Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie VI. Espaces et historicités

Chapitre 1. Espaces et historicité en sociolinguistique

Texte intégral

A. Les rapports entre historicité et territoire en dialectologie

1Afin de faire apparaître des liens souvent non problématisés des rapports entre sujets parlants, langue, territoire et histoire, nous reviendrons dans ce chapitre sur les discours antérieurs sous-tendant la constitution des disciplines dialectologique puis sociolinguistique variationniste. Puis nous présenterons les apports de l’anthropologie linguistique américaine et de la sociolinguistique pour une approche critique et politique des pratiques langagières de sujets parlants (re)situés dans l’espace et dans le temps.

2Dès le xixe siècle, les travaux de philologie s’intéressant à l’origine des langues et notamment à l’étude des règles de mutation des sons du langage à travers le temps (dont le Danois Rasmus Rask (1993 [1832]) est considéré comme le précurseur) sont devenus centraux au sein des études du langage. Cette recherche s’appuie généralement sur le présupposé ethnocentriste selon lequel les usages rencontrés dans des contrées situées loin du centre d’où partent les dialectologues correspondent aux usages employés à une époque tout aussi éloignée du présent depuis lequel parlent ces chercheurs. Cette évidence sous-jacente du lien entre temporalité et espace implique une distinction entre un centre et une périphérie, qui conduit à la hiérarchisation d’usages linguistiques indexant ces espaces et époques. L’élaboration d’un discours scientifique reposant sur ces évidences entraîne la légitimation de certaines pratiques langagières au détriment d’autres, au cours d’un processus d’homogénéisation qui renforce la stigmatisation de certains locuteurs et construit un rapport de forces entre des espaces politiques et sociaux.

A.1. Dialectologie et lien univoque entre espace, temps et langue

  • 79 Nous utilisons pour cette analyse la traduction anglaise du titre tout en ayant vérifié qu’elle éta (...)

3Le simple titre de l’ouvrage de R. Rask, Investigating the Origins of the Old Norse or Icelandic Language (1832), pose un rapport d’équivalence entre temporalité et espace, la dénomination « Old Norse » (« vieux norrois ») étant simplement coordonnée par la conjonction « or » (ou) avec « Icelandic » (« islandais »)79. D’une part, le substantif « norrois » renvoie à une orientation spatiale à travers sa similitude formelle et son lien étymologique avec d’autres formes linguistiques associées, « North » (« nord »), etc., dénotant l’un des quatre points cardinaux. D’autre part, le substantif « Icelandic » qui comprend la forme « land » (« terre » ou « pays ») est associé au qualificatif « Ice » (« de glace »). On pourrait défendre l’idée que la dénomination « Norse » et l’adjectif « Icelandic » sont tous deux démotivés et qu’ils ne sont que les noms propres de ce qu’ils qualifient, à savoir « language » ; mais l’analyse de ce titre ne peut toutefois pas se limiter à un seul niveau de sens et montre que ces deux qualifications ne renvoient pas simplement à un territoire ou à un ensemble de pratiques linguistiques, mais bien à la mise en rapport des deux. Par ailleurs, la qualification « Old » de la forme « Norse » attribue à ce dernier une dimension temporelle (« le vieux »), et, si le vieux norrois est posé comme équivalent à l’islandais, c’est que l’Islande est associée elle-même, par le biais de sa « langue », à une temporalité passée (ce qui néanmoins n’implique pas, précisons-le, que cette temporalité soit dévalorisée).

  • 80 Sur la question du rapport entre chercheurs et supposés « arriérés » ruraux voir Jeanne Favret-Saad (...)

4Cet exemple illustre la façon dont des mises en mots constituent un lien univoque entre langue, espace et temps. Les exemples de ce type sont monnaie courante dans les travaux dialectologiques, et découlent d’un présupposé selon lequel le centre (généralement urbain) dont part le chercheur est le lieu de la modernité, de l’aboutissement d’une évolution, mais aussi celui de toutes les corruptions, et que la périphérie isolée – si ce n’est carrément insulaire – renvoie à un territoire reculé, arriéré ou encore traditionnel, qui est en même temps le lieu de la préservation d’un héritage immémorial80.

A.2. Dialectologie, voyage en périphérie et retour vers le passé

5L’ouvrage encyclopédique de Sever Pop (1950), retraçant la naissance de la dialectologie et des méthodes employées, regorge d’exemples d’opposition entre centre (moderne) et périphérie (archaïque) reposant sur des rapports non problématisés entre espace et histoire. Dès l’avant-propos de son ouvrage, Pop propose une vision volontairement caricaturale du projet dialectologique :

« L’on croit qu’il suffit de quitter une ville, de séjourner quelque temps à la campagne en interrogeant un certain nombre de paysans qui connaissent encore le vieux langage du pays, de noter un bon nombre de textes dialectaux et de rapporter cette récolte, pour préparer une belle étude dialectologique, qui permettra souvent d’obtenir un grade universitaire. » (ibid. : XI)

6Dans cet extrait, le propos de l’auteur est de soulever les complexités méthodologiques du travail du dialectologue. Mais pour ce faire, il associe spontanément et sans les questionner l’objet de la dialectologie à l’espace de la « campagne », du « pays », et qualifie ce « langage » de « vieux ».

7Malgré une position bienveillante à l’égard de l’hétérogénéité des usages, l’auteur (re)produit une distinction spatiale entre « la ville » qui ne saurait être un lieu d’étude des dialectes, et la « campagne », lieu par excellence de la pratique dialectale et donc de son étude. Cette distinction spatiale sous-tend à son tour une distinction linguistique portée par la présupposition d’un lien entre espace rural et « dialectes », ce qui a pour effet de légitimer un ensemble de formes dans un espace (les dialectes à la campagne et les langues à la ville), et ainsi de justifier l’exclusion du « vieux langage du pays » hors de la ville. Le dialectologue est celui qui vient de la ville, et non un vieux paysan monté à la capitale. Le chercheur-type décrit par Pop sort de son centre urbain « pour sauver de l’oubli le trésor linguistique des aïeux, témoignage d’un passé plusieurs fois séculaire » (ibid. : LV). Ainsi, en s’enfonçant dans cette campagne, le chercheur remonte le temps pour se rapprocher d’une origine, comme si la campagne était un lieu caractérisé par la permanence de façons de parler millénaires hermétiques au changement linguistique, contrairement à la ville, lieu de tous les changements, mais aussi, comme on va le voir, du progrès et de la modernité.

8Ce processus de mise en discours scientifiquement légitimé repose sur la distinction entre centre et périphérie, entre modernité et tradition, entre progrès et archaïsme, distinctions qui opposent deux types de population : les (vieux) paysans-objets-de-savoir face à l’invisible dialectologue tenant du savoir-pouvoir universel effacé du discours mais symbole du centre non marqué.

A.3. Fondements dialectologiques de la hiérarchisation des pratiques langagières

9Pour certains dialectologues contemporains, toutes les langues sont des dialectes (bien que Mæhlum 2010, par exemple, conserve la distinction entre « dialecte » et « standard »). Comme le défendent J. K. Chambers et Peter Trudgill, le concept de langue n’est même pas un concept linguistique, et pour eux seul le dialecte est à même de décrire une « réalité linguistique scientifique » (Chambers et Trudgill 2004 [1998] : 3). Derrière cet égalitarisme affiché, les auteurs reprennent cependant volontiers à leur compte la préconception associant l’espace rural à une temporalité figée et archaïque par rapport à l’espace urbain évolué et moderne. Dans leur chapitre sur la dialectologie urbaine, ils énoncent :

  • 81 Chambers et Trudgill 2004 [1998], "The initial impetus for dialectological work, as we have seen, l (...)

« L’élan initial du travail dialectologique, comme nous l’avons vu, provenait de la philologie comparative, et c’est à cause de cette perspective comparative que les dialectologues s’étaient intéressés principalement aux formes orales rurales. Les dialectes urbains étaient considérés, à juste titre, comme étant moins conservateurs. »81 (notre traduction)

10Si les parlers urbains sont « moins conservateurs », c’est que les parlers ruraux le sont plus, et la simple utilisation, au détour d’une phrase, de la locution adverbiale « à juste titre » (ou l’adverbe correctly dans le texte en anglais) procure l’autorité aux auteurs en posant le rapport entre langue, territoire et histoire comme une évidence. Or, cette qualification homogénéisante de parlers différenciés, bien que légitimant une nostalgie certaine face à leur disparition, efface le caractère intrinsèquement processuel et dynamique de la pratique du langage en général. Insidieusement, l’association d’une grande diversité de pratiques à une temporalité non-moderne a des effets réels sur le maintien de ces pratiques.

  • 82 Anthropographie réalisée pour sa thèse de doctorat (Danos, à paraître).

11Au cours de son anthropographie en Montagne bourbonnaise82, dans une commune rurale du département de l’Allier, située à une trentaine de kilomètres de la ville de Vichy, Félix Danos a rencontré une femme d’environ 80 ans qui affirmait parler « patois ». Au fil de ces conversations, cette dame a, à plusieurs reprises, évoqué son fils qui regrettait de ne pas l’avoir appris. Pourtant, le fils en question s’est montré capable de produire des énoncés et sa mère, pour justifier sa position, défendait qu’il ne « pronon[çait] pas bien », qu’il « faisait des fautes ». Le fils, interrogé à ce sujet, a lui aussi répondu, comme de nombreuses personnes de sa génération, qu’il ne le parlait pas « bien ». L’association systématique de ce qu’on appelle « patois » ou « dialecte » à l’ancien, au vieux, à des caractéristiques conservatrices, peut expliquer ici le fait que la pratique des personnes plus âgées soit légitimée, au détriment de l’« évolution » plus récente de cette façon de parler.

12Ainsi, d’une part les locuteurs âgés sont exclus de la modernité et associés à une temporalité passée, traditionnelle, périphérique, opposée à l’actuel et au centre ; d’autre part les potentiels locuteurs plus jeunes ne sont en général pas l’objet d’études dialectologiques, celles-ci se concentrant sur les plus vieux, les légitimant en tant que dépositaires du trésor ancestral, et justifiant ainsi de manière circulaire la qualification des parlers ruraux comme étant « conservateurs ». Ceci légitime réciproquement le positionnement de la ville en tant que lieu de modernité, où l’on trouve des dialectes « moins conservateurs ».

B. Territoire et historicité en sociolinguistique variationniste

13Selon Pierre Encrevé, André Martinet fut à l’origine des premières considérations sociolinguistiques dans les sciences du langage. En effet, l’étude de Martinet effectuée dans un camp de prisonniers français en Allemagne était la première à inclure une variable sociale comme pertinente dans l’analyse phonologique (Encrevé 2009 : 44). Pourtant pour Encrevé, l’un des objectifs de Martinet était clairement dialectologique et ce n’est que plus tard que se développera officiellement la discipline sociolinguistique. Les héritages de la dialectologie en sociolinguistique ne sont toutefois pas négligeables. Explorons à présent la façon dont ceux-ci se sont articulés, notamment chez William Labov, considéré comme le fondateur de la discipline.

B.1. Un héritage dialectologique

  • 83 "his interviews with four members of the old families of the island give us a firm base from which (...)

14Dans un article célèbre tiré de son mémoire de maîtrise, le jeune Labov (1963) s’intéresse aux effets d’un changement social sur le langage pratiqué sur Martha’s Vineyard, une île au large du Massachusetts, sur la côte est des États-Unis. Afin de s’atteler à cette tâche, Labov se base sur une étude publiée trente ans plus tôt par le dialectologue Guy Lowman dont « les entretiens avec quatre membres des vieilles familles de l’île nous donnent une base ferme sur laquelle nous pouvons avancer et une profondeur temporelle d’une génération qui ajoute considérablement à la solidité des conclusions qui peuvent en être tirées »83 (notre traduction).

15Cette recherche, effectuée par un chercheur new-yorkais sur une île de villégiature de la côte est du pays, n’est pas sans rappeler les présupposés de Sever Pop concernant le dialectologue stéréotypé partant à la campagne pour récolter des données. Labov se réfère alors à une étude dialectologique « réalisée auprès de quatre personnes posées comme étant pertinentes pour parler de l’ensemble des usages linguistiques sur l’île » à cette époque.

16Pourtant, si les études antérieures sur l’île (Kurath et al. 1972 [1939]) font état de pratiques linguistiques très homogènes, c’est sans nul doute parce que les personnes interrogées ont été sélectionnées en fonction de leur « appartenance » à l’île. Ceux qu’on pourrait qualifier d’« extérieurs » ne sont pas considérés comme représentatifs de l’île et n’ont, pour ainsi dire, pas voix au chapitre dans ces études. En revanche, Labov compare les usages d’une génération de locuteurs aux vacanciers venant sur l’île, faisant ainsi émerger une hétérogénéité propre à toute situation linguistique. Ainsi, à la différence des études antérieures, il met en évidence la variation dans les pratiques linguistiques des habitants, qu’il oppose à une supposée homogénéité ancestrale de l’île.

17On voit donc que le fantasme de l’origine homogène (Canut 2007a) est régulièrement associé à celui d’une homogénéité territoriale (notamment) rurale, et réactualisé à travers la mobilisation d’une enquête dialectologique antérieure.

B.2. À la recherche du locuteur idéal

18Dans son ouvrage plus tardif, intitulé Language in the Inner City, Studies in the Black English Vernacular, Labov positionne finalement les problématiques sociales au centre de sa recherche en laissant de côté les présupposés de la dialectologie. Pourtant, le rapport problématique entre langue (ou plutôt variété), espace et temporalité, n’est pas réglé.

19Dans le chapitre intitulé « The Sociolinguistic Consequences of being a Lame », l’auteur présente une analyse des différenciations entre les pratiques linguistiques des Noirs américains de Harlem. Labov soutient l’idée que les jeunes les plus précarisés de la population qu’il étudie seraient les dépositaires du « vrai » système du vernaculaire anglais noir (Black English Vernacular, plus tard renommé African American Vernacular English ou encore Ebonics). En effet, comme évoqué précédemment (partie V ; chapitre 1, section A, p. 187), les jeunes membres de gangs utiliseraient les formes linguistiques les plus typiques et les plus développées du système qu’il vise à mettre au jour. Par contre, les jeunes plus scolarisés (et moins proches des gangs) et les personnes plus âgées se conformeraient davantage au standard américain, ou perdraient leur pratique du vernaculaire à mesure qu’ils se conformeraient aux normes dominantes.

20On observe dès lors un retournement des présupposés de la dialectologie qui se focalisait sur les personnes âgées gardiennes d’un trésor linguistique. En sociolinguistique variationniste urbaine, ce sont les jeunes locuteurs marginalisés socialement qui sont considérés comme centraux, et voués à abandonner leur variété particulière en grandissant. L’âge adulte est donc supposé être le résultat d’une évolution linguistique qui convergerait vers une norme commune, selon un processus d’homogénéisation qui serait à l’œuvre tout au long de la vie humaine.

21Il est alors possible de mettre cette conception linguistico-temporelle en regard avec celle qui sous-tend le travail dialectologique. En dialectologie, c’est à l’échelle d’un groupe social que la langue « typique » est vouée à disparaître avec le décès des plus anciens locuteurs, alors que selon l’argument de Labov, c’est à l’échelle de l’individu que la variété la plus « développée » du vernaculaire s’édulcore au fur et à mesure de la socialisation langagière.

22Que le locuteur idéal soit la personne la plus âgée du village le plus isolé, ou le plus jeune membre de gang du quartier le plus central de la ville, c’est toujours autour de la recherche de ce locuteur dans l’espace et dans le temps que se base la (re)constitution du système linguistique étudié. Or, la définition des territoires et des temporalités qui permettront d’identifier ces locuteurs est un processus éminemment politique.

B.3. « Aporie corrélationnelle » et reproduction de catégories territoriales instituées

  • 84 "correlational fallacy" (Cameron 1997 [1990] : 85).

23Pour Deborah Cameron (1997 [1990]), les études quantitatives en sociolinguistique (variationniste) risquent de tomber voire tombent la plupart du temps dans ce qu’elle appelle l’« aporie corrélationnelle »84 (ibid. : 85, notre traduction). Elle montre que l’approche strictement quantitative en sociolinguistique variationniste de type labovienne amène généralement à des conclusions étayées par des données chiffrées, mais qui n’en restent pas moins purement descriptives. En effet, en étudiant une catégorie présupposée (les Noirs américains, les Italiens-Américains, les Portoricains, etc.) et en mesurant leur façon de parler, on ne fait que retomber sur la catégorie présupposée, en établissant une corrélation qui réside en réalité déjà dans l’hypothèse de départ. En d’autres termes, si Labov dans son livre The Social Stratifications of English in New York City (2006 : 96-126) s’intéresse à un quartier de New York (le Lower-East Side), il aura tendance à conclure que les locuteurs qui y habitent parlent comme ils parlent parce qu’ils viennent de ce quartier (considéré comme représentatif de la ville en général), alors même que c’était son présupposé.

24On peut ainsi reprocher à Labov de supposer que la délimitation d’un territoire est un processus objectif et dénué d’enjeux politiques. S’il évoque dans son étude sur le Lower-East Side le fait que ce quartier, comme tous ceux de New York (on pourrait même dire comme tous les territoires), n’a pas de limites strictes (2006 : 104), il sélectionne assez arbitrairement une partie de ce qu’« on » appelle le « Lower-East Side ». Or ce découpage géographique est loin d’être anodin, il implique la sélection de locuteurs considérés comme représentatifs, et de raccourci en raccourci, on en vient à associer le quartier du Lower-East Side à l’ensemble de « New York City » dans le titre de l’ouvrage.

C. Sociolinguistique politique de l’espace et du temps

C.1. Dire le territoire, écrire l’histoire

25Nous avons voulu montrer à quel point les rapports entre langue, territoire et temporalité en sciences du langage sont complexes et sont encore trop souvent exclus d’une pensée problématisée. Dans cette sous-partie, nous voulons puiser dans la sociolinguistique critique (Heller 2003) et l’anthropologie du langage (Agha 2007, 2015a) des pistes de réflexion qui nous permettront de proposer un programme de recherche sociolinguistique politique de l’espace et du temps, ou encore d’une sociolinguistique politique géohistorique.

26Plutôt que de mobiliser des catégories territoriales institutionnalisées à travers les discours officiels ou les présupposés du chercheur, nous proposons de considérer avant tout les discours qui mettent en mots l’espace et construisent socialement les territoires. Pour construire le territoire, il est nécessaire de mettre l’espace en narration, produire un discours sur l’espace en rapport avec des frontières, des lieux qui le composent, des caractéristiques physiques, des noms qui eux-mêmes possèdent une historicité.

  • 85 "[...] not only is the past not dead or foreign, it is not even past." (Woolard 2004 : 60)

27Quand bien même l’historicité attribuée à un territoire est souvent celle des « temps immémoriaux », notamment dans le cadre de la construction nationale (Woolard 2004 : 64), elle participe nécessairement à la construction de ce territoire, elle permet sa mise en origine (Canut 2007a) et sa définition à travers des termes eux-mêmes chargés d’une indexicalité territorio-historique. La conception historique du temps qui est généralement mobilisée de manières distinctes en dialectologie et en sociolinguistique variationniste est toujours située et questionnable. Kathryn Woolard, s’inspirant notamment de Benedict Anderson (1991 : 22-26) et de Walter Benjamin, distingue deux conceptions de la temporalité qui entrent en jeu dans la construction du sens. Elle commence par évoquer ce que Benjamin appelle le « temps messianique » (Benjamin 1968 : 263), où l’histoire ne serait que la reproduction éternelle du même événement, où « [...] non seulement le passé n’est pas mort ni étranger, il n’est même pas passé »85 (Woolard 2004 : 60, notre traduction). Il s’agit là en somme, d’une vision absolument anhistorique du temps, où le progrès ne peut exister, et où seul l’« instant éternel » (nunc stans) compte. À cette conception du temps s’oppose une conception historique de la temporalité, où les instants qui se suivent seraient « comme les billes d’un chapelet » (Benjamin, ibid.) qui s’ajoutent les unes aux autres vers le haut, sont qualitativement comparables, et impliquent un progrès.

  • 86 À propos des enjeux politiques associés à différentes conceptions du temps voir par exemple Schieff (...)

28Dans son essai « Les formes du temps et du chronotope dans le roman », Mikhaïl Bakhtine (1981 [1938]) distingue lui aussi différentes formes de temporalité qui s’opposent : d’une part, le temps cyclique, « un temps visqueux et collant qui se traîne lentement à travers l’espace », et de l’autre, le temps non cyclique, « chargé d’énergie et d’événements » qui conduit la progression de la narration (ibid. : 248). Pour lui, ces deux formes de temporalité peuvent (et doivent souvent) être « tressées » (ibid.) pour permettre l’avancée de l’histoire, le récit linéaire rentrant en tension avec le décor qui se reproduit de manière cyclique. Dès lors, il ne s’agira plus pour nous de déterminer si c’est l’une ou l’autre conception du temps qui caractérise un certain type de pratique du langage, mais plutôt de partir à la recherche de marques discursives de différentes conceptions de la temporalité, qui se croisent, se contredisent, se répondent pour former du sens, et en particulier donner du sens à la temporalité et à l’espace, aux pratiques langagières et aux locuteurs qui les occupent86.

C.2. Chronotope et pratiques langagières

29Partant de l’idée que le temps n’est autre qu’une quatrième dimension de l’espace, M. Bakhtine (ibid.) propose d’étudier ces quatre dimensions ensemble au sein du concept de chronotope. Pour l’auteur, c’est le temps qui domine au sein de ces quatre dimensions, et les relations spatiales sont avant tout déployées dans le temps. Si l’étude du chronotope est particulièrement pertinente, c’est parce que pour Bakhtine, elle détermine dans le roman « l’image de l’humain » (obraz čeloveka, Bakhtine, 1975 [1938] : 235), qui prend sa place dans une temporalité et des espaces développés dans le récit.

  • 87 Notons que ceci n’est pas sans rappeler le concept d’indexicalité que nous avons déjà présenté et d (...)

30Bien qu’il se focalise sur le chronotope dans le roman, Bakhtine termine néanmoins son essai par des considérations concernant l’auteur, en insistant sur le lien qui existe entre le temps et l’espace de « l’événement raconté dans l’œuvre, et l’événement de la narration elle-même [...] » (ibid. : 403). Ces événements ont lieu dans des endroits et à des moments différents mais sont intimement liés car le temps et l’espace où a lieu l’événement de narration entre en rapport avec l’espace et le temps du récit (ibid. : 404)87.

  • 88 Ceci resterait vrai quand bien même le roman aurait une prétention réaliste, ce qui n’est par aille (...)

31Pour reprendre un exemple de Bakhtine, quand Rabelais écrit Gargantua, c’est-à-dire au moment de l’événement de la narration, il vit à une époque et à un endroit où des images de l’espace, du temps et des types de personnes circulent dans les discours. Dans son œuvre littéraire, c’est-à-dire dans l’événement raconté, le temps et l’espace sont mis en image de manières distinctes de celles qui apparaissent dans le monde réel88. Néanmoins, le chronotope du roman rabelaisien est positionné par rapport au chronotope « réel », ou chronotope de l’auteur. Ce que démontre Bakhtine, c’est que le chronotope de Gargantua offre une image du temps et de l’espace qui rompt avec les conceptions médiévales de l’infini, du positionnement de l’homme par rapport à Dieu, à la Terre, et recentre l’espace et le temps autour de la temporalité de la vie humaine, du corps humain en tant qu’espace, bref qui amène un chronotope qu’on pourrait qualifier d’« humaniste ». Bien entendu, ce chronotope ne restera pas figé dans son roman, mais passera dans les discours circulant, sera remis en images, déformé, re-mobilisé, à la fois dans des récits ou des discours, mais aussi dans les façons de prendre place à des moments et dans des endroits de la vie sociale (ibid.).

  • 89 "[...] all talk of countable and pluralizable ’chronotopes’ obscures the forms of discursive semios (...)

32Si le théoricien de la littérature se cantonne à l’analyse des textes littéraires, les anthropologues linguistes américains ont repris le concept pour l’appliquer à tous types de production de signe en société. Pour A. Agha (2007 : 320) le concept de chronotope désigne « une représentation du temps et de l’espace peuplé par certains types sociaux ». Ailleurs, A. Agha (2015a) propose l’expression « formulation chronotopique » pour marquer le fait que « toute évocation de "chronotopes" comptables et dénombrables dissimule les formes de la sémiosis discursive à travers lesquelles notre objet ethnographique est fait et refait devant nos yeux »89 (ibid. : 405, notre traduction). Ainsi, il n’est pas question pour lui d’identifier un ou plusieurs chronotopes en tant que représentation fixe, mais de s’intéresser au processus à travers lequel les personnes (se) donnent et prennent des places dans l’espace et le temps socialement construit. Ce processus est à son tour intimement lié à la construction discursive de l’histoire et du territoire.

C.3. Des rapports de forces constitutifs du lien langue, territoire et histoire

33Comment donc étudier le langage dans l’espace et dans le temps en tenant compte des rapports spatiaux et temporels, territoriaux et historiques constitutifs des relations sociales ? Et comment resituer cette étude dans les rapports de classe et de place, rapports de pouvoir permettant la production de savoir ?

34Plutôt que de partir de catégories spatiales et temporelles non questionnées, nous proposons dans le cadre d’une sociolinguistique politique d’interroger les façons dont ces catégories sont constituées et hiérarchisées dans les discours. Comment un accent, un mot ou une tournure de phrase sont-ils associés de manière indexicale à un espace, à un lieu, à un moment ou à une période ? Quels discours qualifiant ces espaces, ces lieux, ces moments ou ces périodes feront autorité ? Dans quelle mesure ces qualifications métapragmatiques auront-elles un effet sur la hiérarchisation des pratiques langagières et des locuteurs ?

35Ces catégories et qualifications spatiales et temporelles seront dans les chapitres suivants présentées telles qu’elles émergent dans des interactions, et l’étude de l’indexicalité nous permettra de proposer des hypothèses interprétatives quant aux effets des pratiques langagières en société. Nous proposerons ainsi d’analyser des situations de parole afin de comprendre les enjeux de la mise en discours du rapport entre langue et territoire par des sujets parlants à travers le processus de géographisation linguistique proposé par C. Panis (2014), puis de questionner l’historicité des productions discursives spontanées et les processus de « mise en histoire » dans le discours.

Notes

79 Nous utilisons pour cette analyse la traduction anglaise du titre tout en ayant vérifié qu’elle était valable pour la version originale danoise.

80 Sur la question du rapport entre chercheurs et supposés « arriérés » ruraux voir Jeanne Favret-Saada, 1977, Les mots, la mort, les sorts, Gallimard.

81 Chambers et Trudgill 2004 [1998], "The initial impetus for dialectological work, as we have seen, lay in comparative philology, and it was because of this historical emphasis that dialectologists had looked mainly to rural speech forms. Urban dialects were felt, correctly, to be less conservative."

82 Anthropographie réalisée pour sa thèse de doctorat (Danos, à paraître).

83 "his interviews with four members of the old families of the island give us a firm base from which to proceed, and a time depth of one full generation which adds considerably to the solidity of the conclusions which can be drawn." (Labov 1963 : 276)

84 "correlational fallacy" (Cameron 1997 [1990] : 85).

85 "[...] not only is the past not dead or foreign, it is not even past." (Woolard 2004 : 60)

86 À propos des enjeux politiques associés à différentes conceptions du temps voir par exemple Schieffelin 2002.

87 Notons que ceci n’est pas sans rappeler le concept d’indexicalité que nous avons déjà présenté et dont la définition figure au glossaire.

88 Ceci resterait vrai quand bien même le roman aurait une prétention réaliste, ce qui n’est par ailleurs pas le cas de Gargantua.

89 "[...] all talk of countable and pluralizable ’chronotopes’ obscures the forms of discursive semiosis through which our ethnographic object is made and remade before our eyes." (Agha 2015 : 405)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search