Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie V. Catégorisations

Chapitre 3. Politique de la catégorisation

Texte intégral

A. La catégorisation comme activité sociale

1Les catégories résultent d’un processus de catégorisation qui s’inscrit dans le temps et l’espace, ainsi que nous venons de le montrer dans les précédents chapitres. De fait, la création d’une catégorie ne suppose pas son existence ad vitam æternam et encore moins un sens fixé : elle peut disparaître, être reformulée, changer de nom ou de contenu, elle fait l’objet d’une renégociation et resignification permanentes. Il reste que cette activité ne peut être dissociée des rapports de pouvoir à l’œuvre qui en informent la formulation, l’imposition, la diffusion. Par exemple, on peut se demander pourquoi a émergé la catégorie « langage des banlieues », à la fin des années 1960 dans les discours sur des pratiques repérées comme différentes dans des zones géographiques particulières (en lien avec « la crise des banlieues »). Il apparaît en fait que le travail supposé neutre et objectif des chercheurs ne peut être déconnecté des enjeux socio-politiques plus larges. L’étude des commentaires métapragmatiques sur le dire en train de se faire ne peut être éludée tout simplement parce que c’est en ces moments qu’opèrent les réglages de sens.

2Pour comprendre le processus de circulation de ces catégories, il est donc nécessaire de focaliser notre attention non pas sur les pratiques stylistiques mais avant tout sur les pratiques discursives issues de multiples instances de parole, et non pas seulement dans les lieux considérés comme particuliers du point de vue linguistique (les cités populaires). Une anthropographie des discours et des textes qui visent à parler des habitants des cités populaires, voire contre eux lorsqu’ils les stigmatisent (médias, politiques, savants, associations, etc.), s’impose afin de reconstituer la genèse des processus de catégorisation au sein des formations discursives. Le rôle des chercheurs dans la légitimation de cette circonscription géographique et sociale doit faire, au même titre que les média par exemple, l’objet de l’étude.

3D’un point de vue méthodologique, le travail de mise en relation des différents discours épilinguistiques issus de multiples instances de parole est indispensable, d’une part, pour analyser les positions énonciatives et sociales des locuteurs attachées à ces productions, d’autre part, pour étudier en détail la fabrique des catégories dans les interactions. Comment les locuteurs tentent-ils de définir les catégories qu’ils réinventent ou qu’ils reprennent ? Comment se positionnent-ils face aux catégories dominantes circulant dans l’espace public ? Un des procédés les plus importants, observé en détail dans les discours de Blaise par exemple, est celui de la comparaison-différenciation référée à des critères de divergence ou de convergence.

B. Différencier pour circonscrire : jouer avec le « déjà-catégorisé »

4Les définitions visant à catégoriser telle ou telle pratique impliquent toujours un positionnement par rapport à d’autres catégories déjà-là, afin de s’en rapprocher ou s’en différencier voire les deux en même temps, que ces dernières soient très anciennes ou très récentes. La circulation d’une catégorie comme celle d’« argot », dans les discours épilinguistiques recueillis à Grigny, est par exemple déterminante dans l’espace discursif français puisqu’elle vise à classer des manières de parler face à la langue standard. Si le terme « argot » est bien plus utilisé que d’autres par les locuteurs qui tentent de définir leurs pratiques c’est qu’il est récurrent dans les discours antérieurs à propos des pratiques langagières liées à des lieux périphériques et des classes sociales spécifiques. Cette forte utilisation du terme ne peut en effet être détachée des usages antérieurs – d’ailleurs repris par certains chercheurs qui ont même créé « l’argotologie » –, au sein desquels la catégorie d’« argot » s’oppose au français « normé » et « correct », sens qui semble s’être plus ou moins cristallisé à travers le « registre » lui-même. En reprenant ce terme aujourd’hui à Grigny, les locuteurs s’inscrivent donc dans une très vieille hiérarchie entre bon et mauvais français, dans laquelle « argot » renvoie à l’histoire de ce déjà-dit ayant pour finalité de dissocier le français prescrit des élites (le bon usage) de celui des classes populaires (la « mauvaise » langue).

5Mais la catégorie « argot » n’est pas la seule, et cet axe de hiérarchie et de discrimination des manières de parler ne détermine pas un positionnement figé des locuteurs. Au cours de la discussion entre Blaise, Cédric et Félix, comme nous venons de le voir dans le chapitre précédent, plusieurs catégories sont utilisées par Blaise pour définir le « zer » et en identifier ses locuteurs : « argot spécial », « argot spécifique », « dialectes de guadeloupéen », « beté de Côte d’Ivoire », « nouchi », « slang », « français à l’ancienne », « français », « argot gitan », « argot (du 9-2) », « argot parisien », etc. Si le « zer » est, selon l’interlocuteur, la base de l’« argot spécifique » ou « spécial » que les jeunes de Grigny parlent, auquel s’ajoutent des mots issus des « dialectes » des Antilles, des langues africaines (« nouchi », « beté ») ou de « l’argot gitan », c’est qu’il n’est pas comme les autres « argots ». La mobilisation de catégories autres et connues de ses interlocuteurs lui permet de faire des différenciations, des comparaisons ou des analogies avec d’autres situations similaires comme pour le « slang » qui détermine irrémédiablement de nouvelles valeurs indexicales, soit la similitude établie avec la situation américaine. L’argot de Grigny, pour Blaise, n’est pas celui d’Évry, encore moins celui du 92 ou de Paris. Toutefois, d’un point de vue plus global, cet argot est paradoxalement identifié par le même locuteur à ces autres argots, puisqu’il fonctionne en société de la même manière, puisqu’il résulte de mélanges et d’inventions de mots, comme le « javanais » ou le « slang » américain par exemple. Si le « français » est la langue de base de l’argot de Grigny et que le « zer » est un procédé linguistique venu des « grands » (les plus anciens du 91), sa définition reste toujours complexe à mettre en mots puisque ses contours doivent être redéfinis en permanence par la pratique. Pour autant et quelles que soient les fluctuations des mises en frontières, c’est bien par rapport à d’autres catégories partagées par les interlocuteurs que se co-construit la définition de ce qui est parlé à Grigny.

6Le processus de comparaison et d’analogie nécessite pour les locuteurs d’entrer aussi dans des analyses des formes du registre lui-même. Un des enjeux pour Blaise sera de rappeler la genèse historique des catégories pour ensuite en comprendre les transformations. Tout d’abord énoncé comme « zer », le parler de Grigny tient sa légitimité de ce procédé lexical inventé par les « grands » à travers un processus de suffixation commun à d’autres types d’argot, notamment aux États-Unis (II, 195-222). Mais au fur et à mesure de la discussion, la catégorie « zer » se meut en un procédé linguistique parmi d’autres, comme le mélange avec des mots venus d’ailleurs, et principalement des anciennes « colonies françaises ».

Extrait 3

912. bla [((tousse))] mais tout ce- qui vient d’la langue française- ou qui vient de : des colonies qui viennent des colonies françaises
913. fel ouais ouais
914. bla et les gens : : pa’c’que tous ces : ces mots là c’est des gens qui : : qui sont : : colonisés par la france qui parlent le le qui sont francophones

7Ce détour par l’historicité d’une manière de parler liée à une condition sociale toujours présente (« des gens qui : : qui sont : : colonisés ») et à un fait politique (« colonies françaises ») indique à quel point le processus de mise en registre/de production du registre, comme processus permanent et toujours rejoué en interaction (Agha 2005). Il est ici d’autant plus rejoué que toute le discours épilinguistique qui l’accompagne, au présent, ne se dissocie jamais d’une réflexivité non seulement langagière mais sociopolitique des acteurs. Ici, plutôt que de contester directement la hiérarchie établie (et souvent discriminante) entre français et argot, ou français et « zer », Blaise réinterprète la catégorie « français » en l’ouvrant à la catégorie « francophone ». Ce renvoi indexical à la constitution politique du français comme norme de l’hexagone par opposition à la circulation internationale qui le rend d’emblée pluriel légitime l’ouverture et la perméabilité des frontières entre français et argot.

C. Figement des catégories et processus de mise en registre

8Bien que les multiples processus de catégorisation conduisent à une approche fluctuante et toujours réinterprétée de la définition et du sens donnés à la catégorie, le figement d’une catégorie et son imposition prescriptive dans l’espace public est toutefois fréquent du fait que des discours épilinguistiques variés visent à la constituer. Il s’agit des effets du processus de mise en registre qui conduit à la cristallisation de formes langagières associées à des valeurs pragmatiques spécifiques reconnues socialement et fondant ce que l’on peut alors nommer un registre (ou un « style », Eckert 2000) considéré comme distinct d’autres registres langagiers. Ces registres, co-occurrences de formes, n’existent et ne prennent sens que par la somme des discours qui les constituent socialement (Jaffe 2016). Ils sont en outre associés à des personae sociales, des situations et des activités typifiées (Agha 2004 ; Silverstein 2016). Si ce processus aboutit à ce qui a été nommé « parlers jeunes » et « langage de banlieue », il convient toutefois de savoir, lors de chaque interaction, qui reconnaît quel registre, dans quel but et selon quels enjeux socio-politiques. Pourquoi ces labels (référent à une classe d’âge et à une classe sociale particulière) se sont imposés dans les médias et dans les discours savants en général plutôt que d’autres catégories, comme des catégories plus endogènes telles que celles du « zer », du « verlan » ou de « l’argot gitan » par exemple. En ce qui concerne précisément la situation (française) qui nous intéresse ici, il apparaît que les rapports de pouvoir sous-jacents à la construction d’une altérité des jeunes de banlieue a permis de construire une opposition entre le français standard (valorisé) et un parler de supposés jeunes (non valorisé, ou au mieux folklorisé, dans les discours publics dominants) à des fins socio-politiques de distanciation et de discrimination de certaines classes sociales, dont l’ethnicisation est systématique. Bien qu’un grand nombre d’expressions soient pourtant diffusées (« kiffer », « c’est quoi les bails », « wesh gros », etc.), notamment par le biais du rap, et reprises par des Français de tout âge et de toute condition, les valeurs attribuées aux manières de parler ainsi homogénéisées et catégorisées conduisent et renforcent en même temps des oppositions sociales constitutives de la société française reposant sur une division sociale et raciale de sa population par les institutions.

9Il n’est donc pas étonnant, dans ce cadre sociopolitique dominant impliquant des oppositions relativement figées que les catégories ainsi labélisées (« langue de banlieue » ou « langage des cités ») par les institutions et les savants n’apparaissent jamais comme telles dans le corpus de Grigny. Par contre, on peut constater que le jeu avec les registres est permanent, quand bien même Blaise et Cédric s’expriment dans le registre normé du français standard. Ainsi, les catégories (« zer », « argots », etc.) sont légitimées en relation à des catégories bien mieux reconnues socialement telles que les variations du français en Corse, à Marseille, ou les langues régionales (le « ch’ti ») et les « parlers locaux » :

Extrait 4

307. bla et puis : après tout l’monde parle français (.) mais tu peux aller dans des endroi : ts (.) où : : euh chez les corses euh : ils vont p- tu vas pas comprendre leur français : : tu ’as aller chez les mar euh t’sais chez : :
308. fel ouais c’est ça
309. bla les marseillais tu vas pas comprend’ n leur français tu vas aller chez les ch’tis : c’est un [aut’ français &]
310. fel [((rires))]
311. bla & c’est la même chose hein
312. fel ouais ouais c’est ça=
313. bla =tu vois c’est : ts- tout : s- ça dépend d’ce- (.) en fait nous dans la banlieue sud du vraiment ici grigny évry corbeil et tout ça
314. fel [ouais]
315. bla [s-] a des mots qui d- (.) viennent pas d’la langue française

10Au fil de son propos, Blaise met en cause la distinction entre le parler de Grigny et l’ensemble des variétés sur le territoire français : il assimile le processus de variation de Grigny à toute autre variation sur le territoire français. Si ces différentes façons de jouer avec la langue fonctionnent de la même manière, c’est bien au sein « de la langue française » (et non en dehors) que ce jeu est possible.

Extrait 5

343. BLA [mais c’est d’la langue français quand même]

11En insistant sur l’inclusion de toutes ces variations dans la langue française et en regroupant l’ensemble des valeurs indexicales dans une vaste et unique fonction d’ouverture à l’hétérogénéité, Blaise réduit toute distinction supposée irréductible entre des formes catégorisées par les savants (voir chapitre 1) en registres figés : le français face au « zer », le français face aux argots.

D. Rapport de pouvoir : naturalisation et performativité

12Alors que les interlocuteurs de Grigny déploient une perception hétérogène des pratiques langagières reconnues comme une activité toujours reliée aux sujets parlants, les tenants d’un discours puriste (voir chapitre 1) considèrent au contraire le langage comme un objet, sacralisé au point de le définir de manière extrêmement fixiste, réduit à un ensemble de règles, de codes, de sens fixés d’avance et donc encapsulé dans des supports tangibles : la grammaire, le dictionnaire, les règles de prononciation. Ce processus de naturalisation du langage vise à le réduire à une essence, un objet fixé dès l’origine, à un trésor passé à conserver. Au-delà de cette réification du langage, se sont ajoutées dans l’histoire française la réification et la hiérarchisation des usages. Afin de magnifier les usages nobles des dominants, il a fallu disqualifier tout autre usage issu du peuple. Cette vieille stratification sociale des usages, largement étudiée par Bourdieu (1982) comme lutte de classement (ou encore à ce que Blommaert indique comme « language ideological debate » en 1999), ne cesse de se reproduire tant que le langage n’est pas appréhendé dans sa vitalité, son mouvement, sa dynamique, avec ses transformations, ses changements, ses inventions. Si deux appréhensions du langage s’opposent ici, c’est qu’elles ne sont pas positionnées sociopolitiquement de la même manière au sein de la société française. Les instances de pouvoir étatique ou organisationnel (l’école, les medias, etc.), dans leurs discours métapragmatiques, valorisent continument les registres dominants (le français standard notamment) et disqualifient par conséquent les pratiques considérées comme non standard.

  • 73 Dans ces deux cas, l’origine ethnique (impliquant la religion, la culture et pour le premier la lan (...)

13Cet ordre des catégorisations se voit réitéré par les instances politiques et académiques (de manière extrême par l’Académie Française notamment) en de multiples occasions. Du rapport préliminaire de la commission prévention du groupe parlementaire sur la sécurité intérieure de J. Bénisti (2005) à l’ouvrage de H. Lagrange (2010), on assiste davantage à une dénonciation et une criminalisation des « immigrés » relégués dans les cités les plus éloignées des villes73. Les propos de nombreux puristes, tels Bentolila ou Ladjali, s’inscrivent dans cette même volonté de hiérarchiser les pratiques langagières tout en passant par des critères religieux et culturels, afin de légitimer leur exclusion d’une France blanche supposée « de souche ». Les effets sur les imaginaires et l’estime des jeunes sont sans précédent, leur relégation territoriale et sociale se doublant d’une exclusion symbolique et politique : bien que citoyens français, ils sont assignés à leur origine non française, à leur supposé accent africain ou maghrébin, à la couleur de leur peau, à leurs différences d’appartenance supposées, etc.

14Face à cette suprématie en termes de visibilité, temps de parole, institutionnalisation, etc., la valorisation de procédés stylistiques comme le « zer », certes au départ reconnus par peu de locuteurs du fait de leur forte hétérogénéité, se développe toutefois par d’autres canaux. Un des biais largement évoqués par nos interlocuteurs concerne la musique (rap) qui a permis une valorisation forte des « argots » grâce à l’industrie musicale. La diffusion très large (sur laquelle Blaise et Cédric insistent beaucoup, plus loin dans les discussions, à travers l’expression « ça se popularise ») du parler de Grigny dans les paroles des rappeurs, comme Ol’Kainry, fait qu’aujourd’hui les habitants de Grigny retrouvent leurs expressions à Saint-Germain-des-Prés, Marseille ou dans la bouche d’un policier par exemple. Ce constat est peut-être la meilleure réponse qu’ils peuvent offrir aux puristes : qu’il s’agisse de performer le « gars de banlieue » à Saint-Germain-des-Prés, de tirer parti des inventions lexicales à des fins instrumentales (se faire comprendre) ou économiques (l’industrie musicale), voire de provoquer les locuteurs (le policier), la popularité du parler de Grigny peut ainsi conduire à son existence en tant que registre au même titre que le corse ou le ch’ti. Le retournement du stigmate (Goffman 1975 [1963] ; Butler 2004), qui suppose une (ré)évaluation positive des pratiques langagières stigmatisées, est au fond le seul moyen d’en consolider et d’en légitimer l’existence. En même temps, sa réification comme catégorie (langage des banlieues, langage du rap) pose à nouveaux frais le problème des fluctuations des significations attribuées aux expressions, qui ne cessent de se redéfinir dans les contextes d’interaction. Quoi qu’il en soit, l’activité métapragmatique développée par les personnes assignées, de l’extérieur, à la catégorie « jeunes de banlieue » constitue un processus essentiel pour la compréhension de la création des registres (en tant que « modèle réflexif d’usage du langage » (Agha 2005 : 38) et leurs mises en circulation dans les espaces discursifs. En niant cette dimension, les journalistes ou les savants parlant au nom de ceux qu’ils catégorisent, non seulement œuvrent à leur figement identitaire, mais plus encore leur dénient toute capacité de réflexivité et donc d’émancipation. Nous avons montré qu’au contraire le degré de forte réflexivité des locuteurs concernés concourt à mettre en exergue la grande complexité des processus de catégorisation au quotidien.

Notes

73 Dans ces deux cas, l’origine ethnique (impliquant la religion, la culture et pour le premier la langue maternelle) est considérée comme cause de la délinquance.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search