Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie V. Catégorisations

Conclusion

Texte intégral

1Cette partie visait à travailler la notion de catégorisation en tant que processus épilinguistique afin de bien différencier notre approche de celle qui repose justement sur l’analyse par les catégories (qu’elles proviennent des locuteurs, des médias ou des politiques). Focaliser l’attention sur la labilité discursive catégorielle des locuteurs – qui sont eux-mêmes l’objet de catégorisation, figés par d’autres, notamment des politiques, des journalistes voire des chercheurs – implique d’étudier la multiplicité de ces catégorisations afin de ne pas tomber nous-mêmes dans un travail de choix, de différenciation ou pire de hiérarchisation. Si cette activité est prépondérante dans la vie quotidienne elle ne cesse de fluctuer, de se négocier, de se ré-activer à chaque interaction. Face à cette activité, notre travail ne vient pas paraphraser ou reproduire les dires des interlocuteurs, mais interpréter le mouvement, les rapports, l’hétérogénéisation de ce processus de catégorisation. Ainsi les notions de langue, lecte, variété, identité, origine, racine, etc. si elles sont des catégories qui circulent et que nous devons analyser dans leur multiplicité indexicale, ne peuvent être des concepts référents de nos analyses (parce qu’elles ne sont pas des catégories du réel malgré leur naturalisation). Ainsi, par le biais du travail de Siverstein (2016b) et Agha (2005) notamment, il est intéressant de montrer comment la sédimentation de certaines catégories – par l’accumulation de traits les caractérisant, répétitions à de multiples niveaux, lieux et moments par un groupe plus ou moins délimité – conduit à construire une catégorie stable qui peut alors devenir, une fois instituée et naturalisée, une entité considérée comme appartenant au réel, un fait du réel indiscutable. Ce que ce fonctionnement montre pour la notion de registre, qui concerne l’identification spécifique de manières de parler particulières à certains lieux, milieux ou groupes sociaux, peut être bien évidemment étendu à toute autre catégorie.

2De fait la catégorie « langue des banlieues » – ou celle de « français populaire » – se démarquant du « français légitime » (Bourdieu 2001 : 133), et qui supposerait une intention des « classes dominées » pour contrer les dominants par le biais d’une contre-norme, suscite pour nous la plus grande méfiance. La question n’est pas de changer de nom, mais bien de mettre en cause la catégorie savante elle-même. Les interprétations qui supposent d’attribuer des fonctions ad hoc aux manières de parler (fonction cryptique, résistance, contre-norme, etc.) posent problème puisqu’elles prêtent des intentions aux locuteurs – étant donné qu’elles ne sont basées sur aucune anthropographie sérieuse – au lieu de saisir la spécificité des processus d’indexicalité au sein des discours et des interactions précises.

3Nous avons proposé, au contraire, un travail d’analyse de l’activité de catégorisation épilinguistique au cours de sa production, en discours : cela a pour intérêt de montrer qu’une catégorie, fût-elle le résultat d’un enregisterment, ne cesse d’être travaillée par la parole, aboutissant finalement à une mise en question permanente du sens à lui donner, voire de la légitimité de son existence. Il est de notre tâche de reconstituer la formation, la construction et la circulation de ces catégories afin de comprendre les enjeux sociopolitiques qui accompagnent leur émergence, leur réactualisation, leur transformation et leur effet sur les sujets parlants.

4Ce processus de formulation et reformulation, de reprise et de resignification des catégories, est un des objets du sociolinguiste censé mettre au jour le fonctionnement des catégories dans leur contexte de production, puis d’en saisir les effets sur les sujets parlants. Cet objectif essentiel implique plusieurs phases méthodologiques. La première concerne, tout d’abord, le repérage des dénominations à valeur généralisante susceptibles de faire catégorie ou affirmées comme telles, portées sur un objet particulier (le langage, les étrangers, etc.) ; ensuite, l’étude (multi-sites) de l’ensemble des instances de discours correspondant à ce champ de dénominations (tracts, articles, interactions spontanées enregistrées, médias audio-vidéo, discours « savants », etc.) ; enfin, pour chaque occurrence, l’étude du processus de catégorisation en cours et ses valeurs indexicales : la fabrique des catégories et leur renégociation, reformulation, resignification, dans les interactions. La phase suivante sera celle de l’historicisation, soit la recherche dans les documents historiques antérieurs (articles, presses, ouvrages, enregistrements, etc.) des traces du déjà-dit, des formations discursives liées à ces catégories (reprise de catégories antérieures). S’ensuivra (troisième phase) l’analyse des rapports entre les différentes catégories (liens, oppositions, convergences, divergences, etc.) en fonction des positionnements énonciatifs et sociaux des sujets parlants. La quatrième phasee est celle de l’interprétation des phénomènes en tant qu’ils font sens dans la société englobante (relations de pouvoir, inégalités sociales, émancipations, résistances, etc.). En dernière instance, il s’agira de comprendre quels sont les conséquences, les avantages et les bénéfices sociaux et politiques pour les locuteurs producteurs de catégories.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search