Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie III. Pratiques anthropographiques

Conclusion

Texte intégral

1Dans le prolongement d’une sociologie et d’une anthropologie critique (Bourdieu 1984 ; Gupta et Ferguson 1997) et politique (Balandier 1967 ; Amselle et M’Bokolo 1985), la sociolinguistique politique suppose un chercheur engagé quant aux objets, aux méthodes et aux enjeux de sa recherche. Si ses objectifs sont bien de changer des rapports sociaux, ce n’est pas par le biais de son savoir ou de sa supposée « expertise », mais uniquement comme résultat d’une aventure commune avec des personnes – le plus souvent celles qui ne « comptent pour rien » (Rancière 2009) – elles-mêmes désireuses de faire bouger les places, les agencements, les positions. Entérinant une fois pour toute la fausse évidence d’un savoir objectif, le chercheur ne peut occulter les modalités scientifiques engendrées par l’importance de la subjectivité dans la production du savoir (Heller et Moise 2009). Il ne s’agit pas de généraliser à partir de cas particuliers afin d’opérer une « montée en généralité » (Hambye 2015 : 87), en ce qu’ils seraient quantitativement pertinents, mais de focaliser sur des processus en cours et en devenir tels qu’ils résonnent les uns avec les autres. Cette approche impliquante (passer des mois voire des années avec les personnes prend un temps et une disponibilité considérable) est une condition de réussite de ce type de recherche engagée. Elle n’a donc rien à voir avec la mise en scène du chercheur militant qui défend une cause par le biais de discours publics ou médiatiques au nom des autres : elle s’exerce dans l’expérience et la parole commune avec nos interlocuteurs, cherchant de quelle manière construire des résistances, des subjectivations et des émancipations.

2La démarche suppose d’opérer un va-et-vient entre les observations, les analyses et l’ensemble des éléments extérieurs susceptibles de faire avancer la compréhension : données historiques (archives), discours extérieurs et antérieurs, récits, documents écrits (médias, réseaux sociaux), etc. Le propre de l’interprétation est donc nécessairement sa singularité : elle passe par un travail d’analyse pluriel qui reste toujours situé puisque fruit d’un processus d’associations et de mises en liens opérées par le chercheur. L’exigence épistémologique passe par une triple attention : en plus du « travail d’inter-subjectivation » (Bensa et Fassin 2008 : 10) et des enregistrements (audio ou vidéo) réalisés afin de pouvoir analyser de manière précise les pratiques langagières, l’historicité de ces données nécessite une large collecte des discours antérieurs (archives locale, nationale, internationale, textes de lois, décrets, discours politiques, médiatiques, associatifs, etc.). L’interrelation entre ces trois dimensions analytiques ne permet pas de dire que l’une s’impose avant l’autre.

3Ni collecteur, ni simple observateur, l’anthropographe se doit d’être acteur, constructeur, inventeur, avec ses hôtes, dans le sens qu’il « philosophe » (Ingold 2014 : 696) avec ses interlocuteurs pour comprendre à la fois ce que la vie pourrait être et ce qu’elle est pour des gens à un moment et dans un lieu particulier. L’engagement du chercheur est donc à la fois éthique, ontologique et politique (ibid. ; Potot 2016).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search