Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1837

Juillet 1837

Texte intégral

11 er juillet. — Le conseil municipal s'est assemblé pour délibérer sur la halle. L'occasion était belle pour renoncer à un projet ridicule et dispendieux et pour construire, à la place d’une halle inutile, un marché couvert, depuis longtemps réclamé par les hommes qui ne briguent point la popularité mais qui désirent sincèrement le bien-être du peuple. Il n’en a pas été ainsi. La majorité du conseil a, par un amour-propre bien mal entendu, persisté dans ses anciennes délibérations et autorisé le maire à faire continuer la halle en constituant les adjudicataires en demeure et en mettant au besoin les travaux suivants à leur folle enchère. Tant il est vrai que : « Quid Jupiter vult perdere dementat. »

  • 1 L'Annuaire de 1837 cite, dans la liste des services ecclesiastiques divers, le nom de l'abbé Pessi (...)

22 juillet. — Dans une tournée qu'il vient de faire sur les bords de la Loue, notre archevêque a, dit-on, couru les plus grands dangers. La garde nationale du canton avait pris les armes pour recevoir le prélat et des salves de mousqueterie saluèrent son arrivée ; tout allait bien jusque là ; les chevaux, quoique d'un naturel pacifique, n'avaient point été effrayés des coups de fusil, mais lorsque le porte-drapeau voulut, pour rendre honneur à l'archevêque, baisser son étendard, les chevaux prirent le mors aux dents et renversèrent le carrosse. L'abbé Pessières1, qui accompagnait Monseigneur, s'est jeté hors de la voiture. Quant à Monseigneur, il suivit le mouvement rapide de la voiture et se trouva par terre avant d'avoir pu deviner la cause de sa chute. Dix pas plus loin, il tombait de quatre-vingts pieds de hauteur dans la Loue. Ne se sentant pas blessé, il se releva promptement pour porter secours à l'abbé Pessières qu'il trouva debout. Le danger qu'il venait de courir et dont il était à peine frappé loucha vivement la garde nationale. Les bons paysans dont elle se compose virent quelque chose de miraculeux dans la conservation de Sa Grandeur et tous, oubliant leurs devoirs de militaires, se mirent à genoux pour remercier Dieu d'avoir sauvé les jours d’un prélat si cher à son diocèse.

  • 2 C'est-à-dire les Frères des Ecoles chrétiennes.

33 juillet. — La note suivante pourra donner une idée de l'esprit de vertige qui possède aujourd'hui les habitants de Pontarlier. Il y a quelques années qu'une vingtaine d'habitants de cette ville, pauvres pour la plupart ou du moins peu aisés, se réunirent pour bâtir à leurs frais une maison destinée à une école de la congrégation du P. de La Salle2. Cette maison, aujourd'hui terminée, coûte près de 6.000 frs. Les actionnaires se proposent de l'offrir à la ville à la condition avantageuse de l'entretenir à ses frais ; mais le conseil municipal refuse ce don généreux, et le préfet est obligé d'intervenir pour combattre la mauvaise volonté de ces prétendus libéraux.

44 juillet. — M. de Saint-Denis, avant d'adresser à la Société royale d'agriculture de Paris un mémoire qu'il vient de terminer sur les moyens de conserver les blés et de les préserver des insectes, a désiré d'en donner lecture à une commission prise dans le sein de l'Académie. Cette lecture a eu lieu aujourd'hui. Le moyen indiqué par M. de Saint-Denis consiste à mettre le blé dans des caisses ou des tonneaux de tôle, et de l’y rafraîchir par un ventilateur jusqu'à dessiccation complète.

55 juillet. — La médaille de J.-J. Chifflet est en vente depuis hier. C'est la cinquième de la collection. Maire grave maintenant celle de l'abbé d'Olivet, mais elle ne sera pas livrée aux souscripteurs avant le mois de janvier prochain.

66 juillet. — J'ai fait une visite aujourd'hui à la salle d'asile qui vient enfin d'être établie rue de Battant, dans le quartier le plus populeux, et par conséquent où elle peut être le plus utile. Le local est bien approprié à sa destination ; il peut contenir au moins 250 enfants, et, s'il était nécessaire, avec très peu de dépense, on pourrait le disposer pour en recevoir le double. Mais ce que j'ai vu avec peine, c’est que les religieuses chargées de cet établissement n'en conçoivent pas l'importance et qu'elles s'effraient de la malpropreté des enfants ainsi que de la difficulté de les surveiller à un âge où l'on ne peut pas leur apprendre des lettres et des chiffres. Nul doute que les pauvres mères de famille, habituées aux caprices des enfants, vaudraient mieux dans celte circonstance-ci que des religieuses, la plupart fort peu intelligentes dès qu'on veut les sortir de leur petit cercle. Mais où trouver les mères de famille dont je parle ? Voilà le difficile. Ainsi je crois que le plus sage est de se contenter de ce que l'on a. L'établissement ne fera pas tout le bien que l’on devait en attendre, mais il en fera un peu, et les religieuses, aidées des conseils des dames du quartier, finiront par comprendre leurs devoirs et la manière dont elles devront s'y prendre pour habituer à l'obéissance et aux usages de la société des enfants au-dessous de cinq ans.

77 juillet. — Xavier Marinier m'écrit de Stockholm qu'il sera dans quelques jours à Copenhague et que c'est là seulement qu'il pourra s’occuper de rechercher les livres qui pourront être utiles à répandre quelque jour sur les antiquités du Nord.

88 juillet. — Flavien de Magnoncour est de retour depuis hier de la session législative ; il ne restera que quinze jours ici, après quoi il conduira sa femme à Boulogne pour y prendre les bains de mer.

99 juillet. — M. le baron de Gingins, qui revient des eaux de Plombières, a passé la matinée à la Bibliothèque, occupé de faire des extraits. Son projet était de s'arrêter ici quelques jours, mais la situation de son frère, colonel d’un régiment suisse au service de Naples, et qui se trouve maintenant à Capoue avec sa femme et ses huit enfants, exposés à la fureur du choléra, le presse de s'en retourner promptement pour avoir de ses nouvelles et se trouver à portée de donner des consolations à leur vieux père.

1010 juillet. Cours élémentaire de philosophie, rédigé d'après le programme officiel de l'examen pour le baccalauréat ès lettres, par J. Tissot, in 8°, imprimerie de Mme Vve Beugnot à Dijon.

11 Manuel des confesseurs, composé, etc, par l'abbé J. Gaume, 2 volumes in-12, imprimerie de Decourchant à Paris.

1211 juillet. — Il a etc question dans l'impartial d'un serpent monstrueux qui désolait les vignerons de Trois-Châtels. Ce serpent, qui n'a probablement jamais existé que dans l'imagination de quelques femmes timides, a fourni l'idée au comte de La Bidalière d'une complainte, précédée d'un historique du susdit serpent. Celte pièce burlesque a paru hier, jour de foire, avec une lithographie représentant le monstre, et le succès a été si grand qu'il a fallu en donner une seconde édition en un second tirage. Dans la soirée, une vingtaine de jeunes gens ont parcouru les rues portant le serpent et chantant la complainte, ce qui a fait un spectacle assez divertissant dans une ville dont la monotonie est incompréhensible.

  • 3 César-François Cassini de Thury, dit Cassini III (Thury 1714-Paris 1784), de la famille de géodési (...)
  • 4 Le baron Louis-Albert-Guislain Bacler d'Albe (Saint-Pol 1761–Sèvres 1824), peintre et ingénieur gé (...)

1312 juillet. — La vente des livres et des caries du général Morand a eu lieu aujourd'hui dans une des salles de la maison Demolombe qui vient d'être achetée par la ville pour relargir la rue Baron. Il a laissé peu de livres et tous modernes ; mais il possédait une assez belle collection de cartes géographiques, et j'ai pu profiter de l'occasion pour en acheter quelques-unes pour la Bibliothèque : les cartes de Cassini3, de Bacler d'Albe4, etc.

1413 juillet. — Mon ami Viancin, dont la santé depuis quelque temps est assez chancelante, part demain pour les eaux de Luxeuil où il se propose de passer un mois. Si, comme je l'espère, les eaux lui font du bien, il ne reviendra pas sans me rapporter quelques pièces de vers qui lui seront inspirées par les sites vraiment pittoresques au milieu desquels il ira promener ses rêveries.

1514 juillet. — Les inspecteurs généraux de l'Université sont arrivés hier au soir. Ce sont les mêmes que l'année dernière : Frédéric Cuvier et M. Dutrel, l'un de ces dieux inconnus qui parviennent on ne sait comment au premier degré de la hiérarchie sociale. Je ne veux pas dire que M. Dutrel soit un homme sans mérite, mais seulement que ce n'est pas à son mérite seul qu'il doit son avancement. A peine arrivés, ils se sont mis à la besogne, tant ils sont pressés de retourner à leur bienheureux Paris pour y reprendre le cours habituel de leur indolente vie. Dès aujourd'hui, ils ont examiné les basses classes du collège et dans trois ou quatre jours, leur tâche sera terminée. Il n'y a pas grand mal à cela, car la centralisation est une si bonne chose !...

  • 5 Désiré-François Véjux (1795-1857). dont Weiss a cité plusieurs fois le nom, était conseiller à la (...)

1615 juillet. — Notre honorable député, M. Véjux5, est de retour ; je l'ai rencontré cet après-midi dans la Grande Rue, saluant à droite et à gauche, donnant des poignées de main avec autant de complaisance que le roi dans la première semaine de son règne, recevant force compliments sur son embonpoint, sa bonne santé et la brillante conduite qu'il a tenue pendant la dernière session, et bien persuadé au fond de l'âme qu'il a sauvé deux ou trois fois l'Etat.

  • 6 E. Kaye (Les correspondants..., p. 329), évoque, à propos de la femme du baron Martin, une de ses (...)
  • 7 Le nom peut se lire « Quinzaine » lors de sa première rencontre dans le Journal, mais « Quégain » (...)
  • 8 Ce passage du Journal est particulièrement difficile à déchiffrer et le sens des dernières lignes (...)

1716 juillet. — Les nobles les plus libéraux n'ont rien perdu de leurs anciennes prétentions ; les femmes surtout sont toujours de la vanité la plus impertinente. En dînant aujourd'hui chez Mme de Lallemand, qui se croit fort au-dessus des préjugés de caste et de naissance, je demandais à Flavien s'il connaissait le baron Martin, de Gray. Cette question fit faire quelques plaisanteries sur la nouvelle noblesse. J'observai que celle du baron Martin était assez bonne puisqu'il avait marié sa fille aînée à un comte de Castellane6. « Oui, dit Mme de Lallemand, qui n'avait pas le sol et auquel on a par contrat de mariage assuré 200.000 frs. Ce n'était pas une fortune assez forte pour s'encanailler ; avec son beau nom, il aurait trouvé mieux. » Mme de Lallemand a dit encore un mot assez piquant de M. Quégain7, d'une famille parlementaire, ainsi tout à fait bourgeoise ; de Saint-Juan lui <écrivait> qu'il menait à Salans la vie d'un gentilhomme campagnard. En lisant son billet, M. Quégain dit : « Campagnard, oui, mais gentilhomme, je m'inscris en faux. »8

  • 9 Maladie infectieuse, endémo-épidémique en France, caractérisée par des sueurs abondantes, une fort (...)

1817 juillet. Notice sur l'épidémie de suette miliaire9, observée en 1833 et 1834 aux environs de Lons-le-Saunier, précédée de considérations sur les constitutions médicales par L.-F. Thévenin, in 8° de 4 feuilles, imprimerie de Gauthier à Lons-le-Saunier.

1918 juillet. — Monseigneur Gizzi, intercesseur du Pape dans les Pays-Bas, est arrivé à Besançon, se rendant à Rome d'où il ira occuper la nonciature de Naples avec le titre d'archevêque in partibus. Dans ce trajet, la voiture du prélat a été versée par un postillon ivre ; il en a été quitte pour un bras cassé et quelques contusions à la tête, mais cet accident qu'il craint à chaque instant de voir se renouveler lui a fait renoncer à voyager seul. Il a été accompagné jusqu'ici par le secrétaire de l'évêque de Metz et l’abbé Thiébaud l’accompagnera demain jusqu'à Turin.

2019 juillet. — Madame de Magnoncour me disait aujourd'hui qu'à son avis aucun écrivain n'avait connu les femmes aussi bien que Balzac, et que, lorsqu’elle le lisait, elle était toujours étonnée de voir qu'il avait deviné ses pensées les plus secrètes. Or Balzac est l'auteur qui a dit le plus de mal des femmes, qui a imaginé la femme sans cœur dont il a, m'a-t-il dit, trouvé plus d'un modèle dans Paris. Que conclure de l'aveu naïf de Mme de Magnoncour ? Ou qu'elle ne sait ce qu'elle dit, ou que son mari est bien malheureux.

  • 10 Le protégé de Hugo et de David était Jean-Claude Petit (1819-1903), statuaire ; il sera grâce à We (...)

2120 juillet. — J'ai reçu une lettre de Victor Hugo qui me recommande un jeune homme de Besançon10 annonçant un talent très remarquable pour la sculpture, mais dont je n'ai jamais pu déchiffrer le nom. A sa lettre en était jointe une de David pour le préfet et j'aime à croire que le grand sculpteur aura su écrire plus lisiblement que le grand poète le nom de leur intéressant protégé.

2221 juillet. — Aujourd'hui est mort ce bon et brave Génisset, l'un des hommes que je regretterai le plus dans le peu de temps qui me reste à vivre. Il était constitué de manière à pousser très loin sa carrière ; c'est l'excès de travail qui l’a tué. Et que reste-t-il de lui si ce n'est l'Examen des Eglogues de Virgile, ouvrage de jeunesse, des discours ou des procès-verbaux d'Académie. Il se complaisait dans les détails, il aimait la perfection dans les petites choses et il se donnait plus de peine pour écrire une lettre que nos jeunes gens de progrès pour écrire un volume. Citoyen zélé pour la gloire de la province, désirant le bonheur de l'humanité et croyant fermement à la possibilité de rendre les hommes heureux sur cette terre, il a nourri, caressé cette double idée depuis vingt ans et lui a dû les moments les plus heureux de sa vie. Quand je serai moins occupé de correction d'épreuves, que je pourrai être plus à moi, je me propose de payer un tribut à la mémoire de Génisset, soit à la manière antique, en le faisant l'interlocuteur d'un dialogue sur quelques questions de littérature ou de philosophie, soit en lui consacrant quelques pages de souvenirs où je réunirai tout ce je que sais, tout ce que je pense d’un des meilleurs et des plus utiles citoyens que j'aie connus. Dans ce moment, je ne puis que le pleurer ; il repose dans le cimetière public des Chaprais où sa famille marquera d'une pierre la terre qui recouvre ses cendres.

  • 11 Jean-François-Calixte de Pina, marquis de Saint-Didier (1779-1842). Il avait publié en 1823 Leçons (...)
  • 12 Pierre-Aucher Tobiesen-Duby (1721-1782), archéologue suisse, originaire du canton de Soleure, avai (...)

2322 juillet. — J'ai reçu la visite de M. de Pina11, maire de Grenoble avant la Révolution de 1830 et membre de la Chambre des députés. C'est un homme instruit particulièrement en numismatique, et son projet dans ce moment est de continuer les recherches de Tobiesen-Duby12 sur les anciennes monnaies des prélats et des barons. J'ai beaucoup regretté de ne pouvoir lui offrir un plat de son goût, c'est-à-dire de lui communiquer quelques pièces de notre Comté dans le Moyen Age, mais il n'en existe pas. Dom Grappin n'avait eu qu'un sol de Luxeuil dont il nous a conservé l'empreinte, et je ne connais pas d'autre monnaie de la province qui puisse entrer dans l'ouvrage que prépare M. de Pina.

  • 13 Frédéric Cuvier et Dutrel (Voir au 14 juillet).

2423 juillet. — La mort de ce pauvre Génisset va devenir une nouvelle cause de mésintelligence entre ses deux collègues Pérennès et Bourgon qui n'ont jamais vécu très bien ensemble. Le recteur et les inspecteurs généraux13 proposent Pérennès pour le décanat, et Bourgon, qui le demande pour lui, n'a pas fait cette démarche sans être sûr de l'appui de quelques professeurs qui ont leur entrée dans les bureaux du ministère. Tous mes vœux sont dans cette circonstance pour Pérennès que sa nomination fixerait ici d'une manière définitive, mais il est bien à craindre que l'intrigue ou l'argent l'emporte encore une fois sur les droits réels appuyés d'un véritable mérite.

2524 juillet. — On ne peut se faire une idée de la manière dont s'exploite en ce moment à Paris la littérature industrielle. Je relis depuis quelques semaines les épreuves de la Biographie du général Beauvais dont Furne fait réimprimer chez Deis une nouvelle édition, et bien je ne dis rien de trop en déclarant qu'il n'y a pas un seul article qui ne soit à rédiger de nouveau, et que chaque page offre, indépendamment des fautes grammaticales les plus grossières, une accumulation de non-sens et de bévues dont une seule aurait suffi jadis pour faire tomber un ouvrage, pendant que celui-ci est au moins à sa 3ème édition.

2625 juillet. — La nomination de Pouillet à l'Académie des sciences excite les plus vives réclamations de la part de ses rivaux et de leurs amis. Les dissensions entre les savants ne sont pas chose nouvelle, mais les journaux en les reproduisant avec des commentaires ne font qu'accroître le scandale ; et c'est ainsi que la presse, instrument de civilisation, sert à nous reporter dans les temps appelés de barbarie par ceux-là même qui en préparent le retour à leur insu.

2726 juillet. — Le préfet est de retour de Paris, rapportant l'assurance que l’arsenal de construction sera définitivement établi à Besançon. Cet arsenal, dont la privation fait le désespoir des Auxonnois, ne sera pas d'une grande ressource pour Besançon, ville de fabrique et de commerce et qui, si elle doit un jour prendre de l’accroissement, n'y parviendra que lorsqu'elle ne sera plus sous le régime militaire, le plus absurde de tous ceux qu'on a inventés jusqu'ici.

2827 juillet. — Il m'a fallu entendre aujourd'hui le rapport du docteur Pécot sur les ouvrages phrénologiques de M. Lélut qui sollicite une place d'associé de l'Académie. Ce rapport n'est point mal, mais il est gâté par l'affectation de l'auteur qui s'admire dans toutes les phrases.

2928 juillet. — Nous sommes encore arrivés une fois à l'anniversaire de ces trois glorieuses journées qui ont jeté la couronne à Louis-Philippe et le pouvoir à cette ville de Paris, dont le despotisme m'est plus insupportable que celui de tous les rois, comtes et barons des temps féodaux. Dans ce moment toutes les autorités sont à Saint-Jean pour le service funèbre, cérémonie qui d’ailleurs n’attire pas grand monde. Le programme d’une pareille fête ne change pas et c’est toujours comme l’année précédente.

  • 14 La Vierge à l'Enfant dont il a été question le 10 mai 1837 dans le Journal.

3029 juillet. — Le groupe du jeune Clésinger14 est placé depuis quelques jours à l'église Saint-Pierre. Ceux qui l'ont vu en parlent d'une manière avantageuse. L'artiste, pour le faire ressortir davantage, se propose de placer derrière un tableau représentant un palmier dont les branches ombrageront la Vierge ; en conséquence, il est venu cet après-midi chercher à la Bibliothèque le modèle d’un palmier qu'il n'y a pas trouvé. Il m'a dit que son projet était d'envoyer un morceau de sa composition à l’exposition prochaine, mais il n’a pas encore décidé sur le sujet qu'il traitera.

3130 juillet. — Une pluie assez forte et qui s'est prolongée toute la matinée n'a pas permis la revue de la garde nationale ; les soldats-citoyens n'ont pas voulu compromettre leurs pantalons blancs ; quant à la troupe de ligne, d'après la constitution essentiellement obéissante, elle s'est rendue à Chamars où elle a manœuvré devant l'Etat-major et le petit nombre de curieux qui ne manquent pas de se trouver partout où il y a le moindre rassemblement. Sur le soir la pluie est revenue, ce qui n'a pas empêché la foule de se presser dans les rues pour voir les illuminations, c'est-à-dire quelques centaines de lampions rangés autour des portes ou sur les fenêtres des autorités civiles et militaires.

  • 15 Charles-Edouard Clerc (Baume-les-Dame 1803-Besançon 1867) fils du procureur général Pierre-Michel- (...)

3231 juillet.Formulaire raisonné ou manuel théorique et pratique du notariat, par M. Ed. Clerc15, précédé de la législation du notariat, de l’enregistrement et des hypothèques par M. Armand Dalloz. Corbeil, imprimerie de Creti, 2 vol. in 8°.

Notes

1 L'Annuaire de 1837 cite, dans la liste des services ecclesiastiques divers, le nom de l'abbé Pessières, maître des cérémonies à la métropole ; sans doute celui qui accompagnait l'archevêque.

2 C'est-à-dire les Frères des Ecoles chrétiennes.

3 César-François Cassini de Thury, dit Cassini III (Thury 1714-Paris 1784), de la famille de géodésiens et astronomes, qui fit pour le roi le lever au l/86.400ème de la carte du royaume ; elle sera achevée en 1789 par Capitaine et servira de base à celle dite de l'Etat-Major (au l/80.000ème)

4 Le baron Louis-Albert-Guislain Bacler d'Albe (Saint-Pol 1761–Sèvres 1824), peintre et ingénieur géographe dont la Bibliothèque municipale conserve une carte de la guerre d'Italie (1798-1802), Paris, 54 feuilles sur toile.

5 Désiré-François Véjux (1795-1857). dont Weiss a cité plusieurs fois le nom, était conseiller à la cour royale de Besançon et député du Doubs depuis 1834 ; il le restera jusqu'en 1848.

6 E. Kaye (Les correspondants..., p. 329), évoque, à propos de la femme du baron Martin, une de ses filles, épouse de Boniface-Ernest-Félix, marquis de Castellane.

7 Le nom peut se lire « Quinzaine » lors de sa première rencontre dans le Journal, mais « Quégain » dans la seconde. Cette famille, qui a tenu la seigneurie de Voray pendant le xviiie siècle, a continué à occuper le château de ce village jusqu’à la fin du siècle suivant.

8 Ce passage du Journal est particulièrement difficile à déchiffrer et le sens des dernières lignes reste obscur.

9 Maladie infectieuse, endémo-épidémique en France, caractérisée par des sueurs abondantes, une forte fièvre, un érythème de forme miliaire (comme un grain de millet).

10 Le protégé de Hugo et de David était Jean-Claude Petit (1819-1903), statuaire ; il sera grâce à Weiss bénéficiaire de la pension Suard en 1844.

11 Jean-François-Calixte de Pina, marquis de Saint-Didier (1779-1842). Il avait publié en 1823 Leçons élémentaires de numismatique romaine, en 1837 Les monnaies des évêques de Valence et des comtes de Valentinois.

12 Pierre-Aucher Tobiesen-Duby (1721-1782), archéologue suisse, originaire du canton de Soleure, avait pris du service en France, où il fut blessé à la bataille de Fontenoy et admis aux Invalides. Son Traité sur les monnaies des barons, des pairs et évêques de France, en deux volumes, avait paru en 1790 à Paris.

13 Frédéric Cuvier et Dutrel (Voir au 14 juillet).

14 La Vierge à l'Enfant dont il a été question le 10 mai 1837 dans le Journal.

15 Charles-Edouard Clerc (Baume-les-Dame 1803-Besançon 1867) fils du procureur général Pierre-Michel-Dorothée Clerc. Notaire à Besançon, il sera président de la chambre des notaires ; élu à l'Académie de Besançon en 1847 ; c'est le frère cadet du président Bernard-Gabriel-Edouard Clerc, archéologue et historien.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search