Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie VIII. Pouvoir

Chapitre 1. Rapports de forces et ordre des discours

Texte intégral

A. Le rejet des Bulgares roms en Bulgarie

1Les inégalités de traitement, les inégalités de considération, les inégalités sociales et économiques entre Roms et non-Roms sont régulièrement mises en discours par les défenseurs de la cause des Roms comme une dimension fondatrice de la discrimination et du racisme dont ces derniers sont les victimes, et ceci partout en Europe. Envisagés comme « minorité » (au même titre que bien d’autres, après la Seconde Guerre mondiale), lesdits « Roms » (qui se disent tout autrement Muzikanki, Vlashi, Kalderashi, Sinti, Manouche, Gitans, Tsiganes, etc.), sont appréhendés d’un point de vue ethnique issu d’une très ancienne pratique d’homogénéisation à laquelle se sont adonnés au xixe siècle les non-Roms à partir d’une supposée origine linguistique commune (rapprochement entre le sanscrit et le romani), soit une origine indo-européenne qui est bien évidemment commune à toute l’Europe (Asseo 1994 ; About 2013 ; Canut 2011). En ce sens, être catégorisé « Rom » suppose d’appartenir à un groupe à part d’origine non européenne et régulièrement appréhendé comme pauvre, différence légitimant, pour une grande partie des Européens, leur exclusion de la citoyenneté européenne et nationale à laquelle ils appartiennent pourtant en droit depuis le xvie siècle (Asseo 1994). Alors que bien des « Roms » ne sont pas tous économiquement démunis, que beaucoup sont scolarisés, que nombreux affichent leur appartenance nationale et taisent leur supposée appartenance romani pour éviter la discrimination, ou que d’autres au contraire la revendiquent fièrement, les discours extérieurs des non-Roms (qu’ils soient positifs ou négatifs) continuent d’isoler ce groupe ainsi constitué en identifiant des personnes à un supposé type physique et moral particulier. Bien au-delà des individus, s’est ainsi construit un type ou persona Tsigane puis Rom, répondant à une mise en registre sémiotique d’un ensemble de traits supposés communs.

  • 109 Ajoutons les énoncés qui sont fréquemment utilisés : krada kato ciganin (кра∂а каmо цuƨанuн), lazha (...)

2En Bulgarie, la différenciation entre Bulgares roms et Bulgares non roms systématiquement mise en discours et en images par les médias (Canut, Jetchev et Stefanova Nikolova 2016 ; Canut 2006) s’inscrit avant tout dans ce déni de citoyenneté. Envisagés comme une menace pour la nation pour des raisons démographiques, sécuritaires ou culturelles, les Bulgares roms voient régulièrement leur place mise en cause lors d’interactions violentes, à caractère le plus souvent raciste. Sur les murs des villes, bien des photographes ont pu immortaliser les slogans du type : « La Bulgarie aux Bulgares », « Les Tsiganes en savon », « Bulgares, le sang est un privilège et ne va pas de soi… », etc. Les menaces (verbales lors de confrontations comme dans les bars, les foires, les fêtes collectives, ou écrites comme sur les forums internet, les murs des villes ou certains transports publics) ont augmenté au cours des dix années d’observation suite à la destruction de toutes les infrastructures communistes, et l’extension record du chômage des ouvriers non qualifiés. En dehors du terme Cigani largement utilisé pour dénigrer les Bulgares roms, un terme chargé d’une plus forte connotation péjorative, mangali (littéralement : « poêles à charbons »), est régulièrement lancé comme insulte sur les réseaux sociaux109.

3Récemment, un habitant de la région de Pazardjik s’est même filmé lui-même en train de tabasser un jeune qu’il qualifie de Rom, au seul prextexte que ce dernier prétendait être son égal. Dans le petit village de Ovtchepoltsi, Angel Kaleev, ce jeune homme de 24 ans a filmé Mitko Yonkov un jeune garçon de 17 ans présenté comme Tsigane :

Extrait 1

an kade kaza che shte hodish// be
mit u doma
an kade kaza che// (.) kakvo shte pravish u vas//
mit ami shte si pochina
an shte si pochinesh// (.) kvo kazaa che az s teb sam raven (.) taka li// (0.1)
mit tuk na zapis li shte vzemesh//
an az s teb sam raven taka li^
mit ako ti mene ne iskash da me biesh : : tova oznachava che sme ravni
an ami (.) az ako resha da te nabia//
10 mit ami ((AN frappe MIT plusieurs fois))
11 an kvo pravim (.) be// (.) kvo pravim (.) be// (.) kvo pravim (.) be// (.) kvo pravim (.) be// (.) mirno ot tuka (.) mirno (.) lyagay dolu (.) lyagay dolu ti kazah (.) be (.) Lyagay dolu (.) dolu (.) putka maina takava (.) lyagay dolu (.) lyagay dolu (.) be : : : ((AN force MIT à s’allonger sur le sol)) kvo kaza che az s teb sam raven (.) taka li//
12 mit izvinyavay (.) bate
13 an kakvo kaza che az s teb sam raven (.) taka li// az ciganin li sam (.) be//
14 MIT ne si
((AN donne des coups de pied au visage de MIT))
15 AN az ciganin li sam (.) be//
16 MIT ne si (.) bate
((AN donne des coups de pied au visage de MIT))
17 AN az ciganin li sam be//
18 MIT ne si
((AN donne des coups de pied dans le corps de MIT))
19 AN az ciganin li sam (.) be (.) putka maina//
20 MIT ou ou ou : :
21 AN putka maina (.) stavay gore (.) stavay gore (.) ti kazah (.) be (.) STAVAY GORE STAVAY GORE (.) kvo da te pravya sega// az s teb raven li sam (.) be//
22 MIT ne si
23 AN kvo kaza predi malko ti// che nie sme ravni// ako nie sme ravni (.) ako ne iskam (.) da te bia (.) ami (.) ako recha da te utrepya (.) kvo shte te pravya (.) be// kvo shte te pravya (.) be// kvo kaza// lyagay dolu (.) lyagay dolu vednaga (.) lyagay dolu (.) lyagay dolu (.) be ((il hurle)) lyagay dolu (.) PUTKA MAINA ((AN donne des coups de pieds à MIT)) az s teb shte sam raven (.) taka li (.) be// taka li (.) be (.) ciganin//
24 MIT molya te (.) BATE (.) MOLYA TE
25 AN stani (.) STANI VEDNAGA (.) STAVAY (.) STAVAY
VEDNAGA (.) BE (.)
((MIT se relève)) az ciganin li sam (.) be//
26 MIT ne sam kazal che si ciganin
27 AN az ciganin li sam (.) be//
28 MIT ne si
29 AN ne sam li ciganin// iskash li da ta nabia (.) a//
30 MIT nedey
31 AN hen//
32 MIT nedey
33 AN kakvo ne//
34 MIT nishto takova ne sem kazal (.) ne si ciganin
35 AN a taka (.) drugiya pat pak kaji (.) che sme ravni (.) putka maina takava

4Traduction :

1 AN où est-ce que tu dis que tu vas//
2 MIT à la maison
3 AN où// qu’est-ce que tu vas faire chez toi//
4 MIT ben je vais me reposer
5 AN tu vas te reposer// (.) qu’est-ce que tu as dit// que je suis ton égal (.) c’est ça//
6 MIT tu enregistres c’est bien ça// (0.1)
7 AN moi et toi on est égaux (.) c’est ça//
8 MIT si tu ne veux pas me taper : : ça veut dire que nous sommes égaux : :
9 AN mais moi si je décide de te frapper
10 MIT mais : : ((AN frappe MIT plusieurs fois))
11 AN qu’est-ce que je fais (.) hein// (.) qu’est-ce que je fais (.) qu’est-ce que je fais (.) hein// (.) qu’est-ce que je fais (.) hein// (.) gentiment par ici (.) gentiment (.) allonge-toi au sol (.) allonge-toi au sol (.) je te dis (.) allonge-toi au sol (.) par terre (.) putain de ta mère (.) allonge-toi au sol (.) allonge-toi au sol ((AN force MIT à s’allonger sur le sol)) qu’est-ce que tu as dit que je suis ton égal (.) c’est ça//
12 MIT excuse-moi (.) grand frère
13 AN qu’est-ce que tu as dit que je suis ton égal (.)
c’est ça// je suis un tsigane moi (.) c’est ça//
14 MIT tu ne l’es pas : :
((AN donne des coups de pied au visage de MIT))
15 AN je suis un tsigane moi (.) c’est ça//
16 MIT tu ne l’es pas (.) grand frère : :
((AN donne des coups de pied au visage de MIT))
17 AN je suis un tsigane moi (.) c’est ça//
18 MIT tu ne l’es pas : :
((AN donne des coups de pied dans le corps de MIT))
19 AN je suis un tsigane moi (.) putain de ta mère//
20 MIT aïe aïe
21 AN putain de ta mère (.) lève-toi (.) lève-toi je te dis (.) LEVE-TOI (.) LEVE-TOI (.) qu’est-ce que je fais de toi maintenant// moi je suis ton égal//
22 MIT tu ne l’es pas : :
23 AN qu’est-ce que tu as dit tout à l’heure// que nous sommes des égaux// si nous sommes des égaux (.) si je ne veux pas te taper (.) mais si je décide de te tuer (.) qu’est-ce que je peux bien faire de toi// qu’est-ce que je peux bien faire de toi// qu’est-ce que tu dis// allonge-toi au sol (.) allonge-toi au sol (.) tout de suite (.) allonge-toi au sol (.) allonge-toi au sol (.) allonge-toi au sol (.) PUTAIN DE TA MERE (.) moi je suis ton égal (.) c’est ainsi (.) hein// c’est ça (.) hein// tsigane//
24 MIT s’il te plaît (.) grand frère (.) S’IL TE PLAIT
25 AN lève-toi (.) LEVE-TOI TOUT DE SUITE (.) lève-toi (.)
TOU (.) T DE S hein/ UITE (.) HEIN (.) ((MIT se relève)) je suis un tsigane /
26 MIT j’ai pas dit que tu étais un tsigane
27 AN je suis un tsigane (.) hein//
28 MIT tu ne l’es pas
29 AN je ne suis pas un tsigane^ tu veux que je te frappe//
30 MIT non
31 AN quoi//
32 MIT non
33 AN quoi non//
34 MIT je n’ai rien dit de tel (.) tu n’es pas un tsigane
35 AN ah voilà (.) la prochaine fois t’as qu’à dire encore que nous sommes égaux la putain de ta mère
  • 110 Voir la vidéo sur : https://www.youtube.com/watch?v=lX4x6_LsKrU, consultée le 23/10/2016.

5L’enjeu de cette altercation très violente verbalement et physiquement110 repose ici sur une question spécifiquement discursive (qui est « tsigane », qui ne l’est pas) visant à la catégorisation de soi. Le discours d’agression d’Angel est construit sur la mise en cause d’un seul énoncé prononcé par Mitko avant que la scène ne soit filmée, énoncé que l’agresseur réitère sous forme de question au passé accompli (« qu’est-ce que tu as dit// que je suis ton égal (.) c’est ça// ») afin d’aboutir à sa négation par le jeune lui-même obligé de répéter sous la contrainte physique : « je n’ai rien dit de tel (.) tu n’es pas un tsigane ». Cette interaction repose sur un supposé malentendu entre deux valeurs indexicales attribuées à l’expression « être (mon) égal » : alors que l’égalité humaine entre les deux individus renvoie dans l’énoncé antérieur de Mitko à une intention pacifique, ainsi qu’il l’explique a posteriori (« si tu ne veux pas me taper : : ça veut dire que nous sommes égaux : : »), pour l’agresseur elle porte sur l’appartenance ethnique (« qu’est-ce que tu as dit que je suis ton égal (.) c’est ça// je suis un tsigane moi (.) c’est ça// »).

6Face à cette compétition sur les significations engagée par Angel, le jeune Mitko, dans un premier temps menacé, tente de s’expliquer en traduisant littéralement la valeur indexicale de son propos (« ça veut dire que ») Dans un second temps, frappé et à terre, il est obligé de réfuter la seconde valeur indexicale imposée par l’agresseur : « je n’ai rien dit de tel (.) tu n’es pas un tsigane ». En passant d’une valeur indexicale à l’autre, deux univers de sens se télescopent, renvoyant à deux formations discursives : l’égalité de droit entre les êtres humains dans un cas, l’ (in) égalité d’appartenance (supposément ethnique, puisque le Bulgare correspond à un type neutre non ethnicisé) dans le second cas.

  • 111 Pour une analyse plus approfondie de cet extrait, voir Canut 2018.

7Le processus de réfutation de cette égalité constitutive entre les deux individus passe non seulement par sa mise en question (par le biais d’un dialogisme interlocutif*) et par les insultes, mais elle passe aussi par une injonction discursive obligeant le jeune homme agressé à formuler cette inégalité de nature, accompagnée, en sons et en images, de l’assujettissement physique (la caméra du portable, par le biais d’un plan subjectif en contre-plongée, surplombe la scène de la mise à terre). La violence physique constitue elle-même une valeur pragmatique : au-delà de la supposée méprise sur le sens donné à « égal », les coups conditionnent ce qu’il est possible ou non de dire, soit l’ordre du discours. Impossible pour un Rom de prononcer une quelconque égalité avec un non-Rom sous peine de se voir violenter physiquement voire même d’être tué (« si je décide de te tuer (.) qu’est-ce que je peux bien faire de toi// »). Ainsi, l’injonction devient performative par anticipation et vaut pour toute relation future, ainsi que Angel l’annonce à la dernière occurrence. C’est pourquoi le rôle de la diffusion de la vidéo sur Facebook prend son sens dans cette modalité d’anticipation : en plus de montrer (par l’image) la domination du non-Rom sur le Rom, l’agresseur s’adresse à ses « semblables » pour faire entendre la profération de cette inégalité ad vitam eternam, car gravée et répétable, par celui-là même auquel il la prescrit. Cette sorte de performance de la domination suppose donc l’inscription de manière supposément définitive de la domination du type bulgare non roms sur le type rom. L’ensemble de l’interaction répond parfaitement à l’angoisse de déclassification sociale assimilée à une « tsiganisation » – celle de tomber aussi bas qu’un « Tsigane », cette angoisse sans cesse ressassée par les politiciens et relayée par les médias. De manière ironique, cette agression oscillant entre assujettissement et demande de parole, indique à quel point le réel des corps diffère totalement du mythe des111personae .

8Après avoir posté cette vidéo sur Facebook, Angel a été immédiatement repéré par des internautes puis recherché par la police. Après s’être caché quelques temps, il a été arrêté. D’ordinaire, ce type de méfait est poursuivi sous les chefs d’accusation de « hooliganisme », qui a l’avantage pour ses auteurs d’échapper à de trop lourdes peines. Cette fois, néanmoins, Angel sera jugé pour « xénophobie » et « légers dommages corporels », sur la demande du procureur, avant même que la victime ne décide de porter plainte. Comme le rappelle la journaliste Svetla Encheva (2016), si ce précédent judiciaire en Bulgarie est intéressant, il indique toutefois que l’accusation de racisme, véritable tabou en Bulgarie, est encore loin d’être envisagée. Le terme de « xénophobie » laisse une fois de plus entendre, en toute complaisance, que les Bulgares roms sont considérés comme des « étrangers », au même titre que les migrants, quant à eux chassés violemment par des milices auto-constituées aux frontières.

9Les termes de cette altercation sont symptomatiques d’une rupture définitive entre une grande partie de la population bulgare, qui se dit « originaire », « pure » ou « légitime », et ceux qu’elle a besoin d’exclure pour conforter cette suprématie précaire, arc-boutée sur un fantasme de déficit national. La Bulgarie ayant été, pour la grande majorité des Bulgares, constamment dominée (sous le « joug ottoman » d’abord, par les Russes ensuite et par l’Europe aujourd’hui), ce fantasme se nourrit d’une frustration sans cesse réactivée par les élites ultranationalistes sous l’image d’une nation envahie et assujettie par les puissances extérieures, ou encore « mort-née » comme le dit le poète Nikola Nikolaev dans le film Et le bal continue (Balabanov 2016).

  • 112 Les données historiques remontant à la période ottomane sont rares concernant les Roms (Barany : 20 (...)

10Comment analyser alors cette peur panique, celle d’être confondu avec le (type) Cigani, qui se mue en haine (celle-là même qu’exhibe ostensiblement Angel comme une raison d’être) a fortiori lorsqu’on ne travaille pas, qu’on habite près d’eux, qu’on se trouve dans la même situation économique tragique que certains d’entre eux ? Comment comprendre cette haine qui s’exprime sur les chaînes de télévision, dans les rues, sur les murs, au cours d’émeutes régulières contre les Cigani ? Il est intéressant, pour mieux saisir ce phénomène, de rappeler que la haine des Tsiganes constitués comme ensemble ou personae, si elle a toujours plus ou moins existé, ne s’est pas toujours manifestée aussi ostensiblement ; elle a même été effacée dans certains milieux de classes populaires pendant le communisme. Ainsi que le racontent bien des interlocuteurs de C. Canut dans le quartier Nadezhda à Sliven, des relations étaient effectives entre Bulgares non tsiganes et Bulgares tsiganes avant la chute du communisme. Dans les usines, ils travaillaient ensemble. Ils vivaient ensemble dans les quartiers, sur les marchés, dans les cafés, etc. S’il ne faut pas sous-estimer le rejet et l’ostracisme institutionnel et étatique – notamment par la ségrégation spatiale et la discrimination constitutive lors de la seconde période dite du « real socialism » – dont les Bulgares tsiganes ont été l’objet depuis la période communiste (Barany 2002 ; Ivancheva 2015 ; Stoyanova Slavova 2017) et probablement bien avant112, une certaine co-habitation était possible avec les Bulgares non tsiganes. Ramé et Papina, les parents de Stefka Nikolova, reçoivent de temps en temps la visite de leurs anciens collègues, tous marqués par la nostalgie d’une époque où « on était tous réunis » disent-ils (Canut, Jetchev et Stefanova Nikolova 2016).

  • 113 Et ceci partout en Europe de l’Est, le documentaire Les Roms, des citoyens comme les autres ? de Ma (...)

11Que se passe-t-il depuis la chute du communisme pour que des groupes en viennent à se détester, à se battre et parfois à désirer s’entretuer ? Une multitude de facteurs expliquent la montée des discours racistes (et des passages à l’acte) vis-à-vis d’une catégorie « Roms » partout en Europe. Trois facteurs se sont conjugués : le passage extrêmement abrupt du communisme au capitalisme débridé tel qu’il s’est imposé au détriment des plus fragiles et des plus isolés au début des années 1990, d’un côté, l’émergence de partis nationalistes d’extrême droite ouvertement anti-tsiganes de l’autre, et, enfin, la fabrique de la minorité rom par l’Union Internationale Rom – élite auto-constituée dans les années 1960 – reprenant les critères ethnicistes d’une Europe devenue multi-culturelle plus que sociale (Potot 2018). La situation de co-existence plus ou moins pacifique entre les communautés réifiées n’a de fait pas résisté au changement socio-économique imposé par la conversion brutale à l’économie de marché113. Dans ce cadre, la Bulgarie foncièrement corrompue et fustigée par l’Union européenne serait devenue le « Tsigane » de l’Europe (Efremova 2012).

12Pour éviter d’incriminer les financiers responsables de cette corruption sans limite, les institutions, à tous les niveaux, œuvrent à une politique de criminalisation des Roms devenus responsables du chaos dans lequel la majorité est entraînée. Comme partout ailleurs, les boucs émissaires ainsi typifiés sont érigés en figures de l’anathème : fourbes, voleurs, non éduqués, mauvais locuteur du bulgare, profiteurs, criminels, etc. Face à ces attaques, ladite minorité est placée sous les projecteurs de multiples organisations non gouvernementales européennes visant à endiguer la pauvreté dans laquelle la fermeture des usines et des coopératives les plongeaient et, plus encore, à les protéger du racisme en tant que « minorité vulnérable ». Ces deux aspects – ethnicisation positive par les institutions européennes et ethnicisation négative par les dirigeants bulgares – se nourrissent l’un l’autre et produisent alors des inégalités devenues constitutives de la société.

13Ces processus s’inscrivent dans une sorte d’injonction paradoxale, un double-bind propre au régime politco-économique en cours, lequel, tandis qu’il produit un précariat né des situations de tension sociale qui lui sont imputables, cherche à s’attirer la complaisance des plus démunis par l’éloge rendu à la grandeur de leur identité. Pareille logique plonge des populations dans la rivalité sans limites à laquelle la reconnaissance des particularismes se lie. Des rhétoriques inconciliables (entre la concurrence effrénée et l’injonction à la paix sociale) se croisent et forcent l’incompréhension. Pour peu qu’aient perduré, même à l’état latent, certains ressentiments, les responsables se trouvent tout désignés et d’autant plus aisément que la stigmatisation qui en est l’expression ne fait qu’alimenter un surcroît de cette logique de la démarcation, de la défiance et du rengorgement identitaire. Le fossé s’est creusé entre Roms et non-Roms au point que le fameux « vivre ensemble » (мирно/добро съжителство между етносите, litt. « bonne coexistence entre les ethnies »), porté en étendard par les institutions, organisations et fondations de toutes sortes, ne veut plus dire grand-chose. Toutefois, ce processus de racialisation ne peut être dissocié de la construction européenne globale reposant sur l’« ordre racial sociopolitique de l’Europe » (Yıldız et De Genova 2017 : 4) et révélant « les fondations néolibérales structurelles de l’anti-tsiganisme » (Kóczé 2017 : 12).

B. Ethnicisation de la pauvreté et mise en scène médiatique

  • 114 Хоmел ‘Раŭ’« Palace Hotel », 2011, film documentaire de Sofia Tsavella, sur le Bloc 20 de Yambol : (...)

14Comme l’a montré Alexandra Nacu (2006 : 57), une grande partie des discours de haine vis-à-vis des Roms en Roumanie et Bulgarie reposent sur un processus d’ethnicisation (ou de racialisation) de la pauvreté visant à repousser toute possibilité de « se tsiganiser » soi-même, ou de « tsiganiser » la nation par l’effet d’une poussée démographique. Elle renvoie à cet affolement généralisé devant le possible déclassement social d’une grande partie des Bulgares non-Roms. Devenir pauvre, c’est pour beaucoup devenir tsiganes puisque les Tsiganes auraient toujours été les plus pauvres. Être tsigane, de surcroît, c’est être un mauvais pauvre, un pauvre qui n’a pas honte d’être pauvre, et qui se voit soupçonné de se complaire en pauvreté ainsi que le montre le documentaire Palace Hotel114. Il ne s’agit donc pas seulement de faire porter à la frange « stigmatisable » des plus pauvres (en raison de leur origine, de leur couleur de peau, de leur proximité, etc.) la responsabilité de tous les maux (captation des deniers publics par le biais des allocations, non-paiement des factures d’électricité ou d’eau, etc.), il s’agit en plus de la contenir dans un état d’infériorité par la pauvreté ainsi que l’explicite Huub van Baar (2017). Si une telle mise au rebut a quelque chose d’un exutoire à l’effroi de se voir la proie de la relégation sociale, elle emprunte aussi beaucoup à l’expression d’une ségrégation de nature sanitaire : il faut à tout prix éviter d’être « contaminé » par la « mauvaise pauvreté », éviter d’être assimilé au rang de « parasite » que les Tsiganes auraient vocation à ne jamais quitter.

  • 115 L’ensemble des citations et des analyses proposées dans cette partie sont issues de l’ouvrage Canut (...)

15Avant d’étudier115 la complexité des rapports de pouvoir, arrêtons-nous sur la mise en scène et en image du type Rom dans les médias, et plus particulièrement à la télévision. Si les expressions tsiganya (« un truc de Tsigane »), tsiganska rabota (« boulot de Tsiganes/sale boulot, mal fait ») ou mrasni Cigani (« sales Tsiganes ») sont monnaie courante entre Bulgares non roms, leur usage public et médiatique s’est enrichi d’une multitude de figures. Tout d’abord, les Bulgares tsiganes mis en image proviennent tous des quartiers pauvres (mahala) : même dans les reportages les moins stigmatisants des chaînes publiques, il est rare de voir des interviews de personnes ayant réussi économiquement, ayant peu d’enfants, ou habitant dans des appartements de centre-ville. De manière récurrente, les Bulgares tsiganes pauvres ainsi mis en scène affichent de supposés déficits : déficit de langage au premier chef qui amène les moqueries, déficit d’éducation (peu de scolarisation), déficit de savoir vivre, de courage, d’appétence au travail, etc.

16D’un côté l’objectif affiché de bien des émissions de la télévision privée (notamment chaîne TVNova) est de distraire, de faire rire à propos de tout, et donc même des Cigani, afin de conforter l’idée que les Bulgares non roms, eux, sont culturni (« cultivés »), bien éduqués, distingués. De l’autre, leurs effets sur les pratiques sociales sont prégnants : les discours s’installent publiquement et durablement. Ainsi, les Cigani, analphabètes, ne connaitraient pas l’âge de leurs enfants, ne sauraient pas écrire : ils représentent la figure inversée de soi, ils ne possèdent pas l’intelligence, justificatrice de la domination. Une des premières figures ainsi mises en scène est celle d’un être ignare, fourbe et menteur. Pour certains journalistes (Vaksberg 2014 ; Bedrov 2015 ; Koen 2014), critiques de ces mises en scène, la nécessité pour ces médias de conforter les Bulgares non roms les plus démunis dans une fierté identitaire afin de leur faire oublier les raisons politiques (la corruption généralisée contre laquelle d’énormes grèves ont eu lieu en 2013) à l’origine de la grave crise économique que traverse le pays, apparaît comme une stratégie de communication. Les multiples injonctions contradictoires dans lesquelles sont placés la plupart des Bulgares (désir de richesse/enfoncement dans la misère, fierté d’être bulgare/soumission aux injonctions européennes, fierté d’être éduqué/rôle déprécié de l’école, etc.) se déploient selon un axe de différenciations (Gal 2012) visant à la hiérarchisation entre groupes.

  • 116 Le dimanche 29 mars 2015, l’invitée de Dikoff sur TVNova était Mirioliouba Benatova pour un reporta (...)
  • 117 Voir la transcription intégrale de ce document dans Canut, Jetchev et Stefanova Nikolova 2016.

17Le reportage de M. Benatova, journaliste bulgare116 venue enquêter sur une maternité précoce survenu six ans auparavant dans le quartier Nadezhda de Sliven, se construit autour de la provocation faite aux habitants dudit quartier : Benatova et son équipe tentent de s’introduire sans aucune autorisation dans un foyer117 qui, bien entendu, au vu du caractère intrusif de la journaliste, lui fait savoir son refus. Cette mise en scène orchestrée de la frontière entre « eux » et « nous », véritable leitmotiv du reportage, est activée par le discours (voix off) d’une part, et par les choix visuels d’autre part (choix d’angle de prise de vue, de cadre, de mouvements de caméra, de montage, etc.). Ainsi, pénétrer dans Nadezhda équivaut pour la journaliste à s’introduire en milieu hostile et prospecter dans les ténèbres d’une nation ternie par cette « communauté » (obshtnost) dominée par les hommes et leur « brutalité ». Il ne s’agit pas de deux communautés égales, le terme « communauté » étant réservé aux seuls Roms ; il s’agit d’une vieille nation supposée pure face à une ethnie, et souvent une pleme « tribu » (Sedlarska 2015). Est ainsi clairement mise en scène une asymétrie entre un groupe supposé replié sur lui-même, inapte à toute intégration, car réfractaire à l’idée de perdre la moindre part de sa spécificité, et un autre, dominant, soucieux justement de contraindre les premiers à l’assimilation, contre leur gré.

C. Le déficit linguistique : la figure de l’analphabète

  • 118 Pratique autrefois bulgare durant le 1er de l’an : les enfants confectionnent et décorent une branc (...)

18La ligne de partage entre ces deux entités, constituées politiquement et réinvesties médiatiquement, se matérialise par les discours sur l’éducation. L’écart commence avec la parole, avec la langue. Ce qui rebute et réjouit à la fois leurs diffamateurs, ce sont les difficultés rencontrées par les Bulgares tsiganes pour parler le bulgare. Ils ne sont pas censés bien parler cette langue, qui élève à la dignité culturelle, dès lors qu’un manque d’éducation leur est attribué. Cette exclusion linguistique première facilite et justifie leur exclusion symbolique, et supposément volontaire, de la citoyenneté bulgare réitérée dans de nombreux discours. La mise en exergue de l’incompétence en langue bulgare est régulièrement affichée dans les médias. C’est par exemple la trame de bien des émissions de Gospodari na efira (« Les maîtres de l’Air ») qui mettent en scène des Bulgares tsiganes (Canut 2018). Grâce à un processus de double décontextualisation conditionnant une succession d’entextualisations (Silverstein et Urban 1996), les propos des personnes montrés à l’écran sont isolés du reste de l’émission dont ils proviennent (des informations sur TV7, des reportages divers issus de plusieurs chaînes publiques ou privées, et parfois très anciens, collés les uns aux autres) afin de reconstruire un patchwork de déclarations selon un nouveau fil rouge choisi par les auteurs et reposant essentiellement sur leurs commentaires en voix off. Dans deux émissions étudiées par Canut, Jechev et Stefanova Nikolova, il s’agit d’une part de se moquer du Nouvel An rom (Bango Vassil) en dénigrant notamment les pratiques sociales liées à cette fête (rituel du sourvakane118, souhaits, discours, récompenses, etc.), et d’autre part du comportement et surtout des paroles d’une femme dans le cadre d’un litige avec son gendre (Canut, Jetchev et Stefanova Nikolova 2016).

19Dans les deux cas, les auteurs procèdent activement à la mise en avant des énoncés considérés comme fautifs, soit en répétant plusieurs fois les bouts de séquences concernées, soit en redoublant les propos par le biais d’un surlignage textuel : les propos sont transcrits en bas de l’image afin d’être clairement identifiés comme fautifs. Bien souvent, les deux phénomènes sont conjointement appliqués afin d’insister lourdement sur les erreurs mises en exergue par les rires enregistrés. C’est le cas, dans le second document étudié, des paroles du beau-père (Ko ? Ne !) répétées et redoublées par écrit au bas de l’image, mais aussi de tous les propos de la belle-mère, Katia, – televisor à la place de camera (« caméra ») ; jabi (« grenouilles ») à la place de jalbi (« plaintes ») ; mlad meringey, à la place de mlad manager (« jeune manager ») – qui vont faire l’objet d’une réelle mise en scène iconographique et audio-visuelle prétendant révéler l’incompétence linguistique de celle que les auteurs vont nommer la « Romni déchaînée ».

20La volonté de dévaloriser la manière de parler – supposée homogène – des Bulgares roms est clairement affichée dans le premier reportage, lorsqu’en voix off l’animateur commente l’écriture fautive d’un bandeau (« Bon nouvel année ! ») où le masculin est utilisé à la place du féminin. Le commentaire précise alors clairement que cette erreur est un travers spécifiquement rom, mais plus encore qu’elle relève d’une « sonorité rom » (« Écrit en bulgare mais avec une sonorité typiquement rom », en voix off) imputant la faute non pas à une erreur humaine (graphie) mais à une spécificité rom (une nature rom) selon laquelle « sonorité » équivaut à « grammaire erronée ». Ce procédé de rhématisation (Gal et Irvine 1995), faisant concorder un déficit linguistique à un déficit cognitif et comportemental est ainsi naturalisé sous forme d’icône, promu à l’état de nature. Un peu plus tard, le choix d’un vieux documentaire dans lequel une jeune fille utilise les termes grossiers (« Ils n’ont pas les chiottes, ils n’ont pas les toilettes. Où vont-ils chier ? Ici tout le monde vient chier ») est choisi spécialement pour illustrer l’absence de raffinement linguistique et conforter ainsi l’association systématique entre paroles et comportements du groupe considéré comme homogène.

  • 119 Selon les points de vue on trouve les termes « romanès », « faire à la manière romanès » ou « roman (...)

21Continûment, les moindres erreurs de prononciation ou de syntaxe, les solécismes d’un usage populaire (pourtant souvent communs aux prononciations de certains Bulgares provinciaux, comme la forme « Ko » pour « Kakvo » équivalent à « quoi »), sont soulignés afin de leur attribuer des valeurs indexicales nouvelles, celle par exemple de l’image du Bulgare rom inculte. Le seul Bulgare rom considéré comme éduqué, professeur de bulgare, interviewé dans le cadre d’un bulletin d’information à propos du Nouvel An rom, sera lui-même triplement entextualisé dans l’émission et moqué d’une part parce qu’il s’appelle « Rusko » (signifiant « Russe ») mais surtout parce qu’il est professeur de bulgare tout en étant bulgare rom, situation qualifiée par les animateurs-commentateurs de « Combinaison intéressante » renvoyant au non-dit d’un impossible (être un Rom éduqué) par le biais des rires enregistrés qui orientent la signification vers un second ordre d’indexicalité. La mise en exergue des valeurs indexicales focalisée sur la déficience rom se poursuit lorsque ce dernier traduit « bonne année » en romanès119 :

  • 120 Pour une analyse détaillée de cet extrait, voir Canut 2018.

Extrait 2120

Tours de parole Transcription Description vidéo
6. anim 1 (roumba)
7. anim 2 (gero)
Gero (.) mnogo delak pozdrav
Gero (.) qu’est-ce que c’est une longue salutation
Répétition au ralenti à deux reprises des dernières secondes du plan précédent sans son.
Taka e Roumba (.) bratiate romi sa temperamentni (0.2) i osven psuvnite i pozdravi da sa dalga
Eh oui c’est bien long Roumba (.) les frères roms ont le tempérament fougueux (0.2) aussi bien leurs jurons que leurs salutations sont longs Déclenchement de rires enregistrés.

22Dans ce cas, ce n’est plus la prononciation du bulgare qui fait défaut mais la langue romanès qui est elle-même dévalorisée, naturalisée, associée au soi-disant « tempérament » des Roms qualifiés comme « fougueux ». Ce jugement de valeur est affirmé comme une vérité indiscutable par l’énoncé assertif : ainsi la langue se meut en réceptacle des qualités innées des peuples qui la parlent. Ensuite, la moquerie se poursuit par l’association entre deux genres de discours, salutations et jurons, le dernier renvoyant à un stigmate très largement reconnu dans l’espace discursif bulgare non rom. En comparant ces deux genres opposés, de nouvelles valeurs indexicales sont alors attribuées au romanès, d’une part la longueur des jurons, mais surtout, dans un second ordre d’indexicalité, à la constante caractéristique associée aux Bulgare rom parlant le romanès : leur pratique supposée récurrente du juron, référant à un implicite partagé. Sans qu’elle soit explicitée, l’évidence partagée entre les locuteurs et les récepteurs de ces énoncés réside dans le non-dit constitué en valeur commune par le rire collectif : « un Rom ne peut pas "bien" enseigner le bulgare ». Bien plus que de l’implicite, il s’agit ici du non-dicible soit du « silence constitutif » tel que le décrivent Orlandi (1994/1996 : 59) et von Münchow (2016). Le rapport entre le fait d’être Bulgare rom et d’exercer une profession intellectuelle, d’autant plus quand elle concerne la langue bulgare, renvoit à un impossible constitutif de la société bulgare non rom et nécessite donc la moquerie.

23Dans le reportage de Mirioluba Benatova, la question du langage est mise en abyme lorsque la journaliste demande à plusieurs reprises aux jeunes filles si elles connaissent « la contraception », mot qui leur est en fait souvent inconnu (« cont… cont… Quoi ? », répondent-elles). En se focalisant sur les quartiers les plus défavorisés, les journalistes mettent ainsi l’accent sur l’absence, considérée comme naturelle et biologique chez les Roms, d’éducation. Ainsi Mirioluba Benatova s’interroge : Pourquoi les jeunes filles ne vont-elles pas à l’école plutôt que de se marier et de faire des enfants tôt ?

  • 121 Pour la transcription complète avec la traduction, voir Canut 2017.

Extrait 3121

Tours de parole Transcription Descriptions vidéo
1. Femme 1 (non identifiée) nous avons compris que le diplôme est important (.) car il nous permet de travailler (.) sans le diplôme (.) nous ne pouvons pas travailler vu que nous Plan de face.
2. m.b. sommes analphabètes= =Mais à qui la faute si
3. Femme 2 (non identifiée) vous êtes analphabètes (.) l’école numéro 6 (.) elle ne sert à rien (.) il faut la fermer (.) FERMEZ-LA (0.2) c’est une école qui ne vaut rien (0.3)
  • 122 Voir le documentaire La Cité des Roms de Frédéric Castaignède (2009, Arte) qui traite de la (dé)ség (...)

24Alors que la journaliste pose une question qui vise à culpabiliser les femmes en réitérant le sous-entendu de la doxa (être analphabète est toujours lié à une décision personnelle puisque des écoles sont à disposition), ces dernières tentent de lui expliquer que des éléments extérieurs, sociaux, comme les types d’écoles réservées aux Bulgares roms, sont aussi des raisons de leur échec scolaire. La journaliste, peu soucieuse de ces critères sociaux, n’approfondira jamais les explications données par ces femmes, qui sont pourtant cruciales pour comprendre l’abandon scolaire : la ségrégation scolaire et le racisme très explicite qui règnent dans les « écoles tsiganes » sont, entre autres, à l’origine d’un manque de motivation122. Dans la discussion finale avec Dikov, Mirioluba Benatova évoque un autre aspect du langage qui n’a plus rien à voir avec l’approche humoristique des deux animateurs de Gospodari na efira : ses discours suscitent la peur du téléspectateur, ils provoquent non plus le rire et la dérision mais la frayeur. Pour cela, elle n’hésite pas à accuser les habitants du quartier d’user de « terreur verbale », renvoyant ainsi les Bulgares roms à une autre figure, celle d’un être menaçant, criminel, possible « terroriste » menaçant la Bulgarie.

25Il convient de comprendre combien la question de la compétence linguistique est un des éléments clés de la figure du Rom imbécile ou idiot telle qu’elle est mise en scène et introduite dans le paysage audio-visuel bulgare. Si « le Rom » ne sait pas parler, c’est parce qu’il est déficient par nature, s’il tient des discours incohérents et stupides, c’est inhérent à son état, à son destin de sous-homme. Nous retrouvons ici de nombreuses représentations, analysées par Jacques Rancière (2009), des sans-voix et des « sans part » assimilés à des barbares, dont la première caractéristique est l’absence de compétence à parler. La domination s’exerce ici totalement par l’instrumentalisation des manières de parler et des pratiques langagières.

D. Le racisme historique et institutionnel

  • 123 Déclaration du 7 décembre 2014 transcrite sur la page Facebook du ministre (https://www.facebook.co (...)

26Si le seul effet des reportages médiatiques est de vérifier et réitérer les caractéristiques du type Rom, voire de les renforcer, il doit impérativement être conjugué à d’autres types d’effets issus des mises en discours et en registre de ce type. Les procédures médiatiques de stigmatisation ne sont bien entendu pas isolables des transformations socio-politiques qui les accompagnent en Bulgarie : elles s’inscrivent dans un processus d’historicisation complexe qu’il est impératif de comprendre, mais surtout dans un va-et-vient permanent entre discours politiques et médiatiques. Ainsi, récemment, le 17 décembre 2014, la première manifestation contre le racisme en Bulgarie s’est vue occultée par la mise en avant d’un fait divers par le ministre de la Santé. Alors qu’un groupe de jeunes s’en était pris à une ambulance arrivée trop tard dans une mahala, Peter Moskov123 a décidé que les ambulances n’iraient plus dans les quartiers roms et a déclaré :

  • 124 « skot » signifie aussi, au sens figuré, un homme rude, mal éduqué.
  • 125 http://e-vestnik.bg/21965/bitov-rasizam-kriptofashizam/

« Si quelqu’un choisit de vivre et de se comporter comme un animal124, il lui revient aussi le droit d’être traité comme tel. En vérité, même les animaux sauvages comprennent quand vous voulez les aider et non pas les attaquer… À partir d’aujourd’hui, les équipes d’aide médicale d’urgence entreront dans les quartiers où ces accidents ont déjà eu lieu (attaque d’ambulance) avec la protection de la police ou avec un leader local qui garantira personnellement la conduite des personnes en question. »125

27Valery Simeonov (le leader du Front patriotique regroupant deux partis d’extrême droit le vmro, Mouvement National Bulgare, et le nfsb, Front National du Sauvetage de la Bulgarie) a renchéri dans la comparaison animale en déclarant ensuite :

  • 126 Propos tenus à l’Assemblée nationale, transcrits sur le site : http://www.desant.net/shownews/31998

« Les Roms sont devenus arrogants, orgueilleux et des humanoïdes féroces, bons à réclamer le droit d’un salaire sans travailler, cherchant des arrêts maladie sans être malades, des aides pour les enfants qui jouent avec les cochons dans la rue, et des compensations de maternité pour des femmes qui ont des instincts de chiennes de rue126. »

28Ce propos, expression d’un racisme assumé par le gouvernement en place, exprimé pour la première fois au sein de l’Assemblée nationale, n’a pas provoqué beaucoup de remous : seules quelques voix se sont élevées, notamment celles de Tatiana Vaksberg (2014), de Léa Koen (2014), ainsi que celles, de manière différente, de Jana Tsoneva (2015) et Stanimir Panayotov (2015). Les risques encourus, propres à faire revenir à la mémoire les heures sombres de l’histoire européenne, il ne paraît pas que le Premier ministre de la Bulgarie, pays membre, rappelons-le, de l’Union européenne depuis 2007, s’en émeuve outre mesure. La conception de l’humanité que constitueraient, pour une part croissante, des populations surnuméraires ayant « vocation » (l’expression est du ministre français Valls en 2015 à propos des Roms) à l’effacement s’impose, comme dans d’autres pays, de manière exponentielle. Cette vocation, au-delà de la question du contrôle des populations et de leur contingentement, renvoie aux obsessions nationalistes telles qu’elles s’étendent dans toutes les couches sociales, faisant dire à Ivaylo Ditchev qu’on assiste à la fois à un « essentialisme libéral » (2011 : 36) et à la naissance d’un fascisme bulgare.

29Dans cette opposition binaire entre de « vrais » Bulgares et des Roms « fourbes », les rapports de pouvoir ne sont pourtant pas réductibles à une démarcation essentialiste classique entre citoyens au nom de leur origine supposée : les rapports de forces se complexifient (Ditchev 2011) en fonction des inégalités économiques à partir du moment où le réel vient défaire les types et les registres. Opposant pendant longtemps riches Bulgares et pauvres Roms, celles-ci s’hétérogénéisent depuis les années 2000, puisque bien des Bulgares roms sont partis à l’Ouest et ont trouvé une relative stabilité économique alors qu’à l’inverse, bon nombre de Bulgares non roms, et notamment des jeunes, sont en rupture socio-économique totale, le taux des enfants abandonnant l’école (les fameux « décrocheurs ») étant de plus en plus élevé. Ces situations croisées aboutissent à une collusion impossible entre la construction du type Rom et la réalité multiple, complexe des individus se revendiquant ou pas Tsiganes.

Notes

109 Ajoutons les énoncés qui sont fréquemment utilisés : krada kato ciganin (кра∂а каmо цuƨанuн), lazha kato ciganin (лъжа каmо цuƨанuн), procja kato ciganin (прося каmо цuƨанuн, хо∂я (мръсен) каmо цuƨанuн) : « voler comme un Tsigane », « mentir comme un Tsigane », « mendier comme un Tsigane », « aller (sale) comme un Tsigane ».

110 Voir la vidéo sur : https://www.youtube.com/watch?v=lX4x6_LsKrU, consultée le 23/10/2016.

111 Pour une analyse plus approfondie de cet extrait, voir Canut 2018.

112 Les données historiques remontant à la période ottomane sont rares concernant les Roms (Barany : 2002).

113 Et ceci partout en Europe de l’Est, le documentaire Les Roms, des citoyens comme les autres ? de Marion Lièvre, Samuel Lajus et Olivia Barlier diffusé sur Arte le 18 juillet 2017, le montre pour tous les pays de l’Est et des Balkans.

114 Хоmел ‘Раŭ’« Palace Hotel », 2011, film documentaire de Sofia Tsavella, sur le Bloc 20 de Yambol : https://www.youtube.com/watch?v=mKjhD-ZJFBQ

115 L’ensemble des citations et des analyses proposées dans cette partie sont issues de l’ouvrage Canut, Jetchev et Stefanova Nikolova 2016.

116 Le dimanche 29 mars 2015, l’invitée de Dikoff sur TVNova était Mirioliouba Benatova pour un reportage qu’elle venait de réaliser sur le quartier Nadezhda de Sliven, intitulé : Les Bulgares en caima, Où est Cortesa ? ou esquisses de la Mahala (quartier) de Sliven : http://vbox7.com/play:e17e78cecf&start=803, consulté le 23/11/2016.

117 Voir la transcription intégrale de ce document dans Canut, Jetchev et Stefanova Nikolova 2016.

118 Pratique autrefois bulgare durant le 1er de l’an : les enfants confectionnent et décorent une branche de cornouiller ou de pommier avec des fils de laine, des piments, fruits secs, haricots, papiers multicolores et d’une pièce de monnaie, puis ils vont de maison en maison pour tapoter le dos de leurs parents, des membres de leur famille et de leurs voisins en commençant par la personne la plus âgée.

119 Selon les points de vue on trouve les termes « romanès », « faire à la manière romanès » ou « romani » pour parler des pratiques langagières ou de la langue homogénéisée : si les locuteurs de Nadezhda utilisent plutôt les premiers (« faire à la manière romanès »), la langue est officiellement nommée « romani » par l’URI, l’Union rom internationale (voir Canut 2011).

120 Pour une analyse détaillée de cet extrait, voir Canut 2018.

121 Pour la transcription complète avec la traduction, voir Canut 2017.

122 Voir le documentaire La Cité des Roms de Frédéric Castaignède (2009, Arte) qui traite de la (dé)ségrégation scolaire.

123 Déclaration du 7 décembre 2014 transcrite sur la page Facebook du ministre (https://www.facebook.com/petar.moskov.5/posts/10205508167963852?fref=nf). Nous conservons la transcription orthographique pour l’ensemble des textes issus des journaux où sont traduits ces propos.

124 « skot » signifie aussi, au sens figuré, un homme rude, mal éduqué.

125 http://e-vestnik.bg/21965/bitov-rasizam-kriptofashizam/

126 Propos tenus à l’Assemblée nationale, transcrits sur le site : http://www.desant.net/shownews/31998/

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search