Version classiqueVersion mobile

Le langage, une pratique sociale

 | 
Cécile Canut
, 
Félix Danos
, 
Manon Him-Aquili
, 
et al.

Partie I. Le langage comme pratique

Chapitre 1. Sociolinguistique des pratiques langagières

Texte intégral

A. Des praxis sociales et langagières

1Plus ou moins affranchi d’une dimension structuraliste en linguistique, l’ensemble des approches mentionnées en introduction aborde le langage en lien à certaines théories sociologiques, historiques ou anthropologiques indispensables à son interprétation. Si toutes ne travaillent pas exactement sur les mêmes objets (discours, interactions, variations, pratiques langagières, etc.), nous postulons qu’elles engagent le chercheur à penser le langage autrement que ne le fait la linguistique (formelle) d’une part, et la sociolinguistique variationniste (Labov 1976 ; Encrevé 1988 ; Calvet 1993 ; Gadet 2017, etc.) d’autre part : notre objet n’est pas la « langue » en tant qu’entité naturelle ou objet empirique (Canut 2007a ; Sériot 2010) ni ses « variétés » qui résultent de ce que Silverstein appelle le « denotational structural view of language » (Silverstein 2014 : , 4), soit le point de vue strictement référentiel de la linguistique coupée de toute contextualisation, mais bien un ensemble de pratiques sociales hétérogènes. Si la variabilité du langage (le fait que nous observons des usages linguistiques d’une extrême diversité, dans un même espace et pour un même locuteur selon les moments où il interagit) fait partie de cet objet, elle n’en est pas le centre : c’est le sujet parlant en tant que producteur, récepteur et interprétant du social qui nous intéresse à travers les signes (verbaux et non verbaux) qu’il émet et interprète. Ainsi, nous nous dissocions d’une sociolinguistique sans théorie sociologique forte qui, notamment en France dès les années 1990, fait des usages linguistiques le « reflet » (Calvet 1993 ; Boyer 1991) d’un réel ou d’une structure sociale jamais problématisée. Ni (super) structure linguistique, ni (super) structure sociale : nos observations montrent que les formes langagières ne sont pas surdéterminées par des forces supra-dominantes qui existeraient au préalable, mais qu’elles construisent et reconstruisent sans cesse les rapports sociaux, produisant immanquablement des zones de stabilité et d’instabilité.

2La notion de pratiques langagières est issue des recherches qui, dans les années 1970 en France, ne se définissaient pas encore en fonction de disciplines strictement marquées. Bien des chercheurs œuvraient à la fabrique d’une étude du langage à travers la notion de pratique issue des théories marxistes. Celle-ci renvoyait aux « pratiques sociales » définies par la théorie matérialiste de Marx dans ses Thèses sur Feuerbach (1845-1887) (« Toute vie sociale est essentiellement pratique. Tous les mystères qui détournent la théorie vers le mysticisme trouvent leur solution rationnelle dans la pratique humaine et dans la compréhension de cette pratique »). Ainsi, le langage, en tant que praxis, ne dit ou ne reflète pas le réel mais constitue une activité qui le modifie et le transforme. Souvent à la frontière entre ce qui va devenir d’un côté les pratiques discursives (M. Foucault, et dans une moindre mesure P. Achard, 1986 : 15) de l’analyse de discours et de l’autre les pratiques langagières de la sociologie du langage ou de la sociolinguistique, ce qui nous intéresse est ici que la notion de pratique renvoie à une activité voire une action, et non pas à une chose ou un objet clos.

3Dans ce cadre marxiste insistant sur la pratique davantage que sur l’assujettissement idéologique, deux courants ont émergé dans les années 1970. Le premier est mené par R. Lafont (1974), occitaniste, qui opte pour une approche qu’il nomme praxématique, linguistique anthropologique qui a pour but d’analyser la production du sens fondée sur la notion de praxis et qui se verra prolongée par l’école de Montpellier (Détrie, Siblot et Verine 2001). L’engagement militant pour la cause de l’occitan occultera toutefois en partie le développement ultérieur de l’approche discursive finalement peu éloignée des enjeux de l’analyse de discours, notamment à propos du dialogisme (Bres 2005) ou de l’actualisation du sens (Siblot 1997).

4Le second est issu de l’équipe de J. Boutet, P. Fiala et J. Simonin, (1976) qui créent l’expression pratique langagière à partir d’un travail d’observations approfondies in situ. Alors qu’elle s’intéresse dans les années 1970 au langage au sein des pratiques de travail, J. Boutet saisit que plus qu’une activité individuelle, les paroles, les gestes, les bribes d’énoncés, les discours, et même les silences, sur les chaînes de montage, concourent tous à construire une tâche en commun, une pratique de communication (parfois sans verbalisation) qui relève de la pratique langagière. Elle en déduit que le langage se construit au cœur de l’activité collective, intuition confirmée plus tard à la lecture des analyses du E. Goffman de Façon de parler (1987) ou de celles de l’anthropologue B. Malinowski qui décrit comment le langage a un pouvoir d’action sur le monde alors qu’il observe, lors d’une longue ethnographie, les Trobriandais (1922, traduit en français en 1963).

5Ce principe a orienté une sociolinguistique des pratiques langagières différenciée dans les années 1970, pour des raisons politiques (l’optique « italienne » et « gramscienne » de J. Boutet s’oppose à l’ancrage althussérien de M. Pêcheux notamment), de l’analyse des pratiques discursives, objet de l’analyse du discours tournée vers les questions idéologiques liées aux discours politiques ou médiatiques essentiellement écrits. Ainsi, si les pratiques discursives renvoient à l’idéologique et à une forme de déterminisme inhérent à toute activité langagière, pour J. Boutet, le sujet parlant n’est pas dénué de conscience, d’actions et de pouvoir de changement : pratique langagière renvoie alors à cette part de « liberté » du sujet dans l’espace de parole.

6Pourtant, l’analyse discursive de la matérialité langagière nous paraît aujourd’hui indissociable de l’analyse des pratiques langagières. Cette nécessité d’articuler les deux domaines s’est imposée au départ à C. Canut (1998) lors de l’étude des discours épilinguistiques*, véritable point de départ de ce travail de réélaboration méthodologique et théorique, et donc du présent ouvrage. S’intéressant avant tout à la réflexivité langagière des locuteurs, l’analyse des discours épilinguistiques (1998, 2017c), considérés comme des pratiques discursives, aboutit à la mise au jour des imaginaires linguistiques (Houdebine 1982).

7Entendons-nous bien : il ne s’agit pas de deux objets (discours et pratiques), la matérialité étant toujours la même, il s’agit de deux manières complémentaires tout à fait compatibles (Cambon et Léglise 2008) d’analyser les productions langagières. Ainsi, l’analyse de discours nous est apparue indispensable pour rendre compte notamment des imaginaires linguistiques afin de se départir d’une analyse de contenu peu productive, offrant une meilleure compréhension du processus épilinguistique en soulignant sa dimension dialogique et son historicité.

8Il est intéressant de constater que ce lien entre discours (épilinguistiques/métalinguistiques) et pratiques langagières, même si la référence marxiste et praxéologique en est absente, a été opéré depuis longtemps aux USA dans les travaux de M. Silverstein par exemple dès les années 1970- 1980 à travers l’émergence de la métapragmatique (travaux dont certains sociolinguistes français prendront connaissance bien plus tard à partir des années 2000). D’une tout autre manière, la CDA (Critical Discourse Analysis) née dans les années 1990 (Fairclough et Wodak 1997) prolongeait clairement les perspectives de l’AD en se focalisant sur la constitution strictement idéologique du discours (médiatique et politique surtout) tout en faisant des liens avec les conditions sociales liées à leur production. Quoi qu’il en soit, la césure entre une approche strictement discursive et sociolinguistique tend à s’estomper en France, grâce notamment à la revue Langage et société (Boutet et Maingueneau 2005), rupture également absente au sein de la sociolinguistique critique de Monica Heller. L’ouverture très récente de l’AD à des données orales (Sitri 2003 ; Sandré 2013) et inversement l’ancrage discursif de travaux de sociolinguistique (Nossik 2011c ; Panis 2014) indiquent que cette opposition commence à être mise en cause. Les enjeux politiques initiaux (marxistes) qui avaient, quant à eux, presque totalement disparu (Courtine 1991), réapparaissent aujourd’hui sous des formes différentes (notamment dans les travaux féministes autour des questions de genre et langage).

9Articuler ces approches suppose de remettre en cause les disciplines telles qu’elles sont hiérarchisées en France afin de proposer une autre manière de penser et de faire de la sociolinguistique, en partie – et en partie seulement – sur le modèle américain de la linguistic anthropology. Notre perspective se double toutefois d’une mise en discussion de la position du chercheur, pas toujours explicite dans la plupart des travaux aux USA, c’est-à-dire que l’on considère la pratique du chercheur comme une pratique sociale parmi d’autres, ainsi que le rappelle M. Heller (2002). En effet, le chercheur n’est pas pensé comme un savant proposant une théorie à valeur de vérité, et encore moins comme celui qui dit aux autres qu’ils ne savent pas ce qu’ils font (Latour 2004) mais comme un bricoleur, engagé dans les activités sociales de son époque, optant pour une perspective spécifique, doté d’une palette de réflexions et de concepts, et produisant de nouveaux agencements* (au sens deleuzien) au sein de cet ensemble. Ce n’est donc pas une théorie que nous prétendons construire, mais un programme de nouveaux agencements collectifs d’énonciation : la dimension collective de notre travail commun pour cet ouvrage (collaboration qui aura duré plus de trois années) étant par exemple déterminante dans cette aventure.

10Il ne s’agit toutefois pas de bricoler à l’aveugle en picorant dans l’ensemble des conceptualisations proposées (ou dans les fameuses « boîtes à outils ») de ces différents champs et de produire une interdisciplinarité sans objet (Maingueneau 2015), mais d’articuler, à partir de la notion de pratique, une sociolinguistique visant à rendre compte à la fois des processus d’activité de langage et de la production/interprétation du sens par les interlocuteurs. Ce programme repose sur un certain nombre de principes touchant à la fois la position du chercheur, les méthodologies de recueil des matériaux oraux, gestuels et textuels, les processus de constitution et d’organisation de ces pratiques à partir desquels se construisent nos analyses, et enfin les méthodes d’analyse que nous regroupons en plusieurs types de pratiques langagières, enchâssés les uns dans les autres. Si une partie des travaux de sociolinguistique critique a ouvert la voie que nous prolongeons ici, il nous paraît que l’ensemble des points évoqués ne font que rarement l’objet d’une approche plurielle telle que nous aimerions l’envisager – ils se focalisent surtout sur la question de l’instrumentalisation politique et économique des langues et ses effets d’inégalité. Nos propres travaux antérieurs (Canut 2008a, 2011 ; Panis 2014) nous semblent eux aussi encore parcellaires, certains développant davantage la dimension discursive, d’autres l’aspect narratif, ou encore interlocutif, certains négligeant l’analyse des marques, d’autres les contextualisations sociales et multimodales, etc.

11Nous nous sommes par contre tous retrouvés sur l’intention de construire une sociolinguistique politique, nécessitant la production d’une méthode d’enquête et d’une méthode d’analyse visant à interpréter de manière fine les pratiques langagières, englobant les pratiques discursives, interlocutives et stylistiques. Enfin, la dimension politique de la notion de pratique en sociolinguistique, à travailler à la lumière de notre contemporanéité, s’était presque totalement éteinte (nous-mêmes l’avons peu mobilisée ou affichée de manière explicite). Si elle a été particulièrement riche sous la plume de R. Lafont par exemple (1978), elle s’est plus ou moins effacée dans les travaux de la praxématique. Elle reste par contre maintenue théoriquement par J. Boutet qui rappelle toutefois qu’on utilise aujourd’hui bien souvent l’expression de pratiques langagières comme synonyme d’usages ou de variétés, conduisant à l’évacuation de la dimension politique.

12Dans notre cas, il nous parait difficile de revenir à une approche strictement marxiste : si la notion de praxis est d’une grande pertinence pour la compréhension des processus langagiers (en tant que le langage est/a une action sur le monde), l’approche déterministe et structuraliste (que l’on retrouve d’ailleurs d’une autre manière chez P. Bourdieu) a été largement mise en cause depuis. Nous y reviendrons, mais la conceptualisation du pouvoir par M. Foucault (1977, 1994 [1978], 1994 [1982]), des agencements par G. Deleuze et F. Guattari (1980), et du sujet par J. Butler (1997, 2004) pour ne citer qu’eux, implique de sortir d’une vision dichotomique (dominants/dominés) et structuraliste des pratiques langagières. Nous pourrions provisoirement définir ces dernières comme toutes actions de transformations du monde par le biais du langage – entendu à la fois comme verbal, para-verbal et non verbal –, telles qu’elles sont prises dans des rapports de forces opérant entre jeu et contraintes et mises au jour par l’analyse interprétative à partir de la matérialité langagière recueillie dans le cadre de situations concrètes d’activité de langage. Il ne s’agit donc pas de la parole, des usages, des discours ou encore des gestes, mais de toutes ces activités langagières en tant qu’elles sont appréhendées du point de vue de leur praxis, c’est-à-dire de leur puissance de transformation du monde (social et politique) à partir de contraintes posées par des conditions matérielles de production.

13Afin de mieux appréhender l’ensemble de cette démarche, reprenons pas à pas la trajectoire d’un chercheur qui aurait pour tâche d’engager un travail de sociolinguistique politique, depuis la constitution de son objet jusqu’aux méthodes d’analyse.

B. Quel objet pour la sociolinguistique politique ?

  • 7 Nous utilisons ici « événement de parole » pour nous référer à une activité de langage saisie dans (...)

14Le choix de la question de recherche est déterminant dans le cadre d’une réflexion socio-politique : l’intérêt du chercheur doit s’inscrire dans des questions fortes au sein de la société. Pour aller vite, le fameux « sujet » (ou « projet » de thèse par exemple) ne peut être détaché de questions sociales contemporaines, non pas restreintes aux inégalités (approche plus clairement revendiquée par la sociolinguistique critique), mais à toute question contemporaine dans laquelle le langage est actif et produit des rapports de pouvoir (au sens foucaldien du terme, soit une conception productive et positive du pouvoir qui ne se réduit pas à une opposition dominants/ dominés). Si bien des questions concernent la place du langage dans les pratiques de travail, l’éducation, les pratiques migratoires ou transnationales, les dispositifs institutionnels ou les inventions/réinventions des identités par les politiques, les médias, les associations, etc., pour ne citer que quelques exemples, c’est qu’elles résonnent avec de larges préoccupations sur le sens donné par les acteurs (de quelque côté qu’ils soient) à de nouveaux agencements socio-politiques. Les événements de parole7 issus de la matérialité langagière (enregistrée ou consignée) et qui vont constituer la base de notre analyse ne peuvent donc être choisis sans réflexion préalable. Les enjeux socio-politiques vont englober le choix d’une question de recherche, qui orientera à la fois une interprétation du sens donné à des pratiques sociales (en ce sens qu’elles transforment le monde), revenant à la question de M. Heller (« Que font les gens quand ils parlent ? ») et de nouveaux processus d’analyse.

  • 8 Le terme ghetto est largement utilisé par les habitants eux-mêmes.

15Prenons l’exemple concret du travail actuel de C. Canut en Bulgarie à propos des pratiques langagières/sociales des Bulgares dits tsiganes (ou encore roms, etc.). Si une réflexion politique sur la place des Bulgares roms dans cet ancien pays communiste a orienté d’emblée la recherche vers la prise en compte des paroles et des discours desdits « Cigani », elle impliquait aussi de travailler sur la mise en discours des « Cigani » par les Bulgares non roms, à travers les médias, les discours politiques, les récits historiques, les énoncés quotidiens, etc. Cette question de recherche est évidemment très complexe à l’échelle du pays, puisqu’il est impossible d’engager des anthropographies* avec tous les Bulgares roms de Bulgarie (entre 5 % et 10 % de la population), ni de recueillir tous les discours extérieurs tenus sur eux par les Bulgares non roms. Elle nécessite des choix qui s’inscrivent dans une approche politique des processus de pouvoir et d’assujettissement liés à la position sociale subalterne des Bulgares roms, objets de discours discriminants et racistes (reprise des discours nazis, notamment), constat établi dès le départ en 2003 puis 2004 lors des premiers séjours de C. Canut en Bulgarie. Alors que les Bulgares non roms, tenant ou non des discours racistes, ne semblaient ni fréquenter ni même connaître aucun « Cigani », il apparaissait évident que les corps, les pratiques et la parole des premiers concernés étaient totalement occultés et exclus de l’espace public. La question de recherche s’inscrit donc toujours dans un premier étonnement fait de nombreuses questions : Comment des personnes habitant dans un même pays peuvent-elles ainsi vivre séparément et ne plus/pas se parler ? Quel sens donnent-elles à cet écart extrême, comment en parlent-elles les unes et les autres ? Comment cela se manifeste-t-il dans les pratiques sociales notamment langagières ? Que font les Bulgares roms quand ils sont dans l’espace public et institutionnel avec des Bulgares non roms (hôpitaux, écoles, centres sociaux, etc.) ? Comment sont organisés les ghettos8 roms qui survivent en marge des villes ? Quelles significations les uns et les autres donnent-ils à la ségrégation dont font l’objet les Bulgares roms ?

16Les questions, les hypothèses sont alors toujours très nombreuses, mais une première chose est certaine : il faut absolument aller voir de près ce qu’il se passe, et ceci pendant un temps long afin d’engager une ou plusieurs anthropographies* (voir partie III), ce qui suppose bien évidemment au préalable un apprentissage des pratiques langagières par la chercheure utilisées dans l’ensemble des lieux de vie. Dans le cas de la Bulgarie, cela a donc été pour C. Canut l’apprentissage de ce qui est nommé le « balgarski », soit le bulgare dit standard, avant, quelques années plus tard, l’apprentissage des pratiques langagières utilisées dans le ghetto de Nadezhda, formulées par les résidents comme : « faire des mots à la manière romanès » (kerla romanès pherias) et que la chercheure a d’emblée appréhendées par l’hétérogénéité (Canut 2006, 2013) sans jamais la réduire à une supposée « langue » romani (terme jamais entendu dans le quartier).

C. Les modalités de recueil et le positionnement du chercheur

17Une fois qu’une question de recherche pertinente a été isolée et formulée, qu’une série d’hypothèses s’est constituée, et qu’un ensemble de lectures (et discussions, observations, etc.) sont venues confirmer nos premières interrogations, il convient d’engager ce que l’on a souvent nommé le « terrain », terme assez inadapté au travail du sociolinguiste, nous y reviendrons en détail dans la deuxième partie. Gardons pour le moment les expressions enquêtes « multi-sites » (Marcus 1995) et « multi-modales » (Saint-Georges 2008 ; 2012) largement partagées et qui constituent le cœur du travail. Ici encore, le choix des lieux et des matériaux d’enquête ne peut être le fruit du hasard. Les lieux tout d’abord : pourquoi choisir tels quartiers, tels villages ou telles villes pour mener à bien le travail ? Faut-il plusieurs lieux pour faire une anthropographie ? S’il est évident que les relations sociales nouées avec certaines personnes au gré des rencontres peuvent influencer des décisions, le choix du sujet lui-même implique des lieux, des groupes, des individus particuliers. À chaque fois, et pour chaque recherche, ces choix doivent être justifiés car ils sont toujours liés à des expériences personnelles, des rencontres subjectives et des hasards biographiques, à contextualiser également en tant que conditions de production langagière.

18En ce qui concerne l’enquête de C. Canut en Bulgarie, et après une enquête préparatoire (deux années entre 2005 et 2007) itinérante entre plusieurs lieux du pays notamment à Véliko Tarnovo au sein d’un groupe de jeunes étudiants bulgares roms du cursus « langues et civilisation romani » à l’université de la ville, elle a véritablement commencé à Komlouka en 2007, quartier du « haut » de Sliven, dans la famille de l’un des étudiants, pour se poursuivre ensuite dans un village (Gorno Alexandrovo) et aboutir enfin dans le quartier « du bas » Nadezhda, ghetto emmuré regroupant environ 20 000 personnes dites « Cigani » (Tsiganes) où C. Canut se rend deux fois par an depuis dix années. Cette description « dense » (Geertz 1973) s’est accompagnée d’une observation régulière des pratiques sociales et langagières des non-Roms dans l’entourage du quartier, soit dans les autres quartiers de Sliven, ainsi que dans le centre-ville. Elle se poursuivra dans la partie ouest de Nadezhda où vivent ceux qui se nomment les « Turcs » (parlant ce qu’ils nomment le « turc »), mais que tous les autres appellent les « Turtski cigani » (Tsiganes turcs) qui, selon leurs voisins, ne parleraient pas vraiment « le turc ». La complexité des relations des « Cigani » avec ceux qu’ils nomment les « Dasi » (Bulgares) explique le temps très long de l’adaptation d’une chercheure étrangère (la « Gadji »), dans un tel quartier où la plupart des journalistes peu scrupuleux ne sont pas les bienvenus. En faisant le choix d’une immersion totale de jour comme de nuit dans ce quartier, en décidant de ne poser aucune question directe qui impliquerait un point de vue strictement linguistique, mais en expliquant aux familles avec lesquelles elle vit qu’elle souhaite comprendre ce qui se passe dans ce ghetto sous ses multiples aspects (sociaux, politiques, langagiers), C. Canut a donc opté pour une méthodologie totalement anthropologique, à une différence près : à aucun moment la chercheure n’a pour objectif de rendre compte de ce qui serait une supposée « culture » (et encore moins une culture dite « rom »).

19À la différence de certains ethno- ou anthropologues, nous considérons que les sociolinguistes doivent s’intéresser à l’ensemble des relations sociales, des pratiques sociales, en focalisant particulièrement leur attention sur les pratiques langagières impliquant les pratiques discursives (dont narratives, argumentatives, etc.), stylistiques et interlocutives (dont corporelles, visuelles, etc.). La question dite « ethnique » (Blanchet 2012) parfois associée à la sociolinguistique nous semble très problématique en ce sens qu’elle reprend une partition et des catégorisations issues d’une approche coloniale (Canut 2008a, 2015).

20Si l’on a tendance à nommer ce type d’approche « observation participante », il s’agit rarement d’une participation totale à l’ensemble des tâches de nos hôtes : si C. Canut a par exemple partagé pendant plusieurs années l’activité commerciale de Stefka Stefanova Nikolova (service de soupes dans son petit café-restaurant), ou d’autres activités quotidiennes au sein du foyer, elle n’a jamais vécu dans les conditions socio-économiques des familles, notamment les plus démunies (qui pour beaucoup cassent des noix, fouillent les poubelles, etc.). On y reviendra, la question de l’autorité (Clifford 1988) du chercheur, ou de sa position à distance, suppose de ne jamais s’illusionner sur une supposée égalité, mais au contraire de comprendre comment et pourquoi nos interlocuteurs nous font jouer tel ou tel rôle en fonction de leurs désirs ou de leurs intérêts. Plus encore, il s’agit d’afficher clairement la position politique qui est la nôtre : au-delà d’une simple description ou analyse, l’objectif est de se positionner avec l’ambition de changer les choses (Heller 2002). Changer les choses dans le commun partagé, ne signifie pas parler ou agir à la place de nos interlocuteurs mais essayer de transformer ensemble les relations sociales, de combattre les inégalités lorsque, des deux côtés, l’urgence s’en ressent. Si les places des uns et des autres sont nécessairement différentes, souvent déséquilibrées, c’est justement par ce rapport que des désirs de mutations sont rendus parfois possibles, au nom d’un principe égalitaire de départ (l’égalité n’est pas un but à atteindre mais un point de départ) défendu par Rancière (1987, 2004 [1998]).

D. Observer, enregistrer, filmer, transcrire

21Si le « carnet de bord » (aussi nommé « carnet de terrain ») est indispensable à toute anthropographie, il n’est pas suffisant pour un sociolinguiste dont l’activité principale va être d’enregistrer les voix, et parfois même de capter, par le biais d’une caméra, les corps, les mouvements, et l’ensemble des contextes dans lesquels émergent ces voix. La matérialité langagière n’est pas toujours facile à obtenir sans qu’elle soit sollicitée et formalisée (dans un entretien par exemple). Toutefois, il nous semble déterminant de tout mettre en œuvre pour aboutir à la saisie des pratiques à divers moments, lieux, situations d’interlocution de la vie quotidienne afin d’obtenir différents types de situations d’interlocution. Il est par exemple fréquent qu’une recherche ne s’établisse que sur des paroles adressées à un chercheur (entretiens), ce qui n’est qu’une étroite facette de pratiques langagières même si celle-ci est importante. L’anthropographie longue et dense permet un recueil complexe et polyphonique : d’une part elle met le chercheur face à une grande diversité de situations de parole, d’autre part elle évite le caractère unidirectionnel des prises de parole, et peut même permettre de concrétiser de possibles co-constructions de la recherche (voir partie III, chapitre 2).

22L’ensemble des matériaux recueillis en sociolinguistique sont de trois ordres : les enregistrements directs (audio ou visuels), les enregistrements ou écrits indirects (textes, articles, etc.) et la prise de notes issue de l’observation (carnet de bord). Si dans tous les cas on peut affirmer avec C. Geertz (1973, 1992) que ces matériaux sont déjà des formes d’interprétation du chercheur, la base de la matérialité sonore ou visuelle qui sera utilisée pour les analyses langagières, bien que résultant toujours de choix subjectifs (moments enregistrés, cadres cinématographiques choisis, système de transcription, de traduction, etc.), permet plusieurs interprétations a posteriori. Une première interprétation peut toujours être complétée, confortée voire totalement contestée par d’autres analyses ultérieures. Quoi qu’il en soit, c’est à cette étape de la recherche que se produit le va-et-vient permanent entre différents types de données multi-situées : des ouvrages, des articles de journaux, des enregistrements radio-télévisés, des archives, des études antérieures, qu’elles soient scientifiques ou non. Cette mise en rapport des matériaux et la réflexion préalable à leur organisation (mode de transcription et traduction notamment) sont déterminantes pour l’interprétation ultérieure. Cet aspect fera l’objet du deuxième chapitre de cette partie, tant les enjeux sont importants dans le cadre d’une politique de la recherche.

E. Quels enjeux pour une sociolinguistique politique ?

23Afin de présenter la méthode d’analyse proposée en la mettant à l’épreuve d’un événement de langage pouvant être considéré comme une « key situation » (Gumperz 1982 : 8) saisie au cours de l’anthropographie de C. Canut dans le ghetto de Nadezhda, attardons-nous sur les enjeux d’une sociolinguistique politique. Pour parler plus simplement : Sur quoi (et pourquoi) focaliser son attention, au sein de la matérialité langagière recueillie (soit l’ensemble des données orales, non verbales, écrites, etc.), pour mieux comprendre les pratiques sociales, et en particulier les pratiques de langage dans l’optique d’une sociolinguistique politique ?

24Ainsi que nous l’avons explicité en introduction, une analyse complète des processus sociolinguistiques à l’œuvre suppose de s’interroger sur les positionnements subjectifs, les opérations de contextualisation, les processus de catégorisations/hiérarchisations (quel que soit leur objet), les positionnements dans le temps et l’espace, les inégalités et les rapports de pouvoir. Établies de manière large en référence à ce que font les locuteurs lorsqu’ils parlent, ces six entrées liées aux conditions de production des pratiques langagières ne sont bien entendu pas exhaustives. Par ailleurs, pour chacun de ces processus sociolinguistiques, des processus plus spécifiquement interdiscursifs ou métapragmatiques seront étudiés, comme le dialogisme* (Bakhtine 1970 [1929]), l’indexicalité* (Silverstein 2003), l’entextualisation* (Bauman et Briggs 1990 ; 2003), la rhématisation* (Gal 2005), le gommage ou la récursivité (Irvine et Gal 2000), etc.

25De fait, il convient dans cette perspective d’envisager une étude globale de l’ensemble de ces six aspects lorsque nous nous engageons dans une question de recherche. Rendre compte de la production sociale du sens à travers l’ensemble de ces processus, nous conduit méthodologiquement à séparer ces six strates analytiques, une fois que nous sommes face à l’ensemble des matériaux audio et visuels (re)construits au cours et à partir de l’anthropographie (ce que l’on nomme généralement les données).

26Pour résumer, nous considérons donc les pratiques langagières comme objet de recherche de la sociolinguistique politique, englobant à la fois les pratiques discursives, stylistiques, et interlocutives, elles-mêmes composées de pratiques multiples identifiables comme les pratiques narratives, corporelles, proxémiques, etc. Toujours appréhendées comme pratiques sociales, on ne peut les dissocier de celles-ci.

27Ainsi nous pouvons schématiser, de manière assez rudimentaire, les strates d’analyses :

Schéma des différents points de vue proposés sur les pratiques langagières

Schéma des différents points de vue proposés sur les pratiques langagières

Notes

7 Nous utilisons ici « événement de parole » pour nous référer à une activité de langage saisie dans le moment singulier de son énonciation. Ainsi, l’« évènement de parole » se différencie du speech event au sens de Hymes (pour laquelle nous conservons l’expression originale et dont nous proposons une réinterprétation dans la partie IV) mais se rapproche de celle de Foucault (1971) ou de Rancière (2009), pour lequel un « événement de parole » renvoie aux effets socio-subjectifs d’un acte de parole marquant une rupture dans l’ordre des places et pouvant conduire à un processus d’émancipation (voir partie VII).

8 Le terme ghetto est largement utilisé par les habitants eux-mêmes.

Table des illustrations

Titre Schéma des différents points de vue proposés sur les pratiques langagières
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search