Version classiqueVersion mobile

Les colloques secrets de Claude Louis-Combet

 | 
Aude Bonord
, 
France Marchal-Ninosque

Les voix intérieures

Claude Louis-Combet et Pierre Bassard, le pinceau en devenir de plume

Sara Di Santo Prada

Texte intégral

La peinture peut être poésie. La couleur n’est-elle pas là pour jeter d’un coup toute sa profondeur dans le discours du tableau ?
Yves Bonnefoy

  • 1 Colloque qui se tenait à Besançon et Dijon, les 3, 4 et 5 novembre 2009, actes publiés sous le titr (...)
  • 2 Sara Di Santo Prada, « Dino Buzzati et Claude Louis-Combet : paroles et images », Sciences humaines (...)

1Le thème de ce colloque donne l’opportunité d’échanger sur l’un des aspects les plus intéressants de la production de Claude Louis-Combet, à savoir sa collaboration avec des artistes contemporains, source féconde de matière d’étude à laquelle je me suis intéressée dès ma première rencontre avec l’écrivain bisontin advenue voici dix ans, à l’occasion du colloque « Claude Louis-Combet : mythe, sainteté, écriture. Dix ans après »1. Dans le « jardin de Saint-Marc du père de la mytho-biographie »2, conversent dessinateurs, graveurs, peintres, sculpteurs, photographes. Le hasard des rencontres les a savamment mis sur le chemin de notre auteur pour que leurs formes et couleurs épousent le style recherché de la plume louis-combétienne ; et la collaboration artistique a été souvent à l’origine d’un lien d’amitié, comme cela a été le cas pour Dado, Félix de Recondo, Roland Sénéca ou bien Élizabeth Prouvost.

  • 3 Par exemple, l’exposition organisée à la Galerie 93 de Besançon du 26 septembre au 7 octobre 1978.
  • 4 Besançon, Æncrages & Co, 2011.
  • 5 Mont-de-Laval, L’Atelier du Grand Tétras, 2012.
  • 6 Paris, Mon Cher Watson, 2017.

2Différent est, en revanche, le processus de collaboration entre Claude Louis-Combet et le peintre-graveur Pierre Bassard, né à Besançon en 1938. Amis depuis quarante ans – quelques présentations d’expositions de Bassard signées Claude Louis-Combet remontent à la fin des années 19703 –, l’écrivain et le peintre bisontins n’ont collaboré que tardivement – à compter de 2011 – pour la réalisation de trois livres d’artiste (le romancier a aussi présenté en 2019 l’ouvrage du peintre Chemins d’interstices), dans lesquels ils posent le sceau de leur brio créatif : À l’Escarcelle de rêves4, Couleurs5, Les Vitraux d’Anjeux6. De fait, si la rencontre entre les deux hommes a permis de tisser, au fil des années, un lien profond d’amitié, leurs affinités électives ont été gravées à jamais grâce à cette coopération créatrice de la décennie 2010.

  • 7 Voir S. Di Santo Prada, « Dino Buzzati et Claude Louis-Combet : paroles et images », op. cit., p. 2
  • 8 S. Di Santo Prada, « Quelques exemples de transposition de rêves nocturnes dans l’œuvre de Dino Buz (...)
  • 9 Claude Louis-Combet, Des artistes, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, (...)
  • 10 Ibid., p. 16.

3Pour Pierre Bassard le texte est à l’image tout comme pour Claude Louis-Combet l’image est au texte, puisque, dans leurs productions respectives, l’une se nourrit de l’autre : la parole, à la fois sur le plan graphique et lyrique, est en effet une constante de la production de Bassard ; tandis que l’art occupe une place cruciale dans l’œuvre de Louis-Combet, cet auteur mettant au centre de son inspiration littéraire l’iconographie mythologique et religieuse au point de devenir « narrateur d’art » en quête de la beauté7. L’écrivain nous a livré, en outre, plusieurs dessins dans lesquels ses hantises enfouies se révèlent au grand jour par le biais de quelques lignes essentielles et quelques jeux d’ombre8. Le jeu d’ailleurs semble relier le travail du peintre et celui du romancier : l’un joue avec couleurs et formes, l’autre avec couleurs des mots. Dans ses peintures et gravures, Pierre Bassard narre une genèse des êtres ; ses compositions évoquent celles de Joan Miró, mais elles apparaissent sans doute plus épurées, avec des couleurs pastel évoquant l’enfance : les toiles C’est entendu du Bisontin et Le Carnaval d’Arlequin du Catalan se prêtent tout naturellement à cette comparaison. Mais l’apparente naïveté de Bassard est, en vérité, « fort savante » – observe Louis-Combet – apte à nous faire rencontrer en elle la « source authentique du fantastique »9. L’observateur assiste à une « fête originelle » où chaque être semble avoir égaré son identité pour fusionner avec les autres formes de vie qui l’entourent. « Un vent de métamorphose et d’hybridation a soufflé sur eux. L’animal s’est insinué dans l’homme, l’homme s’est fondu dans la chose, la chose s’est accouplée au paysage et, de ce mariage mirifique, sont nées des pièces d’alphabet »10.

  • 11 Di Santo Prada, Dino Buzzati et Claude Louis-Combet, entre la chair et l’âme, op. cit., p. 221-243.
  • 12 Paris, Flammarion, 1971.
  • 13 Paris, Édite, 2010.
  • 14 Paris, Lettres Vives, 1992.
  • 15 Dans le Bœuf-Nabu, la punition de Yahvé s’abat sur le Roi de Babylone, Nabuchodonosor II, qui – com (...)
  • 16 Louis-Combet écrit : « […] les formes ont dû errer en elles-mêmes, le temps de quelques existences, (...)

4Ce qui rapproche encore, fondamentalement, Pierre Bassard et Claude Louis-Combet est leur riche bestiaire, ainsi que la dimension mystique dans laquelle leurs personnages se meuvent : un « mysticisme cosmique », bien entendu, à l’image de l’absence de la foi qui caractérise les deux hommes ; cette dernière issue non pas de l’ignorance des dogmes, mais d’une réflexion murie, à la fois soufferte et salvifique, de la négation d’un Dieu unique et tout-puissant. L’univers louis-combétien fourmille d’animaux11, notamment issus de l’iconographie mythique, légendaire ou biblique : le cygne de Miroir de Léda12, le taureau d’Ô Dieu, entaure-moi13, ou bien le bœuf protagoniste du Bœuf-Nabu ou Les Métamorphoses du Roi des rois14, ne sont que quelques exemples parmi le bestiaire illimité du romancier où souvent le divin affirme son omnipuissance dans le châtiment infligé à l’homme, fatalement pécheur, en le métamorphosant en animal15. Aussi, dans À l’Escarcelle de rêves, Louis-Combet mène une analyse attentive des êtres qui peuplent l’Éden ou bien l’Arche de Bassard, un artiste qui, de par l’extravagance lumineuse de sa touche, met sans doute d’accord tous les amateurs d’art : ses bonshommes, animaux, plantes, hybrides transmettent leur souffle de vie, grâce à un humour aucunement banal. L’artiste se sert d’un « pinceau à musique » – selon l’expression de Claude Louis-Combet –, qui enfante un large panel de bêtes vivant en harmonie avec l’Homme et parfaitement insérés dans une dimension panthéiste. Il offre donc une nouvelle raison d’être aux animaux, libérés de leur forme originelle, si contraignante au regard des possibilités infinies de la rêverie16.

P. Bassard, Célébration de l’Ouvert

P. Bassard, Célébration de l’Ouvert

5Dans la Genèse selon Bassard, on assiste d’abord à la création des oiseaux, lesquels portent leur jubilation de toile en toile. Louis-Combet chante ainsi ce festin cosmique :

  • 17 À l’Escarcelle de rêves, op. cit., p. 13.

Oiseau pilote, coquecigrue, flûte-agasse, pinson de minuit, coq-cinq et coq-six, coq de bric et de broc, merle, merlu et merlin, toutes les variantes plumitives et les hybrides ramagés saisirent l’occasion d’un petit coin de peinture et, sans prendre le temps d’y faire leur nid, levèrent l’ancre, rompirent les amarres, et enlevèrent l’arche microcosmique, toute saturée de présences, de sens et de non-sens, par-delà la mer des nostalgies, vers les hauteurs du septième ciel.17

  • 18 Ibid., 18.
  • 19 Ibid., p. 20.
  • 20 Des artistes, op. cit., p. 16.

6 Après les êtres aériens, ceux du monde aquatique : la baleine, le poisson-chat, le loup de mer, le turbot, la carpe avec ses petits et l’anguille glissant sinueuse dans les abysses. On assiste, ensuite, à un défilé de mollusques, seiches, petits poissons ronds, ces derniers décrits par notre auteur comme des « yeux d’enfants » et – dit-il encore – « mystérieux comme des sourires »18. Claude Louis-Combet rêvant sur le bestiaire de Bassard semble faire revivre les glossaires médiévaux en une énumération jubilatoire, tout à la gloire du mot. Puis, les êtres terrestres : des mammifères, voire des hybrides qui prennent l’apparence d’un chat, d’un rat, d’un lapin et même d’un kangourou. Tous ces êtres semblent vivre en paix, dans l’arche construite par l’artiste : « La vie ne lutte pas pour la vie, elle prend le temps de musarder, de plaisanter, d’échafauder d’impossibles châteaux de rêves, de tenir l’amour par le fil des romances »19. Enfin, dans ces danses de la Création, ne peuvent manquer les amants, Adam et Ève, qui fusionnent parfois en un seul être. Au milieu des compositions de Bassard, est toujours peinte une maison, ou bien quelques références (une fenêtre, une porte) renvoyant à l’endroit où tous les êtres sortis de son pinceau à musique peuvent trouver un abri. Les mondes magiques du peintre bisontin semblent être habités par des amulettes. L’écrivain invite l’observateur non pas à regarder les tableaux de son ami, mais à « s’y promener », à s’aventurer dans cette dimension hors du temps et de l’espace où « toutes les rencontres deviennent possibles »20.

  • 21 Ibid., p. 23.

7Dans l’ouvrage À l’Escarcelle de rêves, sous-titré délibérément Portrait de Pierre Bassard, Claude Louis-Combet ne se limite pas à narrer l’univers créatif de l’artiste, mais il va jusqu’à mettre en relief les qualités propres à sa personne, par des mots qui témoignent du sentiment d’amitié et aussi d’admiration qui lient le peintre et le romancier. « L’ami Bassard est homme de bonté foncière, de générosité inépuisable et d’insondable recueillement en ses propres puissances de germination »21 :

  • 22 Ibid., p. 51-52.

C’est un être fraternel, un homme de ferveur et de pudeur, qui assume sans amertume ni envie sa solitude et la modestie de sa condition. Il a placé au centre de son éthique personnelle sa fidélité à lui-même, laquelle est d’abord et essentiellement primauté et service de son art. Et de là vient, à qui le rencontre et le fréquente, le sentiment d’une existence unifiée et d’une âme aux marges sereines par-delà son noyau d’angoisse fertile. Enracinée au plus profond de ce contraste, la mélancolie affleure constamment. On la saisit dans le regard, dans les expressions du visage, dans le timbre et le débit de la voix.22

8 En vérité, Pierre Bassard se présente comme une exception heureuse dans l’univers sombre et conflictuel propre non seulement à l’écrivain, mais aussi à la plupart des artistes avec lesquels il a collaboré : un univers trempé dans une culpabilité originelle que seule la cohabitation sereine entre tous les êtres peut élever au rang de panthéisme originel, voire de franciscanisme contemplatif à l’égard des beautés de Mère Nature, la mère absolue qui génère une partie de l’univers romanesque de Claude Louis-Combet. En ce sens, la relation privilégiée que Pierre Bassard tisse avec les oiseaux est éloquente : les dialogues qu’il noue avec eux orientent parfois ses choix de vie et stimulent sa créativité.

  • 23 Revue trimestrielle, éditée par le Conseil régional de Franche-Comté de 1984 à 1987, afin de promou (...)

9Dans leur deuxième collaboration éditoriale, Couleurs, la fusion parole-image révèle un étonnant trait d’union entre les deux créateurs, puisqu’émerge de manière prépondérante l’amour de Bassard pour la parole. Ses créations sont animées de formes, de couleurs et de verbe ; et à l’instar de Louis-Combet, son œuvre englobe le langage dans son acception la plus large : langage verbal et langage visuel qui se rencontrent, se stimulent en des colloques secrets. Déjà lorsque l’écrivain avait été invité en 1985 à présenter l’œuvre de l’artiste bisontin dans la revue franc-comtoise Résurgence23, les Alphabets de Bassard avaient retenu toute son attention, de par les associations quasi infinies de son abécédaire magique :

  • 24 Des artistes, op. cit., p. 13-14.

Ce carnaval graphique, ces noces débridées de tous les hybrides imaginables, que Bassard nous donne à voir dans ses Alphabets, n’ont pas simplement pour effet de nous remémorer la prodigieuse tradition fantasmatique des enlumineurs et des calligrammes : nous sommes conviés, par la fraîcheur des images et l’exubérance des formes, à renouer délicieusement avec nos puissances les plus secrètes d’invention et de liberté – comme si les lettres, nous révélant leurs possibilités quasi infinies de métamorphose, nous invitaient à poursuivre le jeu commencé par l’artiste et à choisir, pour elles, dans le trésor de nos fantasmagories, les formes auxquelles elles aspirent et dont elles portent, en quelque sorte, inscrit dans leur figure comme dans leur substance, le vivant schéma. Opération facile à concevoir mais plus difficile à réaliser. L’idée ne se laisse pas tracer si simplement. […] On commence à deviner pourquoi, ici, la richesse de l’imaginaire ne compromet jamais la justesse du trait et pourquoi la forme ne s’avoue fortuite que pour autant qu’elle répond à une nécessité : c’est que l’artiste se trouve de cœur avec le signe graphique dont il éprouve exactement la tension vitale et, pour ainsi dire, les capacités germinales. Le stylet œuvre ainsi au carrefour du rêve et de la réalité, n’accueillant le fantasme que s’il s’inscrit dans le sens de la morphologie de la lettre-mère. La lettre induit le dessin et le dessin accomplit la lettre.24

  • 25 Louis-Combet a voulu avec cette publication inaugurer la collection « Livre d’atelier », dirigée pa (...)
  • 26 Titre d’un recueil de poèmes de Louis-Combet illustré par Dado, Paris, Lettres Vives, 1992.

10 Ce recueil de poèmes Couleurs25 met en lumière le don de langue26 de notre artiste, qui se révèle au grand jour en qualité de poète et puise son inspiration des couleurs de sa palette. Les colloques secrets étant clairement à double sens, échange de couleurs entre les créateurs.

11Au commencement, était le bleu… un Bleu vouivre :

  • 27 Couleurs, op. cit., p. 36.

Après la coudée des hauts chênes
apparaît une eau étrange,
phosphore né à l’ombre
des pousses putréfiées.
La lune y aboie entre les épineux.
Malgré de sombres craintes
un appel impérieux t’invita à descendre,
à te laisser glisser nu
dans la languide opacité des fonds
toujours plus flous,
toujours plus denses,
à t’enfoncer encore
sous ce préau d’absinthe
à la rencontre de quel double
que tu questionnes
et qui te fuit.27 

P. Bassard, Créatures dans le bleu

P. Bassard, Créatures dans le bleu
  • 28 Ibid., p. 24.

12L’hommage à la source d’inspiration première du poète artiste – la couleur – englobe toutes sortes de teintes, y compris les plus éteintes, celles de « l’ennui fixe » et de « la putréfaction du temps inutile »28, qui s’enflamment pourtant dans ce carrousel de formes de vie.

13Bassard conclut ainsi son poème consacré à la couleur grise :

  • 29 Ibid., p. 48.

…] Si loin de la stridence des jaunes
ou de la rage du rouge
le gris se fait refuge :
aile, coquille, lisse pelage,
gris des lichens,
des écorces,
gris mansardé,
gris musardé,
petit gris,
grigri.
Comme l’œil du cyclone retient
les énergies contradictoires,
le gris semble le lieu secret de patience
quand, sous un toit de nuages,
la moindre fleur des alpages peut revêtir ses habits de noces.29 

  • 30 Via Crucis, Besançon, Néo éditions, 2000 ; et Via Crucis. Le Chemin de Croix de Gabriel Saury, Mont (...)
  • 31 La Passion du Christ n’y est pas retenue par le décorum de sa nature divine, mais ouvertement affic (...)
  • 32 Voir S. Di Santo Prada, « Via Crucis : Le Chemin de Croix controversé de Gabriel Saury », in Dino B (...)

14 En 2017, Claude Louis-Combet rédige la préface d’un recueil consacré aux vitraux de l’église Saint-Rémi à Anjeux, bourgade de Haute-Saône, que Pierre Bassard a réalisés entre 1993 et 1998, avec le concours du maître-verrier Christiane Cartignies. Le romancier a déjà analysé l’œuvre accomplie au sein de lieux de culte par des artistes contemporains, notamment avec le Chemin de Croix de Gabriel Saury, réalisé entre 1947 et 1950 sous forme de quatorze hauts reliefs exposés en l’église Saint Pierre et Paul à Orchamps-Vennes dans le Doubs, qui a fait l’objet de deux publications30. Claude Louis-Combet en effet a été profondément marqué par cette œuvre31, par l’histoire controversée liée à sa réalisation – commanditée par le prêtre du village en remerciement à la Providence qui, selon les fidèles de la paroisse, les aurait épargnés durant la Seconde Guerre mondiale d’une frappe aérienne nazie (programmée mais jamais accomplie) – et à son maintien au sein de l’église – considérée longtemps comme hérétique et reléguée pendant quinze ans (de 1955 à 1970) dans le presbytère –, ainsi que par l’histoire personnelle de son auteur – qui a connu une existence modeste et a été affecté dès sa jeunesse par la tuberculose, une maladie qui l’a conduit peu à peu à la cécité32. Mais si Claude Louis-Combet a été fasciné par la « démesure de la douleur » sculptée par Saury, telle une représentation emblématique de la via dolorosa que chaque être est amené à parcourir, il n’en est pas resté moins captivé par la traduction des textes de l’Ancien et du Nouveau Testament proposée par Pierre Bassard sous forme de vitraux. En effet, cette œuvre de couleurs, de lumières et de Lumière se place aux antipodes de la noirceur des ombres qui habitent souvent la « ténèbre » louis-combétienne. Le don de la vie prend le dessus sur la souffrance que l’existence implique ; et toute peine de ce bas monde est élevée par l’osmose cosmique.

15Parmi les représentations les plus éloquentes de cette narration biblique, La Pêche miraculeuse fait assister au miracle qui voit pour protagoniste le premier disciple de Jésus, Simon Pierre, lequel, bien au-delà de ses espérances, parvient à recueillir dans les filets de son bateau une myriade de poissons ; et de pêcheur de poissons, il deviendra « pêcheur d’hommes ». Dans Fertilité, fécondité, la Famille est l’héroïne du miracle de l’amour de Dieu sur la terre et elle assume toute forme de vie, soit : humaine, représentée par un couple d’amants, par une fillette cueillant des fruits et surtout par un nourrisson pris dans les bras de sa mère ou de son père (la figure en question étant essentiellement androgyne) ; animale, telle la famille d’oiseaux qui a construit son nid sur l’Arbre de la vie, et même le chien-chèvre qui observe avec bienveillance le geste d’amour du parent vers l’enfant ; végétale, à savoir les fruits qui naissent de cet arbre majestueux ; et biologique, représentée par une spirale, élevée vers le ciel, qui rappelle fortement celle de l’ADN.

16 L’humain et le cosmos montre, quant à lui, le chemin à parcourir et sa destination ultime : la main tendue de l’humain vers le divin cosmique évoque fortement La Création d’Adam de la Chapelle Sixtine ; l’obélisque égyptien, avec ses hiéroglyphes, est à la fois enraciné dans le sol et porté vers le cosmos ; un garçonnet fusionne avec le cours d’eau, voire avec le chemin de la vie, tout en tendant son regard vers le haut ; et même le phare oriente sa lumière non pas vers l’horizon mais vers le cosmos.

P. Bassard, Fertilité, fécondité et L’humain et le cosmos

P. Bassard, Fertilité, fécondité et L’humain et le cosmos

17Dans « Un évangile de terre et d’eau » (préface au recueil Les Vitraux d’Anjeux), Claude Louis-Combet affiche sans retenue son admiration pour un tel chef-d’œuvre ; et il s’adresse directement aux promeneurs qui, au cours de leurs périples, devaient se retrouver dans cette église de campagne, en les invitant à contempler le miracle de Lumière qui s’y produit :

  • 33 Op. cit., p. 6.

Or, oyez encore, bonnes gens qui faites halte en cette église, dans la lumière de son soleil intérieur, et qui mêlez, en un seul tout, rêverie et prière, désir et souvenir : de vitrail en vitrail, un évangile se dessine et se propage, d’une nouveauté toute fraîche mais aussi d’une infinie ancienneté. Tous les péchés sont pardonnés, le monde est beau, les être fraternels, le visage de l’homme se reconnaît dans le mufle de la bête, des bateaux naviguent dans le ciel, les fleurs répondent au chant des oiseaux, les amants se cherchent et se trouvent, partout se répand la bonne parole, à goûts de pain et de fruits, solide comme la terre, mobile et transparente comme l’eau. Ainsi se renouvelle à tout instant, pour le bonheur des yeux, le miracle de la lumière entrée dans les formes et tenue au rythme comme à la respiration du cosmos33.

  • 34 Je tiens à remercier l’éditrice pour sa présence à Orléans le 11 avril 2019 aux côtés de Pierre Bas (...)
  • 35 « Le brio du texte – décrit Roland Barthes – ce serait sa volonté de jouissance : là même où excède (...)

18Le recueil en question est lui-même une publication singulière. Savamment dirigé par Nicole Raimbault34, il est un condensé d’images et de textes, là où les vitraux de Bassard épousent non seulement les récits bibliques mais aussi une tradition littéraire traversant toutes les époques et tous les styles (des Métamorphoses d’Ovide à Pinocchio de Collodi). Claude Louis-Combet dessine, par le brio de sa plume35, la profondeur des thèmes et la virtuosité de formes et couleurs propres à son ami artiste Pierre Bassard ; leurs colloques secrets se tiennent dans ces effets de couleur. L’écrivain se laisse séduire par la vision harmonieuse et joyeuse du cosmos, annonçant avec exaltation que le « pinceau à musique s’est mué en baguette magique sous le grand chapiteau du cirque Bassard ». L’euphorie des mots se développe en une coloration par l’assonance :

  • 36 Exposition mairie de Corbeil, 1977, in Des artistes, p. 13.

Homoncules, animalcules, vermicules,
serpenticules, avicules, apicules,
ventricules, testicules, tentacules,
sexicules, pédoncules, fongicules,
planticules, floricules, arbricules,
solicules, lunicules, astricules,
pétricules, volcanicules, météoricules,
campicules, locules, particules,
molécules, majuscules, minuscules,
macules, verbicules, fantasmacules,
les formicules de Bassard
épellent sans se tromper
leur Culiculum Vitae.36 

19 La collaboration in fieri de Claude Louis-Combet et Pierre Bassard a continué à se développer, après la tenue du colloque d’Orléans-Paris, par un quatrième ouvrage qui a vu le jour en octobre 2019 : Chemins d’interstices, publié par L’Atelier du Grand Tétras. Bassard poursuit sa quête de la beauté cosmique par le biais de poèmes inspirés directement de sa production graphique, dans ce fil rouge toujours présent et fondamentalement indissoluble entre la parole et l’image, tout comme entre le réel et l’imaginaire.

L’interstice, dont procèdent les poèmes de Pierre Bassard et qu’ils éclairent, puissamment et subtilement tout à la fois, s’insinue entre mots et peintures, entre imaginaire nourri de mémoire et de rêverie, et formes plastiques hantées de fantasmes personnels et de réminiscences de l’inconscient collectifs. Le poète est peintre et le peintre est poète. L’homme, quant à lui, se tient au confluent, là où le vécu, de l’histoire et des sens, s’associe, indissociablement, à l’autonomie des formes, surgie de la part nocturne de l’être […]. À lire comme à contempler, l’unité se déploie à l’horizon – au-delà – enracinée dans cette compacité d’existence où l’enfance, les désirs, les amours, les intuitions métaphysiques, la magie des mots et celle des couleurs, forment le substrat de l’expression. En la fidélité essentielle qui lie l’artiste à sa vision du monde comme à la destinée de son âme, la poésie avance ses mots et introduit sa part très particulière de rêve et de silence.

20Claude Louis-Combet invite encore une fois à frapper à la porte de l’univers créatif de Pierre Bassard, un lieu d’accueil rassurant et stimulant, où il aime plus que quiconque se réfugier, en faisant du monde de son ami son monde à lui.

Notes

1 Colloque qui se tenait à Besançon et Dijon, les 3, 4 et 5 novembre 2009, actes publiés sous le titre Claude Louis-Combet. Fluences et Influences, textes réunis et présentés par France Marchal-Ninosque et Jacques Poirier. Voir aussi la troisième partie de ma thèse de doctorat intitulée Dino Buzzati et Claude Louis-Combet entre la chair et l’âme, soutenue en juin 2012 à l’Université de Franche-Comté, en présence de Claude Louis-Combet et Pierre Bassard (p. 261-377). C’est à mon directeur de thèse, Bruno Curatolo, disparu le 30 août 2018 (jour du 86ème anniversaire de Louis-Combet), que j’ai dédié mon intervention au colloque d’Orléans-Paris. Professeur de littérature française et directeur du Centre Jacques-Petit à l’Université de Franche-Comté, Bruno Curatolo m’avait invitée à assister à l’hommage que France Marchal-Ninosque et Jacques Poirier avaient organisé en l’honneur de l’écrivain bisontin, ce qui m’avait permis de découvrir son univers et d’en déceler les intéressantes similitudes avec l’auteur faisant déjà l’objet de mes recherches, Dino Buzzati. Mon étude comparatiste consacrée à Buzzati et Louis-Combet a été publiée en 2013 par l’Atelier national de reproduction des thèses (Université de Lille).

2 Sara Di Santo Prada, « Dino Buzzati et Claude Louis-Combet : paroles et images », Sciences humaines combinées, n° 12, 2013. Une telle expression définit le cercle d’artistes ayant collaboré avec Louis-Combet, à l’instar des artistes qui se réunissaient autour de Laurent de Médicis et qui se sont formés dans le célèbre jardin florentin, orné d’œuvres classiques appartenant à la collection médicéenne et précurseur des académies d’art européennes.

3 Par exemple, l’exposition organisée à la Galerie 93 de Besançon du 26 septembre au 7 octobre 1978.

4 Besançon, Æncrages & Co, 2011.

5 Mont-de-Laval, L’Atelier du Grand Tétras, 2012.

6 Paris, Mon Cher Watson, 2017.

7 Voir S. Di Santo Prada, « Dino Buzzati et Claude Louis-Combet : paroles et images », op. cit., p. 2.

8 S. Di Santo Prada, « Quelques exemples de transposition de rêves nocturnes dans l’œuvre de Dino Buzzati et de Claude Louis-Combet », in Il Sogno/Le Rêve, Bachelardiana, Valeria Chiore et Giulio Raio (dir.), Gênes, 2010, n° 5, p. 54-71.

9 Claude Louis-Combet, Des artistes, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 14-15. Cet ouvrage – recueillant les écrits sur des artistes contemporains que notre auteur a réalisés jusqu’en 2010 –, en raison du classement des artistes par ordre alphabétique, débute précisément par les recensions de Louis-Combet sur l’œuvre de Bassard.

10 Ibid., p. 16.

11 Di Santo Prada, Dino Buzzati et Claude Louis-Combet, entre la chair et l’âme, op. cit., p. 221-243.

12 Paris, Flammarion, 1971.

13 Paris, Édite, 2010.

14 Paris, Lettres Vives, 1992.

15 Dans le Bœuf-Nabu, la punition de Yahvé s’abat sur le Roi de Babylone, Nabuchodonosor II, qui – comme le narre le Livre de Daniel (IV, 25-30) – pécha par orgueil. Métamorphosé en bœuf et privé de sa virilité, le Roi des rois subit une peine exemplaire (le sexe étant le moteur de sa bravoure) durant sept ans. Fruit d’un songe ou d’un réel châtiment divin, Louis-Combet attribue à l’amour, celui de Nabuchodonosor II pour son épouse Amytis, le pouvoir de l’emporter sur la vengeance de Dieu. Sur la genèse de cette transposition louis-combétienne du récit biblique, voir notamment Élodie Bouygues, « Genèse du Bœuf-Nabu », dans Claude Louis-Combet. Fluences et Influences, op. cit., p. 35-48.

16 Louis-Combet écrit : « […] les formes ont dû errer en elles-mêmes, le temps de quelques existences, avant de trouver l’issue qui les délivre de leur nature et de leur insipide destin : voici en effet que le poisson se met à voler, que l’oiseau marche à quatre pattes et que la vache se prend pour une maison qui se prend pour une vache. La voie est libre. De cet effort à naître, il leur reste comme le souvenir d’une lourdeur – mais qui ne les empêche pas de danser, de voltiger, de parader sur les tréteaux buissonniers que le peintre a disposés », Des artistes, op. cit., p. 15.

17 À l’Escarcelle de rêves, op. cit., p. 13.

18 Ibid., 18.

19 Ibid., p. 20.

20 Des artistes, op. cit., p. 16.

21 Ibid., p. 23.

22 Ibid., p. 51-52.

23 Revue trimestrielle, éditée par le Conseil régional de Franche-Comté de 1984 à 1987, afin de promouvoir l’art et la création en Franche-Comté. Il s’agit ici du sixième numéro.

24 Des artistes, op. cit., p. 13-14.

25 Louis-Combet a voulu avec cette publication inaugurer la collection « Livre d’atelier », dirigée par ses soins chez L’Atelier du Grand Tétras.

26 Titre d’un recueil de poèmes de Louis-Combet illustré par Dado, Paris, Lettres Vives, 1992.

27 Couleurs, op. cit., p. 36.

28 Ibid., p. 24.

29 Ibid., p. 48.

30 Via Crucis, Besançon, Néo éditions, 2000 ; et Via Crucis. Le Chemin de Croix de Gabriel Saury, Mont-de-Laval, L’Atelier du Grand Tétras, 2012.

31 La Passion du Christ n’y est pas retenue par le décorum de sa nature divine, mais ouvertement affichée dans sa brutalité par des cris expressionnistes et des corps réduits à l’essence même de la souffrance de l’Homme.

32 Voir S. Di Santo Prada, « Via Crucis : Le Chemin de Croix controversé de Gabriel Saury », in Dino Buzzati et Claude Louis-Combet, entre la chair et l’âme, op. cit., p. 371-377.

33 Op. cit., p. 6.

34 Je tiens à remercier l’éditrice pour sa présence à Orléans le 11 avril 2019 aux côtés de Pierre Bassard.

35 « Le brio du texte – décrit Roland Barthes – ce serait sa volonté de jouissance : là même où excède la demande, dépasse le babil et par quoi il essaye de déborder, de forcer la main mise des adjectifs – qui sont ces portes du langage par où l’idéologique et l’imaginaire pénètrent à grands flots ». Roland Barthes, Le Plaisir du texte, Paris, Seuil, « Tel Quel », 1973, p. 25.

36 Exposition mairie de Corbeil, 1977, in Des artistes, p. 13.

Table des illustrations

Titre P. Bassard, Célébration de l’Ouvert
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre P. Bassard, Créatures dans le bleu
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre P. Bassard, Fertilité, fécondité et L’humain et le cosmos
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/37372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

Direction des services départementaux de l’EN-Dordogne

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search