Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie VIII. Pouvoir

Conclusion

Texte intégral

1L’appréhension de la question du pouvoir au sein du langage ne passe pas seulement par l’examen des discours des dirigeants, des hommes politiques ou médiatiques notamment, ainsi que le fait la Critical Discours Analysis de manière très systématique opposant ainsi les discours des dominants à ceux des dominés, ces derniers étant assujettis à la force performative des discours des premiers et réitérant (parfois sans le savoir) les ordres du discours hégémonique. Ce que la sociolinguistique politique propose, à travers l’examen des matérialités langagières dans leur complexité, impliquant une approche anthropographique localisée et située, et toujours constituée d’une historicisation fine des pratiques, réside davantage dans l’analyse des rapports de pouvoir, c’est-à-dire du jeu qui s’opère, par le langage (au sens large impliquant les trois dimensions de pratiques évoquées dans la partie I) entre diverses instances de parole en présence. Ainsi, comme nous l’avons montré trop succinctement pour le ghetto de Sliven, au-delà d’une structuration de domination sociale forte (catégorisation, ségrégation, discrimination, exclusion de l’État de droit, etc.) d’un groupe assujetti à une société anti-tsigane dans son ensemble, des tentatives de renversement de cette hégémonie s’élaborent par des biais très divers (migration, retournement du stigmate, engagement dans les ONG, organisation par internet ou processus de porte-parolat engagés subjectivement par l’écriture) relevant de formations discursives parfois antagonistes. Si ces processus de subjectivation n’aboutissent pas (et ils ne le peuvent jamais totalement) à des émancipations collectives visant à s’affranchir de l’ordre social tel qu’il est actuellement imposé, ils nous semblent toutefois indispensables à l’analyse. Certes, ces processus s’opèrent à des niveaux particuliers (souvent, au début, dans l’ombre de chambres obscures, dans le silence) et ne peuvent être appréhendés par le chercheur à grand trait sociologique. Pourtant, ainsi que bien d’autres l’ont montré (Rancière 1981), ils sont au cœur même des transformations sociales passées et à venir.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search