Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie I. Le langage comme pratique

Chapitre 2. Rendre visible la parole et l’échange : enjeux théoriques et politiques

Texte intégral

A. Une politique de la re-présentation

1Affirmer l’existence d’un objet sociolinguistique complexe implique de se donner les moyens de travailler cette complexité. La question qui se pose désormais est celle de la matérialité non plus des pratiques langagières, produites par tout un chacun, mais bien plutôt celle de leur re-présentation ou plus exactement ce que Bakhtine (1975) nomme la « mise en image » (izobraženie), produite par les chercheurs. Transcrire, action par laquelle on rend lisible un matériau symbolique qui n’était pas destiné à l’être (la parole vive, les mouvements du corps, etc.), revêt bien des enjeux théoriques et politiques. Ainsi, depuis 1979 et le texte d’Elinor Ochs intitulé « Transcription as Theory », une discussion tout à la fois méthodologique, théorique, épistémologique et politique a cours en sciences du langage à propos des présupposés portés par les manières de transcrire les paroles des locuteurs que l’on soumet à l’analyse dans nos recherches (Ochs 1979 ; Blanche-Benveniste et Jeanjean 1987 ; Du Bois 1991 ; Edwards et Lampert 1992 ; O’Connell et Kowall 1994). En français, cette discussion est surtout menée par Lorenza Mondada (2000, 2002, 2006, 2008). C’est d’ailleurs à partir des réflexions de cette dernière que l’on va à présent discuter les implications théoriques et politiques de la transcription qui, parce qu’elle est représentation de la parole, peut être appréhendée comme un discours épilinguistique d’un genre particulier.

2La transcription des pratiques langagières, peu questionnée en sciences sociales, se doit de l’être dans le cadre d’une sociolinguistique politique, car, bien que fondamentale, la transcription n’est pas sans poser quelques difficultés. Nous souhaitons donc ici problématiser l’enregistrement d’échanges de parole et leur transcription par l’analyste en les appréhendant dans leur propre matérialité et en tant que pratiques. En effet, et parce que nous revendiquons un travail ancré empiriquement, cherchant à décrire le monde et ses pratiques tel qu’il est possible de les observer, on ne peut se passer de questionner cette « observabilité » : car décrire, c’est déjà catégoriser. L’observabilité devient alors un moyen pour mettre en évidence les trois dimensions de la matérialité langagière que nous souhaitons articuler, c’est-à-dire les pratiques stylistiques, interlocutives et discursives. La construction théorique de ces trois dimensions s’accompagne ainsi d’une construction de leur représentation. Ainsi, les manières de donner à voir ce qu’il fut donné d’entendre font partie intégrante d’une réflexion sur l’objet que l’on souhaite construire et sur le phénomène dont on cherche à rendre compte :

« [...] loin d’être une pratique subalterne de préparation des données pour l’analyse, c’est un processus qui matérialise les présupposés théoriques de son auteur et qui effectue de nombreux choix interprétatifs ayant un effet configurant sur les possibilités d’analyse et sur ses résultats »
Mondada 2008 : 78

3Revenons par exemple sur un débat significatif à ce sujet. Il y a vingt ans, deux sociologues, Stéphane Beaud et Bernard Lahire, débattaient de ce que devrait être la manière la plus « respectueuse » de rendre compte des paroles des acteurs sociaux produites au cours d’entretiens sociologiques (Beaud 1996 ; Lahire 1996). Le premier, reprenant le discours de Pierre Bourdieu à propos du travail éditorial subi par les entretiens présentés dans La Misère du monde (1993 : 921-922), soutenait que pour ne pas stigmatiser les locuteurs issus des milieux populaires et les rendre « plus étrangers » qu’ils ne l’étaient, le sociologue se devait de réécrire la parole des informateurs en la rapprochant autant que possible du style écrit, sur les plans de l’orthographe et de la ponctuation notamment. Ce discours semble actuellement être dominant en sociologie, puisque les transcriptions d’entretiens se font sans conventions de notation explicitées, reprenant les conventions et les standards orthographiques générateurs de « phrases » comme si cela allait de soi. Le second, Lahire, nourri de sociolinguistique, défendait au contraire que gommer les différences sociales supportées par le langage c’était – paradoxalement – nier une part fondamentale des processus de stigmatisation que l’on cherche par ailleurs à décrire. Ces mécanismes sociaux de dévalorisation prenant pour objet des manières de parler particulières font partie de l’analyse sociologique de l’entretien. Et B. Lahire de rétorquer : « ce que [Stéphane Beaud] me reproche, c’est finalement de faire apparaître les différences sociales » (1996 : 113). Ce qui était au cœur du débat, c’étaient finalement les valeurs portées par les choix de transcription effectués par les chercheurs : il n’est pas anodin de rendre visibles certains des traits, des formes, de la matière langagière produite par les locuteurs dont les paroles nous intéressent.

4Si la controverse portait, dans l’anecdote précédente, sur la catégorisation des locuteurs via la restitution détaillée de leurs manières de parler, qualifiée de plus ou moins « respectueuse », elle peut également porter sur l’image de l’oralité elle-même. C’est ainsi que Claire Blanche-Benveniste (Blanche-Benveniste et Jeanjean 1987), linguiste travaillant sur la grammaire de l’oral, justifie l’utilisation de l’orthographe et de la ponctuation dans ses corpus de français parlé. Craignant les discours méprisant l’oralité et faisant de la langue parlée une version appauvrie et déformée de la langue écrite, supposée seul lieu dans lequel trouver un système véritablement cohérent, elle choisit de rejeter ce qu’elle nomme les « trucages orthographiques » (par exemple les apostrophes pour signifier un phonème non prononcé). Pour sauver l’ordre de l’oral et le rendre plus légitime, elle le rapproche artificiellement de celui de l’écrit.

5Ainsi, la plupart des sociologues et certains linguistes se rejoignent sur le fait que les normes de l’écrit, valorisées socialement, sont les plus à même d’homogénéiser les transcriptions tout en évitant des risques de stigmatisation. Mais la sociolinguistique, qui s’intéresse justement aux articulations possibles et avérées entre des formes langagières et leurs effets de sens (produits et producteurs du monde social), ne peut se satisfaire de telles normes écrites qui, en tant que pratiques d’inscription instituées, sont également le produit de conditions socio-historiques non dénuées d’enjeux politiques (Catach 1978, 2001 ; Cerquiglini 2004 ; Vigouroux 2007).

6Quoi qu’il en soit il apparait que de tous les courants s’étant penchés sur l’articulation entre « langage » et « société », c’est du côté de l’analyse conversationnelle (d’inspiration ethnométhodologique) et de l’anthropologie linguistique américaine que l’on trouve le plus de réflexions concernant les enjeux théoriques et politiques des pratiques de transcription. Ces réflexions, inspirées de la sociologie de la connaissance, font des outils techniques et des pratiques des chercheurs des objets à part entière. Les « techniques d’inscription » (Latour 1985), renvoyant aux photos, schémas, graphiques, grammes en tous genres, cartes, IRM, et bien sûr transcriptions, y ont la part belle. De fait, et comme le souligne L. Mondada :

« la réflexion inaugurée par Ochs permet de développer une analyse qui prend les pratiques de transcription pour objet – que ce soit au sein d’une histoire des pratiques scientifiques en sciences humaines ou dans une perspective réflexive intégrée à l’analyse – et qui porte sur les effets structurants des choix de transcription, sur les modes de production des données par le chercheur, que ce soit sur le terrain et/ou dans ses pratiques textuelles d’inscription, dont on sait qu’elles organisent des modes possibles de connaissance. ».
Mondada 2002 : 46

7Une transcription, parce qu’elle est le résultat d’une action située (transcrire), opérée par un acteur social (le chercheur) est bien davantage une construction qu’une « donnée ». Ce constat ne doit pas être conçu comme un biais à « corriger » mais bien plutôt comme l’acceptation que la connaissance se construit socialement et que cela mérite d’être posé et explicité lors d’une démarche réflexive et critique envers ses propres manières de faire de la recherche. De l’enregistrement à la représentation graphique et à la convention de notation choisie, « fabriquer de l’observable » en sociolinguistique soulève de nombreuses problématiques tout autant théoriques que politiques.

B. Technique d’inscription no 1 : l’enregistrement

8La transcription, telle qu’on l’entend ici, ne peut se concevoir sans un enregistrement disponible qui la rend possible. C’est ce fichier, audio ou vidéo, qui opère la première sélection parmi le continuum complexe et hétérogène de l’expérience communicationnelle directe : c’est lui qui détermine ce qui pourra être audible ou visible par l’analyste. L’emplacement de la caméra (donc son cadre et son hors-champ) ou du micro, leur qualité de captation ou encore les moments de leur démarrage et de leur arrêt opèrent un découpage du visible et/ou de l’audible qui est fondamental. Mais tout aussi fondamentale est l’écrasante quantité d’informations contenues sur ces fichiers nécessairement partiels. C’est pourquoi Ochs commence son article de 1979 en affirmant que :

« les problèmes de l’observation sélective ne sont pas éliminés avec l’utilisation d’un équipement enregistreur. Ils sont simplement remis à plus tard, au moment où le chercheur s’assoit pour transcrire le matériel recueilli par le dictaphone ou la caméra. »
Ochs 1979 : 44, notre traduction

9L’enregistrement est donc aussi restrictif qu’extensif : chacun des éléments constituant la masse considérable d’informations qu’il représente peut être, par des moyens techniques appropriés, pisté, traqué, repéré, agrandi, pour être codé. Ralentis, retours en arrière et avances rapides, synchronisation de l’audio et de la vidéo, réductions ou au contraire augmentations des bruits d’arrière-fond, modification des aigues et des graves, du volume, du débit, zoom dans l’image, etc. : « Toutes ces interventions sur les données introduisent une perspective particulière qui est paradoxalement à la fois intimement proche et en même temps étrangère à la perspective des participants » (Mondada 2008 : 84-85). Rétines et/ou oreilles extériorisées (Lynch 1988), dont une certaine philosophie critique des sciences et des techniques a déjà bien souligné les implications politiques (Sofoulis 1988 ; Haraway 1988), ces possibilités techniques d’enregistrement permettent la répétition ad libitum de certains segments, à tout instant mobilisables, faisant apparaître à l’analyste des détails qui sans cela lui seraient restés inaccessibles.

C. Technique d’inscription no 2 : la mise en page

10La parole vive des locuteurs, le discours en interaction est par nature fluide et labile : c’est grâce à leurs mémoires, courte et longue, que les sujets parlants construisent du sens dans l’échange, à partir de ce qui s’est passé (ce qui s’est dit et ce qui a été vu) et faisant des projections sur ce qui pourrait advenir par la suite (en fonction d’habitus langagiers proposant des horizons d’attente perçus comme raisonnables). La transcription quant à elle, travaille le lieu de la feuille blanche, papier ou numérique. Elle cherche à fixer par une inscription graphique une matière fuyante. C’est une reconstruction, une traduction, un passage d’un ordre à un autre, ce qui fait dire à L. Mondada que « représenter le temps en l’inscrivant dans l’espace des conventions écrites constitue le problème fondamental que doit résoudre une convention de transcription » (2008 : 86). Il semble important d’insister ici sur l’importance des pratiques d’inscription graphique dans la production des savoirs, tant avoir sous les yeux modifie notre compréhension d’un objet du monde (Goody 1977 ; Latour 1985, 1988). En cela, la mise en page sous forme de lignes horizontales se lisant de gauche à droite n’est en rien évidente : « En tant que membre d’une culture, nous, les transcripteurs, apportons dans le processus de transcription une organisation spatiale biaisée » (Ochs 1979 : 45). Cette socialisation à l’écrit particulière nous a en effet appris à valoriser différemment les signes que l’on considère selon les positions qu’ils occupent les uns par rapport aux autres. E. Ochs développe à ce sujet ces « biais », aussi bien celui qui nous fait lire du haut vers le bas, que de gauche à droite, que sous la forme de lignes ou de paragraphes. Elle conclut à une habitude de lecture qui nous donne tendance à voir ce qui suit comme déterminé par ce qui précède (à gauche et en haut), nous poussant à chercher la pertinence d’un tour de parole par exemple en fonction de celui transcrit juste avant lui. On reproduit alors dans la transcription une norme conversationnelle, celle de l’alternance des tours, qui, pour être généralisée dans l’espace social des adultes « normaux » (car suivant cette norme), n’en est pas pour autant universelle.

11En reprenant, sans la questionner, la convention de l’alternance des tours de parole dans l’occupation spatiale de la page, on s’interdit la possibilité de faire apparaître d’autres façons de faire, d’autres systèmes de régularités, comme ceux régissant les interactions entre enfants par exemple (c’est son exemple). La norme des adultes devient alors l’étalon de base, condamnant les comportements communicatifs des enfants au manque, au désordre, à l’incompétence ou au handicap. Même lorsqu’une occupation de l’espace en colonne, cherchant pourtant à casser l’effet induit par une lecture linéaire insistant sur l’alternance, est choisie par les analystes, E. Ochs remarque que la parole de l’adulte est presque toujours inscrite à gauche, mettant graphiquement en scène ce dernier comme celui initiant l’interaction, comme l’élément déclencheur et moteur de l’échange, renvoyant l’enfant à une posture responsive et dépendante. Une telle mise en page invite ainsi, selon l’auteur, à l’adoption du point de vue du dominant (l’adulte), valorisant implicitement son cadre de référence pour la compréhension de l’interaction.

D. Technique d’inscription no 3 : les conventions de notation

12En plus de la mise en page, convention en soi non exempte de présupposés, les conventions de notation, parce qu’elles mettent le chercheur en position de producteur de signes dont il fait porter la responsabilité énonciative à d’autres que lui, génèrent des effets de sens qui orientent l’interprétation des matérialités langagières soumises à l’analyse. Une convention de transcription « n’est pas simplement la "légende" de la représentation adoptée, mais plus fondamentalement l’inventaire des phénomènes que l’on a décidé/choisi de transcrire » (Mondada 2008 : 87). Transcrire est donc une pratique de sélection et d’interprétation : Que va-t-on retenir dans tout le continuum hétérogène perçu par l’ouïe et/ou par la vue (assistées par ordinateur) ? Qu’allons-nous choisir de rendre visible ? Et quelles sont les conséquences politiques (l’image ainsi produite des locuteurs et du moment de l’échange) et théoriques (les phénomènes ainsi rendus disponibles pour l’analyse) de ces choix ? Comme évoqué précédemment, l’immense quantité d’informations contenue dans un enregistrement ne peut raisonnablement être transcrite, et d’ailleurs, quel en serait l’intérêt (de Robillard 2014) ? Pour suivre E. Ochs, une bonne transcription est une transcription qui ne transcrit pas tout mais seulement ce qui concerne l’objet d’analyse. Pour qu’une transcription (comme n’importe quelle inscription) soit maniable et que l’on puisse en dire quelque chose, il faut la simplifier (Latour 1985) car plus une transcription est sélective et plus elle est opératoire. Mais cette sélection, qui fournit in fine une interprétation de l’échange, ne doit pas être implicite et laissée au hasard. Tout au contraire, un sociolinguiste a intérêt à être conscient des filtres qu’il y applique, de ce qu’il laisse de côté et qu’une autre question, construisant un autre objet, aurait supposé comme éminemment pertinent : « La transcription devrait refléter les intérêts particuliers – les hypothèses à examiner – du chercheur » (Ochs 1979 : 44). La granularité (c’est-à-dire la finesse et le nombre de phénomènes retenus) dépend tout à la fois des options théoriques retenues et des moyens que l’on veut se donner de faire apparaître des phénomènes, de développer une problématique particulière.

13On comprend alors bien la tension qui travaille tout acte de transcription. C’est qu’en même temps qu’elle donne à voir une certaine dimension de l’échange, nécessairement partielle et renvoyant à un intérêt analytique particulier, elle contraint l’analyse, en invisibilisant d’autres phénomènes non envisagés par l’analyste au début de son travail de transcription. Le risque de circularité est grand car il est facile de rendre visible de manière saillante ce que l’on était parti chercher. Transcrire soulève ainsi un double problème : d’une part, la question de départ va déterminer les choix de transcription qui seront effectués (construisant un certain objet) et d’autre part, les choix de transcription (fournissant les données de base sur lesquelles porteront les analyses) vont influencer les généralisations analytiques proposées. Voici pourquoi :

« la question posée par la transcription n’est donc pas simplement un problème technique visant à résoudre le problème de comment passer de l’oral à l’écrit ou à optimiser la présentation sérieuse, convaincante ou adaptée au public des données du chercheur. La question interroge plus radicalement les modes de disponibilité des phénomènes pour l’analyse, ainsi que la reconnaissabilité par l’analyste des modes particuliers de descriptibilité (accountability) de ces phénomènes dans les conduites des participants. »
Mondada 2002 : 62

14Le cas des « communications inégales » (François 1990) constitue un bon exemple. Dans les échanges adultes-enfants (Ochs 1979), aphasiques-non aphasiques (Goodwin 1995 ; Mondada 2002), natifs-apprenants, etc., opter pour une granularité excluant le gestuel ou n’inscrivant que le verbal identifié/compris par l’analyste, c’est rendre insaisissable toute une dimension du fonctionnement de l’interaction. Le gestuel, synchronisé précisément avec le verbal, tout autant que la finesse de la transcription des sons réalisés, quand bien même ils ne constitueraient pas des unités linguistiques évidentes, permettent de ne pas les représenter comme simples bruits dénués d’intention de communication. S’il est possible d’interagir avec des aphasiques ou des très jeunes enfants c’est bien que quelque chose est soumis à interprétation, que des formes sont repérées et interprétées en situation. À appliquer une fois pour toutes des conventions de notation tirées de corpus autres, insistant sur le verbal au détriment du gestuel par exemple, on rend impossible, dans ce cas, la description détaillée ce qui se passe lors de ces échanges qui, bien qu’asymétriques, fonctionnent. On prive ainsi les très jeunes locuteurs, les non-natifs ou les locuteurs aphasiques de leurs moyens de signification, tout autant que l’on en prive l’analyse. On contribue tout à la fois au maintien d’une représentation des aphasiques, des apprenants ou des enfants comme « incompétents » en même temps que l’on s’interdit une analyse poussée de l’échange.

15Il apparait alors clairement que la transcription, en tant que conversion partielle d’un enregistrement, permet de rendre visibles certaines dimensions de l’interaction au détriment de certaines autres. Elle facilite en cela une approche spécifique, autorisant la considération de phénomènes linguistiques précis : elle participe de la construction d’un objet théorique. Mais en tant que représentation de discours autres (bien que spécifique), elle met également en scène les paroles des locuteurs, proposant une description/ narration de leurs comportements, de leur manière de faire et d’être : elle est une sorte de discours épilinguistique et participe à la construction d’une image des locuteurs. Face à l’immensité des détails contenus dans un enregistrement, dont on fait l’hypothèse que tous, selon des modes à définir, ont construit ce moment d’échange de paroles, il faut faire des choix. Comme nous allons le voir à présent à l’aide d’un exemple, ces choix sont une condition pour la description d’un objet sociolinguistique complexe constitué de trois dimensions (stylistique, interlocutive et discursive) construites, pour l’analyse, grâce à trois conventions de notations différentes permettant de les rendre visibles.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search