Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie V. Catégorisations

Introduction

Texte intégral

1Faire des catégories, penser par type, classer les manières d’être, de faire et de parler, constituent une activité permanente des êtres humains. Ces classements et catégories nous permettent ensuite d’exercer notre jugement et de faire des hiérarchies. Au niveau le plus élémentaire, la mise en mots de notre environnement est une catégorisation. La rencontre avec autrui entraîne immédiatement et plus ou moins consciemment, des processus de catégorisations physiques, psychologiques, sociaux, et bien entendu, linguistiques. Si celles-ci ont toujours pour point de départ les catégorisations antérieures du sujet (ainsi une personne va catégoriser une manière de parler en fonction des catégories des manières de parler qui lui sont familières), c’est qu’elles sont avant tout subjectives puisqu’elles proviennent d’un ajustement permanent entre le connu et l’inconnu, l’intérieur et l’extérieur, le déjà vu/entendu/perçu et ce qui est en train de le devenir.

2Ce processus ininterrompu ancré dans une histoire personnelle biographique, se compose toutefois de catégories établies de manière figées et naturalisées par d’autres voix, d’autres lieux de parole, extérieures et antérieures au sujet. Ces figements sont multiples mais proviennent, pour les pratiques langagières, du processus de « mise en registre » (Agha 2004), défini dans la partie IV. Elles peuvent provenir d’institutions, de lieux de savoir, d’instances de pouvoir, elles se manifestent dans des discours véhiculés dans divers lieux, discours qui circulent, discours répétés voire imposés mais qui peuvent encore être réfutés, mis en cause, etc. Ces catégories sont appropriées ou rejetées, acceptées ou niées, reproduites ou contestées, mais se conjuguent toujours à une dimension subjective, impliquant la réflexivité du locuteur dans le processus de catégorisation. De fait, elles sont rejouées dans chaque interaction, à chaque prise de parole selon un processus de mise en frontières permettant la mise en rapport entre éléments disjoints, rapports oscillants entre l’opposition et l’analogie.

3Ce principe de mise en signification des catégories est au cœur de l’Analyse de discours (ADF) – et notamment de la praxématique, voir par exemple Siblot 1997 –, il a été largement étudié par des linguistes s’intéressant à l’acquisition du langage comme F. François (1989a, 1989b). Le très complet article de C. Trimaille et M. Matthey (2012), dans une perspective plus sociolinguistique, revient en détail sur l’histoire des catégories linguistiques et plus particulièrement sur la nomination des langues. La mise en cause des valeurs symboliques dominantes attribuées à des « langues », des « variétés » ou des « lectes », telles qu’elles conditionnent le fonctionnement, en interaction, du processus de catégorisation épilinguistique – de ces mêmes « lectes », « variétés », « langues », etc. – reste timide. La sociolinguistique française est largement dominée par la reprise non questionnée des catégories dominantes comme nous allons le voir dans les chapitres suivants. Déterminant, ce déni aboutit pourtant à la création de registres ou de langues sur le principe du cycle nomination/différenciation/identification > catégorisation > hiérarchisation (Canut 2007a, 2008). Il y a donc tout à gagner à s’inspirer du travail des analystes de discours afin de comprendre ce qui est en jeu dans le processus de catégorisation. Quel statut accorder aux catégories mobilisées dans les discours ? Est-ce un moyen utile pour analyser les pratiques langagières ? Si oui, comment l’envisager ?

4D’autres questions surgissent dans ce sillage, notamment à propos de l’usage public ou scientifique des catégories. Si la catégorisation correspond à un processus inhérent à toute pratique langagière du locuteur, les sociolinguistes peuvent-il se satisfaire de leur statut de locuteur « catégorisateur » lorsqu’ils entreprennent une analyse des pratiques et des discours ? La perspective d’une sociolinguistique politique permet-elle d’envisager d’autres manières de rendre compte de la constitution du réel ? Peut-on imaginer une analyse des pratiques langagières et des processus de catégorisations épilinguistiques qui les accompagnent, de manière plus complexe, en rendant compte de la dynamique des processus de catégorisations ? Cette perspective implique de focaliser l’attention sur le jeu des valeurs indexicales, soit de développer une attitude réflexive, dans le processus de catégorisation, au cœur des interactions sociolinguistiques, évitant ainsi de parler des catégories en général.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search