Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie I. Le langage comme pratique

Conclusion

Texte intégral

1Avant de pouvoir déplier l’ensemble des domaines de la sociolinguistique politique dans les parties qui suivent, nous avons tenu dans ce premier chapitre à présenter d’une part le socle théorique socio-politique sur lequel s’appuie notre approche, d’autre part les procédures analytiques par lesquelles peut être décrite la production du sens en interaction. Ce passage interprétatif que nous avons regroupé en trois types de processus sociolinguistiques (discursif, stylistique, interlocutif) apparaît comme indispensable à la compréhension des rapports de pouvoir tels qu’ils sont produits, enchâssés, dé-contextualisés et re-contextualisés, rhématisés* ou performés. Les mouvements de mise en relation du langage au social ne sont pas de simples effets, ou élans qu’il suffirait de pressentir, comme trop souvent on suppose des intentions au sujet parlant : le seul moyen de faire émerger concrètement les rapports de forces dans leur complexité socio-langagière réside dans une analyse fine des marques langagières en lien aux valeurs indexicales attribuées à leurs énonciations. La praxis suppose que le langage ne vient pas avant le social ou inversement : les deux adviennent ensemble pour élaborer des significations qui agissent sur le monde et sur autrui tout en étant contraints par ce monde et par ces autres.

2Ainsi, en rassemblant des approches souvent dissociées, ce chapitre a montré qu’une analyse des pratiques devait en passer par la mise au jour de plusieurs processus afin de comprendre ce que les locuteurs font quand ils parlent : ce détour par les marques langagières (absent de la sociolinguistique critique) a pour intérêt de situer les pratiques dans des situations d’interaction à chaque fois spécifiques au sein desquelles les sujets parlants sont appréhendés dans leurs relations. C’est à partir de ces manières de dire et de faire que les rapports sociaux se construisent, et qu’il est alors possible de mettre en exergue les effets de structurations qui les assujettissent en même temps que les tentatives de subjectivation qui les animent. Cette tension, constitutive des rapports de forces, révèle langagièrement la dimension strictement politique du langage aux prises avec la construction du réel. Les sujets ne peuvent être uniquement conçus comme des objets dominés ou dominants, mais doivent être appréhendés comme des sujets de désirs toujours en devenir, jouant (négociant, consciemment et inconsciemment) avec les places intersubjectives qu’ils souhaitent occuper ou dont ils veulent se défaire.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search