Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1837

Décembre 1837

Texte intégral

11 er décembre. — Richard-Baudin, que la centralisation universitaire, en le faisant remplacer dans la place de professeur du collège de Lure pour lui donner de l'avancement, a oublié de nommer à un autre emploi, se trouve depuis la rentrée des classes sans appointements. Comme il n'a pas de ressources, il serait dans un extrême embarras si Pérennès, toujours généreux, ne lui avait offert et fait accepter un modeste logement avec la table. Cette situation précaire gêne Richard qui fait des pieds et des mains pour en sortir. Je l’ai conduit il y a quelques jours chez M. de Magnoncour que j'avais prévenu de sa visite et qui lui a promis aide et protection. Richard l’en a remercié par des vers très jolis, si j’en excepte les deux dernières stances que je ne blâme pas pour les idées, mais pour la manière dont elles sont exprimées. Richard, il faut être reconnaissant, mais non flatteur, l’ami du puissant qui soutient notre jeunesse, mais non son serf ou son homme-lige.

  • 1 Rue Girod-de-Chantrans : l'hôtel était occupé depuis cette année 1837 par une fabrique de sucre. V (...)

22 décembre. — Il est à peu près décidé que nous aurons l’année prochaine un jardin botanique ; c’est au moins le sixième que l'on établit à Besançon et toujours pour fort peu de temps. Celui-ci durera-t-il plus longtemps ? Je le souhaite sans l’espérer. D’après le projet, le jardin se composerait d’une partie de celui de l’ancien hôtel Lepin1 qu’il faudrait acheter du propriétaire actuel mais qui, dit-on, ne demanderait pas mieux que de le vendre à la ville.

33 décembre. — Les idées sont tournées vers les sciences. La réorganisation de l’Ecole de médecine rend nécessaire le rétablissement de la Faculté des sciences, si mal à propos supprimée en 1826. M. Vertel en a fait le sujet de son discours d’ouverture des cours de médecine, et je l’ai beaucoup encouragé dans son projet de solliciter l'appui des députés pour obtenir la réparation d’une partie des griefs du gouvernement envers une des villes qui, dans tous les temps, s’est montrée le plus disposée à faire des sacrifices pour l’instruction de ses habitants.

44 décembre. — Le jeune de Rotalier travaille depuis deux ans à une Histoire de la conquête d’Alger par Charles-Quint, mais pendant qu’il poursuit avec ardeur son œuvre de <conscience>, voilà qu’un des industriels de Paris publie un ouvrage sur le même sujet. Il n’abandonne cependant [pas] son projet et je l’y ai beaucoup engagé, mais il voudrait constater sa priorité pour ne pas s'exposer à l'accusation de plagiat, et les journaux de Paris ne s'ouvriront pas à sa réclamation, sans payer les frais d'insertion de l'article qu'il va rédiger.

55 décembre. — Encore un nouveau poète, mais celui-ci, je l'avoue, je ne l'aurais jamais deviné. Charles Bouvier, ex-contrôleur des messageries, vient de faire une œuvre dramatique dont le titre annonce qu'il appartient à la nouvelle école, ou plutôt à cette école des Hugo, des Dumas et tutti quanti, dont le public parisien, le plus borné qu'il y ait au monde, commence à se lasser. Cette pièce donc est intitulée : Un ministère sous Georges III ; en attendant la représentation de ce chef-d'œuvre qui, dit-on, aura lieu prochainement dans quelque grenier de la rue Saint-Vincent, je ne puis que constater son existence, d'après ceux qui l'ont entendu lire et qui ne l'ont pas trouvé plus mauvais que beaucoup d'autres chefs-d'œuvre dont les gazettes font quotidiennement l'éloge à tant par ligne.

66 décembre. — M. Jules Gaiffe, de Besançon, qui a obtenu une médaille d'or en 1833 à l'exposition des produits de l'industrie à Moscou, fait hommage à la Bibliothèque d’une médaille de l’empereur Nicolas et des monnaies en argent et en cuivre de ce souverain.

77 décembre. — C’est le professeur Bourgon qui, sans nulle doute à sa sollicitation, se trouve chargé par la famille de faire l’éloge ou la notice que réclame la mémoire du docteur Barrey. « Il aurait fallu, me disait tout à l'heure Auguste Demesmay, en charger un homme de cœur. » Le pauvre Auguste, dans sa naïveté, ne croyait pas d'un seul mot indiquer ce qui manque à son compatriote et que malheureusement on ne pourra jamais lui donner.

  • 2 Lire : relié en maroquin rouge.
  • 3 Il s'agit des Contes de Mosthatrif, ouvrage maghrébin du xviième siècle (B.M.B., Manuscrits, fonds (...)

88 décembre. — M. Devoisin m'écrit de Bône qu’il vient de me faire expédier à l'adresse du maire une caisse renfermant différents ouvrages et un manuscrit mar. rouge2 provenant du sac de Constantine. Ce manuscrit3, quoique d'une belle exécution, n'est rien auprès de ceux qu’il était parvenu à se procurer, mais qui lui ont été pris par les soldats qui ne respectent plus rien depuis que, par un usage de la guerre, reste de barbarie qu'il faudrait bien abroger de nos codes, on leur a permis le pillage de Constantine pour punir les malheureux habitants de n’avoir pas ouvert leurs portes avant l’assaut.

99 décembre. — Il y a une vingtaine d'années que M. Royer-Collard disait à la tribune de la Chambre des députés : « La démocratie s'est insinuée dans nos mœurs, elle est partout. C'est une vérité qu'il importe de reconnaître et de constater. » Il disait cela en d'autres termes, mais c'est le sens de ses paroles. Aujourd'hui l'aristocratie essaie de réagir et jamais les prétentions de la noblesse n'ont été plus grandes et plus ridicules. Mme de Boussières vient de distribuer des cartes où elle reprend les titres qu'elle a perdus en se mariant avec un homme non titré : la vicomtesse de Sagey-Boussières est un non-sens absurde, injurieux à ce pauvre Boussières qui ne fera pas semblant de s'en apercevoir, et il aura raison.

1010 décembre. — M. de Magnoncour est reparti pour Paris, entraîné par sa femme à qui la vie de province déplaît plus qu'elle ne veut en convenir, mais ne sera, je le crains du moins, heureuse nulle part avec tous les éléments de ce qu'on est convenu d'appeler le bonheur. Il voulait m'emmener avec lui jusqu'à Dijon, et j'avais pris l'engagement de l'y accompagner malgré le mauvais temps et mon état de souffrance, mais ç'eut été par trop niais de ma part de céder à sa fantaisie et, quand est venu le moment de monter en voiture, j'ai résisté, non pas courageusement je l'avoue, mais assez pourtant pour faire entendre que ce voyage me contrariait. J'ai passé la soirée avec Viancin, qui m'a mené dîner au cabaret où je me suis trouvé plus à l'aise que je ne l'aurais été à Dole chez M. de Balay. Notre dîner n'a pas été cependant aussi gai que nous avons coutume d'en faire tête à tête. Viancin était souffrant, il a peu mangé ; j'avais moi-même besoin de ménagements. Nous sommes rentrés à neuf heures.

  • 4 On consultera, sur la personne et l'originalité du théâtre de Mairet, la communication faire à l'A (...)

1111 décembre. — Léon Bretillot, qui fait marcher de front les lettres et les affaires, vient d'entreprendre un travail sur notre poète Mairet4, dans lequel il se propose d'examiner la grande question des unités, débattue depuis quelques années par les deux coteries parisiennes. Ce travail qu’il veut traiter à fond exigera des réflexions et des recherches, et par conséquent ne sera point terminé pour la prochaine séance de l'Académie. Aussi lui ai-je conseillé de choisir un autre sujet d'une moindre portée pour cette séance qui court le risque d'être bien vide.

  • 5 C'est lui qui aura le prix. Voir MgrDoney, “Rapport : concours sur les causes et les remèdes du su (...)

1212 décembre. — Notre nouveau professeur de rhétorique, M. Agnant, jeune homme de mérite, se met sur les rangs pour la question du suicide, proposée par l'Académie5.

1313 décembre. — Les bruits qui avaient couru de la nomination de M. l'abbé Cart à l'évêché de Nîmes n’étaient pas aussi dénués de fondement que certaines personnes le pensaient. Sa nomination, en date du 28 novembre dernier, se trouve dans les journaux. M. Cart est, dit-on, parti pour aller prêter son serment entre les mains du roi. On ne sait pas encore où son sacre aura lieu. Tout le monde se félicite de sa nomination, en regrettant son éloignement d'un diocèse où il faisait beaucoup de bien.

1414 décembre. — M. Droz s'effraie pour l'avenir littéraire de la province ; il écrit à Pérennès qu'il ne voit parmi les jeunes gens qui sont à Paris personne qui, dans un temps donné, puisse arriver à l'Institut. Cependant il lui signale comme un jeune homme de beaucoup de mérite le fils d'un tanneur de Saint-Hippolyte nommé Briot, qui se présente pour l'Ecole normale et le lui recommande dans l'avenir pour la pension Suard.

1515 décembre. — Hier M. Guillaume a fait lecture à l’Académie d’un discours sur la littérature industrielle, qu'il nomme la littérature en pacotille ; ce morceau, bien qu'un peu long, ne m'a pas semblé mauvais et je pensais, qu'avec des retranchements, il pourrait être conservé pour la séance publique. C'était aussi l'avis du recteur Ordinaire, mais tel n’a pas été celui des jeunes gens et l'on s'est expliqué là-dessus très vivement. Comme M. Guillaume ne l'a pas entendu, le mal n'est pas encore bien grand, mais il faut voir comment les choses se passeront à la prochaine réunion.

1616 décembre. — Gigoux me mande qu'il travaille en ce moment aux vignettes d'une édition des Lettres d'Héloïse et d'Abélard, dont il me prie d'avance d'agréer un exemplaire pour la Bibliothèque, Il prépare aussi une réimpression de son Gil Blas, dont il a changé plusieurs vignettes et retouché les autres, que je recevrai à mesure de la mise en vente des livraisons.

  • 6 Montalivet.

1717 décembre. — Le ministre de l'Intérieur6 vient d'ordonnancer les fonds pour racheter les portraits des archevêques de Besançon qui décoraient avant la Révolution la grande salle synodale. Ces portraits, enlevés en 1793, se trouvaient au pouvoir des héritiers de Monseigneur de Durfort, titulaire à cette époque du siège de cette ville ; mais comment s'y trouvaient-ils ? C'est ce que je ne puis pas expliquer, car ils n’étaient pas à coup sûr la propriété particulière du prélat. Quoiqu'il en soit, les dits héritiers ont consenti à en faire la cession, moyennant deux mille et quelques cent francs, c'est-à-dire à vingt-cinq francs le portrait.

1818 décembre. Des chemins de fer considérés comme moyens de défense du territoire français par le marquis de Sainte-Croix (Félix Renouard), imprimerie de Guiraudet, à Paris, in 8° avec une carte.

1919 décembre. — Nous avons depuis quelques mois à Besançon un original qui mérite d’être mentionné dans ce Journal. Il se nomme Romand et, comme il se prétend l'un des descendants du médecin Roman, quoiqu'il n’écrive pas son nom de la même manière, il a cru qu’à ce titre il serait admis sans examen à l'Académie. En conséquence, il a fait une demande à laquelle il a joint quelques-unes de ses productions littéraires, un logogriphe qui lui a mérité un prix, un poème sur l'émeute de Lyon en 1832, un madrigal sur le mariage du duc d’Orléans, etc... L'Académie n'a pas jugé que l'auteur de ces singulières productions pût être admis dans son sein et lui a fait connaître sa décision par son secrétaire perpétuel ; grande a été la colère du postulant évincé contre toute attente, et sur-le-champ il a fait réclamer ses ouvrages. Pérennès les lui a reportés aujourd'hui et j'ai eu la curiosité de l'accompagner dans cette excursion. M. Romand, ex-capitaine des grenadiers et avocat, était occupé de faire l'essai d'une recette qu'il avait lue dans un journal sur la manière d'avoir du café clair. Interrompu dans son opération, il nous a cependant reçus avec politesse et conduits de sa cuisine dans sa chambre pour nous donner le récépissé des pièces. Là, j'ai eu le temps nécessaire de l'examiner et de me convaincre qu'il est un type incroyable de bêtise et de vanité, deux choses qui vont de compagnie, mais je ne puis entrer ici dans les détails qui trouveront mieux leur place ailleurs. Seulement je noterai pour mémoire que, dans l'adresse au-dessus de la sonnette, on lit : « Auteur d'un poème héroïque, M. Romand » et les qualités indiquées plus haut.

2020 décembre. —Le Ta-Hio ou la grande étude, le premier des quatre livres de philosophie morale et politique de la Chine, ouvrage de Confucius ; traduit en français avec une version latine et le texte en regard par G. Pauthier, imprimerie de Firmin Didot, Paris, in 8° de 7 feuilles.

  • 7 Pourrait se traduire par : « Il a un fer dans la corne. »

2121 décembre. — Le jeune Belamy vient de faire imprimer dans l'impartial un feuilleton intitulé : Robert Macaire homme de lettres, dans lequel il insulte de la manière la plus grossière les faiseurs de biographie qu'il représente comme des ignorants qui n'ont qu’une teinture médiocre de latin et qui ne connaissent pas une seule langue vivante. S’il en eût désigné quelques-uns, on aurait su à qui s’adressait sa diatribe, mais comme il attaque in globo tous les biographes, il est clair que j’y suis compris comme un autre. Sa conduite est d'autant plus inconcevable que je lui ai donné plusieurs marques d'intérêt, mais ce qu'il y a de plus singulier, c’est que lui-même vient de faire un marché avec Chalandre pour revoir une nouvelle édition du Dictionnaire de Feller, et qu'ainsi il s'insulte et montre son derrière comme jadis Jules Janin inconnu se moquait dans le Figaro des articles qu’il imprimait dans la Quotidienne. Méchant jeune homme qui ne se croit que malin et dont il faudra se défier comme d'un taureau furieux en le signalant par ce mot : « Habet <ferrum> in cornu.7 »

2222 décembre. — Maire est occupé de terminer un médaillon du Christ, d'après son buste déposé à la Bibliothèque. J'en ai vu l'épreuve qui m'a paru très belle. Il reste à savoir s'il en trouvera le débit au prix de dix francs, quand il a tant de peine à placer les médailles de nos illustres comtois à moitié prix. Quelle apathie dans ce triste pays où l'on trouve à peine un Magnoncour pour encourager les artistes contre vingt Belamy pour leur jeter de la boue au visage.

  • 8 Actuelle rue Emile-Zola, sur laquelle donnait une des façades du couvent des Antonins.

2323 décembre. — La Société musicale, réorganisée par Jules Crestin, qui avait désorganisé la précédente, a donné son premier concert hier dans la salle Galliot, rue Saint-Antoine8. Ceux qui ont assisté à celte soirée disent qu'ils n'ont encore rien vu de pareil en ce genre à Besançon. Parmi les virtuoses qui se sont fait entendre, et dont l'impartial ne manquera pas de parler dans son prochain numéro, on cite Bruand pour le chant et Melle Aubert, la fille du censeur du collège, pour son talent pour le piano.

  • 9 Pierre-Joseph Proudhon.

2424 décembre. — Notre grammairien Proudhon9 est maintenant à Paris, correcteur de l'imprimerie d'Eberhart. Il vient d’écrire au frère de Pérennes une lettre dans laquelle il lui rend compte de son voyage d'une manière très piquante. Celte lettre a tellement frappé Pérennès par la forme et par le fond des idées qu’il ne trouvait pas d'expression pour exprimer tout le plaisir qu'il avait eu à la lire.

2525 décembre. — Pauthier vient de m'adresser pour la Bibliothèque un exemplaire sur peau de vélin de sa traduction du premier livre de Confucius. Le prix du vélin, qui est d’une grande beauté, fait revenir cet exemplaire à 80 fr, dont il me mande qu'il n'accepterait pas le remboursement s'il se trouvait dans une position moins embarrassée. Ce sera l'un de mes éternels regrets de n'avoir pas trouvé l'occasion d'être utile à ce brave garçon. Il se flatte d'entrer à la première vacance à l’Académie des Inscriptions, mais Jouffroy, qui rend d'ailleurs justice à son érudition, ne pense pas qu'il puisse jamais y parvenir.

2626 décembre. — Belamy est venu aujourd'hui me faire des excuses de son article : Macaire homme de lettres, en protestant de la meilleure foi du monde qu'il ne m'avait jamais eu en vue en traçant ce portrait fantastique et me donnant sur les points qui m'avaient paru s'adresser directement à moi des explications dont j'ai eu tout lieu d'être satisfait. Ce n'est pas que j'eusse été très sensible à son article, mais il m'est dur de penser que, parmi les jeunes gens auxquels j'ai voulu tout le bien possible et fait tout celui qui a dépendu de moi, il n'en est aucun qui me rende la justice que je mérite ; c'est qu’ils n'ont pas et ne peuvent jamais espérer un meilleur ami.

2727 décembre. — Les dames de Besançon viennent d'ouvrir entre elles une souscription dont le produit est destiné à faire les frais d'une croix pectorale, qu'elles se proposent d'offrir à M. l’abbé Cart, nommé récemment à l’évêché de Nîmes.

2828 décembre. — Le professeur Gouniot vient de m'adresser comme cadeau d'étrennes une pièce de vers dans laquelle il cherche à tourner en ridicule la manière vraiment bizarre adoptée systématiquement par Sainte-Beuve. Il ne manque rien à la pièce de Gouniot pour être bonne que deux petites choses, la forme et le fond. Décidément ce pauvre garçon n'a pas d'esprit ; il prend depuis longtemps pour du génie son amour de rimer. Qui pourra le détromper ? Personne. Génisset, son maître, y a échoué, et je ne l’essayerai certainement pas.

  • 10 Alexandre Guénard (mort peu avant 1874), dont Weiss avait souligné le 20 juin 1837 le travail pour (...)

2929 décembre. — Mon aide-bibliothécaire10 — titre qu’il croit fort au-dessous de son mérite — vient de se mettre dans la tête de faire imprimer quelque chose, quoique ce soit, et il me persécute pour que je lui trouve un sujet de 15 ou 18 pages. Ceux qui sont mordus du chien de la typomanie ont ordinairement des portefeuilles remplis de toutes sortes de composition, vers ou prose, mais en voici un qui n'a pas encore écrit une ligne et qui songe déjà à se faire imprimer. Ce symptôme pathologique n'avait, je crois, jamais été signalé. C'est un de ces rêves dignes de fixer l'attention des moralistes, et c'est pour eux que je le consigne ici.

3030 décembre. — A la veille des étrennes, les magasins sont moins brillants que l'année dernière. C'est une remarque que j'ai entendu faire ce soir chez Mme de Lallemand où j'ai dîné avec son oncle, M. le marquis de Prat-Peseux, et que j'avais déjà faite moi-même, sans y attacher plus d'importance que je n'en mets à la consigner ici. La cause en est, dit-on, au peu de débit des marchands qui ne se soucient pas d'en être pour les frais de leur déballage. Les belles dames et les beaux messieurs se contentent d'aller voir les magasins sans rien acheter.

  • 11 Monseigneur Thomas-Marie-Joseph Gousset, évêque de Périgueux depuis octobre 1835.

3131 décembre. — La journée a été magnifique, un soleil que l'on serait heureux de voir aussi brillant certains jours de printemps. C'était dimanche ; que de raisons pour voir affluer la population dans la Grande Rue. Le hasard plus que ma volonté m'a permis de jouir de ce spectacle assez rare dans une ville de province, même d'un certain ordre. Viancin, frappé comme moi de ce mouvement extraordinaire, me disait : « On serait tenté de se croire à Paris. » Nous avons dîné gaiement, une poignée d'amis que j'avais réunis pour faire honneur au dindon truffé de Monseigneur de Périgueux11, que n'accompagnait pas le moindre billet de Sa Muette Grandeur. Dans la soirée, la musique de l'artillerie a donné des sérénades aux généraux, charmantes ; Viancin faisait encore cette réflexion juste que les musiques de nos régiments avaient beaucoup gagné.

Notes

1 Rue Girod-de-Chantrans : l'hôtel était occupé depuis cette année 1837 par une fabrique de sucre. Voir le 4 mai 1837.

2 Lire : relié en maroquin rouge.

3 Il s'agit des Contes de Mosthatrif, ouvrage maghrébin du xviième siècle (B.M.B., Manuscrits, fonds général, n° 655). Devoisin a également fait don à la Bibliothèque d'un recueil de poésie d'Aimé de Loy (ibidem, no 571). Le catalogue des manuscrits de la Bibliothèque écrit « Devoisins ».

4 On consultera, sur la personne et l'originalité du théâtre de Mairet, la communication faire à l'Académie de Besançon par le professeur Giovani Dotoli : Jean Mairet, dramaturge baroque et libertin, Mém. Académie Besançon, vol. 185, pp. 325-387.

5 C'est lui qui aura le prix. Voir MgrDoney, “Rapport : concours sur les causes et les remèdes du suicide”, M. Acad. Besançon, 1838.

6 Montalivet.

7 Pourrait se traduire par : « Il a un fer dans la corne. »

8 Actuelle rue Emile-Zola, sur laquelle donnait une des façades du couvent des Antonins.

9 Pierre-Joseph Proudhon.

10 Alexandre Guénard (mort peu avant 1874), dont Weiss avait souligné le 20 juin 1837 le travail pour une réédition du Dictionnaire de Feller. Guénard a été l'auteur d'une Description historique de Besançon en 1843, deux ans après d'un Album sur les monuments anciens et modernes de Besançon ; reçu à l'Académie en 1849, son discours de réception a été en 1850 Sur l'histoire de Besançon... Guénard a encore publié en 1867 une Notice historique sur le général Clerc. Voir le 20 juin 1837.

11 Monseigneur Thomas-Marie-Joseph Gousset, évêque de Périgueux depuis octobre 1835.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search