Version classiqueVersion mobile

La République jusqu’à la mort

 | 
Jean-Claude Barbier

Chapitre 4. Cluny. De la relégation à la Résistance

Texte intégral

Quand la vie publique est profondément bouleversée, quand les destins individuels s’enchevêtrent aux conjonctures nationales et internationales, en dépendent plus ou moins, il n’y a plus de malheurs isolés dans un pays ; chaque deuil, chaque épreuve, chaque souffrance n’est qu’un fragment du deuil de tous, de l’épreuve nationale, de la souffrance commune.
Jean Zay, Souvenirs et solitude, Paris, Belin, 2010, p. 417 (1re éd. Julliard, 1946)

1Trente-sept ans après, le « retour » à Cluny d’Alfred Golliard, chassé du corps préfectoral et de la préfecture du Jura, ne peut qu’évoquer la formule de sa jeunesse quand il se présentait comme « tombé à Cluny » après sa libération du service militaire, en 1903. La relation de la vie d’Alfred Golliard parvient maintenant au début d’un accomplissement qui culminerait dans sa déportation et son assassinat. On partira des circonstances du choix qui en déclenche la réalisation, choix au cours duquel le préfet n’est pas encore conscient de tout ce qu’il va impliquer. Il faut d’abord considérer comment Golliard se situe parmi ses pairs. Ensuite, précisément, il va changer de communauté de pairs. Cette métamorphose est sans doute un deuil, elle prend quelque temps, mais assez vite, alors que son fils Claude est prisonnier en Allemagne et lui écrit régulièrement, Alfred Golliard entre dans la Résistance organisée, après la rencontre avec son chef à Cluny, Jean Renaud. Golliard se rend utile au groupe, en particulier par sa connaissance de l’administration. (fig. 23). On ne peut imaginer plus radicale transformation sans doute : de fonctionnaire hautement conscient de sa mission au service du public et de l’ordre public, le voilà qui conseille ceux pour qui il faut au contraire contrer la préfecture, les préfets de Vichy, et défaire toutes les missions essentielles de l’administration. On souligne, pour terminer ce chapitre, que cette résistance ne fut pas n’importe quelle résistance, que son symbole fort est le réseau britannique (SOE, Special Operations Executive) dit « Tiburce », qui a rallié autour de lui toutes les forces résistantes dans la petite ville, à part les communistes. Ce sont des gens qu’on dira après-guerre, à tort bien sûr, liés à « l’IS » (Intelligence Service). Cette circonstance les marque, et cette distinction ne serait pas sans conséquence quand ils seraient arrêtés et déportés, ce qu’on verra au chapitre suivant.

fig. 23 - La famille d’AG au restaurant Chanuet, 1942 (avant la « Kommandantur » de Cluny). AF (autorisation JCB)

fig. 23 - La famille d’AG au restaurant Chanuet, 1942 (avant la « Kommandantur » de Cluny). AF (autorisation JCB)

Le choix : Alfred Golliard, un préfet parmi ses pairs

  • 1 Le 23 juin, Le Petit journal indique que le maire Mareschal a déclaré Lons « ville ouverte » et que (...)
  • 2 Georges Augé a été secrétaire général à Lons pendant quelques mois en 1938-1939, et, après avoir ét (...)
  • 3 Les parlementaires ont ainsi voté : les sénateurs radicaux Berthod, Léculier, Pointaire ont voté ou (...)
  • 4 Le scout en haut à droite de la photo représente les Éclaireurs israélites.
  • 5 Jean Laporte n’est pas encore arrivé, installé seulement le 16 novembre 1940.

2Il s’écoule très peu de temps entre le moment où, selon son expression, le préfet « signe sa condamnation », à la fin de juin ou au début de juillet 1940, et son arrivée à Cluny le 23 septembre, après avoir marié sa seconde fille, Michelle, avec le notaire Raymond Vuchot à l’église Saint-Désiré de Lons. Comme on l’a vu à la fin du chapitre précédent, les événements se sont précipités en 1940. En juin, il lui a fallu successivement faire face à l’invasion de la Wehrmacht à Lons, veiller à l’organisation en conséquence des opérations pour la population civile1, à la coupure du territoire entre zone occupée et zone non occupée – plus particulièrement, la perte de contact avec l’une de “ses” sous-préfectures, Dole, où officiait Marius Arnaud, qui ne sera remplacé qu’en janvier 1941 par l’inquiétant Georges Augé2. Il lui a fallu, en juillet, faire face à l’arrivée des réfugiés à Lons, prenant la responsabilité des opérations d’accueil (en particulier celui des Alsaciens juifs expulsés par le Gauleiter Wagner, à partir du 15 juillet). Ceci s’est produit en même temps que la coupure d’avec le personnel politique du département, lequel n’est plus passé (au moins officiellement) par la préfecture, même en revenant de Vichy3. À la cérémonie du 14 juillet 1940 au monument aux morts de la Chevaleries sont mentionnés seulement le préfet, le général commandant la région et le maire de Lons. Golliard doit assurer ensuite le rétablissement des conditions de fonctionnement de l’administration après le départ des troupes occupantes. Son fils Claude, de la classe 1920, a été mobilisé en juin 1940, puis envoyé au front dans la région de Dijon et vite fait prisonnier début juillet. Toute la famille s’est mobilisée pour reprendre le contact avec lui, dans son camp de prisonniers de Longvic. Elle était déjà mobilisée pour l’organisation des secours aux réfugiés à Lons, comme on l’a vu au chapitre précédent. Certaines indications dans la correspondance familiale, depuis septembre 1939, laissent penser que le préfet est entré dans une période où il est très soucieux et très pris par son travail. Au-delà de l’insouciance éternelle des jeunes mariés à la sortie de l’église qui jouxte le splendide bâtiment de la préfecture, l’esprit du moment est capturé par la minuscule silhouette du préfet à gauche de la photo des mariés sur les escaliers de l’église, où une haie d’honneur a été organisée par les scouts qui appartiennent au groupe des réfugiés de Lons, de manière interconfessionnelle4, en forme de remerciement à la famille du préfet, notamment à son épouse Renée et à sa fille Michelle qui ont donné leur temps pour les secours. Alfred Golliard a dû chérir ces remerciements et cet hommage. Il quitte le département définitivement, laissant la préfecture à la responsabilité de son secrétaire général, Jacques Saunier5. Il refuserait d’y revenir.

  • 6 3 octobre 1940.

3Son remplaçant, Eugène Bosc, prend ses fonctions le 25 septembre. Accompagné du seul sous-préfet restant, René Goepfert, du maire Mareschal et du secrétaire général, il « prend le relais », si l’on peut dire, au monument de la Chevalerie. Le Nouvelliste l’accueille6 : il « a tenu à se rendre au Monument aux morts, au pied duquel il a déposé une superbe gerbe. La population jurassienne, et en particulier la population lédonienne, seront très sensibles à ce geste ». Ce « relais » s’accomplit en nette rupture avec son prédécesseur. Dans son premier rapport figurant aux archives après quelques télégrammes, Eugène Bosc écrit en effet :

  • 7 AN, F1 CIII, 1159 (Jura). Rapport daté du 1er novembre 1940 ; au dossier figurent plusieurs télégra (...)

La déchéance de la nationalité française, le statut des Juifs, les mesures d’internement administratif, favorablement accueillis, n’ont pas causé de perturbation ; [quant à la] suspension de l’Assemblée départementale, [elle n’a] provoqué aucune surprise ni aucun regret. On s’accorde à penser que dans les circonstances présentes, leurs (sic) réunions n’auraient pu que gêner l’œuvre de rénovation nationale7.

  • 8 J. Cassou, La mémoire courte, Paris, Minuit, 1953, réédité avec une postface de M.-O. Baruch, Paris (...)
  • 9 Les adresses d’Alfred Golliard ont souvent eu quelque chose de symbolique : à Strasbourg, il habita (...)
  • 10 La loi sur les retraites des fonctionnaires (loi de juin 1853) exige trente ans de cotisation, et l (...)
  • 11 Ses deux filles, Renée et Michelle sont mariées et il sera bientôt grand-père.

4On imagine sans peine l’amertume, la tristesse, l’abattement (on pense à « l’implacable accablement » dont parle Jean Cassou8) qui se sont emparés d’Alfred Golliard et c’est pourquoi l’écho de 1903 ne peut qu’être présent en lui. On sait qu’il n’est pas exempt de moments de désespoir. Dans son esprit se mêlent inévitablement des réflexions sur la situation politique, sa situation personnelle, y compris matérielle (son déménagement au 42, rue de la Liberté à Cluny, adresse symbolique s’il en fut9, sa carrière brutalement interrompue alors qu’il n’était que dans sa 58e année10), l’éloignement de son fils Claude qu’il ressent douloureusement11 et le sens que va prendre désormais sa vie.

Le sens d’un refus précoce et peu répandu parmi les préfets

  • 12 Cassou, La mémoire courte…, op. cit., p. 47.
  • 13 Michelle Golliard fut incontestablement celle, parmi ses trois enfants, qui prit le plus à cœur la (...)

5Il a tout le loisir de méditer, d’abord, sur ce qu’il a appelé sa « condamnation » dans la conversation avec sa fille. On pense ici aussi à Jean Cassou : « Mais qu’était-ce que cette Résistance, sinon toujours ce tout premier balbutiement de la conscience qui avait dit non à l’évidence, et pris le parti de l’improbable, de l’impossible ?12 ». Participant, on l’a vu, à l’accueil des réfugiés avec sa mère, sa deuxième fille, seule enfant demeurée au domicile familial, attire et recherche les confidences de son père ; si l’on n’est pas sûr des paroles exactes prononcées par ce dernier, son témoignage peut être considéré comme fiable, ainsi que l’ont montré, dans l’enquête biographique, la confirmation de nombre des informations qu’elle nous a transmises13. Plusieurs hypothèses, cependant, peuvent être explorées quant aux circonstances précises de l’épisode, dont nous n’avons pas retrouvé d’autres traces.

  • 14 Le régime envoie à ce moment des “missi dominici” dans les provinces, pour s’assurer de la loyauté (...)
  • 15 Chalon est en zone occupée en 1940, et la sous-préfecture sera rattachée à Autun. La cote 2AG 613 n (...)
  • 16 AN, F1 C III 1159.
  • 17 « J’ai l’honneur de vous faire connaître que le télégramme qu’il vous a adressé me paraît répondre (...)
  • 18 Ancien député de la Haute-Savoie.
  • 19 Né en 1887, il est nommé préfet de 3e classe pour la première fois en juin 1937, et élevé très vite (...)

6Selon la première, évoquée par sa fille Michelle, il aurait été prévenu par un collègue sous-préfet qu’un des envoyés de Vichy14 souhaitait le voir. A-t-il manifesté une réticence à recevoir cet envoyé, qui serait passé par Chalon-sur-Saône15 ? Nul ne le sait. Dans les archives, on ne trouve la trace que de six sur dix des envoyés de Vichy (les « missi dominici »), et pas de mention du Jura, sauf celle du nom d’André Baud, le député de Dole, qui est suggéré, début août, par une note de Xavier Vallat, pour être désigné comme missionnaire en territoire occupé. Selon toute vraisemblance, André Baud n’a pas été contacté ou a refusé cette mission (dans son rapport du 29 juillet 194016, le préfet Golliard, faisant allusion à un télégramme envoyé par Baud à Vichy, dont il approuve au passage le contenu17, mentionne que le député est rentré à Arbois, son domicile en zone occupée, après l’Assemblée de Bordeaux sans s’être arrêté à Lons). Il se peut qu’un des quatre « missi » non identifiés dans la cote 2AG 613 ait eu pour secteur de mission la Bourgogne et la Franche-Comté et ait pris contact avec le préfet. À l’occasion de ce contact, A. Golliard aurait manifesté son désaccord avec le régime. Dans la perspective de la « Révolution nationale », le préfet correspond au moins en partie à la description que fait un des « missi », Henri Gérente18, du préfet de la Haute-Loire, qu’il nomme par erreur « Béliaud », alors qu’il s’agit de Maurice Belliard19, un homme considéré comme prisonnier des milieux locaux du Front populaire (voir chapitre 3).

  • 20 Thèse en Sorbonne en 1902.
  • 21 SHAT Vincennes, Dossier d’officier supérieur, 85913YD.
  • 22 G. Bowd, La guerre et les mots du général Paul Azan, soldat et historien (1874-1951), Paris, L’Harm (...)
  • 23 Ibid., p. 200.
  • 24 Il publie en 1943 L’empire français, chez flammarion, qui contient, entre autres, un éloge de la po (...)
  • 25 La visite du général est mentionnée dans La Croix du Jura le 2 juillet 1940.
  • 26 Voir ces péripéties dans le dossier précité. Il écrit pour se justifier le 13 juillet au cabinet du (...)
  • 27 AN, F1 CIII 1159.
  • 28 Édouard Daladier commente la nomination dans son Journal de captivité (1940- 45) : « Belle récompen (...)

7Une deuxième hypothèse laisse penser que Golliard a rencontré le général Paul Azan, proche du ministère de la Guerre. Ce dernier, propriétaire d’une résidence à Mireval située près de Lons-le-Saunier, est un personnage peu commun. Officier colonial, familier de Lyautey, spécialiste de l’Afrique du nord, indigénophile et hostile au nationalisme arabe, à côté de l’organisation de la répression des révoltes au Maghreb, s’emploie à des activités d’écriture littéraires et historiques20. Son dossier militaire21 montre que sa hiérarchie n’est pas favorable à ces activités qui lui amènent des relations internationales et une certaine notoriété mondaine. Azan affiche une attitude indépendante, qui amène Daladier, alors ministre des Armées, à le sanctionner d’un blâme, en avril 1938, à la suite d’un article publié par la fondation Carnegie sur le nationalisme arabe22, alors même qu’il assure la direction de la Revue militaire générale, revue officielle du ministère des Armées. Tandis qu’il est en retraite, il devient chef de la mission franco-norvégienne à la fin de 1939 et se trouve placé à nouveau en activité. Il est finalement démobilisé en août 1940. Entre temps, il a écrit, le 17 juin, au maréchal Pétain pour lui demander, en tant que l’un de ses collaborateurs, de lui envoyer une lettre officielle pour l’aider à passer en Afrique du nord ou en Angleterre23. Pendant l’Occupation, en retraite, il continue une importante activité historico-littéraire24, après que les Allemands ont occupé sa propriété de Mireval. Si, en juin 1940, il n’est donc plus un proche du maréchal, il est toujours en contact avec l’État-major avec qui il a été évacué de Paris, vers Montauban. Lors de son passage, le conseil municipal de Lons s’entretient avec lui, rapporte La Croix25, « de ce qu’il y a lieu de considérer comme les vues du gouvernement, pour la période qui va succéder à l’armistice ». Dans la petite ville de Lons, quand il rentre “chez lui” avec une voiture de fonction que le ministre lui conteste26, le général Azan se considère visiblement comme un porte-parole au moins officieux. Le 13 juillet, d’ailleurs, il demande un ordre de mission au ministère de la Guerre. Il y a donc lieu de penser qu’en cette position quasi-officielle, il a vraisemblablement manifesté sa présence à la préfecture, dans les tout derniers jours de juin ou les premiers de juillet. La confidence de Golliard à sa fille peut donc fort bien faire référence à l’entretien qu’il aurait eu alors avec le général Azan, partisan de Pétain, auquel le préfet n’aurait pas caché ses vues. Le rapport d’Alfred Golliard – c’est l’avant-dernier qu’il rédige pour l’envoyer le 29 juillet 194027 – comporte une description critique des mesures prises par les Allemands (voir chapitre précédent) et le rapport, à l’évidence, reproche implicitement au gouvernement la situation, insistant sur la promesse de Pétain et sur les lois françaises. Son destinataire est le secrétaire d’État à l’Intérieur depuis le 18 juillet28, Marcel Peyrouton, qui reçoit le document à la mi-août au plus tard.

  • 29 AN, F1 bI 776.
  • 30 Il en devient le directeur de cabinet en février 1941 jusqu’au 12 septembre 1942, où il est nommé p (...)
  • 31 Jean Pierre Ingrand a quitté cette responsabilité pour la délégation dans les territoires occupés a (...)
  • 32 On ne peut évidemment exclure qu’il s’agisse d’un de ses collaborateurs.
  • 33 Voir chapitre 3. On lui reproche : la favorisation du Front populaire et du drapeau rouge lors du c (...)
  • 34 Sur ces catégories, qui ne concernent que 42 préfets, voir Prost-Panier, Les préfets…, op. cit., p. (...)

8La troisième hypothèse, enfin, est celle d’un ensemble de contacts provoqués par les milieux locaux de droite avec le préfet. C’est la plus vraisemblable. Il fait peu de doute qu’après l’évacuation des troupes allemandes de la ville, les hommes politiques de la région proche de Lons – ceux-là même qu’on a vus au chapitre 3 comme les adversaires du préfet – se sont mobilisés pour l’éviction de Golliard. Nous avons commenté, au même chapitre, le contenu des pièces du dossier personnel du préfet avec les griefs qui lui sont reprochés, que Golliard connaît bien. Quand il a appris, le 17 septembre, par la radio, le mouvement préfectoral, il n’en a pas été étonné, même si le ministère ne l’a pas contacté auparavant. Son éviction peut être retracée en interprétant plus précisément la pièce essentielle de son dossier personnel29, la note manuscrite du 25 août 1940 faisant suite au contact entre Marcel Peyrouton (ou Demange) et Laurent Monnier (chapitre 3). Le premier, qui remplacera bientôt Adrien Marquet, est en effet l’auteur ou le destinataire immédiat du document. Il a écrit au crayon bleu sur la note trois mentions : « M. Demange », ce qui est le nom du préfet qui vient d’être nommé auprès de lui30, le 1er août, directeur adjoint de l’administration départementale et communale, dont le titulaire est Jean-Pierre Ingrand depuis le 27 juin31; « sanctions » est le deuxième mot en bleu ; enfin, « loi du 17 juillet 1940 » est la troisième mention. Marcel Peyrouton et son collaborateur Paul Demange ont donc envisagé d’abord de “juilletiser” Alfred Golliard, avant de se raviser et de le mettre en retraite anticipée. Le 25 août 1940, quand Peyrouton32 prend ces notes au crayon bleu, les données concernant Golliard, transmises par Laurent Monnier de Lons, sont donc en possession des deux responsables (ainsi que le rapport de Golliard cité). Pendant cette période, comme on l’a vu, le préfet est très actif, en particulier pour les affaires logistiques et l’organisation de l’accueil des réfugiés. On voit difficilement comment il n’aurait pas été en contact direct avec plusieurs responsables politiques locaux, dont Laurent Monnier, maire de Sellières et désormais ex-vice-président du Conseil général. Ce qu’il a appelé « signer sa condamnation » décrirait alors les positions que le préfet affiche en présence de ces personnages politiques. Ses ennemis les plus actifs comprennent Robert Lallemand, rencontré lui aussi au chapitre précédent, et les amis de la droite extrême du maire de Santans. D’autres sans doute se joignent à ces derniers ; toujours est-il que les accusations graves vis-à-vis d’Alfred Golliard sont transmises au plus tard le 29 août33. Jean-Pierre Ingrand, de son côté, l’a déjà classé comme « médiocre ». Ingrand a travaillé en effet depuis sa nomination à classer les préfets en poste en six catégories : « incapables, médiocres, capables d’une volonté nouvelle, de valeur mais prisonniers de l’ancien régime, utilisables34 ». Il n’a pas eu le temps, visiblement, de classer tous les fonctionnaires, mais, pour ceux qu’il a classés, une feuille figure dans leur dossier personnel avec la qualité attribuée. Cependant, la décision elle-même prise vis-à-vis de Golliard semble plus directement influencée par le jugement politique de Monnier et de ses amis que par le jugement général antérieur d’Ingrand. On s’en aperçoit si on compare en effet son cas avec deux autres préfets classés eux aussi « médiocres » et qui ont tous deux été en rapport avec Golliard.

  • 35 C’est le frère du préfet de police de 1934, Jean Chiappe.
  • 36 AN, F1 bI 1126.
  • 37 Il prétendra plus tard, lors de son procès à la Libération, que cette nomination l’a lésé.
  • 38 J-P. Ingrand utilise aussi la catégorie pour y classer des préfets âgés à éliminer.
  • 39 Parmi ceux qu’E. Prost-Panier a identifiés comme « médiocres » (17 préfets) ou « incapables » (6 pr (...)
  • 40 Prost-Panier, Les Préfets…, op. cit., p. 201. C’est d’ailleurs un choix méthodologique pour le moin (...)

9Voici en effet deux « médiocres » ayant été promus le 17 septembre 1940 par Vichy à de nouvelles responsabilités. Le premier est Angelo (Ange Marie) Chiappe35, né en 1889 ; il est le collègue de Golliard, dans les Vosges, en 1923, sous-préfet de Neuchâteau quand le premier était sous-préfet de Saint-Dié (voir chapitre 1). Il grimpe les grades nettement plus vite que Golliard dans les années 1930, et est nommé préfet de 1e classe des Basses-Pyrénées quand la guerre est déclarée. Sa réputation d’homme d’extrême-droite est déjà acquise ; le 17 septembre 1940, il est promu préfet du Gard où il s’illustrerait comme membre de la collaboration, au point qu’il fut condamné à mort et exécuté en janvier 1945. Le second, Eugène Bosc, est né en juin 1894. Rédacteur au ministère, il a été membre de plusieurs cabinets, puis nommé secrétaire général hors classe en 1935 à Lyon auprès d’Émile Bollaert, qui le considère comme tout à fait compétent pour l’administration centrale36. Le 17 septembre, celui qu’Ingrand classe aussi comme « médiocre » est précisément nommé en remplacement d’un autre prétendu « médiocre », Golliard37, et s’exprime comme un partisan zélé du nouveau régime. Il garde sa « 2e personnelle » qu’il avait dans le Gard, une deuxième personnelle que ses amis politiques demandent en vain depuis 1936 pour Golliard. En janvier 1943, Bosc obtient même sa première classe. Il est finalement écarté et nommé conseiller de préfecture dans la Seine en août 1943. À la Libération, il est condamné par contumace à une peine de quinze ans de travaux forcés, puis finalement acquitté en 1949. Le moins qu’on puisse dire à partir de ces trois exemples disparates38, c’est que la catégorie de « médiocre » informe peu sur les préfets qui y sont rangés39. C’est pourquoi on peut s’étonner que, sans autre explication spécifique sur la trajectoire professionnelle des préfets, E. Prost-Panier commente ainsi les mises à la retraite de préfets dans la première “fournée” de 1940 : « Si l’âge avait principalement déterminé la mise à la retraite de ces préfets, on remarquera tout de même que les compétences professionnelles de certains d’entre eux furent également mises en doute40 », ce qui revient pour l’auteur à reprendre à son compte le jugement de l’administration de l’époque sans le confronter à aucune donnée précise explicative.

Alfred Golliard et ses pairs les plus proches

  • 41 Voir J-C. Barbier, « Qu’est-ce qu’un préfet déporté ? destins contrastés des préfets de Vichy dépor (...)
  • 42 Deux sur cinq ne sont d’ailleurs pas au sens strict préfets au moment de leur sanction.
  • 43 Avec un traitement (annuel) de 10 000 F en disponibilité – voir Bargeton, Dictionnaire…, op. cit., (...)
  • 44 AN, F1 bI 1132.
  • 45 Voir Mémorial, op. cit., p. 67.
  • 46 AN, F1bI 1043.
  • 47 Il écrit à Laval en août 1943 demandant à nouveau un reclassement après sa deuxième juilletisation, (...)
  • 48 Moulin et Bollaert appartiennent au groupe des responsables nationaux. Quand, en septembre 1943, il (...)

10Il vaut mieux donc comparer Alfred Golliard à ses pairs les plus proches, à ce moment précis où la sanction tombe, précocement, sur des hommes dont on sait qu’ils sont entrés en résistance, avant d’être entrés effectivement dans la Résistance – à ce titre, ils ne seront plus désormais membres du corps préfectoral. Ce ne sont pas les mêmes pairs : quand l’on restreint le regard sur ceux qui ont été, à la fois, sanctionnés précocement, résistants, puis arrêtés et déportés, leur nombre, infime, est de cinq41 : Jean Moulin, Emile Bollaert, Raymond Moussinet, Georges Fourneret et Alfred Golliard. Ces cinq fonctionnaires42 sont frappés très vite, même si la décision formelle qui les exclut est parfois plus tardive. E. Bollaert est écarté en raison de sa proximité avec É. Herriot (dont il fut plusieurs fois le chef de cabinet ; en 1940, il est préfet hors classe du Rhône), lequel, d’ailleurs, intervient ensuite pour lui à Vichy, dans la période où il dispose encore du secrétariat de l’Assemblée nationale. Bollaert est juilletisé le 17 septembre 1940, dans la première « fournée » de onze préfets. Jean Moulin est juilletisé le 15 novembre 1940. Georges Fourneret, qui était en poste détaché au Maroc, est juilletisé dès le mois d’octobre43 (il fut chef adjoint de cabinet de Salengro sous le Front populaire), mais est reclassé comme directeur d’un asile de vieillards. Raymond Moussinet44, qui a été proche de Jules Jeanneney, est, pour sa part, classé par Ingrand parmi les « incapables », et révoqué comme franc-maçon ; il est à Dieppe en 1940, comme sous-préfet, grièvement blessé, et il est laissé seul pour se faire soigner, au point qu’il ne peut rejoindre le poste auquel il est ensuite nommé comme sous-préfet, à Brest. Il est mis en retraite en février 1941 à 55 ans. Tous les cinq sont des proches de personnalités politiques du parti radical. Plutôt que des « préfets résistants » au sens strict, ce sont des résistants qui furent préfets ou sous-préfets. On comprend aisément que ces hommes sont entrés, à des degrés divers, en rébellion bien avant leur immatriculation dans tel ou tel mouvement de la Résistance. Moussinet, dont le dossier personnel illustre qu’il est tout sauf conformiste, ne réclame même pas sa pension, qu’il considère, selon sa veuve, comme dérisoire, et il fait la demande d’une autorisation de marchand des quatre-saisons45. Bollaert hésite avant de finalement regagner Paris pour chercher du travail46. Fourneret est victime deux fois de la loi de juillet 194047 et sanctionné définitivement dans un poste de responsable de la défense passive. On connaît bien le parcours de Moulin pour n’y pas revenir ici. L’entrée en résistance et la participation à la Résistance de ces hommes combine plusieurs dimensions : leur condamnation et leur exclusion, d’une part, leur refus personnel du nouveau régime, ensuite, et, enfin, leur participation aux actes de Résistance, qui s’échelonnent sur des périodes et à des niveaux différents48.

Le refus : des rebelles aux traits communs ?

  • 49 Cassou, La mémoire courte, op. cit., et C. Bourdet, L’aventure incertaine, de la Résistance à la re (...)
  • 50 H. R. Kedward, Naissance de la Résistance dans la France de Vichy, Idées et motivations, 1940-42, S (...)
  • 51 S. Mazey et V. Wright, « Les préfets », in J-P. Azema et F. Bedarrida (dir.), Vichy et les Français(...)
  • 52 Et, dans ce cas, la présence du titre ne résout pas tout. Voir sur ce point notre article, « Qu’est (...)
  • 53 Ce nombre s’applique aux préfets qui à l’époque occupaient un poste territorial.

11La lecture d’Harry R. Kedward aide à situer Alfred Golliard au moment où ce dernier s’installe à Cluny. Elle systématise des observations qu’on glane bien avant chez Jean Cassou et chez Claude Bourdet49. L’observateur des premiers résistants de 1940 a noté50 qu’ils « se dressaient individuellement contre l’attentisme de Vichy, dans une attitude de défi à l’égard des événements spécifiques de 1940 et, souvent, en apparente contradiction avec ce qui avait été leur propre position politique ou l’image qu’on s’en faisait avant-guerre dans l’opinion ». Outre les quatre préfets qu’on vient d’évoquer, identifiés en quelque sorte par leur futur destin, une recherche historique reste à conduire pour déterminer, parmi les autres préfets exclus de 1940, ceux qui ont pu faire, dès les débuts, le choix individuel de résister, sans pour autant faire plus tard une “carrière” de résistant. Comme l’ont noté plusieurs auteurs51, identifier la participation des préfets à la Résistance n’est pas tâche aisée, en dehors de ceux qui ont été arrêtés ou déportés, ou encore ceux qui se sont vu attribuer un titre de déporté ou de déporté résistant après-guerre52. Si l’on retient, pour la précocité de l’exclusion, la période de septembre à décembre 1940, 14 préfets ont été mis en retraite, 12 ont été juilletisés par Marquet, et 15 par Peyrouton53.

  • 54 AN, F1b11076.
  • 55 Voir Daladier, Journal de captivité…, op. cit., p. 73.

12Les “compagnons” de Golliard mis en retraite le 17 septembre 1940 avaient tous au moins 58 ans ; aucun ne semble avoir rejoint la Résistance officiellement. Dans le dossier personnel de Golliard54, une note de la direction du personnel porte la mention « dossier Jozon ». Ce document laisse penser que l’échelon central aurait traité « les cas » Golliard et Jozon par analogie. Ce dernier, né en 1882, n’avait pas atteint l’âge de soixante ans et il n’a pas été réintégré à la Libération (il est maintenu en retraite) ; on sait qu’il a été opportunément poussé vers la retraite pour céder la place à l’ambitieux secrétaire général Bousquet, dans la Haute-Marne. Parmi les juilletisés, on trouve quelques préfets ayant atteint les sommets de la hiérarchie préfectorale, comme Robert Billecard, mais aussi des préfets manifestement réputés comme proches de responsables politiques ou ayant eu d’importantes fonctions au ministère. C’est le cas de ceux entourant Daladier, comme Genebrier et Monnier55. De même pour Bollaert (collaborateur d’Herriot) qui ne tarde pas à être en contact avec la Résistance. Roger Verlomme (ex-directeur au ministère) est rapidement évincé également et devient directeur d’asile avant d’être l’un des collaborateurs de Michel Debré. Jouany, ayant participé à une mission avec de Gaulle en 1940, est vite juilletisé aussi. D’autres préfets ont été malmenés par les Allemands, comme Fernand Bidaux, en juillet 1940, dans la Marne, qui est finalement juilletisé en 1941. Il n’est pas cependant possible d’établir un lien direct de causalité entre leur situation et l’adoption d’une position individuelle précoce de résistance : il faudrait pour cela multiplier des recherches biographiques plus précises. Vernet, après avoir été déplacé, est juilletisé en 1941 mais finalement mis en disponibilité en 1942 avec traitement. Le malheureux Vernet, entre deux, a été témoin de l’entrevue de Montoire, puisque Pétain et ses collaborateurs ont fait étape le 24 octobre 1940 à la préfecture de Tours.

  • 56 Kedward, Naissance de la Résistance…, op. cit., p. 84.
  • 57 Ibid., p. 88. Cassou confirme cette absence de « calcul de derrière la tête » (La mémoire courte...(...)
  • 58 Voir E. d’Astier, Sept fois sept jours, Paris, Éditions de Minuit, 1947. Jean-Louis Crémieux-Brilha (...)
  • 59 Témoignage de Mme Moreau, résistante clunisoise (recueilli à Geugnon, à son domicile, le 7 novembre (...)
  • 60 Voir plus loin. C’est donc en exagérant que S. Mazey et V. Wright le présentent comme « organisateu (...)
  • 61 Archives familiales.
  • 62 Kedward, Naissance de la Résistance…, op. cit., p. 93. Jean Cassou a avoué, tout en s’en excusant, (...)
  • 63 Nous avons rencontré la traduction de ce patriotisme dans les discours nombreux prononcés par le pr (...)
  • 64 Cassou, La mémoire courte..., op cit., p. 22-55.
  • 65 On l’oppose ici, par exemple, dans l’action pour le SOE (Special Operations Executive) en Bourgogne (...)
  • 66 Voir, au chapitre 1, la lettre de sa mère au moment de la naissance de sa deuxième fille, Michelle, (...)

13Dans son ouvrage, Kedward attribue aux premiers résistants des traits qu’il semble qu’on peut appliquer à la personne d’Alfred Golliard. Ce sont des gens, cela va sans dire, qui ont procédé à une rupture. « S’il y avait une continuité dans leur action, elle résidait dans leur personnalité mais, à presque tous les autres points de vue, 1940 eut pour effet de modifier, sinon de transformer radicalement, leur modèle de comportement »56. En outre la rupture fut brutale. Ce « fut rarement de façon prudente et calculée que ces opposants à l’armistice prirent la décision d’agir »57. Cette dernière, pour autant, n’a sans aucun doute pas revêtu pour tous la même signification. Il serait anachronique ou téléologique de prétendre expliquer de façon déterministe par le passé les conduites de ces hommes. Au moins peut-on conclure que certains traits observés dans la carrière du préfet Golliard, notamment son « obstination » et une certaine « rigidité » morale, ne jurent pas avec son choix de 1940. Contrairement à certains membres de la Résistance dont parle Kedward, le préfet Golliard ne se lance pas dans ce que l’auteur appelle l’« activisme » qui est celui de plusieurs résistants de la première heure, dont l’auteur prend comme exemple Emmanuel d’Astier de La Vigerie58. C’est fin 1941 ou début 194259 que Golliard se rapproche de la résistance organisée. Il ne participe donc à aucune fondation d’organisation ou de mouvement, mais se met en contact et au service d’une organisation d’obédience plurielle, qui se renforce graduellement à Cluny60. Kedward note, comme Bourdet avant lui, que les résistants sont plutôt des « exceptions au sein de leur classe sociale, de leur région ou de leur profession » ; ils ne sont pas pour autant des isolés à proprement parler. Dans le cas de Golliard, on se rend compte qu’il est à la fois conscient de la rupture qu’il a accomplie, et en même temps, qu’il met longtemps à en mesurer pleinement les conséquences profondes. C’est très clair quand on lit l’avant-dernière lettre, clandestine, qu’il réussit à faire passer à son épouse Renée, de Compiègne, le 11 mars 194461. Présentant à cette dernière ses excuses pour sa « nervosité des mois qui précédèrent » son arrestation, il lui avoue qu’il s’y attendait depuis longtemps mais qu’il en « avai (t) encore mal consenti le sacrifice ». Il a pu « tout de même vivre quelques jours dans le recueillement avant le départ et mettre nos affaires en ordre. J’en suis aujourd’hui plus tranquille ». Couché sur une feuille misérable de papier clandestine, cet aveu capital démontre-t-il qu’Alfred Golliard a alors éprouvé ce que Kedward voit comme « un sentiment d’accomplissement de [sa] personnalité62 » ? Cet accomplissement, s’il eut lieu, allait aussi avec le sentiment fort d’avoir raison, alors même que tous les arguments « réalistes » conseillaient à ceux qui s’engageaient alors de ne pas le faire. Il ne fait pas de doute enfin que Golliard partage avec les résistants étudiés par Kedward, un patriotisme fervent63. Ils font partie de ceux que décrit Jean Cassou64 : « révoltés moraux, des rebelles, nous avons refusé la loi », qui pensaient que cela relevait de leur « responsabilité » d’agir, et « de refuser imperturbablement son acquiescement ou sa résignation à la nécessité, et au nom de quelques pauvres valeurs morales chèrement acquises, de répondre sans cesse : je maintiendrai ». Comme nous le verrons bientôt, Golliard, parmi les résistants, n’était certes pas dans la catégorie des « militaires »65, ni celle des aventuriers. Son habitude professionnelle comme sa formation personnelle morale très stricte l’amenaient à se sentir comptable, personnellement responsable, des événements et à y intervenir. Jusqu’à sa mort en 1934, à l’âge de 89 ans66, la tutelle morale de sa mère a été très présente.

La relégation dans la petite patrie, le préfet perd son fils Claude

  • 67 A. Golliard, « Mon Cluny et les clercs », Azé, t. I, p. 56.

14Pour Alfred, comme pour son neveu lui aussi prénommé Alfred (né en 1899), Cluny est sa « petite patrie ». Dans les années 1960, ce neveu évoquera cette dernière dans ses mémoires67, dans ce style un peu mièvre du début du siècle radical que n’aurait pas désavoué sans doute Alfred le préfet, à propos du Clunisois,

véritable cadeau offert par Dieu [...] ; des paysages domestiques, des chemins, des sites, des architectures aussi meublent et composent en même temps cet ensemble. [...] Par sa beauté incarnée et, de la sorte, généreusement dispensée, ce patrimoine va fonder, chez chacun, l’attachement fidèle qu’il témoignera à sa petite patrie, sans pouvoir jamais s’en libérer.

15Désuète aujourd’hui, l’expression « petite patrie » a une profonde signification affective pour ces hommes de la fin du xixe siècle. Mona Ozouf commente à ce propos la distinction proposée par Victor Hugo dans Quatre-vingt-treize :

  • 68 Préface à J.-Fr. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996, p. 5.

La grande patrie, terre du père, figure héroïque et farouche née de l’épique révolutionnaire, appelle à la levée en masse et exige le sacrifice : pour elle un Français doit mourir. Dans la petite patrie en revanche, par la vertu tendre de l’épithète, réapparaît la figure maternelle : cette patrie-ci, terre recluse entre les haies, ne demande pas à ses enfants de mourir pour elle, mais seulement de vivre au plus près de ses chemins cent fois parcourus, de ses visages familiers – ceux que les hasards de l’existence vous font retrouver et saluer d’un « c’est un pays à moi » – de ses usages, de son idiome. La petite patrie est un giron où se blottir68.

  • 69 Archives familiales, Discours du 14 juillet.
  • 70 Voir Le Petit Clunysois, relation du 28 septembre 1929.

16On comprend le sens que pouvait avoir la « petite patrie » de Cluny pour le préfet Golliard, quand on évoque cette allusion qu’il faisait, vingt ans auparavant, à Senones dans les Vosges où il était reçu par le maire, l’un de ses amis, Constant Verlot, à l’occasion de la célébration de la fête nationale, le 14 juillet 1920, en tant que sous-préfet de Saint Dié (voir chapitre 1) « Vous avez pensé, mon cher Maire, que vous ne pouviez mieux célébrer la Fête de la Grande Patrie Française qu’en commémorant en ce jour la mémoire sacrée de ceux des Enfants de la Petite Patrie Senonaise qui ont versé leur sang pour elle69 ». Quelques années plus tard, en 1929, Cluny recevrait André François-Poncet. Le sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts et à l’Enseignement technique était invité à l’occasion de la restauration de l’église de Milly ; une brochette des collègues de Golliard, alors que celui-ci est encore à Strasbourg, accompagnent le ministre lettré : Bonnefoy, chef de cabinet à l’époque du préfet de Saône-et-Loire Villey-Desmeserets, et Didkowski, son secrétaire général. Lors de son discours, prononcé dans le parc de l’Abbatiale, il fait l’éloge de « la petite patrie qui fait encore mieux aimer la grande »70.

  • 71 2 septembre 1906.

17La famille, bien qu’originaire de Bourg-en-Bresse, alliée avec la famille Pérousset, est considérée « de Cluny » depuis la mort du père du préfet. Sa mère, en tant que veuve Golliard, a longtemps été employée au PLM, sa belle-sœur Mathilde Pérousset, veuve de son frère Michel, a été à la tête du buffet de la gare jusqu’à sa mort dans un accident de voiture en novembre 1935. Lors de l’enterrement du frère d’Alfred en 1906 (évoquée au chapitre 1), le journal local, L’Union républicaine de Saône-et-Loire71, nota, en déformant d’ailleurs son nom :

« Un terrible accident. »
La nouvelle vient d’arriver à Cluny d’un terrible accident survenu à un membre d’une famille clunysoise, particulièrement estimée dans notre ville. M. Gothard (sic), chef de gare à Virieu (Isère) vient, dans une manœuvre de train, en la gare même qu’il dirigeait, d’avoir les deux jambes coupées. Transporté à l’hôpital de Lyon, il est mort ce matin. M. Gothard est le fils de Mme Veuve Gothard, employée depuis de longues années à la gare de Cluny, où elle est chargée du service de distribution des billets. Déjà Mme Gothard avait été durement éprouvée par la mort de son mari, également employé au P. L.M. Restée veuve de très bonne heure, elle avait vaillamment lutté pour élever ses deux fils, l’un, qui vient de mourir, et l’autre Alfred Gothard, qui poursuit avec succès sa carrière universitaire. La voilà aujourd’hui épouvantablement frappée par cette douloureuse catastrophe. Nous lui adressons nos plus vives et plus sincères condoléances, ainsi qu’à son fils, Alfred et à la veuve de celui qui vient de mourir si tristement. M. Gothard était marié à Cluny avec une jeune femme charmante qu’il laisse avec deux enfants. Cette nouvelle attristante a douloureusement ému toute la population Clunysoise (sic), où la famille Gothard ne compte que des amis. »

  • 72 Témoignage de Serge Moreau, fils d’Antoine Moreau, dirigeant de la Résistance (Cluny, 23 avril 2013 (...)
  • 73 C’est le qualificatif hérité de la vallée de la Grosne, au moment de la fondation de l’abbaye, couv (...)

18Cet extrait de presse situe une famille modeste et bien considérée. En 1940, trente-quatre ans après, Alfred Golliard revient donc à Cluny s’installer dans sa « petite patrie » avec l’amertume de la relégation. Chez les autres habitants de Cluny, on le considère, comme le montrent les témoignages des résistants et de leurs descendants, comme appartenant à une catégorie sociale élevée72. Une distance en résulte automatiquement. À Cluny (avec les 80 paroisses de l’abbaye de l’ordre de Saint Benoît), le décor et l’ambiance historique de la ville, marquée par la puissante abbaye fondée au xe siècle, restent essentiels pour la formation d’un littéraire comme Alfred Golliard, qui a assisté aux manifestations du Millénaire en 1910, malgré leur tonalité ultra-catholique et réactionnaire. Le foisonnement des sculptures, l’architecture de l’abbaye, la beauté formelle des maisons moyenâgeuses, sont ancrés dans l’imaginaire d’Alfred et, tout pareillement, de son fils Claude. L’Occupation va les rapprocher sur ce point, alors même qu’ils sont cruellement séparés. La petite patrie, ce sont aussi les écrivains du lieu, au premier plan desquels Lamartine. Mais ce sont aussi, tout simplement, la campagne, la « vallée noire »73, les collines, les vignes de la région de Cluny, dont Claude et lui parlent dans leur correspondance, alors que son fils, prisonnier en Allemagne, souvent tenaillé par la nostalgie, envie sans l’avouer toutefois, son père, dont il imagine mal la vie, et dont il ne saura le destin qu’en 1945, quand il sera enfin rapatrié d’Allemagne du Nord (fig. 24).

fig. 24 - Claude Golliard prisonnier en Allemagne, 1943 (Claude, sans calot, avec deux compagnons). AF (autorisation JCB)

fig. 24 - Claude Golliard prisonnier en Allemagne, 1943 (Claude, sans calot, avec deux compagnons). AF (autorisation JCB)
  • 74 21 septembre 1929. Le Petit Clunysois est bon teint local, il publie un menu pantagruélique au-dess (...)

19Depuis 1938, Claude écrit toutes les semaines à son père et sa mère, alors qu’il est, jusqu’en 1939, lycéen à Mâcon pour préparer son premier bac au lycée Lamartine, qu’ont fréquenté son père et son cousin Alfred, dont il découvrira le nom gravé dans les graffitis des bureaux des lycéens. Claude est un garçon insouciant et plein d’imagination, de franchise et de fougue, non conformiste, révolté, ignorant des convenances qu’il serait censé respecter en tant que fils de préfet, alors que ses sœurs, surtout son aînée, dont le surnom est Babet, sont plus conformistes. Ses lettres sont le témoignage indirect le plus proche de la relation entre les deux. Nous ne disposons, malheureusement, que des lettres du fils, qui use d’un ton très libre avec son père, et de divers diminutifs affectueux. Du lycée de Mâcon, qu’il déteste d’abord, Claude, le 9 février 1939, demande ce que son père pense des événements : cela l’intéresserait beaucoup, dit-il, d’en savoir plus. Il vante la cuisine du restaurant La Villeneuve et ses écrevisses à Cluny, où père et fils ont passé une si bonne journée. La Villeneuve, restaurateur, est considéré à l’époque, par Le Petit Clunisois, comme le « Vatel local »74. En ces moments d’avant-guerre, Claude n’hésite pas à confier franchement à ses parents son antimilitarisme.

  • 75 Pour les cours de défense passive.

S’il n’y avait pas vous, la maison, j’aurais refusé de m’y rendre75. Je sais une chose certaine c’est que si la guerre éclate il y aura deux hommes qui ne partiront pas. Moi et un autre. Je sais ce que cela veut dire. Mais ma conscience sera alors tranquille, tandis qu’autrement (sic). Et puis crever pour crever, j’aime mieux crever en combattant la guerre qu’en combattant pour elle. En tous cas le proviseur va avoir en moi un auditeur tranquille. Je dormirai tout mon saoul pendant cette heure absurde. La défense passive, quel joli bobard. Les masques quelle saloperie. Ah si je pouvais zigouiller tous les mercantis qui les fabriquent. [Il ajoute : ] Je deviens de plus en plus libertaire, […] Je me demande quand nous cesserons de faire le jeu de l’Angleterre, et au lieu d’essayer d’encercler l’Allemagne de puissances démocratiques, si nous essayons de comprendre ses aspirations. Hitler ne nous déclarera jamais la guerre, j’en suis persuadé et son discours du 28 le prouve. Mais secourons ces hommes de l’autre côté du Rhin qui crèvent de faim.

  • 76 Voir chapitre 3.
  • 77 Lettre du 10 mai 1939. C’est dans cette lettre que Claude commente la formule sur les rapports entr (...)

20Ces mots dans sa lettre du 1er mai 1939, Golliard les relit peut-être en ces jours d’automne 1940, avec la nostalgie de la fraîcheur des indignations de son fils. Lui, le préfet, a vu de si près, à Strasbourg dans les années 1930, les progrès du mouvement nazi à ses portes, rapportés par les dépêches des renseignements généraux (voir chapitre 2). En mai, encore, au moment où il prononce l’éloge funèbre de Charles Dumont76, son fils Claude le lit à distance dans le journal local et en parle dans l’une de ses lettres : « ll est très bien », écrit-il à sa mère Renée et « tu lui diras [à son père] que ce que j’aime surtout est l’allusion à sa génération qui ne ressemble pas à la mienne à part quelques rares exceptions77 ». Il n’est pas dans leur habitude, toutefois de s’épancher par lettre. Alfred ne répond, jusqu’à cette époque, jamais à son fils. Claude lui écrira de captivité en juillet 1941 sa joie de recevoir de lui une lettre : c’est la deuxième de sa vie, dit-il, la première – qu’il dit avoir gardée, il l’a reçue alors qu’il avait « 11 ou 12 ans, de Paris ». Sans doute le préfet, en déplacement à Paris, avait pensé à son fils en 1932 Ce ne sont donc pas seulement les lettres de Claude à son père (les réponses ont disparu), ce sont aussi surtout des lettres à sa mère, qui, elle, lui répond régulièrement.

  • 78 Carte de prisonnier de guerre, n° 45799, à son adresse : « Französiches Lager. Rautendorf über Lili (...)

21En effet, un point essentiel de la vie d’Alfred Golliard a pris toute son importance en 1940 : il s’agit de l’emprisonnement de son fils en Allemagne, près de Brême78, dont il ne réalise sans doute toutes les conséquences qu’une fois à Cluny. Claude figure désormais sur la liste municipale des prisonniers pour lesquels les parents reçoivent une allocation d’assistance. Une confidence, faite par un ami du préfet, qui lui rendait visite régulièrement pendant l’Occupation, est parvenue à sa veuve en 1945. L’auteur, non identifié, écrit à Renée Golliard :

  • 79 Lettre de condoléances de son ami à sa veuve, 1er août 1945 (Archives familiales). De son vivant, R (...)

De différentes conversations que j’avais eues avec Alfred avant son arrestation, il ressortait nettement qu’il s’attendait au pire, puisque toujours la même phrase lui venait à la bouche « je ne reverrai pas Claude », crainte qui représentait pour lui, croyez-moi, le sublime sacrifice : je le vois en effet encore, certains soirs notamment, en me confiant certaines choses personnelles les sanglots étouffaient sa parole à cette pensée79.

  • 80 Indication de sa lettre du 16 juin 1940.

22En cette fin d’année 1940, le préfet, brusquement débarrassé de son emploi du temps envahissant, a tout loisir pour ressasser l’éloignement de son fils. Il va peut-être certains jours jusqu’à se reprocher de n’être pas intervenu autrement pour le faire libérer, alors qu’il était encore en poste. Claude a été mobilisé comme élève officier d’abord à Dijon, le 9 juin, puis versé dans l’armée de terre comme simple soldat faute de l’organisation de promotion d’officiers, et cantonné à Longvic80. Ses lettres à ses parents montrent qu’il est prisonnier dans la région pendant tout le mois de juillet et il rêve d’une permission pour rendre visite à ses parents, qui sont si près. La confirmation leur arrive le 22 juillet : « mon petit papa » écrit-il, « je t’annonce que je suis prisonnier au cas où tu ne le saurais pas encore » et il ajoute qu’il est en bonne santé. Une lettre, quelques jours plus tard, marque le départ de son unité de prisonniers pour Colmar, le 29 juillet. La carte standard de prisonnier enfin, émanant du « Stalag XC », envoyée par l’intermédiaire de la Croix-Rouge à la préfecture de Lons arrive après le départ des Golliard, elle est datée du 26 août.

  • 81 Je m’appuie ici sur les mots eux-mêmes d’Alfred Golliard dans sa lettre clandestine à Renée, envoyé (...)
  • 82 Ce qui lui vaudra une révocation sans pension en 1944 (fut-il collaborateur ?) et en tous cas une e (...)
  • 83 Il ne peut qu’ignorer que son père a eu un conflit sérieux avec elle à propos des réfugiés espagnol (...)
  • 84 Les livres sont revenus à Cluny et son père lui en a envoyé quelques-uns en Allemagne.

23Michelle Golliard, dans le témoignage qu’elle m’a confié, a indiqué que, dans les derniers jours d’août ou au début septembre, le préfet a reçu une proposition d’un industriel fromager de Lons – il s’agit vraisemblablement de l’entreprise Bel. Cet industriel s’offrait à intervenir, via ses relations en Suisse et en Allemagne, pour faire libérer le fils du préfet. Selon sa fille, le préfet n’a pas donné suite à cette proposition d’intervention, qui lui semblait contraire à son éthique professionnelle. Ce choix ne jure pas avec le reste de la conduite que nous avons pu jusqu’à présent observer. Il comporte à tout le moins un dilemme, un « sacrifice », comme l’a noté son ami cité plus haut, très élevé. Pour Golliard, la destitution est accompagnée d’une série de sacrifices de plus en plus exigeants : la rupture professionnelle brutale, la renonciation à la tentation d’intervenir pour sauver son fils et, plus tard, l’acceptation consciente – on le verra dans le chapitre suivant, du sacrifice de son couple et, enfin, de sa vie81 – mais n’anticipons pas. La réalité de la tentation d’intervenir transparaît par contraste dans une lettre de sa fille Babet, le 8 août 1940, « Papa n’aurait-il pu rien faire ? Il y en a pourtant quelques-uns qui en sont sortis ». Vient alors sous la plume de Babet, dans son courrier, le nom de Léopold Cheneaux de Leyritz (1896-1970), qu’elle a connu quand il était chef de cabinet du préfet de Strasbourg et que son père y était secrétaire général (voir chapitre 2). Elle cite ce nom car elle en a sans doute appris la promotion. Maître des requêtes au Conseil d’État, ce dernier entame une brillante carrière sous Vichy comme préfet de Toulouse, nommé en juin 194082. Mais Golliard n’est pas du même bord, c’est l’évidence. Il s’est contenté d’entreprendre toutes les démarches nécessaires entre Lons, Dijon et Mâcon, pour entrer en contact avec son fils, en particulier par l’intermédiaire du proviseur du lycée de Mâcon. Claude, de son côté, alors qu’il est encore prisonnier en France, n’est pas avare d’initiatives. Le voilà écrivant, au nom des « Jurassiens » à la présidente de la Croix-Rouge de Lons, sans doute Madame Rivoire83, pour que cette dernière intervienne auprès de son père Le 27 octobre, Claude écrit à son père pour lui souhaiter son anniversaire : « mon petit papa chéri, c’est demain ta fête et je te la souhaite bonne et heureuse du fond du cœur ». Il sait qu’à ce moment son père, à l’époque encore en bonne forme physique, marche dans les collines et coteaux, et surveille son hygiène de vie. Son fils n’a pas la moindre notion – on ne lui a pas expliqué, bien sûr – que la retraite de son père est le résultat d’une sanction. Il voit son père comme en bonne santé, à la maison, faisant des promenades et jouissant des paysages de vignes au milieu de tous ses livres84.

24En mars 1941, il confie à sa mère : « je suis content que Papa se plaise à Cluny, qu’il se promène et vive en paix jusqu’à mon retour », puis c’est la lettre du 13 juillet 1941 écrite par le préfet :

Mon petit papa chéri, j’ai reçu il y a quelques jours ta lettre qui pour moi est une longue lettre, qui m’a fait un plaisir fou. Toute l’ambiance où tu te places m’a fait rêver de nombreux jours. Petite maison au toit plat et tuiles rondes où j’aimerais vivre dans le pays qui respire la joie et le bonheur. Cette aquarelle qui est un pastel, je voudrais en faire une affiche pour la vallée noire si belle à toutes les heures. Cette lettre de toi Papa est la deuxième de vingt ans de ma vie.

25À partir de septembre 1941, Claude, en dehors des très brèves nouvelles qu’il donne sur sa santé et ses activités (en tant que travailleur dans une ferme où l’on extrait la tourbe), concentre son imagination sur son métier futur quand il sera libéré et il a décidé de se consacrer au dessin et aux arts plastiques. Cluny revient ici au premier plan, et ses parents se mettent en quatre pour envoyer au fils prisonnier des livres, les programmes de l’école des Beaux-Arts et d’Architecture, ainsi que des photos des monuments de Cluny. Claude évoque souvent « mes coteaux brûlants ». En février 1942, il conseille à son père de dire :

Bonjour aux champs et aux vignes à Château, aux bois où s’accrochent les brumes du matin, à tous les chemins caillouteux que nous foulerons bientôt ensemble, je l’espère. Tous ces beaux pèlerinages que nous allons faire quand je serai rentré. Salut aux petites rues de notre petite ville qui résonnera de nos pas curieux. Toutes ces belles choses nous les découvrirons ensemble une seconde fois.

  • 85 La maison est pleine quand les parents reçoivent, en 1943, leurs deux filles avec leurs maris et le (...)
  • 86 Pour une raison que nous n’avons pas entièrement élucidée (tenant vraisemblablement à la reconstitu (...)

26Alors qu’il fait allusion au manque cruel de livres en Allemagne : « Trouves-tu de la place pour ranger tous tes livres ? Ils me manquent beaucoup ici », son père lui envoie son exemplaire préféré d’Alfred de Vigny. La lecture de cette correspondance, avec le recul des années, prend un caractère nettement irréel, qui tient au fait que l’échange est entièrement faussé : les lettres des prisonniers sont évidemment expurgées, bien que passent parfois des allusions : ainsi, le 12 juillet 1942, le fils demande à ses parents : « que pensez-vous de ces “volontaires” qui doivent venir en Allemagne ? ». Mais il ne peut se représenter ce qu’est la vie en France, qu’il enjolive incontestablement. Ce décalage est illustré particulièrement quand Claude se met soudain à parsemer ses lettres à son père de quelques phrases en allemand : « Ich danke dir für deine Bücher es geht alle mir gut. Viele Küsse », et quand, dans une carte de mars 1943, il demande à sa mère « dis à Papa qu’il me réponde en allemand », la Saône-et-Loire est occupée depuis près de six mois, comme les autres départements de la zone ex-libre. À Cluny, à moins d’un kilomètre du bourg, à l’entrée du côté de Mâcon, les occupants installent bientôt, en 1943, une « Kommandantur » à l’Hôtel Chanuet, au pont de l’étang. La réalité de la vie du préfet, plus tard rejoint à Cluny par sa fille Babet et son gendre, en raison des difficultés croissantes liées au passage de la ligne de démarcation, est bien plus prosaïque et moins apaisée que l’image idyllique que s’en fait Claude. Ses parents, qui prennent soin de lui en lui envoyant tout ce qu’ils peuvent en réponse à ses lettres, n’ont aucune envie de le détromper. Le déménagement de Lons s’est fait brutalement, et la maison du 42 rue de la Liberté est très modeste85. Les époux Golliard ont été atteints brutalement dans leur style de vie, puisque, comme on l’a vu, la pension d’Alfred est passée au quart de son traitement antérieur. C’est la raison pour laquelle dans la lettre de 1942 citée plus haut (chapitre 2), le préfet se présente avec ironie comme « désargenté »86.

La Résistance à Cluny, de 1941 à l’automne 1943

  • 87 Nommé en juin 1939 (né en 1895) après avoir obtenu sa première classe, il fut révoqué le 22 juin 19 (...)
  • 88 Registre des délibérations de la municipalité de Cluny, 27 novembre 1939.
  • 89 Voir les recherches de Karine Rullière. Jacob Oferman, qui mourra en déportation, est mentionné, av (...)

27Comme toutes les petites villes, Cluny s’est adaptée à la bizarre atmosphère de la guerre (la population de la cité, en 1940, est de 4 000 habitants). Une anecdote, en novembre 1939 : le préfet de Saône-et-Loire, Hyacinthe Tomasini87, se montre content que la ville soit capable de cacher ses lumières. Il félicite la municipalité pour l’exercice réussi : « Mes services de contrôle me signalent le camouflage parfait des lumières réalisé à Cluny. Je vous exprime ma satisfaction et mes félicitations pour les résultats obtenus88 ». En 1940, Claude ne peut pas comprendre ce qu’est devenue sa ville, puisque ses parents qui, au demeurant, ne désirent nullement l’inquiéter, ne peuvent lui parler vraiment. Cluny n’est pas le havre de paix qu’il rêve. La partie active politiquement de la population de la petite ville s’est vite mobilisée, des initiatives individuelles ont été prises, en liaison avec les nombreux mouvements et réseaux qui sont nés dans le département, à Mâcon et, plus largement, dans la région de Lyon. Cluny abrite quelques familles juives plus ou moins connues comme réfugiées en 194289. La position géographique de la petite ville explique que les milieux clunisois actifs sont très vite en relation avec la Résistance organisée, et que, depuis Lyon et ses environs, des acteurs importants du combat viennent à Cluny : c’est le cas d’Henri Frenay et de Claude Bourdet, tout particulièrement. De nombreuses communications d’importance nationale passent en outre par la Saône-et-Loire, les bords de Saône, les lieux bourguignons d’atterrissage et d’envol. On ne cherche nullement ici à établir une histoire de la Résistance à Cluny, probablement impossible encore aujourd’hui, comme nous le montrerons en passant. Il ne s’agit pas plus de rendre hommage à l’ensemble des résistants qui ont construit cette action localement, ensemble auquel a appartenu Alfred Golliard. Il nous faut, pour un propos plus limité, relater, d’un point de vue particulier, les faits et la chronologie dans laquelle s’insère l’action du préfet et de ceux qui sont « les siens » de la fin 1940 jusqu’à leur arrestation, pour une majorité, le 14 février 1944. Le regard est doublement centré : d’abord sur la ville de Cluny, dont on fera apparaître quelques traits significatifs, peu souvent abordés dans l’histoire de la Résistance, et en second lieu sur quelques personnages de Cluny, situés dans le mouvement résistant plus large, pendant la période qui se termine par le raid policier de la SIPO-SD des nazis.

La Résistance dans la ville

  • 90 À sa démobilisation, Jean Renaud, revenu à Cluny, a appartenu pour peu de temps à cette Légion, ava (...)

28Partons de l’unique témoignage direct dont nous disposons à propos du préfet, en laissant pour plus tard les preuves d’appartenance au mouvement et au réseau local Special Operations Executive (SOE) et l’analyse de son rôle précis. Il prend sa source dans l’entretien de 1998 déjà cité avec Germaine Moreau, qui a daté l’engagement d’Alfred Golliard de la fin de 1941 ou du début de 1942. Elle se rappelle qu’il vient à cette époque au café du champ de foire que tient le couple Moreau. « On avait tiré, m’a-t-elle dit, sur Jean Renaud et Alfred Golliard a participé à l’écriture d’une lettre à Bizet (à l’époque le responsable de la Légion à Cluny90) avec mon mari et Jean Renaud. »

  • 91 Voir encadré annexe 3.

29Pour tous les résistants de Cluny et, de façon analogue, leurs descendants vivant dans les années 2000 (dont certains ont été témoins des faits dans leur enfance), « les activités de la Résistance » sont vues – ce qui est logique – à travers le filtre de l’action organisée effective dans la petite ville et ses maquis. Peu importe donc, pour Germaine Moreau, qui n’en a sans doute pas entendu parler avec précision, que le préfet soit entré en rebellion plus tôt : elle a bien su qu’il était révoqué, mais le préfet réfugié dans la ville n’est pas un familier du milieu des commerçants. Elle parle de l’association de ce dernier aux actions concrètes des Clunisois, qui ont inventé des conduites de résistance, pour certains d’entre eux, dès la fin de 1940. Le plus souvent, par ces témoignages recueillis, comme par l’intermédiaire d’un nombre non négligeable d’ouvrages91, se dessine un paysage subjectif, partiel et partial. En outre, deux éléments compliquent les choses.

  • 92 Une controverse majeure concerne le rôle du parti communiste. Une autre controverse latente, plus p (...)
  • 93 Albert J. Browne-Bartroli est l’agent en charge du réseau SOE Tiburce (voir plus loin). L’orthograp (...)
  • 94 fils de Julien Simyan, le maire, médecin et ministre dont Alfred Golliard assura le secrétariat par (...)
  • 95 Le rôle de ces deux hommes est en général marginalisé dans les « histoires locales », alors que le (...)

30D’un côté, au fur et à mesure de l’action résistante, une façon « d’unité » politique a pu s’établir dans la petite cité. Cette action se crée progressivement et cette unité toute relative92 émerge depuis la fin 1943, avec le rôle dominant du réseau SOE Tiburce93. Pour autant, les initiatives relevant effectivement de la Résistance au sens des critères habituellement acceptés par les historiens ont été nombreuses et dispersées, souvent sans contact entre elles, ce qui n’a rien d’étonnant : il règne entre elles un cloisonnement de fait, bien illustré par les cas de Julien Simyan, officier94, et du lieutenant Albert Schmitt95, précédemment professeur à l’école des Arts et Métiers. D’un autre côté, depuis la Libération et les processus de commémoration, une lecture rétrospective a eu tendance à mêler, à Cluny, une variété d’événements qui ont concerné, à un moment ou un autre, la cité et ses environs, et même plus largement la Saône-et-Loire. Or ces événements divers n’étaient, lors de la guerre, ni connus des acteurs quotidiens de la Résistance, ni directement liés à ce qui se déroulait à Cluny.

  • 96 Ce qu’en anglais on critique souvent sous l’étiquette « name dropping ».
  • 97 Voir par exemple le cas du préfet Benedetti, dans Barbier, Qu’est-ce qu’un préfet déporté..., op. c (...)

31Un exemple en est la présence d’Henri Frenay. Les relations de la Résistance à Cluny prêtent une attention particulière à celle-ci, et, de façon moins fréquente, à celle de son compagnon de Combat, Claude Bourdet. C’est la notoriété des personnages qui explique ces mentions. Pour autant, on ne saurait attacher, a priori, à ces personnages, de signification particulière pour la résistance locale à Cluny. A priori, la cohabitation est fortuite, au même moment dans la même petite ville, malgré l’appartenance à une mouvance politico-militaire commune. Des liens individuels significatifs du milieu résistant clunisois, sur lequel nous nous centrons ici, n’existent en général pas avec les individus Frenay et Bourdet : les témoignages locaux utilisent pourtant la citation des noms dans le désordre96. Il est important de ne pas tomber dans ce travers, tout particulièrement parce que, dans les quelques témoignages de préfets résistants et déportés, la technique de mélanger les noms et les événements a été souvent utilisée : par exemple, alors qu’on ne peut souvent documenter par des preuves les actes précis de résistant, un usage de cette technique peut faire retomber sur tel ou tel préfet le bénéfice des actions de son entourage97.

  • 98 La production de témoignages locaux attribue à Frenay et Berty Albrecht des pseudonymes divers. Cel (...)
  • 99 Le prénom est orthographié de diverses façons : Berty, Berthie, Bertie. Il faut bien choisir une or (...)
  • 100 Frenay, La nuit finira…, op. cit., p. 493.

32En raison du cloisonnement entre les actions, entre les responsables, entre les lieux, etc., alors que Frenay est le responsable du mouvement Combat, il peut à la fois résider en tant que tel à Cluny pendant l’année 1943 (entre mars et mai) et n’avoir aucun contact direct, autre que sous un pseudonyme lié à son hébergement98, avec le noyau de résistants dont on parle ici. Ce noyau n’en est pas moins en relation constante et étroite avec le mouvement Combat, puis les MUR et l’Armée Secrète, en plus d’être aussi en relation, avant la création des MUR (fin janvier 1943), avec le mouvement Libération et Franc-Tireur. Les membres du réseau à Cluny ignorent pourtant que son chef habitait la ville. Pendant son séjour, Frenay est avec Berty99. Il prend le train presque tous les jours pour Mâcon ou Villefranche. Parfois, ils vont à la Cras « dans une petite maison rustique qui appartient aux Gouze » ; Frenay note dans ses mémoires « la région est calme on y voit peu d’Allemands100 ». Son activité principale s’exerce depuis sa base lyonnaise, bien qu’on sache depuis que la concentration des activités sur Lyon est une grave faiblesse dans la cuirasse de la Résistance. Dans les collines des Cras, il aurait pu rencontrer Golliard comme un marcheur parmi d’autres…

  • 101 Voir son autre témoignage, cité par Jean Martinerie, Éléments pour une approche historique de la Ré (...)

33On dispose du témoignage de Madame Moreau cependant sur un point précis : les démarches menées par les dirigeants de Combat pour trouver à Cluny un lieu de refuge. Il faut en dire un mot pour deux raisons : la première est qu’effectivement le noyau résistant de Cluny a pris en charge pour un temps la « planque » du dirigeant de Combat ; la seconde est que cette planque s’est trouvée, par hasard, associée à la famille Gouze, dont l’une des filles devait épouser François Mitterrand, lequel, par un autre hasard, s’est trouvé à un moment de sa nouvelle vie clandestine, à partir de l’été 1943 et de sa rupture avec Vichy, en relation de plus en plus directe avec la ville de Cluny. Les époux Mitterrand et leur relation à Cluny sont en outre devenus, – peu importe si ce fut malgré eux ou avec leur effectif concours à l’origine – un obstacle majeur sur la voie d’une possible écriture de l’histoire de la Résistance à Cluny. Germaine Moreau témoigne à nouveau101 :

  • 102 Quand il renseigne, en 1950, un des documents nécessaires à l’établissement de ses services (homolo (...)
  • 103 La sœur de Danièle, Madeleine, connue sous le nom de Christine Gouze-Rénal, fut le chef du secrétar (...)

Berty Albrecht et Frenay ont été placés chez la famille Gouze par notre intermédiaire, en mars 1943. Un jour, on nous a demandé si l’on connaissait un logement de deux pièces pour loger deux personnes. [...] Nous avions le café au coin de la place du champ de foire à deux maisons de chez les Gouze. Entre nous et eux, il y avait une maison et un jardin. [Madame Moreau poursuit : ] J’ai vu Antoine Gouze qui déplaçait des meubles ce jour-là ; il m’a dit que c’était ceux de Roger Gouze parti pour l’Argentine. [Gouze lui fait comprendre qu’il a désormais un logement disponible à louer.] J’en ai parlé à mon mari102, qui n’était pas chaud au départ (il était méfiant, à l’époque la confiance n’était pas facile à accorder ; on ne savait pas trop, par exemple Madeleine, leur fille, était en relation à l’époque avec le ministre de l’information de Vichy, Marion103) ; Antoine Moreau a donc cherché toute la journée dans Cluny un logement, mais sans succès. Mon époux a donc demandé à Pierreclaud (buraliste) d’aller voir A. Gouze pour louer les deux pièces, ce qui fut fait.

  • 104 Il n’y a pas non plus de dossier à ces noms dans la série 1P de la Seconde Guerre mondiale aux arch (...)
  • 105 Martinerie, Éléments pour une approche…, op. cit., p. 31.

34Le couple Gouze n’appartenait pas au noyau de résistants de Cluny à ce moment et, sauf erreur de notre part, n’y appartiendrait jamais par la suite. Leurs noms n’apparaissent pas répertoriés dans les documents établis par les liquidateurs du réseau SOE, qui recense les résistants du noyau. Ils ne sont pas non plus sur la liste de ceux qui, dénoncés par un ou plusieurs indicateurs, furent les victimes de l’opération de police de la SIPO-SD de Lyon, le 14 février 1944, dont on parlera au chapitre suivant104. La participation à la Résistance de la famille Gouze est donc directement liée à la circonstance de l’hébergement du couple Frenay-Albrecht, ce qui, au départ, n’est pas un acte de résistance caractérisé ; c’est par la suite que Mme Gouze aida au secrétariat de Frenay105. Au demeurant, cela n’empêche nullement que cette famille ait effectivement participé, dans un second temps, à la Résistance.

  • 106 Voir à ce propos la thèse défendue par Dominique Missika, selon laquelle Berty Albrecht aurait été (...)
  • 107 Témoignage de Germaine Moreau, ibid. La relation de ce coup de téléphone figure dans plusieurs écri (...)
  • 108 Sa mère avait cependant trouvé pour sa fille Mireille un refuge en Suisse auparavant.

35Il existe un second lien précis de Berty avec Cluny qui passe encore par Germaine Moreau. En effet, lors de son arrestation dans une souricière tendue à Mâcon où elle remplaça Frenay106, à la fin mai 1943, alors que ce dernier essayait de gagner Londres, un contact est pris par la direction de Combat avec Mme Moreau, toujours dans l’anonymat. C’est sans doute Bénouville qui lui parle au téléphone, dans le but de prévenir les Gouze de l’arrestation de Berty Albrecht, car ceux-ci, pour le téléphone, communiquaient via le café de M. et Mme Moreau107. C’est ainsi que ces derniers sont informés de ces arrestations et en tiennent compte, notamment pour prévenir la fille de Berty, Mireille, qui était hébergée tout près, à La Roche Vineuse108. Dans son ouvrage La nuit finira, Henri Frenay a témoigné du fait qu’ignorant les consignes de sécurité, il s’ouvrit au couple Gouze de ses véritables identité et mission, que ce dernier était censé ne pas connaître, car il les trouva sympathiques :

  • 109 Frenay, La nuit finira…, op. cit. p. 448. Sur la révocation d’Antoine Gouze, on trouve plusieurs ex (...)
  • 110 Frenay, La nuit finira…, op. cit., p. 449

Dieu qu’ils sont gentils ! [...] Lui est de taille moyenne… il appartient à ces générations de professeurs formés avant la Première Guerre mondiale, exerçant leur métier comme un sacerdoce, fermes dans leurs convictions républicaines et laïques. Vichy l’a révoqué car il est franc-maçon109. [Il fait l’éloge de l’ambiance dans cette famille et surtout d’Antoine Gouze qu’il trouve] d’une haute valeur morale, sans doute éloigné de toute Église, mais authentiquement religieux110.

  • 111 Je le cite ici à partir de la version de son discours reproduite dans Février 1944…, op. cit., p. 3 (...)

36La coïncidence entre la présence de Frenay, la Résistance à Cluny, et le refuge qu’elle lui trouva ainsi qu’à Berty Albrecht, n’a donc concerné à l’époque, que Germaine, et son époux Antoine Moreau, ainsi que leur compagnon buraliste Pierreclaud, qui ne connurent pas l’identité des deux locataires des Gouze. Le couple Mitterrand, pour sa part, fit par la suite référence à ces circonstances d’une façon croissante, tant et si bien que, enquêtant sur le noyau historique des résistants de Cluny, on peut se demander si la résistance du couple Mitterrand n’a pas capté le mérite d’une action à laquelle il est étranger. C’est l’hypothèse qu’on peut faire à considérer leurs écrits et discours, mais aussi ceux de certains de leurs proches. Il en va ainsi du docteur Pleindoux, médecin de la Résistance, qui soigne les blessés et malades de Cluny en 1944 ; en 1984, quarante ans plus tard, il n’hésite pas à qualifier l’ancien président de la République d’« ancien du maquis de Cluny»111. Alors que les époux Mitterrand ne font pas partie du noyau de la Résistance à Cluny, l’historien ne peut donc pas passer sous silence l’utilisation qu’ils ont faite de l’épisode. Passons rapidement sur les nombreux écrits de Madame, marqués par une grande liberté par rapport aux faits. Ainsi, elle écrit en 1996, au moment de la mort de son époux :

  • 112 Mitterrand, En toutes libertés…, op. cit., p. 27.
  • 113 Ibid., p. 29.

Notre modeste maison de famille et son jardin potager vont très vite devenir le théâtre secret où se joueront quelques actes d’une Histoire nommée la Résistance112. [Elle ajoute : ] Au fait des activités de mes parents, je ne suis pas surprise lorsque Berty Albrecht et Henri Frenay arrivent à la maison, accompagnés d’un agent de liaison113.

  • 114 Engagée à l’été 1944 comme infirmière au maquis, Danielle Gouze aurait été portée parmi les effecti (...)
  • 115 Elle indique dans En toutes libertés..., op. cit., p. 37 : « Plus tard dans la journée, nous appren (...)
  • 116 À Cluny, en 2015, certains sont identifiés par les descendants des témoins, et l’on sait par exempl (...)

37La prescience est remarquable, pour une jeune fille de 19 ans qui passe son baccalauréat et n’a pas encore d’activité résistante114. Danielle Gouze prendra aussi des « libertés »115 avec l’histoire de l’épisode de l’opération de police allemande (SIPO-SD) du 14 février, dont on parle au chapitre suivant, un événement central pour la petite ville, mais aussi pour le destin de notre personnage le préfet. D. Gouze laisse en effet entendre que ses parents et elle auraient pu être arrêtés ce jour-là. L’affirmation est peu crédible, dans la mesure où tous les autres témoignages montrent que les déportés furent tous arrêtés, les 14 et 15 février, sur la base d’une (ou plusieurs) listes établies par des dénonciateurs116. Mme Mitterrand, revisitant ses souvenirs à plusieurs reprises, aide le président à construire la réputation de son appartenance à une « famille de résistants » dont ce dernier a vraiment besoin. Lui-même n’a jamais été « au maquis de Cluny », contrairement à sa future épouse. Son utilisation de Cluny est très différente, et on voit la construction patiente à laquelle il procède, en comparant le ton des deux discours qu’il prononce à Cluny à quarante ans de distance.

38Le premier date du 15 août 1948. Si l’on en croit Charles Pleindoux, maire de Cluny de 1945 à 1965, la présence du ministre à l’inauguration du monument en l’honneur de la Résistance, dont l’érection à côté de l’église Notre-Dame est décidée par la municipalité, est en partie fortuite. La cérémonie, dit-il,

  • 117 Résistant de la première heure, notamment dans le réseau Musée de l’homme, Etienne Pierre Lambert é (...)
  • 118 Les Résistants de Cluny formèrent ce bataillon de choc après la libération de Cluny, après avoir dé (...)
  • 119 C. Pleindoux, Brève histoire de la société des amis de Cluny, Cluny, 1995, p. 17. F. Mitterrand n’é (...)

donna lieu à un problème de protocole relevant de la susceptibilité du Préfet d’alors, Étienne Pierre Lambert117. En effet, ce dernier ne supporta pas que l’inauguration du monument soit présidée par le Général de Lattre de Tassigny, qui avait eu sous ses ordres le 4e bataillon de choc de Cluny118. Il nous fallut « coiffer » le commissaire de la République par un ministre. Ce fut François Mitterrand alors ministre des Anciens combattants119.

  • 120 Voir Le Progrès, 16 août 1948.

39Le discours de ce dernier vient après plusieurs autres : celui du premier adjoint, ancien maire, Marcel Gobet, celui du commandant Laurent Bazot et ceux des représentants locaux des Anciens combattants et des déportés. Le ministre reste très général et ne fait pas d’allusion à son action personnelle120. Il se contente d’apporter aux Clunisois le « salut du gouvernement à ceux qui ont perdu les leurs » et de défendre l’idée qu’il n’y a pas « de victoire sans l’union de tout un peuple ».

Cluny, déclare le futur président, était par ses moines, il y a mille ans, la patrie des arts et des lettres. Maintenant c’est le symbole du patriotisme vigilant. Cette continuité dans la célébrité, il faut la perpétuer. C’est aux enfants de Cluny, conclut-il, dont nous célébrons aujourd’hui l’héroïsme, que Cluny doit son destin.

40Le discours de 1984, en revanche, est d’une tout autre facture. Il est prononcé le 14 février, en présence de son épouse et l’occasion en est l’attribution de deux nouveaux noms de rues à Cluny, les rues Berty Albrecht et Jacques Guéritaine (ancien maire de Cluny déporté et assassiné à Neuengamme). Le président avait invité ses très proches amis, ainsi que Mireille Albrecht, la fille de Berty. Il vaut la peine de citer longuement ce texte.

  • 121 C’est vraisemblablement au plus célèbre des parachutages, de jour, de la région de Cluny que fait r (...)
  • 122 Source : http://discours.vie-publique.fr/notices/847030700.html, consultée le 8 août 2015. Une vers (...)

Discours de François Mitterrand à Cluny le 14 février 1984
On vous l’a dit, cette petite ville tant marquée par les siècles illustres, cette petite ville encore riche de pierres assemblées ou de pierres détruites, si forte dans tout le souvenir de la France, s’est trouvée pendant la dernière guerre au centre de l’une des actions les plus fortes, les plus coordonnées et les plus constantes, de ce qu’on appela plus tard “la Résistance”. On vous l’a dit encore, cette petite ville a connu les arrestations massives, la déportation, les deuils puis les bombardements. Au moment même où parvenaient les troupes venues de l’Ouest sur le sol normand, Cluny et sa région, en avance sur le reste la France, se libéraient grâce à l’audace de leurs maquis qui tenaient toutes les routes avoisinantes. J’ai moi-même assisté à l’un des parachutages dont les images photographiques figurent dans votre exposition, et j’ai vu ce qu’était une population avec ses charrettes, ses chariots, les chevaux, les vaches attelées, tandis que par une sorte de paradoxe, on allait chercher les containers qui venaient de tomber du ciel, tout cela en plein jour, tandis que les Allemands, d’assez loin, devaient considérer le spectacle121. Mais Cluny compte ses morts. Et ceux qui se sont exprimés avant moi et qui représentent cette collectivité, qui, l’un et l’autre, ont d’ailleurs été et sont encore maires de Cluny, ceux qui ont ce grand honneur de représenter, à des titres divers, l’hôtel de ville et le conseil général, une aussi noble collectivité, ont dit parfaitement ce qu’il convenait d’exprimer.
On a bien voulu rappeler au passage que j’avais, moi-même, inauguré le monument aux morts près de l’église Notre-Dame où je me trouvais en effet avec mon ami le Maréchal de Lattre, et où, déjà, nous avions célébré ensemble ces grands moments. Quand j’ai connu Berty Albrecht, c’était à Mâcon. Nous nous rencontrions pour harmoniser nos actions. J’étais venu de Lyon. Henri Frenay se trouvait là. Quelques résistants, devenus fameux par la suite, assuraient la liaison, nous avons longuement parlé, nous nous sommes séparés. Lorsqu’elle m’a dit : “au revoir”, c’est à Cluny qu’elle rentrait, ce que je ne savais pas, et elle rentrait dans la maison où je devais moi-même vivre un jour puisqu’elle était là, abritée, protégée par ceux qui devaient devenir mes beaux-parents et qui n’ont dû peut-être leur salut qu’à Berty Albrecht. La Gestapo est venue ici interroger les survivants peu après son arrestation et son exécution et mon beau-père, qui devait devenir un peu plus tard président du comité de Libération, eut la chance, prévenu par un bon voisinage, de pouvoir partir juste à temps et d’échapper à la suite des événements qui marquèrent cruellement Cluny. Nous avons vécu intensément ces instants et Berty Albrecht reste pour moi l’une des figures les plus pures, les plus nobles de la Résistance, peut être un des tempéraments les plus forts, ceux qui dès le point de départ ont choisi, qui ensuite ont su organiser, et ont compris que la Résistance cela ne pouvait pas être simplement une aventure de circonstance mais que c’était le recommencement d’un pays. Elle symbolise aujourd’hui, pour ceux qui s’attachent à ces événements, l’un des instants où notre histoire s’est faite, où notre histoire, celle que nous vivons aujourd’hui, a recommencé d’être. […] Eh bien, il y a quarante ans, précisément, nous avons gagné ensemble. Oh certes, c’était la tragédie, elle exigeait beaucoup d’efforts et la sanction, c’était perdre sa liberté et, bien souvent, la mort. L’effort d’aujourd’hui est d’un autre ordre. Remercions ceux d’il y a quarante ans. C’est grâce à eux si nous pouvons aujourd’hui débattre de nos problèmes dans la paix. Mais l’effort est toujours là, si nécessaire122.

  • 123 L’ouvrage de Pierre Péan, Une jeunesse française, François Mitterrand, 1934-1947, Paris, Fayard, 19 (...)
  • 124 Voir Février 1944…, op. cit., p. 407. Pleindoux, qui, à l’époque, était président du conseil généra (...)
  • 125 On se référera sur ce point à Péan, Une jeunesse…, op. cit., p. 310-311. Péan note qu’à ce moment, (...)
  • 126 Sur le site de l’Institut François Mitterrand, son mariage est mentionné avec Danielle Gouze, comme (...)
  • 127 A. Gouze figure dans les effectifs du Comité local de libération au titre du parti radical-socialis (...)
  • 128 Voir la relation de la cérémonie dans le Journal de Saône et Loire, 26 et 27 novembre 2011. Guy Bél (...)
  • 129 On pense particulièrement au cas de Rupert Polfliet, qui fut directeur de la maison du prisonnier à (...)

41Ce discours illustre la volonté du président de l’époque de se présenter comme l’un des membres de la communauté résistante, non dans son ensemble, mais de la communauté de Cluny123. Le procédé qu’il emploie est visible, à l’occasion de la célébration de la mémoire de Berty Albrecht. Il décrit la circonstance qui le fit rencontrer cette dernière, compagne, puis compagne de lutte d’Henri Frenay, résidant alors à Charnay-Les-Mâcon, chez André de Roujoux (alias Marc Breton, fondateur du réseau éponyme, voir plus loin). Tout se passe alors comme si étaient mêlés le noyau résistant de Cluny, le président comme résistant de l’époque (au moment où il cherche encore sa voie et qu’il a encore une position à Vichy), le mouvement Combat, en la personne de Frenay et de Berty Albrecht, et, last but not least, la famille Gouze. Charles Pleindoux, le maire radical de la ville (puis divers droite) de 1945 à 1965, contribue à l’établissement de ce lien, lors des cérémonies de 1984, dans lesquelles il n’aurait pas dû prendre la parole124. Cet amalgame produit ainsi un effet d’optique. Si François Mitterrand devait passer plusieurs fois par Cluny à partir de 1944, et y prendre une influence politique particulière, cette réalité n’avait rien à voir avec ses démarches de mars 1943, quand il rencontra Henry Frenay et Berty Albrecht125. Sa « familiarité » avec Cluny, si elle a jamais pris racine, est associée à sa liaison amoureuse avec Danielle Gouze (et leur mariage en octobre 1944)126. En 1984, le président choisit de rappeler la circonstance qu’Antoine Gouze fut président du Comité local de Libération, mais ce fait n’emporte pas que son beau-père soit un membre actif de la Résistance clunisoise127, au sens des définitions classiques que les responsables politiques, puis les historiens ont bien voulu accorder à une participation attestée. Antoine Gouze ne reste membre du CLL, au demeurant, que pour une courte période, puisqu’il ne figure plus dans sa composition dès le début de 1945. Quoi qu’il en soit, au moment d’aborder l’histoire de Cluny sous l’Occupation, l’historien se heurte à la difficulté constituée par le rôle de la petite ville dans l’histoire politique de François Mitterrand et de son épouse. Cette politisation n’est pas la seule, loin s’en faut, à affecter la relation des faits de l’époque. L’extériorité du couple au noyau étudié ici fut en tous les cas confirmée par l’absence, aux obsèques de Danielle Mitterrand, enterrée dans le caveau familial de Cluny, de toute présence officielle des héritiers de la Résistance locale en 2011128. Cependant, d’autres liens de l’ex-président Mitterrand avec des résistants locaux sont souvent aussi évoqués comme expliquant l’évolution de la Résistance dans le département129.

Alfred Golliard rencontre Jean Renaud

  • 130 Fault pas y crainsdre, histoire du commando de Cluny, 4e Bataillon de choc, racontée par ses ancien (...)
  • 131 Jean-Claude Vuchot, né en 1941. Les autres petits-enfants du préfet nés sous l’Occupation sont Fran (...)

42C’est au début de 1942 ou à la fin de 1941 que Golliard apporte son premier concours effectif à la résistance organisée de la ville, dont l’initiateur, avec un tout petit groupe, fut l’artisan Jean Renaud, né en 1903, vraisemblablement actif depuis 1941, puis recruté par la section F du Special Operation Executive (SOE) fin 1943. Comme le relatent ses camarades dans un texte lui rendant hommage, consacré au « 4e Bataillon de Choc de Cluny » (issu en janvier 1945 des maquis de Cluny), « notre camarade Jean Renaud peut être considéré comme l’un des premiers résistants de Cluny. Il a été capturé après avoir été blessé par les Allemands en gare de Cluny. Il disparut sans laisser de traces »130. Avant d’expliquer à partir de quelles sources nous avons pu regrouper les éléments présentés, évoquons l’une des rares lettres d’Alfred Golliard de l’époque dont nous disposons. Datée de mai 1942, elle est destinée à sa fille Michelle, à Lons-le-Saunier, mère du premier petit-fils d’Alfred Golliard131. Citée au chapitre 2, elle est intéressante à plusieurs égards. D’abord par l’auto-ironie que pratique le préfet en se comparant au crucifix de Beaubery. Ensuite, le préfet signale aussi discrètement qu’il lui serait impossible de se trouver à Lons, de nouveau, impossibilité qu’il attribue à l’évocation de son fils Claude. C’est l’explication familiale, mais on comprendra, avec le recul, que le préfet ne peut retourner à Lons où sévit son successeur Bosc (voir chapitre 3) et où, compte tenu de ses activités, il n’a aucune intention de se trouver face à la répression allemande et française très active dans la ville.

  • 132 Témoignage de Marcel Jaurant-Singer, agent-radio du SOE au nord de la Saône-et-Loire (réseau Mason, (...)
  • 133 Témoignage cité de Mme Moreau, Archives familiales.
  • 134 Ibid. Le qualificatif « gaulliste » est employé ici comme un équivalent général de « résistant ». D (...)
  • 135 À Cluny, le collège est connu comme « la Prat’s » (jargon des élèves pour « l’école pratique ») ; u (...)
  • 136 « Cluny moderne après la Grande Révolution de 1789 à 1909 », mémoire rédigé par Joanny Dumont-Simon (...)
  • 137 Témoignage de Serge Moreau, recueilli en avril 2013.

43On peut reconstituer par des bribes d’informations et de correspondances familiales la façon dont le préfet s’est lentement habitué à fréquenter quelques cafés de la ville, où il n’a pas pu passer inaperçu. Il y a commencé de nouer des conversations qui l’ont amené à entrer en contact avec le petit noyau des résistants. Dans la littérature locale et les témoignages, c’est un thème récurrent que celui de la confidentialité toute relative des activités de résistance dans la ville ; certains « militaires » chez les résistants critiquent fortement les « sédentaires » à ce propos132. Ce noyau, connaissant l’arrivée en retraite forcée à Cluny du préfet, en a en outre entendu parler par des échos des contacts de la Résistance à la préfecture de Mâcon. C’est d’ailleurs précisément pour ses compétences professionnelles que Golliard a été sollicité. Mais c’est aussi pour son « autorité morale »133. Mme Moreau explique en effet que la réputation du préfet représentait une ressource pour le noyau résistant : « Il servait à amener des gens auprès de nous, pour les convaincre de la justesse de l’activité gaulliste134 ; agent de liaison, il ne participait pas directement aux actions (par exemple, de parachutage) ». La naissance des milieux de résistants fin 1940 se présente, si l’on s’autorise à simplifier les choses, en trois « composantes » : un milieu de militaires, entrés dans les premiers réseaux, qui est représenté ici typiquement par Julien Simyan, officier, fils du médecin ministre Julien Simyan que Golliard a servi sous Clemenceau (voir chapitre 1) ; un milieu de membres du collège pratique135 et de l’école des Arts et Métiers, bien représenté par l’une des femmes les plus célèbres de Cluny, Marie-Louise Zimberlin (fig. 25) ; enfin, le milieu le plus nombreux et le plus visible, celui des artisans, ouvriers, employés, commerçants, professions libérales de la petite cité, auxquels on doit ajouter quelques cultivateurs. Les cafés en constituent une pièce essentielle, et sans doute aussi, en 1943 et 1944, l’une des failles : permettant les réunions et contacts, ils facilitent l’action des informateurs et des dénonciateurs. Toujours est-il qu’à la fin du siècle, on évaluait à un café pour quarante habitants la couverture locale en estaminets et on parlait de « république des aubergistes »136. En 1914, il y aurait eu dans la cité 82 cafés, et encore au moins une trentaine en 1940137. C’est de ce premier milieu que nous parlerons d’abord, renvoyant l’évocation des deux autres à la fin de ce chapitre. C’est en effet le milieu fréquenté par Alfred Golliard, et celui qui semble avoir eu la plus grande influence dans la Résistance locale.

fig. 25 - Melle Zimberlin, professeur d’anglais, résistante à Cluny, Archives de l’amicale des déportés de Cluny (avec l’aimable autorisation d’Annie Dufy, responsable de l’Amicale des déportés de Cluny)

fig. 25 - Melle Zimberlin, professeur d’anglais, résistante à Cluny, Archives de l’amicale des déportés de Cluny (avec l’aimable autorisation d’Annie Dufy, responsable de l’Amicale des déportés de Cluny)
  • 138 SHAT, 16P 505259, dossier Jean Renaud.
  • 139 Jean Renaud fut l’adjoint de Tiburce (Browne-Bartroli). Dans son dossier militaire britannique (réf (...)

44Mme Moreau, son mari Antoine et Jean Renaud, en sont caractéristiques. Les Moreau tiennent le café du champ de foire. Cafetiers, commerçants et artisans, voici la dominante des professions. Il faut insister surtout sur la personnalité de Jean Renaud138 car son rôle est central. Au sens des catégories de l’armée britannique, il sera le seul agent139 du réseau SOE de Cluny (qu’on désigne sous le terme Tiburce), mais il a commencé la résistance dès son retour à Cluny, après son évasion du camp de prisonniers de Fourchambault (Nièvre) à la fin de 1940. Son dossier britannique indique que, membre actif de la Résistance de Saône-et-Loire depuis 1940, il forma un groupe de maquis dans l’été 1942. C’est un grand résistant. Dans son dossier britannique, il est souligné [notre traduction] :

Alors que depuis janvier 1944, il était constamment traqué par la Gestapo, et que sa femme était arrêtée et déportée dans un camp de concentration, il n’a jamais interrompu son précieux combat ; en dehors de ses tâches de commandement de son groupe, il dirigea un grand nombre de réceptions de parachutages (une centaine de réceptions avant le jour du débarquement).

  • 140 Le 8 février 1943, le conseil municipal décide de relever le montant des indemnités pour les servic (...)
  • 141 Voir SHAT, 18P 31, dossier Marc Breton. Jean Renaud figure sur la liste des membres avec le numéro  (...)
  • 142 Patrick Veyret, Histoire de la Résistance en Saône et Loire, Maquis, Forces spéciales et SAS, Chati (...)
  • 143 « In February the Germans started big raids in Saône et Loire and in Cluny alone arrested 110 men a (...)

45Sa profession était un atout majeur : menuisier, il s’occupait des pompes funèbres140 et disposait d’un véhicule, ce qui lui permettait d’obtenir de l’essence et de parcourir le département de façon relativement libre. Il est ainsi en contact très tôt avec des responsables lyonnais de plusieurs mouvements et réseaux. Ainsi, il est membre du réseau Marc Breton141, fondé par le négociant André de Buxeuil de Roujoux à Charnay-les-Mâcon, qui mit ce réseau au service de Combat. Il est aussi en contact avec le mouvement Franc-Tireur et signalé comme membre de Combat et des MUR (la mention du réseau Alliance figure aussi dans son dossier). Il fait partie de l’état-major départemental des Ffi à partir du 27 avril 1943 et est homologué définitivement capitaine Ffi par décret du 9 mai 1947. La commission départementale qui homologue ses services le 15 mai 1952, est composée du lieutenant Drilien (Armée secrète), d’André Avinière (NAP), du colonel Perrin (FTPF) et du responsable départemental Vincent Bertheaud (MUR et AS) ; la validation régionale de la décision de proposition est signée du colonel Alain. Le cas de Jean Renaud permet d’illustrer une caractéristique de ce milieu : l’éclectisme quant à l’appartenance aux mouvements et réseaux. Au fur et à mesure du développement de ces derniers, les résistants clunisois s’y sont joints et ils ont continué de travailler avec eux. Ces appartenances multiples sont soulignées par l’un des historiens142 de ce qu’il appelle la Résistance « militaire » en Saône-et-Loire. Jean Renaud, ayant échappé aux arrestations du 14 février 1944, sera fait prisonnier le 10 juin, après s’être cassé la jambe à la gare de Cluny dans un accrochage avec un détachement allemand. Comme l’indique Tiburce (fig. 26) dans son rapport de mission143, les dirigeants du réseau furent prévenus à l’avance de la préparation de l’opération de police du 14 février, ce qui permit à Jean Renaud (fig. 27), comme à Tiburce, d’échapper à l’arrestation bien qu’ils fussent sur les listes de dénonciation (Alfred Golliard, aussi prévenu de la préparation de l’opération de police choisit de rester pour protéger sa famille). La citation du dossier britannique de Renaud, dont l’auteur est Tiburce, est la suivante :

Jean Renaud travailla avec moi depuis le tout premier jour de ma mission d’octobre 1943 dans l’organisation et le soutien du maquis de Cluny. Cet homme d’une exemplaire honnêteté et parfaitement désintéressé ne s’est pas arrêté une minute dans le combat par tous les moyens des Allemands. Quand on parlait de résistance à Cluny, tous pensaient Jean Renaud.

fig. 26 - Albert Browne-Bartroli (Tiburce), dirigeant du SOE de Cluny. Photo de la famille Browne que je remercie pour son autorisation (JCB)

fig. 26 - Albert Browne-Bartroli (Tiburce), dirigeant du SOE de Cluny. Photo de la famille Browne que je remercie pour son autorisation (JCB)

fig. 27 - Jean Renaud, dirigeant historique de la Résistance à Cluny. Crédit ANACR 71 et Centre de documentation Résistance et déportation de Saône-et-Loire

fig. 27 - Jean Renaud, dirigeant historique de la Résistance à Cluny. Crédit ANACR 71 et Centre de documentation Résistance et déportation de Saône-et-Loire

46Outre la création des bases du commando de choc de Cluny, le réseau Tiburce, depuis son début, fournit l’essentiel des titres reconnus de Renaud ; mais on imagine la multiplicité des tâches qu’un tel homme exceptionnel a dû assumer. Comme il est porté disparu depuis juin 1944, d’aucuns l’imaginent déporté à Dachau, comme en témoignent certaines pièces de son dossier de résistant. Sa femme déposera d’ailleurs un dossier de déporté et interné résistant (DIR), mais il n’y a pas de Jean Renaud né le 4 décembre 1903 à Cluny dans les listes de déportés de l’AFMD. Sa femme Henriette obtint pour son mari le titre d’interné résistant (IR) le 5 décembre 1951. Mère de trois enfants, elle est arrêtée le 14 février, en tant que résistante, et membre du réseau. Elle ne revient à Cluny de déportation que le 22 avril 1945 et meurt très jeune à 55 ans, en 1960.

  • 144 Parmi plusieurs relations de ces faits, voir l’une des plus claires : Veyret, La Résistance, op. ci (...)
  • 145 L’ouvrage historique de référence est Foot, Des Anglais dans la Résistance…, op. cit. Pour se faire (...)
  • 146 M. Ruby, La guerre secrète, le SOE en action, Paris, Éditions Empire, 1985, p. 95-96.
  • 147 M. Ruby, Le mémorial du Coq enchaîné, préface de Louis Pradel, Lyon, CRDP, 1976.
  • 148 Voir notamment le témoignage de Mme Moreau (Archives familiales).
  • 149 Cette liste figure dans Fault pas y crainsdre…, op. cit., p. 22.

47Insistons sur un autre aspect essentiel. Presque dès ses débuts, la Résistance à Cluny se trouve liée au SOE. Le lien SOE-Résistance, avant que Tiburce soit parachuté en octobre 1943 avec ses deux collègues, a été préparé par d’autres, pour l’essentiel par Joseph Marchand, dont les pseudonymes furent Ange et Arthur144. Golliard et ses compagnons ont-ils eu la conscience du fait que les services spéciaux britanniques qu’ils virent arriver dans leur ville s’étaient vu quelque temps plus tôt fixer par Churchill la mission de « mettre le feu à l’Europe » (« And now set Europe ablaze ! »)145 ? Ont-ils réfléchi aux conséquences variées de leur coopération étroite avec les Britanniques ? Nous ne le saurons jamais, mais nous aurons à en reparler quand nous évoquerons le sort que connurent les résistants déportés. Toujours est-il que les services britanniques choisissent de s’implanter à Lyon, en 1941-1942, où est installée l’un de leurs agents les plus connus, Virginia Hall, qui est en contact avec Édouard Herriot pour lui proposer de quitter la France, ce qu’il refuse146. Ensuite, Georges Duboudin (dit Alain) est le responsable local de réseau dénommé Spruce, jusqu’à son remplacement par Robert Boiteux (Nicolas ou Nicholas). Duboudin était en contact avec Combat, et avec le mouvement Le Coq enchaîné, dont on retrouvera bientôt plusieurs membres. À ce mouvement créé à Lyon, il permet d’obtenir le premier parachutage d’armes dans le département147, le 28 mars 1942. Cet agent ne donnant pas entière satisfaction, si l’on en croît Michael Foot, est remplacé par Boiteux, qui se lie d’amitié avec deux personnages importants pour la Saône-et-Loire, Joseph Marchand et Jean-Marie Régnier (Porthos). C’est Marchand, en tant qu’adjoint de Boiteux dans le réseau Spruce, qui vient à Cluny fin 1942 pour recruter et faire son travail d’organisation dans le nord du Lyonnais. Il y entre en contact avec le quincailler Mailliary, qui le confie aux deux responsables locaux, Renaud et Moreau. Les témoignages concourent pour penser que cette rencontre permet de sceller la collaboration entre le SOE et le milieu résistant constitué à Cluny. Une preuve en est le premier parachutage (armes et médicaments) au col du Loup, à quatre kilomètres de la ville, le 28 octobre 1942148. C’est une reconnaissance d’une grande importance pour le petit noyau que nous identifions, composé de Jean Renaud, Jules Pierreclaud, Gabriel Corget, Antoine Martin, Pierre Colin, Henri Dubois, Antoine Moreau149. C’est avec ce groupe que Golliard travaille. La partie est liée avec ce que les gens du coin appellent, à tort, « l’IS ».

Des sources disparates

  • 150 Lettre d’A. Jeannet à l’auteur du 24 août 2004. Comme on le verra au chapitre suivant, Golliard a é (...)

48Notre connaissance des activités des résistants de Cluny, et d’Alfred Golliard en particulier, repose sur un ensemble de témoignages et d’écrits assez disparates. Il est temps de dire quelques mots à propos de ces sources que nous reconstituons sous l’angle particulier qui est le nôtre. Localement, les témoignages ne manquent pas, qui se sont accumulés depuis la fin de la guerre ; ils sont précieux, et ils ont aussi des défauts majeurs, comme celui, dans un petit milieu, de répéter les erreurs factuelles. Les associations d’anciens combattants, d’anciens déportés, avec leurs divisions politiques (ANACR, CVR) ont été à l’origine de la publication, notamment depuis la fin des années 1990, d’une abondante documentation mémorielle, enrichie aussi par des témoignages plus personnels portant sur une expérience, voire sur la reconstitution du parcours local d’un parent. On s’aperçoit de cette diversité en consultant l’annexe 3. Le présent ouvrage s’efforce de fonder ses données sur des informations vérifiées. La reconstitution, centrale dans notre attention, de l’action d’Alfred Golliard situé parmi ses pairs, ne saurait malheureusement pas s’appuyer sur des archives abondantes. Il faut donc procéder par des mises en relations de faits dont nous connaissons les sources incontestables, et s’efforcer de conduire à des hypothèses vraisemblables : c’est la façon dont nous avons procédé, au début du présent chapitre, pour reconstituer les circonstances du refus de Vichy par le préfet Golliard. Les témoignages sont indispensables, mais souffrent de leur politisation encore très vive aujourd’hui à Cluny et en Saône-et-Loire. Ainsi, une partie importante de la littérature historique et des témoignages liés comporte un biais net en faveur du parti communiste et, par association, une méfiance vis-à-vis de l’action des services britanniques, censés privilégier d’autres forces que les communistes pendant les dernières phases de la Résistance, en 1943- 1944. De ce type de relation historique sont témoins les publications coordonnées par Marie-Hélène Velu (professeur au lycée de Mâcon) et André Jeannet, qui fut correspondant de l’Institut d’histoire du Temps présent en Saône-et-Loire. Dans un premier ouvrage, datant de 1991, par exemple, les services britanniques sont présentés dans une section à part, comme si le centre clunisois de la Résistance, au milieu de ses maquis avoisinants, n’avait pas été indissolublement composé de résistants appartenant à plusieurs mouvements et réseaux, mais aussi, pour leur majorité, au réseau Tiburce. Interrogé en 2004, A. Jeannet écrit à propos d’Alfred Golliard : « il ne me semble pas être connu des milieux résistants du Mâconnais. [...] Il est originaire de Cluny où il est inhumé »150. D’un autre point de vue encore, la controverse fait rage entre ceux, d’un côté, qui font l’éloge de l’action du groupe des Clunisois pour la libération précoce de la ville et ceux, comme Robert Chantin, qui affirme dans sa thèse que le réseau Tiburce et son agent Guy d’Artois ont mis en danger la Résistance par leur aventurisme « pro-allié » et implicitement anti-communiste :

  • 151 R. Chantin, Des temps difficiles pour des résistants de Bourgogne, échec politique et procès, (1944 (...)

Ces hommes n’eurent de cesse, jusqu’aux ultimes heures de la Libération, de tenter de mettre l’action des maquis locaux au service de la seule stratégie alliée, s’opposant vigoureusement à tout processus ou toute organisation tendant à en échapper et n’hésitant pas à lancer des initiatives aventuristes pour peu qu’elles servent leurs objectifs151.

  • 152 C. Rochat, Les compagnons de l’espoir, Mâcon, Comité départemental ANACR, 1987, p. 215-216.
  • 153 Témoignage recueilli le 31 mai 2013.
  • 154 Entre par excellence dans cette catégorie le document de Jean Martinerie, Éléments pour une approch (...)

49On observe enfin une autre ligne de controverse, à distance, mais toujours actuelle, entre, d’un côté, Claude Rochat (Guillaume) et de l’autre Marcel Jaurant-Singer. Le premier, aux sympathies communistes, fut chargé en 1944, dans le dispositif militaire départemental, du commandement des effectifs des maquis ; basé au château de Cruzille, à peu de distance de Cluny, il était censé partager les responsabilités harmonieusement avec le responsable de l’Armée secrète, le capitaine de la Ferté-Senectère (Ferrand). Le second, agent SOE, était radio pour l’autre réseau du département (Mason, dirigeant Jean-Marie Régnier, l’ami de Marchand) et coopérait avec le dirigeant Albert J. Browne-Bartroli. Dans son ouvrage, Rochat critique la « duplicité » de ceux qu’il appelle les « responsables de l’IS »152, dont, dit-il, les maquis ne manquaient jamais d’armes. Le second lui rétorque, à distance153 que les réseaux ne « s’occupaient pas de politique » et qu’ils distribuaient des armes « sur la base de contrats » qui correspondaient à « des buts que nous leur fixions pour la libération du territoire ». Ainsi, dit-il, « je crois bien que Rochat n’a rien compris ». Ces quelques notations illustrent, de façon superficielle on en convient, la politisation et les controverses qui marquent encore, en 2019, tout ce qui est relation des faits de Résistance et ce qui, dans la ville de Cluny, constitue le rapport des citoyens à cette époque d’il y a soixante-dix ans. Le contrôle politique de la mémoire par telle ou telle partie de la municipalité est un enjeu électoral majeur pour une partie des électeurs et, bien au-delà de la petite cité, pour le département de la Saône-et-Loire. Bien évidemment, les partis-pris sont encore plus apparents dans le cas des témoignages, surtout quand ils affirment produire des discours historiques154. L’annexe 3 indique les principaux documents à notre disposition (en plus des archives citées ici de la façon traditionnelle).

L’ambiance politique de Cluny, la municipalité

50Quelle est l’ambiance politique de la petite cité de Cluny, au moment de la guerre et de l’Occupation ? On peut penser qu’en raison de son métier, Alfred Golliard n’a aucune difficulté à s’insérer dans ce petit monde qui a gardé bien des traits de ce qu’il a connu dans sa prime jeunesse. Bien sûr, la ville est sous la menace allemande constante, même si Henry Frenay écrit qu’on n’y voyait pas, de son temps, beaucoup d’Allemands. La menace devient de plus en plus prégnante à partir de 1942. Il y a en ville des partisans des multiples formes du vichysme et de la collaboration, y compris des miliciens. Tous les petits commerçants, par exemple, ne soutiennent pas de Gaulle ou la Résistance, loin s’en faut. Si la population écoute les émissions de la BBC et de la France Libre, il arrive aussi que les boutiques des commerçants considérés comme « collabos » soient brisées ou couvertes de graffitis la nuit. Le préfet Brun, dont on va reparler bientôt, a appliqué la loi sur la nomination de la nouvelle municipalité. Le maire Jacques Guéritaine, radical, agent en retraite du chemin de fer, a été reconduit. Il reste à ce poste jusqu’à son arrestation le 14 février 1944, ce que le registre municipal s’empresse d’euphémiser (« les événements de février ») : à la séance suivante de réunion du conseil, le 27 avril, désormais présidée par un nouveau maire nommé cette fois par le préfet Thoumas, l’ingénieur des Arts et Métiers Auguste Visbecq, ce dernier inscrit à l’ordre du jour « la situation du personnel à la suite des événements de février », dont plusieurs membres ont été arrêtés avec le maire.

51Golliard est relativement en terrain de connaissance avec le milieu de la « république des aubergistes » ; il n’est pas dépaysé car il connaît bien la petite ville et sa familiarité avec Lons-le-Saunier l’aide. Le parti radical-socialiste joue un rôle important à Cluny. Alfred Golliard a respecté le principe qu’il s’était fixé en entrant dans la préfectorale de ne jamais candidater en Saône-et-Loire ou dans l’Ain, où il avait ses origines familiales. S’il n’avait donc pas d’attaches politiques, il passait régulièrement à Cluny, pour de courts séjours quand il était en activité et suivait les péripéties politiques locales depuis ses années de jeunesse. La municipalité sortait des élections de mai 1935, qui n’avaient, comme à Lons, pas vu triompher l’union avec la SfiO, comme on le voit dans le tableau 2 (annexe 4). L’électorat de Cluny, comme celui de Lons, est rétif au Front populaire, mais l’accord se fait entre les deux listes, après la bataille. Dans la Saône-et-Loire, en général, on suivait Herriot et ses réticences : rejetant l’alliance avec les « révolutionnaires », il avait déclaré en avril à Lyon au comité exécutif du parti radical :

  • 155 L’Union républicaine [de Saône-et-Loire], 8 mai 1935.

Nous ne croyons pas nous radicaux et radicaux-socialistes que pour lutter contre ceux qui menacent la République ou la paix, il suffise d’aller dans les rues ou dans les réunions et de crier « à bas le fascisme, à bas la guerre ! »155.

  • 156 Éditorial de L’Union républicaine, 27 avril 1935.

52Pour les municipales de 1935, Mâcon donne le ton, « pour la paix municipale »156 :

Aujourd’hui que l’union de tous est plus que jamais nécessaire, ils ont résolu de suivre une directive fort générale – imposée par les circonstances – et que de nombreuses villes ont adoptée avant la nôtre : Grenoble, Marseille, Nice, Nimes, Dole, Lons-le-Saunier, Tours, le Puy, etc. Sans rien renier de leurs principes de laïcité et de progrès social, les radicaux mâconnais [...] ont décidé de s’unir à ceux des républicains sincères qui, depuis six ans, ont toujours été avec eux lorsqu’il s’est agi des intérêts de la ville et de ses habitants. […] [D’où une liste] radicale et d’union républicaine [composée de] gens éclairés et probes, qui, déjà dans l’administration, dans les sociétés ou dans leurs affaires, ont fait la preuve de leur compétence et de leur dévouement.

  • 157 L’Union républicaine, 6 mai 1936.
  • 158 Destitué de ses fonctions de conseiller par le préfet Hontebeyrie, le 20 août 1942, pour participat (...)
  • 159 « Il aura la douleur, après la Libération, écrit sa notice nécrologique dans la publication des Gad (...)

53La situation était comparable à Cluny. La liste « Union des Gauches » est fort minoritaire : elle a sept élus, dont quatre au second tour, contre seize à la liste « Union Républicaine démocratique ». Cependant, le tableau 1 montre aussi une relative stabilité dans le personnel politique local. Néanmoins, lors des élections législatives, le Front populaire est finalement victorieux en Saône-et-Loire et la SfiO bat deux radicaux, avec au total six élus contre deux républicains nationaux. À Cluny, au deuxième tour, le socialiste Henri Boulay, président de la cave de Saint-Gengoux-de-Scissé, un petit village proche de Cluny, obtint 520 voix à Cluny, contre 256 à son adversaire Simonnet157. Parmi les élus de l’Union républicaine à la mairie, onze sur seize étaient déjà conseillers municipaux en 1932 ; les trois élus de l’Union des gauches au premier tour étaient dans le même cas. Cela témoigne d’une remarquable stabilité. Quand le préfet Paul Brun choisit la nouvelle municipalité, en 1941, onze membres, dont le maire Guéritaine, sont des élus de 1935, alors que sept nouveaux conseillers sont nommés. Deux membres du conseil, résistants, sont arrêtés par les Allemands : Jean-Baptiste Beaufort, que le préfet Hontebeyrie a sanctionné158, hôtelier, et Jacques Guéritaine, ancien chef de gare. D’autres dans le conseil sont aussi des résistants, qui échappèrent à l’arrestation et à la déportation, comme Jules Pierreclaud, élu depuis 1933, mais que Brun n’a pas retenu en 1941. La lecture, aux Archives municipales de Cluny, des délibérations de la période 1940-1944 montre que la fréquence des réunions du conseil est faible. Leur objectif est essentiellement de valider officiellement les décisions administratives et budgétaires, de réévaluer telle ou telle prestation, comme la prestation des Pompes funèbres pour Jean Renaud, de réévaluer (rarement) certains salaires. Le conseil n’ouvre aucun débat sur les personnes ou sur les questions politiques. Avec l’arrivée du nouveau maire nommé par le préfet Thoumas en 1944, Auguste Visbeck, l’euphémisme règne. On s’étonne, 62 ans après, que le dernier maire de l’Occupation à Cluny ait considéré qu’il avait été une victime...159

  • 160 Respectivement, au SHAT Vincennes, dossiers 16P 41361 ; 16P 275219 et 16P 476965.
  • 161 Faut pas y crainsdre…, op. cit., p 21.
  • 162 Voir tableau 4, liste des membres homologués par J. Marchand (SHAT Vincennes, 17P 50).

54Dans la ville de Cluny comme dans les autres petites villes de Saône-et-Loire, la mairie est restée un lieu politique important sous l’Occupation. Alors que la représentation démocratique a été supprimée (et avant que des « commissions départementales » eussent pour but de pallier les dysfonctionnements consécutifs à la suppression des conseils généraux), les mairies sont un relais avec la population que les préfets essaient, souvent avec difficulté, d’instrumentaliser pendant la période. Installés en 1941, Beaufort, Guéritaine et Pierreclaud160, qui font partie du noyau de la résistance à Cluny, serviront dans ce qui va prendre le nom de réseau « Tiburce » deux ans plus tard, quand l’agent SOE Albert Browne-Bartroli arrive à Cluny. Si l’on en croit les souvenirs des acteurs, un comité qui représente Combat, Franc-Tireur et Libération est mis en place en 1941161, mais le contact initial avec le SOE date de 1942 lors de la venue de Joseph Marchand à Cluny (voir plus haut). C’est ce même Marchand qui établit, en tant que « liquidateur » à l’époque du réseau, les documents d’homologation de tous ces agents162. Pour Jean Renaud et ses collègues, travailler avec Golliard, outre le bénéfice d’une autorité morale souligné par Mme Moreau (un préfet est une recrue de choix pour la Résistance sur le plan symbolique) est très concrètement utile en raison de ses qualités professionnelles de préfet et de la connaissance intime qu’il a acquise de l’administration préfectorale et de ses hommes, en trente ans de carrière. Il a aussi “bénéficié” de la courte période, entre juillet et septembre 1940, au cours de laquelle il a vu se mettre en place les nouvelles institutions et les nouvelles façons de faire du régime de Vichy. Golliard est l’inverse, le symétrique de ses collègues qui peuplent les préfectures et sous-préfectures du département : Mâcon, Chalon-sur-Saône, Autun, Charolles et, à partir de 1942, Louhans, dont la sous-préfecture est rétablie pour contrebalancer les effets de la ligne de démarcation. Le département est divisé par cette ligne de démarcation en deux zones, mais la pratique administrative est plus complexe, comme on va le voir. Il n’y a guère qu’Autun, dans le nord-ouest, qui ait un statut à part. Golliard représente, pour ses ex-collègues, un défi incarné, surtout pour ceux qui le connaissent bien, et ils sont nombreux dans l’administration préfectorale entre 1940 et 1944 dans le département et la région. Pour Alfred Golliard lui-même, travailler avec la Résistance c’est littéralement traverser la frontière symbolique qui existe entre administration et administrés. Dans son rôle de résistant, il va devoir faire en quelque sorte « le contraire » de ce qu’il a fait depuis sa nomination à Vesoul en 1911. Comment se passent les contacts de la résistance à Cluny avec les institutions préfectorales ? On s’attend qu’elles ne passent pas par l’intermédiaire de Golliard lui-même, mais il y a des procédures informelles. Sur ce dernier point, nous n’avons que les témoignages familiaux, autour de la fille du préfet, Michelle. Cette dernière n’est pas dans la confidence des relations que son père entretient avec l’administration du ministère de l’Intérieur après sa destitution et encore moins de ses activités de résistant.

Relations, réseaux et contacts personnels

55Après sa retraite à Cluny, Alfred Golliard a eu les contacts nécessaires à la liquidation de sa pension, mais, à notre connaissance, les services centraux ne l’ont jamais recontacté, à la différence de certains de ces collègues à qui furent proposés des reclassements, voire, plus tard, des réintégrations. Le seul nom d’un contact figurant dans les dossiers d’Alfred Golliard est celui de Guy Périer de Féral, dont il conserve les coordonnées dans son secrétaire à Cluny. C’est celui qu’Alfred rappelle à son épouse quand il lui écrit sa première lettre clandestine depuis Compiègne : « Peut-être pourrais-tu mettre Périer de Féral au courant ». Le bref commentaire dont il accompagne cette mention est important :

  • 163 A. Golliard demande aussi à son épouse l’adresse de son neveu Alfred, qui s’emploiera par la suite (...)

Il est seul capable de faire quelque chose d’utile dans cette affaire et tu sais que tu peux lui donner à cet égard tous apaisements sur le néant des charges. Il n’a rien à redouter à cet égard. Tu trouveras son adresse dans mon dossier personnel de liquidation de pension sur une carte qu’il écrivait à l’époque et qui donne son domicile. Mais avant de le faire, réfléchis et pose le pour et le contre ; dis-lui toi-même tes hésitations à cet égard pour qu’il agisse ou n’agisse pas selon ce qu’il jugera le plus expédient. Je suis sûr de son amitié et de sa prudence : ce qu’il fera sera bien fait163.

  • 164 L’expression fait écho à sa lettre à Herriot de l’été 1932 : « J’ai toujours eu la fierté de ne jam (...)
  • 165 Bulletin officiel du ministère de l’Intérieur, mai 1944. De Féral se trouvera associé aux péripétie (...)
  • 166 L’expression de Golliard ne se réfère vraisemblablement pas aux charges qui lui seraient reprochées (...)
  • 167 Lettre d’Alfred Golliard, 11 mars 1944, « Sur les chemins de l’exode » (Archives familiales).

56Qui est cet homme qui jouit de la confiance du préfet, au point qu’il soit sûr de son « amitié »164 ? Né en 1897, docteur en droit, il est nommé sous-préfet de Haguenau en 1930, et c’est probablement à ce moment qu’ils font connaissance. Golliard, en tant que secrétaire général à Strasbourg, et lui, sont souvent en contact et Périer de Féral est nommé au cabinet de Guy La Chambre en juillet 1933 (chargé de l’administration de la direction générale des services d’Alsace et Lorraine, voir chapitre 2). Il est nommé, ensuite, préfet de l’Aube pour ordre en octobre 1935 et préfet des Ardennes le 21 mars 1936, avant d’être détaché en Algérie. Pendant l’Occupation, ses nominations de préfets sont également « pour ordre » et il est nommé secrétaire général de la Seine en juillet 1941 ; en 1944, il apparaît encore en tant que préfet de 1re classe occupant cette fonction165. Le commentaire est également important en ce qu’il trahit la réflexion de Golliard sur ce qu’il appelle « cette affaire », c’est-à-dire son arrestation et sa présence à Compiègne. Il suggère à Renée d’assurer Périer de Féral du « néant des charges »166 : ce « néant des charges » ne peut être que la certitude qu’Alfred Golliard possède à propos de la justesse de l’engagement qui l’a mené à son arrestation par les occupants. La confiance qu’il a en Périer de Féral lui donne à son tour confiance dans le fait que les explications de Renée seront pour ce dernier des « apaisements ». Mais ce raisonnement souffre d’une ambiguïté manifeste, qui tient au fait que le mari n’a jamais apparemment expliqué à son épouse (il n’en a pas eu le temps, mais il ne pouvait pas non plus exposer son engagement explicitement) le « néant des charges » en question. Au moment où Renée Golliard apprend que son mari est à Compiègne (voir chapitre suivant), elle tombe en effet des nues et ne connaît encore rien de l’engagement de résistant de son mari, qu’elle commence seulement à subodorer : pourquoi son mari lui écrirait-il une lettre qui commence par l’aveu qu’il s’attendait à être arrêté ? « Je m’y attendais hélas depuis longtemps et j’en avais encore mal consenti le sacrifice »167.

  • 168 Lettre du 3 mars 1944 (Archives familiales).
  • 169 Voir Barbier, « Qu’est-ce qu’un préfet déporté ?… », op. cit.
  • 170 Mémorial des fonctionnaires du corps préfectoral…, op. cit., p. 49.

57Ainsi, dans la première lettre168 qu’elle envoie à son neveu Alfred (à l’époque cadre à Paris à la Société générale), Renée Golliard écrit : « je ne sais absolument pas pourquoi il a été arrêté, si ce n’est comme otage, en raison de ses fonctions passées car il ne s’est jamais occupé de rien ». C’est encore cette thèse de « l’otage » qui reviendra dans ses démarches, plus tard, avec le ministère de l’Intérieur, après la Libération. C’est d’ailleurs, bien à son insu, ce qui contribue à l’allongement de l’homologation des titres de résistance de son mari. En 1946 encore, quand elle rédige la notice pour son mari dans le mémorial constitué sous l’autorité de l’association préfectorale (par Émile Bollaert et Roger Génébrier169) elle n’a encore rassemblé que peu d’éléments sur la résistance de son mari, qu’elle caractérise ainsi : « camoufler de nombreux réfractaires au Service du Travail Obligatoire »170. Mais la signification ambigüe du petit mot qu’il réussit à écrire à sa femme est encore plus forte. Golliard va jusqu’à suggérer à Renée de discuter avec Périer de Féral du pour et du contre d’une intervention de sa part, ce qui suppose qu’il inclut Périer et Renée dans un futur colloque où ils savent à la fois que Golliard n’a rien à se reprocher, d’une part, mais, d’autre part, que les circonstances de l’Occupation et du gouvernement en place à l’époque requièrent une grande prudence. Cette expression postérieure de son état d’esprit vis-à-vis de ce gouvernement illégitime, laquelle date de 1944, de même que ce lien avec Périer de Féral (lien évidemment gardé en cas de besoin et dont il s’ouvre à son épouse uniquement après sa déportation à Compiègne) sont des indices de l’attitude de principe qui fut celle du préfet depuis sa révocation jusqu’à son arrestation : pas de contacts avec l’administration qui l’a exclu, prudence et lien discret, voire secret de son réseau précédent cette exclusion. En définitive, Renée se résolut probablement à ne pas prendre contact avec Périer de Féral. Elle n’en eut peut-être pas le temps et le loisir dans une période où la désorganisation et les succès de la Résistance en Saône-et-Loire modifiaient considérablement les circonstances.

Exclu de son administration

  • 171 Témoignage de Jean Claude Vuchot (fils de Michelle, petit-fils du préfet), septembre 2014.

58Mais revenons à Cluny avant l’arrestation de 1944. Des contacts de Golliard avec l’administration ont lieu au cours de la période 1940- 1944, qu’il est impossible d’identifier avec précision. Un personnage y apparaît pourtant central, René Darpheuille, dont la trace omniprésente revient dans les témoignages de Michelle, la fille d’Alfred, qui le connaît depuis Lons. Est-ce par le truchement de Darpheuille qu’a lieu un autre contact, sans doute à la fin de 1943, voire au tout début de 1944 ? Au cours de cet épisode, Alfred Golliard est prévenu par Michelle et son mari, venus de Lons-le-Saunier pour alerter leur père et beau-père sur le fait qu’il était surveillé. Les Vuchot avaient eu un contact de la préfecture de Mâcon les alertant sur cette surveillance171. S’il repose sur des souvenirs familiaux, l’existence de ce contact indirect est très vraisemblable. De façon routinière, Alfred Golliard, comme toutes les « personnalités » du département, fait l’objet d’une surveillance des Renseignements généraux. C’est cette surveillance qui a manifesté une alerte, laquelle ne pouvait échapper au secrétaire général Darpheuille, qui aurait choisi de faire passer par les Vuchot, qu’il connaissait, un message de prudence au préfet. René Darpheuille, né en 1904, a commencé sa carrière comme chef de cabinet de préfet à la fin des années 1920. Il est nommé secrétaire général du Jura le 19 janvier 1934 et installé le 10 avril. Il est encore en poste, bien qu’en partance pour l’administration centrale, quand, en octobre 1934, A. Golliard est nommé préfet à Lons. En effet, le prédécesseur de Golliard, Paul Brun, vient d’être nommé à l’administration centrale, directeur de l’administration départementale et communale, et il demande à son secrétaire général Darpheuille de le suivre à Paris. À Lons, la collaboration Golliard-Darpheuille n’est donc qu’extrêmement brève, puisque dès le 7 novembre, le second est nommé rédacteur principal au ministère, et installé finalement le 1er décembre. C’est quand même lui qui reçoit Golliard qu’il installe comme préfet le 26 octobre 1934. Ensuite, Darpheuille est rédacteur à l’administration centrale, puis sous-chef de bureau (3e) en décembre 1937. Quand l’administration centrale est réformée, avec Peyrouton et Ingrand, il faut faire de la place et Paul Demange remplace Brun, qui est nommé préfet de 1e classe à Mâcon (il est par ailleurs conseiller d’État). Brun appelle de nouveau son fidèle Darpheuille qui, promu chef de bureau de 1e classe et secrétaire général, est nommé à son tour à Mâcon le 30 octobre 1940, mais n’est installé qu’en novembre. Quand son ancien collaborateur arrive en Saône-et-Loire, Golliard est à Cluny depuis un peu plus d’un mois. L’arrivée ne passe pas pour lui inaperçue. Darpheuille se révéle le personnage le plus stable du personnel préfectoral de la Saône-et-Loire occupée (voir tableau 2) : il occupe les fonctions importantes de secrétaire général (promu à la première classe fin octobre 1940), homme à tout faire du préfet, de la fin de 1940 au tout début de janvier 1944. Il a donc connu les quatre préfets de Mâcon de la période : Brun, dont il est le fidèle, Hontebeyrie, Demange, puis Thoumas. Sa brève prestation ultérieure de préfet délégué à Poitiers se révéle finalement catastrophique, car il s’y trouve associé au préfet régional Louis Bourgain, bien peu fréquentable. Darpheuille et ce dernier sont arrêtés en novembre 1944 et emprisonnés à Poitiers. Bourgain est lourdement condamné, Darpheuille, pour sa part, est mis en retraite dès 1946.

  • 172 Baruch, Servir…, op cit., p. 452.
  • 173 AJ40/541 : « ein sehr korrekte und entgegenkommende Haltung », commente l’occupant quand il est à M (...)
  • 174 Grimaud, Carnets…, op. cit. p. 197. « Verbe éloquent, souvent un peu trop libre », Hontebeyrie voit (...)
  • 175 Voir, au chapitre 3, les escarmouches qu’eurent les préfets Golliard et Hontebeyrie.

59Si l’on met à part Thoumas, les préfets de Darpheuille à Mâcon sont sans doute « comparativement » plus fréquentables que Bourgain, et Golliard est en contact, parfois étroit, avec trois d’entre deux. Paul Brun (né en 1892) n’a fait qu’un passage éclair dans le Jura, où il est nommé préfet de 3e classe à 42 ans, avant d’être appelé auprès du ministre Marchandeau (qui nomme Golliard dans le Jura). « Homme de Marchandeau », dit-on de lui : au cabinet de Marchandeau, puis chargé de l’administration départementale et communale auprès du même. Brun est vite nommé conseiller d’État en 1935 et, après 6 ans à faire la pluie et le beau temps dans la nomination des préfets, il est évincé pour faire place à Paul Demange. Brun se retrouve à Mâcon, une préfecture de 1e classe, d’où il en profite pour aller saluer Herriot et Jeanneney à Chatel Guyon ; mais, dès novembre 1941, il est nommé par Laval préfet de région à Clermont-Ferrand. Les choses tournent mal pour lui à la Libération (la Résistance le qualifie de « traître et collaborateur fervent »172) et il est molesté et emprisonné. Né en 1895, Alfred (Roger) Hontebeyrie le remplace en 1941. Lui est considéré comme un « homme de Chautemps ». Il semble imposer le respect en raison de son invalidité de guerre à 65 %. Il est préfet du Doubs, quand il est nommé en 1940 à Dijon, puis préfet régional au même endroit en juillet 1941. Il a d’excellentes relations avec les autorités occupantes, cela dit, à Dijon, ce qui se maintiendra apparemment puisque, quand il est à Mâcon, les autorités allemandes qui l’ont connu le recommandent173. On peut penser que sa mutation à Mâcon n’est pas cependant une promotion. Il est présenté souvent comme un frondeur174, mais il est ensuite préfet de région de Montpellier. C’est là qu’il est arrêté en 1944. Il est resté moins d’un an en Saône-et-Loire. Dans les années 1930, il a rencontré Golliard quand ils étaient voisins, lui dans le Doubs et l’autre dans le Jura175. Paul Demange, dont on a évoqué le rôle de “purgeur” hyperactif du corps préfectoral (chapitre 3), et de serviteur empressé de Peyrouton, fournisseur de mis en retraite et de juilletisés, remplace Hontebeyrie en octobre 1942. À 34 ans, il est depuis septembre 1940, directeur adjoint puis directeur du personnel, du matériel et de la comptabilité, la direction qui avait remplacé celle tenue par Paul Brun. Préfet de Saône-et-Loire est son premier poste territorial. Il reste à Mâcon jusqu’au printemps 1943, avant d’être muté en Seine-et-Marne. Lui, comme Hontebeyrie, sont entrés lors de leur passage à Mâcon en relation avec la résistance. Golliard connaît bien Demange, et vice versa. Le premier est sans illusion à propos de l’agent de Peyrouton et d’Ingrand dans son élimination. Le second n’a pas d’états d’âme. Quant à Louis Thoumas, il n’est pas de ceux qui auront des liens autres qu’obligés avec la Résistance. Né en 1894, sans diplôme autre que le bac, il a été chargé de mission, chez Brun, à l’administration centrale. Il a saisi sa chance en passant au cabinet de Lebrun en juin 1939, ce qui lui permet d’être nommé préfet à titre temporaire, puis, dans la foulée au cabinet de Pétain, préfet en juillet 1940. Il remplace Demange au printemps 1943. À la Libération, il est suspendu sans traitement, puis révoqué. Le Patriote de Saône et Loire en octobre 1943 ne tarde pas à le brocarder pour avoir imposé dans le département un couvre-feu permanent à 9 h30, « cas unique dans tout le pays », mais il lui a fixé son sort. Il y aura, écrit le journal, « punition de votre misérable besogne ». À la différence des trois autres préfets, Golliard n’avait pas de raison particulière de connaître Thoumas. Il revient à ce dernier, on va le voir, de constater les exactions de plus en plus nombreuses des occupants et de la Milice, de fin 1943 à l’été 1944.

  • 176 Voir J-C. Barbier, « Qu’est-ce qu’un préfet déporté, destins contrastés des préfets de Vichy déport (...)
  • 177 AN, 72AJ 183.
  • 178 Ibid.

60Ainsi, Darpheuille a quatre hommes bien différents comme supérieurs. Brun et Thoumas n’ont pas l’occasion de rechercher des contacts avec la Résistance : c’est elle qui vient les trouver pour la reddition des comptes. Demange et Hontebeyrie s’adaptent à ces circonstances lors de leur passage en Saône-et-Loire. Ces deux derniers sont arrêtés en 1944 et déportés comme personnalités-otages176. Avant d’aller plus loin, il n’est pas inintéressant de voir comment la Résistance en Saône-et-Loire a perçu ces quatre hommes. Elle les voit de façon bien différente, si l’on se fonde sur les témoignages recueillis après-guerre, ceux du commandant de gendarmerie Vial de Mâcon et d’un ancien responsable départemental du NAP, André Avinière en 1944177. Leurs témoignages mentionnent le rôle central de Raymond Papet (voir infra). Aucun n’évoque le préfet Brun, mais les trois autres apparaissent dans les témoignages. Hontebeyrie est qualifié de « bienpensant » par Avinière. Demange est vu comme énigmatique par le commandant Vial (resté à son poste pour aider la Résistance). Il note qu’il parle parfaitement l’allemand et se présente comme « très zélé », mais on ne sait pas pour qui : « Pétain, Giraud ou de Gaulle ». Quant à Thoumas, Vial relate un incident avec ce préfet qui exige de lui les noms des personnes qui ont pavoisé à Charolles le 14 juillet 1943, pour les remettre à la Gestapo. Vial, qui les connaît, ne lui donne pas les noms. finalement, Thoumas fait marche arrière après l’intervention de R. Polfliet (Maison du prisonnier de Mâcon, résistant déjà cité). Avinière note aussi que Demange aide la Résistance et que le chef de cabinet Papet remet des publications clandestines à Hontebeyrie178. Ces diverses attitudes dépendent évidemment de l’époque dont on parle et des évolutions politiques du régime. Mais d’un point de vue général, du point de vue des résistants, à Cluny comme ailleurs, la préfecture est le lieu par excellence de l’ennemi, alors que l’Occupant nazi intervient de plus en plus sur le terrain.

L’administration préfectorale

61On comprendra mieux le rôle d’Alfred Golliard dans la Résistance à Cluny en revenant plus empiriquement sur le rôle que joue l’administration préfectorale sous Vichy, et la perception qu’en a la Résistance. La préfecture, sise à Mâcon, se trouve dans un département coupé par la ligne de démarcation. Sous Vichy, il y a quatre sous-préfectures en Saône-et-Loire : Autun, Chalon-sur-Saône, Charolles et Louhans. Chalon est théoriquement rattaché à Autun. Charolles et Louhans sont en zone libre (voir tableau 4, annexe 5). L’administration préfectorale, de façon aggravée au fur et à mesure des années, c’est l’ennemi. Quelles sont ses tâches, sinon des fonctions de répression et de mise en œuvre de l’ordre et des persécutions contre la population ? On s’en convainc en déchiffrant les rapports des préfets, de Brun jusqu’à Thoumas. Les préfectures constituent autant de centres d’organisation de l’action de l’État contre le pays ; celle de Mâcon joue un rôle essentiel, sous Thoumas (un familier de Laval), y compris dans une partie de l’ancienne zone occupée. De quoi s’occupe l’administration préfectorale ? D’identification des personnes et de rationnement (diverses cartes d’identités, tickets de rationnement) en liaison avec les mairies ; de sanctions collectives exigées et organisées par les occupants, particulièrement fortes en zone occupée au début de l’Occupation (réquisitions de bâtiments, vols de meubles, pillages) ; de mesures de sanctions collectives, notamment autour de l’application de la ligne de démarcation (requis civils pour garder les voies jour et nuit) ; de persécution des Juifs ; d’organisation de la Relève puis de mise en œuvre du STO ; de la « répression des menées antinationales », d’assignations d’opposants – par exemple de communistes – à résidence, d’organisation de perquisitions à domicile ; du contrôle des déplacements (par exemple, patrouilles dans les trains et les gares) ; de propagande idéologique et d’organisation de réunions avec les maires afin de leur faire passer les messages du régime. Voici quelques-uns des aspects de l’action des services préfectoraux que combattent les résistants. Quand il le peut, Golliard fait usage de ses compétences techniques de préfet auprès de ses compagnons.

  • 179 AN, F1a 4547. Rapport sur le sous-préfet Mauléon.

62Les particularités du fonctionnement de l’administration préfectorale, en raison de la division du département, sont évoquées dans le rapport d’inspection générale de septembre 1943 sur le sous-préfet Mauléon179, qui est en poste depuis début 1942 à Chalon. En théorie, le sous-préfet d’Autun a reçu délégation en 1940 du préfet de Saône-et-Loire. Ainsi, en général, le préfet de Mâcon n’est pas censé intervenir directement à Chalon, même s’il a conservé certaines prérogatives (il est en liaison téléphonique par voie indirecte, à partir de la mairie de St Marcel-les-Chalon). Mais, à l’époque de Thoumas, ce dernier supervise Mauléon, qui se rend rarement à Autun. Mauléon a pendant un temps aussi été en relation avec Dijon, la préfecture régionale. Dans le sud, les sous-préfectures sont occupées de façon stable ainsi qu’à Chalon, à partir du printemps 1942. Les nominations sont plus mouvementées en zone occupée, à Autun. Caumont est rappelé à Paris auprès d’Ingrand. René Coldefy le remplace : il est sous-préfet de Lure en 1940, mais se fait rapidement remarquer et s’engage comme intendant de police à Paris auprès du secrétaire général à la Police en 1941. Dangelzer a été très brièvement le secrétaire général du Jura, en février 1939. Henri Meynial préside aux destinées du poste d’Autun avant que Georges Augé vienne y accomplir les actes de collaboration qui le feront condamner à la Libération. Golliard connaît aussi cet homme, qu’il dut supporter comme secrétaire général quelque temps à Lons-le-Saunier, avant qu’Augé n’occupe les fonctions de sous-préfet de Dole, rendu autonome de fait par l’instauration de la ligne de démarcation. Augé sévit ensuite à Lure en Haute-Saône, avant d’être jugé en Haute Cour à Chalon et de s’y suicider en 1945.

Raymond Papet assassiné

  • 180 SHAT Vincennes, 18P 31.
  • 181 M. Ruby, La Résistance à Lyon, t. I, Lyon, Éd. Hermès, 1979. M. Ruby, Le mémorial du Coq enchaîné, (...)
  • 182 M. Ruby, Le mémorial…, op. cit., p. 56-57.

63Un personnage tout différent dont il faut signaler l’importance (bien qu’il ne figure pas au tableau 3) est Raymond Papet, le chef de cabinet des différents préfets de la période à Mâcon. Papet est un pilier de la préfecture de Mâcon, depuis le préfet Bouet, lequel a quitté Mâcon en 1940, pour être remplacé par Hyacinthe Tomasini. Il a dû aussi servir brièvement ce dernier, révoqué en 1940 pour abandon de poste. Raymond Papet, né en février 1910, est un jeune fonctionnaire de préfecture typique et un résistant précoce : il est l’un des tout premiers membres du réseau Marc Breton180, où l’on a déjà identifié Jean Renaud de Cluny. Il est enregistré sous le numéro 5, en juin 1940, c’est-à-dire après les membres de la famille du fondateur De Roujoux et de Jacques Roos qui porte le numéro 4, l’un des premiers recrutés par De Roujoux, rallié à la France Libre. Raymond Papet est aussi parmi les membres du mouvement Le Coq enchaîné, fondé en 1942, qui est parmi les premiers en contact avec le SOE dans le département. Marcel Ruby a écrit l’histoire de ce mouvement181, dont les créateurs à Lyon sont des radicaux et des socialistes, Lucien Degoutte, Georges Dunoir, le Dr Jean Fousseret et Louis Pradel, futur maire de Lyon. Ce mouvement a des ramifications dans la région : pour la Saône-et-Loire, quatre noms sont cités : Raymond Papet, Paul Demange, Rupert Polfliet et Jacques Kindler. Les dirigeants lyonnais obtiennent, on l’a vu, via l’agent Duboudin (Alain) un parachutage en mars 1942. Marcel Moreau, lui aussi l’un des membres, témoigne après-guerre de l’action de la Saône-et-Loire : « le groupe avec un état-major de hauts fonctionnaires (préfet en tête) prit une part très active au célèbre trafic par avions avec l’Angleterre, de la région de Cuisery, aérodrome utilisé par tout le « gratin » de la Résistance, ainsi qu’au service d’évasion de prisonniers français182 ». Le préfet Demange est cité clairement, mais il ne fait pour sa part aucune allusion à cette participation précise quand on lui demande ses services dans la Résistance.

  • 183 Ils sont en charge de la production de fausses cartes, de permis de conduire, de destruction de lis (...)
  • 184 J. Laval, Hoover Institute, La vie de la France sous l’Occupation, t. I, 1957, p. 469-477.
  • 185 Il a évidemment « appris » entre temps que les personnes en question étaient engagées en majorité d (...)
  • 186 Artisan, sélectionné pour être assassiné en tant que Juif par les miliciens.
  • 187 Laval, La vie de la France…, op. cit., p. 476.

64Un groupe de rédacteurs est en action autour de R. Papet et dans le cadre du NAP, dont Pierre Bouvet183 et François Mathias. Il y a à Mâcon, plus généralement, une quarantaine d’agents du NAP en 1944. Parmi eux, R. Papet devrait incontestablement figurer parmi les listes d’un mémorial de l’administration préfectorale qui reste à établir. Il compte parmi les sept personnes assassinées à Mâcon par la Milice, sous la direction de son chef Clavier, en représailles présumées de l’assassinat de Philippe Henriot, le 28 juin 1944. Cette circonstance offre l’occasion d’évoquer la façon dont Louis Thoumas traite de ces événements. Ce dernier est en effet en poste au moment où cette tuerie, accompagnée de l’arrestation de près de deux cents personnes, est perpétrée à Mâcon. Thoumas a choisi de l’exposer en détail dans son témoignage produit en faveur de Laval dans l’ouvrage édité en défense de son père par sa fille Josée184. Thoumas reproduit, avec un commentaire d’après-guerre, le rapport qu’il fit à Vichy le 5 juillet 1944. Sa présentation des faits de l’époque185 est marquée par plusieurs caractéristiques qui en disent long sur l’état d’esprit de ce préfet. D’une part, il présente les sept personnes sauvagement assassinées par la Milice comme des gens bien-pensants : il les décrit successivement et la seule victime juive du groupe des sept, Dick Effime186, est présentée tendancieusement à la fin de son rapport. Thoumas décrit Papet comme « pupille de la Nation »« fonctionnaire brillant et très consciencieux » qui « jouissait de l’estime générale ». Le second assassiné est André Eugène Bouquet, militaire de carrière, qui est annoncé comme « prisonnier de guerre rapatrié, décoré de la Croix de Guerre », « jouissant d’une grande popularité parmi les prisonniers rapatriés ». Le troisième est Robert-François Sourieau, fils d’avocat, assassiné à la place de son père absent (son deuxième fils est engagé à l’époque dans les Ffl). Thoumas décrit le fils assassiné comme « prisonnier de guerre rapatrié » lui aussi. Le quatrième assassiné est Jean Bouvet, professeur et écrivain, connu pour son militantisme SfiO, ancien candidat aux élections : ne reculant pas devant la bassesse, le préfet le montre comme « réputé anti-communiste. Esprit pondéré, il avait toujours préconisé la concorde sociale. Depuis la guerre, il avait cessé toute activité politique [...] avait toujours fait montre de loyauté envers le Gouvernement » ; à ce dernier titre, Thoumas signale que Bouvet, ayant surpris un élève « cachant dans son livre un tract subversif », l’aurait aussitôt « signalé à l’administration » de son collège. Les cinquième et sixième victimes sont deux élèves de l’école des Arts et métiers de Cluny, Guy Josserand et Jean Rigollet. Le préfet Thoumas réserve son « venenum » pour la « cauda » : « M. Dick, écrit le préfet manifestement antisémite, était loin de jouir d’une aussi parfaite considération, ayant eu quelques démêlés avec la justice ». Le caractère du préfet apparaît également dans sa tentative de se justifier, prétendant qu’il a présenté à Laval sa démission, et qu’il a tout fait – y compris intervenir auprès de « M. le Commandant de Bernonville »187 – dont il souligne « la parfaite compréhension » alors que ce personnage, chargé du maintien de l’ordre, est un acteur notoire en Bourgogne et à Lyon de la collaboration et de la Milice – pour faire cesser les assassinats. Il en profite pour essayer de contribuer à disculper Laval et se disculper lui-même (« le président était accablé moralement », p. 473). La lecture des « écrits » de Louis Thoumas ne laisse pas de doute sur le choix, parmi les quatre préfets, de celui qui fut le plus impliqué dans l’application de la politique de Vichy et de la répression contre la population, les réfractaires, les requis, les Juifs du département. Incontestablement, Louis Thoumas a mérité le jugement que la Résistance porta sur sa « misérable besogne ».

Préfets de Mâcon, des conduites très variées

  • 188 AN, F1CIII 1185.

65À côté de lui, Brun ne vaut probablement pas la peine d’une grande attention. Dans la période d’un peu plus d’une année où il officie, jusqu’en novembre 1941, son engagement fervent pour la Révolution nationale ne fait pas de doute. Dans son rapport188, en septembre 1941, il passe en revue de façon appliquée toutes les couches de la population et se félicite que « l’état d’esprit de la population est bon dans l’ensemble et l’opinion favorable au gouvernement » ; « compte tenu des circonstances, la situation est donc aussi satisfaisante que possible ». Dans cette description « idéale », les ouvriers sont passifs, mais le conseiller d’État a une fibre sociale à leur égard. Il se passionne le mois suivant pour l’activité de la Légion qui a organisé à Mâcon un « foyer gestionnaire ». Cette œuvre, « où les enfants des écoles, pour un prix modique, peuvent prendre des repas copieux et sains », reçoit aussi des ouvriers et employés « les moins privilégiés » pour un « plat du jour ». Il n’y a guère qu’une poignée de magistrats municipaux, notables et fonctionnaires qui n’ont pas compris que « le Redressement (sic) du Pays (sic) nécessite de leur part une obéissance sans murmure [...] et une abnégation totale ». Face à cela, Brun oppose sa politique de sanctions : « des enquêtes sont en cours et des sanctions seront prises le moment venu ». Dans chacun de ses rapports de 1941, Brun réserve une section aux « internés » et dans tous les cas, cela concerne en particulier les individus « soupçonnés de marché noir », et systématiquement les « négociants israélites ».

  • 189 Voir Barbier, « Qu’est-ce qu’un préfet déporté, », op. cit., notamment p. 29-32.
  • 190 BAVCC Caen, dossier AC 21 P 572 709.
  • 191 C’est le cas du préfet Hontebeyrie : SHAT Vincennes, dossier 16P 295438.
  • 192 À ceci près que le dossier rempli à Caen est centré sur son activité de préfet de l’Hérault.
  • 193 Notons toutefois que le mot « la masse » paraît d’usage répandu à l’époque dans le langage des rapp (...)
  • 194 AN, F1 C III 1185, Saône-et-Loire. Rapport de février 1942.
  • 195 Comme l’indique la synthèse des rapports de la zone libre ce mois.

66Hontebeyrie a, pour sa part, entretenu des contacts avec la Résistance. Après-guerre, comme il a été arrêté et déporté à Eisenberg189 il sera titulaire du titre d’IR (interné résistant) le 10 mai 1951, qui sera transformé finalement, comme pour la plupart de ses collègues, en titre de DR (déporté résistant)190. Peu de préfets semblent avoir demandé à faire reconnaître leurs titres résistants dans l’armée de terre191 au titre de la résistance « isolée », ce qu’il a dû faire après la reconnaissance de son titre de DIR, aux fins d’homologuer un grade et des blessures. Dans ce dossier, les pièces essentielles ressortissent à sa période de déportation. Cependant, en remplissant le document (d’ailleurs peu différent de son dossier de déporté à Caen au DAVCC)192, Roger Hontebeyrie détaille ce qu’il considère comme ses actes de participation à la résistance pendant la guerre : en tant que préfet du Doubs, il a aidé des personnes à franchir la ligne de démarcation ; ensuite à Dijon, jusqu’en novembre 1941, il a « continué son activité avec les mêmes personnes » et cite le chanoine Kir, ainsi que l’évêque avec qui il dit organiser « la défense des Juifs ». Quand il est à Mâcon, il cite deux faits : la liaison avec le consul général de Grande-Bretagne à Bâle, ainsi qu’un « travail avec le lieutenant Jarraut à Lux ». Il réserve sa période de préfet de l’Hérault pour mentionner sa collaboration avec le NAP et le Super NAP (attestations jointes) ainsi qu’avec les MUR. Hontebeyrie fournit également une copie de la liste Oberg des préfets arrêtés en 1944, que l’on trouve dans de nombreux dossiers personnels de préfet des archives nationales. Hontebeyrie n’est pas particulièrement mentionné parmi les témoignages dont on dispose sur la Saône-et-Loire. Il ne fait pas de doute que son arrestation de juin est liée à une punition des Allemands vis-à-vis des préfets fréquentant le NAP. Les témoignages montrent qu’il est au courant des activités de résistance dans sa préfecture. Le style personnel de Hontebeyrie, dans ses rapports, est très différent de celui de Paul Brun : de la fin de 1941 et jusqu’en septembre 1942, c’est la période marquée, en avril, par le retour de Laval. Hontebeyrie fait preuve d’une relative originalité. Une position réactionnaire de classe habituelle parcourt son rapport par exemple de février 1942 ; il y campe « la masse193 » qui manifeste « peu de réactions », mais combine systématiquement ses remarques avec des développements qui présentent un angle plus négatif des choses. Ainsi il écrit qu’on peut craindre que cette « masse »« finisse par extérioriser de façon préjudiciable à l’ordre public un mécontentement qui s’accroît quotidiennement et qu’exploitent habilement les adversaires de l’ordre nouveau »194. Hontebeyrie cherche l’originalité dans les formules : alors même que le procès de Riom est l’un des événements clés du mois195, il affirme qu’il est passé « presqu’inaperçu », mais il ajoute : « heureuse manifestation du divorce depuis longtemps consommé entre la population et les dirigeants d’avant-guerre ». Il laisse transparaître au long de ses formules alambiquées des remarques désabusées, comme en été, quand il écrit à propos de la « lassitude », toujours dans la « masse », « de cet état mal défini qui n’est déjà plus la guerre mais pas encore la paix ». Sa technique est souvent d’attribuer un commentaire négatif à tel ou tel agent, tout en limitant ce qu’il prend à son compte personnel comme commentaire. Le même mois, sur la création du SOL, il est fort critique et se plaint de la pénurie de personnel dans sa préfecture. Le préfet Hontebeyrie dit s’être occupé « avec l’évêque », à Dijon en 1941, de « la défense des Juifs ». En septembre 1942, avant de rejoindre la préfecture de l’Hérault, le sort des Juifs étrangers n’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire, en haut de ses préoccupations, comme le montre la formule, particulièrement contournée, qu’il utilise dans son rapport :

Les mesures de regroupement [des] juifs étrangers en vue de leur refoulement collectif sur la zone occupée [...] semblent assez bien accueillies dans les chefs lieu de canton où les astreintes à résidence assez nombreuses menaçaient de créer de sérieuses difficultés en matière de logement et favorisaient le développement du marché noir dans des proportions souvent anormales. [Mais, ajoute-t-il, ] l’ensemble de la population, où la conception sentimentale des choses n’a rien perdu de sa vivacité, laisse percer sa crainte d’assister à « une livraison » pure et simple imposée par les dirigeants du Reich.

67Cette littérature nauséabonde abondait à l’époque. Tout en se félicitant de l’accueil des mesures discriminatoires et en cautionnant un amalgame « marché noir »/ « juifs étrangers »), il attribue à ceux qui ont une « conception sentimentale » l’idée que la livraison des Juifs est une soumission aux désirs du Reich.

  • 196 AN, 72AJ 183.
  • 197 Ibid.
  • 198 DAVCC, Caen, 109924452.
  • 199 SHAT Vincennes, dossier 16P 173087.
  • 200 Il s’agit à l’époque de Pucheu. Dans les archives allemandes (AN, AJ40 542) Demange est présenté, q (...)

68Paul Demange est certainement le cas le plus intéressant parmi les quatre préfets de la période. De serviteur zélé de Peyrouton, puis de Pucheu, il se transforme en complice partiel de la Résistance au cours de sa période de service à Mâcon. Les témoignages locaux en font mention, ainsi celui d’A. Avinière, responsable NAP du département depuis fin 1942. Le commandant Vial, résistant dans la gendarmerie, n’a pas, on l’a vu, le même point de vue sur Demange, qu’il côtoie sans doute dans d’autres circonstances. Les témoignages locaux196 font état d’une activité importante de Combat au début 1943, dans toutes les petites villes, y compris à Cluny, activité que Demange mentionne dans son rapport de mai 1943, à propos des actions de mars. Dans la section « propagande communiste » de son rapport, il mentionne Louhans, Mâcon, La Roche Vineuse, La Clayette, Cuiseaux. Les témoignages des résistants de Combat197 convergent en un point clé avec les rapports du préfet, à savoir l’échec de la réalisation des objectifs du STO. Combat mentionne à la mi-1943 que le pourcentage des départs (relève et STO) est d’un cinquième des objectifs : en faisant le bilan des trois classes, soit 1 300 convocations, il indique qu’à peine la moitié se sont présentés, et seulement 230 ont pris le départ. Une manifestation a lieu à Cluny contre le STO et la gendarmerie ne peut rétablir l’ordre, « se bornant en vain à faire circuler. Dans toutes les villes, des papillons ont été collés, des tracts lancés, mais surtout distribués dans les boîtes à lettres ». Ces chiffres font écho aux rapports successifs de Demange (pour mars 1943, 144 départs pour 606 prévus), qui indique « les défaillants continuent d’être activement recherchés (police et gendarmerie dont la tâche s’avère particulièrement difficile) ». Dans son rapport précédent, le préfet suggérait, devant ces échecs, de donner toute publicité au départ des affectés spéciaux qui « provoque une satisfaction profonde dans l’opinion ». En mai, peu avant de quitter le département, il communique à la résistance (MUR) à l’avance les futures opérations anti-maquis dans le département organisées par la gendarmerie de Mâcon et les renforts de Feldgendarmerie venus de Lyon. Malheureusement, la Résistance réagit trop tard, ce qui amène des arrestations à Tramayes. On le voit, les occasions de contact avec ce préfet sont multiples. Dans son dossier au DAVCC198, il mentionne des références de travail avec le NAP, et notamment avec de Chalvron ; il indique trois motifs de résistance : outre le NAP, il mentionne le réseau Scorpion ; la fabrication de cartes d’identité et l’hébergement de résistants traqués. Paul Demange fait aussi partie de ceux qui ont demandé l’homologation de leurs services dans l’armée de terre199, attestés quand il était préfet de Seine-et-Marne par M. Nègre, du super-NAP. Dans ce dossier d’homologation de grade, Demange fait remonter sa participation à septembre 1941 (il était vraisemblablement encore directeur du personnel et directeur de cabinet du ministre200) pour sa participation aux évasions organisées vers les Ffl par le réseau Scorpion. Il date précisément son adhésion au NAP de son arrivée en Saône-et-Loire. Il fournit aussi une attestation de Louis Pradel, l’un des fondateurs du Coq enchaîné, attestant du fait que Demange s’était mis à sa disposition pour participer à l’évasion d’Édouard Herriot. La participation multiple, à divers niveaux et à diverses époques de Demange à des activités de résistance ne fait donc aucun doute.

69Ses rapports de préfet le montrent au début prudent et appliqué. Il souligne, depuis ses premiers rapports, les aspects injustes de la Relève, puis du STO dont il attribue le manque de légitimité à ses caractéristiques : les contremaîtres et ingénieurs sont exemptés ; les célibataires défaillants sont les responsables de l’envoi de chefs de famille ; les employés et les fonctionnaires célibataires ne sont pas astreints, les petites entreprises et artisans sont particulièrement touchés… Demange organise des initiatives sociales : le 24 décembre 1942, il demande par voie de presse aux viticulteurs de donner du vin pour le repas des ouvriers au Nouvel An, il fait organiser dans les petites villes, notamment à Cluny et à Tournus, des repas spéciaux pour les enfants de soldats tombés au champ d’honneur. Au début de 1943, il est très convaincu, – ce qu’il dit dans ses rapports de préfet – de l’utilité des visites qu’il organise dans ces petites villes et dans les campagnes. Les conseils municipaux de Cluny, de Saint-Gengoux-le-National, de Tournus, le voient venir pour écouter leurs problèmes, en présence de la corporation paysanne elle aussi invitée ainsi que la Légion et même la Milice, et les fonctionnaires locaux à qui il demande d’exposer l’état de leur service. En décembre 1942, il souligne le peu de crédit de la politique de collaboration, mais il attribue à « certains éléments » dans les professions libérales le souhait de la victoire du Reich plutôt que la « bolchévisation », alors que les « couches éclairées de la population » sont dans une « sceptique réserve ». L’une des préoccupations constantes de Demange est la surveillance des gares qu’il fait organiser « très attentivement », et quand des ouvriers chantent sur la voie publique l’Internationale, il mentionne, non sans satisfaction, leur condamnation par le tribunal de Mâcon. Le contraste est fort avec le style des rapports de L. Thoumas, qui tient à la fois aux convictions de ce dernier, mais aussi aux circonstances politiques qui ne cessent de se dégrader.

  • 201 Laval, La vie de la France, op. cit., p. 471-472.

70Quand Thoumas (né en 1894) arrive en Saône-et-Loire, fin mai 1943, on voit bien qu’il épouse pleinement sa fonction et les avantages qu’elle lui procure. C’est lui qui porte la politique la plus illégitime et la plus détestée de la période de l’Occupation. Mais cela n’entre pas prioritairement dans ses calculs. Quand il témoigne en faveur de Laval après-guerre201, le préfet Thoumas est toujours aussi fier d’avoir été nommé par ce dernier en Saône-et-Loire avec une autorité, pense-t-il, sur tout le département, c’est-à-dire à la tête d’un vrai département de 1e classe, et non pas, comme il le craignait au départ, un département à la population plus restreinte que celle de celui qu’il quittait (l’Ain) en raison de la ligne de démarcation. Il écrit avec un plaisir non entamé que Laval lui dit « vous prenez l’administration de tout le département », y compris la zone nord : « Le président Laval venait de me confier une mission difficile, certes, mais qu’il ne pouvait ou ne voulait pas expliciter plus formellement ». Avant d’arriver à Mâcon, il rongeait son frein car les occupants avaient refusé d’agréer sa nomination de préfet de région. Il précise en juin 1943 au Feldkommandant de Chalon s’étonnant de sa présence en ex-zone occupée, que c’est bien lui Thoumas, le vrai chef, et non pas le sous-préfet Meynial, à Autun. Le caractère dérisoire de ces arguties en dit sans doute long sur l’attitude de nombre de préfets de l’époque. Quant à Thoumas, il doit sa carrière à la Troisième République, d’abord. Pendant plusieurs années, il est chef de cabinet et proche du préfet Serge Gas dans l’Yonne et, au moment du Front Populaire, il est membre de plusieurs cabinets (dont celui du sous-secrétaire d’État à l’Éducation physique dans le premier gouvernement Blum). C’est le passage par le cabinet de Pétain qui décide de sa trajectoire plus brillante, puisqu’à peine quatre mois après cet épisode, il est nommé vraiment préfet de 3e classe dans l’Ain, en novembre 1940. C’est un proche d’Angéli, qui le recommande pour être préfet régional. Il s’est acquis en Saône-et-Loire une réputation détestable, notamment avec sa circulaire du 1er septembre 1943 qui enjoint aux maires de collaborer avec la police à l’arrestation des gens du maquis ; les maires sont prévenus de « représailles impitoyables », écrit le Patriote de Saône et Loire qui commente : « quant à M. Thoumas, sa réputation était déjà solidement établie par son initiative de gratifier la Saône-et-Loire du couvre-feu permanent à 9h30, cas unique dans tout le pays, sans parler d’autres scélératesses ». Il est averti qu’il y aura « punition de votre misérable besogne », lui qui a comparé les maquisards à de « vulgaires apaches ». Dans ses rapports, son état d’esprit transparaît à l’occasion de diverses circonstances : il insiste auprès du ministère pour surtout ne pas rendre public le fait que les fonctionnaires sont augmentés, alors qu’ils sont selon lui, déjà assez mal vus. Il se plie constamment aux exigences des occupants en réquisitionnant et en plaçant en position de danger des habitants pour surveiller les voies, y compris la nuit. C’est aussi lui qui demande aux Allemands l’autorisation de faire garder, en septembre 1943, les batteuses par trois hommes en armes, ce que les occupants lui refusent. En janvier 1944, il se plaint de la « dépravation du sens musical de la population » en raison des programmes de la radio « au goût plus que douteux », concluant : « si le suffrage universel a des conséquences néfastes au point de vue politique », le « suffrage payant de la radio » est une erreur regrettable et va à l’encontre du « redressement moral de la Nation ».

  • 202 Comme Hilaire, Bosc, etc., il prit la fuite pour échapper aux poursuites (voir Panier, Les préfets… (...)

71Vis-à-vis de la Résistance, Thoumas – à qui on reprochera aussi sa politique de répression dans l’Ain à la Libération202 – est en Saône-et-Loire l’homme des arrestations et du constat impuissant de la montée inexorable de ce qu’il range dans la catégorie « attentats » : ses rapports documentent cette augmentation. En septembre 1943, il admet que « la multiplicité croissante des attentats terroristes n’éveille guère la réprobation de l’opinion, pourtant presqu’unanime à redouter les sanctions qui peuvent en résulter ». En janvier 1944, il recense 77 « attentats » (dont la moitié sont perpétrés contre les voies ferrées) ; ces attentats, écrit-il, sont effectués par des « bandes dirigées par des éléments communistes et des éléments étrangers, qui d’ailleurs ont réussi à entraîner dans leur sillage des réfractaires au STO ». Dans les mois qui suivent, les chiffres vont exploser ; dans son rapport de janvier, le nombre est de 111 (dont 66 « cambriolages à main armée » dit-il) ; les « attentats » ont triplé depuis trois mois et visent en priorité les mairies (stocks de tickets), les débits de tabac et les dépôts d’essence. En février, le nombre recensé a atteint 215, dont le plus gros est classé à nouveau en cambriolages, puis 186 en mars-avril. À cette occasion, Thoumas met en avant des « résultats particulièrement intéressants » concernant les arrestations par la police, les GMR, la milice et la gendarmerie ». Dans tous ses rapports, Thoumas se félicite des arrestations de communistes et de « terroristes », envoyés vers la section spéciale de la Cour d’appel de Lyon. En août 1943, une dizaine d’arrestations ont lieu à Cluny, dont 4 « réfractaires STO » : ils seront inculpés de détention d’armes et d’infraction au STO et aux Chantiers de jeunesse. Thoumas commente : ces groupes armés qui « tiennent le maquis sont en réalité des associations de bandits ». C’est aussi lui qui est à la maœuvre lors de l’opération de police SIPO-SD organisée à Cluny le 14 février 1944 par les services de Klaus Barbie. C’est lui encore, on l’a vu, qui l’est quand les massacres de Mâcon sont organisés par la Milice en juin. L’histoire et les conséquences de ce qui fut qualifié, à Cluny, de « rafle du 14 février » est retracée au chapitre suivant. L’Union républicaine, que nous avons citée à l’époque de Simyan et de la iiie République, a bien changé en février 1944. Elle prône désormais une ligne pétainiste bon teint, voire collaborationniste. Ainsi, son éditorial du 12 février, au moment où les résistants de Cluny vont être arrêtés par la SIPO-SD, écrit-il :

Il est possible que certains Français souhaitent d’apprendre prochainement qu’il s’est produit un débarquement des forces “alliées” sur les côtes de France [mais, poursuit la feuille, ] ces gens sont irresponsables car ils ne se rendent pas compte que “les non-combattants” seraient exposés à tous les périls, à toutes les privations, à toutes les contraintes que comporte la guerre. [Par opposition, Laval, lui, sait qu’on] se relève plus difficilement dans les ruines [et la France est restée avec lui] un pays de raison.

L’impossible histoire de la Résistance à Cluny ?

72Pour clore ce chapitre, il nous reste quelques réflexions sur la Résistance à Cluny et certains de ses personnages – dont nous ne savons pas si Alfred Golliard les a tous connus à ce moment – au-delà du noyau organisé autour de Jean Renaud, puis prenant forme progressivement autour du réseau Tiburce du SOE, où seront, après la Libération, homologués une majorité des résistants de Cluny (voir tableau 4, annexe 6). Répétons qu’il n’est pas dans notre pouvoir de proposer une histoire de cette résistance. Nous n’avons pas, premièrement, exploré pleinement les fonds d’archives du département. Ce travail reste à faire, dans la mesure où un biais politique net a marqué les publications sur cette histoire depuis la Libération (annexe 3). Ainsi André Jeannet, qui fut longtemps correspondant de l’Institut d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, puis de l’IHTP, ne cachait pas, comme sa collègue professeur d’histoire Marie-Hélène Velu, ses panchants pour le parti communiste, dont en particulier le « commandant Guillaume » (Claude Rochat) qui en fut l’un des sympathisants. C’est pourquoi le « mémorial de la Résistance en Saône-et-Loire » publié par Jeannet en 2005 est sélectif dans le choix des portraits de résistants : six sur dix des résistants déportés et assassinés à Hartheim, membres du réseau Tiburce, sont absents du mémorial ; d’autres résistants de renom n’y figurent pas plus, comme le professeur Albert Schmitt, lieutenant tombé dans la bataille de Cluny en août 1944, et comme de nombreux membres du groupe fondateur de Cluny, comme Henri Dubois, Pierre Colin, etc., mais aussi des adjoints de Tiburce, comme Georges Malère et André Cugnet. L’opposition entre les communistes et le reste de la Résistance est un trait persistant d’une mémoire qui est bien loin d’être apaisée.

  • 203 Voir par exemple les thèses de G. Madjarian, Conflits, pouvoirs et société à la Libération, Paris, (...)
  • 204 Chantin, Des temps difficiles…, op. cit., notamment p. 84-90 ; p. 162-171.
  • 205 Rochat, Les compagnons…, op. cit., notamment p. 216-217.

73Ce trait transparaît pleinement dans les travaux, par exemple, de Robert Chantin, qui se présentait, jusqu’à ce qu’il entre en conflit avec lui, comme proche de Rochat (mort en 2009). Ce qui frappe chez Chantin et qui dépasse son cas particulier, c’est l’hostilité à l’intervention britannique du SOE, et plus précisément aux agents Tiburce et d’Artois (dit Dieudonné, son adjoint canadien). Cette hostilité semble s’expliquer par le fait que Chantin, en outre, comme les tenants de la “gauche” du PCF203, pensent qu’une stratégie de type révolutionnaire était possible en France, issue des potentialités de la lutte résistante, et qu’elle fut défaite conjointement par le pouvoir gaulliste et la direction du PCF. Examiner cela nous entraînerait dans des débats que nous n’avons pas abordés, mais, sur le plan plus étroitement local, le point alimente une critique persistante du rôle des Britanniques que Chantin204, comme d’autres, assimile aux « Alliés ». Le réseau Tiburce et son chef auraient refusé les livraisons d’armes aux maquis qu’ils considéraient comme « douteux » (c’est-à-dire, pour lui, d’obédience FTP i. e communistes) privilégiant ceux qui obéissaient à une « stricte stratégie britannique ». Rochat, dans ses mémoires205, mentionne, de façon plus allusive, ses griefs quant à l’approvisionnement en armes. Étonnamment, il écrit :

En principe, les chefs de cette organisation [le SOE] dans le département ne devaient se mêler ni à l’action proprement dite ni à la vie politique des mouvements, mais seulement juger la valeur militaire de l’ensemble par le contact direct et constant avec les principaux chefs départementaux, afin de déterminer, pour les Alliés, l’opportunité d’accorder des armes.

  • 206 Jaurant-Singer, dit Porthos (Jean Régnier), était radio pour l’autre réseau SOE du département (voi (...)
  • 207 Martinerie, Éléments pour une approche…, op. cit., p. 93.
  • 208 Rapport de mission, interview par le major Angelo (Archives britanniques, 25 novembre 1944, HS 6/56 (...)
  • 209 Rapport, deuxième partie, p. 3. Tiburce écrit : « The task of getting the FTP to fight proving impo (...)

74L’idée d’une séparation entre « l’action proprement dite » et le jugement d’opportunité des « Alliés » paraît peu crédible. On comprend que, tout récemment encore, un agent du SOE, Marcel Jaurant-Singer puisse déclarer206, en affirmant de son côté que le SOE ne faisait pas de politique, que Rochat « n’a rien compris ». Ces débats dépassent les enjeux locaux de Cluny, du Mâconnais et même de la Saône-et-Loire, c’est l’évidence. Il en reste des traces vivantes dans les nombreux travaux d’amateurs d’histoire de l’Occupation, qui influencent la pensée des habitants d’aujourd’hui et concourent à la difficulté de produire une vue plus distanciée. C’est le cas de la brochure de J. Martinerie207 qui reprend à son compte, à propos de Tiburce, « une dérive de chef de guerre » et « l’acharnement à s’attacher certains groupes pour son prestige personnel, une attitude follement provocatrice, notamment lorsqu’il a déclaré Cluny « ville libre » au début de juin, au risque d’entraîner la destruction de la cité ». Ces accusations, dont on ne sait pas sur quelles pièces d’archives ou témoignages elles reposent, font partie du paysage difficile de la mémoire, et a fortiori, de l’histoire. Si l’on se reporte au rapport de Tiburce lui-même aux autorités supérieures du SOE à Londres208 ce dernier ne cache pas qu’il refuse de donner des armes à certaines unités FTP sur la base du fait qu’il n’est « pas parvenu à les faire se battre »209, mais il ne mentionne pas spécifiquement la libération de Cluny. Ces accusations réciproques et bien d’autres constituent autant d’énigmes à résoudre pour l’historien. Elles se rapportent ici en premier lieu à la division entre mémoire communiste et mémoire anticommuniste, et, au sein de celle-ci, la mémoire officielle et celle des dissidents. Mais la situation est encore plus compliquée.

  • 210 Alya Aglan, dans La Résistance sacrifiée, histoire du mouvement « Libération-Nord », Paris, flammar (...)
  • 211 Comme l’écrit A. Aglan, « S’il est aujourd’hui de bon ton d’afficher un certain scepticisme quant a (...)

75Dans la petite ville en effet, l’enjeu contemporain de « contrôler » la mémoire de la résistance est très vif parmi les familles et les descendants des résistants eux-mêmes, ce qui en fait un thème important de la vie politique locale, en particulier aux élections municipales. Cette circonstance n’est pas spécifique à Cluny. Par exemple, Alya Aglan a fait allusion au rôle que jouent les membres eux-mêmes de la Résistance210. À Cluny, ce ne sont pas des responsables, désormais disparus pour leur grande majorité, mais leurs héritiers qui se livrent une sorte de guerre à propos de la détention des documents (qu’ils ne communiquent pas ou transforment à leur façon) et de leur interprétation, sur fond d’un combat politique classique. Certains sont persuadés que telle ou telle famille a utilisé la résistance pour des fins privées. D’autres mélangent leurs engagements politiques, de gauche ou de droite, avec la volonté de contrôler les manifestations et les interprétations auxquelles elles donnent lieu au sein du microcosme clunisois, de même que les publications locales ou les cérémonies. Nous avons déjà évoqué au début du présent chapitre l’encombrante présence de l’ancien président de la République Mitterrand et de son épouse. Enfin, l’importance symbolique de Cluny, de l’action de ses habitants, femmes et hommes, attire la vocation de personnes étrangères à la ville qui, en s’occupant de la résistance et de l’époque de l’Occupation, cherchent à en bénéficier pour leur réputation personnelle. On comprend ainsi que le temps ne soit pas encore venu, sans doute, pour une investigation plus scientifique, qui sera peut-être conduite plus tard par les historiens. Ce n’est pas sûr, cependant, car les difficultés abondent et un certain air du temps, comme le remarque A. Aglan, aurait tendance à relativiser l’importance de l’action des résistants. Ce qui n’empêche que ces derniers continuent, à Cluny comme ailleurs, à incarner des valeurs restées généralement légitimes211. D’un point de vue gobal, il est quand même possible de dessiner un schéma simplifié des événements et d’évoquer, en même temps, deux autres figures de la résistance clunisoise, Julien Simyan et Marie-Louise Zimberlin.

76Tout le monde semble s’accorder sur le fait que quelques précurseurs reconnus ont pris très tôt des initiatives. Jean Renaud, on l’a vu, en fait partie. Les historiens locaux soulignent aussi la précocité de certains réseaux, comme le réseau Marco Polo, fondé à Lyon, opérant aussi dans les environs de Mâcon. Est aussi évoqué le rôle de l’adjudant Paul Meyer, du 5e régiment de Dragons de Mâcon, qui crée au printemps 1943 le maquis de Beaubery, parmi les premiers dans le département. En zone nord, c’est le réseau Alliance qui est en action. Certains individus travaillent pour plusieurs mouvements ou groupes ; c’est le cas par exemple de René fléchard, qui coopérera lui aussi avec le SOE, mais qui est tôt en liaison avec la France Libre, et membre de Combat. Le caractère central de l’organisation autour du réseau Tiburce, dans la zone sud, est attesté sans contestation, par exemple par l’un des responsables militaires départementaux, le capitaine de la Ferté, qui commande l’Armée secrète et partage avec Claude Rochat la direction des opérations à partir de février 1944. La Ferté écrit :

À Cluny, malgré les rafles successives, grâce également à la présence du capitaine anglais Tiburce, qui y eut une popularité indiscutable et méritée, le SOE survécut et l’on peut même dire qu’elle (sic) fut toujours l’organisation de base jusqu’à la fin.

  • 212 Voir notamment les ouvrages dans lesquels il raconte ses souvenirs, dont J. Simyan, Étapes, Macon, (...)
  • 213 SHAT Vincennes, 18P 31, avec le numéro 15 enregistré pour août 1940, il est noté dans le compte ren (...)

77Cette centralité acquise ne doit cependant pas laisser oublier d’autres initiatives, d’autres personnalités, souvent sous-estimées par la mémoire contemporaine. C’est le cas du rôle de Julien Simyan212. Il est le fils du ministre Simyan, médecin et maire de Cluny dont nous avons évoqué la période ministérielle, quand Alfred Golliard était son secrétaire personnel en 1906 (chapitre 1). Simyan père est mort en 1926 et son fils, Julien lui aussi, est né en 1895. Glorieusement décoré, engagé d’une façon extraordinaire à toutes les étapes de la Résistance, l’homme n’est pas souvent mis en avant dans les histoires locales de Cluny. Il fait la guerre de 1914, où il a été grièvement blessé puis occupe diverses fonctions dans la presse (comme son père), puis dans les colonies françaises. Il se fait mobiliser en 1939, alors qu’il a 45 ans. Commandant un camp de prisonniers tchèques à Agde en 1940, il est réputé les avoir fait libérer. Il est l’un des tout premiers membres du réseau Marc Breton213, dont nous avons déjà parlé, et passe avec ce réseau à Combat, où il apparaît comme responsable pour Cluny. Dénoncé, il décide de partir clandestinement en Espagne en 1942 avec son plus jeune fils, pour rejoindre la France Libre au Maroc. Son épouse rejoint aussi le réseau Marc Breton (membre n° 431) et travaille avec lui. De nombreuses péripéties s’ensuivent, et Simyan est plusieurs fois fait prisonnier et s’évade, y compris quand il est pris par la milice dans le sud de la France. Un parcours exceptionnel comme le sien mériterait sans doute d’apparaître plus visible dans l’histoire locale, mais les mentions de sa résistance sont discrètes. Le 16 mars 1945, il est promu dans le grade d’officier de la Légion d’honneur par de Gaulle :

  • 214 Voir Le Petit Maconnais, 30 avril 1945.

Officier de mérite exceptionnel, grand invalide 1914-1918, ayant demandé à reprendre du service en 1939, démobilisé en 1940, entame immédiatement la résistance avec le mouvement Combat jusqu’en 1943, [...] participe lui-même à plusieurs sabotages et embuscades jusqu’au jour où, blessé, il tomba aux mains de la Gestapo, s’évade deux mois après avec deux autres détenus qu’il fait libérer et reprend aussitôt sa mission en Dordogne214.

78D’autre part, l’un des biais de l’histoire locale aboutit, en magnifiant la place des maquis, et, par voie de conséquence, le rôle du réseau Tiburce, à minimiser le rôle de tels personnages, sans parler de ses fils, tous les deux engagés pour la France Libre, dont l’un est mort au combat. Le cloisonnement entre les acteurs de cette résistance est aussi un facteur de distorsions de la mémoire qui rendent difficile toute synthèse. Un témoin, tout jeune en 1944, rapporte par exemple qu’il découvre, au moment de la bataille de Cluny (en août 1944 quand les occupants nazis ont monté une opération pour exterminer le foyer libéré de la ville), la présence du lieutenant Albert Schmitt, lequel, ancien professeur des Arts et Métiers, était un voisin. Ces biais sont le résultat de la multiplicité et du cloisonnement des actions de résistance, à Cluny comme ailleurs.

  • 215 Il est difficile de repérer, parmi ce qui est considéré à Cluny comme les archives de Mlle Zimberli (...)

79Il faut enfin évoquer un autre personnage, Marie-Louise Zimberlin. Née en 1889, professeur de lettres au lycée « la Prat’s » à Cluny et à l’école des Arts et Métiers, Mlle Zimberlin est une résistante des tout premiers moments. Ses archives215 montrent qu’elle recopie les discours du général de Gaulle dans le but de les diffuser, dès l’été 1940. Ensuite, sans doute à la même époque où Jean Renaud entre en rapport à Lyon avec la Résistance, en 1941, Marie-Louise Zimberlin est en contact à Lyon avec les mouvements Libération, Franc-Tireur et Combat, dont elle diffuse la presse à Cluny. Elle est peut-être en liaison avec Julien Simyan, censé être le responsable de Combat en 1941. Elle participe sans doute aussi à des distributions de tracts et à des actions de sabotage dans la ville contre certains magasins considérés comme appartenant à des partisans du régime ou à des collaborateurs. On trouve, datant de juin 1941, un papillon tapé à la machine qui affirme :

  • 216 Archives Roiné, Cluny, provenant de Mlle Clément.

Vous qui souhaitez la libération de la France, prenez part à la manifestation du 1er juin 1941. De 14 h à 15 h en France non occupée, aucun Français ne passera dans les rues de nos villes et de nos villages [...] tous les Français demeureront dans leur maison et dans les lieux clôts (sic), soit seuls, soit entre parents ou amis, mais à l’intérieur et portes fermées. Pendant cette heure, tous penseront à la libération. Il y a encore des Français qui se battent contre l’ennemi. Cette heure de recueillement sera aussi l’heure d’espérance216.

  • 217 Rapport de l’inspecteur Bordenave, 16 juillet 1943, Archives départementales de Saône-et-Loire [AD  (...)
  • 218 Dont la réputation était d’être vichyste, sinon collaborateur, chez ses collègues, qui éliront un n (...)

80Elle est associée à un groupe de militants qui se recrutent dans l’univers des Arts et Métiers et du lycée, qui ne sont pas tous des résistants actifs (comme par exemple son collègue Marius Roux). Les dates symboliques sont marquées à plusieurs reprises par des manifestations dans la ville, comme le 14 juillet 1942. C’est le moment dont le préfet Hontebeyrie profite pour sanctionner des résistants membres du conseil municipal (voir ci-dessus). En 1943, c’est L. Thoumas qui s’occupe de la manifestation du 14 juillet, mais les gendarmes de Cluny font tout pour minimiser le dépôt de bouquets au monument aux morts, auquel participent notamment Benoît Alix, Doridon, le Dr Noir, Jean Lardy217. Très active, M.-L. Zimberlin agit contre le STO et, plus tard, en 1943, fait la jonction avec Jean Renaud et avec le réseau Tiburce, et met au service du réseau en particulier ses connaissances en anglais et sa maison. Des initiatives toutes personnelles et non coordonnées, séparées par le secret, finiront par se rapprocher, parfois. Elle sera arrêtée le 15 février, le lendemain du plus gros des arrestations effectuées par la police secrète allemande, avec ses collègues Mussetta et Guillotin, après que l’erreur de l’arrestation du directeur de l’école, Lagardelle218, aura été vite réparée. Elle sera homologuée dans le réseau SOE, à son retour de déportation (Ravensbrück) alors qu’elle décède d’épuisement, par J. Marchand.

« Tiburce », point de rassemblement impossible ?

81On a vu combien la mémoire de la Résistance est encore, à la fin de la deuxième décennie des années 2000, profondément divisée en Saône-et-Loire et combien elle fait l’objet d’instrumentalisations diverses. On a vu aussi qu’un point de vue « distancié » et, surtout peut-être, « englobant », semble impossible à construire aujourd’hui, avec les moyens limités qui sont les nôtres. Autour de l’attention particulière portée dans notre récit à Alfred Golliard, il reste difficile de faire la part de ce qu’on peut appeler la résistance à Cluny et des diverses couches de l’histoire empirique embarquées dans la mémoire controversée des acteurs présents, qui continuent les querelles de leurs ancêtres. Bien sûr, il faudrait au premier chef tenir compte de la résistance que Jacques Sémelin et d’autres appellent « civile » ; il souligne toutefois que :

  • 219 Entrée « Résistance civile », in F. Marcot, Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert (...)

Toute désobéissance n’est pas résistance. Si l’acte de résister suppose toujours à un moment ou à un autre, le courage de désobéir, la désobéissance ne suffit pas à fonder un engagement résistant219.

  • 220 « Qu’est-ce que la Résistance ? », in Marcot, Dictionnaire…, op. cit., p. 34-37.

82Ici, le mot important est celui d’engagement. Les personnages rencontrés se sont tous signalés par un tel engagement explicite. Pierre Laborie, à la suite de la définition de François Bédarida en 1986, a précisé, dans le Dictionnaire historique de la Résistance, quatre critères220 : le fait que la résistance suppose d’agir pour nuire à un ennemi identifié contre qui on se considère en guerre ; la conscience de participer à une expression collective de refus par une décision volontaire ; un engagement dans l’action qui suppose des pratiques de transgression ; résister selon des stratégies à buts multiples à condition d’agir contre l’ennemi commun identifié. Ce sont les critères qu’on peut appliquer aux Clunisois. Le réseau Tiburce en est-il représentatif ? Si l’on prend en compte tout le département, la réponse est évidemment négative, car les formes de la Résistance dans le nord, le bassin minier, etc., la zone occupée, furent très différentes de ce qui eut lieu dans le sud du département. En revanche, dans le sud s’affirma, à partir de l’automne 1943, la prééminence – qu’elle ne plaise ou qu’elle ne plaise pas aux autres acteurs, du réseau Ditcher/Tiburce. C’est là qu’il joua pleinement son rôle de directeur (s’étendant aussi dans d’autres points du département), rassemblant autour de lui, faisant se fondre au moins partiellement les différents mouvements dont nous avons évoqué les noms, et permettant les affiliations multiples notées à plusieurs reprises.

« Every civilian in Cluny »

  • 221 Archives britanniques, HS6/567. Le rapport est en deux parties : la première, datée du 24, est une (...)

83La lecture du rapport de mission221 de l’agent Joseph Albert Browne-Bartroli à Londres est hautement instructive pour comprendre l’ensemble de la résistance à Cluny. La teneur en est recueillie les 24 et 25 octobre 1944, en deux étapes, et le narrateur/interviewé n’a pas à sa disposition de notes (il comporte de nombreux oublis, des coquilles multiples et des erreurs, c’est inévitable). Ces deux rapports sont rédigés dans un style très libre qui fait apparaître les choix et jugements de Tiburce sans aucun fard. Il accable de mépris le capitaine La Ferté-Sénectère dont il répète à deux reprises qu’il était admirateur de Pétain et qu’il avait combattu les forces alliées en Syrie en 1941. Il souligne qu’il n’a pas la confiance des résistants que lui, Tiburce, apprend à connaître et dont il revendique implicitement cette confiance. Il répète aussi que les FTP ne se battent pas, sont incapables de s’intégrer dans l’essai de quartier général de la Résistance que, lui, Tiburce, aurait voulu créer. De l’autre côté, il distribue largement les louanges et les marques de reconnaissance qui peuvent apparaître arbitraires. L’essentiel va aux responsables de la structure militaire qu’il a mise en place. Plus généralement, la lecture du rapport incline à penser que, plutôt que le duo souvent mentionné à la tête de la Résistance de Saône-et-Loire en 1944 (Rochat comme chef des maquis, et La Ferté comme chef de l’Armée secrète) il existe plutôt un trio intégrant Tiburce au même rang malgré les réticences des deux autres. Ce point renforce la centralité du réseau SOE, reconnue par le capitaine La Ferté.

  • 222 Témoignage de René Depouilly, son gendre, auprès de sa fille Françoise Depouilly. La famille Depoui (...)

84Arrivé le 20 ou le 21 octobre 1943 à Angers, quand il a été parachuté, Browne-Bartroli avait pour mission de « superviser » et d’armer la résistance en Saône-et-Loire et dans l’Ain. Il se débarrassa de sa mission dans l’Ain en recrutant un agent pour la lui confier et se concentrer sur la partie sud de la Saône-et-Loire, intervenant jusque dans le Beaujolais. Pendant longtemps, Tiburce n’a pas pu bénéficier des services d’un radio, à la différence de son collègue Régnier (Porthos) arrivé en avril 1944, qui avait avec lui Marcel Jaurant-Singer, que nous avons déjà rencontré. Sur cette absence de radio, Tiburce est amer en se comparant à Régnier. Il finira par disposer de Joseph Litalien (Jacquot), mais trop tard à son goût. Marchand avait déjà, en 1942, fait bénéficier les résistants de Cluny de premiers parachutages, mais c’est bien plus tard que Browne-Bartroli fut en mesure d’armer les maquis de façon satisfaisante. Ceux-ci, suscités en partie par les interventions de Marchand, existaient bien avant l’arrivée de Tiburce mais, après sa prise de fonctions, les opérations prirent une ampleur sans précédent. Tiburce relate visiblement avec fierté la montée en charge du nombre d’hommes, les parachutages, les actions multiples contre les Allemands, la libération de fait du triangle Paray-le-Monial, Chalon-sur-Saône – St Gengoux, Mâcon. Alors que l’opération du 14 février constitue un événement majeur pour les Clunisois, Tiburce en parle en revanche sans y insister, en soulignant que les responsables avaient été prévenus. Alfred Golliard, on l’a dit, est lui aussi prévenu, ce qui lui permet de passer la nuit du 13 au 14 à mettre ses affaires en ordre222. Parmi les chefs, seul Georges Malère est pris et meurt en déportation. Pourtant, la période qui s’ouvre après le jour du Débarquement est décrite par Tiburce comme une suite de succès militaires, y compris le fait d’avoir in extremis repoussé l’attaque allemande en août, alors que l’occupant a mobilisé 3 000 hommes. Tiburce dit qu’à l’époque il dispose lui-même de 3 000 hommes, qu’il en arme 5 000 et qu’il a la responsabilité d’administrer, d’organiser et de nourrir le territoire et les populations civiles libérées de fait. Son seul regret se situe dans ce qu’il estime être les insuffisances du responsable des Ffi La Ferté. Il confie qu’il a même fait une démarche à Londres – vaine – pour le faire remplacer. Browne-Bartroli termine son rapport par les éloges qu’il dédie à Jean Renaud, à Jean-Louis Delorme, et cite pour leur travail de résistance une poignée supplémentaire d’hommes et deux femmes. Il conclut que les succès militaires qu’il documente précisément ne furent possibles

  • 223 « All the work we did was only possible because of the help given to us by a few French civilian pe (...)

qu’en raison de l’aide que nous fournissait un groupe de civils français et en raison du merveilleux esprit qui réside chez pratiquement tout paysan de la Saône-et-Loire et chaque Clunisois223.

  • 224 Comme par exemple Antoine Moreau, homologué Ffi plus tard que ses compagnons (SHAT Vincennes, 16P 4 (...)
  • 225 Son nom, comme plusieurs autres, est écorché dans le rapport de Tiburce en « André Argnet ».
  • 226 Germaine Moreau avait coutume de rappeler une liste de membres initiaux du groupe des résistants de (...)
  • 227 SHAT Vincennes, Tiburce, 17P 50.
  • 228 Ces chiffres sont inévitablement différents de ceux qui sont comptés pour l’ensemble des déportés ( (...)

85Au total, il n’est pas illégitime, croyons-nous, d’insister sur l’importance du réseau SOE, qui se manifeste aussi par le nombre des homologations qu’il regroupa dans la ville de Cluny et ses alentours (tableau 4, annexe 6). Ce poids est d’autant plus décisif que c’est le SOE, en la personne de Marchand, qui en octobre 1942, donne l’impulsion initiale transmise par le réseau Spruce, ancêtre en quelque sorte de Ditcher. Comme il le reconnaît dans son rapport, Tiburce a une dette immense vis-à-vis de Joseph Marchand (Ange), et, par là même, les Clunisois avec lui. On notera d’ailleurs que la presque totalité de ces premiers agents du SOE dans la région furent français : Boiteux, Duboudin, Marchand, Régnier. Dans cette présentation de la résistance clunisoise, l’accent est mis sur l’aspect militaire de la résistance de la petite ville. Or, comme nous le remarquons au chapitre suivant, beaucoup de résistants de Cluny ne sauraient être caractérisés de façon pertinente comme des militaires. Alors que d’autres furent d’abord des militaires, Alfred Golliard, par exemple, fut plutôt de la première catégorie. Tous les morts déportés ou fusillés, à la fin, furent pareillement honorés par leur croix de guerre, leur citation à l’ordre des armées et leur titre de lieutenant. Mais tous n’étaient pas d’abord des militaires dans cette Résistance qui les honorait ainsi. Comme on le verra aussi au chapitre suivant, la distinction entre les résistants et les « politiques », par exemple parmi les titres de déportés, fut essentielle à un moment donné. Une très majoritaire partie des résistants du noyau de Cluny figurent dans le tableau 4, qui constitue une façon de rendre un hommage aux compagnons d’Alfred Golliard. Mais un examen minutieux de la liste laisse apparaître plusieurs catégories d’absents. Il y a parmi eux ceux qui ont été homologués dans d’autres réseaux ou unités, par exemple ceux qui continuèrent les combats en Allemagne. D’autres connurent d’autres reconnaissances militaires224. On observe par exemple que, si plusieurs épouses sont présentes, leurs maris ne sont pas dans la liste : André Cugnet225, Pierre Colin, Louis Burdin, Henri Dubois226. Il ne saurait donc être question d’utiliser cette liste comme un critère applicable universellement. Il faut préciser en outre que cette reconnaissance officielle, établie par Joseph Marchand en 1946, n’équivaut pas au fait que ces hommes et ces femmes ont été des « agents » britanniques. Un minuscule nombre furent officiers britanniques. Marcel Jaurant-Singer nous le rappele : les « agents » français étaient comme il se dit parfois dans la documentation de l’armée britannique, des « aides » (« helpers ») et non pas des agents à part entière, lesquels étaient un tout petit nombre de soldats engagés par l’armée britannique, comme Jaurant-Singer, Tiburce, le radio Litalien, Guy d’Artois, Jean Renaud Agents à part entière des FFC, en revanche, ils le furent quand cet état de P1 ou de P2 leur fut reconnu par les plus hautes autorités militaires. Une reconnaissance variable est cependant manifeste dans cette différence, entre l’armée britannique et la française. Agents à part entière également furent celles qui étaient aussi des épouses d’hommes résistants eux-mêmes. L’ambigüité a souvent plané en effet à Cluny sur le fait que les femmes auraient seulement été arrêtées « à la place de » leur époux. Tiburce lui-même le laisse entendre dans le rapport cité plus haut. Non, elles furent des résistantes au sens complet : elles sont quatorze dans le tableau 4. Ce dernier, établi par J. Marchand227, certifié à chaque page, comprend 69 personnes (dont deux sont aussi référées à l’action Armada : Jean Jusseau et Jean Sangoy). Le nombre total d’agents indiqué dans le rapport de Marchand (97 P2, 26 P1 et 36 P0) est cependant différent car il résulte de plusieurs documents intermédiaires. Des personnes qui ne figurent pas au tableau ci-après ont donc été membres du réseau. Le tableau recense 14 femmes pour 55 hommes. Les déportés sont 51, et les morts en déportation sont 32, dont une seule femme, Mlle Zimberlin, qui décéda à son arrivée en France, à Annemasse228.

D’une famille professionnelle à une autre famille

  • 229 Parmi eux, Françoise Depouilly-Chaput et Jean-Claude Vuchot, qui m’ont puissamment aidé pour la doc (...)

86Quand il est arrivé en septembre 1940 à Cluny, Alfred Golliard était un exclu, un relégué. L’évocation de sa mauvaise période de 1903 lui revenait, quand, après son service militaire, il cherchait à entrer dans l’administration préfectorale. Cette dernière était devenue, sans illusions certes, sa famille professionnelle. Et l’on venait de brutalement l’en chasser, des gens indignes, qui ne tenaient pas leurs promesses et livraient la France aux nazis. En outre, ces nazis, en tous cas ces Allemands, lui avaient pris son fils qu’ils retenaient prisonnier. Le choc fut dévastateur pour Alfred Golliard, mais petit à petit, il se rétablit moralement, avec ses blessures, en partageant la vie familiale avec son épouse Renée, et la compagnie relativement fréquente de ses filles, Sichou et Babet, et de ses trois premiers petits-enfants229, dont deux tout-petits vivaient avec lui dans la maison familiale, rue de la Liberté. Au même moment, il rencontrait une nouvelle famille : celle-ci n’était pas professionnelle, c’était celle des résistants de Cluny et de Saône-et-Loire. Son expérience professionnelle, il s’en aperçut, lui servait encore à éclairer ses compagnons et compagnes de combat. L’ennemi était à la préfecture désormais, et il avait pris les traits d’hommes qu’il avait connus de très près il y a peu, comme le secrétaire général de la préfecture de Mâcon, René Darpheuille. La nouvelle famille était exigeante, Alfred l’apprit progressivement. Il ne pouvait rien en dire à Renée, mais l’exigence était celle d’un engagement sans réserve, et il le donna. Il ne put s’en confier à Renée que depuis Compiègne, quand il était arrêté avec une très grosse partie de sa nouvelle famille, les résistants de Cluny, d’abord embarqués, hommes et femmes, dans le froid du 14 février vers Lyon dans les camions de la SIPO-SD, puis à Montluc et enfin au camp de Royallieu.

87Dans cette famille, nous l’avons vu, régnait la diversité. C’étaient des

  • 230 J’emprunte cette formule à Chantin, Des temps…, op. cit., p. 467, parmi tous ceux qui ont insisté s (...)

hommes et des femmes divers, par leurs origines, leurs parcours, leurs personnalités, le niveau de leurs responsabilités. En cela ils sont pleinement représentatifs du phénomène éclaté que fut la Résistance, sublimant cette réalité autour de l’engagement antifasciste et patriotique230.

88Les différences n’étaient pas amoindries par le combat commun, il semble au contraire qu’elles en firent partie. Les déterminants de la lutte organisée étaient multiples et des gens qu’on n’aurait jamais vus ensemble sans la Résistance se retrouvèrent dans les mêmes organisations. Ainsi, de ce Special Operations Executive, organe secret créé par Churchill, qui a embauché tant d’aventuriers. Il n’y eut pas grand-chose de commun entre un Bob Maloubier, baroudeur et l’un de ses agents les plus connus après-guerre, et les « CM3 » de Cluny qui faisaient du « renseignement » ou des « liaisons ». Pas grand-chose de commun non plus avec les dirigeants comme Henri Frenay. Les citoyens et citoyennes ordinaires de Cluny, Madame la professeur Zimberlin, le menuisier Martin, le pharmacien Dubois et l’ex-préfet Golliard formaient pourtant une famille décidée et organisée, qui, après l’installation des maquis, reçut beaucoup d’armes de Londres, avec lesquelles les « militaires » dans la famille se battirent courageusement, pendant que d’autres se contentaient de faire des liaisons, de récupérer des containers parachutés, organisaient la logistique. Tiburce, dit Toto, le capitaine Browne-Bartroli avec sa pointe d’accent apprise à Marseille, faisait partie de ces « aventuriers » britanniques qui s’engagèrent pour « mettre le feu à l’Europe » et venir consolider la résistance bourguignonne, qui ne demandait qu’à croître et embellir. Les Pierreclaud, Renaud, Malère, Golliard, Lardy, Moreau, tous étaient des gens parfaitement normaux qui faisaient ce qu’il y avait à faire, comme l’ont dit tant de survivants. Ils étaient aussi souvent cloisonnés entre eux et ne se connaissaient pas pendant le combat. Ils ne se connaissaient pas tous même quand, à Cluny, les choses furent exceptionnelles, après le débarquement et la libération de la ville, et ensuite encore plus après la défaite des 3 000 troupes nazies lancées sur la cité, en août 1944. Les choses avaient totalement basculé alors et Tiburce et ses lieutenants, ceux qui avaient survécu, participèrent à la victoire et, enfin, à la Libération.

  • 231 Les comptes de résistants, de déportés, de morts et de survivants sont difficiles à établir car ils (...)

89Mais la famille nouvelle dans laquelle Alfred Golliard était entré avait subi une dévastation inouïe, elle était coupée en deux. Plus de 70 personnes231 de la ville et des environs, au moment de ces victoires, étaient enfermées dans les camps de concentration allemands ou autrichiens. D’autres étaient tombés au combat. C’est l’histoire de cette dévastation qu’on entreprend au chapitre suivant. On suit encore bien sûr principalement le parcours d’Alfred Golliard, mais toujours parmi « les siens ». Tous ces compagnons, qui se perdirent assez vite de vue au camp, sauf exception, étaient dans tous les cas marqués par leur identification dans la Résistance : ils n’étaient ni gaullistes au sens strict, ni communistes, sauf exception ; ils avaient combattu pour les services britanniques, c’est du moins comme cela qu’ils étaient perçus quand ils rejoignirent l’immense population des camps.

Notes

1 Le 23 juin, Le Petit journal indique que le maire Mareschal a déclaré Lons « ville ouverte » et que le mark allemand vaut 20 francs.

2 Georges Augé a été secrétaire général à Lons pendant quelques mois en 1938-1939, et, après avoir été sous-préfet à Céret, il sera en 1943 nommé sous-préfet à Lure (Haute-Saône), où son nom est évoqué de façon insistante dans les dénonciations qui ont amené la destitution et la déportation du préfet Paul Théry à Dachau. Il terminera sa carrière à Autun, comme sous-préfet, où il se fera connaître par ses positions collaborationnistes ; il se suicidera lors de son emprisonnement.

3 Les parlementaires ont ainsi voté : les sénateurs radicaux Berthod, Léculier, Pointaire ont voté oui, le 10 juillet ; les députés Bazin et Louis Nachon de même, ainsi que le socialiste Arsène Gros ; le député Baud, proche de la Fédération républicaine, est le seul à s’être abstenu.

4 Le scout en haut à droite de la photo représente les Éclaireurs israélites.

5 Jean Laporte n’est pas encore arrivé, installé seulement le 16 novembre 1940.

6 3 octobre 1940.

7 AN, F1 CIII, 1159 (Jura). Rapport daté du 1er novembre 1940 ; au dossier figurent plusieurs télégrammes du début octobre rendant compte de la situation du département.

8 J. Cassou, La mémoire courte, Paris, Minuit, 1953, réédité avec une postface de M.-O. Baruch, Paris, Mille et une nuits, 2001, p. 43.

9 Les adresses d’Alfred Golliard ont souvent eu quelque chose de symbolique : à Strasbourg, il habitait avenue du maréchal Pétain.

10 La loi sur les retraites des fonctionnaires (loi de juin 1853) exige trente ans de cotisation, et la pension se prend à soixante ans. Depuis avril 1924, la pension est calculée sur la base des traitements des trois dernières années. En septembre 1940, la faiblesse de sa pension, qu’il ne connaît pas encore, s’explique par la carrière incomplète et, sans doute, la non réunion de la condition des trente ans (il est installé le 16 décembre 1911 comme conseiller de préfecture à Vesoul – nommé le 22 novembre 1911).

11 Ses deux filles, Renée et Michelle sont mariées et il sera bientôt grand-père.

12 Cassou, La mémoire courte…, op. cit., p. 47.

13 Michelle Golliard fut incontestablement celle, parmi ses trois enfants, qui prit le plus à cœur la mémoire de son père. Elle est morte en 2011.

14 Le régime envoie à ce moment des “missi dominici” dans les provinces, pour s’assurer de la loyauté de ses serviteurs (voir sur ce point, Baruch, Servir l’État français…, op. cit., p 123). AN, 2AG 613.

15 Chalon est en zone occupée en 1940, et la sous-préfecture sera rattachée à Autun. La cote 2AG 613 ne comporte pas de coordonnées permettant d’identifier un envoyé de Vichy dans cette zone géographique.

16 AN, F1 C III 1159.

17 « J’ai l’honneur de vous faire connaître que le télégramme qu’il vous a adressé me paraît répondre aux préoccupations d’esprit qui sont celles des populations comme aussi des élus, Conseillers généraux et Maires de la zone occupée depuis que s’est affirmée et précisée la volonté des autorités allemandes d’isoler cette zone du reste du département ».

18 Ancien député de la Haute-Savoie.

19 Né en 1887, il est nommé préfet de 3e classe pour la première fois en juin 1937, et élevé très vite à la seconde classe personnelle (novembre), puis nommé préfet de la Haute-Loire en avril 1938. La loi du 17 juillet 1940 lui est appliquée en janvier 1941, mais il est promu à la 1re classe en même temps et prend sa retraite en mai de la même année.

20 Thèse en Sorbonne en 1902.

21 SHAT Vincennes, Dossier d’officier supérieur, 85913YD.

22 G. Bowd, La guerre et les mots du général Paul Azan, soldat et historien (1874-1951), Paris, L’Harmattan, 2010.

23 Ibid., p. 200.

24 Il publie en 1943 L’empire français, chez flammarion, qui contient, entre autres, un éloge de la politique de l’État français.

25 La visite du général est mentionnée dans La Croix du Jura le 2 juillet 1940.

26 Voir ces péripéties dans le dossier précité. Il écrit pour se justifier le 13 juillet au cabinet du ministre, Colson.

27 AN, F1 CIII 1159.

28 Édouard Daladier commente la nomination dans son Journal de captivité (1940- 45) : « Belle récompense pour avoir à Bordeaux trahi le gouvernement et aidé Pétain à prendre le pouvoir », Paris, Calmann-Lévy, 1991, p. 29.

29 AN, F1 bI 776.

30 Il en devient le directeur de cabinet en février 1941 jusqu’au 12 septembre 1942, où il est nommé préfet de Saône-et-Loire (1re classe) à Mâcon (voir dans la suite du chapitre).

31 Jean Pierre Ingrand a quitté cette responsabilité pour la délégation dans les territoires occupés au début juillet.

32 On ne peut évidemment exclure qu’il s’agisse d’un de ses collaborateurs.

33 Voir chapitre 3. On lui reproche : la favorisation du Front populaire et du drapeau rouge lors du centenaire de Rouget de Lisle, et l’appui allégué au maintien d’André Barthélémy, postier de Dole en service téléphonique alors qu’il était un « chef communiste ». L’influence communiste dans les PTT était l’un des motifs d’inquiétude de la droite, comme en témoigne le rapport d’Henri Gérente à ce propos parmi les missi dominici (AN, 2AG 613).

34 Sur ces catégories, qui ne concernent que 42 préfets, voir Prost-Panier, Les préfets…, op. cit., p. 141-144.

35 C’est le frère du préfet de police de 1934, Jean Chiappe.

36 AN, F1 bI 1126.

37 Il prétendra plus tard, lors de son procès à la Libération, que cette nomination l’a lésé.

38 J-P. Ingrand utilise aussi la catégorie pour y classer des préfets âgés à éliminer.

39 Parmi ceux qu’E. Prost-Panier a identifiés comme « médiocres » (17 préfets) ou « incapables » (6 préfets), moins de la moitié font partie des exclus de 1940 (mis en retraite ou “juilletisés”).

40 Prost-Panier, Les Préfets…, op. cit., p. 201. C’est d’ailleurs un choix méthodologique pour le moins singulier de l’auteur que de se contenter très souvent de reproduire telles quelles des qualifications tirées des dossiers personnels F1 bI.

41 Voir J-C. Barbier, « Qu’est-ce qu’un préfet déporté ? destins contrastés des préfets de Vichy déportés », miméo, 2015. Ces cinq préfets figurent tous dans le Mémorial des fonctionnaires du corps préfectoral et de l’administration centrale, morts au cours de la guerre (1939-1945), Paris, Ministère de l’Intérieur, (sans date, probablement 1948).

42 Deux sur cinq ne sont d’ailleurs pas au sens strict préfets au moment de leur sanction.

43 Avec un traitement (annuel) de 10 000 F en disponibilité – voir Bargeton, Dictionnaire…, op. cit., p. 244.

44 AN, F1 bI 1132.

45 Voir Mémorial, op. cit., p. 67.

46 AN, F1bI 1043.

47 Il écrit à Laval en août 1943 demandant à nouveau un reclassement après sa deuxième juilletisation, en protestant toutefois de sa « loyauté » au maréchal (AN, F1b1 950).

48 Moulin et Bollaert appartiennent au groupe des responsables nationaux. Quand, en septembre 1943, il est appelé à remplacer Moulin, Bollaert est tout sauf familier des mouvements de Résistance, quand il habite et travaille à Paris (voir AN, « Notes sur Jacques Bingen » [Délégation générale I -5, 72 AJ 334]. Serreulles annonce sa nomination à Bollaert, qui « en fut d’ailleurs fort étonné car il n’avait jusqu’alors pas eu de contact avec les mouvements de résistance »).

49 Cassou, La mémoire courte, op. cit., et C. Bourdet, L’aventure incertaine, de la Résistance à la restauration, Paris, Stock, 1975.

50 H. R. Kedward, Naissance de la Résistance dans la France de Vichy, Idées et motivations, 1940-42, Seyssel, Champ Vallon (« Époques »), 1989, p. 84.

51 S. Mazey et V. Wright, « Les préfets », in J-P. Azema et F. Bedarrida (dir.), Vichy et les Français, Paris, flammarion, 1992, p. 268-286. Voir aussi Baruch, Servir…, op. cit.

52 Et, dans ce cas, la présence du titre ne résout pas tout. Voir sur ce point notre article, « Qu’est-ce qu’un préfet... », art. cit. Voir aussi, à paraître, « Préfets déportés, préfets résistants ? La reconnaissance et les formes de la résistance des préfets », dans l’ouvrage dirigé par Marc-Olivier Baruch sur les préfets dans la Seconde Guerre mondiale.

53 Ce nombre s’applique aux préfets qui à l’époque occupaient un poste territorial.

54 AN, F1b11076.

55 Voir Daladier, Journal de captivité…, op. cit., p. 73.

56 Kedward, Naissance de la Résistance…, op. cit., p. 84.

57 Ibid., p. 88. Cassou confirme cette absence de « calcul de derrière la tête » (La mémoire courte..., op. cit., p. 42).

58 Voir E. d’Astier, Sept fois sept jours, Paris, Éditions de Minuit, 1947. Jean-Louis Crémieux-Brilhac en fait un portrait analogue, « dans ce grand jeu du non-conformisme et du risque qu’est la Résistance » (La France Libre, Paris, Gallimard, 2013, Vol. II, p. 438).

59 Témoignage de Mme Moreau, résistante clunisoise (recueilli à Geugnon, à son domicile, le 7 novembre 1998).

60 Voir plus loin. C’est donc en exagérant que S. Mazey et V. Wright le présentent comme « organisateur de la Résistance à Cluny » (op. cit., p. 281) ; il en est certes progressivement devenu « l’un des organisateurs ». Jean Renaud, né en 1903, est généralement considéré comme le « fondateur » de cette organisation des résistants à Cluny, avec quelques autres individualités, en 1940-1941. En raison de son métier (il gérait les Pompes funèbres de la ville), il pouvait voyager dans le département et se rendre souvent à Lyon, ce qui lui donnait, de fait, une facilité exceptionnelle d’action et de contacts (voir ci-après).

61 Archives familiales.

62 Kedward, Naissance de la Résistance…, op. cit., p. 93. Jean Cassou a avoué, tout en s’en excusant, que la Résistance fut pour lui le « bonheur » (La mémoire…, op. cit., p. 39).

63 Nous avons rencontré la traduction de ce patriotisme dans les discours nombreux prononcés par le préfet dans ses fonctions officielles.

64 Cassou, La mémoire courte..., op cit., p. 22-55.

65 On l’oppose ici, par exemple, dans l’action pour le SOE (Special Operations Executive) en Bourgogne, à Marcel Jaurant-Singer, radio, ou, pour la déportation (voir chapitre 5), à l’un de ses codétenus, Pierre Daix.

66 Voir, au chapitre 1, la lettre de sa mère au moment de la naissance de sa deuxième fille, Michelle, en septembre 1914.

67 A. Golliard, « Mon Cluny et les clercs », Azé, t. I, p. 56.

68 Préface à J.-Fr. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996, p. 5.

69 Archives familiales, Discours du 14 juillet.

70 Voir Le Petit Clunysois, relation du 28 septembre 1929.

71 2 septembre 1906.

72 Témoignage de Serge Moreau, fils d’Antoine Moreau, dirigeant de la Résistance (Cluny, 23 avril 2013), et de sa mère Germaine, résistante.

73 C’est le qualificatif hérité de la vallée de la Grosne, au moment de la fondation de l’abbaye, couverte de forêts.

74 21 septembre 1929. Le Petit Clunysois est bon teint local, il publie un menu pantagruélique au-dessus d’une historiette antisémite. Cela ne semble pas affecter le pharmacien Léon Daclin (directeur du journal), ancien maire et spécialiste d’architecture, membre de l’Académie de Mâcon jusqu’à sa mort en 1939.

75 Pour les cours de défense passive.

76 Voir chapitre 3.

77 Lettre du 10 mai 1939. C’est dans cette lettre que Claude commente la formule sur les rapports entre « matériel » et « spirituel », citée au chapitre précédent.

78 Carte de prisonnier de guerre, n° 45799, à son adresse : « Französiches Lager. Rautendorf über Lilienthal Bez. Bremen. »

79 Lettre de condoléances de son ami à sa veuve, 1er août 1945 (Archives familiales). De son vivant, Renée Golliard garda, dans une bourse dont elle ne se séparait pas, cette lettre à côté des lettres échangées avec son mari dans leur jeunesse (cf. chapitre 1) et les deux lettres clandestines transmises de Compiègne (voir chapitre 5).

80 Indication de sa lettre du 16 juin 1940.

81 Je m’appuie ici sur les mots eux-mêmes d’Alfred Golliard dans sa lettre clandestine à Renée, envoyée de Compiègne le 4 mars 1944.

82 Ce qui lui vaudra une révocation sans pension en 1944 (fut-il collaborateur ?) et en tous cas une exécrable réputation auprès de la Résistance.

83 Il ne peut qu’ignorer que son père a eu un conflit sérieux avec elle à propos des réfugiés espagnols à l’établissement des Rousses (voir chapitre 3). Dans sa lettre de fin juillet 1940, Claude fait passer par la Croix-Rouge de Dijon la plaidoirie pour les « 200 exilés jurassiens », et il écrit : « Usez de votre influente bonté auprès de Monsieur Golliard mon père ».

84 Les livres sont revenus à Cluny et son père lui en a envoyé quelques-uns en Allemagne.

85 La maison est pleine quand les parents reçoivent, en 1943, leurs deux filles avec leurs maris et les premiers petits enfants : « nous voilà entourés de jeunes et Papa en est bien ragaillardi » (lettre de Renée Golliard du 14 avril 1943, Archives familiales).

86 Pour une raison que nous n’avons pas entièrement élucidée (tenant vraisemblablement à la reconstitution de sa carrière), Alfred Golliard a perçu, lors de sa mise en retraite, 1 654 F mensuels, et ce, jusqu’en mai 1942, où il toucha sa pension complète de 3 693 F. Son traitement antérieur de préfet était, depuis 1934, de 7 500 F. Les traitements des préfets de 3e classe, comme l’était Golliard à Lons, furent réévalués en 1943, à 8 400 F mensuels. Les ministres Bousquet et Peyrouton perçoivent à l’époque 15 000 F par mois (sur Bousquet, voir P. Froment, René Bousquet, Paris, Fayard, 2001, p. 446-457 ; sur Peyrouton, voir son mémoire en défense Du service public à la prison commune, Souvenirs, Plon Paris, 1950, p. 145). À titre de comparaison, le facteur de Cluny est augmenté par le conseil municipal, en avril 1944, de 400 à 1 200 F.

87 Nommé en juin 1939 (né en 1895) après avoir obtenu sa première classe, il fut révoqué le 22 juin 1940, pour abandon de poste. Le décret de révocation fut rapporté en 1941, mais Tomasini ne fut jamais réintégré dans l’administration préfectorale.

88 Registre des délibérations de la municipalité de Cluny, 27 novembre 1939.

89 Voir les recherches de Karine Rullière. Jacob Oferman, qui mourra en déportation, est mentionné, avec une orthographe différente de son nom, parmi les victimes des arrestations de février 1944 et sur le monument aux morts de Cluny (Pont de l’Étang) (voir chapitre 5).

90 À sa démobilisation, Jean Renaud, revenu à Cluny, a appartenu pour peu de temps à cette Légion, avant de fonder ses activités résistantes. Mme Moreau a témoigné ailleurs de ce point (voir Amicale des déportés de Cluny, Février 1944, Le pire c’est que c’était vrai, Mâcon, éditions JPM, 2005, p. 39).

91 Voir encadré annexe 3.

92 Une controverse majeure concerne le rôle du parti communiste. Une autre controverse latente, plus personnelle, concerne le rôle des dirigeants.

93 Albert J. Browne-Bartroli est l’agent en charge du réseau SOE Tiburce (voir plus loin). L’orthographe de son nom est particulièrement malmenée, y compris dans son propre rapport de mission de 1944 (Bartrolli avec deux « l ») qui émane des archives britanniques. Nous respectons l’orthographe utilisée par Michael R. Foot dans l’histoire du SOE tardivement traduite en français, sous le titre Des Anglais dans la Résistance, le SOE en France (1940-1944), Paris, Tallandier, Texto, 2011 (avant-propos de J.-L. Crémieux-Brilhac).

94 fils de Julien Simyan, le maire, médecin et ministre dont Alfred Golliard assura le secrétariat particulier en 1906 (voir chapitre 1).

95 Le rôle de ces deux hommes est en général marginalisé dans les « histoires locales », alors que le premier est un précurseur (parmi les premiers membres du réseau Marc Breton) et le second, tout en étant pas en lien direct avec le noyau de la Résistance, jouera un rôle militaire héroïque dans la défense de Cluny lors de l’attaque allemande de la ville en août 1944 et il périt en en défendant l’entrée au lieudit le Bois Clair.

96 Ce qu’en anglais on critique souvent sous l’étiquette « name dropping ».

97 Voir par exemple le cas du préfet Benedetti, dans Barbier, Qu’est-ce qu’un préfet déporté..., op. cit.

98 La production de témoignages locaux attribue à Frenay et Berty Albrecht des pseudonymes divers. Celui que Frenay portait était Tavernier (voir H. Frenay, La nuit finira. Mémoires de résistance, 1940-1945, Paris, R. Laffont, 1973).

99 Le prénom est orthographié de diverses façons : Berty, Berthie, Bertie. Il faut bien choisir une orthographe et s’y tenir : nous suivons sa fille Mireille, qui utilise Berty.

100 Frenay, La nuit finira…, op. cit., p. 493.

101 Voir son autre témoignage, cité par Jean Martinerie, Éléments pour une approche historique de la Résistance en Clunysois et lieux circonvoisins, Cluny, Amicale des Déportés de Cluny et du Clunysois, 2010, p. 31.

102 Quand il renseigne, en 1950, un des documents nécessaires à l’établissement de ses services (homologation de grade Ffi), Antoine Moreau indique parmi ses services : « chargé de la sécurité personnelle de Monsieur Henri Frenay et de sa secrétaire Madame Albrecht pendant leur séjour à Cluny » (SHAT Vincennes, dossier 16P 429270).

103 La sœur de Danièle, Madeleine, connue sous le nom de Christine Gouze-Rénal, fut le chef du secrétariat de Louis-Émile Galey, nommé par Paul Marion, commissaire et directeur général du Cinéma en 1941 (voir son témoignage, Le peu qui en reste, Paris, compte d’auteur, 1991). Marion, avec Laval et Pétain, devait rejoindre Sigmaringen, fin 1944.

104 Il n’y a pas non plus de dossier à ces noms dans la série 1P de la Seconde Guerre mondiale aux archives du SHAT à Vincennes.

105 Martinerie, Éléments pour une approche…, op. cit., p. 31.

106 Voir à ce propos la thèse défendue par Dominique Missika, selon laquelle Berty Albrecht aurait été « sacrifiée ». (D. Missika, Berty Albrecht, Paris, Perrin, 2005, notamment, p. 267 sq.)

107 Témoignage de Germaine Moreau, ibid. La relation de ce coup de téléphone figure dans plusieurs écrits des participants, dont celui de Bénouville.

108 Sa mère avait cependant trouvé pour sa fille Mireille un refuge en Suisse auparavant.

109 Frenay, La nuit finira…, op. cit. p. 448. Sur la révocation d’Antoine Gouze, on trouve plusieurs explications. A. Gouze, directeur du collège de Villefranche, fut obligé de démissionner en 1940. Il fut ensuite en poste à Draguignan avant de revenir se retirer temporairement à Cluny. Frenay indique qu’il fut révoqué par Vichy comme franc-maçon. Mme Gillot-Voisin (La Saône et Loire sous Hitler…, op. cit. t. II, p. 57) pour sa part, reprend le témoignage de sa fille Danielle : « il refusa en 1940, de remplir le formulaire qui, dans les établissements scolaires, recensait les juifs, élèves et professeurs. L‘inspecteur général, dépêché sur les lieux, s‘offusqua à constater la vétusté, la malpropreté, la dégradation des locaux ; il établit alors un rapport qui se solde, pour l‘intéressé, par la révocation pour fautes professionnelles. » (Voir D. Mitterrand, En toutes libertés, Paris, Ramsay, 1996).

110 Frenay, La nuit finira…, op. cit., p. 449

111 Je le cite ici à partir de la version de son discours reproduite dans Février 1944…, op. cit., p. 384. Cérémonie de l’inauguration des rues B. Albrecht et J. Guéritaine, 14 février 1984, voir le Journal de Saône et Loire, 15 février 1984.

112 Mitterrand, En toutes libertés…, op. cit., p. 27.

113 Ibid., p. 29.

114 Engagée à l’été 1944 comme infirmière au maquis, Danielle Gouze aurait été portée parmi les effectifs du régiment de Cluny à ce moment, par l’intermédiaire de son cousin Maurice Robin (témoignage de Serge Moreau, fils de Germaine Moreau, recueilli en août 2015).

115 Elle indique dans En toutes libertés..., op. cit., p. 37 : « Plus tard dans la journée, nous apprenons que, par centaines, les Clunysois ont été entassés dans des camions pour une destination inconnue. Le chef de gare, pour avoir voulu s’interposer, a été fusillé sur place ». Selon la façon dont on les dénombre, les déportés clunisois emportés en camions et autobus vers Chalon-sur-Saône étaient autour de 80 et Gustave Arpin, chef de gare de Cluny, résistant, a été déporté et est mort à Mauthausen (Ebensee), le 8 janvier 1945.

116 À Cluny, en 2015, certains sont identifiés par les descendants des témoins, et l’on sait par exemple où un certain « Mateo » a été abattu en représailles de ses dénonciations (plusieurs témoignages recueillis en avril 2013).

117 Résistant de la première heure, notamment dans le réseau Musée de l’homme, Etienne Pierre Lambert était né en 1901 (Bargeton, Dictionnaire… op cit., p. 326). Il entre au cabinet d’A. Tixier en octobre 1944 et la Saône et Loire est son premier poste territorial.

118 Les Résistants de Cluny formèrent ce bataillon de choc après la libération de Cluny, après avoir défait les troupes allemandes, le 11 août 1944 et libéré définitivement la ville.

119 C. Pleindoux, Brève histoire de la société des amis de Cluny, Cluny, 1995, p. 17. F. Mitterrand n’était plus ministre à l’époque, mais secrétaire d’État à la Présidence du conseil, chargé de l’information, dans le gouvernement d’André Marie.

120 Voir Le Progrès, 16 août 1948.

121 C’est vraisemblablement au plus célèbre des parachutages, de jour, de la région de Cluny que fait référence l’ancien président, le 14 juillet 1944.

122 Source : http://discours.vie-publique.fr/notices/847030700.html, consultée le 8 août 2015. Une version légèrement différente du texte figure dans Amicale des déportés de Cluny, Février 1944, Le pire…, op. cit, p. 384-385.

123 L’ouvrage de Pierre Péan, Une jeunesse française, François Mitterrand, 1934-1947, Paris, Fayard, 1994, ne paraîtra que plus tard. Cependant, le début d’une controverse sur le passé vichyssois du président a déjà commencé, comme en témoignent les allusions de la présentatrice du reportage du 14 février dans le Journal des informations régionales Bourgogne Franche-Comté (archives INA).

124 Voir Février 1944…, op. cit., p. 407. Pleindoux, qui, à l’époque, était président du conseil général de Saône-et-Loire, n’était plus maire, ayant été battu en 1965 par la liste conduite par Gérard Galantucci, qui restera maire jusqu’en 1989. Il expliqua qu’il avait menacé de ne pas assister aux cérémonies si on ne lui donnait pas la parole. finalement, il obtint de parler après le maire Gérard Galantucci et avant le président de la République.

125 On se référera sur ce point à Péan, Une jeunesse…, op. cit., p. 310-311. Péan note qu’à ce moment, Mitterrand, avec son collègue Maurice Pinot (ex-commissaire aux Prisonniers de guerre de Vichy, révoqué et remplacé par Henri Masson), organisent leur mouvement de prisonniers. Mitterrand, écrit-il, « diversifie ses allégeances ». La francisque lui fut attribuée après cette rencontre (ibid., p. 294).

126 Sur le site de l’Institut François Mitterrand, son mariage est mentionné avec Danielle Gouze, comme membre d’une « famille de résistants », mais il n’est pas fait mention de Cluny. [http://www.mitterrand.org/1946-1957-Le-plus-jeunedes.html consulté le 20-8-2015].

127 A. Gouze figure dans les effectifs du Comité local de libération au titre du parti radical-socialiste, à côté des autres partis et d’un représentant des catholiques et des syndicats, ainsi que d’une représentante des femmes du Mouvement de libération nationale (Mme Marie Louise Clément, amie de Marie Louise Zimberlin). Quatre résistants en sont membres : Antoine Moreau, Pierre Colin, Henri Dubois et André Cugnet (liste du 14 août 1944) : voir Février 1944..., op. cit., p. 298). Des témoignages locaux soutiennent que certains habitants, dont A. Gouze, proposèrent la participation de F. Mitterrand au le comité local de libération.

128 Voir la relation de la cérémonie dans le Journal de Saône et Loire, 26 et 27 novembre 2011. Guy Bélot, l’un des adjoints du maire de Cluny, représenta la municipalité à la cérémonie. Mort en 2015, membre du parti communiste, collaborateur du maire Galantucci, il était le fils d’un des résistants assassinés par les nazis : son père André a été assassiné à Mauthausen (Gusen) en août 1944. Comme ses 76 compagnes et compagnons, il fut donc membre du groupe des compagnons de résistance d’Alfred Golliard.

129 On pense particulièrement au cas de Rupert Polfliet, qui fut directeur de la maison du prisonnier à Mâcon et membre du groupe de résistance fondé par Mitterrand et Pinot, MNPGD (Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés) : voir plus loin.

130 Fault pas y crainsdre, histoire du commando de Cluny, 4e Bataillon de choc, racontée par ses anciens, Mâcon, Éditions Bourgogne Rhône-Alpes, 1974, p. 21. Cette inconnue des circonstances de sa mort, après qu’il fut tombé aux mains des Allemands en gare de Cluny, est confirmée par le contenu de son dossier personnel de résistant (SHAT Vincennes, dossier 16P 505259).

131 Jean-Claude Vuchot, né en 1941. Les autres petits-enfants du préfet nés sous l’Occupation sont Françoise Depouilly, née en 1942, et sa sœur Brigitte, née en 1941.

132 Témoignage de Marcel Jaurant-Singer, agent-radio du SOE au nord de la Saône-et-Loire (réseau Mason, dirigé par Jean-Marie Régnier), recueilli le 31 mai 2013. Ce discours des « militaires » n’est d’ailleurs pas spécifique du SOE ni de la Saône-et-Loire, il est général, comme on le lit chez Daniel Cordier.

133 Témoignage cité de Mme Moreau, Archives familiales.

134 Ibid. Le qualificatif « gaulliste » est employé ici comme un équivalent général de « résistant ». Dès 1942, le ralliement à la Résistance gaulliste est suffisamment puissant pour l’employer ainsi. Toutefois, l’emploi est ambigu dans la mesure où le groupe de Cluny est rallié très vite, comme on le verra, au SOE, au moment même où les services de la France Libre s’ingénient à concurrencer les services britanniques, généralement vus d’ailleurs sous l’étiquette erronée d’« Intelligence Service – IS », comme on l’observe abondamment dans les témoignages locaux des acteurs.

135 À Cluny, le collège est connu comme « la Prat’s » (jargon des élèves pour « l’école pratique ») ; une partie importante de ses élèves intègre l’école voisine des ingénieurs des Arts et Métiers (dits « gad’zarts »).

136 « Cluny moderne après la Grande Révolution de 1789 à 1909 », mémoire rédigé par Joanny Dumont-Simonnet, Sabine Turenne, Les Cras Cluny, 2001, p. 7.

137 Témoignage de Serge Moreau, recueilli en avril 2013.

138 SHAT, 16P 505259, dossier Jean Renaud.

139 Jean Renaud fut l’adjoint de Tiburce (Browne-Bartroli). Dans son dossier militaire britannique (référence 22666/A, 22666/A3/6/44), il est enregistré comme « Jean Renard » (General List 325124) et sa coopération avec Tiburce est documentée depuis l’automne 1943. Il est nommé lieutenant officiellement à compter du 9 juin 1944, la veille de sa disparition présumée. Antoine Moreau joua également un rôle dirigeant. En été 1944, il fut nommé capitaine par le responsable des maquis de Saône-et-Loire (le commandant Guillaume, dont le nom est Claude Rochat, qui deviendra brièvement sous-préfet de Chalon à la Libération), comme chargé de l’intendance. Son dossier d’homologation (SHAT, 16P 429270) le montre comme lieutenant Ffi. Pour les agents officiels de l’armée britannique, la distinction est toujours soulignée d’avec les membres français des divers réseaux, considérés comme des « aides » (helpers), des « sédentaires », alors même qu’ils sont considérés, du point de vue de la reconnaissance de la Résistance française, comme des membres à part entière des réseaux (voir tableau 4).

140 Le 8 février 1943, le conseil municipal décide de relever le montant des indemnités pour les services d’inhumation (délibérations du conseil municipal, p. 521, Archives municipales de Cluny).

141 Voir SHAT, 18P 31, dossier Marc Breton. Jean Renaud figure sur la liste des membres avec le numéro 177 et la date de juin 1941. Jean André et son frère Guillaume de Buxeuil de Roujoux sont enregistrés sous les numéros 1 et 2, en date de juillet 1940.

142 Patrick Veyret, Histoire de la Résistance en Saône et Loire, Maquis, Forces spéciales et SAS, Chatillon sur Chalaronne, La Taillanderie, 2001, p. 32 ssq.

143 « In February the Germans started big raids in Saône et Loire and in Cluny alone arrested 110 men and women. Fortunately we had been warned beforehand and only Georges Malère was there to be arrested but the wives of Jean Renard, André Argnet and several others were taken in their place », (Archives britanniques, HS6/567, Rapport du 25 octobre 1944) ; Argnet est une déformation de Cugnet.

144 Parmi plusieurs relations de ces faits, voir l’une des plus claires : Veyret, La Résistance, op. cit., p. 78 sq.

145 L’ouvrage historique de référence est Foot, Des Anglais dans la Résistance…, op. cit. Pour se faire une bonne idée de l’attitude de Winston Churchill, on lira The White Rabbit, the story of FFE Yeo-Thomas told to Bruce Marshall, Bristol, Evans Brothers Ltd, 1952.

146 M. Ruby, La guerre secrète, le SOE en action, Paris, Éditions Empire, 1985, p. 95-96.

147 M. Ruby, Le mémorial du Coq enchaîné, préface de Louis Pradel, Lyon, CRDP, 1976.

148 Voir notamment le témoignage de Mme Moreau (Archives familiales).

149 Cette liste figure dans Fault pas y crainsdre…, op. cit., p. 22.

150 Lettre d’A. Jeannet à l’auteur du 24 août 2004. Comme on le verra au chapitre suivant, Golliard a été assassiné à Hartheim dans la chambre à gaz du château en 1944.

151 R. Chantin, Des temps difficiles pour des résistants de Bourgogne, échec politique et procès, (1944-1953), Paris, l’Harmattan, 2002, p. 51.

152 C. Rochat, Les compagnons de l’espoir, Mâcon, Comité départemental ANACR, 1987, p. 215-216.

153 Témoignage recueilli le 31 mai 2013.

154 Entre par excellence dans cette catégorie le document de Jean Martinerie, Éléments pour une approche historique, la Résistance en Clunysois et lieux circonvoisins, Cluny, Amicale des déportés de Cluny et du Clunysois, 2010.

155 L’Union républicaine [de Saône-et-Loire], 8 mai 1935.

156 Éditorial de L’Union républicaine, 27 avril 1935.

157 L’Union républicaine, 6 mai 1936.

158 Destitué de ses fonctions de conseiller par le préfet Hontebeyrie, le 20 août 1942, pour participation à la manifestation du 14 juillet.

159 « Il aura la douleur, après la Libération, écrit sa notice nécrologique dans la publication des Gad’zarts, le 13 juillet 1954, de connaître, comme tant d’autres, d’injustes rigueurs, dont le souvenir assombrira cruellement la fin de sa vie. » J.-B. Beaufort, son aîné de 6 ans, assassiné à Hartheim, dans la chambre à gaz, n’a pas eu ce loisir…

160 Respectivement, au SHAT Vincennes, dossiers 16P 41361 ; 16P 275219 et 16P 476965.

161 Faut pas y crainsdre…, op. cit., p 21.

162 Voir tableau 4, liste des membres homologués par J. Marchand (SHAT Vincennes, 17P 50).

163 A. Golliard demande aussi à son épouse l’adresse de son neveu Alfred, qui s’emploiera par la suite à faire rechercher son oncle à Compiègne.

164 L’expression fait écho à sa lettre à Herriot de l’été 1932 : « J’ai toujours eu la fierté de ne jamais rien demander qu’à l’affection » (voir chapitre 2).

165 Bulletin officiel du ministère de l’Intérieur, mai 1944. De Féral se trouvera associé aux péripéties concernant les dernières tractations douteuses à Paris, en août 1944, de Laval y ayant ramené Herriot. Périer de Féral a fait l’objet d’une citation du général de Gaulle, du 23 juin 1945 : « pendant toute l’Occupation allemande, en contact avec les services de sécurité militaire clandestins, dont il était l’un des plus anciens collaborateurs, avait depuis le milieu de 1943, fourni des renseignements de très grande valeur que sa situation lui permettait d’obtenir, ce qui lui valut la Croix de Guerre et la médaille de la Résistance » (JO Débats AN, séance du 5 novembre 1952, p. 4763.)

166 L’expression de Golliard ne se réfère vraisemblablement pas aux charges qui lui seraient reprochées lors de sa sanction, dont Périer de Féral est au fait, mais aux circonstances de son arrestation.

167 Lettre d’Alfred Golliard, 11 mars 1944, « Sur les chemins de l’exode » (Archives familiales).

168 Lettre du 3 mars 1944 (Archives familiales).

169 Voir Barbier, « Qu’est-ce qu’un préfet déporté ?… », op. cit.

170 Mémorial des fonctionnaires du corps préfectoral…, op. cit., p. 49.

171 Témoignage de Jean Claude Vuchot (fils de Michelle, petit-fils du préfet), septembre 2014.

172 Baruch, Servir…, op cit., p. 452.

173 AJ40/541 : « ein sehr korrekte und entgegenkommende Haltung », commente l’occupant quand il est à Mâcon.

174 Grimaud, Carnets…, op. cit. p. 197. « Verbe éloquent, souvent un peu trop libre », Hontebeyrie voit enregistrer par les RG ses critiques de Darlan, qui reviennent au cabinet de ce dernier.

175 Voir, au chapitre 3, les escarmouches qu’eurent les préfets Golliard et Hontebeyrie.

176 Voir J-C. Barbier, « Qu’est-ce qu’un préfet déporté, destins contrastés des préfets de Vichy déportés », manuscrit. Contrairement à Hontebeyrie, Demange décida comme quatre autres de ses camarades de rejoindre les déportés ordinaires.

177 AN, 72AJ 183.

178 Ibid.

179 AN, F1a 4547. Rapport sur le sous-préfet Mauléon.

180 SHAT Vincennes, 18P 31.

181 M. Ruby, La Résistance à Lyon, t. I, Lyon, Éd. Hermès, 1979. M. Ruby, Le mémorial du Coq enchaîné, préface de Louis Pradel, Lyon, CRDP, 1976. Voir aussi Archives nationales, 72AJ 49 (témoignage de Lucien Degoutte).

182 M. Ruby, Le mémorial…, op. cit., p. 56-57.

183 Ils sont en charge de la production de fausses cartes, de permis de conduire, de destruction de listes de recherches, interception de lettres anonymes, de communication télégraphique de la police et de la milice. Voir M. Vitte, Chroniques de Thibon, années 1942-43-44, chronique des temps difficiles. (ville de Mâcon), 2000.

184 J. Laval, Hoover Institute, La vie de la France sous l’Occupation, t. I, 1957, p. 469-477.

185 Il a évidemment « appris » entre temps que les personnes en question étaient engagées en majorité dans la Résistance, à commencer par son propre chef de cabinet.

186 Artisan, sélectionné pour être assassiné en tant que Juif par les miliciens.

187 Laval, La vie de la France…, op. cit., p. 476.

188 AN, F1CIII 1185.

189 Voir Barbier, « Qu’est-ce qu’un préfet déporté, », op. cit., notamment p. 29-32.

190 BAVCC Caen, dossier AC 21 P 572 709.

191 C’est le cas du préfet Hontebeyrie : SHAT Vincennes, dossier 16P 295438.

192 À ceci près que le dossier rempli à Caen est centré sur son activité de préfet de l’Hérault.

193 Notons toutefois que le mot « la masse » paraît d’usage répandu à l’époque dans le langage des rapports, au point que l’un des sous-préfets communistes nommés à la Libération à Autun, le résistant Henri Vitrier, l’utilise dans ses rapports de sous-préfet (voir R. Chantin, Des temps difficiles pour des résistants de Bourgogne, échec politique et procès 1944-1953, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 48).

194 AN, F1 C III 1185, Saône-et-Loire. Rapport de février 1942.

195 Comme l’indique la synthèse des rapports de la zone libre ce mois.

196 AN, 72AJ 183.

197 Ibid.

198 DAVCC, Caen, 109924452.

199 SHAT Vincennes, dossier 16P 173087.

200 Il s’agit à l’époque de Pucheu. Dans les archives allemandes (AN, AJ40 542) Demange est présenté, quand il est ensuite à Melun, en 1944, comme participant à une « très bonne coopération » (sehr gute Zusammenarbeit), ce qui ne veut pas dire que les autorités allemandes ont confiance en lui pour les circonstances extrêmes (ce qui est le critère ultime que seuls des collaborateurs zélés remplissent positivement aux yeux des Allemands). Les Allemands rappellent que ses fonctions de « chef de personnel de Pucheu » ne sauraient lui valoir dans l’avenir de respect particulier et que, s’il a pu laisser penser qu’il croyait à la victoire de l’Allemagne, il a toujours gardé son quant-à-soi (Rückzugslinie).

201 Laval, La vie de la France, op. cit., p. 471-472.

202 Comme Hilaire, Bosc, etc., il prit la fuite pour échapper aux poursuites (voir Panier, Les préfets…, op. cit., p. 517.)

203 Voir par exemple les thèses de G. Madjarian, Conflits, pouvoirs et société à la Libération, Paris, UGE, 10/18, 1980.

204 Chantin, Des temps difficiles…, op. cit., notamment p. 84-90 ; p. 162-171.

205 Rochat, Les compagnons…, op. cit., notamment p. 216-217.

206 Jaurant-Singer, dit Porthos (Jean Régnier), était radio pour l’autre réseau SOE du département (voir plus haut).

207 Martinerie, Éléments pour une approche…, op. cit., p. 93.

208 Rapport de mission, interview par le major Angelo (Archives britanniques, 25 novembre 1944, HS 6/567).

209 Rapport, deuxième partie, p. 3. Tiburce écrit : « The task of getting the FTP to fight proving impossible and so when at the beginning of August we received another 36 planes, I felt compelled to refuse any further arms to the FTP. »

210 Alya Aglan, dans La Résistance sacrifiée, histoire du mouvement « Libération-Nord », Paris, flammarion, nouv. éd. 2006, et son préfacier J-P. Azéma, évoquent ces difficultés, en particulier le fait que les « responsables qui vivent encore » ont tendance à ne pas communiquer les documents, quand ils ne sont pas assurés du contrôle de leur interprétation » (p. 10).

211 Comme l’écrit A. Aglan, « S’il est aujourd’hui de bon ton d’afficher un certain scepticisme quant aux motivations profondes des résistants, dont les chefs sont régulièrement soupçonnés ou dénigrés, ils continuent à incarner aux yeux de la conscience contemporaine l’essentiel des valeurs qui justifient le choix de se battre, et, le cas échéant de mourir » (La Résistance sacrifiée…, op. cit., p. 13)

212 Voir notamment les ouvrages dans lesquels il raconte ses souvenirs, dont J. Simyan, Étapes, Macon, Protat, 1975.

213 SHAT Vincennes, 18P 31, avec le numéro 15 enregistré pour août 1940, il est noté dans le compte rendu de de Roujoux comme responsable du secteur de Cluny en 1941.

214 Voir Le Petit Maconnais, 30 avril 1945.

215 Il est difficile de repérer, parmi ce qui est considéré à Cluny comme les archives de Mlle Zimberlin, les papiers authentiques et les copies. En effet, ces archives ont fait l’objet d’une intense utilisation, laquelle a mélangé des documents d’origine diverse, dans le plus grand désordre.

216 Archives Roiné, Cluny, provenant de Mlle Clément.

217 Rapport de l’inspecteur Bordenave, 16 juillet 1943, Archives départementales de Saône-et-Loire [AD 71].

218 Dont la réputation était d’être vichyste, sinon collaborateur, chez ses collègues, qui éliront un nouveau directeur de l’école à la Libération (voir Pleindoux, Brève histoire…, op. cit.).

219 Entrée « Résistance civile », in F. Marcot, Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 692.

220 « Qu’est-ce que la Résistance ? », in Marcot, Dictionnaire…, op. cit., p. 34-37.

221 Archives britanniques, HS6/567. Le rapport est en deux parties : la première, datée du 24, est une narration de la mission ; la seconde, datée du 25, est recueillie dans le cadre d’une grille systématique de questions.

222 Témoignage de René Depouilly, son gendre, auprès de sa fille Françoise Depouilly. La famille Depouilly habitait chez les Golliard quand le préfet fut arrêté. Il s’y attendait et ne pouvait partir sans mettre en danger les siens.

223 « All the work we did was only possible because of the help given to us by a few French civilian people and the marvelous spirit of practically every farmer in Saône-et-Loire, every civilian in Cluny ».

224 Comme par exemple Antoine Moreau, homologué Ffi plus tard que ses compagnons (SHAT Vincennes, 16P 429270).

225 Son nom, comme plusieurs autres, est écorché dans le rapport de Tiburce en « André Argnet ».

226 Germaine Moreau avait coutume de rappeler une liste de membres initiaux du groupe des résistants de Cluny, composée de Jean Renaud, Jules Pierreclaud, Louis Burdin, Pierre Colin, André Cugnet, Henri Dubois, Marcel Brevet, Antoine Martin, Marcel Gobet, Adolphe Gallimardet, Georges Malère (cf. Février 1944, le pire..., op. cit., p. 38.), auxquels elle ajoutait son mari Antoine, Gabriel Corget et René Darfeuille.

227 SHAT Vincennes, Tiburce, 17P 50.

228 Ces chiffres sont inévitablement différents de ceux qui sont comptés pour l’ensemble des déportés (voir Février 1944, le pire..., op. cit.). Madame Morlevat, épouse d’un professeur, arrêtée le 14 février, est aussi décédée à Ravensbrück. Deux femmes déportées ne sont donc pas revenues.

229 Parmi eux, Françoise Depouilly-Chaput et Jean-Claude Vuchot, qui m’ont puissamment aidé pour la documentation. Qu’ils en soient remerciés.

230 J’emprunte cette formule à Chantin, Des temps…, op. cit., p. 467, parmi tous ceux qui ont insisté sur ce fait.

231 Les comptes de résistants, de déportés, de morts et de survivants sont difficiles à établir car ils dépendent de quel point de vue on les additionne : on cherche à identifier ceux d’une communauté, par exemple, les Clunisois, ou d’un groupe plus large, ou les habitants, on ajoute celles et ceux qui participèrent aux combats, etc. : c’est pourquoi les chiffres sont toujours incertains et que des noms manquent.

Table des illustrations

Titre fig. 23 - La famille d’AG au restaurant Chanuet, 1942 (avant la « Kommandantur » de Cluny). AF (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre fig. 24 - Claude Golliard prisonnier en Allemagne, 1943 (Claude, sans calot, avec deux compagnons). AF (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre fig. 25 - Melle Zimberlin, professeur d’anglais, résistante à Cluny, Archives de l’amicale des déportés de Cluny (avec l’aimable autorisation d’Annie Dufy, responsable de l’Amicale des déportés de Cluny)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36857/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre fig. 26 - Albert Browne-Bartroli (Tiburce), dirigeant du SOE de Cluny. Photo de la famille Browne que je remercie pour son autorisation (JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36857/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre fig. 27 - Jean Renaud, dirigeant historique de la Résistance à Cluny. Crédit ANACR 71 et Centre de documentation Résistance et déportation de Saône-et-Loire
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36857/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search