Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie VII. Inégalités

Conclusion

Texte intégral

1La production politique des inégalités dans et par le langage est un champ d’étude extrêmement vaste en sociolinguistique. En se défaisant du présupposé que les langues ont des caractéristiques intrinsèques qui pourraient permettre de les hiérarchiser et donc d’établir des rapports d’inégalité entre leurs locuteurs, le constat que différentes façons de parler ou de signifier ne permettent pas d’accéder aux mêmes ressources demeure.

2À la suite de Bourdieu, il a donc fallu s’intéresser à la manière dont ces inégalités s’établissent, se cristallisent et se reproduisent dans la société et par le langage. Dans cette mesure, l’outil que propose le sociologue, « le marché linguistique », est heuristique dans la mesure où l’on considère le langage comme ayant une valeur objective ou marchande. Mais considérant que le sens est construit à travers des rapports sociaux plurivoques, parfois ambigus, labiles ou contradictoires, et qu’il est donc lui-même non transparent, fluctuant, réinterprété et réinterprétable, il devient difficile de simplement établir une hiérarchie fixe qui poserait une langue seule comme étant la norme, en dehors de ses conditions de production. La notion de valeur n’a ainsi jamais été contestée par la sociolinguistique critique : elle renvoie, selon une vision classique et marxiste, à une entité intrinsèque à la langue. Elle ne provient jamais d’une construction par les locuteurs, dans l’interaction, mais est posée de l’extérieur comme un étalon institué et immuable. Les travaux de B. Lahire (1998, 2008) ou de A. Tsing (2015) en ce sens dépassent cette approche réifiée de la valeur.

3Si la théorie bourdieusienne, telle que réactualisée notamment par Boutet, Heller et Duchêne, nous offre un point d’entrée pertinent pour appréhender les processus de domination, il semble qu’elle fasse l’impasse sur tout un pan du jeu langagier, celui du partage, des échanges non marchands et non marchandisés (Mauss 1923-1924 ; Bataille 1949), qui, s’ils ne nous permettent pas d’expliquer les inégalités en elles-mêmes, pourraient néanmoins permettre de considérer langage et société en dehors de la domination de l’institution, à sa marge, et par là même les appréhender au-delà d’une vision individualiste, universaliste voire néolibérale. Au sein de ce programme de recherche, il serait intéressant de repenser cette question à l’aune d’une part de la notion de potlatch de Mauss (1923) et celle de dépense pure de Bataille (1949), et d’autre part de considérer, avec Rancière (2004 [1998]), que l’égalité n’est pas un but à atteindre, mais un principe duquel il faut partir.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search