Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie VI. Espaces et historicités

Conclusion

Texte intégral

1La construction discursive de l’opposition entre rural et urbain a montré la nécessité de prendre en compte l’intrication des dimensions temporelle et spatiale pour analyser les pratiques langagières, en particulier discursives et stylistiques. Le sens indexical que prennent les pratiques langagières découle de discours historiquement ancrés catégorisant géographiquement les pratiques langagières, tout comme il se construit à travers des discours situés géographiquement sur la position dans l’histoire de certaines façons de parler, qui à leur tour permettent une hiérarchisation de ces pratiques.

2Les différentes opérations de mises en frontière s’opèrent au sein de l’espace sémiotique et discursif, et fluctuent au fil des négociations du sens dans l’interaction, ce qui implique un positionnement des locuteurs au sein de l’interaction et des espaces historicisés plus larges, que met en lumière le processus de géographisation linguistique.

3Ainsi, une sociolinguistique politique ne saurait faire l’économie d’une réflexion sur l’espace et le temps, dans la mesure où ces dimensions sont coextensives à la production de formes signifiantes, qui n’adviennent qu’à travers certaines façons pour des sujets parlants d’occuper l’espace et le temps, avec des enjeux tout aussi politiques.

4Dans cette mesure, l’étude des pratiques langagières selon le triple point de vue discursif, stylistique ou interlocutif proposé dans cet ouvrage, permet de faire émerger les différents positionnements des sujets parlant dans l’espace et dans le temps. Proche des notions de « footing » de Goffman traduit par « position » en français (1987), ou de « stance » de Jaffe (2009, 2016), la notion de positionnement subjectif est considérée ici comme centrale à la production sémiotique politique en ce sens qu’elle est strictement dépendante des relations à l’espace et à l’histoire. Saturés des rapports de pouvoir, ces positionnements révèlent, de par le champ de signes qui les composent, à quel point leur construction complexe préside à la manipulation dont ils peuvent faire l’objet.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search