Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie II. subjectivités et idéologies

Conclusion

Texte intégral

1La notion de sujet parlant, utilisée de manière très variable en fonction des contextes politiques et scientifiques, ne peut être réduite à des approches simplificatrices visant à en faire un « individu », une « personne » ou encore un « acteur » doté d’une supposée identité, ou d’un imaginaire coupé de tout lien avec la société. La plus grande vigilance est nécessaire pour comprendre ce que fait un être humain quand il parle, conditionné par l’inconscient – nécessairement social – et l’idéologie, mais aussi libre de jouer avec ces contraintes, afin de se positionner en fonction des situations d’interaction révélant de fait une multitude de facettes subjectives, une malléabilité toujours en mouvement, consacrant par là même l’idée de Deleuze d’un être toujours en devenir, entre désir et contrainte. Comme les pratiques discursives des interlocuteurs de Caroline Panis au Burkina le montrent, la définition/perception de soi n’est que le résultat de rapports et de désirs entre des locuteurs, des lieux, des temporalités et des discours extérieurs/antérieurs. Résultant d’un jeu avec les formations discursives et idéologiques, la subjectivité émerge dans les interactions, à l’interstice entre les processus de rhématisation (Gal et Irvine 1995) et d’indexicalité (Silverstein 2003) mais aussi d’identification (Panis 2014), d’homogénéisation ou de hiérarchisation (Canut 2000). C’est donc dans ce jeu précis, au cœur même du mouvement réalisé entre les FD que la subjectivité peut alors engager des transformations sociales (émancipation, révolution) par le biais de nouveaux positionnements subjectifs et sociaux.

2Cette partie, préalable au développement des modalités de la recherche anthropographique, constitue une sorte de préliminaire méthodologique quant à l’appréhension des sujets parlants. Plutôt que d’envisager les individus comme des entités fixes constituées de valeurs ou identités, il convient avant tout de les appréhender comme des lieux singuliers où se joue le monde, au sein desquels ils ne cessent de se positionner. Ces positions subjectives ne sont jamais fixes, données d’avance : elles se révèlent au cours des interactions, par les places, les agencements, les mouvements, les gestes, les relations avec autrui et avec l’ensemble des objets du monde.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search