Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie VIII. Pouvoir

Chapitre 2. Retournement du stigmate et processus de résinification

Texte intégral

A. Des discours aux actes : le contre-pouvoir des organisations non gouvernementales ?

1La dimension cartographique du pouvoir ou plus encore sa dimension microphysique dont parle Foucault peut être décrite dans la plupart des situations bulgares, à des niveaux et dans des espaces socio-discursifs multiples. Quadrillés physiquement dans les mahali (les ghettos), assignés à des espaces, des tâches et des imaginaires bien définis, les Bulgares roms les plus pauvres ne semblent avoir aucune marge de manœuvre afin d’échapper à une condition socio-politique déterminée de manière unilatérale par une mise en registre aux effets discriminants très concrets.

  • 127  Dès juin 1993, « le respect des minorités et leur protection » ont été intégrés aux critères polit (...)

2Si le rapport d’inégalité et de domination, ancré dans le racisme institutionnel évoqué précédemment, semble généralisé dans les milieux politiques et médiatiques, il trouve néanmoins ses limites dans la subordination desdits milieux aux autorités européennes en matière de respect des droits de l’homme127 depuis que la Bulgarie fait partie de l’Union européenne et a signé la convention cadre pour la protection des minorités nationales. Si les médias privés semblent indifférents aux droits de l’homme, les émissions de la télévision nationale se montrent en revanche plus soucieuses des enjeux de discrimination et ne s’aventurent pas à la surenchère de la haine. En effet, la Bulgarie est régulièrement rappelée à l’ordre par les instances de l’Europe, comme lors de l’agression du jeune Mitko, quand bien même l’impunité face aux crimes racistes est telle que les victimes, effrayées, en l’absence de soutien institutionnel, n’engagent pratiquement jamais de plainte.

3Dans les espaces sociaux plus restreints – institutionnels, professionnels, associatifs, religieux, familiaux, etc. – on observe toutefois de nouveaux agencements visant à contourner ou mettre en cause cette relation univoque de domination. Les organisations non-gouvernementales financées par de multiples fondations internationales jouent un rôle assez faible dans la préoccupation européenne pour les Roms discriminés (Ragaru 2008). La plupart des projets et autres directives en direction des Roms favorisent surtout l’émergence d’une nouvelle catégorie d’entrepreneurs roms ou non-roms chez lesquels la captation des gisements financiers mis à disposition par un ensemble impressionnant d’ONG internationales est devenue un sport quotidien (Surdu et Kovats 2015 ; Vincze, 2014). Les rapports de pouvoir se diversifient quelque peu mais ne modifient en rien la situation générale d’une population majoritairement démunie n’ayant aucunement prise sur ces mannes financières. Paradoxalement, une très petite élite rom, en lien aux entrepreneurs d’ethnicité bulgares déjà bien en place, est née en Bulgarie par le biais de ces ONG (comme ailleurs). Cette dernière est généralement très peu préoccupée par une quelconque émancipation des plus démunis, mais bien plus affairée (au nom d’une revendication identitaire « Rom ») à gérer avant tout les conflits dans la compétition pour l’obtention des meilleures positions (Gheorghe et Pulay 2014 ; Tahir 2012 ; Resnick 2009 ; Surdu 2016).

  • 128  http://www.un.org/french/pubs/chronique/2007/numero3/0307p36.html
  • 129  Vessela Vladkova, « Quand l’inclusion tourne à l’exclusion », Radio Bulgare : http://bnr.bg/fr/pos (...)

4En définitive, les longs discours recueillis dans de très nombreux rapports ne sont suivis d’aucun effet au quotidien, ainsi que le bilan de la « décennie de l’inclusion des Roms »128 (financé par George Soros, milliardaire américain d’origine hongroise) en témoigne : l’exclusion a au contraire augmenté en dix ans129.

B. L’appartenance « tsigane » : la migration comme nouveau rapport de forces

5Les mises en cause de la structuration raciste de la société bulgare, si elles existent, ne proviennent que très peu des institutions mais bien plutôt de quelques individus enclins à faire bouger les lignes. Les moyens d’échapper aux pratiques de discrimination sont souvent radicales, mais liées à la nécessité de trouver un emploi pour survivre et faire survivre les familles : il s’agit de la migration, largement partagée par tous les Bulgares. Rarement définitive, la migration dans un pays de l’Ouest pour les Roms (Italie, Espagne, Angleterre, France, voire Canada, US, etc.) reste le meilleur moyen d’échapper à la misère, et finalement de modifier les rapports de forces. En ayant tout le loisir de se définir par leur nationalité, sans être systématiquement dépréciés en tant que Tsiganes, les travailleurs découvrent à l’étranger de nouvelles perspectives (positives comme négatives) propres à changer leur manière d’être en Bulgarie. La première conséquence est l’enrichissement (souvent relatif) de quelques-uns dont le retour marque une évolution économique et sociale certaine (maison, voiture, habillement, etc.) rehaussée d’un capital culturel largement exposé au dehors (pratique d’une ou de plusieurs langues étrangères, scolarisation des enfants à l’étranger, habitudes nouvelles, etc.). Les discours de valorisation accompagnent ces changements importants en Bulgarie : parfois devenus plus riches que leurs voisins Bulgares non roms, c’est à une sorte de revanche qu’ils se livrent. Paradoxalement, ces nouvelles classes moyennes ne sont guère mieux intégrées dans les espaces publics ou institutionnels bulgares. Souvent soupçonnés de s’enrichir illégalement, comme un autre reportage de M. Benatova l’insinue, cela heurte bien davantage encore les esprits Bulgares non roms qui ne peuvent pas partir, renforçant bien souvent le ressentiment continûment entretenu par la rumeur médiatique.

6Les migrations entraînent aussi, au sein des quartiers ou village « roms », de nouveaux rapports de forces entre les Bulgares roms d’un même espace (un village ou un quartier). Ainsi à Nadezhda, Cécile Canut a pu observer des relations très tendues entre ceux qui réussissent, et ceux qui restent sans aucune perspective d’avenir. De nouvelles instrumentalisations et exploitations voient le jour : on peut citer notamment le pouvoir pris par les lihvali, des usuriers qui prêtent de l’argent aux plus démunis avec intérêt, en leur confisquant leurs papiers d’identité, des trafiquants d’organes ou d’enfants, des proxénètes, ou encore des pasteurs évangélistes qui s’enrichissent sur le dos de ceux qui n’ont presque plus rien et qui s’en remettent alors bien souvent à Dieu. Ces nouvelles formes de domination internes liées aux possibilités infinies qu’offre le capitalisme sauvage imposé à la chute du communisme sont courantes dans certains villages (observations) où un maître, possesseur de l’ensemble des terres, fait travailler les plus pauvres pour des sommes dérisoires. Les marges de résistance à la discrimination contre les Bulgares roms sont bien faibles, elles s’imbriquent inévitablement à des rapports économiques et sociaux qui font éclater les solidarités romanès qui existent de manière elles-mêmes complexes en fonction des familles. Parfois, c’est au cœur même des familles que ces changements de vie entraînent des conflits, des ruptures, des différends au point que certains partis à l’étranger ne veulent plus rentrer au quartier pendant de longues années. Face à ces comportements considérés par la majorité comme « égoïstes », les critiques vont alors bon train : ainsi dans l’épisode 2 du film Derrière le mur, réalisé par C. Canut et S. Nikolova, un proche (Djoro) vivant entre l’Espagne et la Bulgarie déplore le comportement de certains :

Extrait 3

  • 130 Djoro dans Zat Stenata (Derrière le mur), épisode 2, tutti quanti films, 2009.

djor

eh bien les tsiganes à travers le monde qui sont devenus riches (.) ils ne doivent pas se cacher (.) en se disant français (.) espagnols ou allemands (0.3) ils appartiennent à l’humanité (0.3) ils doivent rester en contact par internet (.) par téléphone (.) et ils doivent venir en aide aux autres tsiganes (0.3) dès qu’ils ont étudié ils se prennent pour (0.2) des américains alors qu’ils sont tsiganes (.) ils n’ont qu’à dire je suis tsigane (.) et en public130

7Djoro oppose ici dialogiquement deux comportements : ceux qui se cachent (dialogisme interdiscursif inclue dans la négation) et ceux qui ne se cachent pas (dont il se pose implicitement en modèle, position sociale du locuteur que seule l’anthropographie peut confirmer dans ce cas). Par le biais d’énoncés déclaratifs et prescriptifs qui engagent sa position subjective d’autorité (« ils ne doivent pas se cacher », « ils n’ont qu’à dire ») le locuteur fait se croiser deux types d’indexicalités contradictoires, la classe et l’ethnie. Si être riche c’est pouvoir ne plus être tsigane, ainsi que les « ils » semblent le performer, être pauvre ne suppose aucun choix.

8Les valeurs indexicales attachées ici à la catégorie tsigane ne relèvent pas de stratégies instrumentales ou économiques (plus souvent produites d’ailleurs à travers la catégorie « rom ») mais renvoient au contraire à des solidarités à défendre dans un environnement qui les menacent systématiquement. Le discours valorise ici un positionnement résistant, que ceux qui ont voyagé ou étudié peuvent revendiquer, celui du retournement du stigmate ou de la resignification (Butler 2004) : affirmer positivement sa « tsiganité » ainsi qu’il a pu voir le faire les Gitans d’Espagne, ou lire sur internet pour bien d’autres groupes ainsi constitués.

9Si les conflits à caractère économique ne cessent de ronger les relations au sein des familles (migrantes ou non migrantes), ils peuvent toutefois s’effacer devant l’ampleur prise par la stigmatisation extérieure, qu’elle vienne d’autres Bulgares roms qui se disent « intégrés » et « bulgarisés », comme c’est le cas des habitants roms du « haut » de Sliven, ou qu’elle vienne des Bulgares non roms. Face à l’adversité, à la provocation, les solidarités peuvent soudain se ressouder, quels que soient les rapports de forces et les conflits internes entre les familles ou les individus. La pluralité dynamique des appartenances, en lien à la force des enjeux sociaux, explique que des stratégies de repli ou de différenciation, de convergence ou de divergence, alternent quotidiennement. Toutefois, la migration, par le biais des rencontres de nouveaux rapports de pouvoir, peut pousser les individus à s’engager concrètement dans une revendication de type identitaire et ethniciste.

C. Plasticité des appartenances et émergence de nouvelles résistances

10Chacune des appartenances – à telle famille, à telle lignée, à telle entité, à telle profession, à tel village d’origine, à telle partie du quartier, à telle religion, etc. – peut être mise en discours, activée, en fonction des situations, des relations avec autrui, des formes de pouvoir exercées et des enjeux de résistance. Les relations de pouvoir ne cessent d’être mouvantes, fluctuantes en fonction des contextes de production qui les font naître. Certaines dépassent bien souvent les revendications ethniques pour envisager une construction commune fondée sur les relations sociales et politiques.

  • 131  En romanès, le terme Dasi correspond aujourd’hui aux Bulgares non roms, il renvoie toutefois à une (...)

11La conversation enregistrée entre Ramé, Papina et leur fille (dans Canut, Jetchev et Stefanova Nikolova 2016) à propos du reportage de M. Benatova est intéressante à ce sujet puisqu’elle dépasse une approche ethniciste. Si cette famille est l’une des plus anciennes du quartier, si les parents font souvent des différenciations avec les laho (ou goli « nus ») du bas du quartier ou avec les « profiteurs » d’en haut (les Baïchari), la provocation violente de la journaliste bulgare contre les habitants du quartier au nom du groupe générique « tsigane » par les Dasi (Bulgares131) les conduit à mettre de côté les divisions internes afin de résister collectivement.

12Papina décrit dans un premier temps la situation afin de révéler les intentions de la journaliste qui joue, selon elle, dès le départ un double jeu :

Extrait 4

pap

il y a une jeune fille dans le quartier qui a accouché à douze ans (.) elle était jeune mariée (0.2) ils lui ont fait le mariage (.) avec la robe blanche (.) et elle a accouché (0.2) l’enfant est né (0.3) les services sociaux ont voulu le prendre (.) mais ils n’ont pas voulu donner l’enfant (0.2) ils sont venus ici (.) ils ont vu qu’il y avait un endroit pour l’élever (0.3) et l’enfant a atteint les six ans (.) et il n’est plus là (.) il est en espagne avec sa mère (.) ils travaillent là-bas avec un seul enfant (0.3) ils vivent très bien (.) ils ont un enfant (0.3) donc (.) maintenant elle a

(.) six plus douze (.) dix-huit ans (.) presque dix-neuf ans la mère (.) et l’enfant a six ans (.) la petite (.) et eux ils reviennent ici après six années (.) pour savoir où est cet enfant (.) et voir comment il vit (0.2) avec l’unique but de provoquer un conflit dans le quartier (.) de recueillir des histoires du quartier (0.2)

ram

une attitude (0.4)

pap

pourquoi veulent-ils le prendre cet enfant (0.2) il a été déjà dit que la mère est jeune et qu’elle a accouché en jeune mariée (.) dans une maternité (.) n’est-ce pas// (0.2)

13Cet épisode n’est pas le seul, depuis plus de soixante-dix ans qu’ils vivent ici, Ramé et Papina n’ont cessé de voir des journalistes à l’affût de faits divers venus engranger du material (des histoires), c’est-à-dire des données à charge contre les Bulgares tisganes. Bien souvent, Papina leur a demandé de filmer les « jolies choses », mais rien n’y fait, ces paroles ne sont jamais diffusées.

  • 132  On se souvient d’ailleurs de l’extrait d’interaction entre Ruska et sa mère analysé dans la partie (...)

14Le désir de parler, ce jour-là, n’a rien trouvé pour le retenir : les trois protagonistes, excédés par cette injustice, ont insisté pour que C. Canut les filme, « pour se consoler un peu » comme l’a dit le père. Défendre leurs droits, dénoncer les conditions socio-politiques infamantes dans lesquelles ils vivent, s’insurger contre les médias qui détournent sans cesse la réalité, affirmer leur bonne foi, leurs analyses, leurs points de vue. Ces moments d’anthropographie jouent un rôle cathartique et politique très important pour les familles concernées. Dire, s’exprimer, est un droit minimal qu’on leur retire. Dénuées de tout pouvoir, elles ne peuvent jamais prendre la parole de manière publique. Ainsi, la réalisation de film documentaire ou l’écriture de livre, en tant qu’événements de parole particuliers (la situation du tournage produisant par exemple certaines contextualisations construit différemment les indexicalités qui lui donne sens et par-là les rapports sociaux qui s’y contruisent132) créent de nouvelles places, de nouveaux agencements, et fournissent un moyen pour que leur parole porte au-delà de leur univers fermé, ailleurs, car ici, expliquent-ils, « ils ne nous aiment pas » :

Extrait 5

stef

pourquoi veulent-ils le prendre cet enfant (0.2) il a été déjà (0.4) pour moi (.) on devrait (0.4) qu’ils soient bulgares (.) qu’ils soient tsiganes

(.) qu’ils soient turcs (.) qu’ils soient juifs (.) les enfants sont les mêmes (.) les enfants doivent grandir heureux (.) dans la paix et l’amour que nous leur donnons (.) nous les grands (0.4) pour cela (.) serrons-nous les coudes afin de changer le cours des choses (0.4) faisons en sorte que (.) dès petits (.) on commence à vivre ensemble (.) tous ensemble

RAM

et bons (0.2)

STEF

et tâchons d’être bons (0.3) pour influer sur l’histoire (.) et pour avoir un bon pays (.) et nous pourrons avancer dans le futur (.) sortir de ce tunnel (0.1) nous pourrons en sortir (0.2) mais tant qu’il y a de la haine (.) je pense qu’il n’y aura pas de bonne fin (0.3) nous nous perdons en tant que pays (0.1) nous aimons notre pays (0.1) nous sommes nés ici (.) nous avons grandi en bulgarie (.) nous avons vieilli ensemble (.) cela n’a pas de sens de diviser les choses (0.3) il est aussi notre pays (0.3) nous n’avons pas d’autre pays (0.3) nous sommes nés ici et ici nous vivons

RAM

La patrie (.) un pays dans lequel la personne est née (.) dans lequel elle a étudié (.) dans lequel elle a travaillé (.) c’est cela la patrie (0.3) mais qu’est-ce qu’ils pensent maintenant/ (0.3) que nous sommes en location/ (0.3) maintenant (.) ici (.) ou quoi//

PAP

ils ne veulent pas de nous (.) cécile (0.2) ils ne veulent pas de nous

RAM

ils ne nous acceptent pas

PAP

nous ne sommes pas désirés (.) nous les tsiganes (.) de la part des bulgares (.) ici (.) nous ne sommes pas désirés (0.2) alors que pendant la période communiste (.) nous étions ensemble les bulgares et les tsiganes (0.1) depuis qu’est venue cette démocratie (.) c’est la fin

15Au sein de la grande richesse métapragmatique de cette interaction, repérons tout d’abord la logique de contestation des rapports de pouvoir qui passe par la mise en cause de l’opposition ethnicisée entre « Roms » et « Bulgares », visant à entériner une différenciation irrévocable, ici contestée. Plutôt que de perpétuer un processus de resignification pour entretenir une identité supposée rom, S. Stefanova Nikolova et ses parents refusent la division ethnicisée entre Roms et non-Roms, et par là-même la construction du type Rom, reposant sur des indexicalités spécifiques, au nom d’un principe souverain : la citoyenneté. Les multiples renvois au « pays » ou la « nation », l’ancrage biographique (« nous sommes nés ici et ici nous vivons ») et historique (« pendant la période communiste nous étions ensemble les bulgares et les tsiganes ») engagent cette interaction sur le terrain de l’égalité en droits, alors même que bien des discours tendent à leur dénier ce droit. Les interlocuteurs font état d’un changement d’attitude dans le temps de la part des Bulgares non roms (un « ils » assez imprécis) qui ne les veulent plus (« ils ne nous acceptent pas », « nous ne sommes pas désirés », répète Papina). Si des différences sont toujours actives dans les positionnements de soi, la mise au ban des Bulgares tisganes obligent Papina à s’inscrire dans cette opposition entre le « nous » et le « ils » pour la contester. Stefka pour sa part déconstruit plus clairement l’opposition pour recomposer autrement le « nous » : un ensemble d’adultes responsables (« nous les grands ») afin de construire un commun partagé et toujours partageable (« nous avons vieilli ensemble »), celui du « vivre ensemble », composé de citoyens hors de toute ethnicisation.

16Les discours antérieurs des Bulgares non roms visant l’intégration aux normes prescrites par le droit dans la société conduit parfois certains Bulgares roms à abandonner tout trait de distinction (dont le romanès) afin d’assurer la réussite de leurs enfants et de passer inaperçus dans l’espace national. À la différence de ces familles du « haut » (les « intégrés »), les habitants de Nadezhda n’iront toutefois pas jusqu’à renier cette spécificité et continuent de parler « à la manière romanès » à leurs enfants. Ces derniers jouent avec la multiplicité des identifications, selon les lieux et les moments, afin d’éviter les stigmatisations quotidiennes. Cette plasticité des positionnements subjectifs manifeste, en actes, la volonté explicitée dans les discours de ne pas se laisser figer dans une catégorie.

17Les processus de résistance restent toutefois ténus au sein du dispositif inégalitaire qui se renforce, depuis quelques années, par une multiplicité de discours discriminants. Si pratiquement aucune association ou institution n’œuvre en faveur de la discrimination vis-à-vis des habitants de Nadezhda, la maîtrise des outils internet, en quelques années, a permis aux jeunes d’affirmer certaines positions politiques de manière claire et de faire des liens avec d’autres formes de résistance au racisme, notamment à l’étranger. S. Nikolova, comme un de ses fils, n’a pas hésité à commenter certaines émissions discriminantes sur sa page Facebook, à faire apparaître des informations concernant la discrimination, à relayer la lutte de certaines ONG européennes ou américaines. La dénonciation en avril 2016 de la vidéo de Angel Kaleev (évoquée plus haut), fait partie d’une nouvelle forme d’appropriation politique qui demeure pour l’heure timide. Mais cet outil est globalement bien plus utilisé pour renforcer les liens de solidarité entre les habitants du ghetto que pour construire une réelle résistance politique. La revalorisation, certes souvent essentialisante, passe par exemple par la mise en avant de musiques ou d’articles vantant l’origine rom de nombreuses célébrités comme Charlie Chaplin, Yul Brynner, Zlatan Ibrahimović ou encore Elvis Presley.

18Oscillant entre la mise en scène d’une identité assignée de l’extérieur – indexant une spécificité ethnique et un déni d’appartenance à la nation bulgare –, et la déconstruction de cette réification afin d’affirmer la nécessité d’une pluralité des identifications (Tsigane et Bulgare, et habitant de Sliven, et résident de Nadezhda, etc.), certaines personnes du quartier Nadezhda tentent donc de performer des positions subjectives complexes afin de sortir d’une impasse dont les effets quotidiens (économiques, sociaux, subjectifs, etc.) sont dévastateurs.

Notes

127  Dès juin 1993, « le respect des minorités et leur protection » ont été intégrés aux critères politiques définis lors du Conseil européen de Copenhague à l’adresse d’éventuels futurs membres de l’UE.

128  http://www.un.org/french/pubs/chronique/2007/numero3/0307p36.html

129  Vessela Vladkova, « Quand l’inclusion tourne à l’exclusion », Radio Bulgare : http://bnr.bg/fr/post/100521927

130 Djoro dans Zat Stenata (Derrière le mur), épisode 2, tutti quanti films, 2009.

131  En romanès, le terme Dasi correspond aujourd’hui aux Bulgares non roms, il renvoie toutefois à une ancienne signification : « les chrétiens », reposant sur une ancienne opposition entre musulmans (Tsiganes turcs, ou plus anciennement les Tsiganes proche des Ottomans) et chrétiens, mais il n’est utilisé que pour désigner les Bulgares.

132  On se souvient d’ailleurs de l’extrait d’interaction entre Ruska et sa mère analysé dans la partie I, chapitre 3 dans lequel la présence de la caméra jouait un rôle de première importance.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search