Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie III. Pratiques anthropographiques

Chapitre 2. Sociolinguistique de la co-construction des savoirs

Texte intégral

A. Une politique du regard et de l’écoute : qu’est-ce que le chercheur cherche ?

1Une pratique de relation engagée, visant donc à la transformation du social, ainsi que nous l’avons esquissé ci-dessus va déterminer la production du savoir : dès le départ toute l’attention doit se porter sur la manière de construire les « données ». Si notre présence dans la pratique d’enquête implique de ne pas parler à la place des autres, de ne pas leur imposer nos catégories et nos cadres d’expériences, il est impossible de s’extraire des situations comme si nous étions transparents. Nos corps, nos imaginaires et nos inconscients parlent souvent bien plus pour nous que nous ne le croyons : quoi qu’il arrive nous sommes . Une mimique, un geste ou plus clairement notre âge et notre sexe enclenchent immédiatement des imaginaires, non pas fixes et faciles à expliciter, mais toujours fluctuants, intersubjectifs et non maîtrisables. Plutôt que de tenter de s’effacer il convient au contraire de prendre en compte notre présence, qui agit dans toute situation d’interaction. Les discours, récits, gestes, comportements de nos hôtes n’existent pas de manière déterminée avant notre arrivée. Ainsi le chercheur ne vient pas perturber une situation immuable et figée, il participe d’une situation, il crée de facto un nouveau contexte, impliquant toujours sa redéfinition (au minimum), voire sa re-construction (Duranti et Goodwin 1992). De fait, nul besoin de discuter du « paradoxe de l’observateur » (Labov 1972), cette expression supposant que l’enquêteur est un élément artificiel qui viendrait troubler une situation, ou troubler le « réel » qui serait là en-dehors des interactions.

2Pour reprendre l’exemple de la recherche autour du batuku au Cap-Vert évoquée précédemment, l’écueil aurait été justement de l’aborder de manière uniquement ethnologique comme une pratique fixée, réglée ou supposément « traditionnelle », « ancestrale », appartenant à une histoire close et reproduisant les fonctions fixes depuis la nuit des temps. Certes, il est toujours possible de regarder uniquement dans une direction et de chercher des convergences, de ne retenir que l’homogénéité d’une situation et de la renvoyer à une supposée structure immuable. Cette approche positiviste et culturaliste implique de ne pas considérer les pratiques comme dynamiques, elle suppose des êtres humains qui se les approprient sans les transformer, sans les reconstruire et un chercheur qui n’a plus qu’à décrire les structures en dehors de toute variabilité. Elle consacre des êtres humains hors temps, hors société, hors histoire et s’affranchit du rôle des contextes énonciatifs et socio-politiques. Au contraire, nous proposons de réfléchir à une politique du regard et de l’écoute qui impliquerait non pas de s’affranchir des cadres sociaux existant et du déjà-là, qui sont appréhendables par des formes de stabilisation des pratiques sociales, mais aussi, par le biais d’une analyse des conditions socio-politiques et historiques de la production des pratiques, d’appréhender ce mouvement même de va-et-vient entre passé et présent, à travers les processus de reformulation, de transformation, de (re)construction permanente.

3En ce sens, il a été nécessaire par exemple à C. Canut de ne pas s’arrêter aux seuls discours portés sur le batuku, parfois par les femmes elles-mêmes, visant à en faire un instrument de folklore pour les étrangers et les touristes, ce qu’il peut devenir partiellement lorsqu’elles s’adressent à un public non local. Ainsi, les performances des groupes à l’extérieur des espaces locaux (notamment en Europe) et lorsqu’elles sont présentées comme des spectacles (impliquant souvent une rémunération) sont totalement différentes des performances quotidiennes observées dans les villages : le batuku s’affiche comme une pratique folklorique à préserver, un patrimoine culturel national, ce qu’il n’est pas du tout à Santiago, même dans le seul restaurant où des groupes se produisent. D’une part le batuku s’est toujours affirmé comme une forme de résistance à l’État colonial qui l’a systématiquement interdit ; d’autre part les autorités post-coloniales ne le reconnaissent que très timidement et depuis peu, continuant à le considérer comme « sauvage » parce que trop marqué par le supposé substrat « africain ». L’affirmation d’une identité nationale à l’extérieur du Cap-Vert s’inscrit donc dans une visée uniquement stratégique et mercantile afin de ré-inscrire le batuku dans une histoire officielle.

4C’est en considérant cette performance comme une pratique constitutivement hétérogène que la multiplicité des rôles et des significations qui lui sont attribués peut émerger. Non seulement les formes de batuku diffèrent d’un groupe à un autre, d’un village à un autre, mais elles se modulent au sein même des groupes en fonction de multiples paramètres extérieurs, imaginaires et discursifs. Nul besoin de cacher la place du chercheur, au contraire : c’est parce qu’il est là que certains discours vont naître, discours dont il faut tenir compte dans l’analyse. Ainsi, lors de cette anthropographie, l’histoire du batuku issu de l’esclavage a été très peu évoquée dans les premiers discours, à la différence d’une multiplicité de discours souvent essentialisants, culturalistes voire nationalistes qui circulent entre l’extérieur et l’intérieur du pays, passant par une multitude de canaux (télévision, circulation des DVD et des CD en provenance de l’Europe, dans les festivals, par le bouche à oreilles, etc.) et que les femmes se réapproprient et réactualisent régulièrement. La présence, très récente, du drapeau capverdien dans les clips est par exemple le résultat des imaginaires émigrés mêlant au batuku la sodadi pour aboutir au final à une sorte de nationalisation des pratiques musicales. L’anthropographie longue permet de se rendre compte que ce type de discours n’est pertinent que dans un seul contexte, celui où un étranger est susceptible d’apprécier une pratique en raison de ses particularités locales : un producteur, un touriste, un journaliste, un documentariste… et bien entendu un chercheur étranger. Le discours de l’ancrage national et des « racines » (la promotion par ricochet du Cap-Vert grâce au succès de Cesaria Evora dans le monde) a pu conduire à de tels positionnements face au chercheur.

  • 35 Participer à une tontine (sorte de mutuelle autogérée) consiste, en Afrique, à verser régulièrement (...)

5Avec le temps, ce genre de discours s’estompe toutefois pour donner lieu à d’autres indexicalités et significations sociales : ainsi la nécessité pour les femmes de créer des associations, de consolider leur solidarité par le biais de tontines35 et de groupes de batuku, de s’exprimer face aux hommes dont elles se considèrent les opprimées et les victimes, d’oublier leurs soucis quotidiens au moyen de ce déchaînement, de se défouler corps et voix, etc. Peu à peu, il ressort que les rôles du batuku et le sens qui lui est donné, n’ont plus rien à voir avec la dimension culturaliste et identitaire affichée souvent au départ face à un étranger, mais renvoient au contraire à des questions sociales, politiques et subjectives bien plus complexes. De folklore annoncé, le batuku se révèle bien plutôt une pratique subversive, prolongeant sa fonction initiale issue de l’esclavage mais en changeant à la fois de forme, de contextualisation et de signification. Les femmes procèdent à une sorte de resignification, tout en conservant la force subversive, contestataire et résistante du batuku (nous y reviendrons plus bas).

6La position de la chercheure (d’autant plus lorsqu’elle est une femme) est donc toujours partie prenante de la production des discours, mais aussi des actes, des comportements : on ne dit pas tout dès le départ, on ne montre pas tout au chercheur, surtout lorsqu’il ne fait que passer. À l’inverse, plus la confiance s’installe dans la durée, plus il est difficile de s’en tenir à un seul sens donné à une pratique. Avec le temps, c’est une multiplicité de positions, de discours, parfois ambivalents parfois même contradictoires qui se croisent et dont il faut tenir compte afin de comprendre les processus de construction des pratiques par les sujets parlants. Il ne s’agit pas d’évacuer le discours culturaliste par exemple, sous prétexte qu’il serait moins « vrai » que les autres… Cette dimension sera bien sûr fondamentale pour comprendre les spectacles proposés en Europe par exemple (et renforcée par le discours des entrepreneurs de l’industrie musicale), ainsi que C. Canut a pu l’observer au Portugal et en France (notamment en Bretagne à Carhaix en 2014, voir Canut 2015). Inévitablement, la transformation des pratiques artistiques visant à produire de l’exotisme, de la culture, des racines et de l’origine est tout à fait nécessaire aux femmes pour pouvoir vivre du batuku et voyager, un des autres objectifs des batukaderas aujourd’hui. Cette dimension discursive, qui s’inscrit dans une optique économique au sein de l’industrie musicale et culturelle, n’est pas à minimiser, d’autant qu’elle est un effet récent du branchement de ces pratiques sur des discours identitaires véhiculés par de nombreuses institutions internationales faisant de la culture une marchandise labellisée, à faire circuler dans les flux capitalistiques comme toute autre.

7Dans l’ensemble de ces différents positionnements subjectifs, qui sont construits collectivement pour produire de nouveaux agencements, le chercheur ne doit donc pas choisir et encore moins juger, mais rendre compte de la multiplicité des faire avec le langage. Ainsi, s’arrêter à un discours supposé référer à un groupe ou un locuteur ne permet pas de comprendre cette pluralité des positionnements qui constitue le rapport au monde et aux autres.

B. Savoir « commun » et éthique de l’engagement

  • 36 « L’idée d’une co-construction de la recherche avec les acteurs s’accompagne de nombreux discours d (...)
  • 37 https://www.mysciencework.com/news/5146/citizen-science-rencontre-entre-la-science-et-les-citoyens

8Afin de confirmer l’engagement du chercheur, acteur de pratiques sociales et langagières tout autant que ses interlocuteurs au sein des sites où il travaille, de nouvelles pratiques d’enquête sont régulièrement expérimentées donnant naissance à de nouvelles formes de production des données, le tout étant souvent connu sous le nom de co-construction des données ou de la recherche. Il s’agit soit d’impliquer (voire de former) les interlocuteurs à la recherche en les impliquant dans le processus de construction des données, soit de co-écrire des textes avec eux afin de co-produire la connaissance. Les configurations sont en fait très variables, allant de la publication de données brutes – comme les échanges épistolaires entre un chercheur et un « jeune de banlieue » (Amrani et Beaud 2004), la traduction de textes écrits par un interlocuteur et traduits par la chercheure (Stefanova Nikolova 2011, traduite par C. Canut), la mise en images de situations d’enquête (improvisation filmée Derrière le mur épisodes 1 et 2, de Canut et Stefanova Nikolova 2008, 2009) – à la co-écriture de textes scientifiques (Miran et El Hadj 2012). Certains chercheurs se sont lancés aussi dans ce qui est nommé une « recherche participative »36 avec des associations, des ONG, des groupes d’habitants, etc., visant à la démocratisation des connaissances. L’implication d’acteurs non académique comme les organisations ou plus largement le grand public est plus fréquent dans les domaines de sciences « dures » tels que la biologie environnementale par exemple. Cette approche souvent quantitative visant à une « citizen science » (Gruson-Daniel37) facilitée par les réseaux électroniques se différencie clairement de notre travail à la fois qualitatif et réflexif mais répond parfois au même désir de construire de manière plus complète une recherche.

9Si les débuts d’une telle approche sont encore balbutiants en sciences humaines sociales, c’est que la mise en pratique est parfois complexe et nécessite en tout cas une longue réflexion en amont. Il ne s’agit pas, par exemple, de réduire les analyses finales aux discours tenus par des personnes avec lesquelles on travaille (réduction au pôle « émique », Olivier de Sardan 2008) mais de confronter des points de vue et de faire un véritable travail d’élaboration du savoir commun. Il convient donc de penser la question de l’articulation entre les différents types de savoirs académiques, amateurs, professionnels, etc., laquelle reste à chaque fois spécifique à la problématique de la recherche en question (en ce sens il n’y aura pas deux approches identiques dans cette co-construction). L’approche de C. Canut dans le quartier dit « tsigane » de Sliven (Bulgarie) et sa collaboration avec S. Stefanova Nikolova diffère par exemple totalement de l’implication de Ja Pinto dans son dernier film L’Île des femmes au Cap-Vert. Dans le premier cas, la prise en main de la caméra et le choix de ce qu’il fallait filmer a été le fait d’une improvisation collective dans laquelle tous les gens du quartier pouvaient participer et filmer. L’idée de faire un film était totalement collective mais le projet du film n’a pas été vraiment construit en amont, ce qui donne lieu à des « improvisations filmées » plutôt qu’à un film abouti. Dans le second cas, au Cap-Vert, le projet d’un documentaire a été conçu en amont par C. Canut puis élaboré en commun.

10À la différence du projet de Sliven, ce second cas de co-construction de la recherche a nécessité une longue préparation en amont, considérant le film comme une sorte d’étape aboutie d’une première recherche. Ja n’a pas manifesté d’intérêt particulier pour la caméra au départ, mais par contre, lorsque C. Canut lui a présenté un premier scénario du film et a émis le désir de la voir participer au film, Ja s’est montrée très intéressée. Il ne s’agissait pas de lui faire jouer un rôle écrit, mais de susciter son imagination et ses connaissances de la situation de l’île pour lui offrir la possibilité d’endosser un rôle d’enquêtrice et de chercheure. Tout au long du film, Ja était libre de faire et dire ce qu’elle voulait en tant qu’interlocutrice privilégiée des femmes batukaderas rencontrées au cours du parcours. Au sein du dispositif filmique établi au préalable – faire le tour de l’île, rencontrer les femmes les écouter, parler avec elles, poser des questions, puis une fois la journée terminée écrire, dans un cahier, des impressions reprises dans la voix off – Ja a très vite perçu l’enjeu de son rôle. Elle s’est mise à poser des questions que ni C. Canut ni C. Furtado, l’assistante du film, de milieu social différent, n’auraient imaginées. Ainsi, la compréhension des performances de batuku s’est affinée à mesure que le film avançait : l’ensemble des espaces discursifs explorés par Ja ouvrait de nouvelles interprétations et de nouvelles compréhensions. Cette manière de co-construire la recherche a permis d’une part de changer la répartition supposée hiérarchisée entre savoir local et pouvoir des chercheurs, et d’autre part elle a engagé une expérience artistique inédite, engageant la production de la recherche vers de nouvelles formes de restitution et de visibilité.

C. La circulation de la parole

11Le premier enseignement à tirer d’une telle expérience concerne la parole elle-même : ouvrir l’espace de parole aux interlocuteurs supposés non-savants – et souvent appréhendés comme des êtres passifs sur lesquels le chercheur va produire un savoir – nous semble être une exigence scientifique minimale. C’est bien le statut du savoir, systématiquement assigné au pouvoir des instances qui le délivrent, qui doit être questionné ici. En prenant en compte la parole et le savoir des personnes avec lesquelles nous travaillons – d’autant que ces personnes n’ont souvent que très peu d’espace d’expression, surtout lorsqu’elles appartiennent à des classes sociales rendues invisibles (et muettes) par les pouvoirs publics –, nous supposons que les savoirs sont multiples mais tous nécessaires à la construction d’une recherche dite scientifique. Ainsi, les questions de Ja au cours du film L’Île des femmes, ou les textes de S. Stefanova Nikolova écrits sur son cahier de cuisine puis publiés dans La Vie d’une femme rom (tsigane), ont permis d’orienter la recherche vers les pratiques langagières et artistiques de manière radicalement nouvelle, orientation que la chercheure n’aurait pu prendre seule. La finesse des analyses des personnes rencontrées au cours de l’anthropographie est indispensable à l’interprétation finale de phénomènes qu’ils soient sociaux ou discursifs. Par exemple, l’évocation par Ja du rôle du batuku dans l’émancipation des femmes capverdiennes face au refus des maris de voir leur épouse participer aux batuku, a donné la possibilité d’établir plus clairement le lien entre passé et présent : le batuku étant systématiquement interdit (par les colons puis par les maris), il devient un moyen puissant de subversion et de résistance aux processus d’assujettissement subis en leur temps par les esclaves ou les colonisés, et aujourd’hui par les femmes.

12Ces questions sont loin d’être nouvelles mais restent bien souvent peu mises en œuvre, notamment dans le cadre de la sociolinguistique. L’analyse des pratiques langagières, ou des récits et des discours tenus sur ces pratiques par exemple, est rarement engagée de cette manière. Les travaux de J. Fabian (2001) ou de A. Rabatel (2013), entre autres, nous montrent à quel point la part de l’intersubjectivité est essentielle dans le processus de co-construction de la recherche, afin d’éviter une position d’expert répondant aux désirs des politiques.

13Sous-estimer l’articulation entre savoir et subjectivité et, bien entendu, savoir et pouvoir (Foucault) peut avoir des conséquences très dommageables pour les sciences : cela ôte toute velléité à la science d’avoir un point de vue. Comment aborder alors la question de la subjectivité en interaction avec l’engagement pour constituer une éthique de la recherche ?

D. Éthique de subjectivité/éthique de scientificité

« (…) je ne conçois pas le chercheur comme un homo clausus. Le chercheur, comme tout être humain, n’échappe pas aux contradictions, et plus encore celui qui est exposé à la prise de risque de l’engagement. »
Rabatel 2013 : en ligne

14A. Rabatel (2013), après J. Fabian (1993) et bien d’autres chercheurs, revient sur l’engagement du chercheur pour promouvoir une « éthique de subjectivité » visant à sortir de l’objectivité considérée comme « neutralité ». Si Geertz avait balayé dès 1973 cette opposition subjectif/objectif qu’il considérait comme une fausse question, cette exigence reste néanmoins peu suivie en sociolinguistique. L’entrée dans le champ de l’expertise qui a dépolitisé bien des recherches a notamment désubjectivé une grande partie des approches du langage. Cette approche mainstream renvoie à un l’effacement de toute implication sociale, confortée par les institutions, mais surtout par l’approche communicationnelle et managériale du langage (Vandevelde-Rougale 2017 ; Duchêne et Heller 2012) et les idées développées par les nouvelles organisations capitalistes faisant des pratiques langagières des activités sociales susceptibles non pas d’émanciper les individus et les groupes, mais au contraire de les assujettir à un discours dominant spécifique. Ces deux points de vue opposés sur le langage sont rarement explicités dans les travaux de sciences du langage aujourd’hui, sous prétexte que leur mise au jour empêcherait toute crédibilité de la recherche. Il nous paraît au contraire important de souligner que la scientificité et la crédibilité d’une recherche ne se logent pas dans cette alternative (faire semblant d’être neutre ou expliciter son point de vue) mais bien au-delà, dans les méthodes utilisées pour montrer comment fonctionnent les pratiques langagières, tout en affirmant un point de vue.

15A. Rabatel revient sur l’idée déjà développée par G. Deveureux (1980), G. Bachelard (Bolduc 2010) ou Olivier de Sardan (2008) – à travers son concept d’explicitation –, celle de produire des descriptions toujours vérifiables, s’appuyant sur des corpus contextualisés donnés à lire et à discuter, impliquant la citation précise des sources, des situations, des enregistrements, etc.

« Car s’approcher des objets de recherche n’implique pas la forclusion du sujet ou des sujets sociaux, ni celle des débats occasionnés par leur analyse. Les descriptions des discours et des stratégies des agents peuvent être aussi objectives que possible, sans faire intervenir de critères idéologiques extérieurs à l’objet. Cet effort ne doit toutefois pas masquer l’existence de choix interprétatifs rationalisés – contrôlés par le repérage de marques internes au texte, choix certes justifiés ou justifiables –, qui restent néanmoins des choix personnels, au sens où un autre chercheur pourrait procéder à des analyses différentes, à partir d’une autre sélection d’items, voire à partir de la même configuration analysée avec d’autres critères. »
Rabatel 2013 : en ligne

16Pour conclure, nous devons faire allusion aux enjeux plus récents d’une réflexion épistémologique concernant la constitution des savoirs qui engagent la construction d’un réel spécifique. L’approche ontologique (telle que développée par Latour, notamment) pourrait faire l’objet d’un investissement ultérieur. Si nos discussions à ce propos ont été très tardives, nous n’excluons pas qu’une réflexion intéressante puisse en découler dans les années qui viennent.

Notes

35 Participer à une tontine (sorte de mutuelle autogérée) consiste, en Afrique, à verser régulièrement une somme d’argent à un fonds – géré par une ou plusieurs personnes du groupe – que chaque donateur peut utiliser à tour de rôle en fonction des besoins les plus urgents.

36 « L’idée d’une co-construction de la recherche avec les acteurs s’accompagne de nombreux discours de promotion de modèles de participation. La participation, à peine posée comme forme d’ouverture de la recherche, devient alors une norme à la fois technique et politique de modernisation d’une recherche intégrée à des enjeux économiques et sociaux », extrait de la présentation de la journée d’étude Recherche participative et gestion des ressources naturelles (Lyon, 4 mai 2011), organisée par Frédérique Jankowski et Joëlle Le Marec (cité sur http://infusoir.hypotheses.org/2683).

37 https://www.mysciencework.com/news/5146/citizen-science-rencontre-entre-la-science-et-les-citoyens

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search