Version classiqueVersion mobile

Normes textuelles et discursives : émergence, variations et conflits

 | 
Lucile Gaudin-Bordes
, 
Michèle Monte

I. Normes et modèles

Normes textuelles et orientation dialogique dans les anaphores pronominales non conformistes (l’exemple de Jean Rouaud)

Geneviève Salvan

Texte intégral

Visiblement, ça dérange, cet entêtement, ce refus de se plier aux normes
Jean Rouaud, Pour vos cadeaux

INTRODUCTION1

  • 1 Merci à Lucile Gaudin-Bordes, Anna Jaubert, Michèle Monte, et au relecteur expert anonyme, pour leu (...)

1Pour interroger la question des normes textuelles, je me suis intéressée à l’anaphore pronominale. L’anaphore joue un rôle à la fois dans la cohésion textuelle, en introduisant de la variété désignative sur fond d’invariant référentiel, mais aussi dans la dynamique informationnelle du texte, en établissant une continuité thématique, et plus largement dans la cohérence argumentative et/ou narrative de ce dernier (Paillet, 2014). L’anaphore permet ainsi d’envisager la manière dont un texte parle d’un objet de discours, l’ancre cognitivement dans l’esprit du récepteur, mais aussi le renégocie dans le temps de l’écriture et de la lecture.

2Pour relier l’anaphore à la question de la norme, je suis partie du pôle de la réception, celui de la lecture en l’occurrence puisque j’ai choisi un corpus écrit littéraire, et des attendus du lecteur. Il s’agit d’étudier des « tensions normatives », déclenchées par des expressions anaphoriques qui peuvent faire hésiter dans le choix du « bon » antécédent ou compliquer son calcul référentiel. Ces tensions normatives constituent dans le processus de la lecture des pierres d’achoppement plus ou moins faciles à surmonter. « Plus ou moins », car la difficulté peut naître d’une lecture attentive, tandis que, dans le continu de la lecture, il n’est pas toujours besoin de calculer le référent précis d’une expression, surtout si le thème est bien ancré dans l’esprit du lecteur par ailleurs, par récence sémantique ou saillance thématique.

3Ces effets de « lecture difficile » (Piat, 2006), peuvent se concevoir comme des « effets de norme » : ils mettent en valeur l’existence – et leurs interactions dans la lecture et l’interprétation – de normes variables, si ce n’est individuelles, intériorisées, qu’elles soient cognitives (dans l’appréhension des référents) ou textuelles (dans le calcul référentiel, et/ou la prédiction d’apparition et d’appariement des anaphoriques). Je tenterai d’expliquer ces phénomènes anaphoriques comme révélant une négociation entre les normes textuelles et l’orientation dialogique du texte.

1. ANAPHORE PRONOMINALE, RÈGLE, NORME

  • 2 J’emploie le terme d’« antécédent » parce qu’il est commode et partagé, mais sans préjuger de la pl (...)

4L’anaphore en tant que phénomène textuel ne fait pas l’objet de règles proprement dites, mais plutôt de normes d’emploi, commandées par deux principes de recrutement de l’antécédent2 : le principe de proximité (textuelle) et le principe de saillance (thématique ou mémorielle). Selon le principe de proximité textuelle, le pronom anaphorique recrute son antécédent dans le contexte linguistique restreint (c’est le GN le plus proche), alors que selon le principe de saillance mémorielle, le pronom anaphorique « réfère à ce que le contexte met en relief comme thème saillant du discours ; il fonctionne de ce fait comme un marqueur de continuité thématique » (Fournier, 1998 : 181).

  • 3 Voir Riegel, Pellat et Rioul, [1994] 2009 : 807-809.
  • 4 Sans que cet usage soit réductible à un seul effet de « belle langue » (voir Salvan, 2011 ; 2013).

5On sait que la proximité textuelle s’est progressivement normativisée à partir du XVIIe siècle, pour réduire les ambiguïtés référentielles et favoriser l’interprétation nette des pronoms. Ainsi, dans la grammaire prescriptive, il est exigé que le pronom relatif soit contigu à son antécédent. Les usages résistent bien évidemment à cette pression normative, sans toutefois la remettre en cause puisque c’est en parlant de « disjonction »3 que l’on appréhende souvent la séparation entre le pronom relatif et son antécédent, phénomène « normal » en langue classique et très représenté chez un auteur contemporain, Jean Rouaud, à qui j’emprunte les exemples qui vont suivre4.

  • 5 « Dans la grammaire de texte, la notion d’accessibilité concerne le fonctionnement référentiel des (...)

6Or, même en prenant en considération à égalité les deux principes, textuel et mémoriel, on est confronté à plusieurs problèmes dans le corpus de littérature contemporaine qui est à la base de cette étude, dont les deux plus importants concernent : 1) la difficulté liée à l’accès au référent5, et à la sélection du « bon » antécédent et 2) la difficulté liée à la concurrence de plusieurs antécédents pour un même pronom, notamment lorsque ces antécédents se situent de part et d’autre du pronom (différence de place dans l’énoncé que l’approche textuelle distingue par les termes d’anaphore et de cataphore). Dans les deux cas, c’est la relation anaphorique entre des unités cotextuelles qui est « mise à mal » et, par voie de conséquence, problématisé la référence.

7L’étude de ces deux difficultés fait donc l’objet du présent travail, qui se donne alors pour objectifs 1) d’examiner la manière dont un scripteur joue avec les normes anaphoriques et résout les exigences apparemment contradictoires entre ces normes et les besoins de la construction référentielle et de la phrase, et 2) de montrer que les normes textuelles « composent » avec l’orientation dialogique du discours, dans une interaction arbitrée entre production et réception.

8Une remarque liée au corpus achèvera ce premier point : la phrase de Jean Rouaud est marquée par un « art de la reprise » jouant constamment sur l’accessibilité du référent, d’un point de vue textuel, cognitif et pragmatique (Salvan, 2014). Les phénomènes décrits ci-dessous ne sont donc pas du tout isolés, ils constituent même des marqueurs stylistiques, qui ont pu être appréhendés sous différents angles (Salvan, 2013 ; 2014 ; à paraître). Pour des raisons de place, je n’ai retenu que quelques exemples représentatifs des phénomènes étudiés.

2. L’ACCÈS AU RÉFÉRENT : INTÉGRATION SYNTAXIQUE, DYNAMIQUE TEXTUELLE ET SUPERPOSITION ÉNONCIATIVE

  • 6 Dans Un peu la guerre, troisième volet de sa Vie poétique (Comment gagner sa vie honnêtement, Galli (...)

9J’ai choisi de centrer l’étude sur l’anaphore par le pronom relatif, anaphore beaucoup plus contrainte que celle du pronom personnel, du fait de la nature intégrée d’un tel pronom. Il se trouve aussi que, lorsque Jean Rouaud évoque la nécessité, au moment où il entre en écriture, de « casser la syntaxe, la déconstruire, refuser de se soumettre à ses lois implacables » (Un peu la guerre, p. 230)6, c’est la syntaxe de la relative qu’il choisit comme terrain d’expérimentation, en « inventant [même] une proposition relative sans le pronom dont je me demande encore comment elle fonctionnait » (Id.).

10Le pronom relatif est dit « intégré » dans la mesure où il joue un double rôle : il remplace son antécédent dans la proposition relative et établit un lien syntaxique entre celle-ci et la proposition enchâssante. L’anaphore par le relatif a ceci de particulier qu’elle ne peut normalement être que textuelle (et non mémorielle comme avec le pronom personnel de 3eme personne). Nous partirons de l’exemple suivant, simplifié dans la suite (1’) :

(1)... (et que) ce drame – car le bousculé quelque temps après en mourut –, elle attendit longtemps, c’est-à-dire la conscience de sa fin plus ou moins programmée sinon prochaine, avant de Lévoquer, s’étonnant qu’elle ne nous en eût jamais parlé, or de cela nous sommes certains, qui eût occupé dans nos esprits une place aussi importante que les bombardements de Nantes, ce qui signifie que loin de l’avoir oublié, elle l’avait gardé dans un coin de sa mémoire, comme un plomb dans la tête se manifestant de temps à autre selon l’humeur des saisons.
Pour vos cadeaux, Minuit, 1998, p. 33

(1’)... ce drame (...), elle attendit longtemps, (...), avant de l’évoquer, s’étonnant qu’elle ne nous en eût jamais parlé, or de cela nous sommes certains, qui eût occupé dans nos esprits une place aussi importante que les bombardements de Nantes, ce qui signifie que loin de l’avoir oublié, elle l’avait gardé dans un coin de sa mémoire (...)

  • 7 Le relatif, rappelle Michel Charolles (2007 : 194-195), n’a pas la même valeur anaphorique ni les m (...)

11Le pronom relatif qui introduit une relative explicative disjointe, puisqu’il est à la fois détaché par la virgule et séparé de son antécédent. Le principe de recrutement par proximité pousse le lecteur à rechercher l’antécédent dans un environnement immédiat. Selon ce principe, il peut s’agir dans une lecture rapide du pronom démonstratif cela lui-même anaphorique résomptif de l’énoncé précédent « elle ne nous en a jamais parlé ». Mais cette anaphore est interprétativement faible : ce n’est bien sûr pas le fait que la mère n’ait jamais parlé du drame qui eût occupé l’esprit de ses enfants. Ajoutons à cela que le référent de qui est mis en relation par la suite avec le groupe nominal (GN) « les bombardements de Nantes » grâce à la comparaison, et appartient à une chaîne anaphorique qui se poursuit par les deux formes du pronom le (« l’avoir oublié », « l’avait gardé »). Aussi, malgré la distance entre qui et son antécédent, le pronom relatif en tant que « forme liée mémoriellement » (Charolles, 2007 : 194)7 s’accroche plus sûrement au GN ce drame dont il parle en continuité référentielle (ce drame est relayé par deux pronoms l’ et en avant qui), sans le réinitialiser comme le ferait il.

12L’anaphore par qui étant « résolue », la conséquence phrastique est la suivante : on devrait pouvoir supprimer sans dommage les segments de phrase qui séparent l’antécédent de son relatif. Or cette suppression produit une difficulté par suppression d’une étape dans l’interprétation :

(1")... ce drame (...), elle attendit longtemps, (...), avant de l’évoquer, s’étonnant qu’elle ne nous en eût jamais parlé (...), qui eût occupé dans nos esprits une place aussi importante que les bombardements de Nantes

13Cette difficulté est due à la disjonction de la relative explicative et à sa valeur de nouvelle affirmation (prédication seconde) qui lui donne un effet argumentatif particulier, celui de constituer « un argument en faveur du prédicat principal » (Riegel, Pellat et Rioul, 1994 : 807), glosable par <puisqu’il aurait occupé dans nos esprits une place importante> ou <si ç’avait été le cas, il eût occupé dans nos esprits une place importante>. Or, sans l’énoncé « or de cela nous sommes certains », cette justification paraît difficile... à justifier.

  • 8 « Or est un coordonnant faible et rare, qui ne coordonne que des phrases. Il est toujours en tête d (...)

14Le pronom qui par son intégration syntaxique permet en fait d’entrelacer deux énonciations, de tenir ensemble deux lignes énonciatives : celle qui commence par « ce drame, elle attendit longtemps avant de l’évoquer, s’étonnant qu’elle ne nous en eût jamais parlé » et celle commençant par le connecteur or qui permet un décrochage énonciatif et l’introduction d’un nouveau fait : « or de cela nous sommes certains »8. La relative est liée syntaxiquement et thématiquement à la première ligne énonciative (<elle ne nous pas parlé de ce drame (, ) qui eût occupé une place importante dans nos esprits>), et argumentativement à la seconde ligne énonciative (<nous sommes certains qu’elle ne nous en a pas parlé car il aurait occupé une place importante dans nos esprits>).

15Cet arrimage argumentatif de la relative permet d’envisager une commutation possible de qui avec car il : « ce drame (...), elle attendit longtemps, (...), avant de l’évoquer, s’étonnant qu’elle ne nous en eût jamais parlé, or de cela nous sommes certains, car il eût occupé dans nos esprits une place aussi importante que les bombardements de Nantes ». Mais à la différence de qui, car il introduirait une justification de l’énoncé commençant par or, autrement dit un second acte d’énonciation que la coordination maintiendrait à égalité avec le premier. La relative disjointe, tout en se posant comme énonciation autonome, s’articule plus étroitement à l’assertion précédente par le biais de son lien syntaxique avec l’antécédent. Là où la coordination opèrerait un cumul informatif, la relative construit pour sa part une représentation complexe hiérarchisée et énonciativement orientée (Salvan, 2009 : 69).

16Le pronom relatif qui réalise ainsi un compromis entre intégration syntaxique locale et cohérence discursive globale, et permet de tenir ensemble deux fils énonciatifs, le fil du récit et le fil du commentaire. Cet exemple illustre l’interaction dans l’anaphore de contraintes organisationnelles (du récit et du commentaire), textuelles (assurer la continuité thématique), énonciatives (passer sans solution de continuité d’un plan à un autre), voire communicationnelles (dans l’orientation vers le destinataire selon que l’on raconte ou que l’on commente). C’est cette piste dialogique que nous poursuivons dans la troisième partie.

3. LE POINTAGE DE L’ANTÉCÉDENT : RÉINTERPRÉTATION ANAPHORIQUE ET DIALOGISME

  • 9 Dans le cas d’une relative adjective explicative antéposée : Il y avait là, qui s’était placé auprè (...)

17L’anaphore opérée par un pronom relatif suppose l’antécédence de l’anaphorisé, le relatif n’ayant que très exceptionnellement un fonctionnement cataphorique9. Lorsqu’un pronom relatif apparaît, le lecteur cherche donc à récupérer un GN déjà mentionné pour identifier le référent du pronom. Or, il n’est pas rare que ce calcul référentiel soit court-circuité par l’apparition d’une autre expression subséquente qui se donne comme nouvel « antécédent », ici le GN ce signe indien :

  • 10 Il s’agit de l’oncle Pierre, soldat au front lors de la Première Guerre mondiale, décrit ici dans l (...)

(2) Derrière lui10, suspendues à une cheville fichée dans le flanc de la tranchée, une gourde et une musette à grenades, et, dans une absidiole aménagée, une petite sainte Vierge où il faut sans doute voir la patte de sa sœur Marie. Le temps de se mettre en place, il a posé sa pipe sur un banc improvisé. Du fourneau monte un mince filet de fumée qui ne donnera pas, ce signe indien, grande indication à la tranchée adverse. D’ailleurs en face, ils fument aussi, écrivent à leur famille (...).
Les Champs d’honneur, Minuit, 1990, p. 177

18Dans le déploiement de la phrase qu’épouse la lecture linéaire progressive, le pronom qui regarde à gauche et représente le GN un mince filet de fumée dans la relative. Mais, et c’est une sorte de coup de théâtre, un autre GN apparaît après le prédicat verbal de la relative, GN démonstratif anaphorique (et ici métaphorique) ce signe indien, qui recatégorise un mince filet de fumée en occupant la fonction d’apposition nominale à qui. On mesure la tension normative de l’anaphore en envisageant une autre structuration possible de la phrase, plus normée, du type <du fourneau monte un mince filet de fumée, signe indien qui ne donnera pas grande indication à la tranchée adverse>.

19Or l’organisation de la phrase suit une toute autre logique, qu’on peut saisir à deux niveaux : d’une part elle met en valeur ce signe indien auprès du lecteur qui est conduit à réinterpréter le référent de qui en intégrant cette redénomination métaphorique (c’est bien un mince filet de fumée assimilé à un signe indien qui ne donnera pas grande indication à la tranchée adverse), d’autre part elle enregistre le temps et la logique propres à l’écriture, qui ne programme pas nécessairement en même temps les associations sémantico-référentielles et la syntaxe de la phrase.

  • 11 Rastier, 2007 : 10.

20Dans le processus génétique de la phrase, soit le mince filet de fumée mentionné devient dans l’esprit de l’énonciateur qui commence à énoncer la relative, un signe indien (par autodialogisme de l’« autocorrection productive »11), ou bien le mince filet de fumée était déjà un signe indien dans l’esprit de l’énonciateur, qui éprouve le besoin de se rattraper et de spécifier pour le lecteur ce qui justifie l’énonciation de la relative (par dialogisme interlocutif qui anticipe une incompréhension chez le lecteur). L’insertion de la nouvelle nomination dans le flux de l’écriture télescope le processus anaphorique de qui, réinterprété localement grâce à l’anaphore opérée par le déterminant démonstratif dans « ce signe indien ». La tension entre la visée remontante de l’anaphore (celle normée de la réception) et la visée descendante de l’enchaînement phrastique (celle plus libre de la production) est lisible dans ce tour de passe-passe qui rappelle sur le mode métaphorique (ce signe indien) un objet de discours déjà introduit (un mince filet de fumée).

21La réinterprétation peut être facilitée par l’emploi du relatif neutre quoi, moins contraignant que qui, comme dans l’exemple suivant :

  • 12 La mère est précisément, comme il est dit plus loin, « celle qui tourne définitivement la page » (P (...)

(3) Ce que dit à sa manière la correspondance miraculeusement resurgie de ses années de pension, retrouvée dans un carton, relégué sans ménagement parmi d’autres emplis de débris de vaisselle, au milieu du bric-à-brac de l’entrepôt, à quoi, cette négligence, on reconnaît bien son mépris pour tout ce qui pouvait ressembler à de la nostalgie. Cette façon de tourner une bonne fois pour toutes la page, de ne pas s’encombrer avec les témoignages et la collection complète des souvenirs anciens.
Pour vos cadeaux, p. 33-3412

  • 13 On appelle anaphore non positionnelle, une anaphore qui ne permet pas de poser avec certitude l’ide (...)
  • 14 Nouvelle désignation et pas nouvel objet de discours, car le GN cette négligence ne désigne pas un (...)
  • 15 Le quoi n’est donc pas cataphorique dans le processus de la lecture, c’est le GN démonstratif qui e (...)

22Le pronom relatif neutre (non marqué) quoi opère une anaphore résomptive et ouvre un espace pour une autre nomination. Comme le relatif quoi opère une anaphore non positionnelle13 (Berthomieu, 2012) qui « tient l’esprit en suspens quant à la nature exacte de la chose désignée » (Guillaume, cité par Berthomieu, 2012 : 13), le GN cette négligence vient combler une brèche référentielle ouverte par quoi. Avec quoi, il est possible de ne pas poser avec certitude l’identité de l’objet désigné, ce qui autorise la saturation référentielle par une autre désignation14, qui vient après coup et qui entre dans la dynamique textuelle munie et renforcée d’un démonstratif anaphorique15. Cette négligence opère un ajustement référentiel et pragmatique, dans la mesure où s’engage un affinement interprétatif du scripteur dans son acte même d’écriture qui invite le lecteur à épouser le même point de vue. Cette écriture donne ainsi à voir le temps opératif de la saisie des choses et en garde la trace dans la construction phrastique.

  • 16 Et contribue à la notion de continuum ou de glissando, développée par Sylvie Freyermuth, 2006.

23Dans la phrase en 3, le scripteur tire parti du fonctionnement linguistique de quoi pour provoquer un « court-circuit textuel », à entendre au sens de « voie plus courte que la normale » (TLFi), plutôt que de rupture. Le texte plie l’information au lieu de la déplier, opère un cumul sur le pronom relatif qui prête sa capacité anaphorique non seulement à la progression textuelle, mais aussi au cumul désignatif16.

24Cette rétroaction interprétative du quoi anaphorique par un GN subséquent est aussi la trace d’un processus génétique fondé sur la saillance, mise en place par le texte, du manque de soin apporté au rangement par la mère, ce que le GN cette négligence ne fait qu’expliciter pour le lecteur. S’ouvre alors un espace dialogique qui superpose la renomination (« à quoi il faut donner le nom de négligence ») et le commentaire (« à cette négligence on reconnaît son mépris pour tout... »).

25Dans cet espace dialogique, le second GN peut aussi fonctionner comme un rappel à destination du lecteur, comme en 4 :

(4) Ce terrain-là, il le cultivait pour son propre compte. C’était, sans acte de propriété, l’annexion d’un replat de la colline, orienté au couchant, surplombant un horizon moutonnant duquel se détache de l’autre côté de la vallée le village de Saule dominé par son ancienne tour de guet, et qui avait échappé, ce lopin, à la gourmandise du notaire.
L’Imitation du bonheur, Gallimard, 2006, P. 52

26Le GN un replat de la colline est modifié par trois segments détachés eux-mêmes expansés : un participe passé orienté, un participe présent surplombant et une relative adjective qui avait échappé. La distance textuelle est suffisamment grande entre l’antécédent et le pronom relatif pour que le thème fasse l’objet d’un rappel à droite du prédicat verbal, rappel qu’accompagne une redénomination par le nom lopin. L’explicitation du pronom qui par le GN ce lopin prévient une interrogation/ incompréhension sur le référent de qui.

27Cette fonction de rappel thématique permet au narrateur d’interagir avec son lecteur dans cette occurrence qu’on peut analyser comme une réponse anticipée du narrateur à la question qu’il imagine que le lecteur peut (se) poser (que représente ce qui ?). Cette prévenance envers le lecteur, qui est une marque de fabrique de Jean Rouaud, signe un dialogisme d’ordre interlocutif responsif, non seulement en ce qu’il redonne au lecteur les clefs référentielles mais aussi en ce qu’il peut lui éviter une lecture rétroactive, au profit d’une lecture fluide et continue.

  • 17 Et concilier l’expansion descriptive et le maintien de la saillance cognitive.

28Dans une version plus normative prenant en compte la distance entre antécédent et relatif, le scripteur aurait pu choisir de reprendre l’antécédent par lequel : « lequel replat avait échappé à la gourmandise du notaire ». Or, le choix de qui montre que la syntaxe de la phrase reste centrée sur la « vitesse de pensée » du scripteur qui encode qui avec l’antécédent saillant dans son esprit et qui explicite ensuite pour le lecteur le référent de qui donné plus haut, dans une prévenance dialogique. L’absence de ce lopin pourrait en effet induire le lecteur en erreur sur l’antécédent (est-ce tour ou village ?). Ce procédé permet au scripteur à la fois de garder dans l’écriture le cours de sa pensée et de manifester le souci du lecteur, pour superposer les temporalités de l’écriture et de la lecture17 : « On profite de sa vitesse de pensée pour la prêter à l’autre. Du coup, on se garde des réactions de l’autre », dit Jean Rouaud (dans un entretien avec Karine Germoni, 2015).

29Le procédé est poussé à l’extrême, et la norme est transgressée, lorsque le relatif reçoit deux référents possibles et non coréférentiels comme en 5 :

(5) L’ensemble serait resté en l’état, c’est-à-dire un de ces objets inutiles dont on n’ose se débarrasser, parce que trop rare ou du moins trop chargé de souvenirs, sans une ritournelle à la radio, un air de danse celto-berrichon ou quelque chose de ce genre, vieille rengaine remise au goût du jour, qui apparemment ne devait pas réclamer, son exécution, de longues années de conservatoire.
Le Monde à peu près, Minuit, 1996, p. 148

30Si l’exemple 4 donnait deux antécédents textuels au relatif qui, tout en maintenant l’identité du référent, il n’en est plus de même dans l’exemple 5 où se lit un conflit référentiel sur le pronom qui : celui-ci anaphorise dans la proposition rectrice le GN vieille rengaine, mais dans la relative réfère par cataphore à son exécution (où vieille rengaine apparaît dans le déterminant possessif son). L’écrivain effectue un tour de passe-passe en substituant son exécution à ce que le lecteur a enregistré provisoirement comme antécédent (vieille rengaine).

  • 18 On peut aussi penser, en même temps que cette approche, à celle des référents évolutifs (Achard-Bay (...)
  • 19 Le refus du dont a aussi sans doute à voir avec le lien de cette langue avec l’oral (ité), si ce n’ (...)
  • 20 J. Rouaud, L’Imitation du bonheur, p. 17.

31On ne peut évoquer ici le seul dialogisme interlocutif responsif pour justifier l’apparition de son exécution, puisque le lecteur d’une part n’a pas de raison de se poser une question sur le référent de qui et d’autre part, n’anticipe pas une telle réinterprétation anaphorique par son exécution. L’espace dialogique qu’ouvre alors le relatif relève plutôt de l’autodialogisme, dans une dynamique d’épanorthose18, où le scripteur ne reprogramme pas sa phrase ni ne la réécrit selon les canons des rattachements syntaxiques. Le scripteur utilise le qui comme une alternative au dont (<vieille rengaine dont l’exécution ne devait pas réclamer de longues années de conservatoire>) et la tension normative devient conflit dans cette phrase19. Le lecteur suit alors les soubresauts de la pensée du scripteur qui navigue à vue dans sa phrase, en prise avec le mouvement même de la pensée « donnée à voir20 » dans son temps propre : « un auteur fabrique sa phrase mais aussi il la subit ; il la suit où elle le mène puis de temps à autre, il l’incline pour pouvoir l’amener où il veut » (J. Rouaud, entretien précédemment cité).

CONCLUSION

32Ces anaphores pronominales anticonformistes, voire agrammaticales pour le dernier exemple, révèlent la négociation en discours entre les normes textuelles et l’orientation dialogique du texte : le texte, comme discours, est doublement orienté vers sa production et sa réception, et cette orientation ne cesse d’influencer ses formes langagières et d’interagir avec d’autres déterminations linguistiques, ici celles de cohésion textuelle. Les tensions normatives qui en résultent mettent au jour des phénomènes de réglage entre production et interprétation, entre « parcours génétiques » et « parcours interprétatifs » (Rastier, 2007 : 10), mais éclairent aussi l’interaction et la hiérarchisation des normes des systèmes partiels de la langue (Ibid. : 11).

33Dans le cadre des données textuelles de notre corpus particulier, les tensions entre normes et dynamique textuelles révèlent enfin l’accommodement entre logique de production et logique de réception, et le compromis pour les maintenir à égalité : dans les termes de J. Rouaud, qui admet que « le programmatique, je ne sais pas ce que c’est », il s’agit de se laisser aller à son penchant naturel qui évacue le « programmatique », de « laisser [sa] pensée dériver » tout en lui donnant une forme, mais aussi de « penser ensemble, avec le lecteur » dans la même temporalité (entretien cité).

34Si, dans le processus d’écriture, la phrase comme tout achevé n’est pas programmée, l’effet sur le lecteur, lui en revanche, l’est bien. Car l’écrivain, s’il est en prise avec des normes (textuelles comme on vient de le voir, mais plus globalement linguistiques, et aussi socio-esthétiques), avec lesquelles il compose entre respect et liberté, n’écrit pas seulement dans sa langue, mais au sein d’un type de discours, le littéraire, et d’un genre, le roman, qui a depuis longtemps construit un espace de communication, voire de connivence, avec le lecteur.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Achard-Bayle, Guy (2001), Grammaire des métamorphoses. Référence, identité, changement, fiction, Bruxelles, De Boeck Supérieur.

Apothéloz, Denis (1995), Rôle et fonctionnement de l’anaphore dans la dynamique textuelle, Genève, Droz.

Arrivé, Michel, Gadet, Françoise et Galmiche, Michel (1986), La Grammaire d’aujourd’hui, Paris, Flammarion.

Berthomieu, Gérard (2012), « Un cas d’anaphore critique. Sur la concurrence des relatifs quoi et lequel après SN dans le français écrit depuis Stéphane Mallarmé », L’Information grammaticale n° 132, p. 11-24.

Charolles, Michel (2007), « Comment évaluer les effets des relatives en qui sur les chaînes de référence ? », dans Parcours de la phrase. Mélanges offerts à Pierre Le Goffic, textes réunis par M. Charolles, N. Fournier, C. Fuchs et F. Lefeuvre, Paris, Ophrys, p. 193-212.

Fournier, Nathalie (1998), Grammaire du français classique, Paris, Belin.

Freyermuth, Sylvie (2006), Jean Rouaud et le périple initiatique : une poétique de la fluidité, Paris, L’Harmattan.

Germoni, Karine (2015), « Entretien avec Jean Rouaud : "C’est du côté de l’artisanat que je place l’écriture », dans La Langue de Jean Rouaud, dir. C. Narjoux et G. Salvan, Dijon, ÉUD, p. 183-198.

Gollut, Jean-Daniel et Zufferey, Joël (2000), Construire un monde. Les phrases initiales de La Comédie humaine, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

Narjoux, Cécile et Salvan, Geneviève (dir.) (2015), La Langue de Jean Rouaud, Dijon, ÉUD.

Paillet, Anne-Marie (2014), « Quand la figure rencontre l’anaphore linguistique dans les Fables de La Fontaine », dans Figures et normes. Mélanges offerts à Gérard Berthomieu, dir. N. Laurent, C. Narjoux et C. Reggiani, Dijon, EUD, p. 171-180.

Piat, Julien (2006), « Vers une stylistique des imaginaires langagiers », Corpus [En ligne], 5 | 2006, mis en ligne le 01 juin 2007, consulté le 02 mars 2015. URL : http://corpus.revues.org/441

Rastier, François (2007), « Conditions d’une linguistique des normes », dans Les Linguistes et la norme. Aspects normatifs du discours linguistique, dir. G. Siouffi et A. Steuckardt, Berne, Peter Lang, p. 3-20.

Riegel, Martin, Pellat, Jean-Christophe et Rioul, René, ([1994] 2009), Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Salvan, Geneviève (2009), « Le dialogisme dans les relatives disjointes », Langue française n° 163, p. 61-78.

Salvan, Geneviève (2011), « Ajouter, enchaîner : les relatives hyperbatiques chez Jean Rouaud » dans L’Hyperbate. Aux frontières de la phrase, dir. A.-M. Paillet et C. Stolz, Paris, PUPS, p. 139-150.

Salvan, Geneviève (2013), « Une lecture "classique" de Jean Rouaud ? », dans La Littérarité des belles-lettres, dir. C. Badiou-Monferran, Classiques Garnier, collection « Investigations stylistiques », p. 343-356.

Salvan, Geneviève (2014), « "Suivez la phrase qui ne sait pas où elle va" : le phrasé de la fiction chez Jean Rouaud. À propos du tour ce qui, ce N », La Licorne n° 112, p. 55-69.

Salvan, Geneviève (à paraître), « Anaphore pronominale en dislocation droite et dialogisme », Estudos Linguisticos, Lisbonne.

Notes

1 Merci à Lucile Gaudin-Bordes, Anna Jaubert, Michèle Monte, et au relecteur expert anonyme, pour leur relecture et leurs suggestions.

2 J’emploie le terme d’« antécédent » parce qu’il est commode et partagé, mais sans préjuger de la place de cet antécédent, qui peut être un subséquent en cas de cataphore. Par ailleurs, comme le remarque Denis Apothéloz, la notion d’antécédent est très contraignante parce qu’elle fixe « la référence sur un segment linguistique », alors même que l’anaphore, comme « opération discursive de désignation » dépasse la seule question de la présence ou non « dans le texte d’un segment coréférentiel attestant qu’une telle opération a eu lieu » (Apothéloz, 1995 : 163 et 164). D. Apothéloz propose d’ailleurs de parler plutôt de « précédente désignation ».

3 Voir Riegel, Pellat et Rioul, [1994] 2009 : 807-809.

4 Sans que cet usage soit réductible à un seul effet de « belle langue » (voir Salvan, 2011 ; 2013).

5 « Dans la grammaire de texte, la notion d’accessibilité concerne le fonctionnement référentiel des anaphores, traduisant dans ce cas la possibilité d’atteindre sans équivoque l’antécédent d’une expression dite de reprise. Dans une autre approche, de type pragmatique et centrée sur le dispositif instructionnel, l’idée d’accessibilité permet de classer les expressions désignatives suivant l’indice d’évidence référentielle qu’elles comportent : l’emploi d’un pronom ou celui d’un simple prénom, par exemple, supposent que le destinataire a présent à l’esprit ce qu’ils désignent (...). Enfin dans le champ sémiotique, le concept d’accessibilité sert à définir une relation d’homologie entre deux univers possédant des propriétés essentielles communes » (Gollut et Zufferey, 2000 : 18-19).

6 Dans Un peu la guerre, troisième volet de sa Vie poétique (Comment gagner sa vie honnêtement, Gallimard, 2011 ; Une façon de chanter, Gallimard, 2012 ; Un peu la guerre, Gallimard, 2014 ; Être un écrivain, Grasset, 2015) consacré à une réflexion autobiographique et poétique sur la mort annoncée du roman au moment où il entre en écriture, Jean Rouaud évoque les impératifs de la modernité littéraire en matière d’écriture, « écriture souveraine (...) émancipée des règles en vigueur, considérant la grammaire comme une sorte de code pénal à jeter dans les poubelles de l’histoire » (Un peu la guerre, p. 230).

7 Le relatif, rappelle Michel Charolles (2007 : 194-195), n’a pas la même valeur anaphorique ni les mêmes pouvoirs référentiels que le pronom personnel de troisième personne : même dans les emplois les moins intégrés comme dans la relative disjointe, le relatif « a besoin de s’accrocher à un antécédent (...) qu’il recrute par proximité. (...) Le pronom relatif est une forme liée mémoriellement, il ne réactualise pas, ne réinitialise pas, le référent de son antécédent comme le fait le pronom [personnel] ». M. Charolles conclut que « à proprement parler, le relatif ne réfère pas, il se contente de maintenir son antécédent dans la mémoire des auditeurs / lecteurs ».

8 « Or est un coordonnant faible et rare, qui ne coordonne que des phrases. Il est toujours en tête de phrase, faisant lien avec la phrase précédente ou avec le contexte, attirant l’attention sur l’énoncé qui suit. Un emploi fréquent en est fait dans le raisonnement, souvent en association avec donc : Pierre aime la chaleur ; or il habite un pays froid, il va donc s’exiler. » (Arrivé, Gadet et Galmiche, 1986 : 195-196). « Or, qui ne peut coordonner que des propositions, introduit une nouvelle donnée qui va se révéler décisive pour la suite des événements (dans un récit) ou du raisonnement (dans un enchaînement argumentatif ou déductif, notamment comme deuxième terme d’un syllogisme) » (Riegel, Pellat et Rioul, [1994] 2009 : 883).

9 Dans le cas d’une relative adjective explicative antéposée : Il y avait là, qui s’était placé auprès du tribunal, un nommé Alexandre (Pourrat), exemple cité par Riegel, Pellat et Rioul, [1994] 2009 : 808. On remarque que la subordonnée précède l’antécédent du relatif dans un cas assez particulier : le GN antécédent étant le régime obligatoire du présentatif, le lecteur met en mémoire cette structure en attente de complétude.

10 Il s’agit de l’oncle Pierre, soldat au front lors de la Première Guerre mondiale, décrit ici dans les tranchées.

11 Rastier, 2007 : 10.

12 La mère est précisément, comme il est dit plus loin, « celle qui tourne définitivement la page » (Pour vos cadeaux, p. 78).

13 On appelle anaphore non positionnelle, une anaphore qui ne permet pas de poser avec certitude l’identité de l’objet désigné. Ce terme de « positionnel » est à prendre « au sens où l’entend Husserl pour qui l’attitude positionnelle prend en charge la vérité du message et donne son objet pour réellement existant. » (Berthomieu, 2012 : 16).

14 Nouvelle désignation et pas nouvel objet de discours, car le GN cette négligence ne désigne pas un autre objet du discours que la relégation des lettres dans le « bric-à-brac », il est une autre manière de l’appréhender.

15 Le quoi n’est donc pas cataphorique dans le processus de la lecture, c’est le GN démonstratif qui est anaphorique de guoi.

16 Et contribue à la notion de continuum ou de glissando, développée par Sylvie Freyermuth, 2006.

17 Et concilier l’expansion descriptive et le maintien de la saillance cognitive.

18 On peut aussi penser, en même temps que cette approche, à celle des référents évolutifs (Achard-Bayle, 2001) : l’objet se transforme à mesure qu’il est perçu par une subjectivité.

19 Le refus du dont a aussi sans doute à voir avec le lien de cette langue avec l’oral (ité), si ce n’est avec le refus sinon de la belle langue, du moins d’une langue trop écrite, c’est-à-dire, dans les termes roualdiens, d’une langue programmée.

20 J. Rouaud, L’Imitation du bonheur, p. 17.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search