Version classiqueVersion mobile

La République jusqu’à la mort

 | 
Jean-Claude Barbier

Chapitre 1. Alfred Golliard, jeunesse d’un préfet Bourguignon

Texte intégral

1Ce premier chapitre couvre la période allant de la naissance d’Alfred Golliard, en novembre 1881, à son départ de Saint-Dié, en octobre 1925. Il présente quelques facettes principales du personnage : certaines d’entre elles touchant à la vie privée de l’homme, d’autres à la vie professionnelle, elles situent un individu qui, considéré depuis son destin final, aura connu une vie d’exception. La visée générale est de rassembler pour le lecteur des données personnelles, mais aussi administratives et politiques ; ces dernières placent Alfred Golliard parmi « les siens », c’est-à-dire un milieu de travail et un milieu social étroitement lié à la société politique locale de la IIIe République. La « jeunesse » évoquée ici apparaît très longue. La coupure de Saint-Dié, en 1925, est significative dans la mesure où Golliard reste jusque-là, en tant que sous-préfet, dans la dépendance étroite d’un préfet, et exerce dans des localités modestes. Ensuite le passage à Strasbourg, en tant que secrétaire général, étend énormément ses responsabilités même s’il reste le second d’un préfet. Dans tous les cas, nous retraçons la vie de notre personnage à travers l’exploration des dossiers d’archives de la préfecture et du cabinet des préfets où Golliard a été affecté, soit successivement : Archives départementales de Haute-Saône (Vesoul) ; des Vosges (Épinal) ; du Vaucluse (Avignon), puis Archives départementales du Bas-Rhin (Strasbourg) et du Jura (Lons-le-Saunier), ainsi qu’évidemment les Archives nationales (AN). La place de Golliard est constamment référée à celle du milieu préfectoral qu’il côtoie. Quatre grandes étapes sont parcourues : l’enfance et la jeunesse, le début de carrière à Vesoul, la Première Guerre mondiale à Avignon, puis l’exercice du métier à Saint-Dié, dans les Vosges, la première sous-préfecture dont Golliard fut le titulaire effectif.

Entre Bourg et Cluny, la formation d’une vocation

  • 1 Voir plus loin la lettre du 28 septembre 1914 que sa mère lui adresse à l’occasion de la naissance (...)
  • 2 Voir R. Rémond, A. Coutrot, I. Boussard, Quarante ans de cabinets ministériels, Paris, FNSP, 1982.
  • 3 Ministre de l’Éducation nationale en 1926.

2L’enfance d’Alfred Golliard, qui naît le 7 novembre dans une famille de la petite bourgeoisie à Bourg- en-Bresse, ne le singularise pas vraiment. Il est l’enfant de sa classe, de sa région, de son milieu, même si l’on peut repérer, à titre de potentialités, des dispositions particulières du jeune Golliard. Son père, chef de gare de la compagnie des Dombes, meurt l’année suivant sa naissance, en 1882, à 42 ans. Son frère Michel est né en 1872. A. Golliard est donc orphelin, une situation répandue à son époque. Il est élevé par sa mère (une mère de famille qui devra gagner sa vie à la mort de son époux). Il vit les premières années de sa vie en présence de son grand frère (Michel a onze ans à la mort de son père), qu’il perd brutalement en 1906, dans un accident de chemin de fer à la gare de Cluny. Cette perte est immense, comme il l’a confié dans sa correspondance avec sa fiancée, Renée Bajard, en 1910. Alors qu’elle n’avait que 37 ans, Marie-Louise Desmurs (1845-1934), la mère d’Alfred, marquée par la perte brutale de son mari, lui aussi vraisemblablement mort dans un accident lié à sa profession, est une personne qu’il révère, et vis-à-vis de laquelle il se sent redevable, sinon coupable même, comme il l’écrit lors de la mort de Michel. Sa mère est, selon les témoignages familiaux, très stricte1; elle a dû prendre un emploi de guichet, elle aussi aux chemins de fer (Cluny) pour subvenir aux besoins de ses jeunes fils. Michel a dû accélérer son intégration professionnelle, et il a naturellement choisi les chemins de fer, où il a vraisemblablement été accueilli favorablement, en tant qu’orphelin (il rejoint la société PLM). Alfred, de son côté, a fait l’objet d’une attention redoublée pour son éducation et l’orientation de sa vie. Quand il était jeune enfant, sa mère l’a confié à l’abbé Braquis, à Jalogny, qui lui enseigna le latin (et peut être des rudiments de grec). Par la suite, comme il a montré des dispositions, Alfred, en tant qu’orphelin, est aidé par les bourses de l’Éducation nationale. Ce trait de ses origines sociales tend à le distinguer des jeunes entrés dans l’administration préfectorale à son âge et à la même époque que lui. Alors en effet très peu de jeunes garçons accèdent au collège et au lycée. Avant 1914, il y a 7 000 à 8 000 bacheliers par an en France2. Golliard fait donc partie de la petite dizaine d’élus de Saône-et-Loire. Herriot, qui en parle depuis 19263 n’a pas encore unifié le système qui sépare strictement les collèges et les écoles primaires supérieures et le sujet sera repris en 1936, par Jean Zay.

  • 4 Admiration de Lamartine, dont il s’apercevra qu’il la partage avec Herriot, mais ce n’est pas son p (...)

3Pupille ou boursier, il entre à 14 ans, en 1895, au lycée Lamartine de Mâcon, où il obtient son baccalauréat de philo en 1901. Dès cet âge, c’est un garçon passionné pour la chose publique ; alors qu’il était élève de rhétorique au lycée Lamartine à Mâcon, il est choisi pour prononcer un exposé sur Lamartine en mai 1900, à l’occasion de l’inauguration d’un buste du poète. Il exprime ses idéaux4 à l’occasion d’un éloge fougueux des « Anciens ». La révérence qu’il leur porte ne le quittera pas tout au long de sa carrière, lors des nombreux discours qu’il rédigera pour de multiples occasions : en témoigne l’éloge de Charles Dumont, en 1939 (voir chapitre 3). Pour celui qui a pu lire certains des nombreux discours prononcés par le futur préfet, la dissertation d’Alfred Golliard est d’un grand intérêt car elle dessine l’état d’esprit d’un homme dont on peut, sans erreur, signaler la constance d’une attitude positive vis-à-vis des traditions. Golliard gardera, héritée de son enfance, une rectitude et une fidélité aux enseignements des plus anciens. Née en 1885, son épouse écrivit, en août 1980, à sa fille Michelle, de retour d’un voyage à Mauthausen et Hartheim (voir chapitre 5) :

Tout au long de sa carrière, il ne s’est jamais trompé sur les événements, il avait un don de divination. La sûreté de jugement surtout. Tous ces souvenirs sont pour moi comme un album que l’on feuillette avec émotion et seule à Cluny je relis quelques fois les lettres qu’il m’écrivit de Compiègne, par quel miracle il a pu me les faire passer, c’est tout ce qui me reste de lui. J’ai eu un mari tendu, modèle de droiture, c’est le plus bel héritage.

4Il serait évidemment illégitime de superposer une lecture téléologique à la dissertation d’un jeune homme passionné de dix-huit ans et demi. Avec le recul historique, pourtant, un constat s’impose : le souhait hautement affirmé devant ses aînés assemblés, dans la cour d’honneur du lycée Lamartine, par Alfred Golliard, a été réalisé sur le plan de l’engagement dans ce qu’il appelle dans sa dissertation « la vie militante de notre temps » et il ne fait pas de doute qu’il a apporté, nous le verrons dans cette biographie, ses « pierre et ciment » à l’édifice social de ce qui se dessinait à ses yeux, en mai 1900, comme « l’avenir ». On l’observe dans les extraits ci-après (la version intégrale est en annexe 1).

Composition littéraire d’Alfred Golliard en l’honneur de Lamartine [extraits, voir annexe 1]

  • 5 Le texte manuscrit figure dans un recueil appelé « Cahier d’honneur », Lycée Lamartine de Mâcon, de (...)

Messieurs,
Puisqu’on veut bien nous permettre de mêler notre voix à celles qui viennent de célébrer si éloquemment notre grand poète, je vais dire quelle vénération profonde nous lui portons, et de quel ardent amour nous brûlons pour lui.
[…] Que ton souffle puissant, ô Lamartine, descende donc sur nous ; qu’il vienne donner à nos esprits une étincelle de ton génie, et communiquer à nos volontés quelque chose de ce pur et saint enthousiasme dont ta vie débordait et dont tes vers sont pleins.
[…]Pour nous, nous aimons Lamartine, et, cela, d’abord, par tradition. Mais nous l’aimons aussi pour d’autres raisons, plus intimes et plus profondes.
Lamartine, en livrant au lecteur son poème de Jocelyn, dit : « Cela doit être lu comme cela fut écrit : c’est le rêve d’un cœur de seize ans ». Cette phrase pourrait servir d’épigraphe à toute son œuvre.
[…] Le Lamartine que nous aimons, c’est le jeune poète, tel qu’un portrait nous le représente, d’une beauté suave et féminine, avec des cheveux bouclés sur les tempes, un menton d’éphèbe grec, une admirable finesse d’intelligence et de race répandue sur tous les traits : le poète plein de force et d’ardeur, attiré par un attrait invincible vers le brillant soleil d’Italie, vers les grandioses paysages de l’Orient qui laissèrent dans son âme une impression de lumière et de parfums ; le poète de la raison enfin, de la raison, dis-je, car, à ses yeux, la poésie ne devait être que la « raison chantée ».
C’est avec ce poète là que nous sympathisons, et que nous dirons, comme il le souhaitait : « Nous prions avec tes paroles, nous pleurons avec tes larmes, nous invoquons avec tes chants ».
[…] Nous l’aimons aussi car il est le poète des grandes idées éternelles : le culte de la famille, l’attachement au pays natal, le travail, la destinée de l’homme, l’immortalité, tels sont les sujets très nobles vers lesquels il entraîne incessamment notre pensée.
[…] Mais ce que nous aimons, surtout, en Lamartine, c’est l’homme d’action loyal, l’ardent et sincère patriote, sublime. Interprète des aspirations démocratiques, le gardien de la République de nos pères, le défenseur de notre drapeau.
Lamartine, lui-même, mettait les actes de sa vie sociale bien au-dessus de ses chants ; sans aller jusque-là, nous pouvons dire que sa vie et ses chants sont également dignes d’une belle âme. L’idéal qu’il se faisait de l’existence humaine était d’ailleurs véritablement grand : au commencement, « la poésie de l’amour et du bonheur » ; au milieu « le travail, la guerre, la politique, toute la partie active, qui demande la lutte, la sueur, le sang, le courage, le dévouement » ; à la fin, quand la tâche est faite, « le recueillement et le repos ».
Son idéal, c’est le nôtre ; et, s’il ne nous appartient pas d’être, comme lui, des meneurs de peuple, et de donner l’empreinte de notre pensée à toute une génération du moins comprendrons-nous la nécessité sainte d’agir, de nous mêler à la vie militante de notre temps, et d’apporter « chacun notre pierre et notre ciment » à l’édifice social de l’avenir.
[…] Et nous, qui maintenant vivons de ton espérance – si plus tard viennent des moments d’incertitude et de faiblesse, nous reverrons ton noble visage, illuminant de ton regard prophétique la cour d’honneur de notre cher Lycée, et nous nous souviendrons de tes consolantes paroles :
« Marche au flambeau de l’espérance
Jusque dans l’ombre du trépas
Assuré que la Providence
Ne tend point de piège à tes pas ! »5

  • 6 Lamartine est né en 1790 à Mâcon, et l’apogée de sa carrière politique fut, lors de la révolution d (...)
  • 7 Archives familiales. L’essentiel retrouvé de cette correspondance est adressé à son épouse Renée da (...)
  • 8 Gabriel Baumann, membre de l’Académie de Mâcon, agrégé de Lettres, professeur de rhétorique, a quit (...)
  • 9 Lettre du 3 juillet 1910 à sa fiancée Renée (archives familiales).

5Ce qui frappe dans le texte, c’est l’admiration fervente d’un jeune homme pour celui qui est à ses yeux, on le découvre, à la fois un poète qu’il honore au plus haut point, mais aussi, et sans doute encore plus, un homme politique6 qu’il admire et qu’il associe à la République et au drapeau national. Cette réalisation de soi, nous voudrions le montrer dans l’ouvrage, n’a pas été sans difficultés multiples, et en tant que l’« homme tendu » décrit par son épouse, il lui a fallu souvent prendre énormément sur lui-même. À l’époque de Mâcon, on n’en était pas là, mais les choses étaient déjà sérieuses, c’est incontestable. Il confie dans sa correspondance7 le soutien décisif de son professeur M. Baumann8, dont il écrit9 que c’est « l’homme qui m’a certainement le mieux aidé et le mieux compris de tous ceux que j’ai approchés, et celui aussi qui me connaît le mieux et a cru pour moi à un avenir, en raison de mon caractère ». Toute sa vie, Alfred est avare de ses admirations véritables. Son professeur de Mâcon en est une, incontestable, il évoque même, dans un courrier à son propos une « paternité intellectuelle ». Il le recontacte plus tard, quand il s’interroge sur sa carrière, en 1910. La remarque que glisse A. Golliard à Renée dans une de ses lettres d’amour, à propos de son « caractère », est de ce point de vue éminemment importante. Dès la fin de son adolescence, il est profondément persuadé qu’il a un « caractère » spécial et une vocation qu’il lui faut accomplir, laquelle ne saurait tolérer la médiocrité.

  • 10 A. Golliard est titulaire du baccalauréat ès lettres (Philo) en 1901 (certificat délivré en octobre (...)
  • 11 Photographie, promotion 1902-1903, plaquette Université de Lyon, reproduite dans H. Besseige, Herri (...)
  • 12 S. Berstein, Édouard Herriot ou la République en personne, Paris, Presses FNSP, 1985, p. 30-31.
  • 13 Besseige, Herriot, op. cit., p. 78.
  • 14 Herriot est élu au Conseil général du Rhône et il sera sénateur en 1912, mais son premier poste min (...)

6Alfred Golliard n’a pas déçu les espoirs que sa famille et ses professeurs ont mis en lui. Il est brillant élève et, lorsqu’Édouard Herriot, le jeune agrégé talentueux, se voit chargé, à la rentrée de septembre 1901, d’ouvrir à Lyon, au lycée Ampère, une classe de « rhétorique supérieure » (khâgne), le dossier d’Alfred sera sélectionné pour une bourse10. Les classes sont peu nombreuses et Alfred Golliard devient l’élève d’Herriot pour l’année scolaire 1901-1902, ce qui marquera évidemment l’ensemble de sa carrière. L’année suivante, Édouard Daladier, fils de boulanger de Carpentras, lui aussi boursier, figure parmi la vingtaine d’étudiants de la seconde promotion. Herriot, aussi svelte qu’il sera bientôt épais et large (fig. 3)11, est très sensible à l’ascendant qu’il exerce sur ses élèves12, dès cette époque, mais aussi très susceptible. Il distribuera toute sa vie ses bonnes notes et appréciations de façon discrétionnaire. H. Besseige13 écrit à ce propos « le maître ne croyait pas beaucoup à la pédagogie théorique [...] mais il avait du bon sens, de l’éloquence et du goût. Il révérait la clarté avant toute chose et il aimait ses élèves. C’est en cela sans doute que résidait le secret de son exceptionnelle emprise ». Pour autant qu’on puisse la reconstituer, la relation qu’il établit avec Golliard n’est pas chaleureuse. En 1901-1902, l’élève est en admiration devant le professeur à Ampère, qui lui prodigue des conseils pour son orientation future. Mais, si nous anticipons un peu, on note que sa dévotion s’amoindrira vite. Dès 1910, A. Golliard est sceptique sur ce qu’il peut attendre de Herriot et écrit à Renée : « mais maintenant, c’est un homme politique ». À l’époque, Herriot n’a encore que des responsabilités locales (municipales), à Lyon dont il est devenu maire en 1905. Golliard hésite beaucoup en 191014 à le solliciter et se résout d’abord à lui écrire pour qu’il appuie une entrée en stage comme avocat. Herriot lui répond positivement. Mais Golliard n’en démord pas, il a fixé son dévolu sur le métier de préfet, et il va bientôt chercher à se faire recommander et nommer, ce qui deviendra une obsession, on va le voir, après qu’il aura terminé son engagement de secrétaire particulier de Julien Simyan en 1909 (fig. 3bis). Au total, l’admiration de l’élève persisterait, mais sous une autre forme : au fur et à mesure de sa carrière préfectorale, Herriot est un ancien professeur dont il avait appris à juger les limites.

fig. 3 - Hypokhâgne d’Herriot, lycée Ampère, Lyon 1902-03 (avec Édouard Daladier comme élève). Annales de l’Université de Lyon, fascicule spécial, 1958, collection AA (reproduction Université de Lyon)

fig. 3 - Hypokhâgne d’Herriot, lycée Ampère, Lyon 1902-03 (avec Édouard Daladier comme élève). Annales de l’Université de Lyon, fascicule spécial, 1958, collection AA (reproduction Université de Lyon)

fig. 3bis - (AG) à Paris pendant qu’il fait son droit. (AF) (autorisationJCB)

fig. 3bis - (AG) à Paris pendant qu’il fait son droit. (AF) (autorisationJCB)

fig. 4 - Avril 1909, Alfred et Renée se fiancent (Ceyzériat). (AF) (autorisation JCB)

fig. 4 - Avril 1909, Alfred et Renée se fiancent (Ceyzériat). (AF) (autorisation JCB)

7Ni Daladier, professeur agrégé (comme Yvon Delbos, un autre ancien d’Ampère), ni Golliard ne poursuivent cependant vers la khâgne. À la sortie d’Ampère, après les vacances de l’été 1902, Golliard est incorporé à Besançon, au 60e Régiment d’Infanterie ; il y reste du 14 novembre au 28 décembre 1902 car il est réformé n° 2, c’est-à-dire définitif, pour insuffisance visuelle. Il vit très mal cette exclusion pour infirmité. C’est alors que commence l’un des plus mauvais moments de sa vie, la période qui s’écoule de début 1903 à 1909, qui ne sera réorientée que par la rencontre en avril 1909 avec Renée (fig. 4), qu’il épousera en avril 1911, et la nomination à la préfecture de Vesoul, à la fin 1910. Évoquant ses tourments, en été 1910 il écrira à sa future femme Renée « je suis tombé à Cluny en 1903 ». C’est dire à quel point il n’est pas heureux. À 21 ans, il est en plein dans les affres de ses choix de vie. Mais n’anticipons pas. Il décide alors de commencer son droit à Paris, où il s’inscrit en novembre 1904. Il poursuit ces études alors qu’il devient secrétaire particulier du ministre Julien Simyan, et les interrompt à la fin de l’année universitaire 1909. Elles lui ont ouvert les yeux sur les possibles emplois et carrières qui s’ouvrent à lui.

  • 15 Lettre du 24 avril 1910 à Renée, archives familiales.
  • 16 Il donne cette adresse pour cette période de sa vie quand il vient chercher son diplôme de bachelie (...)
  • 17 Ses fonctions ne sont pas reconnues par une nomination officielle et il perçoit peut être une petit (...)
  • 18 Alfred, neveu du futur préfet, c’est mon grand-père. La famille habite à Cluny derrière l’église Sa (...)
  • 19 4 septembre 1906.

8En définitive, jusqu’à sa rencontre avec Renée, c’est un garçon très solitaire, porté à l’introspection permanente, hypersensible. Jeune, il fut très attaché à Bourg-en-Bresse. Il écrit15 : « pendant toute mon adolescence, je n’ai cessé d’y penser : je veux vivre à Bourg, là où mon père a vécu et où je suis né de son amour ; ma vie tournera autour de Bourg et s’y organisera ». Mais il ne pourra bientôt se satisfaire de ce qu’il envisage désormais comme une carrière trop bornée. Comme il l’écrit rétrospectivement : « une autre pensée lancinante qui m’a occupé le cerveau de 17 à 21 ans a été celle-ci : je veux aller à Paris achever mes études et parfaire mes connaissances. Comment y arriverais-je ? Jamais je ne m’en suis préoccupé » et il est heureux d’avoir réalisé ce projet. Avec le recul, il se voit au moment de sa libération du service, en 1903, comme une « épave », mais il raconte à Renée qu’il a trouvé en lui la force de refuser un emploi médiocre que la direction de l’école primaire supérieure de Cluny lui proposait : « Je l’ai refusé et je ne voyais pas encore le moyen d’aller à Paris ». Mais ce qu’il sait déjà, c’est qu’il ne saurait « croupir dans un trou de province, fonctionnaire de tout repos d’une administration abrutissante ». Il voudrait tant ne pas être à la charge de sa mère, qui continue de travailler à la gare de Cluny (elle avait 65 ans en novembre 1910, quand il fut enfin nommé conseiller de préfecture à Vesoul). Cette situation le taraude d’une grande culpabilité : « il est criminel à moi de laisser encore ma mère à sa rude tâche. Je veux en finir » écrira-t-il le 21 juin 1910. De toute façon, il prend, peu de temps après s’être inscrit à la faculté de droit, un poste de répétiteur à l’école primaire supérieure Jean-Baptiste Say, à Paris, occupation précaire s’il en est, et c’est là qu’il est logé16. Il a également été le secrétaire d’un écrivain archéologue que nous n’avons pas identifié. Il va très vite détester les fonctions purement « alimentaires » de l’équivalent de lycée technique, mais c’est seulement en 1910 qu’il parvient à les quitter, quelques mois avant son mariage avec Renée (le 24 avril 1911). Autrement dit, quand il devient secrétaire particulier de Simyan17, il reste employé par son école. Le moment le plus douloureux est sans nul doute celui de la mort de son frère, en juillet 1906. À l’âge de 35 ans, ce dernier laisse une jeune veuve, Mathilde (née en 1873) et trois enfants en bas âge, dont l’aîné, qui s’appelle lui aussi Alfred Golliard, est né en 1899. Michel était chef de gare à Saint-Prix (Allier) ; sa veuve et ses trois orphelins partent s’installer à Cluny, où Mathilde prend la gérance du buffet de Cluny18. À l’époque de la mort de Michel, Julien Simyan est maire de Cluny – et député (pour la première fois élu en 1885 sur une liste radicale, il est réélu régulièrement maire, puis sénateur de 1921 à 1926). Simyan est nommé sous-secrétaire d’État, chargé des Postes et Télégraphes en 1906, dans le premier gouvernement de Clemenceau. Sans doute Simyan sera-t-il sollicité par la famille ou d’autres relations des Golliard à ce moment. Alfred conduit, brisé, le convoi funéraire de son frère. L’Union républicaine de Saône et Loire19, le journal de Simyan, écrit :

Une foule considérable suivait le cercueil. Le deuil était conduit par son frère Alfred, dont la douleur faisait peine à voir. Dans l’assistance nous remarquons la présence de MM. Simyan, député, Petré, premier adjoint, florentin, inspecteur du P. L.M., le chef de gare de Cluny et la plupart de ses employés, l’inspecteur de la ligne Lyon-Grenoble, un grand nombre d’amis et de connaissances, tous douloureusement émus par cette mort si triste et si prématurée.

  • 20 Il obtient sa licence en janvier 1908 et est inscrit en thèse jusqu’en février 1909 (AN, AJ 16 1649 (...)

9C’est donc vraisemblablement à l’occasion de la mort de son frère Michel que Simyan, qui connaissait le jeune Alfred depuis son exposé de 1901 sur Lamartine, décide de le prendre comme secrétaire particulier. Il ne devait pas y avoir beaucoup de jeunes orphelins bacheliers et étudiants en droit à Cluny, et Simyan ne pouvait manquer de le remarquer. Alfred occupe ce poste jusqu’en juillet 1909, quand Simyan quitte ses fonctions, après avoir lassé Clemenceau par ses déboires avec la grève des Postes. Le véritable tournant dans la vie d’Alfred n’est sûrement pas son travail pour Simyan, qu’il ne faut pas surestimer, on va le voir. Le tournant, c’est la rencontre avec sa future femme, Renée, dont il est éperdument amoureux, et pour l’amour de laquelle il décide, peu après l’avoir rencontrée au printemps 1909, d’abandonner son doctorat en droit (« J’ai abandonné la poursuite de mon doctorat20, pas tant à cause des tracas que me causait ma situation, qu’à raison de l’amour que j’ai pour toi et qui me paralyse »). Mais revenons d’abord sur l’épisode Simyan et sa signification pour Alfred Golliard.

Les tourments et l’initiation : Julien Simyan, la grève des Postes et le Conseil de préfecture

10On pourrait considérer ce poste de secrétaire particulier d’un homme politique local puissant comme le premier pas d’une carrière, mais la correspondance de Renée et Alfred montre que ce n’est pas le cas. D’une certaine façon, c’est une occasion ratée. S’il apprend incontestablement de ce travail pendant près de trois ans, ce n’est pas, à la différence d’autres collègues, la première étape d’une carrière de préfet. On pense ici, par contraste, à George Roussillon (voir chapitre 2 pour leurs carrières comparées, tableau 1, annexe 2) car ce dernier, né en juillet 1882, avait presque le même âge qu’Alfred Golliard. fils de magistrat, Roussillon était cependant beaucoup plus précoce que Golliard, puisqu’ayant obtenu sa licence de droit en 1903, il exerça les fonctions d’avocat deux ans avant d’être recruté comme chef adjoint du secrétariat particulier de Simyan, alors que Golliard n’obtint sa licence qu’en 1909 et qu’il n’était qu’un des secrétaires particuliers. Qu’est-ce en effet que le secrétaire particulier d’un homme politique du début du xxe siècle en France ?

  • 21 J. Bouvier, Histoire des dames employées dans les Postes, télégraphes et téléphones de 1714 à 1929, (...)
  • 22 La maison des Gardes, demeure des Simyan, est à deux pas de la rue de la Liberté à Cluny.
  • 23 AN, dossiers personnels, F/17/23097.
  • 24 Au moment de la grève du printemps 1909, on lui reproche des pratiques de favoritisme, ainsi d’avoi (...)
  • 25 Voir Bouvier, Histoire…, op. cit. Voir aussi Marie-Victoire Louis, Le droit de cuissage, France 186 (...)
  • 26 Ce qu’on désignait comme « tiercement ».
  • 27 L’Humanité, 7 juin 1909.
  • 28 Le sénateur Charles Dumont (voir chapitre 3) désavoue au Sénat les méthodes de Simyan tout en conda (...)

11Au temps du prédécesseur de Simyan (Bérard), en 1904, on lui demande par exemple d’écrire à la présidente de l’Association des Dames employées, pour annoncer une circulaire qui reconnaît à ces employées le bénéfice d’indemnités de congés maladie21. On imagine aussi qu’il est particulièrement chargé des relations avec le milieu local de Saône-et-Loire, qu’il connaît bien. On suppose que son lieu de travail n’était pas loin du siège du ministère, rue de Grenelle, où se trouve également le central télégraphique. Golliard est le subordonné de Roussillon et de Desgrange. Simyan n’a probablement que peu d’attention pour lui, comme on peut le déduire de la correspondance d’Alfred Golliard. Le ministre s’est acquitté de l’aide à une famille nécessiteuse de son électorat de Cluny. Les relations n’ont pas pu être très bonnes avec lui, quand on connaît l’esprit ombrageux de Golliard. Julien Simyan reste pour lui un grand notable de sa ville, exerçant la médecine et possédant une grande demeure bourgeoise non loin du domicile des Golliard22. Simyan traîne une réputation un peu sulfureuse, celle d’un radical très radical, pour avoir soutenu les grèves des ouvriers du Creusot. Il est très à gauche, à l’époque de ces grèves, au point qu’il est campé en personnage par l’anarchiste Charles Malato, dans le roman La grande grève. En avril 1885, Simyan est noté (dans son dossier de médecin scolaire, recruté en remplacement de son père au collège de Cluny, par l’inspection) : « Bon médecin, maire de Cluny, lancé dans la politique radicale ; au collège, il ne s’occupe que de ses malades laissant la politique à la porte de l’école, écrit le directeur, mais l’inspecteur ajoute : « avis conforme, en transformant le radicalisme de M. Simyan en intransigeance absolue »23. Julien Simyan et Fernand Dubief se partagent les deux circonscriptions de députés de Mâcon pendant un long moment. Comme il est de Cluny, Alfred Golliard est forcé de passer par Simyan, et en outre, il est obligé depuis qu’il l’a pris à ses côtés. Simyan échoue comme sous-secrétaire d’État, à cause de ses méthodes brutales d’affrontement avec les postiers, avec leurs associations en partie légales et en particulier, avec les femmes employées. C’est finalement cet aspect brutal et d’autres accusations24 que l’histoire a retenus. La Poste était un service public en avance à bien des égards. D’abord, pour la ténacité, la résistance et le caractère valeureux des femmes dans un milieu très hostile au travail féminin25. Or, Simyan, en partie par maladresse sans doute, traite les télégraphistes du Central qu’il essaye d’intimider, de « saloperies » et d’autres noms désobligeants que la police note et qui sont reprochés au sous-secrétaire d’État par ses collègues de la Chambre. Ce sont des jeunes femmes ou de jeunes veuves et cette attitude est inacceptable. Simyan essaie de produire, un moment, des excuses, mais il s’obstine dans les mesures de réorganisation du travail des postiers, en particulier ambulants, et il est finalement désavoué par le gouvernement. Son successeur, Millerand, réintégre les postiers sanctionnés et annule les mesures de réforme des services26. Au plus fort de la grève, Simyan est rattrapé par son passé, quand un de ses anciens camarades de l’époque des grèves du Creusot de 1899 publie une lettre ouverte dans le journal l’Humanité. Ce syndicaliste, Jacquesson, écrit27 : « M. Le Sous-secrétaire d’État, nous avons été camarades » ; il le décrit juché sur les épaules des ouvriers, haranguant la foule au Creusot et conspuant les Schneider, les « autocrates » [...] « il paraît aujourd’hui que c’est « l’autocrate » Schneider qui est devenu républicain [...] nous qui il y a dix ans nous sommes lancés dans la bataille, nous sommes frappés par les politiciens de votre espèce ». Simyan apparaît d’autant plus réactionnaire que nombre d’hommes politiques acceptent désormais la recherche de dispositions statutaires, chez les postiers comme chez les instituteurs, qui admettent le droit de grève interdit aux fonctionnaires. Simyan est aussi condamné publiquement par la Ligue des droits de l’homme pour les manipulations des dossiers administratifs de postiers28. finalement, la réputation de la famille Simyan à Cluny sera relevée par son fils (dit Nino), prénommé aussi Julien, officier, et par les deux fils de ce dernier (Jacques et Jean), qui tous trois s’engageront dans la résistance aux Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Le destin de Golliard rencontrera à nouveau cette grande famille, mais, comme on le verra (chapitre 5), il n’en fut pas conscient car les forces de la résistance clunisoise ne se connaissaient pas, tout en travaillant sur place dans le même but, la libération de la France.

  • 29 Préfet de la Loire qui est nommé secrétaire général au ministère, le 29 juillet 1909 (avec le nouve (...)
  • 30 Buré fut aussi membre du cabinet de Simyan.
  • 31 Authier est l’auteur d’un libelle intitulé La politique réactionnaire (imprimé à Bourg, Courrier de (...)
  • 32 AN, fi b1 776, chemise recommandations.
  • 33 Recommandation en juin 1909, « M. G. est un garçon très sérieux, très travailleur ; il prépare son (...)
  • 34 La pièce est datée du 23 novembre 1910, soit le lendemain de la nomination. Le rédacteur du secréta (...)

12Pour Alfred Golliard, la chute du gouvernement Clemenceau, en juillet, représente donc plusieurs choses : il est libéré de son travail pour le ministre, mais la pression s’accroît pour qu’il trouve un emploi décent : il ne peut se satisfaire de son poste de répétiteur à Jean-Baptiste Say. Il a posé sa candidature pour un poste de sous-préfet en mai 1909. Les pièces de cette candidature figurent à son dossier de préfet aux Archives nationales, mais ne mentionnent pas de recommandations particulières. On apprend par la correspondance de Golliard avec sa fiancée qu’il ne ménage pas, cependant, ses efforts pour décider Simyan à l’aider. Mais celui-ci ne veut rien savoir. Cela est probablement lié au fait qu’ils ne se sont pas très bien entendus (on ne dispose pas de documents sur ce point, mais il est peu douteux que Golliard n’a pas particulièrement goûté le style de Julien Simyan). Golliard connaît évidemment les bureaux – la direction du personnel à l’époque, secrétariat général tenu par le préfet Huard29 et, désespéré, il ne peut se résoudre à accepter le refus de Simyan de le recommander pour une sous-préfecture. Simyan se dérobe, refusant ainsi de parler de lui directement à Huard, le fonctionnaire chargé des nominations. Golliard fait le siège d’Émile Buré, chef adjoint du cabinet de Briand, ministre de l’Intérieur30. Il cherche désespérément à se faire repérer. Il tente aussi d’approcher les hommes politiques de l’Ain, notamment Eugène Chanal, dans l’espoir d’être nommé à Nantua, mais aussi Victor Authier, député de Bourg-en-Bresse et directeur du Courrier de l’Ain31. Authier et Chanal le recommandent32, ainsi que le sénateur Frédéric Desmons, franc-maçon réputé33. Entre le printemps 1909 et l’été 1910, la vie, pour Alfred Golliard est un calvaire : il est éloigné de sa fiancée Renée, qu’il ne voit que de loin en loin. Le père de celle-ci, Félix Bajard, ne se laisse pas convaincre pour donner son feu vert au mariage. Les deux fiancés ont un moment espéré que cela pourrait se faire dans l’été 1910, mais il leur faut patienter jusqu’en avril 1911 (fig. 5). Dans cette période, Alfred apparaît littéralement ballotté entre deux états d’esprit, on le dirait cyclothymique. D’un côté, il est désespéré, il perd confiance en lui, il dit « se débattre dans le vide », être une « loque », « faire des démarches inutiles » et de l’autre la présence et les lettres de Renée le transfigurent, lui donnent l’espoir d’un avenir ; il s’exalte dans la pensée qu’ils seront bientôt époux, pourront vivre leur amour et avoir les enfants qu’ils désirent, ce « naturel amour que Dieu délivre ». Il se force à réitérer ses démarches, il écrit de nouveau à Édouard Herriot, ce qui n’a pas de suite. Il a décidé de toute façon qu’il ne remettrait pas les pieds à l’école primaire supérieure. C’est peut-être de guerre lasse, grâce à cette ténacité, que finalement Julien Simyan, sans apparemment avoir donné une trace écrite de son appui, est intervenu ; Alfred argue qu’il pourrait s’agir de Bourg ou de Nantua, dans l’Ain, en dehors des terres de Saône-et-Loire. Une pièce du secrétariat général du ministère de l’Intérieur (Huard) indique finalement, au crayon bleu, le 23 novembre 1910, les mots « Golliard » et « Simyan34 ». Il est nommé le 22 conseiller de préfecture à Vesoul. Les deux fiancés s’écrivent : Alfred explique à Renée que c’est une solution raisonnable (Chanal lui avait promis une deuxième recommandation) et que cela ne l’empêchera pas de briguer plus tard un poste de sous-préfet ; ils auront au moins la certitude de revenus qui leur permettront de vivre en province (« la fin du cauchemar »). À ce moment, il cherchait encore du côté de postes à responsabilité dans un établissement public à Paris, rêvant d’une sinécure...

fig. 5 - Mariage d’Alfred et Renée Golliard, avril 1911. AF (autorisation JCB)

fig. 5 - Mariage d’Alfred et Renée Golliard, avril 1911. AF (autorisation JCB)

Des temps plus roses : le juriste devient l’ami de l’avocat, maire et ministre

13À tous égards, les années 1911-1912 se révèlent décisives. Alfred Golliard prend son poste de conseiller de préfecture de 3e classe à la mi-décembre 2010 (fig. 6), reçu par le préfet Georges Reboul. Il va pouvoir enfin se lancer dans la carrière à trente ans. Son identité professionnelle est celle d’un juriste de droit public et administratif. Alfred et Renée se marient en avril 2011. Renée attendra bientôt leur première fille, elle aussi prénommée Renée (surnommée Babet), née à Vesoul le 12 novembre 1912. Ils sont heureux mais ne roulent pas sur l’or. Au fond, sur le plan professionnel, tout commence à Vesoul pour Golliard : l’homme est, certes, très habité par la mission implicite qu’il s’estime devoir remplir, mais il est loin d’être encore « trempé », on le verra lors de son passage comme sous-préfet à Saint-Dié.

fig. 6 - AG en uniforme de Conseiller de préfecture de Vesoul (décembre 1910). AF (autorisation JCB)

fig. 6 - AG en uniforme de Conseiller de préfecture de Vesoul (décembre 1910). AF (autorisation JCB)
  • 35 AN, F1bI 1077.
  • 36 Archives départementales de la Haute-Saône [AD70], 5M 1, 5K5 pour les nominations ; 5K60 pour les d (...)

14Il connaît à Vesoul trois préfets : à part Reboul – qui quitte Vesoul en février 1911, mais est nommé à la direction du Personnel et du secrétariat général au ministère en février 1912, ce qui arrange bien les affaires de Golliard –, il a plus connu Etienne Coÿne, arrivé à Vesoul en octobre 1911. La première notation de Golliard par le préfet Coÿne, en 1911, est classique : « M.G. qui, me dit-on, est estimé de ses collègues, ferait un fonctionnaire sérieux et distingué35 ». La recommandation de 1912 est plus précise, quand Golliard a été nommé vice-président du conseil de préfecture : « esprit fin et distingué, d’une instruction générale étendue, a toutes les qualités voulues pour faire un bon sous-préfet. Je le considère comme appelé à une brillante carrière ». Que fait un conseil de préfecture ? Le préfet en est le président de droit ; un vice-président est désigné parmi les conseillers de préfecture pour le suppléer ; en novembre 1910, c’est Alfred Antoine, nommé le 9 mars 1909, qui jouait ce rôle à Vesoul et Golliard le remplace le 17 février 1912. Les Conseillers entament souvent une autre carrière après leur passage par le conseil, lequel est compétent pour juger toutes les affaires contentieuses relevant de l’État et des collectivités publiques : c’est l’ancêtre du tribunal administratif. Les Archives de la Haute-Saône36 conservent les pièces de cette activité, minutieuse et obscure, laquelle touche en même temps une variété infinie de domaines, y compris la validation des budgets, les élections, etc. Le conseil exerce la tutelle du préfet sur tous les actes des collectivités locales. Prenons deux exemples de ce travail ingrat sur la régularité duquel se fonde la République.

15Le premier concerne une affaire venue en audience le 13 juillet 1912. Il s’agit de la vérification, contestée, de la régularité des dernières élections municipales, dans la commune de Magny-lès-Jussey. Il y a plusieurs étapes dans l’instruction, au cours de laquelle de nombreux témoins – notamment ceux ayant procédé au dépouillement des urnes – sont entendus. Il s’avère au cours de l’enquête qu’un différend étant apparu dans le comptage, un bulletin de vote a été déchiré pendant la procédure et il s’agit de savoir si on l’a bien compté et s’il était régulier. L’audience du 13 juillet 1912 instruit l’affaire, mais elle ne tranche pas encore. La seconde affaire, du 19 juillet 1912, concerne aussi les élections, mais ici, sous l’angle d’une corruption éventuelle. Il s’agit de la commune de Chancey. L’enquête, cette fois, porte sur le fait que des bons de bienfaisance municipaux pourraient avoir été distribués à des électeurs, afin d’influencer leur vote, et des menaces de licenciement pour ceux qui ne voteraient pas pour une liste donnée. La contre-interrogation des témoins est diligentée et l’affaire est mise en délibération. À ce régime, Golliard est vite devenu un juriste de premier ordre et cela sera confirmé quand il sera secrétaire général à Strasbourg (chapitre 2). Il rencontre, autour du conseil, les notabilités du lieu. À l’époque, Paul Morel est avocat et maire, et il fait sa connaissance en tant que représentant au conseil du département. Cette rencontre est essentielle.

Paul Morel et Alfred Golliard : quelle histoire ?

  • 37 En particulier avec le soutien du ministère du travail et des affaires sociales, qui nous a permis (...)
  • 38 Il y a trois périodes distinctes. Golliard rejoint le sous-secrétaire d’État à l’Intérieur Morel co (...)
  • 39 Cette fréquentation durera jusqu’après la mort de Golliard à Hartheim et l’après-guerre, puisque le (...)
  • 40 Voir sa biographie dans Olivier Verdier et Jean-Claude Grandhay, Élections et élus en Haute-Saône ( (...)

16Au départ de la présente biographie d’Alfred Golliard, plusieurs chantiers historiques potentiels s’ouvraient. L’un d’entre eux, compte tenu de notre spécialisation dans la protection sociale, était de travailler en profondeur cette période qui voit se marier les destins de l’assistance publique et des assurances sociales37. Méthodologiquement, l’affaire s’est révélée délicate. Il fallait d’abord s’assurer qu’on pourrait faire un lien, via les archives, entre les périodes38 où Golliard fut membre du cabinet de Paul Morel et les thématiques traitées par son patron en matière de protection sociale. Cela aurait supposé qu’on identifie des archives pour le sous-secrétaire d’État à l’Intérieur (puis au Commerce) Paul Morel et, dans un deuxième temps, qu’on y retrouve les traces de Golliard, ce qui aurait montré que ce dernier avait participé aux débats ou aux procédures concernés, dans les domaines de telle ou telle grande direction, comme la direction de l’Hygiène ou de l’Assistance. Cette perspective a dû être abandonnée comme chimérique. En second lieu, on aurait pu espérer qu’une biographie soit écrite : il est étonnant que, vu l’importance de l’action de cet homme politique, on ne dispose pas d’une biographie qui reste à faire. Les archives municipales de Vesoul, dont Morel (fig. 7) est le maire pendant vingt-cinq ans, ne gardent que des traces limitées du personnage, marqué par sa modestie. De nombreuses archives existent cependant, qui permettraient une investigation systématique du rôle de Paul Morel, lequel occupa de nombreuses positions de responsabilité, politique et administrative. Enfin, last but not least, notre recherche a mis au jour l’existence d’une amitié étroite entre Golliard et Morel et la fréquentation proche de leurs deux familles39. Cette deuxième dimension est, évidemment, centrale dans le présent chapitre. Le choix de maintenir la biographie de Golliard dans des limites raisonnables a amené à ne traiter ici que d’éléments succincts de repères choisis en fonction de ce qu’on peut reconstituer comme ce qui fut, de 1910 à la mort de Morel, en 1933, une relation d’amitié. La situation de Golliard en tant que participant marginal à la construction de la protection sociale est donc laissée de côté, pour un travail ultérieur. Il y a ici deux lignes d’investigation : l’amitié personnelle, d’abord et, d’autre part l’appréciation de leur complicité professionnelle, qu’il est difficile de démêler de la première, grâce aux papiers d’archives familiales et aux témoignages. Morel est né le 20 septembre 1869 à Vesoul ; fils de bijoutier, il perd sa mère à 7 ans. Après avoir fréquenté le lycée Louis le Grand à Paris40, il fait son droit à Dijon puis devient avocat et s’installe dans sa ville natale, à laquelle il reste très fidèle. Il en est maire depuis 1908, étant entré au conseil municipal en 1904. Il est par la suite aussi élu au conseil général (canton de Scey-sur-Saône). Jules Jeanneney est le député de la circonscription, et, quand il devient sénateur, Paul Morel candidate à sa place en 1909 et est élu, puis régulièrement réélu à la Chambre.

fig. 7 - 11 avril 1925, crise ministérielle [au centre, avec la canne, Paul Morel] : [photographie de presse]/[Agence Rol], BnF, département des Estampes et de la photographie, El-13 (1204)

fig. 7 - 11 avril 1925, crise ministérielle [au centre, avec la canne, Paul Morel] : [photographie de presse]/[Agence Rol], BnF, département des Estampes et de la photographie, El-13 (1204)

17Le destin de Golliard est lié aux postes ministériels de Morel, qui est membre de trois gouvernements successifs, sous Briand, puis Barthou (Golliard appartient au cabinet de Morel dans les deux premiers). C’est le dernier, de mars à décembre 1913 avec Barthou, qui a sans doute le plus marqué Golliard, puisque c’est son ministre de l’Intérieur, Klotz, qui l’a nommé secrétaire général à Avignon ; on ne sait pas s’il fréquenta à l’époque un collègue de Morel, Charles Dumont, mais ils en parlèrent plus tard quand Golliard fut nommé dans le Jura, car l’affaire du ralliement de quelques parlementaires radicaux à Barthou, contre l’avis du parti radical, fit grand bruit, et ces derniers, dont Morel et Dumont, furent exclus du parti radical, qu’ils ne rejoignirent jamais. Dans sa profession de foi pour l’élection de 1914 qu’il remporte, Morel argumente en faveur de « faire face aux charges nouvelles » dont celles liées à la préparation de l’armement, ainsi qu’à celles visant « le développement normal des services publics » [...]

[P]our réaliser aussi la promesse de justice fiscale qu’il a depuis de longues années inscrite dans son programme, le parti républicain doit chercher les ressources nécessaires dans la réforme d’un système de contributions, à la vérité productives, mais dont nul ne conteste plus les lacunes et les inégalités, et dans l’établissement d’un impôt sur le revenu qui, sans menaces d’inquisitions ni de vexations, [...] frappe la richesse acquise, et surtout le superflu d’une taxe progressive ».

18Il sera vice-président du groupe des députés maires. Aux élections de 1919, dans le groupe mené par René Renoult de l’Union des républicains, il n’est pas réélu. Mais, après cette interruption, il est élu en 1924 et préside le groupe de la gauche radicale. Il est alors président de la commission de l’administration générale, départementale et communale. Il est six fois sous-secrétaire d’État. En 1912, 1913, 1917 et 1919, il s’occupe tout particulièrement du budget du ministère de l’Intérieur. Puis, en 1925 et 1926, il est dans les cabinets Briand et Herriot, sous-secrétaire d’État aux finances et plus spécialement chargé du budget et des régions libérées. Le rétablissement en 1928 du scrutin d’arrondissement lui est fatal car il est battu par Gaston About. À 59 ans, il ne se représentera plus. Il meurt en 1933, à 64 ans, dans le grave accident de chemin de fer de Lagny.

  • 41 Journal Officiel, 2e séance du 13/03/1913, p. 1018-1019.

19Paul Morel a occupé de très nombreuses fonctions officielles dans des domaines liés à ses fonctions de maire, et à ce titre, en tant que responsable d’une bonne partie de la protection sociale de l’époque : pour simplifier, l’hôpital et l’assistance publique. On le trouve, par exemple, jusqu’à sa mort, parmi les membres élus du Conseil supérieur de l’assistance publique, président de l’Union hospitalière du nord-est de la France, président de l’association nationale des maires. Ses interventions à l’assemblée sont innombrables dans les années 1910 et 1920, souvent pour représenter ses ministres sur les aspects budgétaires. Il lui arrive aussi d’intervenir sur les questions des cultes, qui relèvent du ministère de l’Intérieur. À l’époque, ce qui concerne la protection sociale est réparti, pour simplifier, entre les assurances (lesquelles relèvent du ministère du Commerce) et l’assistance publique (qui relève longtemps du ministère de l’Intérieur, avant les réformes qui créent le ministère du Travail). Sur le plan local, Paul Morel se consacre tout particulièrement à un chantier de longue durée, la construction de l’hôpital de Vesoul, qui ne sera ouvert qu’après sa mort, et inauguré par Jules Jeanneney en 1935. La confrontation entre Morel, féru de laïcité, et le réactionnaire Barrès, à l’Assemblée nationale, parmi d’innombrables exemples, paraît typique de l’époque et de ses hommes politiques. Maurice Barrès fait examiner un amendement qu’il a déposé, en séance du 13 mars 191341, alors que Morel est sous-secrétaire d’État (Golliard étant membre de son cabinet). L’amendement porte sur la possibilité pour un seul administré dans une commune d’exiger la réalisation de travaux dans les églises de la commune financés par la caisse des monuments historiques. Morel accuse Barrès de vouloir reconstituer le budget des cultes et fait échouer son amendement. Les enjeux des lois de 1904 et 1905 sur les congrégations sont encore très vifs.

  • 42 Voir par exemple D. Renard, « Intervention de l’État et genèse de la protection sociale en France ( (...)
  • 43 Fascicule 142, p. 4-5.

20Comment expliquer, tant d’années après, la facilité avec laquelle Morel et Golliard s’entendirent ? La réponse de fond tient au fait qu’ils étaient deux juristes éminents et qu’ils se plongèrent, chacun de son point de vue, dans la politique locale concrète, celle qui donne lieu à l’engagement de dépenses publiques selon des normes contrôlées par des procédures précises, et en particulier, par la mise en œuvre de règles de tutelle des collectivités locales. Morel en tant que maire, homme politique et avocat, Golliard en tant que responsable auprès du préfet du conseil de préfecture, avaient un champ très large de travail en commun, travail qui leur tenait vraisemblablement à cœur, l’un pour ses administrés, l’autre pour le contrôle de l’intérêt général ; il s’agit en fait d’ailleurs de formes de l’intérêt général dans les deux cas. C’est ce qui explique le fondement initial de leur entente professionnelle, à Vesoul, puis, sur cette base, la proposition faite par Morel à Alfred Golliard de devenir son collaborateur à Paris, à l’occasion du départ de son chef de secrétariat particulier, Albert Vanney, nommé sous-préfet. Comme il le démontre au long de sa carrière politique, Paul Morel est un juriste émérite dans le domaine social, il administre des hospices et hôpitaux, il est spécialiste du droit et de l’administration de l’assistance publique, dont il connaît parfaitement la législation complexe et résout avec brio les difficultés – tout particulièrement, à l’époque, la question très délicate de l’articulation entre la législation, encore naissante, sur les assurances, à la suite de la loi sur les retraites ouvrières et paysannes (ROP42), et celle sur l’assistance publique aux vieillards. Il suffit pour s’en convaincre de suivre les multiples interventions du sous-secrétaire d’État Morel dans les séances consacrées au budget du ministère de l’Intérieur. Un hommage vibrant lui sera rendu juste après sa mort, par ses collègues du Conseil supérieur de l’assistance publique, en 193443.

Il fut l’une des lumières les plus vives de notre assemblée. Sa grande expérience des affaires publiques, acquise par sa longue participation aux affaires communales et départementales aussi bien qu’aux grands services de l’État, lui avait permis d’acquérir une compétence rare et précieuse. Maire de Vesoul depuis 25 ans, [...] successivement sous-secrétaire d’État à l’Intérieur, au Commerce, dernièrement aux finances, Paul Morel, en toute occasion, apparut comme doué des hautes qualités intellectuelles et morales par où les chefs s’imposent à la sympathie de ceux qu’ils dirigent ou qu’ils contrôlent.
C’est en qualité de député qu’il entra en 1918 au Conseil supérieur de l’Assistance publique. Depuis les élections de 1923, il nous appartint comme représentant des établissements hospitaliers. À partir de 1931, il fut membre de droit du Conseil, en qualité de président de l’association des Maires de France.
Ai-je besoin, dit le président, de rappeler ici le zèle intelligent qu’il ne cessa de déployer dans les causes qui nous sont chères et la grande autorité que nous reconnaissions à ses précieux avis ? La mort d’un tel collaborateur fait dans notre assemblée un vide que nous aurons grand peine à combler. Nul d’entre nous ne perdra la mémoire des services que nous a rendus cet éminent Collègue ainsi que des sentiments de profonde sympathie qui l’unissaient à la plupart d’entre nous.

21C’est la rencontre bénéfique par excellence que fit Golliard dans sa carrière. En effet, Morel va engager son protégé sur une trajectoire favorable : après l’avoir appelé à son cabinet fin 1912, il le fait nommer secrétaire général à Avignon, à la veille de la Première Guerre mondiale. Il le reprendra auprès de lui après l’épisode du Vaucluse et il le pilotera en quelque sorte vers son premier poste de sous-préfet. L’opération est typique des fonctionnements de la préfectorale à l’époque. On verra, à l’inverse, que, quand le soutien vint à manquer, la carrière ne fut pas si simple (chapitre 2). La meilleure façon de comprendre ces circonstances favorables au couple Golliard est d’explorer les archives familiales. L’entente avec Paul Morel est racontée par Renée Golliard, son épouse, à ses parents, dans une lettre du 11 octobre 1912.

  • 44 Voir aussi la lettre de la mère de Renée, du 25 octobre, à son mari Félix : « Fredo prépare son dép (...)
  • 45 Il s’agit d’un poste de conseiller de préfecture de 2e classe : Golliard était 3e classe.

Chers Parents44,
Je vous écris de suite la bonne nouvelle pour vous faire partager notre joie à tous deux. Fredo revient ce matin d’une réunion du conseil d’administration du lycée en me disant : j’ai vu Morel, devine ce qu’il m’a dit [il m’a raconté] il s’en va à Paris avec 2000f de traitement plus son traitement de disponibilité de conseiller, c’est-à-dire 1000f plus 100f de voiture par mois (...) son traitement de conseiller est tout à fait une faveur il faut que Morel l’ait en bien grande estime car en dehors de l’argent, il reste de cette façon-là dans l’administration et il peut être réintégré sans retard. De plus, il a dit que de concert avec M. Reboul, il maintiendrait vacant le poste de Vesoul (...) bien entendu vous ne cherchez pas à quitter Vesoul pour avoir une 2e classe45, vous désirez bien quitter les conseils ? Sur la réponse affirmative de Fredo, il lui a répondu que c’était une affaire entendue et qu’il emploierait tout son pouvoir pour le tirer de là.

22Renée raconte ensuite pourquoi Morel « s’est attaché » à son mari. On découvre que c’est précisément en rapport avec l’échec relatif éprouvé quelques années plus tôt avec Simyan. Morel confie à Golliard :

  • 46 Une seconde classe, certes, mais il est difficile de savoir s’il s’agit d’une sous-préfecture ou d’ (...)

Dans toutes les conversations que j’ai eues avec vous, jamais je ne vous ai entendu dire une parole désagréable de Simyan. Un jour je vous disais que peut-être il aurait pu au moins vous donner une seconde46. Vous m’avez répondu que certainement s’il l’avait pu il l’aurait fait. Cela joint aux opinions que j’ai eues sur vous m’ont décidé tout à fait à vous tendre la main.

  • 47 « Soyez sans inquiétude, écrit-elle, c’est une affaire entendue avec Reboul, le mouvement paraîtra (...)

23Renée est convaincue que cette forme de pacte passé entre son mari et Golliard est une assurance absolue47. Sa conclusion livrée à ses parents est limpide : « Nous avons une chance monstre, pourvu qu’elle dure, mon Dieu ! ». Elle termine ainsi sa lettre :

Fredo partira à la fin de ce mois et je serai tranquille et contente. Satisfaction d’amour-propre car tout a contribué aussi à fonder l’opinion qu’on a sur lui. Notre installation, notre genre de vie, la sympathie que nous avons trouvée chez tout le monde, tout cela se répète et fait la réputation.

  • 48 AN, F1bI 1077. André Liautey, sous-secrétaire d’État à l’Agriculture de Léon Blum en 1936.
  • 49 Il apprendra la mort de Morel quand il sera à Strasbourg, mais il semble qu’il n’ait pas pu assiste (...)

24La rencontre avec Paul Morel bouleverse tout : le salaire, l’emploi, la carrière, le rapport avec la classe politique. L’entente étroite commence avec un homme politique honnête qui devient son ami personnel et qui lui confie souvent ses enfants au moment où (de 1912 à 1914) il s’entend mal avec son épouse – dont il finit par divorcer, aux torts de cette dernière, en 1916. La société locale de Haute-Saône lui fait aussi rencontrer Jules Jeanneney. Renée Golliard écrit à ses parents : « M. Jeanneney sénateur de la Haute-Saône est rapporteur du budget de l’Intérieur. Si le ministère chute, on prend presque toujours comme ministre de l’Intérieur le rapporteur. Morel et lui sont comme deux doigts de la main ». Il rencontre aussi le député André Liautey, qui le recommandera beaucoup plus tard48. Golliard est l’homme d’un tout petit nombre d’amitiés, comme il l’écrit à Herriot. Il restera toujours fidèle aux premiers hommes qui l’ont soutenu49, et à qui il s’ouvre de ses convictions. Pendant cette période, il se partage entre Vesoul et Paris, qu’il va devoir quitter pour le midi, nommé à Avignon, chez un préfet malade, Albert Lambert-Rochet. Cette nouvelle expérience, en grande partie inattendue, lui apporte une expérience décisive, tant politique qu’administrative.

Découvertes : La guerre à Avignon et avec Paul Morel à Paris (avril 1913-octobre 1918)

  • 50 Voir Bargeton, Dictionnaire des Préfets, op. cit., p. 464.

25Pendant l’époque où A. Golliard travaille dans le cabinet de Paul-Morel, essentiellement en 1912 et au début de 1913, nous pensons qu’il partageait son temps entre Paris et Vesoul, puisqu’il conserve son poste de conseiller avec l’accord du préfet Reboul, lequel est entretemps devenu directeur du personnel et du secrétariat au ministère50. Il est donc vraisemblable que le couple Golliard est passé de Vesoul à Avignon. Sur le plan familial, le séjour en Vaucluse est marqué par l’arrivée d’une deuxième fille, Michelle, dite Sichou, née le 27 septembre 1914. La mère d’Alfred lui écrit, à cette occasion, une lettre amère. Celle-ci est significative, tant elle éclaire les difficultés psychologiques éprouvées par le jeune Alfred, quand il vivait encore avec sa mère, veuve, après la mort de son frère Michel. La mère d’Alfred commence sa lettre du 28 septembre en faisant allusion au prénom que les parents ont choisi.

  • 51 Archives familiales. L’orthographe a été corrigée.

Mon bien cher petit51
 Je suis bien contente de l’arrivée de petite Michelle. Cela me fait bien plaisir que tu lui donnes ce nom. Je suis d’autant plus heureuse du moment que Renée va bien, que toutes deux se portent bien car je commençais à m’inquiéter car nous étions déjà le 27 et rien. Fort heureusement que la lettre n’est pas restée comme la dernière 3 jours en route car je serais toujours dans l’attente. Tant mieux que ce soit encore une fille. Vous ne serez jamais dans les inquiétudes de tant de mères qui sont aujourd’hui dans la peine et puis une fille est toujours à sa famille. Mon bien cher petit, remercie Dieu, oui n’oublie pas que Dieu te comble de ses faveurs, ta pauvre mère ne l’oubliera pas, oui remercions Dieu de tout notre cœur. Mon cher petit embrasse bien Renée, petite Michelle et surtout n’oublie pas ma petite Babet qui a toujours été si sage si gentille. Dis- lui que sa mémé ne l’oublie pas et que tous les jours elle parle comme elle est sage. Surtout ne la brusquez pas et ne lui imposez pas silence à cause de sa petite sœur. Petite Michelle s’habituera facilement au bruit que peut faire Babet. Mes amitiés à Mme Bajard et toi, mon cher petit, j’espère que tu m’écriras pour me donner des nouvelles, car tu mets un entêtement à ne pas m’écrire. Crois-tu que je n’ai pas assez souffert toute ma vie pour t’obstiner à ne pas écrire, la seule chose que je te demande ; je ne suis pas bien exigeante et pourtant c’est moi qui t’ai appris à former tes premières lettres. Que toute ma vie n’a-t-elle pas été consacrée à mes enfants. Je n’ai jamais détourné une seconde qui soit employée autrement que pour mes enfants, seule dans mon travail, je ne me suis jamais accordé aucune distraction, rien, réfléchis un peu à ma vie, elle n’est pas enviée, je t’embrasse bien fort, ta vieille mère. Signé : Vve Golliard.

  • 52 Voir notamment P. Jeambrun, Charles Dumont, Un radical de la Belle époque, Paris, Tallandier, 1985.
  • 53 Voir J.-T. Nordmann, Histoire des radicaux, 1820-1973, Paris, la Table Ronde, 1974, p. 182-186.
  • 54 Voir F. Monier, La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Édo (...)
  • 55 Père du préfet Roger Genebrier, lequel deviendra collaborateur étroit de Daladier quand il sera min (...)

26Alfred Golliard fut installé comme secrétaire général en Avignon en mai 1913 (nommé le 22 avril par le ministre Klotz, du cabinet de Louis Barthou, à la veille de la Grande Guerre). Cette décision fut directement liée à l’intervention de Paul Morel. Le ministère Barthou représente un tournant à plusieurs égards dans les gouvernements de l’époque. La présidence du Conseil lui est proposée par le président de la République Poincaré nouvellement élu en février. Sans évoquer ici les grands dossiers de ce gouvernement qui exerça du 13 mars au 2 décembre 1913 (en particulier, la réforme électorale et la loi sur le service militaire de 3 ans), il n’est pas inutile de souligner comment la rivalité des partis explique ce changement qui bénéficia à Alfred Golliard, via le truchement de l’action de son ami et mentor Paul Morel. Ces circonstances s’expliquent52 par le fait que Louis Barthou offre à des radicaux des postes ministériels dans le cabinet qu’il forme alors (notamment Alfred Masse, Jean Morel, Louis-Lucien Klotz, Étienne Clémentel, mais aussi Charles Dumont). Paul Morel, dans ce lot, faisait, comme Klotz (ministre des finances) partie du gouvernement précédent de Briand. Or, le parti radical avait édicté une interdiction de participation au gouvernement Barthou, et les hommes politiques qui le rejoignirent furent exclus du parti radical. C’est l’époque où, précisément, le parti radical rend plus rigoureuse l’appartenance à ses rangs. Paul Morel, pour sa part, est alors affilié à la Gauche radicale. Le parti radical, en janvier 1914, décide de rendre incompatible pour les députés l’appartenance à ce groupe parlementaire53. Klotz, avec Briand et Paul Morel, engagés dans la préparation du budget, continuèrent dans le nouveau cabinet, Dumont étant substitué à Klotz qui passa à l’Intérieur. Un autre aspect important du contexte de l’arrivée de Golliard à Avignon tient à la situation politique locale conflictuelle dans le Vaucluse, sans compter le fait essentiel que son préfet Lambert-Rochet est un protégé de Barthou, dont il avait été le sous-préfet à Oloron, et dont il avait épousé une des nièces en secondes noces54. Quand il est nommé, c’est pour remplacer Pierre Genebrier55, lequel, d’ailleurs, demandera à être réaffecté à Avignon lors de la mort d’Albert Lambert-Rochet en août 1917. Alfred Golliard est donc d’abord le secrétaire général de Genebrier, puis celui de Lambert-Rochet, puis, brièvement à nouveau de Genebrier, d’août 1917 à son départ pour Paris, époque où il prend les fonctions de chef de cabinet de Paul Morel en septembre.

27Albert Lambert-Rochet, né en 1863, est nommé préfet du Lot en 1909. Après un passage de conseiller de préfecture dans la Seine, en 1911, il est nommé préfet du Vaucluse pour y être installé le 16 mai, au moment où Genebrier, évincé, est installé en Savoie. Les élections législatives ont lieu à ce moment. En 1913, il y avait quatre députés dans le Vaucluse : Joseph-Gaston Pourquery de Boisserin à Avignon ; Louis Guichard, à Carpentras ; Auguste Lacour (remplaçant de Georges Laguerre), à Orange ; Louis Tissier, à Apt. Tissier et Guichard sont radicaux et, avec le sénateur Maureau, ils voteront contre la loi des trois ans, alors que l’autre faction autour du sénateur Guérin, les députés Lacour et Pourquery, votent pour. Sur l’intervention des sénateurs, en particulier Achille Maureau (sénateur de 1905 à 1920), et des députés, le préfet Pierre Genebrier et son sous-préfet d’Apt, Baré, sont déplacés. Edouard Daladier, l’ex-condisciple de Golliard, maire de Carpentras depuis 1911, parle de cette double mutation dans son journal hebdomadaire, Germinal, « journal républicain d’extrême-gauche », le 11 mai 1913 et accuse Pourquery « proconsul d’Avignon » et Maureau, le sénateur du Vaucluse, qui a dénoncé le sous-préfet dans un congrès radical.

  • 56 Monier, La politique.., op. cit.

28Cette affaire illustre de façon typique la politisation, tout à fait habituelle, d’intérêts particuliers, orchestrée par le personnel politique local. C’est un règlement de comptes classique entre préfecture et personnel politique, comme on le verra bientôt pour celui qu’essuya Golliard à Saint-Dié en 1925, au moment du Cartel des Gauches. Le gouvernement aurait sacrifié Genebrier pour satisfaire Pourquery et son allié Lacour, député d’Orange, et le sous-préfet pour satisfaire Maureau et Tissier, déclare Barthou56. La guerre se poursuit toutefois au conseil général, où le sénateur Maureau cherche à faire supprimer du budget voté les frais d’entretien de la sous-préfecture d’Apt, ce qui manque, par ailleurs, de faire échouer le voyage du président de la République Poincaré, qui a finalement lieu à Avignon en octobre.

  • 57 Archives départementales du Vaucluse [AD84], 3M279.
  • 58 Il poursuit : Daladier « n’aurait de chances sérieuses de succès que si la réaction faisait bloc su (...)

29Daladier, maire de Carpentras, échoue dans sa candidature à la députation en 1914. Le préfet Lambert-Rochet active ses sous-préfets pour qu’ils « préparent » les élections et favorisent les candidats du gouvernement. Il leur rappelle que cette tâche leur incombe57. A. Golliard est chargé par son préfet de rappeler la circulaire confidentielle de Klotz du 11 août 1913 qui insiste sur le fait qu’« il importe [que ce travail] soit fait personnellement par vos soins ; que toutes les indications qui y seront contenues aient été au préalable très minutieusement vérifiées et qu’elles soient, au moment où elles seront fournies, un tableau exact de ce que pourra être à vos yeux la situation politique de votre Département [sic] ». Golliard rappelle donc aux trois sous-préfets qu’il leur faut répondre avant le 20 août. Sans responsabilité territoriale directe, il se familiarise avec ces pratiques, qu’il ne connaît pas encore. Cela entre dans son apprentissage. On ne saurait dire que le sous-préfet de Carpentras s’est alors illustré par sa perspicacité. En septembre 1913, ce dernier se borne à présenter la version des choses qu’il pense que le gouvernement souhaite. Il écrit que le député Guichard « sera ardemment soutenu [...] surtout dans la population agricole à laquelle il appartient par ses origines ». Se mobilisant contre l’« action dissolvante que ne manquerait pas d’exercer le petit groupe de pseudo-républicains qui s’agitent à l’heure actuelle autour de M. Daladier », ce sous-préfet prédit que « la situation politique de ce dernier est au surplus gravement compromise à la suite de la plainte qui vient d’être déposée contre lui pour des fraudes électorales que personne ne peut contester ». Au total, il conclut : « M. Daladier est désormais sans autorité comme sans avenir ». On ne sait pas, malheureusement, ce qu’a pu penser le jeune Golliard de cette prédiction qui se révélerait si fausse58.

  • 59 AD 84, 1M 896.

30La mission du secrétaire général est d’être un organisateur. Il lui revient donc de mettre en place toute la logistique nécessaire aux visites, sous la responsabilité du préfet, en liaison avec la mairie. C’est le cas pour celle de Poincaré (fig. 8) dans le midi, à Arles et à Avignon. Le préfet rencontre le président à Paris en octobre, mais les préparatifs ont lieu en juillet avec l’état-major du président et Golliard. À Avignon, le président distrait quelques minutes de son temps pour s’entretenir avec les épouses, dont Renée Golliard et Mme Lambert-Rochet, ainsi que les épouses des élus59. Des mesures particulières sont prises afin de repérer d’éventuels anarchistes espagnols. Il y a évidemment un protocole compliqué de voitures organisant les hiérarchies ; on a mis les trois députés Lacour, Guichard et Pourquery avec le sous-secrétaire d’État aux finances, et Golliard est dans la dernière voiture avec le vice-président du Conseil général et un lieutenant-colonel. À Strasbourg, Golliard deviendra un orfèvre de l’organisation des visites – lesquelles, en 2019, représentent toujours une part notable de l’activité des préfets... L’exercice de sa mission par A. Golliard est cependant d’emblée particulière : on l’apprend par une lettre de 1937 de Louis Gros, alors sénateur, lequel en 1913, n’était encore qu’inspecteur du travail à Avignon et travaillait étroitement avec le secrétaire général sur le droit social émergent.

fig. 8 - Mr. Poincaré au rocher des Doms à Avignon : [photographie de presse]/[Agence Rol], BnF, département des Estampes et de la photographie, EST EI-13 (311)

fig. 8 - Mr. Poincaré au rocher des Doms à Avignon : [photographie de presse]/[Agence Rol], BnF, département des Estampes et de la photographie, EST EI-13 (311)

Lettre du sénateur maire d’Avignon, Louis Gros, au ministre Marx Dormoy60

  • 60 AN, F1bI 1077. 16 octobre 1937. Cette recommandation n’eut pas de résultat.
  • 61 Voir chapitre 3 ci-après ; il s’agit d’Henri Léculier, sénateur du Jura.

« Mon collègue Lécuyer [sic61] m’informe qu’il a fait auprès de toi une démarche en faveur de son préfet, Golliard, pour lequel il sollicite une deuxième classe sur place. Je me joins volontiers à lui pour cautionner M. Golliard que j’ai vu à l’œuvre en Vaucluse, pendant plusieurs années, pendant la guerre, où comme secrétaire général, il assurait la charge de Préfet, celui-ci étant malade et absent la plupart du temps. Golliard est un républicain, d’opinion avancée (souligné) extrêmement courageux, très loyal et très sûr (souligné), avec cela administrateur de premier ordre. Tu me feras un grand plaisir en accédant au désir de l’ami Lécuyer et tu feras d’autre part œuvre utile, car tu n’es pas sans connaître la situation particulière du Jura. C’est une démarche que je fais volontiers et je te demande de faire tout ce que tu pourras pour Golliard, bien cordialement à toi ».

  • 62 AD 84, 2M 16.
  • 63 Lequel traite des règles de préséance dans les cérémonies.
  • 64 AD 84, idem.

31La santé défaillante de son préfet représente, du point de vue pratique, une chance pour Golliard, dont les archives du cabinet du préfet en 1913-1917 démontrent que le préfet lui délégue très régulièrement ses pouvoirs et sa signature. Dans un poste clef de sa carrière (c’est une préfecture de troisième classe cependant, qui comprend deux divisions et cinq chefs de bureau dont un fait fonction de conseiller de préfecture), il apprend la grande diversité des tâches, alors qu’il est encore un « débutant ». Les péripéties de l’éviction, puis du retour de Genebrier, le mettent bien au courant de ce rapport très particulier qui unit le corps préfectoral aux élus, lesquels « instrumentalisent » préfets, sous-préfets, et secrétaires généraux de la façon la plus discrétionnaire : ils les utilisent comme des serviteurs et, quand cela ne va pas comme ils veulent, ils n’hésitent pas à provoquer des scandales. Comme il est souvent mis à contribution au plus haut niveau, A. Golliard jouit d’une familiarité directe avec le personnel politique qu’il côtoie. Ce qui ne lui fait pas oublier la place symbolique qu’il occupe, comme l’illustre la mort du préfet Lambert-Rochet. Ce dernier meurt alors qu’il était en vacances et que Golliard devait, comme il le fit si souvent, à Avignon et ailleurs, « garder la préfecture ». C’est donc à lui qu’il revient de prendre les mesures pour organiser les obsèques. Une fois qu’il s’est renseigné sur les possibilités du calendrier, il lui faut traiter avec le ministère de l’Intérieur et la puissance politique locale, en l’occurrence, le sénateur Achille Maureau. Les archives du Vaucluse gardent à ce sujet plusieurs brouillons de télégrammes du 1er août 191762. Dans le premier, Golliard confirme son précédent télégramme du 29 juillet pour indiquer que l’inhumation provisoire aura lieu, mais qu’il doit s’entendre avec le sénateur Maureau, absent du département ; il demande des instructions quant à l’application du décret du 16 juin 190763. Dans le second, il demande la permission au sénateur : « Obsèques pourraient être fixées à vendredi 3 août à quatorze heures. Stop. En vue mesures à prendre, vous serais obligé me faire connaître télégraphiquement si n’avez pas d’objection à présenter. Stop. Vous prierai également m’aviser de votre arrivée. » (fig. 9)64.

fig. 9 - Brouillon du télégramme au sénateur Achille Maureau, 1er août 1917. AD 84, 2M16 (dossier préfets)

fig. 9 - Brouillon du télégramme au sénateur Achille Maureau, 1er août 1917. AD 84, 2M16 (dossier préfets)
  • 65 AD 84, 1M 856.

32Lors de la mobilisation, Alfred Golliard, toujours mal à la l’aise avec son statut de réformé, se porte à nouveau candidat pour être incorporé (décembre 1915), mais est maintenu comme affecté spécial en tant que secrétaire général. Il vit mal sa réforme et son affectation spéciale (que le fantaisiste Lallemand lui reprochera à Lons d’une façon éhontée, voir chapitre 3). Le secrétaire général est en quelque sorte l’intendant, l’homme à tout faire, et le remplaçant potentiel du préfet. Golliard se révèle un secrétaire général omniprésent et très dévoué, si l’on en croit les archives. Le 2 août 1914, au début de la guerre, le gouvernement a édicté, pour les préfets, l’obligation d’envoyer deux courriers au gouvernement par jour65. Le préfet écrit le 3 août : « Les opérations de mobilisation continuent avec ordre », « population pleine d’enthousiasme et de confiance dans l’armée et les chefs » ; « mais nouvelle d’une certaine gravité publiée dans presse, que je ne peux confirmer ». Le 4 août, il applique l’état de siège et rapporte que le télégramme présidentiel « a déchaîné l’enthousiasme, acclamations de la part de la population toute entière ». Dès le 7, les trains rapatrient de nombreux évacués : « 3 trains viennent de Lyon rapatriant 2.500 Italiens ; grand nombre de vieillards, de femmes, d’enfants ; affamés, violentes manifestations dans certaines gares, à leur passage, je me suis rendu immédiatement à la gare, avec mon secrétaire général ; toutes mesures ont été prises par mes soins d’accord avec autorité militaire tant pour assurer l’ordre, que pour ravitailler sommairement ces Italiens ». « Six cents [unités ?] de pain leur ont été distribuées. Les enfants ont reçu des quantités de lait suffisantes. C’est au milieu d’acclamations vibrantes de reconnaissance, aux cris de vive la France, que les trois convois ont repris la route de Marseille ».

33Le 8 août, le préfet se félicite de la manière de servir d’Alfred Golliard :

Je profite de quelque répit donné par les événements pour vous signaler l’activité et le dévouement de tout ce monde autour de moi dans l’œuvre de la mobilisation et de guerre. Le secrétaire général M. Golliard a siégé en permanence depuis le premier jour, assurant avec une persistance inlassable [...] un service de jour et de nuit ». Le lendemain, il répète : « Je trouve M. Golliard le plus actif, le plus précieux des collaborateurs [...] il a institué un service pour diffuser et afficher le bulletin des communes vers 5 h du soir, les villages les plus éloignés le reçoivent le lendemain [...] dans certains cas, tels par exemple la « prise Altkirch et Mulhouse », j’adresse, par les voies télégraphiques directes, des télégrammes reprenant les communiqués officiels.

  • 66 AD 84, 1M 902. Rapport Lambert-Rochet, présenté à la session du conseil général du 1er mai 1916 (37 (...)

34Entre le 9 et le 18, des convois d’évacués italiens continuent de passer par Avignon, puis ce sont des convois de blessés, venant d’Altkirch et de Mulhouse. Préfet et secrétaire général se rendent à la gare à chacun des passages de convois, essayant d’améliorer le service médical. Un opuscule de 191666, édité sous le timbre « œuvres de Guerre de la Préfecture du Vaucluse » relate, du point de vue de l’autorité préfectorale, l’engagement des deux années précédentes.

La mobilisation a été décrétée le 2 août 1914. Dès les premiers jours des hostilités, la population du département du Vaucluse, plus que d’autres et en dépit de son éloignement du front de combat, ressentit brusquement les tragiques conséquences de la guerre. Les enfants du Vaucluse, pour la plupart enrôlés dans la 59e brigade, et plus particulièrement au 58e de ligne, se trouvèrent engagés, dès le début, dans les affaires meurtrières de Blamont et de Cirey et sur les champs de bataille voisins ». En même temps que les deuils, poursuit le rapport, « on voyait arriver, à Avignon, les premiers convois de réfugiés belges, français et alsaciens ». « Dès la première heure, la Préfecture du Vaucluse a eu la claire vision de son rôle, la compréhension très nette de sa mission officielle comme de ses obligations plus intimes et plus personnelles. [les autorités] offrent, aujourd’hui, à l’heure où elles le doivent, au Conseil général, à toutes les Municipalités qui les ont soutenues dans leur tâche parfois ingrate, ainsi qu’à tous leurs donateurs coutumiers ou occasionnels, le compte moral de leurs opérations.

35Le préfet explique qu’il a ouvert à son cabinet un « bureau spécial, des réfugiés et des dons » et son rapport rend compte des sommes reçues, qui furent gérées sous la direction personnelle de son épouse. Les épouses sont en effet associées, notamment au soutien des prisonniers de guerre en Allemagne : chacun reçoit deux paquets par mois et l’empaquetage est fait à la préfecture « par un groupe de dames dévouées, parmi lesquelles je retrouve encore Mesdames Serre, Golliard, Euvrard, Gras, Duhalde, Formentin, Mme Carcassonne, aidées de réfugiées de bonne volonté ». Dans ces circonstances, « les soldats des pays envahis, qui retrouvent leurs familles parmi nos réfugiés, – et ils sont nombreux – sont logés en ville par nos soins, nourris à l’Archevêché et secourus à l’arrivée et au départ ». Parmi d’autres personnes remerciées, figure notamment la femme du pharmacien, Mme Gras, dont le mari alimente la provision des médicaments, mais aussi l’inspecteur du travail Louis Gros, et les demoiselles Kahn, réfugiées ; le préfet précise :

Je dois, avant tout autre détail, rappeler que mon premier et distingué collaborateur, M. Golliard, secrétaire général de la préfecture, a été le bon ouvrier, vigilant et actif de l’installation de l’administration des 8.000 réfugiés qu’a reçus le Vaucluse ; je dois avant tout rendre hommage à la fermeté qu’il a déployée, égale à sa sollicitude – et aussi à sa patience.

  • 67 AN, F1bI 1077. Extrait de la délibération du conseil général du 3 septembre 1915.

36Nous allons revenir sur les opérations concernant les réfugiés, mais ajoutons que les félicitations adressées au secrétaire général seront reprises dans une délibération du conseil général, que le dossier personnel du préfet Golliard a conservée67. Le secrétaire général vit toutes les étapes de la guerre et assume aux côtés ou à la place de son préfet, la gestion des très nombreuses décisions gouvernementales concernant le suivi de l’opinion publique et l’information, le ravitaillement et les récoltes, les problèmes de pénurie, de censure, l’ordre public, etc. Soulignons pour terminer cette évocation trop superficielle des activités du secrétaire général trois aspects particuliers.

  • 68 AD 84, 1M 765.
  • 69 AD 84, 1M 753.

37Le premier tient à l’ambiance politique de l’époque concernant l’application de la laïcité. Son ami Paul Morel, ayant en charge les cultes, envoie une circulaire confidentielle concernant la surveillance de la congrégation des Jésuites, le 21 août 1913. Selon Morel, « il semble résulter d’un certain nombre de faits pour lesquels mon attention a été appelée que la congrégation des Jésuites, bien que légalement dissoute en France, n’aurait supprimé qu’en apparence son organisation sur le territoire68 ». Golliard rassemble les réponses des sous-préfets à qui il est demandé de « faire procéder » à « une enquête discrète et approfondie [souligné dans le texte] en vue de rechercher les établissements que la congrégation des Jésuites aurait pu y reconstituer ». Il est précisé que, « d’après la loi du 4 décembre 1902, qui a d’ailleurs confirmé la jurisprudence antérieure, un ou deux congréganistes peuvent constituer un établissement ». En l’occurrence les sous-préfets ont répondu négativement et le préfet répond à la circulaire Morel en indiquant qu’il n’y a qu’à Avignon que l’activité jésuite persiste, pour l’essentiel « dans l’établissement d’enseignement du père Bernard (groupement important – 10 Jésuites et 13 professeurs laïques – et qui ressuscite ouvertement une ancienne congrégation dissoute) ». Un autre incident montre le caractère très sensible de la question religieuse et de l’enseignement, incident qui serait passé inaperçu s’il n’avait été révélé par Le Nouvelliste de Lyon69. Le proviseur du lycée d’Avignon avait coutume d’inviter l’archevêque d’Avignon pour la cérémonie de première communion, mais le prélat s’abstenait diplomatiquement de se rendre à l’invitation. En 1913, le proviseur, récemment nommé, est entraîné dans une polémique que le préfet Lambert-Rochet, qui vient d’arriver, est contraint d’expliquer au ministère de l’Intérieur, en blâmant le proviseur pour son « imprudence indéniable ». Le proviseur, de son côté, se défend en arguant que la cérémonie existe depuis 1906. Il ajoute, défendant une conception exigeante de la laïcité : « Je ne crois pas avoir besoin de vous dire que si des élèves protestants ou israélites avaient eu à célébrer au lycée une cérémonie religieuse analogue, je me serais également fait un devoir d’y assister ; c’est ainsi que le 11 mai dernier, sur l’invitation de M. le Pasteur, je me suis rendu au temple de la rue Joseph Vernet où trois de mes élèves faisaient leur communion selon le rite protestant. »

  • 70 AN, F/22/584/A. dossier Vaucluse.
  • 71 AD 84, 10M 19.
  • 72 AD 84, 10M 28.
  • 73 AD 84, 1M 856.

38Un deuxième domaine, intéressant et innovateur, mobilise aussi, à partir de 1916, le secrétaire général Golliard : il s’agit du droit du travail. À Avignon, l’inspecteur du travail, à l’époque Louis Gros, est particulièrement actif : il favorise la création d’un des premiers offices départementaux de placement de France, en mai 1916, par le conseil général, avec l’accord du préfet Lambert-Rochet ; Louis Gros y est nommé à ce moment70, avec l’accord de l’inspection départementale du travail des Bouches du Rhône. En 1917, Alfred Golliard siège (avec Gros) et les délégués du conseil général, à la commission paritaire patrons/ ouvriers de l’Office. Une délibération71 décide la création d’un fonds départemental de chômage, lequel aurait pour objet « d’indemniser les travailleurs subissant un chômage anormal dû à l’état de guerre, dans toutes les communes du département qui demanderont à y participer et qui rempliront à cet effet les conditions réglementaires » (circulaire du président du Conseil aux préfets du 20 août 1914)72. Il est tout à fait intéressant de constater que les réfugiés et évacués, même s’ils sont étrangers, sont inclus dans le processus d’insertion sur le marché du travail, comme le note en septembre le préfet73 :

Une soixantaine d’évacués belges sont arrivés en gare et ils sont installés dans une annexe du lycée d’Avignon ; la population leur fait un accueil sympathique » ; « près de la moitié de ces évacués ont déjà trouvé de l’ouvrage » et « M. l’inspecteur du travail que j’ai chargé spécialement de cette mission s’occupe de provoquer de nouvelles offres de travail.

  • 74 AD 84, 10M 28.

39Quand on examine, vingt ans plus tard (voir chapitre 2), à Strasbourg, les conditions de l’accueil des réfugiés et des étrangers, puis à Lons, en 1939 (voir chapitre 3), on ne peut qu’être frappé d’une évolution historique considérable. C’est certes le hasard de sa présence dans le Vaucluse qui met en contact Alfred Golliard avec une innovation destinée à se développer, mais, comme l’illustre la lettre citée plus haut de Louis Gros, qui est, pour sa part, l’innovateur social, les deux hommes ont établi une communauté de travail à orientation progressiste. Louis Gros est maire socialiste d’Avignon en 1925, puis de 1928 à 1940 et en 1944-45 ; il est aussi député SfiO du Cartel en 1924 (secrétaire de la Commission du travail). Il battra en 1935 le sénateur radical Serre et siègera au Sénat au moment du Front populaire. C’est alors qu’il écrira la lettre citée plus haut, pour soutenir Golliard, maintenant préfet du Jura. La présence de Golliard dans le Vaucluse est également pour lui l’occasion de se confronter au développement des grèves dans un département qui n’y était pas jusqu’alors habitué. Deux grèves sont particulièrement intéressantes, dont son préfet tire prudemment les leçons, en été 1914, celle des confiturières et des charretiers, à Apt, en juin 191474. Lambert-Rochet est surtout soucieux de minimiser l’impact de l’action syndicale, dont il prétend qu’elle « n’a été pour rien dans la détermination des grévistes. ». Il ajoute :

La poursuite commune des mêmes améliorations des conditions de travail, les résultats partiels obtenus avec une surprenante facilité, et qui sont loin d’être négligeables, ont donné à la classe ouvrière aptésienne une conscience nouvelle de ses besoins communs et lui ont certainement inspiré un sentiment exagéré de sa cohésion et de sa force.

40Quoi qu’il en soit, Golliard est aux premières loges pour suivre la façon dont les conseillers généraux, et, secondairement, les sous-préfets et le préfet sont amenés à intervenir dans la résolution des grèves : là encore, il apprend activement.

  • 75 Ce fut en particulier le cas au moment de l’afflux des réfugiés espagnols en janvier 1939. À cette (...)
  • 76 Sur ces questions des réfugiés dans la Grande Guerre, voir J-C. Farcy, Les camps de concentration f (...)
  • 77 Voir notamment la circulaire qui parle de « bouches inutiles » et « d’indésirables », circulaire cl (...)
  • 78 Farcy, Les camps.., op. cit.

41Mais le domaine particulier dans lequel il apprend le plus à Avignon est sans conteste celui des réfugiés, car il y est mobilisé dès les débuts de la guerre. Il a énormément appris sur la question des Alsaciens-Lorrains qui sont au premier plan de la question, et dont il existe encore, en 2019, une mémoire amère chez certains d’entre eux à propos d’une période de refuge dont certains parlent comme d’une « déportation ». C’est seulement avec le recul que le thème des réfugiés apparaît spécifique dans la carrière de Golliard et c’est à Avignon, avec le hasard initial de la guerre, qu’il entre dans un sujet qui le poursuivra en quelque sorte. Dans toutes ses affectations, il mettra, c’est incontestable, son dévouement, son obstination, son travail inlassable au service de l’organisation de l’accueil des réfugiés, étrangers ou français. Un des mots qu’il emploie constamment à leur égard dans les courriers administratifs fut : « ces malheureux ». Il ne fait pas de doute que de nombreux préfets des années 1920 à la fin des années 1930 ont consacré une part notable de leur temps à la gestion des réfugiés75. L’examen rétrospectif du parcours d’Alfred Golliard montre, comparativement, qu’il s’est agi pour lui d’un engagement profond et personnel. Le symbole (voir chapitre 3) de cet engagement est sans doute le mieux illustré par le fait que notre personnage passe ses derniers jours de préfet à organiser le placement des réfugiés alsaciens juifs à Lons-le-Saunier et dans les villages alentour, avant d’être sanctionné par le régime de Vichy (voir chapitre 3). Comme les autres agents préfectoraux, l’administrateur Golliard s’habitue au vocabulaire d’époque qui accompagne le traitement des « évacués » et des « réfugiés ». L’administration est une grande productrice de ces catégories76 : « francophile », « suspect au plan national »« interné civil », « bouche inutile », « francophile pur », « indésirable ». Ces termes parsèment les circulaires77. Le secrétaire général utilise en particulier aussi le terme « camp de concentration ». Jean-Claude Farcy a souligné la genèse de cette utilisation, qui, si elle évoque l’histoire ultérieure, ne partage que la signification originelle de « regroupement»78.

  • 79 Ibid., p. 363.
  • 80 Pour le détail des convois, qui continuent jusqu’en 1918 (un convoi de personnes du département du (...)
  • 81 AD 84, 1M 858.

42Dans un premier temps, évoqué ci-dessus, au tout début de la guerre, les trains sont nombreux qui passent par Avignon, avec des évacués de diverses provenances, étrangers ou français, avec des blessés. Le préfet et son secrétaire général sont constamment requis pour des motifs d’ordre et de santé publique. Petit à petit, les choses prennent une autre forme d’organisation. À Avignon, les archives conservent la chronique des arrivées de convois amenant des personnes qui seront hébergées dans le Vaucluse. Ces hébergements conduisent inévitablement l’administration à opérer des classements en catégories diverses. C’est le cas en particulier des Alsaciens-Lorrains. Certaines catégories sont traitées dans un arbitraire indéniable, puisque l’internement ne relève que de l’exécutif79. Pour l’administration, il faut d’abord enregistrer toutes les personnes qui passent. Les instructions « relatives aux règles à suivre pour l’organisation dans les départements du service des évacués et réfugiés », très détaillées, sont signées par Louis Malvy au début de la guerre (sans date). À Avignon, c’est dans l’année 1915 que des convois, transportant environ 500 personnes chacun sont acheminés vers Avignon80. Le principe de la circulaire de Malvy est de privilégier le logement chez l’habitant pour les réfugiés français (ou alliés) et, à l’inverse, de prévoir des « locaux collectifs » pour ceux qu’on appelle alors « Austro-allemands », qui font partie des sujets qu’il faut surveiller. Le 10 septembre 1915, Golliard a établi un premier bilan validé par le préfet81.

Les réfugiés arrivés dans mon département depuis la mobilisation se décomposent ainsi : Français 5060 (2259 familles), étrangers 9 ; Belges, 139. Alsaciens de 17 à 60 ans évacués d’Alsace sur Besançon (hommes seulement, 1144 ; Alsaciens évacués des camps retranchés ou places fortes, 111 ; total actuel 6499).

  • 82 Il y a à l’époque 45 000 habitants à Avignon.

43Les chiffres de la préfecture de l’époque, comme d’ailleurs aussi dans les années 1930, ne sont pas souvent totalement rigoureux ; comme on le verra en 1933-1934 à Strasbourg (cf. chapitre 2), ce sont le plus souvent des flux et la distinction flux/stock, de même que la mise à jour rigoureuse, ne prévalent pas. L’année suivante le préfet évalue, au milieu de l’année, les réfugiés à 8 000 unités, ce qui représenterait en flux, à la fin 1915, 11 000 à 12 000 personnes82. Le gouvernement, qui a attribué des crédits, a d’emblée cependant invité les préfets à recourir à la charité publique et des dons viennent de nombreuses sources, y compris des collectivités extérieures au département qui se montrent solidaires, et auxquelles la préfecture adresse ses remerciements et des comptes rendus de dépenses. Les réfugiés sont invités à travailler, mais, quand ils ne sont pas au régime du « cantonnement » (logés et nourris en collectivité), ils perçoivent une allocation de réfugié. Cette allocation est amenée à se perpétuer au cours des divers épisodes où la France accueille des réfugiés, français et étrangers.

« Un grand nombre d’entre eux, d’ailleurs se livrent aux travaux agricoles et obtiennent ainsi des ressources supplémentaires [...] leurs réclamations toujours rares sont examinées avec la plus grande bienveillance [...] la plupart des réfugiés sont logés gratuitement, soit chez des particuliers, soit au cantonnement et, pour répondre aux instructions de votre circulaire du 11 août dernier, je dois vous signaler [...] [qu’on ne m’a jamais signalé] que des propriétaires aient exigé des loyers excessifs. Même à Avignon », commente Golliard.

  • 83 Cette expression se répandit dans les années d’entre les deux guerres, l’attitude vis-à-vis de la F (...)
  • 84 Selon J-C. Farcy, Les camps.., op. cit., les « indésirables » qu’on évacue de la zone des armées ou (...)
  • 85 Voir de nombreux exemples dans AD 84, 1M 138.
  • 86 Voir l’attitude de Mme Rivoire, directrice de l’établissement des Rousses, dans le Jura en 1939, qu (...)

44Apparemment, l’office national de la main-d’œuvre agricole est très actif pour recruter, y compris aux dépens de la régularisation des réfugiés par le suivi préfectoral. La main-d’œuvre manque. Chaque réfugié est interrogé et doit remplir une fiche comprenant des informations précises et un diagnostic récapitulatif (exemple : « est autorisé à travailler comme journalier » (fig. 10). Pour tous ces gens, la situation est évidemment temporaire et ils ont vocation à quitter le département. Les Alsaciens-Lorrains, pour leur part, connaissent alors un traitement particulier, très critiqué par certains. Au 16 juin 1915, 1 143 Alsaciens étaient arrivés, dont 280 environ avaient été rapatriés, 320 avaient été placés en dehors du département et 547 étaient présents ; la liasse 1M 871 des Archives départementales du Vaucluse s’ouvre pourtant par une lettre du préfet Valette, du 24 octobre 1918, qui dit qu’il y a encore 257 réfugiés alsaciens-lorrains dans son département, dont 71 touchent l’allocation. Dès que les conditions du conflit le permettaient, ceux qui avaient été évacués ont été pourtant autorisés à rentrer chez eux, sur une base individuelle. J-C. Farcy indique qu’il y eut de très nombreuses erreurs dans ces transferts. Pour ceux qui étaient contraints de rester loin de chez eux, se posa d’abord la question d’établir leur attitude politique « au point de vue national », comme on disait alors couramment83. Une commission de triage est envoyée à Avignon, du 13 au 18 décembre 1914, présidée par le conseiller d’État Blanc. Elle interroge les Alsaciens-Lorrains réfugiés qui, à cette époque, étaient logés dans un groupe scolaire, rue Thiers, et au séminaire (rue Annanelle). Elle utilise quatre catégories de classement : la première comprend les « otages arrêtés par l’autorité militaire, à maintenir au compte du ministère de la Guerre » ; la seconde est composée des Alsaciens-Lorrains reconnus d’origine française, « mais quelque peu suspects pour quelque motif que ce soit et qui doivent être mis en liberté, avec résidence fixée et obligation de se présenter périodiquement à la police locale » ; la troisième catégorie regroupe les Alsaciens-Lorrains « purs » [sic], c’est-à-dire sans aucun soupçon « du point de vue national ». Enfin, dans la dernière catégorie figurent les Alsaciens-Lorrains assimilables, par leur position politique nationale à des « Austro-allemands », c’est-à-dire des ennemis et non des alliés. En 1914, la Commission de triage d’Avignon avait reconnu tous les réfugiés examinés, sauf deux, comme Français, ce qui entraînait qu’on leur attribue une carte tricolore. Les « suspects », en plus des « Austro-allemands », avec d’éventuels éléments dits « indésirables84 », pouvaient être dirigés vers les camps de concentration. La préfecture du Vaucluse utilise alors celui de Brignoles (Var) et celui de Frigolet (Bouches-du-Rhône). Le secrétaire général coordonne des enquêtes sur les Alsaciens-Lorrains, lesquelles montrent, de même qu’avec la censure du courrier, que le statut d’Alsacien-Lorrain n’est pas une protection à toute épreuve, même avec la carte tricolore. Des courriers qui trahissent des sentiments pro-allemands, ou insuffisamment francophiles, peuvent être retenus contre ces Alsaciens trop tièdes ou qui écrivent à des parents plutôt germanophiles85. Si le préfet parle des Alsaciens-Lorrains comme d’une population très bien intégrée et bien reçue par la population vauclusienne, le secrétaire général se heurte cependant à des réticences dans certains cas : cette situation n’est pas étonnante, et on la retrouvera dans le Jura, en 1939, à propos de l’accueil des réfugiés espagnols (Chapitre 3). À Avignon, il y a ainsi des plaintes contre l’attitude des réfugiés alsaciens-lorrains, mais aussi en raison du danger sanitaire, un grand classique de l’opposition à l’accueil des réfugiés86. D’abord, il s’agit de l’archevêque, qui, visiblement, ne décolère pas du fait que son séminaire a été réquisitionné. Le prélat tente de s’allier avec le maire d’Avignon, Valayer, mais le 20 mars 1915 le préfet Lambert-Rochet ne se laisse pas faire par l’argument archiépiscopal selon lequel deux séminaristes seraient morts en raison d’une maladie infectieuse apportée par les réfugiés et il affirme que lors de l’évacuation des réfugiés, aucune maladie n’avait été découverte. Le parallèle peut aussi être fait, vingt ans après, entre l’attitude du sénateur Maureau d’Avignon, et celle, en 1939, du sénateur Dumont dans le Jura. À Avignon, Maureau écrit au préfet, tout à fait sans ambages, prenant la défense de l’archevêque :

  • 87 AD 84, 1M 871.

Je ne puis laisser plus longtemps mes Petits séminaristes [sic] hors de leur maison, dans l’incertitude d’une vie inoccupée, sans études, sans direction : les inconvénients les plus graves pourraient en résulter pour eux ; j’en ai déjà trop la preuve [...] le Petit séminaire autrement appelé École d’enseignement secondaire libre, n’est pas un établissement public aujourd’hui moins que jamais. Il ne m’appartient pas non plus de chercher et d’indiquer comment on pourrait loger des « réfugiés suspects » dans des établissements qui ont ce caractère87.

fig. 10 - fiche réfugiés 1914, Avignon. AD 84, dossier 1M 872, Alsaciens-Lorrains.

fig. 10 - fiche réfugiés 1914, Avignon. AD 84, dossier 1M 872, Alsaciens-Lorrains.
  • 88 Idem, 24 octobre 1914.

45La presse (L’Éclair)88 se fait l’écho de bruits qui prétendent que les Alsaciens « passent leur temps, de nuit et de jour, à boire et à chanter des chansons allemandes » et demandent qu’on rende les écoles aux enfants qui en ont besoin On ne doute pas que, dans la part essentielle que Golliard prend au traitement des réfugiés, il engrange tout ce savoir qui lui permettra d’agir quand il sera à Lons, en 1937, puis de nouveau en 1939, et enfin en 1940. Une partie essentielle de ses objectifs relie le fait de loger les personnes et celui de leur trouver des ressources et, si possible, un travail pour le temps qu’il faut. Dans cette tâche, il doit mobiliser les maires du département : cet aspect particulier du travail avec les maires, il l’accomplit avec l’aide de l’inspecteur Louis Gros. Ces compétences, précieuses, lui reserviront.

  • 89 Les relations qu’il entretint avec son ministre sont une inconnue de la présente biographie, car no (...)

46Pendant les quatre ans et demi que les Golliard passent dans la petite cité si agréable d’Avignon, leurs deux filles grandissent (fig. 11). Paul Morel n’abandonne pas son ami : il le nomme son chef de cabinet alors qu’il est de nouveau choisi, le 12 septembre 1917, comme sous-secrétaire d’État, cette fois-ci au Commerce, à l’Industrie et aux Postes, dans le gouvernement Painlevé. Ce gouvernement ne dure que jusqu’à la fin novembre 1917, et c’est Clemenceau qui lui succède, pour un gouvernement d’une exceptionnelle longue durée, jusqu’à la mi-janvier 1920. Dans ce gouvernement, Paul Morel est à nouveau sous-secrétaire d’État, cette fois à la Liquidation des Stocks, jusqu’à la fin novembre. Les archives familiales sont défaillantes sur cette période. Nous ne savons pas dans quelles circonstances la famille Golliard trouva à se loger à Paris. Paul Morel continue toutefois de s’occuper de son protégé. Quand Clémentel prend, dans le gouvernement Clemenceau, les responsabilités ministérielles que Morel avait dans le gouvernement Painlevé, il garde avec lui Alfred Golliard, comme adjoint à son chef de cabinet, à partir du 20 novembre 1917. Golliard demande sa mise en disponibilité à ce moment-là et continue vraisemblablement de travailler sur les dossiers qu’il suivait pour Morel. En mars 1918, Morel fait nommer son ami sous-préfet de Brive (1re classe) avec effet rétroactif au 24 novembre 1917, dans le mouvement préfectoral organisé par Pams, le nouveau ministre radical de l’Intérieur. C’est pour prendre date, car Golliard n’est pas installé à Brive. Il continue de travailler au cabinet d’Étienne Clémentel89 jusqu’au moment où il est nommé, à titre provisoire, le 26 octobre 1918, sous-préfet de Saint-Dié, où il prend ses fonctions le 1er novembre. Saint-Dié est encore à l’époque une agréable petite ville des Vosges, patrie de Jules Ferry qui y est enterré et y a son monument. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville deviendra une ville martyre, assassinée par les fuyards nazis retranchés dans les Vosges qui la détruiront systématiquement. Alfred Golliard devait y rester sept ans, jusqu’en octobre 1925.

fig. 11 - Babet (Renée) et Sichou (Michelle), les deux filles d’Alfred Golliard en 1916. AF (autorisation JCB)

fig. 11 - Babet (Renée) et Sichou (Michelle), les deux filles d’Alfred Golliard en 1916. AF (autorisation JCB)

Sous-préfet à Saint-Dié : la “reconstruction” dans le département et l’épreuve de la cabale (octobre 1918-octobre 1925)

  • 90 Devenu aujourd’hui nécropole nationale, il regroupe les corps des soldats morts pendant la guerre, (...)

47Sur le plan familial, on signalera que Claude, le troisième enfant d’Alfred et de Renée est né à Saint- Dié le 23 mars 1920 – Babet a alors huit ans et Sichou six. Alfred Golliard s’attachera profondément à ce fils brutalement arraché, quand ce dernier fut fait prisonnier en 1940 ; il ne le revit jamais, comme il en eut le pressentiment (chapitre 4). Les Golliard doivent alors s’insérer dans un tout nouveau milieu, après le caractère délicieux de la cité d’Avignon. C’est le lot des agents de la préfectorale. Saint-Dié est une fière cité qui, au moment de la Première Guerre mondiale, est la petite ville la plus proche des zones de combat : la sous-préfecture est donc chargée de la reconstruction du département et des célébrations nombreuses qui accompagnent l’érection de monuments aux morts, pour lesquels le sous-préfet est constamment mobilisé afin de prononcer un discours, généralement dominical. L’un des premiers discours qu’il prononce se situe le 1er novembre 1920, au cimetière des Tiges90.

  • 91 Vraisemblablement Jules Jeanneney (gouvernement Millerand).

J’aurais voulu, m’abandonnant tout entier à la sainte émotion qui nous étreint à cette heure, me recueillir dans le silence et écouter les voix qui montent pour nous de ces tombes comme un suprême enseignement. Mais j’ai le devoir d’apporter à nos morts l’hommage du Gouvernement de la République et en son nom de proclamer la dette de reconnaissance qu’a contractée envers eux comme envers leurs familles la Nation toute entière. Le gouvernement et c’est son honneur, en plein accord avec les sentiments les plus intimes du pays, a tenu à inscrire dans ses lois l’obligation pour toutes les communes de France de célébrer en ces jours de commémoration des défunts une cérémonie consacrée à la glorification des morts de la Grande Guerre. C’est pour satisfaire à cette obligation que votre municipalité nous a conviés aujourd’hui en ce lieu et que tous, dans un même sentiment de gratitude, nous sommes venus, répondant à son appel, nous recueillir sur ces tombes, et, en nous inclinant respectueusement sur les restes sacrés qu’elles renferment, rendre un pieux hommage à la mémoire des quinze cent mille Français tombés pour la défense de la Patrie.
Il n’est pas d’ailleurs, Messieurs, pour la France victorieuse de plus impérieux devoir que celui d’honorer et de célébrer le souvenir de ses fils qui ont souffert et qui sont morts pour elle. En vouant à nos héros un culte pieux ; en veillant sur leur mémoire avec un soin jaloux, afin que nul d’entre nous ainsi que nul de ceux qui viendront après nous, ne soit tenté de jamais oublier, nous ferons mieux en effet que de reconnaître notre dette envers eux ; nous permettrons aux grands sentiments qui les guidèrent et les soutinrent à l’heure du suprême sacrifice, nous permettrons dis-je à ces grands sentiments de survivre et de se développer en nous, de germer et de s’épanouir demain dans le cœur de nos enfants et de porter dans l’avenir tous leurs fruits pour le plus grand bien de notre Patrie.
Quel lieu, Mesdames et Messieurs, pouvions nous choisir pour commémorer les morts de la Guerre, qui fut plus évocateur que le cimetière des Tiges ? Ici reposent héros anonymes, ceux qui après avoir vaillamment défendu notre Cité, tentèrent dans un suprême effort d’en chasser l’envahisseur, et tombèrent sur place jusqu’au dernier plutôt que de reculer. Nul d’entre vous n’a oublié ces heures tragiques qu’évoquait, hier encore, le Sous-secrétaire d’État à la Présidence du Conseil91, en remettant solennellement à votre héroïque cité la Croix de Guerre que lui a valu votre courageuse attitude.
26 août 1914, jour néfaste. Au matin, la canonnade, les obus tombent sur la ville ; nos troupes battent en retraite, refluant de tous côtés. Vers dix heures, les premiers détachements allemands font leur apparition. Alors commence, horrible et sanglante, la bataille des rues qui dure toute l’après-midi, reprenant le lendemain avec plus de violence et se prolonge pendant toute la journée du 27 où nos troupes qui luttent magnifiquement, pied à pied, sont contraintes de se replier dans la direction du passage à niveau des Tiges. Et puis, écrit un historien dont le fils entre tant d’autres, joua un rôle héroïque dans ces combats, et puis, la nuit tombe. Une troupe qui était allée jusqu’au bout de la rue de la Balle, revient alors au pas de parade et le bruit des lourdes bottes allemandes, frappant le sol en cadence met l’angoisse et la rage au cœur des habitants qui écoutent dans leurs demeures. L’occupation de la ville était un fait accompli. [...] De tous côtés, les incendies lugubres s’allument ; les maisons flambent comme des torches : rue de la Balle, rue d’Héllieule, rue des Cités, et jusqu’ici dans ce hameau des Tiges. Les prisonniers sont massacrés en masse ; les civils inoffensifs fusillés, les blessés eux-mêmes ne trouvent pas grâce et sont achevés sur le champ de bataille et jusque dans les ambulances.
Voilà Mesdames et Messieurs les souvenirs sanglants qu’évoquent en nous ces tombes [...] Et maintenant de ce pèlerinage sur ces tombes, témoins des sombres heures du passé, il nous faut, nous inspirant des sublimes exemples de ceux qui y dorment, leur labeur achevé, nous en retourner avec plus de courage à notre tâche quotidienne. Notre tâche, Messieurs, est de faire que la Paix soit digne du sacrifice des morts [...] et, tout en travaillant au redressement matériel, à faire en sorte que [la France] reste dans l’avenir ce qu’elle a été dans le passé, ce qu’elle a été au cours de cette Guerre, grâce à ses fils soldats, la Grande Nation civilisatrice éprise d’idéal. En nous donnant tout entier à cette tâche, ce sera Messieurs, la vraie manière de bien honorer nos morts.

48Le sous-préfet réitère ce message au cours des multiples cérémonies aux monuments aux morts qui se construisent, ici et là, dans son arrondissement, pendant les années 1919 à 1924 essentiellement. Les inaugurations de tels monuments se répètent le dimanche, les ministres se succèdent pour visiter les lieux et, ainsi, les cérémonies ne manquent pas dans une petite sous-préfecture, où il convient aussi de remettre des décorations (fig. 12). Au cours de son séjour à Saint-Dié, très long selon les standards de l’époque (presque sept ans), le sous-préfet ne connut pas moins de six préfets, mais un seul compta pour lui, qu’il rangea parmi les hommes qu’il respectait et dont il se réclamait, le citant comme un garant, quand c’était nécessaire. Il ne connut que très peu le premier, René Laporte, qui demanda un congé de maladie au début 1919, et le second, Émile Valette, qui ne resta que brièvement. On trouve les traces, dans le dossier personnel de Golliard, du préfet Gaston Rouvier, qui resta son supérieur jusqu’en juin 1921, ainsi qu’une notation de 1923 rédigée par le préfet Henri Mireur (en poste d’avril 1923 à la fin août 1924). Ce dernier le considère comme « particulièrement qualifié pour être nommé Préfet, et quel que soit le département à la tête duquel il sera placé, il ne pourra que faire apprécier, pour le plus grand bien de ses administrés, les remarquables moyens dont il dispose ». Il faudra plus de dix ans pour que Golliard soit mis à la tête d’un département après cette appréciation élogieuse. Deux autres de ses préfets d’Épinal doivent être remarqués. Le premier est Alexandre Poivert, qui le décrit comme « fermement républicain » en décembre 1925, alors que Golliard a déjà quitté Saint-Dié pour être nommé, en octobre, secrétaire général du Bas-Rhin. Poivert n’a donc pas d’enjeu direct dans la notation qu’il écrit, d’autant qu’il va bientôt prendre sa retraite, mais il signale un point énigmatique : « Excellentes qualités à tous égards qu’atténue à peine un esprit légèrement paradoxal ». Nous expliquerons bientôt ce qui motive cette appréciation.

fig. 12 - AG, cérémonie militaire, rue Thiers (perspective place Jules Ferry) de Saint-Dié, 1918. AF (autorisation JCB)

fig. 12 - AG, cérémonie militaire, rue Thiers (perspective place Jules Ferry) de Saint-Dié, 1918. AF (autorisation JCB)
  • 92 On a vu (début de ce chapitre, pour Morel, et chapitre 2, pour Herriot) que Golliard avait une conc (...)
  • 93 AN, F1bI 803.
  • 94 J. Jeanneney, Journal politique, septembre 1939-juillet 1942, édition établie par J.-N. Jeanneney, (...)
  • 95 Il s’agit d’une citation du tome 1 des Fossoyeurs (p. 204), qui dit « Le Secrétaire général de la p (...)

49Le second, André Magre (fig. 13), mérite qu’on s’arrête un peu sur son cas car Alfred Golliard lui portait de « l’affection »92. C’est lui qu’avec Paul Morel il mentionne à Édouard Herriot, en 1932, comme ses deux « garants ». Or, le sous-préfet était on ne peut plus avare de compliments. Le dossier personnel de Magre ne laisse apparaître qu’un cheminement de carrière très classique. Il est né en 1873. Il s’est illustré en 191593 en tant que sous-préfet de Briey, par une citation civile : dans le « premier arrondissement français dont le chef-lieu a été envahi par l’ennemi, est resté à son poste avec sa femme pendant l’occupation allemande, saisissant toutes les occasions de rendre service à la population et la municipalité de Briey [...] a pu s’échapper et rejoindre Verdun ; y a été depuis lors le collaborateur infatigable du sous-préfet pour le ravitaillement des populations meusiennes » et a fait preuve « en toutes les circonstances d’initiative, de sang-froid et de dévouement ». On pourrait s’étonner, dans ces conditions, de l’appréciation très critique portée par Jules Jeanneney sur André Magre. À l’époque, ce dernier est secrétaire général de l’Élysée auprès d’Albert Lebrun, et il suit le président de la République dans le périple peu glorieux de l’été 1940, ce qui explique peut-être le courroux très acide du président du Sénat, dans le journal que son petit-fils a édité94. Jean-Noël Jeanneney a reproduit un jugement à l’emporte-pièce du polémiste Pertinax (le journaliste André Géraud) qui assassine le préfet Magre, conseiller d’État et ami de Lebrun95. Magre avait aussi une activité littéraire, avec son frère, et ne limitait pas ses occupations à la politique, ce dont il est facile de se moquer.

fig. 13 - André Magre à côté du président Albert Lebrun (1933). Source : Éric Freysselinard, Albert Lebrun, le dernier président de la IIIe République, Belin, 2013. Je remercie l’auteur de son autorisation de la reproduction (JCB)

fig. 13 - André Magre à côté du président Albert Lebrun (1933). Source : Éric Freysselinard, Albert Lebrun, le dernier président de la IIIe République, Belin, 2013. Je remercie l’auteur de son autorisation de la reproduction (JCB)
  • 96 D. Bass, « La droite dans les Vosges, et les élections législatives de 1914 à 1924 », mémoire de ma (...)
  • 97 Déjeuner le 2 mai 1921, AD 70, 2 M 29.

50Si l’on observe les noms des députés des Vosges entre 1910 et 1932, on constate que très peu sont des élus stables et que, pour le reste, il y a un certain turn-over ; en outre, à l’époque, les modalités du scrutin ont changé plusieurs fois. Une partie de ce renouvellement tient aussi aux décès, mais il y a surtout une instabilité des candidatures liée aux divisions politiques. En 1914, ils sont sept, entre Épinal (1re, Abel Ferry, mort en 1918 au champ d’honneur, et 2e, Louis Simonet, tous deux radicaux modérés) ; Mirecourt (Marc Mathis, mort en 1917) ; Neufchâteau (Camille Picard) ; Remiremont (Maurice flayelle) ; Saint-Dié 1re (Constant Verlot) et 2e (Henri Schmidt). Pour schématiser, ces élus se répartissent en trois groupes, la gauche, associée éventuellement à l’extrême-gauche, et les radicaux de gauche (exemple : Picard) ; les modérés (exemple : Verlot), comprenant la plupart des radicaux, et la droite « réactionnaire » (Maurice flayelle, élu de 1904 à 1926, ensuite sénateur jusqu’à sa mort en 1938). Les députés élus de façon stable sont Constant Verlot, l’homme avec qui le sous-préfet Golliard entretiendra une relation étroite, et Maurice flayelle, le représentant de la droite. Camille Picard est, au contraire, l’exemple de député instable et élu difficilement. Au moment où nous sommes, un des enjeux, au sein des radicaux-socialistes, est le fait de choisir ou non une liste unique entre les modérés et la gauche radicale, ce qui constitue un élément essentiel pour Camille Picard. En 191996 une liste de gauche est conduite par le socialiste Piton ; une liste Union républicaine et démocratique comprend Verlot, Schmidt, Picard et Simonet, ainsi que l’officier Fonck ; Venard s’en est retiré ainsi qu’Alfred Schmidt le modéré ; la liste UNR (Union nationale républicaine) de la droite est conduite par flayelle, avec Edouard Mathis, Bonnafous, et les « royalistes » Kempf et de Lesseux. Aux résultats, les Vosges sont désormais à droite en majorité (4 députés avec flayelle, Edouard Mathis, Kempf et l’industriel Bazelaire de Lesseux, élu au plus fort reste). Un socialiste est élu, Piton. La liste des modérés a deux élus, Fonck et Verlot : Picard, Schmidt et Simonet sont battus. Picard est dans une situation très délicate (dans les résultats de son arrondissement, il est dernier de sa liste). À l’inverse, Verlot est renforcé par l’élection et il a été nommé à la commission des Régions libérées au Parlement. Les préfets et sous-préfets ont des relations privilégiées avec les hommes politiques, tout spécialement les radicaux. La presse observe ces liens et elle mentionne par exemple le fait que le préfet Poivert participe à un déjeuner restreint du parti radical. Quant à Golliard, il est en rapport plus spécialement avec Constant Verlot, mais les archives d’Épinal ont aussi gardé la trace d’une de ses demandes de permission, pour aller déjeuner avec le sénateur Paul Lederlin97. En 1920, il y a deux sénateurs dans les Vosges, dont un ancien, élu depuis 1903, Jules Méline, qui sera remplacé par flayelle en 1926. Lederlin, pour sa part, est radical. Grand industriel, il est à la tête d’une grosse entreprise de blanchisserie à Thaon ; il se présente comme sénateur en 1920 et, en 1921, il dirige aussi le très influent journal l’Express de l’Est, qui est l’un des trois quotidiens les plus importants du département. Lederlin et Verlot sont proches, tous deux des figures de la coalition modérée radicale et ils ont de bonnes relations avec Golliard.

  • 98 Il collabore à l’époque avec un secrétaire général spécial de la préfecture des Vosges, Roger Bourg (...)
  • 99 Benjamin Schmidt, dit Jammy-Schmidt, une des figures de la gauche radicale, croise souvent le parco (...)
  • 100 Golliard en revanche, en tant que sous-préfet, et a fortiori en tant qu’ancien élève, est convié au (...)

51Le moment crucial de l’histoire de la vie de Golliard à Saint-Dié se situe sans conteste dans la période qui suit la victoire du Cartel, le 11 mai 1924, quand Herriot accède à la présidence du Conseil. Ce n’est certes pas le moment où la substance du travail du sous-préfet est la plus importante : en effet, la trace authentique de Golliard dans le département est celle qu’il laissa dans le chantier énorme de la reconstruction98 dont il fut responsable, mais son immense effort ne fut pas spectaculaire (voir ci-après). Camille Picard, non élu en 1919, est désormais le seul élu du Cartel. Il se pose comme gauche authentique dans le département, face aux autres coalitions électorales (les modérés et les réactionnaires, et l’extrême gauche, marginale). (fig. 14, 15, 1699). Important pour nous (mais anecdotique dans le milieu préfectoral), Picard veut la peau du sous-préfet Golliard qu’il accuse, auprès du gouvernement, d’empêcher les progrès de sa gauche dans le département. En réalité, la question dérangeante de la gauche est celle de son unité ou de sa division. Picard et ses alliés accusent les modérés (au premier plan, Lederlin et Verlot) d’avoir refusé une liste unique pour les élections du Cartel et d’avoir, au moins implicitement, favorisé la réaction et les forces de droite. Cette accusation est un thème central de la presse radicale de gauche et, en particulier, de l’hebdomadaire La République des Vosges que Marc Rucart, jeune journaliste ambitieux, développe à satiété. Cette division des radicaux n’est pas fondamentalement différente de celle qu’A. Golliard aura à affronter lors du Front Populaire dans le Jura (chapitre 3). Deux traits au moins sont communs : la concurrence des radicaux modérés avec la gauche radicale, et encore plus, avec l’extrême-gauche (réticence partagée par Herriot lui-même) ; l’usage des mauvais coups de la politique, d’autre part. Les partisans de Picard se sont démenés pour organiser à Épinal un banquet avec Édouard Herriot le 30 novembre 1924. Ils entendent tirer tous les fruits de leur succès en tant qu’acteurs du Cartel, et, d’autre part, se battre contre les difficultés, nationales et locales, que le Cartel affronte depuis les débuts du gouvernement Herriot. Au contraire, en face, les modérés freinent et considèrent qu’Herriot se fait instrumentaliser et convaincre d’assister au banquet, mais qu’il est gêné : Herriot avait un jour promis qu’il n’irait pas dans les Vosges sans être accompagné par Lederlin et Verlot. C’est pourquoi Constant Verlot et d’autres hommes politiques lui écrivent publiquement pour « s’excuser » de ne pas assister au banquet100.

  • 101 La ville dont C. Verlot est maire.

Vous m’avez fait part de votre décision. Vous vous rendrez dimanche prochain à Épinal pour répondre à l’invitation qui vous a été adressée par un groupe de partisans. Vous m’avez demandé à plusieurs reprises de vous y accompagner. Vous m’avez même offert, très aimablement, je dois le reconnaître, en raison de ma résistance inflexible, de vous arrêter quelques instants à Senones101, pour me donner un témoignage d’amitié personnel. Voici les raisons qui m’ont fait décliner l’invitation. […] Aux yeux de l’opinion publique vosgienne vous viendrez à Épinal en chef de parti, j’allais dire en chef de clan, pour glorifier dans un banquet apothéose, un élu d’un pseudo-cartel, ayant réuni 18 000 voix sur près de 100 000 électeurs.

fig. 14 - Cérémonie aux morts, inauguration du monument La Fontenelle, Vosges (recto), août 1925. AF (autorisation JCB)

fig. 14 - Cérémonie aux morts, inauguration du monument La Fontenelle, Vosges (recto), août 1925. AF (autorisation JCB)

fig. 15 - Cérémonie aux morts, La Fontenelle (verso), personnages politiques locaux (voir recto), numérotés par Renée Golliard : 1. Fonck, député ; 2. Verlot, député maire ; 3. Durand, maire de Frapelle ; 4. Sculpteur du monument ; 5. Maire d’Épinal ; 6. Alfred Golliard ; 7. Porterat (Conseil général) ; 8. Préfet Poivert ; 9. Jammy-Schmidt, ministre ; 10. Picard, député ; 11. Général Perret

fig. 15 - Cérémonie aux morts, La Fontenelle (verso), personnages politiques locaux (voir recto), numérotés par Renée Golliard : 1. Fonck, député ; 2. Verlot, député maire ; 3. Durand, maire de Frapelle ; 4. Sculpteur du monument ; 5. Maire d’Épinal ; 6. Alfred Golliard ; 7. Porterat (Conseil général) ; 8. Préfet Poivert ; 9. Jammy-Schmidt, ministre ; 10. Picard, député ; 11. Général Perret

fig. 16 - Mairie et école communale, Frapelle, détruite par les Allemands.

fig. 16 - Mairie et école communale, Frapelle, détruite par les Allemands.

Source : carte postale C. Cuny, éditeur, Saint Dié, médiathèque de Saint-Dié (domaine public)

  • 102 Il s’agit de La République des Vosges.
  • 103 L’Express de l’Est, 28 novembre 1924.
  • 104 Dans P. O. Lapie, Edouard Herriot, Paris, Fayard, 1967, p. 334 : « À Epinal, en fin 1924, à son ret (...)
  • 105 La Gazette vosgienne, le 24 novembre 1924.

52Puis Verlot ajoute qu’il n’a été invité qu’à la dernière heure, le 25 novembre, alors que les préparatifs avaient commencé depuis trois mois. (Le carton d’invitation lui a été « glissé » par Picard). Il ajoute enfin des motifs plus graves : Lederlin, sénateur, a été calomnié « par le journal que vous connaissez102 », « calomnie qui atteint son honneur et son patriotisme ». Enfin, lors d’une entrevue au Sénat, Porterat, président du conseil général, Alfred Mathis, député, Champy, conseiller général, et Verlot ont précisé au président du Conseil les raisons pour lesquelles ils lui conseillaient de différer son voyage : « Ce n’est qu’une manœuvre qui accentuera encore la division républicaine dans notre département »103. Si le banquet à Épinal est finalement un succès, ce dernier est sérieusement mitigé par l’ambiance de division du parti radical et les mises en cause multiples d’Herriot, lequel était déjà affaibli par le refus, en Alsace, des mesures de laïcité auxquelles il dut finalement renoncer dès janvier 1925 (voir chapitre 2). Ce que la gauche de Picard et ses amis reprochera à Golliard, c’est que le voyage de Herriot soit émaillé d’incidents alors qu’ils en étaient les organisateurs et y jouaient leur va-tout. Même restés sans importance, les incidents ont un effet très dommageable pour Herriot dans la presse104. Herriot passe d’abord par la gare de Saint-Dié, où il est accueilli par le préfet Poivert et son élève Golliard. Ce dernier est tenu évidemment responsable par la gauche des désordres que déclenche à ce moment l’arrivée d’Herriot, lequel quitte les lieux très rapidement pour rendre visite au village du Puid et au Vermont, où il a des attaches familiales, et aux tombes de Jules et d’Abel Ferry, au cimetière de Saint-Dié. Il s’avère que la manifestation hostile à la gare était le fait de camelots du roi venus, dans des automobiles louées, de Nancy. À Épinal, les sifflets et huées se répétèrent au moment de l’arrivée du président. Les modérés raillèrent cette réunion dans leur presse, et Picard avec : « Pour le banquet du 30 novembre que doit présider M. Herriot la liste est close. Non pas la liste des convives, mais celle des Ministres qui ont accepté de venir s’atteler au char triomphal de M. Camille Picard. Au total le ministère sera au grand complet sauf les ministres des finances et de la Marine. […] Pour M. Picard qui est seulement aspirant ministre, six membres du Cabinet accompagneront le Président du Conseil105 ». Notons qu’Édouard Herriot tint un discours plutôt de combat, ce qui lui fut reproché par une partie de la presse, lors du banquet :

  • 106 L’allusion aux traîtres figure dans son allocution de chef du gouvernement le 11 juin 1924.

Je méprise et je hais les traîtres106 à la France ou à la République Je me suis appuyé sur la majorité de gauche, que j’ai conduite à la bataille. Je prends mon appui sur le peuple et ma volonté est d’essayer de réaliser ses aspirations pour le bien de la République et de la Patrie [...] La paix c’est mon programme […] ; mais aussi la paix intérieure dans la fraternité. On me dit : mais vous êtes laïque ! Eh bien oui ! Mais qu’est-ce à dire et que devons-nous répondre à ceux qui nous accusent d’intolérance La laïcité n’est pas une persécution, ce n’est pas une doctrine, ce n’est pas un dogme. Elle les [les croyances] laisse évoluer à leur fantaisie, elle les laisse naître, croître et mourir. Elle contemple dans le passé la formation de ces croyances, les dénombre et les laisse vivre. Mais nous n’avons aucune prévention contre la liberté religieuse qui est un aspect de la liberté de pensée [...] La laïcité veut que le peuple soit souverain. Elle veut que les intérêts soient réglés selon le droit du peuple français [...] C’est ainsi que patriotique et laïque le gouvernement envisage d’appliquer les grands principes de la République.

  • 107 AN, F1bI 1077.

53Quoi qu’il en soit, Herriot préfére, au retour vers Paris, changer son itinéraire. Son gouvernement tiendra jusqu’en avril 1925, suivi par un gouvernement Painlevé, et Herriot ne reviendra pas au gouvernement avant 1926. C’est à la fin de l’année 1924 et au début de l’année 1925 que les « cartellistes » sont le plus mobilisés. En 1925, la loge maçonnique de Saint-Dié et la Ligue des droits de l’homme établissent un mémorandum à destination du ministre de l’Intérieur, chargeant Golliard de ces désagréables circonstances (il en est lui-même profondément navré). Ce document non daté107 fait le point des griefs des signataires de la gauche radicale (dont le vénérable Petitcolas de cette loge). Ces reproches concernent la visite d’Édouard Herriot et, le 20 janvier 1925, l’apposition de papiers séditieux sur le monument à Jules Ferry, de même que la tenue d’une conférence privée royaliste, accompagnée d’affiches annonçant « La carence du gouvernement » et les désordres supposés avoir eu lieu à sa suite. Cette lettre déclenche une enquête du cabinet du ministre qui écrit à son préfet, Poivert, le 24 février 1925 :

L’attention du ministre a été appelée sur M. Golliard [...] qui aurait eu à différentes reprises une attitude hostile à la politique du gouvernement. Il aurait notamment créé une situation très délicate par le défaut de l’organisation de la réception de M. le Président du Conseil à Saint-Dié. Vous voudrez bien me faire connaître dans les plus brefs délais votre opinion personnelle sur l’attitude générale de M. Golliard et sur les griefs qui lui sont reprochés.

54Dans cette première partie de l’année 1925, le préfet Poivert, avant que la campagne de presse de l’été ne soit déclenchée, temporise : il connaît bien son sous-préfet et il sait, avec son concours, jouer le plus finement possible pour éviter de prendre parti ouvertement pour l’une ou l’autre faction. Ainsi, les autorités préfectorales assistent, quand elles ont lieu, aux deux manifestations concurrentes d’hommages à Jules Ferry et à la laïcité. Poivert sait aussi que Golliard est particulièrement exposé en raison de son arrondissement de Saint-Dié, où les hommes politiques modérés importants sont les « ennemis » de Picard, Verlot et Lederlin.

  • 108 Les pièces de la cabale sont au dossier personnel du préfet, F1bI 1077.

55Tel est l’état des lieux politique de l’époque, dans les Vosges, encore compliqué par de multiples conflits. Lederlin intenta un procès en diffamation à La République des Vosges, pour lequel il eut droit au franc symbolique de dommages et intérêts. En outre, à Épinal, Herriot était venu avec son ministre du Commerce et de l’Industrie, Eugène Raynaldy, qui fut impliqué, avec Camille Picard, dans l’affaire de l’Union des intérêts économiques (UIE), un organisme chargé de collecter des fonds patronaux pour aider à l’élection de députés choisis. Ils furent traités de « chéquards ». Il est certain que la vie politique de Picard fut marquée ensuite par de nombreuses controverses. C’est dans ces circonstances que le sous-préfet Golliard et son épouse Renée sont pris dans un scandale qu’on pourrait dire “politico-médiatique”, non sans quelque anachronisme. Ce scandale108, et la façon dont Alfred Golliard l’affronte, soutenu indéfectiblement par son épouse tenant tête crânement à la cabale, constitue un point essentiel de sa carrière, car il en démontre le caractère et le courage. Outre Picard, dont nous avons situé la place, nous y rencontrons plusieurs personnages, dont le principal est Marc Rucart.

  • 109 Un éloge se voulant dithyrambique et engagé est publié : « un journaliste de race » écrit l’éditori (...)
  • 110 Son financement, évidemment controversé dans la polémique, est attribué à un marchand de bois prosp (...)
  • 111 Picard, de la gauche du parti radical, ne parvient pas à se faire élire durablement : élu en 1914, (...)

56À ce moment, les choses s’aggravent. L’affaire est montée en sous-main pendant une période qui remonte à la victoire du Cartel des gauches, mais son point culminant est une campagne de presse dans La République des Vosges, dont le tout-nouveau rédacteur en chef est Marc Rucart. À cette époque, ce dernier est un journaliste parmi d’autres. Le 19 octobre 1924, La République des Vosges annonce son arrivée109. L’homme (né en 1893), apparemment autodidacte, fait du journalisme politique depuis qu’il a 17 ans ; ayant commencé au Briard, organe radical-socialiste de Seine-et- Marne, il a été rédacteur en chef du Progrès du Loiret à Orléans, puis à Paris à La Lanterne ; ensuite il fonde dans l’Aisne La Tribune des Républicains, juste avant de s’installer à Épinal. Cette période de son activité est mal connue : il se fait élire à Épinal à partir de 1928 et il sera ministre du gouvernement Blum. Fondateur d’un mouvement de Résistance, il sera le représentant du parti radical socialiste au Conseil national de la Résistance. Son journal110 est l’instrument de la campagne orchestrée contre Golliard par le groupe franc-maçon de gauche autour du député Camille Picard111, « seul député cartelliste de toute la Lorraine », comme le qualifie emphatiquement Rucart dans son journal. La Gazette vosgienne, journal radical, le 18 juillet 1925, au moment des élections cantonales, dépeint Rucart ainsi : « propagandiste du Cartel [...] quiconque n’épousera pas ses animosités ou ne servira pas ses rancunes sera considéré comme un tenant du “Bloc national”, comme un affilié “du parti des curés” ». La campagne de presse commence par un article du Travailleur vosgien (hebdomadaire SfiO) du 1er août 1925.

On nous assure que la femme d’un haut fonctionnaire de St-Dié a été surprise, il y a trois semaines, en flagrant délit de vol sur le marché, et que cela n’aurait pas été la première fois. La population attend avec impatience la suite donnée à cette affaire. S’il s’agissait d’une femme du peuple, d’une pauvre femme, d’une malheureuse, il est certain que des sanctions seraient déjà intervenues. Nous croyions le parquet de St-Dié plus imbu du principe d’égalité pour tous devant la loi et nous nous étonnons du silence de la justice – signé Populo.

57Rucart embraye avec sa une du 23 août : « Va-t-on continuer à Saint-Dié de bafouer la justice ? ». « La loi, dit la déclaration de 1789, doit être la même pour tous ». Ces accusations blessent particulièrement Alfred Golliard, au plus profond de ses convictions. L’article poursuit en présentant des « faits » qui ont été, on le verra plus loin, concoctés de toutes pièces par les amis de Picard et le procureur de Saint-Dié (Astié), pour leur donner une apparence de réalité.

Le 7 juillet, au marché de Saint-Dié, il y avait rassemblement autour de l’éventaire de vente de M. Ernest Bois, négociant en primeurs, domicilié à Luneville. M. Bois venait de surprendre en flagrant délit de vol une cliente habituelle du marché […]. La cliente, que la police “tenait à l’œil” [avait des raisons de soupçonner ses indélicatesses], […] ne payait pas toutes les marchandises. […] Pourquoi faut-il que les agents de l’autorité publique soient obligés autant que les habitants de la ville de nier la justice ? [Rucart continue] « Tout Saint-Dié s’indigne […] car la cliente n’a rien de commun avec cette pauvre femme de Château-Thierry qui un jour vola un pain pour donner à manger à ses enfants [...] [I]l y a « deux catégories de délinquants : les pauvres bougres qui ne seront ni les protégés d’un parlementaire, ni les amis du pouvoir… et les autres [...] selon que tu seras puissant ou misérable.

58Rucart affirme ensuite qu’on a attendu plus d’un mois, en raison d’interventions, pour dénoncer ce « véritable scandale ». Et « les délinquants » [...] « s’ils sont logés par les Domaines » ont droit à « des devoirs d’hommage » de la part de police et magistrature.

59Cette phrase est cruellement ressentie par Golliard qui ne saurait supporter la leçon de morale d’un “plumitif”, lequel poursuit : « L’éducation des principes, le respect de l’autorité, la discipline civique, sont beaucoup plus fonction des menus actes de la vie publique que des enseignements livresques », en appelant aux « éducateurs de St-Dié » qui ne pourront plus parler de « l’article de la Déclaration de 89 » qui dit que la loi doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse, « sans évoquer dans l’esprit des enfants, un démenti formel ».

  • 112 « Paul Morel, c’était en 1912 ; il était sous-secrétaire d’État à l’Intérieur et il devait représen (...)

60Le journaliste termine en se défendant « d’assouvir une rancune personnelle ». Il n’a évidemment aucune rancune personnelle, en ce qu’il ne connaît pas Alfred Golliard, ce qui l’amène à des erreurs manifestes. Ainsi, il fait l’éloge au même moment, dans son journal, de Paul Morel, dont il ignore les relations avec le sous-préfet112. Le 27 septembre, Rucart revient à la charge en citant un nouvel article du Travailleur vosgien socialiste :

Une pauvre diablesse ayant la bourse plate, l’estomac vide et le cœur gros, vole un pain chez un boulanger. Un agent brave et sincère défenseur de l’ordre social cueille en flagrant délit la coupable. Haro sur le bandit ! Et combien sera dure la réquisition de l’intègre magistrat ! Madame X glisse adroitement dans son sac à main des oranges, un pain de beurre [...] Oubliant les convenances, un mouchard, un misérable flic se permet de constater le délit ! La bienséance ordonne pourtant de ne pas voir… certaines choses [...] une dame qui commet une telle folie n’est qu’une pauvre déséquilibrée, une kleptomane qui relève de la science pathologique, non de la justice !!! ».

61Alors que Marc Rucart se réclame de « l’honneur de la Démocratie, de la dignité des pouvoirs publics », La Tribune des Vosges, organe proche des modérés, publie le 29 août l’article suivant :

  • 113 Il s’agit du procureur de Saint-Dié (voir ci-après).

Un torchon aux destinées de quoi préside une manière d’acanthoptérygien – une feuille condamnée pour diffamation – [entend, avec d’autres gens] professer la vertu dans les Vosges et y assurer une distribution équitable de “leur” justice. Une indignation fébrile les anime, les transporte [...] La femme d’un haut fonctionnaire d’un arrondissement de ce département aurait commis – le fait est moins que prouvé – des actes que certains proclament indélicats et que d’autres, experts probablement pour en avoir couru le risque ou subi les effets, affirment avoir été commis dans les limites d’un terme qui les rend justiciables de la juridiction correctionnelle. Et de réclamer à grands cris [...] condamnation [...]. Et pour son mari, fonctionnaire loyal, probe, intègre, qui ne craint pas la lumière et attend des juges une sanction ministérielle, dont rien ne signifie l’opportunité, et que rien ne justifierait si ce n’est la fureur de ces gens de ne pas trouver dans cet homme l’exécuteur d’œuvres hautes et basses qu’ils voudraient rencontrer. Une hermine113, encore une, dira-t-on !, s’est trouvé qui s’est fait volontairement l’auxiliaire – non pas de la Justice – mais de calomniateurs furieux surtout d’être tenus à distance d’une administration qu’ils entendaient régenter, alors qu’elle les régente. [Les faits] sentent d’une lieue la cabale.

  • 114 Brochure de candidat aux élections cantonales 1937, Archives départementales des Vosges [AD 88], Br (...)
  • 115 Archives familiales.

62Rucart professerait, ensuite, la rectitude morale, notamment en tant que ministre de la Justice du Front populaire. Dans l’une de ses brochures électorales114, il se félicite d’avoir été celui qui, au lendemain de la mort de Salengro, a déposé un projet de loi pour lutter contre le « mensonge dans l’information, le mensonge dans l’imputation diffamatoire. Ce projet rend le droit à la vérité ». Il avait en tous les cas oublié le petit sous-préfet quand, le 23 octobre 1934, il fit au même Golliard, nommé préfet du Jura, une longue dédicace, en tant que député des Vosges, pour le féliciter de sa nomination (fig. 17)115. On ignore la réaction du sous-préfet quand il reçut cette dédicace accompagnée de la phrase : « Je vous prie de présenter mes hommages à Mme Golliard et à tous les chers vôtres ».

  • 116 Il apparaît comme un comparse, mais nous n’avons pas enquêté dans les archives de la Justice.

63Il est vrai que la circulaire que Rucart envoya en 1936 en tant que Garde des Sceaux aux procureurs pour qu’ils combattent la « calomnie » dans la presse, aurait concerné parfaitement le procureur de Saint-Dié, M. Astié. Ce dernier116 se prêta au travestissement d’une prétendue « enquête policière provisoire » et c’est ce qui fit particulièrement enrager A. Golliard. Cela représentait pour lui un essai de détournement de la justice en laquelle il avait confiance. Le 26 août 1925, cette « enquête » validée par le procureur général de Nancy (datée du 12 août) aboutit sur le bureau du Garde des Sceaux, Théodore Steeg, qui la transmet alors au ministre de l’Intérieur.

J’ai l’honneur de porter à votre connaissance les résultats d’une enquête officieuse à laquelle a procédé personnellement mon substitut de Saint-Dié (Vosges) et qui a établi à la charge de Madame Golliard, femme du Sous-préfet de cet arrondissement, une série de vol commis, soit au marché, soit dans des magasins.

fig. 17 - Lettre de félicitations de Marc Rucart (député), à AG, octobre 1934. AF (autorisation JCB)

fig. 17 - Lettre de félicitations de Marc Rucart (député), à AG, octobre 1934. AF (autorisation JCB)
  • 117 Les très chers frères, avec le triangle des trois points.

64Ce document est accompagné d’une liasse de dix pièces censées être des « témoignages de vol », regroupées sous l’étiquette « enquête officieuse par le Commissaire Ducher » ; ces pièces, qui figurent aujourd’hui au dossier personnel de Golliard, sont des petits bouts de papier brun qui ont été transmis au préfet Poivert par le procureur Astié le 16 juillet précédent. Les documents sont accompagnés d’une lettre signée par les « T.C.F.117 » membres de la loge La Renaissance vosgienne :

La Renaissance vosgienne, le 23 septembre 1925 (avec triponctuation)

Les groupements républicains de l’arrondissement de St-Dié, Loge maçonnique, Ligue des droits de l’homme, parti radical, radical-socialiste, groupe socialiste, ont l’honneur d’exposer à Monsieur le ministre de l’Intérieur que la présence de Monsieur Golliard à la Sous-Préfecture de Saint-Dié n’est plus possible à l’heure actuelle. De ses qualités d’administrateur, nous ne dirons rien n’étant pas qualifiés pour cela et laissant à ses supérieurs hiérarchiques le soin de les apprécier. Mais il vient d’éclater […] un scandale tel que la situation de M. Golliard est devenue si délicate que dans son intérêt même autant que dans l’intérêt supérieur de la République, son déplacement est devenu nécessaire. »
[Le rapport poursuit par la description des vols présumés de l’épouse du sous-préfet, ainsi que la liste des dix témoins présumés des vols]
Des manifestations bruyantes et importantes par le nombre seraient organisées, que cela ne nous étonnerait pas. D’ailleurs, Madame Golliard, par une véritable aberration d’esprit, prend plaisir à braver l’opinion ; les réflexions plus que désobligeantes qui l’accueillent dans la rue ou dans les cérémonies officielles devraient l’inciter à plus de discrétion. Cette situation cause au parti Républicain un préjudice énorme en éloignant les masses populaires de l’arrondissement, qui se jettent dans le parti tout à fait réactionnaire ou dans le parti communiste. [est cité l’exemple de l’élection, jamais vue dans les Vosges, d’un conseiller communiste]

  • 118 L’incident, bien plus tard, après-guerre, faisait l’objet d’évocations espiègles, en famille, des n (...)
  • 119 Je fais référence à la citation de Jean-François Billeter à propos du préfet Li Zhi, sous la dynast (...)

65On arrive ainsi à la dernière phase de l’affaire. Le sous-préfet, ayant mûrement réfléchi118, décide de ne pas se rendre à ce que son préfet Poivert appelle des « objurgations ». C’est alors que ce dernier définit ce qu’il appelle « un esprit légèrement paradoxal » pour qualifier son subordonné. Ce qui est en effet paradoxal, pour lui, c’est de ne pas se rendre à « la raison ». Il s’agit d’une certaine sorte de « raison » des agents du corps préfectoral vis-à-vis de la totale discrétion dont peuvent user les élus vis-à-vis d’eux. Pour Poivert, cela ne fait aucun doute, Golliard devrait se plier et se faire oublier, bien que lui, Poivert, écrive que son subordonné a raison sur les faits. Ce type de scandale rappelle à Golliard ce qu’il a vécu à Avignon quelques années plus tôt : une situation très courante pour les agents du corps préfectoral. D’une certaine manière (voir l’Avant-propos), cela fait partie du métier de préfet de pouvoir encaisser certaines formes d’humiliation119 et de se plier « à la raison ». Pourtant, ici, Golliard ne plie pas, et c’est pour deux raisons qu’il explique dans sa lettre au ministre de l’Intérieur le 28 août 1925.

  • 120 « Des radicaux âgés, comme Jammy-Schmidt, organisateur du groupe des députés francs-maçons à la Cha (...)

66Le 23 août est le vendredi qui fait suite à l’importante visite, le 19 août, du sous-secrétaire d’État aux Régions libérées Jammy Schmidt120 dans les Vosges, qui a donné lieu à une intense activité du préfet et de ses collaborateurs, autour des déplacements dans les villages reconstruits ou en reconstitution, dont s’occupe Golliard, mais aussi d’inaugurations et de félicitations personnelles qu’il y a reçues, y compris du ministre. Un moment particulier a été l’inauguration du monument de Ban de Sapt, un des hauts lieux des combats de 1915. Jammy Schmidt y est reçu par la municipalité du village, accompagnée par Poivert et Golliard, ainsi que par les généraux commandants le 20e CA et le commandant de la place d’Épinal ; le comte d’Alsace, sénateur ; l’évêque, le pasteur, les anciens combattants et les enfants des écoles, cinq députés dont flayelle, Picard et Verlot. Verlot prononce un discours :

Le Ban de Sapt est peut-être la commune vosgienne qui compte le plus grand nombre de victimes civiles. Je tenais aujourd’hui à saluer leur mémoire comme je m’étais incliné devant leurs tombes au début de l’année 1919 [...] Du fond de leurs [les morts] tombeaux s’élève un appel impérieux au devoir. Ils veulent que nous nous inspirions de leur noble exemple pour continuer leur effort en maintenant intacte la noble image de la France pacifique et en assurant dans le monde l’épanouissement de son génie [...], ils veulent que cette dernière guerre tue la guerre.

67Porterat, président du conseil général, lui succède après le préfet Poivert. Il rend hommage « aux bons ouvriers de la reconstitution, aux bons serviteurs du pays dont tous les Vosgiens admirent le travail. C’est tout d’abord M. Poivert, et M. Golliard, sous-préfet de Saint-Dié qui, avec tant de dévouement et de cœur, ont poursuivi la tâche de relèvement dont on fête aujourd’hui l’achèvement ». Le ministre s’associe aux félicitations mêlant dans l’hommage « M. Poivert, dont la compétence et le dévouement sont appréciés au plus haut point par le gouvernement » et « M. Golliard, qui depuis la fin des hostilités, est le conseiller et l’ami sûr des populations sinistrées ».

68Golliard est donc épuisé et tendu, mais sans doute heureux d’avoir vu reconnaître son labeur plutôt obscur mené depuis l’année 1919. Après ces engagements riches, c’est la fin de semaine, et le sous-préfet trouve sur son bureau le journal daté du 23, dont il était prévenu de la fabrication en cours. Dans la semaine, il compose sa lettre au ministre de l’Intérieur.

Lettre d’Alfred Golliard au préfet des Vosges, Poivert (Saint-Dié, le 28 août 1925)

  • 121 AN, F1bI 1077.

Monsieur le Préfet,
À la veille de la publication du journal « La République des Vosges » qui ne manquera certainement pas de continuer la polémique engagée dans son numéro du 23 août, je tiens à vous confirmer par écrit les déclarations que j’ai eu l’honneur de vous faire le jour même à ce sujet à Épinal et que je vous avais déjà faites les 16 et 17 juillet, en vous priant de les porter à la connaissance de M. le Ministre de l’Intérieur.
J’ai la conviction que ma femme a été, dans l’incident du 7 juillet, victime d’une odieuse machination qui avait pour but, en l’attaquant dans son honorabilité, d’atteindre le sous-préfet dont en vain depuis le 11 mai 1924, on poursuit l’exécution politique après s’être flatté publiquement, avant et après les élections, d’obtenir son départ.
Je saurai en apporter la preuve le jour où il me faudra, non pas défendre ma situation administrative, mais l’honneur de ma femme et de mes enfants. Et, ce sera sans difficulté que devant l’opinion publique dont je ne redoute pas le verdict, j’établirai qu’on s’est efforcé non de faire œuvre de justice, mais bien œuvre de basse exécution administrative.
Si l’on voulait faire œuvre de justice, il fallait inculper, même à défaut de plainte, la prétendue délinquante et ouvrir une instruction régulière. Un sous-préfet et les siens ne sont pas au-dessus des lois.
Aurait-on l’audace de prétendre qu’en agissant comme on l’a fait, on a voulu ne pas porter atteinte au prestige de l’administration à laquelle j’ai la fierté d’appartenir, ou encore ménager l’avenir du fonctionnaire et du père de famille que je suis ? Il eut alors fallu se borner à établir la véritable nature de l’incident et, puisque les intentions étaient pures, avertir, je ne dis pas moi, mais mon chef hiérarchique.
Mais non, la justice, les grands principes eussent été saufs si l’incriminée et son mari, dans la peur maladive d’un scandale, avaient pris la fuite dans le déshonneur. Pour cela il suffisait d’un dossier habilement constitué dans le silence et l’ombre du cabinet.
Je vous l’ai dit, Monsieur le Préfet, ma femme appartient à une famille dont l’honorabilité lui permet, sans crainte, de courir les risques d’une inculpation pour vol. Quant à moi, les principes dans lesquels j’ai été élevé m’ont appris que les véritables devoirs sont ceux qu’aux yeux du commun il est dur de remplir. Je ne faiblirai pas au devoir d’aide et de protection que j’ai juré à la jeune fille qui est aujourd’hui la mère de mes enfants.
Je ne veux que la justice, mais je veux toute la justice et je ne suis pas décidé à jouer le rôle de condamné par persuasion pour quelques considérations que ce soit. Aussi ne vous surprendrai-je pas en vous affirmant à nouveau que je me verrai dans l’obligation de récuser, le moment venu, le ministère public en raison de l’instruction ouverte par lui en dépit de toutes formes légales, ainsi que pour d’autres motifs politiques que je me réserve d’exposer.
Je vous serais reconnaissant, Monsieur le Préfet, de bien vouloir transmettre cette lettre à M. le Ministre de l’Intérieur qui appréciera s’il doit la communiquer à M. le Garde des Sceaux. Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de mon respectueux dévouement.
Alfred Golliard, Sous-préfet de Saint-Dié121

69Deux motifs structurent cette lettre qu’il faut souligner : la conception traditionnelle que Golliard se fait de son devoir, en tant que mari et père de famille, de défendre son honneur et l’honneur de sa famille, mais surtout celui de son épouse qu’il décrit en termes de révérence. Le second motif est la pugnacité contre les fauteurs de mensonge et de tripotage de la justice. Le motif personnel, hautement sensible, est étroitement tissé avec le motif juridique, mais nous avons l’impression que c’est celui que poursuit surtout Golliard, et sur lequel s’opère la chute de sa lettre. Il rendra coup pour coup dans une affaire qui implique le ministère public, qu’il est prêt à affronter. Il sait bien qu’il risque sa place dans la préfectorale, qu’il a si ardemment cherchée comme on l’a montré au début du présent chapitre. Le préfet Poivert l’a bien compris, qui essaie de faire reculer le sous-préfet. Il écrit le 2 septembre au ministre de l’Intérieur, Abraham Schrameck. Il lui faut transmettre la lettre de Golliard, « à sa demande expresse » :

Je viens de recevoir votre mot concernant Golliard que je verrai, dit-il, incessamment. Je crains malheureusement que, dans son obstination à ne voir qu’un côté des choses, il persiste à ne vouloir entendre la voix de la raison [...]. Le scandale, il ne le redoute pas et il est prêt à accepter toutes les conséquences matérielles. Parallèlement à [l’atteinte ?] à l’honneur de sa femme, son but, aujourd’hui, est de mettre en cause le Procureur de la République qu’il accuse (non sans apparence de raison) de s’être fait l’instrument de la machination politique, qui est venue se greffer à l’incident du marché. Je passerai à Paris la semaine prochaine, je vous dirai quels auront été les résultats de mes objurgations près de lui et je crois qu’en fin de compte, il faudra que vous le convoquiez.

  • 122 Ministre de l’Intérieur du gouvernement de Painlevé, du 17 avril au 22 novembre 1925. Schrameck nom (...)

70Poivert a donc dû rencontrer le ministre ou le directeur du Personnel, à l’époque Adrien Minier, ex-préfet du finistère, dans la semaine du 7 septembre. Mais déjà la défense de Golliard était assurée par Constant Verlot et Lederlin, lequel parle à Schrameck. Le dossier personnel de Golliard contient deux lettres de Verlot, l’une à Schrameck122, l’autre à Minier, au contenu presque identique. La première lettre est du 15 septembre.

Lederlin m’a mis au courant de la conversation qu’il a eue avec vous au sujet du sous-préfet Golliard ». Il est indispensable que vous fassiez appeler à Paris ce dévoué fonctionnaire et que vous ne preniez aucune décision sans l’avoir entendu |souligné dans le texte]. Vous êtes trop épris de justice pour agir autrement. Cela sera non seulement un acte d’équité, mais cela évitera un scandale et une campagne de presse, sinon un procès en diffamation que M. Golliard ne manquera pas d’intenter. Jammy Schmidt pourra vous dire en quelle estime le sous-préfet est tenu dans l’arrondissement [...] Renseignez-vous aussi auprès d’Herriot, dont il est l’élève et de Paul Morel, dont il est l’ami personnel. Je suis député et conseiller général de Saint-Dié. Je vous demande donc très instamment de ne prendre aucune mesure, de ne procéder à aucune nomination sans m’en avoir parlé. Je serais obligé de considérer un acte comme celui-là comme inamical.

71Les archives ne permettent pas d’établir si Golliard a finalement été convoqué par le ministre, mais, le 24 octobre, au mouvement préfectoral, il est nommé à Strasbourg secrétaire général (1e classe), ce qui constitue une promotion. Il quitte donc les Vosges sans avoir cédé ; ses adversaires étaient contents et ses amis déplorèrent le manque que son départ entraînait.

  • 123 Les chiffres sont tirés des tableaux rassemblés par E. Michel, Les dommages de guerre et leur répar (...)
  • 124 AD 88, br. 3024 de C. Lederlin et A. Mathis.
  • 125 Voir les AD 88, cotes 1N57.

72Un dernier mot est nécessaire pour évoquer les traces que le sous-préfet a laissées dans le département des Vosges, je veux parler du chantier de la reconstruction (on disait aussi « reconstitution », chez ceux qui voulaient reconstruire à l’identique). C’est incontestablement son œuvre principale dans le département. Son arrondissement, Saint-Dié, comprend la majorité des communes concernées par les « dévastations de la propriété » (4 726 en France, dont 73 dans les Vosges)123 dans un département qui en comprend 530 concernées en tant que « régions libérées » (6 832 en France). Du point de vue du territoire classé « régions libérées », cela veut dire une superficie de plus de 586.000 hectares (par comparaison 806.000 dans la Marne, par exemple). Le conseil général des Vosges, en 1927, évalue à 568 millions de francs le montant représenté par la reconstruction, ce qui comprend des indemnisations, des constructions de bâtiments neufs, restaurations, financement de logements temporaires, et des frais de personnel. Le rôle du sous-préfet Golliard est de coordonner les activités auprès du préfet et de travailler avec le secrétaire général spécial présent à la préfecture d’Épinal. Une architecture juridique et administrative très compliquée est mise en place progressivement à la fin de la guerre, comprenant autant de commissions que de cantons concernés, et, pour les Vosges, c’est A. Golliard qui en coordonne les réunions, à partir de la sous-préfecture de Saint-Dié. Il supervise aussi les réunions des coopératives de reconstruction dont la création fut favorisée. En France entière, 712 000 bâtiments de 1914 et 22 000 établissements industriels étaient endommagés, ainsi que 2,5 millions d’hectares dévastés. Dans les Vosges, sur quelque 5 000 maisons, seules 2 060 restaient intactes124. Le principe était d’indemniser les sinistrés, de les reloger dans des bâtiments éventuellement provisoires, de reconstruire les bâtiments et les villages. Un budget de l’État fut prévu pour cette tâche dont le financement associait aux fonds publics les dons venant des collectivités publiques, mais surtout les fonds privés. Ce processus se fit sous la surveillance étroite du Parlement, et la coordination d’une série de ministres (ou, le plus souvent, de sous-secrétaires d’État aux Régions libérées). Une étude spécifique des archives du conseil général serait nécessaire pour en dire plus125. Ce qui resta aussi, et surtout, à Golliard, fut l’attribution de la Légion d’Honneur par le ministre des Régions libérées, Reibel, par l’intermédiaire de son préfet André Magre, le préféré d’Alfred Golliard. On cite ici l’avis du préfet qui l’accompagne. La remise de la Légion a lieu à Saint-Dié le 10 juin 1922. Du point de vue de la continuité de la carrière de Golliard, le travail de la reconstruction peut être vu comme consacré aux « sinistrés » et les sinistrés sont des gens à servir, comme les réfugiés.

Avis du préfet des Vosges, Magre, sur son sous-préfet de Saint-Dié, Alfred Golliard (1922)

Arrivé à Saint-Dié au moment de la libération des communes vosgiennes occupées depuis 1914, M. Golliard s’est trouvé en face d’une tâche très lourde qu’il a su assumer avec un zèle infatigable et une intelligence avertie qui lui fait le plus grand honneur.
Très actif, ayant de très réelles qualités d’organisation et un sens très net des réalités, le Sous-Préfet de Saint-Dié est depuis près de trois ans pour le Ministère des Régions Libérées dans son œuvre de réparation un très avisé et très précieux Collaborateur et il est pour beaucoup dans les heureux résultats obtenus et constatés jusqu’à présent dans les Vosges.
La haute distinction que je sollicite en sa faveur ne serait que la juste récompense de ses excellents services ; elle serait vue avec faveur par les populations sinistrées du département qui ont appris à apprécier à sa valeur l’Administrateur de tout premier ordre qu’est M. Golliard.
Épinal, le 18 janvier 1922, Le Préfet des Vosges, A. Magre
Le Ministre des Régions libérées certifie en outre qu’il résulte de l’enquête que la moralité de M. Golliard permet son admission dans la Légion d’honneur.
Paris, le 3 avril 1922, Le Ministre des Régions libérées, Charles Reibel.

73Dans le numéro du 31 octobre 1925, La Tribune des Vosges publie un bref hommage à Alfred Golliard quittant le département avec « La gratitude des populations aux intérêts desquelles il s’est dévoué. Administrateur consciencieux, n’ayant en vue que l’accomplissement de son devoir, il sut se tenir au- dessus des mesquines querelles de clans, ou de chapelles, ce qui lui valut les attaques fielleuses de coupe-jarrets dont l’opinion publique sut faire justice : ne salit pas qui veut ». La petite ville de Saint- Dié sera une cité martyre lors de la retraite des nazis en 1944. Alfred Golliard n’en entendit certainement pas parler : il était à l’époque déporté par ces mêmes nazis en Autriche avant qu’ils l’assassinent (chapitre 5).

Notes

1 Voir plus loin la lettre du 28 septembre 1914 que sa mère lui adresse à l’occasion de la naissance de sa deuxième fille, Sichou, à Avignon.

2 Voir R. Rémond, A. Coutrot, I. Boussard, Quarante ans de cabinets ministériels, Paris, FNSP, 1982.

3 Ministre de l’Éducation nationale en 1926.

4 Admiration de Lamartine, dont il s’apercevra qu’il la partage avec Herriot, mais ce n’est pas son professeur Herriot qui la lui a communiquée.

5 Le texte manuscrit figure dans un recueil appelé « Cahier d’honneur », Lycée Lamartine de Mâcon, de l’Académie de Mâcon, aux Archives départementales de Saône-et-Loire. Il a été lu le dimanche 27 mai 1900. Les députés Simyan et Dubief, anciens élèves, présents à l’inauguration, n’ont pu manquer de remarquer le jeune et brillant Golliard. Le texte est accessible sur le site des Archives de Saône-et-Loire.

6 Lamartine est né en 1790 à Mâcon, et l’apogée de sa carrière politique fut, lors de la révolution de 1848, de courte durée.

7 Archives familiales. L’essentiel retrouvé de cette correspondance est adressé à son épouse Renée dans la période de leur rencontre et de leurs fiançailles. Renée Golliard a, toute sa vie durant, porté avec elle ces lettres comme un talisman, dans un petit sac, qui contint aussi les deux lettres que son mari lui envoya du camp de prisonniers de Compiègne (voir chapitre 5).

8 Gabriel Baumann, membre de l’Académie de Mâcon, agrégé de Lettres, professeur de rhétorique, a quitté le lycée de Mâcon en 1900 pour La Roche-sur-Yon.

9 Lettre du 3 juillet 1910 à sa fiancée Renée (archives familiales).

10 A. Golliard est titulaire du baccalauréat ès lettres (Philo) en 1901 (certificat délivré en octobre 1901). Les Archives départementales du Rhône (IT Ampère 20) ont gardé un courrier du 8 mai 1902 qui officialise un « dégrèvement » pour frais de trousseau de l’élève Golliard d’un montant de 52,50 F. En 1904 (IT Ampère 21), ces archives mentionnent la prolongation d’études au lycée Ampère d’Édouard Daladier.

11 Photographie, promotion 1902-1903, plaquette Université de Lyon, reproduite dans H. Besseige, Herriot parmi nous, Paris, Magnard, 1960, p. 72.

12 S. Berstein, Édouard Herriot ou la République en personne, Paris, Presses FNSP, 1985, p. 30-31.

13 Besseige, Herriot, op. cit., p. 78.

14 Herriot est élu au Conseil général du Rhône et il sera sénateur en 1912, mais son premier poste ministériel date de 1916.

15 Lettre du 24 avril 1910 à Renée, archives familiales.

16 Il donne cette adresse pour cette période de sa vie quand il vient chercher son diplôme de bachelier : 11bis, rue d’Auteuil.

17 Ses fonctions ne sont pas reconnues par une nomination officielle et il perçoit peut être une petite rémunération. En décembre 1906, par contre, on trouve la trace au Journal officiel, de Georges Roussillon, comme chef adjoint du secrétariat particulier de J. Simyan, qui, pour l’époque, a un cabinet particulièrement peuplé : un chef de cabinet, deux chefs adjoints, deux sous-chefs de cabinet, un chef de secrétariat particulier (Alexis Desgrange) et un chef adjoint de secrétariat (JO, 31/10/1906).

18 Alfred, neveu du futur préfet, c’est mon grand-père. La famille habite à Cluny derrière l’église Saint Marcel.

19 4 septembre 1906.

20 Il obtient sa licence en janvier 1908 et est inscrit en thèse jusqu’en février 1909 (AN, AJ 16 1649).

21 J. Bouvier, Histoire des dames employées dans les Postes, télégraphes et téléphones de 1714 à 1929, Paris, PUF, 1930, p. 288.

22 La maison des Gardes, demeure des Simyan, est à deux pas de la rue de la Liberté à Cluny.

23 AN, dossiers personnels, F/17/23097.

24 Au moment de la grève du printemps 1909, on lui reproche des pratiques de favoritisme, ainsi d’avoir choisi un imprimeur mâconnais pour des travaux d’imprimerie dans le cadre du ministère.

25 Voir Bouvier, Histoire…, op. cit. Voir aussi Marie-Victoire Louis, Le droit de cuissage, France 1860-1930, Paris, Éd de l’Atelier, 1994, notamment p. 129-130.

26 Ce qu’on désignait comme « tiercement ».

27 L’Humanité, 7 juin 1909.

28 Le sénateur Charles Dumont (voir chapitre 3) désavoue au Sénat les méthodes de Simyan tout en condamnant la grève, dans les débats parlementaires de mars 1909.

29 Préfet de la Loire qui est nommé secrétaire général au ministère, le 29 juillet 1909 (avec le nouveau ministre de l’Intérieur Briand).

30 Buré fut aussi membre du cabinet de Simyan.

31 Authier est l’auteur d’un libelle intitulé La politique réactionnaire (imprimé à Bourg, Courrier de l’Ain, 1885), particulièrement creux, dans lequel, pour les élections, il se met en scène en tant que « républicain » paré de toutes les vertus alors que les tares sont attribuées au « réactionnaire » : ainsi ce dernier veut « ramener le régime des curés » et déclare que la « France est ruinée, la République nous entraîne à l’abîme. Au contraire la République apporte l’éducation ».

32 AN, fi b1 776, chemise recommandations.

33 Recommandation en juin 1909, « M. G. est un garçon très sérieux, très travailleur ; il prépare son doctorat. J’ai beaucoup connu le père et la famille de M. G. ».

34 La pièce est datée du 23 novembre 1910, soit le lendemain de la nomination. Le rédacteur du secrétariat général indique « Simyan » peut-être pour prévenir ce dernier.

35 AN, F1bI 1077.

36 Archives départementales de la Haute-Saône [AD70], 5M 1, 5K5 pour les nominations ; 5K60 pour les délibérations du conseil.

37 En particulier avec le soutien du ministère du travail et des affaires sociales, qui nous a permis de mener nos enquêtes de terrain à Strasbourg et à Lons-le-Saunier. C’est au ministère du Travail que j’ai rendu, avec l’aide d’Olivier Büttner, un rapport sur le projet de biographie d’Alfred Golliard, lequel est aisément téléchargeable.

38 Il y a trois périodes distinctes. Golliard rejoint le sous-secrétaire d’État à l’Intérieur Morel comme chef du secrétariat particulier le 11 novembre 1912, jusqu’au 22 mars 1913. Ensuite, il sera à nouveau chef de son secrétariat du 29 septembre 1917 au 13 novembre 1917. À partir de cette dernière date, Golliard rejoint le poste de chef adjoint de cabinet du ministre du Commerce, Etienne Clémentel, jusqu’au 26 octobre 1918, quand il est nommé sous-préfet de Saint-Dié.

39 Cette fréquentation durera jusqu’après la mort de Golliard à Hartheim et l’après-guerre, puisque le gendre de Morel, Édouard Pascal (conseiller de préfecture dans la Seine), aida la veuve d’Alfred dans ses démarches pour faire reconnaître ses mérites et faire réintégrer Golliard dans l’administration préfectorale.

40 Voir sa biographie dans Olivier Verdier et Jean-Claude Grandhay, Élections et élus en Haute-Saône (1919-1945). Renouvellement ou permanence du personnel politique, Vesoul, Études et documents de la SALSA, 2016.

41 Journal Officiel, 2e séance du 13/03/1913, p. 1018-1019.

42 Voir par exemple D. Renard, « Intervention de l’État et genèse de la protection sociale en France (1880-1940) », Lien social et politiques, n° 33, printemps 1995, p. 13-26.

43 Fascicule 142, p. 4-5.

44 Voir aussi la lettre de la mère de Renée, du 25 octobre, à son mari Félix : « Fredo prépare son départ » ; elle décrit « les félicitations » reçues par le jeune couple ; elle reste chez sa fille, dans l’attente de l’accouchement de sa première née.

45 Il s’agit d’un poste de conseiller de préfecture de 2e classe : Golliard était 3e classe.

46 Une seconde classe, certes, mais il est difficile de savoir s’il s’agit d’une sous-préfecture ou d’un poste de conseiller de préfecture. Golliard candidatait depuis 1909, et son passage par le secrétariat particulier de Simyan.

47 « Soyez sans inquiétude, écrit-elle, c’est une affaire entendue avec Reboul, le mouvement paraîtra dans 10 jours ».

48 AN, F1bI 1077. André Liautey, sous-secrétaire d’État à l’Agriculture de Léon Blum en 1936.

49 Il apprendra la mort de Morel quand il sera à Strasbourg, mais il semble qu’il n’ait pas pu assister aux obsèques de son ami à Vesoul, le 29 décembre 1933.

50 Voir Bargeton, Dictionnaire des Préfets, op. cit., p. 464.

51 Archives familiales. L’orthographe a été corrigée.

52 Voir notamment P. Jeambrun, Charles Dumont, Un radical de la Belle époque, Paris, Tallandier, 1985.

53 Voir J.-T. Nordmann, Histoire des radicaux, 1820-1973, Paris, la Table Ronde, 1974, p. 182-186.

54 Voir F. Monier, La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Édouard Daladier, 1890-1940, Sèvres, La boutique de l’histoire, 2007.

55 Père du préfet Roger Genebrier, lequel deviendra collaborateur étroit de Daladier quand il sera ministre ; Roger Genebrier jouera un rôle décisif dans le processus de réintégration des préfets à la Libération (voir J-C. Barbier, « Qu‘est-ce qu‘un préfet déporté ? Destins contrastés des préfets de Vichy déportés », 2016, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01362403). Alfred Golliard et lui se rencontrèrent donc à Avignon quand Roger était jeune.

56 Monier, La politique.., op. cit.

57 Archives départementales du Vaucluse [AD84], 3M279.

58 Il poursuit : Daladier « n’aurait de chances sérieuses de succès que si la réaction faisait bloc sur son nom, ce qui paraît douteux ». Daladier dans sa profession de foi se réclame de Clemenceau, Léon Bourgeois et Ferdinand Buisson. « La justice partout et pour tous. fiscale, par l’impôt sur le revenu sans inquisition ni vexation ; politique par l’organisation de la stabilité ministérielle ; sociale par la protection des travailleurs, le développement de la mutualité, la lutte contre les grands magasins à succursales multiples et contre la haute finance cosmopolite ».

59 AD 84, 1M 896.

60 AN, F1bI 1077. 16 octobre 1937. Cette recommandation n’eut pas de résultat.

61 Voir chapitre 3 ci-après ; il s’agit d’Henri Léculier, sénateur du Jura.

62 AD 84, 2M 16.

63 Lequel traite des règles de préséance dans les cérémonies.

64 AD 84, idem.

65 AD 84, 1M 856.

66 AD 84, 1M 902. Rapport Lambert-Rochet, présenté à la session du conseil général du 1er mai 1916 (37 p., format demi A4).

67 AN, F1bI 1077. Extrait de la délibération du conseil général du 3 septembre 1915.

68 AD 84, 1M 765.

69 AD 84, 1M 753.

70 AN, F/22/584/A. dossier Vaucluse.

71 AD 84, 10M 19.

72 AD 84, 10M 28.

73 AD 84, 1M 856.

74 AD 84, 10M 28.

75 Ce fut en particulier le cas au moment de l’afflux des réfugiés espagnols en janvier 1939. À cette époque, les préfectures échangèrent un courrier abondant pour les déplacements de réfugiés. On trouve ainsi des courriers du préfet de Chartres, Jean Moulin, dans le courrier du préfet du Jura, par exemple.

76 Sur ces questions des réfugiés dans la Grande Guerre, voir J-C. Farcy, Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1920), Paris, Anthropos historiques, 1995, notamment p. 44 sq.

77 Voir notamment la circulaire qui parle de « bouches inutiles » et « d’indésirables », circulaire classée Secret du 1er septembre, signée par le ministre Malvy.

78 Farcy, Les camps.., op. cit.

79 Ibid., p. 363.

80 Pour le détail des convois, qui continuent jusqu’en 1918 (un convoi de personnes du département du Nord en décembre 1918), voir les cotes AD 84, 1M 865, 1M 858. Pour les Alsaciens-Lorrains, cotes 1M 871 et 1M 872.

81 AD 84, 1M 858.

82 Il y a à l’époque 45 000 habitants à Avignon.

83 Cette expression se répandit dans les années d’entre les deux guerres, l’attitude vis-à-vis de la France, pays de résidence ou de nationalité, devenant un élément central du jugement des autorités administratives et policières. Voir en Alsace, chapitre 2.

84 Selon J-C. Farcy, Les camps.., op. cit., les « indésirables » qu’on évacue de la zone des armées ou de Paris, camp retranché, sont des personnes susceptibles de porter atteinte à la défense nationale : filles de mauvaise vie, repris de justice, mendiants et vagabonds, grévistes de 1917 : les uns ne participent pas à l’effort de guerre, les autres le sabotent.

85 Voir de nombreux exemples dans AD 84, 1M 138.

86 Voir l’attitude de Mme Rivoire, directrice de l’établissement des Rousses, dans le Jura en 1939, que le préfet Golliard réfute avec l’aide du médecin de l’établissement (chapitre 3).

87 AD 84, 1M 871.

88 Idem, 24 octobre 1914.

89 Les relations qu’il entretint avec son ministre sont une inconnue de la présente biographie, car nous n’avons pas eu le loisir de consulter les archives du ministre Clémentel qui contrôlait de nombreux départements ministériels.

90 Devenu aujourd’hui nécropole nationale, il regroupe les corps des soldats morts pendant la guerre, de plusieurs cimetières avoisinants (Archives familiales).

91 Vraisemblablement Jules Jeanneney (gouvernement Millerand).

92 On a vu (début de ce chapitre, pour Morel, et chapitre 2, pour Herriot) que Golliard avait une conception précise de l’affection dans les rapports professionnels. Dans le dossier d’André Magre (AD 88, 2M 21) figure une note manuscrite d’Alfred Golliard de septembre 1921. Celui-ci transmet à Magre une motion votée à son adresse, écrivant : « il serait déplacé de ma part de vous dire que je suis heureux de cette manifestation, mais permettez-moi de me réjouir avec une affectueuse déférence d’avoir la mission de vous faire cet envoi. Veuillez, je vous prie, me rappeler au bon souvenir de Mme Magre et croire à mon respectueux dévouement ».

93 AN, F1bI 803.

94 J. Jeanneney, Journal politique, septembre 1939-juillet 1942, édition établie par J.-N. Jeanneney, Paris, Armand Colin, 1972.

95 Il s’agit d’une citation du tome 1 des Fossoyeurs (p. 204), qui dit « Le Secrétaire général de la présidence de la République, Magre, frère du poète, citoyen idéal d’une République toulousaine : chansonniers, petits vers, repas plantureux. Celui-là a des projets de coite retraite et les bruits de guerre sont pour lui autant de gêneurs et de fâcheux qui ne méritent que d’être tenus à distance ». Cette remarque est peut être juste, mais Magre est alors âgé de 66 ans, et son dossier personnel montre qu’il a demandé la liquidation de sa pension en 1933. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne s’est pas particulièrement précipité pour une retraite coite.

96 D. Bass, « La droite dans les Vosges, et les élections législatives de 1914 à 1924 », mémoire de maîtrise sous la direction de Pierre Barral, faculté des lettres de Nancy, ronéo, 1975.

97 Déjeuner le 2 mai 1921, AD 70, 2 M 29.

98 Il collabore à l’époque avec un secrétaire général spécial de la préfecture des Vosges, Roger Bourgeois, nommé le 21 février 1921, un peu avant l’arrivée de Magre, avec pour fonction « pour la reconstitution des régions atteintes par les événements de guerre ». Ce travail était très prenant. En novembre 1924, Golliard n’a pas pris de vacances depuis deux ans alors qu’il a coutume de passer en famille l’été une vingtaine de jours à Ceyzériat.

99 Benjamin Schmidt, dit Jammy-Schmidt, une des figures de la gauche radicale, croise souvent le parcours administratif de Golliard, au cours de ses diverses responsabilités politiques. Il le rencontrera ainsi à Lons-le-Saunier (chapitre 3). Quand il visite les Vosges, c’est comme ministre des Régions libérées.

100 Golliard en revanche, en tant que sous-préfet, et a fortiori en tant qu’ancien élève, est convié au banquet.

101 La ville dont C. Verlot est maire.

102 Il s’agit de La République des Vosges.

103 L’Express de l’Est, 28 novembre 1924.

104 Dans P. O. Lapie, Edouard Herriot, Paris, Fayard, 1967, p. 334 : « À Epinal, en fin 1924, à son retour de Genève, parmi les bravos de la foule, pointent quelques sifflets : il s’émeut, il s’attriste ; ainsi, tout un chacun n’est pas convaincu par la politique de la paix ! Que la beauté des ambitions qu’il a nourries au pouvoir pour la France, que la grandeur de ce qu’il a fait, que la noblesse de ses actes, ne soient pas reconnues par deux ou trois gniards des Vosges, cela le bouleverse ».

105 La Gazette vosgienne, le 24 novembre 1924.

106 L’allusion aux traîtres figure dans son allocution de chef du gouvernement le 11 juin 1924.

107 AN, F1bI 1077.

108 Les pièces de la cabale sont au dossier personnel du préfet, F1bI 1077.

109 Un éloge se voulant dithyrambique et engagé est publié : « un journaliste de race » écrit l’éditorial ; est rappelée sa carrière de presse, puis le fait qu’il a appartenu pendant cinq ans à un conseil des prud’hommes, participé à la fondation du syndicat des ouvrières de l’aiguille de la CGT, faisant paraître une brochure « défendons, protégeons les ouvrières à domicile », pour l’application de la loi de 1917. Bref « le type accompli de militant républicain dont l’apostolat laïc contribuera au progrès des idées ».

110 Son financement, évidemment controversé dans la polémique, est attribué à un marchand de bois prospère, Louis Divoux, maire, et conseiller général depuis 1919.

111 Picard, de la gauche du parti radical, ne parvient pas à se faire élire durablement : élu en 1914, il ne l’est pas en 1919 ; élu en 1924, il ne reviendra à la Chambre qu’en 1932, mais ne fut pas réélu en 1936.

112 « Paul Morel, c’était en 1912 ; il était sous-secrétaire d’État à l’Intérieur et il devait représenter le gouvernement au Congrès des jeunesses républicaines de France. Nous avions été désignés parmi les 3 ou 4 commissaires chargés de le recevoir à son arrivée, aux sociétés savantes […] aucun des trois ne connaissaient le ministre [...] nous ne cessions d’attendre quand la séance commença. Rentrés dans la salle, quel ne fut pas notre étonnement de voir Paul-Morel, installé dans le fauteuil présidentiel ! Le représentant du gouvernement était venu à pied, oui, à pied, comme n’importe quel citoyen » (La République des Vosges, 30/11/1924).

113 Il s’agit du procureur de Saint-Dié (voir ci-après).

114 Brochure de candidat aux élections cantonales 1937, Archives départementales des Vosges [AD 88], Br 5882, notamment p. 10.

115 Archives familiales.

116 Il apparaît comme un comparse, mais nous n’avons pas enquêté dans les archives de la Justice.

117 Les très chers frères, avec le triangle des trois points.

118 L’incident, bien plus tard, après-guerre, faisait l’objet d’évocations espiègles, en famille, des neveux du préfet auprès de Renée Golliard, leur tante.

119 Je fais référence à la citation de Jean-François Billeter à propos du préfet Li Zhi, sous la dynastie des Ming.

120 « Des radicaux âgés, comme Jammy-Schmidt, organisateur du groupe des députés francs-maçons à la Chambre en 1924, Camille Picard, député des Vosges, ou René Renoult sont notoirement connus comme maçons. » (S. Berstein, Histoire du parti radical, Paris, Fondation des Sciences politiques, 1980, t I, « La recherche de l’âge d’or, 1919-1926 », p. 245).

121 AN, F1bI 1077.

122 Ministre de l’Intérieur du gouvernement de Painlevé, du 17 avril au 22 novembre 1925. Schrameck nomme Alfred Golliard comme secrétaire général à Strasbourg le 24 octobre 1925.

123 Les chiffres sont tirés des tableaux rassemblés par E. Michel, Les dommages de guerre et leur réparation, Paris, Berger-Levraut, 1932. Voir aussi S. Le Bras, « La Reconstruction et ses conséquences en France (fin des années 1910-années 1920) », 2015, HAL [Id : hal-01325399].

124 AD 88, br. 3024 de C. Lederlin et A. Mathis.

125 Voir les AD 88, cotes 1N57.

Table des illustrations

Titre fig. 3 - Hypokhâgne d’Herriot, lycée Ampère, Lyon 1902-03 (avec Édouard Daladier comme élève). Annales de l’Université de Lyon, fascicule spécial, 1958, collection AA (reproduction Université de Lyon)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre fig. 3bis - (AG) à Paris pendant qu’il fait son droit. (AF) (autorisationJCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre fig. 4 - Avril 1909, Alfred et Renée se fiancent (Ceyzériat). (AF) (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre fig. 5 - Mariage d’Alfred et Renée Golliard, avril 1911. AF (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre fig. 6 - AG en uniforme de Conseiller de préfecture de Vesoul (décembre 1910). AF (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre fig. 7 - 11 avril 1925, crise ministérielle [au centre, avec la canne, Paul Morel] : [photographie de presse]/[Agence Rol], BnF, département des Estampes et de la photographie, El-13 (1204)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre fig. 8 - Mr. Poincaré au rocher des Doms à Avignon : [photographie de presse]/[Agence Rol], BnF, département des Estampes et de la photographie, EST EI-13 (311)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre fig. 9 - Brouillon du télégramme au sénateur Achille Maureau, 1er août 1917. AD 84, 2M16 (dossier préfets)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre fig. 10 - fiche réfugiés 1914, Avignon. AD 84, dossier 1M 872, Alsaciens-Lorrains.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre fig. 11 - Babet (Renée) et Sichou (Michelle), les deux filles d’Alfred Golliard en 1916. AF (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre fig. 12 - AG, cérémonie militaire, rue Thiers (perspective place Jules Ferry) de Saint-Dié, 1918. AF (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre fig. 13 - André Magre à côté du président Albert Lebrun (1933). Source : Éric Freysselinard, Albert Lebrun, le dernier président de la IIIe République, Belin, 2013. Je remercie l’auteur de son autorisation de la reproduction (JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre fig. 14 - Cérémonie aux morts, inauguration du monument La Fontenelle, Vosges (recto), août 1925. AF (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre fig. 15 - Cérémonie aux morts, La Fontenelle (verso), personnages politiques locaux (voir recto), numérotés par Renée Golliard : 1. Fonck, député ; 2. Verlot, député maire ; 3. Durand, maire de Frapelle ; 4. Sculpteur du monument ; 5. Maire d’Épinal ; 6. Alfred Golliard ; 7. Porterat (Conseil général) ; 8. Préfet Poivert ; 9. Jammy-Schmidt, ministre ; 10. Picard, député ; 11. Général Perret
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre fig. 16 - Mairie et école communale, Frapelle, détruite par les Allemands.
Crédits Source : carte postale C. Cuny, éditeur, Saint Dié, médiathèque de Saint-Dié (domaine public)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre fig. 17 - Lettre de félicitations de Marc Rucart (député), à AG, octobre 1934. AF (autorisation JCB)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36842/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search