Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie IV. Speech events

Chapitre 2. Le contexte comme ressource

Texte intégral

A. Le produit du contexte n’est-il que le contexte produit ?

1Il s’agit à présent de questionner le speech event en tant que produit et producteur de contextes. Ainsi, plutôt que d’en donner une définition claire et univoque nous souhaiterions proposer la notion de contexte comme entrée d’analyse possible pour penser l’articulation entre certaines formes perçues et actualisées, formes verbales, comportementales, proxémiques, vestimentaires, etc. et les processus interprétatifs qu’elles nourrissent dans le cadre d’un rapport social, d’une interaction située socialement. Le contexte n’est donc pas posé comme un simple environnement matériel venant informer le sens des paroles effectivement prononcées : on ne considèrera pas ici qu’il y a d’un côté le verbal et de l’autre tout ce qui l’entoure et influence son interprétation mais bien plutôt qu’il existe une infinité d’éléments disponibles, présents dans l’entourage immédiat tout autant que dans les « choses absentes » (passées ou imaginaires), sur lesquels chaque locuteur fait porter l’attention, par exemple en les nommant, en les montrant, en les déplaçant, etc. Le contexte ainsi problématisé ne peut donc être simplement décrit sous la forme d’une liste, établie par l’analyste depuis une position d’extériorité et visant à identifier les paramètres composant le cadre participatif (le nombre de participants, le lieu et l’heure de la rencontre, etc.) puisque sa définition est justement posée comme un enjeu pour les participants présents.

2Cette question de la co-construction des contextes dans l’interaction s’inscrit dans la suite des réflexions de la pragmatique, cadre qui fait de l’intention de communication une donnée nécessaire à l’interprétation du langage comme acte. Or la question de savoir s’il y a intention de produire certains effets plutôt que d’autres en agissant de telle ou telle façon pose immédiatement celle de la reconnaissance partagée de cette intention supposée commune. Car en effet, lorsque nous agissons les uns avec les autres, que nous nous parlons les uns aux autres, nous n’avons qu’une maîtrise limitée sur les interprétations qui seront faites par autrui à propos de nos manières de bouger, de nous tenir, de parler. S’il y a une intention quelque part, celle-ci fuit en permanence entre les suppositions de celui qui écoute quant aux effets recherchés par celui qui parle et les suppositions de celui qui parle quant aux effets, sur l’autre, de ce qu’il dit : il ne reste plus pour l’analyse que les traces de ces effets. De plus, tout au long d’un speech event, tout le monde ne portera pas son attention sur les mêmes choses, tout le monde ne pratiquera pas le même « découpage » des éléments sur lesquels se focaliser. En effet, chaque participant, selon le rôle qu’il pense tenir dans l’interaction traite le flot des activités sociales qu’il perçoit de manière sélective : tout, dans ce qui est là, ne fait pas contexte de la même façon pour tout le monde. Qui va mettre l’accent sur quoi, pourquoi et de quelle manière ? Pour rendre pertinents quels éléments du contexte et invisibiliser quels autres ? Avec quelles conséquences sur la construction du sens de l’expérience et sur les rapports sociaux qui s’établissent au sein de cette expérience ?

3Dans l’analyse, il s’agit donc de prendre en compte ce que les participants produisent comme contexte, ou plutôt de prendre en considération l’hétérogénéité de leurs contextualisations en soulignant, dans la matérialité communicative de leur activité commune, les signes verbaux ou non verbaux qui la structurent et lui donnent forme. Ainsi, et en reprenant au pour cette étape le point de vue de l’ethnométhodologie et de l’analyse de la conversation, le contexte relève plutôt d’une description de ce qui semble, pour les participants, les aspects les plus importants de l’événement en cours et pourquoi. Il s’agit d’aller rechercher, sur la base de catégories construites socialement et discursivement, les signes dont font usage les locuteurs dans l’interprétation de leurs rapports de forces sociaux et de leur expérience du monde. Cette démarche était déjà celle de John Gumperz (1989) qui, en insistant sur l’importance des « indices de contextualisation* » dans la co-construction du sens en interaction, a permis de mettre en évidence la complexité de la dynamique des processus inférentiels* à l’œuvre au cours de toute interprétation, ainsi que l’ampleur des malentendus et des rapports de domination qui en découlaient. L’idée est simplement, en reprenant les propositions des anthropologues du langage, d’élargir le point de vue pour ne pas avoir à trancher a priori sur ce qui relèvera d’un indice de contextualisation* ou non. La notion d’indexicalité* permet ainsi d’envisager l’interprétation comme un ensemble de tentatives fluctuantes et permanentes de mise en rapport entre signes dans le but de comprendre « ce qui se passe », de « cadrer » la situation. Or c’est également en fonction de ce cadrage que les mises en rapport entre les signes prendront telle ou telle forme. L’indexicalité* renvoie alors à cette dialectique entre signes et contextes qui s’informent toujours mutuellement.

  • 50 "One of the great difficulties posed in the analysis of context is describing the socio-historical (...)

4Si l’interprétation est bien une opération de contextualisation, puisqu’interpréter revient à construire un contexte pertinent en mettant en rapport toute sorte de signes perçus, cette opération de contextualisation n’en est pas moins déterminée socialement, en ce sens que les processus interprétatifs font eux aussi partie des habitus des locuteurs. C’est en effet à partir de nos expériences communicatives passées, au sein desquelles nous avons occupées des places spécifiques et au cours desquelles nous avons constaté que telles formes pouvaient produire tels effets, que nous avons intériorisé des manières de percevoir, de distinguer le pertinent du non-pertinent, de mettre certains éléments en lien avec certains autres, absents, afin de construire socialement la réalité en la signifiant (Berger et Luckman 1966). La question qui se pose est alors : Comment déterminer ce que chacun sait, connaît, ce dont il se souvient, a fait sien, ou ce à quoi il fait appel dans sa compréhension du moment ? Ce « background knowledge* » (Gumperz 1982) est une ressource, inégalement distribuée, dont dépend le point de vue de chacun des participants sur ce à quoi il participe. Tous ces arrière-fonds contribuent à ce que chacun sélectionnera comme pertinent pour construire un contexte utile à son interprétation des enjeux de la situation, et savoir comment s’y tenir. Et pourtant, « l’une des plus grandes difficultés posées par l’analyse du contexte est de décrire le savoir socio-historique qu’un participant utilise pour agir au sein de l’environnement présent »50 (Duranti et Goodwin 1992 : 5, notre traduction).

5Ainsi, on ne peut pas avoir accès aux flots des inférences* des participants au moment où l’interaction a lieu, à peine peut-on expliciter clairement ceux qui mettent en mouvement nos propres interprétations et réactions émotives, mais ce qui est sûr c’est que tout le monde tient une posture réflexive nourrie de la matérialité des activités en cours, parole comprise, et de nos expériences passées. C’est pourquoi il est possible d’affirmer que tous nos comportements sont des produits du contexte qui produisent du contexte, différemment chez chacun, en fonction des « polylogues intérieurs » (François 2005 : 21) entrepris avec nos arrière-fonds, mais néanmoins toujours supposés commun dans une certaine mesure. De là découle la reproduction des speech events en tant qu’institution, leur « naturalisation ». C’est pourquoi, contrairement aux premiers travaux sur la pragmatique qui s’appuyaient sur des exemples inventés pour penser la performativité du langage, une sociolinguistique politique pose les « conditions de félicité » des actes de parole (Austin 1970 ; Goffman 1991) comme constitutives de ces opérations de contextualisation. Cadrer un speech event (c’est-à-dire répondre à la question « qu’est-ce qui se passe ici ? ») c’est bien reconnaître à ce speech event un mode de fonctionnement distribuant à chacun des légitimités institutionnelles. Les opérations de cadrage, interactives, sont donc l’enjeu fondamental de tout speech event, d’autant plus qu’il s’agit d’opérations fluctuantes, dynamiques, manipulables à des fins stratégiques pour qu’advienne, de manière plus ou moins stable, une définition des places à occuper et de leur distribution. En effet, les locuteurs-acteurs sociaux, dès lors qu’ils sont en présence les uns des autres, s’insèrent dans les rapports de forces constitutifs de tout champ (Bourdieu 1979). Par exemple, « un procès », en même temps qu’il donne à l’institution judiciaire l’occasion d’exister sous une certaine forme, engage les participants qui le co-construisent en tant qu’ils occupent chacun une certaine position dans le champ juridique. Participer à la construction d’un speech event est donc toujours une occasion, via un travail sur la définition du contexte, de faire jouer tout à la fois le mode d’existence d’une institution et les rapports de place qui s’y jouent. Certains participants auront ainsi intérêt à venir reconfigurer le contexte de telle ou telle manière, en mettant l’accent sur des éléments plutôt que d’autres, en mobilisant tels liens indexicaux* plutôt que tels autres, afin d’orienter les interprétations de chacun et mesurer par-là les effets de leurs dires. Ce travail de définition ne peut être soutenu que collectivement : nourris de leurs expériences passées et armés de leurs propres dispositions, de leur propres ressources discursives ou légitimités institutionnelles, chacun des autres participants collabore à cette définition, la négocie, la ratifie ou non, et en subit ensuite les effets.

6D’un point du vue strictement pragmatique, la co-construction du contexte comme conditions de félicité rend possible la production d’effets illocutoires : c’est parce que chacun des participants aura cadré la situation d’une certaine manière (impliquant des relations sociales plus ou moins symétriques) qu’un acte de langage produira des effets (par exemple, que l’énonciation d’une condamnation par un locuteur sera suivi de l’emprisonnement d’un autre dans le cas d’un procès). Mais il est également possible de considérer la fabrication des contextes comme mise en place de conditions de possibilités pour qu’un énoncé soit non seulement tenable (Foucault 1969) mais également perçu comme juste, vrai, approprié (Lindstrom 1992). Un speech event, en tant qu’il est co-construit par des participants qui y sont socialisés et qu’en cela il construit une réalité sociale relevant d’un champ particulier, apparait donc comme un lieu de valorisation discursive : qui a le pouvoir d’y dire le vrai, quand, pourquoi et avec quels effets de pouvoir locaux et globaux ? Il s’agit finalement de poser la question de la valorisation des signes produits ainsi que la distribution entre les participants présents de ces signes valorisés lors d’un speech event, considéré dès lors comme s’intégrant dans un champ social plus large et traversé par des luttes. Les critères à partir desquels une vérité pourra être énoncée sont aussi puissants que l’institution qui lui sert de cadre : les remettre en cause devra en passer par une redéfinition permanente des contextes et des rapports de pouvoir qu’ils produisent et qui les sous-tendent, afin de contribuer à la resignification des indexicaux* et de leur dynamique.

B. Les différents effets de la présentation de soi

7Nous avons vu comment l’AG décrite dans le chapitre précédent a débuté. Leslie a prononcé l’énoncé inaugural qui a fait débuter la rencontre (qui a fait advenir le contexte d’une ouverture d’AG), pratique interlocutive qui, articulée au registre qu’elle a utilisé (pratique stylistique) avait valeur d’autodésignation tacite pour être l’« animatrice » de la rencontre en cours, donc pour performer une certaine « identité discursive » tout au long de la rencontre. Performant justement cette identité discursive d’« animatrice », Leslie a ensuite insisté pour que « quelqu’un prenne des notes » (Manon s’est autodésignée) puis elle a proposé un ordre du jour. Si la forme de cette proposition, jugée « trop routinisée », a fait l’objet d’une mise à distance de la part de Leslie et d’Émilie, il n’empêche que l’AG a débuté sans que d’autres statuts métainteractionnels ne soient distribués, comme c’était pourtant le cas dans les AG du collectif de Notre-Dame-des-Landes par exemple. Au bout d’une heure d’AG, Laetitia prend la parole. Son débit est rapide et son volume est bas, ce qui a rendu la transcription difficile. Néanmoins, l’échange qui suit est intéressant car si Laetitia prend la parole, c’est précisément pour thématiser l’ordre interactionnel de l’AG à laquelle elle participe, c’est-à-dire finalement, pour le rendre pertinent comme contexte. De cette manière, Laetitia rend explicite une certaine interprétation de la situation de communication en même temps qu’elle vient construire celle-ci comme un thème de discours, à propos duquel chacun doit prendre position. La dimension métapragmatique* de l’intervention permet alors de comprendre comment il est possible pour des locuteurs de se livrer à une mise en discours du cadre de l’expérience communicative qu’ils sont en train de vivre avec souvent pour conséquences de faire rejouer les rapports de place entre les interlocuteurs présents. Pour rendre compte des rapports de pouvoir à l’œuvre dans cette construction du sens de l’expérience, l’analyste ne peut néanmoins que se fier à sa propre socialisation langagière au sein du speech event en question, socialisation conçue comme principe organisateur des mises en rapport entre signes que seule une longue anthropographie parmet d’acquérir.

8Avant de se pencher sur le cœur de l’intervention de Laetitia, nous commencerons par commenter le fait que celle-ci entame son tour de parole par une présentation d’elle-même. En effet, ce premier segment permet déjà à lui seul d’illustrer le fonctionnement de la contextualisation comme mise en rapport de signes produisant des effets en termes de légitimation d’une part, et d’acte de langage d’autre part. Voici comment s’ouvre l’intervention de Laetitia :

233. LAE voilà j’m’appelle laetitia et j’viens du testes
  • 51 Face au constat d’une lexicalisation de l’acronyme, nous utilisons le terme « zad » sans majuscules (...)

9L’intervention de Laetitia commence ainsi par une présentation de soi nominative et topographique. Hormis son prénom, Laetitia précise bien venir « du Testet ». Le Testet est le lieu-dit dans lequel se tenait la zad51 contre le barrage de Sivens, lieu dans lequel fut tué Rémi Fraisse et donc au cœur de l’actualité militante au moment de l’AG. En choisissant de présenter le Testet comme étant son « lieu d’origine », elle annonce d’une part sa situation dans l’espace (métaphorique) des mouvements sociaux (proche des mouvements de l’écologie radicale) ainsi qu’une partie de son expérience militante. En effet, dire « j’viens du testet », sous-entend tout d’abord qu’elle « appartient » à l’événement à l’origine de la mobilisation en cours (elle était peut-être présente le soir où Rémi Fraisse a été tué) mais également que son activité militante l’amène à vivre dans les lieux où se déroulent les luttes, pratique indexant un fort capital militant. À un premier niveau, on peut donc dire qu’en énonçant ce segment, Laetitia cherche à acquérir une certaine légitimé au sein de l’AG comme mode d’existence de l’institution du militantisme anarchiste, notamment en rendant pertinent sa position dans l’espace des mouvements sociaux et sa possession d’un certain capital militant.

  • 52 Voir par exemple le texte présenté pages 188, 189 et 190 du Collectif Mauvaise Troupe dans son ouvr (...)

10À un deuxième niveau cependant, on peut remarquer que la présentation de soi nominative et topographique constitue une pratique marquée car très rare dans les AG auxquelles Manon a participé. En effet, l’anthropographie a mis au jour une réticence généralisée à se présenter publiquement ainsi qu’un usage valorisé du flou dans la nomination de soi et des autres et en conséquence, une absence de présentation de soi publique en AG. Or les processus inférentiels* de Manon, acquis par sa socialisation au militantisme anarchiste, lui font mettre en rapport cette pratique de la présentation de soi en tant que signe à part entière avec le lieu du Testet lui-même (quand bien même il n’aurait pas été mentionné explicitement). Proches de l’écologie politique et des contre-sommets de l’altermondialisme, ces mouvements d’occupations que sont les zad, deviennent souvent des lieux d’expérimentations de manières de faire militantes, notamment en ce qui concerne la tenue des assemblées et leur fonctionnement52. C’est pourquoi, à l’aune de cet arrière-fond, la valeur pragmatique du segment produit par Laetitia se transforme. Davantage qu’à instaurer de la convivialité, cette présentation de soi, marquée, apparait comme une critique tacite de l’ordre interactionnel en cours. Laetitia fait bien plus que donner son nom et dire d’« où elle vient » : en rejetant les manières de faire instituées dans l’AG en cours, qui invitent à taire les noms et lieux de provenance, elle juge en creux ces manières de faire comme non-conviviales produisant finalement une critique, un acte de langage a valeur de reproche implicite, par exemple de snobisme.

11On comprend dès lors comment en rendant pertinents certains aspects du contexte, à savoir « qui elle est et d’où elle vient », Laetitia définit la situation comme comprenant en son sein une locutrice, elle-même, possédant certains capitaux, ce qui a pour premier effet de lui conférer une légitimité institutionnelle. Cet effet est cependant à mettre en rapport avec d’autres, produits par le signe « testet » qui convoque avec lui, en plus d’une certaine légitimité, un type d’expériences militantes caractérisées par une attention aux manières de prendre des décisions collectives, donc de « s’assembler ». Cela rentre également en rapport avec une connaissance des normes communicatives du speech event au sein desquelles une telle présentation est rare. Ces mises en rapport multiples constituent finalement la présentation de soi de Laetitia « en signe de niveau 2 », c’est-à-dire en pratique marquée, ce qui en modifie considérablement la valeur. Ce qui apparaissait dans un premier temps comme un comportement indexant de la convivialité en vient finalement à prendre la valeur d’un reproche dont la force illocutoire dépend justement de la légitimité que lui confère sa définition du contexte (comme catégorisation d’elle-même valorisante).

C. « L’organisation » ou quand le contexte de l’AG devient une ressource discursive

12Après s’être présentée, Laetitia continue son intervention comme ceci :

Extrait 3

233. lae voilà j’m’appelle laetitia et j’viens du testet et donc euh c’que j’voulais dire euh : et en fait j’voulais euh j’v- bon (.) j’pense aussi qui faut aller si on a envie d’aller un peu vers l’action tout ça j’ai entendu des trucs je voulais réagir par rapport à organisation pas organisation/ (.) euh déjà euh (.) j’trouve que c’est une bonne idée aussi lorsqu’on parle d’actions de s’mettre en p’tits groupes direct ben soit en fonction des disponibilités ben moi j’suis dispo par exemple de telle heure à telle heure et selon l’emploi du temps et la disponibilité des gens ou alors si on veut faire un truc un peu un peu (.) on prend-une certaine prise de ri : : sque un peu du tracta : : ge (.) avec par exemple un porteur de parole avec un truc un peu plus on va dire pour animer le tout avec une question et on demande aux gens d’réagir sur euh ben par exemple c’que ça veut dire la violence policière pour eux (.) euh : y avait l’idée de-
  • 53 Voir notamment : http://www.scoplepave.org/porteur-de-paroles

13Laetitia procède à un cadrage thématique particulier : « je voudrais réagir par rapport à organisation pas organisation ». Elle poursuit en défendant, dans un premier mouvement discursif, l’idée d’un fonctionnement par « p’tits groupes ». Ainsi, à l’aide d’une paraphrase, elle suggère la création de commissions c’est-à-dire la mise en place d’un ordre interactionnel bien différent de celui qui est en cours au moment où elle parle. La valeur de critique visant la forme de la rencontre continue de s’affirmer. Elle évoque également la possibilité d’animer un « porteur de parole », c’est-à-dire de solliciter une discussion dans un espace public à partir d’une question de société, type d’action politique qui dans les répertoires de l’action collective renvoie aux manières de faire de l’éducation populaire53 ou encore des contre-sommets. Ainsi, Laetitia entame son intervention en se positionnant d’une part au sein de l’espace des mouvements sociaux (présentation de soi nominative, zad du Testet, altermondialisme, éducation populaire) et, d’autre part, en faisant réemerger le thème de l’« organisation » des AG comme objet de débat.

14Laetitia fait ensuite débuter un deuxième mouvement discursif qui lui, va faire différemment travailler ce thème de l’« organisation » :

Extrait 4

donc là c’est sur l’organisation de s’dire euh ‘fin bon y a des gens qui sont partis d’autres qui sont arrivés ‘fin plein de trucs comme ça déjà ça me < ((en riant)) (.h ça me rend malade) ça me plombe un peu désolée> et pourQUOI// parce que justement j’pense hum que c’est bien de garder une spontanéité mais j’préfère le truc de (1) c’est le plus lourd pour moi c’est l’fait qu’on : : respecte pas les : (paroles) de l’autre par exemple le fait que : : voilà il s’rait utile qu’on sache par exemple qui prend les tours de parole // (.) déjà ça c’est clair et puis est-ce qu’il y a des gens qui prennent un compte-rendu/ parce que (inaud.)
234 alx ouais y a quelqu’un=
235 lae =ce serait utile que y aient des gens qui DISENT
quand on n’est pas qu’on dévie un peu du suJET/ et qu’on est pas dans l’ordre du jour parce ça fait plusieurs fois qu’y a des trucs comme ça (.) la présentation du nouveau collectif qui est arrivé y a des gens qui parlent de l’organisation d’autres de prévoir des actions ° (inaud.) à quel point° juste avoir envie de dire que ça ça s’rait vraiment utile/ euh donc c’était sur
l’organisation/ [...]

15Ce deuxième mouvement discursif, bien qu’encadré par deux marqueurs de thématisation (« donc là c’est sur l’organisation » et « donc c’était sur l’organisation/ ») le contextualisant comme relevant de l’« organisation », met cette fois-ci en discours la manière avec laquelle la parole est distribuée entre les locuteurs. Avant de critiquer la manière dont est menée l’AG en cours, Laetitia emploie une forme linguistique polémique en procédant à une concession argumentative : « c’est bien de garder une spontanéité mais j’préfère le truc de [paraphrase des trois statuts métainteractionnels] ». La concession argumentative est polémique dans le sens où elle constitue une attribution de point de vue, ou plutôt de positionnement discursif : l’élément concédé (ici « garder une spontanéité ») est en effet posé comme appartenant à l’interlocuteur, à l’autre, et ce dans le seul but de rejeter ce positionnement dans la suite de l’énoncé (Morel 1996 : 17). Laetitia fait donc porter à ses interlocuteurs un discours qu’elle rejette, construisant un groupe de locuteurs-adversaires prêts à défendre la « spontanéité », « spontanéité » associée à l’absence des trois statuts métainteractionnels.

16Laetitia poursuit sa mise en discours du thème de « l’organisation » en désignant, toujours par des paraphrases, les « preneur de tours de parole », « preneur de compte-rendu » et « animateur ». Cependant, elle le fait sous la forme de questions rhétoriques qui peuvent s’interpréter comme de réelles « mises en question » voire des « mises en accusation » (Sitri 2003 : 92), puisqu’il s’agit pour elle de critiquer la manière avec laquelle est menée l’AG. Or un ordre interactionnel, comme nous l’avons vu, n’est que le produit d’efforts conjoints de définition. Ce sont donc bien les participants de l’AG, et plus précisément les participants les plus expérimentés, ceux et celles ayant explicitement pris en charge cette définition, qui sont visés par sa critique. C’est pourquoi, à propos du preneur de compte-rendu, seul statut ayant été effectivement distribué explicitement, notons qu’à peine évoqué, son existence est tout de suite rappelée par Alexandre (« ouais y a quelqu’un »). En réagissant aux critiques de Laetitia, Alexandre se montre alors comme un des responsables de la rencontre et s’affiche comme l’interlocuteur réel, visé par les mises en accusations de Laetitia. En mettant en mot le contexte comme elle le fait, Laetitia pousse certains de ses interlocuteurs à se justifier, ou plutôt à justifier l’ordre interactionnel qu’ils ont construit. La définition du contexte s’impose donc bien comme un enjeu de l’interaction.

  • 54 Pour reprendre l’exemple du speech event d’un procès, les avocats de l’accusation et de la défense (...)

17Si Laetitia parvient à construire l’ordre interactionnel et ses propriétés situationnelles comme le contexte pertinent54, on comprend à quel point cette construction s’accompagne nécessairement d’une recherche de légitimité énonciative. Ainsi, si la mise en discours du speech event de l’AG par Laetitia s’inscrit subtilement dans des oppositions historiques fortes (sur lesquels nous allons revenir), la fin de son tour de parole s’appuie en revanche explicitement sur des discours antérieurs, clairement mobilisés en tant que discours d’autorité visant à légitimer sa position :

Extrait 5

donc voilà pour moi y a ce truc vachement important de euh pour pas perdre des gens ou pour être plus effiCACE c’est bien de- d’essayer quand même d’être organisé sinon ça fait quoi c’est (.) désolée j’vais faire un peu ma politicienne anarchiste mais tyrannie de l’absence de structure < (en riant)) pour citer l’bouquin> c’est-à-dire en fait qu’en gros quand y a pas de structure ben souvent c’est qui qui parle// ceux qui a l’habitude de parler et : : les gros mecs et et cetera et cetera et cetera donc euh : : voilà\ (.) donc euh : : c’était pour dire que pour moi c’est vachement imporTANt et puis on devrait commencer par ça c’est saoulant d’parler d’organisation et tout mais ça peut être un truc euh bien\\ voilà\\ j’pense que ce s’rait super que (inaud. pendant 6.7)

18Les discours antérieurs sollicités ici par l’interlocutrice, et qui risquent, comme elle le dit avec distance, de la faire passer aux yeux de certains pour une « politicienne anarchiste », nous conduisent vers une toute autre perspective : Quel est ce « bouquin » cité ? De quelle manière positionne-t-il la locutrice dans le champ « anarchiste » ? En quoi une « absence de structure » équivaut à la prise de parole par « les gros mecs » ? Pour répondre à ces questions, il convient d’ouvrir à présent une troisième analyse qui prendrait cette fois les discours à propos des AG comme sociohistoriquement chargés.

Notes

50 "One of the great difficulties posed in the analysis of context is describing the socio-historical knowledge that a participant employs to act within the environment of the moment." (Duranti et Goodwin 1992 : 5)

51 Face au constat d’une lexicalisation de l’acronyme, nous utilisons le terme « zad » sans majuscules pour nous référer aux espaces occupés dans le cadre d’une lutte contre un aménagement de territoire « inutile et imposé ». Le terme provient du détournement de l’acronyme « Zone d’Aménagement Différé » en « Zone À Défendre ».

52 Voir par exemple le texte présenté pages 188, 189 et 190 du Collectif Mauvaise Troupe dans son ouvrage paru en 2016 et intitulé Contrées. Histoires croisées de la zad de Notre-Dame-des-Landes et de la lutte No TAV dans le Val Susa, L’éclat, Paris et dont voici un extrait : « La question des pratiques de réunion prend une importance particulière, à la fois parce qu’elles sont déterminantes dans la possibilité de trouver des fonctionnements communs, et aussi parce qu’une partie importante du mouvement d’occupation revendique comme un principe l’attention à ce que chacune et chacun trouve sa place dans les processus décisionnels. »

53 Voir notamment : http://www.scoplepave.org/porteur-de-paroles

54 Pour reprendre l’exemple du speech event d’un procès, les avocats de l’accusation et de la défense ainsi que le procureur auront chacun intérêt à construire différemment le contexte, en rendant certains aspects plus pertinents que d’autres (construire l’accusé comme « bon citoyen » par exemple ou au contraire comme « récidiviste », sans même parler des enjeux évidents liés au récit « des faits » ayant conduits au procès).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search