Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1837

Novembre 1837

Texte intégral

11 er novembre. — Les adversaires de Jouffroy de l'arrondissement de Pontarlier viennent de faire imprimer la lettre de M. Bourgon, précédée d'une profession de foi tirée, partie des journaux légitimistes et partie des journaux républicains. Voilà donc M. Bourgon dans la nécessité de désavouer ses honorables amis ou de déclarer qu'il veut être député quand même. Sur l'invitation du préfet, il est revenu d'Auxonne pour donner des explications que ce magistrat, par égard pour sa position, a bien voulu lui demander. Je l’ai vu cet après-midi fort embarrassé de ce qu'il doit faire. Je lui ai déclaré franchement qu’à sa place je n'hésiterais pas, en abdiquant la candidature, à donner à Jouffroy la preuve qu'il n'a jamais voulu sérieusement se mettre à sa place. Je crains qu'il ne le fasse pas et qu'il ne finisse par perdre, avec la considération, ses seuls véritables amis.

  • 1 Weiss écrit le nom tantôt Colard, tantôt Collard. L'Annuaire du Doubs de 1837 adopte la première g (...)

22 novembre. — M. Colard1, médecin et professeur à notre Ecole, est mort ce matin entre cinq et six heures, à l'âge de 68 ans, d'une fluxion de poitrine. C'était un homme d'un esprit éminent, un observateur et un grand praticien. Dans le temps que j'étais lié avec lui, je l’engageais beaucoup à consigner par écrit ses observations et il avait fini par suivre mon conseil, mais il y a quelques mois qu'il s'avisa de revoir ses cahiers et, après les avoir lus, il les déchira par morceaux et les jeta au feu. Son gendre, M. Foncin, qui m'a raconté ce fait, voulut lui faire quelques représentations, mais Colard le regarda d'un air si courroucé qu'il n'osa pas insister. J'ai dit que j'avais été lié très intimement avec Colard. Comment nous sommes-nous brouillés ? Je n’en sais rien ; je ne crois pas avoir eu jamais le moindre tort à son égard, et dans ce moment où je fais l'examen le plus rigoureux de ma conduite envers lui, ma conscience ne me reproche pas la moindre chose. Il n'en est pas de même de lui pour moi ; dans toutes les occasions depuis notre inexplicable rupture, il n'a pas laissé passer une circonstance sans me lancer quelques traits offensants, et c'est à cause de moi j'en suis sûr qu'il a cessé d'être le médecin des deux personnes que j'ai le plus aimées et qui, toutes les deux, ne l'ont précédé que de quelques mois dans la tombe.

  • 2 Les fils de Désiré Ordinaire : Edouard, docteur en médecine, et Léon, lieutenant au 12ème régiment (...)

33 novembre. — Le préfet m'a fait appeler ce matin pour me communiquer les nouvelles qu'il venait de recevoir de Pontarlier au sujet des élections. Il fallait qu'elles fussent bien mauvaises pour Jouffroy, car il n’a pas pu m'en parler de sang-froid, lui qui d'ordinaire est assez calme. D'après ce qu'il m'a dit, les oppositions carlistes et républicaines se sont réunies pour Bourgon, dont l'élection devient par là plus que probable. On a lithographié, sans doute à Besançon, une espèce de complainte qui contient tout ce que l'on a pu recueillir contre Jouffroy, et, malgré la bonne volonté de ses ennemis, cela se réduit à peu de choses. L'auteur de cette platitude rimée va jusqu’à lui faire un reproche de sa mauvaise santé. Voilà certainement un <texte> bien trouvé de plaisanterie. En me quittant, le préfet m'a chargé de dire de sa part à Bourgon qu'il le regardait, d'après sa conduite dans tout ceci, comme un malhonnête homme et un ennemi du gouvernement. Je lui ai répondu que je ne m'acquitterai pas d'une pareille commission. Dans l'après-midi, Bourgon est venu à la Bibliothèque ; je lui ai trouvé l'air contrit et je n’ai pas voulu ajouter à son embarras en lui disant quelque chose de ce qui s’était passé le matin à la préfecture, mais il a dû voir que je n'étais pas content de lui. Les fils Ordinaire2, après avoir mis leur père en avant pour la députation sans son aveu, viennent de renoncer pour lui à la candidature. Il y a bien de la légèreté de leur part dans cette conduite.

44 novembre. — Le conseiller Bourgon se décide enfin à lutter ouvertement contre Jouffroy ; il est parti ce matin pour Pontarlier d'où il espère bien revenir député. Cependant le préfet a reçu des nouvelles favorables pour Jouffroy. Dans deux jours nous saurons à quoi nous en tenir. Cet après-midi, il y a eu une scène fâcheuse au collège intra muros. Le chef des radicaux s'est pris de querelle avec Alphonse Marquiset qui, dans un mouvement d'impatience, lui a donné un soufflet. Celui-ci a reconnu sur-le-champ ses torts, mais il est assez difficile que la chose en reste là. Viancin a fait sur les élections une chanson qui m'a semblé bien mauvaise. L'air des Marseillais est surtout mal choisi pour un sujet que l'auteur s'est efforcé de traiter gaiement.

55 novembre. — Ce soir à dix heures toutes les élections du département étaient connues à part celle du collège de Montbéliard. A Besançon, M. de Magnoncour et M. Véjux ont été réélus à une grande majorité. A Baume, M. Clément ; son concurrent, M. Barçon, n'a pas eu six voix. A Pontarlier, M. Jouffroy ; les deux candidats légitimistes, qui se disputaient sa succession et qui n'ont pas pu se mettre d'accord, ont réuni, M. Bourgon une trentaine de voix et M. d'Aubonne une quinzaine. La lettre que M. Jouffroy a fait distribuer aux électeurs à l'ouverture du collège est écrite avec une dignité remarquable : « Je ne réponds pas, a-t-il dit, aux reproches que l’on m'adresse, je méprise les libelles et ceux qui les font et qui s'en servent. » Ce dernier trait que je trouve dur, beaucoup trop dur, le sépare pour jamais de M. Bourgon sur qui il tombe à plein. M. Bourgon n'est sans doute pas prêt à se repentir de n'avoir pas suivi le conseil que je lui avais donné, uniquement dans son intérêt ; il aura le temps d’y réfléchir en revenant de Pontarlier où il a eu la gaucherie d’aller, après avoir dit que rien ne le déterminerait à quitter le coin du feu.

  • 3 Georges Genoux-Prachée (Vesoul 1794-1846), avocat et conseiller de préfecture, était d'une famille (...)

66 novembre. — M. Silas Tourangin, élu à Montbéliard, l'a été à une si faible majorité que son frère veut lui proposer de donner sa démission. Son concurrent, M. Japy, de Beaucourt, est un homme des plus médiocres. M. Genoux3 a été réélu à Vesoul plus qu'à l'unanimité ; M. le marquis d’Andelarre qui lui était opposé n’a pas eu plus de six voix. Il y a eu aujourd'hui un scrutin de ballottage à Gray, à Lure et à Poligny mais on n'en connaîtra les résultats que demain dans la journée. M. Micaud n'a pas voulu, sous prétexte de bruit, permettre à la musique de la garde nationale de donner une sérénade à M. de Magnoncour. La sérénade n'en a pas moins eu lieu ce matin à onze heures, mais elle a été donnée par la musique de la garnison.

77 novembre. — L'administration a obtenu dans les cinq collèges du département les députés qu'elle proposait aux électeurs. Quand on triomphe, c'est le cas de se montrer généreux ; mais il n'en est pas ainsi à la préfecture du Doubs. L'Impartial, journal du préfet et par conséquent rédigé sous son influence, contient la lettre de Jouffroy contre son compétiteur M. Bourgon, et ce qu'il y a de pis, c'est qu'elle est accompagnée d’un commentaire dans lequel le candidat déchu n'est pas épargné. Cette maladresse brutale du préfet, sentie par tout le monde, peut avoir pour résultat de le priver du concours d’un homme qui n'a cessé de rendre à l'administration tous les services d'un citoyen zélé pour les intérêts de la ville. Je m'attendais si peu à cette conduite du préfet que j'engageais M. Bourgon à l'aller voir et à faire franchement la paix avec lui. Il est reparti ce soir pour Auxonne où il doit passer le reste de la semaine, mais avant son départ, il n'aura pas manqué de lire l'impartial et, par conséquent, de voir que le préfet n'est pas envers lui dans des dispositions pacifiques, ainsi que j'avais voulu le lui faire entendre.

  • 4 « Bach, Georges-Henri, professeur de Philosophie, né à Paris le 25 janvier 1808, élu le 28 janvier (...)
  • 5 Guillaume de Saint-Amour (Saint-Amour v. 1210-1273), reçu docteur en Sorbonne, il enseigna à Paris (...)

88 novembre. — Aujourd’hui, pendant que le conseil académique était réuni pour la présentation de M. Bach à la chaire de philosophie, ses amis, inquiets de ne l'avoir pas vu depuis hier, faisaient ouvrir la porte de son appartement, place Dauphine, maison Guillaume. La première et la seconde chambre ne présentaient aucun désordre ; seulement on voyait que son lit n'avait pas été défait. Mais, arrivés dans la troisième chambre, ils ont vu son cadavre suspendu à un clou et, près de lui, une chaise qui lui avait servi à exécuter son funeste dessein. Sur la table étaient plusieurs lettres cachetées et une, ouverte, pour son ami le professeur Bénard, dans laquelle il lui disait que le chagrin d'avoir été trompé dans ses espérances par M. Cousin était le seul motif qui le décidait à s'ôter la vie. Le clergé, n'ayant pas voulu assister à son convoi, il sera enterré demain sans aucune pompe à six heures du matin. M. Bach n'avait pas trente ans ; ainsi que son nom l’annonce, il était d'origine allemande, né dans une petite ville d'Alsace4 ; c'était un homme très instruit et fort laborieux. Il travaillait l'année dernière à un mémoire sur Guillaume de Saint-Amour5, le plus célèbre des philosophes scolastiques de Franche-Comté, qu’il devait lire à notre Académie, qui l’avait admis dans son sein à son arrivée à Besançon. Sa thèse pour le doctorat, où il examine le sentiment de Socrate et de saint Thomas sur la vie à venir, est un morceau très remarquable. Cette thèse et son discours à la Faculté l'année dernière sont tout ce que je connais de lui. Jouffroy, dont il était l’élève, sera vivement affligé de sa mort. J'ai vu ce soir ses collègues Bénard, Pérennès et Meusy qui sont dans une profonde affliction.

99 novembre. — M. Pouillet, de l'Académie des sciences, a été nommé député de l'arrondissement de Poligny ; il ne l'a emporté que de deux ou trois voix sur le conseiller Béchet, dont je saurai toutes les menées qui ont eu lieu dans cette affaire. M. Dalloz est nommé à Saint-Claude. Ce sont les deux seuls nouveaux députés de la province ; tous les autres ont été réélus.

  • 6 Voir Journal, i, p. 263, note 16 ; ii, p. 357, note 26.
  • 7 Jean-Antoine-Michel Agar, comte de Mosbourg (1771-1844) est cité par l'impartial du 7 octobre 1837 (...)

1010 novembre. — Parmi les nouveaux députés franc-comtois, j’oubliais le baron Janet6, de Lons-le-Saunier, nommé par le collège de Dole en remplacement de M. Thirion, qui ne s'est pas soucié de continuer le rôle de député parce qu’il est un homme simple, modeste, sans ambition sine sorte contentus. Son remplaçant n’est pas cela du tout. Avocat de talent mais avide, prenant de toutes mains, il s'était fait dans ce petit tribunal de Lons-le-Saunier une fortune que des places lucratives en Italie puis à Paris l'ont encore mis à même d'augmenter. Maître des requêtes pendant de longues années, il est depuis peu de temps conseiller d'Etat. Il est le beau-père du comte de Mosbourg7, pair de la récente fournée qui, pendant son séjour à Naples, ministre des finances, fit enterrer ses enfants, par une inconcevable vanité, dans le caveau royal, et qui, depuis son retour en France, député, s'est allié aux républicains, sans avoir leurs croyances.

1111 novembre. — Le professeur Bugnet, qui repart demain pour Paris, est devenu l'occasion d'un dîner à la préfecture, auquel par contrecoup je me suis trouvé invité. Pendant le dîner, la conversation est naturellement tombée sur les élections, et quoique le susdit professeur n'ait pas un sentiment bien exquis de la politesse, il a cependant senti que, décidé comme il l'était à ne pas approuver celles du département et en particulier de l'arrondissement de Pontarlier, le mieux était de se taire à la table du préfet ; mais il s'en est dédommagé cruellement quand nous avons été hors de l'hôtel préfectoral, et force m'a été de l'entendre pendant une heure déblatérer contre ce pauvre Jouffroy auquel il en veut à la mort. Je ne consignerai pas ici tous les reproches qu’il a faits à Jouffroy, dont les plus fondés sont au moins entachés d'une exagération révoltante, mais il a terminé cette diatribe par ces mots : « Jouffroy est heureux de ne pas m'avoir pour concurrent ; si je l'étais jamais et qu'il se permît de lancer contre moi dans le public une lettre comme celle qu'il vient d'écrire contre M. Bourgon, je lui clouerais les mots dans la bouche par une réponse dont les éléments seraient tirés du greffe de Pontarlier. » Qu'a-t-il voulu dire ? Je n’ai pas eu la curiosité ni la force de lui demander des explications.

1212 novembre. — Le peintre Conscience, qui se fait nommer Francis, est arrivé de Paris depuis quelques jours, apportant des tableaux qu'il désirerait de vendre pour se faire un peu d’argent. Il repart demain sans avoir trouvé d'amateurs, mais il laisse ses tableaux chez un brocanteur qui tâchera de les lui placer. Il y en a trois, une Chasse, dans le genre de Carle Vernet, et deux chiens ; du tout il demande 600 francs. Si M. de Magnoncour ne les prend pas, et il ne paraît pas disposé à les prendre, il n'y a que la ville qui puisse les acheter pour son futur musée. Le difficile sera d'y déterminer la commission.

1313 novembre. Notes sur les matières civiles et de police de la compétence des juges de paix, 2ème édition corrigée d'après l'état actuel de la législation et de la jurisprudence ; suivies du Code des justices de paix par E.-E. Bard, in 8°, imprimerie de Gauthier à Besançon.

14 Règles de participe, de l'adjectif verbal et de leurs homonymes, d'après une nouvelle théorie des verbes auxiliaires par J.-B. Dessirier, in 8°, imprimerie de Lorquin à Paris.

  • 8 Le Pasquier.

1514 novembre. — Bien que les élections soient terminées depuis huit jours dans toute la province, elles continuent d'être le sujet le plus ordinaire des conversations. Hier, M. Thiébaud, de Salins, nous a donné des détails sur l'élection de Pouillet à Poligny, et ce comme témoin oculaire. Le préfet du Jura8, après avoir terminé l’élection à Lons-le-Saunier de Colin, candidat du ministère on ne sait trop pourquoi, puisqu'il se donne les airs et prétend jouir de tous les avantages de l'opposition, est venu à Poligny pour appuyer celle de Pouillet, qui paraissait beaucoup plus que douteuse. Il était accompagné d'une douzaine de gendarmes qui sont allés traquer les électeurs dans les auberges pour leur intimer l'ordre de voter en faveur de M. Pouillet, avec menaces de destituer les récalcitrants fonctionnaires révocables et de priver de toute protection les communes dont les électeurs n'obéiraient pas à l’impulsion gouvernementale. Il est allé lui-même trouver les électeurs les plus influents et s'est tenu dans la salle du collège pour encourager les timides et surveiller les douteux ; avec de pareils moyens, son candidat ne l'a cependant emporté que de trois ou quatre voix. Ainsi l’on peut affirmer que Pouillet n'est point le véritable élu du collège de Poligny. Sa profession de foi aux électeurs est une pièce vraiment comique par le ton ridicule de la forfanterie ; c'est grand dommage que ses amis, s'apercevant du mauvais effet qu'elle produisait, l'ait retirée ; mais Thiébaud a promis d'en déterrer un exemplaire et de me l'envoyer.

1615 novembre. — On parlait hier des singulières amours de nos poètes à sentiment ; l'objet des attentions de M. de Lamartine est une servante d'auberge de Genève et la dame à qui Sainte-Beuve a dédié les poésies de Joseph Delorme est, dit-on, la petite Madame [...], femme du directeur des postes. Pour qui la connaît, cela n'est pas croyable, mais ceux qui l'affirmaient paraissaient gens très bien informés.

1716 novembre. — Première neige de la saison.

18— Jouffroy est parti par le courrier pour Paris. Il a rencontré ce matin M. Bourgon chez le recteur. M. Bourgon lui a tendu la main et il n'a pas pu s'empêcher de répondre à cette marque d'affection, mais il l'a fait avec répugnance. Cette conduite de Jouffroy ne me semble ni parlementaire, ni philosophique. De ce que deux hommes se sont trouvés en concurrence aux élections, s'ensuit-il qu'ils doivent être ennemis ? Je ne le pense pas ; ou bien, dans un temps donné qui serait même assez court, dans un pays où le gouvernement représentatif serait en vigueur, tous les hommes de quelque mérite seraient ennemis acharnés.

1917 novembre. — Après avoir lancé sa profession de foi aux électeurs de l'arrondissement de Lure, l'avocat général Maurice était allé les stimuler. Un de ces électeurs lui dit dans une réunion assez nombreuse qu'il venait de recevoir une lettre dans laquelle on l’engageait à se mettre en garde contre le nouveau candidat dont le caractère était rien moins que solide et, tirant cette pièce de sa poche, en donna lecture à ses collègues. Maurice, indigné qu'on ne crût pas à sa fermeté, dit que l'auteur de la lettre, quel qu'il fût, en avait menti et qu'il autorisait toutes les personnes présentes à répéter ce propos à l'auteur de la lettre, qu’il qualifia de la manière la plus offensante. Cette lettre avait été écrite par M. Genoux, l'un des députés de la Haute-Saône et le propos de Maurice lui ayant été répété, il est venu avant-hier à Besançon pour lui en demander raison. C’eût été chose vraiment curieuse à voir que l'avocat général, chargé par sa place de poursuivre les duellistes, se portât de sa personne sur le pré, une épée ou un pistolet à la main. Mais il n'en est pas arrivé ainsi. Les deux adversaires se sont rencontrés chez le conseiller Véjux, député et l'ami de tous les deux ; là, Maurice, non sans de longues explications, a déclaré par écrit qu'il n'avait pas eu l'intention d’injurier M. Genoux qui s'est contenté de ses excuses. La chose est donc terminée complètement.

2018 novembre. — Le nouveau pont de Bregille est terminé ; il sera livré à la circulation dans le courant de la semaine.

2119 novembre. — Un règlement de police défend la fonte des suifs dans l'intérieur de la ville. M. Bauthias, l’un des principaux fabricants de chandelles, avait établi son travail dans une des cavités qui se trouvent dans le rocher de la Citadelle, à l'entrée du faubourg de Rivotte. Hier à la nuit, la partie saillante de cette cavité, en se détachant subitement, a écrasé la fille de service de M. Bauthias, et lui-même a été blessé par un éclat de pierre mais, dit-on, assez légèrement. Ce matin des soldats de corvée ont été commandés pour enlever les débris de ce rocher et rechercher le cadavre de cette pauvre fille pour lui rendre les derniers devoirs. A midi cette opération n'était pas terminée.

2220 novembre. — Le corps de la malheureuse fille de M. Bauthias a été retrouvé, mutilé de manière à ne pas laisser de doute aux gens de l'art qu’elle eût pu jamais être ramenée à l'état de santé ; mais comme la tête n'avait pas été frappée par le rocher, ils conjecturent, ce qui est horrible à penser, qu'elle n'a pas perdu la vie aussi promptement qu'on devait l'imaginer à la vue de la masse sous laquelle elle était ensevelie. Les honneurs de la sépulture lui ont été rendus avec toute la décence possible en pareil cas.

2321 novembre. — Victor est redescendu de ses montagnes pour retourner en Hollande où il va passer l'hiver ; il se propose de s'arrêter une quinzaine de jours à Paris pour tâcher de vider une ancienne querelle qu'il a avec le Théâtre français, puis il continuera sa route. Pendant son séjour à Pontarlier, il a continué de travailler à son Histoire de la littérature des pays du Nord ; mais la matière s'allonge et comme il ne veut donner au public qu'un travail consciencieux, il recule l'époque de la publication.

2422 novembre. — Messe de Sainte-Cécile. Composition de Roncaglio, notre grand moestro : Eloges et félicitations des amis ; critiques des adversaires et des esprits dénigrants toujours assez nombreux même dans les grandes villes, témoin ce Paris qu'on nous offre toujours pour modèle. Pour mon compte à moi, j'ai été fâché de voir les musiciens relégués dans la tribune de l'orgue ; il m'a semblé qu'ils devaient y être moins à l'aise et je suis sûr aussi que, n'étant pas stimulés par les spectateurs, tous n’ont pas fait ce qu’ils auraient pu faire. Deux belles quêteuses, Mme Tourangin et Mme de Magnoncour, qui a eu dans l'après-midi un petit accident et que je quitte au moment où je jette ces lignes. Il est minuit.

  • 9 Weiss était opposé à l’entrée de César Convers à l’Académie, en raison de ses opinions politiques  (...)

2523 novembre. — Séance de rentrée de l'Académie : elle était assez nombreuse. M. Clerc fils y a lu un excellent mémoire sur le camp romain qu'il vient de découvrir aux environs de Champlitte. Il a été retenu pour la séance publique. Au commencement de la séance, le secrétaire perpétuel Pérennès avait donné communication à la compagnie d'une lettre de M. Proudhon, réponse à celle où on le félicitait de sa nomination à l'Académie des Sciences. Je ne sais où le nouvel académicien, homme d’esprit et de talent, avait la tête quand il a écrit cette lettre qui restera comme un monument curieux de pathologie. Convers assistait pour la première fois à la séance et le hasard m'avait placé près de lui9.

2624 novembre. — La commission des arts vient d'acheter pour le musée, au prix de 700 fr, un tableau de l'école espagnole représentant saint François-d'Assise. C'est une très belle chose, n'en déplaise à M. de Magnoncour qui trouve la touche de l'artiste un peu dure. Mais quelle correction dans le dessin, quelle vérité dans la tête et surtout quelle expression ! Ce morceau sera probablement pendant bien des années un des morceaux les plus remarquables du musée, dont la haute sagesse du conseil municipal n'a pas encore déterminé l'emplacement d'une manière définitive.

2725 novembre. — Le bruit s'est répandu, d'après les journaux de Paris, que M. l'abbé Cart était nommé à l'évêché de Nîmes en remplacement de M. de Chaffois. Mais il n'en est venu aucune nouvelle à l'archevêché ni au séminaire, en sorte que l'on doit regarder ce bruit au moins comme prématuré. Ce dont je me souviens très bien, c'est d'avoir entendu dire, il y a quelques années, à M. Jouffroy, que M. Guizot, alors ministre des cultes, pensait à M. Cart pour un évêché et qu'il lui réserverait celui de Nîmes, l’un des sièges qu'il est le plus nécessaire de pourvoir d’un prélat instruit et tolérant.

2826 novembre. — Mon ami Monnier me mande qu'il est occupé à rédiger une notice sur le fameux chef de guérilla Lacuzon, à vue de documents qu'il a trouvés chez Balland, à Lavigny, l'un de ses descendants.

2927 novembre. — Aujourd'hui Besançon a fait une nouvelle perte par la mort du docteur Barrey, l'un de nos meilleurs médecins. C'était un homme d'esprit et de cœur que j'ai beaucoup connu, sans être lié avec lui d'une manière intime. Sa première éducation, comme celle de tant d'hommes de notre temps, avait été manquée, mais il y avait suppléé autant qu’il est possible de le faire, en recommençant ses premières études consciencieusement. Sans être un novateur en médecine, il n'était point ennemi du progrès et personne plus que lui n'a contribué à propager la vaccine dans la province. Le nombre des enfants qu’il a vaccinés s'élève à plus de cent mille. Il a remporté plusieurs prix sur des questions médicales dans différentes académies, et il était le fondateur de la Société de médecine qui n'a subsisté que quelques années par le défaut d'union entre les principaux médecins. Le trait le plus saillant de son caractère était une gaieté folle qu'il a conservée jusque dans les moments lucides d'une attaque d'apoplexie à laquelle il a succombé le troisième jour. Il était âgé de 66 ans. La mort de Barrey afflige beaucoup Nodier et cet excellent Berthevin dont il m'apporta une lettre il y a sept jours ; je n'eusse jamais pensé que je ne devais plus le revoir que sur son lit de mort, sans qu'il pût me parler ni me reconnaître.

3028 novembre. — M. Clerc fils, dont le zèle pour la province ne se ralentit pas, se propose de faire une carte de l'ancienne Séquanie, dans laquelle seront indiqués tous les débris d'antiquités romaines dont il reste encore quelques traces. C'est un travail extrêmement utile et que personne n'est plus en état de faire que le judicieux auteur du mémoire couronné l'année dernière par l'Académie et de la découverte du camp romain dont nous avons parlé il y a quelques jours.

3129 novembre. — La rentrée de la Faculté des lettres, retardée par la mort déplorable du professeur Bach, a eu lieu aujourd'hui. C'est Pérennès, en sa qualité de doyen, qui a prononcé le discours d'ouverture. Ce morceau, dans lequel il n'a pu se dispenser d'indiquer la cause du retard de l'ouverture des cours, n'était pas facile à faire. Cependant il s'en est tiré fort habilement quoiqu'il n'ait eu que peu de jours pour le préparer.

3230 novembre. — Il est question d'un virtuose âgé de 13 ans que l'on doit entendre dans une prochaine réunion chez M. de Vienne ; il se nomme Lelong et joue du violon avec une perfection, un aplomb et une netteté très rare dans les artistes consommés. Il est élève de Gantz à qui ce sujet ne peut manquer de faire beaucoup d'honneur.

Notes

1 Weiss écrit le nom tantôt Colard, tantôt Collard. L'Annuaire du Doubs de 1837 adopte la première graphie, mais celui de 1821 la seconde.

2 Les fils de Désiré Ordinaire : Edouard, docteur en médecine, et Léon, lieutenant au 12ème régiment d'artillerie.

3 Georges Genoux-Prachée (Vesoul 1794-1846), avocat et conseiller de préfecture, était d'une famille savoyarde venue s'installer en Comté pour y faire le commerce des étoffes.

4 « Bach, Georges-Henri, professeur de Philosophie, né à Paris le 25 janvier 1808, élu le 28 janvier 1837 [à l'Académie de Besançon], † le 8 novembre 1837 ». Listes académiques de 1805 à 1900, dans la Table générale des bulletins de l’Académie... de 1805 à 1900 par MM. J. Gauthier, J. de Sainte-Agathe et R. de Lurion, 1901.

5 Guillaume de Saint-Amour (Saint-Amour v. 1210-1273), reçu docteur en Sorbonne, il enseigna à Paris où il devint syndic de l'Université. La publication en 1256 de son ouvrage, Des périls des temps, l'avait fait exclure de l'Université et exiler par saint Louis, mais il revint triomphalement à Paris, porté par le soutien des écoliers et des docteurs séculiers.

6 Voir Journal, i, p. 263, note 16 ; ii, p. 357, note 26.

7 Jean-Antoine-Michel Agar, comte de Mosbourg (1771-1844) est cité par l'impartial du 7 octobre 1837 parmi les pairs alors créés par le roi.

8 Le Pasquier.

9 Weiss était opposé à l’entrée de César Convers à l’Académie, en raison de ses opinions politiques : voir ci-dessus dans ce volume sur Convers, et sur ce que pense Weiss de la prise en compte des opinions politiques dans les élections à l'Académie.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search