Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie V. Catégorisations

Chapitre 2. Fluctuation des catégorisations

Texte intégral

A. La catégorisation discursive comme processus épilinguistique

1Si le processus de catégorisation est constant, l’instrumentalisation des catégories à des fins sociopolitiques de hiérarchisation et de discrimination est spécifique à certaines instances de parole et vise à un forçage métapragmatique en obligeant à appréhender la catégorie créée comme un objet du réel. Cette naturalisation conduit les linguistes à focaliser leur attention sur les supposées « variétés », sur les « styles » et les « registres » des catégories ainsi construites. Face à ces catégories figées et légitimées par les acteurs politiques ou scientifiques, il convient à l’inverse de s’intéresser aux processus de catégorisation spontanée des locuteurs, c’est-à-dire aux logiques métapragmatiques (relevant d’une activité réflexive toujours très forte) qui président à la construction de catégories fluctuantes qui leur permettent de se positionner les uns par rapport aux autres et d’occuper des places sociales. Ce jeu entre les catégories est observable dans toute interaction spontanée ayant pour objet le langage. En s’intéressant aux deux types d’énonciation, les premières plutôt d’ordre public (ouvrages, émissions radio, conférences, articles), les secondes d’ordre essentiellement privé (discussions, conversations, entretiens, etc.) ou exceptionnellement d’ordre artistique (musique notamment), le sociolinguiste engagé a pour tâche de comprendre leur fonctionnement, de chercher les points de rencontre, les zones d’influence ou de résistance, de montrer les modalités spécifiques des unes et des autres. Il doit donc en passer irrémédiablement par un travail anthropographique multi-situé, en collectant des discours dans des milieux très différents et des instances énonciatives multiples. La question est non seulement de savoir comment les locuteurs nomment et classent les façons de parler en fonction de quelles valeurs indexicales, comment ils se positionnent par rapport aux catégories en circulation dans l’espace social qui les entoure mais aussi de comprendre pourquoi ils les mobilisent, selon quelles positions de pouvoir et avec quels effets.

2Afin de traiter ces questions, nous prendrons appui sur un corpus constitué par Félix Danos auprès de personnes ayant grandi dans des « cités » de l’Essonne (91), en banlieue sud de Paris. Nous nous intéresserons particulièrement au terme « zer », utilisé par ces personnes pour définir certaines de leurs pratiques langagières, afin de montrer comment une catégorie est constituée discursivement, à travers des processus interactionnels saturés de rapports de pouvoir, situés, et impliquant des positionnements énonciatifs des acteurs plutôt que découlant de dichotomies simples et supposément universelles.

B. Vivre à Grigny : contextualisation des discussions

  • 64  EHESS, « Grigny - Notice communale », Base de données Cassini, consultée le 21/05/2013 : http://ca (...)

3Les extraits que nous présentons ici sont tirés de trois conversations enregistrées en 2012 ayant eu lieu entre Félix et quatre personnes qui ont passé la majeure partie de leur vie dans la banlieue sud de Paris, trois frères et sœur à Grigny et un ami de l’un des frères à Viry-Châtillon. Grigny est une commune située à environ vingt-sept kilomètres au sud de Paris, au nord-est du département de l’Essonne (91). Elle se trouve à cinq kilomètres au nord-ouest d’Évry (préfecture du département) et huit kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes, deux villes qui seront souvent mentionnées pendant l’entretien. La principale cité de Grigny, la Grande Borne, a été construite à la fin des années 1960 pour répondre au problème de logements en France et accueillir la main d’œuvre peu qualifiée travaillant surtout pour l’industrie française (Mengin 1999 : 108). Après la construction de cette cité, la commune connaît une explosion démographique et passe de 2 938 habitants en 1968 à 25 653 habitants en 197564. Grigny est donc une ville récemment peuplée, dont une proportion importante de la population vit dans des grands ensembles d’habitations à loyers modérés.

  • 65  Les extraits tirés du premier entretien enregistré avec Cédric seront notées (I, x) et ceux tirés (...)
  • 66  Une autre de ces discussions enregistrées (entre Cédric et Félix) sera mobilisée dans les chapitre (...)

4Le premier interlocuteur rencontré par Félix s’appelle Cédric Kassembé, il avait 25 ans au moment de l’entretien. Diplômé d’une école de commerce, il travaillait dans un magasin de vêtements parisien. Il a passé une partie de sa scolarité à l’école communale de Grigny en maternelle et en primaire, avant de fréquenter une école privée dans une commune voisine. Il est ensuite parti en pension à Clermont-Ferrand, après quoi il est retourné à Grigny, où il vivait jusqu’en 2010, quand il a déménagé avec sa mère, son grand frère et sa petite sœur dans une maison à Évry. Cédric est très impliqué dans la vie associative et la scène musicale hip-hop grignoises. Rencontré par le biais d’un ami commun (Julien), Cédric a été présenté comme un intermédiaire intéressant pour entrer en contact avec des Grignois, et c’est ce dernier qui a présenté Félix aux autres participants. Cédric s’intéresse à beaucoup de choses, liées ou non à sa banlieue d’origine. Il revendiquera dès le premier entretien son adhésion aux idées de Cheikh Anta Diop, adhésion qui suppose un intérêt pour les langues, notamment africaines, et une ouverture au savoir académique. Félix a ensuite rencontré les trois autres participants quand il s’est rendu dans la famille Kassembé à Évry, pour une discussion organisée spécialement avec Blaise, le grand frère de Cédric. Blaise qui avait quant à lui 33 ans, est le deuxième enfant de la famille. Il est séparé et a deux enfants de 5 et 8 ans. Cédric nous confiera que ses deux grands frères ont dû commencer à travailler relativement jeunes pour soutenir leurs petits frères et sœur, et pour aider leur mère. Blaise a aussi été très actif dans la scène hip-hop grignoise, surtout pendant les années 1990, quand il a lancé le label DGC (Da Grigny Crew) Records65. Marco, l’ami commun, avait rendez-vous avec Cédric le soir où Felix s’est rendu chez lui, pour discuter d’un projet. Il a grandi à Viry-Châtillon, juste à côté de Grigny, et Félix l’a invité à participer à l’entretien. Il est plus jeune que Cédric de quelques années (19 ans). Enfin, Bibi est la petite sœur de Cédric et Blaise, elle s’est jointe à une conversation entre Cédric, Marco et Félix qui avait lieu juste après le départ de Blaise66.

C. Le zer, « j’peux pas t’expliquer ça comme ça »

5Il ressort de l’entretien enregistré avec Blaise, une catégorie qui attire d’emblée l’attention car elle porte sur des pratiques langagières qui auraient cours dans des espaces et temps particulièrement circonscrits (celui de la commune de Grigny, ou au moins de cette région de la banlieue sud à la fin des années 1990 et au début des années 2000). Afin de comprendre les enjeux de catégorisation des pratiques langagières associées à des personnes, un espace, une temporalité, il convient avant tout de s’intéresser à la façon dont la forme langagière ainsi mise en avant apparaît dans la discussion, puis est qualifiée, circonscrite, définie au cours de la conversation, pour former une catégorie épilinguistique qui entre en rapport avec d’autres catégories dont le sens est aussi construit, négocié, mis en cause, ou réaffirmé. Tout ceci contribue à l’apparition de ce que C. Canut (2000) appelle la tension épilinguistique*.

  • 67 Pour les conventions de transcription, voir partie I, chapitre 3, section C.

Extrait 167

25. FEL

euh : : j’voudrais savoir (.) est-ce que : qu’est-ce qui caractérise pour toi l’argot de grigny

26. BLA

c’est un argot euh : (.) sp- pas spécial mais c’est un argot euh un peu distinct que : de : l’argot euh : du quatre-vingt-douze ou : du quatre-vingt-quatorze ou : d’l’argot euh d’la : : du sud de la france

27. FEL

ah ouais//

28. BLA

ouais=

29. FEL

et c’est quoi la différence// (.) tu : :

30. BLA

c’est un argot de la banlieue sud qu’a été adapté : euh un peu plus avec le ZER à la base (.)

31. FEL

hm ouais

32. BLA

tu vois// à la base ça a commencé comme ça (.) ça a commencé avec euh des des des gens euh des des plus aînés que nous (.) avant nous parlaient plus en zer (.) donc ça veut dire [c’était &

33. CED

[tu peux &

34. BLA

& un langage]

35. CED

& lui expliquer] juste le zer//

36. BLA

ouais//

37. FEL

[c’est quoi le zer//]

38. BLA

[voi : : là] donc le zer c’était un langage où euh c’était un langage où : on : on mélangeait euh l’argot avec des fins des mots où on : finissait (.) on finissait ça par zer (.) tu vois donc euh : : j’peux pas t’expliquer ça comme ça : : [exactement]

39. CED

[nan mais dis lui : parle] (.) genre grigny-zer

40. BLA

voilà grigny-zer euh c’est quoi les bails-zer euh : t’vois êt’ dans l’game-zer des trucs comme ça

41. FEL

ah ouais//

6Pour répondre à la question de Félix, Blaise met d’emblée en rapport des catégories existantes. Il commence par reprendre le terme « argot », proposé par Félix – qui le reprend lui-même du précédent entretien avec Cédric – afin de le qualifier spatialement (« un peu distinct » de « l’argot »« du quatre-vingt-douze », « du quatre-vingt-quatorze », « du sud de la france »). Félix lui demandant des précisions sur la « différence », Blaise réaffirme l’importance de la spatialité en reformulant l’expression de Félix « l’argot de grigny », pour le catégoriser de manière plus large mais tout aussi située comme « un argot d’la banlieue sud ». L’« argot » dont il est question est donc indéterminé (utilisation de l’indéfini), mais se rattache néanmoins à un autre ensemble (une autre catégorie) « argot d’la banlieue sud » qui permet de l’inclure dans une première catégorie spatiale.

7Félix demande ensuite à Blaise de préciser les différences, ou en quelque sorte de qualifier plus avant la catégorie dont il est question, « argot de la banlieue sud ». Blaise différencie donc cette catégorie d’« argot d’la banlieue sud », en l’associant à une autre catégorie épilinguistique, « le zer », et en évoquant immédiatement son adaptation (« qu’a été adapté »). Cette adaptation, c’est tout ce qui donne à cette catégorie sa particularité : « le zer » joue un rôle important dans la différenciation par Blaise : il s’adapte à tout. Suite à la catégorisation spatiale (la façon de parler déterminée par opposition à d’autres lieux), Blaise va catégoriser le processus langagier par rapport à d’autres catégories langagières, en l’occurrence « argot d’la banlieue sud » mis en rapport avec « le zer ». Il situe la catégorie non plus seulement dans l’espace mais dans le temps à travers l’expression « à la base » (II, 30), puis « ça a commencé comme ça » (II, 32). Le contexte d’emploi de cette forme particulière rend possible une meilleure circonscription de « l’argot de Grigny » qu’il place en rapport épilinguistique avec d’autres façons de parler, d’autres temporalités, et pour finir à d’autres locuteurs « plus aînés » (II, 32) que lui-même.

8Ainsi, avant même d’avoir commencé à expliquer ce qu’est « le zer », Blaise opère toute une série de mises en relation de catégories (notamment « l’argot »), avec des espaces, des temporalités et des locuteurs, en l’associant à un processus d’adaptation qui sera réitéré tout au long de la discussion.

D. Le « zer » et le « zer »…

  • 68  Comme « langage », « argot » ne renvoie bien entendu pas à une catégorie identique pour tous les p (...)

9Les imprécisions restent toutefois insatisfaisantes pour les locuteurs au sein de l’interaction : alors que Blaise tente d’expliquer ce qu’est « le zer », Cédric le coupe et lui demande d’expliquer ce qu’est le « zer ». Félix répète la question posée par Cédric en la reformulant, puis Blaise reprend. L’explication qui suit, sous forme de définition, met en rapport les catégories épilinguistiques « zer » et « langage », le premier étant un hyponyme (une partie) du second (« le zer […] c’était un langage […] » II, 37). Il poursuit en mobilisant une autre catégorie épilinguistique « l’argot »68, qu’il met, elle aussi, en lien avec « le zer ». Blaise situe « l’argot » dans ce « langage » qu’est « le zer », à travers l’utilisation de l’adverbe « où » : « un langage […] on mélangeait […] l’argot avec des fins de mots […] on finissait ça par zer. » Cet adverbe vient renforcer la dimension hyponymique : le « zer » est, au sein du langage, un processus quasi transversal qui s’applique sur les pratiques afin d’en spécifier le style.

10Ainsi l’« argot d’la banlieue sud » se distingue d’autres argots parce qu’il « a été adapté un peu plus avec le zer à la base ». Difficile ici d’organiser des catégories qui s’emboiteraient (langage > zer > argot) ou qui s’équivaudraient (zer = argot). D’une part, « le zer » peut faire partie de l’« argot » (être mélangé à lui), d’autre part, l’« argot » entre dans le processus langagier du « zer » qui l’englobe. Les liens entre « zer » et « argot » sont loin d’être simples. Pour les comprendre, il est indispensable de considérer la catégorie « argot » comme fluctuante, puisqu’elle est qualifiée de façons différentes en fonction des points de vue du locuteur. S’en tenir à la catégorie en dehors de son actualisation ne permet nullement de saisir la dynamique de catégorisation à l’œuvre : ses frontières sont floues et elle ne prend sens qu’en contexte, lorsqu’elle est négociée ou non, lorsqu’elle est mise en rapport d’association et de distinction avec d’autres catégories (elles-mêmes fluctuantes) à différents niveaux d’énonciation.

11À cet « argot », redéfini à l’intérieur du processus linguistique du « zer », s’ajoute une autre catégorie « zer », qui n’est cette fois pas un ensemble de pratiques langagières ou un type d’argot mais l’ensemble des occurrences de la forme « zer » elle-même. Il s’agit bien ici de la forme linguistique « zer » qui est « mélang[ée] » à l’argot, et que les locuteurs collent à « des fins des mots ». L’évocation de cette forme concrète « zer » permet d’entrevoir un rapport complexe entre les catégories, bien que nommées de manière identique, à différents niveaux : le fait d’utiliser la forme « zer » d’une certaine façon à la fin des mots, c’est parler en zer (« ils parlaient comme ça en zer », II, 1009). L’utilisation de la forme « zer », qui renvoie donc à deux catégories d’ordre différent (le « zer » en tant que « langage » et le « zer » en tant que forme linguistique caractéristique de ce « langage »), implique que pratiquer le « zer » c’est aussi citer le nom du « zer » (en tant que catégorie épilinguistique), en d’autres termes, parler le « zer » c’est aussi utiliser le vocable « zer ».

  • 69  L’expression « c’est quoi les bails » est expliquée par Cédric dans le premier entretien enregistr (...)

12Inversement, si Blaise déclare ne pas pouvoir « expliquer ça comme ça : : exactement », c’est aussi que la meilleure façon de parler du « zer » c’est de parler directement en « zer », pratique à laquelle Cédric l’incite. Il répond donc à l’invitation de son frère, « nan mais dis lui : parle / genre grigny-zer » (II, 38), en reprenant l’exemple proposé et en complétant avec d’autres, « voilà grigny-zer euh c’est quoi les bails-zer euh : t’vois êt’ dans l’game-zer des trucs comme ça » (II, 39). C’est ainsi, à travers la pratique du « zer » en tant qu’exemple linguistique, que Blaise illustre son explication en la rendant plus tangible. Il est à présent possible d’interpréter ce qu’il voulait dire par « langage » comme processus, à partir des exemples de ce qu’il inclut dans « des fins des mots » (et qu’il reprend en partie à son frère : « c’est quoi les bails », « êt’ dans l’game »69), et ce qu’il entend précisément par « mélanger » (on voit qu’il s’agit de la postposition de la forme « zer » au mot ou à l’expression).

13En participant à la définition d’« un langage » en tant que processus linguistique, cet exemple conduit à une définition plurielle du « zer ». Le caractère processuel, renforcé par l’emploi de l’imparfait et de verbes référant à des procédés linguistiques mélanger et finir dans ce qui précède dans l’interaction, fait émerger un sens plurivoque : à la fois façon de parler et dynamique langagière ce terme résulte ici d’une fluctuation des catégorisations en fonction des rapports opérés, des interprétations en cours, et des contextes énonciatifs.

E. L’argot dans le « zer » ou le « zer » dans l’argot

14Revenons à présent à la catégorie « argot » qui constitue une partie importante du processus de catégorisation des pratiques langagières. Lorsqu’il évoque le mélange entre l’« argot » et le « zer » (« on mélangeait euh l’argot avec des fins des mots où on : […] finissait ça par zer »), Blaise laisse penser qu’il s’agit d’ajouter la terminaison – zer à des termes déjà considérés comme argotiques. Lorsqu’il revient un peu plus tard dans la discussion sur ce phénomène, il apparaît au contraire que dans certain cas, comme celui de « Grigny-zer », c’est l’utilisation de la forme « zer » qui donne aux mots leur qualité argotique. Dans un premier échange, on a donc des formes argotiques (sans « zer ») qui sont mélangées avec des formes en « zer ». Puis dans un deuxième échange, et comme le raconte Blaise, d’autres formes argotiques qui sont directement utilisées avec le « zer » pour créer « ce dialecte là ». La temporalité qui conditionne ce processus (« la naissance de c’phénomène » (II, 632), apparaît déterminante :

Extrait 2

49. bla

& dans : ben nous c’était (0.5) à la base (.) on n’employait le zer comme ça c’était juste vraiment dans v : ite fait des dans des fins d’m- dans des fins de phrases

49. fel

ouais

50. bla

t’sais les plus : les gens qu’ils étaient plu : s aînés qu’nous (0.5)

51. fel

[ouais]

52. bla

[et] nous n- euh not’ génération à nous (.) on a mélangé (.) ce truc là (.) et : on a : avec de l’argot on a inventé c’était des mots (0.5) qui-pas inventés mais c’est des mots euh : t’sais des des des dialectes comme des bails (.) à la base [ça vient]

53. fel

[hm ouais]

54. bla

ça vient des des d’un dialecte euh de guadeloupéen

[…]

62. bla

tu vois c’est des mots qu’on a euh qu’on a empruntés euh d’aut’ à l’argot euh antillais : (.) d’aut’ à l’argot euh : comme on dit mogo par exemple mogo [c’est un mot de c’est dans le : dans &

63. mar

[ça vient du nouchi (1) du nouchi &

64. bla

& l’argot]

65. mar

& ivoirien]

66. fel

ah ouais//

67. bla

tu vois des : des mecs euh t’sais qu’les mecs qu’en qu’en on eu- (.) t’sais les brigands de là-bas de de côte d’ivoire eux ils parlent comme ça (0.5) tu vois c’est des mots qu’on a utilisés avec le zer (.) et mélangés avec [pas mal de trucs]

68. fel

[ouais (.) voilà]

69. bla

qui a fait aujourd’hui

70. ced

mogo-zer

71. bla

voilà t’sais puis qu’a fait aujourd’hui bah le ce dialecte là

  • 70  "My concern rather is with cases where one person’s judgment that an utterance is slang is replica (...)

15Au tour de parole 52, Blaise crée une rupture entre les « aînés » et « not’ génération », en l’associant à un nouveau type de processus de mélange selon une perspective de changement linguistique. Si parler en « zer », c’est pratiquer le mélange entre l’argot et les mots terminés en « zer », le nouveau mélange aura lieu directement dans l’argot à travers des emprunts à des « dialectes […] guadeloupéens » (II, 54), « l’argot […] antillais » (II, 62), « l’argot […] ivoirien », « le nouchi », (II, 62, 63). Ces arrivées de termes liés à la multiplicité des locuteurs issus de l’Afrique et des Antilles vont modifier encore la formation du « zer », qui se complexifie avec le temps et entraîne de nouvelles inventions. Ainsi, la catégorisation de ce qui est parlé à Grigny devient argotique (« l’argot de Grigny ») par le fait de mêler le processus linguistique « zer », à des formes argotiques provenant d’ailleurs (Guadeloupe, Antilles, Côte-d’Ivoire). Cet ensemble devient alors variablement un « argot ». Sans surprise, il reste toutefois attaché à une connotation négative du groupe qui le parle (« les brigands de là-bas ») en positionnant implicitement les locuteurs en relation de hiérarchie sociale ainsi que le montre Agha70. Plus tard, Blaise caractérise le zer comme un « dialecte » (« aujourd’hui bah ce dialecte là »), terme impliquant toujours une hiérarchie mais peut-être plus à même d’inclure la complexité des procédés linguistiques à l’œuvre (transformation morphologique, lexicale, sémantique, emprunt, etc.). L’exemple d’expression qu’il propose un peu plus haut (« c’est quoi les bails-zer »), illustre parfaitement cet enchâssement des catégories (des labels sous lesquels les ranger). Alors que le terme « bails » proviendrait selon lui des Antilles, il est associé au procédé de post-position en « zer », soit le morphème (terminaison) « zer ». Si d’autres interprétations sont parfois données de « bails » (écrit parfois « baye », ou « by » issu de l’anglais), le mélange associé à l’inventivité (« zer ») reste la base de « l’argot de Grigny ».

F. Des frontières renégociées sans cesse

  • 71  http://www.streetpress.com/sujet/1459251456-comment-argot-grigny-envahi-france
  • 72  Par exemple sur le forum : http://www.dictionnairedelazone.fr/forum/viewtopic.php?t=254

16« C’est quoi les bails-zer » est, pour Blaise, à la fois un exemple du « zer », mais aussi un exemple de l’argot de Grigny, qui n’est pas réductible à du « zer ». Que l’on connaisse ou pas l’origine des termes tels « bail », cette forme est devenue quoi qu’il en soit une expression typique du « langage de Grigny », ainsi que l’affirme Cédric lors d’un entretien précédent (I, 50). Cette marque de fabrique fait même l’objet de multiples reprises dans le milieu musical (comme par exemple avec la chanson « Zer » du rappeur Booba qui vient lui du 92, ou « Streetzer » du Parisien Tony Lunettes) et de débats dans des articles de journaux ou des forums en ligne (comme dans l’article du 21 mars 2016 du média en ligne Street Press71 ou de nombreuses discussions sur le site du Dictionnaire de la Zone72). Finalement, les enchâssements de catégorisations entre « zer » et « argot », du fait de leur détermination par des valeurs indexicales mouvantes au sein de l’interaction (et pour un même locuteur), empêchent de dissocier catégoriquement des formes, encore moins des « variétés ». S’il est impossible de déterminer un contour clair et fixe aux supposées lectes, c’est aussi parce que les formes langagières n’indexent jamais directement une catégorie sociale donnée (Ochs 1991 : 340). Le flou de l’indexicalisation des groupes issus de Grigny, ou bien ceux de la banlieue plus large (92, voire 93), l’élargissement à d’autres jeunes issus d’autres milieux sociaux, etc., montrent qu’aux catégories « zer » ou « argot » est impossible de faire coïncider des groupes spécifiques. Ainsi, parfois relayé au second plan, parfois mis en exergue par les locuteurs, le « zer » imprime une spécificité au « dialecte », même s’il n’est pas le seul élément de ce « dialecte ».

17L’intérêt pour nous n’est donc pas de chercher à classer ou à hiérarchiser les catégories épilinguistiques qui émergent des interactions, mais bien au contraire de mettre au jour leur fluctuation en fonction des critères de catégorisations mobilisés au cours d’une discussion. Ces mises en tension épilinguistique font émerger d’une part la fluctuation de la construction du sens en interaction, et d’autre part le positionnement discursif et subjectif des interlocuteurs les uns vis-à-vis des autres. Dans ce passage, Blaise réhistoricise les conditions d’émergence de ce qui est parlé à Grigny en jouant sur une multiplicité de valeurs indexicales, de savoirs dont il dispose, imprimant ainsi la marque de l’hétérogénéité à une manière de parler qui est tout sauf réductible à un objet dont on aurait déjà le nom (argot, dialecte, zer, mélange, etc.). Mais c’est pourtant grâce à l’ensemble de ces catégories existantes, ce déjà-dit, que peu à peu se dégage la scène de la formation d’une activité langagière quotidienne, mue par des acteurs toujours situés dans l’espace et le temps en fonction des uns et des autres.

Notes

64  EHESS, « Grigny - Notice communale », Base de données Cassini, consultée le 21/05/2013 : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=16213

65  Les extraits tirés du premier entretien enregistré avec Cédric seront notées (I, x) et ceux tirés du second enregistrement réalisé avec Cédric, Blaise et Marco seront notés (II, x), où x représentant le numéro de tour de parole dans la transcription.

66  Une autre de ces discussions enregistrées (entre Cédric et Félix) sera mobilisée dans les chapitres suivants.

67 Pour les conventions de transcription, voir partie I, chapitre 3, section C.

68  Comme « langage », « argot » ne renvoie bien entendu pas à une catégorie identique pour tous les participants, mais ces deux catégories-registres sont considérées par tous comme étant connues, et ne sont donc pas remises en cause.

69  L’expression « c’est quoi les bails » est expliquée par Cédric dans le premier entretien enregistré avec Félix comme équivalent à « quoi de neuf, comment ça va », « être dans le game » renvoie au « rap game », le jeu, la scène hip-hop.

70  "My concern rather is with cases where one person’s judgment that an utterance is slang is replicable in the metapragmatic judgments of other speakers. Under these conditions, any metadiscursive use of the term slang locates its speaker in an ideological framework for reasoning about register varieties where the relationship between standard and deviant object discourses defines group-centric social relationships among their speakers" (Agha 2015b : 307-308).

71  http://www.streetpress.com/sujet/1459251456-comment-argot-grigny-envahi-france

72  Par exemple sur le forum : http://www.dictionnairedelazone.fr/forum/viewtopic.php?t=254

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search