Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie VII. Inégalités

Chapitre 3. Instrumentalisation économique des langues

Texte intégral

A. Langage et économie

1Bourdieu a largement contribué à un rapprochement entre langage et économie. Pour lui, ce n’est pas seulement de manière métaphorique que celui-ci doit se faire (McGill 2016 : 89), mais bien plutôt parce que « l’échange linguistique est avant tout un échange économique, qui s’établit dans un certain rapport de forces symboliques entre un producteur, pourvu d’un certain capital linguistique, et un consommateur (ou un marché), et qui est propre à procurer un certain profit matériel ou symbolique » (Bourdieu 2001 : 99). C’est ainsi l’un des premiers à défendre la thèse selon laquelle le langage ne se limite pas à décrire une réalité sociale inégalitaire, mais est partie prenante dans la formation des inégalités, à travers la formation différenciée des prix sur le marché (qui passera nécessairement par le langage). De plus, il montrera que le langage est une ressource économique en soi, qui contribue au positionnement social et à la distinction des agents dans et par celui-ci.

2Pour reprendre l’exemple de l’auteur illustrant la logique de formation des prix des ressources langagières en contexte, quand le maire de Pau s’exprime en béarnais lors d’un discours officiel, cet acte de langage est qualifié par la presse locale d’« attention touchante » (ibid. : 101). Or, si le fait pour le maire de parler de cette façon attire l’attention des médias en ces termes, c’est bien qu’il y a quelque chose d’inhabituel à cela. En l’occurrence, l’officialité de la situation implique tacitement que le français est pour tout le monde, selon Bourdieu, la langue la plus acceptable, la plus valorisée sur ce marché en temps normal. Pourtant, en niant cette hiérarchisation des langues et en gonflant performativement le prix du béarnais sur ce marché, le maire applique une stratégie de condescendance, où il utilise son positionnement de pouvoir sur le marché linguistique (en tant que maire, homme, blanc, lettré, francophone, en position officielle, etc.) pour affecter la « loi de formation des prix » (ibid. : 102), et tirer symboliquement profit de cette utilisation d’un langage non-officiel dans une situation officielle.

3Et c’est bien la situation sociale (voir partie IV sur les speech events) qui permet au maire de tirer ce profit du béarnais, car, comme le précise l’auteur, un paysan aurait affirmé ne pas avoir pensé à être maire de son village car il ne parlait pas assez bien le français. Ainsi, ce n’est pas parce que le maire de Pau parle béarnais qu’il peut être maire, mais bien sûr parce qu’il est maire de Pau qu’il peut le parler et en tirer profit. Pour Bourdieu donc, la possibilité pour les uns de tirer profit de la matérialité langagière provient du fait que tous (y compris les dominés) accordent grosso modo la même valeur aux formes hiérarchisées et catégorisées. Ainsi, chacun s’accorde plus ou moins sur le fait que le béarnais est inhabituel dans une cérémonie officielle, ce qui permet au maire, qui domine largement la cérémonie (à travers sa position sociale et institutionnelle), de se distinguer en parlant de la manière habituellement stigmatisée, en signe de solidarité avec les électeurs (potentiels) (ibid. : 102). Ceci a lieu, bien sûr, sans jamais remettre en cause l’hégémonie du français dans l’institution républicaine.

4Pourtant Bourdieu (ibid. : 117) ne se limite pas à l’explication des situations strictement légitimées par l’institution (comme un discours officiel). En effet, pour lui, la formation des prix a lieu à la rencontre entre l’appréciation du locuteur concernant la tension du marché – c’est-à-dire son degré d’officialité et la distance sociale séparant les locuteurs présents – et sa capacité à produire des formes langagières valorisées sur ce marché. C’est donc non seulement la tension « objective » du marché qui influence la formation des prix, mais aussi la sensibilité du locuteur à cette tension, incorporée dans son habitus et manifestée dans son hexis corporelle.

5C’est ainsi que Bourdieu prend en compte la possibilité de variabilité de la valorisation des productions langagières. En effet, à mesure que la tension baisse (donc le degré d’officialité de la situation et la distance sociale entre les agents), l’autocensure inhérente à une situation de tension se « relâche » et permet la production de formes non légitimes (ibid. : 124), au plus haut point au sein de « marchés francs ». Ceux-ci n’existent pas de manière indépendante, selon le sociologue, mais simplement en tant que réaction à la domination (« l’affirmation d’une contre-légitimité », ibid. : 145), et donc en tant que partie intégrante du système de reproduction sociale et d’attribution de places sociales au sein des classes (ibid. : 148).

  • 106 Si Bourdieu prend en compte l’existence d’une tension particulière sur les marchés francs, analogue (...)

6Dans sa critique de la théorie bourdieusienne de l’économie des échanges langagiers, K. Woolard (1985) insiste, en se basant sur de nombreux travaux sociolinguistiques, sur le fait que la valeur donnée aux ressources langagières au sein de ce que Bourdieu appelle les marchés francs, ne saurait être définie comme un « relâchement » (Woolard 1985 : 744), car les jugements ayant lieu en dehors des cadres institutionnalisés de l’école et de l’administration produisent des sanctions (et de l’autocensure) au même titre que ceux qui ont lieu sur les marchés officiels106.

7Les recherches de la sociolinguiste américaine en Catalogne montrent en effet que les jugements des productions langagières dans cette région de l’Espagne peu après la fin du franquisme valorisaient les productions en catalan (pourtant exclues de l’école et de l’administration) et qu’il ne serait donc pas pertinent de parler de reproduction de l’hégémonie officielle du castillan, mais bien d’une remise en cause de celle-ci, même chez les locuteurs castillans en Catalogne (ibid. : 741). Dans ce cas comme dans d’autres, l’utilisation de formes non légitimes revient, selon elle, à s’accommoder à peine consciemment (« mere conscious accommodation ») à la coercition plutôt qu’à des pratiques découlant d’une conviction (ibid. : 742) qui impliquerait l’hégémonie absolue des formes légitimes (dominantes).

8De plus, Woolard attire notre attention sur le fait que la valeur des formes langagières ne saurait être déterminée uniquement selon le critère du statut (social), mais que d’autres critères – notamment celui de la solidarité entre locuteurs – les amènent à évaluer de façon différente les mêmes pratiques. Ainsi, si le catalan était perçu comme un signe positif de statut, les locuteurs du castillan avaient tendance à juger négativement ceux d’entre eux qui s’exprimaient en catalan, non pas du point de vue de l’ascension sociale qu’indexait cette façon de parler, mais du point de vue affectif. Le fait de parler catalan pour un locuteur du castillan pouvait donc être jugé à la fois positivement du point de vue du statut social avantageux que cela indiquerait, mais aussi négativement du point de vue de la « solidarité » entre les Castillans (ibid. : 744).

9Ce que propose Woolard peut finalement être vu plus comme un affinement de la théorie bourdieusienne. En effet, il propose déjà de prendre en compte la distance sociale des locuteurs dans la formation des prix, ce qui peut être compris comme incluant la notion de solidarité. Quoiqu’il en soit, les propositions de Bourdieu comme celle de Woolard on le défaut d’être extrêmement généralisantes, comme si les locuteurs constituaient des groupes homogènes qui s’opposent et s’articulent simplement entre les locuteurs du catalan et du castillan, ceux du béarnais et ceux du français, alors même que c’est sur ces distinctions problématiques que repose la formation de la valeur des modes d’expression différenciés.

B. Commodification et instrumentalisation économique du langage

10Considérant, comme nous l’avons vu, que les pratiques langagières peuvent être appréhendées comme des ressources économiques, mais que la prise de valeur du capital linguistique (ce que Bourdieu appelle la « formation des prix », 2001 : 99-131) ne peut pas avoir lieu uniquement selon le critère du statut social, et que donc une même forme langagière peut prendre de la valeur de différentes façons et avec différents effets (notamment sur l’attribution des ressources matérielles), il convient de se demander comment le capital linguistique est transformé en d’autres formes de capital, économique ou symbolique.

11Dans le prolongement des premiers travaux dans ce domaine (Gal 1989), M. Heller et A. Duchêne (2012) identifient deux mots clés que l’on peut aussi voir comme des tropes ou des perspectives différenciées de transformation du capital linguistique. Le premier, la « Fierté » (Pride), provient d’un discours moderniste nationaliste (ayant trait notamment, mais pas seulement, au langage et aux langues), et permet la transformation d’un capital linguistique en capital politique entrant directement dans la légitimation de l’État-nation en tant que projet politique. À partir d’Hobsbawm (1990), ces auteurs identifient une tension inhérente au capitalisme industriel, où la bourgeoisie émergente se devait de trouver un compromis entre le besoin de gérer des industries (à travers la division du travail) et celui d’acquérir une légitimité (pour garantir la stabilité de la production économique).

12Or, pour mettre en œuvre la division du travail, il était nécessaire de distinguer les travailleurs d’un point de vue social : le meilleur moyen de légitimer ce système inégalitaire était de produire un discours d’« égalité des chances ». Pour ce faire, la « Fierté » dans l’appartenance à une nation, à un héritage, à une communauté linguistique a été promue. Ceci permettait d’inculquer l’idéologie dominante en assimilant l’absence d’accès à des ressources langagières légitimes à un manquement moral ou physique plutôt qu’à une simple différence relative. Ainsi, la concentration du pouvoir dans les mains de quelques dominants trouvait sa justification (Gal 1989 : 3545- 3554 ; Duchêne et Heller op. cit.. : 4). En somme le trope de « Fierté » reprend bon nombre des présupposés mobilisés par la théorie bourdieusienne, et cadre bien avec le contexte social, politique et économique de son époque. Là où Heller et Duchêne introduisent des questionnements novateurs, c’est dans leur prise en compte de nouveaux modes de valorisation du capital linguistique (pour reprendre les termes de Bourdieu) s’articulant non plus autour de la perspective de « Fierté », mais bien davantage autour de celle de « Profit », second concept clé.

13Les auteurs développent l’idée que suite à des mutations sensibles dans les modes de production (mécanisation), de transport, de communication, et avec le développement des services dans l’économie mondialisée, s’est développée une logique de « Profit » appliquée notamment aux pratiques langagières et aux langues, consubstantielle avec le développement du néolibéralisme dans ce qu’ils appellent le « capitalisme tardif » ou la « nouvelle économie » (voir par exemple Heller 2003, 2011 ; Duchêne et Heller 2012 ; Duchêne 2011 ; Blommaert 2010 ; Tan et Rubdy 2008). Dans cette économie caractéristique du début du xxie siècle, les ressources langagières ne sont plus valorisées en tant que symboles d’appartenance à une nation, légitimant l’État qui y est lié et garantissant l’accès à un marché national, mais comme des ressources directement transformables en capital économique dans le monde globalisé. Le langage n’est plus considéré comme faisant partie d’un ensemble « langue, culture et identité », mais plutôt traité indépendamment en tant que « compétence technique [technical skill] » pouvant rapporter plus ou moins de « Profit » (Duchêne et Heller 2012 : 8).

14On pourrait immédiatement s’inscrire en faux ici, à la lumière des derniers événements en Catalogne où les ressorts identitaire et culturel sont largement activés par exemple, mais les deux auteurs ne cherchent pas à montrer simplement que le trope « Fierté » à été remplacé par le trope « Profit ». Au contraire, ils proposent d’explorer la façon dont les deux se croisent, se confirment, se soutiennent ou entrent en conflit dans le cadre de la nouvelle économie. Par exemple, Heller (2003) n’ignore pas les discours nationalistes préexistant à l’avènement du capitalisme financier, et montre bien que si certains types de pratiques deviennent des commodités, des marchandises, c’est avant tout parce qu’ils avaient une légitimité dont les bases avaient été posées dans les discours modernistes de l’après-guerre (comme le montre aussi Lionel Wee (2008) dans son travail sur le chinois à Singapour). Par exemple, Heller présente clairement les forces à l’œuvre dans la légitimation du français au Canada, d’un côté nourri par un discours de l’État canadien visant à promouvoir le bilinguisme français-anglais afin de construire la nation canadienne en tant que nation bilingue (ce qui amènerait aussi la reconnaissance des langues autochtones), et de l’autre un discours québécois souverainiste (séparatiste) défendant le français comme unique langue légitime du Québec-en-tant-que-nation (Duchêne et Heller 2012 : 6-7 ; Heller 2011 : 21-29). On voit bien dans ces deux exemples que le trope de la « Fierté » est en jeu : il s’agit d’adapter ses pratiques langagières pour s’affilier à l’un ou l’autre des deux États-nations, d’une part le Canada bilingue et englobant, et de l’autre, le Québec francophone excluant l’emploi de l’anglais.

15Ce qui change, selon les auteurs, avec l’avènement du néolibéralisme mondialisé et l’explosion du secteur des services, ce ne sont pas forcément les pratiques langagières en elles-mêmes (bien qu’elles puissent changer néanmoins), mais plutôt la façon dont elles sont valorisées. Ainsi, si le fait de parler français au Canada pouvait être (dans le discours moderniste) revendiqué comme preuve d’appartenance à une communauté nationale impliquant l’accès au marché du travail et à l’État-providence (et donc l’accès indirect à des ressources économiques), Heller (2003) montre que la disparition progressive des institutions étatiques au profit d’une idéologie néolibérale favorisant marché et libre échange, en lien avec la disparition des sites d’extraction et de transformation industrielle, a permis le développement du trope du « Profit », permettant la transformation beaucoup plus directe du capital linguistique en capital économique.

16Néanmoins, elle souligne le fait que si dans une certaine mesure les « compétences » linguistiques permettent à des personnes issues du milieu ouvrier de trouver un emploi, de le garder, de rester dans leur région, il n’en reste pas moins un emploi non qualifié, relativement mal payé et presque sans perspectives d’évolution (Heller 2003 : 485). Ainsi, le système de domination et de reproduction décrit par Bourdieu reste en partie pertinent dans le nouveau contexte mondial, car les nouvelles formes de jugement sur le langage (en particulier l’évaluation des pratiques) sont toujours définies par les critères des dominants (à présent économiques plus que moraux ou physiques).

17En ce sens, Josiane Boutet (2001) propose une analyse intéressante de l’évolution du travail avec la tertiarisation de l’économie (et le développement exponentiel des services). Dans son étude sur le travail en centrales d’appels et la recontextualisation historique de la généralisation de ce genre de travail, Boutet insiste sur la valeur accordée à la parole au travail. Comme elle le remarque, dans un atelier ou une mine organisés suivant les principes du taylorisme, la parole était proscrite en tant que perte de temps (ibid. : 58). Bien sûr, il était presque impossible d’interdire complètement aux ouvriers de parler, mais en général la parole était au minimum mal vue, au maximum sanctionnée car incompatible avec le travail à la chaîne. En revanche, dans le secteur des services, ainsi que dans les industries de la nouvelle économie, la parole et l’échange langagier jouent un rôle central. Qu’il s’agisse de la conception d’un produit, de sa production, de sa vente ou encore du service après-vente, la délibération et donc l’usage de la parole se sont généralisés en tant que partie intégrante du processus de production (ibid. : 61). Ainsi apparaissent des « ouvriers et ouvrières de la langue » (Heller et Boutet 2006), cette « parole d’œuvre » (Duchêne 2011) ou « wordforce » (Heller 2010 : 353), qui sont l’apanage de la nouvelle économie, dans des secteurs d’activité comme les centrales d’appels, ou dans l’industrie du tourisme, où le langage n’est pas seulement le processus à travers lequel le travail a lieu (comme l’a montré Boutet en 2001), mais aussi le produit du travail lui-même. C’est surtout à ce moment-ci, quand le langage est appréhendé comme une denrée exploitable, qu’il semble justifié de parler de « marchandisation » ou « commodification » (de commodity : denrée).

18Dans son travail en Suisse sur des entreprises de l’industrie touristique, Duchêne propose notamment deux études sur deux types d’entreprises touristiques (Duchêne 2009, 2011). Tout d’abord, il présente en 2009 la situation d’une centrale d’appels en Suisse qui a la particularité de centraliser un grand nombre d’appels internationaux et de fournir aux entreprises touristiques un service d’information et de réservation en tant que prestataire externe. Cette centrale d’appels faisant le lien entre des clients européens (notamment suisses) et les industries touristiques, elle requiert donc de la part des opérateurs certaines compétences plurilingues. En effet, Duchêne précise que tous les opérateurs doivent être au moins trilingues, et que certains, locuteurs de langues « plus rares » (néerlandais et espagnol), sont classés selon des priorités afin de les laisser disponibles le plus souvent (ibid. : 41). Néanmoins, les compétences linguistiques reconnues par l’entreprise comme lui apportant une valeur ajoutée, car permettant d’offrir à ses clients un service plus efficace impliquant moins d’attente en ligne et une offre de meilleure qualité car adaptée à la demande linguistique des personnes qui appellent, n’entraînent pas une évolution de la rémunération des salariés (ibid. : 48). Pour McGill (2016 : E90), le processus de marchandisation n’a donc pas de fondement empirique, puisqu’il ne peut être quantifié sous forme d’accès à un bonus par les employés.

19Pourtant, il nous semble que selon la définition de Duchêne et Heller, la marchandisation désigne le simple fait d’exploiter une compétence linguistique en tant que ressource ou denrée échangeable (même si elle ne donne pas lieu à rétribution de la personne qui la produit). Dans son article de 2011 sur les bagagistes travaillant à l’aéroport de Zurich, Duchêne, met, encore une fois, cet aspect en lumière. Il montre que l’entreprise en question tient une liste de « langues rares » (qui sont d’ailleurs autrement plus rares que dans la centrale d’appels) où tous les locuteurs de langues autres que l’allemand (suisse-allemand), le français ou l’anglais, sont répertoriés et mis à disposition avec leur numéro de téléphone pour le personnel en contact direct avec les clients. Dans un exemple que Duchêne développe particulièrement, une employée « visible » (c’est-à-dire à l’accueil) se trouve confrontée à un voyageur ne parlant aucune des trois langues qu’elle maîtrise, mais elle arrive néanmoins à déterminer qu’il parle le chinois. Elle contacte donc un de ses collègues, sinophone, qui travaille au traitement des bagages (et qui n’a pas été embauché particulièrement pour ses compétences en chinois, mais auquel on a pourtant demandé de préciser s’il parlait d’autres langues). Celui-ci arrive mais parle le cantonais et non le mandarin, langue du voyageur. Cet employé décide donc spontanément de contacter sa mère, qui, elle, parle le mandarin, avec son téléphone personnel. Ayant passé le téléphone au voyageur, le quiproquo est vite dénoué et celui-ci peut enregistrer ses bagages sans encombre. Là non plus, comme le précise Duchêne, l’exploitation des ressources linguistiques du bagagiste cantonais n’a en rien donné lieu à une rétribution. Non seulement celui-ci avait fini de travailler à ce moment, et n’était donc même pas payé pour son travail ordinaire de bagagiste, mais qui plus est, il a utilisé son téléphone privé et appelé sa mère à l’aide, femme dont les ressources linguistiques vont aussi être exploitées par l’entreprise afin d’améliorer sa productivité à travers un meilleur transit du passager en question.

20Ainsi, la nouvelle économie n’est pas simplement le lieu de la tertiarisation et du développement de la parole d’œuvre ou wordforce, c’est aussi, si l’on en croit les sociolinguistes critiques, le lieu de l’éternelle reproduction de la domination, voire de l’exploitation pure et simple des ressources constituées en denrées marchand (is) ables. Si bien d’autres travaux de sociolinguistes critiques témoignent des processus de marchandisation non seulement des langues (voir par exemple Brennan et Costa 2016 ; Wee 2008), mais aussi de la nationalité-authenticité (par exemple Del Percio 2016), il semble néanmoins que l’on puisse trouver des limites à cette approche (Gal 2012), qu’il conviendrait de dépasser dans le cadre d’une sociolinguistique politique en prenant en compte les multiples dimensions de valorisation des signes du langage.

C. Marchandisation, néolibéralisme et domination

21Dans un article de 1989, J. Irvine présente les différents liens que peut avoir le langage avec ce qu’elle appelle l’économie politique. Partant du présupposé que les échanges économiques ne peuvent avoir lieu qu’en présence d’institutions politiques positionnées socialement et idéologiquement, les deux doivent être considérés ensemble dans le cadre de l’économie politique. Or, justement Irvine défend l’argument que le langage entretient des liens fondamentaux et multiples avec l’économie politique. L’auteure présente un certain nombre de ces liens. Elle commence par considérer le niveau de la dénotation, en soulignant que le langage sert à parler des inégalités et dominations dans la réalité sociale. Puis elle s’intéresse au point de vue de l’indexicalité en défendant l’idée que l’appartenance à un groupe, à un contexte ou à une situation passe par la forme langagière elle-même, et situe de facto le locuteur dans la société et donc dans l’économie politique. Elle considère ensuite la façon dont les phénomènes linguistiques sont compris dans l’économie elle-même, soit en tant que ressources désirables à acquérir (acquisition de code, notamment à travers des cours de langue, ibid. : 256), soit en tant que signes témoignant de l’authenticité d’une denrée (comme une marque sur l’or par exemple, ibid. : 257). Pour finir, elle développe la façon dont les signes langagiers entrent dans la sphère économique lors de la production d’« énoncés en tant que denrées échangeables contre des biens matériels » (ibid. : 258).

22Afin d’illustrer son point de vue, Irvine utilise l’exemple des performances de griots au Sénégal, et du rapport de ces performeurs avec leurs clients nobles. En l’occurrence, les performances de ces griots consistent, selon l’auteur, à complimenter leurs employeurs et leur lignée face à un auditoire, en échange d’argent. Si ceci n’a pas lieu dans la nouvelle économie (mais plutôt dans l’économie politique dite « traditionnelle », ibid. : 260) ni dans un contexte d’économie tertiarisée, on trouve néanmoins un rapport à la parole marchandisée, car les nobles qui emploient des griots le font afin d’améliorer leur réputation pour avoir du succès politique au niveau du village, voire au-delà.

23Ainsi, les griots vendent leur savoir-faire de « gestion de discours » (il s’agit de complimenter – ce qui est déjà un type d’énoncé particulier – de la bonne façon l’employeur) pour de l’argent, afin d’« améliorer la réputation et l’attrait d’un client potentiel [de manière] comparable à une amélioration physique, comme une coupe de cheveux, qui demande le même genre de récompense » (ibid. : 260). De cette réputation améliorée, le noble qui emploie un griot pourra prétendre à des postes de pouvoir (notamment en vertu de sa généalogie telle qu’elle est mise en récit lors de la performance du griot, ibid. : 261). On voit donc que les pratiques langagières du griot sont transformées en valeur politique par son client, qui se base sur les qualités dénotatives de l’histoire racontée (la généalogie du client), sur la performance du griot elle-même (meilleur sera le griot, et plus le client paraîtra prestigieux), mais aussi sur l’adoption par le griot du bon « registre », qui participe à l’évaluation de sa performance (ibid. : 261). On voit donc bien à quel point la performance du griot peut être perçue et analysée d’un grand nombre de façons différentes en raison de ce qu’Irvine appelle la multifonctionnalité des signes linguistiques (ibid. : 259).

24Cet exemple rend évident le fait que les formes langagières marchandisées ne sont en fait pas seulement l’apanage de la nouvelle économie. Ce qui change véritablement, c’est l’ampleur du recours à cette parole d’œuvre. En effet, comme le montre Boutet (2001 : 61), c’est toute la profondeur de l’activité salariée qui est saturée de la logique d’exploitation des ressources langagières, et non plus simplement un secteur particulier du monde du travail (comme ça pouvait être le cas pour les comédiens, avocats, journalistes, professeurs, ou les porte-parole depuis longtemps déjà).

25Par contre, il nous semble que la prise en compte de la multifonctionnalité du langage est primordiale. Il semble en effet que bon nombre de chercheurs travaillant sur l’instrumentalisation économique des langues et de l’authenticité se focalisent uniquement sur les aspects économiques liés aux pratiques langagières et à leur utilisation dans le cadre de l’exploitation. Or, la focalisation sur l’exploitation néolibérale de la parole d’œuvre éclipse un pan de la vie linguistique en se concentrant principalement sur le locus de l’activité économique mondialisée : collectivités territoriales (Brennan et Costa 2016), coopératives transnationales (Del Percio 2016), entreprises de services (Duchêne 2009, 2011 ; Heller 2003), associations « rationnalisées » (Duchêne et Heller 2012), institution étatiques (Wee 2008). Si ces études sont nécessaires à la compréhension du système néolibéral, il nous semble cependant que l’étude politique du langage et de son instrumentalisation ne saurait s’y limiter.

D. Le langage n’est pas qu’une marchandise…

26Dans l’exemple de Duchêne concernant un bagagiste de l’aéroport de Zurich, on comprend bien le fonctionnement de la catégorisation, rationalisation et exploitation des langues parlées par les employés. Mais il semble dans cet exemple que l’employé sinophone apparaît comme unidimensionnel, et ne fait que manifester (ou reproduire) l’existence de la structure coercitive, il n’est que victime du système et de son employeur et ne paraît tirer aucun profit de son travail supplémentaire. On pourrait cependant se perdre en conjectures sur les raisons qui ont poussé cet employé à s’engager si loin (jusqu’à appeler sa mère) dans son application au travail non rémunéré, au-delà de la domination exercée par l’entreprise.

27Ne pourrait-on pas imaginer qu’il a eu plaisir à rendre service à cette collègue ? Qu’il a ainsi pu lui montrer son utilité ? Les espaces non marchands, de jeu, de doute, de solidarité, sont souvent occultés, alors qu’ils pourraient justement constituer un rempart contre l’idée que « tout peut s’acheter ». En effet, si le processus de marchandisation est critiqué, l’échange linguistique peut-il être considéré uniquement comme une denrée, qu’elle soit valorisée au sein du trope de « Fierté » pour des raisons politiques, ou au sein du trope de « Profit » pour des raisons économiques ? L’exploitation et la non-rémunération des compétences langagières du bagagiste sont-elles des critiques suffisantes du système néolibéral et de la marchandisation des langues ? L’exploitation pourrait-elle être abolie dans la rémunération du travail langagier ?

28En ce qui nous concerne c’est l’idée même d’une logique de compétences quantifiables et monnayables que nous proposons de critiquer, afin de questionner profondément le (dys) fonctionnement du capitalisme libéral « tardif ». Dès lors, il nous semble pertinent de conduire nos recherches non plus seulement au centre des institutions caractéristiques du néolibéralisme (parmi lesquelles celles des « démocraties » libérales), mais aussi à leurs marges, pour identifier les zones d’échanges non marchands, ou les aspects non-marchands d’échanges monétaires. Par exemple, la négociation d’un prix peut être une occasion de jeu de langage et de pouvoir, bien plus que simplement l’occasion d’achat d’une denrée, tout comme il peut se passer bien plus lors de la performance d’un griot que la simple l’exploitation de celui-ci par un riche client (même si celle-ci n’est pas exclue) : la poésie et le plaisir en est par exemple une dimension constitutive.

29Une partie du monde (langagier) qui nous entoure s’extrait de la logique de concurrence, de compétence, de marché, de finance. Se concentrer sur les institutions sous-tendant et légitimant ces logiques, c’est en quelque sorte confirmer performativement l’existence et le fonctionnement du monde néolibéral. C’est pourquoi nous rejoignons davantage S. Springer (2016) quand il défend l’idée que mettre à mal le néolibéralisme consiste avant tout à « faire des choses au-delà de sa portée » (2016 : 287, notre traduction). Ou encore de suivre K. Woolard quand elle écrit : « [n]otre attention est – ou dirais-je, devrait être – obligée de se recentrer sur les effets des relations économiques primaires sur des arrangements de la vie de tous les jours, et sur les structures informelles de l’expérience dans la vie quotidienne » (1985 : 742, notre traduction), tout en comprenant que ceci peut avoir lieu au sein du monde du travail, de l’entreprise ou de l’administration, comme dans celui de la vie familiale, des loisirs, ou lors de discussions informelles.

30Pour aller plus loin encore, il conviendrait sans doute de s’intéresser à l’argument du philosophe post-marxiste Jacques Rancière, qui montre que la focalisation de Bourdieu sur les inégalités n’a pas permis de les réduire, mais au contraire a renforcé les distinctions. Pour Rancière (2004 [1998] : 116), « [l]’égalité existe et fait effet d’universalité pour autant qu’elle est mise en acte. Elle n’est pas une valeur que l’on invoque mais un universel qui doit être présupposé, vérifié et démontré en chaque cas. » En suivant cette proposition, une sociolinguistique politique pourrait se donner comme objectif de faire émerger des sites et situations où se manifeste l’égalité et ce malgré l’omniprésence de discours et de pratiques mettant en avant les inégalités, que ce soit pour les déplorer ou pour les justifier. Paradoxalement, un travail sur l’inégalité passerait donc par la recherche d’égalité, de commun, de partage, visant bien plus à énoncer et prouver l’égalité qu’à dénoncer les inégalités. Cette tension entre égalité et rapports de pouvoir interindividuels toujours co-existants est par exemple à l’origine du questionnement relatif aux assemblées générales anarchistes et autonomes présentées dans la partie IV. Là, en effet, il est possible de saisir comment des locuteurs cherchant à faire advenir ici et maintenant des manières de parler ensemble empruntes d’égalité identifient et gèrent, via la forte valorisation d’une réfléxivité langagière et critique, des potentiels rapports de domination menaçant de ressurgir sans cesse. Quoi qu’il en soit, ce chantier théorique mettant au centre de ses réflexions l’égalité n’en est cependant qu’à ses balbutiements en sociolinguistique, et nous ne pourrons pas ici le mettre en pratique, mais il nous semble que cette voie pourrait être pertinente et qu’il conviendrait de l’explorer.

Notes

106 Si Bourdieu prend en compte l’existence d’une tension particulière sur les marchés francs, analogue à celle existant sur les marchés officiels, il l’explique uniquement en tant qu’effet de la domination symbolique dont sont sujets les locuteurs sur le marché linguistique en général (Bourdieu, ibid. : 145).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search