Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1837

Août 1837

Texte intégral

  • 1 Thomas Gray (Londres 1716-Cambrige 1771), poète anglais, ami de Walpole avec qui il visita la Fran (...)
  • 2 Pierre-Michel-Dorothée Clerc, président de l'Académie en 1837.

11 er août. — M. Al. David, frère de M. David, procureur du roi avant la Révolution de 1830, vient de terminer la centième traduction en vers du Cimetière de Gray1 ; il a remis cette pièce à M. Clerc2 pour en faire hommage à l'Académie et M. Clerc me l'a communiquée. Je l'ai lue ; elle est exacte mais faible et j’y ai trouvé ce singulier hémistiche : « Il [...] la rosée ». M. Clerc m'a dit que M. David ne le changerait pas ; j'en conclus que M. David est fort entêté.

  • 3 Mathieu-Joseph-Bonaventure Orfila (Mahon 1787-Paris 1853). Ce célèbre chimiste, naturalisé françai (...)

22 août. — M. Orfila3, chargé d'inspecter les écoles normales primaires et les hôpitaux, est arrivé ce matin et il s'est rendu sur-le-champ à l'hôpital qu'il a vu dans tous ses détails, puis à Bellevaux, et enfin à l'Ecole normale où il a examiné les maîtres et les élèves auxquels il a témoigné sa satisfaction de leurs progrès dans la musique et le chant. M. Orfila se propose, à son retour à Paris, de faire un rapport sur notre école secondaire de médecine qu'il désire de voir réorganiser et compléter par la création de nouvelles chaires, d'histoire naturelle et de botanique. La ville, qui cesserait d'avoir à payer les professeurs, aurait à construire un amphithéâtre d'anatomie et à fournir remplacement pour un jardin, ne peut être assurée que ces propositions seront accueillies par le conseil municipal.

  • 4 Voir le Journal, II, p. 360 (1825).

33 août. — M. Orfila est parti ce matin pour Dijon ; n'ayant pas eu le temps de venir, comme il en avait l'intention, visiter la Bibliothèque, il a demandé à M. Vertel4 des renseignements sur cet établissement, mais le directeur de l'Ecole de médecine, mon confrère à l'Académie, n'a pu lui en donner que de fort incomplets. Il lui a dit par exemple que la Bibliothèque contenait au moins 200.000 volumes et qu'elle ne possédait pas cent ouvrages de médecine, etc, etc.

  • 5 Le baron Charles-François Desbiez de Saint-Juan (1785-1862) grand ami de Weiss et déjà cité de nom (...)

44 août. — Le baron de Saint-Juan5 est de retour de Luxeuil où il est allé prendre les eaux pour prévenir les rhumatismes, mais il n'est pas guéri de la métromanie et, moins occupé de composer des vers que de corriger ceux qu'il a faits il y a dix ans, il ne cesse de retoucher des productions qui, quelque peine qu'il prenne à les repolir, ne pourront jamais lui faire une réputation. Je regrette bien qu'il ne veuille ou qu'il ne puisse pas travailler, mais je le crois frappé de la stérilité la plus complète. Il n'en est pas de même de son fils qui, malgré la défense de ses maîtres, rime avec une incroyable facilité des riens spirituels. Il m'a lu aujourd'hui à dîner des vers qu'il vient d'adresser à sa sœur Marie, qui sont pleins de grâce et de sensibilité.

  • 6 François Buloz (1804-1877), journaliste, puis éditeur et directeur de la Revue des Deux Mondes ; i (...)

55 août. Inès de las Sierras par M. Charles Nodier, Paris, Aumont, in 8°. C'est un roman fantastique, écrit comme Nodier sait écrire et plein d'intérêt. Il est précédé d'une dédicace à M. Buloz6, directeur des revues, mécène d'un temps de progrès à qui Nodier fait l'historique des encouragements accordés depuis l'origine des sociétés aux poètes et aux littérateurs, dans le but de prouver que jamais ils n'ont été aussi dédaignés qu'aujourd’hui. Il y a de l'exagération dans ce paradoxe, mais on ne peut disconvenir qu'il offre un côté malheureux très vrai.

66 août. — Deux bataillons de notre garnison déjà très réduite sont partis ce matin pour le camp de Compiègne. La garde nationale va donc se trouver obligée de faire en partie le service de la place ; mais il est fort à craindre que le nombre des récalcitrants ne soit trop grand pour qu'on ose les punir. Le bruit s'est répandu qu’à Belfort les habitants avaient, dans une pareille circonstance, refusé de monter la garde, et cet exemple peut trouver des imitateurs. La garde nationale est une institution qui n'a pas encore pénétré dans nos mœurs ; c'est probablement la faute de ceux qui, depuis quarante ans, s'occupent de l'organiser. Faites-en une troupe d'élite ; qu'on ne puisse y être admis que par privilège et chacun voudra en être ; mais tant qu'on pressera tout le monde de revêtir l'habit militaire et de porter le mousquet, on ne trouvera personne même pour les grades d'officiers qui flattaient tant autrefois la vanité française.

  • 7 C'est le conseiller Jean-Baptiste, dit Alfred.

77 août. — L'avocat Curasson travaille à un Commentaire sur la nouvelle loi qui fixe la compétence des juges de Paris. Il m'a dit, en dînant chez M. Bourgon7, qu'il espérait que son ouvrage paraîtrait pour le mois de janvier.

  • 8 C'est le professeur Jean-Ignace-Joseph.

88 août. — Pérennès a reçu ce matin de M. de Magnoncour l'avis de sa nomination à la place de doyen de la Faculté, vacante par la mort de Génisset. Il est venu m’en faire part sur-le-champ, mais il est un peu plus embarrassé pour annoncer cette nouvelle à son collègue et compétiteur Bourgon8, qui sera furieux de voir encore une fois ses prétentions ajournées.

99 août. — Les bruits de la dissolution prochaine de la Chambre se renouvellent. Depuis quelques jours, on va même jusqu’à fixer déjà l'époque des élections. Parmi nos députés, les deux dont la réélection éprouvera le plus de difficulté sont précisément ceux qui, pendant la dernière session, ont donné le plus de preuves de zèle et de dévouement aux intérêts publics, MM. Jouffroy à Pontarlier et de Magnoncour à Besançon. On dit que le professeur Bugnet se met sur les rangs au collège de Pontarlier et Pouillet à Besançon. Pouillet, soutenu par quelques industriels de l'arrondissement, a beaucoup de chances mais il n'a pas jusqu'ici pour lui le préfet, dont l'influence est très grande sur les électeurs, s'il veut en user.

1010 août. — L'Académie a fait célébrer ce matin à Notre-Dame un service pour Génisset. Le général Billard y assistait ainsi que tous les officiers de son Etat-major, le préfet et le conseil de préfecture et un assez grand nombre de personnes étrangères à l'Académie.

  • 9 Salvandy.

1111 août. — Pérennès a été installé aujourd'hui dans la place de doyen. Deux heures auparavant, son compétiteur refusait de croire à la nomination et conservait encore l'espoir que le choix du ministre9 tomberait sur lui. Quoique habile à dissimuler, il n'a pu cacher le dépit qu'il éprouvait de son désappointement. Pérennès fera ce qu'il pourra pour le ramener, mais s’il ne peut y parvenir, il en prendra facilement son parti.

  • 10 L'hôtel de Vezet, situé rue des Granges, près de l'hôtel Chifflet (angle rue de la République aujo (...)

1212 août. — La démolition de la maison de Vezet10 pour l'élargissement de la rue Chifflet a procuré la découverte de quelques médailles dont plusieurs du Haut-Empire et de fragments de vases assez curieux. Mais tous les débris, abandonnés aux curieux, sont achetés par les amateurs et il n'en entre aucun dans le cabinet de la ville.

1313 août. — Viancin est revenu des eaux de Luxeuil assez content de sa santé, quoiqu'il n'ait pas encore retrouvé l’appétit. J'en ai pu juger, car il m'a fait l'amitié d’accepter un chétif dîner que je me suis empressé bien à tort de renforcer d'un morceau de pâté, qu’il n'a pas goûté. Il avait cru que pendant son absence les affaires de la mairie iraient en avant, mais il n'en est point ainsi et la session du conseil municipal qui, d’après la loi, devrait être close après-demain, est à peine commencée et il aura tout l'ennui des discussions sur le budget. Pauvre garçon !

1414 août. — J'ai été surpris très agréablement aujourd'hui par l'apparition d'Albert de Circourt qui m'a donné des nouvelles de nos amis de Paris. Il a laissé Nodier malade et frappé de l'idée de sa fin prochaine. Il lui a entendu dire que son premier besoin était le soleil et qu'il irait le chercher, l’hiver prochain, aux îles d'Hyères, s'il pouvait amasser assez d'argent pour les frais de ce voyage qu'il ne voudrait faire qu'avec sa famille. Je lui ai parlé du dernier roman de Nodier, c'est-à-dire des deux articles de la Revue qu'il a réunis en un volume in 8° sous le titre d'Inès de las Sierras, avec une épître dédicacée à M. Buloz, directeur des revues. Albert m'a dit que cette dédicace est une chose dont il ne peut se rendre compte car Buloz est détesté de tous les littérateurs et surtout de Nodier qui lui en a parlé comme d'un misérable. « C'est, m'a-t-il dit, l'action la plus condamnable que je connaisse de Nodier et quand j'ai vu le volume commençant par les mots : “Buloz, vous êtes un mécène”, je l'ai jeté d'indignation et n’ai pas eu le courage de le relever. »

  • 11 Le romancier Charles de Bernard (Dugrail de La Villette) était un ami du comte Albert de Circourt (...)

15— De La Villette11 est en Franche-Comté, du moins il ne tardera pas d'y revenir.

  • 12 Gustave-Louis-Adolphe-Victor-Charles Chaix d’Est-Ange (Reims 1800–Paris 1870), juriste et avocat d (...)
  • 13 Le lieutenant de La Roncière avait été accusé en 1835 d'une tentative de viol sur une demoiselle d (...)

1615 août. — M. Chaix d'Est-Ange12, l'un des avocats distingués de Paris, ou du moins un de ceux auxquels les journaux ont fait le plus de réputation dans ces derniers temps, est arrivé pour plaider demain devant la cour royale dans un procès qu'il est déjà venu défendre l'année dernière devant le tribunal d'instance de Lure. Le fond de l’affaire n’offre rien d'important, rien je veux dire qui puisse donner lieu à de grands mouvements oratoires ; il s'agit tout simplement d'un compte de tutelle. Deux pupilles devenus majeurs trouvent que les biens provenant de leurs père et mère n'ont pas été vendus ce qu'ils valaient. C’est une question de chiffres. Il est impossible de la traiter à la manière d'un Cicéron sous peine d'être complètement ridicule. M. Chaix d'Est-Ange, objet de toutes les attentions, a été parfaitement bien. Après le dîner, un des convives lui a rappelé qu'il avait été le défenseur de M. de La Roncière13 dans un procès qui tiendra sa place dans les causes célèbres. Alors M. Chaix d'Est-Ange nous a donné l'explication de ce procès dans des termes si clairs que toute la société, prévenue comme moi contre M. de La Roncière, a été complètement convaincue de son innocence, et, cependant, M. de La Roncière a été condamné par un jury de Paris à plusieurs années de fers.

  • 14 L'avocat bisontin Marcel-Thérèse-Léon Jacquot de Merey, selon l'impartial du 19 août.

1716 août. — M. Chaix d'Est-Ange plaidait aujourd'hui. Sa réputation avait attiré un concours immense à la cour royale, mais on n'a généralement pas été content, parce qu’on s'attendait à quelque chose d'extraordinaire. On lui trouve de l'esprit, de la facilité, de l'agrément, une éloquence ornée, mais on trouve aussi qu'il délaye trop ce qu'il veut dire. Son plaidoyer a occupé l’audience toute entière. M. de Mercy14, son contradicteur, parlera demain, et déjà les paris sont en sa faveur.

  • 15 Coindre, Mon vieux Besançon, évoque la figure d'un Baudot « patriarche du brocantage » dont la bout (...)

1817 août. — Depuis quelques jours, Baudot fils15 étale devant son magasin un tableau de saint François-d'Assise avec la donatrice. Ce morceau de l’école flamande, qui n'est pas sans mérite, attire tous les soirs devant son magasin un assez grand nombre de curieux.

  • 16 Jean-François Arbey (Dole 1779-Besançon 1837). Avant de s'installer à Besançon en 1812, où il est (...)

1918 août. — M. Arbey16 professeur de clinique externe à l'Ecole secondaire de médecine, est mort aujourd'hui dans un âge peu avancé. C'était un homme rempli de vanité quoiqu’il n’eût d'autre mérite que celui de son état. Il avait été chirurgien-major dans les armées, sous l'Empire, et faisait très habilement une opération. Outre sa place à l'Ecole secondaire, il laisse vacante celle de professeur d'accouchement à la maternité.

2019 août. — Flajoulot, informé que l'Académie n'avait pas de vers pour la séance prochaine, est venu me communiquer une épître qu'il voudrait y lire. Elle est intitulée : Epître censée écrite par Racine du haut des régions célestes, et dans laquelle il saisit l'occasion de faire l'éloge des chiens qu'il aimait beaucoup.

  • 17 Sans doute Victor Corbet, docteur en médecine demeurant 79 Grande Rue, qualifié de chirurgien par (...)
  • 18 Sans doute Camille Briot, docteur en médecine à Besançon (exerce 57 rue des Granges, reçu à Paris (...)

2120 août. — La succession du docteur Arbey met en émoi tous ses confrères. Il y a pour le moins cinq concurrents pour la place de professeur à l'hospice et presque autant pour celle de professeur d'accouchement à la maternité. Cependant celle de la place qui rapporte le plus n'est que de 2.000 francs de traitement ! Les concurrents pour la chaire de l'hospice sont M. Vertel fils dont tout le mérite est d'avoir pour père le directeur de l'Ecole ; un des hommes les plus instruits et les meilleurs citoyens du département, le docteur Corbet17, de Bolandoz ; le docteur Tournier, l'un des grands partisans de l'école homéopathique qui récemment était allé à Paris où il paraît n’avoir pas fait fortune ; le docteur Briot, fils d'un des meilleurs chirurgiens modernes18, etc.

2221 août. — Dans une des dernières sessions du conseil municipal assemblé pour la formation du budget, M. Jourdain, l'adjoint, s'est élevé fortement et avec succès contre la Bibliothèque, gouffre où chaque année va s'engloutir la meilleure part des revenus de la cité. « Le bibliothécaire, a-t-il dit ou à peu près, vous demande maintenant de l'argent pour acheter des livres, et quand il ne saura plus où les placer, il vous demandera de l'argent pour construire une nouvelle salle. Ainsi ce sera toujours à recommencer. » Ce petit discours a été fort applaudi par les libéraux et l'allocation a été diminuée d'un quart ; et comme dirait Viancin, voilà ce que c’est que le progrès.

  • 19 Jacques Mignot, pâtissier, traiteur, vivait à Paris dans la seconde moitié du xviième siècle ; maî (...)

2322 août. — Le barreau a donné à dîner à M. Chaix d'Est-Ange chez Migon, l'un de nos empoisonneurs qui sait son métier au moins aussi bien que Mignot19. Sans en rien savoir, je pense que l'avocat parisien n’aura pas été mécontent des progrès de la province dans l'art culinaire. Au dessert, l'avocat Curasson a chanté sa complainte du Pendu, mais il est inexact de dire comme on l'a fait qu’il eût monté sur une table pour se donner en spectacle ; depuis qu'il est membre de l'Académie bisontine, l'avocat Curasson ne manque plus au décorum. Mais tout en lui donnant à dîner, les avocats de Besançon n'ont pas une haute idée de M. Chaix d'Est-Ange, et s'il croyait les avoir séduits par son talent d'<asséner> de belles périodes, il se tromperait lourdement. Tous pensent qu'il doit perdre le procès qu'il est venu plaider devant la cour de Besançon et il le perdra certainement.

2423 août. — Le conseil municipal a, dans sa séance d'hier, accordé cent francs à Maire pour chaque médaille qu'il publiera de la Galerie franc-comtoise, mais le conseil n'a pas eu l'idée que ce secours lui serait bien nécessaire pour payer les frais des médailles qu'il a déjà publiées. « On ne s'avise jamais de tout » est un proverbe d'une très réelle vérité.

2524 août. — Séance publique de l'Académie. Le président Trémolières, qui n'avait pas eu le temps de faire un discours, l'a ouverte par la lecture d'une épître dont le sujet est l'éloge de la brave sœur Marthe. On a entendu ensuite l’éloge de M. Génisset par M. Pérennès ; ce morceau très remarquable a été fort applaudi et méritait de l'être, car le débit de l'auteur n'a pas pu me faire illusion sur le mérite de la pièce. M. Clerc père, qui continue de faire une effroyable guerre aux philosophes allemands, s'est efforcé, dans un mémoire d’ailleurs bien écrit, de prouver que Kant, auquel il paraît en vouloir personnellement, ne se comprenait pas toujours. M. Bourgon a dit que l'Académie ne donnait point de prix et le même pourquoi elle n’en donnait pas ; et enfin, Viancin a lu une légende sur la chapelle d’Aigremont, dont le fond est un peu triste mais qui contient des détails agréables, très bien rendus. Je voudrais en supprimer quelques vers et je compte bien le lui dire à la première occasion. Après la séance, les académiciens ont procédé à l’élection d'un secrétaire perpétuel. M. Pérennès a été élu. Ont été élus : président annuel M. Clerc père, et vice-président M. le baron de Saint-Juan ; associés résidants MM. Louis de Vaulchier et Convers.

2625 août. — Ce matin j’ai reçu une lettre de M. le professeur Bourgon qui m'annonce qu'il donne sa démission de la place de vice-secrétaire de l’Académie et de secrétaire de la commission des documents. Cette détermination est le résultat du dépit qu'il éprouve de n'avoir point été élu secrétaire perpétuel, mais le dépit est un très mauvais conseiller et je crois qu'il ne tardera pas de se repentir d'avoir eu la faiblesse de céder à un premier mouvement.

2726 août. — Pauthier de Censay, Pauthier l'orientaliste, est arrivé hier de Paris. Nous avons dîné ensemble dans mon petit ménage. Il se propose de faire avec Tissot une excursion en Suisse d'où il reviendra ensuite à Besançon pour retourner à Paris. Il a donné l'Histoire de la Chine à l'Univers pittoresque et il est toujours occupé de la traduction des philosophes chinois, dont il a sous presse le premier volume. S'il était arrivé un jour plus tôt, il aurait assisté à la séance de l’Académie dont il est correspondant depuis plusieurs années, ainsi qu'au banquet des fidèles, mais il est de ceux qui n'arrivent jamais à temps pour monter en voiture et qui se trouvent exposés souvent à faire la route à pied, pour avoir manqué le coche.

  • 20 Le chanoine Denizot.

2827 août. — Lancrenon m'a montré l'esquisse qu'il vient de terminer d'un tableau que lui a demandé le curé de Saint-Maurice20 pour le chœur de l'église. Il a représenté le saint au moment où il refuse d'obéir aux ordres de Maximin ; il a jeté son glaive devant lui et il étend la main gauche vers un groupe de chrétiens que des soldats chargent de chaînes, indiquant par ce geste qu'il est prêt à partager leur sort. Cette composition simple et grande m'a paru très belle. Reste à savoir maintenant si le curé en sera content.

2928 août. Jeanne d'Arc, poème (en dix chants) par M. Bonvalot, in-18, imprimerie de Casimir à Paris.

3029 août. — A la vente du mobilier de M. Bergeret se trouvaient une tête en bronze et une salamandre, trouvées dans les ruines de Mandeure. Ces deux objets, que j'avais demandés pour le cabinet de la ville, ont été achetés par le chapelier Ducat qui se mêle de brocanter sur les antiquités, et maintenant, il ne les cédera qu'avec un large bénéfice, tant il y a de patriotisme depuis que nous en sommes au progrès.

3130 août. — « Monsieur, me disait ce matin un jeune homme que je n'avais jamais vu, je ne dois pas être inconnu de vous. — Je ne crois pas avoir jamais eu l’honneur de vous voir. — Je vous dirai encore que mon nom est arrivé jusqu'à vous. — Cela se peut, mais je ne puis le deviner pour le mettre sur votre figure. — Pascal. — Si c'est l'auteur des Provinciales, vous avez raison. — Artiste. — Comment ? — Artiste dans les arts. — Et dans quel art ? — La gravure. — Ah ! Ah ! — Il n'est pas possible que vous ne connaissiez ma gravure de sainte Marie-Egyptienne d'après Greuze. — Je vous assure. — Cela est étonnant, mais je me propose d'en offrir un exemplaire à la ville de Besançon. — Dans ce cas, il faut vous adresser à M. le maire. — C'est un projet et je voulais vous prier de m’accompagner près de ce magistrat ou de me donner un mot d'introduction. — Vous n'en avez pas besoin. — Monsieur, j'ai un album. — Je serai charmé de le voir, mais ce ne peut être qu’à la Bibliothèque où je serai de midi jusqu'au soir. »

32Telle est la singulière conversation que j'aie eue ce matin avec M. Pascal, l’artiste ou le graveur. J'ai vu depuis sa gravure et son album qui contient la liste des maires, des adjoints et des commissaires de police qui ont attesté que cette gravure est un chef-d'œuvre. Je prends, malgré des attestations aussi honorables, la permission d'avoir une opinion contraire, mais qu'est-ce que cela prouve ? Que je ne suis pas un connaisseur et j'en conviens ; que M. Pascal est un charlatan et je suis très disposé à en convenir.

3331 août. — Distribution des prix au collège. M. Huart a prononcé le discours. La cérémonie a été contrariée par le mauvais temps.

Notes

1 Thomas Gray (Londres 1716-Cambrige 1771), poète anglais, ami de Walpole avec qui il visita la France et l'Italie, auteur de belles pièces de vers annonçant le romantisme, en particulier : Elégie écrite dans un cimetière de campagne, publiée en 1751.

2 Pierre-Michel-Dorothée Clerc, président de l'Académie en 1837.

3 Mathieu-Joseph-Bonaventure Orfila (Mahon 1787-Paris 1853). Ce célèbre chimiste, naturalisé français en 1818, eut une vie assez extraordinaire : il fit ses études à Paris, devint médecin de Louis xviii, professeur de médecine légale à la Faculté de Paris ; il était membre du conseil de l'Instruction publique depuis 1834.

4 Voir le Journal, II, p. 360 (1825).

5 Le baron Charles-François Desbiez de Saint-Juan (1785-1862) grand ami de Weiss et déjà cité de nombreuses fois. Le fils, cité dans le même paragraphe, est Alexandre (1820-1863), également poète (voir au 24 février 1834) ; sa sœur Marie (1822-1890) accueillit à Salans, dans la propriété familiale, l'élite intellectuelle et artistique de la province.

6 François Buloz (1804-1877), journaliste, puis éditeur et directeur de la Revue des Deux Mondes ; il a réuni l'élite des lettres françaises de son époque.

7 C'est le conseiller Jean-Baptiste, dit Alfred.

8 C'est le professeur Jean-Ignace-Joseph.

9 Salvandy.

10 L'hôtel de Vezet, situé rue des Granges, près de l'hôtel Chifflet (angle rue de la République aujourd'hui) avait été jusqu'à la révolution la résidence de la famille du parlementaire Joseph-Luc, comte de Vezet (voir note du 17 mars 1837).

11 Le romancier Charles de Bernard (Dugrail de La Villette) était un ami du comte Albert de Circourt (Kaye, Les correspondants de Weiss, pp. 128-129).

12 Gustave-Louis-Adolphe-Victor-Charles Chaix d’Est-Ange (Reims 1800–Paris 1870), juriste et avocat du barreau de Paris, fit de la politique sans grande conviction.

13 Le lieutenant de La Roncière avait été accusé en 1835 d'une tentative de viol sur une demoiselle de Morel.

14 L'avocat bisontin Marcel-Thérèse-Léon Jacquot de Merey, selon l'impartial du 19 août.

15 Coindre, Mon vieux Besançon, évoque la figure d'un Baudot « patriarche du brocantage » dont la boutique, véritable capharnaüm, offrait aux amateurs un bric-à-brac où les meubles anciens et les tableaux voisinaient avec les épaves les plus ordinaires.

16 Jean-François Arbey (Dole 1779-Besançon 1837). Avant de s'installer à Besançon en 1812, où il est professeur d'anatomie et d'accouchement dès 1820, avait appris la chirurgie avec Percy.

17 Sans doute Victor Corbet, docteur en médecine demeurant 79 Grande Rue, qualifié de chirurgien par G. Coindre.

18 Sans doute Camille Briot, docteur en médecine à Besançon (exerce 57 rue des Granges, reçu à Paris le 31 août 1835 : Annuaire du Doubs, 1842, p. 288) ; le chirurgien est Pierre-François Briot (cf. Journal, I, p. 138).

19 Jacques Mignot, pâtissier, traiteur, vivait à Paris dans la seconde moitié du xviième siècle ; maître-queux de la Maison du roi, écuyer de la bouche de la reine, il tenait aussi boutique rue de la Harpe. Boileau l'a célébré dans sa 3ème satire : « Car Mignot, c'est tout dire et dans le monde entier, jamais empoisonneur ne sut mieux son métier. »

20 Le chanoine Denizot.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search