Version classiqueVersion mobile

La République jusqu’à la mort

 | 
Jean-Claude Barbier

Annexes

Texte intégral

Annexe 1

  • 1 Le texte manuscrit figure dans un recueil appelé « Cahier d’honneur », Lycée Lamartine de Mâcon, de (...)

1Composition littéraire en l’honneur de Lamartine (Alfred Golliard, Lycée Lamartine, mai 1900)1

2« Messieurs,

3Puisqu’on veut bien nous permettre de mêler notre voix à celles qui viennent de célébrer si éloquemment notre grand poète, je vais dire quelle vénération profonde nous lui portons, et de quel ardent amour nous brûlons pour lui.

4Nous prions ses nobles descendants de recevoir, ici, ces quelques mots, comme un hommage respectueux rendu à la mémoire de leur illustre ancêtre. Et, je demande à l’assistance distinguée, dont la présence jette un si vif éclat sur cette solennité, de me prêter une oreille indulgente.

5Et toi, ô Poète, que ta bonté daigne accueillir les paroles mal assurées d’un cœur qui t’aime, avec toute la sincérité de son âge.

6Depuis longtemps, déjà ce lycée porte ton nom. Aujourd’hui, par l’heureuse inspiration de nos aînés, on y élève ton buste ; désormais, tu en es le dieu protecteur, l’âme qui l’anime et lui confère à nos yeux un caractère sacré.

7Quand nous franchirons le seuil de cette maison où nos intelligences se sont formées, où sont écloses nos premières pensées, nous emporterons, avec le cher souvenir des maîtres dévoués qui ont consacré leur vie à faire de nous des hommes, l’image auguste du poète planant sur elle.

8Que ton souffle puissant, ô Lamartine, descende donc sur nous ; qu’il vienne donner à nos esprits une étincelle de ton génie, et communiquer à nos volontés quelque chose de ce pur et saint enthousiasme dont ta vie débordait et dont tes vers sont pleins.

9Et pourtant, ce grand génie, cette nature si noble, ce cœur si passionné, la jeunesse d’aujourd’hui semble le négliger : elle ne comprend plus ses chants, ou plutôt elle ne les lit plus. Mais il est encore de jeunes âmes qui lui demeurent fidèles, et font de la poésie leur aliment. Pour nous, nous aimons Lamartine, et, cela, d’abord, par tradition. Mais nous l’aimons aussi pour d’autres raisons, plus intimes et plus profondes.

10Lamartine, en livrant au lecteur son poème de Jocelyn, dit : « Cela doit être lu comme cela fut écrit : c’est le rêve d’un cœur de seize ans ». Cette phrase pourrait servir d’épigraphe à toute son œuvre. Lamartine, en effet, a gardé une âme toujours jeune ; les déceptions, les chagrins, la misère même, n’ont pas éteint en lui l’enthousiasme, n’ont pas étouffé l’espoir d’une vie radieuse et triomphante, n’ont pas trahi enfin les sources de poésie intérieure, qui remplissent l’âme de chacun de nous d’une céleste harmonie.

11Cependant, Lamartine n’a pas échappé à cette langueur propre aux hommes de son époque : mais ce n’est là que le côté morbide de sa nature. Sa tristesse, d’ailleurs, n’a rien de la mélancolie qui assombrit le René de Chateaubriand ou le Werther de Goethe. Si Lamartine pleure, ses larmes apportent avec elles la résignation, cette vertu chrétienne qui donne à l’âme une vigueur toute nouvelle. Mais n’essayons pas de le justifier de cet état d’esprit. Sa mélancolie n’est pas originale et elle apparaît comme la partie monotone et surannée de son œuvre. Ce n’est pas cette morne rêverie que nous aimons en lui : le Lamartine du Premier Regret n’est pas le nôtre.

12Le Lamartine que nous aimons, c’est le jeune poète, tel qu’un portrait nous le représente, d’une beauté suave et féminine, avec des cheveux bouclés sur les tempes, un menton d’éphèbe grec, une admirable finesse d’intelligence et de race répandue sur tous les traits : le poète plein de force et d’ardeur, attiré par un attrait invincible vers le brillant soleil d’Italie, vers les grandioses paysages de l’Orient qui laissèrent dans son âme une impression de lumière et de parfums ; le poète de la raison enfin, de la raison, dis-je, car, à ses yeux, la poésie ne devait être que la « raison chantée ».

13C’est avec ce poète là que nous sympathisons, et que nous dirons, comme il le souhaitait : « Nous prions avec tes paroles, nous pleurons avec tes larmes, nous invoquons avec tes chants ». C’est parce que « cette énergie de bons désirs, cette sainteté de volonté, cette sève de passions généreuses » qu’il reconnaît dans nos âmes, remplissent ses poèmes ; c’est parce que sa poésie est « une âme écrite » ; c’est parce que, sous ses vers, nous trouvons un cœur qui bat à l’unisson du nôtre, que nous l’aimons.

14Nous l’aimons aussi car il est le poète des grandes idées éternelles : le culte de la famille, l’attachement au pays natal, le travail, la destinée de l’homme, l’immortalité, tels sont les sujets très nobles vers lesquels il entraîne incessamment notre pensée. Il sait leur imprimer une sorte de solennité qui fait songer aux grands poètes de la Bible, aux grands philosophes de la Grèce. Ainsi, quand il prêche la charité aux hommes :

« Vous vous assisterez dans vos misères
Vous serez l’un à l’autre, enfants, pères et mères
Le fardeau de chacun sera celui de tous
La charité sera la justice entre vous ».

15Mais ce que nous aimons, surtout, en Lamartine, c’est l’homme d’action loyal, l’ardent et sincère patriote, sublime. Interprète des aspirations démocratiques, le gardien de la République de nos pères, le défenseur de notre drapeau.

16Lamartine, lui-même, mettait les actes de sa vie sociale bien au-dessus de ses chants ; sans aller jusque-là, nous pouvons dire que sa vie et ses chants sont également dignes d’une belle âme. L’idéal qu’il se faisait de l’existence humaine était d’ailleurs véritablement grand : au commencement, « la poésie de l’amour et du bonheur » ; au milieu « le travail, la guerre, la politique, toute la partie active, qui demande la lutte, la sueur, le sang, le courage, le dévouement » ; à la fin, quand la tâche est faite, « le recueillement et le repos ».

17Son idéal, c’est le nôtre ; et, s’il ne nous appartient pas d’être, comme lui, des meneurs de peuple, et de donner l’empreinte de notre pensée à toute une génération − du moins comprendrons-nous la nécessité sainte d’agir, de nous mêler à la vie militante de notre temps, et d’apporter « chacun notre pierre et notre ciment » à l’édifice social de l’avenir.

18Lamartine n’attendait pas moins de nous :

19« Quand on est comme moi, dit-il, dans la confidence de ces multitudes de jeunes âmes qui arrivent, jour par jour, à la vie active, on ne peut plus se décourager de l’espérance et de la confiance dans l’humanité ».

20Confiant dans l’Humanité, il espérait en Dieu. Ce fut là sa grande force. Jamais il n’eut une minute de doute ou de défaillance ; dans ses malheurs mêmes, il a toujours attendu avec assurance

21« … le jour sans fin de l’immortalité ».

22Et son dernier cri, le cri que son âme, prête à s’échapper, nous a légué, qu’il a fait graver sur son tombeau, est encore un cri d’espérance : « Speravit anima mea » !

23Nous l’espérons avec toi, ô Poète ; car nous ne pouvons douter qu’il n’y ait eu en toi quelque chose de divin. Tes chants vivront chez les enfants des hommes, plus longtemps que ceux d’Homère, parce qu’ils ne sont pas l’expression de la fable, mais celle des sublimes et éternelles vérités du cœur humain.

24Et nous, qui maintenant vivons de ton espérance − si plus tard viennent des moments d’incertitude et de faiblesse, nous reverrons ton noble visage, illuminant de ton regard prophétique la cour d’honneur de notre cher Lycée, et nous nous souviendrons de tes consolantes paroles :

« Marche au flambeau de l’espérance Jusque dans l’ombre du trépas
Assuré que la Providence
Ne tend point de piège à tes pas ! »

25Alfred Golliard, Rhétorique (1899-1900), Lycée Lamartine, mai 1900.

Annexe 2

Tableau 1. Carrières de préfets nés au début des années 1880

Tableau 1. Carrières de préfets nés au début des années 1880

Annexe 3

Sources écrites sur l’histoire de Cluny sous l’Occupation et dans la Résistance.

26Akkard Philippe, Parachutiste au 3è SAS, ma guerre 1939-45, Saint-Cloud, Atalante, 2007.

27Amicale des déportés de Cluny, Février 1944, Le pire c’est que c’était vrai, Mâcon, éditions JPM, 2005.

28Chanut Robert, Parcours d’un déporté, matricule 62122, Marnay, 2008.

29Chanut Robert, Mauthausen Gusen 1, l’après déportation (1945-2010), Marnay, 2010.

30Chanut Robert, 365 jours de survie à Gusen, ô terre de détresse, Marnay, 2011.

31Chantin Robert, Des temps difficiles pour des résistants de Bourgogne, échec politique et procès, (1944-1953), Paris, L’Harmattan, 2002.

32Dubouin Jacques [pseudo. Capitaine Jacques], Maquis-Victoires, Mulhouse, Alsatia, 1944.

33Fault pas y crainsdre, histoire du commando de Cluny, 4e Bataillon de choc, racontée par ses anciens, Mâcon, Éditions Bourgogne Rhône Alpes, 1974.

34Jeannet André et Velu Marie-Hélène, L’Occupation et la Résistance en Saône-et-Loire, Mâcon, Imprimerie Gathéron, 1991.

35Jeannet André, Mémorial de la Résistance en Saône-et-Loire. Biographies des résistants, Mâcon, JPM imprimerie, 2005.

36Juillard Raymond, La caisse de grenades, Bussières, R. Julliard, 1997.

37Martinerie Jean, Éléments pour une approche historique, la Résistance en Clunysois et lieux circonvoisins, Cluny, Amicale des déportés de Cluny et du Clunysois, 2010.

38ROCHATClaude, Les compagnons de l’espoir, Mâcon, Comité départemental ANACR, 1987.

39Ruby Marcel, La guerre secrète, le SOE en action, Paris, Éd. Empire, 1985.

40Ruby Marcel, Le mémorial du Coq enchaîné, préface de Louis Pradel, Lyon, CRDP, 1976.

41Viguié-Moreau Marie-Madeleine, Les orphelins de la Saint-Valentin, histoire vraie d’une enfance brisée, Paris, L’Harmattan, 2004.

42Veyret Patrick, Histoire de la Résistance en Saône et Loire, Maquis, Forces spéciales et SAS, Chatillon sur Chalaronne, La Taillanderie, 2001.

Annexe 4

  • 2 Sources : délibérations du conseil municipal (Archives municipales de Cluny) pour les procès-verbau (...)

Tableau 2. Conseil municipal de Cluny (1935-1944)2

Tableau 2. Conseil municipal de Cluny (1935-1944)2
  • 3 Les précédentes élections municipales avaient eu lieu le 28 Octobre 1933 - Petitjean, maire ; Renau (...)
  • 4 Arrêté du préfet Paul Brun, 21 février 1941. Les nouveaux nommés sont Clémentin Maurice, tailleur ; (...)
  • 5 Parmi les non-élus de la liste figure Gabriel Lagardelle, directeur de l’école des Arts et Métiers, (...)
  • 6 Plusieurs candidats portent le nom Renaud, dont Renaud-Chalogard. Un des Renaud, adjoint en 1929, p (...)

Note3
Note4
Note5
Note6

Annexe 5

Tableau 3. Préfectures, sous-préfectures et leurs titulaires en Saône-et-Loire (1940-1944)

Tableau 3. Préfectures, sous-préfectures et leurs titulaires en Saône-et-Loire (1940-1944)
  • 7 La zone nord compte 72 communes (116 000 habitants) et la zone sud 82 communes et 36 000 habitants. (...)
  • 8 Secrétaire général du Jura, pour un jour, le 9 février 1939.
  • 9 Né en 1909, avocat. Secrétaire général de la Drôme en octobre 1940, revient au ministère de l’Intér (...)
  • 10 Émile Gustave, né à figeac, le 23 février 1892 : docteur en droit, avocat à Toulouse, il est secrét (...)
  • 11 Intérimaire. Non identifiable dans l’annuaire 1943 de l’administration, ni dans le Dictionnaire de (...)

Note7
Note8
Note9
Note10
Note11

Annexe 6

Tableau 4. Le réseau Tiburce (Ditcher) : 68 agents homologués en 1946 par Joseph Marchand

Tableau 4. Le réseau Tiburce (Ditcher) : 68 agents homologués en 1946 par Joseph Marchand

Annexe 7

Tableau 5. Les Clunisois assassinés à Hartheim

Tableau 5. Les Clunisois assassinés à Hartheim
  • 12 Les chiffres entre parenthèses citent les pages qui permettent de les identifier dans le livre de J (...)

Note12

Notes

1 Le texte manuscrit figure dans un recueil appelé « Cahier d’honneur », Lycée Lamartine de Mâcon, de l’Académie de Mâcon, aux archives de Saône-et-Loire. Il a été lu le dimanche 27 mai 1900. Les députés Simyan et Dubief, anciens élèves, présents à l’inauguration, n’ont pu manquer de remarquer le jeune et brillant Golliard. Le texte est accessible sur le site des archives de Saône-et-Loire.

2 Sources : délibérations du conseil municipal (Archives municipales de Cluny) pour les procès-verbaux, et L’Union républicaine (numéros du 5 et 8 mai 1935).

3 Les précédentes élections municipales avaient eu lieu le 28 Octobre 1933 - Petitjean, maire ; Renaud-Chaloyard, 1er adjoint ; Lachaize, 2e adjoint ; Garguet, 3e adjoint à la suite de la dissolution du conseil du 8 septembre 1933.

4 Arrêté du préfet Paul Brun, 21 février 1941. Les nouveaux nommés sont Clémentin Maurice, tailleur ; Dauphin Emile, employé SNCF ; Dessoly Georges, notaire ; Duroussay Jean, cultivateur ; Lauprêtre, née Milly, employée banque régionale ; Rousset Paul, épicier ; Cinquin Claudius, propriétaire.

5 Parmi les non-élus de la liste figure Gabriel Lagardelle, directeur de l’école des Arts et Métiers, ainsi que Paul Lutaud, précédement candidat à la députation en 1932.

6 Plusieurs candidats portent le nom Renaud, dont Renaud-Chalogard. Un des Renaud, adjoint en 1929, provoque en démissionnant la nullité de l’élection qui conduisit à la nouvelle élection municipale de septembre 1933.

7 La zone nord compte 72 communes (116 000 habitants) et la zone sud 82 communes et 36 000 habitants. La première comprend le vignoble (Buxy, etc.), Chalon et Montceau-les-Mines (AN, F1 4547).

8 Secrétaire général du Jura, pour un jour, le 9 février 1939.

9 Né en 1909, avocat. Secrétaire général de la Drôme en octobre 1940, revient au ministère de l’Intérieur en février 1941 et mis à disposition du secrétaire général à la Police ; avril 1942, sous-chef de bureau.

10 Émile Gustave, né à figeac, le 23 février 1892 : docteur en droit, avocat à Toulouse, il est secrétaire général de Haute-Savoie en 1929 (3e c.) après avoir été CC du préfet de ce département, puis sous-préfet (2e perso) de Die le 6 janvier 1931. Il est hors cadre en avril 1944, sous-préfet d’Oloron, non installé, puis sous-préfet de Chalon à compter du 21 mai, nommé le 10 mai 1944.

11 Intérimaire. Non identifiable dans l’annuaire 1943 de l’administration, ni dans le Dictionnaire de Bargeton.

12 Les chiffres entre parenthèses citent les pages qui permettent de les identifier dans le livre de Jean-Marie Winkler, Gazage de concentrationnaires au château de Hartheim, l’action 14f13 (1941-1945) en Autriche annexée. Nouvelles recherches sur la comptabilité de la mort, Paris, Éd. Tirésias, 2010. Seuls sont concernés ceux qui sont sur la « liste polonaise » (documents 2 et 3 dans le texte, chap. 5).

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Carrières de préfets nés au début des années 1880
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tableau 2. Conseil municipal de Cluny (1935-1944)2
Légende Note3Note4Note5Note6
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tableau 3. Préfectures, sous-préfectures et leurs titulaires en Saône-et-Loire (1940-1944)
Légende Note7Note8Note9Note10Note11
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 4. Le réseau Tiburce (Ditcher) : 68 agents homologués en 1946 par Joseph Marchand
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36867/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 5. Les Clunisois assassinés à Hartheim
Légende Note12
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36867/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search