Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie IV. Speech events

Conclusion

Texte intégral

1Problématiser la notion de speech event revient finalement à faire de la « situation de communication » une entrée d’analyse riche et complexe. Ainsi, les speech events, dans leur « dimension institutionnelle », peuvent être appréhendés comme des constructions historiques proposant un certain mode d’existence à une institution qui les dépasse. Les AG sont une forme du militantisme anarchiste et autonome, tandis que les procès et les interrogatoires font vivre les institutions juridique et policière, et les diners de famille, la famille. Mais la constitution historique d’un speech event se fait aussi via la production de discours qui cherchent à les instituer. Dès lors, des tensions, repérables sous la forme de formations discursives antagonistes renvoyant à des conditions de production spécifiques (des états de la structuration d’un champ social), apparaissent : un speech event est toujours pris dans des discours contradictoires qui le prennent pour objet, discours contradictoires produits et producteurs d’effets de structuration du monde social. Il n’empêche que la participation à de nombreuses occurrences d’un speech event catégorisé de la même façon fait apparaître des régularités, des propriétés situationnelles sédimentées à partir desquelles une certaine situation de communication pourra être socialement définie et reconnue. L’ordre interactionnel qui en découle, tout autant constitué au sein d’un espace social en structuration que les discours qui le prennent pour objet, se trouve dès lors doté de sens.

2Approcher un speech event dans sa dimension événementielle implique en revanche de se pencher sur le jeu des tensions qui lui sont constitutives. Là, on peut s’attarder aux processus de production des signes, en tant qu’ils sont l’expression de manières de faire acquises par socialisation mais dont l’incorporation n’empêche pas une reprise réflexive et subjective en situation : des mises à distances deviennent alors saisissables à l’analyse, laissant apercevoir les multiples manières de se réapproprier l’institution langagière qu’est un speech event. Une valorisation de la réflexivité peut même aboutir, comme c’est le cas avec les AG, à de véritables thématisations des propriétés situationnelles. Dans de tels cas, et c’est peut-être là que réside véritablement le caractère antiautoritaire des AG, c’est la remise en cause de l’ordre interactionnel lui-même qui devient le contexte pertinent à faire advenir. Quoi qu’il en soit, en proposant de faire du speech event une entrée d’analyse critique pour une sociolinguistique politique, nous souhaitons offrir une manière de plus de penser la construction de la réalité sociale et sa possible transformation.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search