Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1837

Septembre 1837

Texte intégral

  • 1 Claude-Joseph Tissot est originaire non de Jougne, mais des Fourgs, village sur lequel il a écrit (...)

11 er septembre. — Pérennès a donné hier son dîner pour le décanat. Aucun de ses confrères n'y assistait. Bourgon s'en est excusé par des raisons assez bonnes ; Bach est parti pour l'Alsace et Bénard pour Paris. Au dessert, Viancin a chanté quelques couplets de circonstance qui ont été trouvés fort jolis mais qu'il n'aurait pas été possible de chanter devant Bourgon, à moins de vouloir l'assassiner. A ce dîner assistaient Pauthier qui, comme je l'ai dit, est ici depuis quelques jours et Tissot, le professeur de philosophie de Dijon, notre ami commun, arrivé ce matin se rendant à Jougne1 dans sa famille.

  • 2 Ami et compatriote de G. Fallot, Paul Ackermann avait été son exécuteur testamentaire ; il publier (...)
  • 3 Les études de l'abbé Dartois sur les patois ont été perdues. Elles ne figurent pas dans les quelqu (...)

22 septembre. — M. Ackermann, de Montbéliard, l'ami et le futur éditeur de Fallot2, est ici depuis ce matin. C'est un jeune homme de 24 ans, très savant particulièrement dans les langues et qui est aussi spirituel que s'il ne savait rien. Il m'a dit qu'il s'occupait d'un travail sur les patois de la province et je lui ai promis le catalogue assez borné des ouvrages écrits dans le patois de Besançon, de Vesoul, d'Arbois ou de Voiteur, car je n'en connais pas d'autres. Je l'ai mis en rapport avec Proudhon, le linguiste, mais j'ai oublié de lui parler de l’abbé Dartois qui pourrait lui être aussi fort utile, en raison de ses immenses recherches sur le patois de nos montagnes3.

  • 4 Sur les relations du chevalier Bard et de Weiss, outre ce qui est largement évoqué par Weiss lui-m (...)

33 septembre. — Les vacances nous ramènent successivement tous nos compatriotes qui passent leur vie à Paris, au milieu des délices de la centralisation. Cet après-midi, j'ai reçu la visite de M. le comte Adolphe de Circourt qui revient de Paris en passant par l'Allemagne inférieure et la Suisse qu'il a explorée comme s'il l'avait vue pour la première fois. Il est depuis trois mois en voyage, et il m'a parlé des glaciers de l'Oberland de manière à me faire venir l’eau à la bouche ; mais je n’ai pas en moi la moindre curiosité. Tout en voyageant ou, si l’on veut, en changeant de place, il trouve toujours le moment de travailler, et il a rapporté quelques articles pour la Revue des Deux Bourgognes qui vient de trouver un ennemi de plus dans l'illustre Joseph Bard4, de la Côte-d'Or, dont le manifeste, que M. de Circourt m'a promis, est imprimé dans la Revue française et étrangère.

  • 5 Pierre-Simon Ballanche (Lyon 1776–Paris 1847), écrivain, imprimeur et éditeur ; Weiss l'avait renc (...)
  • 6 L'emploi de l'imparfait indique bien qu'il s’agit de Jean-Baptiste-Louis Gresset (1709-1777), le p (...)

44 septembre. — J'ai donné à dîner à M. Ackermann, un très modeste dîner, une compote avec un morceau de pâté, dont il a bien voulu se contenter. J’aurais voulu pouvoir lui donner pour convives Viancin, mais il était parti pour sa villa sans venir me souhaiter le bonjour, ou Pérennes qui avait d'autres engagements, en sorte que nous avons dîné tête à tête, avec nos deux uniques plats et un chétif morceau de fromage. Si j'en juge par moi, le dîner a été assez gai. M. Ackermann est un homme si spirituel, il a tant de ressources dans son imagination et dans sa mémoire que la conversation n'a pas langui un instant. Mais je suis forcé d'en convenir, je le trouve trop délicat sur la langue française et trop tranchant, je ne dis pas pour un jeune homme tel qu’il est, mais pour un aristarque tel qu'il croit être. Ainsi Ballanche5, suivant lui, est un homme qui n'a pas ajouté la moindre chose à la littérature française, et Gresset6 n'est qu'un poète incorrect qui ne savait pas manier la langue, qui connaissait mal l'instrument dont il devait se servir ; il y a plusieurs fautes contre la grammaire dans la préface de Villemain de la dernière édition du Dictionnaire de l'Académie française.

  • 7 Jean-Pierre Pagès de l'Ariège (1784-v. 1854). Avocat à Toulouse ; après avoir été procureur impéri (...)

55 septembre. — La conversation que j'ai eue ce matin avec M. Adolphe de Circourt mériterait d’être consignée ici mot pour mot, mais je n'ai malheureusement pas de sténographe à ma disposition, et force est de se contenter des lambeaux que ma mémoire déjà peu sûre a pu retenir. Elle a roulé, comme on pense bien sur l'actualité de la littérature. Victor Hugo, qui s'adore seul, n'a plus d'amis et voit chaque jour diminuer, même à Paris, le nombre de ses lecteurs. Il doit finir, comme son père, par grossir le nombre des fols d'orgueil. M. de Lamartine veut faire du bruit à tout prix ; il réunit à sa table en même temps l'abbé de Lamennais, l'anti-social Didier, son secrétaire, connu par des déclarations intempestives contre le pape et la cour romaine, et Pagès (de l'Ariège)7, se prétendant de bonne foi du système républicain. Quel amalgame ! Et que doit-on en espérer ?

  • 8 Auteur de la belle Déposition de Croix du Musée de Besançon, provenant de la collection Granvelle.
  • 9 Celui peint par le néerlandais Antonis de Mooz ou Antonio Moro (Utrecht v, 1519–Anvers 1576), le p (...)

66 septembre. — J'ai revu M. de Pina, l'ex-maire de Grenoble, qui revient de Contrexéville pour sa santé et de Baden où il était allé voir un ami d'enfance. Il retourne en hâte à Grenoble parce que le choléra en approche et qu'il ne veut pas s'amuser dans un voyage d'agrément tandis que sa femme et ses enfants seraient en proie au redoutable fléau. Je lui ai fait voir notre musée en l'absence de Lancrenon. Il a été charmé du Bronzino8 et du portrait du duc d'Albe9, mais il ferait bon marché je pense du reste de nos tableaux car il n’en a rien dit.

77 septembre. — M. Riduet vient de découvrir chez un marchand de ferraille une tête antique d'un travail très précieux. Elle a malheureusement été endommagée par celui qui l'a trouvée, parce qu’il a voulu s'assurer si par hasard elle était d'or. Ce morceau n'est est pas moins digne de figurer dans le cabinet d'un amateur, et M. Riduet n'en a pas beaucoup de ce mérite-là.

  • 10 Texte identique à celui du 28 août de cette même année !

88 septembre.Jeanne d'Arc, poème (en dix chants) par M. Bonvalot, in-18, imprimerie de Casimir à Paris10.

99 septembre. — L'Académie a bien fait de remettre au concours l'éloge de l'abbé d’Olivet. Déjà deux concurrents se présentent qui peuvent donner l'un et l’autre d’excellents morceaux de critique littéraire et grammaticale : M. Aubert-Aix, le censeur du collège, et M. Ackermann, qui ne serait pas fâché de débuter par remporter une palme à Besançon.

1010 septembre. — Le professeur Gouniot vient d'arriver de Lons-le-Saunier et sa qualité de membre du jury l’a forcé de sacrifier quelques jours des ses vacances déjà rognées par le conseil académique. Il rapporte, avec une Grammaire complète qu'il voudrait bien pouvoir vendre à un imprimeur, un poème dont il ne m’a pas encore dit le sujet mais qu'il m’a promis de me lire un de ces matins.

1111 septembre. — Notre député, M. Clément, est depuis quelques jours à Besançon, logé chez son ami M. Ordinaire. Mon état de santé ne m'a pas encore permis d'aller lui rendre visite, mais je l'ai par hasard entrevu. Il m'a dit que la dissolution de la Chambre était certaine. Ainsi nous ne tarderons pas à voir les premiers symptômes du choléra électoral dans la recrudescence de la calomnie contre M. de Magnoncour à qui l'on ne peut pardonner sa fortune malgré le noble usage qu'il en fait.

1212 septembre. — Je viens de lire l’éloge funèbre du professeur Arbey qu'a prononcé M. Martin, professeur suppléant, à la distribution des prix de l'Ecole secondaire de médecine. Ce petit morceau confirme l'idée que j'avais du talent de M. Martin et je ne doute pas maintenant qu'il ne soit un jour une des lumières de notre école.

  • 11 Aldebrandin de Sienne ou Aldebrand de Florence, médecin né en Toscane, probablement mort à Troyes (...)

1313 septembre. — J'ai obtenu ces jours derniers de Vieille-Muguet, mais non sans peine, pour notre Bibliothèque, un manuscrit fort ancien du Traité d'Aldebrand11, médecin du xiiième siècle. Malheureusement, il se trouve imparfait de trois feuillets qui sont coupés par la moitié. Si je m'étais aperçu plus tôt de cette imperfection, je n'aurais pas fait tant de bassesses pour l'obtenir.

1414 septembre. — Jouffroy est arrivé ce matin par le courrier. On croyait qu'il ramènerait M. de Magnoncour, mais il n'est pas encore de retour à Paris. Il est probable qu'en quittant Boulogne d'où le froid a dû le chasser, il aura fait une excursion en Angleterre. La santé de Jouffroy s'est un peu améliorée, mais il ne s'est pas senti la force de faire son cours, et il est douteux qu’il puisse le faire l’année prochaine. Dans les loisirs que lui donnait la maladie, il s'est occupé de l’histoire de son canton de Mouthe et il a déjà recueilli sur cette obscure partie de notre province plus de cent pièces imprimées ou manuscrites dont la réunion jette un grand jour sur la manière dont nos montagnes se sont peuplées. Il est fort à désirer que ses loisirs lui permettent de terminer ce travail.

  • 12 Charles-René Forbes, comte de Montalembert (Londres 1810-Paris 1870). Après sa rupture avec Lamenn (...)

1515 septembre. — M. de Montalembert12, le biographe consciencieux de sainte Elisabeth, est venu visiter aujourd'hui notre Bibliothèque ; il y a rencontré Jouffroy dont il a suivi les cours mais qu’il ne connaissait qu'imparfaitement. La conversation qu’ils ont eue ensemble sur les points les plus ardus de la politique a été fort intéressante. M. de Montalembert est aussi libéral que catholique, ce qui doit convenir merveilleusement à M. de Grammont dont il a épousé la petite-fille. Il habite maintenant Villersexel ; notre province lui plaît et il cherche à y faire l'acquisition d'une terre ; j'aimerais encore mieux qu'il achetât un hôtel à Besançon et qu'il vînt y passer une partie de l'année. Sa présence seule donnerait du mouvement aux jeunes intelligences et leur ferait grand bien. Il repart demain, mais il m'a laissé l'espoir que nous pourrions le revoir cette année.

1616 septembre. — Je demandais aujourd'hui à Jouffroy si la traduction de Confucius ouvrirait à Pauthier le poste de l'Académie des Inscriptions. « Non, m'a-t-il répondu, parce que ses travaux n'ont aucune valeur pour les savants. Il traduit au hasard, sans intelligence, imprimant des pages qui n’offrent aucun sens raisonnable, et malheureusement, à cela, je ne crois pas qu'il y ait de remède, autrement je me serais déjà brouillé avec lui ou du moins j'en aurais couru le risque en cherchant à l'éclairer sur les défauts de ses ouvrages. » Tout ce que m'a dit Jouffroy là-dessus m'a fait de la peine, mais ne m'a point surpris ; j'avais l'instinct du peu de capacité de Pauthier par sa conversation et par le choix de ses plus intimes amis, tous de l'école nébuleuse qui prend chaque jour de l’accroissement en France, et particulièrement dans notre province.

  • 13 Ferdinand-François d'Avalos ou Pescara, marquis de Pescaire (1490-1525), l'un des plus habiles cap (...)

1717 septembre. — Jouffroy est parti ce matin pour Quingey d’où il se rendra à petites journées à Pontarlier. M. de Magnoncour est arrivé comme il allait monter en voiture ; ils ont pu se parler et il ne tardera pas de revenir. M. de Magnoncour a fait, comme je le conjecturais, une excursion en Angleterre. Il m'en a rapporté pour notre Bibliothèque trois magnifiques volumes : les orateurs grecs et un Homère d'Alde, puis la Chronique du marquis de Pescaire13, in folio, goth., l'édition originale, en parfaite condition.

1818 septembre. — J'ai donné à dîner à l'abbé Receveur, qui est venu passer le temps des vacances dans sa famille. L'injustice qu'on lui a faite de ne pas le nommer professeur en titre à la Sorbonne, où il est chargé du cours de morale depuis six ou sept ans, l'a tout à fait exaspéré contre les anciens ministres. Il s'exprime sur leur compte en termes si peu mesurés que j’aurais honte de les transcrire ici. C'est à peine si on pourrait les concevoir, sortant de la bouche d'un sot sans éducation. La tournure que sa mauvaise humeur a donné à mon petit dîner m'en faisait désirer la fin. Elle est arrivée et je suis sorti avec ce pauvre Viancin, aussi surpris que moi du ton de notre abbé républicain.

1919 septembre. — M. Dés.-Alb. Thibaudet, que j’ai mille raisons de croire un jeune homme, se propose de faire imprimer dans la Sentinelle du Jura une suite de feuilletons qui contiendront un Précis sur l'histoire parlementaire de la Franche-Comté ou essai sur la révolution de 1668. Ce titre suffit pour me prouver que M. Thibaudet n'est pas l'homme destiné à donner l'histoire de la province. Précis sur est un solécisme ; parlementaire, mot mis à la mode pour exprimer ce qui tient aux assemblées législatives, ne peut signifier l’histoire du parlement ; et la révolution de 1668 dont il est question n’est rien moins que la première conquête de la province par Louis XIV. Comment D. Monnier, à qui l'ouvrage est dédié, permet-il à l'auteur de s'exprimer d'une manière aussi barbare dans son titre ?

  • 14 Louis-Léopold Chambard (Saint Amour 1811–Neuilly 1895). Cet élève de David d'Angers et d'Ingres ré (...)
  • 15 Pierre-Marie Prost (né à Saint-Amour en 1776) était élève de Chinard ; il se fixa à Lyon en 1843.

2020 septembre. — Louis-Léopold Chambard14, âgé de 26 ans, élève de M. David, a remporté le premier prix de sculpture à l'Académie de Paris. M. Chambard est né à Saint-Amour. Celle bonne nouvelle, apportée par les journaux d'aujourd'hui, m'a fait éprouver une vive satisfaction. Saint-Amour est déjà la patrie de M. Prost15, sculpteur, à qui l'on doit tous les beaux monuments du cimetière Loyasse à Lyon.

2121 septembre. — Depuis quelques jours on voit, comme dit ce fol de Flajoulot dans l'Impartial, au musée de l'Ecole de dessin, des tableaux que le jeune Baille, fonctionnaire de la ville, a rapportés de Paris. La copie de la Vierge au nid de Raphaël, quoique très remarquable, ne me plaît pas, mais son esquisse du cardinal de Richelieu, déchirant avec un canif le tapis de la table m'a frappé vivement cl, j'ose le croire, nous promet un peintre distingué.

2222 septembre. — On a commencé la démolition de l’ancien abattoir de la place de la Poissonnerie. Ce vieux bâtiment, sans caractère et qui par conséquent ne peut être respecté, sera dans quelques mois remplacé par une jolie maison ornée de boutiques élégantes, d'après les plans de l'architecte Martin.

  • 16 Voir Journal, i, note page 342.
  • 17 Jacques-Gérard Milbert (Paris 1766-1840), peintre de paysages et graveur au burin. En 1800, il par (...)

2323 septembre. — M. Roux de Rochelle16, résident de France aux Etats-Unis à l'époque de la Révolution de 1830, m'a fait remettre pour la Bibliothèque un exemplaire de son Histoire des Etats-Unis. Ce beau volume, orné d'un grand nombre d'estampes assez médiocres, si l’on en excepte celles de Milbert17, appartient à la collection publiée par les Didot sous le titre de l'Univers pittoresque.

2424 septembre. — Le beau temps favorise l'achèvement des travaux entrepris pour l'élargissement de la rue Chifflet ; elle sera dans le mois prochain livrée au public. Cinquante ouvriers sont occupés à démolir l'hôtel de Vezet, et cent autres à paver la nouvelle voie qui sera bordée de larges trottoirs pour les piétons, ou à construire les bâtiments dont les façades symétriques doivent remplacer les vieilles et sales murailles entre lesquelles les piétons circulaient comme entre les murs du corridor d’une prison.

  • 18 Voir Journal, i, note page 379.

2525 septembre. — Le Journal de la Librairie arrivé ce matin indique, si je ne me trompe, un nouveau poète franc-comtois : J. Amy, l'auteur de l'Arc de triomphe et du Panthéon, deux poèmes héroïques, les a fait suivre du Barde du Jura au xixème siècle. C'est cette pièce-là qui me fait conjecturer qu'il est de notre pays. A la première occasion, je m'en informerai près de Pallu18, de Marmier, etc.

2626 septembre. — Pauthier est parti pour la Suisse d'où il doit revenir dans une quinzaine de jours ; il m'a remis un article pour l'Impartial dans lequel il rappelle ses principaux titres à l'estime de ses compatriotes, avec une naïveté qui prouve que le long séjour qu'il a fait à Paris ne lui a pas donné cette impudence orgueilleuse qui semble le trait caractéristique des littérateurs de notre époque. Cet article qui ressemble à une annonce de libraire contient l'indication des ouvrages qu'il a faits et de ceux qu'il a sous presse, sans un seul mot d'éloge. Je l'ai remis à l’imprimerie en demandant une épreuve sur laquelle je ferai les additions convenables.

2727 septembre. — M. l'abbé Brocard m'a fait voir un manuscrit en 3 volumes in 4° contenant l'Histoire des couvents de l’ordre de l'Annonciade, établis dans notre province. Ce manuscrit qu'il m'a dit fort curieux et dont l'auteur est un abbé Rouget, chapelain des Annonciades de Pontarlier, a été acheté par Melle Grusse, qui se propose d'en faire don à la maison des Annonciades de Langres. Il est vraiment fâcheux que, par un zèle mal entendu, le pays se trouve privé d'un ouvrage qui renferme des particularités intéressantes de son histoire, que l'on chercherait vainement ailleurs.

2828 septembre. — La ville de Salins, que je viens de visiter avec Pérennes, demande depuis longtemps sa réunion au département du Doubs, avec une sous-préfecture. Persuadés que, s'ils n'ont pas réussi dans leurs démarches, c'est pour n'avoir pas eu jusqu'ici de députés, les salinois se proposent de porter aux prochaines élections leurs suffrages sur le conseiller Béchet, qu'ils jugent capable de soutenir leurs droits.

2929 septembre. — Pendant mon absence qui n'a pas été bien longue, M. de Magnoncour a fait porter à la Bibliothèque la collection en plâtre des frises du Parthénon, dont il fait hommage à la ville pour son musée.

  • 19 Edme-Jean-Baptiste Meusy (Lucey en Côte-d'Or 1793–Besançon 1847), sera élu à l'Académie de Besanço (...)
  • 20 Collège de l'Arc, à Dole.

3030 septembre. — On nous annonce des changements dans le personnel de nos professeurs. Meusy19, qui remplace Génisset à la Faculté dans la chaire des lettres grecque et latine, laisse vacante la chaire de rhétorique au collège. Son successeur sera sans doute quelque élève de l'Ecole normale, chargé de porter la lumière dans cette province. Bénard passe au collège d’Arc20 et sera remplacé par un nouvel aigle dont le nom est encore inconnu.

Notes

1 Claude-Joseph Tissot est originaire non de Jougne, mais des Fourgs, village sur lequel il a écrit plusieurs ouvrages.

2 Ami et compatriote de G. Fallot, Paul Ackermann avait été son exécuteur testamentaire ; il publiera en 1839 son manuscrit, intitulé Recherches sur les formes grammaticales de la langue française et de ses dialectes au xiiième siècle.

3 Les études de l'abbé Dartois sur les patois ont été perdues. Elles ne figurent pas dans les quelques papiers du futur vicaire général entrés à la Bibliothèque municipale de Besançon en 1988.

4 Sur les relations du chevalier Bard et de Weiss, outre ce qui est largement évoqué par Weiss lui-même, voir la note de Kaye, Les correspondants de Weiss, pp. 57-58.

5 Pierre-Simon Ballanche (Lyon 1776–Paris 1847), écrivain, imprimeur et éditeur ; Weiss l'avait rencontré à Paris lors de son séjour dans la capitale en 1822. Il était le fils d'un artisan franc-comtois établi à Lyon. Il a écrit plusieurs œuvres d'inspiration mystique. Il sera membre associé correspondant de l'Académie de Besançon en 1834 et entrera en 1842 à l'Académie française.

6 L'emploi de l'imparfait indique bien qu'il s’agit de Jean-Baptiste-Louis Gresset (1709-1777), le poète de Ver-Vert, et non d'Henri Gresset, poète de Lons-le-Saunier, contemporain de Weiss qui évoque plusieurs fois ses œuvres dans le Journal.

7 Jean-Pierre Pagès de l'Ariège (1784-v. 1854). Avocat à Toulouse ; après avoir été procureur impérial à Saint-Girons en 1811, il s'opposa à Charles X dans la France méridionale. Elu député libéral de Saint-Girons en 1830, jusqu'en 1842, puis de Toulouse en 1847.

8 Auteur de la belle Déposition de Croix du Musée de Besançon, provenant de la collection Granvelle.

9 Celui peint par le néerlandais Antonis de Mooz ou Antonio Moro (Utrecht v, 1519–Anvers 1576), le protégé du cardinal de Granvelle.

10 Texte identique à celui du 28 août de cette même année !

11 Aldebrandin de Sienne ou Aldebrand de Florence, médecin né en Toscane, probablement mort à Troyes vers 1287. On lui attribue, sous le nom de Régime du corps, une compilation d'hygiène faite pour la vulgarisation, le plus ancien ouvrage du genre écrit en français.

12 Charles-René Forbes, comte de Montalembert (Londres 1810-Paris 1870). Après sa rupture avec Lamennais (1834, condamnation de l'Avenir) il devient le chef des catholiques libéraux ; il sera à la tête d'un comité pour la défense de la liberté religieuse (1844) et s'exprime dans l'Univers. Représentant du Doubs à la Chambre des députés en 1848. Parmi ses études médiévales, il écrivit en 1836 une Histoire de sainte Elisabeth de Hongrie. Il entra à l'Académie française en 1851. Il était allié à la famille de Grammont par son mariage avec Marie-Anne de Mérode et acquit le château de Maîche.

13 Ferdinand-François d'Avalos ou Pescara, marquis de Pescaire (1490-1525), l'un des plus habiles capitaines de Charles-Quint, appartenait à une noble famille du royaume de Naples. Fait prisonnier à la bataille de Ravenne en 1512, il composa en captivité un Dialogue sur l'amour, dédié à sa femme Vittoria Colonna, célèbre par son esprit et sa beauté, qui fut l'amie de Michel-Ange.

14 Louis-Léopold Chambard (Saint Amour 1811–Neuilly 1895). Cet élève de David d'Angers et d'Ingres réalisa en 1837 Marius à Carthage et plus tard différentes sculptures : Bacchantes, etc...

15 Pierre-Marie Prost (né à Saint-Amour en 1776) était élève de Chinard ; il se fixa à Lyon en 1843.

16 Voir Journal, i, note page 342.

17 Jacques-Gérard Milbert (Paris 1766-1840), peintre de paysages et graveur au burin. En 1800, il participa comme dessinateur à une expédition dans les terres australes ; en 1815, il partit en Amérique du Nord où il resta sept ans pour s'y livrer à des recherches d'histoire naturelle.

18 Voir Journal, i, note page 379.

19 Edme-Jean-Baptiste Meusy (Lucey en Côte-d'Or 1793–Besançon 1847), sera élu à l'Académie de Besançon en 1842.

20 Collège de l'Arc, à Dole.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search