Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1837

Octobre 1837

Texte intégral

11 er octobre. — C'est demain que commencent les vendanges à Besançon. Le raisin n'est pas mûr, ainsi la récolte, médiocre pour la quantité, sera plus médiocre encore sur le rapport de la qualité.

22 octobre. — Les travaux de la nouvelle salle de la Bibliothèque se poursuivent avec assez d'activité pour que l'on puisse espérer qu'elle sera terminée entièrement dans le courant de l'année prochaine. Tous les ouvrages en maçonnerie sont achevés et les fenêtres que l'on vient de placer permettront aux menuisiers de ne pas discontinuer pendant l'hiver le posage des tablettes et des armoires.

33 octobre.L'Impartial paraîtra désormais trois fois par semaine. Le numéro d'aujourd’hui annonce la mort de l’abbé Longin, de Gray, curé de Saint-Louis à Paris, qui s'était fait une sorte de réputation par son talent pour la chaire. Il aurait dû prononcer le panégyrique de saint Louis devant l’Académie française, mais la révolution de Juillet le priva de cet honneur. Je crois qu’il a publié quelques opuscules.

44 octobre. — J'ai reçu une lettre de X. Marinier du 16 septembre, datée de Lingby ; il m'annonce que ses Lettres sur l'Islande ont été traduites en danois et que la société des critiques de Copenhague vient de lui adresser un diplôme de correspondant, en le dispensant des droits d’inscription qui s’élèvent à 150 francs ce qui n'est pas, dit-il, une petite somme dans sa position pécuniaire.

  • 1 Monseigneur Petitbenoît de Chaffois.

55 octobre. — On a reçu la nouvelle de la mort de Monseigneur l'évêque de Nîmes1, qui est très regretté dans son diocèse à raison de son esprit de tolérance et de ses vertus chrétiennes. Dans le temps qu'il était au ministère, M. Guizot disait que pour remplacer ce prélat, il tenait en réserve le bon abbé Cart, l'un de nos plus dignes vicaires généraux, mais il est fort douteux que son successeur ait la même pensée.

66 octobre. — Une ordonnance du roi, arrivée ce matin, crée cinquante nouveaux pairs. Dans le nombre est notre compatriote, le lieutenant-général Delort, à qui cette faveur était promise depuis longtemps. Sa nomination à la pairie laisse vacante la place de député de l'arrondissement de Poligny ; ainsi notre ami Béchet peut avancer franchement sa candidature.

77 octobre. — Le conseil général du département de la Vendée vient d'ajouter une somme de 2.000 francs à celle de 5.000 qu'il avait précédemment votée pour l'érection d'un monument à la mémoire du lieutenant-général Travot, de Poligny, l’un des hommes qui ont le plus contribué à la pacification de ce pays.

  • 2 D'après l'ouvrage de Wicks et Schweitzer, The parisian Stage, alphabètical Indexes of Plays and Au (...)

88 octobre. — M. d'Epagny vient de faire jouer au théâtre de la Porte-Saint-Martin un drame intitulé : Dussombray ou les deux faussaires2. Cette pièce n'a point eu de succès suivant l'aristarque du Journal de Paris ; cependant les représentations s'en succèdent depuis huit jours.

99 octobre. — Le chapitre métropolitain a célébré aujourd'hui un service pour Mgr de Chaffois, évêque de Nîmes, ancien chanoine et grand vicaire de Besançon.

  • 3 Anatole Devosge (Dijon 1771-1850), fils de François Devosge à qui il succède comme directeur de l’ (...)

1010 octobre. — M. Devosge3, fils d'un des artistes qui font le plus d'honneur à notre province, artiste lui-même mais appartenant par sa naissance à la Bourgogne, directeur de l'école de dessin de Dijon et directeur du Musée, est venu visiter aujourd'hui les tableaux qui doivent un jour former le musée de Besançon. Il a trouvé de fort belles parties dans le Léonard de Vinci de Gigoux mais il a réservé toute son admiration pour la Pieta du Bronzino, que Lancrenon vient de restaurer d'une manière si admirable. Il est resté trois quarts d'heure devant cette toile comme en extase, n'ouvrant la bouche que pour louer l’ensemble et les détails de cette merveilleuse composition dont peu de personnes ici sont en état d’apprécier le mérite.

  • 4 L'Ecole de dessin, dont la création avait été suscitée par les efforts de Luc Breton et de Jean-Me (...)

1111 octobre. — On commence à travailler à l'agrandissement de la salle de dessin4, trop petite pour les élèves qui se pressent au cours. La saison me semble bien avancée pour un semblable travail, mais l'architecte n'en juge pas ainsi puisqu'il vient de faire enlever toutes les tuiles des couverts pour pouvoir exhausser le bâtiment sur toute sa longueur. Ainsi les amis des arts n'ont comme moi d'autre ressource que de prier Dieu d'éloigner la pluie.

1212 octobre. — Dans une course qu'il vient de faire aux environs de Champlitte, M. Ed. Clerc a découvert un camp romain tout à fait inconnu. Cette découverte sera l'objet d'une dissertation dont il s'occupe maintenant et qu'il compte pouvoir lire à la rentrée de l'Académie.

1313 octobre. — La nouvelle est arrivée ce matin de la mort de Charles Fourier, le chef des phalanstériens. Il est mort à Paris le 10 octobre à 65 ans. C’était un homme admirable, un grand génie suivant ses disciples enthousiastes et, suivant les autres, un songe-creux dont les systèmes n'avaient pas le sens commun. L'Impartial, rédigé par Just Muiron, son admirateur le plus exalté, ne peut manquer d'offrir dans un de ses prochains numéros une longue et curieuse nécrologie de l'auteur du Traité de l'association.

  • 5 Probablement l'ouvrage de dom Bernard de Montfaucon : Les monuments de la monarchie française, 5 v (...)

1414 octobre. — Le jeune Clésinger se propose d'envoyer un morceau de sa façon à l’exposition prochaine ; il a choisi pour sujet de son groupe Le roi Jean à la bataille de Poitiers ; il est venu hier à la Bibliothèque consulter Montfaucon5 pour les costumes de l'époque. S'il accomplit son projet, nous aurons l’occasion de reparler de son ouvrage.

  • 6 J.-B. Barçon, membre du conseil général du Doubs, avoué et juge à Baume-les-Dames.

1515 octobre. — La rage d'être député s’est emparée de tout le monde, comme s’il y avait de l'argent à gagner. C’est vraiment étonnant dans ce siècle calculateur. Jamais on n’a tant vu de patriotisme et de désintéressement. Des anciens, il n’y a pas un seul qui quitterait volontairement. Parmi les nouveaux aspirants, on cite M. Pouillet qui demande aux électeurs de Poligny la succession du général Delort ; il a pour concurrent le conseiller Béchet. M. Paravey se présente à Gray, l’avocat général Maurice à Lure, le juge Barçon à Baume, etc.6 Il n’est pas jusqu'à ce pauvre Pauthier qui sente dans son cœur le devoir de sauver le pays, mais il n'aurait pas dix voix et force lui est d'ajourner l'explosion de son zèle.

  • 7 Undervelier, en Suisse, actuellement dans le Canton du Jura.

1616 octobre. — En attendant le bonheur d’être député, Pauthier s’est remis à faire des vers ; il m'en a lu de fort jolis qu'il a récemment improvisés sur un petit bal à Vaire, auquel il aurait pu prendre une part active s'il avait su danser, car il y avait disette de cavaliers. Ceux qu’il a faits pendant son séjour aux forges d'Indervilliers7 me plaisent beaucoup moins quoique plus travaillés. Depuis Delille, dont on se moque tant et avec si peu de raison, le secret des vers descriptifs est à peu près perdu, et je ne pense pas que Pauthier soit prédestiné à le retrouver.

  • 8 Salvandy.

1717 octobre. — M. Orfila qui, lors de son passage à Besançon, avait été si bien renseigné par le fils Vertel sur la Bibliothèque, n’a pas manqué d'en faire un paragraphe de son rapport au ministre8 sur la situation pratique des écoles de médecine. Ce rapport imprimé dans le Journal de l'Instruction publique, s'il parvient à la postérité, lui apprendra qu'en 18.37 la ville de Besançon ne possédait qu'une demi-douzaine de volumes de médecine et que la Bibliothèque n'était ouverte au public que deux heures par semaine, en sorte que les carabins ne pouvaient pas la fréquenter.

1818 octobre. — M. l'abbé Lacordaire, venant de Rome, est passé hier à Besançon avec le supérieur des bénédictins de Solesmes ; ils sont venus à la Bibliothèque accompagnés de l'abbé Doney, mais jetait malheureusement absent lorsqu'ils s'y sont présentés, en sorte que j'ai été privé du plaisir de les voir.

1919 octobre. — L’avocat général Maurice est venu me communiquer la profession de foi qu'il a l'intention d'adresser aux électeurs de l'arrondissement de Lure dont il sollicite les suffrages pour la députation. La lecture que j’ai faite de cette pièce m'a confirmé dans l'opinion que l'on peut avoir de la réputation comme orateur et fort mal écrire, par exemple l'avocat de Merey.

2020 octobre. — Le professeur Bugnet, avec qui je viens de dîner, m'a déclaré que jamais il n'avait eu l’intention de se mettre sur les rangs pour la députation au collège de Pontarlier, et que, s’il lui prenait un jour la fantaisie d'être député, ce ne serait point dans ce pays-ci qu'il briguerait les suffrages. Il n'a donné ni reçu de dîner à Levier où il n'a pas mis les pieds depuis son retour de Paris, et tout ce qu'on a dit de sa candidature n'a pas l'ombre de réalité.

2121 octobre. — Les disciples de Fourier se proposent de lui faire frapper une médaille. Maire a dû recevoir des propositions de leur part pour graver le coin.

2222 octobre. — A mesure que les élections approchent, les candidats redoublent d'ardeur ; l'avoué Barçon, aujourd'hui juge à Baume, vient de faire imprimer sa profession de foi. L'Impartial en la reproduisant l’a fait suivre d'un examen de ses titres à la confiance des électeurs et lui déclare que l'arrondissement présente dans les divers ordres des hommes plus capables et surtout plus dignes de représenter le pays. C'est la première fois dans notre province que l'on voit les journaux discuter sérieusement les titres des aspirants à la députation, et l'avoué Barçon ne doit pas être satisfait que la critique se soit tout d'abord adressée à lui. Né pauvre, il est devenu riche et l'éloge qu'il fait de la délicatesse n'est pas propre à détruire les soupçons qui planent sur sa probité. L'arrondissement de Pontarlier a dans le jeune d'Aubonne un candidat légitimiste ; sa profession de foi est simple et courte, mais comme elle n’est appuyée sur rien de solide, ni services, ni talents, sa pétition aux électeurs ne peut être accueillie avec faveur.

  • 9 Narcisse-Achille, comte de Salvandy (1795-1856) avait dénoncé les abus de l’occupation alliée, tou (...)

2323 octobre. — L'abbé Receveur vient de retourner à Paris. Le jour de son départ, il m'a dit qu’à son arrivée, il irait voir le ministre de l’Instruction publique, M. Salvandy9 pour lui demander de faire cesser l’état provisoire où il se trouve relativement à sa chaire de Sorbonne, et que, s’il n'en obtenait pas une réponse satisfaisante, il publierait une brochure dans laquelle il montrerait au clergé que le gouvernement l'exploite à son profit, sans tenir compte de l'intérêt de la religion. Je lui ai demandé s'il croyait qu'il y eût dans l'état des choses péril réel pour la religion ; il m'a dit que oui. « Dans ce cas, lui ai-je répondu, quelle que soit la décision du ministère à votre égard, il est de votre devoir de pousser l'alarme en imprimant sur-le-champ votre brochure. — Oh ! m'a-t-il dit, certainement je la publierai, mais si j'obtiens ma nomination définitive, je ne pourrai me dispenser d'en retarder la publication. » C'est à celui qui lira cette note quand je ne serai plus que je laisse le soin d'apprécier le catholicisme de l'abbé Receveur.

2424 octobre. — Le bruit court depuis quelques jours que M. le conseiller Bourgon se met sur les rangs pour la députation intra muros, en concurrence avec M. de Magnoncour ; je ne voulais pas le croire. On disait que ses frères cherchaient à lui gagner des suffrages dans les cantons de la montagne où ils ont des propriétés ; je prétendais que c'étaient des mensonges, des calomnies indignes. M. de Magnoncour avait invité M. Bourgon à dîner pour aujourd'hui avec le préfet et quelques amis intimes. Au moment de se mettre à table est arrivée une lettre de M. Bourgon qui s'excuse ; je ne sais plus que penser de sa candidature, et me voilà naturellement amené à douter de la sincérité d'un homme que j'ai regardé jusqu'ici comme un type de franchise et de délicatesse ; et voilà deux hommes qui s'aimaient, qui se sont donné de fréquentes preuves d'estime et d'affection, prêts à se brouiller pour la vie. O cæcas hominum mentes !

2525 octobre. — Encore un candidat nouveau pour le collège électoral de Besançon : M. Désiré Ordinaire, directeur de l'Institution des sourds et muets, va faire annoncer dans l'impartial que si les électeurs daignaient l'honorer de leurs suffrages, il en serait très reconnaissant. Véjux, qui se trouvait jusqu'ici sans concurrent, sera très fâché de cette velléité de M. le directeur, mais il n'a pas à le redouter, et je tiens plus que jamais sa réélection pour certaine.

2626 octobre. — Le Journal de Paris annonce une brochure du général Delort : De la Légion d'honneur, dans laquelle il se plaint que, dans ces derniers temps, on ait prodigué la décoration, et demande que le gouvernement décide si la croix de Saint-Louis est ou non abrogée.

2727 octobre. — J'ai dîné hier chez M. de Magnoncour avec le préfet, M. Ordinaire et Jouffroy, qui est venu se reposer de ses courses électorales. Après le dîner, le préfet est allé avec M. de Magnoncour aux débuts de la nouvelle troupe qui donnait une représentation de La Dame blanche. Restés seuls, la conversation est tombée sur les écoles normales dont le recteur Ordinaire développait les avantages ; Jouffroy s'est au contraire montré fort effrayé pour l'avenir, des demi-savants que cette institution doit donner à la France. Tout ce qu'il a dit à cet égard, c'est ce que je pense depuis longtemps et je suis flatté de me trouver d'accord sur ce point avec un homme aussi distingué.

2828 octobre. — M. le conseiller Bourgon s'est porté candidat, non pas au collège de Besançon comme l'on l'avait dit, mais à Pontarlier. Ainsi le voilà concurrent de Jouffroy, son ami depuis bien des années. Lorsque Jouffroy m'a dit qu'on lui mandait de Pontarlier que M. Bourgon s'y mettait sur les rangs pour la députation, j'ai nié le fait que je croyais impossible, mais M. Bourgon me l'a dit lui-même, en me montrant sa réponse aux électeurs qui lui offrent leurs suffrages. Il a voulu s'excuser par toutes sortes de sophismes, mais il ne paraît pas se dissimuler ce qu'il y a de mal dans sa conduite avec Jouffroy, puisqu'il a refusé de le voir. Je lui ai dit tout ce que j'ai pu pour l’engager à se désister, en lui montrant qu'il n'avait aucune chance de succès, mais toute ma rhétorique a été perdue. Son grand argument, le voici : « Je n'ai point sollicité les suffrages contre Jouffroy, mais je ne veux pas refuser ceux que l'on m'offre et qu'il n'aurait pas, lors même que je me retirerais. Ma conduite a toujours été la même, je vais droit. » En disant cela, il traçait une ligne avec le bout de son parapluie sur le pavé. « Oui, lui ai-je dit, vous allez droit, mais vous vous mettez dans la bouc. » Il a ri de l'épigramme et n'en a pas moins persisté.

  • 10 Antoine-Léon Bretillot (1809-1881).

2929 octobre. — Décidément la fièvre électorale nous travaille ; il est heureux que nous touchions au dénouement, sans cela je ne sais comment tout ceci finirait. Hier, il y eu une réunion d'électeurs chez M. Jacquard, banquier rue des Granges. Les électeurs présents étaient au nombre de 76. Trente-six ont voté pour M. de Magnoncour, vingt-cinq pour Gréa et quinze pour Pouillet. Ce dernier candidat n'ayant pas de chances sera abandonné par ses amis politiques. Le médecin Vertel qui le portait, a promis spontanément de donner sa voix à M. de Magnoncour qui a été chaleureusement soutenu par le jeune Hauser et par Bretillot fils10. Cette réunion s'est passée assez tranquillement.

3030 octobre. — M. Pellarin, rédacteur de l'impartial, a été arrêté ce matin à la sortie de l'Ecole de médecine par le fils de M. Jourdain, épicier et membre du conseil municipal, qui lui a demandé s'il était le rédacteur des articles sur M. Barçon, le candidat de l'arrondissement de Baume. M. Pellarin lui a répondu que non, mais qu'il en prenait la responsabilité. Le jeune Jourdain s'est alors jeté sur lui comme un furieux et l'a frappé, dit-on, au visage. Pellarin, revenu de sa surprise, a corrigé son insolent adversaire, mais les choses ne peuvent pas se terminer de cette manière ; il y a eu provocation et demain, il doit y avoir une rencontre derrière la Citadelle.

3131 octobre. — Las d'attendre son adversaire sans le voir arriver, Pellarin a envoyé son témoin chez M. Jourdain pour savoir la cause de son retard. Jourdain fils avait été enfermé dans sa chambre par son père qui a déclaré qu’il ne voulait pas que son fils se battît ni qu’il fît des excuses, parce que ce n’était pas l’usage dans sa famille. Voilà le sujet des entretiens de la journée ; mais Pellarin n'est pas homme à reculer après s'être avancé si loin, et nous ne tarderons pas d'apprendre la fin de celle affaire dans laquelle le provocateur a tous les torts.

Notes

1 Monseigneur Petitbenoît de Chaffois.

2 D'après l'ouvrage de Wicks et Schweitzer, The parisian Stage, alphabètical Indexes of Plays and Authors, part III, 1831-1850. University of Alabama, 1961, la pièce de Violet d'Epagny paraît avoir été jouée le 30 septembre 1837 sur la scène du Théâtre de la Gaîté.

3 Anatole Devosge (Dijon 1771-1850), fils de François Devosge à qui il succède comme directeur de l’Ecole de dessin de Dijon, devenue Ecole des Beaux-Arts ; élève de David et de son père.

4 L'Ecole de dessin, dont la création avait été suscitée par les efforts de Luc Breton et de Jean-Melchior Wyrsch, avait été abritée au xviiième siècle dans une maison située derrière l'hôpital du Saint-Esprit, puis dans un bâtiment construit en 1807 rue Mairet, à l'angle de la promenade Granvelle, où enseignaient Charpentier et Flajoulot, rétribués par la municipalité ; les élèves y sont admis gratuitement (Annuaire du Doubs. 1837).

5 Probablement l'ouvrage de dom Bernard de Montfaucon : Les monuments de la monarchie française, 5 vol. avec fig., 1729-1733.

6 J.-B. Barçon, membre du conseil général du Doubs, avoué et juge à Baume-les-Dames.

7 Undervelier, en Suisse, actuellement dans le Canton du Jura.

8 Salvandy.

9 Narcisse-Achille, comte de Salvandy (1795-1856) avait dénoncé les abus de l’occupation alliée, tout en se montrant hostile aux ultras. Maître des requêtes, puis conseiller d'Etat, il sera à deux reprises ministre de l'Instruction publique, de 1837 à 1839 puis de 1845 à 1848, avec dans l'intervalle un passage dans la diplomatie. Membre de l'Académie française en 1836, il devait créer l'Ecole d'Athènes.

10 Antoine-Léon Bretillot (1809-1881).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search