Version classiqueVersion mobile

La République jusqu’à la mort

 | 
Jean-Claude Barbier

Chapitre 2. Secrétaire général à Strasbourg (1925-1934)

Texte intégral

Introduction

  • 1 Renée, dite Babet, est née à Vesoul le 12 novembre 1912, alors qu’ils étaient jeunes mariés ; Miche (...)
  • 2 Le général Frère est né en août 1881. Fondateur de l’Organisation de résistance de l’armée (ORA), i (...)
  • 3 Maurice Toesca, dans ses écrits censés être satiriques, mais assez plats en définitive, n’a pas mis (...)
  • 4 Il défend Pierre Mendès-France en 1940.

1Quand il rejoint Strasbourg, en octobre 1925, comme secrétaire général [parfois abrégé en SG], Alfred Golliard est un fonctionnaire accompli. Avec quatorze ans d’ancienneté, il a connu trois affectations essentielles : Vesoul, Avignon et Saint-Dié. Dans chacun de ces postes, Renée et lui ont accueilli un nouvel enfant1. Claude a maintenant cinq ans, Michelle onze et Renée treize. Les grandes vont au lycée et le petit à l’école. Les Golliard habitent rue du Maréchal Pétain, une adresse symbolique, qui n’est pas éloignée de la préfecture (aujourd’hui rue du Général-Frère2). En 1925, Alfred Golliard a encore sa mère, qui mourra en 1934 (voir chapitre 3). Il est bien considéré dans sa belle-famille, les Bajard, qui possèdent une demeure familiale à Ceyzériat, où le couple Golliard séjourne de temps à autre. Arrivé à Strasbourg à presque 44 ans, il quittera l’Alsace pour le Jura à 53 ans, pour prendre son premier poste de préfet de 3e classe. Considérée avec le recul, et aussi dans la perspective de ce qui va se dérouler à partir de 1925, la carrière d’Alfred Golliard est globalement un succès depuis 1911, et surtout 1912. « L’incident » de 1925 à Saint-Dié n’a pas lieu d’être considéré comme d’importance : comme on l’a vu, l’organisation de cabales et de conflits plus ou moins scandaleux dans la presse politique locale est une constante de la vie du corps préfectoral à l’époque3. On peut comparer des trajectoires professionnelles analogues pour s’en convaincre. J’ai choisi de comparer Golliard à Vernet, Roussillon, Fonlupt et Latour, qui sont proches en âge ou dont plusieurs sont passés par le poste de secrétaire général à Strasbourg. Le tableau 1 (annexe 2) montre que jusqu’au premier poste de sous-préfet de 1e classe, les carrières de ces hommes sont proches. Ensuite les différences s’accélèrent, et Golliard prend un retard considérable à Strasbourg, qui s’explique, on va le voir bientôt. Roussillon a été clairement préféré à Golliard par Simyan. Latour, mutilé de guerre, est nommé préfet deux ans avant Golliard, et il passe vite en 2e classe ; Vernet est devenu le protégé d’Herriot qui tresse ses couronnes : il n’est resté qu’un an prédécesseur de Golliard à la préfecture de Strasbourg de novembre 1923 à novembre 1924 (après être passé par les services d’Alsace-Lorraine, appelés « Commissariat » en 1920). Surchamp est encore plus proche : il est aussi resté un an comme secrétaire général à Strasbourg (novembre 1924-octobre 1925). Fonlupt, après avoir été secrétaire général du Bas-Rhin, a démissionné pour être avocat4 et faire de la politique.

  • 5 Les enfants de Paul Morel sont restés constamment liés à la famille d’Alfred Golliard, et à ses enf (...)
  • 6 Dans la notice qu’elle rédigea après-guerre, à la demande du préfet Bollaert, pour le Mémorial des (...)

2Au cours de sa carrière, Golliard a toujours été considéré comme un « protégé » d’Édouard Herriot, à cause de son passage dans sa khâgne à Lyon (voir chapitre 1). En fait, ce dernier n’intervient en sa faveur que peu, d’autant moins d’ailleurs que le protégé, comme il l’avouera lui-même, répugne à l’importuner, et ce, depuis ses premiers essais d’entrer dans la carrière préfectorale (chapitre 1). Non sollicité, Herriot a assez à faire avec ceux de ses protégés qui font appel à lui ou qu’il préfère. Le soutien de Golliard est clairement Paul Morel, lequel devient moins influent à l’époque évoquée dans le présent chapitre : il occupe ses derniers postes de secrétaire d’État en 1925-1926 et il est battu comme député en 1928. À 59 ans, il ne se représente plus et se consacre à sa ville de Vesoul, avant de mourir en 19335. Golliard succède à Vernet et Surchamp, qui ont occupé les fonctions de secrétaire général dans le Bas-Rhin chacun un an, mais lui va y rester neuf ans et son successeur, Jean Chaigneau, cinq (jusqu’en 1939). À l’époque, le poste de secrétaire général de Strasbourg est de toute façon politiquement délicat. L’arrivée au pouvoir d’Herriot en 1924, au nom du Cartel des gauches, et ses déclarations en juin 1924 concernant la laïcité (suppression des particularités concernant l’enseignement et les cultes ; suppression de l’ambassade du Vatican ; mesures concernant les congrégations) ont mis le feu aux poudres, en partant de l’Alsace-Lorraine. Herriot s’est vu obligé de faire marche arrière très peu de temps avant l’arrivée d’Alfred Golliard à Strasbourg. En janvier 1925, il annonce la continuation de l’application du Concordat et renonce à la réforme laïque. Le moment d’influence maximum des autonomistes et des indépendantistes se situe dans les années 1925-1930. Ce contexte donne une clé importante de l’engagement professionnel d’Alfred Golliard, qui devient vite une bête noire pour les autonomistes, dont la presse se félicite de son départ en 19346. D’autre part, l’Alsace n’est pas un lieu de présence forte des radicaux, contrairement au reste de la France.

  • 7 Le bilan détaillé de cet accueil est publié dans « L’accueil des réfugiés d’Allemagne en Alsace (19 (...)
  • 8 Pour le détail des archives consultées, on se reportera à J.-C. Barbier (avec O. Büttner), « Alfred (...)

3En Alsace, Golliard sert deux préfets. Le premier, Henry Borromée, est en poste depuis 1922 quand il installe son nouveau secrétaire général en octobre 1925. Quand il quitte son poste, en mai 1930, il est remplacé par Pierre Roland-Marcel, à la personnalité tout à fait différente. Dans les deux cas, la division du travail entre le secrétaire général et son préfet sera aussi différente, le préfet Roland-Marcel étant plus souvent absent et plus orienté vers la carrière parisienne. La différence tient aussi à la génération de ces trois hommes : Borromée est né en 1873 et s’est illustré durant la guerre de 1914 ; il marque durablement les relations politiques en Alsace, étroitement lié au personnel politique favorable au gouvernement central. Roland-Marcel, né en 1883, a presque le même âge que son secrétaire général mais avec des états de service de guerre. Il reste quand même cinq ans sur place. Comme pour les postes précédents, on retient ici quelques thèmes importants de l’activité professionnelle de Golliard. Il y a incontestablement deux thématiques qui ressortent de cette période de neuf ans, parmi la myriade de tâches qui échurent au secrétaire général : le traitement des « autonomistes », à partir de 1925, et celui des réfugiés venus d’Allemagne, dans la dernière partie du séjour de Golliard à Strasbourg (1933-1934)7. Contrairement au temps pendant lequel il est préfet de Lons-le-Saunier, où il est chargé de l’ensemble du département, la période de Strasbourg le met au second plan : la richesse des archives conservées à Strasbourg8 permet de suivre, en repérant son écriture aisément reconnaissable, les dossiers dans lesquels il est impliqué. Ce chapitre s’ouvre par des données décrivant le contexte de l’Alsace de la fin des années 1920 et du début des années 1930, considéré du point de vue de la préfecture, souvent assiégée par des forces hostiles. En second lieu, est illustrée la tâche du secrétaire général d’une des préfectures les plus importantes de France : le rôle du secrétaire général dans la gestion des grèves, mais aussi sa mission dans la gestion du conseil général, lieu de cristallisation des affrontements avec les autonomistes et les indépendantistes. Une dernière partie insiste enfin sur ce qui fut pour Alfred Golliard une expérience majeure, la réception et l’accueil des réfugiés juifs fuyant l’Allemagne nazie.

Un contexte compliqué : opinions locales polarisées, autonomisme et problèmes du marché du travail

  • 9 V. Caron, Uneasy Asylum, France and the Jewish Refugee Crisis (1933-1942), Stanford, Stanford Unive (...)

4Par comparaison avec le reste de la France, l’Alsace présente plusieurs caractéristiques qui constituent autant de contraintes pour les acteurs locaux politiques et administratifs : l’Allemagne est proche géographiquement et l’Alsace-Lorraine, dont la langue est germanique, a appartenu longtemps à ce pays, ennemi traditionnel. Un mouvement autonomiste est très actif et la préfecture le combat assidûment, d’autant qu’il est soutenu outre-Rhin ; ce mouvement a en outre une composante antisémite. La question de la langue est très sensible. L’image des réfugiés, parlant allemand et pour la plupart juifs, vient s’insérer dans cet univers, lequel ne peut que déclencher, de la part de l’administration, une série de « précautions » à caractère tactique ou stratégique, pour protéger les arrangements et équilibres politiques locaux et la situation du gouvernement. Cette attitude explique, au moins en partie, on le verra, les doctrines locales qui se constituent à propos de l’accueil des réfugiés en Alsace, à l’adoption desquelles le secrétaire général Golliard participera. Du point de vue des relations entre l’Alsace et l’Allemagne, la tension est repérable dans une opinion évidemment loin d’imaginer les développements futurs des crimes nazis. L’exode des réfugiés sera perçu comme temporaire, y compris par eux-mêmes. En second lieu, le département est « difficile ». La question « autonomiste » est liée aux particularités des lois en Alsace, avec le débat sur la laïcité qui n’y est pas respectée, mais aussi la diversité linguistique : tous les comptes rendus des séances du conseil général sont à l’époque établis dans les deux langues, français et allemand. L’opinion est polarisée entre les autonomistes et les républicains, menés par les « nationaux », mais il y a plusieurs tendances différentes chez les autonomistes. Ce mélange déjà complexe doit ensuite être associé aux perceptions dans l’opinion, et à leur manipulation par les intérêts, concernant la crise économique, ses effets sur le marché du travail et la concurrence putative des immigrés. Comme ce sera à nouveau le cas dans les années 2000 en France, il y a une tendance nette à assimiler la question de l’immigration et celle des réfugiés, malgré les demandes répétées des représentants de la Ligue des droits de l’homme et du citoyen. Comme l’a plus généralement établi Vicki Caron9, le rôle joué par les commerçants et les professions libérales est essentiel par sa contribution à une politique d’exclusion dès la deuxième moitié de 1933.

La vie politique en Alsace et l’Allemagne

  • 10 Archives départementales du Bas-Rhin [AD67], 286D 191.
  • 11 Le procès de Colmar débute en avril 1928 pour juger les autonomistes arrêtés en décembre 1927 ; ils (...)
  • 12 AD67, 286D 191.

5Le thème « national » est essentiel pour le gouvernement et les forces républicaines soutiennent la préfecture pour le mettre en avant. Le 12 février 1928, le président du Conseil Poincaré effectue à Strasbourg une visite officielle. À la table d’honneur, le député Peirotes, maire de la ville, Alfred Oberkirch, président du conseil général, Paul Valot, directeur des services d’Alsace et Lorraine, le préfet et son secrétaire général Golliard. Le préfet Henry Borromée, dans son discours, indique « à travers les siècles, la force de l’Alsace-Lorraine demeure sa fidélité à l’idéal français10 », il est accompagné par Peirotes, socialiste, ancien député SPD au Reichstag (maire jusqu’en 1929), qui conclut son allocution ainsi : « Français nous voulons être, Français nous voulons rester, Français sans condition, Français tout court ». Dans son allocution, Poincaré évoque directement le procès des autonomistes qui doit s’ouvrir prochainement, en avril, à Colmar11. Il dénonce « les vilenies de quelques malfaiteurs et les actes de démence de quelques égarés », pour conclure que l’Alsace « n’admettra pas que, sous prétexte de réclamer pour elle de très larges libertés, des agents suspects [...] entretiennent chez elle des journaux alimentés par des ressources étrangères, prenant contact avec des organisations étrangères, et préparant, sous le voile de l’autonomie, la neutralité de l’Alsace et une nouvelle amputation de la France ». La Frankfurter Zeitung12 du 13 février noie le poisson :

  • 13 Ces ingérences ont été par la suite largement démontrées, ainsi que le rejet massif de l’Allemagne.

[C]e qui est surprenant, c’est qu’il [Poincaré] ait nié catégoriquement le caractère allemand de la civilisation alsacienne. Il ne veut même pas reconnaître une influence de la « Kultur » [Ja, er kann sich nicht ein-mal entschliessen, wenigstens deutsche Kultureinflüsse in diesem Lande zu erblicken] [...]. Jamais encore M. Poincaré n’a parlé d’une façon aussi nette qu’aujourd’hui de l’influence étrangère, c’est-à-dire allemande, sur le mouvement autonomiste et les troubles qui se sont produits en Alsace. Il a parlé de subsides étrangers versés à la presse autonomiste [...]. Nous pensons toutefois qu’il lui sera impossible de prouver que de l’argent allemand est envoyé en Alsace avec l’appui ou seulement la tolérance des milieux officiels du Reich. S’il réussissait à apporter cette preuve, nous serions les premiers à condamner de tels agissements [...]. Le gouvernement français a perdu complètement la tête [...]. Il nous semble par contre fort douteux que le centralisme entêté [der überraschende zentralistische Starrsinn] [...] comble les cœurs des Alsaciens qui gardent jalousement leurs belles et vieilles traditions13.

  • 14 Je suis les distinctions de F. G. Dreyfus (ibid.). À côté de la forme modérée d’autonomisme ou régi (...)
  • 15 Dreyfus, La vie politique…, op. cit., p. 195 sq.
  • 16 Ibid., p. 182.

6Aux élections municipales de 1929, une ligne éphémère de Volksfront regroupe les différents courants « autonomistes », c’est-à-dire les partisans de l’UPR (Union populaire et républicaine d’Alsace), principal parti régionaliste et catholique, les autonomistes les plus radicaux et les communistes14. Ensuite, l’évolution de la poussée autonomiste se diversifie. Dès 1932, la propagande allemande s’intensifie en Alsace15. Cette période est aussi celle de grèves importantes. Après les élections de 1932, dans le Bas-Rhin, à la différence du Haut-Rhin, l’autonomisme connaît encore un net progrès : les trois partis autonomistes, Landespartei, communistes et progressistes (Fortschrittspartei) représentent 23,9 % des suffrages au lieu de 11,5 % en 1928, communistes exclus16. Le maire de Strasbourg est alors Charles Hueber, membre du parti communiste d’opposition, remplaçant, depuis 1929, Jacques Peirotes. La préfecture, pendant cette période, est en conflit constant avec la mairie. Élu député en 1936, Hueber connaît une dérive pronazie, pour finir en 1942, lors de sa mort, par recevoir les honneurs de l’occupant nazi. Au conseil général, jusqu’aux élections de 1931, la majorité élisait comme président Alfred Oberkirch, co-fondateur de l’APNA (Action populaire nationale d’Alsace), par scission de l’UPR. Mais, en 1931, à la faveur d’un changement de majorité, Oberkirch est remplacé par Michel Walter à la présidence du conseil général. Walter, considéré par certains comme modéré, s’efforce de présider ce conseil en s’alliant avec les autonomistes. C’est au sein de ce personnel politique que Golliard doit évoluer.

  • 17 « Compte rendu du Conseil », Dernières nouvelles de Strasbourg [DNS] des 3, 5, 6, 7 et 9 mai 1933.

7La situation politique locale est particulièrement délicate, et cela se marque au conseil général, où règne une ambiance locale de guérilla entre la préfecture et les autonomistes de diverses obédiences. Le maire Hueber (1929-1935) s’est rapproché de ces derniers. Les rapports avec l’Allemagne et la question du nazisme sont présents constamment dans l’ambiance locale. Oberkirch (UPR), pour ne prendre qu’un exemple, y fait allusion quand des incidents ont lieu au théâtre municipal, où une pièce en langue allemande est perturbée par une manifestation en mai 1933 : « En Allemagne, on a jeté des hommes d’art dans la rue, des professeurs » et il évoque « les drames affreux qui se déroulent journellement17. [...] Le théâtre doit être un temple de paix et de concorde, mais il ne faut pas jouer avec les susceptibilités nationales de nos populations, elles ont manifesté pour la pensée française », alors que les communistes affirment qu’ils ont voulu manifester contre l’hitlérisme.

  • 18 Reproduit à la une des DNS, 12 janvier 1932.

8E. Herriot, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, déclare aux Dernières Nouvelles de Strasbourg (DNS)18 : « J’ai été élevé dans le respect de la signature donnée. Je ne puis admettre que les Allemands, après avoir signé le traité de Versailles, le plan Dawes et Young, après avoir pris des engagements formels, cherchent à les éluder. » Le 5 mars 1933, le préfet Roland-Marcel, qui remet des distinctions, appelle à se rappeler de « l’histoire de la Nation » qui révélera que « toutes les tentatives entreprises pour dissocier les énergies françaises n’ont eu finalement comme effet que de vivifier davantage les communes vertus de notre peuple et de les unir [...] jusque sous ses broussailles, le sol de nos provinces recèle des germes de force fière qui mûrissent inlassablement en dépit des orages ! ».

À la même page du journal, on lit : « Kehl sous le signe de Hitler » :

Un de nos concitoyens qui s’est rendu hier à Kehl pour affaires nous a fait part de ce qu’il y a vu et entendu. [...] Les habitants [...] semblent en proie à une véritable psychose collective sous l’influence hitlérienne. Toutes les maisons sont pavoisées, mais ce qui surprend, c’est l’absence du drapeau badois, et, bien entendu, des couleurs de la République, qui ont fait place à l’emblème à la croix gammée et à l’ancien drapeau impérial […]. À tous les coins des rues, on entend des gamins de 8 à 10 ans proférer des « Hitler-Heil ». Même les gens posés appartenant à la bourgeoisie qui, jusqu’à présent, ont montré peu d’enthousiasme pour Hitler, n’hésitent plus à saluer « à la romaine » et la chemise brune que l’on aperçoit sous maint pardessus est portée avec fierté.

  • 19 Voir Dreyfus, La vie politique…, op. cit., p. 214-215.
  • 20 Il ne pouvait lire la version allemande. S’il avait appris l’allemand, et qu’il mentionnait réguliè (...)
  • 21 Caron, Uneasy..., op. cit., p. 69.
  • 22 Direction générale des services d’Alsace Lorraine : cette administration, placée auprès de secrétai (...)
  • 23 AD 67, 286D 160.

9La population est particulièrement au fait de ce qui se passe de l’autre côté du Rhin19, élément qui contribue au demeurant à diviser les autonomistes, parmi lesquels une minorité pro-allemande et pronazie s’isole. Le quotidien DNS, le jour des élections qui voient la victoire nationale-socialiste, le 5 mars 1933, au moment où les premiers réfugiés arrivent à Strasbourg, publie, à la une, une caricature d’Hitler ainsi qu’un fac-similé du bulletin de vote pour les élections au Reichstag et un commentaire sur la politique étrangère agressive allemande, aux côtés de l’écho d’un article d’Édouard Herriot dénonçant la menace des « troupes d’assaut racistes » et appelant à la vigilance des démocraties « heure par heure ». Cinq mois plus tard, le 6 septembre 1933, le même journal rend compte d’une protestation de commerçants mosellans contre la concurrence des « réfugiés israélites », et ce rapport est publié sous un article consacré à une description de la situation du camp de Dachau. Dans le même journal, des nouvelles des exactions nazies font état de la molestation à Dantzig de citoyens polonais qui ne saluent pas le drapeau nazi, ainsi que de l’arrestation d’opposants. Golliard est donc aux premières loges pour considérer les crimes et la tragédie qui se préparent en Allemagne. Il confie à sa fille Michèle l’idée qu’il faut absolument lire Mein Kampf, dont une traduction adaptée est parue en 1934, mais celle-ci n’a pas su s’il l’avait effectivement lue20. Une hostilité traditionnelle locale à l’Allemagne se mêle à la révolte devant la criminalité au pouvoir dans ce pays. Cette hostilité inclut, pour certains Alsaciens, la question de la langue allemande, différente du dialecte alsacien, défendu par les autonomistes ou les associations culturelles21. La perception des horreurs, violences et brutalités criminelles, portée par les articles quotidiens de la presse locale, n’entraîne pourtant aucune prescience : le nazisme n’est pas considéré comme devant durer. La préfecture est très bien placée, et le secrétaire général Golliard au premier plan avec son réseau de renseignement policier, pour connaître très tôt ce qui se passe réellement. Les commissariats locaux font des rapports transmis en même temps à la DGSAL22 et à la préfecture, ainsi qu’à la Sûreté générale à Paris. C’est ainsi que, par exemple23, le 27 novembre 1930, le commissariat de Wissenbourg fait rapport sur l’activité du parti hitlérien, la première assemblée générale des nazis dans le Palatinat le 22 novembre, en présence de Hitler, qui prend la parole devant 8 000 personnes, et affirme sa thèse classique que « le droit dans un État appartient à celui qui dispose de la force ».

Un département difficile

10Quand A. Golliard est nommé à Strasbourg, à la fin de l’année 1925, les conséquences de l’offensive laïque d’Herriot ne sont pas éteintes, loin s’en faut et l’autonomisme est donc dans sa phase expansive. Dans un département où le parti radical, soutien habituel du gouvernement, n’a pas d’assise sérieuse, régionalisme, autonomisme, antisémitisme, controverses sur la laïcité influencent fortement le contexte des années 1930 de la vie politique locale. À partir de leur arrivée, en 1933, la préfecture est, par ailleurs, en raison de sa position frontalière, particulièrement observée par les défenseurs des réfugiés.

L’autonomisme et le régionalisme

  • 24 DNS, 25 janvier 1932.
  • 25 Salomon Grumbach (1884-1952), adhérent au parti socialiste (SPD) allemand en 1902, est un contempor (...)

11Avec toutes ses composantes, le mouvement politique régionaliste présente une grande complexité, laquelle n’est pas résumable par le terme « autonomiste ». Les forces de gauche, faibles dans le département, sont parmi ses adversaires farouches. De manière caractéristique, en amont des élections de 1932, au congrès socialiste fédéral du Haut-Rhin à Mulhouse, le 24 janvier24, le député de Mulhouse Salomon Grumbach25 déclare que le parti socialiste

attirera une fois de plus l’attention des électeurs d’Alsace sur la confusion dangereuse provoquée par l’autonomisme et les doutes qu’il avait fait naître au sujet des sentiments dont les Alsaciens et les Lorrains étaient animés à l’égard de la France, doutes qui ont été exploités, par exemple, en Allemagne, par les gens autour de Hitler et Hugenberg d’une façon peu utile pour les bonnes relations de la France et de l’Allemagne. [Pour les socialistes], c’est l’autonomisme sous toutes ses formes, qu’il se réclame de l’autonomisme dit pur, de l’autonomisme communiste ou clérical, que nous combattrons, car plus que jamais nous demanderons que sur tous les terrains, l’œuvre de réadaptation à la législation française des départements d’Alsace et de Lorraine soit poursuivie avec plus de méthode. Sans haine contre qui que ce soit, les socialistes alsaciens sont persuadés que, 14 ans après le retour de l’Alsace à la France, la situation spéciale dans laquelle se trouvent les trois départements, par suite du maintien du concordat et de l’école confessionnelle comme seule école de l’État, doit cesser dans l’intérêt de l’Alsace autant que du reste de la France.

12Peu de temps après, les DNS du 12 mai 1932 annoncent la mort de l’abbé Haegy, l’une des figures de l’autonomisme :

Il avait siégé au Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine, où il ne s’était jamais fait remarquer .[...] On sait le rôle qu’il joua dès l’éclosion du mouvement autonomiste. C’est lui qui, par ses journaux et ses organisations, assura la diffusion de l’autonomisme. Il resta fidèle jusqu’à sa mort aux idées qui furent alors énoncées. Le « front populaire » groupant l’UPR, les communistes dissidents, et les autonomistes a trouvé en lui un appui de tous les jours.

  • 26 DNS, 12 mars 1933.

13Le 11 mars 1933, au moment de la première vague des réfugiés d’Allemagne (voir infra), a lieu une interpellation à la chambre par M. Stürmel, député du Haut-Rhin, partisan des thèses autonomistes, membre du manifeste Heimatbund, sur la situation politique et économique en Alsace et Lorraine. L’orateur critique la politique du gouvernement en matière d’administration, d’enseignement et du point de vue religieux26. Dans sa réponse, Guy La Chambre, sous-secrétaire d’État (chargé à l’époque de la DGSAL) montre bien une position, qui, si elle était considérée avec les lunettes du xxie siècle, apparaîtrait comme fermée :

Il n’y a pas à mes yeux, de débat distinct à ouvrir sur la situation politique et économique des trois départements recouvrés, par rapport aux autres départements français. [...] La situation de l’Alsace n’est pas distincte du reste de la France. [De manière contradictoire, il poursuit : ] La statistique nous prouve, au contraire, que l’Alsace et la Lorraine sont moins touchées par la crise que nos autres départements. Le chômage y est infiniment moindre, le pourcentage des recettes du réseau alsacien est supérieur à celui des autres réseaux, les rentrées d’impôts accusent un chiffre croissant du chiffre d’affaires. [Il continue : ] Si M. Stürmer a quelque complaisance pour la voix des sirènes d’Outre-Rhin ou pour celles de l’abbé Haegy, je l’invite à considérer l’état actuel de l’Allemagne avec ses six millions de chômeurs et le moratoire de ses banques.

14Le sous-secrétaire d’État affirme qu’il ne sera « toléré de personne en aucun cas qu’une atteinte soit portée à l’unité et à l’indivisibilité de la France et de la République ».

  • 27 Selon les DNS du 15 mars 1933.
  • 28 DNS, 23 mars 1933.

15Il est logique qu’A. Oberkirch, côté régionaliste, « avec force, se désolidarise des revendications de M. Stürmel, qu’il sait partisan de l’union douanière avec l’Allemagne. Aux applaudissements de la chambre, il en condamne le principe et déclare que jamais l’heure n’eût été plus défavorable à cette union ». La diversité interne de la mouvance « autonomiste » est illustrée, notamment, par les attitudes vis-à-vis du Reich, entre des partisans de l’Allemagne nazie, séparatistes, comme le Landespartei (parti du Dr Brumder, considéré comme « avocat alsacien du Troisième Reich »27), et le parti du progrès, Fortschrittspartei (parti de Camille Dahlet, député de Saverne, ancien membre du parti radical, considéré comme “modéré”) qui n’ont pas de projet séparatiste, ni d’attirance pour le nazisme. Lors du congrès autonomiste, Dahlet essaye en 1933 d’amener la formation d’un front contre l’esprit et les méthodes hitlériennes. Mais, rapportent les DNS28 :

Tout ce qu’on put obtenir ce fut une condamnation en principe de la politique de violence ; mais les partisans de la Landespartei remportèrent la majorité avec leur point de vue que la forme de l’État dans les différents pays ne saurait avoir une influence quelconque sur les relations internationales.

16L’un des thèmes centraux est la place accordée à la langue allemande dans les trois départements recouvrés ; les autonomistes veulent les mêmes droits aux yeux de la loi que ceux du français.

L’antisémitisme

  • 29 Elz vaut pour Elsass-Lothringer Zeitung, journal autonomiste créé en 1929, qui publie régulièrement (...)
  • 30 Note manuscrite traduite de l’allemand. Voir ABR 286D383. Les coupures de presse ou les lettres son (...)
  • 31 AD 67, 286D 383.
  • 32 Id.
  • 33 AD 67, 286D 341.
  • 34 AD 67, 98AL 688/1.

17Les manifestations d’antisémitisme sont constantes dans la presse autonomiste pro-allemande. Il s’agit là aussi d’un trait qui relie la langue et la situation frontalière de l’Alsace. Dès les premiers temps de l’arrivée des réfugiés, l’Elsass-Lothringer Zeitung [Elz]29 du 10 avril 1933 prétend que la préfecture a donné des instructions pour faciliter le séjour et le travail des réfugiés politiques allemands et spécialement des Juifs ; l’organe autonomiste proteste contre ces mesures d’exception qui, selon lui, causeraient un préjudice aux travailleurs indigènes30. L’Elz du 19 avril 1933 revient à la charge et proteste contre de prétendues faveurs accordées par l’Office de placement aux réfugiés juifs allemands. L’Elz du 28 novembre 1933 critique la « manière effrontée » dont se conduiraient les réfugiés allemands à la bibliothèque : « dort haben die Elsässer bald überhaupt kein Recht mehr »31 [les Alsaciens n’auront bientôt plus du tout de droits]. Quelques mois auparavant, l’Elz avait évoqué les chômeurs, le 13 septembre, sous le titre ronflant : « Die flüchtlingsgefahr in einheimischen Wirtschaftsleben » [le danger réfugié pour notre économie] : en effet, un employé chômeur depuis 18 mois s’y plaint de l’accueil trop favorable qui serait fait aux réfugiés allemands, au détriment de la main-d’œuvre nationale. Selon l’Elz, le président du comité de secours aux réfugiés lui aurait déclaré : « Nous ne voulons pas vous enlever votre gagne-pain, mais il faut que nos gens soient casés ; d’ailleurs j’étais hier chez M. le Préfet qui a approuvé entièrement ces conceptions ». Et le journal de menacer : « In Metz hat bereits eine energische Protestbewegung gegen die flüchtlingsanmassung eingesetzt ; auch in Strassburg wird sie nicht mehr lange auf sich warten lassen ! »32. On comprend que le préfet Roland-Marcel, dans une note, écrive que le journal Elz est « devenu complètement hitlérien » en septembre 193333. Au moment où Albert Einstein, réfugié, est nommé professeur au Collège de France, l’Elsaesser Kurier de Rossé, un autre journal autonomiste, proteste34.

Des radicaux isolés

  • 35 La « question préalable » est censée exclure les débats que le préfet considère comme relevant du d (...)
  • 36 AD 67, 98AL 1624.
  • 37 DNS, 8 mai 1933. Paul Marchandeau était ministre de l’Intérieur.

18Au conseil général, les autonomistes de diverses obédiences cherchent à placer des revendications et une guérilla s’instaure puisque le préfet ou le secrétaire général qui le représente veillent systématiquement à poser une « question préalable »35 d’irrecevabilité pour les contrer. Le préfet fait la liste des sujets périlleux : un appel à la SDN, la séparation État et religions, la légalité de la langue allemande, la langue française dans les actes officiels, ou « toute autre question mettant en cause l’unité nationale », écrit-il au DGSAL36. S’il ne veille pas, dit-il, le conseil général risque de se « transformer en véritable assemblée régionale ». Ainsi, quand le préfet Henri Borromée quitte son poste en mai 1930, le secrétaire général est contraint de s’opposer aux déclarations mises en avant par le président Walter, cherchant à profiter d’un hommage au préfet partant, pendant l’intérim, pour « féliciter le chef du Gouvernement d’avoir déclaré que la politique en Alsace comme ailleurs est l’affaire du gouvernement et non des préfets. [Il] déclare rester fidèle à une politique qui, tout en sauvegardant l’intérêt supérieur de la Nation, tiendra compte des revendications régionales de notre pays ». Le radicalisme, minoritaire en Alsace, joue au gouvernement un rôle central. Une réunion du parti radical a lieu le 22 mars 1933, ouverte par M. Georges Becker, président de la section de Strasbourg. Les radicaux alsaciens isolés reçoivent le renfort, le 8 mai 1933, de la première visite officielle de Guy La Chambre, accompagné de Paul Valot, à Strasbourg et à Colmar. Le ministre reçoit le général Walch, MM. Caillot (président de la fédération du Bas-Rhin du parti radical) et Becker, ainsi que M. Althoffer, directeur des Cultes, ainsi que les représentants des trois cultes et les chefs de service de l’État. Paul Marchandeau37, député maire de Reims, lui-même ancien sous-secrétaire d’État à la Présidence, vient présider l’assemblée annuelle de la Fédération du Bas-Rhin du parti radical et radical-socialiste. Il remet la Légion d’honneur à Georges Becker. La question « nationale » est constamment présente. Caillot déclare : « Tout citoyen, à quelque parti qu’il appartienne, ne saurait séparer l’Alsace de la République une et indivisible [...] la question d’Alsace a été définitivement réglée par le sacrifice de plus d’un million d’hommes. L’Alsace est et restera française ». Le préfet Roland-Marcel, « que de longues ovations saluent », après avoir porté un toast au président de la République, rend « hommage à l’ardeur patriotique de M. Becker ». Piot, député de Paris, conclut : « Vous êtes ici à l’extrême pointe du monde de la démocratie. L’Alsace républicaine en est le petit poste avancé, poste d’honneur. De l’autre côté du Rhin, où finit la liberté, ce sont les fascistes, la dictature ».

  • 38 DNS, 15 mai 1933.

19Typique de ces batailles est la laïcité, qui occupe le secrétaire général Golliard et ses supérieurs au plus haut point. Le 15 mai 1933, le Comité d’action républicaine et laïque de Strasbourg reçoit Victor Basch38. La réunion a pour but d’« entreprendre une propagande efficace pour l’introduction des lois de laïcité en Alsace et Lorraine ». La séance est ouverte par le professeur Cerf, les présidents sont M. Naegelen et M. Risch. V. Basch, premier orateur inscrit, définit la laïcité d’une façon qui s’oppose frontalement au cléricalisme alsacien :

« L’histoire de la laïcité, en principe, c’est celle de la pensée libre. [...] L’Église créa au Moyen Âge les écoles, l’enseignement secondaire, dont le rôle était de brider la pensée, de brûler tous les livres qui tentaient de s’éloigner du dogme. Elle n’a jamais abandonné d’ailleurs de vouloir reprendre pour elle le monopole de l’enseignement… [La différence entre conception laïque et non laïque est la suivante, selon Basch] : la dernière enseigne une vérité, une seule, révélée un jour miraculeusement ; [pour la conception laïque] il n’y a pas une vérité une, immuable, mais des vérités auxquelles travaille l’esprit humain qui jamais ne s’arrête, vérités nouvelles, auxquelles l’enseignement doit s’adapter. […] La tolérance est le premier pilier de la laïcité. Il ne faut pas s’occuper dans l’école des croyances religieuses si l’on veut maintenir l’harmonie.

20L’assemblée adopte une motion, dont le contenu est proche des convictions de Golliard, mais dont il était aux premières loges pour observer la difficulté d’application sous le Cartel :

[R]appelant que tous les représentants de l’Alsace, sauf un, ont voté contre la loi Falloux, toujours en vigueur dans les trois départements, qui place l’école sous la surveillance et l’autorité du clergé ; [l’assemblée] déclare, après 15 ans de vaine attente, que la patience des républicains laïques d’Alsace et de Lorraine, toujours sacrifiés aux menaces de chantage autonomiste des cléricaux, a été mise à trop longue épreuve, tandis que la faiblesse des gouvernements devant le parti clérical n’a pas empêché ce dernier de s’associer à tous les éléments adversaires de l’unité nationale ; [...] réclame énergiquement du gouvernement issu des élections républicaines de mai dernier l’introduction en Alsace et Lorraine des lois fondamentales de la République : de séparation des Églises de l’État et de laïcité de l’école.

21Les archives portent la trace d’incidents ou escarmouches entre les radicaux et la préfecture, qui s’expliquent par la place sensible de cette dernière dans le climat politique local, entre d’un côté les radicaux et la gauche, et de l’autre les partis majoritaires.

À partir de 1933, les réfugiés

  • 39 AD 67, 98AL 688/1. La lettre est reproduite dans Les Cahiers du 30 décembre 1933, dans la rubrique (...)

22À compter de l’accession de Hitler au pouvoir, les réfugiés commencent à arriver : le défi de leur accueil est une expérience majeure pour Alfred Golliard, restant le correspondant de certains d’entre eux qui viendraient le visiter dans sa préfecture du Jura, en 1940. L’ambiance générale de Strasbourg, et, plus généralement, des trois départements « recouvrés », en est profondément affectée. Pour Golliard, c’est un sujet constant de préoccupations puisqu’il s’agit d’un thème extrêmement difficile à administrer pour le gouvernement central, avec des retombées cruciales pour la gestion politique d’abord locale. On peut se convaincre de la délicatesse de ces questions politiques en observant un dossier suivi par Golliard, le rapport entre le travail local, les travailleurs transfrontaliers et les réfugiés. La préfecture de Strasbourg est particulièrement surveillée par Victor Basch, pour la Ligue des droits de l’homme. Ce dernier, le 30 novembre 1933, écrit au ministre de l’Intérieur pour protester contre « le parti pris de l’administration qui, à Strasbourg notamment, favorise ouvertement les intérêts hitlériens »39. L’homme politique tient à souligner un fait :

Les réfugiés allemands désireux de s’établir dans les trois départements recouvrés et d’y travailler, se sont heurtés à de multiples difficultés et ont pu craindre à plusieurs reprises d’être refoulés sur les départements de l’intérieur. [Or, dans le même temps, de] nombreuses cartes frontières ont été délivrées à des ouvriers allemands qui viennent journellement travailler en Alsace. [V. Basch croit savoir qu’il s’agit de 50.000 ouvriers.] En tous cas, leur nombre est infiniment supérieur à celui des réfugiés et nos sections d’Alsace comme la Ligue toute entière s’étonnent des facilités qui sont accordées aux nationaux-socialistes.

  • 40 AD 67, 286D 383.

23Cette lettre fait suite à un article local, paru dans La Dépêche du 22 octobre 1933, organe des radicaux, protestant contre l’embauche aisée de ressortissants allemands en Alsace, sous le titre « Le danger allemand », article que le préfet Roland-Marcel transmet à Golliard40 pour traitement :

Le chiffre de 1 200 Allemands qui passent journellement le pont de Kehl pour venir travailler à Strasbourg a étonné de nombreux strasbourgeois […] et on a trouvé bien étrange qu’on ait fait tant de bruit pour une centaine de réfugiés allemands qu’on accusait d’envahir le marché du travail. […] « Les réfugiés sont tous casés, annonçait un problématique employé sans travail dans un journal local, qui me donnera du travail, à moi Alsacien ? ». Les réfugiés malheureusement ne sont pas tous casés. Mais 1 200 Allemands non réfugiés, nazis pour la plupart, sont casés. Le chef d’une industrie alsacienne nous disait ces jours ci « quand je demande le permis de travail pour des ouvriers ou ouvrières de Kehl, je le reçois immédiatement. Je l’ai demandé pour un réfugié dont la femme est alsacienne et je ne l’ai pas obtenu ».

24Une note manuscrite jointe à cet entrefilet indique que l’article serait provoqué par un mécontent : « Il s’agit, explique le préfet au secrétaire général, de L.O.W., littérateur, employé comme emballeur dans la maison Ancel de Strasbourg. C’est le sous-directeur de l’Office de placement qui s’oppose à la délivrance du contrat de travail, à vérifier ». Le secrétaire général, après avoir fait son enquête, rend compte le 25 novembre suivant :

J’ai l’honneur de vous faire connaître que M. le ministre de l’intérieur vous a transmis pour avis les demandes d’emploi que Mr W. et sa fille avaient adressées au ministre du travail ; ces demandes ont été retournées avec avis favorable le 14 octobre 1933, etc. [Le secrétaire général joint un rapport portant sur l’agglomération de Strasbourg] Vous avez bien voulu, par lettre du 3-11 courant, me faire connaître qu’il vous avait été signalé que les réfugiés politiques allemands se heurteraient à des difficultés pour être autorisés à travailler alors que chaque jour 1 200 frontaliers allemands […] Le nombre total des autorisations de travail accordées à des frontaliers allemands en vertu de l’article 13 de la convention frontalière franco-allemande s’élève […] à 950, dont 285 hommes et 665 femmes. Parmi ces dernières, figurent 402 bonnes à tout faire […] le restant des ouvrières […] se compose en grande partie d’ouvrières engagées temporairement par les usines de fabrication de conserves ou de bonbons pour l’emballage. […] [Pour les hommes, il s’agit] « en majeure partie, d’ouvriers spécialisés ou travaillant sur les chantiers de Strasbourg depuis de longues années et qui ne peuvent être remplacés par des réfugiés dont la plupart n’ont aucune formation professionnelle artisanale. […] D’ailleurs le nombre de réfugiés politiques ayant obtenu des autorisations provisoires de travail s’élève à 72 ; il n’a pas été possible d’accorder des permis de travail à un plus grand nombre d’entre eux, parce qu’il s’agit en majeure partie d’employés de commerce ou de bureau, professions qui sont tout particulièrement atteintes par le chômage. […] J’ai invité l’Office départemental de placement à plusieurs reprises […] à limiter au plus stricte [sic] nécessaire les autorisations de travail à des frontaliers allemands […].

25C’est sur la base des enquêtes de son secrétaire général, avec ses services et le recours aux renseignements généraux, que le préfet peut répondre au ministre : le préfet s’efforce de minimiser les chiffres, alors qu’il doit respecter les conventions encore en vigueur avec l’Allemagne.

  • 41 AD 67, 286D 365. Ainsi, le préfet écrit le 1er décembre 1933 au sous-préfet de Haguenau car on [un (...)
  • 42 AD 67, 286D 176.

26Dans d’autres correspondances, on voit que Golliard n’est pas dupe ; il est bien conscient que la présence de la population allemande en Alsace est un problème d’ampleur nettement plus importante que celle que laisse entendre la réponse officielle faite à V. Basch41. Le 15 juin 1933, quelques mois avant l’article de La Dépêche et l’intervention de V. Basch, le secrétaire général Golliard présente en effet une autre analyse42. Il explique que l’embauche d’un technicien allemand n’aura pas grande influence sur l’équilibre actuel du marché du travail, à propos de l’entreprise Metrobou :

[L]e séjour de cet étranger sur notre territoire n’aura donc guère d’influence. J’estime toutefois qu’il n’y a pas lieu d’encourager ni de favoriser la fixation dans notre département d’éléments allemands qui ne sont que déjà trop nombreux (plus de 10.000 au 31.12.32), sans compter les 35.527 naturalisés en vertu des dispositions du traité de Versailles, et les 40 à 50.000 Allemands bénéficiaires de cartes frontalières, séjournant plus ou moins complètement sur notre territoire.

  • 43 AD 67, 98AL 688/1.
  • 44 N° du 20 avril 1934, p. 276.

27Victor Basch était donc très bien renseigné. Mais les chiffres de Golliard ne seront pas publiés et Paul Valot, le directeur de la DGSAL, se contente d’une réponse « prudente » à V. Basch, en arguant de la validité des traités avec l’Allemagne43. Au début de 1934, les Cahiers font un bilan de l’action de la Ligue à l’égard des réfugiés44, pour regretter que le statut des étrangers n’ait toujours pas vu le jour :

[Leur] situation est réglée administrativement par un ensemble de circulaires qui sont appliquées avec une bienveillance plus ou moins large. Lorsqu’ils sont victimes de la sévérité de l’administration ou de son arbitraire, ils n’ont aucun recours légal ; seule la Ligue, qui s’est spécialisée dans leur défense, peut s’entremettre pour que soit atténuée, suspendue ou rapportée la mesure qui les frappe.

Travail, chômage et concurrence

  • 45 Pour une comparaison avec la politique d’aujourd’hui : J.-C. Barbier, « Forward to before 1991 ? St (...)

28En effet, en ce qui concerne l’attitude locale vis-à-vis des réfugiés et des immigrants, l’une des questions les plus structurantes tient à la concurrence sur le marché du travail. Quand on écrit ces mots en 2019, on ne peut que rappeler la constance de ce phénomène de fond, sans anachronisme, malheureusement45. Les DNS du 7 juin 1932 font une large place au discours d’Albert Dalimier, ministre du Travail, qui défend la politique du gouvernement :

Fort de l’assentiment que le gouvernement unanime vient de me donner, tenant tous les engagements pris dans la déclaration ministérielle, j’assurerai l’allocation de chômage à tous les chômeurs quel que soit leur résidence, je l’assurerai aux artisans, aux travailleurs intellectuels, aux chômeurs partiels, je continuerai les allocations aux chômeurs travaillant à des travaux exécutés par les villes et les communes que j’aiderai ainsi à équiper leurs cités et à arracher les travailleurs à l’oisiveté [...] je continuerai à exercer un contrôle rigoureux en ne laissant pas piller les fonds de chômage. J’ai conscience de défendre à la fois les intérêts communaux, ceux de l’État et des départements, ceux des chômeurs eux-mêmes ; je m’efforcerai aussi de protéger la main-d’œuvre nationale. Je tenterai de régler par la conciliation et l’arbitrage les conflits du travail.

  • 46 DNS, 10 décembre 1932.
  • 47 Selon les DNS du 15 décembre, il y a 2 014 chômeurs dans le département (pour une population de 688 (...)

29« Protection de la main-d’œuvre nationale », le mot est lâché ; certains hommes politiques vont jusqu’à parler de « notre main-d’œuvre nationale ». La protection contre la concurrence, imaginaire ou réelle, aimante les conduites, qu’il s’agisse de la régulation du salariat ou de celle des professions libérales et artisans et commerçants. Comme pour les autres contraintes locales (langue, frontière…), leur rôle paraît encore plus aigu dans le cadre alsacien. Alors que les fonctionnaires et cheminots protestent contre la réduction des traitements46, de lointaines « ancêtres » de politiques de l’emploi sont testées au niveau local (travaux que la ville de Strasbourg prévoit de confier à 500 chômeurs environ47). La presse nationale est à l’affût pour ce qui touche aux réfugiés.

Un article du Matin : la presse nationale à l’affût

30Un article du quotidien conservateur Le Matin, le 17 août 1933, illustre bien les préoccupations des milieux conservateurs hostiles à l’entrée des réfugiés en Alsace-Lorraine. Le journaliste rend compte d’une enquête sur « l’installation des réfugiés allemands dans les départements recouvrés », avec en sous-titre « Les préfets de la Moselle, du Haut-Rhin et du Bas-Rhin nous ont fait à ce sujet des déclarations rassurantes ». Le Matin se présente comme rassuré parce qu’il a publié la veille des échos de « l’inquiétude qui s’était emparée des commerçants et des industriels lorrains et alsaciens à l’idée que les réfugiés allemands pourraient s’installer, définitivement, et en grand nombre dans les régions frontières ». L’article retrace les entretiens avec les trois préfectures.

31Le préfet de la Moselle confirme l’arrivée de « beaucoup d’exilés politiques du Reich, venant en majorité par la Sarre ». Il évalue leur nombre à 4 000 environ, mais, dit-il, à l’heure qu’il est, il n’en reste plus que 400 dans tout le département. « Les suspects, les agitateurs ont été tout de suite refoulés sur l’Allemagne et la plus grande partie de ceux qui ont été accueillis ont été dirigés sur Paris et vers le centre de la France ». Pour ceux qui restent, le préfet déclare qu’il met en œuvre les mesures suivantes :

D’abord les permis de séjour que j’accordais, au début, pour trois mois, n’ont plus maintenant qu’une validité d’un mois et seuls sont autorisés à séjourner, en petit nombre, en Moselle, ceux qui y possèdent des amis, ou des parents, ou les sujets particulièrement dignes d’intérêt qui fonderaient dans le département des genres de commerce ou d’industries n’y existant pas encore et qui, par conséquent, ne seraient d’aucune gêne pour les commerçants et les industriels lorrains.

32Le préfet ajoute que ces cas sont « tout à fait exceptionnels » et qu’il s’emploie « par une méthode alliant la fermeté et la douceur, à faire partir les autres, le plus rapidement possible, du territoire que j’administre ». Il qualifie cette politique « d’hospitalité très prudente ».

33Dans le Haut-Rhin, le journaliste, en l’absence du préfet, a rencontré le secrétaire général. Celui-ci évalue les réfugiés d’Allemagne arrivés dans son département à « trois ou quatre mille » ; il ajoute que parmi eux « se trouvaient peu de communistes ou de membres du parti social-démocrate, c’était en grande majorité des juifs » ; selon lui, la « plupart de ces gens-là, qui ont été très bien reçus, n’ont fait que passer en transit ». « Actuellement, nous en avons six cents environ qui sont en possession d’un permis de séjour, mais d’un permis de séjour qui n’est que provisoire, pour nous permettre d’étudier certains cas d’espèce ». Le secrétaire général du Haut-Rhin pense qu’au « point de vue national » il n’y a pas d’intérêt « à laisser séjourner des éléments difficiles à contrôler dans les départements frontières » et en particulier dans le Haut-Rhin, dont il assure qu’il est parmi « les plus gravement atteints » par le chômage. Il ajoute que « les commerçants israélites haut-rhinois verraient d’un mauvais œil des coreligionnaires étrangers venir les concurrencer ». En unisson avec son confrère de Moselle, le secrétaire général a, selon le journaliste, déclaré qu’il n’était pas « contraire à l’intérêt du pays bien compris de laisser s’installer exceptionnellement des industries et des commerces nouveaux, utilisant des ouvriers et des employés français ».

34Dans le Bas-Rhin, le journaliste a rencontré à la fois le préfet Roland-Marcel, qui lui a décrit la politique générale, et le secrétaire général Golliard, pour les précisions chiffrées. Globalement le ton est semblable à celui des autres départements. Les autorités se veulent surtout rassurantes vis-à-vis d’une population présumée inquiète. Avec un sous-entendu antisémite, le journaliste entame son commentaire en indiquant que, dans le département « à Strasbourg en particulier, en dehors du commerce de l’alimentation, le commerce de gros et surtout de détail est, en majeure partie, entre les mains des israélites ». Selon lui, c’est parce qu’il y a une grande population israélite « composée de commerçants, d’industriels, de médecins, d’avocats, de professeurs, dont beaucoup de souche allemande lointaine » et un « noyau important aussi de juifs d’origine polonaise » auquel appartiennent « tous les gagne-petit et les marchands ambulants », que les « israélites chassés du Reich se sont dirigés en grand nombre vers la capitale alsacienne et le Bas-Rhin ». Cependant il croit devoir dire que, comme dans le Haut-Rhin, « les éléments juifs autochtones ont vu d’un mauvais œil arriver ces concurrents éventuels de demain, parmi lesquels se trouvaient, du reste, des familles qui n’avaient pas encore subi de molestations, mais qui les redoutaient par avance ». Le journaliste poursuit :

Devant cet arrivage, les groupements et les syndicats de détaillants reçurent de nombreuses récriminations des commerçants israélites qui se disaient prêts à accepter leur coreligionnaires allemands comme associés mais ne voulaient pas les voir faire des affaires à côté d’eux et à leur préjudice.

35Le préfet Roland-Marcel minimise la question des réfugiés, qui « n’est pas inquiétante » à condition dit-il, « d’avoir l’esprit de suite ».

  • 48 Cette expression particulièrement prosaïque et inhumaine fait écho à celle de la « gare de triage » (...)

Ici nous ne délivrons pas de carte et s’ils essaient de tourner la difficulté en allant se faire délivrer une carte dans un département de l’intérieur, pour revenir ensuite se fixer dans les départements recouvrés, toutes nos précautions sont prises pour que, dans ce cas, ils retournent là d’où ils sont venus. […] Au demeurant, leur séjour ici est une chose utile ; car nous fonctionnons en quelque sorte, à leur sujet, comme un “bassin de décantation”48 et, lorsqu’ils s’en iront vers un autre département [...] nous aurons eu tout le temps de les étudier. Nous pourrons ainsi envoyer au préfet intéressé un dossier complet concernant chacun d’eux.

36Le préfet fait allusion à la visite de celui qu’il appelle (par erreur) le « grand rabbin Dreyfus, de Paris » qui, prétend-il, « était venu me voir, au moment de l’exode de ses coreligionnaires d’Outre-Rhin et qui craignait que cet exode ne compromît la sécurité nationale et n’entraînât un mouvement antisémitique en Alsace ». Le préfet s’appuie implicitement sur cette visite en reprenant à son compte le danger de l’antisémitisme : « Nous ne pouvons pas tout de même exposer ces gens-là à avoir en douceur le même traitement qu’ils avaient là-bas en violence ».

  • 49 La mention des « attaches de famille » est indiquée, beaucoup plus tard, par une circulaire du 28 a (...)

37Au total, le préfet se présente comme particulièrement content de sa politique : « Ayant ainsi satisfait aux lois de l’humanité et de l’hospitalité, nous saurons aussi obéir au devoir patriotique qui nous incombe en ne laissant pas s’implanter dans ce pays frontière des suspects ou des indésirables ». Le secrétaire général Golliard, de son côté, est cité pour avoir apporté à l’enquêteur les chiffres. Selon cette statistique, il parle de « quelques milliers de réfugiés allemands qui ont passé par le Bas-Rhin » : il en reste aujourd’hui 722, dont 550 ont demandé à y prendre racine, dont seulement 16 auraient reçu l’autorisation de s’installer « parce qu’ils ont pu justifier de réelles et solides attaches avec des familles juives françaises »49. Les autres sont en possession « d’un simple récépissé de demande de carte d’identité, valable en principe jusqu’au 31 décembre 1933, mais révocable ad nutum. D’ici là ils seront « priés », ayant eu tout le temps nécessaire pour prendre leurs dispositions, d’aller s’installer ailleurs en France ». Le secrétaire général a aussi précisé que la loi locale était appliquée en refusant tout permis aux commerçants ambulants, « sauf à ceux qui ont des attaches françaises, c’est-à-dire un nombre infime ».

38Visiblement, le journaliste et les fonctionnaires des préfectures interrogés cherchent à « rassurer » le lecteur. Ils s’entendent également tous pour dire que l’immense majorité de ces arrivants ont quitté leurs départements. L’argument de l’entente présumée avec les commerçants et industriels juifs locaux est aussi mobilisé. Il existe, en outre, une certaine unité de ton des justifications évoquées par les préfectures pour « garder » une petite minorité d’arrivants. À la fin du présent chapitre, nous verrons comment ces diverses justifications se sont transformées en « doctrines » de fait et ont été appliquées en réalité.

  • 50 Numéro du 25 août 1933.

39Il est particulièrement intéressant de voir comment la Tribune juive commente à son tour l’enquête auprès des préfectures des trois départements50. L’article signale la nouvelle de la visite du grand-rabbin de France à la préfecture. La Tribune écrit :

Telles sont les déclarations faites au rédacteur du Matin par les autorités civiles des trois départements de l’Est. Il n’y aura ni des suspects ni des indésirables. Les masses des réfugiés allemands sont obligés (sic) de chercher ailleurs un asile où elles puissent s’établir. Mais ce ne sont pas les préfets, ce sont les Juifs eux-mêmes qui doivent trouver les moyens pour sauver les Juifs.

  • 51 Réunion qui s’est tenue à Strasbourg le 1er mai 1933 (Tribune juive, 5 mai 1933).

40La Tribune ajoute que « les actes et les intentions de l’administration » sont fidèlement rapportés par le journaliste et que cela n’apprend rien de nouveau, sauf les chiffres. Le journal relève que le préfet a mentionné par erreur le grand-rabbin Dreyfus, alors qu’il s’agissait du grand-rabbin Israël Lévi, présent à Strasbourg lors de la réunion du rabbinat français51. Enfin, la Tribune prend ses distances vis-à-vis de l’interprétation du préfet Roland-Marcel : « Ignorant la réponse qu’a donnée M. Israël Lévi, nous laissons au Matin la responsabilité de cet entretien dont il y a peut-être plusieurs versions ».

Le commerce, l’artisanat et les professions libérales protectionnistes

  • 52 Voir sur ce point Caron, Uneasy…, op. cit., notamment p. 24 et p. 27.
  • 53 AD 67, 460D 36.
  • 54 17 août 1933.
  • 55 AD 67, 460D 33.

41Les responsables locaux des Chambres de commerce, de l’artisanat et des employeurs sont actifs dès les premières arrivées de réfugiés, et interviennent auprès de la préfecture qui les écoute attentivement. L’un d’entre eux est Fernand Peter52, lequel est aussi un acteur patronal majeur dans la grande grève du bâtiment de l’été 1933 (voir plus loin). La première lettre au préfet du Bas-Rhin de la part du président Herrenschmidt de la Chambre de commerce de Strasbourg qui se trouve aux Archives départementales du Bas-Rhin date du 6 mai 193353 : elle parle de « présence indésirable » et de la nécessité d’empêcher que les réfugiés s’installent en Alsace. La presse nationale se fait l’écho des préventions et réactions du « commerce et de l’industrie » devant l’arrivée des réfugiés en Alsace. Le figaro publie un article au même moment que Le Matin publie le sien54. On peut y lire que les Chambres de commerce de Metz, de Colmar et de Strasbourg ont saisi les pouvoirs publics « de doléances dont la gravité est trop certaine. […] La politique de Hitler a provoqué, en deçà de notre frontière, un afflux subit de plusieurs milliers d’individus : israélites, communistes, socialistes, “républicains” de diverses colorations ». Le journal attribue à ces réfugiés le désir « de s’installer [dans les trois départements] afin d’y gagner leur vie en se réservant le maximum de commodités grâce au bilinguisme et à la proximité du Reich ». La Chambre de Metz s’élève « énergiquement contre la continuation de ces errements. On peut affirmer, sans aucune exagération, que ces éléments indésirables vont devenir une véritable plaie pour les honnêtes commerçants français ». Selon le journal, il ne faut pas y voir de « xénophobie ou de rivalité commerciale inopportune […] la question est autre [...]. Alors que la crise économique sévit avec acuité […], il faut limiter inexorablement les faveurs accordées aux étrangers. Nous sommes certes les derniers à vouloir refuser asile à ceux qui, traqués par des persécuteurs dépourvus de tout sens humanitaire, cherchent à sauver leurs vies et leurs économies », mais d’un autre côté les « éléments » réfugiés « constituent un danger pour la main-d’œuvre nationale et nos établissements ». La Chambre de Colmar en appelle à la SDN pour régler le problème. Quant à celle de Strasbourg, présidée par M. Herrenschmidt, conseiller général du Bas-Rhin, elle saisit l’occasion pour demander de dénoncer la convention de 1927 qui attribue à l’Allemagne la clause de la nation la plus favorisée. Le journaliste du figaro en conclut à l’appel à des mesures à prendre par le gouvernement. Chaque autorisation donnée par la préfecture de Strasbourg sera bientôt soumise pour avis à la Chambre de Commerce de la ville, une pratique qui n’est pas nouvelle, mais qui n’était auparavant pas systématique. La thématique principale est donc celle de la concurrence professionnelle. La tonalité générale de l’argumentation est claire : offrir l’hospitalité, mais ailleurs. La France de l’Est fait aussi allusion (11 août 1933) à la concurrence plus générale sur le marché du travail, mais elle en tire une conclusion analogue sous un titre alarmant : « L’invasion étrangère en France » : « Les réfugiés politiques qui accourent chez nous sont en grande partie des personnes peu ou pas au courant des travaux manuels qui pourraient, à la rigueur, leur être confiés dans nos régions agricoles à population trop faible ou dans nos possessions d’outre-mer. » Au fur et à mesure, les protestations et les oppositions s’accroissent. Le 13 novembre 1934, le président de la Chambre des métiers d’Alsace, Fernand Peter, écrit au nom de celle-ci à E. Herriot55, pour attirer l’attention sur « la gravité exceptionnelle que représente ce problème [des étrangers] pour les trois départements recouvrés ». La solution qu’il préconise va jusqu’à demander qu’aucun permis de séjour ne soit plus accordé pendant un an aux « sujets étrangers dans les départements du Haut-Rhin, Bas-Rhin et Moselle ». Il ne fait pas de doute, donc, que, sur le plan local de l’Alsace et Moselle, les conclusions générales établies par V. Caron sont entièrement corroborées, à la fois dans les manifestations publiques et dans les interventions dont on retrouve la trace dans les archives préfectorales.

Golliard en secrétaire général

Un protégé d’Herriot

  • 56 L’expression « protégé » est utilisée par C. Chautemps, dans une correspondance avec Herriot, le 15 (...)
  • 57 On parle des « enfants d’Herriot » pour désigner les protégés d’Herriot à l’époque.
  • 58 AD 67, 286D 4 (papiers personnels du préfet).

42C’est au sortir des difficultés rencontrées à Saint-Dié (chapitre 1) qu’Alfred Golliard arrive dans un contexte nouveau pour lui, Strasbourg. Édouard Herriot suit l’affaire d’autant plus qu’il était, on l’a vu, embarrassé dans cette visite locale, en plein Cartel. Golliard est considéré comme son « protégé »56 puisqu’il en est l’ancien élève, comme Édouard Daladier57. De 1925 à 1928, Herriot est successivement président du Conseil, président de l’Assemblée nationale et ministre ; il dispose donc d’une grande influence. Le sous-préfet Golliard est recommandé par Daladier, ministre des Colonies, en mars 1925, qui dit s’intéresser personnellement à son condisciple ; quelques mois avant, le sénateur Serre, du Vaucluse, l’a recommandé pour un poste de préfet dans l’Yonne. À l’époque, le sous-préfet est également soutenu activement par Paul Morel, son ami. Il est donc probable qu’avec le départ de Surchamp comme sous-préfet de Villefranche sur Saône, l’occasion de nommer Golliard s’est présentée pour le poste du Bas-Rhin, qui ne pouvait pas rester vacant. Il a fallu au ministre Schrameck, comme on l’a vu, s’assurer de la loyauté du sous-préfet, action dans laquelle le député maire Constant Verlot, de Senones, a joué un rôle décisif (chapitre 1). Les liens de Golliard et d’Herriot sont observés, notamment par son préfet Roland-Marcel, qui essaie d’en bénéficier. En général, Herriot a l’habitude de faire des conférences sur les sujets les plus divers, littéraires et historiques, et, quand cela se passe dans des lieux où Golliard est en poste, il lui rend visite (ainsi à Lons en septembre 1939 : voir chapitre 3). C’est le cas quand Herriot vient parler de Beethoven devant la Société des amis du Conservatoire, le 14 février 1931, à la salle Berlioz de Strasbourg. Le rôle du secrétaire général est notamment d’organiser la logistique pour les visites officielles, mais, en l’occurrence, le fait qu’il soit un familier du président Herriot donne une couleur différente à leur contact. Le préfet Roland-Marcel le laisse transparaître dans la lettre qu’il adresse à Herriot au moment où il apprend sa venue : « Je viens de recevoir votre carte. Sans doute, je tiens d’abord à ne pas vous importuner, mais mon Secrétaire général, M. Golliard, votre ancien élève, et moi, serions vraiment heureux de vous recevoir à la gare et de vous faciliter toutes choses. [...] Permettez-moi d’ajouter que [j’aimerais être responsable de votre personnalité] je serais particulièrement heureux que vous soyez notre hôte tant que vous vous trouverez à Strasbourg, [et je vous serais reconnaissant de me faire confiance] ». La lettre a été corrigée à la main par le préfet qui a enlevé les mentions ici en italique, les trouvant sans doute à la réflexion maladroites et obséquieuses58. finalement, Herriot est accueilli à sa descente de train par Golliard, comme il a été prévu dans une instruction du préfet, le 5 février, qui commande les modalités de la surveillance policière :

  • 59 Id.

M. Golliard, Secrétaire général, ira le chercher sans doute dans la soirée, à la gare avec l’automobile de la Préfecture, où M. Herriot dînera. Il conviendra, toutefois, d’exercer une surveillance discrète – la salle comprise – pour éviter tout incident59.

  • 60 AD 67, 286D 2.

43Le caractère intéressé du préfet Roland-Marcel transparaîtra une autre fois de façon nette, lors d’un congrès du parti radical alsacien en mai 193360. À l’époque, le préfet, qui n’est pas membre du parti radical, cherche, comme on le voit dans sa correspondance, à imposer ses vues dans les cercles locaux, et notamment auprès de M. Becker, président du parti à Strasbourg. Quand Marchandeau, qui sort à peine du gouvernement Herriot où il s’occupait précisément d’Alsace et Lorraine, annonce sa venue, Roland-Marcel s’empresse de l’inviter. Mais l’ex-ministre décline car, dit-il, il ne faut pas « permettre à quelques adversaires de donner un caractère officiel » à sa visite. Alors que le préfet fait part de son souhait d’assister à la réunion radicale, Marchandeau insiste pour lui déconseiller d’assister à une réunion « ouverte aux seuls membres du parti » et lui demande de se limiter à une présence au banquet, pour « témoigner de l’estime que vous portez à Mr. Becker », ce qui n’empêche pas le préfet de revenir à la charge : « Je vous remercie infiniment de votre bon conseil et, le cas échéant, vous m’aiderez à persuader nos amis radicaux que le mieux en Alsace est, plus qu’ailleurs, l’ennemi du bien ».

  • 61 En tête Présidence du conseil, DGSAL, affaires générales, minute (AD 67, 98AL 1614).

44Pourquoi Alfred Golliard est-il resté si longtemps dans son poste très prenant de secrétaire général (et évidemment source d’expériences nombreuses) ? Deux documents permettent de le comprendre : l’un est un rapport interne de l’administration, l’autre une lettre écrite en 1932, à E. Herriot. Le rapport explique la cause bureaucratique, la lettre y ajoute la note personnelle de l’attitude d’Alfred Golliard. Le rapport est vraisemblablement rédigé par Paul Valot, le directeur de la DGSAL, le 11 avril 1935, six mois après le départ de Golliard pour la préfecture du Jura61. Il établit à l’attention du ministre de l’intérieur (Marcel Régnier) la réalité d’une « difficulté rencontrée par les agents de l’administration préfectorale en service en Alsace et Lorraine pour faire prendre en considération leurs titres aux fonctions de préfet » et souligne « le grave préjudice de carrière qui en est résulté pour certains d’entre eux ». Le rapport, qui indique que les mouvements de préfets n’ont pas contenu d’agents de l’Alsace Lorraine jusqu’en 1930, souligne qu’il a fallu attendre 1934 pour que deux d’entre eux soient nommés. Valot commente : « il est à l’honneur de ces fonctionnaires qu’ils ne se soient pas découragés de leur devoir ». Trois membres de la préfectorale sont désignés, M. Le Hoc, qui n’a finalement été nommé préfet qu’après 12 ans de sous-préfecture à Haguenau ; Golliard, qui avait 9 ans de service à Strasbourg, et Adam, sous-préfet de Thionville, qui avait passé 16 ans en Moselle et fut nommé préfet en mai 1934 dans la Creuse. Le rédacteur de la note la conclut en présentant l’espoir que, désormais, on pourra reconnaître pleinement « un personnel d’élite, trop longtemps méconnu ».

  • 62 L’intervention d’Herriot se fait en deux temps : auprès de Chautemps, d’abord, à la suite de la réc (...)
  • 63 Dossier personnel, AN F1bI 1077.
  • 64 AD 67, 286D 4.
  • 65 Edouard Pfeiffer, alors membre du cabinet de Daladier, écrit le 27 mars 1933 à Roland-Marcel : « je (...)

45Avant d’être nommé en 1934 (par Marchandeau, sur intervention expresse de Herriot cette fois-ci62), Golliard avait mis son orgueil en sourdine, comme on peut en juger dans la lettre du 1er août 193263, qu’il adresse à Édouard Herriot. À cette date, pourtant, alors que, comme tous les étés, le secrétaire général « garde » la préfecture puisque le préfet Roland-Marcel est en général en vacances, il prend sa plume car il est bien conscient du blocage de sa carrière que la note de Valot qu’on vient de citer confirme trois ans plus tard. Roland-Marcel, son préfet, en a d’ailleurs parlé à André Magre, secrétaire général de l’Élysée64 et ami de Golliard, fin mars 1932 ; quand Édouard Daladier est président du Conseil (de janvier à octobre 1933, Golliard est également invité à une audience auprès de lui, dont on ne sait pas s’il s’y rendit65). La lettre, importante dans la série des actions qui aboutissent à la nomination de Golliard en octobre 1934, est également essentielle en tant qu’elle trahit certains de ses traits de caractère, déjà soulignés au chapitre 1.

Monsieur le Président,
J’ai peine à vaincre les sentiments qui m’ont poussé jusqu’alors à ne pas vous importuner, au milieu de vos graves préoccupations. Ma foi profonde dans votre grande bonté ne suffirait pas encore aujourd’hui à me déterminer à y faire appel, si je n’avais pas acquis la certitude que sans votre appui mes espérances de carrière ne se réaliseraient jamais. Plusieurs mouvements préfectoraux ont eu lieu. Je n’en ai éprouvé ni désillusion, ni amertume. Il ne m’avait été fait aucune promesse et je ne conteste ni les mérites des candidats qui m’ont été préférés, ni le droit absolu du gouvernement de nommer qui bon lui semble. Mais l’évidence m’oblige à conclure que mes titres à une préfecture ne seront jamais une raison suffisante de nomination. Du moins ne peut-on pas en contester la réalité.
Entré en 1910 dans l’administration en qualité de conseiller de préfecture, nommé secrétaire général dans le Vaucluse en 1913, sous-préfet de Saint-Dié en 1918, secrétaire général dans le Bas Rhin en 1925, j’ai 22 ans de services et 13 années de 1e ou de hors classe.
Ces titres sont-ils méritoires ? Il appartient au ministre de l’Intérieur et au Gouvernement d’en juger. On me rendra cette justice que je n’ai rien entrepris jusqu’à présent pour les faire reconnaître.
J’ai toujours eu la fierté de ne jamais rien demander qu’à l’affection. Hélas ! je ne suis plus jeune et les hommes qui m’ont aidé de leur amitié sont morts ou ont disparu de la scène politique. Il ne me reste d’espoir qu’en votre dévouement désintéressé car je préfère ne pas réussir que me résoudre à l’humiliation de démarches contraires à mon caractère. Et je n’évoquerai auprès de vous que le témoignage de deux hommes : un politique et un administrateur, qui me connaissent bien et dont j’accepte le jugement, Monsieur Paul Morel et Mr André Magre.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mon respectueux et dévoué attachement.
Golliard.

  • 66 Le ton le plus courant consiste en général à présenter la demande, en la justifiant par l’explicati (...)
  • 67 Le préfet Vernet s’est employé, avec l’aide du maire de Tours, à empêcher les Allemands de procéder (...)
  • 68 22 octobre 1940 : le maréchal Pétain rencontre Hitler à Montoire, dans le Loiret-Cher, tout près de (...)

46La lettre est remarquable à plusieurs égards. Elle affirme d’abord avec une force et une franchise singulières, dans ce genre de missives66, la réticence d’Alfred Golliard à se mettre en position de solliciteur. Il y a ici un lien direct avec les tourments si amers connus au moment où il essayait de se faire nommer en 1909-1910 (voir chapitre 1). On ne peut, en second lieu, manquer de penser que la lettre révèle aussi une fierté confinant à l’orgueil, et qu’il s’autorise à afficher cet « orgueil » auprès de son professeur (« je préfère ne pas réussir que me résoudre à l’humiliation »), dont il est resté le familier, même s’il ne compte pas parmi ses proches. Enfin, il est aussi intéressant de constater comment Golliard transforme en quelque sorte ces relations vécues à sa façon, en les classant dans une catégorie particulière de rapports, qu’il désigne sous le terme « affection » et « amitié ». Si on le suit bien, ces démarches, dont celle, ultime à ses yeux (c’est un dernier ressort), qu’il entreprend ce jour-là, sont transfigurées : elles ne sauraient attirer d’humiliation puisqu’elles se situent dans l’exercice de l’affection-amitié. En 1922, décoré de la Légion d’honneur, Golliard glisse typiquement dans son dossier (lettre à M. le Grand Chancelier du 10 juin 1922) les quelques mots suivants : « je vous serais obligé de bien vouloir faire procéder à ma réception par Monsieur Magre [...], préfet des Vosges qui a bien voulu accepter de me donner un témoignage d’affection » (souligné par nous, voir chapitre 1). En 1939 (voir chapitre 3), Golliard reprend la même thématique dans l’éloge funèbre de Charles Dumont. Si l’on compare Golliard et Vernet, on peut donc dessiner deux types de préfets très différents, amis ou familiers d’Herriot dans ces années. Vernet, brillant professeur, séduisant Herriot, plutôt sûr de lui-même, cherchant les honneurs et la promotion – ce qui semble être l’attitude logique d’un « idéal-type » de préfet bien adapté au service opportuniste des hommes politiques qui l’utilisent. Vernet, qu’Herriot qualifie de « préfet héroïque » en raison d’une attitude somme toute répandue en 194067, dans l’Indre-et-Loire, ne semble pas perdre de vue sa carrière même dans des circonstances particulières68. Par contraste, Golliard, pourtant a priori plus proche d’Herriot, comme son élève pendant l’année de khâgne (1901-1902), n’ose pas le solliciter, et attend un temps très long, pour enfin s’apercevoir – ce qui est confirmé par l’administration elle-même – que sa carrière est bien mal embranchée depuis la fin des années 1920, quand son mentor principal, Morel, a disparu de la scène politique.

Bureaucratie wéberienne et iiie République

  • 69 Annuaire administratif du Bas-Rhin, 1934.
  • 70 Rapport du 5 février 1934, AD 67, 286 D 43.
  • 71 C’est sans doute l’une des raisons de plaintes qui sont venues à la connaissance du préfet, au débu (...)
  • 72 AD 67, 286D 42.

47La préfecture de Strasbourg est l’une des plus importantes de France. Le personnel que dirige A. Golliard dépasse vraisemblablement une centaine de personnes. L’organisation des préfectures est à cette époque standardisée d’une manière « rationnelle-légale », à la Weber : c’est la loi du 1er avril 1920 qui définit l’organisation de toutes les préfectures et sous-préfectures en France. Il y a au moins deux divisions (de deux à quatre) dans les sous-préfectures, et chaque division comprend deux bureaux au moins. Outre les divisions, la préfecture comprend aussi des services divers (assistance publique ; hygiène ; architecture, mais aussi les assurances sociales), qui ont leur propre hiérarchie. À Strasbourg, le secrétaire général a aussi la fonction de diriger le service de la police d’État de Strasbourg (une quinzaine de personnes). À part les membres du cabinet du préfet, les autres employés sont classés dans un cadre commun du personnel : chefs de division, chefs de bureau, rédacteurs principaux et rédacteurs, expéditionnaires et dactylographes. Le cadre est, après délibération du conseil général, adapté à chaque cas départemental et fait l’objet d’un arrêté préfectoral qui fixe le règlement intérieur de la préfecture. Il faut aussi ajouter la présence variable d’auxiliaires. Les tâches et missions des divisions et des bureaux sont strictement réparties : on peut par exemple les consulter dans l’annuaire administratif du Bas-Rhin69. Entre 1928 et 1933, les effectifs du personnel des quatre divisions de la préfecture n’ont pratiquement pas changé (61 personnes), alors que la législation sur les étrangers est devenue un point central du travail. Le secrétaire général fait passer à son préfet Roland-Marcel une analyse très détaillée70 de la situation en février 1934. À ce moment se présente la perspective du renouvellement de 20 000 cartes d’identité d’étrangers et les dossiers de réfugiés politiques s’accumulent71. C’est la quatrième division, qui comprend deux bureaux, qui est la plus sollicitée : ses missions sont les dommages de guerre, les naturalisations, le commerce, la répression des fraudes, la circulation et le contrôle des étrangers. La gestion du courrier est très hiérarchique et doit tenir compte du fait que les bureaux du préfet sont situés rue Brûlée, alors que les bureaux de la préfecture sont rue Auguste-Lamey, distants de plusieurs centaines de mètres. Or, tout le courrier est censé passer par le cabinet du préfet72. Cet éloignement donne l’occasion au secrétaire général de faire la chasse aux dépenses inutiles de courrier. Golliard prie en 1932 le chef adjoint de cabinet du préfet, M. Minder,

de donner des instructions pour qu’il soit mis fin à des contacts inutiles par la poste (souligné) et qui sont abusifs. Ces demandes de renseignements qui n’ont d’ailleurs rien de particulièrement urgent devraient à l’avenir être envoyées avec le courrier. C’est du gaspillage d’envelopper l’envoi à toutes les heures de la journée de ces notes et des déplacements inutiles pour les agents de garde.

  • 73 Voir par exemple AD 67, 286D 4. Le préfet, quand il s’absente pour son congé annuel d’été, pour Rol (...)
  • 74 AN, F7 13395. Rapports signés du préfet ou de son chef de cabinet, E. Kuntz, de 1928 à 1930.

48L’équipement est aussi sous la responsabilité du secrétaire général. Ainsi, les machines à écrire efficaces sont recherchées. Alors que le cabinet du préfet le lui demande, le secrétaire général refuse le changement d’une machine pour une qui soit capable de taper en 12 exemplaires. Les machines sont, pour la plupart, des Underwood de 1925-26. Le rôle administratif du secrétaire général d’une grande préfecture comme celle de Strasbourg est très lourd et comprend un aspect non négligeable de gestion de personnel. Le secrétaire général est l’homme à tout faire du préfet, qui doit connaître les problèmes de près pour pouvoir les résoudre alors que le préfet, peut, s’il le souhaite, ne pas s’intéresser à « l’intendance » et la laisser à son collaborateur. En témoigne le fait que, quand le préfet est absent, il est remplacé, de plein exercice, par le secrétaire général. C’est le cas, dans la période considérée, à chaque fois que le préfet part en congé, vacances ou maladie73. Bien sûr, le préfet se réserve les aspects de « haute politique ». C’est lui qui traite avec le petit nombre des ténors de la politique locale, mais le secrétaire général les fréquente tous de façon courante, ne serait-ce que parce que ce dernier est chargé de l’organisation pratique des élections, et, deux fois par an, des sessions du conseil général. Quand le préfet est Henry Borromée, il y a ainsi une division du travail avec le secrétaire général à propos de la gestion des autonomistes : le secrétaire général s’occupe du suivi et de l’exploitation régulière des renseignements généraux, mais les affaires concernant la relation avec le ministère passent directement par le préfet et son cabinet (ainsi le préfet en 1926 transmet-il des rapports hebdomadaires au ministre de l’Intérieur74).

  • 75 Préfet et conseiller d’État en 1928, il sera mis en retraite d’office par Vichy.
  • 76 AD 67, 286 D 36.
  • 77 Notes diverses adressées par le préfet à M. le Secrétaire général et à MM. les Chefs de services dé (...)

49Le préfet a tendance à s’attribuer les succès de l’action qu’il n’est évidemment pas le seul à assumer : nous le verrons bientôt à propos de la grève générale de 1933 à Strasbourg. De son côté, le chef de cabinet du préfet est souvent situé comme le numéro trois de la préfecture. Chef de cabinet et secrétaire général préparent des brouillons pour les rapports divers mais, évidemment, le secrétaire général peut prendre des initiatives nombreuses dans le cadre des dossiers dont il est responsable de l’instruction ou de l’exécution. Le secrétaire général a, notamment, la haute main sur l’organisation des consultations électorales. Il assiste aux cérémonies officielles (dont il gère les aspects logistiques, comme ceux des voyages officiels) aux côtés ou à la place de son « patron », ce qui l’amène à de fréquents contacts avec les personnalités du cru. Comme on le verra pour le Jura (chapitre 3), cela l’amène parfois à développer des relations d’un caractère plus personnel avec certains de ses interlocuteurs politiques. Le préfet et le secrétaire général sont en contact avec la DGSAL (dirigée à Paris par Paul Valot75) ou avec les ministères en fonction des départements concernés par l’affaire qu’ils ont à gérer. Ainsi, dans le cas de grèves, par exemple, le préfet rend compte au ministre de l’Intérieur ; il s’occupe de l’intervention des gendarmes, des pelotons de la garde mobile ; il intervient quand le mouvement menace de s’étendre, comme médiateur. La variété des domaines dans lesquels le secrétaire général est sollicité est immense. Soit, par exemple, le domaine des plaintes76 : en 1932-34, il a à connaître de plaintes pour un élevage de chiens, de dénonciations individuelles, d’accidents, d’assassinats, suicides, vols, incendies, de lettres anonymes mettant en cause des Allemands, de gens qui demandent l’expulsion de concurrents, de la demande d’un mari d’expulser sa femme, roumaine. Le tableau ci-après retrace un échantillon de la diversité des matières traitées en 1933 et 193477.

Les charges d’un secrétaire général de préfecture : Strasbourg, 1933 et 1934 (exemples)

501933

26 avril, Demande d’un dossier pour répondre à un courrier de demande de délais de la caisse d’épargne de Bouxwiller d’amortir en cinq ans le reliquat de ses emprunts de guerre allemands, qui peut être considéré comme perdu ;
10 mai, Demande de dossier sur projet d’installation de laiterie ;
10 juillet, Parcs automobiles de la préfecture (Citroën) ;
25 septembre, Saleté de certains locaux sous la responsabilité de la mairie, risques d’épidémie, courrier au maire de Strasbourg ;
Octobre, Contrôle des débits de boissons avec salles de danse, tapage les samedi et dimanche ;
Novembre, Demande de renseignement sur un projet de vente d’un terrain de 160 ha appartenant aux Enfants assistés et que l’assistance publique veut vendre (« sombre histoire qui divertit la Commission départementale et au sujet de laquelle je désirerais renforcer les précisions que j’ai données » dit le préfet) ;
Décembre, Problème de renouvellement de sursis accorés par la préfecture à un individu italien qui aurait fait l’objet d’un arrêté d’expulsion.

511934

12 avril, Problème du lait non pasteurisé et d’une épidémie de paratyphoïde dans 3 établissements religieux dont le grand séminaire ;
7 juin, Demande d’intensifier la lutte contre la vie chère : différences de prix et de classement sur la viande de vache entre les 3 départements recouvrés ;
13 juin, Problèmes liés au non dragage du lit de l’Ill (odeurs) ;
20 juin, Problèmes juridiques et administratifs d’utilisation de bacs de stockage d’hydrocarbures par une société ;
21 juin, Vie chère, demande de renseignements sur une entreprise qui maintient ses prix 25 à 30 % au-dessus de ceux fixés par les barèmes de Strasbourg ;
1er juillet, Demande d’étude pour la mise en état de routes forestières ; Juillet, Dossiers pour proposition de nomination de cantonnier ;
1er août, demande d’information, suite à des réclamations au sujet de l’emploi d’un ingénieur en hydraulique de nationalité suisse et non française ;
août 1934, Courriers relatifs à des problèmes liés à l’environnement et au crépi de la façade de l’église de la commune de Volkberg ;
15 octobre, Demande de création d’une commission restreinte sous la présidence du préfet sur procédures de délivrance du permis de chasse ; 19 octobre, Avis pour édicter une interdiction de vente de diverses marchandises par des tiers dans les hôtels.

Gérer le Conseil général dans le contexte de l’activisme autonomiste

  • 78 AD 67, 286 D 52, Années 1930-1934.
  • 79 Sans parler du dialecte alsacien : les traductions sont en Hochdeutsch. La connaissance de l’allema (...)
  • 80 Il s’agit d’une constante dans la mission des préfets. D. Cordier relate par exemple un épisode ill (...)
  • 81 Hueber fut le seul député qui ne renonça pas, lors de cette séance spéciale, à utiliser l’allemand (...)

52Le secrétaire général fait préparer par ses services toutes les pièces des débats du conseil général78 : cela suppose la traduction intégrale en allemand, puisque les deux langues sont pratiquées dans cette enceinte79. Les rapports avec le CG sont de délicates opérations de négociation politique dans lesquelles les « territoires » de la préfecture et des élus locaux sont préservés, dans une égalité feinte, rapports entre l’État central et ses représentants, d’un côté, et les élus légitimes, de l’autre, sur le « terrain », rapports entre les élus autonomistes et les élus « nationaux », loyaux au gouvernement, etc. La fiction de « l’absence de politique » est souvent chantée dans les interventions (c’était aussi une litanie favorite de Charles Dumont dans le Jura, qui ouvrait toujours les sessions de cette manière, voir chapitre 3). En réalité, il y a affrontement stratégique et construction de compromis politiques essentiels pour assurer la régulation des affaires locales80. Cette réalité est encore plus prégnante en Alsace à cause de la composante régionaliste et autonomiste. En 1927, le 8 décembre, le communiste dissident Charles Hueber, alors député du Bas-Rhin, présente un discours à l’Assemblée nationale, en allemand81, qu’il commence en indiquant que cette langue était sa « Muttersprache » et que c’est seulement le règlement de la Chambre qui l’oblige à parler le français. Il y manifeste, en particulier, son hostilité à la haute finance, à la grande industrie, mais aussi à la « hohe Beamtenschaft », terme par lequel il vise directement l’administration préfectorale.

53Le préfet rend compte régulièrement au ministre de l’Intérieur de l’état de ses relations avec les diverses composantes des milieux régionaliste et autonomiste parce que, à partir de 1924-1925 et des initiatives d’Herriot, cette dimension devient cruciale. Le préfet Borromée est réputé, par exemple, avoir contribué à la scission chez les catholiques régionalistes, entre les deux partis UPR (Union populaire républicaine nationale d’Alsace) et APNA (Action populaire nationale d’Alsace), en 1928. Alfred Golliard est pleinement mobilisé sur cette question : en tant que secrétaire général, il doit au jour le jour se préoccuper des responsables politiques et de leurs initiatives ; il effectue le suivi policier des renseignements généraux. On s’aperçoit de la lourdeur de cette tâche en analysant les archives du conseil général pendant les années où Golliard est en fonctions (1926-1934). Il n’est évidemment pas question de retracer ces événements autrement qu’en les illustrant d’épisodes significatifs. Du point de vue de Golliard, il y a trois étapes : celle de son arrivée et de son apprentissage avec le préfet Borromée (fig. 18), jusqu’à l’élection d’une mairie communiste à Strasbourg en 1929 ; l’année 1930, où il se trouve, brièvement, seul, alors que le préfet Borromée est parti et que son successeur n’est pas arrivé ; les conséquences de la nouvelle majorité consécutive aux élections cantonales de 1931, où le Front populaire, Volksfront, est majoritaire et Michel Walter remplace Alfred Oberkirch comme président du conseil général. Le parti républicain démocrate, parmi les alliés du gouvernement, analyse, dans la France de l’Est :

  • 82 Conseiller général de Strasbourg de 1931 à 1937, Karl Roos, retraité, a été condamné en 1928 au pro (...)
  • 83 AD 67, 98 AL 634, Commentaire de La France de l’Est, en octobre 1931. Charles Hueber est alors mair (...)

Tandis que le Kurier et l’Elsaesser crient victoire à pleins poumons et annoncent en caractères d’affiche le succès de l’agent allemand Roos et du communiste Schreckler, le Volksblatt se montre plus réservé. M. M. Walter qui, comme on le sait, a acheté la présidence du Conseil général avec les voix de l’UPR cédées à la Volksfront, annonce bruyamment « le triomphe de la politique du peuple sur la politique du préfet ». […] Walter triomphe et, en récompense de sa trahison, [sera élu PCG, ] soutenu d’un côté par le Dr. Roos82, représentant du germanisme en Alsace et de l’autre M. Charles Hueber, moscoutaire provisoirement dissident83.

54Le conseil général fonctionne comme un conseil classique, mais, depuis que l’autonomisme est puissant, à côté de sa fonction d’organisation des débats de gestion locale et du vote du budget, il joue un rôle politique de fait puisque les élus départementaux y cherchent l’affrontement politique avec l’autorité préfectorale, en tant qu’agent du pouvoir gouvernemental central. Cet affrontement est mené à propos d’un certain nombre de thèmes privilégiés, facilement identifiables : les Alsaciens à employer comme fonctionnaires, l’emploi des deux langues dans les assemblées et les tribunaux, les fonctionnaires et l’usage de l’allemand, la question de l’enseignement confessionnel et des écoles privées, l’amnistie aux condamnés de Colmar en 1928. La méthode employée par les préfets et le gouvernement, qui les surveille à distance, est toujours la même. Sur le principe, les revendications autonomistes, régionalistes, ou réputées telles, appartiennent pour eux, à « la politique », et doivent donc être bannies. La mise en scène passe alors par une tactique éprouvée : les conseillers généraux écrivent des « vœux » sur les sujets les plus divers (lors de la session de 1929, il y en a 150). Ces vœux sont d’abord examinés en commission, où il

fig. 18 - Palais du Rhin, photos du préfet Borromée, du maire Peirotes, au second plan Alfred Golliard (tract CGTU élection syndicale mairie 1929).

fig. 18 - Palais du Rhin, photos du préfet Borromée, du maire Peirotes, au second plan Alfred Golliard (tract CGTU élection syndicale mairie 1929).

Source : AD 67, dossier 286 D 324 (0dossier syndicats)

55arrive qu’ils soient retenus. Dans ce cas, ils viennent à être discutés en séance. S’il s’agit de vœux autonomistes ou régionalistes, le préfet garde une marge d’appréciation avec laquelle il peut jouer, laissant passer certains aspects des vœux, ou s’opposant, directement, par un vote de « question préalable ». Entre 1926 et 1934, et surtout avec la majorité pro-autonomiste issue des élections de 1931, plusieurs vœux ont pu passer, en étant amoindris, mais en général le conseil général vote la fameuse « question préalable ». Le préfet Borromée, lors de la session d’octobre 1928, rappelle la règle du jeu :

  • 84 AD 67, 286 D 191.

Les rumeurs de la politique expirent au seuil de cette enceinte. […] La loi a sagement interdit aux assemblées départementales tout vœu et tout débat politique. […] Je me suis toujours opposé à toute manifestation de cet ordre – et le Conseil général conscient de son rôle et de son devoir, m’a toujours suivi. [...] C’est à ce fonds permanent de discipline et de bon sens que votre assemblée a toujours puisé jusqu’alors les moyens d’accomplir un labeur utile. [...] C’est exactement ce que la population attend de ses élus nationaux84.

56Le 6 mai 1930, alors que les fonctions de Borromée ont pris fin, A. Golliard se trouve seul en tant que secrétaire général pour représenter le préfet, car son remplaçant Roland-Marcel n’est pas encore installé. Michael Walter, conseiller de Haguenau, en profite, au nom de l’UPR, pour déposer la motion suivante :

[Le conseil général] considère ce changement administratif comme susceptible d’amener une détente dans la situation politique du pays ; félicite le chef du gouvernement d’avoir déclaré que la politique en Alsace comme ailleurs, est l’affaire du gouvernement et non pas des préfets ; et déclare rester fidèle à une politique qui tout en sauvegardant l’intérêt supérieur de la Nation, tiendra compte des revendications régionales de notre population.

  • 85 AD 67, 286 D 52.
  • 86 Ibid., Vœu en faveur des victimes du procès de Colmar, séance du 5-11-1931, « que l’amnistie pleine (...)
  • 87 AD 67, 98 AL 634.

57Golliard s’insurge en conséquence : « il ne saurait permettre la discussion de la motion présentée [...] qui porte appréciation d’un acte du gouvernement et qui, de ce chef, a un caractère nettement politique ». Il se verrait obliger de poser la question préalable. Le 9 mai 193085, il doit, pareillement, s’opposer à un vœu portant sur l’amnistie des condamnés de Colmar. Comme un projet de loi a été ensuite préparé par le gouvernement, les autonomistes en profitent pour faire voter un vœu, en 1931, à l’unanimité, que le préfet laisse passer86. Dans ces années-là, on assiste à une façon de « guérilla » avec les autonomistes, et le préfet, avec son secrétaire général, s’emploient à « déminer » les conflits87. Ceci n’exclut pas que certains vœux, à formulation plus vague, passent, tel un vœu d’octobre 1926 pour lequel régionalistes et autonomistes s’unissent pour demander la création d’une « commission chargée d’étudier les moyens pratiques d’une adaptation du programme scolaire national aux besoins économiques, moraux et linguistiques de l’Alsace et de la Lorraine ». Le socialiste Peirotes pense qu’il s’agit d’une affaire de pédagogues et le préfet souligne la nécessité de la primauté de la langue française, ce qui suffit à faire adopter le vœu à l’unanimité. Parfois, des trésors de rhétorique sont utilisés, comme en octobre 1929 quand Walter et ses amis ont « enrobé » un vœu en faisant l’éloge d’Aristide Briand, alors président du Conseil, pour éviter la question préalable.

[Walter] exprime le vœu que le président du Conseil, avec la même clairvoyance avec laquelle il a entrepris cette œuvre de paix universelle, trouve une solution heureuse aux problèmes alsaciens et lorrains, solution susceptible de ramener l’apaisement des esprits et de donner satisfaction aux légitimes désirs de la population, notamment en ce qui concerne l’amnistie pour les condamnés de Colmar et les autres condamnés politiques, [...] l’application effective du bilinguisme [...] ainsi que la réalisation d’une large décentralisation dans le sens d’une administration régionale des trois départements.

58Malgré l’habileté, la question préalable sera quand même votée, cette fois ci, par 17 voix contre 16. On ne peut pas dire que la préfecture – et, sur ce point, nous pensons que le secrétaire général Golliard est tout à fait en phase avec son préfet et le gouvernement – fasse preuve d’une ouverture d’esprit sur la question de la langue, et encore moins du bilinguisme. Le préfet, en 1933, contre le conseiller Mourer, autonomiste, déclare que la question du dialecte et de l’allemand n’est pas de son ressort : « elle est affaire de linguistique, de pédagogie et incombe à l’autorité ministérielle, à M. le Recteur et ses collaborateurs. C’est pourquoi le vœu sur l’enseignement dans les cours de perfectionnement sera transmis, pour examen, à l’autorité compétente ».

La préfecture s’interpose dans les grèves

  • 88 Barbier et Büttner, Alfred Golliard…, op. cit., chapitre 2.

59L’intercession de la préfecture dans les grèves fait aussi partie de ses missions. Le secrétaire général est particulièrement et personnellement mobilisé, surtout pendant la grande grève, générale, de l’été 1933, qui voit des affrontements spectaculaires sur les quais de la ville. Les péripéties de la grève ont été retracées ailleurs88 et nous en retiendrons ici surtout l’aspect qui concerne les rapports de subordination entre le préfet et son secrétaire général.

60Pour les faits de grève eux-mêmes, notons que la conflictualité dans le secteur du bâtiment est importante dans les années 1930. Les salaires que perçoivent les ouvriers sont un enjeu essentiel, d’autant que la mairie de Strasbourg, avec à sa tête Hueber, pratique des salaires plus élevés que la moyenne locale sur les chantiers d’habitations à bon marché, jusqu’en 1932. Le contexte est aussi marqué par des rivalités entre les différents syndicats, les chrétiens, les communistes, les socialistes et la concurrence entre CGT et CGTU. Quand la grève du bâtiment éclate en juin 1933, puis se transforme en grève de solidarité qui implique de nombreux autres travailleurs (ferblantiers, chauffeurs des tramways…), ni le préfet ni son secrétaire général ne s’attendent à ce qu’elle tienne si longtemps : elle dure deux mois pour les ouvriers du bâtiment, jusqu’au 29 août et, pour la grève générale de solidarité, jusqu’au 16 août. Les représentants patronaux, dont Fernand Peter et M. Guri, du syndicat des entrepreneurs de Strasbourg, sont intransigeants : ils veulent en découdre et maintenir la baisse des salaires, prétendant qu’un régime de contrat négocié ne peut que nuire aux intérêts du patronat. Les choses ont commencé par une procédure de conciliation, soutenue par la préfecture, mais rejetée par les représentants patronaux, puis ont pris, sous l’injonction du ministre du Travail, François-Albert, le tour d’un arbitrage.

  • 89 AD 67, 286D 4.

61Le préfet est surpris par la tournure des événements. Alors même qu’il s’apprêtait à partir en vacances, comme il le fait l’été, laissant la préfecture à son secrétaire général, il dépose quand même sa demande de congés, mais la suite des événements, qui débouche sur la grève de solidarité, l’empêche de mener à bien ses vacances. Pendant cette période, secrétaire général et préfet sont amenés à jouer au mieux de l’usage des forces de l’ordre. Le préfet prétend qu’il a eu la bonne idée d’opposer aux manifestants l’usage de projecteurs éblouissants, ce qui fait reculer les manifestants, mais la fille du secrétaire général, Michelle, pense que l’utilisation des projecteurs est une idée de son père. Dès que le préfet entrevoit la fin de la grève, qui se termine, d’ailleurs, par un échec pour les grévistes, Roland-Marcel se précipite à Paris pour une audience avec le ministre et, dans la foulée, il dépose une nouvelle demande de congé. « D’autre part, si vous n’y voyez pas d’inconvénient, je m’absenterai du 3 septembre après-midi jusqu’au 10 dans la soirée, Mr Golliard, SG devant se trouver ici durant les quelques jours de vacances que je prendrai avant la session du CG », est la formule qu’il emploie89. Le dévoué secrétaire général n’est pas dupe. À son retour de vacances, Roland-Marcel apprend, via le ministre flandin, qu’on a jasé à Paris à propos de son attitude pendant la grève. Il le remercie de l’avoir prévenu qu’on lui reprochait « un certain défaut de “poigne” lors de la grève de Strasbourg ».

Vie mondaine et visites protocolaires

  • 90 Marc Bloch et Maurice Halbwachs sont inscrits dans le corps des professeurs de l’université dans le (...)

62Un autre aspect de la vie professionnelle du secrétaire général est sa participation à une vie mondaine et protocolaire multiforme, que relatent avec régularité les Dernières nouvelles de Strasbourg. Les occasions de représentations, cérémonies, fêtes et invitations ne manquent pas. Ainsi, en 1932, on note la rentrée de l’université du Strasbourg, le préfet et le secrétaire général ayant « reçu avec une exquise bonne grâce étudiants et étudiantes, qui vinrent s’incliner respectueusement devant leurs hôtes ». Assistent aussi à cette cérémonie le recteur d’académie Dresch et les doyens90. Les Dernières nouvelles de Strasbourg sont lyriques (24 janvier 1932) :

L’élite intellectuelle rivalisa de galanterie, de courtoisie, avec l’élite féminine parée dans de jolies et fraîches toilettes. Quelle charmante et délicieuse gaieté de toute part, soirée de bon ton, où régna la plus parfaite harmonie. À minuit, les salons étaient littéralement bondés, [...] d’excellents jazz ne laissent aucun répit à la jeunesse. Douces heures, agréables heures d’oubli, de gaieté […] les études reprendront demain leurs droits ».

  • 91 AD 67, 286D190.

63Les occasions de commémorations sont aussi systématiquement utilisées, qui mobilisent le secrétaire général, et qui, particulièrement à Strasbourg – par exemple le 14 juillet, l’armistice –, sont marquées par des participations patriotiques explicites des trois cultes. Les visites de souverains étrangers honorent parfois la préfecture, comme ce fut le cas en février 1933, où le préfet et son secrétaire général reçoivent le roi de Suède, Gustave V. Pour Golliard (et plusieurs de ses collègues), une cérémonie tout à fait spectaculaire est également la visite du sultan du Maroc en 192691 (fig. 19). Golliard est alors décoré, « pour services rendus lors du voyage », par Borromée, en même temps que Pugnière, le commissaire central de Strasbourg, de l’ordre Ouissam Alaouite. Peyrotes et Oberkich sont proposés pour grand officier, Golliard commandeur, et Pugnières et Kuntz, le chef de cabinet, comme officiers. Lors des cérémonies officielles, Golliard, une fois préfet, porte cette distinction, ainsi que sa décoration de chevalier de la Légion d’honneur, obtenue en 1922, pour services rendus lors de la reconstruction des régions libérées, sur proposition de son préfet André Magre et du ministre des Régions libérées.

Réfugiés, l’épreuve majeure

  • 92 Sur cette question d’ensemble, voir « L’accueil des réfugiés d’Allemagne en Alsace (1933-34) : arbi (...)

64Pendant l’exercice de ses fonctions à Strasbourg, les occasions n’ont pas manqué à A. Golliard pour déployer son activité, sa curiosité minutieuse, son souci de servir ce qu’il considérait comme le bien public. Il fait peu de doutes, compte tenu des témoignages familiaux, que la question de l’autonomisme est à cette époque l’un des principaux domaines de son implication de tous les instants. Ces autonomistes, dont il comprenait plutôt mal la langue, étaient à ses yeux des ennemis de la République et de la laïcité, et ils devaient être contrés systématiquement à ce titre. Plus profondément, cependant, au-delà de ce qui est, dans le milieu radical, une attitude plutôt réflexe, associée à une certaine forme d’anticléricalisme, l’accueil des réfugiés venus d’Allemagne92 s’impose au secrétaire général comme une épreuve qui laisserait en lui des traces profondes.

fig. 19 - Cérémonie de décoration, visite du sultan du Maroc à Strasbourg en 1926. AF (autorisation JCB)

fig. 19 - Cérémonie de décoration, visite du sultan du Maroc à Strasbourg en 1926. AF (autorisation JCB)

65Il n’est pas, on l’a vu à plusieurs reprises au chapitre 1 (à Avignon puis à Saint-Dié), étranger à la préoccupation des conditions de vie des personnes déplacées et sinistrées, chassées par les guerres. Cependant, ce qui lui arrive à Strasbourg est d’un autre ordre ; c’est une confrontation personnelle, en tant que secrétaire général (l’un des deux responsables en place de la préfecture, en appui de son préfet), avec la détresse d’un très grand nombre d’individus se pressant aux guichets après avoir passé la frontière en catastrophe. Golliard est évidemment marqué, comme toute sa génération et celle de ses professeurs, par le moment de l’affaire Dreyfus. On ne dispose malheureusement pas de traces des réflexions qu’il a formées particulièrement à ce propos. Il est probable que c’est la première fois, à Strasbourg, qu’il rencontre de près, en grand nombre et, dans le détail de leurs vies multiples exposées, des personnes étrangères menacées en raison du fait qu’elles sont considérées comme juives. Il noue là des affections, des amitiés qui le poursuivront dans le Jura. Un témoignage, tardif et allusif, expose en 1942 la manière dont Golliard considère le sort de ses compatriotes français juifs et des étrangers qui arrivent en France.

  • 93 Golliard désigne ainsi dans le langage des enfants son épouse surnommée « n’y a qu’à ».
  • 94 Son petit-fils, aîné de Michelle.
  • 95 Mari de Michelle, gendre de Golliard.

« Cluny, ce 19 mai 1942.
Mes chers petits,
Papa n’est pas gentil, dit une petite voix, avec une pointe d’amertume ; il n’est pas chic reprend une voix grave plus sévère. Et bien oui, c’est vrai vous avez raison, un peu pas tout à fait cependant puisqu’enfin vous aurez tout de même une réponse et qui sera toute entière l’humble confession de mes torts envers vous. Mais aujourd’hui, je ne sais pas si cette date vous dit quelque chose, c’est la veille de la rentrée de (Niaka93) au foyer déserté et tout mon courage est revenu du même coup ; le cafard est chassé, et je ne risque pas de vous fatiguer de mes « jérémiades », s’il m’est permis de faire cet emprunt à la Sainte Bible de ce pauvre peuple maudit. Peut-être direz-vous aurais-je pu prendre le train et chercher dans l’art d’être grand père une distraction à ma solitude morose. Mais j’ai beau l’être trois fois et me le répéter pour bien m’en persuader je ne me sens encore qu’un apprenti et je crains fort que Jean-Claude94 ne m’accable de son dédain, pour peu qu’il tienne de son père l’esprit satirique : aussi ai-je préféré reculer l’épreuve. Et puis, mes petits, je suis comme le crucifix de Beaubery, comme on dit en Charollais : à l’usage de Raymond95 et pour qu’il comprenne, il faut qu’il sache que ce pauvre crucifix est tout désargenté et qu’il fait peine à voir, depuis toute éternité, ou du moins depuis qu’il y a une église et un curé à Beaubery. Et enfin, il faut bien que je l’avoue, j’aurais le cœur trop gros à me retrouver à Lons le Saunier, où tout me parle de Claude. Alors, mes petits, soyez indulgents pour la vieille bête que je suis et pour mon pardon, embrassez-moi par la pensée un bon coup, comme je le fais moi-même de tout mon cœur, sans oublier Jean-Claude.
A. Golliard. P.S. : Ne manquez pas de faire mes bonnes amitiés à vos parents qu’il me tarde autant de revoir que vous-mêmes.

  • 96 Il est d’autant plus désargenté qu’il ne perçoit toujours pas sa retraite entière après sa sanction
  • 97 Caron, Uneasy asylum…, op. cit.
  • 98 « Organe indépendant du Judaïsme Français » ou « organe indépendant du Judaïsme de l’Est de la Fran (...)
  • 99 On s’appuie ici sur G. Badia (dir.), avec F. Joly, J.-B. Joly, C. Laharie, I. Lederer, J.-P. Mathie (...)
  • 100 Un tel mouvement de masse avait d’ailleurs été anticipé par les autorités qui avaient prévu un plan (...)

66En l’occurrence, Golliard, seul à Cluny au moment où il commence à travailler pour la Résistance (voir chapitre 4) reste éloigné d’une réunion de famille à Lons, ville dont il a été chassé par le régime ; il se moque de lui-même en se disant « désargenté96 » comme le Christ de Beaubery, célèbre aux alentours de Cluny. La comparaison n’est pas anodine cependant. Et la mention est claire de « ce pauvre peuple maudit » à la fois allusion religieuse et inévitable évocation des mesures antijuives de Vichy. L’accueil des réfugiés en Alsace-Lorraine, et plus spécialement à Strasbourg, représente en janvier 1933 et jusqu’à l’automne 1934, un événement majeur pour l’administration en Alsace, même si son écho sera finalement modeste en Alsace-Lorraine. L’impact national de l’événement s’étalera sur l’ensemble de la période des années 1930, avec de nombreux rebondissements, comme l’a montré Vicky Caron97. Son importance se traduit d’abord dans les chiffres des déplacements. L’organe local de la communauté strasbourgeoise, la Tribune Juive98, parle en 1933 de l’« Auszug der Deutschen Juden », la fuite des Juifs allemands. C’est le 16 mars qu’apparaît, dans la presse nationale, la nouvelle de l’arrivée des réfugiés qui fuient le nazisme (voir Le Populaire du 16 mars 1933)99. Les premières traces dans les archives du Bas-Rhin datent de la même époque, accompagnant les premières initiatives des comités de secours, puis de la préfecture. En raison de la proximité de l’Alsace-Lorraine, il est logique qu’une partie notable des persécutés soit arrivée à Strasbourg100. La préfecture du Bas-Rhin, en quelques jours, se trouva ainsi au centre de la question des réfugiés, comme ses homologues du Haut-Rhin et de la Moselle, bien avant, on va le voir, que le gouvernement central ne s’occupe de la question.

  • 101 Dans Qu’est-ce qu’un Français ?…, op. cit., p. 132.
  • 102 P. Weil, « Politiques d’immigration de la France et des États-Unis à la veille de la Seconde Guerre (...)
  • 103 Badia (dir.), Les barbelés de l’exil…, op. cit., p. 20.

67Une évaluation globale de l’émigration des premières années 1930 la situe entre 50 000 et 100 000 émigrants : la SDN estima qu’en 1935, 100 000 Allemands avaient émigré. Patrick Weil, pour sa part, parle d’un total de réfugiés, jusqu’à la veille de la guerre, de 100 000, dont 60 000 seraient restés en France101. Dans un autre article, il parle de 150 000 réfugiés qui ont quitté l’Allemagne, dont 27 000 ont été accueillis aux États-Unis, et il souligne que le chiffrage français est incertain, pour des raisons simples qui s’appliquent tout aussi bien aux chiffres locaux102. En effet, non seulement il n’y avait pas de comptabilisation officielle systématique, mais, surtout, les chiffres portaient non pas sur l’immigration nette comme aux États-Unis, mais sur des flux. Selon ses sources qui couvrent la période de 1933 à 1940, P. Weil estime au total que 120 000 Allemands et Autrichiens ont été admis en France (dont 90 % de Juifs). La majorité d’entre eux auront quitté la France avant 1939. Les évaluations officielles, au total, se situent dans une fourchette de 45 000 à 60 000 réfugiés qui sont restés en France, contre 70 000 aux États-Unis. Si l’on se concentre sur la période 1933-1934, 53 000 émigrants, dont 37 000 Juifs, quittent l’Allemagne en 1933 selon Gilbert Badia. Dans son ouvrage103, ce dernier indique que, sur « 60 à 65.000 Allemands qui auraient quitté le Reich de février à septembre 1933, 25 à 30.000, selon les auteurs, seraient venus en France ». Il confirme que la plupart des réfugiés d’Allemagne ont quitté la France, même si, en 1933-34, la France se signala parmi les autres pays pour être « un refuge majeur », selon le mot de V. Caron : cela fut, en 1933, d’autant plus le cas que les autres pays européens adoptèrent des dispositions plus restrictives, voire parfois s’arrangèrent pour essayer de se débarrasser en France de leurs réfugiés. Au total, le chiffre de 30 000 à 40 000 (dont la plupart de réfugiés juifs) constitue une estimation pour les réfugiés arrivés en France en 1933-1934.

  • 104 Le contrôleur Mallet (Sûreté nationale), dans une note du 17 mai suggère d’ajouter une marge de 30  (...)
  • 105 Ces estimations sont établies en septembre 1933 pour une enquête faite par les services de P. Valot
  • 106 À l’époque, contrôleur général à la direction de la Sûreté du ministère de l’Intérieur à Strasbourg (...)
  • 107 A. Grynberg, « L’accueil des réfugiés d’Europe Centrale en France (1933-39) », Cahiers de la Shoah, (...)
  • 108 Ibid., p. 145. Des chiffres comparables sont également cités dans la Tribune Juive du 31 mai 1935, (...)

68C’est à ce chiffre qu’il faut comparer le cas des « départements recouvrés », à partir des données d’archives locales. Le 26 mai 1933, Paul Valot, dirigeant la DGSAL, avec qui A. Golliard coopère étroitement, prépare une note à son ministre, dans laquelle il estime le flux des réfugiés à « environ 2.000 ». Ce chiffre est passé à 3 300104 à la fin août, mais nous ne disposons pas de statistique équivalente pour l’année 1934. Dans une note de l’été 1933 au ministre, sans date, P. Valot continue ainsi de parler de 2.000 réfugiés, mais il s’agit désormais de ceux qui « restent actuellement ». À l’aide de telles statistiques disparates, qui semblent faire peu de cas de la différence entre les flux de personnes et les nombres de celles qui restent, situer la vague des réfugiés en Alsace vis-à-vis des estimations faites par les historiens (concernant l’ensemble des départs d’Allemagne vers la France) reste hasardeux. Si l’on cumule cependant les estimations des trois préfets en août 1933105, on obtient un flux global de plus de 10 000 réfugiés, à comparer avec un flux de 3 300 personnes contrôlées à leur passage à la frontière par les services des renseignements généraux du contrôleur Mallet106. Le but des autorités locales en Alsace a toujours été, de toute façon, de minimiser les mouvements, au moment où on estime la population de réfugiés en région parisienne à 7 000 personnes. En outre, même en considérant les estimations hautes, la population des réfugiés d’Allemagne et d’Europe centrale est de toute façon mineure, par rapport aux autres groupes d’étrangers résidant à cette époque en France, comme par exemple les Italiens (800 000)107. Au total, on peut estimer qu’un tiers des réfugiés qui sont entrés en France se sont fixés dans le pays. Lors de l’assemblée générale du 23 juillet 1935, écrit Anne Grynberg, les dirigeants du Comité national de secours (voir plus loin) estiment que, sur les 15 000 réfugiés juifs d’Allemagne qu’ils ont secourus, 2 500 s’étaient fixés en France (ce qui ne tient pas compte de « clandestins »108). Ces chiffres seront, à l’occasion, grossièrement surestimés par les ministres pour leurs besoins politiques. Mais, juste avant le Front Populaire, en 1936, il reste de 8 000 à 10 000 réfugiés en France. Quant à l’Alsace et à la Moselle, elles auraient vu passer environ le tiers des réfugiés d’Allemagne et, en été 1933, elles en auraient « gardé » selon les chiffres officiels, également autour du tiers de ceux qui étaient en France. Un tel ordre de grandeur indique que la question n’a pas été marginale, ni pour l’Alsace, ni pour la France, ni bien sûr pour les réfugiés eux-mêmes.

L’administration sans politique nationale, les acteurs locaux doivent agir

  • 109 Son adresse est quai Kléber, à la synagogue, qui fut incendiée et détruite en septembre 1940 par le (...)
  • 110 Tribune Juive, 31 mars 1933.
  • 111 AD 67, 286D 183, 286D 383.
  • 112 AD 67, 286D 383.

69Loin d’avoir été vraiment anticipée, l’arrivée des réfugiés entraîne une obligation majeure d’agir pour les acteurs locaux, soit, d’abord, l’initiative privée qui organise des actions de secours, soit la préfecture, qui est chargée de la régulation et de l’ordre publics. À l’époque, d’ailleurs, comme l’a montré Patrick Weil, il n’existe pas de politique d’immigration à proprement parler, mais des interventions désordonnées et opportunistes, arbitraires. Les milieux qui sont tout d’abord mobilisés par l’arrivée inattendue des exilés appartiennent à la communauté juive, dans sa diversité. À Metz et à Colmar, il existe des comités de secours que les réfugiés interrogés à la frontière par les commissaires mentionnent comme leur contact. À Strasbourg, la communauté (israélite, dans le langage de l’époque) se mobilise très vite. Le premier des comités, appelé « Comité de secours aux réfugiés allemands »109, est constitué quelques jours après l’arrivée des premiers réfugiés, le 25 mars 1933110, dans une réunion des représentants de « tous les israélites » de Strasbourg, à la salle consistoriale du Temple « pour les victimes de la révolution allemande ». Dès le début avril, ce comité est en contact avec le secrétaire général de la préfecture, comme en témoignent les lettres et notes de ce dernier. Le second comité, « Comité d’information et d’aide aux réfugiés allemands », est créé plus tard. La Tribune Juive en annonce la fondation le 1er juillet, et publie un premier bilan de son action le 1er septembre 1933. Les services de la préfecture travaillent avec les deux comités. En effet, alors que les contacts initiaux ont été noués avec le comité du quai Kléber, le rabbin Brunschwig (Etz Haïm), l’un des fondateurs du deuxième comité, multiplie les interventions à partir de l’été111. Dans une lettre du 27 octobre 1933112, le directeur de cabinet du préfet livre une interprétation toute personnelle des divergences entre les deux comités :

Le comité d’information et d’aide aux réfugiés allemands a été créé le 1er juillet 1933 sur l’initiative de quelques israélites allemands, notamment du sieur Erich Dantziger, réfugié politique, avec le concours de M. Achille Baumann, maire d’Illkirch-Graffenstaden et président de ce comité. L’organisation [...] est patronnée par M. le Rabbin Brunschwig, ministre officiant de la communauté israélite orthodoxe de Strasbourg. Ses dirigeants reprochent à l’autre comité de secours israélite patronné par M. le Rabbin Schwartz, dont le siège est à la Synagogue, de n’être pas assez actif pour le placement et l’installation des israélites allemands en France et de subir l’influence de la Chambre de commerce qui s’opposerait à l’emploi de réfugiés dans le département. Ce comité rival est d’ailleurs dirigé par Mme Rosenthal Baumann, sœur de Mr Achille Baumann.

70La Tribune Juive documente régulièrement les activités des deux comités : en témoigne un appel pour proposer des offres d’emploi au comité de secours, ainsi que la mise à disposition de chambres meublées, publié le 7 avril. Un numéro spécial du 5 mai contient plusieurs articles consacrés à la question des réfugiés et de l’immigration. La Tribune donne à cette occasion un écho de l’Assemblée générale des rabbins français, qui fournit l’occasion d’une rencontre entre le grand-rabbin de France, Israël Lévi (de passage à Strasbourg), le préfet et le secrétaire général. Dans son éditorial, la Tribune Juive discute expressément des solutions plus ambitieuses que les secours, en particulier de la possibilité de l’établissement de colonies agricoles. La Tribune publie le 11 août 1933 un compte rendu détaillé des activités du comité du quai Kléber, qui comporte un centre d’hébergement. En été 1933, le centre a reçu 300 réfugiés, dont les deux tiers étaient allemands ; le comité distribue des secours et finance les frais de transport des réfugiés qui poursuivent leur voyage. Le comité d’aide et d’information organise la distribution de repas, et des cours de religion pour les enfants.

  • 113 Il s’agit vraisemblablement de Lazare Blum.
  • 114 AD 67, 98AL 688/1.

71Obligée d’agir, la préfecture ne reste pas moins contrainte par des logiques politiques, humaines et matérielles diverses : la question du marché du travail et de la concurrence, en période de crise économique, le rôle des autonomistes et leur lien avec l’Allemagne, la vigilance de la Ligue des Droits de l’Homme, la faiblesse du parti radical en Alsace, les actions des antisémites, et les pressions des milieux commerçants et industriels qui commencent dès les premières arrivées de réfugiés. Ce sont les carctéristiques essentielles d’un contexte local, constamment relié à la scène nationale. Évidemment, ceux et celles qui effectuent les actes de secours concrets sont les membres des organisations d’aide, alors que la préfecture intervient plutôt dans leur facilitation. La DGSAL de P. Valot s’emploie de son côté à minimiser, à l’échelon national, la présentation des effets de l’arrivée des réfugiés juifs allemands. En particulier les milieux parisiens, comme d’ailleurs le préfet lui-même, sont soucieux d’un aspect central, celui de la concurrence sur le marché du travail, au moment où précisément lois et décrets sont adoptés en France pour « protéger » la main-d’œuvre nationale. La DGSAL veille ainsi à manipuler l’information à propos d’une lettre maladroite du président de la Communauté israélite de Strasbourg113 adressée au président du Conseil, le 3 mai 1933114. Le président de la communauté y note que :

Les sévices les plus odieux du régime hitlérien contre les juifs allemands ont poussé un nombre assez considérable de s’expatrier. [...] La France, toujours noble, par son très honoré Gouvernement, a ouvert ses portes à ces pauvres malheureux et les a accueillis avec bienveillance et bonté. [Notant aussi que la communauté a dès les premiers jours, porté secours aux réfugiés, il constate que] les efforts pour le placement de ces personnes, la plupart des jeunes gens [...] donnent peu de résultats. Il arrive même que des étrangers déjà casés sont congédiés par les patrons sur ordre de la Police. [Le président de la communauté en conclut] En effet, il y a toujours encore des chômeurs et l’autorité locale doit protéger la main-d’œuvre nationale. Aussi pour des raisons politiques et éthniques [sic], il conviendrait de ne pas implanter trop d’allemands [sic] dans les 3 départements. [notre italique].

72En conclusion, tout en indiquant que l’assistance pourra être encore poursuivie « quelques semaines, en attendant qu’il intervienne une solution favorable », le responsable strasbourgeois appelle le gouvernement à « une action de plus grande envergure pour créer une nouvelle situation à ces déshérités du sort ».

  • 115 Ibid.
  • 116 Le secrétaire général est en contact à Paris avec ce qu’il désigne comme « Comité central des réfug (...)

73La phrase en italique ci-dessus est reprise dans plusieurs courriers de l’administration, notamment une note au ministre de P. Valot du 26 mai 1933115. Ceux qui, comme lui, utilisent l’argument, se sentent en quelque sorte dédouanés d’une éventuelle accusation d’antisémitisme et/ou de refus du séjour des réfugiés, par le fait même que le président de la communauté strasbourgeoise se soit exprimé ainsi. P. Valot se garde au demeurant de mentionner sa demande quant à une action « de plus grande envergure », laquelle n’aura jamais lieu – si l’on excepte le rôle de ce qui deviendra le « Comité national de secours116 ». La position de la Tribune juive, dans cette première période, est plus claire. Elle publie le 5 mai la déclaration de l’Assemblée générale des rabbins français qui s’est tenue à Strasbourg le 1er mai, laquelle :

1) Se fait l’écho de la douloureuse émotion qu’ont éveillée chez tous leurs fidèles, comme chez tous les croyants et les hommes de cœur, la propagande de haine du parti hitlérien, les violences exercées, depuis deux mois principalement, sur les Juifs en Allemagne, […] exprime ses sentiments de sympathie et de fraternité à toutes les victimes du fanatisme, à ceux qui ont dû s’expatrier comme à ceux qui sont restés dans leurs pays. […]
2) L’Association des Rabbins français tient à rendre hommage, au nom du judaïsme de France, à la grande bienveillance témoignée par le gouvernement et les autorités françaises aux réfugiés d’Allemagne […] 3) L’Association [...] remercie son président et les éminentes personnalités groupées dans le Comité d’aide et d’accueil aux victimes de l’antisémitisme, pour les initiatives qu’ils ont prises et leur fait confiance pour continuer à défendre les droits des Juifs opprimés et soulager leurs souffrances. Elle adjure les communautés, les sociétés et tous les israélites de France de redoubler d’efforts généreux pour accueillir les réfugiés selon la tradition de l’hospitalité juive, pour contribuer largement aux fonds de secours, pour éclairer l’opinion autour d’eux.

74Cette prise de position équilibrée apparaît comme très raisonnable. Il faut rappeler fortement qu’à cette époque, le ministre de l’intérieur Chautemps, qui avait mensongèrement annoncé au début avril à l’Assemblée nationale que les mesures nécessaires avaient été prises, a finalement édicté une circulaire le 20 avril, dans laquelle il reprend pour l’essentiel un courrier du ministère des Affaires étrangères incitant à une grande tolérance pour l’accueil des fugitifs.

Circulaire Chautemps n° 222 du 20 avril 1933

Intervenant environ un mois après l’arrivée des premiers réfugiés d’Allemagne, la circulaire découle des instructions données par le ministère des Affaires étrangères en matière de visas : les consuls d’Allemagne sont invités à examiner « dans l’esprit le plus large et le plus libéral » les demandes de visas. Ces visas ne doivent toutefois durer que deux mois, durée au-delà de laquelle les réfugiés devront faire « connaître leurs intentions en temps utile », à l’administration. La circulaire Chautemps rappelle que l’accueil suppose le respect des lois « intéressant l’ordre public » et l’abstention de toute activité politique. Elle explique comment les réfugiés allemands pourront se présenter aux frontières, éventuellement sans passeport régulièrement visé, et être admis à pénétrer sur le territoire français, « sur simple énonciation de leur qualité », auquel cas ils seront munis d’un « sauf-conduit » d’une validité strictement limitée à vingt jours. Les préfets seront alors amenés, dit la circulaire, à instruire « la demande de carte d’identité qu’ils ne manqueront pas de présenter ». Le ministre de l’Intérieur rappelle que ces demandes doivent lui être soumises « d’urgence, pour décision » ; il ajoute que si les réfugiés cherchent à travailler dans un emploi salarié, ils doivent être mis en contact avec les « organisations départementales de la main-d’œuvre étrangère ». La circulaire s’abstient de toute instruction concernant la mise en œuvre des permis de séjour, pendant le temps qu’il faut pour instruire les demandes de cartes d’identité, ce qui est particulièrement problématique quand on sait le retard des services centraux en la matière. De même, la circulaire s’abstient d’aborder la question des critères d’autorisation du séjour, de mentionner s’il s’agit d’autoriser le séjour sur place ou ailleurs, de dire quoi que ce soit sur la question du marché du travail – excepté la référence à la nécessité de passer par le service départemental. Ce qui implique que les préfectures locales, qui avaient déjà commencé à le faire de toute façon, vont continuer à agir selon leur « ligne de conduite » comme le disait le préfet de Moselle à l’époque.

75Du point de vue de l’État, un mois après que l’action organisatrice a commencé sur le terrain, cette circulaire confirme le rôle essentiel de l’action des fonctionnaires locaux. Les seuls comités de secours et la seule organisation sont ceux de l’accueil par la communauté juive alsacienne (et lorraine) qui va vite bénéficier de l’appui du secrétaire général. On acquiert cette conviction en explorant les Archives départementales du Bas-Rhin au sein desquelles l’écriture d’Alfred Golliard est présente partout. On peut ainsi situer son action, qui n’est qu’un des rouages, sous l’autorité hiérarchique du préfet Roland-Marcel. Son intervention prend au moins trois aspects.

  • 117 Note du 27 mars 1933 du Contrôleur Mallet au ministère de l’intérieur (Sûreté générale), AD 67 286  (...)
  • 118 Dans une circulaire n° 40 [mention Secret] du 1er avril 1933 (AD 67 98AL688/1) mise en copie aux pr (...)

76D’abord, il est informé constamment d’un premier aspect de l’action administrative policière : le fonctionnement classique de la police à la frontière joue son rôle. Son responsable est le contrôleur général de la Sûreté Mallet, qui, a priori, met par principe en doute l’existence de réfugiés à qui il réserve dans ses écrits des guillemets117. Il précise ainsi au début d’avril : « Votre demande téléphonique au sujet des « Réfugiés » (sic)118, jusqu’à ce jour, 28 personnes seulement ont été identifiées par nos postes frontières déclarant avoir dû quitter l’Allemagne en raison de la situation politique » et il conclut : « il ne semble pas qu’une grande affluence de « Réfugiés » (sic) soit à prévoir dans les jours prochains ». L’attitude policière soupçonneuse et hostile ne fait pas de doute. Mais l’histoire donne tort au contrôleur quant au flot des persécutés qui suivrait. À la fin d’août 1933, selon les tableaux que ses propres services établissent régulièrement en signalant les célébrités, 3 400 personnes sont passées par les postes-frontières de son ressort.

  • 119 J-C. Bonnet, Les pouvoirs publics français et l’immigration dans l’entre-deux guerres, thèse univer (...)
  • 120 Ces textes ne seront vraiment pris qu’à partir de la fin 1934 (voir P. Weil, « Politiques… », op. c (...)
  • 121 JO du 23 juillet 1929. Le décret définit, notamment, le nombre des photographies, la taxe à acquitt (...)
  • 122 Voir, pour une liste non exhaustive, H. Schramm et B. Vormeier, Vivre à Gurs, Paris, La Découverte, (...)
  • 123 On fait référence tout particulièrement à Réfugiés et sans-papiers, la République face au droit d’a (...)
  • 124 Noiriel, Immigration…, op. cit., p. 71.
  • 125 Noiriel, Réfugiés et sans papiers..., op. cit., p. 58-59.
  • 126 Noiriel, Immigration…, op. cit., p. 479.
  • 127 Noiriel, Immigration…, op. cit., p. 306 sq. En français, le terme ne peut qu’inévitablement faire r (...)
  • 128 Ibid., p. 479.
  • 129 P. Weil, « Politiques d’immigration de la France... », op. cit., p. 62. C’est aussi l’avis de Mariu (...)

77En second lieu, Golliard est le mieux placé pour connaître de la mise en œuvre des multiples lois qui entrent en vigueur à l’époque sur la réglementation du marché du travail. C’est un juriste spécialiste : le maquis hostile à l’immigration est un casse-tête pour lui, qui se complexifie sans cesse au fur et à mesure des années. En mars 1933, les deux principales lois concernant réfugiés et autres étrangers sont (outre la loi sur la nationalité du 10 août 1927) la loi du 11 août 1926 qui impose la mention « travailleur » sur les cartes d’identité d’étrangers qui veulent se faire embaucher119, et la loi du 10 août 1932 « protégeant la main-d’œuvre nationale » et instaurant des quotas d’embauche par décret120. Pour le reste, les questions de réfugiés sont traitées par voie de circulaires des divers ministères concernés : Affaires étrangères, Intérieur, Travail. La loi de 1926, au moment où les réfugiés arrivent à Strasbourg, est précisée par le décret du 10 juillet 1929121 qui réglemente la délivrance des cartes d’identité aux étrangers et est plusieurs fois modifié dans les années suivantes, dans le sens de la sévérité. La période des années 1930 est, il est vrai, l’occasion de la publication d’une véritable forêt de décrets et de circulaires, dont la prolifération s’accroît encore dans les dernières années de la décennie122. Les actes pour lesquels les réfugiés sont amenés à être en contact avec les services de la préfecture concernent aussi l’éventuelle acquisition de la nationalité française (naturalisation, passeport), mais surtout ceux qui sont liés à l’obtention d’un permis de séjour, voire d’une carte d’identité d’étranger – dont la carte d’identité portant la mention « travailleur ». Un décret du 23 octobre 1933 établit que l’étranger qui veut travailler doit, dès son entrée à la frontière, solliciter la délivrance d’une carte d’identité de travailleur étranger. En l’absence de consignes gouvernementales jusqu’au 20 avril (et ensuite, en raison de leur imprécision), ce qui fonctionne de façon routinière est donc la combinaison entre la surveillance policière des frontières et l’application de la mise en œuvre complexe du régime de documents d’identité : les réfugiés ne sont pas traités autrement que des immigrants puisqu’il n’y a à l’époque, rappelons-le, pas de protection à proprement parler des réfugiés, sauf les réfugiés dits Nansen. Ces deux premiers aspects de la bureaucratie impressionnent l’observateur et ils expliquent, en partie au moins, les aspects caricaturaux de certains travaux historiques concernant le traitement des étrangers, dont un exemple est représenté par ceux de Gérard Noiriel. Ce dernier123 identifie un processus progressif de montée en puissance de l’État au cours du xixe siècle, lequel accompagne la « nationalisation » des sociétés. Les individus ont, dès lors, un intérêt à se distinguer, en tant que « nationaux », de ceux qui n’appartiennent pas à la communauté politique qui partage le suffrage universel (par exemple, en France, pour les hommes depuis 1848124). Dans ces conditions, le sort des réfugiés et des immigrés ne peut que s’aggraver historiquement à mesure que les services étatiques deviennent plus efficaces, alors qu’avant la fin du xixe siècle, la faiblesse de l’État les protégeait de l’arbitraire en quelque sorte, par défaut125. Du point de vue de ceux qui empruntent une semblable grille de lecture, la iiie République occupe une place à part, car c’est elle qui a inventé « pour l’essentiel »« la technologie d’identification des personnes, qui a permis de recenser et d’interner les juifs126 ». Comme par ailleurs, le même auteur tient qu’il existe en France « une politique d’immigration choisie127 » depuis les années 1920, la période que nous étudions ici ne pourrait que constituer une illustration par excellence de la mise en œuvre, par l’État de la iiie République et son administration, d’une politique de persécution et d’exclusion. Or, on montrera qu’il n’en est rien. On passera sur l’anachronisme qui consiste à utiliser rétrospectivement des mots contemporains (« immigration choisie »), pour se concentrer sur la caractérisation de la iiie République par l’auteur : « Le pouvoir concédé à la bureaucratie par les dirigeants de la iiie République conduira finalement ceux-ci à leur perte »128. Si l’on observe les « bureaucrates » sur le terrain en Alsace, comme nous le faisons ici, à partir des archives du Bas-Rhin, ces thèses ne tiennent pas. D’autres observateurs, comme Patrick Weil, ont daté la naissance des politiques d’immigration en France de la fin des années 1930129. Au moment où les réfugiés affluent vers l’Alsace, il n’y a pas de politique du gouvernement français. Le fonctionnement bureaucratique est certes, routinier et, dans son mécanisme, effectif, comme l’illustrent les deux premiers aspects de l’action de l’administration (police et documents d’identité).

  • 130 AD 67, 98 AL 688/2.
  • 131 Les pièces d’archives portent systématiquement les signatures du secrétaire général.
  • 132 Selon l’expression de M. Livian, avant le Front populaire, quand il écrit, à propos des réfugiés : (...)
  • 133 V. Caron préfère parler de « contingency ». Je la remercie de la discussion sur ce point avec elle.

78Mais, il y a un troisième aspect de l’action de la préfecture, et c’est là que résident les marges des acteurs locaux, qu’ils soient petits ou hauts fonctionnaires : la préfecture doit se débrouiller et on la voit multiplier les contacts sous l’autorité du secrétaire général130, en accord avec le préfet131 qui lui délègue ces matières. Une telle action n’a rien d’automatique. Est-elle arbitraire ? De la part de l’État, c’est évidemment une action « à sa guise », pour reprendre l’expression utilisée par les critiques comme Marcel Livian132, à l’époque. Mais, ce qu’il faut comprendre, c’est qu’une forme « d’arbitraire », ou de « discrétion » est structurelle car les initiatives ne sont pas encadrées par des règles légitimes formalisées, comme par exemple l’expression de la volonté du législateur au Parlement133. Alors que les premiers réfugiés recueillent l’attention de la presse à la mi-mars 1933, il a bien fallu que les préfectures agissent “à leur guise” pour prendre des mesures d’accueil, d’orientation et de contrôle des réfugiés. Toutefois, même avec ces nouveaux procédés, ce que mésestiment certains critiques de la bureaucratie, c’est que l’administration ne maîtrise que très imparfaitement le traitement des personnes qu’elle cherche à instrumenter. Travaillant sur cette période, Philippe Rygiel a ainsi souligné la complexité que recèlent ces marges à propos du traitement des cartes d’identité :

  • 134 Rygiel, « Refoulements et renouvellement des cartes de “travailleur étranger” dans le Cher dans les (...)

L’écart entre les buts définis par les services centraux de l’État et les résultats atteints doit se comprendre pas seulement comme le produit d’un défaut de rationalité, d’une ignorance ou d’une décision mal préparée, mais comme la conséquence normale de son action : l’État ne peut pas totalement anticiper les réponses – inévitables, car des intérêts vitaux sont ici en jeu – des acteurs sociaux à son intervention, non plus qu’éviter d’avoir recours aux échelons locaux de l’administration, alors même que ceux-ci s’appuient sur des représentations du social et de leur rôle qui peuvent être distinctes de celles que souhaite imposer leur hiérarchie134.

  • 135 Caron, Uneasy Asylum…, op. cit., p. 239. Nous travaillons à partir de l’édition anglaise.

79Même en 1939, V. Caron montre que les contradictions internes des politiques menées en France vis-à-vis des réfugiés sont immenses135, à cause des échecs successifs et répétitifs rencontrés par le mélange de répression juridique et d’expédients : il est difficile donc d’imaginer, dans ces conditions, un chef d’orchestre ou une instance immanente qui “organise” la situation en posant des desseins explicites.

  • 136 Sur ce point, voir nos exemples : « L’accueil des réfugiés d’Allemagne en Alsace (1933-34) : arbitr (...)
  • 137 AD 67 89 AL 688/1.

80A fortiori, l’analyse d’une trentaine de dossiers à laquelle nous avons procédé montre que le traitement n’a rien de standardisé. Cette absence de rationalité bureaucratique effective s’illustre bien par la question des « refoulements », c’est-à-dire des mesures (différentes des expulsions) qui interdisent formellement la présence des étrangers considérés comme indésirables, mais qui, malgré ce « statut », ne quittent pas le territoire ou y reviennent136. Il faut donc rester au plus près de l’examen des dossiers pour essayer de reconstituer des trajectoires réelles : certaines d’entre elles, du point de vue des réfugiés et des étrangers en général, sont dramatiques et effrayantes, mais pas toutes. On peut aussi prendre avec plus de distance les prétentions de certains hauts fonctionnaires qui témoignent de leur zèle vis-à-vis de leur hiérarchie, comme le préfet du Haut-Rhin, qui, dans une lettre du 29 mars 1934137 au ministre de l’Intérieur écrit :

Par dépêche circulaire du 4 décembre 1934 vous avez édicté des dispositions particulièrement strictes en matière d’expulsion et de refoulement d’étrangers. J’ai l’honneur de vous informer que dès réception j’ai adressé à mes collaborateurs des recommandations pour en assurer la scrupuleuse observation. Je me suis moi-même employé à veiller à leur rigoureuse application. Je crois, à cet égard, de mon devoir de signaler que des réfugiés politiques ou se prétendant tels, objets d’une de ces mesures et plus spécialement de refoulement, provoquent pour s’y soustraire des démarches et des interventions. Pour ma part, je n’en tiens pas compte, sauf dans des cas tout à fait exceptionnels, motivés notamment par des raisons de famille ou de santé dûment justifiées et pour lesquels (sic) je n’ai d’ailleurs jamais manqué de vous référer. En effet, outre d’impérieuses exigences d’ordre national et économique, les circonstances présentes, dont de récentes et significatives, font apparaître que dans l’intérêt même des étrangers, pour leur sécurité personnelle, leur présence dans un département frontière n’est ni opportune ni désirable. D’autre part, ces mesures rapportant ou modifiant à l’égard de certains d’entre eux les décisions prises, ont pour conséquence de susciter chez d’autres l’usage des mêmes procédés aux mêmes fins. Ainsi, je me permets d’appeler votre haute attention sur ces considérations en vue d’une absolue efficacité de vos instructions dont je n’ai cessé de m’inspirer. »

81Ce n’est pas ce discours que reprennent, comme nous l’avons montré, pour l’essentiel, le préfet Roland-Marcel et son secrétaire général.

De l’enregistrement à la frontière aux démarches de ceux qui restent en Alsace

  • 138 AD 67 98 AL 688/1.
  • 139 Certains artistes et intellectuels se rendront ainsi à Sanary près de Marseille, comme certains mem (...)

82D’abord, du point de vue matériel, les personnes en chair et en os passent toutes par la frontière. Que fait la police ? Ce qu’elle sait faire, à savoir interroger, parfois brièvement, les personnes lors de leur passage et établir, au moins au début, des listes aussi précises qu’elle le peut. Dans une première étape, les listes sont présentées sous forme de tableaux, comportant entre vingt et cinquante noms138. Pour chaque personne, le tableau indique son état civil, son adresse et sa profession, une appartenance éventuelle à un parti politique, la confession, qui est presque universellement « israélite ». Le tableau comporte aussi une colonne « ressources », renseignée par exemple ainsi : « suffisantes, son beau-frère Max E. à Metz » ; « beau-frère Samuel F. à Strasbourg » ; « secouru par la société de bienfaisance israélite ». Enfin, dans ces premiers tableaux figure aussi une colonne « observation », complétée par exemple ainsi : « douteux, situation sera approfondie » ; « ancien légionnaire » ; « passeport ». Cependant, dès la sixième de ces listes présentes au dossier, datée du 5 avril, ce procédé est abandonné et chaque réfugié fait l’objet d’un paragraphe de deux ou trois lignes du type suivant : « X. se rend à Paris où il doit rejoindre un commerçant de nationalité américaine, Max K., qui séjourne actuellement au Grand Hôtel à Paris » ; « X, commerçant venant de Hambourg-Rahlstatt a déclaré vouloir se rendre à Paris chez son cousin G. L., rue des Petites Écuries ». Cet enregistrement n’est évidemment effectif que pour ceux des réfugiés qui sont interrogés. Une part – évaluée à ce moment à 10 % par le contrôleur Mallet – passe la frontière sans l’être. Selon les dires de la police, les réfugiés ont donc tous « un projet ». Une partie d’entre eux ont de la famille ou des amis chez qui ils projettent de s’arrêter à Strasbourg. D’autres indiquent qu’ils se rendent dans un hôtel de la ville. D’autres encore qu’ils vont poursuivre leur voyage, souvent vers Paris ou ailleurs en France139 « intérieure ». Ainsi, seuls ceux qui s’arrêtent à Strasbourg entreront en contact avec les services de la préfecture du Bas-Rhin. Ce sont ces personnes dont on trouve les traces dans les liasses d’archives à plusieurs époques. Dans les premiers temps de leur arrivée, par exemple pour la première vague de mars à juin 1933, certains présentent des demandes de régularisation de leur situation, dont plusieurs sont appuyées par des responsables religieux, politiques ou des avocats. La demande de carte d’identité d’étranger ou de travailleur étranger devient ensuite systématique, mais il est certain que beaucoup des dossiers de réfugiés conservés aux archives sont parmi ceux qui ont fait l’objet d’interventions d’hommes politiques, de notables, le plus souvent d’avocats.

  • 140 Le secrétaire général, le 10 avril, rend compte à son préfet « nous avons distribué 16 billets » (A (...)
  • 141 AD 67 98 AL 688/1.

83Très vite, la question se pose au secrétaire général d’intervenir dans la situation d’emploi des personnes reçues. Le premier courrier qu’il envoie à Paris au comité de soutien des réfugiés qu’il identifie date du 10 avril. Début avril, avant la circulaire Chautemps, la préfecture assure le suivi et l’expédition des listes de réfugiés au ministère de l’Intérieur, multipliant les contacts avec les comités locaux et le comité parisien de bienfaisance. Ensuite, elle procède aux premières autorisations de distribution de « billets de travail »140, établissant divers contacts avec le ministère du Travail. Ce dernier aspect – la question des autorisations de travail – n’est pas le moins délicat. Début mai 1933, le secrétaire général prépare une lettre pour rendre compte au sous-secrétaire d’État (DGSAL) : le nombre de cartes d’identité demandées est de « 285 demandes de cartes d’identité de réfugiés en majorité juifs » ; « mes services » écrit le secrétaire général, « se maintiennent en rapports constants » avec le contrôleur Mallet et le « président du Comité de bienfaisance israélite de Strasbourg »141. Le 18 mai, il demande à ses services de recenser les postes disponibles à transmettre à ce comité du quai Kleber. Le 26 mai, il écrit à son président :

  • 142 AD 67 460 D 36.

Je viens de prier M. le Directeur de l’Office de Placement et M. le Directeur des Services agricoles de vous signaler éventuellement les emplois vacants qui pourraient être occupés par des Réfugiés [sic] politiques allemands142.

  • 143 L’autorisation de séjour peut être, à l’évidence, rangée dans la catégorie des mesures à caractère (...)

84Le même jour, le secrétaire général mentionne, dans une lettre au ministère du Travail (service central de la Main-d’œuvre) qui ne lui a encore donné aucune instruction, deux mois après le début du mouvement des réfugiés, qu’il applique ce qu’il est permis de considérer comme une « règle » : le principe de la distribution d’autorisations de séjour de trois mois143. Bien évidemment, il ne s’agit pas d’une règle juridique, et elle naît dans une situation dans laquelle les autorités sont obligées de créer de la « jurisprudence ». Cette marge d’une action obligée localement continue, au demeurant, bien après la circulaire du 20 avril, jusqu’à l’été, avec la deuxième circulaire de juillet, donc environ quatre mois après.

L’établissement d’une doctrine : un droit commun local d’intérêt général

85Au fur et à mesure de leur traitement des dossiers des réfugiés dont ils ont à s’occuper puisqu’ils se sont arrêtés à Strasbourg et dans ses environs, le préfet et son secrétaire général se sont construits une doctrine. Cette doctrine, dont nous avons pu vérifier sur un nombre non négligeable de dossiers qu’ils l’ont effectivement appliquée, fournit un exemple supplémentaire concret de la façon dont les fonctionnaires sont en mesure, à l’époque, d’utiliser leurs marges de manœuvre. La ligne de conduite est une forme de droit commun local d’intérêt général, qui met à la fois en œuvre la latitude d’action et sa discrétion et en limite l’arbitraire. Nous montrons également que les trois préfectures n’ont pas pris les mêmes décisions.

  • 144 AD 67, 286 D 383, note n° 970, cabinet du préfet du 30 juin 1933.

86La conduite que le préfet et son secrétaire général ont établie progressivement se trouve en quelque sorte récapitulée dans une note du cabinet du préfet du 30 juin 1933144. Cette dernière date de la veille de la circulaire du 1er juillet, qui va mettre fin, au niveau national, à la période de « libéralisme » inaugurée en avril, ce qui démontre, par contraste, toute l’autonomie de l’échelon local. La position générale apparaît défensive et le préfet commence sa note en écrivant « Hier encore, j’ai été sollicité de tenir ferme contre l’installation progressive et souvent clandestine des réfugiés politiques, israëlites [sic] ou autres ». Suit la liste des motifs qui, selon lui, justifient une application « très strictement » des « règles sur lesquelles nous nous sommes mis d’accord conformément d’ailleurs aux instructions gouvernementales ». Toutes les précautions affirmées montrent à l’envi le caractère défensif de la doctrine que les hauts fonctionnaires sont obligés d’inventer (et de faire appliquer par leurs collègues moins gradés). La formule est caractéristique, à la fois, de la marge des administrations locales et de leur souci de “se couvrir”. Dans la suite de la note, les réfugiés, dont la réalité est reconnue – ce qui est déjà une “victoire” sur la dénégation de la police des frontières et sur l’absence de reconnaissance juridique plus large –, sont classés en quatre catégories :

  1. Les « suspects » constituent la première. Ils doivent être « refoulés ou évacués au-delà des Vosges, après entente avec le Ministère de l’Intérieur (Direction de la Sûreté Générale) et la DGSAL. »
  2. La deuxième catégorie est dénommée : « Réfugiés ordinaires dépourvus plus ou moins de ressources et cherchant du travail au point de vue soit commercial, soit industriel, soit agricole, soit libéral (avocats, médecins, dentistes…) ». Pour eux, la règle énoncée est l’« impossibilité de leur accorder un certificat provisoire et, a fortiori (sic), la carte d’identité et un contrat de travail ; notification d’un délai de trois mois maximum pour quitter le Bas-Rhin145, étant entendu que ceux qui reviendraient de l’Intérieur (sic) avec une carte d’identité délivrée par une autre Préfecture, seront immédiatement signalés pour renvoi au-delà des Vosges, sauf exceptions dûment motivées. »
  3. Dans la troisième catégorie figurent les « Réfugiés ayant des attaches de famille dans le Bas-Rhin » ; pour eux « enquête minutieuse et délivrance d’une autorisation de séjour à titre exceptionnel, le principe devant être maintenu d’une évacuation sur l’Intérieur (sic) ».
  4. Une quatrième classe concerne les « Réfugiés disposant de capitaux importants qui cherchent à fonder, ici, une maison de commerce ou à créer une industrie ». Pour eux « après enquête approfondie, consultation officieuse du groupement commercial, industriel, agricole, etc.. intéressé et sauf avis favorable de celui-ci, et exception dûment motivée, évacuation sur l’Intérieur (sic) dans les mêmes conditions que celles qui sont mentionnées au §2. »

87Enfin, « tout refus de carte d’identité est notifié par lettre individuelle au réfugié avec indication de la date extrême à laquelle il aura dû quitter le département, sous la responsabilité et le contrôle de l’autorité de police qualifiée ».

88Cette politique est très restrictive, mais c’est elle qui permet, au cours de la période de mars 1933 à octobre 1934, le séjour provisoire de quelques centaines de réfugiés, dans des conditions jamais vraiment stabilisées. Même dans ces circonstances restrictives, les trois préfectures agissent différemment.

La marge réelle : comparaison entre les trois préfectures (septembre 1933)

  • 146 Réponses des 21 (Haut-Rhin), 23 (Moselle) 21 (Bas-Rhin, en complément d’une lettre du 19) septembre (...)
  • 147 On a vu précédemment que le secrétaire général a posé le problème au ministère de l’Intérieur dès a (...)
  • 148 En raison de la convention franco-allemande, les Allemands présents dans le département sont incomp (...)

89Une comparaison entre les trois préfectures des départements dits « recouvrés » est rendue possible par le fait que la DGSAL fait le point avec elles, en septembre 1933, pour les six premiers mois de la vague des réfugiés allemands146. Le préfet du Haut-Rhin, le 21 septembre, insiste à plusieurs reprises sur sa préoccupation de « l’opinion publique », citant les « très violentes protestations collectives » de Metz et les craintes des commerçants de Saint Louis. À la différence de son confrère du Bas-Rhin, il insiste longuement sur la question de la définition de la qualité de « réfugié politique » et utilise près d’une page de sa lettre à produire une liste de personnes dont il estime qu’elles ne peuvent être qualifiées de réfugiés : la moitié des dix cas sont présentés comme tels. Sa « ligne de conduite » dit-il, est de n’autoriser que de « très rares réfugiés ». Il estime que ceux-ci bénéficieront de leur installation ailleurs en France, mais le tableau 2 montre qu’il accorde peu d’autorisations de séjour dans les autres départements, l’essentiel de ses dossiers étant en instance. Il est le seul des trois préfets à mentionner des refoulements, indiquant également que ces actions rencontrent des « difficultés », car les réfugiés, dit-il, « s’adressent soit aux sections de la Ligue des droits de l’homme ou de la Ligue contre l’antisémitisme, soit aux rabbins et même aux avocats ». Il est, dit-il, « saisi de très nombreuses interventions qui ne facilitent pas la tâche de l’Administration [sic] dans un domaine aussi délicat et je ne puis éviter souvent d’accorder des sursis de départ afin de pouvoir effectuer des enquêtes supplémentaires ». Quant aux réfugiés qui ne sont pas allemands, il estime « qu’ils trouveront le meilleur refuge dans leur propre pays, ou qu’ils peuvent solliciter l’intervention de leurs représentants diplomatiques pour pouvoir rester en Allemagne. Nous ne sommes nullement obligés de tous les accueillir en France ». Le préfet de Moselle indique des refus explicites pour les réfugiés d’une autre nationalité qu’allemande, ce qui ne semble pas être le cas dans le Bas-Rhin, du moins dans la statistique évoquée147. Plus succincte que celle de ses collègues (6 pages pour le Haut-Rhin, 3 et demie pour le Bas-Rhin, 3 pages pour la Moselle), la réponse du préfet de Moselle se signale par la répétition du thème de la « préoccupation de l’opinion », à la fin et au début de la missive. Il note que le nombre de réfugiés qui y sont fixés est « une fraction très faible du chiffre global » des étrangers148 et analyse les « raisons complexes » de « l’émotion soulevée par l’établissement éventuel » des réfugiés en Moselle, dont les « tendances protectionnistes », mais aussi les milieux sensibles à la propagande hitlérienne. Il semble reprocher aux réfugiés une « attitude parfois violemment antihitlérienne », qui, évidemment, n’est pas « unanimement approuvée par ces mêmes éléments » (les milieux sensibles à la propagande hitlérienne…).

90Cette analyse confirme l’impression d’une notable différence d’approche entre les trois préfets. Certes, quelques arguments sont communs : l’hostilité des chambres de commerce, l’inquiétude de « l’opinion », la nécessité de répartir les réfugiés ailleurs que dans les départements frontières, et à tout le moins, de réduire la durée de leur séjour. Mais le tableau statistique reconstitué indique des disparités qu’il serait souhaitable d’approfondir, ce que nous n’avons pas pu faire. Il faudrait bien sûr confronter les dossiers systématiquement pour confirmer des hypothèses expliquant une sévérité différentielle à l’égard des réfugiés, des facteurs que nous ne connaissons pas, et pas seulement l’usage par les préfectures de leurs marges de manœuvre, voire les prises de position personnelles des hauts fonctionnaires. Le tableau ci-joint compare les données statistiques qui figurent dans les trois courriers. Il faudrait expliquer la sévérité aggravée en Moselle, et un accueil plus libéral dans le Bas-Rhin où, à l’été 1933, l’autorisation de séjour provisoire est systématique, ainsi que l’autorisation dans un autre département, apparemment.

91En définitive, pour reprendre l’expression de Victor Basch, le sentiment persiste « d’une véritable détresse » qui envahit le lecteur des dossiers individuels des réfugiés, plus de soixante-dix ans plus tard (Tableau page suivante).

« Le local » a tout imaginé, mais « le national » n’a pas mis en œuvre

  • 149 Le terme peut être ambigu : sur le plan de l’efficacité instrumentale cynique, l’action gouvernemen (...)

92Avant de conclure la description de l’engagement du secrétaire général Golliard, il faut rappeler qu’en tant que membre du corps préfectoral local, il est en lien serré, à Paris, avec la DGSAL, lien plusieurs fois mentionné. À côté du suivi policier, de la bureaucratie des titres d’identité, et des interventions pour faciliter un séjour local limité et d’éventuelles (et rares) aides au placement, et ce bien que ni lui ni le préfet Roland-Marcel n’y participent, les deux hommes sont étroitement informés d’un quatrième aspect de la politique des réfugiés : son niveau national, via l’implication des ministères – principalement l’Intérieur et les Affaires étrangères. Cette implication passe pour l’essentiel, en 1933-1934, par la participation aux travaux de la « Commission interministérielle des réfugiés », officiellement inaugurée par le ministre Chautemps en juillet 1933. Ce qui apparaît, avec le recul du temps, hautement intéressant, c’est que les débats de cet organe national ont, laborieusement, repris l’essentiel des solutions qui avaient été testées, en particulier dans le Bas-Rhin, par les acteurs locaux, comités de secours et administration. Tout s’est passé comme si la Commission interministérielle ne faisait qu’évoquer, avec retard et sans doute, avec encore plus de maladresse et d’inefficacité149, des « solutions » qui avaient été auparavant éprouvées par les préfectures, sur le terrain.

Statistiques de réfugiés fin septembre 1933 en Alsace-Moselle

Statistiques de réfugiés fin septembre 1933 en Alsace-Moselle

1. La différence entre 900 et 817 correspond apparemment au nombre de femmes et d’enfants de moins de 15 ans (mais la précision sur le nombre des femmes et des enfants n’est pas indiquée, en général). Dans une note à la DGSAL du 24 octobre 1934, le préfet indique que 779 réfugiés sont encore dans le département.
2. Dans la note citée du 24 octobre 1934, il est porté que 189 cartes ont été attribuées dans l’année 1933, et 268, en cumul, à la fin de 1938.
3. fin 1934, la préfecture totalise 117 refus de séjour, dont 3 expulsions (3 condamnations et 114 personnes non considérées comme réfugiées). Une note plus tardive au ministère de l’Intérieur (18 janvier 1935) fait un bilan de refus des autorisations de séjour, établi à 172 en cumul, dont 7 expulsions (AD 67, 460D 36).
4. Le chiffre ne comprend pas les enfants de moins de 15 ans.
5. « Allées et venues d’Allemands en visite ou de passage, qui n’ont pas encore formé de demande de permis de séjour ou ne sont pas déclarés comme réfugiés ».
6. Le préfet (23 septembre 1933) considère que « la grande majorité des réfugiés allemands résidant actuellement en France a transité par le département de la Moselle ».

93Ces « solutions », au demeurant, comme l’a montré V. Caron pour l’ensemble de la période, n’en sont jamais d’authentiques. Pourtant, les « solutions » choisies au niveau national n’auraient pas existé sans leur invention préalable par les préfectures. Du point de vue du débat esquissé dans ce texte, à propos de la biographie d’un homme, cela exclut une compréhension historique qui s’abstienne de faire droit à la marge de manœuvre des acteurs, donc, à leur responsabilité, et cela amène à prendre en compte, par la même occasion, le caractère à la fois incertain et inévitable d’une forme de discrétion. À la différence des acteurs nationaux, appartenant aux « élites nationales » chargées de la « gestion politique » du problème des réfugiés, ce qui distingue toujours les acteurs locaux est qu’ils sont bien obligés d’agir. En schématisant à peine, les « solutions » locales telles qu’elles apparaissent dans l’étude du Bas-Rhin pour la période d’avril 1933 à octobre 1934 sont au nombre de six :

  1. admettre de façon très malthusienne l’établissement dans les départements frontières de quelques réfugiés ;
  2. distribuer, dans les mêmes départements, des autorisations de séjour provisoires de durée variable, systématiques ou par exception, à titre de sursis ;
  3. sélectionner les réfugiés à garder parmi ceux qui ont des liens familiaux sur place, et qui trouvent du travail (s’ils ne possèdent pas de moyens d’existence), ainsi qu’une toute petite fraction dont « l’intérêt » de la présence est économique ;
  4. agir comme une « gare de triage » ou un « bassin de décantation » (selon les expressions officielles en vogue) afin de faire partir les réfugiés des régions frontalières vers le reste de la France et l’étranger ;
  5. trier entre les nationalités, afin de répartir si possible les responsabilités administratives avec les autorités d’autres pays que l’Allemagne ;
  6. établir des colonies agricoles locales, en les coordonnant, le cas échéant, avec une émigration future en Palestine.
  • 150 AD 67, 98 AL 688/1.

94La Commission interministérielle des réfugiés israélites allemands [en abrégé Commission] se réunit pour la première fois le 27 mai 1933. Elle regroupe les représentants de tous les ministères concernés et ceux du Comité national de secours aux réfugiés. Entre ce moment et février 1934, elle tient sept séances. De façon répétitive, à mesure que la sévérité croît, les membres de la Commission déplorent le fait que « le territoire n’est pratiquement pas interdit aux fugitifs allemands » (J. Helbronner, séance du 23 octobre 1933). Pourtant, le ministre Chautemps (séance du 16 octobre 1933) considère que ce serait « déplorable, après avoir ouvert libéralement nos frontières, de procéder à des expulsions massives ». Lors de la séance du 5 février 1934, l’impuissance collective de cet organe est totale vis-à-vis de la contradiction entre la présence des réfugiés et la volonté de ne pas les autoriser à travailler. Lors d’une réunion qui se tient entre les différents départements ministériels, le 23 septembre, à la DGSAL150, un représentant de celle-ci, M. Léonard, n’avait-il pas déclaré : « Nous sommes obligés de reconnaître que les réfugiés allemands ont des difficultés pour trouver du travail. On pourrait pendant 6 mois les autoriser à se débrouiller en fermant les yeux » ? Le 4 décembre 1933, trois mois plus tard, lors de la quatrième réunion de la Commission, J. Helbronner suggère qu’on attribue des permis de séjour provisoires aux réfugiés plutôt que de les refouler, mais le représentant du ministère du Travail s’y oppose : il ne pourrait donner d’autorisation provisoire (de deux mois) que pour ceux qui seraient certifiés par le Comité national et auraient un contrat. De même, les séances de la Commission sont occupées répétitivement par la recherche de « solutions » qui n’en sont pas. Lors de la réunion à la DGSAL de septembre, l’idée d’envoyer les réfugiés en Corse est soumise par le représentant de la direction du travail de la préfecture de la Seine, Franceschini, qui pense qu’il ne faut plus les admettre dans la région parisienne. L’idée de la Corse revient souvent ; ainsi à la réunion du 23 octobre, où le représentant du ministère des Colonies, Santoni, suggère de « les y employer en grand nombre dans les travaux agricoles ». Ce sujet revient à l’ordre du jour de la Commission du 4 décembre 1933, quand J. Helbronner annonce que le Comité de secours a reçu des contrats pour le placement de neuf réfugiés en Corse : un réfugié est déjà parti, dit-il, en s’enquérant sur le fait de savoir si les autres places sont encore vacantes. Ces débats présentent, on le voit, un écho d’impuissance des dirigeants nationaux face aux incertaines initiatives des préfectures, dont celle du Bas-Rhin.

À partir de l’été 1933, la sévérité s’accroît mais le changement local est mineur jusqu’en 1934

95La période « libérale » d’accueil se termine en deux temps, avec l’édiction par le gouvernement de deux textes essentiels, en juillet et en octobre 1933. La sévérité s’accroîtrait bien plus encore dans les années suivantes. Pourtant, en 1934, la préfecture du Bas-Rhin semble ne pas radicalement modifier sa doctrine, et les aspects quantitatifs de la présence des réfugiés, les flux de départs et d’entrée aidant, ne montrent pas, sur la base des données disponibles, de changement majeur. La préfecture réaffirme en effet en avril 1934 l’essentiel de la doctrine qu’elle a mise au point en 1933, à ceci près qu’elle affirme désormais soumettre les demandes d’autorisation de séjour au ministère de l’Intérieur : le 16 avril 1934, le secrétaire général prépare une lettre à la DGSAL :

  • 151 Allusion au possible établissement d’industriels allemands qui chercheraient à concurrencer l’indus (...)
  • 152 Allusion à de nombreuses pièces de l’administration qui font état de l’infiltration d’agents allema (...)
  • 153 AD 67, 98 AL 688/1.

Les demandes d’autorisation de séjour sont toutes, sans exception, après enquête des services de la police spéciale, soumises à la décision de M. le ministre de l’intérieur. Je n’ai émis [d’] avis favorable au maintien des réfugiés ici même, que dans les cas où ceux-ci avaient sur notre territoire, de proches attaches de famille françaises ou encore, tout à fait exceptionnellement, lorsqu’il s’agissait d’industriels non suspects151 ayant fondé en association avec des sujets français, des entreprises propres à favoriser le recrutement de la main-d’œuvre ouvrière sans présenter d’autre part une concurrence dangereuse pour notre industrie régionale. Pour tous les autres réfugiés, je propose, lorsqu’ils sont reconnus comme tels, de les autoriser à se fixer dans un département de l’intérieur de la France. [...] les enquêtes qu’a faites M. le ministre de l’intérieur auprès du département des affaires étrangères et qui précèdent chaque décision, sont de nature à offrir des garanties contre une infiltration152 trop facile d’agents provocateurs éventuels [...] certes il est exact qu’un certain nombre de réfugiés ont été invités à évacuer mon département pour aller se fixer à l’intérieur de la France. Mais il s’agit là de décisions ministérielles qui avaient été notifiées aux intéressés et dont l’exécution avait été différée par humanité, pour permettre à ceux-ci de trouver une résidence dans les conditions les meilleures. Je n’ai jamais refusé, en effet, d’accorder des sursis de départ à des réfugiés qui ont pu justifier de l’impossibilité où ils se trouvaient provisoirement de quitter le Bas-Rhin soit pour des raisons de santé, soit pour tous autres motifs plausibles153.

  • 154 AD 67, 286 D 12.

96Cette humanité, notée comme l’un des éléments de la politique de l’époque, comme élément de « contrepoids », reste limitée dans ses effets finals. Il n’en reste pas moins en effet que les « motifs plausibles » de l’administration et, plus généralement, des dirigeants qui ont la charge de la gestion politique et administrative du problème des réfugiés, même quand d’éventuelles orientations humanitaires les ont accompagnés, portées par des individus ou des collectifs de travail, ne peuvent entrer réellement en phase avec les difficultés vécues par les réfugiés. De ce fait incontournable, on trouve un exemple, parmi bien d’autres, dans la lettre du 5 décembre 1934 écrite par Marie-Louise P.154 au préfet du Bas-Rhin :

Monsieur le Préfet, Je viens par la présente vous demander d’avoir une entrevue personnelle. Je vous supplie chaudement de pouvoir rester ici à Strasbourg pour 2 ou 3 mois. J’étais appeler au bureau de police de la rue de la Nuée Bleue, et on m’a fait savoir que dans un délai de huits jours, je dois quitter Strasbourg. J’ai ma maman qui est âgée de 70 ans et pour ma santée j’ai ma fille qui est née en France aussi et j’ai mon casier judiciaire propre. Je pense mourir à savoir que je ne peut pas rester ici qu’il y a 22 ans que je suis en France. On a retiré ma carte d’identité donc je vous supplie et vous remercie d’avance, Monsieur le Préfet, recevez mes sincères salutations. [La graphie originale a été respectée]

Politique locale de l’État et conduite des fonctionnaires locaux

  • 155 En parlant d’élites, au sens de la sociologie, il s’agit de circonscrire le type d’acteurs qui, col (...)

97Au terme de cette étude de la pratique locale de l’administration en Alsace, centrée sur Alfred Golliard, en 1933-1934, vis-à-vis des réfugiés fuyant le nazisme, nous constatons que l’action des fonctionnaires locaux prend tout son sens quand on la situe parmi ce qu’on peut appeler les groupes de personnes chargées de traiter le problème de politique publique, les « élites »155 du niveau national.

98Les « élites nationales » décisionnaires relèvent, pour schématiser, de trois catégories :

  1. Les hommes156 politiques de l’État central, tel qu’il est à l’époque, c’est-à-dire fort différent de ce qu’il est devenu au moment où ces lignes sont écrites : ce sont des gens comme E. Herriot, E. Daladier et C. Chautemps ;
  2. Les membres de la haute administration qui peuplent les cabinets ministériels, les directions d’administration centrale, les bureaux, personnes que l’on trouve tout particulièrement représentées à la Commission interministérielle créée en juillet 1933 ; il faut ajouter à cette catégorie les dirigeants des préfectures des départements recouvrés : Paul Valot de la DGSAL, le préfet du Bas-Rhin, Pierre Roland-Marcel et son secrétaire général Alfred Golliard sont des exemples de ces hommes ;
  3. Les responsables désignés par les organes officiels de la communauté dite israélite, qui siègent notamment au Comité de secours, comme Jacques Helbronner et Raymond-Raoul Lambert.
  • 157 Berstein, op. cit...., Édouard Herriot.
  • 158 Numéro du 28 avril 1933 qui relève qu’Herriot a parlé de trouver des ingénieurs chimistes allemands (...)
  • 159 Voir Caron, Uneasy asylum..., op. cit., p. 402.
  • 160 Voir Bonnet, Les pouvoirs publics…, op. cit., p. 289.
  • 161 E. Herriot, Jadis, Paris, flammarion, 1948, t. II, p. 487.
  • 162 Bonnet, Les pouvoirs publics…, op. cit., p. 288.
  • 163 Caron, Uneasy Asylum…, op. cit., p. 50.
  • 164 JO Débats (AN), 29 janvier 1935.
  • 165 Bonnet, Les pouvoirs publics…, op. cit., p. 233.
  • 166 Ibid., p. 360-361.
  • 167 R. Schor, L’opinion française et les étrangers (1919-1939), Paris, Publications de la Sorbonne, 198 (...)
  • 168 Caron, Uneasy Asylum…, op. cit., p. 34-36.

99Il est intéressant de prendre l’exemple d’Édouard Herriot, typique de la première catégorie. Herriot est représentatif, d’une certaine manière, de toute une époque, un style politique, de la République même, comme l’a montré S. Berstein157. Dans les premiers temps, il se montre très accueillant dans sa ville de Lyon (il parraine de son autorité le Comité lyonnais de secours aux réfugiés) et, à Strasbourg, la Tribune Juive note ses efforts158. Sous sa présidence, le parti radical prend en avril 1933 une résolution qui dénonce « les traitements injustifiables dont sont l’objet les israélites allemands, les assure de sa sympathie et demande que soient prises, avec l’accord de toutes les nations demeurées fidèles à l’esprit libéral, les mesures nécessaires à leur sauvegarde matérielle, intellectuelle et morale »159. Cependant, dès 1934, sa position évolue et il adopte progressivement et résolument une position de « protection de la main-d’œuvre nationale ». Alors qu’il est ministre d’État, P-E. flandin lui confie la présidence d’une Commission composée des ministres des Affaires étrangères, de l’Agriculture et du Travail, qui fait plusieurs propositions en novembre, dont celle d’appliquer plus rigoureusement la loi de 1932 et d’assurer la surveillance accrue des frontières160. Dans ses mémoires161, Herriot se contente de juxtaposer à ce propos les chiffres des chômeurs secourus (350 000) et celui des « 800 000 travailleurs étrangers », à la fin de 1934. Il se dit à l’époque « convaincu, comme vous, qu’il faut accorder priorité au travail français »162. En 1935, ses positions se font plus dures. Il va jusqu’à évoquer à l’Assemblée nationale l’idée d’expulser les étrangers, y compris les réfugiés, qui se sont rendus coupables d’un délit, fût-il mineur163. Il devient le président d’un « petit tribunal » de trois personnes, dont le ministre du Travail, censé juger du cas des réfugiés. Alors qu’il déclare qu’il ne faut pas confondre le droit d’asile et le droit du travail, Léon Blum lui renvoie l’expression qu’Herriot a autrefois lui-même utilisée, l’accusant d’élever un « mur d’argent entre deux catégories de réfugiés politiques, ceux qui peuvent vivre sans travailler et ceux qui ne peuvent vivre qu’en travaillant »164. Or, comme le souligne L. Blum à l’époque, et comme nous l’avons vu, le nombre des réfugiés est minuscule en regard de celui des étrangers et des chômeurs concernés par le marché du travail. Pourtant, c’est la position d’un Herriot qui est la plus partagée, et elle continue dans les années qui suivent à se durcir. En avril 1938, par exemple, E. Herriot propose au conseil municipal de Lyon l’établissement d’un « passeport sanitaire » car les malades étrangers coûtent cher et ne sont pas refusés dans les hôpitaux locaux165. Pour la troisième catégorie des membres de l’élite, la thèse de V. Caron est tout à fait convaincante, qui oppose la période dans laquelle se situe notre étude, au cours de laquelle ce sont les plus durs (ceux qu’elle désigne comme les « hardliners », comme Jacques Helbronner) qui triomphent, par opposition à ce qui adviendra après 1936, quand des acteurs plus modérés (elle prend comme illustration le rôle de Raymond-Raoul Lambert) prennent la direction du nouveau comité de secours dans les milieux officiels de la communauté juive166. Ainsi, pour des raisons et motivations évidemment bien différentes, ceux qui composent l’élite décisionnelle à propos de la politique vis-à-vis des réfugiés, au cours de la période 1933-1934 et bien au-delà, réagissent de façon relativement homogène. Ils sont placés au centre de contraintes communes (le poids de l’opinion hostile, la crise du marché du travail, l’action xénophobe des professions) alors que le pouvoir politique est faible et instable (une illustration de la situation est évidemment la crise de février 1934). Comme l’illustre la façon dont P. Valot argumente, en utilisant une lettre du responsable de la communauté juive de Strasbourg (voir ci-dessus), les trois catégories se mettent d’accord, même si c’est pour des raisons différentes, dont le cynisme n’est pas absent : la façon qui leur semble la plus « acceptable » est la politique de la « gare de triage », ou du « bassin de décantation » selon l’expression citée du préfet Roland-Marcel en été 1933. Comme l’a observé R. Schor, l’idée de faire partir ailleurs les réfugiés n’appartient donc pas qu’aux antisémites167. Face à une minorité d’acteurs qui soutiennent les droits des réfugiés tout au long de la période, c’est au fond cette politique qui aura été menée depuis le début, et qui explique l’impression d’une répétition d’échecs. Le libéralisme des premiers temps n’est alors qu’une période éphémère, qui n’est probablement prise au sérieux que par une minorité d’acteurs : comme le note V. Caron, la première réaction libérale d’ouverture des frontières n’a sans doute pas été dépourvue d’arrière-pensées chez les hommes politiques et chez les fonctionnaires168. La réserve et même l’hostilité sont bien représentées par les propos cités ici par le contrôleur de la Sûreté Mallet à Strasbourg. Pour autant, l’existence même de cette période “libérale” jure avec une analyse qui tiendrait que, depuis le début, un fonctionnement en quelque sorte inexorable de l’État aurait exclu, voire persécuté les réfugiés. Vu au ras du local, on a amplement illustré ici l’absence d’une ligne politique qui laissa les administrations locales sans directives.

  • 169 Ibid., p. 60.
  • 170 Caron, Uneasy Asylum…, op. cit., p. 214, prend l’exemple de l’action de Louise Weiss au Comité cent (...)

100Le fonctionnement des élites « centrales » de la décision illustre leur incapacité collective à résoudre les problèmes, non seulement pour la période étudiée, mais plus encore pour l’ensemble de la période jusqu’à la guerre, comme l’a démontré V. Caron. À la 7e séance de la Commission interministérielle, en février 1934, les représentants réunis des trois catégories continuent de travailler sur les questions qu’ils auraient dû traiter depuis l’arrivée des réfugiés en mars-avril 1933, et démontrent leur incapacité, en tentant, cette fois-là, de se défausser sur « les Anglais », la SDN, et le Haut-Commissariat aux Réfugiés. On pourrait, il est vrai, adopter une lecture téléologique et déterministe qui montrerait que tout compte fait ces élites, qui étaient xénophobes, sont finalement arrivées à leurs fins : faire partir l’essentiel des réfugiés de France. Mais cette lecture ne serait pas cohérente avec les faits que représentent les hésitations, les allers et venues de solutions ad hoc et les données contradictoires que les archives révèlent. La sévérité ne ferait certes que s’accroître, malgré l’accueil des réfugiés de Sarre en 1935 et avec la parenthèse bienvenue du Front populaire qui permit de ratifier la convention SDN de protection Nansen pour les réfugiés allemands, établie depuis octobre 1933169. Mais, de toute façon, le gouvernement à la veille du Front populaire était dans une impasse, car malgré l’aggravation de la sévérité, il ne pouvait expulser tout le monde. Une vision téléologique et déterministe ignorerait le fait, pourtant indéniable, que la dimension “humanitaire”, la défense des réfugiés, a été présente au début, mais ce qui est important, comme le note V. Caron, y compris jusqu’en 1939170.

  • 171 Weil, « Politiques d’immigration .. », op. cit., p. 52.
  • 172 R. Badinter, Un antisémitisme ordinaire, Vichy et les avocats juifs (1940-1944), Paris, Fayard, 199 (...)

101Bien loin d’une “évaluation rationnelle” de la question des réfugiés, dont on a montré, à l’échelon local de l’Alsace, le caractère marginal du point de vue quantitatif, c’est plutôt à une représentation partagée que l’élite décisionnelle se heurte. Les contraintes de la peur de l’opinion, de la faiblesse de la classe politique et d’une absence de lucidité politique de ces acteurs responsables des décisions à valeur nationale se conjuguent pour fonder une politique de plus en plus xénophobe. L’élite est contaminée par une xénophobie « systémique », a noté P. Weil171 : « Les réactions restrictives à l’accueil des réfugiés s’inscrivent plutôt dans le cadre d’un contexte général et d’une réaction de système », renforcée par la législation générale de l’immigration restrictive préexistante, par une forte opposition de l’opinion publique à la création d’un statut dérogatoire pour les réfugiés et par la préparation de la guerre. La réflexion de Robert Badinter à propos de J. Helbronner, président du Consistoire, écrivant au maréchal Pétain, en automne 1940, souligne « l’intensité de la xénophobie qui régnait dans la France d’avant-guerre, y compris chez les Israélites français, et combien, aux yeux de ceux-ci, l’identification du Juif à l’immigré paraissait lourde de dangers »172. Cette hostilité aux étrangers sape évidemment la possibilité d’une action déterminée, et explique la fuite vers le réexamen sans cesse remis sur l’ouvrage de solutions ad hoc. Cela ne saurait cependant signifier que les secours et l’accueil des réfugiés au cours de la période 1933-1934, et encore après, devraient être tenus pour négligeables, y compris en raison des actions déclenchées par les acteurs de l’élite. Cependant, ce sont d’autres acteurs de la société civile qui ont été, globalement, à l’origine de la réalité de ces secours. Dans ce cadre, les acteurs locaux, et pas seulement parisiens, ont joué un grand rôle, que nous avons rencontré en Alsace.

  • 173 JO Débats AN, novembre 1934, p. 2831.
  • 174 AD 67, 98AL 688/1.

102Ce qui nous intéresse ici, cependant, c’est la façon dont nous suivons le cas Golliard parmi ses collègues locaux. Si les fonctionnaires du cru ne sont pas à l’origine de la réalité des actions d’aide, ils peuvent les accompagner et ne pas les contrecarrer. À la différence des acteurs du niveau national (et surtout les membres des bureaux et ministères), ils sont interpellés à agir, par le contexte politique et humanitaire, voire de « sécurité », constamment présent. La situation alsacienne est particulièrement difficile : langue allemande, autonomisme, antisémitisme, proximité de l’Allemagne, situation particulièrement bien exploitée par les commerçants et les professions libérales. Les contraintes éprouvées par les acteurs du centre sont encore exacerbées en Alsace. Comme à l’échelon national, ce ne sont pas les acteurs administratifs, mais les milieux de la société civile, au tout premier plan la communauté juive, qui fournissent l’aide substantielle. Dans cette situation, les acteurs locaux administratifs explorent des solutions qui représentent des variations sur une combinaison entre attitude « humanitaire » et attitude « d’exclusion ». Comme le montre la comparaison esquissée ici entre les trois préfectures à l’été 1933, par défaut de politiques centrales, ils sont contraints de mener des politiques locales et ils ne font pas tous la même chose. C’est avec les moyens du bord qu’on a vu s’inventer le recours, à la préfecture du Bas-Rhin, au permis de séjour de trois mois. C’est également dans les préfectures que s’invente le recours à la logique des « attaches de famille » (qui a par ailleurs une histoire plus longue dans les conceptions françaises de la famille). S’ils se voient sans doute au début démunis par l’arrivée de quantités inédites de réfugiés, les acteurs locaux (administratifs et autres) sont aussi, au fond, des promoteurs de l’idée qu’il n’est pas possible de garder en Alsace et Moselle « trop de réfugiés ». À la différence des acteurs du centre, ils sont concernés les premiers, mais ils voient, du moins dans la période 1933-1934 étudiée ici, les mouvements et le nombre de réfugiés se stabiliser et ils sont sans doute soulagés de pouvoir défendre la thèse du « bassin de décantation », qui les exonère d’avoir à trouver des solutions plus globales – dont on a vu que les acteurs centraux étaient incapables de les définir de leur côté. Ce sont les acteurs de la société civile qui agissent et les acteurs administratifs les accompagnent plus ou moins. Ces derniers doivent pour cela inventer des solutions, même s’ils ne sont pas capables seuls de les mettre en œuvre, ce qui en fait des acteurs finalement aussi incapables – sauf à la marge – de résoudre le problème posé. Le nombre des réfugiés qui ont trouvé un asile, temporaire, ou, pour une minorité, plus stable, n’a jamais cependant été négligeable. Quand Léon Blum cite, pour la France entière, le chiffre de 500 cartes de travail pour treize mille demandes, à la Chambre, en novembre 1934173, une statistique dont nous ignorons les sources, il a tendance à minorer les choses, si l’on en croit les statistiques apportées ici. L’administration centrale elle-même hésite sur ce qu’elle peut faire : les ratures d’un projet de procès-verbal établi par les services de la DGSAL lors d’une réunion du 23 septembre 1933174, exactement contemporaine de la première réunion de la commission interministérielle des réfugiés, l’illustrent avec précision. Son rédacteur, probablement M. Le Hoc, chef de service à la DGSAL ayant rang de préfet, a rayé à la page 2 du procès-verbal les chiffres « 1.000 à 1.500 » pour les remplacer par « 100 à 150 environ sur 2000 ». Le premier chiffre tapé à la machine venait dans la phrase suivante : « Les motifs qui ont dicté les instructions de M. Chautemps et M. Guy La Chambre subsistent intégralement et nous obligent à ne pas garder en Alsace plus d’un nombre restreint (1.000 à 1.500) et à faire en sorte que ces réfugiés soient dirigés le plus rapidement possible vers les départements de l’Intérieur ». Le rédacteur a aussi biffé cette dernière phrase et écrit à la place de « ces réfugiés » : « le reste (1.800 environ) ». Risquons pour conclure une interrogation : le haut fonctionnaire local, ici notre personnage Golliard, qui reçoit les plaignants et les gens qui souffrent, qui décide d’écrire à une famille réfugiée pour lui dire la bonne nouvelle de l’acceptation de sa demande de carte d’identité, etc., est tout aussi intéressant à considérer que le chef de bureau qui siège à la Commission interministérielle, ou celui qui arbitre, pour l’administration centrale, les critères pour l’attribution de feu vert aux demandes de cartes d’identité de travailleurs ou d’étrangers. Il arrive en tous les cas au fonctionnaire local de coopérer avec les acteurs « du terrain » qui, pour leur part, ont pour souci unique d’aider les réfugiés. En définitive, la question centrale posée par l’accueil malthusien des réfugiés n’est donc sans doute pas d’abord celle des conséquences de l’arbitraire de l’administration vis-à-vis de « ces malheureux » (comme Alfred Golliard les qualifiait personnellement), mais plutôt la façon dont des acteurs administratifs locaux ont pu utiliser honorablement, et dans l’intérêt général, leur marge d’action face aux demandes d’une société civile qui comprenait désormais une population peu nombreuse, mais politiquement très visible, de réfugiés fuyant le nazisme, dont on ne savait pas encore les crimes qu’il allait bientôt commettre avec la complicité d’une majorité du peuple allemand. Les liaisons possibles avec la politique d’immigration dans la France de 2019 sont tellement évidentes qu’elles n’ont pas même à être soulignées.

Notes

1 Renée, dite Babet, est née à Vesoul le 12 novembre 1912, alors qu’ils étaient jeunes mariés ; Michelle, dite Sichou, à Avignon le 27 septembre 1914, et Claude le petit dernier, à Saint-Dié, le 23 mars 1920.

2 Le général Frère est né en août 1881. Fondateur de l’Organisation de résistance de l’armée (ORA), il a présidé le tribunal qui condamna Charles de Gaulle à la peine capitale. Déporté au camp du Struthof, il y a été assassiné en juin 1944, presqu’au même moment où Golliard, au même âge, était assassiné à Hartheim (voir chapitre 5).

3 Maurice Toesca, dans ses écrits censés être satiriques, mais assez plats en définitive, n’a pas mis en scène ce type d’incident ; il a préféré le vaudeville. Toesca sera brièvement le secrétaire général de Golliard à Lons-le Saunier, en 1938, avant de faire une brillante carrière dans Paris occupé, se faisant valoir dans le milieu littéraire et artistique à la préfecture de police, après ses années d’intendant de police de Vichy. Il euphémisera ce passé après la Libération, pour appartenir à la « famille des écrivains d’amour » (expression de Bernard Clavel).

4 Il défend Pierre Mendès-France en 1940.

5 Les enfants de Paul Morel sont restés constamment liés à la famille d’Alfred Golliard, et à ses enfants. Le mari de sa fille Madeleine, Édouard Pascal, fera une carrière préfectorale, sans être jamais nommé préfet. Comme Conseiller de préfecture, il commença, comme Golliard, dans la Haute-Saône (en 1920) ; en 1926, il entra au cabinet de Paul Morel (secrétaire d’État aux régions libérées), puis fut nommé Conseiller de préfecture de la Seine. Le fils de Paul Morel, Henri, fut pour sa part préfet.

6 Dans la notice qu’elle rédigea après-guerre, à la demande du préfet Bollaert, pour le Mémorial des fonctionnaires du corps préfectoral et de l’administration centrale, morts au cours de la guerre 1939-1945, son épouse n’a retenu de son passage à Strasbourg qu’un trait : « En octobre 1925, il fut nommé secrétaire général du Bas-Rhin, et engagea une lutte vigoureuse contre les mouvements autonomistes » (sur le mémorial et la déportation du préfet, voir chapitre 5).

7 Le bilan détaillé de cet accueil est publié dans « L’accueil des réfugiés d’Allemagne en Alsace (1933-34) : arbitraire de l’administration et marges de l’action individuelle et collective », disponible dans la base HAL. 2014 <halshs-01003938> [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01003938/document].

8 Pour le détail des archives consultées, on se reportera à J.-C. Barbier (avec O. Büttner), « Alfred Golliard, préfet résistant (1881-1944), matériaux pour une biographie », rapport final pour le ministère du travail, Université Paris 1, mars 2007, rapport disponible dans la base HAL [https://hal.inria.fr/halshs-00457000/document].

9 V. Caron, Uneasy Asylum, France and the Jewish Refugee Crisis (1933-1942), Stanford, Stanford University Press, 1999 [traduit en français L’asile incertain, la crise des réfugiés juifs en France (1933-1942), Paris, Tallandier, 2008].

10 Archives départementales du Bas-Rhin [AD67], 286D 191.

11 Le procès de Colmar débute en avril 1928 pour juger les autonomistes arrêtés en décembre 1927 ; ils sont accusés de comploter contre le gouvernement. Plusieurs furent condamnés à des peines modérées (Rossé, Schall, Ricklin) alors que ceux qui étaient jugés par contumace, comme Karl Roos, eurent de lourdes peines. En 1931, ce dernier, acquitté, entra au conseil général comme vice-président. K. Roos serait ensuite condamné à mort en 1939, pour intelligence avec l’ennemi, puis exécuté. Le procès eut de profondes conséquences (F. G. Dreyfus, La vie politique en Alsace, 1919-1936, Paris, Armand Colin, 1969, p. 136 sq.).

12 AD67, 286D 191.

13 Ces ingérences ont été par la suite largement démontrées, ainsi que le rejet massif de l’Allemagne.

14 Je suis les distinctions de F. G. Dreyfus (ibid.). À côté de la forme modérée d’autonomisme ou régionalisme, représentée par le parti catholique Union populaire républicaine d’Alsace (UPR), des mouvements plus radicaux luttent pour l’autonomie ou le séparatisme, voire le retour à l’Allemagne, et le parti communiste défend le droit des Alsaciens à disposer d’eux-mêmes. Le parti communiste fait une scission locale en 1929.

15 Dreyfus, La vie politique…, op. cit., p. 195 sq.

16 Ibid., p. 182.

17 « Compte rendu du Conseil », Dernières nouvelles de Strasbourg [DNS] des 3, 5, 6, 7 et 9 mai 1933.

18 Reproduit à la une des DNS, 12 janvier 1932.

19 Voir Dreyfus, La vie politique…, op. cit., p. 214-215.

20 Il ne pouvait lire la version allemande. S’il avait appris l’allemand, et qu’il mentionnait régulièrement dans ses dossiers administratifs l’allemand comme langue étrangère, il ne la parlait pas effectivement. Ses connaissances lui permettaient de superviser, mais apparemment en surface, les dossiers bilingues du conseil général du Bas-Rhin, qu’il préparait (voir ci-après).

21 Caron, Uneasy..., op. cit., p. 69.

22 Direction générale des services d’Alsace Lorraine : cette administration, placée auprès de secrétaire d’État auprès du président du Conseil, regroupe des services partagés entre Paris et Strasbourg et placés sous l’autorité de Paul Valot, directeur général.

23 AD 67, 286D 160.

24 DNS, 25 janvier 1932.

25 Salomon Grumbach (1884-1952), adhérent au parti socialiste (SPD) allemand en 1902, est un contemporain des Bebel, Kautsky, Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht. À Paris, il est le correspondant du journal du SPD Vorwärts en 1908. Avec Georges Weill, il assure la communication entre SPD allemand et parti socialiste français. Jusqu’aux élections législatives de 1932, il est député de Mulhouse.

26 DNS, 12 mars 1933.

27 Selon les DNS du 15 mars 1933.

28 DNS, 23 mars 1933.

29 Elz vaut pour Elsass-Lothringer Zeitung, journal autonomiste créé en 1929, qui publie régulièrement des textes antisémites.

30 Note manuscrite traduite de l’allemand. Voir ABR 286D383. Les coupures de presse ou les lettres sont toujours accompagnées de traduction, parfois tapées à la machine.

31 AD 67, 286D 383.

32 Id.

33 AD 67, 286D 341.

34 AD 67, 98AL 688/1.

35 La « question préalable » est censée exclure les débats que le préfet considère comme relevant du domaine « politique ». Voir chapitre 3, pour l’application de cette méthode politique au conseil général du Jura.

36 AD 67, 98AL 1624.

37 DNS, 8 mai 1933. Paul Marchandeau était ministre de l’Intérieur.

38 DNS, 15 mai 1933.

39 AD 67, 98AL 688/1. La lettre est reproduite dans Les Cahiers du 30 décembre 1933, dans la rubrique « Nos interventions ».

40 AD 67, 286D 383.

41 AD 67, 286D 365. Ainsi, le préfet écrit le 1er décembre 1933 au sous-préfet de Haguenau car on [un dénommé Joseph K., représentant] lui a signalé « un emploi prétendument exagéré de la main-d’œuvre étrangère à Wissembourg » dans un établissement industriel. Le préfet demande d’abord une enquête sur K. pour savoir s’il est respectable. Comme c’est le cas : « il est de bonne conduite et moralité » et, qu’en outre, « son attitude au point de vue national a toujours été sans reproche », le préfet demande au sous-préfet de Wissembourg le 14 décembre 1933 une enquête sur l’établissement en question.

42 AD 67, 286D 176.

43 AD 67, 98AL 688/1.

44 N° du 20 avril 1934, p. 276.

45 Pour une comparaison avec la politique d’aujourd’hui : J.-C. Barbier, « Forward to before 1991 ? Strengthening access to the labour market for refugees and for asylum seekers », Contribution to the Peer Review on the integration of refugees in the labour market, Berlin, octobre 2017, European Commission [accessible à l’adresse http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=en&catId=1274&newsId=9009 & furtherNews=yes].

46 DNS, 10 décembre 1932.

47 Selon les DNS du 15 décembre, il y a 2 014 chômeurs dans le département (pour une population de 688 000 habitants), dont 1 742 pour le chef-lieu. Par ailleurs, 2 056 personnes sont au chômage partiel (ne travaillent pas plus de 5 jours par semaine) ; 846 chômeurs sont secourus et 1 782 sont employés sur des chantiers ouverts avec le concours de fonds publics.

48 Cette expression particulièrement prosaïque et inhumaine fait écho à celle de la « gare de triage », qui sera employée largement par les dirigeants, comme l’illustre la recherche de Caron, Uneasy asylum…, op. cit.

49 La mention des « attaches de famille » est indiquée, beaucoup plus tard, par une circulaire du 28 avril 1936 qui présente une liste de motifs à prendre en compte pour l’examen des dossiers de cartes d’identité : (voir P. Rygiel (dir.), Le bon grain et l’ivraie, la sélection des migrants en Occident, La Courneuve, éd. Aux lieux d’être, 2006, p. 195. Voir aussi P. Weil, Qu’est-ce qu’un Français, histoire de la nationalité française depuis la Révolution, Paris, Gallimard, 2004, p. 83, qui signale ce rôle de la famille depuis la loi de 1889.

50 Numéro du 25 août 1933.

51 Réunion qui s’est tenue à Strasbourg le 1er mai 1933 (Tribune juive, 5 mai 1933).

52 Voir sur ce point Caron, Uneasy…, op. cit., notamment p. 24 et p. 27.

53 AD 67, 460D 36.

54 17 août 1933.

55 AD 67, 460D 33.

56 L’expression « protégé » est utilisée par C. Chautemps, dans une correspondance avec Herriot, le 15 septembre 1932, à propos de Golliard (AN, F1 b11077).

57 On parle des « enfants d’Herriot » pour désigner les protégés d’Herriot à l’époque.

58 AD 67, 286D 4 (papiers personnels du préfet).

59 Id.

60 AD 67, 286D 2.

61 En tête Présidence du conseil, DGSAL, affaires générales, minute (AD 67, 98AL 1614).

62 L’intervention d’Herriot se fait en deux temps : auprès de Chautemps, d’abord, à la suite de la réception de la lettre de Golliard de l’été 1932 (E. Herriot lui transmet la lettre avec l’inscription manuscrite « Mon cher Chautemps, quid ? »). Ensuite auprès de Sarraut, ministre de l’intérieur du 9 février 1934 au 13 octobre (sur une carte de mai 1934, Herriot dit à Sarraut qu’il croit à Golliard « tous les mérites » à être nommé préfet). C’est probablement Sarraut qui décide la nomination, mais c’est Marchandeau qui signe la décision (dossier AN, F1bI 1077). Deux recommandations auprès de Sarraut émanent, au même moment, d’Édouard Daladier (23 juin 1932) et de Marc Rucart, député des Vosges (27 mai 1933), en faveur de sa nomination dans le Jura.

63 Dossier personnel, AN F1bI 1077.

64 AD 67, 286D 4.

65 Edouard Pfeiffer, alors membre du cabinet de Daladier, écrit le 27 mars 1933 à Roland-Marcel : « je me suis fait un plaisir de parler au Président de M. Alfred Golliard : le Président est trop occupé en ce moment pour pouvoir recevoir M. Golliard, mais celui-ci peut très bien demander directement une audience à la fin de cette semaine. » Le 30 mars, Roland Marcel lui répond : « j’ai averti M. Golliard » (AD 67, 286D 2).

66 Le ton le plus courant consiste en général à présenter la demande, en la justifiant par l’explication de mérites, parfois en s’excusant d’importuner le destinataire de la demande, mais il est très rare qu’un solliciteur expose sa difficulté de principe à solliciter.

67 Le préfet Vernet s’est employé, avec l’aide du maire de Tours, à empêcher les Allemands de procéder à la destruction de la ville, désignée comme ville ouverte, en juin 1940.

68 22 octobre 1940 : le maréchal Pétain rencontre Hitler à Montoire, dans le Loiret-Cher, tout près de Tours où C. Vernet est préfet depuis 1936. Si l’on en croit le témoignage d’H. du Moulin de Labarthète, dans Le temps des illusions (Genève, éditions du Cheval ailé, 1946, p. 48-52) – ses confidences de juillet 1940 à avril 1942 – le préfet Vernet profite du passage de Pétain pour quémander une « rosette » à propos de son attitude de l’époque de l’invasion et du bombardement de sa ville ; au retour de Montoire, Pétain passe à nouveau par la préfecture où il fait un billard avec Vernet et, note du Moulin de Labarthète, « le préfet veut bien ne plus nous parler de sa rosette ».

69 Annuaire administratif du Bas-Rhin, 1934.

70 Rapport du 5 février 1934, AD 67, 286 D 43.

71 C’est sans doute l’une des raisons de plaintes qui sont venues à la connaissance du préfet, au début de l’afflux des réfugiés à Strasbourg, puisqu’il écrit au secrétaire général, le 31 mars une note : « Ne vous a-t-il pas été signalé que certains employés du service des étrangers à la Préfecture manquaient d’urbanité ? Mon attention a été attirée sur ce fait à plusieurs reprises et il faudrait avertir M. Clas ». Ce dernier était le chef de la 4e division qui s’occupe des étrangers, donc le principal collaborateur du secrétaire général (AD 67, 286D 43).

72 AD 67, 286D 42.

73 Voir par exemple AD 67, 286D 4. Le préfet, quand il s’absente pour son congé annuel d’été, pour Roland-Marcel, tous les mois d’août, accompagne sa demande d’autorisation d’une référence systématique à la présence de son secrétaire général : ainsi, en août 1934 : « M. Golliard, Secrétaire général, ne s’absentera pas de Strasbourg en mon absence ».

74 AN, F7 13395. Rapports signés du préfet ou de son chef de cabinet, E. Kuntz, de 1928 à 1930.

75 Préfet et conseiller d’État en 1928, il sera mis en retraite d’office par Vichy.

76 AD 67, 286 D 36.

77 Notes diverses adressées par le préfet à M. le Secrétaire général et à MM. les Chefs de services départementaux, 1931-1936 (AD 67, 286 D 43).

78 AD 67, 286 D 52, Années 1930-1934.

79 Sans parler du dialecte alsacien : les traductions sont en Hochdeutsch. La connaissance de l’allemand semble nécessaire pour être nommé haut fonctionnaire en Alsace-Lorraine. Le dossier d’Alfred Golliard (AN F1bI 776) indique, dans ses fiches de notation de la fin des années 1930, quand il était préfet et qu’il les renseignait lui-même, qu’il connaît l’allemand. Cette indication est évidemment importante pour interpréter son parcours de déporté à Mauthausen (chapitre 5) ; on sait que son allemand, cependant, était très imparfait.

80 Il s’agit d’une constante dans la mission des préfets. D. Cordier relate par exemple un épisode illustratif quand Jean Moulin est préfet de l’Aveyron en 1937 et que les notables locaux entendent lui dicter sa politique. Les discours des élus et du préfet sont codés (Cordier, Jean Moulin..., op. cit., t. 2, p. 89-91.

81 Hueber fut le seul député qui ne renonça pas, lors de cette séance spéciale, à utiliser l’allemand et à poser des questions. Voir Elsass-Lothringen in der Kammer – Rede des Genossen Charles Hueber, Député du Bas-Rhin, gehalten anlässlich der Budgetdebatte über Els.- Lothringen in der Kammersitzung von 8. Dez. 1927, Strasbourg, Kommunistische Partei (S.F.I.C.) Region Elsass-Lothringen, Imprimerie Solidarité, s. d. ; et, sur Hueber, les recherches doctorales en cours de Pierre Krieger, résumées dans « Charles Hueber (1883-1943) : un militant alsacien aux identités plurielles », Strathèse, 5/2017, « Identités plurielles », Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg [URL : http://strathese.unistra.fr/strathese/index.php?id=1023].

82 Conseiller général de Strasbourg de 1931 à 1937, Karl Roos, retraité, a été condamné en 1928 au procès de Colmar par contumace, puis acquitté. Ensuite, il sera condamné pour ses sympathies nazies et exécuté en 1940.

83 AD 67, 98 AL 634, Commentaire de La France de l’Est, en octobre 1931. Charles Hueber est alors maire de Strasbourg et membre du parti communiste alsacien dissident. Il deviendra collaborateur des nazis.

84 AD 67, 286 D 191.

85 AD 67, 286 D 52.

86 Ibid., Vœu en faveur des victimes du procès de Colmar, séance du 5-11-1931, « que l’amnistie pleine et entière soit accordée aux victimes du procès du complot de Colmar ainsi qu’à tous les condamnés pour délits politiques » ; dans un but d’apaisement (cela fait bientôt deux ans qu’il y a un projet de loi qui n’est pas adopté), le préfet dit que ce vœu est devenu superflu, car il y a le projet de loi.

87 AD 67, 98 AL 634.

88 Barbier et Büttner, Alfred Golliard…, op. cit., chapitre 2.

89 AD 67, 286D 4.

90 Marc Bloch et Maurice Halbwachs sont inscrits dans le corps des professeurs de l’université dans les années 1930 (annuaire administratif, 1934).

91 AD 67, 286D190.

92 Sur cette question d’ensemble, voir « L’accueil des réfugiés d’Allemagne en Alsace (1933-34) : arbitraire de l’administration et marges de l’action individuelle et collective », disponible dans la base HAL. 2014 <halshs-01003938> [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01003938/document]

93 Golliard désigne ainsi dans le langage des enfants son épouse surnommée « n’y a qu’à ».

94 Son petit-fils, aîné de Michelle.

95 Mari de Michelle, gendre de Golliard.

96 Il est d’autant plus désargenté qu’il ne perçoit toujours pas sa retraite entière après sa sanction.

97 Caron, Uneasy asylum…, op. cit.

98 « Organe indépendant du Judaïsme Français » ou « organe indépendant du Judaïsme de l’Est de la France », se présente comme « le seul hebdomadaire juif de l’Est de la France ». 1933 en est la 15e année de publication : N° spécial, 18, 5 mai 1933, « Die Deutsche Judennot » (La détresse des Juifs allemands).

99 On s’appuie ici sur G. Badia (dir.), avec F. Joly, J.-B. Joly, C. Laharie, I. Lederer, J.-P. Mathieu, H. Roussel, J. Rovan, B. Vormeier, Les barbelés de l’exil, études sur l’émigration allemande et autrichienne (1938-40), Grenoble, PUG, 1979, notamment p. 18-24.

100 Un tel mouvement de masse avait d’ailleurs été anticipé par les autorités qui avaient prévu un plan d’urgence, lequel ne fut finalement pas mis en œuvre. (AD 67, 286D383).

101 Dans Qu’est-ce qu’un Français ?…, op. cit., p. 132.

102 P. Weil, « Politiques d’immigration de la France et des États-Unis à la veille de la Seconde Guerre mondiale », Cahiers de la Shoah, n° 2, 1995, p. 51-84.

103 Badia (dir.), Les barbelés de l’exil…, op. cit., p. 20.

104 Le contrôleur Mallet (Sûreté nationale), dans une note du 17 mai suggère d’ajouter une marge de 30 % de clandestins.

105 Ces estimations sont établies en septembre 1933 pour une enquête faite par les services de P. Valot.

106 À l’époque, contrôleur général à la direction de la Sûreté du ministère de l’Intérieur à Strasbourg. En totalisant à la fin août 1933 les listes établies sous son contrôle, on obtient 3 300 entrées aux frontières d’Alsace et Moselle. Le contrôleur établit des listes quotidiennes (voir plus loin).

107 A. Grynberg, « L’accueil des réfugiés d’Europe Centrale en France (1933-39) », Cahiers de la Shoah, n° 1, Paris, Éd. Liana Levi, 1994, p. 131-148.

108 Ibid., p. 145. Des chiffres comparables sont également cités dans la Tribune Juive du 31 mai 1935, citant la Jüdische Rundschau.

109 Son adresse est quai Kléber, à la synagogue, qui fut incendiée et détruite en septembre 1940 par les nazis.

110 Tribune Juive, 31 mars 1933.

111 AD 67, 286D 183, 286D 383.

112 AD 67, 286D 383.

113 Il s’agit vraisemblablement de Lazare Blum.

114 AD 67, 98AL 688/1.

115 Ibid.

116 Le secrétaire général est en contact à Paris avec ce qu’il désigne comme « Comité central des réfugiés », mais il s’agit, en avril, d’un ancien comité existant. Ce dernier a pris en charge les premiers arrivants en mars 1933 (voir la lettre du secrétaire général du 10 avril 1933, AD 67, 286D 383). L’organisme ne prendra, en fait, le titre de « Comité national de secours aux réfugiés allemands, victimes de l’antisémitisme » qu’au début de juillet 1933 (voir l’annonce de sa création dans la Tribune Juive du 14 juillet). Il s’agira alors du regroupement de plusieurs comités existant auparavant, dont le Comité d’aide et d’accueil aux victimes de l’antisémitisme en Allemagne, créé en mars 1933 à Paris, et le Comité de Défense des Juifs persécutés en Allemagne, fondé par Pierre Dreyfus, dont l’action est étudiée en détail par V. Caron (Uneasy asylum…, op. cit.).

117 Note du 27 mars 1933 du Contrôleur Mallet au ministère de l’intérieur (Sûreté générale), AD 67 286 D 383.

118 Dans une circulaire n° 40 [mention Secret] du 1er avril 1933 (AD 67 98AL688/1) mise en copie aux préfets des départements recouvrés, le contrôleur Mallet emploie aussi les guillemets pour « Réfugiés ». Il donne des instructions pour le dépistage des « escrocs et provocateurs » et pour que l’administration préfectorale soit tenue au courant des déplacements de tous les réfugiés, demandant que tous les voyageurs d’Allemagne soient « interpellés ». Sa circulaire se conclut ainsi : « au préalable, on ne doit pas admettre d’emblée sous prétexte qu’ils déclarent avoir subi des vexations, des non-allemands [sic] sans ressources et sans papiers, qu’il ne sera plus possible, par la suite, de refouler vers l’Allemagne ».

119 J-C. Bonnet, Les pouvoirs publics français et l’immigration dans l’entre-deux guerres, thèse université Lyon II, Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1976, p. 145 sq.

120 Ces textes ne seront vraiment pris qu’à partir de la fin 1934 (voir P. Weil, « Politiques… », op. cit., p. 55.)

121 JO du 23 juillet 1929. Le décret définit, notamment, le nombre des photographies, la taxe à acquitter, la fourniture de papiers authentiques, les fiches individuelles, etc., ainsi que le récépissé qui est remis aux demandeurs de cartes. Les cartes d’identité sont délivrées par les préfectures.

122 Voir, pour une liste non exhaustive, H. Schramm et B. Vormeier, Vivre à Gurs, Paris, La Découverte, 1979, p. 364 sq.

123 On fait référence tout particulièrement à Réfugiés et sans-papiers, la République face au droit d’asile xixe-xxe siècle. La tyrannie du national, le droit d’asile en Europe (1793-1993), Paris, Hachette Littérature, 1991, et Immigration, antisémitisme et racisme en France (xixe-xxe siècle), Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007.

124 Noiriel, Immigration…, op. cit., p. 71.

125 Noiriel, Réfugiés et sans papiers..., op. cit., p. 58-59.

126 Noiriel, Immigration…, op. cit., p. 479.

127 Noiriel, Immigration…, op. cit., p. 306 sq. En français, le terme ne peut qu’inévitablement faire référence à l’expression de communication politique utilisée par le candidat N. Sarkozy, lors de l’élection présidentielle de 2007.

128 Ibid., p. 479.

129 P. Weil, « Politiques d’immigration de la France... », op. cit., p. 62. C’est aussi l’avis de Marius Moutet, dans sa préface à l’ouvrage de M. Livian, Le régime juridique des étrangers en France, Paris, LGDJ, 1936.

130 AD 67, 98 AL 688/2.

131 Les pièces d’archives portent systématiquement les signatures du secrétaire général.

132 Selon l’expression de M. Livian, avant le Front populaire, quand il écrit, à propos des réfugiés : « Ceux-ci ont du mal à pénétrer en France. Les Préfets des départements frontières agissaient à leur guise » (Le Parti socialiste et l’immigration, op. cit., p. 50).

133 V. Caron préfère parler de « contingency ». Je la remercie de la discussion sur ce point avec elle.

134 Rygiel, « Refoulements et renouvellement des cartes de “travailleur étranger” dans le Cher dans les années 30 », in Rygiel (dir.), Le bon grain et l’ivraie…, op. cit., p. 214.

135 Caron, Uneasy Asylum…, op. cit., p. 239. Nous travaillons à partir de l’édition anglaise.

136 Sur ce point, voir nos exemples : « L’accueil des réfugiés d’Allemagne en Alsace (1933-34) : arbitraire de l‘administration et marges de l‘action individuelle et collective », base HAL. 2014 <halshs-01003938> [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01003938/document].

137 AD 67 89 AL 688/1.

138 AD 67 98 AL 688/1.

139 Certains artistes et intellectuels se rendront ainsi à Sanary près de Marseille, comme certains membres de la famille Mann ou l’écrivain Lion Feuchtwanger (voir Manfred flügge, Amer azur, artistes et écrivains à Sanary, Paris, Éd. Le Félin, 2007).

140 Le secrétaire général, le 10 avril, rend compte à son préfet « nous avons distribué 16 billets » (AD 67 286 AD 383.)

141 AD 67 98 AL 688/1.

142 AD 67 460 D 36.

143 L’autorisation de séjour peut être, à l’évidence, rangée dans la catégorie des mesures à caractère « humanitaire » ; comme on le verra par la suite, les services centraux refusent de l’utiliser. On ne peut manquer de penser que le fait d’accorder de telles autorisations de séjour, malgré les décisions arbitraires, relèverait de l’influence de ce que V. Caron a appelé des « strong countervailing forces » (des « forces contraires puissantes ») à l’œuvre au cours des années 1930 et qui adoucirent, dans l’esprit d’un héritage républicain, la sévérité des initiatives contre les réfugiés (Caron, Uneasy asylum…, op. cit., p. 5).

144 AD 67, 286 D 383, note n° 970, cabinet du préfet du 30 juin 1933.

145 Le principe purement local de l’autorisation de séjour systématique – sauf aux « suspects » – est ainsi affirmé.

146 Réponses des 21 (Haut-Rhin), 23 (Moselle) 21 (Bas-Rhin, en complément d’une lettre du 19) septembre 1933. AD 67, 98AL 688/1.

147 On a vu précédemment que le secrétaire général a posé le problème au ministère de l’Intérieur dès avril.

148 En raison de la convention franco-allemande, les Allemands présents dans le département sont incomparablement plus nombreux, à hauteur de 20 000 personnes.

149 Le terme peut être ambigu : sur le plan de l’efficacité instrumentale cynique, l’action gouvernementale, vue avec le recul de la période 1933-1939, pourra être considérée comme « efficace » dans la mesure où, de fait, les réfugiés n’ont été qu’une minorité à s’installer en France. Mais, comme l’a montré V. Caron, la survenue de nouvelles vagues de réfugiés, consécutives à l’aggravation des persécutions nazies, a constamment reposé des questions analogues.

150 AD 67, 98 AL 688/1.

151 Allusion au possible établissement d’industriels allemands qui chercheraient à concurrencer l’industrie locale.

152 Allusion à de nombreuses pièces de l’administration qui font état de l’infiltration d’agents allemands se présentant faussement comme réfugiés.

153 AD 67, 98 AL 688/1.

154 AD 67, 286 D 12.

155 En parlant d’élites, au sens de la sociologie, il s’agit de circonscrire le type d’acteurs qui, collectivement, ont un accès privilégié à l’information, à l’action et à la décision de l’action publique. Le terme est dénué de connotation méliorative que le sens courant porte.

156 Les femmes sont tellement peu apparentes qu’elles ne sont pas mentionnées.

157 Berstein, op. cit...., Édouard Herriot.

158 Numéro du 28 avril 1933 qui relève qu’Herriot a parlé de trouver des ingénieurs chimistes allemands pour l’industrie lyonnaise de la soie. La Tribune note cependant : « malheureusement, ce ne seront toujours que des résultats sporadiques et il est à craindre que le plus grand nombre des Juifs allemands immigrés ne puissent trouver de place en France ».

159 Voir Caron, Uneasy asylum..., op. cit., p. 402.

160 Voir Bonnet, Les pouvoirs publics…, op. cit., p. 289.

161 E. Herriot, Jadis, Paris, flammarion, 1948, t. II, p. 487.

162 Bonnet, Les pouvoirs publics…, op. cit., p. 288.

163 Caron, Uneasy Asylum…, op. cit., p. 50.

164 JO Débats (AN), 29 janvier 1935.

165 Bonnet, Les pouvoirs publics…, op. cit., p. 233.

166 Ibid., p. 360-361.

167 R. Schor, L’opinion française et les étrangers (1919-1939), Paris, Publications de la Sorbonne, 1985.

168 Caron, Uneasy Asylum…, op. cit., p. 34-36.

169 Ibid., p. 60.

170 Caron, Uneasy Asylum…, op. cit., p. 214, prend l’exemple de l’action de Louise Weiss au Comité central des réfugiés (créé sous la présidence de Georges Bonnet).

171 Weil, « Politiques d’immigration .. », op. cit., p. 52.

172 R. Badinter, Un antisémitisme ordinaire, Vichy et les avocats juifs (1940-1944), Paris, Fayard, 1997.

173 JO Débats AN, novembre 1934, p. 2831.

174 AD 67, 98AL 688/1.

Table des illustrations

Titre fig. 18 - Palais du Rhin, photos du préfet Borromée, du maire Peirotes, au second plan Alfred Golliard (tract CGTU élection syndicale mairie 1929).
Crédits Source : AD 67, dossier 286 D 324 (0dossier syndicats)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre fig. 19 - Cérémonie de décoration, visite du sultan du Maroc à Strasbourg en 1926. AF (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Statistiques de réfugiés fin septembre 1933 en Alsace-Moselle
Légende 1. La différence entre 900 et 817 correspond apparemment au nombre de femmes et d’enfants de moins de 15 ans (mais la précision sur le nombre des femmes et des enfants n’est pas indiquée, en général). Dans une note à la DGSAL du 24 octobre 1934, le préfet indique que 779 réfugiés sont encore dans le département.2. Dans la note citée du 24 octobre 1934, il est porté que 189 cartes ont été attribuées dans l’année 1933, et 268, en cumul, à la fin de 1938.3. fin 1934, la préfecture totalise 117 refus de séjour, dont 3 expulsions (3 condamnations et 114 personnes non considérées comme réfugiées). Une note plus tardive au ministère de l’Intérieur (18 janvier 1935) fait un bilan de refus des autorisations de séjour, établi à 172 en cumul, dont 7 expulsions (AD 67, 460D 36).4. Le chiffre ne comprend pas les enfants de moins de 15 ans.5. « Allées et venues d’Allemands en visite ou de passage, qui n’ont pas encore formé de demande de permis de séjour ou ne sont pas déclarés comme réfugiés ».6. Le préfet (23 septembre 1933) considère que « la grande majorité des réfugiés allemands résidant actuellement en France a transité par le département de la Moselle ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search