui gagnent du terrain : l’imaginaire de la dénaturation pandémique de la langue est très prégnant dans les normes des incises. On le retrouve récemment sous la plume du journaliste et écrivain Jacques Drillon qui diagnostique un « cancer de l’incise » (2011) :

Elles prolifèrent, sont de plus en plus lourdes, redondantes, sinon absurdes. Ce sont les incises de citations, ces avatars du vieux « dit-il », dont les journalistes usent et abusent.

48Face à ce phénomène grandissant, une stratégie normative fréquente consiste à tenter de le circonscrire dans le temps. Il s’agira d’en faire une lubie passagère, un entichement éphémère :

pour être à la mode littéraire du jour [...], elles paraissent trop contraires à la propriété de la langue pour qu’on puisse affirmer qu’elles sont assurées d’une existence et d’une faveur durables
Le Bidois, 1938 : 232.

49Les normes en matière d’incises sont présentées, elles, comme intangibles tandis que les incises originales, chargées d’une historicité destinée à les décrédibiliser, paraissent comme vouées à une « obsolescence programmée ».

50Autrement dit, les descriptions normatives ne présentent pas la diversification de l’incise comme une véritable évolution mais la réduisent à n’être qu’une parenthèse, fruit d’une révolution arbitraire et superficielle, d’un volontarisme linguistique qui s’apparente à un forçage de la langue.

51Mais c’est aussi d’un point de vue générique qu’elles tentent de les localiser : ces incises sont minorées en étant présentées comme cantonnées à des genres mineurs, que ce soit les romans feuilletons ou populaires :

Le procédé facile et souvent pénible [...] tend à s’user et ne plus appartenir qu’au roman populaire.
Dupré, 1972 : 704

« Ha ha ! souria-t-elle... » Cette vieille plaisanterie date de mon enfance ou d’avant. On la faisait pour se moquer des feuilletonistes qui répugnaient, dans leurs dialogues, à répéter sans cesse : « dit-il » ou « dit-elle ».
Dutourd, 1999 : 200

52ou encore aux romans policiers, comme s’en fait l’écho avec humour Frédéric Dard :

– On croit rêver, claque-t-il des dents (tu sais, dans nos romans policiers, on use beaucoup de ce genre de formule : « se souvient-il », « se rapprocha-t-il », etc., je t’en ai déjà fait part, il fut un temps, mais il est opportun de te le rappeler).
San-Antonio, 1982 : 48

53et même aux traductions de romans policiers :

J’estime également qu’il convient de laisser aux traducteurs de romans policiers les incises des verbes qui indiquent les façons de parler, c’est-à-dire les « maugréa-t-il », « bougonna-t-il », « grommela-t-il », et même les « ironisa-t-il », qui constituent une des caractéristiques du genre.
Hersay, 1969 : 44

54Derrière l’évocation d’une spécialisation, c’est à une assignation à résidence générique, et par là, à une marginalisation, que se livrent bien des critiques. Journalistes, feuilletonistes, auteurs de policiers sont décrits comme en marge des écrivains, jugement de valeur à peine implicite, qui n’échappe d’ailleurs pas, là encore, à San-Antonio :

[...] lui dis-je (lui fis-je, lui expliqué-je, lui déclaré-je, et autres faiblardises du genre, mais on ne peut se surveiller 24 heures sur 24, si ? Ou alors faut changer de métier, se faire carrément écrivain).
1981 : 68

55Mais face à la prolifération des incises « nouvelle version » et à leur pérennité, les normes semblent aussi conduites à s’assouplir.

UN AJUSTEMENT NORMATIF ?

56C’est une réaction qui s’apparente cette fois davantage à un réexamen, ce qu’indique une rhétorique qui fait fortement penser à un jugement en appel, comme sous la plume de R. Georgin :

Je reviens cependant sur la question pour nuancer, en distinguant les cas d’espèce, la rigueur de ma condamnation.
 – Tous les équivalents de dire et ceux qui expriment en même temps une action qui modifie la conformation des lèvres et l’émission du son (sangloter, murmurer, soupirer) sont admissibles.
 – La construction est normale également quand le verbe employé implique l’idée de dire [s’empressa de concéder, renchérir, se défendit, se plaindre].
1956 : 54-55

57L’incise diversifiée constitue ainsi au discours normatif ce que le cas pratique est à la jurisprudence. En outre, on voit émerger dans les grammaires une conception moins manichéenne et davantage scalaire :

– On peut admettre aussi en incise les verbes qui expriment un sentiment comme protester, s’indigner, s’étonner. Mais dans cette voie, il ne faut pas aller trop loin, (Id.)

58Cette concession et l’idée même d’éloignement progressif assouplissent les traditionnels binômes différentiels dites/ne dites pas.

59Un dialogue est alors ouvert entre théorie et pratique de l’incise et les normes ne sont plus les seules à pouvoir se prétendre « modelantes » : elles sont elles-mêmes modelées par les incises innovantes.

  • 4 Le test de validité étant la transformation suivante : « je viendrai, a-t-il dit » → « il a dit qu’ (...)

60De même, sur le plan de leur analyse syntaxique, ces incises ont parfois conduit les grammaires à un renouvellement théorique : tant que les verbes figurant en incise obéissaient au modèle de dire, transitif direct pouvant admettre une complétive4, l’analyse faisait de l’incise un équivalent du segment introducteur, dans un lien de subordination avec le discours rapporté. Mais une fois que les verbes utilisés en incise se sont écartés de ce modèle syntaxique, l’incise a pu faire l’objet d’une analyse en termes d’insertion, d’élément incident sans lien de type rectionnel avec le discours escorté et des verbes intransitifs comme intervenir, haleter, maugréer n’étaient plus d’emblée exclus.

61Dès lors, les incises diversifiées ne sont plus vouées à être analysées comme « fautes », « erreurs », « transgressions », cantonnées à un hors-langue : elles peuvent être présentées comme exploitant leur souplesse syntaxique inhérente.

62Au plan sémantique, l’élargissement considérable des verbes en incise – au point de sortir des verbes de parole proprement dit – ne va pas sans soulever des conflits interprétatifs ou « conceptuels » ainsi que les définit M. Prandi :

Un contenu conflictuel est le contenu d’une expression qui est en même temps signifiante, car elle respecte des contraintes distributionnelles d’ordre formel, et transgressive à l’égard d’une légalité d’ordre conceptuel.
1998 : 37

63Précisément, le profil syntaxique, distributionnel et positionnel singulier de l’incise en fait une forme hautement reconnaissable, qui peut jouer de ce cadre rigide pour faire preuve d’une grande souplesse lexicale. L’incise crée alors sa propre norme d’interprétation : sa syntaxe seule semble porteuse d’un sème de parole, indépendamment du sens du verbe accueilli, rappelant par là que ce que F. Rastier appelle les « sémèmes-occurrences » sont « le produit de l’interaction de plusieurs combinatoires », notamment entre la structure syntaxique de l’énoncé et le contenu sémique des unités sémantiques qui le composent (2009 : 83).

64C’est ce que confirment, même si elles le déplorent, les considérations sur les raccourcis osés et les ellipses abusives qui seraient à l’origine de ces nouvelles incises, pourtant toujours bien reçues comme telles.

65Ainsi, tout se passe comme si les normes avaient transformé en droit ce qui n’était que de fait, en décrivant comme intangible ce qui était un état de la langue à un moment donné.

66Or l’incise a bien une histoire : son évolution invite les normes les plus catégoriques – telles que « en français, l’expression gestuelle ne peut pas faire directement l’objet d’une incise » (1998 : 708) – à évoluer à leur tour, à se réformer pour rester en prise avec la langue.

67La diversification de l’incise rappelle à quel point, pour reprendre les propos de E. Coseriu, « une langue n’est pas une chose faite, un produit statique » mais « un système de production qui, à chaque mot, n’est qu’en partie réalisée historiquement dans les produits linguistiques » (2001 : 21).

68S. Beckett l’avait bien compris, qui, dans L’Innommable décrit les « dit-il, et se dit-il, et demanda-t-il, et répondit-il » comme « formules des plus prometteuses » (1953 : 26).

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Ouvrages et articles scientifiques

Auroux, Sylvain (1998), La Raison, l’usage et les normes, Paris, PUF.

Boulenger, Jacques et Thérive, André (1924), Les Soirées du Grammaire-Club, Paris, Librairie Plon.

Branca-Rosoff, Sonia (2007), « Les normes du français en situation publique. Les ambigüités d’une notion », dans G. Siouffi et A. Steuckardt (dir.). Les Linguistes et la norme. Aspects normatifs du discours linguistique, Berne, Peter Lang.

Brunot, Ferdinand ([1922] 1953), La Pensée et la langue. Méthodes, principes et plans d’une théorie nouvelle du langage appliquée au français, 3e édition revue, Paris, Masson & Cie éditeurs.

Coseriu, Eugenio (2001), L’Homme et son langage, éd. H. Dupuy-Engelhardt, J.-P. Durafour et F. Rastier, Louvain/Paris, Peeters, coll. « Bibliothèque de l’information grammaticale » n° 46.

Dessaintes, Maurice (1960), La Construction par insertion incidente, Paris, éditions d’Artrey.

Drillon, Jacques (2011), « Le cancer de l’incise », BibliObs, 10.11.2011 :http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20111107.0BS4005/le-cancer-de-lincise.html

Dupré, Paul (1972), Encyclopédie du bon français dans l’usage contemporain, Paris, éditions de Trévise.

Dutourd, Jean (1999), À la recherche du français perdu, Paris, Plon.

Georgin, René (1953), Difficultés et finesses de notre langue, Paris, éditions André Bonne.

Georgin, René (1956), La Prose d’aujourd’hui, Paris, éditions André Bonne.

Girodet, Jean ([1981] 2003), Dictionnaire des pièges et des difficultés de la langue française, Paris, Bordas.

Grevisse, Maurice et Goosse, André (2011), Le Bon usage, 15e édition, Bruxelles, De Boeck/Duculot.

Hersay, André (1969), Rubrique « Langage », Nouvel Obs, lundi 24 mars 1969.

Le Bidois, Robert et Le Bidois, Georges (1938), Syntaxe du français moderne, t. II, Paris, éditions Auguste Picard.

Marmontel, Jean-François ([1754] 1968), Éléments de littérature, oeuvres complètes, t. IV, Genève, Slatkine Reprints.

Milner, Jean-Claude (1989), Introduction à une science du langage, Paris, éditions du Seuil.

Prandi, Michèle (1998), « Contraintes conceptuelles sur la distribution : réflexions sur la notion de classe d’objets », Langages n° 131, p. 34-44.

Rastier, François (2009), Sémantique interprétative, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 3e édition.

Reuter, Yves (1990), « Entretien avec Didier Daeninckx », Pratiques n° 65, p. 113- 124.

Sarraute, Nathalie (1956), L’Ère du soupçon : essai sur le roman, Paris, Gallimard.

Thomas, Adolphe V. ([1971] 2007), Dictionnaire des difficultés de la langue française, Paris, Larousse.

Tomassoime, Roberte (2002), Pour enseigner la grammaire, Paris, Delagrave.

Vincenot, Claude (1998), Précis de grammaire logique, Paris, Honoré Champion.

Ouvrages littéraires

Adam, Paul (1902), L’Enfant d’Austerlitz, Paris, Ollendorf.

Allais, Alphonse ([1891] 1989), « Le Chambardoscope », Œuvres anthumes, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

Allais, Alphonse ([1891] 1989), « Le Temps bien employé », À se tordre, Œuvres anthumes, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

Allais, Alphonse ([1892] 1989), Vive la vie !, Œuvres anthumes, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

Allais, Alphonse ([1894] 1989), « Curieux cas de sensibilité chez un requin », Rose et Vert-pomme, Œuvres anthumes, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

Allais, Alphonse ([1904] 1965), « Le Vol du grand escalier de l’opéra », Allais... grement, choix de 82 contes et poèmes, Paris, LGF, « Le Livre de poche ».

Beckett, Samuel (1953), L’innommable, Paris, éditions de Minuit.

Céline, Louis-Ferdinand ([1952] 1996), Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, coll. « Folio plus ».

Echenoz, Jean (1983), Cherokee, Paris, éditions de Minuit.

Echenoz, Jean (1986), L’Équipée malaise, Paris, éditions de Minuit.

Flaubert, Gustave (1980), Correspondance, « Lettre à Louise Colet du 13 avril 1853 », Paris, Gallimard.

Lang, luc (2003), 11 septembre mon amour, Paris, Stock.

Laurens, Camille (2013), Encore et jamais, Paris, Gallimard.

Perec, Georges ([1968] 2001), La Disparition, Paris, Gallimard, coll. « L’Imaginaire ».

Ponson du Terrail ([1859] 1992), Les Exploits de Rocambole, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

Queneau, Raymond (1959), Zazie dans le métro, Paris, Gallimard, coll. « Folio plus ».

san Antonio (1981), Champagne pour tout le monde, Paris, Fleuve noir.

san Antonio (1982), Bouge ton pied que je voie la mer, Paris, Fleuve noir.

Saumont, Annie (2008), Les Croissants du dimanche, Paris, Julliard.

Simon, Claude (1975), Le Vent, Paris, éditions de Minuit.

Zevaco, Michel ([1907] 2003), Le Capitan, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins ».

Notes

1 F. Brunot, La Pensée et la langue. Méthodes, principes et plans d’une théorie nouvelle du langage appliquée au français, 3e édition revue, Paris, Masson & Cie éditeurs, [1922] 1953, p. IX.

2 Pour les références complètes des ouvrages, se reporter à la bibliographie située à la fin de cet article.

3 Ces deux incises, en plus de présenter une originalité lexicale, s’écartent de la règle grammaticale voulant que devant le pronom « je », le -e final des verbes du premier groupe se prononce [e] et s’accentue à l’écrit (m’étonné-je).

4 Le test de validité étant la transformation suivante : « je viendrai, a-t-il dit » → « il a dit qu’il viendrait ».

Auteur

Université Jean Moulin, Saint-Étienne

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search