Version classiqueVersion mobile

La République jusqu’à la mort

 | 
Jean-Claude Barbier

Chapitre 3. Lons, le premier poste de préfet, la guerre et l’éviction

Texte intégral

Introduction

1Les raisons pour lesquelles Golliard a attendu plus que certains de ses collègues pour être promu comme préfet sont multiples, il faut les démêler. Il n’y a pas que sa réticence à solliciter qui compte ; il faut aussi prendre en considération la façon dont ses supérieurs l’apprécient. Pour objectiver les choses, comparons-le à quatre de ses collègues nés comme lui au début des années 1880.

2Soit Georges Roussillon qui, soit dit en passant, figure comme Golliard parmi les préfets déportés. Il est né en juillet 1882 et il est doté comme lui d’une licence en droit. Ils sont tous deux membres du cabinet de Julien Simyan (sous-secrétaire d’État aux PTT, voir chapitre 1) dans le ministère Clemenceau. La carrière de Roussillon a été nettement plus rapide dans leur jeunesse, puisqu’il est sous-préfet de florac dès 1908. Par différence, comme on l’a vu, Simyan n’a pas favorisé le vœu de Golliard d’être nommé sous-préfet, et c’est seulement à la fin de 1910 que celui-ci entre enfin dans l’administration à Vesoul (voir chapitre 1). Roussillon est nommé préfet de 3e classe dès 1922 et se met d’ailleurs immédiatement en disponibilité pour être Trésorier payeur général. Le père de Roussillon était magistrat, celui de l’orphelin Golliard, chef de gare. Roussillon a fait la guerre et est décoré de la croix de guerre 14-18, alors que Golliard a été réformé.

  • 1 T. I, p. 122-142. Édouard Herriot écrit ses mémoires, publiées en 1948, chez flammarion. Herriot a (...)
  • 2 Sont successivement secrétaires généraux à Strasbourg : Surchamp, Vernet, Golliard.
  • 3 En février 1940, il est promu sur place, mais à compter de 1937, comme préfet de 1e classe et il se (...)

3Soit Camille Vernet, qui a l’honneur d’être cité par Édouard Herriot comme l’un de ses anciens élèves, avec Daladier, dans le premier tome de Jadis1 : né en juin 1884, Vernet est agrégé d’allemand, ancien professeur, fils d’instituteurs. Il commence donc plus tard sa carrière préfectorale, comme secrétaire général du Haut-Rhin, en 1919. Il précéde ensuite Golliard comme secrétaire général à Strasbourg, en 1923. Il est encore plus proche d’Herriot quand il occupe les mêmes fonctions dans le Rhône, promu hors classe en même temps que Golliard l’est à Strasbourg en août 19292. La proximité avec Herriot ne peut être étrangère entièrement à la promotion qu’il reçoit par la suite : il est préfet des Landes en 1932, puis du Vaucluse en 1934, et passe en 2e classe dès 1936 en Indre-et-Loire. Ses titres militaires lui sont favorables également3. Vernet n’est en revanche nommé chevalier de la Légion d’honneur qu’en 1932, alors que Golliard a été décoré dès 1922, pour son œuvre en faveur de la reconstruction des destructions de la guerre (voir chapitre 1).

  • 4 Il est en disponibilité en mai 1940, puis en retraite à partir d’octobre de la même année. Il sera (...)

4Un troisième collègue à qui l’on peut comparer Golliard est Gabriel Latour, né en octobre 1883, lui aussi titulaire d’une licence en droit, issu d’une famille de négociants. Il a commencé en même temps que Golliard en automne 1910 comme conseiller de préfecture. Il est préfet de 3e classe en 1932 en Lozère, préfet de 2e classe dans l’Aisne dès 1936. Son statut militaire – il est mutilé de guerre, a joué en sa faveur4. Mais le parallélisme avec la carrière de Surchamp n’est pas moins frappant, ce dernier se voyant plus tard écarté en 1940 par une mise en retraite.

  • 5 AD 67, 98AL 1614.
  • 6 On a rencontré M. Le Hoc quand il était chef du service central à la DGSAL, chargé notamment de pré (...)
  • 7 Il sera juilletisé en septembre 1940, comme Golliard, alors qu’il était préfet de l’Allier, et devi (...)

5Quand on examine les notations annuelles de Golliard, elles sont, à Strasbourg, uniment élogieuses. Son préfet Henri Borromée, qui le note de 1927 à 1929, dit de lui qu’il ferait un excellent préfet, tout en précisant : « considérations parfaites, relations peu étendues ». Quant au préfet Pierre Roland-Marcel, dès 1932, il note qu’il mérite d’être nommé préfet « le plus tôt possible ». Aussi, un autre fait sans doute important doit être pris en considération pour expliquer le retard relatif de carrière de Golliard : il tient dans l’isolement des fonctionnaires qui, dans les années 1920, étaient en fonction dans les territoires recouvrés, ce dont il a particulièrement pâti. Cette conclusion ressort d’un rapport de la DGSAL du 11 avril 19355, cité au chapitre précédent. Ce rapport cite trois exemples typiques : Maurice Le Hoc, qui n’a été promu préfet qu’à 50 ans, en 19306, Golliard, et Louis Adam7, ancien sous-préfet de Thionville. L’auteur poursuit sa missive au ministre de l’intérieur en soulignant qu’en raison des difficultés de l’administration dans ces territoires, ils ont pourtant des qualités spéciales qu’ils puisent dans « l’exercice d’attributions étendues et de pouvoirs importants, aussi bien que dans le règlement de multiples difficultés issues de la coexistence de trois législations, et de la différence des langues, des caractères et des mœurs ». Par différence, Surchamp et Vernet ne sont restés qu’un an à la préfecture du Bas-Rhin.

  • 8 AN, F1 BI 1077.

6Comme on l’a vu (chapitre 2), E. Herriot annote la lettre d’août 1932 d’A. Golliard de façon laconique, qu’il transmet à Chautemps (ministre de l’intérieur) : « Mon cher Chautemps, quid ? » mais il faut encore deux ans d’attente pour qu’Herriot écrive à Albert Sarraut8, ministre de l’Intérieur, le 29 mai 1934, insistant « de toute la force de [son] amitié » : « Je ne crois pas, écrit-il, qu’on puisse lui adresser le moindre reproche. Vraiment, je lui crois tous les droits ». Vraisemblablement, le choix s’est précisé à l’occasion de la demande d’Aimé Berthod, ministre de l’Éducation nationale depuis janvier, dans le deuxième gouvernement Daladier. Golliard est en effet choisi au mouvement d’octobre 1934 pour être nommé dans le Jura (fig. 20), où Berthod est député et guigne les occasions d’une élection sénatoriale. C’est Paul Marchandeau, ministre de l’Intérieur, qui nomme Golliard préfet du Jura (3e classe). On note que ce dernier reçoit les félicitations d’Herriot, de Daladier et de Marc Rucart (voir lettre de Rucart).

fig. 20 -Cour intérieure de la préfecture de Lons-le-Saunier (cérémonie septembre 2014). AF (autorisation JCB), photo Jacques Chaput, septembre 2014

fig. 20 -Cour intérieure de la préfecture de Lons-le-Saunier (cérémonie septembre 2014). AF (autorisation JCB), photo Jacques Chaput, septembre 2014

7Dans le Jura, le parcours personnel, professionnel et politique d’A. Golliard peut être présenté en trois grands moments : le premier est l’arrivée et la prise de contact du département de fin 1934 à 1935 : déjà au cours de cette période les signes avant-coureurs de la suivante sont présents, après les journées de février et la montée, en France, de ce qui ne s’appelle pas encore « Front populaire ». La deuxième correspond aux élections de 1936 et aux conflits locaux qui y sont associés, dont un épisode local crucial est le centenaire de Rouget de l’Isle, en juin 1936. En 1937-1939, le grand événement, si l’on peut dire, est l’accueil des réfugiés espagnols dans le département. Enfin, avec la déclaration de guerre, on bascule vers l’arrivée du régime de Vichy, dont la majorité du personnel politique officiel du Jura a plutôt tendance à se réjouir. L’alliance des modérés et de la droite, y compris la plus extrême, s’oppose au préfet Golliard, que la sanction nationale vichyste écarte, apportant ainsi à une alliance, composite et relativiste s’il en est, la plus grande satisfaction qu’elle attendait.

Alfred Golliard et la société politique jurassienne (1934-35)

  • 9 Cité dans La Croix du Jura, 14 juin1936.

8Au moment où il prend le poste de Lons-le-Saunier, Alfred Golliard esten pleinepossession de ses moyensprofessionnels, intellectuels et moraux. Il lui faut d’abord s’insérer dans la société lédonienne et faire la connaissance du Jura et de sa population, dont il vante bientôt les nombreuses qualités, et en particulier « le cultivateur jurassien » dont il dit dans son discours pour les « 5 journées jurassiennes », le 5 juin 1936, qu’il « a su par un travail opiniâtre améliorer ce sol souvent ingrat » et qu’il mérite le titre de « plus ancien paysan de France » si l’on en juge « par le nombre de faucilles de bronze retrouvées dans notre région ». Il profite de l’occasion pour faire un éloge de la coopérative9, qui est présente à la fois dans la petite industrie et dans les fruitières. Dans cette société figurent le personnel politique et, en second lieu, ses collaborateurs personnels, les sous-préfets de Dole et de Saint-Claude, ainsi que les secrétaires généraux de la préfecture. 1934-1935 est une période troublée, qui annonce les profonds changements de 1936. Golliard a vécu l’année 1934 avec la préoccupation des réfugiés allemands en Alsace ainsi que celle des conséquences de l’évolution du mouvement autonomiste et régionaliste : comme on l’a vu, la société radicale à Strasbourg est marginale. Avec le Jura, le contraste ne peut pas être plus grand. Le département est, de façon stable, acquis au parti radical et à ses modérés, la droite y est minoritaire, le communisme peu influent, et les territoires socialistes bien identifiés autour de Saint-Claude. C’est un département rural, mais il possède des industries et artisanats très actifs. Au milieu des années 1930, il est bien desservi par les transports (le chemin de fer est l’un des thèmes favoris du sénateur Charles Dumont), et il voit se développer des projets touristiques.

  • 10 Biographie politique par P. Jeambrun, Charles Dumont, un radical de la Belle Époque, Paris, Talland (...)
  • 11 Voir plus loin. Les « cinq » journées sont prévues pour durer du 3 au 7 juin 1936.
  • 12 Registre des délibérations, Mairie de Lons-le-Saunier, 30 août 1936.

9Incontestablement, Charles Dumont est la personnalité politique locale la plus puissante10. Né en 1867, normalien et professeur agrégé, il est jurassien par sa famille, même s’il est né en Corse, ce qu’il a cherché à cacher à ses électeurs à ses débuts. Il est pour la première fois élu en 1898 à la députation à Poligny, puis constamment réélu jusqu’à ce qu’il remplace au Sénat Stephen Pichon, en janvier 1924. Il est aussi le pilier du conseil général : élu depuis 1913, il le préside depuis 1921 jusqu’à sa mort, en 1939. C’est donc l’interlocuteur primordial du préfet. Aimé Berthod, lui aussi agrégé et normalien, est beaucoup plus jeune, proche de la génération de Golliard (il n’a que trois ans de plus que lui). En 1934, il est député et ministre de l’Éducation nationale, passé en janvier 1934 du cabinet Daladier au cabinet Doumergue (où il côtoie Herriot, ministre d’État) après la démission de Daladier. À ce moment, le pays vient d’éprouver une série de crises graves, avec en octobre encore, l’assassinat du roi de Yougoslavie et du ministre des affaires étrangères Louis Barthou, l’homme avec qui Dumont et Paul Morel avaient pactisé contre l’avis du parti radical en 1913 (chapitre 1). Le pays s’apprête au changement majeur que va constituer le Front populaire, qui sera préparé effectivement depuis la mi-1935, mais les deux sénateurs du Jura croient dur comme fer à la continuité et à la « trêve » que Dumont écrit souvent avec une majuscule dans le Démocrate du Jura. Le Jura est à l’époque un département majoritairement agricole, avec une diversité de production, soit industrielle (fromagerie Bel à Lons-le-Saunier), soit coopérative (le plus souvent). Le troisième sénateur élu en 1937 est précisément Henri Léculier, ex-médecin, président du syndicat national de la production française du gruyère et défenseur de ses producteurs au Parlement, où il est député depuis 1932. Le département possède plusieurs zones de petites industries (lunetterie, horlogerie, tournerie, taille des diamants et des pierres, notamment à Dole, Morez, Moirans et Saint-Claude). Le Jura a été électrifié entièrement parmi les premiers départements (1925-1926) et son réseau de chemins de fer et de transports routiers laisse prévoir un développement touristique dans les années 1930, au moment où naît l’intérêt pour les « sports d’hiver ». Henri Léculier remplace ainsi Charles Cencelme, sénateur depuis 1932 qui est, lui, président de la Société de Viticulture du Jura. Le comité de patronage des « journées jurassiennes » présidé par le préfet, représentant ce petit milieu de dirigeants, comprend tous ces hommes11. Quand il prend la place d’Edouard Guénon, démissionnaire de la municipalité en août 1936, Charles Cencelme, dans sa déclaration liminaire de candidature, promet de poursuivre l’œuvre « pour la renommée de Lons-le-Saunier, ville charmante aux promenades superbes qui peut devenir station thermale fréquentée et tête de ligne touristique de premier ordre »12.

  • 13 Qui répète qu’il n’est pas du parti, depuis son exclusion en 1913, voir plus loin ; « pas de chez n (...)
  • 14 Dès ses débuts politiques dans le département, il s’est spécialisé à la Chambre dans les affaires f (...)
  • 15 Paul Brun sera préfet dans la Saône-et-Loire en août 1940. Il a fait un court passage par le Jura. (...)
  • 16 Voir chapitre 4.
  • 17 Se reporter à G. Sacriste, La République des constitutionnalistes. Professeurs de droit et légitima (...)
  • 18 Voir « Mutation démocratique à la Ligue (1925-1940) », Agora, n° 40, 2006.

10En 1934 encore, deux hommes ont le rang de ministre, le sénateur Dumont et le député Berthod. Ils incarnent la situation politique d’un département bien aux mains des radicaux – bien que Dumont ne soit pas un radical au sens strict et qu’il soit l’objet d’une exclusion de principe de la part des radicaux, de Herriot tout le premier13. Dumont, au cours de cette période, incarne sans doute idéalement les traits du Sénat : ancien ministre des finances, il est le chantre de l’orthodoxie financière, fiscale et budgétaire14, de « l’union » et, de la « trêve ». Commençons par Berthod, dont la situation conjoncturelle au cours de l’année 1934 est liée à l’arrivée d’A. Golliard, qui remplace un préfet appelé à la direction du personnel du ministère de l’Intérieur, Paul Brun15, qu’Alfred Golliard « retrouvera » en Saône-et-Loire, après sa destitution16. Le poste du Jura ne saurait demeurer vacant. Berthod reste ministre de l’Éducation nationale jusqu’en novembre. En particulier depuis l’été, il connaît quelques soucis avec ses troupes, les instituteurs. Ces difficultés sont liées à la transformation politique plus générale en cours dans le pays, la conscience du danger de guerre, l’existence du fascisme, du nazisme et du communisme. En août, pendant les vacances scolaires, se tient le congrès du Syndicat national des instituteurs (SNI) à Nice et certains syndicalistes y prennent des positions parfois révolutionnaires, parlant même de « grève révolutionnaire ». La petite société politique lédonienne attend du ministre qu’il sévisse, à tout le moins qu’il se montre énergique. Il a annoncé des sanctions. Berthod n’est pourtant pas un va-t-en guerre, partisan qu’il est, depuis longtemps, de la reconnaissance du droit syndical des fonctionnaires. Il a publié un article en 1906 dans la Revue politique et parlementaire, en faveur de la généralisation des syndicats de fonctionnaires et il est entré en contradiction avec Clemenceau, avant de partager l’avis de certains professeurs de droit17. De ce point de vue, c’est donc un modéré qui défend les droits des enseignants face à la droite réactionnaire. Il est attaqué par elle, particulièrement dans le département, sur son laxisme prétendu ; la situation est en outre tendue par les mesures d’économie et de suppression de fonctionnaires décidées par le gouvernement. De l’autre côté, des responsables de la fédération laïque du Jura ont demandé sa démission18.

  • 19 Le Démocrate du Jura, 24 novembre 1934.
  • 20 AN F7 13026.

11À la une du Démocrate le 8 septembre 1934 – au lendemain du congrès de Nice du SNI – il répond à Gautherot, sénateur de Loire-inférieure, qui s’élevait contre les propos tenus par certains instituteurs. Il prône, dit-il, après la manifestation du 12 février, l’apaisement ; il a montré de l’indulgence vis-à-vis de maîtres « qui n’étaient coupables que d’une interruption de service plus ou moins complète » et il a rappelé leur devoir aux inspecteurs. « Mes paroles ont été comprises » argumente-t-il, et il se félicite qu’« en dépit du malaise que ne pouvaient manquer de provoquer les sacrifices répétés qu’on a exigés des fonctionnaires, malgré les suppressions de postes et les mises à la retraite », il n’y ait pas eu d’autres manifestations ni de grèves. Le congrès de Nice, ajoute-t-il, s’est tenu dans une période de vacances, et il se dit désireux de « reconnaître aux fonctionnaires la liberté d’opinion qui appartient à tous les citoyens », mais « le respect de la légalité et la défense de la patrie ne sont pas des opinions ». Au total, il se refuse aux sanctions avant une enquête impartiale sur la gravité des fautes commises. Dans un entretien publié dans le même Démocrate, le 29 septembre, il persiste dans cet équilibre qu’il entend tenir : il ne veut satisfaire, dit-il, ni ceux qui voudraient prendre le congrès de Nice pour jeter le discrédit sur l’ensemble des instituteurs, ni ceux qui préparent « la révolution sociale par l’enseignement de la haine des classes et de l’antipatriotisme ». Il défend le petit nombre des sanctions qu’il a prises, contre des « maîtres en exercice » et pas contre quelqu’un, dit-il, comme Madame Pichorel, qui a fait une déclaration sur la Défense nationale mais qui est à la retraite. Berthod s’affirmant « toujours proudhonien » s’en réclame pour justifier de réprimer les « abus » de la liberté d’expression, mais au total, il préfère qu’on lui reproche d’avoir été trop bienveillant que pas assez. Au moment de la chute du gouvernement, le 24 novembre, il se plaindrait d’une réunion « socialo-communiste » à Lons, où on l’a critiqué « sans aménité » et il défendrait son bilan, sur les économies budgétaires : on lui demandait 10 % de réduction sur le personnel, mais il s’est battu et n’a supprimé que 2 000 postes au lieu des 13 000 souhaités, puis il en a créé, dit-il, 1 200 ; il se targue de n’avoir fait des économies qu’à hauteur de « 0,045 % ». En outre, il minimise les sanctions : selon lui, il était bien obligé de reconnaître que des « paroles inacceptables avaient été prononcées » et que des « instituteurs ont mieux à faire que de défiler derrière le drapeau rouge, au chant de l’Internationale, le poing tendu, geste mis à la mode par les communistes du front commun ». En réalité, dit-il, il n’a prononcé qu’une « censure et quelques réprimandes » : la censure pour un instituteur qui avait préconisé « la grève générale armée », et il a sanctionné un instituteur parisien qui l’a accusé de « veulerie » : Marceau Pivert, l’« a cloué pour cela au pilori ! »19. Le nouveau préfet, dans un rapport au ministre de l’Intérieur du 19 novembre20, rend compte administrativement de la réunion de Lons, préparée par la Ligue des droits de l’homme, dont l’organisateur est M. Costilhes, professeur de philosophie au lycée de la ville. M. Lopin, instituteur (communiste) à Dole et André Delmas, secrétaire du même SNI, « ont vivement critiqué l’attitude de M. Berthod » et apporté à l’un des instituteurs sanctionnés, « l’appui de 80.000 fonctionnaires », écrit le préfet.

12Aimé Berthod est un membre important du parti radical. Il est l’un des partisans du gouvernement de trêve qu’il a prôné dans son rapport au congrès radical de Nantes, où il a défendu « la résignation à l’union nationale » pour sauver les couleurs radicales. Il est en plein accord avec Dumont et Herriot, au moment où le pays émerge des troubles de février 1934. C’est une position similaire que défend Le Démocrate du Jura le 25 août 1934, avec les « modérés » qui veulent continuer avec Herriot au gouvernement.

  • 21 C’est la tendance Émile Roche.

Que nous proposent, écrivent-ils, les novateurs qui, à Nantes, veulent mettre le président Herriot et les ministres radicaux en demeure de rompre la trêve ? Renverser le ministère ! Fort bien mais qui lui succédera ? Ici les prophètes sont quelque peu embarrassés [...] « Front commun » disent les uns, « Tiers Parti »21, proclament les autres, « Constituante » autant de formules inconsistantes.

13Le « front commun » n’est pas bien populaire chez ces radicaux qui refusent la « famille socialo-communiste », pour employer la formule de Maurice Sarraut : « Aucune affinité n’est possible entre le parti radical et le communisme » ; celui-ci « nie la patrie, le suffrage universel, il n’aperçoit qu’une solution simpliste : la révolution violente et destructrice » et il conclut l’article par la « confiance affectueuse et unanime » pour Herriot, et le « bon sens ».

  • 22 Le Démocrate du Jura, 6 octobre 1934.

14Cependant, l’unité radicale est fragile, commente Berthod le 31 août. C’est pourquoi le congrès de la fédération radicale s’emploie à justifier la participation des radicaux au gouvernement de Doumergue. Sous la présidence de Charles Cencelme22, il s’agit d’imputer aux socialistes et aux communistes les difficultés qui “obligent” les radicaux à participer à ce gouvernement. Cencelme fait adopter un ordre du jour qui déclare que la fédération est

convaincue plus que jamais que l’Union de tous les Républicains sur le terrain électoral et au pouvoir [est nécessaire] ; qu’elle regrette que cette collaboration [...] ait été empêchée au lendemain des élections de 1932 [...] par certains chefs de la SfiO [à cause d’une] facile opposition démagogique [qui a entraîné] la chute de plusieurs ministères [...] et créé un état d’impuissance parlementaire qui a abouti à une explosion de mécontentement et à la journée sanglante du 6 février, rendant ainsi inévitable la constitution d’un gouvernement de trêve ».

15Le parti radical est présenté comme se sacrifiant en quelque sorte « pour éviter l’effondrement financier et la guerre civile [...] un nombre important d’élus SfiO, désapprouvant l’attitude de M. Léon Blum et disposés à collaborer, s’est finalement séparé de lui et a constitué un groupe socialiste indépendant qui a autorisé son représentant, Adrien Marquet, à s’asseoir à côté de M. Doumergue ». Au demeurant, dit Cencelme, « le parti socialiste, amputé d’une partie importante de ses membres, et le Parti communiste, après s’être âprement combattus, ont fait alliance sur le terrain purement marxiste ». Au contraire, malgré ses réticences,

le parti radical doit aller à la bataille avec le drapeau du parti et un programme limité ; que ce programme, qui comprend la Laïcité entendue comme respectueuse de la neutralité et de la tolérance, est avant tout un programme de réorganisation économique immédiate et de lutte pour la justice fiscale et sociale, pour la paix et contre le Fascisme. [l’ordre du jour est adopté à l’unanimité]

  • 23 On y retrouve les candidats Charles Nachon, Charles Dumont, notamment.
  • 24 C’est un thème que reprendra Dumont, et, plus généralement toute une opinion, dont les échos lors d (...)

16Le ministre de l’Éducation nationale est attentif également aux élections cantonales qui vont avoir lieu en octobre 1934. Mais c’est Cencelme, lui aussi sénateur depuis 1932, qui préside à leur organisation, à la tête de la fédération départementale23. À ce moment, le programme du parti radical est excellemment résumé par Marius Pieyre, deuxième sénateur du Jura qui est maire de Dole pendant 30 ans (mort en 1935), dans le Démocrate du 6 octobre. Il rejette les marxistes et leur « tentative de révolution », ainsi que les partis de droite qui sont inféodés au souci de l’oligarchie financière. Il s’oppose au programme de Blum, et justifie de n’avoir pas accepté des socialistes les revendications de la semaine de 40 heures qui, selon lui, « ne peut s’opérer qu’au niveau international »24 ; du monopole des assurances françaises ; du rachat des chemins de fer et leur indemnisation. Au contraire, Marius Pieyre défend la cause du « gouvernement de trêve », dont le plan Marquet des grands travaux, mais aussi « l’élimination progressive de la main-d’œuvre étrangère ». « La France ne peut, à cette heure, suivant le mot d’Édouard Herriot, nourrir à la fois ses enfants et les enfants des autres nations », et il conclut en défendant l’union autour d’un programme essentiel qui comprend : le rétablissement de l’équilibre budgétaire ; la réforme de l’État (dont le fonctionnement du Conseil économique) ; la résolution du problème industriel, commercial et agricole (qui comprend l’élimination de la main-d’œuvre étrangère, la répression de la spéculation, l’allégement des charges du commerce et de l’industrie, une répartition plus juste de l’impôt, le plan d’outillage national). Quant au volet scolaire et laïcité, il défend bien sûr l’École publique, le développement des écoles techniques et l’application du principe de la gratuité pour « assurer l’égalité des jeunesses devant l’Instruction ». Comme on l’aperçoit déjà à la fin 1934, la position des radicaux jurassiens ne penche pas pour la gauche de ce parti. Quelques jours avant l’arrivée du nouveau préfet dans le département, les résultats des cantonales sont annoncés : sont élus, notamment, Culas à Bletterans, Charles Nachon à Conliège, Dumont, Celard, Malenfer, alors qu’Henri Léculier est en ballotage, comme Benoit-Barnet, dans le canton de Dole, comme Louis Faton (SfiO). Le 20 octobre, après l’assassinat de Barthou et du roi de Yougoslavie, ces trois derniers sont élus au deuxième tour, mais les radicaux, au total, perdent deux sièges au conseil général.

  • 25 Il est mentionné présent à la séance du 14 décembre 1934. Compte rendu de la séance de 1935, dans L (...)

17Mais le “patron” du département, qui le reste grâce à sa grande habileté politique jusqu’à sa mort en 1939, est incontestablement Charles Dumont. Ce dernier accueille officiellement Golliard à la première séance du conseil général auquel le préfet assiste activement25 en 1935 (il est arrivé trop tard pour assister pleinement à la deuxième session de 1934). Il est coutume que le personnel politique du conseil général commente les arrivées et les départs des préfets avec précision. Dumont évoque Paul Brun et passe à Golliard :

  • 26 L’expression est courante pour faire l’éloge d’un fonctionnaire qui partage les orientations politi (...)
  • 27 Il s’agit de Paul Morel. Pour le rôle de Paul Morel dans la carrière d’Alfred Golliard, voir chapit (...)
  • 28 Dumont a bénéficié de la présence d’un préfet du Jura, Guillemaut, installé en 1911, protégé de Cai (...)

Son successeur est M. Golliard qui nous vient de Strasbourg, après être passé par Saint-Dié et de nombreux cabinets ministériels. Il est depuis peu parmi nous. Ma correspondance quotidienne, plus que de trop courts entretiens, m’a permis de le connaître. Je puis vous donner l’assurance que nous avons en lui un républicain éprouvé26. Je connais quelques-uns de ses amis de toujours ; un parmi eux, que je pleure comme un des collaborateurs les plus fidèles, avait pour M. Golliard beaucoup d’amitié27. Nous espérons que dans ce département où la tolérance, justice et respect de toutes les idées sont une tradition continue, sa science administrative et sa volonté de travail nous seront d’un grand secours28.

  • 29 Jeambrun, Charles Dumont…, op. cit., notamment la troisième partie, p. 187 sq., « La débâcle ».

18Selon les témoins de l’époque, Dumont allie en sa personne une grande variété de talents, familiarité, roublardise, faconde. C’est un vieux briscard de la politique en général, et dans le Jura en particulier. Il est maintenant, en 1934, le respectable sénateur Dumont, dans la dernière partie de sa carrière. Il a été ministre de la Marine dans le gouvernement Laval, en 1931-1932, pour la dernière fois. Il s’est si l’on peut dire assagi, après avoir essuyé le scandale de la Société centrale des banques de province, en 1921, et avoir déchanté sur ses espoirs d’être nommé président du Conseil29 après sa ruine dans les affaires. Il avait d’ailleurs été élu président du conseil général en 1921, au moment où ses ennuis financiers majeurs étaient dans le débat public. Son grand coup a été de s’accorder, en 1913, avec Louis Barthou (voir chapitre 1), en enfreignant les consignes radicales, accompagné de Paul Morel et d’Alfred Masse.

19Président du conseil général depuis août 1921, Dumont est attentif à son électorat agriculteur, viticulteur jurassien ; il écrit :

  • 30 À sa mort, il était en train de préfacer l’ouvrage de L. Girard, La vigne et le vin en Franche-Comt (...)

Il n’y a pas de vigneron plus honnête que le vigneron jurassien. Il n’y en a pas de plus respectueux de ce que la nature – terre et soleil – lui donne [...]. Valoriser les produits de l’artisanat-vigneron, défendre l’authenticité des vins, faire connaître à une clientèle plus nombreuse la gamme variée des crus jurassiens, c’est à ce triple but qu’ont tendu, depuis plusieurs années, les efforts de nombreux et ardents amis du Jura vinicole30.

  • 31 « Vingt-cinq ans de vie publique, Lettre à Messieurs les délégués sénatoriaux », Lons, Verpillat, 1 (...)
  • 32 Compte rendu des délibérations, 1re session de 1938, p. 59-64.

20Dans la brochure qu’il consacre à son programme lors de sa première candidature au Sénat, en 1924, il écrit que « la petite propriété rurale » est « politiquement et socialement supérieure à toute autre »31. C’est dire. Depuis qu’il a eu, proclame-t-il, la chance rare d’être choisi en 1898 pour la commission du Budget, depuis son premier mandat de député, le sénateur s’est fait une spécialité de l’orthodoxie budgétaire, de la chasse aux dépenses inutiles et de l’équilibre. Il a été ministre des finances à peine un an, mais il passe pour le meilleur spécialiste des finances publiques. Il réaffirmera avec force ces convictions dans ce qui fut son dernier grand discours au conseil général, lors de la session du 5 mai 193832. Sans anticiper ici sur les événements, sa doctrine apparaît claire et immuable :

Tant que la monnaie déterminera la puissance d’achat des individus et des peuples, et que l’étalon or restera la mesure de la valeur de cette monnaie, l’encaisse or de la Banque d’émission sera – particulièrement dans un pays ayant les habitudes de la France – le moins discutable fondement de la valeur de la monnaie. [Or, ] l’encaisse or de la Banque diminue constamment, le taux des changes s’accroît continuellement. La monnaie s’effondre et l’épargne ne suffit plus à fournir les ressources indispensables au fonctionnement régulier des rouages de l’économie générale et aux besoins des services publics [...] c’est l’inflation monétaire. De tous les modes d’emprunt, c’est celui qui exerce le plus rapidement et le plus dangereusement son action sur les prix, le change et la monnaie.

21Dumont, comme on le verra plus loin, est donc un adversaire farouche des 40 heures, dont il pense que c’est la principale raison de l’échec économique de la France. En outre, il érige sa pratique locale au conseil général du Jura en méthode applicable partout en France. Cette « méthode » est « de ne pas faire de politique ». Il reprendra ce leitmotiv lors de la première session de 1936 en souhaitant que la Chambre « trouve la bonne méthode » et il y compare :

  • 33 Il est cité par La Croix du Jura du 17 mai 1936, qui rend compte de la première session du CG.

la nôtre, celle que nous avons appliquée au Conseil général, et qui nous a permis de poursuivre [...] l’exécution de notre programme, c’est la concorde, la bonne entente, l’étude objective [...] expérimentale de toutes les questions. Dans aucune de nos discussions, nous ne nous sommes préoccupés des opinions politiques, philosophiques, religieuses de celui qui faisait une proposition, [...] ensemble nous cherchions la raison, la justice, l’intérêt départemental, l’ordre financier, le progrès moral, hygiénique ou social. [...] Nous n’avons pas cherché à exploiter au profit de telle ou telle fraction politique de cette assemblée un mécontentement local et passager. [...] Dans l’actuel tumulte des craintes, des plaintes, des colères, notre satisfaction, c’est de trouver dans les quelques jours de nos deux sessions annuelles, pour nous personnellement, repos et réconfort. […] Résultat de votre collaboration cordiale, [...] l’intérêt public est la seule règle de notre conduite33.

22Les visées de Charles Dumont sur les questions internationales ne sont pas originales dans son parti, mais il tient que, sur la base de son analyse économique orthodoxe, et de la méthode qu’il aimerait étendre de l’assemblée du Jura à la Chambre, les problèmes de la France seraient résolus. Après le congrès de Nantes du parti radical, juste avant la chute du gouvernement, il prône donc l’union nationale et la trêve entre les partis :

  • 34 Le Démocrate du Jura, 10 novembre 1934.

Nous voulons que continue la trêve des partis plus que jamais nécessaire à la France. Les questions à discuter, les décisions à prendre sont trop graves et trop difficiles, aussi bien du point de vue économique que politique, pour être étudiées et débattues sous l’angle de l’esprit de parti. La détente a été trop joyeusement accueillie pour que l’entente ne soit pas, avec discipline, avec abnégation, s’il le faut, acceptée par tout le monde, par les chefs d’abord34.

  • 35 Ibid., 17 novembre 1934.

23Après avoir fait l’éloge d’Herriot (« un discours pathétique, fait d’autorité et d’amitié à l’égard de son parti »), il se félicite qu’il « ait obtenu pour lui et ses collègues radicaux du ministère un vote de pleine confiance ». Dumont ne peut donc qu’approuver la démission de Berthod, Herriot, Queuille et W. Bertrand, lesquels ont eu raison, selon lui, en « refusant la honte de délibérer sous la double menace du renvoi et de l’émeute ». Mais il approuve tout aussitôt la continuation d’Herriot au gouvernement comme ministre d’État, avec Louis Marin, avec le président du Conseil flandin : leur présence « promet au pays, avide de stabilité, inquiet, et qui veut l’Union et la Trêve pour la vie et l’argent moins chers, pour la sécurité de la paix »35. C’est cet espoir de continuité, de modération, d’orthodoxie et de concentration républicaine qui va s’évanouir dans les prochains mois, dans l’entourage des deux principaux personnages politiques du Jura, Dumont et Berthod.

24On a surtout jusqu’alors insisté sur les ténors et la majorité radicale, mais il faut aussi mentionner d’autres personnages qui jouent un rôle dans la période qui s’ouvre. C’est le cas d’Arsène Gros, qui est député et remplaçant, depuis sa mort, d’Henri Ponard, élu SfiO à Saint-Claude. Directeur d’une coopérative, « La pipe », Arsène Gros est secrétaire de la Chambre en 1936 et 1937. En 1928, il est élu grâce au désistement du candidat radical et réélu en 1932. Arsène Gros, on va le voir, est l’un des rares partisans du Front populaire dans le personnel politique du département. Au conseil général en ce milieu des années 1930, certains élus ont une position plus visible que d’autres ; on ne peut certes pas les citer tous. Plusieurs eurent un rôle précis dans un certain nombre d’événements dans lesquels le préfet Golliard fut impliqué. Il faut citer en premier Samuel Benoit-Barnet, avoué à Dole, qui, né en 1868, élu depuis 1910, est parmi les plus anciens et les plus actifs. Il ne devait jamais transformer cette représentation en candidature crédible à un siège à l’Assemblée nationale, et sa place est relativement effacée. Longtemps vice-président du conseil général, il succéde à Dumont à sa mort au poste de président. C’était un radical. C’est Laurent Monnier (né en 1888, propriétaire des Forges de Baudin à Toulouse, près de Sellières, il est inscrit sur le rôle du conseil comme « métallurgiste ») qui, à l’époque, nettement plus ambitieux, est devenu progressivement le chef de file de la droite, disputant cette position à Edmond Grandmottet, industriel, maire de Moirans, né en 1884. Grandmottet est élu depuis 1919, mais Monnier est beaucoup plus récent (1931). Au moment où nous sommes, cinq protagonistes des bouleversements du Front populaire sont aussi élus au conseil général. Charles Nachon, radical, né en 1891, est négociant en vins et maire de Conliège. On a déjà rencontré Charles Cencelme et Henri Léculier. Il reste à ajouter à cette petite liste de personnages principaux du conseil, Louis Faton, socialiste et adjoint au maire de Saint Claude, élu depuis 1928, et Maurice Bazin, vétérinaire, maire de Dampierre, né en 1893, et élu depuis 1931. Bazin sera l’un des éphémères poulains de la droite.

  • 36 Qui s’engagea dans la Résistance.

25Voilà campée cette petite société politique locale au sein de laquelle Alfred Golliard exerce sa mission pendant six ans. Notons que ses collaborateurs immédiats sont le sous-préfet de Dole, Marius Arnaud, qui, récemment arrivé (juin 1934), reste dans ce poste jusqu’en 1941, après l’éviction de Golliard. À la seconde sous-préfecture, Saint-Claude, la situation est également relativement stable pendant le temps du préfet Golliard. C’est d’abord Picharnaud qui occupe ces fonctions jusqu’à sa nomination de sous-préfet d’Oloron en avril 1935. C’est donc surtout avec René Goepfert36, qui reste dans le département jusqu’en 1941, que Golliard travaille. En septembre 1940, Golliard, dans les derniers jours qu’il passe à son poste, prend la défense de son sous-préfet, grand mutilé de guerre à 100 % et décoré de la Légion d’honneur à ce titre, mis en cause auprès du commandement militaire par les allégations d’un officier, adjoint du colonel commandant l’arrondissement de Lons-le- Saunier. Il écrit dans cette défense :

  • 37 AD 39, Mp 831, Lettre du préfet du 13 septembre 1940 au commandant militaire de Bourg. Voir aussi, (...)

Je ne saurai mettre en doute la bonne foi de M. Le sous-préfet de Saint-Claude dont la conduite pendant la guerre a révélé le courage et le patriotisme. J’ajoute que, dans ses fonctions, M. le sous-préfet a toujours agi en fonctionnaire discipliné et conscient de l’intérêt national37.

  • 38 AD 39, 70J, Fonds privé Georges Augé.

26La situation est nettement plus complexe du côté des secrétaires généraux de la préfecture du Jura : entre octobre 1934 et la destitution de Golliard, il ne s’en succède, sur le papier, pas moins de sept. René Darpheuille ne reste qu’un temps très limité, car il rejoint à l’administration centrale son mentor Paul Brun, déjà évoqué. Darpheuille sera en contact avec Golliard au moment où ce dernier entre dans la Résistance à Cluny (chapitre 3). En 1943, il deviendra brièvement préfet délégué de Poitiers. La personne avec laquelle Golliard travaille le plus longtemps est donc Jean Charles Rouliès. Né en 1900, cet ancien professeur, nommé rédacteur principal à la préfecture, n’y arrive qu’en décembre 1934. Il est secrétaire général à Lons jusqu’à sa demande de détachement en juin 1937. C’est alors le tour de Jean-Pierre Abeille, le frère jumeau de Valentin, né en 1907, lié à la famille Verpillat. Abeille ne reste secrétaire général que six mois environ, car il est nommé sous-préfet de Montreuil en décembre 1937. Gérard Lafont de Santenac prend sa place à la fin 1937, mais quitte à son tour la préfecture pour être nommé sous-préfet de Jonzac en juillet 1938. Interviennent alors deux personnages dont nous parlerons à la fin de ce chapitre, Maurice Toesca (d’avril à juillet 1938) et Georges Augé (juillet 1938 à février 1939), qui n’était pas un inconnu à la préfecture, un familier de Dumont, que ce dernier tutoyait38. Augé, qui reviendra comme sous-préfet de Dole en 1941 dans le département, n’étant pas resté longtemps, c’est finalement Jacques Saunier qui tient la fonction de secrétaire général du Jura dans la toute dernière période de la présence d’Alfred Golliard.

Les termes de la discorde et les élections en 1935

  • 39 Jura socialiste, 17 novembre 1934.

27D’emblée, cette présentation, en anticipant les élections importantes à venir en 1935 (municipales en mai) et en 1936 (législatives), permet de souligner les éléments de la controverse politique et de la discorde locales qui sont en train de se mettre en place. Toutes les données de la politique nationale et de ses correspondances dans la politique locale sont là, comme l’illustrent les thèmes développés par les protagonistes politiques en présence. Les socialistes insistent sur le rôle des travailleurs, des syndicats et, en particulier, des fonctionnaires (dont les instituteurs et les professeurs sont des acteurs essentiels), ainsi que sur le mouvement ouvrier, on l’a vu actif à Saint-Claude, mais aussi à Dole. Paul Brun reçoit à la préfecture le 4 octobre 1934 une délégation syndicale, venue lui parler du « plan de rénovation économique de la CGT »39 ; parmi les délégués, on compte René Dalloz, secrétaire de la chambre syndicale des ouvriers diamantaires, Alix Lavenne, du syndicat des métaux de Saint-Claude, Costilhes, responsable de la fédération locale des fonctionnaires, et Cretin, du SNI, ainsi que les représentants syndicaux de l’asile de Saint-Ylie. Ces acteurs annoncent des revendications populaires et ouvrières qui, jusqu’à présent, n’étaient pas partie intégrante du paysage local. De leur côté, les radicaux du Démocrate sont attachés à continuer la politique qu’ils mènent depuis le Cartel et les années 1930, dans l’ordre et dans une forme d’unité de « centre gauche », respectant l’orthodoxie budgétaire et le rôle de la Banque de France. Ces deux forces vont jouer un rôle essentiel dans le bouleversement du Front populaire.

  • 40 Il faut aussi compter avec l’hebdomadaire Le Salinois, qui diffuse à 5000 exemplaires.
  • 41 Dans la fin du xixe et la première partie du xxe s., P. Jeambrun a montré qu’il y a une tradition a (...)
  • 42 Le journal cite un sénateur qui a interpellé le ministre, 19 août 1934.

28C’est ce bouleversement, précisément, qui permet d’introduire les caractéristiques de la droite locale, à travers son organe principal, l’hebdomadaire La Croix du Jura, (dont le pendant à Dole est La Vie doloise40). C’est en effet maintenant le temps de présenter, en face de ces deux premières sensibilités politiques (les radicaux et le reste de la gauche), l’action et l’audience de la droite. Cette presse est influente dans le public des classes moyennes et y véhicule tous les thèmes attendus dans les années 1930 : la peur des étrangers, dont les « rouges » espagnols, le bolchévisme et la révolution, avec le symbole honni du drapeau rouge, l’antisémitisme, hargneux parfois, le ton violent, dont l’un des rédacteurs fréquents est Léopold Reverchon41. L’hostilité aux instituteurs, caricaturés, est évidemment liée à la controverse autour de Berthod : le SNI, dit La Croix42 :

a déclaré la guerre au gouvernement [...], une grève générale révolutionnaire [...]. Ces instituteurs qui prétendent défendre l’école laïque et s’opposer au “fascisme” répudient les principes fondamentaux de l’enseignement public, remplacent le drapeau tricolore par le drapeau rouge, la Marseillaise par l’Internationale [...] [pour] établir en France une abominable dictature ».

29Pour la droite il suffirait d’exclure certains meneurs pour « ramener la masse des instituteurs à la notion de leurs élémentaires devoirs ». Mais le complot est encore plus dangereux et large, car il s’agit d’un exemple de « bolchévisme » :

  • 43 25 novembre 1934.

À l’Éducation nationale, il y a « l’École rouge »43. [Le journal se plaint en effet d’un] glissement de l’instruction primaire vers le communisme. [...] Ce glissement se poursuit grâce à la quasi-omnipotence du « syndicat des instituteurs primaires », groupement socialiste qui compte 85.000 cotisants sur un total de 130.000 instituteurs. Le syndicat en question est illégal, comme l’a démontré [...] le jugement du tribunal de Nantes rendu le 25 mai 1932. Mais le gouvernement a pris l’habitude de s’incliner devant lui [...] [Ses] dirigeants appartiennent à la maçonnerie, à la Ligue de l’Enseignement, à la Ligue des Droits de l’Homme et à la SfiO. Le principe du syndicat est exactement celui des Jacobins de la Révolution, qu’exprimait Danton dans la phrase suivante : « Les enfants appartiennent à la République avant d’appartenir à leur famille [...] l’enfant doit sucer le lait républicain [dans les écoles] ». [...] C’est exactement ce qui se fait dans la Russie soviétique.

  • 44 La Croix du Jura.
  • 45 La Croix du Jura, 17 février 1935.
  • 46 7 et 14 octobre 1934.

30C’est une droite qui, à l’époque, apprécie Mussolini et a les yeux doux pour le gouvernement autoritaire du Portugal. Le 12 août 193444, Léopold Reverchon appelle à s’inspirer de l’expérience mussolinienne : « réfléchie longtemps et organisée avec méthode, [elle] constitue une initiative très intéressante dont nous devons suivre [...] avec soin les résultats pratiques, nous qui sommes certainement dans la voie de l’erreur caractérisée ! ». La droite catholique et nationaliste attribue le chômage à la présence des étrangers : face au prétendu « refus des Français à travailler dans le bâtiment et les fromages45 », La Croix reprend le propos de Leon Bailby, selon qui il y aurait « 80.000 individus frappés d’expulsion et qui séjournent chez nous frauduleusement ». Le journal se félicite de la restriction annoncée des cartes de travail. Le préfet Golliard connaît très bien cette question de « la protection de la main-d’œuvre nationale » qu’il a rencontrée en Alsace (voir chapitre 2). D’ores et déjà, les troupes de la droite et de l’extrême droite affichent clairement leur vision du front qui est en train de se dessiner à gauche : il s’agit de s’opposer au front révolutionnaire, qui est un complot imaginé par des « Juifs cosmopolites ». Au moment des élections cantonales, La Croix46 écrit en effet :

Le « front-commun » a déjà commencé sa campagne. Elle est [...] insidieuse ou brutale. Du côté national s’en préoccupe-t-on ? A-ton conscience de l’effort fourni par les troupes révolutionnaires de MM Bayet, Bergery, Blum et Cachin ? ; [il s’agit donc de dévoiler la vraie nature de ce complot insidieux : ] Voter contre le Front commun, quels que soient les hommes dans lesquels il s’incarne, [...] contre le front commun imaginé organisé en France par le fils d’une espionne allemande, par des Juifs cosmopolites que renient les Juifs attachés à leur patrie d’adoption, par les esclaves de Moscou, enfin.

31L’année 1935 voit successivement se tenir plusieurs élections qui, du point de vue de la majorité radicale modérée, se passent bien. En premier lieu, en avril, à la suite de la mort du sénateur Pieyre, le parti radical a d’abord choisi Benoit-Barnet. Adolphe Pointaire n’est pas candidat, c’est Aimé Berthod qui affronte l’industriel E. Grandmottet, pour la droite. Les socialistes votent pour Berthod qui recueille la plupart des suffrages de Mermet, maire de Saint-Claude. Une autre étape est franchie avec les élections municipales : celle de Lons est typique des alliances avec la droite d’autres villes du Jura. Le maire Édouard Guénon est élu sur une liste de concentration républicaine, comprenant quatre adjoints radicaux : Charles Cencelme, 1er adjoint ; Émile Monot, 2e, et Henri Mareschal, 3e – ces trois personnages futurs protagonistes du bouleversement de la vie politique à Lons – plus un quatrième adjoint élu, Janet.

Golliard et le Front populaire

32Alfred Golliard n’était pas homme, dans l’exercice de ses fonctions, à laisser paraître des engagements partisans de telle ou telle nature : cela faisait partie de son éthique professionnelle. La reconstitution de sa vie professionnelle, politique et morale dans le département ne laisse pas de doute sur le fait qu’il y a pleinement servi la politique des gouvernements du Front populaire de 1936-1937, comme il a servi loyalement les suivants de la iiie République, jusqu’à son éviction par Vichy. Le Front populaire est l’occasion d’un profond changement de la société politique dans le Jura, bouleversement qui ouvre, comme partout en France, mais avec des traits particuliers dans ce département, une séquence d’événements qui entraînent vers la guerre. Les nouveaux rapports de force de la société locale – et, comme on le verra, le sort final d’Alfred Golliard en son sein – se nouent dès l’année 1935, puis se formalisent avec les résultats des élections de mai et juin 1936. Un conflit significatif est déclenché par le maire de Lons, Édouard Guénon, qui finit par démissionner en août 1936. S’il est important, ce conflit reste feutré, dans les coulisses : il est instructif d’en comprendre la portée dans un département qui, quant à la participation politique populaire, est finalement resté calme. Avec le recul du temps, le conflit se révéle crucial pour le préfet Golliard, mais ses traces, dans la société politique, s’estompent après l’épisode des réfugiés espagnols en 1937, puis en 1939.

La préparation du Front dans le département : mobilisation des droites

  • 47 AD 39 Mp 70/2, Courrier au ministère de l’intérieur du 28 juin 1935.
  • 48 AD 39, M 3955.
  • 49 AD 39, Mp70/2.
  • 50 Le 20 juillet 1935.
  • 51 Ibid.
  • 52 Ibid.

33La préparation du Front populaire trouve dans le département des échos dès le printemps 1935, dans la foulée des élections municipales. Déjà, à Dole, le dimanche 30 juin, le comité antifasciste de cette ville a convoqué une contre-manifestation pour s’opposer à une réunion royaliste où Charles Maurras devait parler. Le préfet veille et mobilise, via le sous-préfet de Dole, la garde mobile47. En prévision du 14 juillet, il a adressé, le 10, une circulaire à ses deux sous-préfets afin de leur transmettre le télégramme chiffré du ministre de l’Intérieur Paganon, qui énonce que « le Quatorze Juillet [doive] conserver son caractère de Fête Nationale [...] ne tolérer aucune manifestation, soit contre la République française, soit contre l’armée, soit contre les autorités légales » ; le ministre recommande « une intelligente action préventive, pas de brutalité provocante »48. Le préfet Golliard donne l’ordre de déconseiller le collage des affiches prévues pour la manifestation, mais qui sont arrivées en retard et de « lacérer, s’il est passé outre ». Une réunion a déjà eu lieu à Lons, le 1er juillet, en présence de Léon Mirman, de l’Action française, avec un banquet à l’hôtel de la Cloche, qui a donné lieu à une réunion de protestation syndicale49. Il appartient au préfet de surveiller étroitement, via son commissaire spécial, les activités politiques et d’intervenir pour en empêcher certaines. Le 14 juillet, dans chaque arrondissement se tiennent des réunions et manifestations « antifascistes », rapportées par le Jura socialiste50. À Lons-le-Saunier, écrit l’hebdomadaire socialiste, une « belle manifestation anti-fasciste du 14 juillet » rassemble deux mille personnes à l’invitation de la Ligue des droits de l’homme et du « Comité antifasciste », avec le concours des partis de gauche et de la municipalité : prennent la parole successivement Costilhes, secrétaire du Comité, Demaizière du parti socialiste, Masson du parti communiste et Charles Cencelme, sénateur radical et premier adjoint de la municipalité. Dans l’arrondissement de Poligny, la réunion est organisée à Salins-les-Bains, avec un banquet présidé par le député Léculier, aux côtés des socialistes et communistes ; les Croix-de-Feu avaient déchiré les affiches la veille, écrit Le Jura socialiste51. À Saint-Claude, le rassemblement n’est pas présidé par Arsène Gros, en déplacement, mais par le maire de la ville, Jules Mermet, et Louis Faton adjoint et membre du conseil général. André Barthélémy, que nous retrouverons, intervient pour le parti communiste ; le Jura socialiste note que « la calotte de Saint-Claude s’est rendue à l’église avec des insignes de camelots du Roy et des Jeunesses patriotes ». La fédération radicale est représentée au sein de la palette des organisations du Front populaire. L’hebdomadaire conclut : « St-Claude ouvrier, St-Claude républicain, est demeuré lui-même, prêt toujours à répondre présent pour la défense des bonnes causes »52.

  • 53 La thématique de l’utilisation publique du drapeau rouge cristallise fréquemment des conflits à l’é (...)
  • 54 La Croix du Jura, 14 juillet 1935.

34Ce n’est certes pas ce ton bonhomme qu’emploie La Croix du Jura, mais le ton agressif que ses colonnes utilisent fréquemment à l’époque. Le thème du drapeau rouge, central53, y revient constamment. Il est partout, menaçant, couleur de sang. Ainsi54 :

Certains nourrissent le dessein de « prendre » le 14 juillet […] et leur emblème, leur signe de ralliement est justement le drapeau amnistié mais non réhabilité jadis que l’on verra, paraît-il, dimanche, avec l’approbation des autorités, mêler sa teinte sanglante aux trois couleurs joyeusement mariées le jour de la Fête de la Fédération [le journal essaie d’annexer Lamartine contre le drapeau rouge qui n’a] fait que le tour du champ de Mars, traîné dans le sang du peuple.

35Alfred Golliard n’en a pas pensé moins, lui qui est un admirateur du poète, qu’il célèbre depuis sa jeunesse de lycéen (voir chapitre 1). On ne peut que constater que ce sale ton insinuant caractérise souvent la prose de La Croix du Jura, comme on peut le voir dans l’éditorial du numéro du 22 septembre (intitulé « Discours à faire »).

J’imagine que dans son petit coin de Berlin, le führer (sic) doit rigoler sous sa mèche, en voyant « le damné de la terre » Léon Blum demander à Madame la Société des Nations de mobiliser la terre entière contre ce méchant Mussolini qui prétend faire en Abyssinie ce que nos excellents amis les fils d’Albion ont fait tout au travers du monde [...] J’entends bien que, d’après ces messieurs de la Blumerie et de Cachinerie, il s’agit essentiellement d’arriver à mettre l’Europe en guerre, afin de permettre au communisme socialiste de s’installer, et d’installer ses bons patrons, dans les bonnes places.

  • 55 Le Dr Barthelet figure, aux Archives du Jura (331 W 141/6) dans une liste parmi celles adressées pa (...)

36Enregistrons aussi, dans cette période de préparation du Front populaire, l’attitude du maire de Montbarrey, le docteur Barthelet que nous rencontrerons plus loin comme l’un des adversaires de droite extrême du préfet55. C’est La Vie Doloise, son hebdomadaire de prédilection, qui rend compte le 20 juillet 1935 d’incidents qu’il a provoqués dans le village :

Le front, dit populaire, avait organisé à Montbarrey [...] une grande manifestation […] antifasciste. Ce fut, il n’est pas besoin de le dire, un fiasco complet. Le Docteur Barthelet […] tout en accordant aux organisateurs la salle de la mairie pour leur réunion, avait pris un arrêté interdisant toutes manifestations et cortèges sur le territoire de la commune. Les organisateurs firent leur réunion sur le perron de la maison Mandrux, qui donne sur la place [...] Il y avait là une quarantaine d’individus [...] A la fin de la réunion, l’Assemblée ayant entonné l’Internationale contrairement aux dispositions prises par le maire, celui-ci dressa procès-verbal [...] et fit dégager la place par la brigade de gendarmerie de Mont-sous-Vaudrey […] La population s’est montrée indignée des procédés employés par les organisateurs et de la tenue des suppôts dolois du Front commun.

37Au total, dans son rapport au ministre de l’intérieur, le préfet Golliard présente une vision apaisée de la situation du département : c’est un ton qu’on lui connait souvent dans ces années.

  • 56 AD 39, M3955, rapport du 15 juillet 1935.

J’ai l’honneur de vous faire connaître que la journée du 14 juillet s’est déroulée dans le plus grand calme, comme d’habitude, dans ce département d’esprit calme et pondéré. Toutefois, dans les localités les plus importantes, les rassemblements ont été, en général, plus imposants, avec tendance au front populaire56.

38La Croix, bien au contraire de l’apaisement, publie une véritable littérature de combat : tout est utilisable au moment où les élections se rapprochent pour fustiger la gauche. Elle écrit :

Le front révolutionnaire dit « populaire », c’est le cartel de tous les éléments anti-français dirigés par les communistes à la solde de Moscou avec le « Drapeau Rouge » pour emblème et « L’Internationale » pour chant le désordre social, la destruction de la famille et la socialisation des enfants à l’école, la lutte sanglante des classes, la suppression de toute propriété privée, petite ou grande, la suppression du petit commerce, [...] le désordre économique, les expropriations, les nationalisations sans indemnité, la spoliation des petits épargnants et la confiscation de leurs économies, l’augmentation effrénée des dépenses de l’État, la dévaluation du franc, l’abolition de l’héritage [...] le désordre politique, la dictature, la vacance de la légalité, la suppression de la liberté individuelle et des libertés démocratiques, le désordre dans la rue, les pillages, les émeutes la guerre, autrefois les communistes et les socialistes français étaient tous « à fond » contre la guerre. Ils ont bien changé. Le Front révolutionnaire a cherché à entraîner la France dans une guerre pour l’Éthiopie, par haine pour l’Italie. Maintenant il veut la pousser à se battre pour la Russie, par haine de l’Allemagne.

39Si la peur des « rouges » et du communisme, de la révolution espagnole, habite la droite jurassienne, cette droite n’est pas unie derrière des hommes politiques extrémistes comme le Dr Barthelet. Ainsi le député de droite A. Baud, à Dole, se révélera très différent, y compris dans son parcours pendant la guerre et après.

La défaite du Front populaire dans le Jura

  • 57 Rémi Gaudillier, AD 39, 1936, « L’originalité jurassienne ». Voir aussi le mémoire de D. Daeschler, (...)

40L’histoire des élections législatives du Front populaire dans le Jura a été contée en détail ailleurs57. Trois caractéristiques doivent être soulignées : la coalition nationale connaît une défaite dans le département ; ce résultat laisse apparaître le Jura comme minoritaire sur la carte électorale française ; la raison de cette défaite s’explique pour une large partie par la stratégie des radicaux, qui, dans leur majorité, sont hostiles au Front populaire. Tout se passe comme si s’opère à cette occasion une jonction entre ces radicaux hostiles et, au moins implicitement, une partie de la droite locale, ce qui va compliquer la vie du préfet Golliard. Pourtant, l’alliance électorale reste dominante entre radicaux et socialistes pour les élections sénatoriales. Mais d’abord, positionnons les nouveaux élus en les comparant aux précédents.

  • 58 AN, F1 b1, 1077.

41À Lons-le-Saunier : Louis Nachon, radical dissident, est élu contre Aimé Froissard, candidat présenté par le Front populaire et choisi par la Fédération radicale du département le 26 janvier 1936. À Dole : Maurice Bazin (URD, droite), vétérinaire, est élu contre le député sortant radical, Raoul Girard. À Poligny : André Baud, ingénieur et militaire en retraite, Union nationale républicaine, bat Henri Léculier, autre radical modéré. Le Front populaire, côté socialiste, est victorieux à Saint-Claude : Arsène Gros, SfiO, y est réélu sans difficulté. Le 25 juillet 1936, dans une lettre à Salengro, ministre de l’intérieur, à qui il écrit pour louer la solidité de la position du préfet Golliard face aux événements et proposer de le promouvoir sur place en deuxième classe58, Arsène Gros tire le bilan des législatives du point de vue socialiste :

Le département du Jura était de 1932 à 1936 représenté à la Chambre par trois radicaux-socialistes et un socialiste. Les trois radicaux ont été battus et sont remplacés par TROIS RÉACTIONNAIRES (sic). Au Sénat : Charles Dumont, président du Conseil général, Berthod, ancien ministre et Charles Cencelme.

  • 59 Le Jura socialiste, 9 mai 1936.

42Les réactionnaires, pour Gros, sont Baud, Bazin et Nachon ; et sa lettre laisse sous-entendre que les trois sénateurs ne valent pas beaucoup mieux à ses yeux. Le Jura socialiste écrit de son côté : « Le Jura fait tache, et une tache sombre, dans l’ensemble des résultats du pays. Il ne servirait à rien de le nier »59.

  • 60 Berstein, Histoire du parti radical…, op. cit., t. II. Ainsi, dans les Vosges voisines, une partie (...)
  • 61 AN, F1 b1 769, dossier personnel de sous-préfet.

43La situation du Jura n’est pourtant pas exceptionnelle en France, et en particulier dans l’Est, où des résultats comparables sont atteints, ainsi dans la Haute-Saône ou dans les Vosges ; plusieurs fédérations départementales sont gravement divisées (Isère, Yonne, etc.). Comme l’a montré Serge Berstein, Herriot est très réservé60 et, avec lui, tout une partie du parti radical qui ne veut pas coopérer avec les socialistes, et a fortiori avec les communistes. À Lons-le-Saunier, au cours de son congrès de janvier 1936, le parti radical a choisi Aimé Froissard comme candidat. Ce dernier, qui a été chef de bureau à la préfecture de Lons, était sous-préfet de Die depuis juillet 193261. Pour la période des élections, il se met en congé de son poste. C’est un ancien collaborateur de Berthod, notamment quand celui-ci était ministre des Pensions et, dès 1931, il a été recommandé par Dumont pour un poste de sous-préfet. Aimé Froissard apparaît confiant dans ses chances de succès. Il écrit le 11 mars : « J’ai commencé ma campagne, ça rend et ça doit payer » ; il déclare même n’être « nullement effrayé » de son concurrent Liochon, fonctionnaire à l’Assemblée nationale, présenté par la droite. Mais ce n’est pas de ce côté que viendra le péril. Froissard n’a pas compté avec la rébellion des radicaux “modérés” de Lons, qui utilisent de multiples stratégies pour parvenir à leur dessein : défaire le Front populaire. Cette action est conduite en sous-main, avec la complicité de la droite. Elle prend la forme d’une candidature dissidente de Louis Nachon, négociant en vin, frère de Charles Nachon, candidat malheureux de janvier à la candidature, élu éminent du conseil général. Les rebelles contestent la régularité de l’assemblée de janvier qui a choisi Froissard, mais c’est un argument de dernière minute. L’assemblée en question, en juillet 1936, les exclut d’ailleurs et affirme que sa décision était régulière. L’hebdomadaire Le Démocrate du Jura, le 9 mai, analyse les élections de façon embarrassée, en rejetant sur la droite la responsabilité, alors qu’il est évident que la candidature de Louis Nachon contrevient à la décision collective :

  • 62 Froissard a été ainsi dépeint par ses adversaires. Louis Nachon, pour Le Jura socialiste (9 mai 193 (...)

Froissard s’est heurté à de louches combinaisons […]. Une fois de plus, leur [de nos adversaires] conscience a fait bon marché des convictions catholiques de leurs fidèles électeurs en foulant aux pieds leurs plus fervents sentiments religieux et en bafouant leur foi avec un cynisme qui ne peut manquer de soulever leur dégoût. Combien, en effet, de vrais croyants, de sincères catholiques se seront affolés à l’idée qu’ils auront pu apporter leurs voix à un anticlérical notoire62. [...] La manœuvre a été mise à jour seulement vendredi soir à Lons-le-Saunier, et samedi dans les communes, par l’apposition d’une affiche de MM. Bariod, Faton, Monnier, conseillers généraux de Clairvaux, Orgelet et Sellières ; Girod et Leduc, conseillers d’arrondissement d’Arinthod et d’Orgelet ; André Coras, maire de Montain, qui fut candidat aux élections législatives de 1928 et enfin Charles Mercier, industriel à Lons-le-Saunier, recommandant à leurs troupes de voter en masse pour Louis Nachon. Cette manœuvre de dernière heure, produite avec intention à l’ultime minute ne devait pas permettre aux électeurs d’apercevoir assez tôt le piège. [...] De plus les républicains ne pouvaient ajouter foi aux bruits qui circulaient d’une entente tacite de Louis Nachon avec la droite. Personne n’osait penser que le fils de l’homme droit qu’on aimait et estimait pour sa franchise et son inattaquable sincérité et qui forçait le respect même de ses plus ardents adversaires, pût se prêter à une telle machination.

  • 63 Le Démocrate du Jura, 11 juillet 1936.
  • 64 À propos d’É. Guénon, le congrès déclara qu’on lui « laisse le soin de décider de ses actes » (il a (...)
  • 65 AD 39, Mp 449/4.
  • 66 Notons qu’Aimé Froissard figurera sur la liste du personnel préfectoral mort pour la France.
  • 67 AN, F1 b1 769.

44Il n’empêche que, lors de l’assemblée générale suivante du parti radical, les frères Nachon sont exclus du parti pour avoir « délibérément violé leurs engagements et provoqué la défaite du parti radical »63. On note l’absence à cette réunion d’Édouard Guénon, qui ne fut pas, pour sa part, exclu64. Les résultats en faveur de Nachon laissent peu de doute sur le fait que son adversaire de droite, Liochon, a appelé en sous-main à voter pour lui, faisant front contre le « dangereux » Froissard. Nachon a d’ailleurs revendiqué sa désobéissance à la règle fixée par le parti radical : dans sa proclamation de candidat il affirme que « le respect de toute discipline, même républicaine s’arrête chez moi aux limites de ma conscience d’homme », et cette conscience s’indigne parce que Froissard est le candidat d’une « coterie », des « profiteurs », et qu’il n’est même pas diplômé. Il est piquant de noter que Louis Nachon, dans sa proclamation, s’élève contre « la politique de la Banque de France, dont l’or est mal utilisé »65. En effet, le dossier personnel de sous-préfet d’Aimé Froissard66 contient une lettre de Guénon expliquant à ce dernier67 qu’il ne peut voter pour lui en raison des positions qu’il a prises sur la Banque de France. Comme le montre la mention faite par Nachon, cette mesure du programme du Front populaire est effectivement appréciée, et n’appartient nullement au candidat Froissard en particulier. Guénon écrit à Froissard à qui il donne du « Mon cher ami » : « Je serais plutôt dans une fausse situation en m’asseyant à vos côtés. En effet, je suis administrateur de la Banque de France et j’ai vu dans le compte rendu de vos réunions que vous attaquiez cet Établissement (sic) » ; après avoir fait l’éloge des qualités de la Banque de France, Guénon s’« élève contre cette campagne de dénigrement contre un Établissement qui rend de signalés services, entre autres assurant la fixité de la monnaie ». Il termine sa lettre en précisant qu’il est « front radical » et non pas « front populaire ». Guénon ne peut être plus clair. Cette donnée permet d’expliquer une énigme ou ce qui apparaît comme une décision inexplicable, à savoir sa démission de la fonction de maire de Lons à l’occasion des cérémonies du centenaire de Rouget de l’Isle, épisode sur lequel nous allons revenir.

  • 68 AN, F1 b1 776.
  • 69 Marcel Peyrouton est secrétaire d’État, puis ministre de l’Intérieur, du premier gouvernement de Vi (...)
  • 70 Ce point est repris dans l’introduction du chapitre 4, qui s’ouvre par l’éviction d’Alfred Golliard

45Auparavant, notons que, dans les autres arrondissements du département, les opérations électorales se passent différemment, mais les reports de “gauche” ne se font pas. À Dole, Girard aurait dû normalement être réélu, mais Maurice Bazin, activement soutenu par La Vie Doloise et l’extrême-droite, profite du maintien du candidat socialiste, et du règlement de compte au sein du Front populaire que Girard ne soutient que faiblement, ainsi que des dissensions à la suite de la mort du sénateur maire Marius Pieyre. À Poligny, le député Léculier aurait aussi dû logiquement être réélu. La caractérisation, par les socialistes, de Louis Nachon parmi les « réactionnaires », montre bien que la ligne de partage entre radicaux et droite n’est plus la même avant et après les élections de 1936. Tout se passe comme si l’accord privilégié était désormais recherché entre modérés et ceux qu’on appelait à l’époque « réactionnaires » contre les partisans du Front populaire, du moins tant que le gouvernement pourra être considéré effectivement comme de Front populaire. L’examen du conflit à propos des fêtes du centenaire de Rouget de l’Isle jette une lumière sur ce nouvel équilibre politique qui tient aussi à des questions de personnes. Il nous faut l’examiner car, d’une façon fortuite, cet épisode joue un rôle essentiel dans la justification de la destitution du préfet Golliard par le régime de Vichy, quatre ans plus tard. En effet, parmi les griefs invoqués contre lui au début septembre 194068, figure une note manuscrite (datée du 25 août 1940) sur laquelle sont inscrits conjointement les noms de Peyrouton et Demange69 ; elle comporte deux motifs ainsi que le mot « sanction » et les mots « loi du 17 juillet 1940 »70. L’un des motifs allégués sur cette pièce administrative manuscrite est le suivant :

Le Préfet du Jura, M. Golliard, au moment de 36, pour les fêtes du 14 juillet a fait défiler les communistes – drapeau rouge, ce qui a provoqué l’abstention des Anciens combattants et la démission du maire M. Guénon, nuance Charles Dumont.

  • 71 Il est possible que Laurent Monnier, vice-président du conseil général, soit à l’époque déjà lié av (...)

46D’autre part, une lettre du 16 septembre de Fernand-Laurent, à l’époque directeur du quotidien Le Jour-L’Écho de Paris71, est jointe, qui transmet au ministre de l’Intérieur, à Vichy, la lettre d’un délateur. Cette dernière émane du capitaine Robert Lallemand, aviateur en retraite, à l’époque maire de Santans, dans le nord du département. Le personnage, sous le Front populaire et jusqu’à la guerre, est l’un des porte-plumes de la droite dure jurassienne et, en tant que tel, il écrit constamment dans La Vie Doloise et dans La Croix du Jura. Dans sa dénonciation du 20 août 1940, intitulée « Note concernant le Préfet du Jura », Lallemand écrit (les fantaisies orthographiques sont dans l’original tapé à la machine) :

Ce haut fonctionnaire, front populaire, autant que l’on pouvait l’être, avait entre autre, cassé un arrêté du Maire, Patriote, de LONS-LE-SAUNIER, Monsieur GUENON, qui donna immédiatement sa démission. Ce digne Maire en effet avait pris un arrêté qui interdisait tout drapeau dans la manifestation du 14 juillet 1936, autre que le drapeau tricolore. Le préfet du Jura cassa l’arrêté et autorisa le drapeau rouge, derrière lequel, au premier rang, défilèrent nombre de fonctionnaires de la Préfecture, de Professeurs, d’Instituteurs en activité, et en particulier pour ne citer qu’un nom au hasard, Monsieur CRETIN, l’actuel Ingénieur des Ponts et Chaussées, à LONS-LE-SAUNIER.

  • 72 L’interlocuteur en question est d’ailleurs parfaitement identifiable : il s’agit de Laurent Monnier (...)
  • 73 C’est lors de sa démission de maire que le conseil municipal, alors présidé par Charles Cencelme, a (...)

47Il ne fait aucun doute que l’allégation de ces prétendus « faits » a été utilisée pour sanctionner, dès le 17 septembre 1940, le préfet Golliard, mais la lettre de Lallemand est arrivée trop tard au ministère. L’examen des archives montre que les faits allégués par Lallemand et par l’interlocuteur72 de MM. Peyrouton et Demange sont controuvés. Il faut en chercher l’explication dans l’attitude du maire Édouard Guénon, dont le nom fut, dans l’opération, attribué à l’établissement thermal de Lons-le-Saunier73.

Le centenaire de Rouget de l’Isle et le conflit orchestré par Édouard Guénon

  • 74 AD 39, M3955. Télégramme du 15 juillet 1936.

48Que des drapeaux rouges aient été arborés dans les rues de Lons le 14 juillet 1936 ne fait aucun doute. Le préfet Golliard l’a d’ailleurs annoncé par télégramme au ministre de l’Intérieur74 :

Le défilé du rassemblement populaire qui comprenait 2.500 à 3.000 personnes a traversé la ville et s’est groupé sur la place de la Chevalerie où il a été donné lecture du « message du rassemblement populaire » par M. Rigoulet, conseiller municipal de Lons-le-Saunier. Le cortège s’est ensuite rendu à la Bourse du Travail où a été déposé le drapeau syndical qui avait figuré dans le cortège, encadré de deux drapeaux tricolores. La dislocation a eu lieu à 11.25, sans le moindre incident.

  • 75 Ibid. Circulaire du 10 juillet 1936.

49Encore le drapeau, en effet ! Le ministre de l’Intérieur, Roger Salengro, avait, il est vrai, encadré à l’avance l’utilisation publique de l’emblème dans les défilés, utilisation que la droite détestait tant, et qu’une partie notable du Front populaire affectionnait, au grand dam des conservateurs jurassiens. Salengro écrivait75 :

La Fête Nationale du 14 juillet doit être célébrée suivant le mode traditionnel, et […] il importe que par l’éclat dont elle sera entourée, grâce au concours des populations et des municipalités, cette commémoration soit digne des grands souvenirs historiques que la République a entendu perpétuer par elle. […] En cette heure plus que jamais, il importe de veiller à ce qu’elle conserve son caractère de fête populaire, rappelant le glorieux anniversaire des événements les plus décisifs dans l’histoire du progrès social et de la libération des peuples. Il convient d’autoriser les manifestations et cortèges conçus dans cet esprit en accord avec les autorités responsables de l’ordre public […] J’ajoute qu’en dehors du drapeau national, seuls doivent être admis dans les cortèges les drapeaux à caractère d’emblèmes des groupements qui prennent part au défilé. Je n’ai pas besoin enfin de signaler qu’aucune participation des ligues dissoutes, sous quelque forme que ce soit, ne devra être tolérée.

50L’attitude du préfet Golliard était ainsi clairement prescrite, pour le 14 juillet. Toutefois, il n’est pas question pour l’instant de la fête nationale, mais du centenaire de Rouget de l’Isle à Lons. Le conflit que le maire Guénon a orchestré et qui l’a amené à la démission s’est situé lors de cette fête de deux jours, organisée par la municipalité de la ville, les 27 et 28 juin. Avant d’en préciser les étapes, soulignons que ce conflit ne fut pas ouvert, qu’il se déroula en grande partie dans les coulisses. Les conséquences de l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement sont symboliquement très importantes, mais, dans le Jura, indépendamment même du résultat des élections qu’on vient d’examiner, il n’est pas question d’événement publics brutaux. Les grèves restent modérées et les occupations d’usines sont plutôt observées de loin. Le préfet peut rester serein dans les rapports qu’il écrit à l’époque. Pourtant, notamment avec Charles Dumont, les occasions sont nombreuses et répétées de l’expression d’oppositions à la politique du Front populaire. Alfred Golliard a vécu particulièrement douloureusement ce qui fut, en plus, une cabale locale, typique des petites manœuvres de province qu’il connaissait bien : il savait que cette servitude faisait partie du métier de préfet, qu’il admirait.

Le contexte politique

51Ce conflit couvert illustre la résistance des radicaux de Lons au Front populaire et leur communion de fait avec la droite locale. Un élément, qui en témoigne par contraste, est le calme relatif qui caractérise l’évolution politique et sociale du département. Le centenaire de Rouget de L’Isle se révèle l’occasion d’une série de règlements de compte avec le préfet Golliard. La droite entend bien marquer le territoire récemment conquis. C’est le sens de la maladroite intervention du député Bazin, nouvellement élu à Dole, lors de la cérémonie du concours agricole, qui fait partie des « 5 journées jurassiennes », organisées dans les premiers jours de juin, sous l’égide de la société politique locale et de son comité d’honneur qui comprend le préfet et tous les élus. Le Démocrate du Jura rend compte de cet « intermède », qu’il qualifie

  • 76 Le Démocrate du Jura, 6 juin 1936. Le quotidien Le Nouvelliste, anti-Front populaire, fait une rela (...)

d’assez intempestif et un tantinet ridicule – sont-ce les effets des vins capiteux dégustés au cours du repas ? [il] vint troubler l’atmosphère de cette fête agricole pacifique ; le nouveau député de Dole, M. Bazin, URD, tint à se signaler à l’attention des masses. Après avoir exalté les agriculteurs, il évoqua la première séance de la Chambre et trouva dans ce premier contact la preuve que les ouvriers seuls seraient l’objet des faveurs gouvernementales et que les agriculteurs seraient toujours des “poires” et il se livra à de virulentes diatribes contre le nouveau ministère et son chef, à tel point que M. le Préfet dût rappeler à l’ordre l’orateur et lui retirer la parole non sans lui faire comprendre “qu’il ne se trouvait pas en réunion électorale”, aux applaudissements unanimes des assistants. L’incident clos, M. le Préfet, prononça encore quelques paroles félicitant les organisateurs76.

  • 77 Numéro intitulé « Parisalem », publié en supplément du numéro du 31 janvier 1937.
  • 78 Polémiste antisémite qui écrivait notamment dans Gringoire.

52Un autre élu de droite, de style bien différent, André Baud, donne le ton dans les éditoriaux du journal La Vie Doloise. La façon dont la droite plus dure est électrisée par les événements nationaux se ressent surtout dans l’évolution des contenus de la prose de La Croix du Jura, dès 1935 et encore plus à partir de l’été 1936. L’hostilité est distillée, jour après jour, dès les premières mesures prises par le gouvernement Blum, sur les thèmes identifiés précédemment. Cette hostilité haineuse va crescendo, comme en témoigne un supplément spécial publié en janvier 1937 par ce quotidien77. Il vaut la peine d’être cité pour illustrer l’atmosphère qui s’est établie à Lons depuis l’arrivée au pouvoir du Front populaire. Avec les précautions contournées d’un long préambule, le rédacteur habituel, L. Reverchon, commente des écrits d’Henri Béraud78. Reverchon écrit par antiphrase :

Henri Béraud n’est pas un antisémite. C’est un polémiste qui n’a pas froid aux yeux et dit ce qu’il pense de façon énergique, toujours, et souvent, par-dessus le marché, savoureuse. Dans un de ses récents articles, il nous a donné une statistique curieuse. [Le journaliste fait suivre cette entrée en matière de la liste des (présumés) israélites qui sont membres du gouvernement de Front populaire, avec ce commentaire : ] C’est une véritable invasion ! Mais une invasion singulière. Car il n’y a pas 2 pour 100 de juifs en France ! soit à peu près 800.000 sur 40 millions d’habitants ! Ça vous donne, n’est-ce pas, une drôle d’idée de ce qu’est dans la réalité le “gouvernement des masses” ! [Reverchon reprend à son compte les propos de Béraud : ] En vérité, on vous le dit, l’an prochain, à Parisalem, les élèves des grandes écoles pourront se préparer au commerce des “ceintures” ! Un frais contingent de diplômés chômeurs ira rajeunir les sombres cohortes des asiles de nuit. Maints commis, blanchis sous le harnais, se feront un plaisir de céder leur place aux vrais élus du Front Populaire. Et tous se consoleront en lisant, aux lueurs du chandelier à sept branches, la liste officielle et complète des gagnants de la Loterie du 6 mai ! [Il conclut, benoîtement : ] Paname, en remplaçant Jérusalem, ne pourrait s’appeler autrement que Parisalem ! Heureusement, il y a toujours un petit bout de chemin de la coupe aux lèvres ! Et sur le chemin de Parisalem, il y a encore des Français !

53Cette littérature, qui n’est pas marginale, dessine une ambiance délétère, alimentée de polémiques incessantes, mais au-delà de cette droite dure qui hait le Front populaire et s’acharne contre « les Juifs », la polémique est plus sourde et concerne les mesures prises par le nouveau gouvernement, dont la plus emblématique est la réduction du temps de travail, la semaine de 40 heures. Ici, les radicaux majoritaires sont d’accord avec la droite toute entière.

54Nous avons déjà rencontré la « pensée Dumont », l’orthodoxe sénateur. Sur le fond, il est entièrement opposé à la loi sur la réduction du temps de travail. C’est pour lui une aberration. Il attendra mai 1938 pour donner une analyse complète de sa doctrine sur la question, au conseil général ; en un mot, la dégradation de la valeur du franc, cœur de l’ensemble, est due à

  • 79 Compte rendu des délibérations du Conseil général du Jura, séance du 5 mai 1938, p. 60, Gallica, BN (...)

la diminution du rendement du travail français et la hausse des prix [...] dus aux relèvements indispensables dès le printemps 1936 des salaires, aux congés payés, mais surtout, hélas ! – à la loi de quarante heures79.

  • 80 La Croix du Jura, 5 juillet 1936.
  • 81 Le Démocrate du Jura (27 juin 1936) publie à la une les débats parlementaires à ce propos, accompag (...)
  • 82 Pour le détail de cet épisode, on se reportera au compte rendu des délibérations, commenté dans « A (...)
  • 83 Le 11 juillet 1936.
  • 84 Dans ce public, un auditeur spécial est probablement son fils Claude, qui, à 16 ans, ne cache pas d (...)

55Lors du centenaire de Rouget de l’Isle (fig. 21), Dumont, après son éloge de la Marseillaise, le dimanche 28 juin au matin, n’a pas été aussi direct, mais il a fustigé « les grèves désastreuses » et affirmé que le désordre de la rue n’a engendré aucun progrès social80. Avec plus ou moins de précautions, c’est le message qu’il martèle par ailleurs au Sénat, en visant tout particulièrement l’application des quarante heures dans les établissements hospitaliers81. En effet, l’un des points de fixation conflictuels dans le Jura est l’asile de Saint-Ylie, dont l’administration dépend du conseil général, comme l’illustrent ses débats de 1936 à 1938. Le préfet Alfred Golliard sera obligé de poser la question préalable au nom du gouvernement, en mai 1937, et de quitter la salle du conseil alors que Dumont fait voter une protestation contre la politique gouvernementale82. Pour Dumont le vieux paternaliste, les ouvriers font une « erreur sentimentale », car ils ont cru que « la réduction des heures de travail amènerait la réduction du chômage ». Lors des votes à l’Assemblée nationale, seul Arsène Gros a vraiment soutenu le gouvernement sur le sujet. Si La Croix du Jura s’agite en juin à propos des grèves et, notamment, des occupations d’usines, le parti radical modéré n’est pas loin de cette appréciation, comme le montrent les commentaires désabusés d’Aimé Berthod dans son éditorial du Démocrate du Jura, « Lutte de classes ou démocratie sociale »83, déplorant le « spectacle de la rue qui provoque des inquiétudes », les « automobiles qui circulaient à Paris avec des fanions rouges, portant des ordres, sous le regard paterne des agents ». Il s’interroge : « Que signifiaient, sur les chantiers silencieux, au sommet des échafaudages du Trocadéro, par exemple, sous les yeux stupéfaits des visiteurs étrangers, ces drapeaux rouges, avec ou sans faucille et marteau ? » Pour Berthod, en effet, « le RP (rassemblement populaire) se fonde sur l’entente étroite et cordiale des classes ouvrières et des classes moyennes et la paysannerie. » On a abouti à un « énorme progrès dans notre législation », mais il est naturel qu’il y ait des « jalousies dans les populations rurales » et « la classe ouvrière va être amenée à donner toute la mesure de sa sagesse ». La question est en effet : « guerre de classes ou démocratie sociale : la solution est entre ses mains ». Tout ce contentieux et ces inquiétudes de classe imprègnent la cérémonie du centenaire. Ce n’est pas formalité simplement pour Alfred Golliard de regretter l’absence de représentant du gouvernement, quand il commence son discours en insistant sur cette absence, qui est le résultat d’un concours de circonstances. Il se sent bien seul en effet devant l’histoire locale. C’est un moment d’une exceptionnelle responsabilité qu’il doit prendre, en tant que préfet, sur ses seules épaules, devant le public lédonien nombreux84. Il s’écrie :

  • 85 Discours tapuscrit, Archives familiales.

[E]t voilà, Mesdames et Messieurs, les raisons qui me valent l’immense honneur que je n’ai point voulu, ni cherché, de présider cette cérémonie et de prendre la parole au nom du Gouvernement pour magnifier l’Hymne National de la République Française, cette « Marseillaise » qui, il y a 144 ans, montant du plus profond des cœurs de tout un peuple, dressé pour la défense de la jeune Liberté, jaillissait en strophes immortelles des lèvres de Rouget de l’Isle85.

fig. 21 - Le personnel politique du Jura en 1936 : sénateurs et députés. (1er rang) de gauche à droite, Henri Léculier, Alfred Golliard, Charles Dumont, Aimé Berthod ; (2e rang) Maurice Bazin et Charles Nachon, députés. AF (autorisation JCB)

fig. 21 - Le personnel politique du Jura en 1936 : sénateurs et députés. (1er rang) de gauche à droite, Henri Léculier, Alfred Golliard, Charles Dumont, Aimé Berthod ; (2e rang) Maurice Bazin et Charles Nachon, députés. AF (autorisation JCB)
  • 86 Ce fut l’un de ses thèmes favoris de discours, par exemple, à la fin des années 1920, dans les Vosg (...)
  • 87 Le Démocrate du Jura, 4 juillet 1936.

56Le discours du préfet du 28 juin est un rappel fervent des circonstances historiques de l’adoption de la Marseillaise, exaltant toutes les valeurs de la République auxquelles il est entièrement dévoué86. D’esprit radical, formé dans sa jeunesse comme on l’a vu par le jeune professeur Édouard Herriot à Lyon, admirateur de Lamartine et de la Révolution française, Alfred Golliard donne ici sa mesure dans un discours qu’il a composé avec soin. Il a écrit sur le document tapé à la machine la date à la main. On pourrait, à propos de ce discours comme d’autres évoqués dans ce livre, s’interroger sur un sujet essentiel posé par la vie politique d’Alfred Golliard, un sujet que la sociologie et l’histoire ont énormément de difficulté à penser, à savoir la nature des convictions personnelles des acteurs politiques. La thèse générale des sciences sociales tient que ces acteurs font tout simplement leur métier et utilisent des codes, des « discours » au sens anglais de « narratives » de valeur tout à fait relative, sans ancrage dans le contenu, dans la substance de croyances. La familiarité avec le parcours d’Alfred Golliard permet cependant de prétendre – malgré toute la critique rétrospective accumulée à propos de la iiie République et sa faillite – qu’il croyait aux valeurs de ce régime politique. Mutatis mutandis, cette réflexion amène à comparer ces convictions avec celles de son professeur Édouard Herriot, ce que nous ne ferons pas. La cérémonie du 28 juin 1936 est ouverte par le maire Guénon, qui lit le message de Herriot, empêché87 :

J’éprouve un douloureux regret de ne pouvoir assister, dimanche, aux fêtes républicaines que la ville de Lons-le-Saunier organise. J’aurais aimé, dit-il, parcourir à nouveau votre cité. C’est là, près de la fontaine du Cygne, que le jeune Rouget de l’Isle fut pris d’une irrésistible admiration pour une troupe de musiciens ambulants. Avec eux il partit [...] Et voici que je pense à un autre poète de la liberté, un autre entraîneur des âmes [...] l’orateur de ce banquet de juillet où retentit une Marseillaise en prose, Alphonse de Lamartine. Déçu et solitaire, il regagne sa maison de Montceau-les-Mâconnais. Lui aussi descendra des hauteurs du ciel pour courber sa taille sur les pampres et sur les grappes. Et quelle analogie entre les deux vieillards qui, au terme de leur vie, réfugiés dans un pavillon de la banlieue parisienne, luttent contre le sort, subissent la cruauté des prêteurs et assurent leur pain.

  • 88 « La loi de 40 h avait, et elle a encore à mes yeux cette importance toute puissante qu’elle représ (...)

57Le message d’Herriot une fois acclamé, Guénon axe son discours sur la défense de la patrie, la liberté contre la tyrannie de l’envahisseur et magnifie « le peuple se levant pour défendre son foyer menacé », l’« amour sacré de la Patrie » et la « Grande guerre », sous l’égide de « notre drapeau national, lui aussi fils de la Révolution ». Les drapeaux, le tricolore et le rouge, jouent, décidément, un rôle essentiel. S’il n’y a pas de singularité radicale dans le propos du préfet qui parle après le maire – un autre que lui aurait pu retracer les étapes originelles de l’hymne national – ce n’est pas cependant un hasard s’il conclut son discours par l’exaltation des « aspirations de tout le peuple de France vers des institutions de progrès et de liberté, assurant à chacun une meilleure justice sociale ». Par une partie du public, ces deux derniers mots sont considérés comme révolutionnaires et inacceptables (voir La Croix du Jura), mais il ne peut les avoir choisis au hasard. Bien loin de faire de Golliard le suppôt du communisme et de la révolution que dépeignent, on va le voir, les journaux de la droite dure, ces mots représentent, pour lui, le simple exposé de l’objectif du gouvernement : « justice sociale », ce thème que Léon Blum reprendra avec tant de chaleur lors de la défense qu’il présente au procès de Riom, quelques années plus tard, écrasant de sa noblesse humaniste ses misérables accusateurs88.

  • 89 Voir « Alfred Golliard, préfet résistant », op. cit., p. 239-243.
  • 90 AD 39, Mp330. Rapport du 22 février 1937. Voir aussi A. Gay et Theurot, Histoire de Dole, Toulouse, (...)
  • 91 La thèse de La Vie Doloise, comme celle du gouvernement, fut que la grève a été un échec total (AD  (...)
  • 92 « Alfred Golliard, préfet résistant », op. cit., ibid.
  • 93 AN, F7 13034. Voir aussi AD 39, Mp 330. Rapport du 27 février 1937.
  • 94 Cet industriel sera plusieurs fois candidat sénateur pour la droite.
  • 95 Ibid., 25 septembre 1935.
  • 96 Ibid, 24 novembre 1936.

58« Justice sociale », pour autant, ne veut pas dire qu’il y aurait une agitation dans le département du Jura, où les menées sociales ne sont pas révolutionnaires. En effet, que se passe-t-il du point de vue des grèves ? Leur bilan dans le département pour les années 1936 à 1938 est établi, pour le préfet et le conseil général, par les services de l’inspection divisionnaire du Travail de Dijon89. En 1936, il n’y a eu que quelques conflits facilement résolus, surtout entre juin et octobre : ce sont des actions de courte durée (moins d’une semaine), terminées à l’amiable, et la préfecture y a joué un rôle d’intermédiaire dans de nombreux cas, ainsi que les sous-préfets. En 1937, il faut citer cinq conflits importants : la fonderie Bremond à Dole (30 ouvriers en grève du 19 mai au 1er juin) ; l’ébénisterie pour horlogerie Carrez à Champagnole (50 grévistes pendant trois jours fin mai) ; les chemins de fer vicinaux à Lons-le-Saunier (15 grévistes, deux jours en juin) ; l’entreprise de construction Burdillat à Poligny (40 grévistes, trois jours début décembre). Ce dernier conflit a été soumis à la commission départementale de conciliation. Les autres ont vu la reprise du travail avec tout le personnel, aux conditions antérieures de salaire. Enfin, dans le conflit du bâtiment de l’arrondissement de Dole du 14 au 19 juin, un accord avec augmentation provisoire des salaires de 10 % a été conclu. Jacques Duclos était venu à Dole soutenir les ouvriers le 20 février 1937, ce qui a amené le préfet Golliard à faire un rapport spécial sur son passage90. En 1938 encore, l’inspecteur divisionnaire note quatre conflits importants, en dehors évidemment de la grève générale du 30 novembre 1938, lancée par la CGT contre les mesures prises par le gouvernement Daladier. Ce dernier mouvement a été relativement bien suivi91 (près d’un quart des entreprises de plus de dix salariés, et quelques établissements licencièrent du personnel). L’inspecteur note toutefois, dans son rapport au préfet, que 90 % des ouvriers licenciés avaient été réintégrés en 193992. Le préfet Golliard peut donc envoyer aux ministères de l’Intérieur et du Travail en 1936 et 1937 des rapports sereins, qui sont en continuité avec ceux établis en 1935. Prenons le rapport mensuel du 23 juin 193693 : il montre un ton confiant sur les conflits sociaux et l’absence de problèmes économiques, notant la tenue de réunions de revendication des 12 et 14 juin, à Lons et à Damparis. À ce calme social, le préfet ajoute l’approbation, par la population, de la dissolution des ligues. Il signale au demeurant que la seule ligue qui ait un effectif notable dans le département est celle des « Croix de Feu », dont une manifestation est autorisée par M. Grandmottet94, maire de Moirans, qui donne lieu à une contre-manifestation « qui menaçait de prendre de l’ampleur » ce qui a fait s’esquiver les participants. Ce rapport n’est pas en décalage avec les précédents, envoyés de septembre à décembre 1935 : en septembre, le préfet minorait les réalisations du « front commun95 » et notait la faible participation des éléments radicaux aux diverses réunions. Il parlait aussi des regroupements des anciens combattants, « sans agitation sérieuse » ; la population voyant avec « sympathie » les efforts du gouvernement contre la vie chère ; « du côté du front commun, on paraît rechercher plutôt les petites réunions locales, d’organisation ». Le préfet note la réunion à Dole des antifascistes où Raoul Girard, invité, n’est pas venu ; en revanche, à Saint-Claude, se tient une réunion sous la direction du maire de la ville, Jules Mermet, avec les syndicats, qui critiquent les « décrets-lois » du gouvernement Laval. Ce calme social n’empêche pas les progrès du Front populaire, en particulier chez les salariés (processus de fusion syndicale CGT/CGTU, notamment dans l’enseignement). Les fonctionnaires sont actifs, comme en témoigne la constante présence dans les manifestations publiques de M. Costilhes, professeur au lycée de Lons. En novembre 193696, le préfet garde le même ton serein pour rendre compte des évolutions ; alors qu’il évoque l’hommage de la gauche à la mort de Roger Salengro, il écrit que « le plus grand calme dans un grand nombre d’entreprises » accompagne l’élaboration des contrats collectifs. Ainsi, tout indique un décalage entre ce calme social relatif et la rébellion des élites radicales modérées, soutenues par la droite. L’enquête précise sur le conflit du centenaire permet de l’illustrer.

Pourquoi et par qui le conflit est ourdi

  • 97 AD 39, 145J 9 (Rouget de l’Isle).
  • 98 Charles Dumont présidait le comité de patronage, aux côtés du préfet.
  • 99 Les pièces qui fondent la présente relation ont été consultées aux Archives municipales de Lons-le- (...)

59Y a-t-il eu à Lons un conflit parce que le préfet Golliard a adopté une attitude sectaire, favorisant les « rouges » et méprisant les Anciens Combattants, comme le laissent entendre Laurent Monnier et son comparse Robert Lallemand, exagérant les propos d’Henri Mareschal et d’Édouard Guénon ? Rien ne saurait être plus faux. Pour le comprendre, et en même temps les minuscules stratégies qui sont tissées à Lons, il est commode de partir en premier lieu de l’appréciation rétrospective, à chaud, qu’en fait Émile Monot, dans sa lettre du 28 juillet, à un correspondant que nous n’avons pas identifié97. Ces stratégies, qui apparaissent si dérisoires avec la distance, sont essentielles pour les conséquences qu’elles ont sur les acteurs, avec le préfet et le maire aux avant-postes. Monot, adjoint au maire Guénon, était membre du comité d’organisation des fêtes du Centenaire (présidé par Henri Mareschal, par ailleurs président des Anciens combattants)98. Ce comité s’est réuni à partir de mars 193699 et Monot en a décliné la présidence, invoquant son âge. Professeur en retraite, auteur de plusieurs ouvrages, il a été chargé de prononcer le discours initial de la journée du 28 juin, à la maison de Rouget de l’Isle, dans le centre de la ville ancienne. Désignant trois acteurs, le préfet, le maire et les Anciens combattants, Monot écrit :

Cette fête qui devait unir tous les cœurs a enfanté la désunion et le hérissement. Le préfet a suivi trop à la lettre les tendances du gouvernement. Le maire a été blessé. Les Anciens combattants ont fait sécession. [Il poursuit : ] Le drapeau rouge a stationné devant la maison natale de Rouget de l’Isle et je l’avais au-dessous de moi pendant que je parlais de mon balcon ! Au moins nous a-t-on épargné l’horreur de l’Internationale [souligné dans le texte]. Mais voilà une crise municipale. Le maire ne veut absolument pas revenir sur sa décision.

  • 100 Lettre manuscrite du 27 juin 1936.

60Monot dit en outre redouter, toujours pour des raisons d’âge, d’être nommé premier adjoint, par l’application de la loi de 1884, quand on élira bientôt Charles Cencelme, ce qu’il prévoit. La particularité de la décision du maire est ainsi confirmée par l’un de ses très proches, qui est aussi dans le camp qu’indignent l’Internationale et le drapeau rouge : Guénon aurait pu revenir sur sa décision. Or, il ne l’a pas fait, et nous pensons que c’est parce qu’il a cherché à faire renoncer les communistes et les syndicalistes à arborer le drapeau rouge, et qu’il a échoué. Constatant qu’il n’avait pas réussi à imposer ses vues, au dernier moment, le samedi 27 juin, il écrit une lettre100 à M. Guichard, « président du groupe communiste, en ville ». Dans celle-ci, il argumente :

  • 101 L’euphémisme vaut pour le drapeau rouge, comme dans la circulaire du ministre de l’Intérieur.

De nombreuses personnes m’ayant exprimé leurs doléances au sujet de la présence du drapeau syndical101 dans le cortège, j’ai l’honneur de vous prier, dans un but d’apaisement et de concorde, de bien vouloir retirer cet emblème. Le public n’en voit que la couleur rouge et de ce fait, de nombreuses personnes s’abstiendront.

  • 102 Voir plus haut la citation de la circulaire ; c’est cette stricte application que fait le préfet Go (...)
  • 103 AN, F/7/13034, Rapport au ministère de l’Intérieur, 23 juin 1936.
  • 104 AN, 323AP/23, Archives Billecard. Lettre du maire au préfet.

61Contrairement aux allégations de Robert Lallemand qui le raconte à Vichy quatre ans plus tard, le maire n’a donc pas pris d’arrêté. D’ailleurs, ses pouvoirs ne lui auraient pas permis, la municipalité étant l’organisatrice de la fête. Mais, comme l’écrit Guénon lui-même, le drapeau en question était un drapeau syndical, et la présence, dans les défilés, en était expressément prévue à ce titre par le ministère de l’Intérieur. C’est pourquoi le maire tente le retrait volontaire du drapeau : il sait qu’une décision d’interdiction qu’il prendrait risquerait d’être contestée devant l’autorité préfectorale. Or, il ne fait pas de doute que le préfet Golliard appliquerait la doctrine du ministre de l’intérieur en matière de drapeau rouge102 : il emploie ce vocabulaire de « drapeau syndical » dans ses rapports en juin103. Ce conflit incarné par l’opposition « drapeau rouge-drapeau tricolore » n’est pas sans équivalent en France au moment du Front populaire. Une affaire comparable, située dans un tout autre contexte, aboutit ainsi à la démission du maire de Cléry (Loiret), qui, pour sa part, a pris vraiment un arrêté d’interdiction du drapeau rouge. Son préfet, Robert Billecard, ayant refusé d’accepter cet arrêté (comme l’aurait fait Alfred Golliard si le maire de Lons en avait pris un), le 14 juillet 1936, le maire, Pierre de Tristan, présenta sa démission104.

  • 105 Archives municipales de Lons, Dossiers Rouget de l’Isle. Lettre au maire du 31 mars 1936.
  • 106 Il deviendra maire de Lons à la mort de Cencelme, en 1937, et le restera sous l’Occupation, nommé e (...)
  • 107 Archives municipales de Lons, Dossiers Rouget de l’Isle.

62Une autre dimension doit alors être prise en considération. Quand la manifestation a été programmée, en mars, la municipalité a d’abord pensé qu’elle pourrait la combiner avec les journées jurassiennes, qui se tenaient du 3 au 7 juin. On a aussi envisagé la date du 5 juillet. Il faut dire que les diverses personnalités que Lons envisageait d’inviter étaient très occupées. Charles Dumont a d’abord imaginé qu’on pourrait inviter le président de la République, Albert Lebrun, car il s’emballait à l’idée que Lons accueillerait la musique de la Garde républicaine105. Il a fallu ensuite se contenter de l’Harmonie des Automobiles Peugeot. Les organisateurs ont ensuite voulu inviter le ministre des PTT : à l’époque, c’était Georges Mandel, qui accepta, et Dumont se réjouissait par avance en lui écrivant qu’en tant qu’ancien collaborateur de Clemenceau, le ministre honorerait la fête d’un timbre-poste spécial. Comme les élections n’étaient pas encore faites, cependant, le choix des invités s’est tourné vers les deux présidents des assemblées, Jules Jeanneney et Édouard Herriot. Dumont, consulté en premier par Guénon, Mareschal et Cencelme, penchait pour le second : « Il remplacera la Garde Républicaine. Et il nous fera un discours plein de force, de présence et de rythmes et de vues politiques ». Il est donc décidé d’opter pour Herriot, qui, malheureusement, n’est pas libre à la date alors retenue, le 5 juillet. On opte alors pour le dimanche 28 juin car le président de l’Assemblée nationale était disponible. Le 8 juin, le principe des discours de Dumont et du préfet, mais surtout d’Herriot, est retenu. Le préfet lui-même n’est finalement averti de la date que le 9 juin par le maire Guénon, qui lui écrit « le programme vous sera adressé dès qu’il sera établi ». À ce stade, donc, la municipalité, dans l’urgence et un peu bousculée, est clairement en charge de l’organisation de la cérémonie. H. Mareschal, pour les Anciens combattants, réserve auprès du directeur des PTT la radiodiffusion des discours. Collaborateur étroit de Guénon, président du comité d’organisation et président de la Fédération des mutilés et Anciens combattants du Jura, Mareschal106 s’est ouvert fin mai à Dumont du fait qu’il entendait faire coïncider la réunion de son congrès avec le Centenaire, option que le sénateur a vraisemblablement approuvée. Mais, compte tenu de l’incertitude des dates et de la disponibilité des invités, ce n’est finalement que le 13 juin 1936, soit deux semaines seulement avant la tenue de la réunion du 28, que Mareschal annonce par circulaire la date du congrès à ses troupes. Dans cette circulaire107 sont prévues la séance de travail le samedi 27 en soirée et une assemblée plénière le dimanche 28 juin à 9 heures du matin, sous la présidence d’Herriot. Vraisemblablement vers le 20 juin on apprend que ce dernier est malade. Le maire saisit alors le préfet, le 24 juin, pour lui demander de saisir à son tour le président du Conseil, afin que le gouvernement envoie un représentant pour présider la cérémonie, qui, dès lors, ne peut plus relever seulement de l’organisation par la municipalité. Ainsi, le préfet Golliard se retrouve, au dernier moment, chargé de cette représentation, pour autant qu’il n’ait pas reçu de réponse positive du gouvernement. À cette époque, le gouvernement a vraisemblablement d’autres chats à fouetter. Cette urgence, ces préparatifs tardifs et la maladie d’Herriot, confirmée le 24, à trois jours des cérémonies, font comprendre que, finalement, aucun ministre ne sera disponible et que le préfet devra seul assumer la fonction officielle au nom du gouvernement de Léon Blum.

  • 108 Cette organisation était signalée par le préfet comme regroupant des éléments appartenant majoritai (...)
  • 109 AN, AS/43/6. Fonds de l’Union fédérale, Papiers Henri Pichot.
  • 110 La lettre du ministre du 8 septembre figure dans les papiers consacrés à Mareschal dans le fonds Ro (...)
  • 111 « L’autorité préfectorale n’était pas qualifiée pour intervenir dans leur accomplissement et ne pou (...)

63Alfred Golliard ne peut donc pas se permettre la moindre marge d’erreur qui provoquerait des désordres. C’est pourquoi il est fort occupé le 27 juin, au moment où Guénon et Mareschal sont soucieux de leur côté de rendre compatible la coïncidence du congrès des Anciens combattants et de la fête, qu’ils n’ont pas de mal à imaginer marquée par l’ambiance « Front populaire » : si le département est calme, comme on l’a vu, les troupes de gauche ne vont pas laisser passer l’aubaine de ce défilé ! C’est ce qui explique la manœuvre de dernière minute de Guénon pour demander aux syndicalistes du cortège le retrait volontaire des drapeaux rouges. Guénon, rappelons-le, dont la municipalité de « concentration » avec la droite a été élue lors des élections de mai 1935 ; Guénon, qu’on a vu s’entremettre pour faire trébucher le candidat Froissard ; Guénon, qui tient à sa place au conseil de la Banque de France, ne sait plus comment agir. Il sait qu’il risque des incidents avec les troupes des Anciens combattants. Tout se passe alors comme s’il ne restait plus qu’une issue : utiliser le levier des Anciens combattants pour convaincre le préfet de faire interdire le drapeau rouge dans la manifestation. C’est alors que Mareschal et Guénon organisent une délégation à la préfecture : notons bien qu’elle se situe la veille des cérémonies du 28, la fête du 27 étant déjà bien commencée. Après les événements, comme on va le voir, les Anciens combattants, et Mareschal en particulier, montent en épingle le fait qu’elles auraient été snobées par le préfet. Au point que ce dernier est saisi par le ministre de l’Intérieur pendant l’été, qui exige des explications. En effet, après coup, l’incident, qui, sur le moment, était passé inaperçu sur place, en dehors des protagonistes directs, fait l’objet d’une saisine du ministère par l’Union fédérale des associations d’Anciens combattants, en la personne d’Henri Pichot, qui demande des explications au ministère : « J’écris », dit-il à Mareschal et Nicod (président de l’Union des mutilés108) dans sa lettre du 16 juillet 1936109. Mais ceci n’a lieu que bien plus tard. Le ministre, informé par A. Golliard, répond le 8 septembre 1936 à Pichot que, bien loin de n’avoir pas reçu les représentants des combattants à la préfecture, le préfet, absent, les avait fait recevoir par son secrétaire général, à l’époque Jean-Charles Rouliès110. Il n’est pas difficile de comprendre que l’exigence de retrait des drapeaux syndicaux formulée sans doute par les plus militants des représentants des Anciens combattants, qui ont envie d’en découdre, mais aussi promue par le maire et le président du comité d’organisation, n’a pu qu’être écoutée poliment par ce secrétaire général. Nous sommes le samedi 27 juin et le préfet privilégie probablement, avec ce dernier, une solution qui assurerait la paix publique le lendemain : faire en sorte que le défilé des Anciens combattants et le cortège dans lequel seront les représentants politiques et les représentants syndicaux ne se rencontrent pas. Nous n’étions pas dans le bureau d’Alfred Golliard ni dans celui du secrétaire général, mais les données des archives laissent penser que c’est ainsi que les choses se passèrent. Ajoutons que le préfet ne pouvait pas, légitimement, justifier une interdiction de la participation des syndicats dans une pareille circonstance. D’autre part, comme il n’était pas directement organisateur, il ne pouvait que rester extérieur aux dispositions pratiques, ce que le ministre de l’Intérieur confirme d’ailleurs à Henri Pichot dans le courrier évoqué111.

  • 112 Le préfet, dans son rapport du 25 novembre 1935 (AN F/7 13034), avait noté le caractère particulièr (...)
  • 113 Les pièces de cette opération figurent dans les papiers d’Henri Mareschal (AD 39, J33).
  • 114 Le Salinois, dans son édition du 29 juillet 1936, mentionne ce qu’il appelle « divers incidents »«  (...)

64Tout bien considéré, les prétendus faits invoqués par Robert Lallemand et Laurent Monnier quatre ans plus tard sont controuvés : ils ont été utilisés opportunément par des dénonciateurs intéressés. Le préfet n’a pas « cassé » un arrêté qui n’existait pas, et il n’a rien interdit aux Anciens combattants, il a encore moins pris on ne sait quel « arrêté » de son côté. Il a simplement fait comprendre à ses interlocuteurs – dont Guénon – que leur manifestation publique n’était pas possible, politiquement, au même moment que l’autre défilé. Les Anciens combattants l’ont d’ailleurs saisi, puisque, le matin du dimanche, ils se sont rendus au monument aux morts de leur côté dans le calme112. Mais cette issue pacifique ne satisfaisait pas Guénon et Mareschal, qui ne se tinrent pas pour battus. À la réunion des Anciens combattants, ils voulurent jouer une autre manche contre le préfet, ce que, dans sa lettre, Monot passe sous silence. Henri Mareschal entreprend de faire écrire une lettre ouverte au préfet par l’assemblée : nous ne pouvons pas déterminer le texte exact de cette dernière car les brouillons dont nous disposons113 sont des projets, non datés. Ce qu’on sait donc du sort de l’initiative vient de la presse, qui s’en fait écho, et notamment de La Croix du Jura et de La Vie Doloise, car les autres hebdomadaires n’ont mentionné l’incident qu’après la presse régionale114. Cette information, on va le voir, trouve plus d’écho dans le quotidien de droite Le Nouvelliste. Les archives de Mareschal montrent bien la préparation de cette initiative, mais elles prouvent également qu’il ne lui aurait pas déplu d’arranger les choses. Quant à la lettre au préfet, elle prit finalement la forme du vote d’un ordre du jour qui, dans une des versions conservées aux Archives, reconnaît que le secrétaire général Rouliés a reçu la délégation des Anciens combattants, et, dans une autre, accuse le préfet d’avoir « [affecté] de ne pas recevoir leur délégation » ; la première version reproche au préfet d’avoir interdit « à toutes les Associations d’Anciens combattants de défiler et de suivre le cortège officiel avec : décorations, insignes, fanions tricolores des Associations » ; de son côté, la seconde version écrit que « l’attitude de Monsieur le Préfet du Jura ne leur a pas permis de prendre part à la manifestation », ce qui est différent, et ajoute qu’ils se sont « donc trouvés dans l’obligation de faire leur défilé à 10 h du matin, sous menace de contravention ». Une phrase est ensuite barrée : « et sans fanion, ni drapeau national ». De son côté, La Croix du Jura, dans son numéro du 5 juillet 1936, se contente d’écrire, sans plus de détails, pour l’instant : « la politique gouvernementale veillait. Les Anciens Combattants et Poilus d’Orient furent invités à s’abstenir de figurer au défilé. Justement indignés de cette exclusion, ils décidèrent samedi de ne pas participer au banquet. L’on aurait voulu leur interdire tout cortège tant l’on craignait de déplaire au Front Populaire, mais ils se rendirent cependant, à 9 heures, au monument aux morts de leur initiative privée ». Le Nouvelliste, qui avait déjà rendu compte du centenaire dans ses numéros des 29 et 30 juin sans mentionner d’incidents, publia la lettre « d’un Ancien combattant » dans son numéro du 4 juillet. L’Ancien combattant en question devait être proche de Mareschal et de Guénon, puisqu’il écrivait :

Il était prévu et annoncé au programme que les Combattants prendraient part au cortège et aux cérémonies officielles, que M. le Consul de Yougoslavie de Lyon profiterait de la circonstance pour décorer divers camarades Poilus d’Orient. Bref, tout s’annonçait pour une apothéose de la « Marseillaise » […] M. le Préfet, 24 heures avant les cérémonies, en décida autrement, se substituant au comité d’organisation ; des affiches informèrent la population que le gouvernement prenait sous son patronage les fêtes de Rouget de l’Isle et le président des Anciens Combattants était avisé que le drapeau rouge aurait les honneurs de la cérémonie. [Le « témoin » ajoute un autre élément : ] Le lendemain matin, alors qu’ils étaient assemblés en congrès pour les travaux, au Théâtre, il leur fit signifier que s’ils avaient l’audace d’aller saluer leurs morts, la police serait à leurs trousses, et que contravention serait dressée. Les 4 à 500 Combattants présents répondirent que personne ne les empêcherait d’aller rendre hommage à leurs morts pour la Patrie, mais que, pour éviter la bagarre, ils iraient sans fanion, ni drapeau tricolore se recueillir une minute au monument aux morts ; ce qu’ils firent sur le champ...

  • 115 Archives municipales Lons-le-Saunier. Registre des délibérations, 18 juillet 1936, p. 493.

65Les papiers de Mareschal conservés aux Archives apportent aussi la preuve que, tout de suite après le centenaire, des tentatives sont faites pour rechercher un compromis entre le camp du Front populaire et le maire, avant que ce dernier annonce sa démission : le professeur de philosophie Costilhes du lycée, secrétaire du Rassemblement populaire, écrit ainsi à Mareschal pour proposer une réunion afin d’apaiser « tout malentendu et de mettre en lumière complète les conditions dans lesquelles ces fêtes ont été préparées et notamment ont été privées de la participation de l’association des Anciens combattants ». D’autre part, dans la préparation d’un discours de 1937 figurant au même fonds, Mareschal revient, avec le recul, sur le centenaire. Il indique que le « Conseil d’administration de la Fédération du Jura décide de s’abstenir » et lui laisse, comme président du comité des fêtes « sa liberté d’action » ; il écrit dans ce discours manuscrit qu’il avait le devoir en tant que président des Anciens combattants, « de ne pas inviter l’association qu’il préside à une manifestation politique » et il déplore : « c’est ce que certains camarades n’ont pas voulu comprendre et je le regrette ». Au total, il fait peu de doute que l’obstination de Guénon explique le conflit. Le maire Guénon a en quelque sorte forcé la main aux autres acteurs, dont Mareschal. Le ton qu’emploie le maire, au demeurant, dans le discours qu’il fait au conseil municipal, laisse peu d’incertitudes sur les motivations politiques très réfléchies de son attitude. Il déclare en effet, avant d’être applaudi et loué115 :

Respectueux des devoirs de ma fonction, j’ai accepté et fait exécuter les ordres du Conseil Municipal, mais je ne veux pas être exposé à subir les injonctions diverses qui pourraient se manifester. [Il rappelle ce qu’il considère comme les engagements électoraux qu’il a souscrits : ] sur notre gauche, aux partisans de la propriété privée, de la défense de la Patrie et de la liberté individuelle, et sur notre droite, aux républicains laïques et démocrates, je reste personnellement fidèle à ces principes qui constituent la pure doctrine radicale. [Il conclut cette intervention par ces mots : ] Certes un Maire doit consentir des sacrifices d’amour propre afin de maintenir l’union et le calme dans la Cité qu’il administre, mais je suis trop profondément troublé par les événements politiques actuels, pour continuer à remplir le mandat que vous m’avez confié.

  • 116 Avant sa démission, il a aussi rencontré un vote négatif sur l’approbation des comptes du Centenair (...)
  • 117 Ce fut le cas au moment de la visite à Lons du ministre Campinchi, mais aussi par exemple de la cér (...)

66Édouard Guénon reste cependant conseiller municipal, y compris pendant l’Occupation, aux côtés de Mareschal. C’est lui le responsable en dernier ressort d’un conflit qui aurait pu être évité. Le 5 juillet, avant qu’il fasse cette déclaration, il s’est abstenu d’assister à l’assemblée générale du parti radical, on l’a vu116. Si Édouard Herriot avait pu être présent, les choses se seraient probablement passées différemment et ce dernier aurait peut-être usé de ses talents oratoires pour mettre un terme aux divisions, ce qui aurait aidé le préfet Golliard. Quoi qu’il en soit, deux points ressortent de l’analyse du conflit. D’une part, l’obstination personnelle du maire est évidente, ainsi que ses motifs indéniables de « trouble » vis-à-vis du Front populaire. Mais l’affaire ne se résume pas à ses états d’âme. Le froid, sinon la rupture symbolique entre la majorité radicale à Lons – celle qui est hostile au Front populaire – et le préfet Golliard est temporairement établi. Cette faille ouvre un champ d’action à la droite, qu’elle ne va pas se priver d’utiliser : elle s’en saisit pour le reste de la période, jusqu’en 1940, mettant le cas échéant les sénateurs radicaux en contradiction, comme l’illustrent les articles de La Vie doloise et l’action du député Baud à Dole. La deuxième conclusion de l’épisode tient dans l’importance rétrospective prise par les événements du centenaire dans le destin du préfet. S’il est bien conscient de cette rupture, dont les archives montrent qu’il s’est employé à la combler, le plus souvent avec succès117, il lui apparaît finalement qu’il ne peut en venir à bout. C’est que l’ambiance politique du département est restée durablement affectée, grâce à une guérilla constante orchestrée par la presse de droite contre le préfet. Cela n’empêche pas, au demeurant, que le département radical est en quelque sorte réconcilié temporairement avec lui-même pour l’essentiel, en 1938, maintenant que la tendance Front populaire est marginalisée, et en particulier avec le long gouvernement de Daladier. Mais ce fut un court prélude à la vague plus profonde de 1939 qui annonçait Vichy.

Adieu à la Préfectorale

  • 118 À cette date, 71 établissements sur les 263 de plus de dix ouvriers du département du Jura se sont (...)

67À Lons-le-Saunier, une troisième étape commence pour le préfet après les affrontements du Centenaire de 1936. Dans ce chapitre, on est parti de la prise de contact du préfet avec son nouveau département en 1934, de son acclimatation réussie au sein d’un nouveau « petit milieu », entre petite ville et ruralité. Les élections de 1935 et de 1936 ont bouleversé très vite cette première donne. Le centenaire de Rouget de l’Isle apparaît avec le recul comme le sursaut réussi du radicalisme conservateur jurassien contre un Front populaire détesté. Le préfet tient son rôle sans faillir, mais le succès de Guénon, maire de Lons, est acquis à ses dépens. La patiente et subtile relation politique tissée par le préfet avec la minuscule élite politique et économique du Jura est mise en cause. L’hostilité affleure désormais à l’égard d’un préfet, serviteur incontestable de la politique du gouvernement Blum. Sourde le plus souvent, cette hostilité ne se dément pas, représentée par la personne de Charles Dumont. Le vieux sénateur et président du conseil général a pris d’abord Golliard dans l’orbite de son paternalisme aussi patelin que féroce quand il est arrivé à l’automne 1934. Maintenant, sa lutte tenace contre le gouvernement l’oppose systématiquement au préfet : chacun son camp. Pour relater cette évolution jusqu’au départ du Jura du préfet le 23 septembre 1940, il est commode de diviser l’exposé en trois sous-périodes : le début de la première coïncide à peu près avec la « pause » dans les réformes décrétée par Léon Blum en février 1937 et se clôt avec la victoire d’E. Daladier face aux grèves de novembre 1938, lancées par la CGT, qui seront un échec relatif, en particulier dans le Jura118. La seconde est marquée par un événement central, l’afflux des réfugiés espagnols consécutif à la « Retirada » de janvier 1939. Cet épisode révèle à la fois la passion d’Alfred Golliard pour l’accueil des réfugiés et la lutte tenace qui divise la société sur la question. La mort de Dumont, le 30 avril 1939, enregistre ainsi une étape de la perte progressive de l’influence de Golliard, qui aboutirait à son éviction par le régime de Vichy après l’invasion allemande. Dans cette dernière période, Golliard fait une chose qu’il sait bien faire, se battre contre l’adversité et pour ce que représentaient pour lui la République et la France.

Le reflux du mouvement social et le retour des conservateurs

  • 119 Voir S. Berstein, La France des années 1930, Paris, Armand Colin, 2002, p. 137.

68Le choix de Léon Blum de faire ce qu’il appelle ouvertement « un temps de pause »119 en février 1937, avec notamment l’approbation d’E. Herriot, marque un tournant. On a vu que les mouvements de grève dans le Jura n’ont pas été très puissants. Leur reflux en France et les difficultés économiques persistantes du gouvernement Blum ne peuvent que faciliter la tâche du préfet vis-à-vis de l’installation d’un nouveau consensus conservateur (orthodoxie budgétaire, renonciation à la réforme des salaires et des retraites, etc.).

  • 120 AD 39, Mp 495/1. Rapport du 18 janvier 1936.
  • 121 La Vie doloise, 24 novembre1936.
  • 122 Voir sa fiche pour l’Occupation aux Renseignements généraux (AD 39).
  • 123 14 novembre 1936.

69Du point de vue de sa carrière professionnelle, Golliard est à ce moment au mieux de ses capacités. Classique dans la mission préfectorale, son rôle consiste, notamment, à contrôler les développements politiques contraires aux projets du gouvernement. Depuis 1935-1936, il surveille de plus près les activités du PCF. Un rapport du commissaire spécial120 de Lons en témoigne, qui comporte une liste des douze cellules locales du département, dont la plus nombreuse est celle de Dole, avec 150 membres. On y reconnaît André Barthélémy, trésorier, employé des PTT. L’homme sera présenté en 1940 comme un protégé du préfet qui le maintint en affectation spéciale, une des calomnies que l’extrême-droite répand alors. En 1939, Golliard continue cette surveillance sans prendre de mesures de révocation, à la différence de son successeur Eugène Bosc. Barthélémy, résistant, assigné à résidence en Bretagne, membre du comité de Libération du Jura, sera élu systématiquement à la Libération, d’abord comme conseiller général, puis comme député entre 1946 et 1958. À l’autre extrême, c’est surtout le Parti social français (PSF) qui inquiète le préfet. Il fait interdire une réunion de ce parti à Arbois en octobre 1936121. Un de ses membres les plus visibles est le docteur Barthelet, déjà mentionné122. Il se manifeste en tant que maire de Montbarrey, en réaction à une circulaire du préfet aux maires à l’occasion de la fête du 11 novembre. Sa lettre est publiée123 dans La Vie Doloise, hebdomadaire de droite qui fait campagne pour les élus Bazin et Baud, et, à l’échelon national, pour les « nationaux » comme Marin et Xavier Vallat. Barthelet écrit une lettre ouverte au préfet :

Je suis entièrement d’accord avec vous pour que cette fête soit célébrée dans le consensus, en dehors des divergences d’opinion et dans l’union de tous les Français. [...] Mais ce n’est pas seulement aux Anciens Combattants que nous sommes qu’il y a lieu de faire des recommandations, [...] c’est aussi et surtout à la horde des quelques fonctionnaires révolutionnaires qui, tels certains Français du canton de Montbarrey ont, le 11.11.1935, souillé le jour de la fête nationale et le souvenir de nos glorieux morts, en braillant (il n’y a pas d’autres mots) l’Internationale. [Barthelet conclut par une menace] : Le bon peuple de France en a assez de ces turpitudes et il faut craindre, si elles se perpétuaient, qu’il ne tienne pour responsables non seulement leurs auteurs, mais aussi tous ceux qui les auraient tolérées.

  • 124 En cette mesure, malgré l’exclusion dont il fait l’objet depuis sa « trahison » du parti radical en (...)
  • 125 Golliard utilise, en 1939, avec Léculier : « mon cher sénateur et cher ami ; pour Pointaire, « mons (...)

70Ces oppositions sont frontales et le PSF affiche 2 500 adhérents dans le département lorsqu’il reçoit à Mesnay le responsable national Vallin. À la même époque, La Vie doloise se déchaîne contre les communistes à l’occasion du suicide de Roger Salengro. L’opposition sourde, tenace, vient notamment de Dumont, qui mène le combat principal au Sénat, mais ne manque pas une occasion de guerroyer au conseil général, obligeant le préfet – qui doit par fonction, y faire respecter la « neutralité » des débats – à des manœuvres répétées de défense du gouvernement. Deux exemples de ces escarmouches constantes se situent lors des sessions du conseil de 1937. Lors de la première session de mai, le préfet a beaucoup de difficultés avec Dumont à propos des 40 h et ne peut éviter la crise. Les 40 h sont un thème commun à certains radicaux124, comme à la droite et l’extrême droite. Dans cette session, le préfet n’obtient en faveur de la « question préalable » que deux voix. Henri Léculier, pourtant censé être son « proche »125, se compte parmi les abstentionnistes. Dumont déclare :

  • 126 AD 39, Conseil général, 1re session 1937, p. 81-82.

Jusqu’à présent nous étions en République et parmi les traditions républicaines, il y avait celle qui confiait aux Assemblées élues représentant le suffrage universel, le droit de décider des questions qui touchent à la vie des départements et des communes, qui touchent aussi aux contribuables et parmi eux, aux plus malheureux, à ceux qui sont précisément des aliénés à faire soigner [...]. Nous, assemblée délibérante, nous avions un pouvoir. Nous considérions que c’était la loi, la tradition républicaine, je crois pouvoir dire, l’essence de la République. Or, en vertu d’une législation impériale que vient de rappeler si utilement M. le Préfet, M. le Ministre de la Santé publique nous soumet un statut. [...]. Le ministre de la Santé publique charge le personnel de décider ses traitements. [...] En fait, c’est le personnel qui décidera et, il faut qu’on le sache au nom d’une loi de l’Empire [...]. Je demande donc au Conseil général de protester contre une circulaire du Ministre de la Santé publique qui va décider qu’une Commission tripartite, dans laquelle effectivement les employés auront la majorité, fixera les traitements et les statuts de ces employés. Que ceux d’entre vous, Messieurs, qui sont de cet avis, veuillent bien lever la main126 !

71Lors de la session d’octobre, Dumont déclare : « Les affaires extérieures sont fort préoccupantes et la situation financière d’une gravité extrême. [...] Le franc vaudra ce que vaudra l’énergie des Français, leur volonté de travail, leur esprit d’économie et surtout leur intention de mettre fin à leurs dissensions politiques ». Pourtant, bon an, mal an, le préfet domine en général la situation, et il a rétabli l’équilibre en sa faveur après les complots de Guénon. La façon dont il traite le cas de Robert Lallemand est typique de cette maîtrise.

  • 127 Cette fixation sur Blum, qu’il partagea avec tant de misérables, était, en 1998, analysée comme hum (...)
  • 128 AD 39, Mp 464/1. Dépêche du 18 mars 1937 du ministère de l’Intérieur.
  • 129 Il s’agit de la Commission paritaire pour les salaires des employés municipaux des carrières et de (...)
  • 130 Dossier administratif, 1 P 30504 (2)/16511. Nous laissons ici de côté sa carrière de résistant. L’a (...)
  • 131 La Vie doloise du 21 février 1937, citée par la dépêche du ministre de l’Intérieur (AD 39, Mp 464/1 (...)

72Le cas de ce maire est intéressant parce que, de 1934 à 1940, il est omniprésent dans la presse de droite (Croix du Jura ou Vie Doloise). Ses écrits, libelles qui se veulent humoristiques, sont à certains moments hebdomadaires dans La Croix ; ils sont souvent violents, haineux, parfois antisémites et généralement tordus ; il s’est particulièrement déchaîné contre Léon Blum, ce qui n’étonnera pas127. Il mène une campagne personnelle contre les fonctionnaires en général, et contre le préfet lui-même, campagne qu’il couronnera par sa dénonciation d’Alfred Golliard au gouvernement de Vichy, évoquée plus haut (et au chapitre 4), par l’intermédiaire de Fernand-Laurent et de son journal pétainiste, durant l’été 1940. Lallemand fait tellement parler de lui que le préfet est obligé de le signaler au ministère de l’Intérieur, et de le caractériser comme un « déséquilibré »128. Le préfet sera aussi contraint de le traduire en justice en 1938. Mais qui diable était ce Robert Lallemand, maire de la toute petite commune de Santans, dans l’arrondissement de Dole, appartenant aussi à l’une des commissions du conseil général avant 1940129 ? Deux dossiers personnels à son nom aux Archives militaires de Vincennes permettent d’en apprendre plus : son dossier d’officier, d’une part, et son dossier – plus inattendu peut-être, de résistant130. Le premier montre clairement que le personnage était considéré par ses supérieurs comme « fantaisiste », mais courageux. Il ne fait d’ailleurs pas mystère de ses exploits dans la Grande Guerre. En 1937, le ministre de l’Intérieur consulte le préfet Golliard sur l’opportunité d’infliger une mesure disciplinaire au maire. Ce dernier a en effet écrit, dans La Vie Doloise131 :

Quelle impudence ! Léon Blum, embusqué pendant la guerre, de nationalité indécise, se croit Français et dirige la France. Quant à moi, ancien combattant, Franc-Comtois de vieille souche, j’ai honte, comme maire – je le dis bien haut – d’être sous les ordres d’un pareil Président du Conseil.

73Le préfet Golliard conseille, le 24 mars, le ministère :

  • 132 Lequel général n’avait pas donné suite aux invectives du personnage dérangé. Les actions de Robert (...)

Je ne suis pas d’avis de prendre contre l’intéressé une sanction administrative que le parti social français, particulièrement actif dans la région de Dole, ne manquerait pas de chercher à utiliser pour des fins politiques. J’ajoute que les attaques de M. Robert Lallemand contre les membres du gouvernement sont bien antérieures à la constitution du ministère actuel. M. le Général Denain, ministre de l’Air, a été notamment pris à partie violemment en 1935132.

  • 133 AD 39, Mp 464/1.
  • 134 On trouve des pièces de correspondance dans les papiers de Mareschal (AD 39, fonds J33).
  • 135 AD 39, Mp464/1.
  • 136 Dans La Vie Doloise : « Nous espérons qu’ayant donné des gages certains au « frente popular » en em (...)
  • 137 Lallemand est condamné à une amende de 16 francs, sans sursis, sa peine est confirmée en appel mais (...)

74Sans doute a-t-il été cité à l’ordre de la xe Armée en 1915 et décoré de la croix de guerre et de la Légion d’honneur en 1932. Mais la sanction qui l’éloigne (en retraite d’office, il est ensuite rayé des cadres de l’armée de l’air en décembre 1936) lui donne visiblement bien des motifs de mécontentement politique. Le Jura socialiste du 8 février 1936 cite Lallemand, selon qui les Français sont « un peuple de lions gouvernés par des ânes ». L’homme saisit le préfet à tout bout de champ. Il avise ce dernier qu’il allait se rendre à Paris et y faire sauter le ministère de l’Air, et se dit diffamé133. Il ne manque pas de s’emparer de l’incident du Centenaire pour le transformer en affaire d’Anciens combattants134. C’est avec calme que Golliard réitère son appréciation au ministère de l’Intérieur, le 17 août 1936 : « J’estime qu’il n’y a pas lieu de prendre au sérieux les élucubrations de ce Magistrat Municipal qui ne jouit pas de la plénitude de ses facultés mentales et dont les manifestations n’ont aucune portée dans l’opinion publique »135. Pourtant, les perturbations organisées par Lallemand n’ont pas de fin. Le trublion s’affronte, à la fin 1937, à un garde-forestier qu’il refuse de recevoir pour une procédure administrative. Comme il a insulté ce fonctionnaire, le préfet ne peut pas différer un recours judiciaire, ce qui amène le malade à insulter plus personnellement le préfet136, qui reste évidemment équanime, lors du procès en tribunal correctionnel à Dole, puis en cour d’appel137. Lallemand ne se tient pas coi pour autant : ce sont ensuite les Espagnols rouges qui le hantent, ainsi que les hommes politiques soupçonnés de manque de patriotisme. En 1939, comme il l’a fait plus tôt contre Salengro, Lallemand joint sa voix au concert contre Jean Zay et le poème qui lui est attribué. En réponse à une lettre aux maires du préfet, pour l’organisation de l’anniversaire de la Révolution française, Lallemand publie un nouveau libelle le 24 avril 1939.

  • 138 AD 39, M 3977.

Vous propose de réunir tous les catholiques du village pour leur faire une conférence
a) sur la confiscation des biens du clergé
b) sur les vingt mille guillotinés- liste officielle publiée l’An II
c) sur les lois laïques, conférence qui se terminera par la lecture des lignes de Jean Zay, [annexé : dans ce texte, Jean Zay, en 1924 écrit (« le drapeau ») « ignoble symbole »« immonde petite guenille »]138.

  • 139 L’éloge est écrit par Jean Celard, membre du conseil général (conseiller de Saint-Amour), qui sera, (...)

75Comme l’a bien jugé le préfet, ce n’est pas Lallemand en soi qui est dangereux, mais les échos qu’il lève ou trouve avec des personnages de la droite dure, dont le plus visible est le docteur Barthelet, le maire de Montbarrey ; il trouve aussi l’oreille de Maurice Bazin en 1936, par l’intermédiaire de La Vie doloise. Quant au député André Baud, responsable politique de l’organe de presse, il partage des points de vue sur certains aspects. D’autre part, Laurent Monnier semble, depuis la mort de Dumont notamment, prendre de plus en plus d’influence au conseil général, à la faveur d’un effacement de Benoit-Barnet, son président ; Monnier est devenu un personnage favori de La Vie doloise, qui chante particulièrement ses louanges en 1939 pour les élections sénatoriales139. Cependant, en 1937, le préfet Golliard espère encore rétablir une forme de paix politique dans le département, compatible avec la politique des gouvernements nouveaux, qui vont rompre avec le Front populaire. Les obsèques du sénateur Cencelme en août 1937 sont sans doute un symbole à cet égard.

  • 140 Sur ce point, voir Geneviève Dreyfus-Armand, L’exil des républicains espagnols en France, de la gue (...)
  • 141 AD 39, M/p 251/5.
  • 142 Ces deux départements sont inclus dans l’annexe ii de l’instruction générale du ministère de l’Inté (...)
  • 143 AD39, M/p. 199/1.
  • 144 Dreyfus-Armand, L’exil…, op. cit., p. 40 sq.
  • 145 M/p 197/6.

76C’est le moment que choisit le préfet pour engager le département dans l’accueil des réfugiés espagnols, pour la première grande vague. Le Jura n’est pas parmi les départements que le gouvernement inclut dans la liste de ceux qui doivent recevoir les réfugiés, pour l’essentiel des familles (femmes et enfants et vieillards). La circulaire du ministère de l’Intérieur de mai 1937 en témoigne140. Les archives du Jura ne comportent pas, à notre connaissance, de correspondance du préfet avec le ministère, relative à l’inscription du Jura comme département d’accueil. Il est possible que celui-ci ait été amené à proposer son département en cohérence avec la présence de réfugiés dans les départements voisins. Le préfet a, en tous cas, reçu de la correspondance l’alertant sur le problème. Une institutrice de Patornay, Marie Michaud, lui écrit ainsi le 23 mai 1937 (au moment de la prise du Pays basque et des Asturies) pour lui proposer d’accueillir des réfugiés141, dont elle sait que certains sont arrivés dans les départements voisins, dans l’Ain et la Saône-et-Loire142. Le préfet lui répond le 31 mai que, pour l’instant, ce n’est pas prévu, mais qu’il lui fera signe dans le cas où le Jura deviendrait département d’hébergement. Ces indications peuvent laisser penser qu’il a souhaité ce fait, mais le premier document d’archives est le télégramme du ministère de l’Intérieur du 29 juillet 1937143 qui désigne le Jura. G. Dreyfus-Armand a noté que ces affectations effectives se décidèrent en fonction de nombreux facteurs et que certains départements initialement prévus ne reçurent que peu ou pas de réfugiés144 ; la disponibilité du préfet, qu’il tient de son expérience commencée en 1914 à Avignon (voir chapitre 1), puis continuée en 1933-34 à Strasbourg (voir chapitre 2) a dû être un facteur favorable. Dès la réception du télégramme du ministère de l’Intérieur, il avertit les maires du département, message qu’il confirme dans sa circulaire à ces derniers, datée du 3 août 1937145 :

  • 146 Le texte utilise une argumentation humanitaire impeccable.

Notre département, parmi beaucoup d’autres, a été appelé par M. le Ministre de l’Intérieur à recevoir un certain nombre de réfugiés. Partout, la population française s’est ingéniée à réserver le meilleur accueil aux malheureux espagnols. Les populations jurassiennes, dont l’hospitalité est bien connue, voudront être les premières à apporter aux malheureux réfugiés les secours dont ils ont besoin146. […]
La présente circulaire a pour but de vous donner des explications sur les faits qui ont motivé ce télégramme. Au cours des combats intérieurs qui déchirent actuellement l’Espagne, de nombreux villages sont détruits par les bombardements et l’incendie, et toute une partie de la population, vieillards, femmes, enfants se trouve sans ressource et sans abris. Cette lamentable situation dont ont souffert la plupart de nos populations de l’Est au cours de la dernière guerre, et dont l’horreur est encore présente à tous nos esprits, a provoqué une profonde pitié chez tous les peuples. Le Gouvernement français, qui n’a pas oublié tout ce que l’Espagne a fait pour nos populations civiles et pour nos prisonniers de guerre au cours du conflit 1914-1918, n’est pas resté le dernier à s’émouvoir de la misère des malheureuses victimes de la guerre civile espagnole ; aussi a-t-il demandé et obtenu du parlement les crédits nécessaires pour pouvoir recevoir ceux qui fuyant l’incendie et les bombardements lui demanderaient un refuge temporaire.

  • 147 Il s’agit des mêmes secours que ceux prévus pour des chômeurs de droit commun, 8F par jour, pour le (...)
  • 148 Voir R. Schor, L’opinion française et les étrangers en France (1919-1939), Paris, Publications de l (...)
  • 149 Les Archives départementales du Jura gardent la trace d’une abondante correspondance entre préfectu (...)

77Le reste du texte, pressant, insiste pour que les maires facilitent, auprès de leurs concitoyens administrés, l’accueil, et explique comment la préfecture peut les aider, en versant notamment les subsides prévus par le ministère sur la base des allocations de droit commun147. Le préfet en rajoute un peu pour décrire l’élan de solidarité, mais, dans le Jura, la première réaction des maires et des populations est positive pour cette première vague, et des comités de secours sont créés dans les principales villes (Lons, Dole – à Dole, l’un des responsables est A. Barthélémy). Trois convois rejoignent le Jura dans les deux premières semaines d’août : les 7, 9 et 15 août, correspondant à 462, 268 et 202 personnes, des femmes ou des vieillards avec une majorité d’enfants. Ils sont considérés comme indigents et sont logés, notamment à Lons-le-Saunier, dans divers établissements scolaires vides en raison des vacances. Cet hébergement est considéré comme temporaire, et le ministre de l’Intérieur ne tarde pas à inciter les préfets à promouvoir les rapatriements, dès septembre 1937, par circulaire secrète148. Les dossiers des archives retracent la multiplicité des demandes de rapatriement, notamment entre départements, qui passent par l’intervention des préfets. Mais, au début 1939, lors de la vague dite de la Retirada, un quart des réfugiés qui sont arrivés dans le Jura y sont encore présents. L’épreuve de 1939 sera infiniment plus difficile149.

  • 150 Campinchi connaît depuis longtemps Golliard, qu’il a recommandé, comme le montre le dossier F1bI 10 (...)
  • 151 AD 39, Mp 239/20. Le préfet écrit : « La situation extérieure préoccupe tous les esprits. Néanmoins (...)

78Pour le reste, l’année 1938 est marquée pour le préfet Golliard par un événement local notable qui devait constituer un important point de ralliement pour le parti radical : l’invitation, en mars, du président du Conseil, Camille Chautemps, finalement empêché par les activités parlementaires et remplacé par le ministre Cesar Campinchi150. Le 13 mars, H. Léculier, venant d’être réélu au Sénat, y félicite le président Chautemps, indiquant que « grâce à son action, le département du Jura s’est ressaisi ». Alors que les événements internationaux se détériorent, la famille radicale semble se réunir et le préfet Golliard peut imaginer, pour une période, retisser une paix locale. Le maire Mareschal (ayant remplacé Guénon) est chargé d’accueillir le ministre et fait l’éloge des efforts économiques et politiques de la ville de Lons, en train de « devenir une ville d’eau et touristique, sur la route verte de Paris à Genève ». « Animé, dit-il, des plus vifs principes républicains, avec l’aide d’une administration républicaine, des pouvoirs publics si dignement représentés dans le Jura par M. le Préfet Golliard », le maire dépeint un Jura paisible et uni autour de radicaux, si divisés encore pendant l’été 1936. Le court discours du préfet présente les souhaits de bienvenue au ministre de la part d’une population « dont l’attachement au régime républicain et aux principes démocratiques puise le meilleur de sa force dans le souvenir des grandes heures de la révolution, alors que de la bouche inspirée d’un de ses fils s’envolait l’Hymne de la Liberté ». Le préfet excelle dans le maniement de ces codes publics alors que les traces de conflit sont apaisées à ce moment. Pendant ce temps, la presse de droite ironise sur les grand-messes entre radicaux. Une forme de « réconciliation » locale a lieu, qui ne dure pas ; la réunion de 1938 sera la dernière avant la guerre. Le soulagement des modérés est manifeste, mais derrière lui, les dures réalités de la lutte politique sont présentes. La montée en puissance de Daladier est fort bien vue par les modérés jurassiens, comme son attitude devant le temps de travail et son triomphe de fait devant les grèves de novembre. Sur le plan international, le point tournant est évidemment Munich, devant lequel les ténors radicaux du Jura rivalisent en aveuglement, de Berthod à Dumont. Nous ne disposons pas de pièces d’archives pour rendre compte de la pensée personnelle d’Alfred Golliard, malheureusement. Son rapport d’août 1938151 sur la situation générale du département ne laisse pas apparaître d’inquiétudes.

De la Retirada au pacte de 1939 au conseil général

  • 152 Sur cette période, et sur l’impréparation du gouvernement et l’« obsession de la sécurité de la Fra (...)
  • 153 AD 39, 4M687. Il le fallait car le centre des Rousses était une colonie de vacances administrée par (...)
  • 154 Dans une réponse au député Baud, Alfred Golliard parle de « 1 946 réfugiés à la charge de l’État », (...)
  • 155 Il reste à ce moment environ 200 réfugiés de 1937 sur le millier arrivé dans le Jura.
  • 156 AD 39, 4M687.
  • 157 AD 39, 4M 688.
  • 158 Un arrêté du préfet attribue des heures supplémentaires aux dactylos.
  • 159 Les deux communes de Santans et Montbarrey sont proches : leurs maires Lallemand et Barthelet ont d (...)

79Avec le recul, on pourrait penser que l’accueil des réfugiés espagnols est le dernier thème important d’action d’A. Golliard comme préfet du Jura, au moment de ce qu’on appelle la « Retirada »152 : la plus grande vague d’exilés afflue vers la France, y compris cette fois des soldats et beaucoup d’hommes. En réalité, comme on le verra bientôt, le préfet se multiplie jusqu’à la dernière minute de sa mission, en septembre 1940. En tous cas, son engagement personnel dans l’action en faveur des réfugiés apparaît comme une constante de l’exercice de son métier. Comme pendant l’été 1937, le Jura n’est pas, au début de l’action gouvernementale, considéré comme département d’accueil, mais il le devient dès le 1er février 1939. Les archives du cabinet du préfet et le très grand nombre de cotes concernant les réfugiés dans les Archives départementales du Jura montrent que le préfet est personnellement et constamment impliqué dans l’épisode. À nouveau, l’accueil est organisé dans de nombreuses localités, où des comités continuent de fonctionner, comme à Lons et à Dole. C’est le centre des Rousses qui reçoit le plus de réfugiés (près de 650), ce qui en fait un lieu de polémique. Sollicité par le préfet, Dumont, président du conseil général, a donné son accord le 1er février153, peut-être à contrecœur, après avoir reçu des protestations des personnes chargées de l’administration du centre. Alfred Golliard est saisi par un télégramme du ministère de l’Intérieur, le 1er février, qu’il répercute immédiatement sur les maires du département. Dans une réponse à son ministre, le préfet indique que, contrairement à 1937, on ne pourra pas faire appel aux bâtiments scolaires qui, en cet hiver 1939, sont occupés. En outre, cette fois, les effectifs sont plus nombreux : il y aurait eu un peu moins de deux milliers de réfugiés dans le Jura en février 1939154, presque le double de 1937155. L’argumentation déployée par A. Golliard dans ses circulaires aux maires est proche de celle qu’il a employée en 1937. Demandant aux maires, dans la première de ses circulaires du 2 février,156 de prendre les mesures nécessaires pour accueillir le « plus grand nombre possible de réfugiés espagnols », il fait appel à leurs « sentiments d’humanité » pour trouver des locaux afin d’héberger « ces femmes et ces enfants chassés de leurs foyers par les horreurs de la guerre ». Il spécifie dans une seconde circulaire les montants des indemnités, comme en 1937, et donne des précisions sur les mesures d’hygiène. Les Archives conservent des documents qui recensent le nombre de places proposées par les maires157 ; une minorité de communes, une centaine sur 585, répond positivement qu’elles peuvent prendre entre 3 et 30 personnes. C’est dans l’arrondissement de Dole que les réponses sont les plus positives, à Dole notamment. À Maynal, la responsable de la colonie de vacances donne une réponse favorable (50 personnes), des initiatives s’organisent pour le matériel de couchage et le préfet fait une communication à la presse158. De nombreuses mairies votent des crédits d’aide aux réfugiés. Il ne faut pas masquer cependant que la réaction des maires et des populations n’est pas exempte d’une certaine hostilité. Le cas des maires de droite, réfractaires à cet accueil, est symbolisé par le docteur Barthelet, de Montbarrey159, mis en cause pour une telle attitude dans la presse radicale. Barthelet attaque en retour le préfet dans La Vie doloise.

  • 160 La Vie doloise, 6 février 1939.

Monsieur le Préfet du Jura a envoyé […] deux circulaires aux Maires de son département. La première demandait aux communes de prendre à leur charge des réfugiés et de leur fournir ce qui leur manquait. À celle-ci j’ai répondu en exposant à Monsieur le Préfet les raisons matérielles et autres pour lesquelles la commune de Montbarrey était dans l’impossibilité absolue de prendre la charge d’aucun réfugié. [...] La 2e circulaire préfectorale demandait aux Maires d’insister instamment auprès de leurs administrés pour que ceux-ci prennent individuellement à leur domicile des réfugiés. [Le maire cite sa réponse au préfet] J’ai l’honneur de vous informer que [...] je l’ai [la circulaire] fait publier à son de tambour et afficher en invitant mes administrés à venir déclarer à la mairie le nombre de réfugiés qu’ils désirent prendre individuellement chez eux, selon votre demande. […] Je n’ai reçu aucune demande. [Mes administrés] m’ont demandé combien M. le Préfet du Jura et M. le Sous-préfet de Dole avaient pris de réfugiés dans leurs appartements personnels. Vous savez combien la force de l’exemple est communicative et dès que j’aurais reçu votre réponse à cette question je ne manquerai pas d’insister auprès de mes administrés pour leur demander de suivre l’exemple d’humanité que vous n’avez certainement pas manqué de donner160.

  • 161 AD 39, M251/4.
  • 162 Ainsi, voir AD 39, Conseil général du Jura, Procès verbaux, 1938, séance du 3 novembre 1938, p. 19  (...)
  • 163 Voir son rapport du 7 avril 1939 au ministère de l’Intérieur, qui fait suite aux plaintes de Dumont (...)
  • 164 En mars 1940, ils sont encore nombreux dans le Jura et le préfet signale que les locaux ne pourront (...)
  • 165 Voir Dreyfus-Armand, L’exil…, op. cit.

80Cette lettre attire l’attention du ministère de l’Intérieur. Elle montre la présence d’une hostilité politique dès le début de la vague d’accueil, mais elle s’inscrit dans le mouvement plus général de méfiance qui s’installe progressivement dans le département. Le cas de la colonie des Rousses cristallise ces difficultés, que le préfet essaie d’aplanir. Dans son rapport du 27 février161, il présente la situation des réfugiés des deux premiers convois des 1er et 4 février, qui comportaient environ 1300 personnes. Il rappelle que le département ne bénéficie pas de lieux d’hébergement et qu’il lui était indispensable d’installer la plus grande part des réfugiés dans le fort des Rousses, sous l’administration du conseil général. Il explique qu’à ce moment, la population est restée relativement indifférente à la présence des émigrés. Leur état de santé, fin février, était relativement satisfaisant, mais à leur arrivée au début du mois, il y avait de nombreux cas de gale et de diarrhée. C’est notamment la peur de la contamination par des maladies qui inquiète les hommes politiques (et le ministre Marc Rucart, en particulier, qui en fait une circulaire fin janvier 1939). Adolphe Pointaire, le sénateur-maire de Dole, fait part de ses inquiétudes au ministère, mais c’est surtout le puissant Charles Dumont qui saisit le ministère dès le 28 mars. Le préfet essaie d’apaiser les objections de ce denier, et justifie de manière détaillée son action au ministre de l’intérieur. L’intervention de Dumont n’est pas sans lien avec les manœuvres de la présidente de l’établissement des Rousses, Madame Rivoire. Celle-ci est souvent citée avec des éloges appuyés par le président Dumont dans les comptes rendus du conseil général162. En l’occurrence, au moment de l’arrivée des réfugiés, elle a maintenu son départ en congé et la directrice de l’établissement, Madame Rouleau, a également fait défection, ce qui a obligé le préfet à la remplacer par un fonctionnaire détaché et à s’appuyer sur le dévouement de Mlle Maurin, infirmière major163. Ces absences de la présidente et de la directrice manifestaient leur opposition. Comme si cela ne suffisait pas, Madame Rivoire dépose une plainte, pour des raisons fantaisistes d’hygiène et de mauvaise conduite des réfugiés, auprès du ministère de l’Intérieur ; ces raisons sont réfutées par le préfet qui s’appuie sur les rapports des inspecteurs, et il répond personnellement de la bonne marche de l’hébergement auprès du même ministre. Il organise aussi un autre hébergement de réfugiés à Lons-le Saunier, dans des locaux appartenant à l’Union des femmes de France, en l’absence de sa présidente, la même Madame Rivoire. Au total, avec ténacité et malgré les obstacles divers, il réussit à impliquer dans l’action de nombreuses personnes dévouées qui permettent l’installation durable de 1939. Les méthodes du préfet sont désormais parfaitement rodées et il les applique l’année suivante aux réfugiés chassés d’Alsace par l’invasion nazie. Mais beaucoup d’hommes politiques et leurs milieux ont pour souci d’en finir le plus vite possible avec la présence des Espagnols encombrants. L’intervention de C. Dumont constitue un empêchement important à l’action du préfet, mais le vieil ex-radical devait mourir d’un infarctus le 30 avril, le mois suivant cette intervention. Comme partout ailleurs en France, la situation des réfugiés espagnols deviendrait plus difficile, de nombreux rapatriements étant organisés, et les familles étant souvent séparées ; la déclaration de la guerre, puis les événements de l’année 1940164 firent que, sans pour autant quitter entièrement le département, les réfugiés espagnols se raréfièrent et furent considérés comme « indésirables », avec, pour certains, l’enfermement dans des camps ou l’affectation à des groupes de travailleurs165.

  • 166 AD 39, Conseil général du Jura, Procès-Verbaux, 1938, p. 54 sq.
  • 167 Ibid., p. 59.

81La mort de Charles Dumont à la fin d’avril 1939 tourne une page du Jura politique ; le bonhomme est une institution. A posteriori, son décès met en lumière le dernier discours de président prononcé lors de la séance du 5 mai 1938 au conseil (un quasi-testament)166. Ce discours charpenté et vif est une charge systématique contre le Front populaire, prononcé sur un ton de victoire. Commencé par un examen de la politique internationale (qui n’est pas le fort du président), il se poursuit par un bilan de la situation économique et sociale. Dumont se félicite alors du tournant intervenu avec la nouvelle politique du « gouvernement de Défense nationale » d’Édouard Daladier, mettant un terme au « glissement accéléré vers la ruine ».167 Sa pensée économique simpliste, commune à l’époque, y est bien résumée : c’est l’encaisse-or de la Banque de France qui est le signe ultime de la richesse du pays et fait la valeur de sa monnaie, liée à l’équilibre budgétaire, à l’absence de déficit et au caractère excédentaire de la balance commerciale. Cet arrangement économique s’appuie sur le « rendement du travail français », et son rapport avec les salaires est essentiel. La diminution de la durée du travail et les hausses de salaire de 1936 ont été des « erreurs sentimentales » voulues par les alliés des ouvriers dont la « grande passion française » est l’égalité, mais sont contraires à la bonne marche de l’économie ; il faut donc rétablir la situation, « travailler davantage et travailler mieux », car la loi des quarante heures a « augmenté non le nombre des travailleurs, mais le nombre des taudis ». Il faut donc unir les forces du capital et celles du travail et aller vers une durée du travail de 45 h.

  • 168 AD 39, Conseil général du Jura, Procès-Verbaux, 1939, p. 11-15.
  • 169 Le préfet assiste à l’enterrement, avec les sénateurs et les députés Bazin, Nachon et Gros, et les (...)
  • 170 Archives familiales.
  • 171 Charles est le frère du député Louis.

82Il revient à Alfred Golliard de prononcer l’éloge funèbre du président lors de la séance du 8 mai 1939 du conseil général168. Golliard choisit un éloge convenu qui met l’accent unilatéralement sur les qualités de l’homme politique manifestées dans sa jeunesse, et en particulier, sa capacité de travail, « n’ayant d’admiration que de la science, et ne s’inclinant que devant une supériorité, celle de l’intelligence et du cœur ». Comme Dumont n’a pas voulu de discours officiel lors de son enterrement à Meulan169, A. Golliard en tire la conclusion que « seule la voix de l’amitié s’y est fait entendre, en des termes émouvants ». On ne manquera pas, dans cette mention de « l’amitié », de souligner à nouveau un trait particulier du préfet : il applique à Dumont, rétrospectivement, ce qui était une valeur essentielle pour lui, qu’il appelait amitié, c’est-à-dire la forme d’estime réciproque, voire affectueuse, qui parvient à lier des personnes (des hommes, en fait) dans le monde politico-administratif. Pour Golliard, comme l’illustre son usage du terme dans la lettre à Herriot du 1er août 1932 (voir chapitre 2), c’est bien cela « l’amitié », une estime fondée sur une affection. Sans doute A. Golliard a-t-il éprouvé cette forme d’affection presque filiale pour le vieil homme qui l’a accueilli à Lons en lui rappelant la mémoire de son grand ami Paul Morel disparu et c’est de cela qu’il témoigne à ce moment (chapitre 1). À la fin de l’éloge, Golliard laisse aussi paraître, quoi que de façon discrète, l’inquiétude profonde qui le taraude et dont il montre parfois les traces à ses proches, en particulier sa fille Michèle et, plus rarement, son fils Claude. Ce dernier prépare alors son premier bac au lycée Lamartine à Mâcon et, dans une de ses lettres, il commente le discours de son père à propos de Dumont, qu’il a lu dans le journal de Saône-et-Loire. Le passage suivant attire l’approbation du fils : évoquant « cette époque de désarroi moral, où il n’est question dans ce monde, que d’appétits matériels à satisfaire, où le spirituel, dénoncé, traqué, ridiculisé, est plus en péril que jamais », le préfet affirme qu’il faut rester conscient de la dette que les vivants ont vis-à-vis des hommes « de discipline intellectuelle » comme Dumont. Claude, dans sa lettre du 10 mai, est bien d’accord que le « spirituel », dans la France de 1939, est ridiculisé et en péril : « Le matériel prime le spirituel. Si l’on est ce dernier, aussitôt pour les premiers on passe pour fou »170. Dans ce discours on ne peut plus officiel est présente une trace discrète des appréhensions d’Alfred Golliard qui craint la guerre. Dans la suite de la séance, il va subir une défaite cuisante, orchestrée par Charles171 Nachon, le radical dissident de 1936. Laurent Monnier, surnommé à Lons « Laurent le magnifique », croit son heure arrivée et mobilisera la droite pour sa candidature au remplacement de Dumont. Grandmottet, le candidat conservateur, en conséquence, ne se présentera pas, mais finalement, c’est le sénateur Pointaire qui, le 3 juillet 1939, avec le soutien conjoint des radicaux et des socialistes, comme lors de l’élection de 1937 pour Henri Léculier, emportera la mise. La droite en restera très amère car elle considérait Monnier comme le remplaçant idéal de Dumont.

  • 172 AD 39, Conseil général du Jura, Procès-verbaux, Séances des 8 et 9 mai 1939.
  • 173 La question préalable permettait, à l’époque, d’empêcher les débats du Conseil général de traiter d (...)
  • 174 Ce dernier, né en 1868, a alors 71 ans.

83Mais, au conseil de mai172, nous n’en sommes pas encore là. Une motion est proposée par Charles Nachon, dont on se rappelle qu’il a été exclu du parti radical pour avoir rejeté la discipline de l’élection de 1936 en faveur du candidat Froissard. Le préfet Golliard a averti en passant, pendant le débat, qu’il s’agissait d’un thème politique et qu’il envisageait de poser la question préalable173. Louis Faton, le conseiller socialiste de Saint-Claude se réclame alors de la méthode « apolitique » de Dumont et, montrant que la motion Nachon ne peut être considérée comme apolitique, dit qu’il s’y opposera. Le sénateur Léculier, pour sa part, tente un mouvement de conciliation en essayant d’amoindrir la portée de la motion Nachon, mais ce mouvement aboutit à un vote minoritaire : 12 conseillers généraux sur 30 et la motion est renvoyée en commission. Il est alors décidé qu’on ne procédera pas à l’élection tout de suite du remplaçant de Dumont, et trois vice-présidents sont élus, qui sont, dans l’ordre, Samuel Benoit-Barnet, le docteur Constant Bret et Laurent Monnier ; mais Bret s’efface au profit de Monnier, et Benoit-Barnet, malade, est absent174. La motion proposée par Charles Nachon est la suivante :

Le C.G. du Jura adresse ses chaleureuses félicitations à M. Édouard Daladier, Président du Conseil, qui coopère dans l’honneur et la dignité au maintien de la paix du monde et de la liberté des peuples. Affirme son adhésion enthousiaste aux mesures de salut national adoptées par le Gouvernement et constate avec une grande satisfaction et une légitime fierté le redressement opéré dans le domaine financier et la résurrection des forces morales et matérielles de la France.

  • 175 « qu’aucune grève risquant de provoquer des retards ne soit tolérée », concluait la motion qui, sel (...)
  • 176 « Nous sommes à un moment où nous avons tous le désir de voir la plus grande union exister entre le (...)
  • 177 Liste des conseillers votant pour : Bariod ; Billot ; Bœuf, de Borde ; Michel Bouvet, Dr Bret ; Cel (...)
  • 178 Il s’agit bien évidemment d’une « neutralité » tout à fait artificielle en l’occurrence. Le préfet, (...)

84Afin de le banaliser, Laurent Monnier présente ce vœu comme « analogue » à celui voté le 3 novembre 1938, à la demande du doyen d’âge Sailland. Mais ce précédent, s’il mentionnait les grèves175, ne faisait aucune allusion au contenu financier et à la politique budgétaire du programme du gouvernement. Le socialiste Faton ne peut donc manquer de s’y opposer car la motion équivaut à une condamnation rétrospective d’ensemble du Front populaire. C’est le sens de l’effort du préfet d’éviter ce débat, en envisageant de poser la question préalable. Il se réclame pour sa part de son mentor préféré, le président Herriot176. Mais Charles Nachon s’obstine, et comme Monnier ne fait rien pour l’en dissuader, la motion est votée, avec deux abstentions (celles d’Ernest Bouvet et de Molard), alors que le préfet ne met pas sa menace de « question préalable » à exécution. Les conseillers généraux177 qui ont voté pour se trouvent donc, de fait, conclure un pacte anti-Front populaire, selon un axe Nachon-Monnier : même Henri Léculier s’est rallié. C’est pour Golliard un échec, car il n’a pas réussi à défendre la « neutralité » qu’il est chargé de faire respecter178. C’est aussi un échec de prendre acte du fait que la coalition dominante passe maintenant du côté de la droite et de la partie droitière du radicalisme.

  • 179 Compte rendu « à Lons-le-Saunier : la Conférence de M. Herriot » (AD 39, M3977).

85Le mois suivant, invité par la Société lédonienne des Arts, Sciences et Lettres, Herriot, au grand théâtre de Lons, fait devant 800 personnes un éloge de la Révolution française. Le 25 juin, il est accueilli affectueusement par son ancien élève Golliard (fig. 22), à la descente de son automobile. Le président a une attention amicale pour le préfet, « mon cher ami, Monsieur Golliard, préfet du Jura, qui fut mon élève, doit se souvenir qu’il m’a vu maintes fois venir discrètement et silencieusement travailler dans vos archives départementales pour me documenter sur l’histoire de la Révolution français dans le Jura ». C’est tout Herriot qui est dans cette déclaration auto-satisfaite, comme si l’on pouvait s’imaginer un personnage aussi attentif à sa réputation, aussi dépendant de l’amour des foules, en bûcheur discret sur la table des archives ! Golliard n’est pas dupe, mais les journalistes du Démocrate du Jura sont sous l’admiration179. Rétrospectivement, la lecture de cet exposé parfaitement conçu et construit de poncifs classiques sur la Révolution française, mais aussi d’anecdotes dont Herriot savait toujours parsemer ses discours, ne peut manquer d’étonner. Alors que Munich est tout proche et la déclaration de la guerre à quelques mois de distance, E. Herriot n’a pratiquement pas un mot pour la situation internationale. Mieux, alors même qu’à la fin de son discours, il tonne contre :

les pays qui se sont placés sous le régime totalitaire, qui ont fondé leur régime sur la théorie de l’espace vital, véritable loi de la jungle et sur la théorie de la race qui nous ramène à la loi animale. [Il conclut, avec une cécité tragique : ] nous lutterons mieux contre les régimes totalitaires en leur ressemblant moins [...] plus nous serons fidèles à nos principes communs, plus nos amis nous resteront fidèles. Sachons comprendre cette grande vérité et nous conserverons autour de nous un système d’alliances qui nous mettra à l’abri de tout danger.

fig. 22 - Herriot arrive à Lons (devant sa voiture) pour la conférence historique de juin 1939, avec AG (au 1er plan). AF (autorisation JCB).

fig. 22 - Herriot arrive à Lons (devant sa voiture) pour la conférence historique de juin 1939, avec AG (au 1er plan). AF (autorisation JCB).
  • 180 AD 39, M 3956. Cérémonie du 150e anniversaire de la Révolution française.

86La confiance débonnaire du président Herriot lui attire des vivats après un vin d’honneur « dans l’intimité ». On ne dispose pas d’écrits du préfet Golliard de l’époque, mais on sait, par les témoignages familiaux, qu’il nourrissait une profonde inquiétude devant l’hitlérisme. Quelques jours après la conférence d’Herriot à Lons, il lui revient de célébrer le 14 juillet 1939, celui du cent-cinquantenaire, par un discours consacré notamment à l’universalité des principes de la Révolution française, fondement du droit international. Il ne saurait, dans ses fonctions, que prononcer, de son côté, un appel à la paix : « ces principes immortels » (il emploie expressément le terme « catéchisme national ») « ont assuré à la République la victoire dans le passé, ils la lui assureraient demain encore, mais ils nous garderont ce bien infiniment plus précieux qu’est la Paix, si, nous inspirant de l’exemple de nos grands ancêtres, nous savons comme eux subordonner tous nos actes au salut de la Patrie180 ». C’est l’été 1939. L’industriel Laurent Monnier est désormais le personnage central de la société politique du Jura, représentée par son conseil général, en dépit de son échec retentissant aux sénatoriales. Les représentants nationaux, au Sénat comme à l’Assemblée nationale, n’ont plus, d’ailleurs, vraiment d’avenir ; il n’y aura plus d’élections et la guerre vient. Il reste à Alfred Golliard une dernière tâche : tenir contre l’invasion allemande et ses conséquences. C’est sans aucun doute ce qu’il entend quand il dit qu’il s’agit de « subordonner tous nos actes au salut de la Patrie ».

La fin : faire ce qu’il reste à faire

  • 181 AD 39, MP783.

87Le 21 octobre 1939, Alfred Golliard reçoit un courrier de Léon Lévy181, entrepreneur associé à Strasbourg avec Marcel Rhein. « Mon cher Monsieur Golliard » commence ce correspondant, faisant référence à leur familiarité à Strasbourg, alors qu’ils se rencontraient à la brasserie de l’Espérance. L. Lévy explique au préfet que, « depuis les événements », il s’est réfugié à Lavans (Lizon), à côté de Saint-Claude, où il est en affaires avec le fabricant Henri Charton. L. Lévy indique à Golliard qu’il souhaiterait louer une maison inoccupée et qu’il a donné le nom du préfet comme référence pour cette transaction. Ils se sont probablement rencontrés quelque temps plus tard. Avec ce contact, c’est la mémoire des années 1933-1934 qui lui revient. Il va devoir, à nouveau, s’occuper d’une vague de réfugiés, les évacués de la guerre et les Alsaciens et Mosellans chassés par les occupants nazis. Dès février 1940, certains maires, comme A. Pointaire, à Dole, ont argué du statut frontalier du département pour demander au ministère de l’Intérieur d’en faire partir tous les réfugiés, lesquels, selon lui, bénéficient en outre de conditions de logement qu’envient les soldats mobilisés. Une bonne part du début de l’année 1940 est consacrée aux préparatifs de guerre : la presse rend compte de la litanie d’arrêtés pris par les autorités (dont le préfet) pour organiser la vie économique et sociale : arrêté du 24 mars 1940 pour le rationnement du charbon ; du 28 mars 1940, restriction de l’abattage de certains bétails ; de la fabrication et vente du pain, le 27 mars ; de la distribution et consommation des produits pétroliers, le 21 mars ; réglementation de la vente de bétail, 30 mars 1940, etc.

  • 182 Archives municipales, Lons-le-Saunier (dossier H. Affaires militaires, réfugiés, guerre 39-45). Sau (...)

88En mai 1940, les dernières préoccupations à propos des réfugiés espagnols vont disparaître, et les préparatifs de guerre font vider les locaux où ils étaient encore hébergés. Les 14 et 15 mai 1940 se tient la dernière réunion du conseil général, qui entend « montrer la France étroitement unie devant l’immense péril de l’heure » ; une partie de la réunion consiste à traiter des affaires courantes, à prendre des mesures d’annulation des projets dans les circonstances exceptionnelles, mesures qui seront complétées par une séance de la commission départementale le 5 octobre 1940. Cette dernière constate que l’on n’a pu réunir le conseil prévu le 30 septembre, faute de prévisions budgétaires. Sont aussi approuvées les mesures liées à l’entrée en vigueur du Code de la famille de juillet 1939. Juste avant l’invasion de juin, de nouveaux réfugiés commencent à mobiliser le préfet. Devant la menace allemande, des exilés quittent le Nord et l’Est et les provinces adjacentes depuis mai. Il y a sur la frontière, ce qui serait la ligne de démarcation, des points de passage importants, notamment celui de Parcey, et des mouvements se manifestent, en particulier à Dole, qui se répercutent à Lons. Entre fin mai et début juin, les réfugiés présents dans le département sont par ailleurs invités à se faire recenser, soit à la mairie, soit à la brigade de gendarmerie pour y faire leur déclaration domiciliaire. Il en reste un nombre non négligeable, même après le départ des Espagnols. De nouveau à Dole, un comité est créé pour l’accueil des réfugiés, et La Vie Doloise annonce début juin que les habitants offrent une cinquantaine de lits pour ceux dont le nombre va grandir. Dans cette période, de nombreux exilés venus de Strasbourg viennent demander du secours au préfet Golliard. Ainsi R. H., qu’A. Golliard recommande le 8 juin au maire Mareschal : « Résidant actuellement à Lons-Le-Saunier, rue du Commerce chez Mme G., où il est venu rejoindre sa femme, également réfugiée [...] se trouvant dans une situation vraiment nécessiteuse, j’ai l’honneur de vous prier de bien vouloir examiner la possibilité de lui allouer un secours en espèces aussi élevé que possible » ; la note est accompagnée d’une mention manuscrite : « vous m’obligeriez en me faisant savoir la suite que vous aurez donnée à ma recommandation. Il s’agit d’un ménage très digne d’intérêt que je connaissais déjà à Strasbourg182». Le préfet décidant alors qu’il va falloir s’organiser plus systématiquement, son épouse Renée et sa fille Michelle le secondent bientôt. Avec le concours de la municipalité, ils mettent en place quatre lieux d’hébergement, au départ dans l’improvisation, qui fonctionneront jusqu’en septembre. L’afflux des réfugiés chassés par les nazis d’Alsace et Moselle viendrait dans un second temps, à partir du 16 juillet.

89L’invasion allemande change évidemment la situation de Lons. La période concernée se situe entre le moment où les Panzer (groupe Guderian) atteignent la Saône, dans l’après-midi du 15 juin, face à Gray. Dole est occupé le 17 au matin (2ePanzer) et Lons-le-Saunier le 17, Saint-Claude le 19. Le commandant allemand Günther édicte à Dole les conditions de l’occupant.

  • 183 F. Marcot, La Résistance dans le Jura, Besançon, Cêtre, 1985, p. 38.

J’attends de la population civile qu’elle suive sans condition tous les ordres du commandement. Ce n’est qu’ainsi qu’il y aura des relations supportables entre la troupe et la population. Toute insoumission sera très sévèrement punie. Toute atteinte à la vie et à la propriété des troupes sera punie de mort. Interdiction de circuler entre 21 heures et 6 heures (heure allemande ; toutes les horloges doivent être avancées d’une heure). Un mark vaut 20 francs183.

  • 184 AN, F1 c III, 1559.
  • 185 C’est auprès de la KK que les habitants doivent se rendre pour les papiers administratifs (Ausweise(...)
  • 186 Un balcon donne sur la nef de l’église, depuis le bâtiment de la préfecture.
  • 187 S’y ajoutent : Guérin, Mouratille, Renod, A. Renaud, Verpillat, Mercie ainsi que Jaillet et Barbier (...)

90Le préfet est alors encore en relation avec son sous-préfet à Dole, Marius Arnaud. De premières exactions sont commises par les Allemands (fermeture des magasins tenus par de présumés « Juifs »), qui arracheront plus tard les pages des livres d’histoire dans les écoles. La Croix du Jura (passée au petit format d’un bulletin provisoire) minimise les choses, le 23 juin : « L’occupation de la cité s’est opérée dans le plus grand calme. Les autorités allemandes entrèrent en relation avec le Maire qui n’avait jamais abandonné son poste. » Le journal note que le préfet est à la préfecture, sans connaître ses relations avec l’occupant. Dans son rapport du 29 juillet184, expédié à Paris, ce dernier explique qu’il est en relation avec les émissaires de la Feldkommandantur de Besançon. Plus tard, Dole deviendrait le siège de la Kreiskommandantur (KK) 552 et l’éloignement de la ville y conduirait à l’instauration d’une Austelle (antenne de Besançon)185 : tout un réseau bureaucratique terriblement allemand s’étend comme une chape sur la France. Golliard enrage : alors qu’il reste en contact avec les maires et les hommes politiques, il a de plus en plus de mal à entrer en relation avec son sous-préfet Arnaud. Le Petit Journal indique le 23 juin à ses lecteurs « qu’aucun mal ne sera fait » aux habitants, mais à Dole, exactions et réquisitions s’étendent. La Croix mentionne un « deuil national » pour le 25 juin à propos de la conclusion des armistices et elle titre : « Étonnante cérémonie » à propos de l’hommage rendu aux morts des dernières batailles, à l’église des Cordeliers, qui jouxte la préfecture186. Sont présents, autour du préfet, son épouse Renée et l’évêque de Saint-Claude, le maire Mareschal, Janet et Seguin, adjoints, ainsi que Guénon187. Le maire, quelques jours plus tôt, a déploré la fuite de certains habitants non mobilisés ou requis, mais l’ambiance est plutôt à l’union : avec l’évêque, La Croix ajoute le « recours au ciel », pendant qu’à l’hôpital, les religieuses prennent soin de nombreux blessés. Dès le départ des troupes occupantes de Lons, le préfet s’emploie à remercier et encourager les chefs de service qui sont restés en poste, et accomplit les premiers pas pour réactiver l’administration. La préfecture ne manque pas de tâches, en liaison étroite avec la mairie de Lons. La plus importante se révèle, à nouveau, l’accueil des réfugiés. Avec le financement et l’organisation de la mairie, les réfugiés sont, depuis l’invasion, placés dans quatre lieux : le lycée de garçons, le lycée de filles et les écoles normales de garçons et de filles. La capacité totale est de 1 700 places. En un mois, de l’invasion au 17 juillet (expulsions des Alsaciens et Mosellans), les centres ont distribué en moyenne 2700 repas par jour. Il a fallu recruter tant bien que mal une dizaine de personnes auxiliaires et affecter deux gardes mobiles et deux gendarmes. Renée Golliard joue un rôle essentiel dans cette organisation, recrutant les gens et organisant leur rémunération. Pendant cette période, les réfugiés forment une population très diverse, dont une part est arrivée en train venant de Belfort, Besançon, Montbéliard…, qui ne pouvaient pas poursuivre leur chemin vers Lyon. Certains réfugiés ne passent qu’une nuit. Il fallait nourrir toutes ces personnes, et équiper les nécessiteux (vêtements et linge de la Croix Rouge…), et en recueillir les éventuelles cotisations, ajoutées aux dons de la population lédonienne. Une grande part des frais est en effet dépendante de la solidarité publique. Des placards sont régulièrement apposés en ville pour faire appel à cette solidarité. Ainsi, le 27 juillet :

M. le Préfet du Jura, M. le Maire de la Ville de Lons-le-Saunier, Délégué départemental de l’œuvre du Secours National, le Directeur des centres de réfugiés et ses Collaborateurs, font un appel pressant à tous ceux qui peuvent aider à continuer l’aide aux Réfugiés malheureux. Les dons en argent, en nature, en vêtements, sont reçus à la Direction des Centres d’Hébergement, Lycée de Garçons de Lons-le-Saunier.

  • 188 Le Maréchal Pétain, Appels aux Français, Toulouse, imprim. régionale, 1940.

91Le 3 juillet, le responsable du centre d’hébergement du lycée écrit au maire pour lui proposer d’utiliser les réfugiés qui demandent à travailler : « Nous pourrions mettre à votre disposition 50 ou 60 hommes qui seraient employés à combler les tranchées, enlever les sacs de terre, etc. ce groupe serait surveillé par un de nos gendarmes ». À ce moment, le préfet Golliard est dans l’incertitude quant aux événements politiques, il s’interroge constamment sur ce qui va résulter des discussions gouvernementales. Il est dans l’action, dans un domaine qu’il maîtrise. Il ne sera pas surpris par l’arrivée d’une deuxième vague, les expulsés d’Alsace et de Moselle vers le 16 juillet, mais le nouveau gouvernement de Pétain est maintenant en place. Il commence fort à se douter qu’il va être écarté de son poste. L’appel de Pétain du 25 juin188 après la signature de l’armistice lui reste en travers de la gorge :

Les conditions auxquelles nous avons dû souscrire sont sévères. Une grande partie de notre territoire va être temporairement occupée [...] du moins l’honneur est-il sauf. Nul ne fera usage de nos avions et de notre flotte. Nous gardons les unités terrestres et navales nécessaires au maintien de l’ordre dans la métropole et dans nos colonies. Le gouvernement reste libre, la France ne sera administrée que par des Français. [...] Je ne serais pas digne de rester à votre tête si j’avais accepté de répandre le sang français pour prolonger le rêve de quelques Français mal instruits des conditions de la lutte. Je n’ai voulu placer hors du sol de France ni ma personne, ni mon espoir [...] vous avez souffert. Vous souffrirez encore [...] ce n’est pas moi qui vous bernerai par des paroles trompeuses. Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal. La terre, elle, ne ment pas.

  • 189 Recueilli par lettre du 9 mai 2011 (Archives familiales).

92Partons du témoignage de Mme Denise Marx189. Elle habitait Colmar en juin 1940 et se rendit avec ses parents à Itterswiller. Alors qu’ils pensaient être à l’abri dans ce village, ils furent expulsés par les Allemands le 15 juillet et, après avoir roulé toute une journée sans boire ni manger, ils se retrouvèrent à Dole, où ils passèrent la nuit dans la halle du marché, à même le sol. « Dans une pagaille complète » écrit-elle, après avoir passé la ligne à Parcey, la famille Marx se retrouve à Lons-le-Saunier, puis à Ruffey s/Seille dans la colonie de vacances du métro, où ils sont restés jusqu’en novembre dans des locaux non chauffés. La famille de Mme Marx fait partie des réfugiés qui sont restés par la suite pendant toute la guerre cachés dans le Jura : répartir ces familles dans les villages a été le dernier acte administratif et hautement politique du préfet Golliard.

  • 190 S. Schwarzfuchs, « Le 15 juillet 1940 : la dernière expulsion des Juifs d’Alsace », site internet d (...)
  • 191 L. Strauss, Réfugiés, expulsés, évadés d’Alsace et de Moselle (1940-1945), Colmar, Bentzinger Éd., (...)
  • 192 Le Consistoire conserve quelques listes d’expulsés, qui, avant d’être dirigés sur Lyon, puis en Dor (...)

93C’est à partir du 2 juillet que les nazis organisent l’expulsion, puis déplacent violemment ceux qu’ils considérent comme les « indésirables » présents en Alsace et Moselle, rattachés aux deux « Gaue » allemands. Les circulaires allemandes parlent des « juifs », des « Français de l’intérieur », mais aussi des « francophiles », des « Espagnols rouges » L’épisode est bien documenté, notamment par les récits rassemblés par Simon Schwarzfuchs190, par Léon Strauss191 et par quelques papiers conservés au consistoire de Strasbourg192. Parmi les premières arrivées via Parcey et Dole, il faut noter le témoignage d’Achille Weil, ancien directeur de l’hospice de Pfastatt, qui explique comment, après avoir été abandonné en rase campagne, le 16 juillet, par l’autocar allemand qui expulse son groupe de pensionnaires, il se fit conduire à la préfecture de Lons-le-Saunier où il fut reçu par le préfet :

  • 193 Cf. Schwarzfuchs, loc. cit. Voir aussi Strauss, Réfugiés…, op. cit., p. 31-32.

Ma première occupation a été de me rendre à la Préfecture où M. le Préfet du Jura, M. Golliard, m’a reçu et immédiatement il a réquisitionné un autocar, a fait réserver des lits dans l’Hôpital Civil de Lons-le-Saunier et de ce fait tous nos pensionnaires ont pu être hébergés le même soir dans des lits et réconfortés par un petit repas chaud193.

  • 194 14 juillet.

94Cette vague de réfugiés vient s’adjoindre à ceux qui sont déjà présents. La Croix du Jura194 décrit la diversification des lieux d’accueil et la variété du public :

Les Lédoniens n’ignorent pas que M. le Préfet du Jura et M. le Maire de Lons-le-Saunier ont organisé, avec le concours bénévole de quelques-uns de nos concitoyens pour les évacués volontaires ou forcés, trois centres d’hébergement fonctionnant au lycée de garçons et de filles, à l’hôpital complémentaire de l’École normale de filles, et un nouveau en installation aux anciennes Tanneries Peuget, pour coloniaux. Des milliers de Français ou Nord-Africains travaillant pour la plupart dans le Nord et dans l’Est, lorsque la guerre les a chassés de leur foyer, y sont logés et nourris avec femmes et enfants, en attendant la possibilité de rentrer chez eux.

95Le rôle de Renée Golliard est particulièrement mis en lumière par le directeur du centre d’hébergement du lycée de garçons : dans une lettre du 4 août, il explique la difficulté de mettre sur pied le système même des hébergements, faute de personnel :

Il était impossible le 16 juin de faire appel à une autre main-d’œuvre que celle du petit personnel des lycées en raison des circonstances tragiques du moment, du grand désordre qui régnait en ville et de la fuite d’une grande partie de la population. Mme Golliard a pris la responsabilité de l’embauchage et ne pouvait, devant l’extrême urgence des secours à organiser, s’arrêter à des questions d’opportunité.

96Le problème était de payer ces personnes qui, en tant qu’auxiliaires, avaient été licenciées lors du départ en vacances. Certes des titulaires avaient, même quand ils étaient mobilisés, conservé une partie de leur traitement, mais on ne saurait faire travailler gratuitement leurs épouses, ou à prix réduit. Le maire demande régulièrement au préfet d’ordonnancer des dépenses.

97Le 14 juillet 1940 est un moment de recueillement et de rassemblement : le temps est loin de l’invitation d’Herriot au Théâtre l’année précédente, et des expressions pacifistes. La guerre est là avec ses victimes, et la cérémonie au monument aux morts en est empreinte, avec les enfants des écoles, avec les associations d’Anciens combattants. Trois gerbes sont déposées par le général Guillot, le préfet du Jura et le maire de Lons. Le 28 juillet, La Croix, qu’on a vue sous le Front populaire à la pointe de l’antisémitisme, revient au grand format pour signaler, dans sa rubrique « Vie de la cité », à part les nombreux Belges parmi les convois de réfugiés, un « spectacle plus pitoyable encore, on a vu arriver un convoi d’Israélites expulsés d’Alsace par les Allemands fidèles à leurs doctrines racistes. Ces persécutés sont hébergés un peu partout ». La Croix a opportunément oublié son numéro spécial de 1937, consacré à « Parisalem » (voir plus haut) qui dénonçait les membres juifs du gouvernement. La petite cité de Lons, comme celle de Dole, fait face. À Lons, le maire et le préfet travaillent de conserve, et font l’objet des remerciements des réfugiés, qui transparaissent dans la presse. Une haie d’honneur pour le mariage de la fille du préfet, Michelle, le 23 septembre, sera organisée de façon multiconfessionnelle par les éclaireurs catholiques et juifs, sur l’escalier de l’église Saint-Désiré et, au nom de son groupe de réfugiés, Edmond Lévy, pour les réfugiés israélites alsaciens, adresse une lettre le 16 septembre aux responsables :

À la veille de quitter votre charmante cité, nous tenons à vous remercier tout particulièrement du bon accueil qui nous a été réservé et des bons soins qui nous ont été prodigués. Lorsque nous aurons retrouvé nos foyers perdus ou recréé de nouveaux foyers, nous garderons toujours un souvenir reconnaissant de la ville qui nous a donnés le premier asile après notre exil malheureux.

  • 195 AN, F1CIII, 1055.

98Ces gentilles pensées n’effacent pas les conditions difficiles de vie, ni les privations subies, ni, à certains moments, la pagaille, mais elles correspondent à la reconnaissance de l’hospitalité donnée. Septembre avançant, vient alors le problème qu’A. Golliard avait déjà rencontré à plusieurs reprises, notamment avec les réfugiés espagnols : les écoles et établissements scolaires vont reprendre, il faut les libérer, et, pour le préfet, trouver de nouveaux locaux d’hébergement. C’est à cette tâche qu’il consacre ses derniers efforts, jusqu’à son dernier jour de préfet. Auparavant, observons ses dernières activités. Les ultimes rapports du préfet Golliard, des 29 juillet et 8 août sont conservés aux Archives nationales195. On présume, sans en être sûr, que ce sont les derniers qu’il ait fait parvenir, à part les courriers spécifiques à telle ou telle affaire. Il n’y parle aucunement des réfugiés qui sont son souci principal et il ne s’y prive pas de commentaires critiques.

99Le premier rapport date du 29 juillet. A. Golliard rend compte de son activité en déplorant « la coupure entre les deux zones » qui « est allée s’accentuant », alors que pendant l’invasion il était en contact régulier avec son sous-préfet. Il poursuit en déplorant que les réserves du silo du Chemin soient uniquement réservées à la zone occupée, et que les liaisons téléphoniques soient coupées alors que La Feldkommandantur de Besançon a désigné 4 officiers chargés d’assurer l’administration civile. Le 11 juillet, A. Golliard, comme les autres fonctionnaires, a lu l’appel de Pétain :

Les fonctionnaires ne seront plus entravés dans leur action par des règlements trop étroits et par des contrôles trop nombreux. Ils seront plus libres ; ils agiront plus vite. Mais ils seront responsables de leurs fautes.

100Il a probablement eu un haussement d’épaules, lui qui était si à cheval sur la moindre faute, à commencer par les siennes potentielles vis-à-vis de l’intérêt général, comme l’illustre la présente biographie. Pour l’instant, son problème principal c’est qu’il ne peut plus administrer correctement le département et il le dit dans tous les détails :

  • 196 Le député Baud n’a pas voté pour les pleins pouvoirs. Il a été approché par Vallat pour faire le « (...)
  • 197 Cela fait sans doute allusion à la décision, dès juillet 1940, de nommer le sous-préfet de Dole « s (...)
  • 198 On se reportera à Marcot, La Résistance…, op. cit., (notamment, p. 24-25). En juillet-août 1940, c’ (...)
  • 199 Marcot (ibid., p. 37) a documenté les réquisitions officielles incessantes (vols organisés de pomme (...)
  • 200 Radical-socialiste, Pointaire fut le dernier sénateur élu du Jura avant 1940. Il vota, comme Léculi (...)

Rapport d’Alfred Golliard, préfet du Jura, 29 juillet 1940
Vous avez bien voulu me faire savoir que vous avez reçu de M. Baud196, député de la circonscription de Poligny, actuellement à son domicile à Arbois (zone occupée) un télégramme demandant des précisions sur les conditions dans lesquelles devait désormais être assurée l’administration dans la zone occupée.
Bien que n’ayant pas revu M. le Député Baud depuis sa convocation à l’Assemblée Nationale de Vichy, d’où il a regagné Arbois sans s’arrêter à Lons-le-Saunier et sans y être revenu, j’ai l’honneur de vous faire connaître que le télégramme qu’il vous a adressé me paraît répondre aux préoccupations d’esprit qui sont celles des populations comme aussi des élus, Conseillers Généraux et Maires de la zone occupée depuis que s’est affirmée et précisée la volonté des autorités allemandes d’isoler cette zone du reste du département.
Cette volonté s’est traduite par un acte de la Feldkommandantur de Besançon, en date du 18.7 dont le texte ci-joint a été porté à la connaissance de M. le Directeur de votre cabinet197.
Jusque-là et même pendant la période des hostilités du 17 au 25 juin, j’avais pu rester en contact étroit avec mon Collaborateur de Dole198, ainsi qu’avec les municipalités et les élus ; maintenir avec les uns et les autres des liaisons téléphoniques, voire les faire rétablir ; organiser d’une zone à l’autre le ravitaillement de la population ; disposer librement des blés emmagasinés dans le silo coopératif du Chemin pour l’approvisionnement en farine des deux zones ; effectuer avant le retour de la Banque de France et de la Trésorerie Générale des versements de numéraire qui s’avéraient indispensables ; mettre fin par mon intervention directe auprès des autorités d’occupation à des brimades199 externes contre des fonctionnaires ; en un mot assurer avec la collaboration de tous les élus la continuité de la vie administrative dans l’ensemble du département.
Depuis, et me semble-t-il, au fur et à mesure que s’est précisée la mise en place de notre organisation militaire du territoire, la coupure entre les deux zones est allée s’accentuant. Dès le 12 juillet, la Kommandantur de Dole a commencé d’interdire aux minotiers de la zone non occupée de s’approvisionner au « silo coopératif du Chemin », dont les existants permettaient d’assurer la soudure de l’ensemble du département.
Les liaisons téléphoniques maintenues ou rétablies entre Préfecture et la Sous-préfecture de Dole, d’une part, les cantons d’Arbois, de Champagnole, de Morez, Saint Laurent, d’autre part, ont été coupées.
Les relations entre les administrateurs communaux et les services de la Préfecture ne sont plus permises que par le fait d’une tolérance officieuse provisoire qui doit, paraît-il, prendre fin incessamment d’après les déclarations que m’ont faites ces jours derniers de nombreux maires de la zone occupée et parmi eux, le sénateur Pointaire200, maire de Dole, qui a eu dès l’entrée des Allemands dans sa ville une conduite particulièrement digne d’éloge, toute de dignité et de dévouement.
Je viens, enfin, d’apprendre que ces jours-ci, la Feldkommandantur de Besançon avait désigné quatre officiers chargés d’assurer l’Administration civile : trois sont affectés aux arrondissements respectifs de Besançon, Montbéliard, Pontarlier, du département du Doubs ; le quatrième est chargé spécialement de la partie occupée du Jura avec résidence à Dole.
L’investiture donnée par l’autorité allemande pour les parties occupées du Jura, de l’Ain et de la Haute Saône au Sous-préfet de Dole transformé malgré lui en un agent d’exécution de l’autorité occupante, sa subordination par la suite à un Officier allemand chargé à ses côtés de l’administration civile ; le rattachement artificiel de la partie occupée du département du Jura à la région de Besançon trop éloignée et avec laquelle celui-ci n’a aucun lien commercial, industriel ou agricole ; toutes ces mesures qui paraissent prises unilatéralement ont soulevé de très vives appréhensions chez les élus et les administrateurs locaux mais elles ont jeté l’inquiétude dans l’esprit des populations elles-mêmes qui étaient prêtes à supporter avec courage toutes les obligations et toutes les contraintes résultant de l’occupation militaire allemande, fortes de la certitude que leur avait donnée le discours de M. le Maréchal Pétain de continuer à vivre dans le cadre de l’organisation administrative française sous l’égide des lois françaises.
Il serait donc souhaitable que dans les départements partiellement occupés l’Administration civile puisse continuer à s’exercer sur l’ensemble du territoire comme dans les départements entièrement occupés et que des contacts soient établis, à cet effet, entre les Autorités militaires allemandes et les représentants du gouvernement français (Préfet et Sous-préfets) dont le siège se trouve en zone libre.
Le Préfet du Jura.

  • 201 Le préfet Hontebeyrie était un grand spécialiste de l’exercice quand il était préfet de Saône-et-Lo (...)
  • 202 Par exemple, celui du préfet de Vendée Jammet, et celui du successeur de Golliard à Lons, Eugène Bo (...)

101On sait combien le langage des rapports de préfets est codé et on le verra plus tard dans la rédaction de ceux écrits sous l’Occupation, où, par exemple, un préfet cite couramment d’autres personnes censées être des opposants, pour faire passer sa propre appréciation201. La comparaison avec quelques rapports de préfet écrits à la même époque202 montre, comparativement, que Golliard exprime de vives critiques. L’allusion à la promesse de Pétain est particulièrement claire à ce propos : elle reproche implicitement au gouvernement de céder devant les autorités d’occupation et Golliard suggère une solution contraire à celle imposée par l’occupant à Besançon, mais pour une application plus large. Selon les témoignages de son entourage – surtout sa fille Michelle – il est bien conscient de cette position, puisque c’est à ce moment qu’il dit à cette dernière qu’il « a signé sa condamnation ». Il a reçu les principaux hommes politiques qui restaient présents dans la zone libre, dont Laurent Monnier, qui le dénoncera bientôt comme homme de la gauche et de l’ancien régime (voir chapitre 4). Il n’a donc aucune illusion. Il ne pourra non plus approuver les déclarations du chef de l’État du 13 août, qui se targue des

mesures très nombreuses que nous avons prises ou qui sont déjà envisagées pour rouvrir à la France meurtrie les portes de l’avenir : épuration de nos administrations, parmi lesquelles se sont glissés trop de Français de fraîche date ; répression de l’alcoolisme, qui était en train de détruire notre race ; encouragement à la famille, cellule essentielle de la société et de la patrie ; réforme de l’instruction publique, en vue de la ramener à sa fonction éducatrice et à son rôle national.

102Comment ne comprendrait-il pas comme destinée à des gens comme lui la phrase suivante du même Pétain ?

Parmi les épreuves qui pèsent sur nous, les unes ont un caractère de fatalité, ce sont celles qui proviennent de la guerre et de la défaite ; il ne dépend pas de nous d’en atténuer la rigueur. D’autres ont leur source dans les mêmes causes qui ont conduit le pays au désastre, dans la démoralisation et la désorganisation, qui, comme une gangrène, avaient envahi le corps de l’État en y introduisant la paresse et l’incompétence, parfois même le sabotage systématique aux fins de désordre social et de révolution internationale. [...] Ces causes ne disparaitront qu’avec le changement des hommes.

103Les archives n’ont pas conservé son rapport du 1er août, dont il parle plus tard dans son rapport du 8 août, lequel est beaucoup plus court. Le 8 août, il écrit :

Rapport d’Alfred Golliard, préfet du Jura, 8 août 1940
Comme suite à mes rapports du 29 juillet et du 1er août [ce rapport du 1er août n’est pas dans la bande], j’ai l’honneur de vous faire connaître que M. le Dr Léculier, Sénateur et Président de la Caisse régionale de Crédit agricole du Jura m’informe qu’il n’est plus possible à sa Caisse régionale, qui a consenti des avances importantes de fonds aux associations agricoles et aux cultivateurs par l’intermédiaire des Caisses locales situées en zone occupée, d’exercer le contrôle prévu par la législation et en particulier, par le décret du 29 avril 1940.
Le fonctionnement normal de cet organisme est d’autant plus désirable que les économies des cultivateurs du département s’y trouvent déposées et que l’immobilisation des fonds qui résulte des circonstances actuelles ne peut être que préjudiciable au crédit de l’État.
Je vous signale également que les autorités allemandes ne permettent plus l’accès en zone occupée à Mgr l’Évêque du Diocèse dont ils (sic) avaient jusqu’ici toléré le passage pour l’exercice de son ministère. D’autre part, quarante prêtres de son clergé, desservant les communes occupées, récemment démobilisés, n’ont pas été autorisés à réintégrer leurs paroisses.
Le préfet du Jura.

  • 203 Il s’agit du carton 19780222/1 (ministère de l’Intérieur, secrétariat général).
  • 204 À l’époque, le familier de Chautemps est encore appelé à de belles fonctions : de première classe, (...)

104Un échange de lettres retrouvées fortuitement aux Archives nationales203 illustre opportunément l’état d’esprit du préfet dans les derniers jours de sa présence à Lons : il a décidé de mener une guérilla bureaucratique contre tous les actes de l’occupant, et il se sert pour cela du droit administratif dans lequel il excelle. C’est au demeurant l’une des qualités qui le rendaient si indispensable à ses différents préfets, notamment à Strasbourg (voir chapitre 2). Dans cette affaire, il est opposé à son collègue du Doubs, Roger Hontebeyrie204, dont les réactions, bien différentes, sont tout aussi éloquentes. Golliard ne sait pas encore, à cette époque, que le brillant responsable au ministère de l’Intérieur, Jean-Pierre Ingrand, est en train de le classer comme « médiocre ». Il entre en relation épistolaire avec Paul Demange, qui, de son côté, est en train de préparer sa destitution avec le même Ingrand et le ministre Peyrouton.

105L’incident illustre les inconvénients de la division de l’administration du département. En effet, comme on l’a vu, la partie occupée (zone de Dole) se trouve désormais sous l’administration du Doubs (préfecture en zone occupée) administrée par Roger Hontebeyrie. A. Golliard écrit à Demange, au ministère, le 13 septembre, soit quelques jours avant d’apprendre qu’il est mis en retraite, pour répondre à une dépêche de 26 août dans laquelle le ministère lui indiquait qu’il devait partager les attributions pour la partie occupée du département avec le préfet du Doubs (« l’exercice des attributions administratives et des pouvoirs de tutelle ») ; il précise que l’ingénieur des Ponts et Chaussées du Jura n’a reçu aucune instruction de son ministère à ce sujet et ne croit pas devoir se mettre en relations avec son collègue du Doubs. Se bornant à constater le dysfonctionnement, Golliard s’en lave les mains en quelque sorte, en demandant des instructions, qu’il ne recevrait évidemment pas plus qu’Hontebeyrie, qui fut trop heureux de quitter Besançon pour Dijon à la fin du mois. Le même jour, Golliard fait saisir un convoi de carburant. Il s’agit d’un camion contenant 8 000 litres d’essence destinés à la population civile du Doubs, dit-il, qui a été arrêté par la gendarmerie à Crotenay le 3 août et conduit par un gendarme, à Lons, pour être remis au commandant militaire du département, le général Guillot, lequel en a avisé le préfet. L’ingénieur des Ponts et Chaussées a alors prononcé la réquisition du camion. C’est pourquoi le 5 août, Golliard avise le secrétaire d’État aux Communications de cette réquisition par télégramme en demandant des instructions. En retour, le préfet se voit avisé par ce dernier le 10 août du fait que le transfert de l’essence n’était pas autorisé et lui demande de le garder à Lons. Golliard ne peut qu’éprouver un certain plaisir à cette incohérence entre les deux autorités, dans la situation dans laquelle il se trouve. Cette “Schadenfreude” doit être d’autant plus grande que le camion était accompagné d’un document de saisie allemand (« certificat de non réquisition émanant des autorités allemandes »). La Laurencie (responsable à Paris de la délégation générale dans les territoires occupés, DGTO) ne peut que, le 1er septembre 1940, se plaindre au ministère de l’intérieur de l’action du préfet du Jura qui « ne peut que nuire aux rapports entre l’Administration française et l’Administration militaire allemande ». Golliard n’aurait sans doute pas pu être plus heureux des effets de sa réquisition, approuvée par le secrétaire d’État aux communications ! S’il a pu aussi ressentir un peu de revanche à l’égard de son collège plus gradé que lui et qui le méprise peut être un peu, l’essentiel pour lui était de s’opposer à la volonté de l’occupant.

106À l’instruction que le secrétariat d’État à l’Intérieur lui donne de faciliter le « libre passage de denrées de première nécessité vers la zone occupée », il met son interlocuteur, là encore, devant la contradiction existant, à l’époque, entre la réglementation du ravitaillement et celle de l’agriculture. Cette réglementation « interdit formellement le passage en zone occupée de toutes denrées alimentaires » et, plaide Golliard, a été jusqu’à présent appliquée de façon rigoureuse. Faut-il ne plus le faire, demande-t-il à l’Intérieur ? De son côté, Hontebeyrie saisit La Laurencie le 17 août pour faire reculer cet ennuyeux personnage du Jura, par un courrier courroucé : « Les observations, écrit-il, faites au propriétaire du camion » à la préfecture du Jura « ont manqué de mesure, pour ne pas dire plus » ; les « services » du Jura, ont déclaré « qu’ils n’avaient aucun souci de la partie du département occupé, dont l’administration » relevait des autorités allemandes. C’est pourquoi Hontebeyrie demande que les « termes offensants » employés par « son collègue du Jura » soient condamnés et qu’on y mette en terme en intervenant auprès de lui. Il ajoute que ce n’est pas la première fois que de telles choses arrivent dans le Jura et dans l’Ain. Hontebeyrie se plaint que la position de ses collègues de l’Ain et du Jura le mettent en mauvaise posture vis-à-vis de l’occupant. Ce point le plus clair de son argumentation est repris par La Laurencie, qui tranche en déplorant

la position dans laquelle ils mettent mon Administration à l’endroit des autorités d’occupation qui interprètent comme une méfiance à leur égard et un manque de confiance dans leurs écrits, les réquisitions qui sont faites, et ai-je à ajouter, que leur mécontentement se traduit par des brimades nouvelles à l’encontre de la population occupée.

107Le camion a-t-il finalement rejoint le Doubs ? Ni Golliard ni Hontebeyrie n’en ont sûrement su le fin mot, l’un étant destitué la semaine suivante, l’autre étant promu à Dijon après le départ du préfet Chevreux !

  • 205 V. Claustre (« L‘accueil des derniers juifs expulsés d‘Alsace en juillet 1940 dans la zone non occu (...)
  • 206 AN, F1a 4147. Rapport sur le service des réfugiés réalisé en août, à la suite d’un rapport de l’IGA (...)
  • 207 Lors de l’inspection d’avril 1942, il y avait 3 500 réfugiés recensés dont 1 339 Alsaciens-Lorrains (...)
  • 208 Voir Claustre, « L’accueil dans la zone... », op. cit.
  • 209 R. Gaudillier, « La question juive dans le Jura », Travaux 1997, Lons-le-Saunier, Société d’émulati (...)

108La dernière intervention du préfet Golliard dans le département fut surtout consacrée aux réfugiés. On a vu l’activité importante d’accueil et d’hospitalité, souvent de fortune, que les autorités de Lons ont organisée avec le préfet depuis l’invasion. Mais un grand nombre de réfugiés, en majorité expulsés par persécution antisémite, sont encore présents dans les centres d’accueil de Lons. La rentrée des classes, nous apprend La Croix du Jura du 8 septembre, est fixée au 16, alors que l’internat est occupé par les réfugiés. Il est impératif de trouver un point de chute pour ces personnes, dont le nombre est évalué à environ 1 200205. Comme en a témoigné sa fille Michelle, le préfet Golliard décide, à ce moment, d’en organiser systématiquement le refuge dans les villages et les couvents aux alentours de Lons. Les choses sont faites dans l’urgence. Beaucoup de réfugiés quittent au même moment le Jura, comme ceux qui, on l’a vu, manifestent leurs remerciements aux autorités. Mais, de son côté, le préfet, dès le 10 août, a expliqué aux maires le principe général des rapatriements hors du Jura, par circulaire, en fonction des domiciles et des zones. Pour les réfugiés qui restent, le préfet envoie aux maires concernés une première circulaire le 13 septembre, dans laquelle il annonce à ceux-ci qu’il va faire transférer en urgence 50 personnes, par exemple, dans la commune de Commenailles. Le lendemain, une autre circulaire annonce le transfert effectif pour le 18 septembre. Le préfet indique expressément, dans cette seconde circulaire aux maires que le matériel de couchage leur sera, pour autant que nécessaire, fourni par le directeur des centres d’hébergement qui vont devoir être évacués. Les réfugiés d’Alsace et Moselle, en grande majorité juifs, qui restent à Lons, sont donc répartis, entre 8 et plus de 50 personnes par village, autour de Lons dans une trentaine de villages (Bletterans, Commenailles, Voiteur, Chaumergy, Ruffey, Courlans, Macorney, Maynal, Beaufort, etc.). Vincent Claustre a trouvé aux Archives départementales du Jura les traces de ces réfugiés, en particulier en raison du fait qu’ils étaient pris en charge comme réfugiés d’Alsace, percevant des subsides au titre des secours de droit commun aux réfugiés. Le fait qu’ils fussent en grande majorité d’origine juive n’a aucunement modifié ces secours, y compris lors de l’installation des remplaçants du préfet Golliard, et même après l’éviction de son successeur immédiat, Eugène Bosc, en 1943. Une première inspection de la préfecture du Jura a lieu en 1942, à l’époque du préfet Bosc (inspecteur : Bancal), qui débouche ensuite sur une inspection du service des réfugiés quelques mois plus tard. J’ai retrouvé le rapport de l’inspection générale des services, effectué par l’inspecteur en 1942206, qui porte un jugement globalement positif sur le fonctionnement du service, et mentionne que la majorité des secourus sont « israélites »207. Malheureusement, tous les réfugiés mis à l’abri fin septembre 1940 n’ont pas été saufs. Les occupants ont mis en œuvre arrestations et persécutions, ainsi que des rafles, comme dans le village de Gevigney en avril 1944, qui aboutit à la déportation des victimes208. D’autres travaux ont montré les persécutions des Juifs dans le département209.

109Au total, pour un peu plus d’un millier de personnes, malgré la répression et les rafles localisées qu’on connaît par ailleurs, la période de l’Occupation dans le Jura, grâce à l’organisation initiale de l’hébergement en toute hâte à la mi-septembre, par le préfet Golliard en partance, a contribué à ce que la majorité de ces familles survécurent dans leur refuge. Le préfet Golliard eût été content de l’apprendre. Sa veuve Renée aussi, qui ne l’apprît pas, puisque ce fait n’est connu pleinement que depuis la publication de Vincent Claustre.

  • 210 Parmi plusieurs mentions, citons L’Écho de la montagne, 4 octobre 1940 (AD39, 247W 313), sous l’ent (...)

110Renée Golliard n’a probablement pas lu non plus les remerciements que son action pour les réfugiés a suscités dans plusieurs organes de presse jurassiens au moment du départ du couple du Jura le 23 septembre 1940210. Elle les méritait, comme son mari.

Notes

1 T. I, p. 122-142. Édouard Herriot écrit ses mémoires, publiées en 1948, chez flammarion. Herriot a rencontré son ancien élève Golliard, pour la dernière fois, à Lons-le-Saunier, le 25 juin1939, quand il est venu faire un exposé sur la Révolution française, répondant à l’invitation de la Fédération lédonienne des Arts et Lettres. Il est intervenu, à la demande de sa veuve, pour appuyer la réintégration de Golliard, en mars 1946. Il aurait donc pu mentionner son élève. Mais il préfère s’emporter contre un autre, lauréat qu’il a présenté au concours général, Henri Robert Laurent, qui l’a trahi pour passer à l’Action française. Herriot est emporté par ses « douleurs » : « Cet injurieux désaveu d’un jeune homme à qui j’avais consacré tant de veilles m’a causé une longue douleur et je n’ai jamais pardonné à M. Charles Maurras une entreprise qui a été sans nul doute l’une de ses nombreuses mauvaises actions ».

2 Sont successivement secrétaires généraux à Strasbourg : Surchamp, Vernet, Golliard.

3 En février 1940, il est promu sur place, mais à compter de 1937, comme préfet de 1e classe et il sera juilletisé en novembre 1941.

4 Il est en disponibilité en mai 1940, puis en retraite à partir d’octobre de la même année. Il sera nommé préfet de la Libération en 1944.

5 AD 67, 98AL 1614.

6 On a rencontré M. Le Hoc quand il était chef du service central à la DGSAL, chargé notamment de présider les réunions administratives à propos des réfugiés (voir chapitre 2).

7 Il sera juilletisé en septembre 1940, comme Golliard, alors qu’il était préfet de l’Allier, et deviendra directeur de la Famille et de la Santé à Poitiers (en décembre 1940).

8 AN, F1 BI 1077.

9 Cité dans La Croix du Jura, 14 juin1936.

10 Biographie politique par P. Jeambrun, Charles Dumont, un radical de la Belle Époque, Paris, Tallandier, 1985.

11 Voir plus loin. Les « cinq » journées sont prévues pour durer du 3 au 7 juin 1936.

12 Registre des délibérations, Mairie de Lons-le-Saunier, 30 août 1936.

13 Qui répète qu’il n’est pas du parti, depuis son exclusion en 1913, voir plus loin ; « pas de chez nous » est l’expression des radicaux, en particulier d’Herriot, rappelle le Jura socialiste, le 8 février 1936.

14 Dès ses débuts politiques dans le département, il s’est spécialisé à la Chambre dans les affaires financières et budgétaires (Jeambrun, Charles Dumont…, op. cit., p. 109 sq.).

15 Paul Brun sera préfet dans la Saône-et-Loire en août 1940. Il a fait un court passage par le Jura. À dix ans de moins que Golliard, il est nommé directeur de cabinet du ministre Paul Marchandeau et directeur de l’administration départementale et communale en octobre 1934. Il est promu conseiller d’État en mars 1935.

16 Voir chapitre 4.

17 Se reporter à G. Sacriste, La République des constitutionnalistes. Professeurs de droit et légitimation de l’État en France (1870-1914), Paris, Presses de Sciences Po, 2011, p. 432 sq., à J. Siwek-Pouydesseau, Le syndicalisme des fonctionnaires jusqu’à la guerre froide (1848-1948), Lille, Presses universitaires de Lille, 1989, et, ici, au chapitre 1.

18 Voir « Mutation démocratique à la Ligue (1925-1940) », Agora, n° 40, 2006.

19 Le Démocrate du Jura, 24 novembre 1934.

20 AN F7 13026.

21 C’est la tendance Émile Roche.

22 Le Démocrate du Jura, 6 octobre 1934.

23 On y retrouve les candidats Charles Nachon, Charles Dumont, notamment.

24 C’est un thème que reprendra Dumont, et, plus généralement toute une opinion, dont les échos lors du débat sur le « partage du travail » dans les années 1990 en France ont été évidents (voir plus loin).

25 Il est mentionné présent à la séance du 14 décembre 1934. Compte rendu de la séance de 1935, dans Le Démocrate du Jura, 4 mai 1935.

26 L’expression est courante pour faire l’éloge d’un fonctionnaire qui partage les orientations politiques majoritaires de l’époque. Au moment du Front populaire, Arsène Gros emploie à peu près la même expression pour laisser entendre que Golliard est un homme de la gauche en 1936 (voir plus loin)

27 Il s’agit de Paul Morel. Pour le rôle de Paul Morel dans la carrière d’Alfred Golliard, voir chapitres 1 et 2.

28 Dumont a bénéficié de la présence d’un préfet du Jura, Guillemaut, installé en 1911, protégé de Caillaux, qui a eu une exceptionnelle longévité, puisqu’il est resté dans le poste jusqu’en 1930.

29 Jeambrun, Charles Dumont…, op. cit., notamment la troisième partie, p. 187 sq., « La débâcle ».

30 À sa mort, il était en train de préfacer l’ouvrage de L. Girard, La vigne et le vin en Franche-Comté, les vignobles comtois devant le problème des appellations d’origine, Besançon, Jacques et Demontrond, 1939.

31 « Vingt-cinq ans de vie publique, Lettre à Messieurs les délégués sénatoriaux », Lons, Verpillat, 1924 (AD 39 Br. 1824).

32 Compte rendu des délibérations, 1re session de 1938, p. 59-64.

33 Il est cité par La Croix du Jura du 17 mai 1936, qui rend compte de la première session du CG.

34 Le Démocrate du Jura, 10 novembre 1934.

35 Ibid., 17 novembre 1934.

36 Qui s’engagea dans la Résistance.

37 AD 39, Mp 831, Lettre du préfet du 13 septembre 1940 au commandant militaire de Bourg. Voir aussi, la remarque ironique d’A. Golliard, en 1938, à Dole, le qualifiant de « préfet de Dole », lors de la réunion de la Chambre de Commerce de Dole, le 17 mai 1938, La Vie doloise, 21 mai 1938.

38 AD 39, 70J, Fonds privé Georges Augé.

39 Jura socialiste, 17 novembre 1934.

40 Il faut aussi compter avec l’hebdomadaire Le Salinois, qui diffuse à 5000 exemplaires.

41 Dans la fin du xixe et la première partie du xxe s., P. Jeambrun a montré qu’il y a une tradition antisémite forte dans le journal La Croix (Charles Dumont…, op. cit.).

42 Le journal cite un sénateur qui a interpellé le ministre, 19 août 1934.

43 25 novembre 1934.

44 La Croix du Jura.

45 La Croix du Jura, 17 février 1935.

46 7 et 14 octobre 1934.

47 AD 39 Mp 70/2, Courrier au ministère de l’intérieur du 28 juin 1935.

48 AD 39, M 3955.

49 AD 39, Mp70/2.

50 Le 20 juillet 1935.

51 Ibid.

52 Ibid.

53 La thématique de l’utilisation publique du drapeau rouge cristallise fréquemment des conflits à l’époque : en sont témoins les traces de ces conflits trouvés dans plusieurs dossiers personnels de préfets (voir par exemple les archives Billecard, AN).

54 La Croix du Jura, 14 juillet 1935.

55 Le Dr Barthelet figure, aux Archives du Jura (331 W 141/6) dans une liste parmi celles adressées pas le Commissaire spécial au chef des RG à Lyon, le 24 janvier 1945 sous la rubrique Liste des membres du PPF : né le 3.8.94 à Auxonne, Côte d’Or, docteur en médecine à Montbarrey, il est noté en fuite : il est conseiller départemental membre du PPF et de la milice, dont il aurait été capitaine à Besançon, en fuite. Barthelet est parmi les nommés par arrêté du ministre de l’intérieur du 23 mars 1943 au conseil départemental [Liste dans le Bulletin des actes de la préfecture : recueil hebdomadaire des actes administratifs, n° 1-7-43, spécial dans le dossier 75W308.]

56 AD 39, M3955, rapport du 15 juillet 1935.

57 Rémi Gaudillier, AD 39, 1936, « L’originalité jurassienne ». Voir aussi le mémoire de D. Daeschler, « Le Front populaire dans le Jura », mémoire de maîtrise, Université de Besançon, 1979.

58 AN, F1 b1, 1077.

59 Le Jura socialiste, 9 mai 1936.

60 Berstein, Histoire du parti radical…, op. cit., t. II. Ainsi, dans les Vosges voisines, une partie des radicaux considèrent Marc Rucart comme trop rouge (ibid., p. 423).

61 AN, F1 b1 769, dossier personnel de sous-préfet.

62 Froissard a été ainsi dépeint par ses adversaires. Louis Nachon, pour Le Jura socialiste (9 mai 1936) est « député par la grâce des curés et des pires réactionnaires ».

63 Le Démocrate du Jura, 11 juillet 1936.

64 À propos d’É. Guénon, le congrès déclara qu’on lui « laisse le soin de décider de ses actes » (il avait écrit au congrès annonçant son absence).

65 AD 39, Mp 449/4.

66 Notons qu’Aimé Froissard figurera sur la liste du personnel préfectoral mort pour la France.

67 AN, F1 b1 769.

68 AN, F1 b1 776.

69 Marcel Peyrouton est secrétaire d’État, puis ministre de l’Intérieur, du premier gouvernement de Vichy. Paul Demange est son directeur du personnel et l’artisan de l’exclusion précoce des préfets qui ne convenaient pas au nouveau régime, dont Alfred Golliard, mis en retraite grâce à la loi du 12 septembre 1940.

70 Ce point est repris dans l’introduction du chapitre 4, qui s’ouvre par l’éviction d’Alfred Golliard.

71 Il est possible que Laurent Monnier, vice-président du conseil général, soit à l’époque déjà lié avec le journal dont il deviendra un moment directeur, sous le régime de Vichy, de la fin 1940 à 1943.

72 L’interlocuteur en question est d’ailleurs parfaitement identifiable : il s’agit de Laurent Monnier, industriel des forges de Baudin, à Toulouse, élu de droite, vice-président du conseil général en 1940.

73 C’est lors de sa démission de maire que le conseil municipal, alors présidé par Charles Cencelme, a décidé de lui rendre cet hommage. Alors qu’il adoptait la position d’un « sanctionné », prétendument obligé de démissionner pour son honneur, Guénon s’apprêtait à siéger pour longtemps au conseil municipal nommé par Vichy, et prenait au passage sa part des honneurs.

74 AD 39, M3955. Télégramme du 15 juillet 1936.

75 Ibid. Circulaire du 10 juillet 1936.

76 Le Démocrate du Jura, 6 juin 1936. Le quotidien Le Nouvelliste, anti-Front populaire, fait une relation similaire.

77 Numéro intitulé « Parisalem », publié en supplément du numéro du 31 janvier 1937.

78 Polémiste antisémite qui écrivait notamment dans Gringoire.

79 Compte rendu des délibérations du Conseil général du Jura, séance du 5 mai 1938, p. 60, Gallica, BNF.

80 La Croix du Jura, 5 juillet 1936.

81 Le Démocrate du Jura (27 juin 1936) publie à la une les débats parlementaires à ce propos, accompagnés du commentaire hypocrite selon lequel « le Sénat républicain est en très grande majorité acquis à l’idée que son devoir constitutionnel de contrôle lui interdit d’entraver l’expérience Léon Blum que le suffrage universel a voulue ». On sait évidemment que le gouvernement Blum « tombera » devant le Sénat.

82 Pour le détail de cet épisode, on se reportera au compte rendu des délibérations, commenté dans « Alfred Golliard, préfet résistant (1881-1944), matériaux pour une biographie », rapport pour le ministère du travail, CEE, mars, 2007, <halshs-0045700> [https://hal.inria.fr/halshs-00457000/document].

83 Le 11 juillet 1936.

84 Dans ce public, un auditeur spécial est probablement son fils Claude, qui, à 16 ans, ne cache pas des tendances rebelles.

85 Discours tapuscrit, Archives familiales.

86 Ce fut l’un de ses thèmes favoris de discours, par exemple, à la fin des années 1920, dans les Vosges, quand il inaugurait régulièrement les monuments aux morts qui accompagnèrent la reconstruction du département, qu’il conduisait pour le compte du préfet (voir chapitre 1).

87 Le Démocrate du Jura, 4 juillet 1936.

88 « La loi de 40 h avait, et elle a encore à mes yeux cette importance toute puissante qu’elle représentait dans le progrès de la civilisation, cette attribution aux travailleurs de dividendes […] leur part légitime dans le mouvement de la civilisation et le progrès qui appartient à tous les hommes », déclare Léon Blum au procès de Riom. Voir P. Mazé et R. Genebrier, Les grandes journées du procès de Riom, Paris, La Jeune Parque, 1945, p. 150 sq.

89 Voir « Alfred Golliard, préfet résistant », op. cit., p. 239-243.

90 AD 39, Mp330. Rapport du 22 février 1937. Voir aussi A. Gay et Theurot, Histoire de Dole, Toulouse, Privat, 2003, p. 221. Dole est une ville industrielle active (bicyclettes, fromages, etc.). Proche est aussi Tavaux, où est installé Solvay ; en 1936, y est ouvert l’aéroport de Tavaux-Dole.

91 La thèse de La Vie Doloise, comme celle du gouvernement, fut que la grève a été un échec total (AD 39, dossier grèves).

92 « Alfred Golliard, préfet résistant », op. cit., ibid.

93 AN, F7 13034. Voir aussi AD 39, Mp 330. Rapport du 27 février 1937.

94 Cet industriel sera plusieurs fois candidat sénateur pour la droite.

95 Ibid., 25 septembre 1935.

96 Ibid, 24 novembre 1936.

97 AD 39, 145J 9 (Rouget de l’Isle).

98 Charles Dumont présidait le comité de patronage, aux côtés du préfet.

99 Les pièces qui fondent la présente relation ont été consultées aux Archives municipales de Lons-le-Saunier.

100 Lettre manuscrite du 27 juin 1936.

101 L’euphémisme vaut pour le drapeau rouge, comme dans la circulaire du ministre de l’Intérieur.

102 Voir plus haut la citation de la circulaire ; c’est cette stricte application que fait le préfet Golliard, le 14 juillet qui suit, en rendant compte à son ministre : « le cortège s’est ensuite rendu à la Bourse du Travail où a été déposé le drapeau syndical qui avait figuré dans le cortège, encadré de deux drapeaux tricolores. » (AD 39, M3955).

103 AN, F/7/13034, Rapport au ministère de l’Intérieur, 23 juin 1936.

104 AN, 323AP/23, Archives Billecard. Lettre du maire au préfet.

105 Archives municipales de Lons, Dossiers Rouget de l’Isle. Lettre au maire du 31 mars 1936.

106 Il deviendra maire de Lons à la mort de Cencelme, en 1937, et le restera sous l’Occupation, nommé en mars 1941, jusqu’en 1944. Il sera également responsable de la Légion et du Secours national. Guénon sera à cette époque premier adjoint : le 7 avril 1941, il remercie de cette nomination le préfet Bosc ainsi : « En vous remerciant, Monsieur le Préfet, de l’honneur que vous m’avez réservé, je vous donne l’assurance de mon entier dévouement à l’œuvre entreprise par le gouvernement du Maréchal, dont vous êtes le Représentant dans le département » (AD 39).

107 Archives municipales de Lons, Dossiers Rouget de l’Isle.

108 Cette organisation était signalée par le préfet comme regroupant des éléments appartenant majoritairement aux milieux de droite (voir ci-après).

109 AN, AS/43/6. Fonds de l’Union fédérale, Papiers Henri Pichot.

110 La lettre du ministre du 8 septembre figure dans les papiers consacrés à Mareschal dans le fonds Roux-Champion (AD39, J33).

111 « L’autorité préfectorale n’était pas qualifiée pour intervenir dans leur accomplissement et ne pouvait que se borner à porter cette démarche à la connaissance du Maire, ce qu’elle n’a pas manqué de faire ».

112 Le préfet, dans son rapport du 25 novembre 1935 (AN F/7 13034), avait noté le caractère particulièrement actif de l’Union des mutilés de Lons, dirigée à l’époque par M. Nicod, signalant que ce groupement rassemblait principalement des membres de droite.

113 Les pièces de cette opération figurent dans les papiers d’Henri Mareschal (AD 39, J33).

114 Le Salinois, dans son édition du 29 juillet 1936, mentionne ce qu’il appelle « divers incidents »« cortège avec drapeau rouge défilant en ville, interdiction aux anciens combattants de participer au défilé officiel, antithèse violente entre le discours préfectoral et les paroles de M. Charles Dumont ».

115 Archives municipales Lons-le-Saunier. Registre des délibérations, 18 juillet 1936, p. 493.

116 Avant sa démission, il a aussi rencontré un vote négatif sur l’approbation des comptes du Centenaire, déficitaires (registre des délibérations du Conseil, 18 juillet). Les onze conseillers municipaux ayant voté contre la délibération ont cependant fait savoir qu’elle ne mettait nullement en cause le maire Guénon (article publié dans L’Indépendant, Lons-le-Saunier, 29 juillet 1936).

117 Ce fut le cas au moment de la visite à Lons du ministre Campinchi, mais aussi par exemple de la cérémonie du 11 novembre 1938. Le préfet envoya à sa suite, le 15 novembre, ses félicitations à Mareschal (AD 39, M 3956).

118 À cette date, 71 établissements sur les 263 de plus de dix ouvriers du département du Jura se sont mis en grève. 2 814 ouvriers sur un total de 11 853, soit environ 25 %, étaient grévistes. « 8 établissements seulement, sur les 71 établissements qui furent touchés, licencièrent des ouvriers ayant fait grève le 30 novembre. Le 1er décembre on comptait 103 licenciements. Par suite d’interventions diverses, en particulier celles du service d’inspection, des réintégrations d’ouvriers licenciés ont été obtenues […] à la date du 1er mai 1939, 90 réintégrations ont été obtenues sur les 103 licenciements enregistrés au 1er décembre 1938. » (AD 39, Conseil général du Jura, Sessions de 1939-1940, p. 493-494).

119 Voir S. Berstein, La France des années 1930, Paris, Armand Colin, 2002, p. 137.

120 AD 39, Mp 495/1. Rapport du 18 janvier 1936.

121 La Vie doloise, 24 novembre1936.

122 Voir sa fiche pour l’Occupation aux Renseignements généraux (AD 39).

123 14 novembre 1936.

124 En cette mesure, malgré l’exclusion dont il fait l’objet depuis sa « trahison » du parti radical en 1913, pour entrer dans le gouvernement de Barthou comme ministre des finances (son titre essentiel de gloire), Dumont est bien dans la ligne de l’opposition au gouvernement du Front populaire.

125 Golliard utilise, en 1939, avec Léculier : « mon cher sénateur et cher ami ; pour Pointaire, « monsieur le sénateur » ; pour Berthod, « Monsieur le ministre » (voir AD 39, M 3977).

126 AD 39, Conseil général, 1re session 1937, p. 81-82.

127 Cette fixation sur Blum, qu’il partagea avec tant de misérables, était, en 1998, analysée comme humoristique et bonhomme par son fils Jean, interrogé au téléphone (le 17 septembre 1998).

128 AD 39, Mp 464/1. Dépêche du 18 mars 1937 du ministère de l’Intérieur.

129 Il s’agit de la Commission paritaire pour les salaires des employés municipaux des carrières et de celle des secrétaires de mairie instituteurs (AD 39, 75W 306). Ces commissions portent la date du 11 décembre 1940.

130 Dossier administratif, 1 P 30504 (2)/16511. Nous laissons ici de côté sa carrière de résistant. L’activité de Robert Lallemand en tant que résistant est évoquée à plusieurs reprises, par ailleurs, dans Henri Chazelle, Dole sous la botte, Dole, Imprimerie Chazelle, 1979.

131 La Vie doloise du 21 février 1937, citée par la dépêche du ministre de l’Intérieur (AD 39, Mp 464/1).

132 Lequel général n’avait pas donné suite aux invectives du personnage dérangé. Les actions de Robert Lallemand (né en mai 1894, blessé en 1914 et en 1915) sont largement condamnées pas sa hiérarchie – il est classé comme officier médiocre et souvent sanctionné –, et il est finalement mis en retraite d’office le 23 octobre 1934. Non seulement il a menacé alors de faire sauter le ministère de l’Intérieur, et menacé le général Denain, mais il avait en outre fait l’objet d’une enquête avec retrait d’emploi, finalement classée, pour avoir organisé en 1924 l’intrusion de cinéastes de l’aviation allemande pour filmer des avions français.

133 AD 39, Mp 464/1.

134 On trouve des pièces de correspondance dans les papiers de Mareschal (AD 39, fonds J33).

135 AD 39, Mp464/1.

136 Dans La Vie Doloise : « Nous espérons qu’ayant donné des gages certains au « frente popular » en em..bêtant (nous disons bien embêtant) un Maire (sic) national, il grandira désormais avec une rapidité qu’il n’a pas connue jusqu’à ce jour. » (janvier 1938).

137 Lallemand est condamné à une amende de 16 francs, sans sursis, sa peine est confirmée en appel mais avec sursis, « compte tenu des circonstances très spéciales de l’affaire ».

138 AD 39, M 3977.

139 L’éloge est écrit par Jean Celard, membre du conseil général (conseiller de Saint-Amour), qui sera, en mars 1943, président du nouveau conseil nommé par Vichy sous l’égide du préfet Bosc. « Il a acquis au cours de sa vie, dans tous les milieux, des sympathies profondes : ses puissantes et nombreuses relations, il sait les mettre au service de tous ceux qui font appel à lui, sans distinction de politique ou de milieux » ; « il a le don d’élever toujours le débat et de le faire passer des questions de personnes dans le domaine des idées » (La Vie doloise, 1er juillet 1939).

140 Sur ce point, voir Geneviève Dreyfus-Armand, L’exil des républicains espagnols en France, de la guerre civile à la mort de Franco, Paris, Albin Michel, 1999, notamment p. 38-40.

141 AD 39, M/p 251/5.

142 Ces deux départements sont inclus dans l’annexe ii de l’instruction générale du ministère de l’Intérieur de mai 1937 parmi les départements d’hébergement.

143 AD39, M/p. 199/1.

144 Dreyfus-Armand, L’exil…, op. cit., p. 40 sq.

145 M/p 197/6.

146 Le texte utilise une argumentation humanitaire impeccable.

147 Il s’agit des mêmes secours que ceux prévus pour des chômeurs de droit commun, 8F par jour, pour les chefs de famille, 4,5 et 4F pour les plus et les moins de 16 ans à charge et conjoints.

148 Voir R. Schor, L’opinion française et les étrangers en France (1919-1939), Paris, Publications de la Sorbonne, 1985, p. 674.

149 Les Archives départementales du Jura gardent la trace d’une abondante correspondance entre préfectures à propos des réfugiés, et, en particulier avec la préfecture de Chartres, alors tenue par J. Moulin.

150 Campinchi connaît depuis longtemps Golliard, qu’il a recommandé, comme le montre le dossier F1bI 1077.

151 AD 39, Mp 239/20. Le préfet écrit : « La situation extérieure préoccupe tous les esprits. Néanmoins, la majorité de la population, bien qu’ayant suivi très attentivement les divers événements du mois écoulé, est loin d’être alarmée ».

152 Sur cette période, et sur l’impréparation du gouvernement et l’« obsession de la sécurité de la France » du ministre Albert Sarraut, voir Dreyfus-Armand, L’exil…, op. cit., p. 40-55.

153 AD 39, 4M687. Il le fallait car le centre des Rousses était une colonie de vacances administrée par le conseil général.

154 Dans une réponse au député Baud, Alfred Golliard parle de « 1 946 réfugiés à la charge de l’État », ce qui inclut probablement toutes les sortes de réfugiés, y compris les Espagnols restés de 1937 et des non-Espagnols.

155 Il reste à ce moment environ 200 réfugiés de 1937 sur le millier arrivé dans le Jura.

156 AD 39, 4M687.

157 AD 39, 4M 688.

158 Un arrêté du préfet attribue des heures supplémentaires aux dactylos.

159 Les deux communes de Santans et Montbarrey sont proches : leurs maires Lallemand et Barthelet ont des relations politiques étroites.

160 La Vie doloise, 6 février 1939.

161 AD 39, M251/4.

162 Ainsi, voir AD 39, Conseil général du Jura, Procès verbaux, 1938, séance du 3 novembre 1938, p. 19 : « Nous avons trouvé dans le Comité lédonien des Dames de France, des femmes admirables telles que Mme Rivoire qui s’est consacrée tout entière à cette œuvre, au détriment de sa santé, et, je n’ai pas besoin de vous le dire, avec le désintéressement le plus complet puisque ce sont les membres de sa famille qui paient les prix de pension les plus chers ».

163 Voir son rapport du 7 avril 1939 au ministère de l’Intérieur, qui fait suite aux plaintes de Dumont et de Mme Rivoire (AD 39, 4M 687). fin février, le préfet demande l’affectation d’un instituteur et d’une institutrice dans le centre, où il y a 200 enfants.

164 En mars 1940, ils sont encore nombreux dans le Jura et le préfet signale que les locaux ne pourront bientôt plus être utilisés pour les réfugiés en raison des mesures de guerre et d’évacuation.

165 Voir Dreyfus-Armand, L’exil…, op. cit.

166 AD 39, Conseil général du Jura, Procès-Verbaux, 1938, p. 54 sq.

167 Ibid., p. 59.

168 AD 39, Conseil général du Jura, Procès-Verbaux, 1939, p. 11-15.

169 Le préfet assiste à l’enterrement, avec les sénateurs et les députés Bazin, Nachon et Gros, et les conseillers généraux Javel et Girard, ainsi que Laurent Monnier (voir Jeambrun, Charles Dumont…, op. cit., p. 256).

170 Archives familiales.

171 Charles est le frère du député Louis.

172 AD 39, Conseil général du Jura, Procès-verbaux, Séances des 8 et 9 mai 1939.

173 La question préalable permettait, à l’époque, d’empêcher les débats du Conseil général de traiter de sujets politiques trop ouvertement contraires à la politique du gouvernement, comme on l’a vu à Strasbourg, dans les controverses avec les autonomistes (voir chapitre 2).

174 Ce dernier, né en 1868, a alors 71 ans.

175 « qu’aucune grève risquant de provoquer des retards ne soit tolérée », concluait la motion qui, selon son auteur, avait « un but patriotique ». (Procès-verbal, ibid., p. 23).

176 « Nous sommes à un moment où nous avons tous le désir de voir la plus grande union exister entre les Français, quel que soit le parti auquel ils puissent appartenir. Le Président Herriot le rappelait ces jours derniers à la population lyonnaise. Je vous prie donc, Messieurs, de bien vouloir vous borner à une discussion aussi brève que possible, sinon je me verrai dans la nécessité de poser la question préalable » (ibid., p. 117).

177 Liste des conseillers votant pour : Bariod ; Billot ; Bœuf, de Borde ; Michel Bouvet, Dr Bret ; Celard ; Collin ; Culas ; Henri Faton ; Dr Gaillardot ; Gérard ; Graby, Grandmottet, Javel, Jeandot, Léculier, Machard, Monnier, Moret-Jean, Nachon, Camille Pactet, Picot d’Aligny, Sailland et Vugier.

178 Il s’agit bien évidemment d’une « neutralité » tout à fait artificielle en l’occurrence. Le préfet, dans la session du 14 novembre 1939, lira, au demeurant, le télégramme de Daladier qui répond aux éloges renouvelés du Conseil général du Jura avec « sa satisfaction profonde de recevoir leur approbation pour continuation œuvre défense nationale ». (AD 39, Procès verbaux, séance du 14 novembre, p. 13).

179 Compte rendu « à Lons-le-Saunier : la Conférence de M. Herriot » (AD 39, M3977).

180 AD 39, M 3956. Cérémonie du 150e anniversaire de la Révolution française.

181 AD 39, MP783.

182 Archives municipales, Lons-le-Saunier (dossier H. Affaires militaires, réfugiés, guerre 39-45). Sauf signalement différent, les pièces citées proviennent de ce fonds.

183 F. Marcot, La Résistance dans le Jura, Besançon, Cêtre, 1985, p. 38.

184 AN, F1 c III, 1559.

185 C’est auprès de la KK que les habitants doivent se rendre pour les papiers administratifs (Ausweise).

186 Un balcon donne sur la nef de l’église, depuis le bâtiment de la préfecture.

187 S’y ajoutent : Guérin, Mouratille, Renod, A. Renaud, Verpillat, Mercie ainsi que Jaillet et Barbier, chefs de service à la préfecture.

188 Le Maréchal Pétain, Appels aux Français, Toulouse, imprim. régionale, 1940.

189 Recueilli par lettre du 9 mai 2011 (Archives familiales).

190 S. Schwarzfuchs, « Le 15 juillet 1940 : la dernière expulsion des Juifs d’Alsace », site internet du judaïsme alsacien, http://judaisme.sdv.fr/histoire/shh/expuls/exp1.htm (consulté notamment le 30 janvier 2018).

191 L. Strauss, Réfugiés, expulsés, évadés d’Alsace et de Moselle (1940-1945), Colmar, Bentzinger Éd., 2010.

192 Le Consistoire conserve quelques listes d’expulsés, qui, avant d’être dirigés sur Lyon, puis en Dordogne, séjournèrent notamment dans l’établissement de Bletterans, listes que j’ai pu consulter grâce à M. Martin Berg, secrétaire général, en 2006.

193 Cf. Schwarzfuchs, loc. cit. Voir aussi Strauss, Réfugiés…, op. cit., p. 31-32.

194 14 juillet.

195 AN, F1CIII, 1055.

196 Le député Baud n’a pas voté pour les pleins pouvoirs. Il a été approché par Vallat pour faire le « missi dominici » au moment de l’avènement du régime de Pétain, mais il n’a pas donné suite, et il se rapprochera plus tard de la résistance.

197 Cela fait sans doute allusion à la décision, dès juillet 1940, de nommer le sous-préfet de Dole « sous-préfet des départements du Jura et de l’Ain occupés » mais ce n’est qu’en 1941 qu’il sera délégué dans les fonctions de préfet, en la personne de Georges Augé.

198 On se reportera à Marcot, La Résistance…, op. cit., (notamment, p. 24-25). En juillet-août 1940, c’est via Parcey que le passage se fait : c’est le poste officiel de l’entrée en zone interdite pour les Belges, Luxembourgeois, Hollandais, Alsaciens et Lorrains, dont le retour est nécessaire à l’effort de guerre ou à l’économie du Reich. Ces rentrées « officielles » sont parfois individuelles, mais le plus souvent en convois organisés. Il y a aussi les expulsions de plusieurs centaines de Juifs, de Tziganes et autres « asociaux » (sic) des territoires occupés courant août 1940, par le Reich. Les arrestations sont nombreuses. Très vite, l’internement est porté à un mois ou plus. Parfois, la déportation suit l’internement ; certaines personnes sont abattues durant leur tentative de passage. Les paysans doivent demander des « Ausweise » à la Kommandantur de Dole. Les demandes doivent être traduites en allemand, ce qui donne lieu à de fructueuses tractations pour les interprètes.

199 Marcot (ibid., p. 37) a documenté les réquisitions officielles incessantes (vols organisés de pommes de terre, de porcs…). Il s’agit, dit-il, d’un « pillage toléré, quand il n’est pas organisé par les autorités allemandes ». Le commissaire de police spécial français de Chaussin signale ainsi le 13 septembre 1940 qu’« à chaque relève des troupes allemandes, les postes TSF, les automobiles, les vélos, les machines à écrire, ont dû être fournis par la Mairie, les occupants emportant à leur départ ce qui leur avait été fourni à l’arrivée » (ibid.) Marcot relate deux exemples de brimades : une commerçante de Morez, qui refuse d’accepter les marks d’occupation pour paiement, se voit infliger une amende de 6 000 F ; un commerçant de Champagnole voit son magasin fermé un mois pour avoir refusé de vendre un parapluie de femme à un soldat allemand.

200 Radical-socialiste, Pointaire fut le dernier sénateur élu du Jura avant 1940. Il vota, comme Léculier, les pleins pouvoirs à Pétain.

201 Le préfet Hontebeyrie était un grand spécialiste de l’exercice quand il était préfet de Saône-et-Loire.

202 Par exemple, celui du préfet de Vendée Jammet, et celui du successeur de Golliard à Lons, Eugène Bosc.

203 Il s’agit du carton 19780222/1 (ministère de l’Intérieur, secrétariat général).

204 À l’époque, le familier de Chautemps est encore appelé à de belles fonctions : de première classe, il est nommé d’abord préfet de Dijon en septembre 1940 au moment où Golliard est destitué. Il continue sa carrière jusqu’à son arrestation en 1944 et il sera déporté en tant que « personnalité-otage », puis sera l’un des seuls à reprendre la carrière.

205 V. Claustre (« L‘accueil des derniers juifs expulsés d‘Alsace en juillet 1940 dans la zone non occupée du Jura », Travaux 2014 [Société d‘émulation du Jura], 2015) a écrit l’histoire détaillée des réfugiés juifs qui sont restés hébergés dans le Jura, à partir de leur installation à la mi-septembre 1940 jusqu’à la Libération dans un grand nombre de villages autour de Lons, qu’il a identifiés.

206 AN, F1a 4147. Rapport sur le service des réfugiés réalisé en août, à la suite d’un rapport de l’IGA sur la préfecture en avril 1942. Un rapport réalisé par l’inspecteur Bancal a été demandé au début de 1943, qui a abouti à la rétrogradation de Bosc comme conseiller de préfecture à Paris.

207 Lors de l’inspection d’avril 1942, il y avait 3 500 réfugiés recensés dont 1 339 Alsaciens-Lorrains. Le rapport mentionne une population de « 60 à 70 % d’israélites » et ajoute : « mais elle observe une attitude généralement correcte » (p. 13, op. cit.)

208 Voir Claustre, « L’accueil dans la zone... », op. cit.

209 R. Gaudillier, « La question juive dans le Jura », Travaux 1997, Lons-le-Saunier, Société d’émulation du Jura, 1998, p. 197-227.

210 Parmi plusieurs mentions, citons L’Écho de la montagne, 4 octobre 1940 (AD39, 247W 313), sous l’entrefilet « à la préfecture » : « M. Golliard, qui, depuis plusieurs années, se trouvait à la tête de l’administration départementale vient de quitter Lons-le-Saunier. Nous lui adressons et nous offrons à Mme Golliard qui témoigna de tant de dévouement à l’égard des réfugiés, tous nos vœux de calme retraite ».

Table des illustrations

Titre fig. 20 -Cour intérieure de la préfecture de Lons-le-Saunier (cérémonie septembre 2014). AF (autorisation JCB), photo Jacques Chaput, septembre 2014
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre fig. 21 - Le personnel politique du Jura en 1936 : sénateurs et députés. (1er rang) de gauche à droite, Henri Léculier, Alfred Golliard, Charles Dumont, Aimé Berthod ; (2e rang) Maurice Bazin et Charles Nachon, députés. AF (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre fig. 22 - Herriot arrive à Lons (devant sa voiture) pour la conférence historique de juin 1939, avec AG (au 1er plan). AF (autorisation JCB).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search